Nouvelles demandes de suppression de Satanistique fin avril et début mai 2020

J’avais oublié d’en faire part à mes réguliers lecteurs, ce que je corrige vite fait en précisant qu’il y en a bien eu fin avril, avec passage subséquent de Google sur le blog en date du 1er mai 2020, mais que je n’ai pas conservé ces traces. A priori, c’est toujours Patrice Seray qui fait ces demandes, il n’aime pas que je m’exprime, ni, surtout, que je dise la vérité sans commettre aucune sorte d’infraction pénale, raison pour laquelle il n’obtient toujours pas les suppressions qu’il demande.

Ses amis et ceux de Jean-Marc Donnadieu me visitent toujours un peu eux aussi.

Et Jean-Marc Donnadieu est toujours mon lecteur le plus assidu.

 

Page View Activity

 

Date Heure Système Location / Language Host Name/Web Page/Referrer
3 May 07:01:30 Chrome 81.0
Chrome OS
1536×864
Nouvelles demandes de suppression de Satanistique fin avril et début mai 2020 dans Calomnie in Hyderabad,
Andhra Pradesh,
India / en-us
Jio (157.44.81.232) Google

3 May 07:01:27 Chrome 81.0
Chrome OS
1536×864
in dans Corruption Hyderabad,
Andhra Pradesh,
India / en-us
Jio (157.44.81.232)  

 

 

Magnify Visitor

 

Visitor Analysis & System Spec

Renvoi de recherche : https://www.google.com/ (Keywords Unavailable)
Host Name: Navigateur : Firefox 75.0
Adresse IP :  Patrice Seray OS/Platform: Win10/Desktop
Emplacement : Cruseilles, Rhone-Alpes, France Résolution : 1920×1080
Visites récurrentes : 0 Javascript : Enabled
Durée de la visite : Multiple visits spread over more than one day FAI : Sfr

Navigation Path

Date Heure Page web
1 May 16:40:22
https://www.google.com/ (Keywords Unavailable)
2 May 19:46:17
2 May 19:47:32
https://www.google.com/ (Keywords Unavailable)
5 May 08:11:33
5 May 08:11:58
5 May 08:12:19
https://www.google.com/ (Keywords Unavailable)
5 May 08:20:38

 

 

Page View Activity

 

Date Heure Système Location / Language Host Name/Web Page/Referrer
5 May 12:04:20 Chrome 81.0
Chrome OS
1920×1200
ie dans Crime Dublin,
Ireland / en-us
Virgin Media Ireland (37.228.215.37)  

(Pas de lien référant)
5 May 12:04:15 Chrome 81.0
Chrome OS
1920×1200
ie dans Folie Dublin,
Ireland / en-us
Virgin Media Ireland (37.228.215.37)  

(Pas de lien référant)
4 May 11:15:14 Chrome 81.0
Chrome OS
1920×1200
ie dans LCR - NPA Dublin,
Ireland / en-us
Three Ireland (80.233.61.252)  

(Pas de lien référant)
4 May 10:06:53 Chrome 81.0
Chrome OS
1920×1200
ie dans Luraghi Dublin,
Ireland / en-us
Virgin Media Ireland (37.228.215.37)  

(Pas de lien référant)
4 May 09:57:46 Chrome 81.0
Chrome OS
1920×1200
ie dans NEMROD34 Dublin,
Ireland / en-us
Virgin Media Ireland (37.228.215.37)  

(Pas de lien référant)

 

 

Magnify Visitor

 

Visitor Analysis & System Spec

URL d’origine :
Host Name: Navigateur : Chrome 81.0
Adresse IP : OS/Platform: Win10/Desktop
Emplacement : Listrac-médoc, Aquitaine, France Résolution : 1920×1080
Visites récurrentes : 1 Javascript : Enabled
Durée de la visite : Multiple visits spread over more than one day FAI : Free Sas

Navigation Path

Date Heure Page web
https://www.google.com/ (Keywords Unavailable)
9 May 17:27:52
9 May 17:28:36
https://www.google.com/ (Keywords Unavailable)
11 May 00:23:33
11 May 00:24:59

 

 

Magnify Visitor

 

Visitor Analysis & System Spec

Renvoi de recherche : https://fr.search.yahoo.com/ (Keywords Unavailable)
Host Name: Navigateur : Chrome 81.0
Adresse IP : OS/Platform: Win10/Desktop
Emplacement : Béziers, Languedoc-Roussillon, France Résolution : 1536×864
Visites récurrentes : 2 Javascript : Enabled
Durée de la visite : 7 mins 41 secs FAI : Sfr

Navigation Path

Date Heure Page web
https://fr.search.yahoo.com/ (Keywords Unavailable)
10 May 14:50:26
https://fr.search.yahoo.com/ (Keywords Unavailable)
10 May 14:53:18
https://fr.search.yahoo.com/ (Keywords Unavailable)
10 May 14:56:23
https://fr.search.yahoo.com/ (Keywords Unavailable)
10 May 14:58:07

 

 

Magnify Visitor

 

Visitor Analysis & System Spec

Renvoi de recherche : https://www.google.fr/ (Keywords Unavailable)
Host Name: Navigateur : Chrome 79.0
Adresse IP : OS/Platform: Win10/Desktop
Emplacement : Courbevoie, Ile-de-France, France Résolution : 1536×864
Visites récurrentes : 0 Javascript : Enabled
Durée de la visite : Non applicable FAI : Orange

Navigation Path

Date Heure Page web
https://www.google.fr/ (Keywords Unavailable)
13 May 09:22:10

 

 

Magnify Visitor

 

Visitor Analysis & System Spec

URL d’origine :
Host Name: Navigateur : Chrome 81.0
Adresse IP : 185.56.161.92 — Donnadieu OS/Platform: Win7/Desktop
Emplacement : Bahamas Résolution : 1920×1080
Visites récurrentes : 41 Javascript : Enabled
Durée de la visite : Multiple visits spread over more than one day FAI : Ielo-liazo Services Sas

Navigation Path

Date Heure Page web
(Pas de lien référant)
1 May 18:19:29
1 May 18:19:43
(Pas de lien référant)
2 May 13:23:37
(Pas de lien référant)
2 May 14:49:33
2 May 14:49:45
(Pas de lien référant)
2 May 17:21:15
2 May 17:21:37
(Pas de lien référant)
3 May 12:48:46
(Pas de lien référant)
3 May 12:57:17
3 May 12:57:28
3 May 14:34:07
3 May 14:38:02
3 May 14:38:18
3 May 14:38:35
3 May 14:38:42
(Pas de lien référant)
3 May 16:00:40
(Pas de lien référant)
3 May 16:13:45
3 May 16:13:57
(Pas de lien référant)
3 May 17:47:12
(Pas de lien référant)
3 May 18:17:47
3 May 18:17:59
(Pas de lien référant)
3 May 20:26:50
3 May 20:27:05
(Pas de lien référant)
3 May 20:36:54
(Pas de lien référant)
4 May 11:43:15
4 May 11:43:26
(Pas de lien référant)
4 May 13:49:59
4 May 13:50:11
(Pas de lien référant)
4 May 15:07:35
4 May 15:07:47
(Pas de lien référant)
5 May 11:37:28
5 May 11:37:39
(Pas de lien référant)
5 May 13:04:08
5 May 13:04:34
(Pas de lien référant)
5 May 18:10:28
(Pas de lien référant)
6 May 09:21:32
6 May 09:29:53
6 May 09:30:07
(Pas de lien référant)
6 May 13:28:22
(Pas de lien référant)
6 May 16:06:08
(Pas de lien référant)
6 May 19:57:58
6 May 19:58:12
6 May 20:31:14
(Pas de lien référant)
7 May 11:10:01
(Pas de lien référant)
7 May 14:38:43
7 May 14:39:03
(Pas de lien référant)
7 May 16:47:34
(Pas de lien référant)
7 May 23:58:52
7 May 23:59:55
8 May 00:05:15
(Pas de lien référant)
8 May 12:39:27
8 May 12:41:26
(Pas de lien référant)
8 May 19:47:05
8 May 19:47:56
(Pas de lien référant)
9 May 12:41:27
(Pas de lien référant)
9 May 15:15:32
9 May 15:15:44
(Pas de lien référant)
9 May 18:29:41
9 May 18:29:53
(Pas de lien référant)
9 May 19:11:55
9 May 19:12:03
9 May 19:13:01
(Pas de lien référant)
10 May 12:12:34
10 May 12:12:58
(Pas de lien référant)
11 May 10:19:54
11 May 10:20:03
(Pas de lien référant)
12 May 09:00:12
12 May 09:00:21
(Pas de lien référant)
12 May 13:21:50
(Pas de lien référant)
13 May 12:20:52
(Pas de lien référant)
13 May 13:13:57
13 May 13:14:10
(Pas de lien référant)
13 May 15:08:09
13 May 15:08:16
(Pas de lien référant)
14 May 11:14:50
14 May 11:18:06

 



Johnny Depp « violé » durant des années : comme moi !

Contente de voir que cette autre victime de piratages en parle dans les mêmes termes que moi…

Je rappelle qu’en ce qui me concerne le violeur n’est pas « The Sun » mais le tabloïd français « ICYP.FR », du malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi, qui viole l’intimité de ma vie privée en usant de multiples moyens frauduleux depuis au moins douze ans.

Il s’en explique en se disant « écrivain » et donc, selon lui, poussé par la nécessité d’écrire, car ce serait son métier, mais sans la moindre inspiration ni aucune imagination, si bien qu’incapable d’écrire autre chose que des récits de la vie réelle, il serait aussi selon lui « obligé » de violer l’intimité de la vie privée de tous ses « personnages », des internautes aux vies bien plus intéressantes que la sienne ou celles de ses proches ou de ses amis et qui lui apportent bien malgré eux et sans toujours en avoir conscience toute la matière première de ses « bouquins »…

Ce grand prédateur s’attache en fait à détruire les vies de ses « personnages », qu’il jalouse à mort.

 

 

https://www.purepeople.com/article/johnny-depp-son-portable-pirate-pendant-14-ans-vanessa-et-lily-rose-epiees_a388076/1

Johnny Depp : Son portable piraté pendant 14 ans, Vanessa et Lily-Rose épiées

 

Johnny Depp à la sortie de la Royal Court of Justice, à Londres, le 26 février 2020, dans le cadre de son bras de fer judiciaire contre le tabloïd "The Sun".
17 photos

Lancer le diaporama

Johnny Depp à la sortie de la Royal Court of Justice, à Londres, le 26 février 2020, dans le cadre de son bras de fer judiciaire contre le tabloïd « The Sun ».

 

Les démêlés judiciaires se multiplient pour Johnny Depp. Après son divorce chaotique avec Amber Heard, l’acteur s’attaque aujourd’hui au journal « The Sun » pour la seconde fois en quelques mois. La star affirme que le tabloïd anglais a piraté son téléphone durant de longues années pour ensuite publier des informations personnelles.

Les faits remonteraient à plus de dix ans, mais Johnny Depp compte bien régler ses comptes. Comme l’a rapporté le média américain The Blast le 12 mai 2020, l’acteur américain a engagé une nouvelle procédure judiciaire contre le groupe de presse anglais News Group Newspapers, qui possède le tabloïd The Sun. La star affirme que son téléphone a été piraté entre 1996 et 2010.

Dans sa plainte, Johnny Depp accuse le groupe de « multiples violations » de sa vie privée et d’utilisation abusive d’informations personnelles, y compris des messages vocaux. Parmi les « divulgations illicites« , la star de Pirates des Caraïbes déplore la publication d’informations sur ses enfants, Lily-Rose et Jack (20 et 18 ans), qu’il partage avec son ex-compagne Vanessa Paradis. L’acteur affirme que The Sun a révélé les deux grossesses de sa compagne, en 1998 puis en 2002, en prétendant détenir ces informations sensibles grâce à « des amis« .

 

Lily-Rose Depp et son petit frère Jack sur Instagram, le 9 avril 2020.
Lily-Rose Depp et son petit frère Jack sur Instagram, le 9 avril 2020.

 

Plus tard, ce même tabloïd a divulgué des détails sur les problèmes de santé qu’a rencontrés Lily-Rose : en 2007, la fillette avait été hospitalisée neuf jours pour une insuffisance rénale dont elle s’est ensuite remise avec succès. En voyant ces informations personnelles dans la presse, dont la nature de la maladie, le nom de l’hôpital et les mesures prises pour entrer et sortir discrètement du bâtiment, Johnny Depp dit s’être senti « plus que jamais en colère et violé« . L’acteur de 56 ans explique vouloir engager des poursuites judiciaires, non par motivation financière, mais par « principe » : il souhaite « protéger sa famille, faire appel à la justice pour réparer un tort totalement injustifiable qui n’a pas été pleinement reconnu [par la société, NDLR], et découvrir la vérité sur ce qu’il s’est passé« .

Cette procédure judiciaire s’ajoute donc à celle que Johnny Depp a déjà entamée en début d’année contre ce même groupe, après que The Sun l’a qualifié de « batteur de femme » dans un article publié en 2018, évoquant son divorce tumultueux avec l’actrice Amber Heard.

Le 13 Mai 2020 – 12h58



La chlorpromazine contre le Covid-19 : compléments d’informations

On devrait toujours tout rechercher et lire avant de se lancer dans le commentaire… ce que je fais habituellement, autant que possible.

Cependant, hier, j’ai réagi à un article assez succinct de Nice Matin sur l’essai clinique « reCovery » qui avait été annoncé lundi, le premier que je venais de trouver sur le sujet, immédiatement après l’avoir lu et sans avoir pris le temps de chercher autre chose :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/05/05/un-antipsychotique-contre-le-covid-19/

Ayant moi-même mes petits problèmes de santé, j’émerge tout juste d’un épisode un peu difficile et n’ai pas encore toute ma tête ni tous mes réflexes habituels…

Je corrige aujourd’hui, après avoir déjà lu hier soir l’article de France Info, mais j’étais trop claquée pour reprendre tout de suite… et là, bizarrement, j’ai l’impression qu’il a été modifié sur plusieurs points… Est-ce la fatigue qui me joue des tours, ou non ?

Enfin, ce n’est pas grave, il tend toujours à confirmer que les psychiatres qui se lancent dans cet essai ont bien traité un taux non négligeable de leurs patients avec de la chlorpromazine, alors que d’autres médias, notamment Libération hier, disent bien comme moi que ce médicament est aujourd’hui peu prescrit. J’en ai déjà donné les raisons, assez logiques, évidentes, tout à fait compréhensibles.

Or, nous apprenons donc avec le lancement de cet essai qu’il existe encore des services de psychiatrie qui le prescrivent très largement… ce qui est confirmé non seulement par une partie des journalistes ayant interviewé ces audacieux psychiatres mais également par leurs propres communiqués :

https://www.ghu-paris.fr/fr/actualites/recherche-covid-19-recovery-effets-anti-viraux-de-la-chlorpromazine-confirmes-vitro-le

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0013700620300798

Questions : à quels patients ? internés pour quels motifs ?

Par ailleurs, ils exposent que des retours d’expérience similaires aux leurs sont « rapportés de Chine, d’Italie, d’Espagne et d’autres hôpitaux de l’Hexagone». Rien de surprenant là-dedans, contrairement à ce qu’ils laissent entendre (voir mon article d’hier). On notera seulement que ni les Chinois ni les Italiens ni les autres n’ont pour autant imaginé d’utiliser la chlorpromazine ou d’autres neuroleptiques pour traiter les malades du Covid-19.

Et j’ai bien lu ce matin que certains annoncent déjà que les mêmes essais cliniques sont aussi envisagés pour d’autres neuroleptiques, ce qui paraît somme toute assez logique, vu qu’ils ont à peu près tous les mêmes propriétés.

Pourquoi donc la chlorpromazine ?

Eh bien, il existe une littérature… des tests in vitro anciens et renouvelés récemment…

France Info :

« On connaissait des travaux développés depuis les années 80 sur les propriétés antivirales de plusieurs traitements utilisés en psychiatrie, explique-t-elle, « on s’est plongé dans la littérature et on a découvert trois articles qui avaient été publiés en 2014 et 2018. Ils montraient qu’un antipsychotique, la chlorpromazine, avait déjà démontré, in vitro sur des cellules, son efficacité sur les coronavirus qui étaient responsables des précédentes épidémies en 2002 et en 2012. » La psychiatre et son équipe se sont alors tournés vers l’Institut Pasteur pour tester si la chlorpromazine pouvait être efficace sur le coronavirus actuel. « Les résultats de l’étude à Pasteur montrent qu’effectivement la chlorpromazine a une efficacité contre le coronavirus responsable de l’épidémie actuelle. L’équipe de Pasteur a pu tester cela sur des cellules animales et aussi des cellules humaines, ce qui est une première mondiale », souligne Marion Plaze.

France Inter :

Le docteur Marion Plaze, cheffe de service à l’hôpital Sainte-Anne, s’est associée à l’institut Pasteur pour la première étape. « Avec l’institut Pasteur, nous avons pu montrer que la chlorpromazine avait bien une efficacité antivirale contre le nouveau coronavirus. Elle va venir gêner l’entrée des virus dans les cellules en bloquant les outils que les virus vont utiliser pour rentrer dans la cellule », explique-t-elle. « Cela a été démontré sur des cellules animales et aussi sur des cellules humaines, ce qui est une première mondiale. »

Ah ouais… bof… ce truc-là est de toute façon aussi aimable qu’une porte de prison ou un Luraghi sur Twitter : il bloque tout…

On rappelle ici que l’hydroxychloroquine du Pr Raoult a aussi fait la preuve de son efficacité contre le virus in vitro, mais que pour l’instant, aucune étude sur l’homme qui soit exempte de toute critique n’est venue confirmer qu’elle soit appropriée pour traiter les malades du Covid-19.

Quant aux résultats déjà patents de la pandémie en psychiatrie, ils procèdent à n’en pas douter des mécanismes que j’expliquais hier et qui sont parfaitement connus depuis longtemps.

Il ne faut pas croire pour autant que les virus restent sans aucun effet sur les schizophrènes ou les personnes traitées par neuroleptiques, ils les attaquent directement dans leurs points faibles ou fragilisés par les traitements : le cerveau, le coeur, les organes nobles que les réactions habituelles du système immunitaire ont pour but de protéger au maximum.

Vous voulez que je vous dise ?

Une balle dans la tête du malade aussi, ça peut très bien marcher contre le Covid-19 qui dès lors ne pourra plus se répliquer ni survivre très longtemps là où il a élu domicile…

Cela dit, on constate aussi depuis le début du confinement que les personnes psychiatrisées, qu’elles soient hospitalisées ou non, n’en sont absolument pas gênées.

Pensez donc, entre les enfermements en psychiatrie et tous les viols qui la plupart du temps en sont la cause, que les victimes aient pu craquer ou être internées à la demande de leurs bourreaux afin de garantir à ces derniers une impunité totale, elles en ont vu bien d’autres…

Ce sont des jeunes sans antécédents que l’on voit actuellement se présenter aux services d’urgences avec des bouffées délirantes dont il est précisé dans l’article de Libération faisant le point sur la question qu’elles « se soignent assez vite, même si elles peuvent présager d’une entrée dans une maladie mentale… » … en raison du traitement neuroleptique…

Sans traitement, elles disparaissent comme elles sont venues et restent la plupart du temps sans conséquence…

 

 

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/traitement-contre-le-covid-19-les-effets-dun-antipsychotique-prometteurs-une-premiere-etude-sur-lhomme-lancee-en-france_3948041.html

Traitement contre le Covid-19 : les effets d’un antipsychotique prometteurs, une première étude sur l’homme lancée en France

 

Les médecins-chercheurs du groupement hospitalier universitaire Paris psychiatrie et neurosciences ont constaté que les soignants étaient davantage contaminés par le Covid-19 que leurs patients, pour beaucoup traités avec la chlorpromazine.

 

Le service de soins intensifs réservés aux malades du Covid-19, au sein de l\'hôpital Saint-Anne, à Paris, le 10 avril 2020. 
Le service de soins intensifs réservés aux malades du Covid-19, au sein de l’hôpital Saint-Anne, à Paris, le 10 avril 2020.  (MERYL CURTAT / HANS LUCAS)

 

La chlorpromazine est à l’essai pour tester un effet antiviral sur le Covid-19, indiquent les médecins-chercheurs du Groupe hospitalier universitaire (GHU) Paris psychiatrie & neurosciences dans un communiqué publié ce lundi 4 mai. La chlorpromazine est un antipsychotique utilisé depuis des décennies notamment dans le traitement de la schizophrénie et des troubles bipolaires.

>> Coronavirus : suivez l’évolution de la crise sanitaire dans notre direct

Baptisée « reCovery », la première étude sur l’homme dans le monde débute au sein du GHU parisien en partenariat avec l’Institut Pasteur, explique le communiqué. « Les services de soins en psychiatrie constatent une faible prévalence de formes symptomatiques et sévères du Covid-19 chez les patients atteints de troubles psychiques »  pourtant « à risque » (surpoids, troubles cardio-vasculaires), est-il expliqué.

La chlorpromazine pourrait agir comme un inhibiteur de l’entrée du virus dans les cellules, ou endocytose. Ce phénomène serait opérant à des stades précoces, mais aussi tardifs, de l’infection.GHU Paris psychiatrie et neurosciences

D’après le GHU Paris psychiatrie & neurosciences, le même phénomène a été constaté dans d’autres hôpitaux de l’Hexagone, en Chine, en Italie et en Espagne. À l’hôpital Saint-Anne, situé au sein du GHU, les médecins-chercheurs ont constaté que « 19% du personnel soignant ont contracté le Covid-19″, contre « seulement 3% des patients hospitalisés », indiquent les chercheurs.

« Une piste intéressante qui nécessite d’être confirmée chez l’homme »

Le premier médicament antipsychotique de l’histoire médicale est encore largement prescrit pour traiter des troubles relevant de la bipolarité ou de la schizophrénie, il peut aussi servir en anesthésie ou en obstétrique. Son usage est « une piste intéressante qui nécessite d’être confirmée chez l’homme » explique sur franceinfo le docteur Marion Plaze, psychiatre et chef de service à l’hôpital Sainte-Anne à Paris. Elle coordonne l’étude sur l’homme pour tester les propriétés antivirales de la chlorpromazine.

« On connaissait des travaux développés depuis les années 80 sur les propriétés antivirales de plusieurs traitements utilisés en psychiatrie, explique-t-elle, « on s’est plongé dans la littérature et on a découvert trois articles qui avaient été publiés en 2014 et 2018. Ils montraient qu’un antipsychotique, la chlorpromazine, avait déjà démontré, in vitro sur des cellules, son efficacité sur les coronavirus qui étaient responsables des précédentes épidémies en 2002 et en 2012. » La psychiatre et son équipe se sont alors tournés vers l’Institut Pasteur pour tester si la chlorpromazine pouvait être efficace sur le coronavirus actuel. « Les résultats de l’étude à Pasteur montrent qu’effectivement la chlorpromazine a une efficacité contre le coronavirus responsable de l’épidémie actuelle. L’équipe de Pasteur a pu tester cela sur des cellules animales et aussi des cellules humaines, ce qui est une première mondiale », souligne Marion Plaze.

Nous allons débuter une étude pilote sur 40 patients pour essayer de démontrer l’intérêt de cette molécule dans le traitement du Covid-19.Marion Plaze, psychiatre à l’hôpital Sainte-Anne sur franceinfo

L’étude  »reCovery » va prendre environ un mois, précise Marion Plaze. « Si les résultats étaient probants, il faudrait d’abord les confirmer sur un plus grand groupe de patients. C’est ce qu’on appelle une étude pivot. Elle est nécessaire avant de pouvoir passer un traitement en utilisation routine clinique. La chlorpromazine pourrait tout à fait être donnée le temps du Covid-19, pendant quelques semaines, lorsque les patients sont hospitalisés afin de réduire la durée de la maladie et de réduire sa sévérité », détaille-t-elle. Pour l’instant, son équipe est la seule qui ait proposé une étude chez l’homme pour traiter le Covid-19 avec la chlorpromazine.

 

La sélection de franceinfo sur le coronavirus

 

La chlorpromazine contre le Covid-19 : compléments d'informations dans Calomnie coronavirus

 

 

https://www.franceinter.fr/un-antipsychotique-va-etre-teste-contre-le-coronavirus-une-premiere-mondiale

Un antipsychotique va être testé contre le coronavirus, une première mondiale

 

par Danielle Messager publié le 5 mai 2020 à 7h07

Le médicament est utilisé pour les troubles de schizophrénie ou de bipolarité. Son efficacité antivirale contre le nouveau coronavirus a été montrée par des chercheurs.

L'efficacité de l'antipsychotique a été montrée par des chercheurs.
L’efficacité de l’antipsychotique a été montrée par des chercheurs. © AFP / NICOLA VIGILANTI

 

C’est une première mondiale. La chlorpromazine (Largactil pour son nom commercial), un antipsychotique largement prescrit en psychiatrie pour les troubles de bipolarité ou de schizophrénie, va être testé contre le Covid-19. Son action antivirale avait déjà été remarquée.

Depuis le début de l’épidémie, peu de malades hospitalisés en psychiatrie – seulement 3% – ont été touchés par le Covid-19. Un chiffre qui monte à 19% chez les soignants alors qu’ils partagent le même espace, la distanciation étant difficile à appliquer en psychiatrie. D’où cette interrogation sur cet antipsychotique que prennent les malades, alors que la littérature scientifique avait démontré son efficacité sur d’autres coronavirus ou sur le virus de la grippe.

« Une efficacité antivirale contre le nouveau coronavirus »

Le docteur Marion Plaze, cheffe de service à l’hôpital Sainte-Anne, s’est associée à l’institut Pasteur pour la première étape. « Avec l’institut Pasteur, nous avons pu montrer que la chlorpromazine avait bien une efficacité antivirale contre le nouveau coronavirus. Elle va venir gêner l’entrée des virus dans les cellules en bloquant les outils que les virus vont utiliser pour rentrer dans la cellule », explique-t-elle. « Cela a été démontré sur des cellules animales et aussi sur des cellules humaines, ce qui est une première mondiale. »

Une démonstration in vitro qui justifie maintenant un passage à l’homme : « La prochaine étape sera de confirmer cette hypothèse intéressante en réalisant un essai clinique chez quarante patients hospitalisés pour la prise en charge du Covid-19. »

Cet essai, avec ce qui fut le premier antipsychotique de l’Histoire, devrait donner de premiers résultats dans un mois.

 

 

https://www.liberation.fr/france/2020/05/05/covid-19-nouvelles-du-front-des-fous_1787404

Covid-19 : nouvelles du front des fous

 

Par Eric Favereau — 5 mai 2020 à 14:42
A l’hôpital psychiatrique du Clos-Bénard à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), le 12 février. Photo Christophe Archambault. AFP

L’hôpital psychiatrique a bien tenu le coup, en dépit de moyens dérisoires. Les malades longue durée n’ont pas craqué avec le confinement. En revanche, les urgences ont vu affluer des patients inconnus jusque-là, avec des bouffées délirantes inédites.

  • Covid-19 : nouvelles du front des fous

C’est la bonne surprise, inattendue et réconfortante. Alors que bon nombre de psychiatres redoutaient ces dernières semaines les conséquences du confinement pour leurs patients, les choses se sont plutôt bien passées. «Dans nos unités d’hospitalisations, nos patients longue durée en particulier, n’ont pas craqué», rapporte le Dr Laurent Vassal qui dirige la Commission médicale d’établissement de l’hôpital Ville-Evrard à Neuilly-sur-Marne, en charge entre autres de l’est et du nord de Paris, une des parties les plus défavorisées de l’Ile-de-France. «Le confinement ils connaissent», poursuit la Dr Françoise Linard. «Certains patients n’ont pas vu de grande différence. Ce qui est très lourd, ce sont les angoisses sans objet. Là, il y avait un objet.»

De fait, cette bonne surprise se retrouve un peu partout, aussi bien dans les hôpitaux psychiatriques autour de Paris, que ceux du Havre, de Bayonne ou de Strasbourg. «Nos patients que l’on voyait en ambulatoire, s’en sont également bien sortis. On a continué à les suivre avec les téléconsultations. Cela a bien fonctionné. Et quand on n’avait pas de nouvelles, on allait les voir», détaille le Dr Laurent Vassal. «On a beau être fou, on a des ressources», rappelle Tim Greacen, chercheur à Maison-Blanche et proche des associations de malades. «C’est sur ces ressources propres à chacun qu’il faut s’appuyer pour les accompagner. Et non pas les abrutir ou les enfermer», souligne-t-il.

La psychiatrie, parent pauvre du Covid-19

A côté de cette bonne surprise, il y a le contexte. Cette crise sanitaire n’a fait que confirmer que la psychiatrie publique reste le parent pauvre de notre système de santé. «Nous n’avons rien obtenu. Zéro de chez zéro», raconte le Dr Laurent Vassal. Et cela n’a pas été sans conséquence. A Ville-Evrard, certaines unités de soins ont vu leur personnel ravagé par le Covid-19. «Dans l’une d’entre elles, détaille le médecin, près de 80 % des soignants étaient absents, la plupart parce qu’ils étaient infectés. On n’avait pas de masques. Rien. On a même monté des ateliers pour fabriquer des tenues de protection avec des sacs-poubelles.»

Ce médecin et plusieurs autres psychiatres de Ville-Evrard se sont retrouvés, eux aussi, infectés. «C’était le dénuement total. A nous de nous débrouiller. Mais, ce que j’ai trouvé insupportable, c’est d’avoir infecté ma compagne.» Pour autant, une solidarité inédite s’est construite. «Entre médecins, entre hôpitaux, on s’est entraidés, poursuit le Dr Vassal. Des hôpitaux de Clermont-Ferrand et d’ailleurs, avec qui on avait des liens, nous ont envoyé des infirmières, des médecins. L’ONG Aviation sans frontières a assuré leur transport en avion. Une aide magnifique. Mais c’est nous, médecins, qui avons tout monté.» Et quid des autorités sanitaires ? «Zéro. A part des recommandations qui ne servaient à rien, cela a été la république autonome de la psychiatrie», lâche Laurent Vassal. «Au niveau de la direction de l’hôpital, ils ont fait tout ce qu’ils ont pu», tempère une chef de pôle de Ville-Evrard.

Ceux qui perdent la tête

Le coronavirus a fait affluer vers des hôpitaux des patients inconnus jusque-là du monde de la santé mentale : des personnes qui craquent après de semaines de confinement à leur domicile. Ils délirent. Se prennent pour le virus, ou se lancent dans des diatribes messianiques. D’autres évoquent encore leur responsabilité coupable dans cette épidémie.

La Dr Marie-Christine Beaucousin, cheffe de secteur de psychiatrie à l’hôpital Ville-Evrard en a vu et entendu beaucoup. Avec quelques autres psychiatres, elle s’est démenée depuis deux mois pour construire une sorte de veille commune sur le nord de l’Ile-de-France et apporter ainsi une réponse commune face à des urgences en psychiatrie. Elle raconte : «Au début, l’activité s’était effondrée. Et depuis quelques semaines, nous voyons arriver des jeunes, sans antécédent. Ils présentent des bouffées délirantes aiguës. Aussi bien des garçons que des filles. On a regardé s’il y en avait plus qu’avant. C’était bien le cas. Et on ne s’y attendait pas du tout», lâche la Dr Beaucousin.

A lire aussiConfinement : ceux qui souffrent de maladies mentales vont-ils tenir ?

Comment peut-on l’expliquer ? «Les éléments déclenchants ? Bien sûr il y a le climat très anxiogène de ce confinement, analyse Marie Christine Beaucousin. Et nous sommes dans un des départements les plus pauvres avec des conditions de logement parfois très difficiles. Le confinement pouvait être très tendu. Mais ce n’est pas très clair. On s’attendait à voir nos malades habituels, et bien non. Certains de mes collègues ont mis en avant des hypothèses sur l’usage de toxiques [médicaments notamment, ndlr], des abus de drogues ou des drogues nouvelles. On va essayer de comprendre. Peut-être ? Mais on n’a pas de réponses.»

En tout cas, ces bouffées délirantes se soignent assez vite, même si elles peuvent présager d’une entrée dans une maladie mentale…

Et si les antipsychotiques se révélaient anti-coronavirus ?

Dans la course aux traitements contre le Covid-19, voilà que ces jours-ci sont apparus les molécules antipsychotiques, et en particulier le largactil, une molécule très largement prescrite en psychiatrie.

Selon des chercheurs de l’hôpital Sainte-Anne à Paris, les services de soins en psychiatrie ont constaté un faible nombre de formes symptomatiques et sévères du Covid-19 chez les patients atteints de troubles psychiques.

A lire aussiDes traitements anti-Covid au banc d’essai clinique

«Pourtant, les populations concernées présentent des tableaux cliniques (surpoids, troubles cardio-vasculaires) les plaçant a priori dans les catégories à risque», notent ces chercheurs. Or, dans le XVarrondissement de Paris et au sein de l’hôpital, «alors qu’en moyenne 19 % du personnel médico-soignant avait contracté le Covid-19, seuls 3 % des patients hospitalisés ont été dépistés positifs. C’est peu. Des retours similaires ont été rapportés de Chine, d’Italie, d’Espagne et d’autres hôpitaux de l’Hexagone».

Coincidence ou lien de causalité. Ces médecins-chercheurs, en partenariat avec l’Institut-Pasteur, ont lancé le projet reCoVery : avec le repositionnement de la chlorpromazine (le largactil) dans le traitement du Covid-19. «Il s’agit de la première étude mondiale sur le sujet.» Non sans raison, ils ajoutent : «Dans la course à la recherche sur le Covid-19, ce sont les stratégies de repositionnement de molécules connues qui priment, compte tenu de l’urgence à développer des thérapeuties. La chlorpromazine pourrait agir comme un inhibiteur de l’entrée du virus dans les cellules, ou endocytose.» Une hypothèse qui reste évidemment à vérifier. Ce médicament est aujourd’hui peu prescrit.

Eric Favereau

 

 

https://www.nouvelobs.com/coronavirus-de-wuhan/20200505.OBS28404/oestrogenes-anticorps-de-lama-antipsychotiques-la-science-explore-toutes-les-pistes-contre-le-coronavirus.html

Oestrogènes, anticorps de lama, antipsychotiques… la science explore toutes les pistes contre le Covid

 

Partout dans le monde, des hypothèses sont explorées tous azimuts pour contrer le Covid-19.

 

Par L’Obs

Publié le 05 mai 2020 à 16h11 Mis à jour le 05 mai 2020 à 16h12

Temps de lecture 3 min
Le monde scientifique s’affaire depuis des mois pour trouver un traitement au coronavirus. Photo d’illustration. (TEK IMAGE/SCIENCE PHOTO LIBRARY / Science Photo Library via AFP)
Le monde scientifique s’affaire depuis des mois pour trouver un traitement au coronavirus. Photo d’illustration. (TEK IMAGE/SCIENCE PHOTO LIBRARY / Science Photo Library via AFP)

 

Le monde est lancé dans une course pour trouver un traitement ou un vaccin contre le coronavirus. Les essais se comptent par dizaines, et leurs résultats sont attendus avec fébrilité. Parmi les plus scrutés, on trouve notamment l’essai européen Discovery, qui teste plusieurs médicaments, dont l’hydroxychloroquine, le Kaletra et le Remdésivir.

D’autres pistes de traitement, passées plus inaperçues, pourraient faire hausser le sourcil. Elles sont pourtant très sérieuses.

Suivez la crise du Covid-19 avec « l’Obs »

 

Des morts qui se comptent par dizaines de milliers, des milliards d’humains confinés : la pandémie de coronavirus a plongé le monde dans un scénario digne d’un film catastrophe. « L’Obs » vous offre des clés pour comprendre : en explorant les pistes pour affronter cette récession historique ; en réfléchissant au monde de demain avec les plus grands philosophes ; en couple, au travail, comment vivons-nous le confinement ?… Pour tout savoir, suivez notre rubrique dédiée.

Le lama, allié contre le virus ?

« Un lama belge pourrait détenir la clé qui permettrait de produire un anticorps neutralisant le coronavirus qui cause le Covid-19 », annonce ainsi un article du quotidien de Hong Kong « South China Morning Post » repéré par le « Courrier international ».

Ce lama de quatre ans, nommé Winter, aurait développé des anticorps contre les coronavirus lorsqu’on lui a injecté les virus Sars et Mers dans l’espoir de développer un traitement pour ces maladies en 2016, dans le cadre d’une expérience menée par des scientifiques de l’Université du Texas et du Centre de biotechnologie médicale de Gand, en Belgique.

 

Les lamas, tout comme d’autres camélidés, produisent en effet deux types d’anticorps lorsqu’ils détectent des agents pathogènes : l’un ressemble aux anticorps humains tandis que l’autre, plus petit, a une action plus spécifique sur les virus. Selon Jason McLellan, de l’Université du Texas à Austin et co-auteur de l’étude, ce nouvel anticorps développé par Winter le lama est l’un des « premiers anticorps connus pour neutraliser Sars-CoV-2 [le nom officiel du nouveau coronavirus, NDLR]».

L’équipe de scientifique s’est dite encouragée par ses résultats préliminaires, qui seront publiés dans la revue scientifique « Cell » la semaine prochaine. Des études et des essais cliniques sont toutefois nécessaires pour voir si cet anticorps être utilisé chez l’homme.

La piste des hormones « féminines »

Des deux côtés des Etats-Unis, à Los Angeles et à New York, des médecins se sont eux penchés sur une statistique : les hommes meurent plus que les femmes du coronavirus. Ils en ont tiré cette interrogation : et si la progestérone ou les oestrogènes, ces hormones « féminines » (présentes dans le corps humain mais en plus grand nombre chez la femme), protégeaient mieux de la maladie ?

A New York, les médecins ont donc débuté en avril un essai dans lequel ils ont injecté des oestrogènes chez des patients atteints du Covid-19. A Los Angeles, les médecins se sont tournés vers la progestérone, qui a des propriétés anti-inflammatoires et pourrait potentiellement prévenir des réactions dangereuses du système immunitaire, rapportait le « New York Times » fin avril.

 

Interrogée par le quotidien, le docteur Sharon Nachman, de l’université Stony Brook, reste toutefois prudente, estimant qu’« on ne comprend peut-être pas très bien comment l’œstrogène fonctionne, mais on peut peut-être voir comment le patient y réagit ».

Les résultats de ces essais pourraient être connus dans les mois à venir.

Un antipsychotique bientôt testé en France

En France, c’est l’efficacité de la chlorpromazine qui va être mise à l’essai, rapporte France Inter ce mardi. L’action antivirale de cet antipsychotique prescrit en psychiatrie pour les troubles de bipolarité ou de schizophrénie, notamment contre d’autres coronavirus ou encore contre la grippe, avait déjà été remarquée.

Seulement 3 % des malades hospitalisés en psychiatrie ont été touchés par le Covid-19 depuis le début de l’épidémie, rappelle la radio publique, alors que 19 % des soignants partageant le même espace ont été atteints.

 

« Avec l’institut Pasteur, nous avons pu montrer que la chlorpromazine avait bien une efficacité antivirale contre le nouveau coronavirus », explique à France Inter le docteur Marion Plaze, cheffe de service à l’hôpital Sainte-Anne, qui s’est associée à l’institut pour la première étape de ce test.

« Elle va venir gêner l’entrée des virus dans les cellules en bloquant les outils que les virus vont utiliser pour rentrer dans la cellule. Cela a été démontré sur des cellules animales et aussi sur des cellules humaines, ce qui est une première mondiale. »Après cette démonstration in vitro, quarante patients hospitalisés pour Covid-19 vont participer à la prochaine étape de cet essai clinique. Les résultats devraient être connus dans un mois.

7671416414966 dans Corruption
L’Obs

 



Un OVNI à Cahors : même les extra-terrestres en ont marre de Luraghi…

Aussi, ils sont venus examiner le phénomène de plus près… là où a exercé jusqu’à sa retraite, au Commissariat de Cahors, un policier comptant parmi les meilleurs amis du trafiquant de drogue et pédophile notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi…

 

https://www.ladepeche.fr/2020/04/16/un-ovni-au-dessus-du-college-une-photo-et-de-nombreux-temoins-oculaires,8848893.php

Cahors. Un Ovni au-dessus du collège, une photo et de nombreux témoins oculaires

 

  • L’objet de forme ovoïde s’est immobilisé un court instant, puis est reparti vers le haut à une vitesse vertigineuse.
    L’objet de forme ovoïde s’est immobilisé un court instant, puis est reparti vers le haut à une vitesse vertigineuse.
Publié le 16/04/2020 à 05:07 , mis à jour à 09:41

l’essentiel

Le confinement et ses effets insolites ! Exemple ici. Confinés, les Cadurciens passent beaucoup de temps à leur fenêtre le soir. Certains ont vu un étrange objet dans le ciel au-dessus du collège Gambetta. Sûrs de ce qu’ils ont observé, ils témoignent.

David Vincent les a vus ! De nombreux habitants de Cahors aussi.

Pour le héros de la série « Les Envahisseurs » c’est en cherchant « un raccourci que jamais il ne trouva » qu’il est tombé nez à nez avec une soucoupe volante. « Pour lui tout a commencé par une nuit sombre, le long d’une route solitaire de campagne ». Pour au moins une dizaine de Cadurciens qui commentaient samedi sur le marché une étrange observation dans le ciel, survenue deux jours auparavant, tout a commencé au-dessus du collège Gambetta. Étrange et troublante comme en témoigne cette photo prise dans le ciel nocturne dégagé de toute pollution. « Jeudi, j’étais à ma fenêtre. En ces moments de confinement j’y passe de longues heures pour flâner ou fumer. Je regarde le ciel. J’ai vu cette chose. Pour moi, il s’agissait bien d’un objet et sûrement pas de l’étoile du berger, ni de la station orbitale ISS que l’on peut voir parfois à l’œil nu tellement le ciel est limpide en ce moment. C’était un engin. Pas une étoile filante non plus. Une étoile filante tombe. Cette chose étrange est restée un moment immobile, puis a effectué un léger déplacement sur la gauche avant de prendre soudain une trajectoire ascendante à une très grande vitesse. Cela ne pouvait pas être non plus un avion ou un ballon-sonde. Je suis certaine de ce que j’ai vu » affirmait Géraldine sur le marché où l’apparition de cet Ovni a longuement alimenté les conversations.

« Il avait une forme ovale »

Frédéric, un autre habitant, livre son propre témoignage qui vient étayer celui de Géraldine.

« Il avait une forme ovale. Je n’ai aucun doute là-dessus. Il ne dégageait aucune traînée et n’émettait aucun son. C’est difficile d’évaluer sa taille. Je l’ai vu prendre de la vitesse et disparaître en s’élevant très haut » décrit-il.

Le lendemain, six avions de chasse ont été aperçus dans le ciel lotois. Cet inhabituel ballet aérien a été très commenté sur les réseaux sociaux. De là à dire que ces appareils étaient en quête d’un signe après l’observation de l’Ovni, il n’y a qu’un pas que certains n’hésitent pas à franchir. L’armée, quant à elle, ne commente pas. Bref, quelque chose est apparu dans le ciel. C’est certain. Quelque chose d’extraordinaire qui n’a rien livré de son mystère. L’Ovni a disparu, mais le doute plane toujours. Était-ce humain ou bien…

L’éclairage de Pierre Lasvènes

Connu sur la place de Cahors, au même titre que son confrère et ami Claude Méric, lui aussi fin observateur du ciel et des étoiles, Pierre Lasvènes est « Le » photographe que nous devions appeler pour un éclairage technique avisé sur cette apparition. Pierre, en véritable extraterrestre de l’humour, est resté très sérieux… au début. « Si cette chose a été vue par plusieurs personnes, il faut se poser des questions. Le mieux pour réaliser des photos du ciel nocturne, c’est d’avoir un pied et de faire une pause relativement longue sans avoir à trop augmenter la sensibilité. Là on ne cherche pas à avoir le tracé de l’objet qui va tenir compte de la rotation de la Terre. Ces photos sont faites à main levée. C’est un geste rapide. Cela peut être trompeur et difficile à interpréter. Mas on peut s’interroger » admet l’homme qui a photographié bien d’autres phénomènes comme de doux agneaux au dernier Salon de l’agriculture. Il parachève son commentaire par une boutade : « Il pourrait s’agir d’agneaux du Quercy ». Des agneaux qui volent ! Bien sûr Pierre, nous allons suggérer cette hypothèse aux scientifiques.

Jean-Luc Garcia

Voir les commentaires (2)

 

https://www.ladepeche.fr/2020/04/16/lenquetrice-ce-nest-pas-un-phenomene-naturel,8848894.php

Cahors. L’enquêtrice : « Ce n’est pas un phénomène naturel »

  • L’Ovni qui avait été observé en 1990 à Sauzet par un Cadurcien était de très grande taille.
    L’Ovni qui avait été observé en 1990 à Sauzet par un Cadurcien était de très grande taille.
Publié le 16/04/2020 à 05:07 , mis à jour à 09:42

 

Pour la Cadurcienne Isabelle Deléry « ils ont vu le Petit Prince et son étoile. Les étoiles sont éclairées pour que chacun puisse un jour retrouver la sienne » ajoute-t-elle en citant Saint-Exupéry.

La poésie s’invite dans notre récit argumenté par les témoignages de l’observation de l’étrange objet dans le ciel de Cahors. Le phénomène Ovni a toujours fasciné et continuera tant qu’il y aura des apparitions inexpliquées, des scientifiques qui buteront sur la question, l’armée avare de réponses et des poètes qui considéreront finalement toujours que derrière chaque étoile peut se cacher un Ovni. Quelle que soit la catégorie dans laquelle on se trouve, le phénomène interpelle. Dans le Lot, à Albas, Monique Gabrielli, enquêtrice spécialisée dans le domaine des phénomènes spatiaux, a eu le temps d’analyser la photographie ou apparaît la mystérieuse forme lumineuse.

« Pour moi, c’est certain, ce n’est pas un phénomène naturel. Il faut écarter cette idée. Il ne peut pas s’agir d’une étoile, c’est une certitude. Ce n’est pas l’étoile du berger. En ce moment, elle est plein ouest dans la constellation du Taureau. Ce ne peut pas être elle. Cette forme est immobile. Ce ne peut donc pas être une comète non plus. Certaines sont annoncées d’ailleurs. Puisque c’était fixe et qu’ensuite cela a filé vers le haut sans un bruit, ce n’est pas une fusée, un explosif, ni un feu d’artifice. L’apparition soudaine suivie d’une accélération dans le ciel, ce n’est pas une chose logique » insiste l’enquêtrice lotoise. Monique Gabrielli a longtemps collaboré pour la revue « Lumière dans la nuit » qui recense l’ensemble des observations ufologiques. Observations qui sont ensuite portées à la connaissance du CNES à Toulouse (Centre national d’études spatiales).

Monique Gabrielli avait recueilli le très intrigant récit relatif à un objet présent dans le ciel lotois en novembre 1990.

« Un informaticien cadurcien rentre chez lui. Il est un peu moins de 19 heures.

À l’entrée de Trespoux-Rassiels il découvre en face de lui, vers le sud-ouest, des lumières blanches qui se déplacent très lentement, assez bas dans le ciel. Il poursuit son chemin. La route étant sinueuse, il voit ses lumières apparaître tantôt face à lui, tantôt sur sa droite.

Dans la ligne droite, après Villesèque, les lumières se trouvent face à lui, ou légèrement sur sa gauche. Arrivant à Sauzet, il voit une masse énorme passer au-dessus de lui. La masse gigantesque se stabilise à droite de la route, entre l’église et le carrefour. Il sort de sa voiture et traverse la route de Luzech. Une lumière orangée, ronde, s’allume, puis une seconde, identique et de même couleur, un peu plus à gauche. Ces lumières sont parfaitement statiques. La masse est toujours stationnaire, entre la route de Luzech et celle d’Albas » conclut-elle.

Encore aujourd’hui, cette affaire reste classée dans les dossiers inexpliqués des phénomènes spatiaux en France.

 

https://www.ladepeche.fr/2020/04/17/ovni-observe-a-cahors-dans-la-peau-de-mulder-et-scully-les-internautes-se-lachent-sur-la-toile,8851602.php

Ovni observé à Cahors : dans la peau de Mulder et Scully, les internautes se lâchent sur la toile

 

  • L'observation du ciel passionne  et intriguera toujours. Y découvrir d'éventuelles formes de vie fascine.
    L’observation du ciel passionne et intriguera toujours. Y découvrir d’éventuelles formes de vie fascine. Photo DDM
Publié le 17/04/2020 à 19:50

l’essentiel

L’Ovni observé à Cahors la semaine dernière, dans la nuit de jeudi à vendredi, continue à faire parler de lui et à enflammer les réseaux sociaux. Les internautes se métamorphosent parfois en agents du FBI et plus particulièrement les fameux Fox Mulder et Dana Scully (X-Files). Que pensent les Lotois de cette étrange apparition dans le ciel de Cahors ? Des étoiles à la toile, ils se lâchent.

Un Ovni à Cahors. Le fait est assez rare et ne manque pas de faire réagir les Lotois sur Facebook et Twitter où ils s’en donnent à cœur joie. Il y a ceux qui prennent l’affaire très au sérieux, tandis que d’autres se laissent aller à des commentaires ironiques ou empreints de poésie avec finesse. Voici un florilège de réactions.

Sandrine Delcayre : « Et bien en tout cas, ça donne à réfléchir ».

Véronique Gardes-Nougaret : « Nous avons été intrigués et filmé le point très lumineux que nous avons regardé longuement. parfois il y en avait deux ! ».

Peter Tierrie : « Il faut appeler les Men in black ! ».

Isabelle Garcia : « L’autre soir, le lendemain de la pleine lune, mon frère m’a appelé pour sortir et voir dans le ciel pendant une demi-heure des points lumineux qui se suivaient, en direction la Grande Ourse. Sur Saint-Céré, une amie a vu un point lumineux en plein jour ».

André Tremeau : « Téléphoner maison ! ».
Ah, nous voici donc ici carrément dans l’univers… du cinéma. Restons-y.

A lire aussi : Un mystérieux ovni aperçu dans le ciel de Cahors, des témoins racontent

De l’enthousiasme et de la curiosité d’abord

Ovni : Objet volant non invité ? Faux ! En 1977 la sonde Voyager 2 a lancé une invitation gravée sur un disque d’or où les mots « Je vous salue » sont prononcés dans 54 langues à l’attention d’éventuels êtres voisins de notre galaxie.

Sur le disque figurent également des images résumant l’histoire de l’humanité. John Carpenter a fait de cette invitation réelle le socle de son excellent film « Starman » (1984) méconnu, mais pourtant très bon au moins pour le message qu’il véhicule : un message de fraternité. Le film montre à quel point l’accueil que réservent les terriens à Scott (alias Jeff Bridges) a juste zappé la notion de chaleur humaine.

Le Covid-19 est peu à peu en train de démonter le contraire avec des actes solidaires exemplaires. Que penser définitivement de l’Ovni de Cahors ?

Ni avion, ni drone, ni ballon-sonde, ni étoile filante ou du berger. Alors quoi ? « Je l’ai vu aussi, le même soir, j’ai pris des photos » ; « J’ai bien vu quelque chose » lancent encore les internautes sur la toile et un peu dans les étoiles surtout lorsque les commentaires deviennent carrément poétiques avec « Le Petit Prince » en toile de fond.

En résumé, cela traduit de l’enthousiasme et de la curiosité. Deux valeurs qu’il sera alors facile, normalement, de convertir en hospitalité. Oui, normalement si jamais un jour, ou peut-être une nuit un visiteur d’une autre galaxie décide de venir nous dire : « Je vous salue ».

 

https://www.ladepeche.fr/2020/04/18/ovni-les-internautes-dans-la-peau-de-mulder-et-scully,8852100.php

Ovni : les internautes dans la peau de Mulder et Scully

 

  • L’observation du ciel passionne. Y découvrir des formes de vie fascine.
    L’observation du ciel passionne. Y découvrir des formes de vie fascine.
Publié le 18/04/2020 à 05:06 , mis à jour à 10:05

 

L’Ovni observé à Cahors la semaine dernière, dans la nuit de jeudi à vendredi, continue à faire parler de lui dans le Lot et à enflammer les réseaux sociaux.

En effet, sur Facebook et Twitter notamment, les internautes se sont emparés de l’affaire pour, parfois, se métamorphoser en agents du FBI et plus particulièrement ceux du département des affaires non-classées (X-Files). Les fameux Fox Mulder et Dana Scully. Que pensent les Lotois de cette étrange apparition dans le ciel de Cahors ?

Il y a ceux qui prennent l’affaire très au sérieux, tandis que d’autres se laissent aller à des commentaires ironiques ou empreints de poésie avec finesse. Voici un florilège de réactions. Sandrine Delcayre : « Et bien en tout cas, ça donne à réfléchir » ; Véronique Gardes-Nougaret : « Nous avons été intrigués et filmé le point très lumineux que nous avons regardé longuement. parfois il y en avait deux ! » ; Peter Tierrie : « Il faut appeler les Men in black ! » ; Isabelle Garcia : « L’autre soir, le lendemain de la pleine lune, mon frère m’a appelé pour sortir et voir dans le ciel pendant une demi-heure des points lumineux qui se suivaient, en direction la Grande Ourse. Sur Saint-Céré, une amie a vu un point lumineux en plein jour » ; André Tremeau : « Téléphoner maison ! ». Ah, nous voici donc ici carrément dans l’univers… du cinéma. Restons-y.

De l’enthousiasme et de la curiosité d’abord

Ovni : Objet volant non invité ? Faux ! En 1977 la sonde Voyager 2 a lancé une invitation gravée sur un disque d’or où les mots « Je vous salue » sont prononcés dans 54 langues à l’attention d’éventuels êtres voisins de notre galaxie. Sur le disque figurent également des images résumant l’histoire de l’humanité. John Carpenter a fait de cette invitation réelle le socle de son excellent film « Starman » (1 984) méconnu, mais pourtant très bon au moins pour le message qu’il véhicule : un message de fraternité. Le film montre à quel point l’accueil que réservent les terriens à Scott (alias Jeff Bridges) a juste zappé la notion de chaleur humaine.

Le Covid-19 est peu à peu en train de démonter le contraire avec des actes solidaires exemplaires. Que penser définitivement de l’Ovni de Cahors ?

Ni avion, ni drone, ni ballon-sonde, ni étoile filante ou du berger. Alors quoi ? « Je l’ai vu aussi, le même soir, j’ai pris des photos » ; « J’ai bien vu quelque chose » lancent encore les internautes sur la toile et un peu dans les étoiles surtout lorsque les commentaires deviennent carrément poétiques avec « Le Petit Prince » en toile de fond.

En résumé, cela traduit de l’enthousiasme et de la curiosité. Deux valeurs qu’il sera alors facile, normalement, de convertir en hospitalité. Oui, normalement si jamais un jour, ou peut-être une nuit un visiteur d’une autre galaxie décide de venir nous dire : « Je vous salue ».

J.-L.G.

 



OVNIs : le Pentagone rend publiques trois vidéos de l’US Navy

Cette communication au public fait suite à celle-ci, d’il y a deux semaines :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/14/le-phenomene-ovnis-est-trop-serieux-pour-etre-laisse-aux-sceptiques-dogmatiques/

… ainsi qu’aux nouvelles velléités de mes harceleurs de me faire condamner pour avoir dit la vérité sur ce que je suis et avoir aussi évoqué le cas de leur ami pédophile Serge Rodallec dans des commentaires publics anonymes sur le site Rue89 en 2008 :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/09/ufoscepticisme-sale-temps-pour-les-menteurs-et-cela-va-continuer/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/28/comment-le-negationniste-patrice-seray-defend-le-pedophile-serge-rodallec/

J’invite mes lecteurs à visiter l’un des nombreux sites qui republient actuellement ces trois vidéos afin de les visionner, par exemple celui de Paris Match dont l’article à ce sujet est recopié ci-dessous.

Quant à la réaction hilarante du négationniste et comploteur complotiste Patrice Seray à cette nouvelle communication, elle se trouve ici et date d’hier :

 

https://www.facebook.com/groups/UFOSCEPTICISME/

    • Patrice Seray
      Patrice Seray Je pense qu’il convient à ne pas prendre à la légère ces « nouvelles » révélations. Certes elles ne prouvent aucunement quelque chose d’exotique mais peut-être une démarche plus ou moins officielle ne fermant aucune porte afin de préserver un test, des essais, (hypothèse) d’un système d’acquisition plus sophistiqué de radar embarqué. ce qui pose problème dans toute cette histoire c’est la manière dont sont sorties ces vidéos, pourquoi, comment, qui est le ou les responsables? Il est inutile de voir LA révélation des OVNIs’ ici.

 

Je rappelle que j’avais prévenu dès le mercredi 2 juin 2010 tous mes harceleurs de sa bande de « déconnologues » et « ufosceptiques » des problèmes que posaient toutes leurs publications délictueuses me concernant (cliquer sur l’image pour l’agrandir et lire les textes) :

 

2010-06-02 A tous ceux qui s'obstinent à m'injurier, me diffamer, me calomnier - Un petit coucou

 

Cela ne les a malheureusement jamais arrêtés…

Compte tenu de l’énormité des dégâts produits, comprenant non seulement l’ensemble des exactions dont mes proches et moi-même avons été victimes depuis 2008, mais également tous les attentats islamistes commis en Europe, et notamment en France, depuis mars 2012, il est certain que les magistrats du Finistère et de l’Hérault qu’ils ont achetés finiront par payer toutes leurs saloperies après avoir été révoqués de la fonction publique et non plus seulement mutés de tribunal en tribunal à l’instar de l’ancienne juge d’instruction de Brest Muriel Corre.

Cependant, le degré d’impunité des magistrats français est tel que cela prend du temps, beaucoup de temps…

En attendant, après qu’en 2015 j’aie dû écrire aux responsables de l’Armée de l’Air française en raison des incroyables difficultés que je rencontrais avec la magistrature brestoise, des frappes aériennes avaient été décidées contre leurs complices en Syrie, et maintenant le Pentagone publie ces vidéos perturbantes pour les « ufosceptiques » de la bande qui cette année ont décidé de m’attaquer en justice comme précédemment la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest et son complice le pédophile notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi de Puy-l’Evêque…

 

https://www.parismatch.com/Actu/Insolite/OVNIS-le-Pentagone-publie-des-videos-de-phenomenes-aeriens-non-identifies-1683553

OVNIS: le Pentagone publie des vidéos de « phénomènes aériens non identifiés »

 

Paris Match | Publié le 28/04/2020 à 15h51

La Rédaction avec AFP
Capture d'écran d'une vidéo du Pentagone.
Capture d’écran d’une vidéo du Pentagone. DR
 

Le Département américain de la Défense a expliqué lundi dans un communiqué qu’il avait décidé de diffuser officiellement des vidéos montrant des rencontres en vol avec ce qui semble être des ovnis.

Le Pentagone a officiellement diffusé trois vidéos prises par des pilotes de la Marine américaine montrant des rencontres en vol avec ce qui semble être des ovnis. Une de ces vidéos, toutes en noir et blanc, date de novembre 2004 et les deux autres de janvier 2015. Elles circulaient déjà, après avoir été notamment rendues publiques par le New York Times

Le Département américain de la Défense a expliqué lundi dans un communiqué qu’il avait décidé de les diffuser officiellement « de manière à dissiper toute idée fausse du public sur sur la véracité ou non des images qui ont été propagées ou sur le fait de savoir s’il y en avait ou non davantage ». « Le phénomène aérien observé dans les vidéos reste qualifié de +non identifié+ », a ajouté le Pentagone.

Sur une de ces vidéos, on peut voir un objet de forme oblongue se déplaçant rapidement qui, quelques secondes après avoir été repéré par un des capteurs à bord de l’appareil de l’US Navy, disparaît sur la gauche à la suite d’une soudaine accélération.

Dans une autre vidéo, on distingue un objet au-dessus des nuages, le pilote se demandant s’il s’agit d’un drone.

« Il y en a tout un essaim (…) La vache, ils vont tous contre le vent ! Un vent d’ouest de 120 noeuds ! », lâche son compagnon de vol. « Regarde cette chose ! », enchaîne son interlocuteur au moment où l’objet commence à effectuer une rotation.

« Les Etats-Unis doivent jeter un regard sérieux et scientifique à ceci »

Le pilote de la Marine aujourd’hui à la retraite David Fravor, qui a rencontré un de ces « ovnis » en 2004, avait raconté en 2017 à la chaîne de télévision américaine CNN que cet objet se déplaçait de façon erratique. « Alors que je m’approchais de lui (…), il a rapidement accéléré en direction du sud et a disparu en moins de deux secondes », c’était « comme une balle de ping-pong rebondissant sur un mur », avait-il alors résumé.

De son côté, Harry Reid, un ex-sénateur du Nevada, où se trouvent les installations ultra-secrètes Zone 51 de l’Armée de l’air, s’est dit dans un tweet « content que le Pentagone diffuse finalement ces images », tout en déplorant que « cela ne fasse qu’égratigner la surface des recherches et de la documentation disponibles ». « Les Etats-Unis doivent jeter un regard sérieux et scientifique à ceci et à toutes les implications potentielles sur la sécurité nationale. Le peuple américain mérite d’être informé », a-t-il poursuivi.

A lire :Alain Juillet; « Le phénomène ovni échappe à la dimension terrestre »

En décembre 2017, le Département de la Défense a reconnu avoir financé jusqu’en 2012, date officielle de son achèvement, un programme secret d’un coût de plusieurs millions de dollars destiné à enquêter sur les observations d’ovnis.

Les trois vidéos « FLIR, » « GOFAST » et « GIMBAL » peuvent être téléchargées à partir du site internet du « Naval Air Systems Command ».



123456...187

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo