Je suis méchante à faire peur…

Vous n’avez pas idée…

 

Pollux

 

Ici avec un de mes copains d’antan, un agité perpétuel que j’avais dû fermement maintenir le temps que tout le monde soit bien dans le cadre pour la photo…

Ce n’était pas mon chien mais celui de voisins en un lieu de villégiature où nous nous rendions assez souvent. Un Clochard, toujours en vadrouille, totalement libre.

Sitôt la voiture passée devant chez lui, il était derrière, à fond la caisse sur plusieurs centaines de mètres pour nous rejoindre, nous ses meilleurs copains.

J’ai rarement vu un chien courir aussi vite que lui à cette occasion. Un vrai petit bolide.

A peine étions-nous arrivés qu’il était là lui aussi, fou de joie.

Tout pareil :

 

 

 

Plus d’une fois il s’est pris de mauvais coups de crocs avec des rivaux deux ou trois plus gros que lui pour les beaux yeux de sa Belle, une petite boule de poils comme celle-là :

 

ezghu78tuzs56n4piv05m7g5e3sdubg1ebs12n0l

 

Vraiment tout pareil :

 

 

 

Et donc, eh bien voilà, je ne suis pas blonde du tout, je suis une méchante.

Si Josette le dit, c’est sûrement vrai.

Mais mes copains à truffes ne l’ont jamais crue.



Thierry Lévy pourrait défendre Salah Abdeslam

Le second avocat français annoncé pour prendre en charge la défense de Salah Abdeslam avec Frank Berton, l’avocat d’Antonio Freitas, codétenu d’Amedy Coulibaly à Fleury-Mérogis en 2007, pour l’affaire de l’assassinat de l’ancien proxénète brestois Bernard Algret, pourrait être Thierry Lévy.

Des discussions sont en cours à ce sujet.

Or, Maître Thierry Lévy, ancien président de l’Observatoire international des prisons (OIP), est opposant à la privation de liberté.

Ces choix ne sont pas neutres. Ils renvoient à l’idée que je souligne depuis le début, seule dans le désert :

Le malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi ne veut pas aller en prison pour ce qu’il a fait, il préfère mettre toute la planète à feu et à sang. Et il n’est pas seul…

Voir sur le site BFMTV l’intégralité de l’émission L’histoire en direct citée ci-dessous. Tous les avocats qui s’y expriment sont des hommes. Un hasard ?

En ce qui me concerne, j’ai toujours fait bien pire que le pire de leurs clients.

Pour commencer, je suis ingénieur alors que je n’ai toujours été qu’une femme. Or, le juge Raymond André du Tribunal de Grande Instance de Brest estime qu’aucune femme ingénieur n’aurait jamais dû exister, qu’elles méritent toutes d’être détruites, éliminées, et tous leurs gènes avec elles pour qu’elles ne puissent se reproduire. Il les hait toutes car elles sont toutes plus intelligentes que lui et qu’il ne peut absolument pas tolérer qu’une femme soit plus intelligente que lui. Il n’apprécie que ses collègues magistrates, fonctionnaires et auxiliaires de justice qui lui sont entièrement soumises et dont certaines n’hésitent pas à se comporter en vulgaires mères maquerelles pour lui être agréables (cas de Céline Verdier que je n’hésite plus à nommer publiquement depuis que j’ai tous les éléments étayant mes dires).

Ensuite, j’ai jadis catégoriquement refusé de mettre mes compétences d’ingénieur d’études en informatique au service du crime organisé.

J’ai aussi toujours refusé de me prostituer et de faire don à mes employeurs véreux de toute la (maigre) fortune de ma famille, laquelle n’était pas mienne.

Et au passage, j’ai été accusée de « vouloir [leur] faire payer un congé maternité », un crime absolument abominable que personne ne m’a jamais pardonné et dont la réalité ne reposait que sur les soupçons d’un paranoïaque.

Pour tous ces faits, j’ai toujours eu droit à la guillotine sans aucun procès.

 

http://www.bfmtv.com/societe/thierry-levy-pourrait-defendre-salah-abdeslam-aux-cotes-de-frank-berton-970881.html

Thierry Lévy pourrait défendre Salah Abdeslam aux côtés de Frank Berton

 

30/04/2016 à 12h12

 

 

Invité de L’histoire en direct sur BFMTV, le célèbre pénaliste explique qu’il défendra Salah Abdeslam s’il parvient à établir un dialogue avec le survivant des commandos des attentats du 13 novembre.

 

Mais comment peut-on défendre des gens pareils? Qualifiés de monstres, d’ennemis publics numéro un, les grands criminels, terroristes ou tueurs d’enfants ont tous eu des avocats. Un principe démocratique pas toujours facile à assurer, entre cas de conscience et stratégie de défense.

« Oui, j’ai hésité », a confié mercredi Frank Berton, avocat français de Salah Abdeslam, seul membre vivant des commandos des attentats du 13 novembre, rappelant la difficulté d’un métier « où souvent on assimile l’avocat à son client ». Mais « ce qui m’importe, et ce qui nous importe nous les avocats qui allons l’assister, c’est tout simplement qu’il ait un procès équitable« , ajoute-t-il.

Son confrère belge, Sven Mary, a confié à Libération qu’il hésitait à rester dans ce dossier qui lui a déjà valu des agressions verbales et physiques, et l’a contraint à faire protéger ses filles sur le chemin de l’école.

« Ce n’est pas un choix très difficile »

  »Ce n’est pas un choix très difficile car l’avocat retire de cette acception un certain nombre d’avantages évident en terme de notoriété et de visibilité », tranche au contraire l’avocat pénaliste au barreau de Paris, Thierry Lévy, qui a notamment défendu au cours de sa carrière des personnalités emblématiques comme Patrick Henry, tueur du petit Philippe Bertrand, des membres d’Action directe et Bernard Tapie.

Interrogé sur BFMTV pour savoir s’il défendrait Salah Abdeslam, il répond « sans aucun doute » et précise que « la question est d’actualité ». Cela dépend maintenant du présumé terroriste qui doit lui assurer les conditions d’un véritable dialogue, explique-t-il.

Cet ancien président de l’Observatoire international des prisons (OIP), opposant à la privation de liberté, précise que « dans des affaires de ce type, la marge de la manœuvre de la défense est très étroite ».

« Une institution qui ne veut pas l’entendre »

« Dans une affaire comme celle-là ce qui est important ce n’est pas l’avocat, ce qui est important c’est l’homme accusé qui à travers l’avocat a, ou non, la possibilité de s’exprimer et de faire valoir ses droits; sans être écrasé par une institution qui a besoin d’une défense mais qui ne veut pas l’entendre », estime Thierry Lévy.

Salah Abdeslam devrait être présenté à une cour d’assises spéciale. Elle sera uniquement composée de magistrats sans juré populaire, étant donné la sensibilité du dossier. La date du procès dépendra de la durée de l’instruction qui devrait durer au moins quatre ou cinq ans, comme par exemple dans l’affaire Merah.

>>> Retrouvez ci-dessous le replay de l’émission L’histoire en direct: Salah Abdeslam: Comment défend-on l’indéfendable ?



Le pervers narcissique expliqué par une victime

Il peut être seul avec elle ou en détruire plusieurs.

Il arrive aussi que plusieurs individus de ce type s’associent pour détruire méthodiquement avec une prise de risque minimale une ou plusieurs personnes qu’ils ont choisies pour cibles.

Les victimes ne sont pas nécessairement faibles ou faciles à manipuler.

En ce qui me concerne, j’ai affaire depuis de nombreuses années à un nombre considérable de pervers narcissiques conjuguant tous les moyens dont ils disposent pour me détruire.

Parmi eux, des professeurs, des médecins, des magistrats, tous amis ou complices de la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest.

Ces gens sont tous suffisamment instruits et intelligents pour que je ne puisse leur accorder la moindre excuse.

Pour échapper à leurs agressions, ou celles de leurs sbires, des débiles mentaux et psychopathes également très pervers, depuis une dizaine d’années je n’ai plus d’autre solution que de rester constamment enfermée chez moi.

 

http://www.leparisien.fr/faits-divers/video-le-terrible-recit-d-ingrid-piegee-a-18-ans-par-un-pervers-26-04-2016-5747231.php

VIDEO. Le terrible récit d’Ingrid piégée à 18 ans par un pervers

 

MARC LOMAZZI | 26 Avril 2016, 21h59 | MAJ : 26 Avril 2016, 21h59


Le terrible récit d’Ingrid piégée à 18 ans par… par leparisien

Son récit a bouleversé le Québec où son livre s’est déjà écoulé à 45 000 exemplaires. Jeune fille sans histoires de Montréal, Ingrid Falaise est tombée à 18 ans sous l’emprise d’un pervers narcissique de la pire espèce.

 

Après le coup de foudre, le prince charmant s’est métamorphosé en tortionnaire. Séquestration, violences, viols… sa descente aux enfers va durer deux ans et demi.

De passage à Paris, Ingrid, dont le livre* terrifiant sort aujourd’hui en France, raconte en détail son calvaire pour éviter à d’autres de subir le même sort. Chez elle, la comédienne de 34 ans est devenue la porte-parole de SOS Violence conjugale et multiplie les conférences. « J’ai aidé des milliers de femmes à se libérer de leur bourreau. »

Son bourreau, elle ne le désigne que par la lettre M comme mari, M comme monstre. Parce que, dit-elle, ce type de violences conjugales « n’a pas de visage ni de religion. Le pervers peut être français, russe ou chinois, c’est pareil. » Au début, son idylle avec M est un conte de fées. Puis « les humiliations ont commencé et il [l]’a isolée de [s]a famille ». « Il a installé sournoisement son pouvoir, m’a fait perdre mes repères comme un gourou dans une secte. »

Elle le suit en Afrique et, là, « l’ange est devenu démon ». Brimée, battue, elle vit sans cesse dans l’angoisse de « réveiller le monstre ». De retour à Montréal, elle fait tout, pourtant, pour lui obtenir un permis de séjour. Il la rejoint et le cycle infernal repart. « Ce schéma se déroule toujours en trois temps : séduction, harcèlement, destruction », résume Christel Petitcollin, auteur de plusieurs ouvrages sur les manipulateurs**.

Le plus stupéfiant ? Malgré les tortures physiques et psychologiques, Ingrid continue d’aimer M. Elle pardonne tout à son mari. « C’est la Belle qui se persuade qu’à force d’amour, elle va guérir la Bête de ses démons », dit Christel Petitcollin. « Les coups, les insultes, les violences sexuelles ont détruit mon amour-propre, m’ont réduite à l’état de loque humaine », raconte Ingrid. Elle tente de se suicider. Quatre fois, elle essaie de le quitter mais revient à chaque fois chez son bourreau.

« J’ai fui quand j’ai compris qu’il allait me tuer », confie Ingrid. Avec l’aide de détectives privés, ses parents finiront par la sortir des griffes de M. Mais « longtemps, dit-elle, j’ai eu peur au restaurant, dans la rue, peur qu’il revienne me kidnapper. J’ai fait une longue thérapie ».

Ce martyr sous le joug d’un pervers est « tragiquement banal, estime Christel Petitcollin. Les manipulateurs ne représentent que 2 % à 4 % de la population, mais ils sont responsables d’une grande part des 11 000 suicides recensés chaque année en France. »

*« Le monstre », Ingrid Falaise, Flammarion, 367 pages, 19 €
** « Echapper aux manipulateurs », Christel Petitcollin, Ed. Trédaniel, 157 pages, 18,25 €

 
«Un être aux frontières de la folie»
Jean-Charles Bouchoux, psychanalyste, auteur de «Les pervers narcissiques» aux éditions Eyrolles

Qu’est-ce qu »un pervers narcissique ?
JEAN-CHARLES BOUCHOUX. Un être aux frontières de la folie, qui entre avec sa victime dans une relation fusionnelle qu’il transforme en relation de domination.

Quel est son but ?
Son objectif inconscient est de projeter sur l’autre sa part sombre car lui se vit comme parfait. S’il vous trompe, il vous accusera d’infidélité ; s’il ment, il vous reprochera de ne jamais lui dire la vérité. La manipulation consiste à vous convaincre qu’il est le bon Docteur Jekyll et vous l’ignoble Mister Hyde.

Comment le démasquer  ?
Il y a plusieurs signes qui doivent vous alerter. Pour se mettre en valeur, il rabaisse l’autre. Deuxième étape, il agresse et devient violent, pour des raisons incompréhensibles. C’est alors un enfant furieux dans un corps d’adulte. Troisième signe, il est dans le déni permanent. Il ne veut jamais admettre qu’il a été injuste. Un pervers narcissique ne change pas.

Comment choisit-il sa proie ?
Il utilise un lien de subordination. Une mère s’en prend à son fils, un homme à sa femme, un employeur à son employé. La victime aura d’autant plus de mal à se libérer de son emprise. Mais c’est pourtant la seule solution. Bonne nouvelle : une fois le lien rompu, la victime guérit.

Le nombre de pervers narcissique est-il en hausse ?
Le phénomène croît dans notre société où le paraître et le rejet de l’autre sont importants.

PROPOS RECUEILLIS PAR MARC LOMAZZI

leparisien.fr



Cyprien Luraghi : un mythomane avéré

 

 

J’avais illustré de cette vidéo l’article intitulé « Cyprien Luraghi: un mythomane avéré » que j’avais publié sur mon ancien blog « Un petit coucou » chez OverBlog le 7 juin 2010.

Le revoici en copie, avec les deux pages de commentaires qu’il avait alors suscités (cliquer sur les images pour les agrandir et lire les textes) :

 

2010-06-07 Cyprien Luraghi- un mythomane avéré - Un petit coucou

 

2010-06-07 Cyprien Luraghi- un mythomane avéré - Un petit coucou - 2

 

Ce n’était vraiment pas méchant.

J’illustrais souvent mes publications sur ce blog d’images et bandes sonores, ce que je ne fais quasiment plus sur celui-ci.

Huit années de harcèlements, de viols continus, de menaces en tous genres, de dénonciations calomnieuses et de procédures abusives de la part de mes harceleurs, sans compter les agressions et assassinats que j’évite toujours d’évoquer publiquement, ont bien plombé l’ambiance ou le ton de ces petits articles de blog que je continue à publier pour dénoncer toutes les exactions dont je suis toujours victime et tenter de les endiguer en faisant connaître la vérité, vu qu’elles n’ont fait qu’augmenter et s’aggraver avec le temps, en raison de la CORRUPTION de magistrats.

Ainsi, comme je l’ai déjà dit dans un précédent article, et alors même qu’ils auraient dû m’y confronter sans tarder, ceux-ci m’ont-ils notamment empêchée illégalement et le plus longtemps possible de prendre connaissance des déclarations qu’avait faites le mythomane Pascal Edouard Cyprien Luraghi à la gendarmerie de Puy-l’Evêque le 14 mars 2011 à la suite de ma première plainte contre lui.

Ce ne fut enfin chose faite que trois ans et demi plus tard, fin août 2014.

Bien entendu, comme à chaque fois que le mythomane et psychopathe Pascal Edouard Cyprien Luraghi s’exprime à mon sujet, il ne s’agissait encore que d’une avalanche d’allégations mensongères et d’inventions calomnieuses.

Entre autres choses, il s’était plaint que je le traitais de « pervers mythomane » car, disait-il, il avait parlé du braqueur de banques qui fut le compagnon de sa soeur en 1995 comme de son « beauf » alors que pour moi le terme n’était pas approprié étant donné qu’il n’était pas marié avec sa soeur.

C’est évidemment totalement faux.

Je ne l’ai toujours traité de « pervers » ou de « mythomane » qu’en raison de ses harcèlements à mon encontre et de toutes ses inventions me concernant.

Jusqu’au 7 juin 2010, j’ignorais qu’il affabulait aussi à propos de ses proches, et a priori, ses bons amis « déconnologues » ne le savaient pas plus que moi.

Nous étions alors tous tombés des nues et j’ai le souvenir d’une espèce de flottement parmi ses troupes qu’il avait bien craint de perdre à la suite de ces révélations perturbant quelque peu son jeu de Konducator ultra propre outragé par mes publications concernant ses exactions à mon encontre, lesquelles perduraient déjà depuis deux ans.

Le psychopathe mythomane n’est jamais plus dangereux que lorsqu’il est démasqué.

C’est bien ce que nous avons encore constaté à cette époque.

Lors de sa déposition du 14 mars 2011 à la gendarmerie de Puy-l’Evêque, il s’exprimait toujours abondamment sur cet épisode, donc.

Entre autres allégations mensongères à ce sujet, il soutenait encore que j’aurais refusé de retirer de mon blog les mises au point de Michel après que celui-ci me l’ait demandé.

Mais Michel ne m’a jamais présenté aucune demande de cet ordre.

Au demeurant, j’avais son accord pour ces publications dont il avait été le premier demandeur.

Et il est depuis revenu traiter Pascal Edouard Cyprien Luraghi de mythomane dans les commentaires sur ce nouvel article de 2015 :

http://justinpetitcoucou.unblog.fr/2015/01/25/des-menaces-de-cyprien-luraghi-sur-le-post/

2 commentaires à “Des menaces de Cyprien Luraghi sur Le Post”

Flux RSS pour cet article
Cyprien Luraghi : un mythomane avéré dans Calomnie

michel 15 mai 2015 à 20 h 28 min

Je confirme les propos de cathy luraghi . elle a juste reconnu des choses qu elle n aurai pas du reconnaitre mais le jour des assises elle est venu temoigner et retablir la vérité .ce qui a été tres bien pour la defense de thierry et de ses amis presents dans le box.
son frère est un mytho qui n as jamais rencontrer ni thierry ni ses amis et c est totalement incomprehensible que ce fada se permette de parler de Thierry comme etant un de ses proches surtout des années apres sa mort
COMME QUOI TOUS LES FELÉS NE SONT PAS ENFERMES .
QU IL S ARRETE ET LAISSE LES MORTS REPOSES EN PAIX

Répondre

1347381 dans Corruption

justinpetitcoucou 16 mai 2015 à 21 h 56 min

Bonjour,

Merci pour tout le monde pour cette confirmation.

Bien à vous.

Répondre



Cyprien Luraghi se dit parent et ami de dangereux gangsters

Les très nombreux riverains du site d’information Rue89 qui depuis 2008 ont eu affaire à ce malade mental le savent bien, il se revendique régulièrement de sa parenté ou de son amitié avec de redoutables braqueurs de banque ou d’autres figures du grand banditisme pour les intimider ou les menacer du pire quand ils tendent à se rebiffer contre sa meute de trolls harceleurs dits « déconnologues » ou commencent à se plaindre de ses agressions internétiques, totalement insensées, ultra violentes, hautement préjudiciables pour tous à tous points de vue.

Ainsi, par exemple, écrivait-il sur ce site en 2009 :

 

à Béatrice1  De Cyp_

Zérotomane | 03H41 | 08/08/2009 |

Ah, là tu me vois navré de te dire une fois de plus que je ne déconne pas : un de mes beaufs a réellement été un gangster de première, avec .44 magnum et tout le fourniment, et que sa radasse était ma délicieuse frangine. Laquelle avait un besoin de sous-sous hypertrophié et de dessous chics, bien qu’elle n’en portât pas souvent.

Il s’appelait Thierry Chatbi. Il a passé 25 ans de sa vie au trou, et a bien dû braquer une cinquantaine de banques, dans sa carrière. Il s’est suicidé trois mois après sa sortie en conditionnelle, l’an dernier.

Faut dire que j’ai une famille assez croquignole : tata Rolande qui était pute, etc… et je ne te dis pas tout, tout de suite : ça se déguste à la paille, une famille pareille.

6 votes

Répondre | Alerter

 

à Mon-Al  De Cyp_

Zérotomane | 18H24 | 08/08/2009 |

Radasse est un euphémisme, Mon-Al : il s’agit d’un être parfaitement amoral. Ça existe, hélas.

Et je dis ça avec tout le recul nécessaire : on ne s’est pas revus depuis 1995 et franchement, je n’y pense que très rarement. J’ai parfois des nouvelles d’elle et de sa smala de pourris par le truchement de mon ami flic : elle s’englue dans des arnaques de plus en plus minables : sa déchéance totale approche à petits pas obstinés.

Certaines personnes sont réellement toxiques : elle en fait partie. Elle corrompt tous ceux avec qui elle interfère.

4 votes

Répondre | Alerter

 

Il m’avait également menacée de violences graves de la part de ses amis du grand banditisme sur le site Le Post au mois d’octobre 2009, comme je l’avais rappelé le 25 janvier 2015 dans cet article publié sur Justinpetitcoucou, Petitcoucou étant alors suspendu depuis le 6 janvier 2015 :

http://justinpetitcoucou.unblog.fr/2015/01/25/des-menaces-de-cyprien-luraghi-sur-le-post/

Les délires du malade mental au sujet de cet épisode ayant longtemps perduré, j’avais eu l’occasion d’y revenir pour rétablir la vérité six mois plus tard sur mon premier blog, « Un petit coucou » chez OverBlog, ouvert le 26 mars 2010 alors que j’avais été bannie du Post.

Deux mois plus tard, l’un des anciens gangsters concernés par les propos publics du psychopathe, notamment ses menaces de leur part à mon encontre, venait lui-même les rectifier, et encore deux ans plus tard, sa propre soeur intervenait elle aussi pour corriger tout ce qu’il diffusait à son sujet.

L’un et l’autre se plaignaient tout comme moi de la mythomanie et des calomnies ou autres propos publics outrageants récurrents de Pascal Edouard Cyprien Luraghi.

En effet, l’ancien braqueur de banques qu’il citait partout comme son ex beau-frère n’avait en fait été le compagnon de sa soeur que durant quelques mois et ne l’avait semble-t-il jamais rencontré. Pire encore : il s’était mis à le haïr après avoir appris tout le mal qu’il avait fait aux filles de sa compagne lorsque celle-ci se trouvait comme lui en détention préventive après qu’ils eurent été dénoncés par une personne de sa famille, probablement son frère Cyprien.

Et je n’avais donc rien à craindre des amis de l’ancien gangster.

Cependant, le malade mental Pascal Edouard Cyprien Luraghi continuait à me menacer de leur part.

Il s’agit de ces articles (cliquer sur les images pour les agrandir et lire les textes) :

 

2010-04-06 Des discussions publiques de mes harceleurs de Rue89 et Le Post - Un petit coucou

 

2010-04-10 Le beau-frère de mon harceleur, un braqueur de banques - Un petit coucou

 

2010-06-07 Cyprien Luraghi- un mythomane avéré - Un petit coucou

 

2010-06-07 Cyprien Luraghi- un mythomane avéré - Un petit coucou - 2

 

2010-06-10 A quoi joue Cyprien Luraghi  - Un petit coucou

 

L’on notera que pour sa défense contre les accusations justifiées de mythomanie des intervenants, Pascal Edouard Cyprien Luraghi insistait sur son amitié avec deux amis de feu Thierry Chatbi, MM. Abdel Hafed Benotman et Djellali Mihoubi, avec qui, disait-il, il aurait correspondu.

Le premier, connu pour sa double carrière de braqueur de banques et d’écrivain, est décédé le 20 février 2015.

J’en avais parlé dans cet article du 8 avril 2015 :

http://justinpetitcoucou.unblog.fr/2015/04/08/cyprien-luraghi-et-sa-bande-attaquent-justinpetitcoucou-comme-petitcoucou/

Quant au second, je vous laisse apprécier de ses exploits retracés dans les documents suivants (cliquer sur les images pour les agrandir et lire les textes) :

 

articlesassises

 

assises2

 

assises3

 

Il est aujourd’hui président d’une société d’édition et vente à distance sur catalogue spécialisé qu’il a créée à Metz en 2014, et auteur d’un brûlot intitulé « Beau comme une prison qui brûle », contant une émeute à laquelle il a participé, en 1988, à la prison d’Ensisheim.

Voir ici la présentation de l’ouvrage, paru le 1er avril 2015 :

http://lenvolee.net/beau-comme-une-prison-qui-brule-le-livre-qui-brule-les-doigts/

Dans l’hypothèse où tous ces papiers ne pourraient suffire à édifier les foules sur les amitiés dont se réclame Pascal Edouard Cyprien Luraghi, j’en ai encore en stock faisant état d’accessoires autrement plus dangereux que des postiches (pistolets, grenades, fusil à pompe).

Comme il l’avait bien lui-même précisé lors de son audition du 14 mars 2011 à la gendarmerie de Puy-l’Evêque, cette fois en se défendant de toute relation avec eux et martelant la sainte horreur qu’ils lui inspirent, ces messieurs sont bien fichés au grand banditisme.

Ce n’est pas nouveau, Cyprien Luraghi ment et affabule tout le temps : selon l’interlocuteur ou le public auxquels il a affaire, soit il se dit intime de gangsters qui l’aiment et le respectent et réciproquement, soit au contraire il prétend n’avoir pour eux ni sympathie ni estime et tout à en craindre.

Dans la mesure où par le passé il a aussi affirmé à maintes reprises à ses lecteurs qu’il avait été menacé de mort sur mon blog « Un petit coucou » par un ancien gangster comptant parmi les amis de feu Thierry Chatbi qui en vérité lui avait juste demandé de cesser toutes ses affabulations délirantes les concernant, je précise ici qu’il n’a à ma connaissance jamais réitéré ces accusations mensongères dans le cadre de déclarations faites aux autorités judiciaires.

En revanche, il n’a cessé d’en proférer de nouvelles à mon encontre… mais cependant jamais assez pour les Dupond et Dupont du Tribunal de Grande Instance de Brest qui de leur côté en ont rajouté encore au moins autant, sans grand respect pour ses propres déclarations…

Ainsi :

Isabelle Johanny : Hi ! Hi ! Hi ! Des gangsters… non, des « soi-disant » gangsters.

Pierre Jourdin : Hi ! Hi ! Hi ! Des gangsters… non, des « soi-disant » gangsters.

A les croire, j’aurais inventé des histoires de gangsters pour ternir l’image de ce brave Lura… un écrivain de grand talent et d’une parfaite honnêteté, un « intellectuel » de très haut niveau dont ils vénèrent tous les traits d’esprit, par exemple ceux-ci :

« Pour que les choses soient claires : quand je dis « beau-frère », ce n’est pas dans le sens légal du terme bien entendu : ainsi mon beauf David (frère de ma femme) n’est pas non plus marié et pourtant c’est mon beauf. »

« Un jour il y a très longtemps, au tout début de l’Icyp, une certaine Violaine venait parfois me faire un petit coucou dans les commentaires, deux ou trois fois par mois. »



1...172173174175176...213

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo