Affaire Robert Boulin : le dossier n’est toujours pas clos…

Des gens du RPR et/ou très proches de ses têtes m’affirmaient dans les années 1990 que le SAC n’avait jamais été réellement dissout.

En fait, il n’a jamais été aussi puissant qu’après l’accès de Charles Pasqua au Ministère de l’Intérieur, à compter de l’année 1986.

Et au moins à Brest, l’on voit toujours aujourd’hui (ou au moins jusqu’à une époque récente) des magistrats organiser eux-mêmes des assassinats…

Noter qu’aucun d’entre eux n’a jusqu’à présent réagi à mes publications les concernant, et ce pour une raison très simple : ils savent pertinemment que j’ai de quoi justifier mes dires à leur sujet.

Voilà pourquoi les pervers Pascal Edouard Cyprien Luraghi, Jean-Marc Donnadieu et autres « déconnologues » perdent leur temps à leur transmettre des copies de mes textes, que de toute façon ils ont déjà, car eux aussi suivent bien tout ce que j’écris et publie…

 

https://www.francetvinfo.fr/societe/justice/recit-le-crime-a-ete-maquille-en-suicide-40-ans-apres-la-mort-du-ministre-robert-boulin-le-long-combat-de-sa-fille-pour-la-verite_3680325.html

 

Un homme lit le journal \"France Soir\", à Paris, le 30 octobre 1979, jour de l\'annonce de la mort de Robert Boulin.

 

RECIT. « Le crime a été maquillé en suicide » : 40 ans après la mort du ministre Robert Boulin, le long combat de sa fille pour la vérité

 

Tout ça est très intéressant, cela confirme les contradictions du dossier. » Fabienne Boulin Burgeat semble satisfaite, lundi 28 octobre, de la « reconstitution citoyenne » organisée avec son avocate, près de quarante ans après la mort de son père, Robert Boulin. Le 30 octobre 1979, le corps du ministre du Travail et de la Participation de Valéry Giscard d’Estaing a été retrouvé sans vie, au milieu de l’étang Rompu, une petite étendue d’eau située dans la forêt de Rambouillet (Yvelines).

Avançant à pas prudents sur les feuilles jaunies par l’automne, la fille de cet ancien résistant rappelle avec force qu’elle ne croit toujours pas à la thèse du suicide. C’est pourtant cette version qui a été retenue par la justice à travers un non-lieu rendu en 1991. L’obstinée fille de ministre, âgée de 68 ans, a obtenu la réouverture du dossier en 2015, mais les choses ne vont pas assez vite à son goût. « Je tire une sonnette d’alarme pour dire que rien ne se passe au niveau de la justice. »

Confortée par les révélations des diverses enquêtes journalistiques, Fabienne Boulin Burgeat demeure persuadée que son père a été victime de la violence politique qui s’exerçait à l’époque. « Le crime a été maquillé en suicide », assure-t-elle. Elle est bien décidée à obtenir vérité et justice, même si cela lui demande encore quarante ans.

 

Des policiers examinent les lieux près de l\'étang Rompu, dans la forêt de Rambouillet (Yvelines), le 30 octobre 1979, après la découverte du corps du ministre Robert Boulin. 
Des policiers examinent les lieux près de l’étang Rompu, dans la forêt de Rambouillet (Yvelines), le 30 octobre 1979, après la découverte du corps du ministre Robert Boulin.  (MICHEL CLEMENT / AFP)

 

« On l’a retrouvé à genoux, asphyxié, dans 60 cm d’eau »

« Monsieur Robert Boulin est mort, le ministre du Travail s’est vraisemblablement suicidé. » Il est un peu moins de 13 heures, mardi 30 octobre 1979, quand le journaliste Patrick Lecocq prononce ces mots en ouverture du journal d’Antenne 2. Rapidement, la journaliste Danièle Breem donne des précisions : « Monsieur Boulin se serait bourré de barbituriques. Il serait entré dans l’eau des étangs de Hollande et sans doute serait-il tombé, car on l’a retrouvé, à genoux, asphyxié, dans 60 centimètres d’eau. »

La version officielle de l’affaire Boulin est livrée vite, très vite. « Danièle Breem donne la version du suicide à la télévision, alors que le corps est encore sur la berge », ironise aujourd’hui Jean-Pierre Courtel, un ancien inspecteur de police du SRPJ (Service régional de police judiciaire) de Versailles, présent quand Robert Boulin a été sorti de l’eau. Cette précipitation médiatique a pu entraîner des erreurs. Le corps a en effet été repêché dans l’étang Rompu, et non dans les étangs de Hollande. « Par ailleurs, aucune trace de barbiturique n’a été retrouvée dans le corps de mon père », rappelle Fabienne Boulin Burgeat. Les analyses révèlent en revanche la présence dans le sang du maire de Libourne (Gironde) de traces de diazépam, le principe actif du Valium, un anxiolytique.

 

Fabienne Boulin Burgeat (au centre, avec des lunettes rouges) entourée de son avocate et de divers témoins, le 28 octobre 2019, lors d\'une reconstitution organisée à l\'étang Rompu, dans la forêt de Rambouillet (Yvelines).
Fabienne Boulin Burgeat (au centre, avec des lunettes rouges) entourée de son avocate et de divers témoins, le 28 octobre 2019, lors d’une reconstitution organisée à l’étang Rompu, dans la forêt de Rambouillet (Yvelines). (CLEMENT PARROT / FRANCE INFO)

 

Au fil des semaines, le récit de la mort du ministre va s’étoffer. Selon la thèse officielle, ce jour-là à 8h40, une brigade motocycliste des Yvelines découvre un homme en costume, à la surface de l’étang Rompu, en forêt de Rambouillet. Selon le rapport, le corps est à genoux dans la position du « prieur musulman », c’est-à-dire le dos tourné vers le ciel. Le cadavre flotte légèrement dans 50 centimètres d’eau. Des pompiers et des gendarmes plongeurs arrivent sur les lieux. Ils se mettent à l’eau et ramènent le corps du ministre du Travail en exercice.

Sur la terre ferme, les gendarmes reconnaissent son visage. Ils constatent que sa montre est toujours en état de marche. Les aiguilles indiquent 9h09, raconte le journaliste Benoît Collombat dans son livre Un homme à abattre : Contre-enquête sur la mort de Robert Boulin (éd. Fayard, 2007). La 305 Peugeot bleue métallisée de Robert Boulin est fermée à clé, à quelques mètres de la berge. Un papier bristol à l’en-tête du ministère du Travail se trouve sur le tableau de bord. Au recto, un message manuscrit signale que les clés de la voiture sont dans la poche droite du pantalon du ministre. Au verso, quelques mots adressés à sa famille : « Embrassez éperduement [sic] ma femme, le seul grand amour de ma vie. Courage pour les enfants. Boby. »

 

Le mot laissé par Robert Boulin sur le tableau de bord de sa voiture, découvert le 30 octobre 1979, à proximité de l\'étang Rompu (Yvelines).
Le mot laissé par Robert Boulin sur le tableau de bord de sa voiture, découvert le 30 octobre 1979, à proximité de l’étang Rompu (Yvelines). (ENVOYE SPECIAL / FRANCE 2)

 

Le style indirect pour s’adresser à sa femme et la faute d’orthographe provoqueront plus tard le trouble dans la famille de Robert Boulin. Mais dans l’immédiat, l’enquête ne traîne pas et le corps est rapidement installé dans un hélicoptère, direction l’Institut médico-légal de Paris.

Ce qui m’a étonné, c’est qu’il n’y a pas eu de constatations médico-légales faites sur le corps à sa sortie de l’eau.

Jean-Pierre Courtel, inspecteur au SRPJ de Versailles, à franceinfo

Les policiers terminent rapidement leurs investigations et concluent « à un suicide par noyade, précédé d’une forte absorption de Valium », selon les mots du dossier. Les légistes précisent que la mort est intervenue dès le lundi 29 octobre, entre 17h30 et 20 heures. Le ministre du Travail n’aurait pas supporté de voir son nom sali dans l’affaire dite de Ramatuelle. Des révélations de presse ont en effet mis en cause le maire de Libourne dans une affaire de transaction immobilière irrégulière sur un terrain dans le Var. Ainsi, pour les médias de l’époque, à l’image des journalistes de RTL, « le suicide ne fait aucun doute ».

 

Le cercueil du ministre Robert Boulin, le 3 novembre 1979, à Villandraut (Gironde).
Le cercueil du ministre Robert Boulin, le 3 novembre 1979, à Villandraut (Gironde). (REGIS DUVIGNAU / AFP)

 

« On nous manipule »

« A 9 heures du matin, Eric, mon mari, m’a appelée pour me dire qu’on venait de retrouver le corps de mon père, se souvient Fabienne Boulin Burgeat. Je suis en état de choc. On n’avait jamais imaginé ça. » Dans un premier temps, les enfants de Robert Boulin, contrairement à leur mère, se résignent à croire à la version du suicide. « On a été élevés dans l’idée du respect de l’Etat et toutes les autorités nous disaient que l’enquête avait été minutieuse », admet Fabienne Boulin Burgeat. Dans les semaines qui suivent, Bertrand Boulin écrit même un livre, Ma Vérité sur mon père (éd. Stock, 1980), dans lequel il imagine les derniers instants de son père : « Tu refermes la serrure. Les clefs tombent. Il faut aller vite à l’eau, tu tombes, tu te relèves, tu vas à l’eau, tu t’endors. »

Et puis il y a tous ces écrits attribués au ministre. Dans la corbeille à papier de son bureau à son domicile, son gendre, Eric Burgeat, retrouve dans la soirée du 29 octobre un morceau de papier où Robert Boulin annonce son intention de mettre fin à ses jours. « Les visiteurs du soir l’ont sans doute placé là », confie-t-il aujourd’hui, en égrenant la liste des personnes venues au domicile familial le soir où le ministre a disparu. Dans la semaine qui suit la mort, neuf lettres postées le même jour arrivent également au siège de plusieurs médias, chez des conseillers et des amis du ministre. La missive commence par une simple phrase – « J’ai décidé de mettre fin à mes jours » – elle se poursuit par une longue défense concernant l’affaire de Ramatuelle et se termine par quelques lignes apportant un début d’explication : « Je préfère la mort à la suspiçion [sic], encore que la vérité soit claire. »

 

Reproduction photographiée le 4 avril 2011 d\'une lettre de Robert Boulin envoyée au journal \"Sud Ouest\".
Reproduction photographiée le 4 avril 2011 d’une lettre de Robert Boulin envoyée au journal « Sud Ouest ». (JEAN-PIERRE MULLER / AFP)

 

Dans les médias, les premiers doutes apparaissent. Le sénateur Pierre Marcilhacy publie une tribune dans Le Monde intitulée « Je n’aime pas ça ». Tournée vers son chagrin, la famille n’entend pas encore ces voix qui s’interrogent. Mais difficile d’ignorer les pressions qui tombent rapidement sur les Boulin. « Achille Peretti, maire de Neuilly et membre du Conseil constitutionnel, est venu voir ma mère pour lui dire : ‘Taisez-vous ! Vous n’aimeriez pas que Bertrand [le fils Boulin] finisse comme Robert… Si vous voulez de l’argent, j’ai le feu vert’, raconte Fabienne Boulin Burgeat. Ma mère lui a dit : ‘Je sais tout ». Et il a répondu : ‘Alors faites sauter la République’. » La séquence, enregistrée, a même été diffusée au journal de 20 heures de TF1, mais depuis les bandes ont disparu.

On nous avertissait régulièrement : ‘Attention, vous êtes sur de la nitroglycérine’. Avec toutes ces pressions, on a passé dix ans à avoir peur.

Fabienne Boulin Burgeat, à franceinfo

En octobre 1980, la famille de Robert Boulin découvre les photographies prises par la police scientifique, grâce à l’intervention de leur avocat, Robert Badinter. « Quand on a vu ces photos, l’évidence, qu’on a voulu nous cacher, est remontée au grand jour. Ce visage de boxeur, ces hématomes… souffle Fabienne Boulin Burgeat. Tout est là pour montrer qu’on nous manipule, qu’on nous raconte des choses fausses. »

Pour autant, la famille met du temps à se tourner vers la justice. « On avait la trouille ! On nous menace, on trafique les freins de notre voiture, on nous envoie des faux agents des PTT… » explique la fille du ministre. Finalement, en 1983, conseillés par l’avocat Jacques Vergès, les proches de Robert Boulin déposent une plainte contre X pour « homicide volontaire ».

 

Fabienne Boulin Burgeat, le 23 octobre 2019, au milieu de ses dossiers concernant l\'affaire Boulin, dans sa maison de Ramatuelle (Var).
Fabienne Boulin Burgeat, le 23 octobre 2019, au milieu de ses dossiers concernant l’affaire Boulin, dans sa maison de Ramatuelle (Var). (CLEMENT PARROT / FRANCEINFO)

 

« Un mensonge d’état »

« Petit à petit, on s’aperçoit que tout ça n’est qu’une fiction, un mensonge d’Etat et que rien ne vient montrer qu’il s’agit d’un suicide », martèle Fabienne Boulin Burgeat. Au fil de sa contre-enquête, la fille de l’ancien ministre se forge une conviction : son père n’a pas mis fin à ses jours. Elle s’appuie sur divers éléments venus affaiblir la thèse du suicide. En 1988, le journaliste James Sarazin révèle ainsi dans L’Express l’étrange emplacement des lividités cadavériques sur le cadavre de Robert Boulin.

 

Un acteur jouant le rôle de Robert Boulin se positionne dans l\'étang Rompu (Yvelines), le 28 octobre 2019, lors d\'une reconstitution organisée par Fabienne Boulin Burgeat.
Un acteur jouant le rôle de Robert Boulin se positionne dans l’étang Rompu (Yvelines), le 28 octobre 2019, lors d’une reconstitution organisée par Fabienne Boulin Burgeat. (CLEMENT PARROT / FRANCEINFO)

 

Quand le cœur d’un individu cesse de battre, le sang est soumis à l’apesanteur et se dirige vers la partie basse du corps. Or, dans le rapport d’autopsie de 1979, les médecins sont formels : « Les lividités siègent au niveau de la face postérieure du corps. » En d’autres termes, les marbrures se situent sur le dos, et non sur le ventre. « Cela veut dire que la mort a eu lieu à un autre endroit et que le corps a été déplacé », estime le médecin légiste Michel Sapanet dans l’émission « Envoyé spécial« . « Il y a là une anomalie flagrante et on est certains qu’il y a eu une action criminelle. » Les partisans de la thèse du suicide tenteront plusieurs hypothèses comme l’intervention d’un animal qui aurait pu retourner le corps sur l’étang. Une « tentative pathétique d’explication », pour Fabienne Boulin Burgeat.

On voyait une bosse de buffle sur son dos. Les lividités cadavériques prouvaient qu’il était mort sur le dos.

Le médecin urgentiste qui a découvert le corps de Robert Boulin, à franceinfo

Par ailleurs, la seconde autopsie demandée par la justice après exhumation du corps révèle plusieurs fractures sur le visage de l’ancien ministre du général de Gaulle. « Pour nous, cela confirme qu’il a bien reçu des coups », estime sa fille. Cette nouvelle autopsie révèle aussi que la première analyse de 1979 n’était pas aboutie. Sur demande du procureur de la République, les médecins légistes n’ont pas réalisé l’examen du crâne qui aurait pu permettre de déceler la trace de coups, officiellement sur demande de la famille qui souhaitait préserver le corps. La famille assure n’avoir jamais donné de telle directive.

En outre, le corps de Robert Boulin a subi des soins d’embaumement, toujours sans l’autorisation des proches du ministre, privant la justice de renseignements précieux. Fabienne Boulin Burgeat rappelle enfin que de nombreux éléments du dossier se sont volatilisés, comme les échantillons de sang du ministre ou encore ses poumons, conservés un temps à l’Institut médico-légal de Paris. Ces derniers auraient pu permettre d’effectuer des analyses pour confirmer ou non la mort par noyade. « Ce sont des examens que l’on fait systématiquement pour toute personne SDF qui meurt dans l’eau », souligne-t-elle.

Enormément de choses ont disparu dans cette affaire. Il y a quatre ans, je suis allée chercher les pièces à conviction du dossier. Je suis arrivée avec une valise et je suis repartie avec une petite enveloppe. Tout a disparu.

Fabienne Boulin Burgeat, à franceinfo

Concernant les lettres d’adieux attribuées à Robert Boulin, sa fille croit à une manipulation. « Ce n’est pas grand-chose pour les services secrets, c’est même rien du tout, affirme-t-elle. Il y a bien l’ADN de mon père sur les enveloppes, mais pas sur les lettres. Depuis le début, on dit que l’intérieur de ce courrier a été changé. » La secrétaire de Robert Boulin au moment des faits s’étonne d’ailleurs que cette lettre de quatre pages soit tapée sur un vieux papier à lettre. « C’est n’importe quoi, c’est tapé sur du papier ‘Ministère du travail’ et nous étions ‘Ministère et du Travail et de la Participation’ », assure Armelle Montard dans « Envoyé spécial ». Au sujet des mots manuscrits retrouvés sur les lettres, elle assure par ailleurs que l’écriture de Robert Boulin était « facile à imiter ».

Enfin, plusieurs personnes, comme l’ancien Premier ministre Raymond Barre, ont raconté avoir été mis au courant au milieu de la nuit de la mort du ministre, bien avant l’heure officielle de découverte du corps. Malgré toutes ces incohérences, de nombreuses personnes croient encore à la thèse du suicide. Son ancien collaborateur Luc La Fay évoque dans L’Express l’état de nervosité du ministre le jour de sa disparition. « Il se tenait debout devant son bureau, très agité, et il a eu une sorte de crise de nerfs, affirme-t-il. Avec le recul, je pense qu’il avait déjà pris la décision de se tuer. » Pour Maxime Delsol, l’ancien garde du corps de Robert Boulin, il n’y a même pas débat. « Le ministre s’est suicidé, un point c’est tout, et tout le reste n’est que marketing pour vendre du papier », assure-t-il dans Sud Ouest.

La thèse de l’assassinat politique est une construction intellectuelle. Elle se nourrit certes des insuffisances et des incohérences de l’enquête.

Maxime Delsol, ancien garde du corps de Robert Boulin, à « Sud Ouest »

« Dans ce dossier, selon moi, il y a des personnes qui ont systématiquement menti, dont Max Delsol et Patrice Blank [conseiller presse du ministre]« , s’agace de son côté Fabienne Boulin Burgeat. « Et ce sont  les deux noms que cite la magistrate dans son ordonnance de non-lieu de 1991 pour dire que Robert Boulin était très déprimé. » En 1992, le non-lieu concernant la plainte pour homicide de la famille Boulin est confirmée par la Cour d’appel puis par la Cour de cassation. « C’était difficile car j’y ai cru, se souvient Fabienne Boulin Burgeat. On retrouvait cette chape de plomb. » Elle n’abandonne pas pour autant et tente de comprendre ce qui a pu entraîner la mort de son père.

 

De droite à gauche : le ministre du Travail, Robert Boulin, le ministre de la Justice, Alain Peyrefitte, et le ministre de l\'Intérieur, Christian Bonnet, le 4 juillet 1978, à Matignon (Paris).
De droite à gauche : le ministre du Travail, Robert Boulin, le ministre de la Justice, Alain Peyrefitte, et le ministre de l’Intérieur, Christian Bonnet, le 4 juillet 1978, à Matignon (Paris). (PAVUNIC / AFP)

 

« La vie d’un homme ne pèse pas face à l’ambition du pouvoir »

Pour tenter de trouver un sens à cette histoire, il faut se remémorer le contexte politique de la fin des années 1970, mélange des séries Baron noir et House of Cards. Dans ces années-là, la droite se déchire. Le RPR (Rassemblement pour la République) de Jacques Chirac mène une guerre ouverte au gouvernement de Raymond Barre et à l’UDF (Union pour la démocratie française) de Valéry Giscard d’Estaing. Les appétits présidentiels du maire de Paris ne sont pas étrangers à ce conflit. Les ministres RPR, dont Robert Boulin fait partie, deviennent alors un enjeu stratégique. VGE envisage même de faire du maire de Libourne son prochain Premier ministre.

Giscard avait eu le nez de sentir que s’il plaçait Boulin à Matignon, il coupait l’herbe sous le pied de Chirac.

Eric Burgeat, gendre et collaborateur de Robert Boulin, à franceinfo

Dans ce contexte, l’affaire de Ramatuelle arrive sur le bureau des rédactions parisiennes. Trois articles sortent dans Minute, Le Canard enchaîné et Le Monde. Il est reproché au ministre d’avoir acheté en 1974 un terrain dans le Var à un escroc, Henri Tournet, alors même qu’une parcelle de ce terrain avait déjà été vendu à des promoteurs normands. « J’ai acheté en 1974 un terrain dans la presqu’île de Ramatuelle par acte authentique devant notaire… et puis mon affaire est terminée », assure Robert Boulin devant le club de la presse d’Europe 1, le 21 octobre 1979, peu avant sa mort. Le ministre a beau se défendre, le poison du soupçon se répand.

 

La maison des Boulin à Ramatuelle (Var), le 23 octobre 2019.
La maison des Boulin à Ramatuelle (Var), le 23 octobre 2019. (CLEMENT PARROT / FRANCEINFO)

 

Aujourd’hui encore, Fabienne Boulin Burgeat est persuadée que cette affaire a été instrumentalisée par certains cadres du RPR. Bernard Pons, à l’époque secrétaire général du parti, confirme que les coups venaient de partout : « Toutes les turpitudes qu’il a rencontrées, cela venait autant de ses ennemis politiques que de ses amis. J’en ai été témoin. » Pour ce dernier, Robert Boulin a été tué. Selon sa fille, le ministre du Travail se serait mis en danger lors de son interview sur Europe 1, avec une phrase qui aurait pu être interprétée comme un avertissement. « J’ai l’âme et la conscience tranquille et j’ai été exemplaire. Et peut-être plus que vous ne le pensez, parce qu’il y a des choses que je ne peux pas dire ici. »

« Il est mort à cause de cette menace », estime aussi la secrétaire de Robert Boulin dans « Envoyé spécial ». « Mon père disait à ma mère : ‘Ce sont des assassins, ils nous tueront tous. Cette histoire finira mal.’ Mais il ne voulait pas se laisser faire », se souvient Fabienne Boulin Burgeat. Selon elle, son père aurait pu révéler des affaires gênantes, notamment sur le financement des partis politiques. Le jour de sa disparition, l’ancien résistant aurait sorti des dossiers du coffre-fort de son bureau, rappelle sa fille. Son frère Bertrand affirmera, en 1984, avoir vu les noms de certaines de ces chemises confidentielles : « Groupe Dassault Fonds publics alloués ; Elf Aquitaine Transactions ; Sécurité sociale Détournements ; Arabie saoudite Avions et dons. »

Il savait qu’il avait en face des gens sans scrupule et que la vie d’un homme ne pèse pas face à l’ambition du pouvoir.

Fabienne Boulin Burgeat, à franceinfo

La fille du ministre raconte également les avertissements reçus par son père par plusieurs « amis ». Jacques Douté, un ami restaurateur, affirme avoir entendu le ministre de la Justice de l’époque, Alain Peyrefitte, conseiller à son collègue : « Reste tranquille, retire tes projets, parce que ‘le grand’ est prêt à tout. » Jacques Douté assure également à Rue89 avoir reçu une confidence inquiétante de son ami trois jours avant sa mort : « Le RPR et le SAC [Service d'action civique] ont reçu des ordres pour m’assassiner. » Ce témoignage va dans le sens de celui de l’ancien ministre Jean Charbonnel qui assure, sur France Inter, que, selon lui, l’affaire Boulin est « un règlement de comptes politique ». Il affirme avoir recueilli les confidences d’un des fondateurs du SAC, Alexandre Sanguinetti, concernant les deux commanditaires de l’assassinat. Les noms de ces derniers ont été remis à la justice par la femme de Jean Charbonnel, après la mort de son mari.

Le SAC, police parallèle du mouvement gaulliste, n’est pas réputé à l’époque pour sa finesse. L’association est d’ailleurs dissoute après la tuerie d’Auriol en 1981, lors de laquelle six personnes d’une même famille sont assassinées par sa section locale de Marseille. C’est d’ailleurs un ancien barbouze du SAC qui livrera le témoignage le plus troublant sur l’affaire Boulin en 1988. Hermann Stromberg assure à L’Humanité avoir vu le ministre s’enfoncer avec des hommes dans un sous-bois de la forêt de Rambouillet pour négocier un dossier. « Ne le voyant pas revenir, nous sommes allés à sa rencontre. Il gisait, mort, au pied d’un talus. »

 

Un acteur reproduit la position du cadavre de Robert Boulin après avoir été sorti de l\'eau, le 28 octobre 2019, sur les berges de l\'étang Rompu (Yvelines).
Un acteur reproduit la position du cadavre de Robert Boulin après avoir été sorti de l’eau, le 28 octobre 2019, sur les berges de l’étang Rompu (Yvelines). (CLEMENT PARROT / FRANCEINFO)

 

« Ils veulent que je meure »

Dans la propriété familiale de Ramatuelle, celle-là même qui s’est retrouvée au cœur de l’affaire Boulin quarante ans plus tôt, Fabienne Boulin Burgeat montre l’impressionnante pile de dossiers consacrée au combat de sa vie. Accompagnée de son mari, de ses enfants et de son chien Mancha (en référence à Don Quichotte), la fille de l’ancien ministre du Travail  refuse de se laisser aller au découragement et espère toujours obtenir la vérité. « C’est un combat citoyen. Je ne peux pas accepter que mon pays dysfonctionne aussi gravement. » Elle a publié un livre en 2011, Le dormeur du Val, pour raconter sa version de l’histoire. Et en 2015, elle obtient la réouverture du dossier, après avoir porté plainte pour « arrestation, enlèvement et séquestration suivis de mort ou assassinat ».

Après quarante ans, le dossier n’est toujours pas fermé, donc ça au moins c’est une belle victoire, au moins on a celle-là.

Fabienne Boulin Burgeat, à franceinfo

Elle avoue que toutes ces années ont laissé des traces, entre les pressions subies, le sentiment d’isolement, la difficulté pour protéger ses trois enfants. Mais elle ne lâche rien. Elle a continué, même après la mort de son frère et de sa mère en quelques mois en 2002. Aujourd’hui, elle s’exaspère de ne pas voir la justice avancer plus rapidement. « Ils veulent absolument que tout le monde meure, que je meure, voilà comment cette affaire d’Etat sera enterrée », souffle-t-elle. Pour secouer l’institution judiciaire, elle a donc décidé d’organiser une reconstitution en présence de témoins de l’époque et de quelques journalistes. « Cette reconstitution sert à montrer à la justice que, quarante ans après, il ne faut plus attendre parce que les témoins encore vivants peuvent permettre d’expliquer que la thèse officielle est inepte », explique-t-elle.

 

Fabienne Boulin Burgeat près de l\'étang Rompu, le 28 octobre 2019, lors d\'une reconstitution.
Fabienne Boulin Burgeat près de l’étang Rompu, le 28 octobre 2019, lors d’une reconstitution. (CLEMENT PARROT / FRANCEINFO)

 

Fabienne Boulin Burgeat espère voir les langues se délier avec le temps. Elle est parvenue à recueillir au fil des années de nouveaux témoignages, comme celui du médecin urgentiste qui a rejoint les deux gendarmes à l’étang Rompu peu avant 9 heures le jour de la découverte du corps. « Il était là. Il avait la bouche hors de l’eau. La face, le nez, l’œil… Il était tout sanguinolent », raconte lors de la reconstitution ce médecin qui a immédiatement pensé à un règlement de comptes. « La position du corps n’était pas une position naturelle pour un mort. On aurait dit qu’il avait été transporté dans une malle. Et puis un noyé, il coule, il ne flotte pas. »

Ce médecin urgentiste, aujourd’hui âgé de 69 ans, se dit sûr de lui quand il indique l’endroit où il a aperçu le corps il y a quarante ans. Problème : l’autre témoin présent lors de la reconstitution, l’ancien inspecteur de police du SRPJ de Versailles, Jean-Pierre Courtel (aujourd’hui âgé de 76 ans), arrivé sur les lieux vers 9h10 le 30 octobre 1979, a une autre version. Les témoignages divergent sur l’emplacement de la voiture et surtout sur l’endroit où le corps a été retrouvé. « Nous avons un problème sur l’emplacement du corps, constate Marie Dosé, l’avocate de Fabienne Boulin Burgeat. Peut-être a-t-il été déplacé pour des raisons logistiques ? Par exemple, pour l’approcher de l’ambulance ? » Au-delà des hypothèses, que le temps n’a toujours pas permis de trancher, l’avocate préfère retenir une chose : « Je constate surtout qu’il est invraisemblable de se suicider ici et de cette façon. » Quarante ans après, la famille Boulin attend toujours la vérité.

Texte : Clément Parrot

 



Au tour d’Isabelle Johanny de se faire de nouveau remarquer…

N’aurait-elle rien de mieux à faire que de repartir en guerre contre le tilde breton, s’interrogent certains.

A mon avis, elle a décidé de se changer les idées alors que se déroulait à Toulouse le procès de l’alter ego féminin de son idole le malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi.

Une petite rage…

Rien de bien méchant…

Il n’y a pas à s’inquiéter, ça va lui passer et elle va tranquillement reprendre ses rédactions de faux criminels et assassinats d’ingénieurs au profit de tueurs en série et mafieux notoires.

 

 

https://www.ouest-france.fr/bretagne/carhaix-plouguer-29270/affaire-fanch-la-vice-procureure-de-brest-relance-la-machine-6582164

Affaire Fañch. La vice-procureure de Brest relance la machine

 

La vice-procureure du tribunal de Brest (Finistère) demande, dans un courrier, aux mairies de sa juridiction, de suspendre l’utilisation du « ñ », une semaine après la décision en cassation du parquet général de Rennes, autorisant le petit Fañch à garder son tilde.

 

Le petit Fañch a pu garder son tilde après la décision de la Cour de cassation, la semaine dernière.
Le petit Fañch a pu garder son tilde après la décision de la Cour de cassation, la semaine dernière. | ARCHIVES OUEST-FRANCE
 

Ouest-France Metig JAKEZ-VARGAS. Modifié le 25/10/2019 à 11h45 Publié le 25/10/2019 à 11h24

 

Le petit Fañch Bernard, de Rosporden (Finistère), peut, depuis le 17 octobre 2019, porter officiellement son tilde, après plus de deux années de bataille juridique. Mais rien n’est moins sûr pour les futurs Fañch, Fañchig ou Frañsez. La vice-procureure de Brest, Isabelle Johanny, demande, dans un courrier adressé à l’ensemble des mairies de sa juridiction, mardi 22 octobre 2019, de l’aviser en cas d’usage du « ñ ».

« Erreur de saisine »

« Comme vous le savez, la Cour de cassation a rejeté le pourvoi du parquet général de Rennes qui sollicitait l’interdiction d’utiliser le tilde sur le prénom de Fanch. (Sans tilde dans le texte, n.d.l.r)

Cependant, s’agissant d’un rejet « technique », en l’occurrence une erreur de saisine, la cour ne s’est pas réellement prononcée sur la possiblilté d ‘utiliser ce signe. Par conséquent,, si vous étiez confrontés à une telle demande, je vous demande d’y sursoeir et de m’en aviser. J’interoge le parquet général sur ce qu’il convient de faire et je ne manquerai pas de vous tenir infromés dans les prochains jours. (sic) »

« C’est consternant »

« Nous n’en avons donc pas encore terminé avec cette histoire du tilde, s’étonne Christian Troadec, maire de Carhaix et conseiller départemental du Finistère. C’est consternant. La justice doit pourtant bien avoir assez de travail sur des dossiers bien plus importants plutôt que de participer à cet acharnement », estime-t-il.

« Cas isolé »

Interrogé, le parquet général de Rennes affirme qu’il ne s’agit pas d’un mot d’ordre de sa part. « La décision de la Cour de cassation concerne la forme, pas le fond, répète Ronan Le Clerc, secrétaire général du parquet général de Rennes. Nous restons sur l’application de la loi. La décision de la cour d’appel de Rennes, concernant le petit Fañch Bernard, est un cas isolé. »

 



Cyprien Luraghi sur Twitter aujourd’hui

 

 

Cyprien Luraghi sur Twitter aujourd'hui dans AC ! Brest Cyprien%2BLuraghi%2Bsur%2BTwitter%2B_%2B_%2540Ludivine_Bantig%2BVous%2Besp%25C3%25A9rez%2Ben_%2B-%2Btwitter.com

 

Il est particulièrement bien placé pour évaluer tout l’intérêt ou l’efficacité du système judiciaire français, lui qui devrait être à l’ombre depuis si longtemps et poursuit encore toutes ses exactions le plus tranquillement du monde, en toute liberté…

 



Procès de la démembreuse de Toulouse : le réquisitoire me convient

Il ne cautionne aucune des exactions du malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi à mon encontre, les condamnant toutes :

https://www.ladepeche.fr/2019/10/25/direct-suivez-le-dernier-jour-du-proces-du-meurtre-du-canal-du-midi-verdict-attendu-ce-vendredi,8503804.php

En ce qui concerne Sophie Masala, elle n’a pas tué sa victime comme elle avait prévu de le faire. Le meurtre tel qu’il a été réalisé, dans une explosion de violences incontrôlée, a finalement précédé l’assassinat programmé et entraîné un changement de plan de la criminelle.

On la voit ensuite s’accrocher à son idée de suicide initiale, nettoyer le visage de sa victime avec un gant de toilette, mais rien n’y fait, ce n’est plus possible, et il lui faut quelques jours pour laisser maturer sa solution finale : le saloir à la Luraghi avec digestion des différentes parties du corps au fil du temps, mais c’est épuisant de tout ramener chez elle, et elle abandonne la majeure partie de son butin en cours de route pour n’en garder que l’essentiel, la tête, le siège de tous ces neurones qu’elle n’a jamais eus ni pu pénétrer.



Comment Cyprien Luraghi éclaire l’assassinat de Maryline Planche

Ce soir, l’audition de Sophie Masala est terminée et je n’hésite plus à parler d’assassinat, ce que je pressentais ayant été confirmé dans l’après-midi :

https://www.ladepeche.fr/2019/10/24/direct-suivez-le-quatrieme-jour-du-proces-du-meurtre-du-canal-du-midi,8501641.php

D’une part, Sophie Masala a bien accusé sa victime de ses propres fautes en les avouant en son nom après l’avoir tuée :

 

Me Boguet, partie civile, lit un long texto envoyé par l’accusée après la mort de la victime, où elle se fait passer pour Maryline évoquant une supposée homosexualité ou le vol des tickets restaurant faussement imputé à la défunte.
« Est-ce que ça n’a pas des allures d’alibi ? Elle serait encore en vie et vous ne seriez pas concerné par sa mort ? Ce n’est pas un alibi ça, si on est terre à terre ? » lance l’avocat.
« Non, pour moi, elle était en vie… »
La partie civile. L’accusée, s’assoie, lassée.
« Ce n’est pas la constitution d’un alibi tout ça ? »
« Non, je ne peux pas vous répondre ».

 

Et d’autre part, elle confirme avoir voulu la remonter chez elle :

 

« Le tronc est jeté plus loin, 4,5 km que les autres membres, pourquoi ? » poursuit David Senat, l’avocat général.

« J’ai marché sans but, je sais pas… On  peut pas être bien dans sa tête quand on a fait ça, je marche, je suis fatiguée ». »Pourquoi ne pas avoir lesté ces éléments après vos recherches sur la poussée d’Archimède ? » continue le représentant de l’accusation. »Je comptais pas les jeter dans le canal, je voulais les enterrer chez moi ».

« Vous pensiez qu’il y avait la place chez vous ? ».

« Oui si vous creusez… Je voulais que Maryline soit à côté de moi, j »ai pas cherché à savoir si c’était bien ou pas bien, je voulais pas la laisser seule… »

 

L’avocat général termine son interrogatoire et s’étonne : « mais vous la laissez agoniser, se putréfier, vous la démembrer, vous la jeter au canal et vous dites à la fin « c’est un être humain il faut que je la garde près de moi » ?
« Même son pire ennemi on lui garde une sépulture ».
« Et le canal du midi c’est une sépulture ? »
« J’ai pas eu la force de remontrer tout chez moi » répond Sophie Masala.
« Le canal ce n »est pas plutôt une volonté d’échapper aux poursuites, que l’on ne retrouve pas Maryline ? »
« Non, non ».
« Pourquoi ne pas l’avoir laissée dans l’appartement Maryline Planche ? ».
« Je sais pas ».
« La tête est à dix centimètres sous le sable, au pied de votre balcon, pourquoi si près ? »
« Je peux pas vous répondre, elle était à côté de moi… »

 

Maryline Planche est sa chose, elle entend avoir sur elle tout pouvoir, notamment celui de lui faire dire ce qui l’arrange, mais doit en passer par son assassinat pour l’obtenir. Le texto n’est pas rédigé dans le but de fournir un alibi à la tueuse, c’est le but même de son crime, qui a bien été prémédité comme le laissent supposer les recherches sur le domicile de la victime un mois plus tôt (voir article ci-dessous).

Le malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi, dont la personnalité est si semblable à celle de Sophie Masala, se comporte de même avec moi – comme également avec ses autres victimes.

Il a cherché à me faire assassiner de multiples manières pour pouvoir ensuite tranquillement publier toute sa version fantasmagorique de ma « biographie » et me faire dire tout ce qui lui chantait sans que je ne sois plus là à le déranger en le contredisant à tout instant.

Ses autres victimes et moi-même sommes ses « personnages », c’est ainsi qu’il nous qualifie dans plusieurs de ses écrits publics, ceux où il s’étale sur les « romans » où il nous met en scène comme cela l’arrange pour se valoriser à nos dépens, après avoir dit-il « étudié » nos « fonctionnements » respectifs  – il emploie bien les mêmes mots que Sophie Masala à propos de sa victime Maryline Planche -, en usant en ce qui le concerne de moyens frauduleux tels piratages informatiques et écoutes illégales.

Le pervers narcissique se nourrit de ses victimes, qu’il s’approprie entièrement.

Le « Konducator » autoproclamé Pascal Edouard Cyprien Luraghi et ses complices « déconnologues » l’ont toujours exprimé à leur manière on ne peut plus clairement (voir ci-dessous à titre d’exemple un extrait de leur blog principal ICI-BLOG du mois d’octobre 2010).

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/proces-demembreuse-toulouse-ce-qu-ont-raconte-telephone-ordinateur-accusee-1740117.html

Procès de la “démembreuse” de Toulouse : ce qu’ont raconté le téléphone et l’ordinateur de l’accusée

 

L'avocat général David Sénat et maître Laurent Boguet, avocat de la famille de la victime. / © Luc Perillat/Drawmyevents

L’avocat général David Sénat et maître Laurent Boguet, avocat de la famille de la victime. / © Luc Perillat/Drawmyevents

 

Mardi 22 octobre 2019, au deuxième jour du procès de Sophie Masala poursuivie pour le meurtre de sa collègue Maryline Planche, des experts en informatique et téléphonie en ont dit – presque – autant que les enquêteurs.

Par Marie Martin Publié le 23/10/2019 à 11:51 Mis à jour le 23/10/2019 à 21:21

Il était un temps, en cours d’assises, où les seules preuves étaient humaines (les témoins) ou biologiques (ADN). Désormais, il y a le numérique.Mardi 22 octobre 2019, deux experts en informatique et téléphonie sont passés à la barre, devant la cour d’assises de la Haute-Garonne. Et ils en ont dit beaucoup.

Leur mission : analyser l’ordinateur et le téléphone de l’accusée.

Que dit l’analyse du smartphone de Maryline Planche ? Trois déclarations d’amour à l’adresse de Sophie Masala dont on sait aujourd’hui qu’ils sont inventés et fabriqués par l’accusée. Par SMS. Après la mort de sa victime.

Mais qu’en est-il de l’ordinateur de l’accusée ? La navigation sur internet indique que Sophie Masala, outre ses consultations de sites « poour adultes », a fait des recherches multipliées sur la résidence de Maryline Planche, sa victime. Et ce, un mois avant les faits.

Puis, après le meurtre, elle rentre à des dizaines de reprises le nom de Maryline Planche dans un moteur de recherche. Avant de se renseigner sur les thèmes suivants : « Tout corps plongé dans un liquide », « Nécrose », « Archimède pour les nuls », « SMS masqué », « J’ai renversé du Destop sur ma peau ».

Par la suite, elle fait des recherches pour un voyage en Corse. « J’avais l’intention de faire croire que Maryline y partait. Pour continuer à gagner du temps« , explique, un peu confuse, Sophie Masala à la cour.

Ce que dit son smartphone est tout aussi troublant. Elle rentre sur le moteur de recherche des phrases comme : « Pourquoi je gâche toujours tout ? », « Géolocalisation SMS », « Kleptomanie », « Tickets resto », « Faute lourde et indemnisation Pôle Emploi », « résidence sous vidoéo-surveillance », « comment chasser des odeurs de viande avariée? ». Et pour finir, « Commissariat Minimes ».

Tout le déroulement d’une affaire, à travers un téléphone et un ordinateur…

 

cyp répond à 91906
Le 17 octobre 2010 à 20:52 | Permalien
Dans le saloir des caves de la Maison de l’Horreur©, on les conserve…
Répondre
91910alain pacifique répond à91907
Le 17 octobre 2010 à 21:00 |Permalien
t’as intérêt à bien le faire dégorger et longtemps, sinon c’est inmangeable.
Répondre
91912cyp répond à91910
Le 17 octobre 2010 à 21:04 |Permalien
Je sais pas ce qu’il raconte comme conneries celui-là, mais te fais pas de mouron : le tonneau de dégorgement est bien garni de gros sel de Dombasle.
Aucun miasme n’y résiste.
Répondre
91916alain pacifique répond à91912
Le 17 octobre 2010 à 21:27 |Permalien
ça me donne faim tout ça. à tout’ !
Répondre
91917cyp répond à91916
Le 17 octobre 2010 à 21:33 |Permalien
J’ai tout bouffé le jambon de Quicouine, par contre. Faut pas m’en vouloir : la surveillance du salage de trolls velus est une tâche physiquement épuisante.
Mais il reste de la poitrine de Pipirella fumée, si ça te tente…
[et bon app' et l'amitié à tout ton petit gang familial!]
Répondre
91918ginkoland répond à91917
Le 17 octobre 2010 à 21:42 |Permalien
la cervelle de Jexiste aussi ?
A 190 de QI ça fait du volume !
Répondre
91919cyp répond à91918
Le 17 octobre 2010 à 21:47 |Permalien
250 de CUI… pas 190.
C’est elle qui dit qu’elle a un CUI de 250, et comme faut pas la contrarier, hé ben on n’y revient pas, nonmais© !
Répondre
91920ginkoland répond à91919
Le 17 octobre 2010 à 22:04 |Permalien
En saumure c’est très bon la cervelle de Jexomil©

Répondre
91921cyp répond à91920
Le 17 octobre 2010 à 22:06 |Permalien
Et celle de Béaouane, elle est bonne en Saussure ?
Répondre
91922ginkoland répond à91921
Le 17 octobre 2010 à 22:21 |Permalien
Accompagné d’une compote d’idées toutes faites c’est excellent…
Répondre
91923cyp répond à91922
Le 17 octobre 2010 à 22:28 |Permalien
Un plat de roi digne de Louis XV et des agapes de sa loge maçonnique !
Répondre

91934Mon-Al répond à91920
Le 17 octobre 2010 à 23:45 |Permalien
La cervelle de jex à la Grenobloise, au beurre noir, des câpres et un filet de vinaigre … au moins il servirait à quelque chose :-)
Répondre
91936cyp répond à91934
Le 17 octobre 2010 à 23:58 |Permalien
Et en prime t’es pétée aux médocs en en bouffant une tranche :-) ))
Répondre
91940Mon-Al répond à91936
Le 18 octobre 2010 à 0:04 |Permalien
Il faudrait peut-être la faire flamber alors !
Répondre
91943cyp répond à91940
Le 18 octobre 2010 à 0:22 |Permalien
Ouaip, c’est souhaitable…

 



12345...293

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo