Pédophilie : comment une famille de Bourgoin-Jallieu en Isère vivait d’amour et d’eau fraîche (ironie)

Comment ne pas penser au malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi quand on lit ce genre de choses (voir article ci-dessous) ?

Notons à ce propos qu’il a encore « conquis » quelqu’un sur Twitter :
 

Pédophilie : comment une famille de Bourgoin-Jallieu en Isère vivait d'amour et d'eau fraîche (ironie) dans AC ! Brest Samuel%2BDelacre%2Bsur%2BTwitter%2B_%2B_%2540GaelJouneau%2B%2540inspecteurcrou1%2B%2540Ri_%2B-%2Btwitter.com

 

 

https://www.francetvinfo.fr/societe/harcelement-sexuel/viols-d-enfants-en-isere-on-entendait-vraiment-des-cris-des-insultes-en-plein-milieu-de-la-nuit_3225303.html

Viols d’enfants en Isère : « On entendait des cris, des insultes en plein milieu de la nuit »

 

Sept personnes sont mises en examen pour viols et agressions sexuelles sur une fratrie de trois enfants de 4 à 10 ans. La mère, l’oncle et la grand-mère des enfants sont notamment impliqués dans cette affaire. Un voisin témoigne pour franceinfo.

 

Illustration de Bourgoin Jallieu
Illustration de Bourgoin Jallieu (GOOGLE MAPS / FRANCEINFO)

« En plein milieu de la nuit, on entendait vraiment des cris, des insultes », témoigne à franceinfo un voisin d’une famille de Bourgoin-Jallieu en Isère au cœur d’une affaire de pédophilie. Sept personnes sont mises en examen pour viols et agressions sexuelles sur une fratrie de trois enfants de 4, 7 et 10 ans, dont leur mère, leur beau-père, leur oncle et leur grand-mère.

« C’était des insultes, j’ai l’impression que c’était surtout le garçon. Il devait avoir des problèmes pour dormir et en plein milieu de la nuit, on entendait vraiment des cris, des insultes. J’avais même fait appel à la police », raconte ce voisin.

Selon les témoignages du voisinage recueillis par le journaliste de franceinfo sur place, la mère, le beau-père et les trois enfants vivaient dans un appartement aux murs sales d’un immeuble rénové d’une cité HLM d’où émanait une mauvaise odeur. Le couple ne travaillait pas, promenait ses deux chiens et fumait du cannabis.

Les enfants avaient été placés par l’Aide sociale à l’enfance en janvier 2018 en raison de carences éducatives mais ils voyaient toujours leur famille qui aurait continué les abus sexuels jusqu’à l’automne 2018, au moment où l’aîné a révélé les faits.

D’après une personne proche de la famille, la mère aurait elle-même subi des violences sexuelles dans sa jeunesse.

 



Unbelievable, l’histoire vraie d’une jeune fille accusée d’avoir inventé son viol

Un sujet d’actualité alors que l’on découvre de plus en plus de violeurs en série…

Le cauchemar raconté par la série est quand même le lot commun de l’immense majorité des victimes de viol qui osent porter plainte, lesquelles ne représentent déjà qu’une infime partie de toutes les victimes bien réelles…

Dans ce cas particulier, personne n’a voulu y croire en raison du profil psychologique de la jeune fille. Mais quasiment toutes les victimes sont traitées de folles, quelles qu’elles soient en réalité. Les spécialistes du traitement judiciaire des affaires de moeurs, y compris les experts psychiatres appelés à la rescousse par les magistrats soucieux de se couvrir en justifiant leurs refus d’informer avec les inventions délirantes de tels « médecins », sont tous passés maîtres en l’art et la manière de disqualifier les victimes.

Ainsi, par exemple, dans une affaire de pédophilie de la région brestoise : le juge d’instruction Raymond André – dont le décès au mois de février dernier a heureusement mis fin à trente années de saloperies en tous genres – n’ayant pu dissuader la victime de poursuivre en fixant le montant de sa consignation à la coquette somme de 20.000 F de l’époque (3.000 € d’aujourd’hui) alors qu’elle était étudiante et sans aucun revenu (méthode illégale, mais très fréquente, constituant l’un des nombreux obstacles auxquels se heurtent les victimes que la « justice » refuse catégoriquement d’entendre, surtout à Brest), les honoraires très élevés de l’avocat qui l’assistait très mollement (environ 50.000 F de mieux) n’étant pas non plus un problème pour elle du fait que ses parents, financièrement aisés, avaient décidé de tout payer, l’un des complices habituels du juge pour de telles affaires avait été désigné pour procéder à son expertise psychiatrique. Or, celle-ci avait conclu qu’au lieu de porter plainte contre ses violeurs, la victime aurait mieux fait de les remercier pour avoir « comblé un vide dans sa vie » (sic), après quoi le pervers Raymond André avait pu prononcer le non-lieu de ses voeux, puis organiser le procès de la plaignante pour « dénonciation calomnieuse ». Il s’agissait d’une affaire de viols commis durant plusieurs années par un couple d’instituteurs sur les très jeunes enfants qui lui étaient confiés par l’Education nationale et des parents qui bien évidemment ne se doutaient de rien. Une seule de leurs nombreuses victimes avait donc pu, une fois parvenue à l’âge adulte, réunir tous les moyens nécessaires pour déposer contre eux une plainte avec constitution de partie civile (entre autres : être toujours en vie, ne s’être pas suicidée comme d’autres victimes des mêmes pédophiles, n’avoir non plus sombré dans la drogue ou la prostitution comme certaines de ses anciennes camarades de classe passées entre les mains des mêmes, être soutenue par ses parents, lesquels étaient assez riches pour tout assumer). Les éléments de preuve qu’elle apportait, comprenant des résultats d’examens médicaux comme des photographies prises par les pédophiles eux-mêmes et offertes à leur victime en guise de « cadeaux souvenirs » d’un goût douteux, étaient indiscutables et ne laissaient pas place au doute. D’où la conclusion assez spécieuse de l’expert psychiatre, une femme exerçant à l’hôpital psychiatrique de Bohars, du CHU de Brest : non, la plaignante ne mentait pas, mais elle aurait bien dû remercier ses violeurs au lieu de porter plainte contre eux… Elle a été condamnée – la plaignante, pas la psychiatre. Et ses parents ont dû derechef tout payer, au prix fort.

 

 

http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18683849.html

Unbelievable sur Netflix : l’histoire d’un viol auquel personne n’a voulu croire

 

Par CT — 13 sept. 2019 à 11:00

 

« Unbelievable » s’annonce comme la nouvelle série coup de poing de Netflix. Centrée sur une affaire de viol, elle raconte comment la parole de la victime a été remise en cause. A découvrir dès aujourd’hui sur la plateforme.

De quoi ça parle ?

L’histoire vraie de Marie, une adolescente accusée d’avoir menti sur le fait d’avoir été violée, et de l’enquête menée par deux détectives.

Une série coup de poing

Après une promotion plutôt discrète, Unbelievable vient rejoindre le catalogue déjà bien fourni des productions Netflix. Et pourtant, cette série a de quoi faire parler d’elle puisqu’elle adapte l’histoire, difficile à croire mais pourtant si courante, d’une jeune adolescente de 18 ans violée et dont la parole a été remise en cause à la fois par la police et par ses proches. Il faut dire que le profil psychologique de la victime n’est pas des plus rassurants : Marie (son nom a été changé) a passé les dernières années à passer de familles d’accueil en familles d’accueil. Selon ses proches, elle ne recherche que de l’attention. Pour avoir menti à la police, elle encourt jusqu’à 1 an de prison. Deux ans plus tard, deux détectives se lancent sur la piste d’une violeur récidiviste et réalisent que Marie n’avait rien inventé.

A travers cette histoire bouleversante, Unbelievable aborde un sujet délicat et rarement abordé à la télévision. Les scénaristes de la série se sont basés sur le podcast « Anatomy of Doubt » et l’article primé d’un Pulitzer écrit par T. Christian Miller and Ken Armstrong. Ces derniers y nous font comprendre le trauma que la jeune femme a vécue, après avoir vu que tout le monde rejetait son témoignage.

Unbelievable, l'histoire vraie d'une jeune fille accusée d'avoir inventé son viol dans Calomnie 4704322

 

Dans une interview donnée à Refinery29, la showrunneuse Susannah Grant explique vouloir pointer du doigt les méthodes de la police : « Il y a plusieurs choses dont on entend parler quand il s’agit de dénoncer un viol. Tout d’abord, que l’enquête est vue comme une nouvelle agression. Pareil quand la victime se fait prélever des indices. Plutôt que d’accepter cela, nous avons voulu lancer un pavé dans la mare et parler de ce sujet-là à un niveau plus viscéral, pour que chacun puisse comprendre que c’est tout ceci est vrai« .

Unbelievable s’annonce comme une série forte, qui a la puissance de retourner l’opinion publique, à la manière d’un Dans leur regard, autre production Netflix qui revenait sur l’histoire vraie des Cinq de Central Park. Et elle n’hésite pas à montrer des scènes crues pour y parvenir. La série compte aussi sur un casting solide : Kaitlyn Dever (vue dans Booksmart) incarne l’héroïne, Toni Collette et Merritt Wever se glissent dans la peau des deux détectives.

Composée de 8 épisodes d’1 heure, Unbelievable ne comptera qu’une seule saison.

Partager cet article
Dans cet article
Unbelievable
Unbelievable
Série ( 2019 )

Voir sur Netflix

 

http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18684140.html

Unbelievable sur Netflix : que vaut la série qui raconte l’histoire vraie d’une jeune fille accusée d’avoir inventé son viol ?

 

Par Léa Bodin — 13 sept. 2019 à 18:00

 

« Unbelievable », disponible dès aujourd’hui sur Netflix, raconte l’histoire vraie de Marie, accusée par la police d’avoir inventé son viol. Que vaut cette nouvelle série portée par Toni Collette et Merritt Wever et qui s’attaque à un sujet sensible ?

0621582 dans Corruption

Beth Dubber/Netflix

 

De quoi ça parle ?

L’histoire vraie de Marie, une adolescente accusée d’avoir menti sur le fait d’avoir été violée, et de l’enquête menée par deux détectives.

Créée par Susannah Grant, avec Kaitlyn DeverToni Collette et Merritt Wever.

Disponible sur Netflix à partir du 13 septembre.

Ça ressemble à quoi ?

 

Ça vaut le coup d’oeil ?

Il faut prendre le temps d’apprécier Unbelievable comme il se doit. La série est adaptée de l’histoire vraie d’une adolescente de 18 ans accusée par la police et par ses proches d’avoir inventé son viol. Deux ans après l’agression de Marie, deux inspectrices se lancent sur la piste d’un violeur en série et font le lien avec son témoignage. L’affaire a été relatée par T. Christian Miller and Ken Armstrong dans l’article An unbelievable story of rape publié dans The Marshall Project récompensé par un prix Pulitzer et racontée dans le podcast Anatomy of Doubt, les deux sources principales de la série.

Créée par une femme, Susannah Grant, Unbelievable se déploie tout en finesse et en sobriété et s’attache particulièrement à mettre en scène le traumatisme des victimes, notamment celui de Marie : on étouffe avec elle, on ressent son angoisse, sa solitude et son désespoir de ne pas être crue. Le premier épisode pose le décor et les bases de cette terrible injustice puis, peu à peu, on bascule dans l’enquête, sans jamais perdre de vue ce que traverse la jeune fille.

Dans ce Mindhunter au féminin, qui rappelle également nombre d’épisodes de New York Unité Spéciale, c’est le female gaze qui prime : le regard des femmes, qu’elles soient victimes ou enquêtrices. Devant la caméra, les comédiennes sont impeccables. Kaitlyn Dever, qui incarne Marie et que l’on a vue récemment dans Booksmart sur Netflix, est bouleversante et juste. Toni Collette, qui surjoue un peu le côté badass dans ses premières apparitions, finit par former un tandem très attachant avec Merritt Wever, qui se révèle absolument parfaite dans le rôle de cette flic à la fois douce et pugnace, toujours à l’écoute des victimes.

Unbelievable évoque également la série d’Ava DuVernay Dans leur regard, en cela qu’elle propose une relecture des événements du point de vue des laissés pour compte tout en réhabilitant les victimes d’un système terriblement faillible. Malgré tout, la série n’oublie jamais de montrer qu’en écoutant mieux, en formant correctement les policiers – ici, à recueillir les plaintes pour viol -, en laissant de côté les préjugés, on peut éviter que de tels drames se reproduisent.

Partager cet article
Dans cet article
Unbelievable
Unbelievable
Série ( 2019 )

Voir sur Netflix



Affaire Joël Le Scouarnec : déjà une soixantaine de plaintes contre le chirurgien pédophile

J’attends maintenant le moment où nous apprendrons que des victimes avaient bien porté plainte par le passé, et comment elles ont été traitées.

En effet, étant donné qu’elles semblent effectivement se compter par centaines, il est très difficile de concevoir qu’aucune d’entre elles ne s’était jamais plainte de rien.

Notons que pour une fois le site 20minutes.fr a bien relayé l’information :

https://www.20minutes.fr/justice/2600991-20190910-affaire-pedophilie-jonzac-ex-chirurgien-desormais-vise-soixantaine-plaintes

Il s’agit de son tout premier article sur cette affaire depuis la publication de celui-ci :

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/08/23/le-site-20minutes-fr-en-symbiose-totale-avec-les-pedocriminels/

 

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/pedophilie-l-ex-chirurgien-de-jonzac-vise-par-une-soixantaine-de-plaintes-1568195975

Pédophilie : l’ex-chirurgien de Jonzac visé par une soixantaine de plaintes

 

Mercredi 11 septembre 2019 à 11:59 -

Par , France Bleu La Rochelle, France Bleu, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel, France Bleu Touraine, France Bleu Poitou

Mis en cause dans une affaire de pédophilie, un ex-chirurgien de Jonzac, en Charente-Maritime, est désormais visé par une « soixantaine de plaintes », a indiqué ce mardi le procureur de la République de La Rochelle. Âgé de 68 ans, l’homme est incarcéré depuis mai 2017.

L'ex-chirurgien a exercé dans cet hôpital à Jonzac, en Charente-Maritime
L’ex-chirurgien a exercé dans cet hôpital à Jonzac, en Charente-Maritime © Maxppp – Gobin Marie-Laure

Jonzac, France

L’ex-chirurgien de Jonzac, en Charente-Maritime, déjà accusé par au moins quatre mineurs de viols et agressions sexuelles, est désormais visé par « une soixantaine de plaintes » de victimes potentielles, a indiqué ce mardi le procureur de la République de La Rochelle. Fin août, nos confrères de la Charente Libre révélait que des carnets décrivant « des choses absolument abominables«  avaient été découverts au domicile de cet homme, âgé de 68 ans. Ces carnets détaillaient des actes sexuels, près de 200 au total. Depuis cette découverte effectuée dans le cadre d’une perquisition à son domicile, les enquêteurs recherchent d’autres éventuelles victimes.

Bretagne, Touraine et Charente-Maritime

Placé en détention provisoire depuis mai 2017, Joël Le Scouarnec a été renvoyé devant la cour d’assises de Charente-Maritime, à Saintes, où il devrait être jugé en début 2020 pour viol sur mineur de moins de 15 ans par personne ayant autorité, agressions sexuelles et exhibition sexuelle. Des faits qui remontent à la période 1989-2017, pendant laquelle le chirurgien a exercé en Bretagne, en Touraine et en Charente-Maritime. C’est grâce au témoignage d’une fillette, sa voisine, que l’homme a été incarcéré.

à lire aussi Pédophilie : « des choses abominables » retrouvées chez un chirurgien accusé de viols et agressions sexuelles

De nouvelles investigations ont été lancées après la découverte de ces carnets. Selon Fransesca Satta, l’avocate des parties civiles, l’enquête a permis de retrouver d’autres victimes potentielles, aujourd’hui adultes, dont certaines ont porté plainte ces derniers mois.

 



Le Breton d’adoption Richard Ferrand mis en examen à Lille

Justement quand l’affaire du chirurgien pédophile Joël Le Scouarnec fait ressurgir la question du traitement spécifique des affaires de moeurs en Bretagne, et tout spécialement dans le Finistère où le Ruthénois Richard Ferrand a élu domicile au début des années 1990, les juges de Lille décident de l’auditionner et le mettre en examen…

A cette occasion, certains médias en publient une photo index levé, montrant clairement une forme de doigt qui ne révèle aucune sorte d’idéalisme, bien au contraire… Sans surprise et assez marrant…

 

https://actu.orange.fr/politique/richard-ferrand-mis-en-examen-les-appels-a-la-demission-se-multiplient-magic-CNT000001iYqwb.html

Richard Ferrand mis en examen : les appels à la démission se multiplient

 

Richard Ferrand mis en examen : les appels à la démission se multiplient
Richard Ferrand, le 19 juin 2019, à l’Assemblée nationale
©Kenzo TRIBOUILLARD / AFP

 

Orange avec AFP-Services, publié le jeudi 12 septembre 2019 à 10h27

Plusieurs responsables politiques, du Parti socialiste à Debout La France, estiment que le président de l’Assemblée doit quitter ses fonctions suite à l’annonce de sa mise en examen. La majorité, quant à elle, fait bloc autour du quatrième personnage de l’Etat.

Richard Ferrand a été mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » mercredi 11 septembre dans l’affaire des « Mutuelles de Bretagne », provoquant des réactions disparates au sein du paysage politique. Si la majorité ainsi que certains autres groupes se montrent peu virulents à l’égard du président de l’Assemblée nationale, d’autres élus demandent la tête du locataire du « perchoir ».

« Difficilement tenable »

Parmi eux, le Premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure, ou encore président de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan. La porte-parole des Républicains Lydia Guirous a, elle, estimé sur RFI que la position du président de l’Assemblée nationale, « quatrième personnage de l’Etat », « va être très difficilement tenable sur le court terme », tout en soulignant « la présomption d’innocence » et la nécessité de « laisser faire la justice ».

« La mise en examen ne signe pas la culpabilité mais la sérénité du débat public suppose que ceux qui exercent des fonctions institutionnelles nationales démissionnent en attendant la décision de justice », a tweeté pour sa part Olivier Faure. Dans son argumentaire, le Premier secrétaire du PS rappelle une phrase de Christophe Castaner, rapportée par le Huffington Post en juin 2017. A l’époque, celui qui était alors porte-parole du gouvernement avait déclaré que « si Richard Ferrand était mis en examen, il serait immédiatement démis de ses fonctions ».

« Je demande à ce que Richard Ferrand démissionne de la Présidence de l’Assemblée nationale! », a quant lancé Nicolas Dupont-Aignan sur Twitter: « Au plus haut sommet de l’Etat, Macronisme rime avec affairisme! ». Richard Ferrand a été mis en examen dans la nuit de mercredi à jeudi à Lille pour « prise illégale d’intérêts » dans l’affaire des Mutuelles de Bretagne.

Il a aussitôt annoncé être « déterminé à poursuivre (sa) mission » à la tête de l’Assemblée. Emmanuel Macron lui garde « toute sa confiance », a souligné la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye, estimant qu’il n’y a « pas de logique politique » à ce que Richard Ferrand démissionne. L’argument a été repris à peu près tel quel par ses collègues Jacqueline Gourault (Cohésion des territoires) et Sébastien Lecornu (Collectivités) dans d’autres interviews. »Il y a un principe intangible qui vaut pour chaque Français et qui vaut aussi pour Richard Ferrand: une mise en examen n’a jamais été une présomption de culpabilité. Il n’y a aucune raison pour que le président de l’Assemblée Nationale démissionne », a quant à elle mis en avant la députée Aurore Bergé, porte-parole de LREM.

 

https://www.francetvinfo.fr/politique/affaire/affaire-richard-ferrand/mise-en-examen-de-richard-ferrand-emmanuel-macron-soutient-le-president-de-l-assemblee-nationale_3613495.html

DIRECT. Mise en examen de Richard Ferrand : selon l’avocat d’Anticor, le président de l’Assemblée nationale « doit partir »

 

Le président LREM de l’Assemblée nationale a été mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » dans l’affaire des Mutuelles de Bretagne.

Richard Ferrand, avant une réunion avec Emmanuel Macron à l\'Elysée, le 10 décembre 2018. 
Richard Ferrand, avant une réunion avec Emmanuel Macron à l’Elysée, le 10 décembre 2018.  (LUDOVIC MARIN / AFP)
Ce qu’il faut savoirNouvelle épine dans le pied pour la majorité. Le président LREM de l’Assemblée nationale a été mis en examen, dans la nuit du mercredi 11 au jeudi 12 septembre à Lille (Nord), pour « prise illégale d’intérêts » dans l’affaire des Mutuelles de Bretagne. Il a été entendu par trois juges d’instruction lors d’un « interrogatoire de première comparution » au tribunal de grande instance de Lille, où l’affaire a été dépaysée.Soutenu dans ses rangs. Alors qu’il l’avait déjà soutenu au moment de la révélation de l’affaire en 2017, Emmanuel Macron a renouvelé sa confiance à Richard Ferrand, selon son entourage contacté par franceinfo, jeudi. Plus tôt dans la matinée, le président du groupe La République en marche à l’Assemblée nationale, Gilles Le Gendre, avait également apporté son soutien au président de l’Assemblée nationale, déclarant sur franceinfo : « Je ne doute pas que l’examen des faits démontrera son intégrité. »Il « doit partir » pour Anticor. Interrogé sur franceinfo, Jérôme Karsenti, avocat de l’association anticorruption Anticor qui s’est portée partie civile dans ce dossier, a expliqué : « Pour nous, Richard Ferrand doit partir, en raison de l’équilibre des pouvoirs et de la manière dont les institutions doivent fonctionner ». Il a également jugé que « cette mise en examen [allait] perturber les institutions ».

Il entend rester à son poste. Juste après l’annonce de sa mise en examen, Richard Ferrand a annoncé, dans un communiqué transmis à l’AFP, être « déterminé à poursuivre [sa] mission » à la tête de l’Assemblée. Il a également assuré « rester serein sur l’issue de la procédure, au regard du classement sans suite de l’ensemble des griefs de la première plainte » en octobre 2017, « d’autant plus qu’aucun élément nouveau n’a été versé à ce dossier dans lequel il n’y a ni préjudice ni victime ».

Le live

Suivez le live et réagissez en direct
#FERRAND

Retrouvez ici l’intégralité de notre live #FERRAND

14h15 : Rappelons les principales informations de ce jeudi :

Une phase de concertation jusqu’à début décembre, trois mois de « consultations citoyennes » sur internet et via des réunions publiques, l’objectif d’un vote d’ici l’été prochain : Edouard Philippe a présenté le calendrier de la réforme des retraites.

La Cour de cassation a rejeté le pourvoi de l’ancien secrétaire d’Etat Thomas Thévenoud, rendant définitive sa condamnation pour avoir omis de déclarer ses revenus. Il avait été condamné en appel le 31 janvier 2018 à un an de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité.

Le président LREM de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, a été mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » dans l’affaire immobilière des Mutuelles de Bretagne. Il a fait savoir qu’il comptait rester en poste. L’entourage d’Emmanuel Macron affirme que le président lui a apporté son soutien.

• Les villes de Paris, Lille, Nantes, Grenoble et Clermont-Ferrand ont annoncé qu’elles interdisaient l’utilisation de pesticides. « Un coup de com », a réagi la ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne.

12h07 : Rappelons les principales informations de ce jeudi :

Une phase de concertation jusqu’à début décembre, trois mois de « consultations citoyennes » sur internet et via des réunions publiques, l’objectif d’un vote d’ici l’été prochain : Edouard Philippe a présenté le calendrier de la réforme des retraites, et répondu à certaines interrogations sur la forme qu’elle prendra. Relisez notre direct pour un résumé de ses déclarations.

Le président LREM de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, a été mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » dans l’affaire immobilière des Mutuelles de Bretagne. Il a fait savoir qu’il comptait rester en poste. L’entourage d’Emmanuel Macron affirme que le président lui a apporté son soutien.

• Les villes de Paris, Lille, Nantes, Grenoble et Clermont-Ferrand ont annoncé qu’elles interdisaient l’utilisation de pesticides. « Un coup de com », a réagi la ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne.

11h10 : Sur cette même question du sort des personnalités politiques mises en examen, le journaliste de France 2 Guillaume Daret a retrouvé un tweet … de Richard Ferrand, concernant l’affaire François Fillon : « Une droite voudrait que soit placé dans nos mairies et nos écoles le portrait d’un homme mis en examen, qui a perdu toute autorité morale« , écrivait-il alors.

11h13 : Vous êtes nombreux à pointer la contradiction entre ces deux discours de la part de l’exécutif. Interrogée sur la question sur Europe 1 ce matin, Sibeth Ndiaye, la porte-parole du gouvernement, a assuré que les deux situations n’étaient pas comparables car Richard Ferrand n’est pas ministre mais président de l’Assemblée. Elle a notamment jugé que le fait que Richard Ferrand ait été élu député après l’éclosion de l’affaire et sa démission du gouvernement lui donnait une légitimité nouvelle : « Richard Ferrand, alors que l’affaire était déjà connue, est retourné devant les électeurs (…) qui lui ont témoigné de leur confiance ».

11h06 : Bonjour, lorsqu’il était porte parole du gouvernement, Mr Castaner a annoncé que si mise en examen il y avait, Mr Ferrand démissionerait, pourquoi un tel revirement de situation ?

11h06 : Mai 2017 : Le Premier Ministre déclare : « je me suis fixé un règle claire, si il y a mise en examen, il y aura démission ».

11h06 : Chère franceinfo. Pourriez-vous m’ôter un doute ? N’est ce pas le même exécutif qui soutient Ferrand aujourd’hui malgré sa mise en examen, mais qui disait il y a deux ans environ qu’un ministre (ou autre) n’avait pas à démissionner tant qu’il n’était pas mis en examen ? En gros, c’est quand ça les arrange…

10h26 : Sur Twitter, le député Debout la France Nicolas Dupont-Aignan appelle Richard Ferrand à démissionner. La porte-parole des Républicains Lydia Guirous, invitée de RFI, ne va pas aussi loin, insistant sur la nécessité de « laisser faire la justice », mais elle estime que sa situation « va être très difficilement tenable sur le court terme ».

09h17 : Contacté par franceinfo, le premier secrétaire du PS, Olivier Faure, demande la mise en retrait de son ancien camarade de parti Richard Ferrand, et estime qu’il pourra revenir s’il est blanchi.

09h10 : Faisons un point sur l’actualité de ce jeudi :

Le président LREM de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, a été mis en examen pour « prise illégale d’intérêts«  dans l’affaire immobilière des Mutuelles de Bretagne. Il a fait savoir qu’il comptait rester en poste. L’entourage d’Emmanuel Macron affirme que le président lui a apporté son soutien.

La commission spéciale chargée de l’examen du projet de loi relatif à la bioéthique a voté hier soir l’article 1 du texte, qui élargit la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et femmes célibataires.

#RATP Le trafic sera très fortement perturbé en Ile-de-France vendredi et interrompu sur dix lignes de métro à Paris, en raison d’un large mouvement de grève contre la réforme des retraites. Voici le détail des prévisions de trafic dans la région.

09h08 : @F_BACHELIER @ericwoerth Je ne demande pas sa démission. Présomption d’innocence.J’y suis toujours attaché.Mais politiquement? C’est beaucoup plus délicat!Il s’agit du 4e personne de l’Etat, tout de même. Pas d’un « simple » président de commission.Je maintiens bien mes questions.

09h08 : #Ferrand #MutuellesDeBretagne Au delà des aspects juridiques qui le concernent lui, cette affaire éclabousse, par ricochet, une fois de plus l’@AssembleeNat. Risque de renforcer encore l’antiparlementarisme. Bien mauvais signal pour notre démocratie…Pas besoin de ça, hélas! https://t.co/e7rCfdh7z3

09h08 : De son côté, l’opposition ne se bouscule pas pour réagir à cette mise en examen. Sur franceinfo, le député RN Sébastien Chenu a fustigé les « donneurs de leçon » de la majorité, mais a rappelé que Richard Ferrand était « présumé innocent ». Hier soir, le député LR Philippe Gosselin s’est inquiété sur Twitter de l’effet de cette affaire sur l’image des parlementaires, mais sans demander la démission du président de l’Assemblée.

09h05 : Un proche du président de la République explique ce soutien par l’importance de la présomption d’innocence : « Y renoncer affaiblirait la conception même des droits de la défense et de nos libertés publique », déclare ce proche anonyme à franceinfo.

09h03 : L’entourage d’Emmanuel Macron nous indique que le président de la République a discuté avec Richard Ferrand hier soir, à l’issue de son audition et de sa mise en examen, et l’a assuré lui-même de son soutien.

08h59 : Sur BFMTV, c’est le ministre chargé des Relations avec le Parlement, Marc Fesneau, qui exprime la position du gouvernement sur Richard Ferrand, et défend son maintien en poste. « A chaque fois qu’on accrédite la thèse que parce qu’on serait mis en examen on est coupable, on ne rend pas service à la justice », estime l’élu MoDem.

08h42 : Sibeth Ndiaye insiste également sur le fait que Richard Ferrand est « présumé innocent » et que sa mise en examen n’est pas une condamnation : « On est dans une société où, dès que vous avez vaguement maille à partir avec la justice, dès que vous êtes impliqué dans une procédure, on vous cloue au pilori. On peut peut-être avoir un peu de calme, savoir raison garder », juge-t-elle.

08h39 : « On est dans deux situations complètement différentes. Un membre du gouvernement, il est nommé. Un député, il est élu. (…) Richard Ferrand, alors que l’affaire était déjà connue, est retourné devant les électeurs (…) qui lui ont témoigné de leur confiance ».

Sur Europe 1, la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye défend Richard Ferrand, en établissant une distinction entre sa situation actuelle et celle qui avait entraîné sa démission en 2017. Elle rappelle que le député du Finistère avait été élu après l’éclatement de l’affaire. Il avait démissionné le lendemain pour briguer la tête du groupe LREM à l’Assemblée.

08h05 : De son côté, l’avocat de l’association Anticor, partie civile dans ce dossier, appelle Richard Ferrand à renoncer à la présidence de l’Assemblée. « Pour nous, Richard Ferrand doit partir », affirme Jérôme Karsenti sur franceinfo, estimant que « cette mise en examen [va] perturber les institutions ».

08h00 : Emmanuel Macron soutient Richard Ferrand après sa mise en examen, nous indique son entourage.

07h54 : Pour ce qui est du deuxième volet de votre question, j’avoue ne pas avoir (en faisant de rapides recherches) trouvé de réponse précise. Le seul élément que je peux vous apporter, c’est que Richard Ferrand soulignait en 2017 n’être « ni marié, ni pacsé » avec sa compagne, et ne pas avoir « de patrimoine commun » avec elle.

07h54 : L’association Anticor, qui avait déjà déposé une première plainte, en a alors déposé une deuxième avec constitution de partie civile pour relancer l’affaire, et s’oppose à l’analyse du parquet sur ce point : elle estime que le délai de prescription a commencé à partir des révélations du Canard enchaîné, en mai 2017.

07h54 : Bonjour @anonyme. En 2017, le parquet de Brest avait estimé que « les infractions d’abus de confiance et d’escroquerie » n’étaient « pas constituées, faute d’un préjudice avéré ». Sur le volet de la prise illégale d’intérêts, en revanche, le procureur reconnaissait que le parquet « aurait pu envisager l’ouverture d’une information judiciaire », mais il avait estimé que les faits étaient « prescrits » depuis juin 2015, le délai étant de trois ans.

07h54 : Quels étaient les arguments développés pour l’arrêt des poursuites dans la première plainte ? Je croyais qu’on ne pouvait pas être pouvoir adjudicateur d’un marché public et recevoir une offre de sa famille. Il y a clairement conflit d’intérêt ?

06h35 : « Le président Richard Ferrand doit rester dans ses fonctions. La mise en examen ne préjuge en rien de sa culpabilité. (…) Je ne vois pas en quoi [son] maintien à ses fonctions puisse en rien abîmer l’institution ou perturber son fonctionnement normal. »

Sans surprise, le leader des députés LREM Gilles Le Gendre défend, sur franceinfo, le maintien en poste de Richard Ferrand, qui l’avait précédé à la tête du groupe parlementaire. Il assure ne pas douter « un seul instant que la procédure démontrera son intégrité ».

06h24 : Comme le rappelle Richard Ferrand, une première plainte avait été classée sans suite en octobre 2017. Le procureur de Brest avait invoqué la prescription s’agissant d’un éventuel délit de prise illégale d’intérêts, et jugé que les infractions d’abus de confiance et d’escroquerie n’étaient « pas constituées ». L’association Anticor avait alors déposé une deuxième plainte, avec constitution de partie civile.

06h22 : Si vous avez oublié en quoi consiste cette affaire, nous l’avons résumée dans un article. En substance, il est reproché à Richard Ferrand, qui dirigeait alors les Mutuelles de Bretagne, d’avoir fait louer à l’organisme des locaux appartenant à sa compagne, qui avaient été rénovés aux frais de l’organisme. Les révélations, en 2017, avaient entraîné sa démission du gouvernement.

06h14 : Dans ce même communiqué, Richard Ferrand dit voir sa mise en examen comme une « mesure procédurale » qui « va lui permettre de pouvoir se défendre ». Il assure être « serein » car une première plainte, sans constitution de partie civile, avait été classée sans suite en 2017, et qu’« aucun élément nouveau n’a été versé à ce dossier dans lequel il n’y a ni préjudice ni victime ».

06h12 : Richard Ferrand a immédiatement confirmé son intention de conserver son poste malgré cette mise en examen : dans un communiqué à l’AFP, il s’est dit « déterminé à poursuivre [sa] mission ».

06h09 : Le parquet de Lille a annoncé cette mise en examen vers 0h45, cette nuit, après un « interrogatoire de première comparution » de près de 15 heures au tribunal de grande instance de Lille.

06h20 : Richard Ferrand, président de l’Assemblée nationale, a été mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » dans l’affaire des Mutuelles de Bretagne.

Le Breton d'adoption Richard Ferrand mis en examen à Lille dans AC ! Brest 5d79c77d5ff4e936e2f45d31

(ERIC FEFERBERG / AFP)

06h06 : Rappelons rapidement les principales informations de ces dernières heures :

Entendu hier à Lille, le président LREM de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, a finalement été mis en examen cette nuit pour « prise illégale d’intérêts«  dans l’affaire immobilière des Mutuelles de Bretagne. Il a fait savoir qu’il comptait rester en poste.

La commission spéciale chargée de l’examen du projet de loi relatif à la bioéthique a voté hier soir l’article 1 du texte, qui élargit la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et femmes célibataires.

#RATP Le trafic sera très fortement perturbé en Ile-de-France vendredi et interrompu sur dix lignes de métro à Paris, en raison d’un large mouvement de grève contre la réforme des retraites. Voici le détail des prévisions de trafic dans la région.

On ne se remet pas de l’exploit des Bleus, qui ont battu les Etats-Unis (89-79) en quarts de finale du Mondial de basket hier. L’équipe de France affrontera l’Argentine en demi-finale demain. Elle a par la même occasion décroché son billet pour les JO.



Cyprien Luraghi et les féministes sur Twitter…

Eh bien dites donc, il s’est drôlement assagi, le monsieur !

Du temps où il sévissait sur le site Rue89, il s’amusait comme un vrai fou en organisant avec tous ses copains « déconnologues » des cyberattaques massives contre toute féministe imprudemment tombée dans son champ de vision.

Sur Twitter, il se contente de les bloquer à la suite de quelques échanges même pas houleux.

Serait-ce l’effet Hélène Sergent de 20minutes.fr ?

Selon ses dires, c’est à son instigation qu’il s’est inscrit sur Twitter au mois de février dernier, pour que toutes ses accusations mensongères à mon encontre puissent y rencontrer un écho beaucoup plus large que sur le seul site 20minutes.fr et son propre blog.

Et depuis lors, il n’a cessé de lui lécher les bottes à chacune de ses publications…

Notons au passage que son copain « ohéheinbon », autrefois « Homere » sur Rue89, continue pour sa part à se faire régulièrement « réprimander » par les modérateurs de Twitter…

 

https://twitter.com/CyprienLuraghi/status/1171770258715271169

Conversation

Cyprien Luraghi et les féministes sur Twitter... dans Calomnie kM8w5u0d_bigger
Aur0rax
@Aur0rax
·

12h

Entre « personne n’est parfait » et « avait coutume de coucher avec des filles de 14 ans », y a un gouffre hein. Ce sondage fait suite à une conversation où on faisait mine de s’étriper sur Rita Mitsouko, on a cherché un consensus sur qqun qu’on détestait tous, c’est tout

kM8w5u0d_bigger dans Crime
Aur0rax
@Aur0rax
·

12h

Personne vous demande d’arrêter d’écouter ces gens. « Époque barbare », carrément ? Parce qu’on parle de mecs morts, et qui donc s’en foutent un peu de nos avis ? Je crois qu’il y a un peu choquant sur ce réseau, non ?
wacpeS_-_bigger dans Folie
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
·

8h

Oui, c’est une époque barbare. Une époque de gibets puants, de délateurs, d’ignares qui se la pètent, de gens sans cœur, sans intelligence, sans poésie, sans imagination. Un siècle sans poètes pas calibrés.
kM8w5u0d_bigger dans LCR - NPA
Aur0rax
@Aur0rax
·

6h

La barbarie c’est de violer des gamines.
wacpeS_-_bigger dans Le Post
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
·

6h

Léo Ferré il a violé des gamines ?
kM8w5u0d_bigger dans Luraghi
Aur0rax
@Aur0rax
·

6h

Je l’ignore. Mais il les a sexualisées dans sa chanson dégueu.
wacpeS_-_bigger dans NEMROD34
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
·

6h

Bon, tu sais je crois que je vais arrêter les frais : ça ne sert à rien de discuter, en fait. On n’est pas du tout foutus pareils, voilà tout. Bon appétit et tout et tout.
kM8w5u0d_bigger dans Pédophilie
Aur0rax
@Aur0rax
·

5h

Effectivement je pense que quand on ignore, dans son corps, ce qu’implique le fait d’être sexualisée très jeune par de vieux dégueulasses, on peut se permettre de défendre son chanteur préféré.
wacpeS_-_bigger dans Perversité
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
·

5h

https://icyp.fr/2019/06/09/premiers-outrages/

kM8w5u0d_bigger dans Politique
Aur0rax
@Aur0rax
·

5h

Ok. Je retire. Mais je ne suis toujours pas d’accord. Et je ne comprends que ta haine se déverse sur les gens qui dénoncent les violeurs plutôt que sur les violeurs eux-mêmes.
wacpeS_-_bigger dans Rue89
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
·

5h

Je n’ai jamais fait ce que tu dis. Je déteste quand des gens interprètent ce que j’écris à leur sauce. C’est un procédé malhonnête.
kM8w5u0d_bigger dans Ufoscepticisme
Aur0rax
@Aur0rax
·

5h

Je pense à ça par exemple :
Citer le Tweet
wacpeS_-_normal
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
· 16h
En réponse à @_D_E_F_I @We_Shrubbery et 2 autres
De nos jours il est d’usage de déterrer les cadavres des artistes et de les exhiber en place de Grève. Elle est vraiment moche et nulle à chier, cette époque barbare.
wacpeS_-_bigger
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
·

5h

C’est ce qui se passe, effectivement. Et ça n’implique aucunement ce que tu m’attribues à tort. Tes méthodes me débectent. Je vais te bloquer.
CRFWX4x5_bigger
ohéheinbon
@oheheinbon
·

3h

Bientôt avec toutes ces féministes, on finira tous Homotextuel…
z6HcG8i3_bigger
Monsieur Tschäggättä
@Mr_Tschaggatta
·

3h

ça y est t’es débloqué toi ?
CRFWX4x5_bigger
ohéheinbon
@oheheinbon
·

3h

Ah sinon, oui, hier il m’ont bloqué 12heures seulement… simple réprimande.
fKfrM9mb_bigger
lamo
@ZombieLamo
·

3h

Un blocage de pouléto donc.
CRFWX4x5_bigger
ohéheinbon
@oheheinbon
·

2h

je m’insurgit contre ce haracellement continu !!
wacpeS_-_bigger
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
De pouléto, oui.
Image
2:59 PM · 11 sept. 2019·Twitter Web App

 



1...45678...290

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo