« 2017, on prend les mêmes et on recommence », scande Olivier Besancenot

Comique.

Il n’y a que ses copains de baston qui se soient représentés à l’élection présidentielle cette année comme en 2012, qu’ils soient de l’extrême-gauche ou de l’extrême-droite : Philippe Poutou, Nathalie Arthaud, Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan, Jacques Cheminade.

Qui se dévoue pour l’informer de ce qui se passe hors son champ de vision ?

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/en-direct/a-chaud/35428-dingueca-besancenot-prend-memes-recommence-olivier.html

#Dingueça « 2017, on prend les mêmes et on recommence » : le rap d’Olivier Besancenot contre les candidats à la présidentielle

 

Publié le 05/04/17 à 16:05

C’est un titre du rappeur Ous-D-Ous, qui commence par un discours de Coluche et se termine par… un rap d’Olivier Besancenot, l’ancien candidat à la présidentielle du NPA.

Le titre s’oppose clairement aux hommes et femmes politiques dans leur ensemble : « 2017, on prend les mêmes et on recommence. 2017, politiciens dans l’opulence. 2017, on fera entendre nos voix. Le pouvoir au peuple, il sera temps de virer ces rois », y chante le rappeur.

Et les paroles d’Olivier Besancenot, dont le flow n’est pas mauvais pour un débutant, ne diffèrent pas sur le fond :

« 2017, on prend les mêmes et on recommence. Ecoute-les parler, tu verras le visage de la finance. Il est grand temps qu’on prenne nos propres affaires en mains, qu’on ne se laisse plus représenter par ces politiciens, qui parlent en notre nom alors qu’ils ne connaissent pas nos vies. Leurs promesses sont bidons et l’atmosphère devient pourrie. Ils ne doutent de rien, pourtant rien ne se passera comme prévu, car le système nous saigne pour des repus et corrompus. C’est pas vraiment de chef ou de leader dont on est orphelins, simplement de la conscience qu’on peut écrire notre destin. »

 

http://www.lepoint.fr/politique/presidentielle-2017-on-prend-les-memes-et-on-recommence-04-04-2016-2029891_20.php

Présidentielle 2017 : on prend les mêmes et on recommence ?

 

Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan… Plus de la moitié des candidats déclarés étaient déjà en lice en 2012.

 

Source AFP

Publié le 04/04/2016 à 16:06 | Le Point.fr
Jean-Luc Mélenchon à nouveau candidat à la présidentielle. 
Jean-Luc Mélenchon à nouveau candidat à la présidentielle.  © GERARD JULIEN

 

Avec Jacques Cheminade, qui a annoncé sa candidature ce lundi, dix hommes et femmes politiques se sont déjà déclarés candidats pour la prochaine élection présidentielle. Plus de la moitié étaient déjà en lice en 2012, au risque d’alimenter le ras-le-bol des Français, qui réclament du renouvellement. Avant même que Les Républicains et le Parti socialiste n’aient désigné leurs représentants, que François Hollande et Nicolas Sarkozy n’aient fait connaître leurs intentions, le casting pour 2017 ressemble furieusement à celui de 2012. Sur dix candidats déclarés, six l’étaient déjà il y a cinq ans : Marine Le Pen (FN, 47 ans), Jean-Luc Mélenchon (« hors parti », 64 ans), Nathalie Arthaud (LO, 46 ans), Nicolas Dupont-Aignan (DLF, 55 ans), Philippe Poutou (NPA, 49 ans) et Jacques Cheminade, 74 ans. Un septième, l’écologiste Antoine Waechter (67 ans), était déjà en course il y a près de 30 ans, en 1988. Seuls trois des candidats pour 2017, le député MoDem Jean Lassalle, 60 ans, Paul Mumbach (Les Fédérés), 64 ans, et Bastien Faudot (MRC), 37 ans, font figure de petits nouveaux.

À 13 mois de la présidentielle, l’incertitude est pourtant encore plus forte qu’en 2012 sur ceux qui parviendront finalement à franchir la barre des 500 parrainages d’élus qui leur permettront d’être officiellement candidats. Pour les spécialistes, le décalage est très fort entre l’envie de renouvellement exprimée par les Français et la multiplication de candidatures déjà vues, le sentiment qu’on reprend les mêmes que lors du scrutin précédent. « Il faut être très prudent sur l’offre présidentielle 13 mois avant [...]. Mais si le casting est trop proche de celui de 2012, il y aura une déception, le sentiment que l’attente de renouvellement n’a pas été prise en compte et ça peut fabriquer de l’abstention », estime Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop.

Parrainages publics

Élection-phare de la vie politique française, la présidentielle suscite systématiquement de multiples candidatures. Dix candidats étaient officiellement en lice en 2012, 12 en 2007 et 16 en 2002, quand le socialiste Lionel Jospin avait été devancé par Jean-Marie Le Pen au 1er tour. En 2012, cinq des dix candidats avaient rassemblé un total de 6 % des voix à eux cinq. La présidentielle, notamment la campagne officielle qui commence quinze jours avant le 1er tour, leur assure pourtant une exposition médiatique exceptionnelle. Cas d’école : inconnu des Français en février 2002, Olivier Besancenot (NPA) a réussi à s’imposer durablement en quelques semaines comme une figure de la gauche. Cette fois pourtant, les nouvelles règles concernant l’obtention des parrainages sur le point d’être introduites par le Parlement risquent de compliquer la tâche des petits candidats.

Dans un souci de « transparence », le texte en discussion prévoit la publication intégrale de la liste des élus parrainant un candidat, au lieu d’un extrait de 500 noms tirés au sort. Une publicité qui pourrait dissuader des élus de soutenir des petits candidats, ce qu’ils pouvaient faire discrètement auparavant. Le temps de parole des petits candidats pourrait également être réduit, un principe d’« équité » tenant compte de leur notoriété se substituant à celui d’« égalité » dans les médias durant la période qui va de la publication de la liste des candidats au début de la campagne officielle. Les Français réclament quant à eux résolument le changement. La cote de confiance de François Hollande s’est réduite autour de 15 %, selon les derniers sondages (Ipsos, TNS Sofres) et Nicolas Sarkozy reste loin derrière Alain Juppé en vue de la primaire à droite. Signe d’un rejet de plus en plus marqué par les électeurs d’un nouveau duel Hollande-Sarkozy en 2017. Ce qui n’empêche pas les deux tiers d’entre eux (64 %, Odoxa) d’être persuadés que François Hollande se représentera.

 

http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/03/18/deux-femmes-neuf-hommes-qui-sont-les-candidats-qualifies-pour-l-election-presidentielle_5096791_4854003.html

Qui sont les candidats pour la présidentielle 2017 ?

 

Onze candidats ont obtenu les 500 parrainages nécessaires pour entrer dans la course à l’Elysée, a annoncé samedi le Conseil constitutionnel.

LE MONDE | 18.03.2017 à 11h41 • Mis à jour le 04.04.2017 à 22h57 | Par Service politique

Ils seront donc onze sur la ligne de départ, un de plus qu’en 2012 lors de la précédente élection présidentielle. Deux femmes et neuf hommes, qui ont obtenu les 500 parrainages nécessaires pour être candidat à l’élection présidentielle, a annoncé Laurent Fabius, président du Conseil constitutionnel, samedi 18 mars.

 

Les trois derniers candidats à entrer dans la course sont Philippe Poutou (Nouveau parti anticapitaliste) qui s’était inquiété de sa capacité à obtenir ses parrainages jusqu’aux derniers jours de collecte, Jacques Cheminade (Solidarité et progrès) et Jean Lassalle (Résistons). Ils obtiennent respectivement 573, 528 et 708 parrainages, selon le dernier décompte publié par le Conseil constitutionnel.

Lire aussi :   Présidentielle : ce que nous apprend la course aux parrainages

Les onze candidats de la présidentielle 2017.

Les onze candidats de la présidentielle 2017. JOEL SAGET / AFP

  • Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière)

  • Nathalie Arthaud en meeting à Montpellier, le 3 février. Nathalie Arthaud en meeting à Montpellier, le 3 février. PASCAL GUYOT / AFP

La candidate de Lutte ouvrière (LO), Nathalie Arthaud, va vivre sa deuxième campagne présidentielle, après celle de 2012. Elle avait alors obtenu 0,56 % des voix. Quatre ans plus tôt, en 2008, elle était devenue porte-parole nationale de LO, succédant à la figure emblématique du parti trotskiste, Arlette Laguiller. En 2009 et 2014, elle a été candidate aux élections européennes, où elle a obtenu respectivement 0,84 % et 0,85 % des voix. Elle s’est présentée également aux élections législatives de 2012 en Seine-Saint-Denis, où elle a réuni 2,47 % des suffrages.

Son but : « Faire entendre le camp des travailleurs. » L’enseignante en économie de 47 ans entend incarner une « candidature de classe » qui « permettra aux travailleurs, aux chômeurs, aux exploités de défendre leurs intérêts, à l’opposé de ceux du patronat et des actionnaires qui encaissent des millions et des millions ».

Lire aussi :   Nathalie Arthaud, la candidate qui se réclame du communisme

  • François Asselineau (Union populaire républicaine)

  • François Asselineau à Paris, le 16 mars. François Asselineau à Paris, le 16 mars. JOEL SAGET / AFP

Sa capacité à rassembler les 500 parrainages nécessaires à être candidat à la présidentielle constitue l’une des surprises de cette campagne. François Asselineau, 59 ans, est diplômé d’HEC et de l’Ecole nationale d’administration (ENA). Il a débuté sa carrière comme inspecteur des finances puis travaille au sein de plusieurs cabinets ministériels dans les années 1990. Il a fait partie, en 1999, du Rassemblement pour la France et l’indépendance de l’Europe (RPF), fondé par Charles Pasqua et Philippe de Villiers puis, en 2004, de l’Union pour un mouvement populaire (UMP). Il en a démissionné en 2006, « par opposition à sa ligne européenne et sa position d’alignement sur les Etats-Unis ».

En 2007, il a fondé l’Union populaire républicaine (UPR), un mouvement souverainiste militant pour la sortie de l’Union européenne. Il a été candidat à l’élection présidentielle de 2012 mais n’a recueilli que 17 signatures et échoué donc à se présenter. Cinq ans plus tard, il y est parvenu. La mesure phare de son programme est le « Frexit », la sortie de la France de l’Union européenne.

Lire aussi :   François Asselineau, un candidat favorable à la sortie de la France de l’UE

  • Jacques Cheminade (Solidarité et progrès)

  • Jacques Cheminade à Paris, le 15 novembre 2016. Jacques Cheminade à Paris, le 15 novembre 2016. JOEL SAGET / AFP

A 75 ans, il est le doyen de cette élection présidentielle. Jacques Cheminade, qui se veut le candidat « anti-système », est diplômé d’HEC et énarque. Sa rencontre avec le sulfureux homme politique américain Lyndon LaRouche, classé à l’extrême droite, a donné un virage politique à sa carrière. Il a fondé, en 1996, son parti groupusculaire, Solidarité et progrès, proche de cet idéologue américain complotiste, homophobe et climatosceptique.

Dans son programme, M. Cheminade prône la sortie de l’Union européenne, de l’OTAN, de la zone euro et le retour au franc. Il défend aussi très sérieusement l’idée de coloniser la Lune, en vue d’explorer la planète Mars. Ce candidat est un habitué de l’exercice : en 1981 et 1988, il a échoué deux fois à réunir 500 parrainages avant d’y parvenir en 1995, pour finalement obtenir 0,28 % des voix (et voir ses comptes de campagne invalidés) et en 2012 (0,25 %). En 2002 et 2007, il a tenté à nouveau d’être candidat, sans toutefois parvenir à réunir le nombre de signatures nécessaire.

Lire aussi :   Jacques Cheminade, habitué des campagnes présidentielles

  • Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France)

  • Nicolas Dupont-Aignan à Paris, le 1er février. Nicolas Dupont-Aignan à Paris, le 1er février. ERIC FEFERBERG / AFP

Ancien membre du RPR, du RPF et de l’UMP, Nicolas Dupont-Aignan quitte le parti en 2007 sur fond de désaccord avec Nicolas Sarkozy, à la veille de la désignation de ce dernier comme candidat pour la présidentielle de 2007. Il fonde, dans la foulée, le parti politique souverainiste Debout la République, qui deviendra Debout la France en 2014.

A 57 ans, il est maire d’Yerres (Essonne) depuis 1995, député de l’Essonne depuis 1997 et président de la communauté d’agglomération du Val d’Yerres Val de Seine. Diplômé de l’Ecole nationale d’administration, il a exercé dans plusieurs cabinets ministériels et dans plusieurs cabinets, dont celui de François Bayrou (1993 et 1994) lorsqu’il est ministre de l’éducation, et celui de Michel Barnier (1994 et 1995) lorsqu’il est ministre de l’environnement. Candidat à l’élection présidentielle pour la troisième fois – il avait obtenu 1,79 % des voix au premier tour en 2012 – il espère, en se revendiquant du gaullisme, « tracer son chemin » entre Mme Le Pen et M. Fillon, « entre la rupture dans le drame et la fausse rupture ».

Lire aussi :   Nicolas Dupont-Aignan, le candidat souverainiste, propose une Europe alternative

  • François Fillon (Les Républicains)

  • François Fillon en meeting au Zénith de Caen, le 16 mars. François Fillon en meeting au Zénith de Caen, le 16 mars. LAURENCE GEAI POUR LE MONDE

Conseiller municipal, conseiller régional, député, sénateur, ministre, premier ministre. Depuis son entrée en politique à la fin des années 1970, il n’est guère d’échelon de pouvoir que François Fillon n’ait gravi. Sauf la présidence de la République, qu’il brigue après avoir été le vainqueur surprise de la primaire à droite, en novembre. Mais le député de Paris voit sa campagne bouleversée par l’affaire de l’emploi présumé fictif de sa femme, Penelope, comme assistante parlementaire. Affaire dans laquelle il est mis en examen depuis le 15 mars, alors même qu’il avait dit qu’il avait qu’il renoncerait à sa candidature si une telle situation devait se présenter.

M. Fillon a pris le parti de présenter un programme de « rupture » avec des mesures d’inspiration très libérale : fin des 35 heures, retraite à 65 ans, suppression de 500 000 fonctionnaires et de l’ISF, refonte du code du travail ou encore réforme de l’Assurance-maladie.

Lire aussi :   Hausse de la TVA, fin des 35 heures, retraite à 65 ans… M. Fillon précise les contours de son projet

  • Benoît Hamon (Parti socialiste)

  • Benoît Hamon en campagne à Marseille, le 7 mars. Benoît Hamon en campagne à Marseille, le 7 mars. JEAN-CLAUDE COUTAUSSE / FRENCH-POLITICS POUR LE MONDE

Lui aussi est l’un des vainqueurs surprise des primaires organisées par les partis. En janvier, l’ancien frondeur du gouvernement l’a emporté face à Manuel Valls au second tour de la primaire à gauche, faisant de lui le successeur du Parti socialiste à François Hollande pour briguer l’investiture suprême. Son ancrage à gauche, Benoît Hamon le revendique depuis sa jeunesse. Très tôt, il milite au sein de SOS Racisme avant de prendre sa carte à l’UNEF, principal syndicat étudiant, duquel il est resté proche.

Ministre délégué à l’économie sociale et solidaire (2012-2014), puis de l’éducation nationale (avril-août 2014), M. Hamon compte se démarquer du quinquennat écoulé. Il a notamment fait campagne sur une mesure forte : la mise en place d’un revenu universel d’existence. Il portera, outre les couleurs du parti socialiste, celles d’Europe écologie-Les Verts, Yannick Jadot qui avait gagné la primaire écologiste, ayant annoncé son ralliement à M. Hamon en février.

Lire aussi :   Hamon prend le contre-pied du quinquennat

  • Jean Lassalle (Résistons)

  • Jean Lassalle à Paris, le 2 mai 2016. Jean Lassalle à Paris, le 2 mai 2016. GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Candidat depuis mars 2016, l’élu béarnais a réussi à récolter les 500 parrainages d’élus nécessaires à la dernière minute. Ex-compagnon de route de François Bayrou au Modem, Jean Lassalle va donc vivre sa première campagne présidentielle. Sous la bannière du mouvement Résistons, le candidat se définit comme le « défenseur des territoires ruraux et d’une écologie humaniste ».

M. Lassalle a été élu maire de Lourdios-Ichère, petit village des Pyrénées-Atlantiques de 160 habitants, en 1977, dès l’âge de 21 ans. Il est ensuite devenu député des Pyrénées-Atlantiques en 2002, avant d’être réélu en 2007 et 2012.

Jean Lassalle s’est notamment fait connaître pour sa grève de la faim de trente-neuf jours, en 2006, pour protester contre la délocalisation de l’usine Toyal d’Accous (Pyrénées-Atlantiques) vers le bassin de Lacq, situé 65 kilomètres plus loin.

En 2013, d’avril à décembre, il a parcouru la France à pied et fait plus de 6 000 kilomètres pour aller « à la rencontre de Français ». « Je ne pensais pas que la détestation des politiques atteindrait un tel degré », avait-il constaté à la fin de cette marche. Il s’est par ailleurs fait remarquer en début d’année pour avoir rencontré Bachar al-Assad pendant plus d’une heure, à Damas, avec deux députés Les Républicains.

Lire aussi :   Jean Lassalle, le candidat « défenseur des territoires ruraux »

  • Marine Le Pen (Front national)

  • Marine Le Pen en meeting à Saint-Raphaël, dans le Var, le 15 mars. Marine Le Pen en meeting à Saint-Raphaël, dans le Var, le 15 mars. LAURENCE GEAI POUR LE MONDE

La présidente du Front national aborde sa deuxième campagne présidentielle après avoir, en 2012, obtenu 17,90 % des voix au premier tour. Avant d’entamer une carrière politique, la fille de Jean-Marie Le Pen a été avocate au barreau de Paris, avant de rejoindre le Front national en tant que directrice juridique. En 1998, Mme Le Pen devient également conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais et en 2004, elle est élue députée au Parlement européen où elle sera réélue en 2009 et 2014.

Marine Le Pen a succédé à son père en prenant la tête du Front national en 2011. Elle est aujourd’hui en tête des intentions de vote, avec un programme plaidant la préférence nationale et la sortie de l’euro, et voit également sa campagne marquée par plusieurs enquêtes judiciaires visant son parti et son entourage.

Lire aussi :   Election présidentielle : ce que contient le programme de Marine Le Pen

  • Emmanuel Macron (En marche !)

  • Emmanuel Macron présente son programme à Paris, le 2 mars. Emmanuel Macron présente son programme à Paris, le 2 mars. LAURENCE GEAI POUR LE MONDE

« Ni de droite, ni de gauche », jamais élu mais ancien ministre, le plus jeune des candidats à l’élection présidentielle est aujourd’hui l’un des favoris du scrutin. Diplômé de l’Ecole nationale d’administration, Emmanuel Macron commence sa carrière dans l’administration publique comme inspecteur adjoint des finances et débute un parcours éclair : en 2008, il devient le rapporteur adjoint de la commission Jacques Attali, installée pour relancer la croissance économique du pays. Juste après, il rejoint la banque Rothschild, où il est rapidement promu associé-gérant. Le surnom de « banquier-de-chez-Rothschild » lui collera à la peau.

En 2012, Emmanuel Macron réintègre la fonction publique et est nommé secrétaire général adjoint de l’Elysée avant de rejoindre Bercy comme ministre de l’économie, où il donnera son nom au projet de loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques. Alors qu’il est encore ministre, il lance en avril 2016 le mouvement En marche ! et démissionne du gouvernement le 30 août, avant de déclarer officiellement sa candidature.

Lire aussi :   Programme de Macron : éducation, chômage, retraite, sécurité… les principaux points

  • Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise)

  • Jean-Luc Mélenchon à "l'Emission politique" sur France 2, le 23 février. Jean-Luc Mélenchon à « l’Emission politique » sur France 2, le 23 février. LAURENCE GEAI POUR LE MONDE »

Pour la deuxième fois, Jean-Luc Mélenchon espère faire entendre une nouvelle voix à gauche en se présentant à l’élection présidentielle. Longtemps membre du PS auquel il s’oppose, Jean-Luc Mélenchon a été tour à tour conseiller général de l’Essonne (1985-1992 et 1998-2004) et sénateur de l’Essonne (1986-2000 et 2004-2009). Sous le gouvernement de Lionel Jospin, le candidat de La France insoumise a été ministre délégué à l’enseignement professionnel entre 2000 et 2002.

Après l’élection présidentielle de 2002, Jean-Luc Mélenchon fonde, avec Henri Emmanuelli, Nouveau monde, un courant situé à gauche du PS. Il fera ensuite campagne pour le non en 2005 au référendum du projet de traité constitutionnel européen. Dénonçant la « dérive libérale » du parti et très critique envers François Hollande, il quitte le PS en 2008 avec le député du Nord Marc Dolez. Les deux élus fondent dans la foulée le Parti de gauche. M. Mélenchon, eurodéputé depuis 2009, sera ensuite candidat à l’élection présidentielle de 2012 sous la bannière du Front de gauche où il arrive 4e, avec 11,10 % des voix. En 2017, c’est sous une nouvelle bannière, celle de La France insoumise, qu’il est candidat, avec un programme marqué par davantage d’idées écologistes

Lire aussi :   Nouvelle Constitution, sortie du nucléaire, UE : ce que contient le programme de Mélenchon

  • Philippe Poutou (Nouveau parti anticapitaliste)

  • Philippe Poutou à Montreuil, le 10 mars. Philippe Poutou à Montreuil, le 10 mars. CHRISTOPHE SIMON / AFP

C’est passé de justesse pour Philippe Poutou. Le candidat du Nouveau parti anticapitaliste a réuni in extremis les signatures d’élus, ce qui lui permet d’entamer sa deuxième campagne présidentielle.

A tout juste 50 ans, Philippe Poutou va tenter de faire mieux qu’en 2012, quand il avait rassemblé 411 160 voix au premier tour (1,15 %). Comme il y a cinq ans, sa campagne s’annonce encore difficile, avec la concurrence de Jean-Luc Mélenchon, qui attire sur sa candidature des voix d’extrême gauche. Mais avec son style décontracté et sa parole sans langue de bois, le candidat a, depuis 5 ans, gagné en notoriété… et en sympathie.

Militant d’extrême gauche de longue date, le candidat a fait ses premières armes chez Lutte ouvrière avant de rejoindre la Ligue communiste révolutionnaire (LCR), devenue le Nouveau Parti anticapitaliste en 2009. Mécanicien chez Ford, à Blanquefort (Gironde), où il est syndicaliste CGT, il lutte toujours contre la fermeture de son usine.

Lire aussi :   Philippe Poutou, le candidat ouvrier qui prône les 32 heures

  • Service politique
    Journaliste au Monde


Philippe Poutou « bafoue la présomption d’innocence »

Le représentant des assassins d’ingénieurs dans l’actuelle course à l’élection présidentielle semble avoir bien réussi son coup d’éclat démagogique d’hier soir. Du moins bénéficie-t-il aujourd’hui de relais tout à fait enthousiastes dans quelques médias de masse.

Fait de quelques gros mots et du cinéma habituel des dirigeants de son parti, qui sont bien tous de la clique politicaille la plus CORROMPUE du pays, ce n’est évidemment pas moi qu’il peut tromper, encore moins subjuguer.

Rappelons donc quelques spécificités du NPA, qui n’est pas le parti des ouvriers et n’est même pas un parti politique à proprement parler, puisqu’il n’a jamais présenté aucun candidat à une quelconque élection pour la gagner ou voir ensuite l’éventuel élu participer à la « gestion du capitalisme » contre laquelle il est en lutte perpétuelle.

C’est un groupe terroriste qui cherche toujours à imposer à tous par la violence un système dont plus personne ne veut depuis longtemps, celui de l’ancienne URSS.

Pour obtenir la révolution « communiste » ou « anticapitaliste » de leurs voeux, ses membres s’échinent au quotidien à rendre le système capitaliste en place le plus invivable possible pour les populations qu’ils souhaitent amener à la révolte susceptible de les conduire à prendre le pouvoir et s’imposer enfin… en dictateurs.

Il est bien évident que cette activité « politique » particulière n’a jamais consisté à rechercher une quelconque justice, sociale ou autre, à respecter les droits de chacun ou les lois en vigueur en France ou ailleurs, c’est tout le contraire.

Aussi, le NPA s’est de lui-même assigné la seule mission où finalement il excelle, qui est la défense des élus et fonctionnaires CORROMPUS de tous bords contre leurs victimes.

Et pour ses militants qui constituent des milices ultra violentes au service de tous ces CORROMPUS, tous les moyens sont bons pour dézinguer les victimes qui osent se plaindre ou pourraient éventuellement se plaindre bien avant qu’elles n’aient pu le faire ou voir leurs plaintes aboutir.

Toutes les formes d’assassinats sont ici de mise et n’importe qui peut en être victime.

Mais les violences et acharnements les plus démentiels ne concernent pas les plus faibles, vite balayés par les premières attaques. Ils portent sur les plus forts, les plus résistants, les têtes bien faites, les « gros cerveaux » qui ne s’en laissent pas conter, les ingénieurs.

Oui, M. Schneidermann, les ingénieurs sont bien haïs au NPA.

Non, M. Schneidermann, les ingénieurs ne sont pas des dominants.

Pour la plupart, ce sont des bosseurs et des « cerveaux ». Certains sont plus bosseurs, d’autres sont plus des têtes, des chercheurs qui font avancer sciences et techniques.

Que vous ont-ils donc fait ? Vous passer devant en classe, à vous aussi ?

Ce problème n’est pas le leur mais le vôtre, c’est celui des dominants qui n’ont pas les moyens de leurs ambitions et dont l’avidité devient bien vite envie et jalousie à l’égard de plus brillants qu’eux.

Si vous en êtes encore là, vous devriez consulter.

 

http://lelab.europe1.fr/luc-chatel-porte-parole-de-francois-fillon-estime-que-philippe-poutou-bafoue-la-presomption-dinnocence-3221492

Luc Chatel, porte-parole de François Fillon, estime que Philippe Poutou « bafoue la présomption d’innocence »

 

Publié à 09h19, le 05 avril 2017 , Modifié à 09h53, le 05 avril 2017

 

Luc Chatel, porte-parole de François Fillon, estime que Philippe Poutou "bafoue la présomption d'innocence"

Luc Chatel © Montage Le Lab via captures d’écran franceinfo:
Image Etienne Baldit

Etienne Baldit

etienne.baldit@europe1.fr

PROCÈS OR NOT PROCÈS ? - Philippe Poutou a sévèrement défouraillé, mardi 4 avril lors du premier débat à 11 candidats sur BFMTV et CNEWS, contre les politiciens « corrompus », s’en prenant nommément, vertement et longuement, à François Fillon et Marine Le Pen. Au bout d’un moment, l’ancien Premier ministre, excédé, a grommelé entre ses dents serrées qu’il allait lui « foutre un procès ». On ne sait pas s’il en a réellement l’intention, mais lui et son camp pensent visiblement qu’il y a matière. Luc Chatel, par exemple, ne se montre pas particulièrement énervé contre le représentant du NPA dans cette élection présidentielle, mais estime tout de même qu’il a « bafoué la présomption d’innocence ».

Sur franceinfo: ce mercredi, le député LR et porte-parole de François Fillon évacue les accusations formulées la veille par Philippe Poutou en expliquant qu’il a simplement « fait un coup » Et s’il reconnaît qu’il est « normal » que « ce sujet » des affaires qui touchent son champion (mais aussi Marine Le Pen) soit « évoqué », il considère manifestement que Philippe Poutou est allé trop loin. Il dit :

En même temps, monsieur Poutou bafoue la présomption d’innocence, il parle de ‘corruption’. Donc moi je pense pas que c’est ça que les Français attendaient hier.

Il s’en tient cependant à cette cela, n’annonçant pas d’éventuelles poursuites après les mises en cause du candidat anticapitaliste.

Même son de cloche du côté d’Eric Ciotti, promu mardi secrétaire général adjoint des Républicains chargé des fédérations, sur Radio Classique :

On avait l’impression d’être dans un débat ou une émission de télé-réalité selon la posture qu’ont voulu prendre certains candidats qui se sont fait plaisir et ont voulu faire des coups.

Pour mémoire, Philippe Poutou avait dynamité le débat en déclarant notamment vouloir « exprimer cette colère-là d’en bas contre des ultra-riches, des richesses indécentes, contre ces politiciens aussi corrompus, il y en a qui se reconnaîtront ici autour de la salle ou autour du pupitre ». Plus loin, il avait livré une tirade des plus remarquées :

Depuis janvier alors là c’est le régal, une campagne super. François Fillon, voilà, il est en face de moi. Que des histoires. Et plus on fouille, plus on sent la corruption, plus on sent la triche. En plus, c’est des bonhommes qui nous expliquent qu’il faut la rigueur, qu’il faut l’austérité, et eux-mêmes piquent dans les caisses publiques donc il y a un petit problème de ce côté-là.

[...] Ensuite il y a aussi Marine Le Pen. Pareil, on pique dans les caisses publiques, alors là c’est pas ici, c’est l’Europe. Alors l’Europe, pour quelqu’un qui est anti-européen, ça ne gêne pas de piquer l’argent de l’Europe. Et le pire c’est qu’en plus le FN qui se dit anti-système ne s’emmerde pas du tout, se protège grâce aux lois du système, grâce à l’immunité parlementaire et donc refuse d’aller aux convocations policières.

Sur Europe 1 ce mercredi matin, Philippe Poutou est revenu sur ce coup d’éclat, estimant que beaucoup de Français « attendaient » une expression de la sorte sur les affaires de deux des principaux candidats à la présidentielle. Et de se demander si François Fillon avait vraiment « intérêt à ce qu’il y ait » un procès, tout en disant ne pas vouloir « faire le malin » à ce sujet.

Il est en tout cas devenu une véritable star des internets depuis mardi soir, avec ses punchlines devenues virales.

 

http://www.arretsurimages.net/chroniques/2017-04-05/Le-coup-du-doux-Poutou-id9738

chronique du 05/04/2017 par Daniel Schneidermann

Le coup du doux Poutou

 

Ce contenu est temporairement accessible gratuitement. Partagez-le !

 

J’ai beau tenter de prendre quelques vacances de matinaute, impossible de ne pas revenir sur le moment Poutou. Impossible de ne pas le savourer, s’en délecter comme d’un bonbon qui ne devrait jamais fondre. Impossible de ne pas se repasser la video qui, ce matin, galope partout sur Twitter, de toute l’allégresse de ses petites jambes. Impossible de ne pas se repasser « la » réplique de la soirée, à une Le Pen scotchée. « Nous quand on est convoqués par la police, on n’a pas d’immunité ouvrière, on y va ». Le moment après lequel il n’est plus nécessaire de regarder. Tout le reste, en comparaison, sera fade. Les « petits » à l’assaut des « grands » : l’étrange bastringue lilliputien de BFMTV et CNews, que TF1 s’était évertué à éviter en n’invitant que les « grands », a rempli sa fonction, mission accomplie, le travail est fait, les cartes sont redistribuées, et Le Pen marquée au front comme elle doit l’être. Affaire classée.

nouveau media

Je ne sais trop pourquoi, j’attendais Lassalle. J’ai eu Poutou, et je n’ai pas perdu au change. Le berger n’est pas descendu de ses montagnes. Il repassera à la prochaine transhumance. Ils auraient dû s’en méfier, de Poutou. Déjà avant le début, il s’était fait remarquer en refusant de participer à la « photo de famille ». Poser avec Le Pen ? Poser avec Fillon ? Non merci. Sain réflexe, d’ailleurs. Au nom de quoi « poser avec Le Pen » ? C’est une fête ? Une kermesse ? Un barbecue des voisins ? Une équipe de foot ? C’est la classe 2017 ? Macron peut bien aller le chercher, pour lui demander de poser, non, il n’est pas de cette famille. L’absence de cravate, ensuite, aurait pu alerter. Mais ils n’ont pas dû se méfier. Le doux Poutou. Le gentil Poutou, souffre-douleur préféré de la bande à Ruquier, qui se laisse tondre, et se venge à distance, sur les réseaux sociaux. Hé hé. Les naïfs. Fillon d’abord : « plus on sent la corruption, plus on sent la triche ».Et Le Pen dans la foulée. Strike. C’est Poutou qui a raflé la mise, et qui restera. Il y aura des gifs, des memes, des détournements.

En parlant de Ruquier, Poutou avait dévoilé la vraie nature de l’amuseur, quelques jours plus tôt. Revenant après une précédente séance de tonte, il s’était aussitôt vu reprocher par la bande de s’en être plaint sur Facebook. Ruquier :« Vous avez un double visage, Monsieur Poutou. Je tiens à vous le dire. Sympathique en coulisse, et beaucoup moins sympathique sur Twitter. C’est bien que votre vrai visage ressorte ». A cet instant, c’est le vrai visage de Ruquier, qui ressortait. Pas uniquement le mépris, non. Quelque chose de plus complexe et de plus triste, comme une profonde, sincère incompréhension, que la France ne soit pas uniquement peuplée de gens qui rient des blagues de Ruquier, sont prêts à se laisser ruquieriser, et à poser pour des photos avec la bande à Ruquier. L’éternel « mais pourquoi ne nous aiment-ils pas ? » des dominants, quand un accident de la vie les place face aux dominés.

 



Le Lot, coin de verdure sympa pour gens douteux

Après le pédophile anglais recherché dans toute l’Europe et retrouvé par hasard au mois de janvier dernier à la faveur d’un accident de la route, voilà M. Turtle qui tue sa femme après lui avoir fait payer sa maison d’hôte.

Curieusement, ils se trouvent tous à proximité de Puy-l’Evêque, où de notoriété publique les gendarmes sont hyper sympas avec le malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi, qu’ils autorisent très gentiment à multiplier crimes et délits visant notamment l’Armée ou les autorités militaires françaises, parce qu’ils sont bien d’accord avec lui lorsqu’il leur soutient pour justifier toutes ses immondes saloperies à l’égard de toute ma famille, que les ingénieurs sont tous des fous, y compris ou surtout s’ils travaillent ou ont travaillé sur des projets classés Secret Défense.

Cette fois-ci, ils ont quand même eu des doutes sur ce que leur racontait le « sussepaicte » M. Turtle.

 

http://www.francesoir.fr/societe-faits-divers/lot-l-un-des-pedophiles-les-plus-recherches-d-europe-arrete-par-hasard-il-glisse-sur-une-plaque-de-verglas

Lot: l’un des pédophiles les plus recherchés d’Europe arrêté par hasard, il a glissé sur une plaque de verglas

 

Publié le :

Vendredi 13 Janvier 2017 – 11:22

Dernière mise à jour :

Vendredi 13 Janvier 2017 – 11:37

Un Britannique de 43 ans, qui échappait à toutes les polices d’Europe qui le recherchaient pour des faits de pédophilie, a été retrouvé dans une petite commune du Lot. Il a en effet eu un accident à cause du verglas, et n’a pu cacher sa véritable identité.
Le Lot, coin de verdure sympa pour gens douteux dans AC ! Brest police-francesoir_field_image_de_base_field_mise_en_avant_principale
L’homme a admis qu’il était bien Stephan Carruthers, l’un des pédophiles les plus recherchés d’Europe.

©Bohac Yann/Sipa

 

Les enquêteurs ont parfois besoin d’un coup de pouce du destin pour avancer dans leurs investigations. Mais ce qui s’est passé dimanche 8 sur une petite route du Lot tient du miracle. Stephen Carruthers, 43 ans, un Britannique qui est l’un des pédophiles les plus recherchés d’Europe a en effet été arrêté dans ce département rural de la région Occitanie, par hasard, alors qu’il parvenait à échapper à un mandat d’arrêt européen depuis plus d’un an.

Mais dimanche, au petit matin, ce prédateur sexuel chez qui plus de 5.000 fichiers pédopornographiques ont été saisis –certains montrant des clichés insoutenables d’actes sexuels avec des enfants– a commis une erreur. Il a glissé sur une plaque de verglas sur la commune de Pontcirq. Victime d’un accident de la circulation et blessé, il a été transporté à l’hôpital de Cahors par les pompiers. La police, en contrôlant son passeport dans le cadre d’une procédure de routine pour prévenir sa famille, a eu la surprise de réaliser que l’homme était recherché par toutes les polices d’Europe.

Arrêté en mars 2014 au Royaume-Uni, l’homme avait en effet été laissé en liberté dans l’attente de son procès, sous contrôle judiciaire. Il a réussi malgré tout à se soustraire à cette surveillance, et à quitter le pays. Si son parcours n’est pas encore connu avec certitude, il était locataire –sous un faux nom– chez un autre Anglais sur la commune de Catus… Ce dernier jure qu’il « ne connaissait rien de son passé », et était visiblement « complètement atterré » d’apprendre qu’il logeait un prédateur d’enfants selon les éléments donnés par la police.

L’homme ayant confirmé son identité sur son lit d’hôpital, il a été transféré au commissariat de Cahors, puis à la PJ d’Agen à sa sortie, 48 heures plus tard. Il a été placé en détention provisoire et devrait sans doute être remis aux autorités britanniques.

 

http://www.sudouest.fr/2017/01/18/agen-la-justice-valide-l-extradition-du-pedophile-anglais-presume-3116071-3603.php

Agen : le pédophile anglais présumé sera extradé

 

Publié le 18/01/2017 à 11h16. Mis à jour à 17h17 par Sudouest.fr Lot-et-Garonne.
Agen : le pédophile anglais présumé sera extradé

Stephen Carruthers a été conduit à la maison d’arrêt d’Agen à l’issue de sa comparution mercredi matin.

Ma.C.

Stephen Carruthers, 43 ans, a accepté sa remise aux autorités anglaises, ce mercredi matin devant la chambre de l’instruction de la cour d’appel d’Agen

 

Selon la justice britannique, Stephen Carruthers faisait partie des dix personnes les plus recherchées dans son pays. Arrêté dimanche après un accident de voiture survenu la veille dans le Lot, cet homme de 43 ans, soupçonné d’avoir détenu 5 332 images pédopornographiques, a comparu ce mercredi matin devant la chambre de l’instruction de la cour d’appel d’Agen.

 » Au regard de la conformité du mandat d’arrêt européen, je requiers qu’il soit remis aux autorités judiciaires anglaises », a exposé  l’avocat général chargé des mandats d’arrêt européens, Antoine Leroy.

Stephen Carruthers ayant accepté le principe de l’extradition, la cour d’appel a ordonné sa mise à exécution.

À l’issue de l’audience, le ressortissant britannique a été incarcéré à la maison d’arrêt d’Agen, en attendant sa remise aux autorités de son pays, « qui devrait certainement intervenir d’ici dix à quinze jours », a précisé son avocate, Me Laurence De Behr.

 

Sur le même sujet

Arrêté dans le Lot, un Britannique soupçonné de pédophilie comparaîtra mercredi à Agen 9

Arrêté dans le Lot, un Britannique soupçonné de pédophilie comparaîtra mercredi à Agen

L’homme fait partie des personnes les plus recherchées dans son pays. Il comparaîtra mercredi devant la cour d’appel d’Agen en vue de son extradition

 

http://www.sudouest.fr/2017/04/02/lot-et-garonne-accuse-d-avoir-ecrase-sa-femme-un-anglais-mis-en-examen-3330477-3603.php

Lot-et-Garonne : accusé d’avoir écrasé sa femme, un Anglais mis en examen

 

Publié le 02/04/2017 à 8h28 par SudOuest.fr avec AFP.
Lot-et-Garonne : accusé d’avoir écrasé sa femme, un Anglais mis en examen

Prayssac se trouve dans le Lot, département voisin du Lot-et-Garonne.

Google Street View

Un sexagénaire a été mis en examen pour homicide volontaire aggravé, accusé d’avoir écrasé son épouse en voiture, dans le département voisin du Lot

 

David Turtle, Britannique de 62 ans, a été mis en examen à la suite de l’ouverture d’une information judiciaire par le pôle de l’instruction d’Agen. Il est accusé d’avoir écrasé son épouse en voiture, à Prayssac, dans le département voisin du Lot. Le juge des libertés l’a placé sous contrôle judiciaire et remis en liberté, selon des sources proches de l’enquête.

Le drame s’est noué dans la nuit de jeudi à vendredi. Comme le rapporte La Dépêche, David Turtle est accusé d’avoir roulé sur son épouse, Stephanie, 50 ans, à la suite d’une dispute conjugale qui aurait dégénéré au point de tourner au drame vers 2h30 du matin.

Cage thoracique écrasée

Difficile pour l’heure de savoir dans quelles circonstances exactes le mari en est arrivé à rouler sur le corps de son épouse, mais l’autopsie pratiquée le 31 mars à Toulouse a bien confirmé que celle-ci avait succombé à une mort par asphyxie.  »Un décès provoqué par l’écrasement de la cage thoracique« , confirme dans La Dépêche le procureur de la République Nicolas Septe.

Les pompiers, appelés sur les lieux, n’ont pu que constater le décès de Stephanie Turtle.

Les Turtle avaient racheté une propriété de Prayssac il y a 8 mois à des compatriotes afin d’y développer une activité de maison d’hôte.

 

http://www.ladepeche.fr/article/2017/03/30/2547029-drame-conjugal-prayssac-meurt-sous-roues-voiture-mari.html

Publié le 30/03/2017 à 19:40, Mis à jour le 31/03/2017 à 09:18

Drame conjugal : elle meurt écrasée sous les roues de la voiture de son mari

 

Faits divers

La propriété où s’est déroulé le drame. Le couple  y résidait depuis environ six mois./Photo DDM

La propriété où s’est déroulé le drame. Le couple y résidait depuis environ six mois./Photo DDM

image-zoom dans Attentats

Que s’est-il passé jeudi vers 1 h 30 du matin au Théron, sur la commune de Prayssac ? Une dispute conjugale qui tourne au drame, un huis clos terrible, fait de violences et une victime qui meurt sous les roues d’une voiture conduite par son conjoint sans que l’on sache s’il s’agit d’un accident ou d’un homicide involontaire.

Un ressortissant anglais d’une soixantaine d’années, est en tous cas en garde à la gendarmerie de Puy L’Évêque depuis hier. David Turtle est soupçonné d’avoir commis des violences qui auraient entraîné la mort de son épouse. Une garde à vue qui pourrait être prolongée aujourd’hui.

Peu d’éléments ont filtré sur cette affaire tragique dont le point de départ semble être une dispute conjugale qui aurait éclaté dans la soirée. Les échanges entre le mari et son épouse auraient dégénéré jusqu’à l’épilogue mortel qui serait survenu entre 1 h 30 et 2 heures du matin. Dans des circonstances encore ignorées, l’épouse elle aussi âgée d’une soixantaine d’années, aurait succombé sous les roues du véhicule conduit par son mari. Les enquêteurs de la gendarmerie cherchent à connaître comment l’accident ou l’homicide s’est produit en interrogeant le suspect.

L’autopsie de la victime doit avoir lieu demain matin à l’Institut médico-légal de Toulouse. L’examen du légiste éclairera sur les causes du décès. Il n’est pas sûr qu’il perce le cœur du drame, le moment où toute une vie à deux, bascule dans la tragédie.

JEAN-MICHEL FABRE

 

http://www.ladepeche.fr/article/2017/03/31/2547798-drame-prayssac-lot-epouse-est-morte-cage-thoracique-ecrasee.html

Publié le 31/03/2017 à 17:56, Mis à jour le 01/04/2017 à 07:44

Drame de Prayssac (Lot) : l’épouse est morte la cage thoracique écrasée

 

Faits divers

La maison d'hôte des Turtle devait ouvrir pour la saison estivale. / DDM

La maison d’hôte des Turtle devait ouvrir pour la saison estivale. / DDM

image-zoom dans Calomnie

L’autopsie de Stéphanie Turtle,  qui a péri sous les roues de la voiture de son mari, jeudi vers 2 heures du matin à Prayssac, dans le Lot, a été pratiquée ce matin à l’Institut Médico-légal de Toulouse. L’Anglaise de 50 ans est décédée par asphyxie, la cage thoracique écrasée par le poids du véhicule. Le mari, David Turtle, 62 ans est toujours en garde à vue, il doit être présenté dans la soirée au pôle de l’instruction à Agen pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Pour le parquet de Cahors, les circonstances du décés de la victime  restent suspectes malgré les explications du mari. Le couple  s’était installé à prayssac il y a  huit mois à peine avec l’intention de  transformer  leur belle propriété en maison d’hôte. Ils venaient de déposer un permis à la mairie de Prayssac pour faire construire une piscine.

JEAN-MICHEL FABRE

 

http://www.ladepeche.fr/article/2017/04/01/2548034-la-nuit-ou-le-bonheur-est-devenu-tragedie.html

Publié le 01/04/2017 à 03:49, Mis à jour le 01/04/2017 à 08:51

Drame de Prayssac : la nuit où le bonheur est devenu tragédie

 

Faits divers

La photo du couple prise sur leur terrasse à Prayssac et qui figure sur leur compte Twitter.

La photo du couple prise sur leur terrasse à Prayssac et qui figure sur leur compte Twitter.

image-zoom dans Corruption

Hier soir, David Turtle au terme de sa garde à vue à Puy L’Évêque devait être présenté au juge d’instruction d’Agen. Cet Anglais de 62 ans doit répondre de violences volontaires ayant entraîné le décès de son épouse, Stéphanie, 50 ans. L’autopsie a confirmé que la victime est morte écrasée par la voiture du mari.

La photo qui s’affiche encore sur le compte twitter des Turtle paraît aujourd’hui tellement en décalage avec la réalité dramatique de ces derniers jours. C’est l’été, le couple de nationalité anglaise, pose tout sourire sur la terrasse de leur belle maison aux volets bleus, un verre de vin à la main. Cette image d’un instant de bonheur durant les vacances dernières, télescope la brutalité du fait divers qui a éclaté jeudi devant le pavillon du Théron à Prayssac et qui a conduit à la mort de Stéphanie Turtle. Le huis clos conjugal violent se serait déroulé entre 1 h 30 et 2 heures du matin pour se terminer par une scène terrible lorsque la voiture de David Turtle roule sur le corps de son épouse. Les sapeurs-pompiers appelés sur les lieux vers 2 h 30, ne pourront que constater le décès de la victime tout juste âgée de 50 ans. L’autopsie pratiquée hier à l’Institut médico-légal de Toulouse a conclu à une mort par asphyxie «Un décès provoqué par l’écrasement de la cage thoracique» nous confirmait Nicolas Septe, procureur de la République.

Le mari, David Turtle, 62 ans, se trouvait encore hier après-midi en garde à vue à la gendarmerie de Puy L’Évêque. Il devait être présenté, dans la soirée au pôle d’instruction d’Agen pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

Malgré les quelques explications données par le sexagénaire aux gendarmes chargés de l’enquête sur la mort brutale de son épouse, les circonstances qui ont vu Stéphanie Turtle périr sous les roues de la voiture continuent de paraître suspectes pour le Parquet de Cahors. C’est désormais au juge d’instruction d‘Agen qu’il revient de décider la suite judiciaire de cette affaire.

La bâtisse aux volets bleus du Théron qui il y a quatre jours voyait les artisans se succéder pour réaliser les derniers travaux, semble si vide aujourd’hui. La maison d’hôte est morte avant d’avoir connu son premier été.


Ils étaient arrivés il y a huit mois

Les Turtle avaient racheté cette propriété il y a 8 mois à des Anglais qui en avaient déjà fait une maison d’hôte. Les nouveaux acquéreurs souhaitaient développer cette activité d’hébergement touristique en lui donnant plus d’ampleur à travers une société dirigée par Stéphanie Turtle. D’où les travaux en cours à l’intérieur de la bâtisse fraîchement repeinte. Une demande de permis de construire d’une piscine venait d’être déposée en mairie. Le couple était si discret que les plus proches voisins précisent ne les avoir jamais croisés depuis leur installation.

Jean-Michel Fabre



Horoscope du 22 mars 2017 : que de dissonances !

Très mauvaise journée pour tout le monde, les manipulateurs qui paieront cher leurs saloperies du jour, les abusés qui se fourvoient, comme les victimes des uns et des autres.

 

http://www.rtl.fr/actu/bien-etre/l-horoscope-du-jour-du-22-mars-2017-7787768410

L’horoscope du 22 mars 2017

 

Écoutez ou réécoutez L’horoscope du jour de Christine Haas du 22 mars 2017.

 

Christine Haas L’horoscope du jour Christine Haas

La page de l’émission

publié le 22/03/2017 à 06:44

 

Bélier

Mercure et Pluton sont fâchées jusqu’à dimanche, fin du 2e décan prévoyez une difficulté à communiquer avec un proche ou un collègue. Vous serez face à un mur, à quelqu’un qui ne veut pas vous écouter ou qui retourne votre discours contre vous. A moins que vous ne soyez obligé à garder un secret, que vous ne pouviez pas révéler certaines choses, ce qui vous contrariera. En tout cas, ne poussez pas l’autre dans ses retranchements et si c’est vous qui êtes  » poussé « , prenez le large.

Taureau

Il faudra faire avec un dysfonctionnement. Il peut autant s’agir d’un objet qui soudain marche mal, que d’une relation où les échanges sont pénibles et contradictoires. La dissonance en cause, celle de Mercure et Pluton durera jusqu’à dimanche mais il est possible que vous n’y soyez pas très sensible ; ou alors cela concernera quelqu’un de votre entourage qui vous prendra à témoin de ses problèmes relationnels et que vous chercherez, souvent en vain, à aider.

Gémeaux

Vous avez probablement un projet, natif de mai, personnel ou professionnel, que vous ne pourrez concrétiser qu’au mois de mai quand Vénus ne sera plus rétrograde. En effet, la planète a avancé en Bélier, puis elle recule à présent et ira jusqu’à retourner en Poissons tout le mois d’avril. Elle y sera en dissonance avec Saturne, ce qui n’est pas de très bon augure pour ceux qui sont nés après le 15 juin. Vous vous sentirez attristé, ou bloqué dans votre volonté d’avancer, de bouger.

Cancer

Vous serez sensible à la mésentente Mercure/Pluton, fin du 2e décan et début du 3e. Vous constaterez qu’on ne vous laisse pas vous exprimer : vous êtes bâillonné ! Le mot est peut-être un peu fort, mais il est vrai que si vous êtes né autour des 11 et 12 juillet, vous êtes actuellement dans une relation où l’autre a pris le pouvoir et en abuse, que ce soit au boulot ou à la maison. Et vos paroles sont raillées ou retournées contre vous. Mais vous avez commencé à en prendre conscience…

Lion

Vous sentez que vous devez faire la démonstration de votre volonté et de votre détermination, natif de fin juillet, début août. Mais est-ce vraiment nécessaire ? En tout cas, prenez des gants avec votre hiérarchie ou avec un parent. A priori, vous devriez obtenir que vous désirez mais votre manière d’agir risque de se retourner contre vous. La conjoncture peut aussi s’appliquer à votre vie sentimentale (mêmes natifs) et révéler qu’il y a un obstacle à une relation naissante.

Vierge

Aujourd’hui encore, la conjoncture semble servir vos intérêts, et surtout en matière de finances. Mais vous aurez affaire à un interlocuteur qui sera des plus coriaces. Cette personne cherchera à vous coincer, à trouver la faille, le mensonge, alors que vous n’avez rien fait ou dit de répréhensible. Né autour du 12 septembre, si vous devez vous justifier faites-le par les faits, uniquement par des faits concrets. Des papiers, des justificatifs qui seront les meilleures preuves de votre bonne foi.

Balance

Ce n’est pas le moment d’entamer une discussion ou une négociation, vos interlocuteurs seront insensibles à vos paroles. Attendez la semaine prochaine, la dissonance Mercure/Pluton sera terminée et vous pourrez enfin faire entendre votre voix. Cela concerne surtout ceux qui sont nés autour des 12 et 13 octobre, qui reçoivent actuellement la pénible dissonance de Pluton. Elle crée des situations de crise, qui sont révélateurs de vos craintes, de vos angoisses ou blocages.

Scorpion

Un partenaire affectif ou professionnel vous cherche des poux, vous vous demandez s’il ne s’agit pas d’une volonté de se venger, mais vous ne savez pas de quoi. Ce sont ceux qui sont nés début novembre qui sont les plus concernés par cette conjoncture qui mobilise leurs forces intellectuelles et qui donc les font réfléchir en boucle. Vous vous posez des questions sur l’autre, sur ses comportements, ses buts, mais il faut aussi vous en poser sur vous et sur vos comportements à vous !

Sagittaire

Ça sent bon pour les natifs du 1er décan, qui bénéficient de la rencontre Soleil/Vénus qui va avoir lieu dans un des secteurs les plus valorisants de leur zodiaque. Vous y serez peut-être plus sensible jeudi que les autres jours, mais elle sera active jusqu’au début de la semaine prochaine. Certes, l’aspect n’est pas très fort, certains se sentiront simplement plus confortables matériellement, mais une histoire de coeur débutante peut aussi être au programme.

Capricorne

La Lune est chez vous et ne forme pas de bons aspects. Ne vous étonnez pas si vous vous sentez balloté par la vie, natif du 3e décan. Vous avez une décision à prendre, et vous suivez les injonctions d’Uranus, c’est-à-dire qu’un jour vous avancez et le lendemain vous reculez. Vous êtes polarisé sur le problème, qui vous demande de passer un cap ou de tourner une page, mais il y a des choses à laisser derrière vous et c’est probablement ce qui vous empêche d’aller de l’avant.

Verseau

Soyez attentif aujourd’hui, surveillez une tendance à la distraction, dont vous savez qu’elle peut vous mener loin dans les lapsus et autres erreurs de lecture ou d’écriture. A priori, cela s’adresse surtout aux natifs du 3e décan, qui sont par ailleurs plutôt bien traités par les astres. C’est juste la Lune de ce mercredi qui ne vous sera pas très favorable dans la mesure où vous aurez la tête trop encombrée de pensées et que vous risquez de rater la marche.

Poissons

L’actuelle dissonance de Saturne peut autant gêner ceux du 3e décan, qu’accentuer de beaucoup leur ambition. Certains pourraient s’être fixés un important objectif. Cela ne va pas sans difficultés, bien sûr, avec Saturne ce n’est pas le règne de la facilité et le temps compte énormément : il faut être patient. Et ce mois d’avril qui arrive vous verra justement affronter des obstacles ou être obligé de reculer momentanément. Mais vous repartirez de plus belle après avril.



Encore un excité à Brest…

 

http://www.letelegramme.fr/fait-divers/brest-un-jeune-homme-interpelle-pour-avoir-declenche-des-feux-18-03-2017-11439622.php

Brest. Un jeune homme interpellé pour avoir déclenché des feux

 

Publié le 18 mars 2017 à 07h17
Modifié le 18 mars 2017 à 07h22

 

Plusieurs feux se sont déclarés cette nuit au petit matin dans les rues de Brest. C’est d’abord un abri-bus qui a brûlé à 6h19 boulevard Léon Blum. Puis une voiture rue Paul Masson ainsi que plusieurs conteneurs à poubelles dans une rue avoisinante.

Selon nos informations, un suspect aurait été interpellé à proximité des incendies. Il s’agit d’un jeune homme.

 

http://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/brest-multiples-incendies-une-interpellation-4867996

Brest. Multiples incendies : une interpellation

 

Modifié le 18/03/2017 à 11:19 | Publié le 18/03/2017 à 11:19

  • Quatre voitures et plusieurs poubelles ont été incendiées, dans la nuit de vendredi à samedi, à Brest.

    Quatre voitures et plusieurs poubelles ont été incendiées, dans la nuit de vendredi à samedi, à Brest. | Crédit infographie : Ouest-France

 

Quatre voitures et plusieurs poubelles ont été incendiées, dans la nuit de vendredi à samedi, à Brest.

Il est 3 h 20 quand les pompiers sont appelés pour se rendre rue Sully, dans le quartier de Kerinou, à Brest. Quatre voitures sont en flamme. Des poubelles ont également été victimes du feu.

Un peu plus de deux heures plus tard, à 5 h 45, rebelote. Ce sont cette fois-ci quatre conteneurs qui ont été incendiés, rue Paul-Masson, en face d’un arrêt de bus du haut de la rue. Sur place, ce samedi matin, une voisine témoigne : « Ce n’est pas la première fois, il y en a marre ! Les poubelles ne sont vidées qu’une fois par semaine. Résultat : elles débordent. C’est très dangereux ! »

Une interpellation

D’autres poubelles sont incendées dans la nuit. Les pompiers interviennent à 6 h 04 rue Saint-Pol Roux et à 6 h 40 rue de Kertatupage, à Lambezellec.

Ce samedi matin, la police a confrmé avoir procédé à l’interpellation d’un « jeune » homme, « pour des feux de poubelles »

 

http://www.brest.maville.com/actu/actudet_-brest.-quand-la-ville-fait-le-buzz-avec-ses-faits-divers…_52692-2896988_actu.Htm

logo Ouest-France Mardi 05 janvier 2016 20:04 – Brest

Brest. Quand la ville fait le buzz avec ses faits divers…

3

photo brest figure en bonne place dans ce classement. © infographie ouest-france

Brest figure en bonne place dans ce classement.© Infographie Ouest-France

Il faut le reconnaître, la ville de Brest est souvent citée pour ses faits divers insolites. Un site a établi un classement.

 

Le site BuzzFeed a établi un classement des faits divers de la région intitulé « 28  trucs chelous (louches) qui se sont passés en Bretagne l’an passé ».

La ville trône en très « bonne » place dans cette liste. Sur 28 faits divers – insolites, il faut le dire -, 12 ont pour protagonistes des Brestois !

Menottes en moumoute

Citons, à la 28e place, cet homme énervé contre le système qui avait étalé des excréments sur des distributeurs. À la 36e, ce fêtard qui, ivre, avait proposé à des policiers de se battre. À la 25e, ce cambrioleur muni d’un étrange accessoire… À la 24e, ce festivalier s’étant exhibé sur une voiture de gendarmes. Ou encore à la 19e, ce Brestois ayant vendu des cailloux à la place de la drogue.

Croquettes et poulet cru

La 17e place est occupée par deux cambrioleurs ayant tenté de défoncer un club canin avec un engin de 16 t pour voler des croquettes… À la 14e place, on retrouve un homme qui avait essayé de braquer des commerces avec un couteau à huîtres. Autre style, à la 13e place : ce braqueur qui, pour intimider le boulanger, n’avait pas hésité à couper une baguette de pain !

La 10e place a pour décor le tribunal : jugé pour dégradations, un homme avait cassé la porte de la salle d’audience. Tandis qu’à la 7e place, c’est un supermarché, avec un homme ivre mangeant un poulet cru.

Une toile avec son coq

Sur la deuxième marche du « podium », enfin, on retrouve « Tintin », connu à Brest pour se balader avec des chèvres, qui s’était cette fois-ci endormi au cinéma… avec un coq.

La première place est – logiquement – occupée par ce champion, à Vannes, ayant tenté de faire un massage cardiaque… à un canot pneumatique !

Ouest-France  

 

http://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/

Brest

 

La plus grande ville du Finistère, Brest (140 000 habitants), n’est pas sa préfecture. C’est Quimper et ses 63 000 habitants qui joue ce rôle. Brest est en outre la plus petite métropole de France : malgré sa taille en dessous du seuil fixé par la loi (206 000 habitants au lieu de 400 000), la communauté urbaine de Brest (CUB) est devenue au 1er janvier 2015 la plus petite des 14 métropoles du pays, Brest Métropole Océane.

Dès sa création en 1974, la CUB se caractérisait par une forte intégration des communes et des services mutualisés entre la ville centre et sa communauté. Brest est donc une ville en avance sur les évolutions institutionnelles.

 
Le FN y réalise des scores très bas

Sur le plan politique, Brest est à l’image du département : de gauche, mais sans excès. Le maire François Cuillandre a été réélu en 2014 avec 52,7 % des voix face à Bernadette Malgorn, tête de liste UMP en Bretagne aux régionales de 2010. À l’époque, elle n’avait reçu que 28,8 % des suffrages brestois contre 54 % à Jean-Yves Le Drian.

Avec près de 48 % d’abstention, Brest était très au-dessus de la moyenne nationale aux municipales de 2014. Le Front national y réalise des scores nettement inférieurs au reste du pays (10 % en 2014, 12 % pour Marine Le Pen à la présidentielle de 2012). Fait marquant : la population de la ville a explosé durant les 30 glorieuses (de 75 000 à 166 000 habitants), mais a perdu plus de 25 000 habitants depuis 1975.

 
Célèbre pour son urbanisme et… son climat

Son climat est célèbre pour la forte influence de l’océan, tout au long de l’année. Son urbanisme a lui aussi sa petite renommée : d’abord louée comme la ville la plus moderne de Bretagne dans les années 1950-1960, l’image de la ville ne tarda pas à se ternir dans les années 1970. Dernièrement les façades, dont beaucoup étaient devenues grises avec le temps, ont été recolorisées.

Son développement et son économie se sont toujours construits autour de son arsenal, à l’embouchure de la rivière de Penfeld. La rive gauche, francophone et bourgeoise, s’est développée autour de son château alors que la rive droite, connue pour son quartier de Recouvrance, s’est constituée autour d’une tour médiévale, a toujours été populaire et est restée bretonnante jusqu’au début du XXe siècle.

 



1...104105106107108...250

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo