En 2011, Patricia Bouchon dérange et est assassinée

Y’a pas de mystère, hein, quand l’affaire s’enlise, détonne à ce point et reste irrésolue, les assassins sont toujours les mêmes…

 

https://www.lenouveaudetective.com/affaire-patricia-bouchon-le-meurtrier-presume-de-la-joggeuse-tuee-en-2011-bientot-libre/

Affaire Patricia Bouchon : le meurtrier présumé de la joggeuse tuée en 2011 bientôt libre?

 

1 novembre 2017 Meurtre, Mystère, News

En 2011, Patricia Bouchon dérange et est assassinée dans AC ! Brest patricia-bouchon-lnd

La photo de Patricia Bouchon avait été placardée dans toute la région toulousaine, au moment de sa disparition ©LND

01/11/17 – Bouloc.
En pleine affaire Alexia Daval, la joggeuse retrouvée morte et carbonisée lundi dans un bois en Haute-Saône, l’information a de quoi dérouter…

On saura lundi si Laurent Dejean* sera remis en liberté ou pas. Emprisonné depuis début 2015, cet ancien plaquiste de 34 ans est soupçonné d’avoir agressé puis tué dans d’effroyables circonstances, Patricia Bouchon, la joggeuse de Bouloc (Haute-Garonne), le 14 février 2011,

La mère de famille de 49 ans avait été retrouvée 43 jours après sa disparition, sous un pont, cachée dans une canalisation, le crâne fracassé, un gant en latex enfoncé au fond de sa gorge. Son assassinat avait alors marqué l’ensemble de la région toulousaine.

patricia-bouchon-pont-crime-maxppp dans Attentats

Le pont sous lequel le corps de Patricia Bouchon avait été retrouvé ©Maxppp

Ayant de lourds troubles psychiatriques, Dejean s’était accusé du meurtre en 2012 mais il n’avait pas été placé en détention à l’époque, comme aucun lien n’avait été établi entre lui et la victime. Son ADN n’a d’ailleurs jamais été découvert sur les lieux du crime.

Ce n’est qu’en 2014 que l’étau se ressert sur lui après que plusieurs témoins l’associent au portrait-robot du meurtrier présumé. En garde à vue, l’artisan au profil violent avait même eu ces mots terribles : “J’ai fait mon deuil pour Patricia Bouchon. Je n’y pense plus. Je n’ai aucun remords dans cette affaire. Je la connaissais à peine“, disait-il avant d’embrasser une photo de la victime…

Pur invention? Réels aveux? Dans cette affaire où d’énormes investigations ont été réalisées par les gendarmes mais où finalement beaucoup de zones d’ombre subsistent, deux parties se sont toujours affrontées.

Hier, alors que la chambre d’instruction de Toulouse a étudié une “énième” demande de remise en liberté du suspect, son avocat, Me Guy Debuisson, a réitéré ses doutes sur la culpabilité de son client : “Je me pose la question du mobile : aucune trace d’agression sexuelle n’a été relevée comme c’est souvent le cas dans de tels dossiers !“.

Laurent Dejean sera-t-il libéré au bénéfice du doute? Réponse lundi.

 

 

http://www.20minutes.fr/justice/2164047-20171106-meurtre-joggeuse-bouloc-suspect-maintenu-detention

Justice Le suspect du meurtre de la joggeuse de Bouloc reste en prison

Le suspect du meurtre de Patricia Bouchon, la joggeuse de Bouloc, est maintenu en détention

 

JUSTICE La demande de remise en liberté de Laurent Dejean, le principal suspect dans le meurtre de Patricia Bouchon, en détention depuis deux ans, a été refusée par la chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Toulouse…

B.C.

Publié le 06/11/17 à 15h54 — Mis à jour le 06/11/17 à 17h39

 

Lors de la marche silencieuse en hommage à Patricia Bouchon, la joggeuse tuée il y a un an à Bouloc. 14/02/11 Bouloc

Lors de la marche silencieuse en hommage à Patricia Bouchon, la joggeuse tuée il y a un an à Bouloc. 14/02/11 Bouloc — FRED SCHEIBER / 20 MINUTES

 

Placé en détention préventive depuis février 2015, Laurent Dejean restera en prison. Mis en examen pour le meurtre de Patricia Bouchon, la joggeuse de Bouloc disparue le 14 février 2011 et dont le corps avait été retrouvé 45 jours plus tard, le suspect de 36 ans avait demandé mardi 31 octobre sa remise en liberté devant la chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Toulouse.

Arrêté quatre ans après les faits

Ce n’est pas la première fois que la chambre décide de maintenir en détention cet habitant de Bouloc qui depuis le début de son incarcération nie les faits.

>> A lire aussi : Meurtre de la joggeuse de Bouloc: Les indices qui ont conduit à la mise en examen

Plaquiste de profession, décrit comme « psychotique » par les enquêteurs, il avait été arrêté quatre ans après les faits en raison d’indices « graves et concordants ». Notamment une Clio, qui pourrait être la voiture repérée sur les lieux de la disparition de Patricia Bouchon. Un témoin avait croisé la route de la joggeuse vers 4 h 30 du matin, avant d’apercevoir 200 mètres plus loin une Renault aux sièges rabattus. Laurent Dejean a toujours nié avoir eu une telle voiture, contrairement à 24 personnes qui ont assuré l’avoir vu dedans.

La chambre de l’instruction devrait bientôt se pencher sur le fond du dossier assure Pierre Debuisson, l’un des avocats de Laurent Dejean, qui a fait appel de l’odonnance de mise en accusation et du renvoi de son client devant les assises.

 

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/meurtre-patricia-bouchon-suspect-reste-prison-1156635.html

Meurtre de Patricia Bouchon : le suspect reste en prison

 

Photo d'archives de Patricia Bouchon / © DR
Photo d’archives de Patricia Bouchon / © DR

 

Le suspect du meurtre de la joggeuse de Bouloc (Haute-Garonne) s’est vu notifier vendredi 16 décembre son maintien en détention. La cour d’appel de Toulouse estime qu’elle a suffisamment d’éléments à disposition pour refuser la remise en liberté qu’il demandait.

Par Marie Martin Publié le 16/12/2016 à 15:10 Mis à jour le 16/12/2016 à 16:53

Laurent Dejean reste en prison.
Le suspect du meurtre de Patricia Bouchon avait demandé sa remise en liberté auprès de la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Toulouse.
Celle-ci l’a refusée, a-t-on appris vendredi 16 décembre, au motif qu’elle a suffisamment d’éléments justifiant le maintien en détention.

Une décision qui n’est pas une surprise pour l’avocat du suspect, maître Guy Debuisson, même si celui-ci insiste sur le fait qu’il n’existe aucune preuve définitive de la culpabilité de son client.

Patricia Bouchon, 49 ans, a été assassinée le 14 février 2011 alors qu’elle faisait son jogging à Bouloc, en Haute-Garonne, où elle résidait.

Laurent Dejean, arrêté en 2015, est lui aussi originaire de Bouloc. Il clame son innocence depuis son incarcération.
Pour son avocat, sa libération n’est que partie remise. « C’est un dossier d’aquittement, c’est incontestable« , a déclaré maître Guy Debuisson à nos confrères de France 3 Tarn.

 

 

http://www.20minutes.fr/toulouse/1537047-20150209-meurtre-joggeuse-bouloc-indices-conduit-mise-examen

Toulouse Meurtre de la joggeuse de Bouloc: Les indices qui ont conduit à la mise en examen

Meurtre de la joggeuse de Bouloc: Les indices qui ont conduit à la mise en examen

 

JUSTICE Sans preuve directe, les enquêteurs ont présenté une série d’indices aux magistrats pour la mise en examen du principal suspect dans le meurtre de Patricia Bouchon…

Beatrice Colin

Publié le 09/02/15 à 19h25 — Mis à jour le 16/12/16 à 15h04

 

Douze gardes ont été effectuées dans le cadre de l'enquête sur le meurtre de Patricia Bouchon.

Douze gardes ont été effectuées dans le cadre de l’enquête sur le meurtre de Patricia Bouchon. — F. Scheiber / 20 minutes

 

Quatre ans après le meurtre de Patricia Bouchon, un homme de 34 ans, originaire de Bouloc, a été mis en examen pour «homicide volontaire» et écroué lundi.

Laurent Dejean, un plaquiste «psychotique», selon les enquêteurs, nie les faits, mais il existe, selon le procureur de la République, «des indices graves et concordants» qui ont conduit à son arrestation, sans toutefois constituer «des preuves de culpabilité»

La Clio grise et ses sièges rabattus

Le jour des faits, en février 2011, un témoin qui a croisé Patricia Bouchon alors qu’elle courrait vers 4h30, va apercevoir, 200 mètres plus loin, une Clio de couleur claire tous feux éteints, arrêtée sur la chaussée. Il va freiner pour éviter le véhicule et une sortie de route. Avant que la voiture démarre, il a le temps de voir le conducteur, mais aussi de quel modèle de voiture il s’agit, une Clio grise ou gris clair de première génération avec les sièges rabattus à l’arrière.

Ce dernier point a son importance puisque plusieurs proches de Laurent Dejean et des témoins, vingt-quatre personnes au total, ont indiqué qu’ils l’avaient vu en Clio blanche à la période des faits et «neuf d’entre eux précisent qu’il avait pour habitude de rabattre la banquette arrière du véhicule», indique le procureur de la République de Toulouse, Pierre-Yves Couilleau. Laurent Dejean nie avoir possédé un tel véhicule.

Le lieu de découverte du corps

Le corps de Patricia Bouchon a été retrouvé sous un petit pont, sorte de buse ouvragée, d’un chemin de terre. Ce lieu est distant de 12 kilomètres de l’endroit où des traces de sang ont été découvertes. «Son corps a été transporté et dissimulé dans un endroit qu’il était nécessaire de connaître, relève Pierre-Yves Couilleau. Laurent Dejean a travaillé sur deux propriétés agricoles environnantes et dans un magasin dont l’accès passe par cet endroit. Il empruntait cet itinéraire.»

Ses troublantes déclarations

Laurent Dejean a fait des déclarations pour le moins surprenantes. A un ami, il a dit « si j’étais impliqué dans cette histoire je me serais fait enfermer chez les fous ». Après les faits, il a été hospitalisé d’office en hôpital psychiatrique. Aux enquêteurs, il a déclaré: «J’ai fait mon deuil pour Patricia Bouchon, je n’y pense plus», avant d’embrasser une photo de la victime. Mais aussi : «C’est vrai que j’ai dit à mon travail que je me sentais responsable de cette affaire» ou «je n’ai aucun remords de cette affaire, je la connaissais à peine».

L’arrêt de travail suspect

Après le 14 février 2011, Laurent Dejean va être en arrêt maladie. Lors de son interrogatoire, il déclare aux enquêteurs qu’il a eu un arrêt de travail, du 23 au 27 février, pour «une déchirure à l’épaule». Après vérifications, les enquêteurs vont s’apercevoir que l’arrêt de travail est d’un mois et motivé par des raisons psychologiques.

La violence de l’agression

Les coups portés à la victime indiquent un passage à l’acte violent. Or selon plusieurs témoignages, Laurent Dejean a déjà eu des accès de colère et «des proches attestent de sa capacité à exploser». Un soir il aurait même démonté une cloison à coups de masse.

La ressemblance avec le portrait-robot

Lors de la diffusion du portrait-robot en 2013, en le voyant plusieurs amis et proches de Laurent Dejean «ont été saisis d’effroi» selon le procureur.



Terrorisme : les djihadistes toulousains ont bien des complices dans le Lot

 

Puy-l'Evêque Capdenac

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

 

Nous le disions depuis longtemps, les arrestations du mois dernier en Syrie vont peut-être fournir de nouvelles informations à ce sujet.

 

http://www.lepoint.fr/societe/exclusif-une-figure-de-la-filiere-djihadiste-d-artigat-interpellee-en-syrie-05-01-2018-2184185_23.php

EXCLUSIF. Une figure de la filière djihadiste d’Artigat interpellée en Syrie

 

Mohamed Megherbi est l’un des Français interceptés à la mi-décembre. Il était dans le même convoi que Thomas Barnouin, autre vétéran français du djihad.

 

Par

Publié le 05/01/2018 à 10:06 | Le Point.fr
<p>Six djihadistes français, soupçonnés d’avoir livré bataille dans les rangs de l’organisation État islamique (EI), ont été interceptés par les Unités de protection du peuple kurde (YPG) en Syrie.</p>
Six djihadistes français, soupçonnés d’avoir livré bataille dans les rangs de l’organisation État islamique (EI), ont été interceptés par les Unités de protection du peuple kurde (YPG) en Syrie.

© NurPhoto

Selon nos informations, Mohamed Zine El Abidine Megherbi, 36 ans, né à Toulouse, a été arrêté en Syrie, le 13 décembre dernier, avec cinq autres ressortissants français radicalisés, partis combattre au début de l’année 2014 en zone syro-irakienne. Les identités de trois Français – Thomas Barnouin, 36 ans, Thomas Collange, 35 ans, et Romain Garnier, 34 ans – avaient été dévoilées par LCI le 28 décembre après leur arrestation par les forces kurdes à proximité de la frontière turque.

Toujours selon nos informations, à leurs côtés se trouvaient – outre Mohamed Megherbi –, le jeune frère de ce dernier, âgé de 29 ans, prénommé Najib, ainsi qu’un certain Kevin Gonot, 31 ans, demi-frère de Thomas Collange. Ces six djihadistes, soupçonnés d’avoir livré bataille dans les rangs de l’organisation État islamique (EI), ont été interceptés par les Unités de protection du peuple kurde (YPG) alors qu’ils tentaient de gagner la ville frontalière de Ras al-Aïn, dans la région d’Hassaké, située dans le nord-est du pays.

LIRE aussi Djihadistes arrêtés en Syrie : les confessions de Thomas Barnouin et Thomas Collange

La plupart d’entre eux ont pour point commun leur proximité avec les frères Fabien et Jean-Michel Clain. La voix du premier avait porté la revendication des attentats de Paris et Saint-Denis en novembre 2015, sur fond de nasheed (chant religieux) entonné par son cadet. Mohamed Megherbi est également marié avec l’une des sœurs Clain, Amélie Grondin. De son côté, Kevin Gonot est, lui, en couple avec Jennifer Clain, fille aînée d’Anne-Diane Clain, la seconde sœur des frères du même nom.

Nébuleuse

 

Mohamed Megherbi ©  DR
Ce vétéran du jihad a été arrêté, le 13 décembre, à la frontière syro-turque en compagnie de cinq autres français, soupconnés d’être partis combattre dans les rangs de l’organisation Etat islamique.

© DR

Mohamed Megherbi, alias Abou Ibn Hamz ou bien encore Zine, et Fabien Clain, alias Omar, avaient été condamnés au mois de juillet 2009 par la 14e chambre correctionnelle du tribunal de Paris à respectivement six et cinq ans de prison pour leur participation à une filière de recrutement et d’acheminement de djihadistes à destination de l’Irak, depuis la commune d’Artigat dans l’Ariège. Au cours de ce même procès, Thomas Barnouin avait écopé d’une peine de cinq ans de détention, de même que Sabri Essid, demi-frère de Mohammed Merah.Megherbi et Clain, membres de la mouvance islamiste radicale, avaient aussi été observés, au début de l’année 2003, par les services de renseignements belges lors d’un séjour de six mois dans la commune d’Anderlecht, à Bruxelles, au contact de salafistes locaux. Les deux inséparables comparses avaient ensuite regagné le sud-ouest de la France, avant d’être interpellés après le démantèlement de la filière d’Artigat en février 2007. Libéré à l’issue de sa peine, Mohamed Megherbi est finalement parvenu à gagner la Syrie au début de l’année 2014.

L’émir blanc d’Artigat

Kevin Gonot, alias Hassan ou Abou Sofyan, l’aurait précédé de quelques mois en terre de « shâm ». Converti à l’islam avec ses parents et son demi-frère au début des années 2000, il a séjourné, une première fois, en Syrie en 2004, avant de vivre deux ans, entre 2005 et 2007, dans le quartier de Nasr City au Caire, en Égypte, selon ses propres déclarations aux enquêteurs antiterroristes venus perquisitionner la maison familiale à Capdenac-le-Haut, dans le Lot, à l’automne 2007 dans le cadre d’investigations sur une autre filière djihadiste.

 

Olivier Corel ©  AFP
Olivier Corel, alias « l’émir blanc d’Artigat », en 2012.

© AFP

Selon la documentation des services de renseignements de l’époque, Kevin Gonot et Thomas Collange, alias Mokhtar, obéissaient alors aux « préceptes les plus rigoristes de l’islam » diffusés par Olivier Corel, surnommé « l’émir blanc d’Artigat ». Plus récemment, le nom de Kevin Gonot est revenu aux oreilles des services spécialisés dans la lutte contre le terrorisme alors qu’il avait effectué quatre séjours en Égypte entre les mois de mai et de septembre 2013. Ce dernier aurait ensuite pris part à des combats dans la ville d’Alep, en Syrie. Kevin Gonot a été condamné, au mois d’avril 2016, à neuf ans de prison à l’issue du procès de la filière, dite de Champigny-sur-Marne, d’envoi de djihadistes en zone syro-irakienne.LIRE aussi Pourquoi Olivier Corel n’a jamais été condamné pour terrorisme

Sur le même sujet

Djihadistes arrêtés en Syrie : les confessions de Thomas Barnouin et Thomas Collange

Terrorisme : les djihadistes toulousains ont bien des complices dans le Lot dans AC ! Brest myad

 

http://www.lepoint.fr/justice/filiere-djihadiste-de-champigny-les-12-prevenus-condamnes-12-04-2016-2031696_2386.php

Filière djihadiste de Champigny : les 12 prévenus condamnés

 

Les membres de ce groupe du Val-de-Marne s’étaient rendus en Syrie. Ils ont écopé de peines allant de trois ans, dont deux avec sursis, à dix ans de prison.

 

Source AFP

Modifié le 12/04/2016 à 16:40 – Publié le 12/04/2016 à 14:44 | Le Point.fr
Les 12 prevenus au proces de la filiere djihadiste de Champigny-sur-Marne ont ete condamnes.
Les 12 prévenus au procès de la filière djihadiste de Champigny-sur-Marne ont été condamnés. © AFP/ LOIC VENANCE

 

Des djihadistes encore en Syrie, combattants ou « gourous », une mère de famille qui y avait rejoint son époux, des soutiens logistiques : douze prévenus ont été condamnés mardi à Paris à des peines allant jusqu’à 10 ans de prison au procès de la filière de Champigny-sur-Marne. Par deux vagues successives, les 10 et 12 août 2013, les membres de ce groupe du Val-de-Marne, en banlieue parisienne, s’étaient rendus en Syrie. Plusieurs d’entre eux s’y trouvent encore, et ont été condamnés par défaut, en leur absence.

Ils s’étaient radicalisés pour la plupart en fréquentant la mosquée Triton de Villiers-sur-Marne. Notamment au contact de son « imam » Mustapha Mraoui, en fuite, décrit comme un « gourou », et d’un autre homme, Karim Assani, qui occupait une place de référent religieux. Considérés par le tribunal correctionnel de Paris comme les « organisateurs » des départs en Syrie, ils ont été condamnés en leur absence à dix ans d’emprisonnement, avec une période de sûreté des deux tiers.

Assani est probablement mort sur place. Tout comme un autre membre du groupe, Mikaël Batista. Ce dernier a néanmoins été condamné à neuf ans de prison, avec une période de sûreté des deux tiers. Les deux prévenus qui comparaissaient détenus devant le tribunal correctionnel de Paris ont quant à eux été condamnés à sept et huit ans de prison. Le parquet avait requis contre eux neuf ans de prison. Aucun des trois prévenus qui étaient libres n’a été incarcéré à l’issue de l’audience. Préparés à l’éventualité de dormir en prison, certains avaient fait leur sac pour se rendre au palais de justice.

Jugement qui « donne une chance »

Parmi eux, une jeune mère de famille de 27 ans, qui s’était rendue avec ses trois enfants en Syrie pour y rejoindre son mari, dont elle est aujourd’hui en instance de divorce. Elle avait transporté dans sa valise, en soute, deux lunettes de visée. Notant son « évolution positive », le tribunal l’a condamnée à cinq ans de prison, dont trois avec sursis assorti d’une mise à l’épreuve. La partie ferme de sa peine peut être aménagée et purgée autrement qu’en détention.

Son avocate, Me Daphné Pugliesi, a salué un jugement « équilibré, qui tient compte de ce que chacun a fait, mais également de ce que chacun est ». Cette décision « lui donne une chance » et la possibilité de « s’amender » et d’élever ses enfants, a-t-elle ajouté.

Deux hommes aux rôles « ponctuel », « périphérique », qui se voyaient reprocher un soutien logistique, ont été condamnés à trois ans de prison. Dont la moitié avec sursis pour l’un, et deux ans avec sursis pour l’autre.

À travers ce dossier transparaît le « drame humain » des familles de jeunes radicalisés qui partent faire le djihad, « l’incompréhension totale », la « détresse absolue », avait souligné dans son réquisitoire la magistrate du parquet, de ceux qui font tout leur possible pour convaincre un frère, un fils, de revenir.

Dans cette affaire apparaît également Mickaël Dos Santos, décrit par le parquet comme « le fanatique du groupe », qui a rejoint les rangs du groupe djihadiste État islamique (EI) mais fait l’objet d’une autre procédure, criminelle. Cet homme a posté sur Facebook des photos de têtes coupées et se vante de multiples exactions, avec des messages tels que : « La dernière fois que j’ai tué, c’était hier. »

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/filiere-djihadiste-champigny-peines-confirmees-appel-1204321.html

Filière djihadiste de Champigny : peines confirmées en appel

 

Des journalistes devant le domicile d'un des membres présumés de la filière jihadiste de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) le 19 novembre 2014. / © LIONEL BONAVENTURE / AFP
Des journalistes devant le domicile d’un des membres présumés de la filière jihadiste de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) le 19 novembre 2014. / © LIONEL BONAVENTURE / AFP

 

La cour d’appel de Paris a alourdi ou confirmé ce lundi les condamnations de douze prévenus, qui vont jusqu’à dix ans de prison.

Par France 3 Ile-de-France avec AFP Publié le 27/02/2017 à 17:39 Mis à jour le 27/02/2017 à 17:47

La cour d’appel de Paris a alourdi ou confirmé lundi les condamnations, qui vont jusqu’à dix ans de prison, de douze prévenus au procès en appel de la filière djihadiste de Champigny-sur-Marne, dans le Val-de-Marne. Par deux vagues successives, les 10 et 12 août 2013, des membres de ce groupe s’étaient rendus en Syrie. Plusieurs d’entre eux s’y trouveraient encore et ont été jugés par défaut, en leur absence.

Ils s’étaient radicalisés pour la plupart en fréquentant la mosquée Triton de Villiers-sur-Marne. Notamment au contact de son « imam » Mustapha M., en fuite, décrit comme un « gourou » et d’un autre homme, Karim A., qui occupait une place de référent religieux. Il est sans doute mort en Syrie, tout comme un autre des prévenus, Mikaël B.

Six hommes condamnés à la peine maximale

Ils font partie des six hommes à être condamnés à la peine maximale, dix ans d’emprisonnement avec une période de sûreté des deux tiers. Un septième absent au procès a pour sa part vu sa peine de neuf ans confirmée en appel. Tous font l’objet d’un mandat d’arrêt.

Les deux détenus présents ont été condamnés respectivement à neuf et sept ans de prison, avec une période de sûreté des deux tiers, ce qui les prive de possibilité de permission de sortie ou de libération conditionnelle pendant cette période.

Contre les neuf prévenus les plus lourdement condamnés, la cour d’appel a prononcé une privation des droits civils civiques et de famille pour cinq ans.

A lire aussi

 

http://www.leparisien.fr/champigny-sur-marne-94500/les-djihadistes-de-champigny-restent-proches-de-maman-07-03-2016-5606141.php

Les djihadistes de Champigny restent proches de maman

 

>Île-de-France & Oise>Val-de-Marne>Champigny-sur-Marne|Denis Courtine| 07 mars 2016, 22h11 |15
5606141_ff85965e-e4a0-11e5-9d69-001517810e22-1_1000x625 dans Attentats
Mickaël Dos Santos envoyait dans le même temps des messages d’amour à sa mère et une photo de têtes tranchées à ses copains avec cette légende : « belle brochette ». (I télé.)

 

Des têtes tranchées pour épater les copains, des « je t’aime » pour maman. Mickaël Dos Santos, un temps considéré comme un des bourreaux de l’État islamique, n’était pas le seul membre de la filière djihadiste de Champigny à applaudir les atrocités sur les champs de bataille et à envoyer dans le même temps des mots doux à sa mère. C’est du moins ce qu’a relevé ce lundi le président de la 16e chambre correctionnelle de Paris : « Ce qu’il y a de particulier dans ce dossier, c’est le lien que les prévenus continuent d’entretenir avec leur famille ».

Pendant six jours, onze hommes et une femme comparaissent pour avoir pris part à une importante filière d’acheminement de djihadistes à destination des zones de combat en Syrie en août 2013. Seuls cinq d’entre eux étaient présents au tribunal. Les autres, dont le leadeur Mustapha Mraoui, ancien imam autoproclamé de la mosquée Al Islah de Villiers, sont toujours sous le coup de mandats d’arrêt.

Mickaël Dos Santos ne fait pas partie de ces prévenus. Mais le cas de ce jeune de 24 ans, qui sera jugé ultérieurement en raison de la gravité des actes qui lui sont reprochés, a tout de même été évoqué par le tribunal. Comme d’autres membres de la filière de Champigny, il faisait partie de la deuxième vague de djihadistes partis ensemble en Syrie le 16 août 2013.

Ce lundi, le témoignage de sa mère a été lu à l’audience. Ana Dos Santos raconte la conversion de son fils, passé en quelques mois de la religion catholique à l’islam radical en fréquentant la mosquée de Villiers. « Il me disait qu’il n’avait jamais été aussi heureux. Il ne faisait plus rien à la maison. Il mangeait par terre avec ses mains. » Jusqu’à ce message à sa mère dans lequel il annonce qu’il part combattre et qu’il conclut par ces mots : « Je t’aime maman. Convertis-toi. Renseigne-toi sur cette belle religion. » En Syrie, il envoie un nouveau message à Ana et lui annonce qu’il travaille désormais à la police islamique et qu’il est mieux payé. Dans le même temps, il envoie à deux de ses copains cette fameuse photo de têtes tranchées avec cette légende : « belle brochette. »

Dans le box, les deux membres de la filière djihadiste incarcérés ne bronchent pas. Il y a là Abdelhakim Ahl Tahar, un ancien éboueur de Champigny qui a connu Mickaël Dos Santos et Hedi Arbouche, un converti de Torcy (Seine-et-Marne). Cheveux longs gominés, chemise rose, ce jeune était l’un des proches d’un autre absent du procès : le combattant Iliès Chahiba. C’est l’ex-femme de ce dernier qui s’est longuement exprimée ce lundi à l’audience. Cette habitante de Montrouge (Hauts-de-Seine) est elle aussi poursuivie mais pour avoir apporté à son mari des lunettes de visée et des vêtements de camouflage.

« C’était uniquement pour lui plaire », s’est justifiée en pleurant celle qui était « folle amoureuse » du premier homme qu’elle avait connu et qui lui avait dit un jour qu’il lui préparait « une petite ceinture d’explosifs ». Aujourd’hui, selon elle, Iliès Chahiba serait remarié à une Allemande et combattrait toujours dans les rangs de l’État islamique. Comment le savez-vous, l’a interrogée le président. « Sa mère me l’a dit. Il lui a téléphoné vendredi dernier. »

 

https://www.ladepeche.fr/article/2007/10/25/112882-capdenac-haut-reseau-al-qaida-lotois-allaient-syrie.html

Publié le 25/10/2007 à 09:00, Mis à jour le 25/10/2007 à 09:07

Capdenac-le-Haut. Réseau Al Qaïda : les Lotois allaient en Syrie

 

Police. L’étonnement suite à l’arrestation d’un père et de son fils, à Capdenac-le-Haut.

 

Capdenac-le-Haut. Réseau Al Qaïda : les Lotois allaient en Syrie - DDM
Capdenac-le-Haut. Réseau Al Qaïda : les Lotois allaient en Syrie DDM

image-zoom dans Calomnie

La vie a finalement repris son cours hier matin au lieu dit Le Soulié, commune de Capdenac-le-Haut.

En effet, si l’annonce de l’arrestation de deux personnes, membres de la famille Gonot (lire notre édition d’hier), soupçonnées de faire partie d’un réseau de recrutement pour Al Qaïda a fait beaucoup jaser, ce n’est pas tant le moment de l’interpellation, faite en silence, qui aura pour autant réveillé les habitants. Seule une voisine raconte avoir vu passer cinq voitures blanches avec des gyrophares, sans plus. Mais l’affaire a surpris. Des terroristes implantés sur le territoire lotois ?

L’histoire est d’autant plus étrange que la famille en question ne semblait pas a priori porter de soupçon. Mais on a appris hier que l’un des jeunes arrêtés multipliait les allers et retours entre le Lot, la Syrie et l’Égypte. Il aurait pu recruter de jeunes Lotois pour faire le djihad (traduisez la guerre sainte) en Irak. Derrière la façade, donc, des combattants déterminés à défendre leur cause : « C’était des gens très gentils, très serviables, commente une voisine, ils se sont toujours proposés de nous aider lorsque nous avons eu des problèmes comme les inondations en 2003. Toujours un bonjour, toujours un sourire, mais il est vrai que nous les voyions de moins en moins. »

Tous les quatre d’origine française, ce n’est qu’il y a 5 ans que la famille s’est convertie à l’Islam, du moins, c’est que que laissait présenter leur habillement. « Stéphane, 57 ans, s’était laissé pousser la barbe, Christine, 59 ans, était voilée, les cheveux rasés. »

Quand aux deux fils, Kevin, 21 ans, arrêté avec le père mardi matin, et Thomas, 26 ans, ils ne vivaient plus avec les parents. « Le plus âgé était sur Toulouse, quant au plus jeune, il était soit disant parti apprendre l’arabe en Égypte. Tous deux avaient déjà des enfants dont une fille de 4 mois. C’est la semaine dernière que la mère m’a dit que son jeune fils devait revenir vendredi. » L’étonnement est donc immense dans la petite commune. Qu’est-ce qui a poussé la famille à se convertir à l’Islam ainsi qu’à rejoindre un tel réseau ? Cependant, plus les habitants de la commune y pensent, plus les choses se clarifient. « Ils ne travaillaient plus depuis au moins deux ans. Elle s’occupait auparavant de jeunes à problèmes ainsi que des handicapés. Lui, en revanche, était expert en pyrotechnie. C’est lui qui se chargeait des feux d’artifice et nous l’avions même aperçu une fois à la télé alors qu’ils s’occupaient des feux d’artifice des jeux olympiques. Il s’y connaissait donc peut-être en explosif. »

Mickaël Marcq et Jean-Claude Sénac

 

https://www.lexpress.fr/actualite/societe/filiere-djihadiste-en-seine-et-marne-trois-fideles-de-la-mosquee-de-lagny-mis-en-examen_1914516.html

Filière djihadiste en Seine-et-Marne: trois fidèles de la mosquée de Lagny mis en examen

 

Par LEXPRESS.fr avec AFP , publié le 03/06/2017 à 21:29

La mosquée de Lagny-sur-Marne, en banlieue parisienne, le 2 décembre 2015.
La mosquée de Lagny-sur-Marne, en banlieue parisienne, le 2 décembre 2015.

AFP Photo/THOMAS SAMSON

Les trois hommes ont été mis en examen vendredi par des juges parisiens pour association de malfaiteurs terroriste et placés sous contrôle judiciaire

 

L’édifice religieux avait été fermé au lendemain des attentats du 13 Novembre. Trois fidèles de la mosquée « radicale » de Lagny-sur-Marne, en Seine-et-Marne, ont été mis en examen dans une enquête sur une filière de recrutement pour le djihad en Syrie, a-t-on appris ce samedi de source proche du dossier.

Interpellés mardi pour deux d’entre eux à Lagny et pour le troisième à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), ils ont été mis en examen vendredi par des juges parisiens pour association de malfaiteurs terroriste et placés sous contrôle judiciaire, a précisé cette source. Les deux premiers, Nabil Aissaoui et Manuel Gomez, jeunes trentenaires assignés à résidence depuis deux ans et demi, dès le lendemain des attentats du 13 novembre 2015, sont bien connus des enquêteurs.

Lieutenants de l’ancien imam

Selon des « notes blanches » des services de renseignement, les deux hommes sont considérés comme des lieutenants de l’ancien imam local, Mohamed Hamoumi, soupçonné d’avoir organisé le recrutement de volontaires pour le djihad et qui a fui au Caire fin 2014. Nabil Aissaoui, dont le frère est parti en Syrie, est soupçonné d’avoir aidé l’imam à fuir et d’avoir organisé chez lui une école coranique clandestine, selon ces notes. Le parquet avait requis son placement en détention provisoire.

LIRE AUSSI >> Fermeture de la mosquée de Lagny: « coup médiatique » ou vrai danger?

Manuel Gomez, converti à 17 ans, a été arrêté à la frontière hongroise fin 2014, alors qu’il tentait de rejoindre la zone irako-syrienne. L’été dernier, il a purgé deux mois de prison pour avoir dérogé au triple pointage quotidien au commissariat imposé par son assignation.

Les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) les ont arrêtés dans le cadre d’une information judiciaire ouverte en 2015 sur une filière djihadiste en Seine-et-Marne, après une enquête préliminaire datant de 2013, a ajouté la source proche du dossier.

Lagny, épicentre d’un département « à risque »

La mosquée de Lagny, présentée par le gouvernement comme un « foyer d’idéologie radicale », avait été fermée en décembre 2015 dans le cadre de l’état d’urgence. Vingt-deux interdictions de sortie du territoire et neuf assignations à résidence d’ »individus radicalisés » avaient été prononcées. Dans la foulée, l’association qui gérait le lieu avait été dissoute, une mesure inédite en France, selon les autorités.

La commune de Lagny, voisine de Disneyland Paris, fait désormais figure d’épicentre d’un département « à risque » où, en décembre, 275 personnes étaient suivies dans le cadre de la lutte contre la radicalisation violente, et une dizaine assignées à résidence, selon une source judiciaire, contre cinq en Seine-Saint-Denis.

Dans la commune toute proche de Torcy, une mosquée fréquentée par les membres d’une cellule djihadiste, dont le procès se tient en ce moment à Paris, a été fermée en avril.

 



Attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray : quand la liste des suspects s’allonge…

Selon des révélations de Mediapart, des agents du renseignement étaient au courant de l’imminence de l’attaque.

Rappelons que l’extrême-gauchiste brestoise Julie Le Goïc, dont la réaction sitôt après la mort du père Hamel avait choqué bien du monde, devait aussi l’attendre, et même avec impatience.

C’est l’occasion de poser la question de ses rapports avec les services de renseignements.

Rappelons encore à cet égard que sa copine la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest organise aussi des assassinats d’ingénieurs en toute discrétion grâce à ses nombreux complices dans la fonction publique.

 

http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2018/01/05/saint-etienne-du-rouvray-les-renseignements-accuses-d-avoir-ete-au-courant-d-une-attaque-imminente_5237851_1653578.html

Saint-Etienne-du-Rouvray : les services de renseignement accusés d’avoir été mis au courant d’une attaque imminente

 

Selon Mediapart, un policier avait adressé une note à sa hiérarchie cinq jours avant l’assassinat du père Hamel. Il y rapportait qu’un suspect s’apprêtait à commettre une attaque. Après l’attentat, cette note aurait été postdatée.

LE MONDE | 05.01.2018 à 10h36 • Mis à jour le 05.01.2018 à 13h13

 

L’église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), où le père Hamel fut assassiné le 26 juillet 2016.

 

L’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), qui a coûté la vie au père Hamel, égorgé en pleine messe par deux assaillants, aurait-il pu être évité ? C’est ce que laisse entendre Mediapart, qui révèle jeudi 4 janvier, que l’un des terroristes était suivi par les services de renseignement, mais que les informations à son sujet se sont « perdues » dans les méandres de l’administration durant l’été 2016. dans un communiqué de presse, la préfecture de police de Paris fait une mise au point, déplorant que l’enquête du site d’investigation écrive que « le drame aurait pu être évité ».

 

Cinq jours avant l’assassinat du père Hamel, le 21 juillet 2016, un policier intercepte des messages envoyés sur une chaîne Telegram, une messagerie cryptée. Dans ce fil de discussion, l’administrateur, sous pseudonyme, confie sans équivoque ses velléités djihadistes, notamment ses tentatives de départ pour la Syrie, à l’origine de son assignation à résidence avec bracelet électronique, et les cours qu’il donne trois fois par semaine dans une mosquée de Saint-Etienne-du-Rouvray. Surtout, dans un message audio, le jeune homme sous contrôle judiciaire incite à commettre des attaques au couteau dans des églises.

La note postdatée

Le brigadier en poste à la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris, selon Mediapart, avertit alors sa hiérarchie, notamment pour permettre de déceler l’identité de l’homme qui sera identifié quelques jours plus tard après l’attentat, Adel Kermiche. Cette note n’arrivera jamais jusqu’aux bureaux de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). La veille de l’attaque, de nouveaux messages, plus alarmants, font état d’un projet imminent, sans qu’une cible soit formellement définie.

Dans un communiqué de presse, la préfecture de police de Paris confirme qu’une note a bien été envoyée le 22 juillet, suivant « le circuit habituel de validation ». La préfecture précise que cette note « ne comportait pas de caractère d’urgence », notamment parce qu’elle n’évoquait pas « l’imminence d’un passage à l’acte, et encore moins le ciblage d’un lieu précis ».

Lire aussi :   Saint-Etienne-du-Rouvray, histoire d’une haine fulgurante

Le 26 juillet, à 9 heures du matin, pendant l’office, Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean, 19 ans tous les deux, se ruent sur le père Hamel avec pour seule arme un petit couteau de cuisine en céramique, et l’égorgent devant une poignée de fidèles. Pour éviter des accusations en incompétence, la hiérarchie du brigadier aurait décidé de postdater la note, faisant croire que ces révélations sur les discussions Telegram étaient consécutives à l’enquête ouverte dans le cadre de l’attentat, écrit Mediapart.

Sur ce point, la préfecture de police de Paris assure que la direction « a informé oralement les services enquêteurs » au sujet du signalement du policier, avant de «rédiger une nouvelle note datée du 26 juillet ». « Les deux documents originaux, enregistrés et traçables dans les serveurs de la DRPP [direction du renseignement de la préfecture de police de Paris], sont à disposition de toutes les autorités administratives et judiciaires qui ont ou auront le besoin d’en connaître » la teneur, ajoute la préfecture de police de Paris. Pour l’heure, aucune enquête de l’IGPN, la police des polices, n’a été ouverte sur le sujet.

 

http://www.lejdd.fr/societe/attentat-de-saint-etienne-du-rouvray-les-renseignements-ont-dissimule-ce-quils-savaient-3537734

Attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray : les renseignements ont dissimulé ce qu’ils savaient

 

11h01 , le 5 janvier 2018

Dans une longue enquête, Mediapart révèle que la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP) avait consulté la chaîne Telegram de l’un des deux terroristes de l’attentat  de Saint-Etienne-du-Rouvray, en juillet 2016. Et a ensuite postdaté deux de ses notes pour minimiser sa responsabilité.

 

L'église de Saint-Etienne-du-Rouvray, deux jours après l'attentat, le 28 juillet 2016.
L’église de Saint-Etienne-du-Rouvray, deux jours après l’attentat, le 28 juillet 2016. (Reuters)

 

Ce sont des révélations particulièrement embarrassantes pour l’un des services de renseignements français, la DRPP. Au terme d’une enquête de « plus de six mois », Mediapart révèle jeudi que la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP) disposait d’éléments plusieurs jours avant l’attentat de l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), le 26 juillet 2016. Et, surtout, qu’elle a tenté de rattraper sa bévue ensuite en modifiant la date de deux documents. Le site d’informations relate ainsi que le jeudi 21 juillet, cinq jours avant l’attaque qui a coûté la vie au père Jacques Hamel, un agent consulte la chaîne Telegram administrée par Adel Kermiche, l’un des deux terroristes.

Sur Telegram, le terroriste appelle à attaquer les églises

Sous pseudo, l’individu évoque explicitement sa proximité pour Daech et incite ses abonnés à commettre des attentats « ici » en France. Dans un message vocal, il appelle à cibler les églises. « Tu vas dans une église où il y a du polythéisme et tu déglingues tout le monde, je ne sais pas moi! », lance-t-il notamment. Peu soucieux d’être surveillé, il livre par ailleurs des détails sur son profil, allant même jusqu’à indiquer qu’il dispense des cours dans une mosquée « à Saint-Etienne du Rouvray ». L’enquête révélera plus tard qu’Adel Kermiche, sous contrôle judiciaire, résidait bien dans la commune normande.

En prenant connaissance de cette menace, l’agent de la DRPP rédige une fiche dite « Gester » et une note blanche destinées à sa hiérarchie. Et c’est là que le raté commence, explique en détail Mediapart. Le terroriste étant localisé dans la région de Rouen et la DRPP opérant sur Paris, elle était censée transmettre ces informations à la DGSI, la Direction générale de la sécurité intérieure, qui s’occupe pour sa part de l’ensemble du territoire. Mais avant, la note doit être « corrigée et validée par quatre échelons hiérarchiques », précise Mediapart. Or, en plein mois de juillet, un seul gradé, « débordé », est présent dans les locaux de l’île de la Cité. En outre, avec l’attentat de Nice la semaine précédente, « les nerfs sont à vif et les corps fatigués », rappelle également le pure-player dans son article.

Les documents réécrits pour les dater du jour de l’attentat

Toujours est-il que le signalement n’aboutit pas. « C’est vrai. La note est restée bloquée le temps d’un week-end parce que certains étaient en vacances », précise au site un agent de la DRPP. « Mais il y avait ensuite plusieurs échelons de validation avant de pouvoir la communiquer aux autres services. La lourdeur administrative est telle que l’information ne serait jamais arrivée à temps pour sauver le prêtre », dit-il. Cela n’empêchera en tout cas pas Adel Kermiche de publier d’autres messages inquiétants sur Telegram : le lundi 25 puis le mardi 26, jour de l’attentat, il demande à ses abonnés de « partager » un contenu à venir, qualifié « d’exceptionnel » et de « surprenant ».

Après l’assassinat du père Jacques Hamel, la DRPP se rend compte de sa défaillance. Le jour même, elle « écrase sa fiche Gester et sa note blanche ». « D’après le récit concordant effectué par plusieurs sources, [l'agent] réécrit les documents en les postdatant au jour même afin de masquer l’énorme bévue de la DRPP », précise Mediapart qui cite ensuite un agent : « Oui, nos supérieurs ont bien essayé d’effacer les traces et ils l’ont mal fait. » Et voici que plus d’un an et demi après l’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray, ces manœuvres sont révélées publiquement.

Sur le même sujet :

 

http://www.lejdd.fr/societe/saint-etienne-du-rouvray-ou-en-est-lenquete-sur-les-tueurs-du-pere-hamel-3397877

Saint-Etienne du Rouvray : où en est l’enquête sur les tueurs du père Hamel?

 

11h44 , le 26 juillet 2017

Il y a un an jour pour jour, le père Hamel était assassiné par deux terroristes dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen. Quatre personnes sont mises en examen dans ce dossier.

 

Une messe s'est déroulée à Saint-Etienne-du-Rouvray un an après les faits, puis Emmanuel Macron a pris la parole.
Une messe s’est déroulée à Saint-Etienne-du-Rouvray un an après les faits, puis Emmanuel Macron a pris la parole. (Reuters)

 

« Non la haine n’a pas triomphé et elle ne triomphera pas. » L’archevêque de Rouen Dominique Lebrun  a rendu un vibrant hommage mercredi matin au père Jacques Hamel, assassiné par deux terroristes il y a un an jour pour jour dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray. Présent lors de cette messe d’hommage national, Emmanuel Macron a estimé que les deux djihadistes avaient « échoué » à exacerber « la peur des Français ». Il y a un an, Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean étaient entrés dans l’église et avaient attaqué au couteau le prêtre.

Connus des services antiterroristes, les deux hommes âgés de 19 ans étaient tous les deux fichés S au moment des faits. L’attaque avait été revendiquée par l’Etat islamique au lendemain de l’attentat, dans une vidéo où l’on voyait les deux hommes prêter allégeance à l’organisation terroriste et à son chef Abou Bakr al-Baghdadi.  L’enquête a mis en lumière le rôle du recruteur français de Daech, Rachid Kassim. Quatre personnes ont également été mises en examen.

Adel Kermiche, « figure connue de l’islamisme » à Rouen

Adel Kermiche était une « figure connue de l’islamisme en région rouennaise ». Voici comment les policiers décrivent le jeune homme, qui vivait à Saint-Etienne-du-Rouvray, chez ses parents. Il a tenté à deux reprises de partir en Syrie et a fait, pour cette raison, dix mois de détention préventive. Il a été ensuite assigné à résidence sous bracelet électronique.

Sur sa chaîne Telegram, messagerie cryptée utilisée par les djihadistes, il dit se préparer « à organiser des choses ». Juste avant de passer à l’acte, il écrit : « Tu prends un couteau, tu vas dans une église, tu fais un carnage, bim. Tu tranches deux ou trois têtes et c’est bon, c’est fini. »

Adepte d’un islam radical, il multipliait les conquêtes amoureuses sur les réseaux sociaux. L’Express rapporte ainsi le témoignage d’une ado de 17 ans, qui s’est mariée religieusement avec le jeune homme, par Skype. Quand elle refuse la polygamie qu’il veut lui imposer, il la répudie d’un message laissé sur son téléphone. Il était par ailleurs en contact avec l’une des suspectes dans l’attentat raté aux bonbonnes de gaz près de Notre-Dame de Paris.

Lire aussi : Adel Kermiche, enfant maudit de Saint-Etienne-du-Rouvray

Abdel Malik Petitjean, l’homme qui a porté les 18 coups de couteaux

Originaire des Vosges, Abdel Malik Petitjean résidait au moment des faits à Aix-les-Bains, à 700 kilomètres du domicile de son complice. Sa radicalisation a été rapide. Sa mère la signale à son père, qui vit lui en Gironde, en mars 2016. Début juin, il tente de rejoindre la Syrie. Mais cette tentative échoue. Il est repéré par les autorités turques, qui préviennent Paris de la présence d’un Français s’apprêtant à commettre un attentat. Quelques jours avant l’attaque près de Rouen, il diffuse une vidéo de menaces sur Internet, ce qui lui vaut d’être recherché par la police française. Le jour du drame, c’est lui qui porte les 18 coups de couteaux au père Hamel, dont un mortel à la carotide.

La messagerie Telegram comme lieu de rencontre

Quand ils passent à l’acte, les deux hommes se connaissent depuis quelques jours seulement. Ils sont entrés en contact via Telegram. C’est Adel Kermiche qui demande à Abdel Malik Petitjean de le rejoindre à Saint-Etienne-du-Rouvray, lui étant contraint par son bracelet électronique. Le jeune homme s’exécute et rejoint la banlieue rouennaise en covoiturage.

Rachid Kassim, le déclencheur?

Les enquêteurs ont établi que Rachid Kassim, un recruteur français de Daech originaire de Roanne et basé dans la zone irako-syrienne, avait encouragé les deux jeunes. Il a depuis probablement été tué le 8 février dernier au cours d’une frappe américaine en Irak. Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean sont tous les deux abonnés au compte Telegram du Roannais et ont échangé plusieurs messages avec lui.

Lire aussi : Rachid Kassim, vie et mort du marionnettiste de Daech

Le 19 juillet, Rachid Kassim presse Abdel Malik Petitjean de passer à l’action dès que possible en frappant le « cœur des kouffars [mécréants, Ndlr]« . Le lendemain, il lui suggère de viser des « lieux de débauche » tels qu’une boîte de nuit, un bar ou une terrasse de café. Puis le contact est rompu. Le même jour, Abdel Malik Petitjean rencontre virtuellement Adel Kermiche. Le même jour, les deux hommes parlent sur Telegram d’une d’une église où « ils pourraient faire un carnage en coupant deux ou trois têtes ».

Abdel Malik Petitjean rejoint son futur complice à Saint-Etienne-du-Rouvray. Sans en référer à Rachid Kasism, ils tentent une première fois de passer à l’acte le 25 juillet mais l’église est fermée. Ils reviennent alors le lendemain.

Le profil des quatre personnes mises en examen dans ce dossier

  • Le cousin d’Abdel Malik Petitjean, Farid K., 30 ans, originaire de Nantes, qui selon le parquet de Paris « avait parfaitement connaissances, si ce n’est du lieu et du jour précis, de l’imminence d’un projet d’action violente de son cousin. Il a été mis en examen pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste criminelle ».
  • Originaire de la banlieue toulousaine, Yassine S., 22 ans, a été mis en examen pour le même chef. Inconnu des services de renseignement, il était entré en contact avec Adel Kermiche sur Telegram. Deux jours avant l’attentat, il avait rejoint les deux terroristes à Saint-Étienne-du-Rouvray, vraisemblablement pour participer à l’attaque. Mais il est reparti la veille de l’attaque, sûrement à la demande des deux terroristes. Les enquêteurs le soupçonnent d’avoir eu connaissance du projet d’attentat, ce qu’il nie.
  • Omar C., 20 ans, a été mis en examen le 29 juillet 2016 pour « association de malfaiteurs terroriste ». Deux jours avant l’attentat, les policiers découvrent dans un téléphone retrouvé au domicile de cet homme fiché S une vidéo d’Abdel Malik Petijean, dans laquelle il prête allégeance à Daech et parle d’une « action violente ».
  • Un mineur âgé de 17 ans, qui avait tenté de partir en Syrie avec Adel Kermiche avant l’attentat, a également été mis en examen. Il avait été arrêté à Genève lors d’une deuxième tentative de départ et remis à la France. On ignore toujours son éventuel lien avec l’attentat.
Sur le même sujet :

 



Encore un attentat contre une église en Egypte, au sud du Caire

C’est toujours le même topo : on cherche à se faire des militaires français, on se fait prendre, puis on se rabat sur les Egyptiens…

 

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/12/29/97001-20171229FILWWW00076-un-assaillant-attaque-une-eglise-pres-du-caire-avant-d-etre-abattu.php

Un assaillant attaque une église près du Caire, 10 morts

 

  • Par  Le Figaro.fr avec AFP
  • Mis à jour le 29/12/2017 à 12:38
  • Publié le 29/12/2017 à 11:03

 

Dix personnes ont péri vendredi au sud du Caire dans une attaque contre une église menée par un homme armé, a indiqué un responsable au ministère de la Santé.

» LIRE AUSSI : Le Caire : un attentat dans une église copte fait au moins 23 morts

Ce responsable n’a pas précisé si l’assaillant, qui a été abattu par balles par la police, figurait parmi les dix morts.Les chrétiens d’Egypte, les coptes, ont été visés par plusieurs attaques cette année, la plupart revendiquées par le groupe jihadiste Etat islamique (EI).Selon la TV d’Etat, un officier de police figure parmi les personnes tuées dans l’attaque, qui a eu lieu à Helwan, une banlieue au sud de la capitale. L’homme armé a également blessé cinq gardes de sécurité, selon des responsables de la police.

L’assaillant a ouvert le feu à l’extérieur de l’église et tenté de donner l’assaut au bâtiment avant d’être abattu par la police, ont précisé des responsables. Ces derniers ont dit être à la recherche d’un possible autre assaillant en fuite. Des images vidéo diffusées sur les réseaux sociaux montrent l’assaillant présumé, un homme barbu portant une veste avec des munitions étendu sur le sol, qui semble être peu conscient, alors que des gens le menottent. La police a ensuite interdit l’accès aux passants du lieu de l’attaque qui n’a pas été revendiquée dans l’immédiat.

» LIRE AUSSI : Égypte : carnage dans une mosquée du Sinaï, 305 morts dont 27 enfants

Depuis décembre 2016, des dizaines de chrétiens, essentiellement des Coptes, ont été tués dans des attentats contre des églises ou des attaques ciblées dans la péninsule du Sinaï (est) et à travers le pays. Le 11 décembre 2016, au Caire, un attentat suicide contre l’église copte Saint-Pierre et Saint-Paul, avait fait 29 morts. L’attentat, qui avait eu lieu en pleine célébration, avait été revendiqué par l’EI.

En avril 2017, 45 personnes ont été tuées dans deux attaques suicide revendiquées par l’EI en pleine célébration des Rameaux à Alexandrie, deuxième ville du pays, et Tanta, dans le nord de l’Egypte. En mai, le groupe jihadiste avait revendiqué une attaque contre un bus de pèlerins coptes qui s’était soldée par la mort de 28 personnes.

Les coptes, pour l’immense majorité orthodoxes, constituent la communauté chrétienne la plus nombreuse du Moyen-Orient et l’une des plus anciennes. Ils représentent 10% des quelque 96 millions d’habitants et sont présents dans tout le pays, avec des concentrations plus fortes en Moyenne-Egypte. Ils sont faiblement représentés au gouvernement et se disent marginalisés. Outre les attaques contre le chrétiens, les jihadistes visent aussi régulièrement les forces de sécurité. Ils sont par ailleurs soupçonnés d’être derrière une attaque ayant fait plus de 230 morts contre une mosquée de l’est de l’Egypte le 24 novembre dernier.

Le Figaro.fr avec AFP

 

 

https://www.francetvinfo.fr/monde/egypte/egypte-dix-morts-dans-une-attaque-contre-une-eglise-au-sud-du-caire_2536733.html

Egypte : neuf morts dans une attaque contre une église copte des faubourgs sud du Caire

 

Depuis décembre 2016, plusieurs dizaines de chrétiens coptes ont été tués dans des attentats contre des églises ou des attaques ciblées dans la péninsule du Sinaï (est) et à travers le pays.

 

Des experts de la police égyptienne travaillent sur les lieux d\'une attaque dans une église copte, près du Caire, vendredi 29 décembre 2017.&nbsp;

Des experts de la police égyptienne travaillent sur les lieux d’une attaque dans une église copte, près du Caire, vendredi 29 décembre 2017.  (SAMER ABDALLAH / AFP)
avatar

franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le 29/12/2017 | 14:19
publié le 29/12/2017 | 13:25

Le bilan se porte à 9 morts. Vendredi 29 décembre, un homme armé a attaqué une église, dans les faubourgs sud du Caire (Egypte), a indiqué un responsable au ministère de la Santé. Dans un premier temps, le porte-parole du ministère de la Santé, Khaled Megahed, a indiqué que l’assaillant avait été abattu après avoir tué neuf personnes et blessé plusieurs autres dans l’attaque contre l’église Saint Mina à Helouane, dans la banlieue sud du Caire. Mais le ministère de l’Intérieur a ensuite précisé dans un communiqué que l’assaillant, un jihadiste recherché pour des attaques contre la police, avait été blessé et arrêté.

Selon la télévision d’Etat, un officier de police figure parmi les personnes tuées dans l’attaque, qui a eu lieu à Helwan, une banlieue au sud de la capitale. L’homme armé a également blessé cinq gardes de sécurité, selon des responsables de la police.

Les chrétiens coptes d’Egypte ont été visés par plusieurs attaques cette année, la plupart revendiquées par le groupe Etat islamique (EI). Depuis décembre 2016, des dizaines de chrétiens ont été tués dans des attentats contre des églises ou des attaques ciblées dans la péninsule du Sinaï (est) et à travers le pays. A 14 heures vendredi, cette dernière attaque n’était pas revendiquée.

A la recherche d’un possible complice

L’assaillant a ouvert le feu à l’extérieur de l’église et a tenté de donner l’assaut au bâtiment avant d’être abattu par la police, ont précisé des responsables. Ces derniers ont dit être à la recherche d’un possible autre assaillant, en fuite.

Des images vidéo diffusées sur les réseaux sociaux montrent l’assaillant présumé, un homme barbu portant une veste avec des munitions étendu sur le sol, qui semble être peu conscient, alors que des gens le menottent.

 

 

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/12/28/01016-20171228ARTFIG00223-arrestation-de-deux-islamistes-determines-a-frapper-la-france.php

Arrestations de deux islamistes «déterminés» à frapper la France

 

 

INFO LE FIGARO – Un jeune homme et une jeune femme, sans liens avérés, ont été interpellés la semaine dernière à Lyon et Paris, projetant de commettre des attentats sur le sol français. Les deux suspects ont été mis en examen et écroués.

Selon nos informations, la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) a interpellé en début et en fin de semaine dernière deux islamistes radicaux, un jeune homme et une jeune femme, respectivement dans les agglomérations de Lyon et de Paris. Actifs sur les réseaux sociaux et en contact avec des membres de l’État islamique dans la zone syro-irakienne, ils projetaient de passer à l’action chacun de leur côté, sans lien entre eux.

«Déterminés», selon une source informée, ils avaient réalisé des repérages et envisageaient de cibler notamment des porteurs d’uniformes, sans que leur projet soit encore abouti.

Les militaires en ligne de mire

Âgé de 21 ans, l’homme a été interpellé le 22 décembre. Souhaitant répondre aux appels de l’État islamique, il projetait de commettre une attaque à l’aide d’une arme à feu ou d’arme blanche contre des militaires en priorité. Il a été mis en examen pour «association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste criminelle» et écroué le 26 décembre.

De son côté, la femme, âgée de 19 ans, a été interpellée le 18 décembre en région parisienne. Mise en examen des mêmes chefs d’accusation, elle a été placée en détention provisoire le 21 décembre. En garde à vue, elle a approuvé les attentats de 2015 et a reconnu un projet d’action violente en province, là où les forces de l’ordre sont moins présentes. D’autre part, elle a avoué avoir été à la recherche d’armes à feu depuis octobre dernier.

Les perquisitions n’ont pas permis de découvrir ni armes, ni explosifs.

La rédaction vous conseille

 

 

http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2017/12/28/un-homme-et-une-femme-soupconnes-de-preparer-des-attentats-mis-en-examen_5235452_1653578.html

Un homme et une femme soupçonnés de préparer des attentats mis en examen

 

Placées en détention provisoire, les deux personnes devront répondre du chef d’accusation d’association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste criminelle.

Le Monde.fr avec AFP | 28.12.2017 à 22h26 • Mis à jour le 29.12.2017 à 08h12

Deux personnes soupçonnées de planifier un attentat terroriste ont été arrêtées en fin de semaine dernière, a-t-on appris jeudi 28 décembre de l’Agence France presse, confirmant une information du Figaro. Il s’agit d’un jeune homme de 21 ans interpellé à Lyon, et d’une jeune femme de 19 ans appréhendée en région parisienne, selon une source judiciaire.

 

L’homme a été mis en examen pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste criminelle » et emprisonné le 26 décembre. La femme, arrêtée le 18 décembre, a été mise en examen des mêmes chefs d’accusation et placée en détention provisoire le 21 décembre.

Selon Le Figaro, les deux personnes n’étaient pas en lien. Le journal écrit toutefois qu’ils projetaient tous deux de cibler « des porteurs d’uniforme », notamment des militaires. Ils étaient tous les deux en contact avec des membres de l’organisation Etat islamique (EI) dans la zone irako-syrienne, via les réseaux sociaux. Ni armes, ni explosifs n’ont été découverts au cours des perquisitions, a précisé la source proche du dossier.

Plusieurs attaques ont ciblé les forces de l’ordre, notamment les policiers et les militaires participant à l’opération Sentinelle dans les rues de France. La dernière attaque meurtrière remonte au 20 avril : à trois jours du premier tour de la présidentielle, Karim Cheurfi avait tué un policier sur les Champs-Elysées, Xavier Jugelé.

 



Le gouvernement travaille au durcissement du contrôle des chômeurs

Pfff… Richard Ferrand et ses fixettes…

Puisqu’il est de nouveau question du contrôle des chômeurs, notons que le cas des victimes de harcèlement moral n’est toujours pas prévu, alors que le législateur reconnaît son existence depuis 2002 (loi n° 2002-73 du 17 janvier 2002 dite de modernisation sociale).

Concrètement, de quoi s’agit-il ?

Les employeurs harceleurs, tous des patrons voyous, constituent sur leurs cibles des collections de faux qu’ils mettent en circulation afin de leur barrer la route absolument partout. Certains vont même jusqu’à pourchasser leurs cibles absolument partout avec ces « dossiers » constitués sur leur compte afin de les calomnier et de les empêcher de retrouver du travail. A cet effet, ils ont notamment recours aux services d’agents de La Poste et de France Télécom qui pour arrondir leurs fins de mois acceptent sans aucun scrupule d’ouvrir illégalement les correspondances de leurs administrés et de pratiquer à leur encontre des écoutes téléphoniques illégales, ce qui permet à leurs commanditaires de toujours savoir où et quand frapper afin que leurs cibles ne puissent échapper aux fatwas dont elles sont victimes. Ces fonctionnaires hors-la-loi sont toujours très bien défendus par leurs syndicats en cas de problème et ne craignent donc pas grand-chose de la « justice » française. C’est par exemple le cas des extrême-gauchistes auxquels j’ai affaire depuis des lustres, lesquels, véritablement spécialisés dans le harcèlement de salariés divers et variés, sont tous syndiqués chez Sud ou à la CGT.

Les mêmes peuvent aussi demander à leurs complices facteurs de ne pas distribuer à leurs cibles certaines des lettres qui leur sont adressées. Ainsi, par exemple, en ce qui me concerne, n’ai-je JAMAIS reçu AUCUNE convocation d’aucune sorte tout le temps où j’ai été inscrite au chômage, ce qui bien évidemment m’a créé beaucoup de problèmes.

Que fait-on aujourd’hui pour lutter contre ce type de délinquance et aider les victimes à s’en sortir ?

Strictement rien, il n’est toujours question que de pousser les victimes au suicide.

 

 

http://www.liberation.fr/france/2017/12/27/le-gouvernement-va-renforcer-le-controle-des-chomeurs-comme-l-avait-promis-macron_1619091

Le gouvernement va renforcer le contrôle des chômeurs (comme l’avait promis Macron)

 

Par Dominique Albertini — 27 décembre 2017 à 13:08
La ministre du Travail, Muriel Pénicaud et le Premier ministre, Edouard Philippe le 14 septembre à l’Elysée. Photo Ludovic Marin. AFP

Citée par «le Canard enchaîné», une note du ministère du Travail confirme les projets d’Emmanuel Macron, qui avait promis durant sa campagne un contrôle «drastique» des inscrits à Pôle Emploi.

  • Le gouvernement va renforcer le contrôle des chômeurs (comme l’avait promis Macron)

Il l’avait promis, il va le faire : le gouvernement se prépare à renforcer le contrôle des inscrits à Pôle Emploi. Dévoilée ce mercredi par le Canard enchaîné, une note interne du ministère du Travail donne les contours de cette réforme. Censée encourager le retour à l’emploi, la mesure est déjà promise à une belle controverse… Si tant est qu’elle soit appliquée en l’état. Décryptage.

Que prévoit le gouvernement ?

Selon le document en question, l’exécutif souhaite durcir les sanctions visant les chômeurs jugés trop peu motivés par le retour à l’emploi. Une implication insuffisante, le refus d’une formation ou le rejet de deux offres d’emploi «raisonnables» entraîneraient à l’avenir une diminution de 50% de l’indemnisation pendant deux mois. En cas de récidive, elle serait totalement supprimée pour la même durée. L’ardeur du demandeur d’emploi serait notamment évaluée sur la base d’un «rapport d’activité mensuel», rédigé par lui et énumérant l’ensemble de ses démarches. Selon le Monde, les sanctions seraient en revanche revues à la baisse en cas d’absence aux convocations de Pôle Emploi – une faute qui représente aujourd’hui le principal motif de radiation des inscrits.

Contacté par Libération, le ministère du Travail refuse de commenter «des documents publiés par la presse», tout en annonçant des propositions «dans les semaines qui viennent». L’exécutif doit présenter une réforme plus générale de l’assurance chômage, notamment pour ouvrir celle-ci aux indépendants et à certains salariés démissionnaires.

Si les détails doivent encore être confirmés, le principe d’un renforcement des contrôles n’a rien d’une surprise. Le programme d’Emmanuel Macron évoquait bien un «contrôle accru de la recherche d’emploi», selon des modalités proches du projet dévoilé mercredi : «Si plus de deux emplois décents, selon des critères de salaire et de qualification sont refusés, ou que l’intensité de la recherche d’emploi est insuffisante, alors les allocations seront suspendues», pouvait-on lire dans ce programme. Dans un entretien aux Echos, en février, le candidat évoquait lui-même un contrôle «drastique». Enfin, dans un document d’orientation adressé mi-décembre aux partenaires sociaux et fixant le cadre des réformes à venir, l’exécutif évoquait «une réforme du barème et des modalités de sanctions dans les semaines qui viennent».

Que changerait la réforme ?

L’exécutif ne part pas de rien : des dispositifs de contrôle et de sanction existent déjà à Pôle Emploi. En cas de recherche insuffisante ou de refus de formation, le demandeur d’emploi peut déjà voir son indemnisation réduite de 20% pendant deux à six mois. En cas de récidive, l’allocation baisse de 50% pendant deux à six mois, et peut même être définitivement supprimée. Deux refus d’une offre raisonnable d’emploi entraînent une suspension de deux mois ; celle-ci court de deux à six mois en cas de nouveau refus, et peut aller jusqu’à la suppression définitive. Le projet du gouvernement représente donc bien un durcissement, sauf sur le sujet des absences aux convocations.

Reste à savoir si le projet en question sera appliqué tel quel. La chose est loin d’être acquise. Le gouvernement a en effet invité, mi-décembre, syndicats et patronat à négocier entre eux sur la future réforme de l’assurance chômage. Tout en fixant le cadre de la discussion, et ses grands objectifs, l’exécutif s’engage ainsi à prendre en compte l’avis des partenaires sociaux. Ses propositions devraient être bien reçues par le Medef, dont le président Pierre Gattaz avait souhaité en octobre un «contrôle journalier ou hebdomadaire» des demandeurs d’emploi. Les organisations de salariés devraient se montrer nettement moins enthousiastes. Dès lors, la note ministérielle pourrait bien représenter une première base de travail, plutôt qu’une réforme prête à l’emploi.

Quel bilan du contrôle des chômeurs ?

Depuis 2015, le contrôle des demandeurs d’emploi est l’affaire d’équipes spécialisées au sein de Pôle Emploi, distinctes des conseillers en charge du suivi quotidien des dossiers. Un premier bilan de ces contrôles a été dévoilé début novembre : selon lui, 86% des chômeurs inscrits s’acquittaient convenablement de leurs obligations, les 14% restant ayant été radiés en cours de route. Parmi ces derniers, seuls 40% étaient indemnisés, 23% relevant du régime de solidarité et 36% ne touchant rien. De quoi relativiser un phénomène parfois évoqué en termes fantaisistes par certains politiques. «La liberté, ce n’est pas de bénéficier des allocations chômage pour partir deux ans en vacances», avait ainsi lancé en octobre le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner.

«L’objectif des équipes de contrôle, ce n’est pas seulement de radier, c’est aussi de remotiver, remettre en selle des demandeurs d’emploi qui perdent pied, souligne Michel Breuvart, cadre du syndicat SNU-FSU de Pôle Emploi. Si les nouveaux contrôles ont la même démarche, ça peut s’entendre. Si la finalité est de radier, on ne sera pas d’accord. Il y a un fantasme autour des offres d’emploi rejetées, alimenté par ces employeurs qui recherchent en vain le mouton à cinq pattes, à la fois très qualifié, pas cher et souple sur les horaires. La réalité, c’est que 92% des offres sont des contrats de moins de six mois.»

Dominique Albertini

 

http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/decryptage/2017/12/27/29002-20171227ARTFIG00055-pourquoi-le-futur-durcissement-du-controle-des-chomeurs-est-une-non-information.php

Pourquoi le (futur?) durcissement du contrôle des chômeurs est une non-information…

 

  • Par   Marc Landré
  • Mis à jour le 27/12/2017 à 12:36
  • Publié le 27/12/2017 à 10:35

LE SCAN ÉCO – La presse a tort de s’emballer sur l’article du Canard enchaîné qui détaille le supposé plan du gouvernement pour renforcer le contrôle des chômeurs. Ce sujet, qui faisait partie du programme du candidat Macron, est sur la table de la négociation paritaire sur l’assurance chômage qui ouvrira le 11 janvier.

BREAKING NEWS!!! Tous les médias télé, radio et web (lefigaro.fr compris) reprennent en boucle depuis mardi soir l’information du Canard enchaîné selon laquelle «le gouvernement réfléchit à durcir le contrôle des chômeurs». TF1 en a fait le principal titre de son JT de 20h et France 2 son deuxième sujet; quant aux radios, elles ont toutes ouvert leur antenne ce mercredi matin avec cette nouvelle de première importance. Et tous ont donné moult détails à la clé, reprenant -sans les vérifier- mot à mot les données de l’article du Palmipède. La note (non datée) a ainsi été rédigée par le directeur de cabinet de la ministre du Travail, Antoine Foucher, un «ancien cadre du Medef»; elle propose de réduire de 50% pendant deux mois (contre 20% aujourd’hui) les allocations-chômage d’un chômeur (indemnisé) qui refuserait une formation ou deux offres d’emploi raisonnables, puis de les supprimer pour la même période en cas de récidive; les chômeurs auront encore des comptes à rendre en remplissant un «rapport mensuel d’activité» de recherche d’emploi…

» LIRE AUSSI – Comment Pénicaud a (définitivement?) réglé leur sort aux chiffres mensuels du chômage

N’en jetez plus, l’affaire est pliée! Sauf que l’information, reprise en boucle par tout le monde, n’en est en réalité pas une. Et ce, pour au moins cinq raisons (et probablement d’autres). Primo, comme l’indique en préambule le Canard enchaîné, le gouvernement n’a jamais caché son jeu. Ce point du durcissement des contrôles et des sanctions de Pole emploi en cas de non-recherche active d’un emploi a été au cœur de la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron qui n’a de cesse, depuis qu’il a été élu, de mettre en œuvre son programme. La même polémique a d’ailleurs eu lieu en novembre lorsqu’ont fuité les résultats d’une expérimentation interne à Pôle emploi sur le contrôle effectif de la recherche d’emploi effectuée dans quatre départements, et qui sera étendue en 2018 sur l’ensemble du territoire. Beaucoup ont semblé alors découvrir la lune…

Ce point du durcissement des contrôles et des sanctions était au cœur du programme d’Emmanuel Macron qu’il n’a depuis son élection de cesse de mettre en œuvre

Secundo, l’exécutif cache tellement peu son jeu qu’il a demandé, pas plus tard qu’il y a moins de 15 jours, aux partenaires sociaux, de justement négocier «une réforme du barème et des modalités de sanction» en cas d’absence de recherche d’emploi caractérisée dans le cadre de la réforme de l’assurance chômage. Il est donc un peu fort de café de titrer -hurler- ce mercredi matin que le gouvernement réfléchit ou veut durcir le contrôle des chômeurs. Dans le jargon journalistique, on pourrait même aller jusqu’à dire que cette information est… une non-information.

» LIRE AUSSI – La gauche s’inquiète du durcissement du contrôle des chômeurs

Tertio, c’est d’ailleurs le contraire qui serait une information: que le gouvernement ne réfléchisse pas à un dispositif qu’il a demandé aux syndicats de salariés et aux organisations patronales de monter. Une telle absence d’anticipation, en cas de défaillance des partenaires sociaux ou d’impossibilité pour eux de tomber d’accord sur ce point précis -ils ont accepté tous les 8, la semaine dernière, la négociation que leur proposait Muriel Pénicaud et qui démarrera le 11 janvier-, serait d’ailleurs une quasi-faute professionnelle.

Quarto, il est fort probable que les suggestions contenues dans cette note interne ne verront jamais le jour. Comme avec les premiers projets d’accords soumis par le patronat aux syndicats lors d’une négociation interprofessionnelle ou d’entreprise, le texte ainsi dévoilé a toutes les chances d’être «martyr», c’est-à-dire qu’il n’en restera rien et que les dispositions qu’il contient serviront de base, aux uns et aux autres, pour afficher leurs lignes rouges et donc savoir quelles sont les limites à ne pas dépasser en la matière…

Il est fort probable que les suggestions contenues dans la note, non datée du directeur de cabinet de Muriel Pénicaud, ne verront jamais le jour

Quinto, cet emballement généralisé sur une baisse de 50% des allocations-chômage pendant deux mois en cas d’absence de recherche active d’emploi rappelle une autre polémique, identique, survenue cet automne sur le bonus-malus que le gouvernement allait, c’était certain, mettre en œuvre pour lutter contre la précarisation des embauches en CDD. Une fuite dans la presse faisait en effet état de conditions extrêmement dures quant à la surtaxation de cotisation chômage patronale selon la durée des contrats souscrits. Et bien ce dispositif, sur lequel la presse a abondamment écrit, pourrait bien ne jamais voir le jour…

Dans son document d’orientation envoyé à la mi-décembre aux partenaires sociaux, le gouvernement ne parle plus en effet de bonus-malus à proprement parler -dont ne veut pas entendre parler le patronat- sur les contrats courts mais invite les représentants des syndicats et du employeurs à imaginer le dispositif de leur choix pour parvenir au but recherché. À savoir lutter contre la précarité dans l’embauche. Sur ce sujet comme sur d’autres, il est toujours malaisé de confondre moyen et objectif, et de faire d’une non-information un fait avéré. A bon entendeur…

La rédaction vous conseille
Marc Landré
Journaliste – Sa biographie

 

 

http://www.lemonde.fr/politique/article/2017/12/27/les-pistes-du-gouvernement-pour-durcir-le-controle-des-chomeurs_5234906_823448.html

Les pistes du gouvernement pour durcir le contrôle des chômeurs

 

Le gouvernement veut aller vers « un meilleur contrôle et accompagnement » des demandeurs d’emploi, en adaptant notamment « la nature et l’échelle des sanctions ».

LE MONDE | 27.12.2017 à 11h33 • Mis à jour le 27.12.2017 à 11h39 | Par Bertrand Bissuel

 

Le gouvernement étudie plusieurs pistes pour accroître le contrôle des demandeurs d’emploi.

 

Emmanuel Macron avait annoncé la couleur dès la campagne présidentielle : en cas de victoire, proclamait-il à l’époque, l’assurance-chômage sera transformée en profondeur, ce qui se traduira – entre autres – par un renforcement du contrôle des demandeurs d’emploi. Les intentions sont en passe de devenir réalité. Comme le révèle Le Canard enchaîné dans son édition du mercredi 27 décembre, le gouvernement envisage de durcir les sanctions à l’égard des inscrits à Pôle emploi qui manquent à leurs obligations. Sollicité par Le Monde, le cabinet de la ministre du travail, Muriel Pénicaud, n’a pas souhaité commenter ces fuites. Mais les scénarios évoqués par l’hebdomadaire satirique existent bel et bien, même s’ils sont incomplets. Et rien, à ce stade, n’est définitivement tranché.

 

Le Canard enchaîné, qui affirme se fonder sur une « note confidentielle », rapporte qu’un chômeur verra ses allocations « d’emblée réduites de 50 % pour une durée de deux mois » dans trois cas de figure : s’il ne recherche pas assez activement du travail, s’il refuse une formation ou s’il décline deux offres d’emploi jugées raisonnables. « S’il récidive, précisent nos confrères, elles seront carrément supprimées, pour la même durée de deux mois. »

Plusieurs pistes sur la table

Autre disposition à laquelle songe l’exécutif : demander aux inscrits à Pôle emploi de « remplir un rapport d’activité mensuel » qui recenserait toutes les démarches accomplies afin de décrocher un poste. Des pratiques similaires ont déjà cours dans quelques pays européens – la Suède et le Danemark, notamment. Le Canard enchaîné, lui, y voit la reprise d’une idée de Pierre Gattaz, le président du Medef, qui avait plaidé, le 17 octobre, en faveur d’un « contrôle journalier ou hebdomadaire » des chômeurs.

« L’article force le trait et caricature, ce qui est dans l’esprit du journal », réagit une source gouvernementale. Une autre source au cœur du dossier réfute la thèse selon laquelle ce projet de carnet de bord tenu par le demandeur d’emploi aurait pour objectif de fliquer et de punir : « Il s’agit de se situer dans le préventif, pas dans le répressif. Le but est d’améliorer l’accompagnement des personnes en détectant un éventuel relâchement des efforts pour trouver du travail. Ainsi tenus au courant, les agents de Pôle emploi peuvent ajuster leur offre de services, leurs conseils à l’égard des inscrits. »

Lire aussi :   Chômage : le nombre de demandeurs d’emploi en hausse de 0,2 % au mois d’octobre

S’agissant de la révision du barème des sanctions, d’autres pistes sont sur la table – en plus de celles mentionnées par Le Canard enchaîné. Ainsi, les chômeurs touchant une allocation qui ne répondent pas aux convocations de leur conseiller chez Pôle emploi verraient leur prestation diminuer de 20 % pendant un mois (de 50 % pendant deux mois en cas de récidive). La punition serait, dans cette hypothèse, moins sévère qu’à l’heure actuelle puisque les « refus de répondre aux convocations » entraînent la radiation des listes pendant deux mois, la première fois (jusqu’à six mois, si le manquement se reproduit). Cet aspect de la réforme est important, car les rendez-vous qui tombent à l’eau (sans raison valable) constituent la cause la plus importante de radiation, très loin devant les autres motifs prévus dans la loi (absence d’« actes positifs et répétés en vue » d’être embauché ; refus, « à deux reprises » et « sans motif légitime », d’une « offre raisonnable d’emploi »…).

Adapter « la nature et l’échelle des sanctions »

Quant aux chômeurs non indemnisés, qui « snoberaient » leur correspondant à Pôle emploi, le régime pourrait être différent de celui appliqué aux demandeurs d’emploi percevant l’allocation : une radiation de quinze jours, la première fois ; d’un mois, la seconde.

La réflexion en cours vise à adapter « la nature et l’échelle des sanctions », glisse une source gouvernementale en soulignant qu’une « absence à convocation est aujourd’hui plus sanctionnée qu’une insuffisance de recherche d’emploi » – la seconde se soldant par une radiation de deux semaines, dans la quasi-totalité des cas (Le Monde du 10 novembre).

Lire aussi :   Trois réformes sociales sur le feu en 2018

Ces projets s’inscrivent dans la droite ligne du « programme de travail » que les services de Mme Pénicaud ont remis, le 14 décembre, aux partenaires sociaux. A partir de ce document, le patronat et les syndicats vont engager, en janvier, une négociation susceptible de déboucher sur un accord dont l’exécutif pourra s’inspirer – ou non – lorsqu’il mettra en musique sa réforme. L’un des objectifs poursuivis est de parvenir à « un meilleur contrôle et accompagnement des demandeurs d’emploi », notamment en modifiant le « barème et [les] modalités de sanctions ». Le gouvernement a l’intention de formuler, dans les prochaines semaines, des propositions à ce sujet. Mais les organisations d’employeurs et de salariés veulent aussi faire entendre leurs voix – « ce qui accroît l’indétermination », insiste une source au sein de l’exécutif.

Les premières réactions, côté syndical, ne sont pas très favorables. Instaurer un carnet de bord du chômeur ? « C’est une idée technocratique, estime Jean-François Foucard (CFE-CGC). Je ne suis pas sûr que ça produise beaucoup d’effet. » L’exécutif cherche à « faire des économies tout en culpabilisant les chômeurs », dénonce Denis Gravouil (CGT), qui ajoute : « Macron et son gouvernement confirment qu’ils ne s’occupent que de leur électorat, les CSP ++, et pas de ceux et celles qui sont dans la précarité. »



1...5152535455...159

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo