Claude Hermant et Amedy Coulibaly : une connexion qui embarrasse

Les nouvelles informations qui succèdent les unes aux autres à ce sujet depuis le 10 septembre dernier font apparaître le nom d’un ancien ingénieur belge, Patrick Halluent, à propos duquel un article récent a déjà totalement disparu du net. Il était possible d’y lire que ce désormais détective privé serait un ancien ingénieur de Proximus, opérateur de télécommunications mobile belge entre 1994 et 2006, devenu en 2014 marque commerciale de Belgacom, première entreprise de télécommunications en Belgique et fournisseur breveté à la Cour du roi des Belges.

« On nous cache des pans entiers du dossier », disent aujourd’hui les avocats de Claude Hermant.

 

http://www.mediapart.fr/journal/france/100915/attentats-de-paris-lenigme-des-armes-de-coulibaly

Attentats de Paris: l’énigme des armes de Coulibaly

 

10 septembre 2015 |  Par Karl Laske

Le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, a opposé le secret défense aux juges lillois chargés de l’enquête sur un réseau de vente d’armes neutralisées, animé par un ancien militaire d’extrême droite. Selon les documents obtenus par Mediapart, les autorités slovaques ont formellement identifié, dès le 14 janvier, les armes achetées par ce réseau comme celles utilisées par Amedy Coulibaly lors de l’attaque de l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes.

C’est un trou noir dans l’enquête sur les attentats de Paris. Une information centrale qui s’est perdue. Selon des documents obtenus par Mediapart, les policiers chargés de l’enquête sur les attentats de Paris ont obtenu, dès le 14 janvier, l’identification de l’arsenal d’Amedy Coulibaly par les autorités slovaques. Mais ils n’en ont rien fait. Le renseignement slovaque qui incrimine un ancien militaire d’extrême droite lillois, Claude Hermant, soupçonné de trafics d’armes démilitarisées dans le cadre d’une enquête ouverte à Lille, ne provoque aucune vérification des juges antiterroristes parisiens Laurence Le Vert, Nathalie Poux et Christophe Tessier.

Cinq armes sont listées, avec leurs numéros de séries, appartenant à l’arsenal de Coulibaly. …

http://seenthis.net/messages/407275

Attentats de Paris : l’énigme des #armes de #Coulibaly – Page 1 | Mediapart
http://www.mediapart.fr/journal/france/100915/attentats-de-paris-lenigme-des-armes-de-coulibaly

C’est un trou noir dans l’enquête sur les attentats de Paris. Une information centrale qui s’est perdue. Selon des documents obtenus par Mediapart, les policiers chargés de l’enquête sur les attentats de Paris ont obtenu, dès le 14 janvier, l’identification de l’arsenal d’Amedy Coulibaly par les autorités slovaques. Mais ils n’en ont rien fait. Le renseignement slovaque qui incrimine un ancien militaire d’#extrême_droite lillois, Claude #Hermant, soupçonné de trafics d’armes démilitarisées dans le cadre d’une enquête ouverte à Lille, ne provoque aucune vérification des juges antiterroristes parisiens Laurence Le Vert, Nathalie Poux et Christophe Tessier.

Cinq armes sont listées, avec leurs numéros de séries, appartenant à l’arsenal de Coulibaly. Figurent aussi le nom et l’adresse de l’acheteur, la société Seth Outdoor, sise à Haubourdin dans la métropole lilloise, et leurs dates d’achat, les 19 septembre et 15 novembre 2014. Aujourd’hui encore, questionné par Mediapart, le parquet de Paris a indiqué « qu’en l’état, il n’y a pas de lien entre le protagoniste du dossier lillois, Claude Hermant, et Coulibaly ». Malgré les éléments matériels qu’elle détient, la justice maintient la fiction d’une étanchéité entre le dossier de l’ancien militaire, par ailleurs animateur de l’extrême droite identitaire lilloise, et les attentats de Coulibaly.
Amedy Coulibaly revendiquant ses attaques sur une vidéo posthume.Amedy Coulibaly revendiquant ses attaques sur une vidéo posthume. © DR

L’enquête ouverte à Lille s’est pourtant brusquement accélérée, le 20 janvier, sans prendre en considération – au moins officiellement – les attentats de Paris. Claude Hermant a été placé en garde à vue, perquisitionné puis mis en examen le 23 janvier pour « trafic d’armes en bande organisée ». L’ancien militaire a mis en cause trois fonctionnaires – un des douanes et deux gendarmes – dont il a été l’informateur au moment des achats d’armes litigieux. L’un des gendarmes ayant soulevé le caractère secret de ses missions, les juges lillois Stanislas Sandraps et Richard Foltzer, ont saisi, le 10 avril 2015, le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve d’une demande de déclassification. Contre toute attente, dans un dossier aussi sensible, le ministre a choisi d’opposer le #secret_défense aux investigations.
Lire aussi

Comment les services ont raté les terroristes

Par Fabrice Arfi
Kouachi-Coulibaly, le réseau terroriste oublié par les services de renseignement

Par Fabrice Arfi et Karl Laske
Les frères Kouachi, de l’amateurisme au professionnalisme

Par Rachida El Azzouzi

Bernard Cazeneuve a demandé l’avis de la Commission consultative du secret de la défense nationale (CCSDN), le 1er juin, qui a émis le 18 juin un avis défavorable à la déclassification. C’est désormais un grand secret. Questionné par Mediapart, Bernard Cazeneuve a indiqué s’être conformé à l’avis de la CCSDN. « Rien dans cette demande des juges lillois ne faisait état de M. Coulibaly, a fait savoir le ministre. Nous n’avons donc par définition aucun élément qui nous permette de déterminer qu’il y a ou pas lien [entre les deux affaires – ndlr]. »

Les mis en cause, Hermant, sa compagne et un proche, n’ont jamais été interrogés sur d’éventuels contacts, directs ou indirects, avec Amedy Coulibaly ou ses complices. Seule la presse locale s’est fait l’écho, début mai, d’une « hypothèse » puis d’une « piste sérieuse » reliant les deux affaires. L’ancien militaire a confirmé son négoce d’armes neutralisées, mais il a indiqué n’avoir jamais opéré de remise en état de ce matériel. L’entreprise Seth Outdoor, immatriculée au tribunal de commerce de Lille en février 2013, a pour objet « la vente à distance sur catalogue spécialisé » et « la location de matériel de paint ball ».

Quel secret d’État peut donc justifier la décision de Bernard Cazeneuve, et l’avis de la CCSDN, de ne pas déclassifier les éléments recueillis par les juges parisiens ? La réponse est à trouver dans la mise en cause des gendarmes et d’un douanier, dont Claude Hermant a révélé être l’informateur, dûment répertoriés par leurs services. Le quotidien La Voix du Nord a dévoilé, courant mai, plusieurs courriels prouvant les échanges de l’ancien militaire avec deux gendarmes de la section de recherche (SR) de Villeneuve-d’Ascq. Des lieux de rendez-vous, des numéros d’immatriculation de voiture auraient été communiqués par Hermant aux fonctionnaires afin qu’ils remontent ces filières.
Claude HermantClaude Hermant © DR

Contacté par la PJ dès janvier, l’un des gendarmes mis en cause, l’adjudant-chef Laurent B., n’avait pas déféré à sa convocation. Il a finalement été entendu comme témoin en mai. Un douanier en contact avec Hermant, rattaché à l’antenne lilloise de la DNRED (Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières), a en revanche été mis en examen pour « acquisition et détention » d’une ou plusieurs armes de catégorie A – armes à feu de défense ou armes de guerre dont la détention est interdite sauf autorisation.

 

Egalement à lire :

http://www.greffiernoir.com/charlie-hebdo-amedy-coulibaly-claude-hermant-kouachi-suvivalisme-seth-outdoor-bad-terrorisme

 

http://www.planetenonviolence.org/notes/Attentat-contre-Charlie-Hebdo-la-connexion-Claude-Hermant-Amedy-Coulibaly-couverte-par-le-secret-de-la-Defense-nationale_b8280929.html

Attentat contre Charlie Hebdo: la connexion Claude Hermant – Amedy Coulibaly couverte par le secret de la Défense nationale.  18/09/2015

 

« Une certaine extrême droite survivaliste est-elle le cœur logistique des attentats de janvier ? Mediapart vient de révéler que Claude Hermant était le principal importateur des armes d’Amedy Coulibaly, par le biais de la société commerciale Seth Outdoor, spécialisée dans la vente par correspondance d’équipements de survie et la location de matériel de Paintball

Des documents couverts par le secret de la Défense, consultés par Mediapart, prouvent que la totalité des armes des crimes du terroriste a été importée par l’entreprise basée à Haubourdin près de Lille, premier maillon, selon les renseignements slovaques cités par le journal, d’une filière d’importation–remilitarisation d’armes neutralisées.

Claude Hermant, ancien mercenaire devenu barbouze appointée de la gendarmerie, par ailleurs formateur aux techniques de survie et animateur du survivalisme français, est mis en examen à Lille depuis le 23 janvier pour trafic d’armes en bande organisée.

Contre toute attente, les juges lillois en charge du dossier viennent de se voir opposer le secret de la Défense nationale par le ministre de l’Intérieur, en réponse à une demande d’information sur la filière Hermant.

Mediapart affirme qu’en dépit des éléments en leur possession, tant la justice antiterroriste que le ministère de l’Intérieur maintiennent la « fiction d’une étanchéité » complète entre le dossier Claude Hermant instruit à Lille et les attentats de Paris.

Lire l’article
Sur les attentats de Janvier 2015 Interview de Thierry Meyssan: «Je n’ai jamais écarté la piste djihadiste, j’ai expliqué que les commanditaires de cette action n’étaient pas des islamistes.»

 

 

http://www.mediapart.fr/journal/france/210915/derriere-les-armes-de-coulibaly-le-fiasco-tres-secret-des-gendarmes

Derrière les armes de Coulibaly, le fiasco très secret des gendarmes

 

21 septembre 2015 |  Par Karl Laske

Selon les informations obtenues par Mediapart, des gendarmes lillois ont laissé filer les acheteurs des armes utilisées par Amedy Coulibaly lors des attentats de Paris. L’un d’eux, un Belge de 52 ans, a été entendu le 21 avril, sans être inquiété. Ce fiasco sur les armes vient s’ajouter à celui des défaillances des services de renseignement autour des attentats de Paris.

Des gendarmes lillois et un de leurs informateurs ont été au centre d’un trafic d’armes ayant permis d’alimenter Amedy Coulibaly, auteur de l’attaque de l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes. S’ils n’ont rien su de la destination des armes, ils semblent bien avoir laissé filer les acheteurs ou perdu leur trace. Leur position est suffisamment délicate pour qu’ils se retranchent, courant avril, derrière le secret défense.

« Je tiens à préciser que je gère 30 sources, plus les enquêtes, c’est compliqué », a reconnu l’adjudant-chef Laurent B. devant des juges d’instruction lillois chargés de cette enquête sur un réseau de revente d’armes provenant de Slovaquie, le 2 avril 2015. Parmi ses 30 sources, le …

 

Derrière les armes de Coulibaly, le fiasco très secret des gendarmes

21 SEPTEMBRE 2015 |  PAR KARL LASKE

Selon les informations obtenues par Mediapart, des gendarmes lillois 
ont laissé filer les acheteurs des armes utilisées par Amedy Coulibaly 
lors des attentats de Paris. L’un d’eux, un Belge de 52 ans, acheteur 
d’un des fusils d’assaut utilisés contre les clients de l’Hyper Cacher, 
a été entendu le 21 avril dernier, sans être inquiété. Ce fiasco sur 
les armes vient s'ajouter à celui des défaillances des services de 
renseignement dans l'affaire des attentats de Paris. 

Des gendarmes lillois et un de leurs informateurs ont été au centre 
d’un trafic d’armes ayant permis d’alimenter Amedy Coulibaly, auteur 
de l’attaque de l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes. S’ils n’ont 
rien su de la destination des armes, ils semblent bien avoir laissé 
filer les acheteurs ou perdu leur trace. Leur position est suffisamment 
délicate pour qu’ils se retranchent, courant avril, derrière le secret 
défense.

« Je tiens à préciser que je gère 30 sources, plus les enquêtes, c’est 
compliqué », a reconnu l’adjudant-chef Laurent B. devant des juges 
d’instruction lillois chargés de cette enquête sur un réseau de 
revente d'armes provenant de Slovaquie, le 2 avril 2015. Parmi ses 30 
sources, le gendarme rattaché à la Section de recherche (SR) de la 
gendarmerie de Villeneuve-d’Ascq “gérait” un ancien militaire 
d’extrême droite, Claude Hermant, mis en examen pour trafic d’armes 
et incarcéré le 20 janvier.

« Claude Hermant est informateur immatriculé depuis 2013 », a admis 
l’adjudant. L’ancien militaire, animateur de l’extrême droite 
identitaire lilloise, soutient de son côté s’être procuré des armes 
démilitarisées dans l’objectif d’infiltrer des réseaux mafieux, et ce, 
sous le contrôle strict de son officier traitant. Il a détaillé avoir 
ainsi « injecté » une quarantaine d’armes à une “cible“ prioritaire, 
liée au grand banditisme, courant 2014, sur instruction du SR de la 
gendarmerie.

Or, comme Mediapart l’a révélé (lire ici notre article du 10 
septembre), les autorités slovaques ont formellement identifié, dès le 
14 janvier, les acheteurs des armes utilisées par Amedy Coulibaly. Un 
premier fusil d’assaut et deux pistolets semi-automatiques retrouvés 
dans le supermarché cacher ont été achetés par une société 
immatriculée au nom de la compagne de Claude Hermant. Un deuxième fusil 
d’assaut a été acheté par un ingénieur belge, Patrick Halluent. Ce 
dernier, qui faisait partie des “cibles“ livrées par Claude Hermant 
aux gendarmes, a été entendu en Belgique le 21 avril dernier, par le 
juge lillois Stanislas Sandraps, sans être inquiété.

Lors de leurs auditions, les gendarmes ont confirmé avoir signalé à 
leur informateur leur « intérêt » pour ces ventes d'armes et la 
“cible”, mais ils ont refusé de communiquer aux juges lillois leurs 
“rapports de contact” avec Claude Hermant. Les magistrats ont donc 
demandé la déclassification de ces rapports au ministre de l’intérieur 
Bernard Cazeneuve, qui leur a répondu par la négative, le 30 juin, à 
la suite de l’avis défavorable de la Commission consultative du secret 
de la défense nationale (CCSDN).

Ce fiasco sur les armes vient s'ajouter à celui des défaillances des 
services de renseignement dans l'affaire des attentats de Paris. Sorti 
de détention, en mars 2014, après avoir purgé trois ans de prison dans 
l'affaire de la tentative d’évasion de l’artificier des attentats de 
1995, Amedy Coulibaly n'avait fait l'objet d'aucune surveillance par 
la suite. Quant aux écoutes téléphoniques visant les frères Saïd et 
Chérif Kouachi, elles avaient été interrompues à l’été 2014.

Entre l’enquête lilloise ouverte pour trafic d’armes et l’affaire des 
attentats de Paris, les magistrats sont confrontés à un jeu de 
bonneteau procédural assez unique – qui les dépasse peut-être. 
Questionné par Mediapart, le parquet de Paris a soutenu qu’il n’y 
avait « pas de lien » « entre le protagoniste du dossier lillois, 
Claude Hermant, et Coulibaly ». De fait, ni Claude Hermant, ni le 
Belge Patrick Halluent, n’ont été questionnés sur le fait qu’Amedy 
Coulibaly ait obtenu les armes qu’ils s’étaient procurées auprès de 
la firme slovaque. Ces armes de guerre issues des stocks des armées 
de l'ex-Pacte de Varsovie sont vendues neutralisées, mais leur remise 
en état est assez simple techniquement.

Le 21 avril, Patrick Halluent, un ancien ingénieur de 52 ans qui se 
fait passer pour détective privé, reconnaît lors de son audition avoir 
acheté des armes démilitarisées chez le slovaque AFG. L’enquête a fait 
apparaître qu’il en a acheté 174 entre le 18 juin 2013 et le 28 mai 
2014. Les autorités slovaques, dans une note adressée à la direction 
centrale de la PJ, signalent l’achat par Halluent de 14 armes, dont 
l’un des fusils mitrailleurs CZ 58 retrouvés dans le supermarché cacher 
de la porte de Vincennes, le scellé « VINC/A005 », qu’il avait acheté 
à AFG le 13 janvier 2014.

Face au juge Stanislas Sandraps, Halluent prétend que Claude Hermant 
était « son plus gros client ». « Je n’ai pas de liste des achats par 
client, assure-t-il. Je n’ai que la liste des clients. Je calculais 
une marge bénéficiaire de l’ordre de 100 à 200 euros par arme. Mes 
prix étaient très attractifs. » En juillet 1999 déjà, Halluent, décrit 
comme un « collectionneur d'armes », avait été victime d’un 
cambriolage suivi d’un incendie criminel. « Les cambrioleurs, après 
avoir forcé le coffre, y ont dérobé un arsenal important composé 
d'armes de guerre, Uzis, riot-guns, pistolets et revolvers, avant de 
bouter le feu, sans doute pour maquiller leur vol », signalait le 
quotidien belge Le Soir.

http://static.mediapart.fr/files/media_179242/ReponseBratisalva1.jpg

Mais c’est le 7 mai 2014, dans le cadre d’une enquête ouverte à Liège, 
qu’une perquisition « amenait la découverte d’un canon de fusil prêt à 
être expédié ainsi que tout le matériel nécessaire à la 
remilitarisation des armes ». Alors qu’un autre suspect, Metin 
Karasular, qui s’est manifesté à Charleroi dès le 12 janvier pour 
révéler ses contacts avec Coulibaly au sujet de la vente d’une 
voiture, a été incarcéré durant quatre mois, Patrick Halluent parvient 
miraculeusement à passer entre les gouttes de l’antiterrorisme.

http://static.mediapart.fr/files/media_179242/ReponseCharleroi1.jpg

La détention provisoire de Claude Hermant a été maintenue par le juge 
des libertés et de la détention à Lille, jeudi dernier. Gérant d’une 
friterie lilloise et d’un terrain de paintball, Claude Hermant, âgé lui 
aussi de 52 ans, avait révélé en juin 2001 les dérives du service 
d’ordre du Front national – le département protection et sécurité –, 
des trafics d’armes, déjà, et des provocations dans les quartiers. 
Entre 2008 et 2012, il a été l’animateur de la Vlaams Huis (Maison du 
peuple flamand), à Lambersart, puis de la Maison des identitaires de 
l’Artois. En mars 2013, c’est sur son terrain de paintball que les 
gendarmes prennent le premier contact avec lui, introduits par un 
douanier, Sébastien L., dont il est déjà l’informateur. 

« Salut Claude, nous sommes partants pour les dossiers que tu nous as 
présentés (armes-Charleroi) »

Immatriculé par le service, l’ancien militaire apporte diverses 
“affaires” à la Section de recherche de la gendarmerie, et l’une 
d’elles, un trafic d’armes, lui vaut d’être rémunéré – 2 000 euros, 
selon les gendarmes – et aussi félicité par un commandant de l’unité 
de Villeneuve-d’Ascq, Damien B., le 21 mars 2014.

« Le 18 février 2014, il nous parle d’une société qui s’appelle AFG en 
Slovaquie et qui serait susceptible de vendre des armes par le biais 
d’Internet », explique l’adjudant-chef B. Quelques noms sortent, dont 
« quelqu’un à Charleroi ». « Il nous dit qu’il va chercher, et nous 
sommes intéressés », admet le gendarme. 

Hermant prend contact avec le “détective” belge, et s’enquiert de ce 
qu’il peut lui fournir. « Une cible très intéressante et connue du 
grand banditisme est arrivée, a rapporté Hermant devant les juges. 
Samir L. était à la recherche d’armes. » La cible lui avait été « 
présentée par un jeune qui traîne sur le Bd de Metz ». « Il voulait de 
l’arme lourde, des kalachnikovs, des explosifs. C’était ce que je 
pouvais avoir. Je lui ai dit d’attendre une semaine et j’en ai rendu 
compte à M. B. [son officier traitant – ndlr ]. Il y a eu un mail et 
un rendez-vous physique à Decathlon. Je lui explique [que] la cible est 
venue me voir. Lui dit également que c’était une attaque de coffre-fort 
qui était prévue ; car Samir me l’avait dit. M. B. me donne le feu 
vert, me demande de bosser et d’obtenir les plaques 
d’immatriculation. »

De nombreux mails – dont quelques extraits ont été dévoilés dans La 
Voix du Nord ici – témoignent de ces échanges. Le 7 mai 2014, Claude 
Hermant envoie un mail à Laurent B. Il résume ses recherches sur 
Patrick Halluent, qu’il présente comme “détective privé”.

« Donc petit récap de ce matin. Rien d’illégal, ne vend que de la 
"neutra" [de l’arme neutralisée – ndlr] et refuse catégoriquement 
toute transformation et dit ne pas avoir les connaissances pour cela… 
on prend "neutra" ou rien. 
Fournisseur AFG. Slovénie [précise la mention du site internet – ndlr].
Il touche au monde des collectionneurs et tireurs pas des voyous, 
après plusieurs mois à creuser, il n’a pas varié d’un pouce.
Il donne volontiers un plan venant de N [un site internet – ndlr] où si 
on montre patte blanche le vendeur n’est pas hostile à donner de la 
pièce "op" [arme opérationnelle, il précise le nom du vendeur, et le 
lien – ndlr].
Ce contact est connu des collectionneurs. 80 % de la clientèle de 
Patrick est française.
En bossant dessus, je suis retombé sur un fusible à nous. Il serait 
bien de ne pas transmettre au belge cette info ou à gérer au mieux des 
intérêts des infiltrations. [...]
Tiens-moi au courant de ce que vous faites avec les infos. Je serais 
ralenti si le fusible saute. »

En réalité, le jour où ce mail est rédigé, Halluent subit une 
perquisition, qui montre qu’il a lui-même du matériel de 
remilitarisation. « Claude Hermant envoyait des personnes pour 
recueillir des informations, il n’y allait pas directement, c’est pour 
cela qu’il nous parlait de fusibles », a commenté l’adjudant-chef. 
Dans ce même mail au gendarme, Claude Hermant rend compte de ses 
premières recherches sur Samir L.

« Pour notre coffre-fort, voilà les 2 immat :
BW 5XXXX
BX 9XXXX
Si pas concluant, j’organise une autre surveillance, plus serrée pour 
récupérer plaque et modèle de voiture exact.
J’ai Rdv ce w-e.
Si on fait match montre-moi la fiche "pol" antropo de l’individu je te 
confirme la tronche.
Te ferai un rapport détaillé ap le prochain RDV.
Confirme réception et intention pour Patrick, Merci. »

Le gendarme répond :
« Merci Claude, les immat ne correspondent pas à des Maghrébins. 
Laurent »

 L’ancien militaire poursuit son infiltration, et livre effectivement 
des armes à “la cible” des armes qu’il a commandées lui-même à AFG.

« Il y avait deux techniques, a détaillé Hermant aux juges. Soit 
j’avais recours à un réseau existant, et je le dirigeais vers ce 
dernier, soit j’injectais et cette solution a été prise vu la qualité 
de la cible. C’est M. B. qui m’a dit de faire comme ça. Samir L. est 
devenu une priorité de la SR et de moi. C’était dans l’année 2014. […] 
Je devais maintenir le contact pour qu’ils puissent remonter quelque 
chose de correct. Je lui injecte une quarantaine d’achats. Le listing 
était dans la clé USB et dans les rapports. Il y a eu des armes de 
poings et des armes longues. »

« Nous n’avons jamais été au courant de tout ça, s’est défendu 
l’adjudant-chef B.. Si on nous avait parlé d’armes dans ces 
proportions, on aurait sauté dessus. C’était du pain bénit. Nous 
n’aurions jamais utilisé l’achat d’armes même neutralisées pour qu’il 
les revende dans le but d’infiltrer un trafic. »

Hermant livre aussi des éléments sur un autre client d’AFG, qui 
commande des armes sous le nom de « Nicolas Sarkozette ». Ces armes 
« suivent un circuit de remilitarisation et finissent dans les 
quartiers », commente-t-il. « Je te vois rire mais ce n’est pas une 
blague. Amitiés. » L’informateur transmet la copie d’une carte 
d’identité et un bon de commande destiné à AFG, au nom de 
“Sarkozette”… Le gendarme affirme aux juges n’avoir « pas travaillé 
sur ces infos ». Les mails se poursuivent ainsi toute l’année 2014. 
« J’espère que vous avez eu le temps de travailler sur les infos 
données… note Hermant en octobre. C’est une petite usine de remise en 
état qui est en place. Un dénommé R… propose du matériel sur Lille sud 
[…] Cela va du Scorpion à la Kalach et autres 9 mm para... »

Le 20 novembre 2014, l’adjudant-chef, Laurent B., et un autre gendarme, 
David D., rencontrent leur source. Peu après, l’officier traitant 
envoie un mail à Hermant : « Salut Claude, nous avons vu avec notre 
hiérarchie, nous sommes partants pour les deux dossiers que tu nous as 
présentés (armes-Charleroi). » « Je pense qu’il s’agit d’AFG, a 
commenté Laurent B. Il y avait un client AFG à Charleroi. » Les 
gendarmes ont fait un point avec le lieutenant T., puis ils ont rédigé 
à cette occasion un nouveau « rapport de contact ». Mais il est 
classifié secret défense.

 

 

http://www.lavoixdunord.fr/region/affaire-claude-hermant-le-secret-defense-qui-ajoute-au-trouble-ia19b0n3066814

Affaire Claude Hermant: le secret défense qui ajoute au trouble

 

Publié le 25/09/2015

PATRICK SEGHI

« Nous venons d’apprendre que le ministre de l’Intérieur a opposé le secret défense aux juges lillois qui instruisent l’enquête… » Ce qui ne perturbe en rien les proches de Claude Hermant, ex-mercenaire d’extrême droite, au cœur d’un vaste trafic d’armes.

 

Le secret défense touche désormais l’affaire Claude Hermant, au centre d’un trafic d’armes présumé...  PHOTO archives ÉDOUARD BRIDEVDNPQR

 

Au contraire, l’intervention de Bernard Cazeneuve ne ferait qu’ajouter de l’eau au moulin de l’inculpé, présumé innocent. Elle repose la question de la nature des liens supposés avec les attentats de Paris. « Le fait que le nom de Coulibaly n’apparaisse jamais dans le dossier de Claude Hermant ; que celui-ci n’ait jamais été interrogé à ce propos, nous rassure… », poursuit une source familiale. La justice fera-t-elle un jour la jonction entre les deux affaires ? L’interrogation se fait de plus en plus lancinante.

Cinq armes… et 200 autres

Selon nos confrères de Médiapart, complétant nos propres informations, cinq armes, numéros de série à l’appui, auraient transité par la société de la compagne de Claude Hermant avant de se retrouver dans l’arsenal de Coulibaly. « Oui, Claude Hermant a bien vendu des armes neutralisées mais à S.L. (arrêté depuis par la police judiciaire lilloise). »Cette figure du grand banditisme roubaisien« était une cible prioritaire signalée à la gendarmerie par Claude Hermant »dont nous avons établi qu’il était un agent de renseignement de la section de recherche de Lille« Ce que S.L. a fait de ces armes, nous n’en savons rien », poursuit l’entourage de l’ex-barbouze. Sous-entendu : comment a réagi la gendarmerie aux informations de son indic ? Si cette dernière se refuse à tout commentaire (notre édition du 12 août), Claude Hermant a, lui, mis en cause deux gendarmes et un agent des douanes.

Face au juge d’instruction lillois, l’un de ces gendarmes aurait, selon Mediapart, soulevé le caractère secret de ses missions. Bernard Cazeneuve, après avis de la commission consultative du secret défense, a brandi cette carte, cadrant les investigations lilloises. Reste une question. Si cinq armes achetées par Claude Hermant se sont retrouvées entre les mains de Coulibaly, qu’en est-il des « 200 autres » répertoriées par les les enquêteurs ?

Claude Hermant vient de voir une nouvelle demande de mise en liberté rejetée. « Il en formulera une autre dans quatre mois. »

Rappel des faits

Le 8 janvier 2015, Amedy Coulibaly tue une policière municipale à Montrouge (92). Le lendemain, il prend en otage les clients d’une supérette casher à Paris. Il en tue quatre… Il sera abattu lors d’un assaut du RAID.

 

http://www.lavoixdunord.fr/region/affaire-hermant-les-avocats-de-la-defense-estiment-que-ia19b0n3081400

Affaire Hermant : les avocats de la défense estiment que l’instruction est « biaisée »

 

Publié le 03/10/2015

PAR PATRICK SEGHI

Maxime Moulin et Guillaume Ghestem, les avocats qui défendent les intérêts de Claude Hermant et de sa compagne (poursuivis dans le cadre d’un trafic d’armes) sont aujourd’hui convaincus que la défense « ne dispose pas de toutes les informations » lui permettant d’assurer ses missions. Ils demandent la libération du prévenu. Et s’interrogent sur les effets du secret défense…

 

Maxime Moulin (premier plan) et Guillaume Ghestem sont convaincus qu’on «leur cache des pans entiers du dossier.»
Maxime Moulin (premier plan) et Guillaume Ghestem sont convaincus qu’on « leur cache des pans entiers du dossier. »

 

« Nous ne jouons pas à armes égales. » L’affirmation pourrait prêter à sourire si dans le cadre de ce dossier de plus en plus opaque, elle ne commençait à fleurer l’affaire d’État. « Nous ne sommes plus dans le conditionnel. Il y a un lien direct et établi entre l’affaire Claude Hermant et Coulibaly. Si le lien n’est pas direct alors on peut déterminer clairement quels sont tous les intermédiaires… » Voilà la ligne suivie par Maxime Moulin et Guillaume Ghestem qui défendent les intérêts du prévenu et de sa compagne, poursuivis dans le cadre d’un vaste trafic d’armes en bande organisée. Convaincu que « des éléments de preuve sont refusés aux magistrats lillois », que l’instruction est « biaisée », Maxime Moulin poursuit : « Il n’est pas question que les victimes de Coulibaly et que nos clients respectifs soient victimes du secret défense et de cafouillages divers et variés. »

« On nous cache des pans entiers du dossier »

Devant les « déséquilibres constatés », l’avocat roubaisien a beau jeu d’exiger aujourd’hui « la libération » de Claude Hermant qui doit, selon lui, devenir « témoin assisté ». « Le travail d’un juge est la recherche de la vérité. Là, on nous cache des pans entiers du dossier », restent convaincus les défenseurs qui, depuis peu, jouent sur du velours.

Depuis la divulgation que cinq armes traçables passées par la petite entreprise de la compagne de Claude Hermant ont bien atterri entre les mains de Coulibaly, l’affaire a pris une tournure nouvelle. « Mon client était un indic (de la gendarmerie). Ses renseignements devaient être plutôt bons puisqu’on leur oppose le secret défense. Mais il n’était pas un chef d’équipe, seulement une cheville ouvrière… » La chaîne des responsabilités s’ouvre désormais de façon béante. « Nous n’avons jamais été entendus dans le cadre du dossier parisien. » Le parquet se refusant toujours à faire le lien entre les deux affaires. Pour ajouter au trouble, les deux avocats ont fait savoir que leurs cabinets respectifs avaient fait l’objet d’une visite nocturne.



Terrorisme : une gendarme et une fille de gendarme sur la sellette

Naturellement, j’aurai l’occasion de revenir sur le cas de la criminelle et terroriste Josette BRENTERCH du NPA de Brest, elle aussi fille de gendarme.

Ici, je me contenterai seulement de rappeler qu’à la barre du Tribunal de Grande Instance de Brest le 9 avril 2013, elle m’avait mensongèrement accusée, entre autres, de m’être publiquement attaquée à son père gendarme alors que c’est bien elle qui en avait parlé dans ses commentaires sur les blogs de son complice Pascal Edouard Cyprien LURAGHI au cours de l’été 2010 en précisant qu’elle avait hérité de son mauvais caractère.

Pour ma part, je n’ai jamais connu son père et n’en savais strictement rien avant de l’entendre en parler en 2004 ou de lire bien plus tard de ses écrits s’y rapportant.

En revanche, elle savait depuis son arrivée à la LCR dans les années 1970 qui était le mien et qui j’étais. Elle nous a toujours haïs depuis cette époque et s’est dès lors appliquée, décennie après décennie, à détruire toute ma famille.

 

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/09/29/01016-20150929ARTFIG00141-une-gendarme-soupconnee-d-avoir-aide-un-proche-d-amedy-coulibaly-revoquee.php

Une gendarme soupçonnée d’avoir aidé un proche d’Amédy Coulibaly révoquée

    • Par lefigaro.fr
    • Mis à jour le 29/09/2015 à 14:44
    • Publié le 29/09/2015 à 13:29
ILLUSTRATION - Des impacts de balles sur la vitrine de l'Hyper Cacher, près de la Porte de Vincennes à Paris, où quatre otages d'Amédy Coulibaly ont été tués en janvier dernier.
 

L’adjudante était suspendue depuis février. Elle entretenait une relation amoureuse avec un homme suspecté d’avoir aidé le terroriste de l’Hyper Cacher et à qui elle pourrait avoir transmis des informations stratégiques.

Terrorisme : une gendarme et une fille de gendarme sur la sellette dans Attentats dans Corruption

Sur fond d’histoire d’amour, elle aurait livré des informations stratégiques au complice d’un terroriste. Plus de huit mois après les attentats de janvier, la gendarme soupçonnée d’avoir transmis des informations à un proche d’Amédy Coulibaly a été révoquée.

«Un conseil d’enquête a conduit à la radiation des cadres de l’adjudante», ce qui constitue, dans le cadre militaire, à une révocation pour les fonctionnaires, a annoncé, mardi, la gendarmerie nationale. Cette décision a été notifiée le 21 septembre dernier à la jeune femme, qui était suspendue depuis février. Elle dispose désormais d’un délai de deux mois pour effectuer un recours contre cette révocation.

Après la prise d’otages d’Amédy Coulibaly dans l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes, à Paris, les filatures des complices du terroriste ont permis de découvrir la relation de l’adjudante avec Amar R.. Déjà soupçonné avant les attaques de trafic de stupéfiants et d’armes, il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt européen, comme l’avait révélé Le Canard Enchaîné. Les liens de cet homme avec Amédy Coulibaly ont rapidement conduit à son interpellation. Il aurait échangé des centaines de SMS avec le terroriste et l’aurait rencontré à plusieurs reprises, notamment le jour précédant l’attentat. Son téléphone se trouvait par ailleurs à proximité du supermarché cacher le jour de l’attaque.

Accès sans contrôle au fort de Rosny-sous-Bois

Or, d’après les éléments révélés par l’enquête, ce complice présumé pourrait avoir bénéficié de l’aide de sa compagne gendarme. Les enquêteurs ont constaté que la jeune femme lui permettait de pénétrer sans aucun contrôle dans le fort de gendarmerie de Rosny-sous-Bois, haut lieu du renseignement français, où elle-même travaillait. Une lettre qu’elle a tenté de faire passer à son compagnon, incarcéré depuis fin janvier pour les affaires de trafic dans lesquelles il pourrait être impliqué, a par ailleurs été interceptée. Elle y évoque la ville de Charleroi, en Belgique. Soit le lieu précis où Amédy Coulibaly serait allé revendre une voiture quelques jours avant les attaques, rappelle LCI.

La gendarme s’était convertie à l’islam deux ans auparavant. Elle avait été aperçue échanger son képi contre un voile au sortir du fort, mais aucun autre élément n’a permis de mettre en lumière une éventuelle radicalisation religieuse. Sa complicité directe n’est pas non plus établie: rien n’indique que les accès à l’enceinte protégée de la gendarmerie aient joué un rôle dans la préparation de l’attentat. Ils sont toutefois parfaitement irréguliers.

Son compagnon lui a confié connaître Amédy Coulibaly

En mars, la garde à vue de la jeune femme avait levée au bout de deux jours. Son avocate avait alors affirmé qu’elle «n’a rien à voir avec tout ça», évoquant un «gros malentendu». «Elle compte s’expliquer devant les policiers», avait poursuivie Me Daphné Pugliesi.

Au cours d’une interview sur TF1, la jeune femme avait confirmé que son compagnon et le terroriste se connaissaient. Amar R. lui aurait en effet avoué avoir connu Amédy Coulibaly «à Villepinte». «On se voyait amicalement, on parlait de tout et de rien», lui aurait affirmé son ami, niant avoir aidé l’auteur de l’attaque de l’Hyper Cacher. La gendarme avait toutefois choisi de ne pas rapporter à sa hiérarchie cette information.

Le 8 janvier, Amédy Coulibaly a tué une policière et blessé un agent municipal à Montrouge, au sud de Paris, avant de prendre en otages, le lendemain, les clients et employés d’un supermarché cacher de Paris. Il a tué quatre d’entre eux et a été abattu dans l’assaut donné par la police.

La rédaction vous conseille :

 

http://www.lefigaro.fr/international/2015/10/01/01003-20151001ARTFIG00064-emilie-konig-une-djihadiste-francaise-inscrite-sur-la-liste-noire-des-terroristes-par-les-etats-unis.php

Émilie König, une djihadiste française inscrite sur la liste noire des terroristes par les États-Unis

    • Par lefigaro.fr
    • Mis à jour le 01/10/2015 à 14:36
    • Publié le 01/10/2015 à 09:39
En 2013, Émilie König aurait posté une vidéo sur YouTube, apparaissant un fusil à la main (Capture d'écran YouTube).

VIDÉO - Cette trentenaire originaire de Lorient a été ajoutée à la liste noire en même temps que Maxime Hauchard et Peter Cherif. C’est la première fois qu’une femme djihadiste est ainsi désignée par les autorités américaines.

 dans Crime  dans Folie

Trois djihadistes français ont été ajoutés, mardi, à la liste noire de «combattants terroristes étrangers» des États-Unis. Parmi eux figure Maxime Hauchard, identifié dans une vidéo de 2014 comme l’un des bourreaux de l’État islamique, mais aussi Émilie König, dont le nom est moins connu. Bien qu’elle ne participe pas directement aux combats, elle est pourtant une figure de la mouvance djihadiste française en Syrie, où elle joue un rôle important de propagandiste et de recruteuse.

«C’est une personnalité dans la communauté djihadiste, elle est très active sur les réseaux sociaux, sert à la propagande et au recrutement de volontaires», confiait mardi soir à l’AFP un responsable de la lutte antiterroriste. «Nous la connaissons très bien». Selon lui, c’est la première fois qu’une femme djihadiste est ainsi désignée par les autorités américaines.

Dans un communiqué, le Département d’État et du Trésor américain indique que cette désignation est liée au fait qu’Émilie König aurait «ordonné à des individus d’attaquer des institutions gouvernementales françaises». Il y a un an, le 23 septembre 2014, le nom de cette djihadiste avait déjà été ajouté par les Nations unies à sa liste des personnes associées à al Qaida en Irak, et faisant ainsi l’objet de sanctions internationales et d’interdictions de voyager.

Parti rejoindre son mari en 2012

Née il y a 31 ans à Lorient, Émilie König est fille d’un gendarme et dernière d’une famille de quatre enfants. Après avoir suivi une scolarité normale, sans être brillante, elle s’est convertie à l’islam au contact de son premier mari, algérien d’origine, emprisonné pour trafic de drogue. Émilie König apprend alors l’arabe, se fait appeler Samra, se voile entièrement et, au contact du groupe islamiste nantais Forsane Alizza, elle commence sa radicalisation. En 2010, portant le niqab, elle est repérée près de la mosquée de Lorient, où elle tentait de distribuer des tracts appelant au djihad. Elle se rend souvent à Paris et se fait remarquer en manifestant aux premiers rangs, intégralement voilée.

Au printemps 2012, convoquée au tribunal de Lorient, la jeune femme s’y présente en niqab, refuse de se dévoiler et provoque une altercation avec un vigile. Elle filme la scène et la poste rapidement sur YouTube, criant à la discrimination. Après la dissolution de Forsane Alizza, dont les principaux membres ont été traduits en justice, elle ouvre plusieurs pages Facebook appelant à la guerre sainte. C’est à cette période qu’elle décide de rejoindre en Syrie son mari, parti pour s’affilier au groupe qui allait devenir l’État islamique. Il sera tué peu après. Laissant ses deux enfants en France, elle fait partie des premiers Français à avoir franchi la frontière turque pour prendre part au djihad en Syrie.

Vidéos de propagande

Émilie König ne prend pas part aux combats. Au sein de Daech, les femmes sont plus souvent confinées à des rôles de soutien et ne sont pas considérées comme des combattantes potentielles. Elle apparaît en revanche dans de nombreuses vidéos de propagande. Dans l’une d’elles, mise en ligne le 31 mai 2013, elle pose avec un fusil à canon scié, comme si elle s’entraînait au tir. Dans une autre, postée un mois plus tard, elle adresse un message de propagande à ses enfants restés en France. «N’oubliez pas que vous êtes musulmans», dit-elle à ses fils, confiés à leur grand-mère. «Le djihad ne cessera pas aussi longtemps qu’il y aura des ennemis à combattre».

Surveillée par les services de renseignements, elle est surprise en train d’appeler ses contacts en France pour les inciter à monter des attaques contre les institutions françaises, ou à s’en prendre aux femmes de soldats français déployés notamment au Mali. Elle est visée notamment par une enquête sur le départ en Syrie d’une dizaine de jeunes gens de la région nîmoise. Une source proche du dossier, qui demande à ne pas être identifiée, la décrit comme «une excitée», qui aurait proclamé sa volonté de commettre un attentat suicide, même si «ces gens-là sont souvent dans le déclamatoire».



Terrorisme : le juge Marc Trévidic dit s’attendre au pire

Je ne suis pas très optimiste moi non plus, et j’accuse en priorité les magistrats ultra CORROMPUS qui ont toujours refusé de considérer mes plaintes, préférant toujours n’écouter que les proxénètes et trafiquants d’armes qui m’agressaient, dont la criminelle Josette BRENTERCH du NPA de Brest et tous ses amis ou complices de l’extrême-gauche, notamment les psychopathes de la bande de Cyprien LURAGHI.

J’accuse donc, entre autres, les juges d’instruction brestois Raymond ANDRE, Muriel CORRE et Céline VERDIER d’avoir fait tout leur possible pour favoriser les entreprises criminelles de ces gens en multipliant tout comme eux les exactions à mon encontre alors qu’ils avaient été saisis des faits à raison desquels nous avions les uns et les autres décidé de nous engager dans des procédures judiciaires à compter de l’année 2010, celles de Mme BRENTERCH et de ses complices à mon encontre n’ayant toujours été, toutes, que des tentatives d’escroquerie au jugement supportées par des dénonciations calomnieuses et des faux témoignages dont ces malfrats étaient toujours les auteurs les uns pour les autres, ou pour eux-mêmes.

En effet, aucune des déclarations de ces malfaiteurs, pourtant régulièrement dénoncées comme mensongères, force éléments de preuve à l’appui, n’a jamais été vérifiée par ces magistrats manifestement CORROMPUS qui m’auront témoigné une haine tout à fait exceptionnelle et se sont plus à répercuter à la lettre dans toutes leurs décisions me concernant tous les mensonges et inventions calomnieuses de Mme BRENTERCH et de ses complices de la bande de Pascal Edouard LURAGHI, dit Cyprien LURAGHI.

Et ce n’est là qu’une infime partie de leurs exactions à mon encontre.

 

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/10/01/01016-20151001ARTFIG00112-terrorisme-le-pire-est-devant-nous-selon-trevidic.php

La France est « l’ennemi numéro 1 » de l’État islamique selon Trévidic

    • Par lefigaro.fr
    • Mis à jour le 01/10/2015 à 14:16
    • Publié le 01/10/2015 à 11:52

VIDÉO - L’ancien juge anti-terroriste, dans une interview à Paris Match, estime que «le pire est devant nous» , et s’attend à des attentats spectaculaires dans un futur proche.

Terrorisme : le juge Marc Trévidic dit s'attendre au pire dans Attentats

 dans Corruption

 

Marc Trévidic est pessimiste. L’ancien juge anti-terroriste voit l’avenir en noir, à l’image de la bannière de l’État islamique. Dans une interview donnée à Paris Match, il estime que la France est devenue «l’ennemie numéro un» de l’État islamique et que l’organisation terroriste se prépare à des attentats d’ampleur sur notre territoire.

• La France, cible facile?

Marc Trévidic estime que la France est plus susceptible que les États-Unis d’être frappée par une attaque. Notamment à cause de la proximité géographique de notre pays avec les lieux où Daech a établi ses bases. «La France est facile à toucher» estime-t-il, du fait de la simplicité «opérationnelle de renvoyer de Syrie en France des volontaires aguerris, des Européens, membres de l’organisation, qui peuvent revenir légalement dans l’espace Schengen et s’y fondre avant de passer à l’action».

• Pourquoi la France?

Outre cet aspect pratique, il y a un aspect idéologique et politique. Notre pays est en première ligne depuis longtemps «pour combattre le djihad mondial». L’implication directe dans la campagne de frappes aériennes contre Daech ne fait qu’augmenter le ressentiment à l’égard de notre pays, estime le juge. «Pour [les terroristes, la France] est toujours une nation coloniale, revendiquant parfois ses racines chrétiennes, soutenant ouvertement Israël, vendant des armes aux pays dits “mécréants et corrompus” du Golfe et du Moyen-Orient.»

• Quels types d’actions?

Celui qui est maintenant vice-président du tribunal de grande instance de Lille est très inquiet quant au mode opératoire des futurs attentats. Il prévoit des attentats d’envergure et avertit que «la vraie guerre que l’EI entend porter sur notre sol n’a pas encore commencé». «Les hommes de Daech ont les moyens, l’argent et la faculté d’acquérir facilement autant d’armes qu’ils veulent. Le terrorisme est une surenchère ; il faut toujours aller plus loin, frapper plus fort. Il reste “le prix Goncourt du terrorisme” à atteindre, les attentats du 11-Septembre 2001 contre les tours du World Trade Center.» Fin août, dans un article du Canard enchaîné, des spécialistes du renseignement prévenaient de la même façon d’un risque «d’un 11-Septembre à la française où les services [de renseignement] seront de simples spectateurs.»

• Quelle réponse apporter?

L’inquiétude laisse place à la colère froide lorsque le juge se penche sur la réponse à apporter aux terroristes et projets d’attentats. «On ne peut plus les empêcher, lâche-t-il. Il y a là quelque chose d’inéluctable.» Un avis glaçant de la part de celui qui a été un rouage essentiel de la lutte contre le terrorisme. La raison: «Les moyens affectés à la lutte antiterroriste sont clairement devenus très insuffisants. On frise l’indigence à l’heure où la menace n’a jamais été aussi forte. Sentinelle, Vigipirate [ne résolvent] rien. Cela ne freinera pas les hommes de l’EI le jour où ils auront décidé de passer à la vitesse supérieure. Ces dispositifs protègent certains endroits, rassurent la population. Mais en fait, ils déplacent la menace. Si cela paraît trop compliqué de s’en prendre à un objectif sous surveillance, [les terroristes] en trouveront un autre.»



Statistiques de Justinpetitcoucou pour septembre 2015

http://justinpetitcoucou.unblog.fr/2015/10/01/statistiques-de-justinpetitcoucou-pour-septembre-2015/

 

Hier, j’ai publié les statistiques de Petitcoucou pour septembre 2015.

Voici celles de Justinpetitcoucou, qui restent globalement nettement moins impactées par les fantaisies de mon Chinois de Thaîlande.

 

graph_month justin 10

 

Détail :

 

Pages les plus visitées

Aujourd’hui
Page Hits
/category/luraghi/page/3/ 1
/2015/01/page/2/ 1
/category/rue89/ 1
/category/politique/page/8/ 1

 

Cette semaine
Page Hits
/2015/01/13/amedy-coulibaly-a-l-ecole-du-crime-a-fleury-merogis/ 31
/2015/03/04/nemrod34-sen-va-t-en-guerre-le-deni-en-bandouliere/ 24
/ 23
/category/crime/page/5/ 18
/2015/03/13/la-famille-merah-impliquee-dans-une-execution-de-letat-islamique/ 14
/2015/01/page/3/ 13
/2015/02/09/un-complice-damedy-coulibaly-en-couple-avec-une-gendarme-de-rosny-sous-bois/ 12
/2015/03/28/antidepresseurs-dinnombrables-attentats-psychiatriques-passes-sous-silence/ 10
/2015/06/23/frontignan-dans-lherault-la-mecque-du-roman-noir/ 9
/category/crime/ 9

 

Depuis la création du blog
Page Hits
/ 3864
/2015/01/13/amedy-coulibaly-a-l-ecole-du-crime-a-fleury-merogis/ 2485
/2015/01/16/suicides-de-policiers-a-limoges-un-rapport-avec-cherif-kouachi/ 1477
/2015/03/13/la-famille-merah-impliquee-dans-une-execution-de-letat-islamique/ 768
/category/crime/ 366
/2015/03/30/crash-de-barcelonnette-un-nouveau-scandale-pour-les-laboratoires-servier/ 334
/2015/03/14/le-tribunal-administratif-de-toulouse-vandalise-le-8-mars-2015/ 277
/2015/01/06/cest-le-jour-des-trolls-pas-droles/ 274
/page/3/ 259
/page/2/ 254

 

Visiteurs – 30 derniers jours

Date Visites Unique Rebonds
01/10/2015 3 3 3
30/09/2015 14 12 9
29/09/2015 16 14 14
28/09/2015 12 11 7
27/09/2015 12 12 11
26/09/2015 13 13 9
25/09/2015 6 6 4
24/09/2015 10 10 8
23/09/2015 8 8 8
22/09/2015 7 7 5
21/09/2015 8 8 6
20/09/2015 2 2 2
19/09/2015 9 9 7
18/09/2015 10 9 7
17/09/2015 9 9 8
16/09/2015 13 13 10
15/09/2015 12 12 10
14/09/2015 9 9 7
13/09/2015 9 9 7
12/09/2015 13 13 10
11/09/2015 11 11 10
10/09/2015 15 14 13
09/09/2015 10 10 7
08/09/2015 13 13 12
07/09/2015 9 9 8
06/09/2015 12 12 11
05/09/2015 14 12 8
04/09/2015 8 8 8
03/09/2015 18 17 14
02/09/2015 12 11 11
Unique TOTAL Somme: 306 Moyenne: 10

 

Pages – aujourd’hui

Page Unique Visites
Justinpetitcoucou › Se connecter 1 1
Politique archive at Justinpetitcoucou 1 1
Rue89 archive at Justinpetitcoucou 1 1

 

Vue d’ensemble – aujourd’hui

Visiteurs 3
Visiteurs uniques 3
Pages vues 3 (Ø 1)
Pages vues max.par visite 1
Temps total passé 0h 0m 0s
Temps par visite 0h 0m 0s
Nombre de sauts 3 (100%)

 

 

Retenons-en que le nombre de mes lecteurs sur ce blog reste très faible.

Entre les deux blogs Petitcoucou et Justinpetitcoucou, ce nombre est actuellement d’une cinquantaine de lecteurs quotidiens en moyenne, soit moitié moins que le nombre de mes lecteurs quotidiens sur le blog « Un petit coucou » de la plateforme de blogs OverBlog durant son activité, du 26 mars 2010 au 11 juin 2013.

Rappelons par ailleurs que l’auteur des blogs où je suis quotidiennement calomniée depuis 2009, Pascal Edouard Luraghi, dit Cyprien Luraghi, un malade mental qui sous la dictée de Josette Brenterch du NPA de Brest rédige et publie pour ses lecteurs une version de ma biographie particulièrement infamante que l’un et l’autre des deux complices disent mensongèrement correspondre à ma vraie vie, s’est toujours vanté d’avoir pour sa part plusieurs milliers de lecteurs par jour.

La balance entre nous est donc encore bien loin d’être atteinte.

Dans ces conditions, je ne suis toujours pas parvenue à me faire entendre comme j’aurais dû l’être.



Syrie : de l’hypocrisie habituelle du NPA

Le site wsws.org publie régulièrement des articles intéressants sur la politique du NPA en Syrie.

En voici quelques-uns qui décrivent en fait la politique habituelle de Josette Brenterch du NPA de Brest dans tous les domaines où elle intervient : d’extrême-droite, ultra-violente, fasciste, mensonges, sournoiserie et manipulations en plus, des psychopathes extrêmement dangereux étant toujours utilisé d’une manière odieuse.

 

https://www.wsws.org/fr/articles/2015/sep2015/npar-s15.shtml

La crise des réfugiés révèle le coût humain des guerres « humanitaires » du NPA

 

Par Anthony Torres
15 septembre 2015

 

La crise des réfugiés en Europe a mis en lumière le rôle criminel des partis de la pseudo-gauche qui ont défendu les guerres impérialistes sous des prétextes « humanitaires ». Défenseur acharné des guerres en Libye, en Syrie et en Ukraine, le NPA en France a oeuvré constamment pour étouffer l’opposition populaire à des guerres qui ont provoqué la pire crise des réfugiés depuis la Deuxième Guerre mondiale et la mort de 3.000 d’entre eux.

Après avoir exprimé sa « colère » et sa « rage face au cynisme et à l’hypocrisie des dirigeants européens, » le NPA écrit dans son article « Bienvenue aux réfugiéEs » que la responsabilité de la mort de ses migrants retombe sur « les frontières qui tuent. Et plus les frontières sont hautes, plus les risques pris par les migrantEs sont mortels. Alors, la réponse est aussi simple que le constat : ouvrons les frontières et l’hécatombe s’arrêtera».

Cette réponse cynique est dépourvue de tout contenu sérieux. Le NPA n’a pas plus l’intention que les gouvernements européens d’abolir les frontières. En fait, l’Union européenne renforce les frontières européennes et accélère les préparatifs pour une escalade de la guerre en Syrie, qui ne ferait qu’intensifier la crise des réfugiés.

Quand le NPA se pose en défenseur internationaliste du droit de libre circulation et se prononce pour l’abolition des frontières, ses slogans sont frauduleux. Le NPA soutient les mouvements séparatistes bourgeois en Ecosse et en Catalogne. Ceux-ci veulent créer des frontières et des autorités nationales nouvelles pour entretenir des liens plus directs avec l’UE et avec le capital financier international, afin de mieux exploiter leur propre classe ouvrière.

Par contre, le NPA maintien un silence absolu sur la responsabilité de ses guerres dans les souffrances de millions de personnes et la mort de milliers de réfugiés innocents, noyés en Méditerranée ou étouffés dans les camions des trafiquants. Depuis 2011, selon les statistiques officielles, 300.000 personnes ont fui la Libye, 4 millions la Syrie (plus les 7 millions qui sont des réfugiés à l’intérieur du pays) et 2 millions l’Irak.

Dans tous ces pays, l’hécatombe sociale résulte d’interventions impérialistes que le NPA a bruyamment soutenues, sous le prétexte nauséabond que c’était une défense humanitaire des populations concernées. En fait, le NPA faisait la politique d’une couche pro-impérialiste de la petite bourgeoisie, qui se moquait éperdument des centaines de milliers de vies que coûteraient leurs guerres.

Quand la France et les pays de l’OTAN ont lancé la guerre en Libye en 2011, l’universitaire Gilbert Achcar a donné la ligne du NPA : « Nous sommes dans un cas où une population est vraiment en danger et où il n’y a pas d’autre alternative pour la protéger. L’attaque des forces de Kadhafi est une question d’heures ou de jours. On ne peut, au nom de principes anti-impérialistes, s’opposer à une action qui va empêcher le massacre de civils ».

«Bien sûr nous savons tous que la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis ne sont pas poussés par une soudaine gentillesse – mais par des intérêts stratégiques dans cette région riche en pétrole », a écrit Bertil Videt, membre dirigeant d’un parti danois lié au NPA. Mais il a ensuite écarté ces considérations et déclaré son soutien à la guerre : « nous devons fournir de meilleures alternatives que l’affichage de blogs de solidarité et d’anti-impérialisme. »

Quant à Olivier Besancenot, il a suggéré tout bonnement que la France procure des armes à l’opposition libyenne : « Notre solidarité pleine et entière va au peuple libyen auquel il faudrait donner les moyens de se défendre, les armes dont il a besoin pour chasser le dictateur, conquérir la liberté et la démocratie ». Quand, après six mois de violents combats qui ont fait plus de 30.000 morts et dévasté le pays, les rebelles libyens ont capturé, torturé, et assassiné Kadhafi, le NPA s’est réjoui de ce qu’il appelait une « bonne nouvelle ».

Une fois que les puissances impérialistes ont vu qu’il était possible de détruire Kadhafi en utilisant le prétexte d’une guerre « humanitaire », Assad était marqué comme la prochaine cible. Le NPA s’est exécuté sans objection pour soutenir ce même genre de guerre en Syrie. Achcar a rencontré des opposants libyens liés à la CIA afin de les conseiller sur comment présenter la campagne pour renverser Assad.

Quand les médias ont avoué le caractère islamiste et terroriste de la rébellion syrienne, ceci n’a pas refroidi l’enthousiasme du NPA. Besancenot a attaqué ceux qui s’opposaient à l’armement par la France de rebelles dits « modérés » en disant : « Ceux qui disent ‘il ne faut surtout pas donner d’armes parce que cela va finir chez les djihadistes’, c’est déjà le cas … », avant d’ajouter, « C’est ma constance en tant qu’internationaliste de faire confiance aux peuples pour décider de leur propre destin ».

A présent, 11 millions de Syriens ont dû fuir une guerre qui a coûté la vie à plus de 200.000 d’entre eux et réduit en ruines de larges portions d’Alep, Homs et d’autres villes. Le NPA n’a commencé à critiquer les milices islamistes en Syrie que lorsque l’une d’entre elles, l’Etat islamique (EI, ou Daech) a commencé à attaquer le régime irakien soutenu par Washington, Paris, et leurs alliés.

Le NPA n’a rien d’un parti révolutionnaire, c’est un parti réactionnaire, pro-guerre, issu d’une mince couche aisée d’universitaires pro-impérialistes, de bureaucrates syndicaux et de magouilleurs politiques promus par les médias. Ils appliquent un mince vernis de « gauche » aux opérations sanglantes de forces d’extrême-droite, pourvu que celles-ci restent alignées sur l’impérialisme français. Il n’a pas défendu les populations d’Afrique et du Moyen Orient contre les puissances impérialistes, mais soutenu le bain de sang qui est en cours.

Le NPA s’est fait l’écho des médias français quand ils ont attaqué Kadhafi, Assad, Daech et finalement Poutine et les séparatistes russophones en Ukraine. Il a raconté les mensonges les plus éhontés et soutenu les guerres les plus pourries, sans s’inquiéter des conséquences pour des millions de gens.

La souffrance des réfugiés et la mort de milliers d’entre eux exposent ceux qui ont attaqué l’opposition du WSWS aux guerres comme un vulgaire soutien de Kadhafi ou d’Assad sans compassion pour les souffrances des peuples libyen ou syrien. En attaquant ces guerres, le WSWS se fondait sur une analyse scientifique des intérêts du prolétariat international.

En dénonçant tout examen du caractère impérialiste des guerres lancées par l’OTAN, avons-nous écrit à l’époque, le NPA « proclame son hostilité ouverte au marxisme qui insiste sur le fait que l’attitude d’un parti de la classe ouvrière à l’égard de la guerre doit se fonder sur le caractère social et de classe des régimes qui la mènent. Les marxistes sont opposés par principe à une guerre menée par des grandes puissances impérialistes telles les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France contre un ancien pays colonial opprimé comme la Libye ».

Ce sont les mensonges « humanitaires » du NPA qui ont préparé le terrain pour le désastre en train de se dérouler. Le WSWS les a critiqués sur la base d’une perspective principielle, trotskyste.

 

http://www.wsws.org/francais/News/2011/dec2011/syri-d01.shtml

France: La « gauche » petite-bourgeoise complote une intervention militaire en Syrie

 

Par Kumaran Ira
1 décembre 2011

 

Tandis que les puissances occidentales s’apprêtent à déstabiliser et à fomenter des rebellions armées contre le régime syrien de Bashir al-Assad, le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) français soutient et apporte son aide au projet d’intervention militaire contre la Syrie. Ceci fait suite au soutien du NPA à la guerre de l’OTAN contre le dirigeant libyen Muammar Gadhafi sous le prétexte cynique de « protéger les civils. »

Gilbert Achcar, membre du Secrétariat unifié international pabliste, affilié au NPA, et professeur à l’Ecole d’études orientales et africaines de Londres (School of Oriental and African Studies) a publié un article dans Al Akhbar intitulé « Syrie: Militarisation, intervention militaire et l’absence de stratégie. » L’article raconte sa participation à une conférence du Comité de coordination syrienne et du Conseil national syrien (CNS) à laquelle participait Burhan Ghalioun, dirigeant du CNS les 8 et 9 octobre en Suède. Une traduction en français était affichée sur les site internet du NPA.

Selon Achcar, « Les organisateurs de la conférence m’avaient invité pour parler sur le thème de l’intervention militaire étrangère dans la situation actuelle en Syrie. » Il a souligné que «l’opposition syrienne devait définir une position claire sur la question de l’intervention militaire étrangère, car il est évident que sa position a une influence majeure sur la perspective d’une telle intervention. »

Achcar a fait remarquer que les puissances occidentales ne lanceraient pas d’intervention militaire en Syrie à moins que l’opposition syrienne ne la réclame. Il écrit, « La réticence que nous pouvons voir aujourd’hui de la part des Etats occidentaux et régionaux quant à une intervention directe pourrait changer demain si les demandes d’intervention faites au nom de l’opposition syrienne venaient à se multiplier. »

Une conférence avec le CNS, qui comprend la Déclaration de Damas, soutenue par les Etats-Unis et les Frères musulmans sunnites, soutenus par la Turquie et des Etats Arabes, est le lieu où comploter une stratégie impérialiste. Par sa présence, Achcar a fait office d’agent des puissances occidentales, faisant passer au CNS le message qu’il devrait demander une intervention militaire en Syrie, ce qu’avait fait le Conseil national de transition (CNT) pour commencer la guerre en Libye début mars.

Les Etats-Unis, les puissances européennes et leurs alliés dans la région, telles la Turquie et l’Arabie saoudite, soutiennent l’opposition syrienne formée par le CNS et son aile armée, l’Armée libre syrienne (ALS), soutenue par la Turquie. De nombreux rapports font état de ce que la Turquie et d’autres puissances régionales aident à infiltrer les forces ALS en Syrie. Les puissances occidentales cherchent à se servir du CNS pour s’emparer de l’opposition populaire à Assad, inspirée des luttes de la classe ouvrière de par le Moyen-Orient, pour remplacer Assad par un régime fantoche de droite.

La semaine dernière des diplomates européens se sont mis d’accord pour accroître de façon draconiennes les sanctions contre la Syrie, avec des interdictions d’investissement dans les obligations souveraines syriennes, de prêts bancaires dans le secteur privé et de commerce de l’or syrien.

Il devient de plus en plus évident que la Turquie, qui héberge l’Armée libre syrienne prépare une intervention militaire directe. Selon l’Observer EU, «Muhammed Tayfur membre du CNS est déjà en pourparlers avec la Turquie sur la question d’une zone de sécurité de 8 km à l’intérieur du territoire syrien qui donnerait dans les faits à l’Armée libre syrienne une base d’opérations sûre. »

Ces démarches contre Damas font partie de la campagne de Washington contre les luttes révolutionnaires de par le Moyen-Orient et ses préparatifs pour un conflit plus large avec l’Iran, soutien clé du régime d’Assad. En présentant la politique interventionniste des puissances impérialistes sous un jour positif, Achcar oeuvre pour donner à l’intervention impérialiste un visage humanitaire. En cela, Achcar et le NPA continuent à soutenir l’impérialisme occidental, comme ils l’ont fait durant la guerre contre la Libye de cette année.

Achcar et le NPA ont acclamé la guerre conduite par l’OTAN contre le régime Gadhafi, déclarant de façon trompeuse que le but en était la protection des civils et non la promotion des intérêts impérialistes en Libye. Le NPA avait même demandé que les puissances impérialistes arment le CNT. Achcar pour sa part avait écrit: « Nous avons ici une situation où une population est véritablement en danger et où il n’y a pas d’alternative plausible pour la protéger… On ne peut pas, au nom de principes anti-impérialistes, s’opposer à une action qui éviterait un massacre de la population civile. »

Dans un article publié par le NPA peu avant la chute de Tripoli, Achcar accusait l’OTAN de ne pas bombarder la Libye suffisamment fort. Il citait d’un air approbateur le chroniqueur d’extrême-droite du Wall Street Journal, Max Boot, qui se plaignait que l’OTAN aurait dû effectuer plus de sorties que les 11 107 sorties de bombardiers de l’OTAN sur la Libye, du fait notamment qu’ils avaient effectué 38 004 sorties lors du bombardement du Kosovo en 1999.

Dans son discours en Suède, Achcar a dissimulé les atrocités impérialistes commises contre la population libyenne, disant, « L’intervention a permis aux rebelles libyens de libérer leur pays des griffes de leur dictateur brutal… » Il a de façon absurde déclaré que « C’est aussi ce qui a rendu le soutien aérien étranger très efficace pour la protection des zones rebelles et la limitation du mouvement des forces du régime en dehors des zones habitées, le tout à un coût en pertes civiles relativement limité. »

En fait, les avions de l’OTAN ont bombardé de nombreuses villes libyennes et tué aveuglément des milliers de civils. Selon des estimations de représentants du CNT, 30 000 personnes au moins ont perdu la vie et 50 000 ont été blessées durant la guerre.

Tandis que le Conseil national syrien réclame une zone d’exclusion aérienne, Achcar fait à présent remarquer qu’ « une zone d’exclusion aérienne au-dessus de la Syrie n’aurait que des effets très limités si elle devait se limiter à l’exclusion aérienne au sens strict; ou elle aurait des conséquences dévastatrices en vies humaines et destructions, si elle devait prendre la forme d’une guerre aérienne générale contre le régime. » Il ajoute qu’«une intervention militaire étrangère en Syrie enflammerait toute la région, qui est hautement explosive. »

Néanmoins, avant qu’une telle intervention n’ait lieu, Achcar avance la stratégie de construire le CNS et de gagner à l’opposition les rangs de l’armée syrienne.

C’est là une combine cynique cherchant à dissimuler le soutien d’Achcar pour une action armée contre la Syrie derrière son conseil de ne pas commencer tout de suite une campagne de bombardement massif par l’OTAN. Ceci ne reflète pas une opposition d’Achcar à des bombardements de masse, mais reflète plutôt le débat qui est en cours parmi les stratèges de l’impérialisme français. Ils préfèrent obtenir d’abord le soutien des forces droitières de terrain en Syrie même, et qui leur sont inféodées, comme prélude à une possible intervention de l’OTAN.

Mercredi dernier, le ministre français de Affaires étrangères Alain Juppé a rencontré à Paris le dirigeant du CNS Burhan Ghalioun. Il a dit à la presse, « Le Conseil national syrien est l’interlocuteur légitime avec lequel nous souhaitons continuer à travailler. » Il a proposé, «nous allons demander à nos partenaires européens la possibilité de lancer des opérations humanitaires pour alléger les souffrances de la population qui sont considérables…Faut-il créer des corridors humanitaires, ou des zones humanitaires? »

L’Observer EU écrit: « En termes de tactiques, la création d’une « zone humanitaire » sûre est en accord avec la conception militaire française quant à la manière de renverser le président syrien Bashar Assad…. »

L’Observer EU cite une source militaire française: « Il n’y a pas la volonté d’une zone d’exclusion aérienne ou d’une zone tampon. Il est impossible de reproduire la Libye en Syrie, du fait d’un terrain qui rendrait une opération aérienne très difficile. Mais les paroles exactes que j’ai entendues [de mes collègues] sont les suivantes: ‘Si les rebelles syriens réussissent à tenir une position (un peu comme Benghazi en Libye) alors toutes les cartes sont sur la table. »

C’est précisément parce que l’impérialisme français veut que le CNS fonctionne comme un intermédiaire de terrain en Syrie qu’ Achcar est allé les rencontrer. Achcar leur a même donné des conseils: « Renverser un régime, quel qu’il soit, est un objectif stratégique pour lequel les moyens diffèrent selon les cas et les pays. La stratégie dépend de la composition du régime que les révolutionnaires essayent de mettre à bas. »

Mais ce CNS n’est pas révolutionnaire; il ne représente pas non plus les intérêts des travailleurs et des masses opprimées de Syrie. La promotion par Ashcar du CNS comme étant révolutionnaire est entièrement réfutée par les liens que le CNS entretient avec les puissances impérialistes occidentales et les régimes islamistes d’Ankara et de Riyad. C’est Ashcar lui-même qui fait office de stratège et de garçon de courses de l’impérialisme.

 

http://www.wsws.org/fr/articles/2012/aou2012/pers-a07.shtml

La guerre par procuration de la CIA en Syrie et la « gauche » pro-impérialiste

 

Par Alex Lantier
7 août 2012

 

Des rapports selon lesquels les services renseignement américain fournissaient une aide secrète aux milices « rebelles » en Syrie marquent la dernière étape dans l’intensification d’une campagne américaine pour obtenir un contrôle entier du pays.

Hier, alors que l’apparition de séquences vidéo montrant que les « rebelles » syriens procédaient à des exécutions de masse de soldats capturés à Alep, l’on a rapporté que le président américain Barack Obama avait signé, en début d’année, une ordonnance autorisant les services de renseignement américain à aider les forces anti-Assad. Washington a aussi aidé à distribuer des armes et de l’argent donnés par ses alliés de droite au Moyen-Orient, la Turquie, l’Arabie saoudite et le Qatar.

Ces puissances ne mènent pas une lutte pour la démocratie dans le cadre du « Printemps arabe », cette vague de soulèvements révolutionnaires de la classe ouvrière qui a renversé l’année dernière les dictatures soutenues par les Etats-Unis en Tunisie et en Egypte et qui a affolé Washington et ses alliés au Moyen-Orient. Ces puissances font une guerre réactionnaire pour évincer le président syrien Bachar al-Assad et mettre en place à Damas un régime fantoche pro-américain.

Washington a installé un « centre névralgique » pour l’insurrection syrienne à Adana, en Turquie, la base aérienne Incirlik Air Base, une importante installation de l’armée et des services de renseignement américains, située à une soixantaine de kilomètres seulement au nord de la frontière syrienne. Cette région au Sud de la Turquie est maintenant un point de transit essentiel pour les armes et les combattants étrangers pro-américains qui vont combattre en Syrie.

Les « rebelles » syriens agissent en grande partie selon des instructions opérationnelles données par Washington. Les forces américaines communiquent régulièrement avec les forces « rebelles » à l’intérieur de la Syrie par le biais de leurs alliés et leur fournissent des rapports sur les mouvements des troupes syriennes dans le but de les guider sur le terrain.

Pour se joindre aux combats en Syrie, des combattants islamistes affluent de tout le Moyen-Orient, de l’Afghanistan et de l’Irak occupés par les Etats-Unis et des régimes fantoches américains en Libye, ainsi que de l’Algérie, de la Tchétchénie et du Pakistan. D’anciens responsables des opérations spéciales américaines ont dit à la presse que beaucoup arrivent grâce à l’aide d’Al Qaïda en Syrie,qui s’appuie sur les services de « trafiquants – certains poussés par des motifs idéologiques, d’autres motivés par l’argent ».

Dans le monde orwellien des médias américains, aucune tentative n’est faite pour concilier les affirmations américaines que les Etats-Unisoccupent l’Afghanistan dans le simple but de mener une « guerre contre le terrorisme » à l’encontre d’Al Qaïda, avec l’acte de recourir à une alliance de fait avec Al Qaïda en Syrie.

Les efforts rassurants d’Obama pour affirmer que les Etats-Unis ne fournissent qu’une « aide non meurtrière » aux forces anti-Assad constituent un mensonge cynique. Les Etats-Unis mènent une guerre civile brutale qui a déjà coûté la vie à des dizaines de milliers de personnes eta déplacé des centaines de milliers d’autres.

L’objectif des Etats-Unis est d’installer à Damas un régime fantoche américain pour isoler et planifier une guerre contre l’Iran, pour écarter un ennemi potentiel d’Israël, et pour promouvoir un programme plus général de domination totale du Moyen-Orient par l’impérialisme américain. Ce programme – poursuivi au cours d’une décennie de guerres américaines en Irak et en Afghanistan et renforcé par les guerres en Libye et en Syrie après les soulèvements de masse qui ont eu lieu l’année dernière en Afrique du Nord – est profondément impopulaire tant internationalement qu’au sein de la classe ouvrière aux Etats-Unis.

Le soutien secret accordé par Washington aux « rebelles » syriens étale au grand jour le rôle joué par les groupes pseudo-gauches pro-impérialistes – comme l’International Socialist Organisation (ISO) aux Etats-Unis, le Socialist Workers Party (SWP) en Grande-Bretagne et le Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) en France – qui ont encouragé à la guerre en Syrie. Leur « gauchisme » ne consiste qu’à apporter des arguments de « gauche » pour justifier les crimes commis par l’impérialisme américain et français.

L’ISO a déclaré ouvertement son soutien pour l’intervention. Dans un article écrit par Yusuf Khalil et Lee Sustar et paru dans sa publication Socialist Worker, on peut lire: « Le rôle croissant de la lutte armée soulève la question de savoir s’il faut accepter des armes et du soutien de l’Occident… Bien que beaucoup de personnes au sein du mouvement révolutionnaire syrien soient contre une intervention des Etats-Unis et de l’Occident, ils acceptent toute aide qu’on leur donne. »

De tels arguments, qui n’analysent jamais les forces dites « révolutionnaires », sont incroyablement cyniques. Depuis quand la CIA, le fondamentalisme islamique et les haut gradés de l’armée turque sont-ils devenus des forces de libération ? En écrivant ainsi, l’ISO montre clairement qu’elle parle pour la faction pro-impérialiste de la petite bourgeoisie de « gauche ».

Ses tentatives de se présenter comme une organisation de gauche sombrent dans l’absurdité. La principale préoccupation qu’elle exprime au sujet de l’intervention américaine en Syrie est que « le soutien américain visera à promouvoir leurs gens et à marginaliser les autres, même si cela signifie émietter les forces révolutionnaires ».

De quelles « forces révolutionnaires » parle Sustar ? Elles représentent un assemblage de milices comprenant les « gens » de la CIA, comme il les appelle, divers agents d’Al Qaïda, et le bric-à-brac de la société syrienne que ces forces ont attiré à elles. En cherchant à dissimuler le caractère réactionnaire de ces forces sous le manteau de la révolution, Sustar opère simplement comme l’un des agents du Département d’Etat dont le discours est plus gauchiste.

Sustar continue en faisant l’éloge de l’ISO comme étant des « anti-impérialistes intègres qui ont réussi à faire deux choses à la fois – soutenir les révolutions en Libye et en Syrie contre des régimes dictatoriaux tout en s’opposant à une intervention des Etats-Unis et de leurs alliés impérialistes ».

Ce commentaire repoussant touche directement le fond de la politique de l’ISO et de l’ensemble de la petite bourgeoisie pseudo-gauche. Pour Sustar, l’ISO est capable de « faire deux chose à la fois » parce ce qu’elle sait soutenir les guerres impérialistes tout en adopter en même temps une position de « gauche ».

L’orientation de classe d’une organisation trouve toujours son expression la plus claire dans sa politique internationale. En Syrie, l’ISO et ses condisciples internationaux ne sont rien de moins que des agents politiques de l’impérialisme.

(Article original paru le 3 août 2012)

 

https://www.wsws.org/fr/articles/2012/aou2012/npal-a11.shtml

Le NPA et LO défendent les opérations de la CIA en Syrie

 

Par Anthony Torres
11 août 2012

 

Les dernières révélations sur le soutien apporté aux forces « rebelles » en Syrie par les agences américaines de renseignement démontrent clairement le rôle pro-impérialiste du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) et de Lutte ouvrière (LO). En présentant les forces armées par la CIA et hostiles au président syrien Bachar al-Assad comme des forces « révolutionnaires », le NPA et LO ont agi en tant qu’outils de l’impérialisme.

La semaine dernière, la presse a rapporté que le président américain Barack Obama avait signé un document secret autorisant l’aide aux rebelles syriens. Ce document permet aux services secrets américains d’agir clandestinement pour armer et ravitailler les forces anti-Assad et les guider sur le terrain. La presse a rapporté que la CIA et ses alliés, la monarchie saoudienne, l’armée turque et les puissances impérialistes européennes, faisaient aussi venir des forces islamistes étrangères liées à Al Qaïda qui lutteraient férocement contre le régime laïc d’Assad.

Pendant ce temps, le NPA saluait l’entrée de forces « rebelles » anti-Assad dans les villes de Damas et d’Alep, par l’intermédiaire de la déclaration du soi-disant Courant de la gauche révolutionnaire en Syrie (CGRS).

Le CGRS écrit: « L’élan révolutionnaire qui a touché ces derniers jours les grandes villes de Damas et d’Alep et leurs périphéries révèle une infime portion de l’énergie révolutionnaire des masses populaires syriennes. Et les actions liées à la confrontation révolutionnaire dans la banlieue de Damas et leur propagation dans toutes les directions apparaissent comme des prémices à la prise d’assaut du palais présidentiel ».

En publiant ce document, le NPA cherche à envelopper une opération de la CIA de l’auréole de la révolution. « L’élan révolutionnaire » était en fait un assaut livré à des villes de millions d’habitants par des milices sunnites, dirigées par des intégristes d’Al Qaïda et téléguidées par les services de renseignement américains (voir aussi : La guerre par procuration de la CIA en Syrie et la « gauche » pro-impérialiste).

Ceux-ci coordonnent leurs opérations d’Adana en Turquie, ville où se trouve la base aérienne américaine d’Incirlik—haut lieu de la planification militaire et politique des Etats-Unis au Moyen Orient. Ils sont en communication régulière avec les rebelles, leur communiquant les détails sur le déplacement des forces armées d’Assad. Washington a aussi aidé à distribuer des armes et de l’argent donné par ses alliés de droite au Moyen-Orient, en Turquie, en Arabie saoudite et au Qatar.

Loin d’être des forces « révolutionnaires », ce sont en fait les régimes les plus profondément hostiles aux luttes de masse qui se sont développées en Tunisie et en Egypte l’année dernière.

Les dirigeants du NPA sont bien sûr au courant de ces réalités politiques. Au mois de novembre, ils ont envoyé Gilbert Achcar représenter leur tendance auprès d’une réunion du Congrès national syrien (CNS), organisme dirigeant des « rebelles » anti-Assad. (Voir aussi : France: La « gauche » petite-bourgeoise complote une intervention militaire en Syrie)

LO a publié sur son site internet un article paru dans le trimestriel britanniques de Workers’ Fight, mouvement proche de LO, intitulé « Syrie – La population prise au piège entre les calculs des grandes puissances et la menace de guerre civile. » L’auteur écrit concernant Al Qaïda : « Les porte-parole de l’opposition ont attribué ces attentats aux forces de sécurité baasistes, les accusant de tenter ainsi de corroborer les allégations ridicules selon lesquelles Al Qaïda serait le cerveau du mouvement de protestation. »

LO tente ici de défendre l’image médiatique de la CIA et de ses alliés terroristes qui mènent les guérillas urbaines à Damas et à Alep. Les rapports entre les « rebelles » syriens et les forces terroristes comme Al Qaïda ont été abondamment documentés dans la presse des puissances impérialistes anti-Assad.

Ces reportages sont entièrement crédibles, étant donné que la guerre en Syrie est devenue une guerre confessionnelle contre un régime laïc dont les cadres dirigeants sont en grande partie d’origine chiite. Ceci attirera naturellement le soutien des forces d’Al Qaïda, résolument anti-laïques et violemment hostiles aux chiites.

Le document publié par LO avoue même partiellement cette réalité. Citant le programme économique néo-libéral des « rebelles » islamistes et les craintes populaires d’une épuration confessionnelle après la victoires des rebelles, il explique : « Il est donc plausible qu’une partie de la population pauvre syrienne reste, sinon loyale au régime, au moins passive vis-à-vis du mouvement de contestation, voire soupçonneuse à son égard, de crainte de devoir payer sa victoire éventuelle au prix fort ».

Ceci démontre que LO défend les « rebelles » anti-Assad tout en étant parfaitement au courant de leur caractère réactionnaire et du manque de soutien parmi la classe ouvrière. LO continue cependant de nier que ces forces agissent pour le compte de l’impérialisme.

L’auteur de l’article affiché par LO prétend même que les puissances impérialistes n’osent pas aider pleinement les forces anti-Assad à cause de « leurs craintes de perdre un serviteur somme toute loyal de leur ordre régional ».

Ce passage grotesque tente d’obscurcir le fait pourtant évident que Washington et ses alliés européens et du Moyen-Orient tentent ensemble de renverser Assad en armant des milices qui lui sont hostiles. En Syrie comme en Libye—où les Etats-Unis et leurs alliés, dont la France, ont détruit le régime existant et assassiné le Colonel Mouammar Kadhafi—les puissances impérialistes détruisent des régimes qui ont entretenu de longues relations avec eux.

Ayant pilonné les villes libyennes et fait des dizaines de milliers de morts en Libye, avec le soutien de la « gauche » petite-bourgeoise française, les forces de l’OTAN ont abattu Kadhafi et installé un régime plus docile à leurs intérêts.

Avec la plus parfaite mauvaise foi, les tendances petite-bourgeoises affectent une attitude « anti-impérialiste » tout en parant les opérations de la CIA des couleurs d’une révolution.

Ainsi dans un article du 13 juillet, le NPA écrit à propos des négociations : « Dans ce manège de tractations des puissances impérialistes, les intérêts du peuple syrien révolté et massacré sont les grands absents. Un fait majeur s’est fait jour ces derniers mois : la conscience révolutionnaire de masse … s’est débarrassée d’une illusion de salut par une intervention militaire extérieure ».

Ici le NPA tente d’avancer l’illusion qu’il défend un processus révolutionnaire contre l’impérialisme français ou américain en Syrie, alors que ce n’est pas le cas. Il participe à sa manière à la campagne de presse qui agite en faveur d’une intervention militaire extérieure.

Ce faux-semblant d’anti-impérialisme affecté par la « gauche » petite-bourgeoise est particulièrement nauséabond. Il est impossible d’être anti-impérialiste et de participer aux opérations de la CIA, qui a fait des millions de morts au cours du 20e siècle dans sa lutte meurtrière contre les mouvements anticoloniaux. C’est avec les forces les plus réactionnaires que le NPA et LO s’unissent à présent en chantant les louanges des opérations militaires de l’Otan en Syrie.



1...159160161162163...180

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo