Mon horoscope de la semaine…

Publié par Jean-Marc Donnadieu sur son mur Facebook il y a tout juste 45 minutes :

 

Balance : ATTENTION : minuscule bout de viande coincé entre les dents. Si vous n’avez pas de cure-dents pour l’enlever, vous aurez une haleine fétide et ce sera la cata !!!!!!

 

 

Ah bon ? Qui aurais-je encore mordu ?

 



Garde à vue de Jean-Christophe Lagarde : épilogue

Jean-Christophe Lagarde est rentré chez lui, il se repose, tout le monde va bien, il ne reste plus aux services de police qu’à effectuer quelques vérifications…

On a quand même appris que l’intéressé détient ou détenait plusieurs armes à feu à son domicile, pas toutes avec autorisation, qu’il pratique le tir sportif, tout comme l’un de mes harceleurs de 1993 et 1994, lequel m’avait d’ailleurs plusieurs fois menacée de son arme qu’il avait toujours sur lui, et aussi qu’il traverse une période difficile, non seulement dans sa vie d’homme politique mais également comme père de famille.

Suite au prochain épisode.

 

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/le-depute-jean-christophe-lagarde-s-exprime-apres-sa-garde-a-vue-1615754238

Le député de Seine-Saint-Denis Jean-Christophe Lagarde s’exprime après sa garde à vue

 

Dimanche 14 mars 2021 à 21:55 -

Par , France Bleu Paris, France Bleu

Le député de Seine-Saint-Denis et patron de l’UDI Jean-Christophe Lagarde s’est exprimé ce dimanche dans Le Parisien. Il veut « rassurer » quand à son état de santé après sa garde à vue.

Jean-Christophe Lagarde en septembre 2020 lors de l'université d'été de l'UDI.

Jean-Christophe Lagarde en septembre 2020 lors de l’université d’été de l’UDI. © Maxppp – jdutac

 

Aux côtés de sa femme Aude Lagarde, le député de Seine-Saint-Denis et patron de l’UDI Jean-Christophe Lagarde s’est exprimé dans le journal Le Parisien après sa garde à vue pour détention d’armes sans autorisation. C’était jeudi 11 mars.

Le couple veut « rassurer les gens qui s’inquiètent honnêtement » pour lui. Dans cet entretien accordé au quotidien, Jean-Chrisophe Lagarde est revenu sur la soirée qui a conduit à son placement en garde à vue pour détention d’armes non déclarées.

C’était une soirée compliquée après une très longue journée »

Selon lui, « les auditions ont permis d’établir dans quelles conditions je détiens ces armes et il ne reste qu’une vérification à faire aux policiers ». Si il confirme la présence d’armes à son domicile, il ne donne pas de détails et ajoute qu’il pratique le tir sportif dans un club.

L’élu confirme aussi que le soir du 10 mars, un de ses proches a appelé les secours parce qu’il craignait pour la sécurité de l’élu. Il précise, « c‘était une soirée compliquée après une très longue journée ». Quand à la détonation qui aurait été entendue sur place par les secours à leur arrivée (sans que rien ne puisse le confirmer), le couple explique que c’est un bruit créé par « une bâche des voisins ».

Dans cette interview, le couple précise également qu’il travserse une « épreuve » liée à la santé d’un de ses enfants. Si le patron de l’UDI se dit épuisé, il ne compte pas se mettre en retrait de la vie politique

 

https://www.ladepeche.fr/2021/03/11/le-president-de-ludi-jean-christophe-lagarde-nest-plus-en-garde-a-vue-pour-detention-darmes-9421819.php

Garde à vue du président de l’UDI : Jean-Christophe Lagarde dans un état « de grande fatigue et de stress »

  • Le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde.
    Le président de l’UDI Jean-Christophe Lagarde. Photo AFP
Publié le 11/03/2021 à 20:21 , mis à jour le 12/03/2021 à 14:21

l’essentiel

Jean-Christophe Lagarde, le président de l’UDI, n’est plus en garde à vue depuis ce jeudi soir. Il avait été arrêté pour « détention d’armes » la nuit précédente. La police poursuit son enquête.

La garde à vue du président de l’UDI et député de la Seine-Saint-Denis Jean-Christophe Lagarde, interpellé dans la nuit de mercredi à jeudi pour « détention d’armes », a été levée, a indiqué ce jeudi soir le parquet de Bobigny, qui a précisé que l’enquête se poursuivait. Jean-Christophe Lagarde était entendu depuis jeudi 5 heures par les enquêteurs de la police judiciaire du département pour s’expliquer sur la présence de plusieurs armes à son domicile à Drancy.

« A l’appel d’un membre de sa famille inquiet de son état de grande fatigue et de stress, la police était intervenue dans la soirée du 10 mars. Au terme d’une journée éprouvante, Jean-Christophe Lagarde est rentré hier soir à son domicile de Drancy où il a passé une soirée auprès des siens », peut-on lire dans un communiqué de presse de l’UDI daté du 12 mars.

« Un différend familial sans gravité »

Selon les premiers éléments, les policiers sont intervenus à son domicile dans la nuit. « Ce qui se dessine c’est un différend familial sans gravité », a déclaré Me Yvon Goutal, l’avocat de Jean-Christophe Lagarde. Une source proche du député a précisé à que sa famille avait prévenu la police pour le protéger de lui-même, sans autre détail. De son côté, l’UDI assure « qu’aucune détonation, menace, intention ou acte de violence n’a été commis à l’encontre d’un tiers, ni même de sa propre personne ».

Il n’y a eu « absolument aucune violence d’aucune sorte, simplement les services de police ont peut-être pris peur en trouvant au domicile des armes qui sont régulièrement détenues dans le cadre de la pratique du tir sportif », a ajouté Me Goutal, indiquant n’avoir eu connaissance « d’aucune rumeur de violence, ni d’armes illicites ».  »C’est une affaire d’ordre totalement privé », a de son côté insisté Pascal Brindeau, député UDI et porte-parole du parti.

A lire aussi : Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI, en garde à vue

Des armes déclarées

« Les armes sont déclarées, ce sont des carabines de catégorie B car Jean-Christophe Lagarde est membre d’un club sportif. Il n’y a pas eu d’acte de violence ni contre lui-même, ni contre d’autres », a assuré Pascal Brindeau.

« Quant à la détention d’armes de tir sportif, et non pas d’armes de guerre, il a été clairement établi qu’elle s’inscrit dans le cadre d’une activité sportive, pratiquée de longue date, en toute légalité, régulièrement déclarée et connue de tous », peut-on lire sur le communiqué de l’UDI.

Devant son domicile, une maison pavillonnaire grise dans un quartier tranquille du centre de Drancy, une voisine a témoigné sous couvert d’anonymat : « Mon mari travaille tôt et quand il est sorti vers 5h00, il a vu tout le pataquès avec les policiers et tout ». Une autre voisine, Céleste, a expliqué avoir vu des policiers à proximité du domicile des Lagarde vers 1h00 du matin, puis à nouveau vers 5h00.

Président de l’UDI depuis 2014

Député de la Seine-Saint-Denis dans la circonscription incluant notamment les villes de Drancy et Bobigny, ancien maire de Drancy, Jean-Christophe Lagarde, 53 ans, a pris la tête de l’UDI (Union des démocrates et indépendants) en 2014 en succédant à Jean-Louis Borloo. Après avoir collé des affiches pour la campagne de Raymond Barre en 1988 et présidé les jeunes UDF (1996-2001), il s’est emparé de la ville de Drancy en 2001, faisant basculer au centre-droit cet historique bastion communiste.

Sur le plan judiciaire, le chef de parti centriste est visé par une enquête préliminaire du Parquet national financier (PNF). Une plainte, notamment pour détournement de fonds publics, avait été déposée en octobre 2017 par un conseiller municipal d’opposition, Hacène Chibane, à Drancy qui s’interrogeait sur l’activité d’assistante parlementaire de l’épouse de Jean-Christophe Lagarde, Aude Lavail-Lagarde, entre 2002 et 2014.

Le domicile du couple et la mairie avaient été perquisitionnés en février 2019 dans le cadre de cette enquête. Lui-même attaqué en justice par Jean-Christophe Lagarde, Hacène Chibane dénonçait en février l’ »acharnement judiciaire » de l’ancien maire, qui vise à « étrangler ses adversaires qu’ils soient des opposants politiques, des journalistes ou même de simples citoyens ».

Aude Lagarde est aujourd’hui maire de Drancy après avoir succédé à son époux lorsqu’il a été réélu aux législatives de juin 2017.

Le PNF enquête aussi pour des soupçons d’emplois fictifs sur la ville voisine de Bobigny, dirigée jusqu’aux dernières élections par l’UDI.

La rédaction

 



Jean-Christophe Lagarde en garde à vue

N’aurait-il pas, lui aussi, fréquenté la loge Athanor de Puteaux ?

Hâte de savoir qui sont exactement mes lecteurs de Drancy en relation avec mes harceleurs…

 

https://www.europe1.fr/politique/information-europe-1-le-president-de-ludi-jean-christophe-lagarde-en-garde-a-vue-4030648

INFORMATION EUROPE 1 – Le président de l’UDI Jean-Christophe Lagarde en garde à vue

 

07h49, le 11 mars 2021 , modifié à 12h23, le 11 mars 2021
Jean-Christophe Lagarde a été interpellé en possession d'armes (photo d'illustration). 1:00
Jean-Christophe Lagarde a été interpellé en possession d’armes (photo d’illustration).

 

Selon les informations d’Europe 1, le député de Seine-Saint-Denis et président de l’UDI a passé la nuit en garde à vue à Bobigny après avoir été interpellé à son domicile en possession d’armes non déclarées.  

Le président de l’UDI et député de Seine-Saint-Denis Jean-Christophe Lagarde a été interpellé chez lui dans la nuit de mercredi à jeudi et placé en garde à vue, selon les informations recueillies par Europe 1. Ce sont ses proches qui ont appelé la police vers 1 heure du matin, en expliquant qu’il aurait fait une tentative de suicide et qu’il était armé. Les policiers se sont rendus sur place. Ils auraient entendu une détonation près de son pavillon de Drancy.

L’élu dément avoir fait une tentative de suicide

L’élu était sain et sauf, il a démenti avoir fait une tentative de suicide mais les policiers l’ont trouvé en possession de nombreuses armes longues et de poing, tandis que ses proches racontaient son état dépressif. Dans une situation relativement confuse, l’élu a été placé en garde à vue. Il est entendu dans les locaux de la police judiciaire de Seine-Saint-Denis, pour « détention d’armes », celles-ci n’étant manifestement pas déclarées – des vérifications approfondies doivent être menées.

Europe 1
Par Guillaume Biet

 

 

https://www.leparisien.fr/faits-divers/christophe-lagarde-en-garde-a-vue-pour-detention-darmes-11-03-2021-ASJFYMUHRNDOZOXKPCAINULCKU.php

Jean-Christophe Lagarde, le patron de l’UDI, en garde à vue pour détention d’armes

 

Le député a été interpellé en possession de plusieurs armes dans la nuit de mercredi à jeudi à son domicile de Drancy (Seine-Saint-Denis).

 

Le député (UDI) Jean-Christophe Lagarde, ici en janvier lors d'une séance de l'Assemblée nationale.

Le député (UDI) Jean-Christophe Lagarde, ici en janvier lors d’une séance de l’Assemblée nationale. 
 

Par Jean-Michel Decugis, Alexandre Arlot et Gaëtane Bossaert
Le 11 mars 2021 à 08h30, modifié le 11 mars 2021 à 12h31

Jean-Christophe Lagarde a été interpellé chez lui dans la nuit de mercredi à jeudi et placé en garde à vue pour détention d’armes. Le président de l’UDI est entendu depuis 5 heures du matin par les enquêteurs de la police judiciaire de Seine-Saint-Denis pour s’expliquer sur la présence de plusieurs armes à son domicile, comme nous l’ont confirmé plusieurs sources. Le député de Seine-Saint-Denis a été interpellé à Drancy après que ses proches ont appelé la police vers 1 heure du matin, indiquant qu’il était armé et craignant pour sa santé.

Selon son entourage, qui évoque un incident d’ordre privé, Jean-Christophe Lagarde serait détenteur de deux armes de catégorie B, pour le tir sportif qu’il pratique depuis quatre ans. Si l’élu est en effet autorisé à posséder ces deux armes de poing, dont un Glock, les policiers ont aussi mis la main sur une arme de guerre et deux armes longues, découvertes dans un coffre, et dont la détention serait illégale, selon nos informations.

Tensions intra-familiales

A l’origine, les pompiers ont été appelés à Drancy pour des tensions intra-familiales. Les policiers sont arrivés en renfort après qu’un coup de feu a retenti. Personne n’a été blessé. De source policière, Jean-Christophe Lagarde avait un faible taux d’alcool dans le sang.

«Vers 1 heure du matin, j’ai entendu du bruit dehors, raconte cette riveraine de la rue Mailly. Par la fenêtre de la cuisine, j’ai vu trois ou quatre policiers en uniforme, dehors, qui se dirigeaient vers le pavillon de monsieur le maire (NDLR : Jean-Christophe Lagarde n’est plus maire de Drancy depuis 2017). J’ai d’abord pensé que quelqu’un voulait le cambrioler ou qu’il lui était arrivé quelque chose. J’ai vu la lumière de son pavillon allumée, puis j’ai discerné un homme ouvrir le portail pour parler avec les policiers. Mais je ne sais pas si c’était lui. Plus tard dans la nuit, vers 5 heures du matin, d’autres policiers sont arrivés sur place, mais ils étaient habillés en civil», rapporte cette habitante, qui n’a entendu aucun coup de feu.

Jean-Christophe Lagarde est parti de l’Assemblée nationale peu après 23 heures mercredi soir, alors qu’il travaillait au groupe UDI avec d’autres élus sur les élections régionales, et sur d’autres textes liés à l’actualité parlementaire. Ces derniers temps, son moral n’était « pas au beau fixe » se contente de commenter un de ses collègues, qui évoque des soucis d’ordre privé. Dans l’entourage proche du député et de la mairesse, on évoque une affaire « totalement rocambolesque », qui ne correspond pas du tout au profil que l’on connaît de l’élu.

Député de la Seine-Saint-Denis et ex-maire de Drancy, Jean-Christophe Lagarde, 53 ans, a pris la tête de l’UDI (Union des démocrates et indépendants) en 2014, succédant à Jean-Louis Borloo. Après avoir collé des affiches pour la campagne de Raymond Barre en 1988, et présidé les jeunes UDF (1996-2001), Jean-Christophe Lagarde s’est emparé de la ville de Drancy en 2001, faisant basculer cet historique bastion communiste.

Sur le plan judiciaire, le chef de parti centriste est toujours visé par une enquête préliminaire du Parquet national financier (PNF). Une plainte, notamment pour détournement de fonds publics, avait été déposée en octobre 2017 par un conseiller municipal d’opposition à Drancy, Hacène Chibane, qui s’interrogeait sur l’activité d’assistante parlementaire de l’épouse de M. Lagarde, Aude Lavail-Lagarde, entre 2002 et 2014. Cette dernière est aujourd’hui maire de Drancy, ayant succédé à son époux lorsqu’il a été réélu aux législatives de juin 2017.
 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Christophe_Lagarde

Liens externes

:

 



Pierre-Jean Chalençon emporté par le torrent boueux de ses amitiés douteuses…

 

 

Critiqué pour s’être affiché avec Jean-Marie Le Pen et ses amis de l’extrême-droite (dont il oublie d’ailleurs quelques-uns : Florian Philippot, Oleg Sokolov, etc…), il tente de se raccrocher à tous ses bons amis auxquels cette étiquette n’est pas ou plus associée, par exemple François Hollande et ses cousins, dont les accointances avec l’extrême-droite sont pourtant connues de longue date (Georges Gustave Hollande s’était présenté aux élections municipales de Rouen et de Bois-Guillaume en 1959 et 1965, sur des listes d’extrême-droite), ou bien encore PPDA… et voilà que craque la branche pourrie…

Ce n’est vraiment pas de bol…

 



Les rumeurs de comportements inadaptés de PPDA à TF1 concerneraient un homme politique selon Jean-Pierre Pernaut

Mais la journaliste et ancienne employée de TF1 Cécile Delarue affirme pour sa part que c’est bien PPDA qu’elle évitait de croiser dans les locaux de la chaîne…

L’un n’empêchant pas l’autre de toute façon, on attend maintenant de savoir quel est l’homme politique auquel Jean-Pierre Pernaut fait allusion…

 

https://www.voici.fr/news-people/actu-people/patrick-poivre-darvor-accuse-de-viols-jean-pierre-pernaut-sort-du-silence-et-reagit-698414

« Ce n’était pas PPDA »

 

Patrick Poivre d’Arvor accusé de viols : Jean-Pierre Pernaut sort du silence et réagit

 

02/03/2021 à 14h21  | par Violette Salle | Crédits photos : Sipa

 

Ce mardi 2 mars, Jean-Pierre Pernaut s’est exprimé pour la première fois concernant les accusations à l’encontre de Patrick Poivre d’Arvor. L’ancienne star du 13 heures de TF1 a défendu le journaliste et dénoncé des “mensonges”.

Le 18 février dernier, le Parisien révélait que Patrick Poivre d’Arvor était visé par une enquête pour viols aggravés. La plaignante, Florence Porcel, a raconté son histoire de manière romancée dans le livre Pandorini et relate des faits qui se seraient déroulés entre 2004 et 2009. Alors que l’affaire prenait de l’ampleur sur les réseaux sociaux, l’ancienne star du 20 heures de TF1 a publié un communiqué sur son compte Facebook dans lequel il dément les faits dont il est accusé. “Il n’y a jamais eu aucune forme d’emprise, ni a fortiori de contrainte. Les écrits de Madame Florence Porcel que j’ai conservés, pour la plupart postérieurs à ses accusations, le prouveront amplement. (…) La recherche de notoriété n’excuse pas tout. Pas davantage la fascination pour ce qui brille. De toute ma vie je n’ai jamais obligé quiconque à une relation sentimentale, ni bien évidemment à une relation sexuelle”, écrivait PPDA, assurant être prêt à répondre aux questions des enquêteurs pour “rétablir [son] honneur et la vérité des faits”.

Dans le Parisien, de nombreux témoignages ont été apportés contre le journaliste. D’anciens collaborateurs assuraient même que, dans la tour de TF1, “dès qu’une stagiaire arrivait, la première chose qu’on lui disait c’est : « Fais gaffe, ne monte jamais seule dans l’ascenseur avec PPDA »”. Une hérésie pour Jean-Pierre Pernaut, qui a été le collègue de Patrick Poivre d’Arvor pendant de nombreuses années. “J’ai été très choqué de ce qui est sorti dans la presse, c’est lamentable ce genre d’affaires !”, a confié le mari de Nathalie Marquay auprès des Grandes Gueules sur RMC ce 2 mars. Concernant la mise en garde sur l’ascenseur, tout cela n’est qu’un “mensonge” pour l’ancien présentateur du 13 heures. « Je peux vous le dire parce que Le Parisien cite des journalistes de TF1 qui n’ont pas connu cette époque, ou pratiquement pas”, affirme Jean-Pierre Pernaut, indiquant que ces rumeurs concernaient “un autre”. “Ce n’était pas PPDA, et c’est un homme politique”, souligne celui qui a été remplacé par Marie-Sophie Lacarrau.

« Il est dans la vie comme il est dans les livres »

Jean-Pierre Pernaut a néanmoins reconnu que son ancien collègue était “quelqu’un qui aimait les femmes et qui n’a jamais caché son amour pour les femmes”. “Patrick, son bureau était au milieu de la rédaction, s’il s’était passé quelque chose dans ce bureau on l’aurait su (…) Il est dans la vie comme il est dans ses livres. Il écrit remarquablement bien, il aime parler. S’il s’était passé des choses répréhensibles, on l’aurait su. J’aimerais connaître la liste des gens qui ont témoigné car ces témoignages sont mensongers”, termine Jean-Pierre Pernaut.

 

https://www.purepeople.com/article/patrick-poivre-d-arvor-accuse-de-viols-une-journaliste-sort-du-silence-et-s-en-prend-a-jean-pierre-pernaut_a426479/1

Patrick Poivre d’Arvor accusé de viols : une journaliste sort du silence et s’en prend à Jean-Pierre Pernaut

 

Patrick Poivre d’Arvor accusé de viols : une journaliste sort du silence et s’en prend à Jean-Pierre Pernaut
Publié le 03 Mars 2021 – 08h09

 

Le passage de Jean-Pierre Pernaut dans l’émission radio « Les Grandes Gueules » a suscité de nombreuses réactions. Cécile Delarue l’a dézingué sur Twitter. La journaliste et ancienne employée de TF1 se souvient avoir évité l’ascenseur et rasé les murs, par peur de croiser Patrick Poivre d’Arvor.

Patrick Poivre d’Arvor est accusé de viols et ses agissements au sein de la rédaction de TF1 font beaucoup parler. Jean-Pierre Pernaut a décidé de prendre sa défense et a dénoncé des « témoignages mensongers ».

 

Mardi 2 mars 2021, Jean-Pierre Pernaut était l’invité de l’émission Les Grandes Gueules, sur RMC. Il a réagi au scandale concernant son ex-collègue chez TF1, Patrick Poivre d’Arvor. Bien que Patrick Poivre d’Arvor était « quelqu’un qui aimait les femmes et qui n’a jamais caché son amour pour les femmes« , il n’est assurément pas coupable des agissements et crimes qui lui sont reprochés selon Jean-Pierre Pernaut. « Son bureau était au milieu de la rédaction, s’il s’était passé quelque chose dans ce bureau on l’aurait su, a affirmé l’ex-présenter du 13h. S’il s’était passé des choses répréhensibles, on l’aurait su. J’aimerais connaître la liste des gens qui ont témoigné car ces témoignages sont mensongers. »

Ce soutien à PPDA a évidemment fait réagir. Sur Twitter, la journaliste Cécile Delarue, ancienne employée de TF1, s’est exprimée. Elle a mentionné Jean-Pierre Pernaut et a poursuivi : « J’ai travaillé à la rédaction de TF1 à cette époque. J’ai toujours soigneusement évité l’ascenseur parce que j’avais peur d’y croiser Poivre. J’ai rasé les couloirs, fait demi tour en l’apercevant, craint d’être appelée par ses secrétaires dans l’interphone, fuit les conf[érences] du 20h. Je ne suis pas la seule. Je suis loin d’être la seule. »

Le 18 février dernier, Le Parisien révèle qu’une enquête préliminaire pour viols avait été ouverte par le parquet de Nanterre. L’auteur et ex-présentateur du 20h de TF1 est visée par la plainte de l’écrivaine Florence Porcel. Elle lui reproche un rapport sexuel non consenti en 2004 dans son bureau, et de lui avoir imposé une fellation en 2009 au siège de la société de production A Prime Group.

Florence avait 21 ans lors de la première agression sexuelle présumée de Patrick Poivre d’Arvor. Elle était alors « en convalescence d’une tumeur au cerveau et encore vierge« .

L’homme a fermement nié ces accusations, les qualifiant de « fantaisistes« , et a révélé qu’il comptait lui aussi saisir la justice.

Patrick Poivre d’Arvor reste présumé innocent des faits qui lui sont reprochés jusqu’au jugement définitif de cette affaire.

 



12345...352

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo