Nouvelle cyberattaque contre Petitcoucou

Ma publication d’hier concernant Philippe Poutou et sa secte, celle des assassins d’ingénieurs Josette Brenterch, André Garçon, Arnaud Hell, Hubert Casel, feu Michel Le Doaré et autres, a rapidement été suivie d’une nouvelle cyberattaque contre mon système personnel.

En voici une trace :

Sat, 2017-03-11 13:06:35 – UDP Packet – Source:90.228.208.42,57469 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 13:13:57 – UDP Packet – Source:157.50.2.102,53420 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 13:47:31 – UDP Packet – Source:82.247.207.57,65472 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 13:48:31 – UDP Packet – Source:2.10.28.18,55476 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 13:48:31 – UDP Packet – Source:2.14.130.125,54771 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 13:48:31 – UDP Packet – Source:90.102.101.121,49960 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 13:48:31 – UDP Packet – Source:86.253.71.50,59162 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 13:56:51 – UDP Packet – Source:109.218.229.145,1029 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:05:54 – UDP Packet – Source:86.216.233.236,59128 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:06:54 – UDP Packet – Source:2.2.3.143,55356 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:06:54 – UDP Packet – Source:2.7.106.164,62795 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:06:54 – UDP Packet – Source:152.166.115.9,50767 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:07:12 – UDP Packet – Source:78.250.224.126,17584 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:07:12 – UDP Packet – Source:92.157.63.27,57781 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:07:12 – UDP Packet – Source:78.250.224.126,17584 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:07:12 – UDP Packet – Source:92.157.63.27,57781 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:07:12 – UDP Packet – Source:78.250.224.126,17584 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:07:12 – UDP Packet – Source:92.157.63.27,57781 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:07:13 – UDP Packet – Source:78.250.224.126,17584 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:07:13 – UDP Packet – Source:92.157.63.27,57781 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:07:13 – UDP Packet – Source:78.250.224.126,17584 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:07:13 – UDP Packet – Source:92.157.63.27,57781 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:07:13 – UDP Packet – Source:78.250.224.126,17584 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:07:13 – UDP Packet – Source:92.157.63.27,57781 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:07:13 – UDP Packet – Source:78.250.224.126,17584 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:07:13 – UDP Packet – Source:92.157.63.27,57781 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:07:13 – UDP Packet – Source:78.250.224.126,17584 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:07:14 – UDP Packet – Source:92.157.63.27,57781 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:07:14 – UDP Packet – Source:78.250.224.126,17584 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:09:21 – UDP Packet – Source:185.107.86.139,3009 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:09:21 – UDP Packet – Source:37.97.75.207,61153 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:09:21 – UDP Packet – Source:185.107.86.139,3009 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:09:24 – UDP Packet – Source:37.97.75.207,61153 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:09:24 – UDP Packet – Source:185.107.86.139,3009 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:11:12 – UDP Packet – Source:90.76.4.30,59925 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:13:41 – UDP Packet – Source:109.217.209.113,1024 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:13:49 – UDP Packet – Source:109.26.133.111,2070 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:13:49 – UDP Packet – Source:109.217.209.113,1024 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:13:50 – UDP Packet – Source:109.26.133.111,2070 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:13:50 – UDP Packet – Source:109.217.209.113,1024 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:13:50 – UDP Packet – Source:109.26.133.111,2070 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:13:50 – UDP Packet – Source:109.217.209.113,1024 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:13:50 – UDP Packet – Source:109.26.133.111,2070 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:13:51 – UDP Packet – Source:109.217.209.113,1024 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:13:51 – UDP Packet – Source:109.26.133.111,2070 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:13:52 – UDP Packet – Source:109.217.209.113,1024 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:13:52 – UDP Packet – Source:109.26.133.111,2070 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:13:52 – UDP Packet – Source:109.217.209.113,1024 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:13:52 – UDP Packet – Source:109.26.133.111,2070 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:13:52 – UDP Packet – Source:109.217.209.113,1024 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:13:52 – UDP Packet – Source:109.26.133.111,2070 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:13:52 – UDP Packet – Source:109.217.209.113,1024 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:13:53 – UDP Packet – Source:109.26.133.111,2070 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:13:53 – UDP Packet – Source:109.217.209.113,1024 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:13:53 – UDP Packet – Source:109.26.133.111,2070 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:15:32 – UDP Packet – Source:41.231.23.9,1053 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:15:32 – UDP Packet – Source:86.197.100.101,3579 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:15:33 – UDP Packet – Source:41.231.23.9,1053 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:15:33 – UDP Packet – Source:86.197.100.101,3579 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:15:38 – UDP Packet – Source:86.197.100.101,3642 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:15:38 – UDP Packet – Source:86.197.100.101,3579 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:15:38 – UDP Packet – Source:86.197.100.101,3642 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:15:39 – UDP Packet – Source:86.197.100.101,3579 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:15:39 – UDP Packet – Source:86.197.100.101,3642 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:15:39 – UDP Packet – Source:86.197.100.101,3579 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:15:39 – UDP Packet – Source:86.197.100.101,3642 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:15:39 – UDP Packet – Source:86.197.100.101,3579 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:15:39 – UDP Packet – Source:86.197.100.101,3642 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:15:39 – UDP Packet – Source:86.197.100.101,3579 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:15:40 – UDP Packet – Source:86.197.100.101,3642 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:15:40 – UDP Packet – Source:86.197.100.101,3579 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:15:40 – UDP Packet – Source:86.197.100.101,3642 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:15:40 – UDP Packet – Source:86.197.100.101,3579 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:15:40 – UDP Packet – Source:86.197.100.101,3642 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:15:41 – UDP Packet – Source:86.197.100.101,3579 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:16:41 – UDP Packet – Source:86.197.100.101,3642 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:18:42 – UDP Packet – Source:92.134.251.71,60308 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:27:14 – UDP Packet – Source:90.49.48.64,63825 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:40:07 – UDP Packet – Source:92.167.63.233,49547 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 14:57:08 – UDP Packet – Source:83.198.211.19,51918 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 15:02:46 – UDP Packet – Source:188.83.251.241,50841 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 15:16:15 – UDP Packet – Source:86.214.229.243,1024 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 15:32:30 – UDP Packet – Source:89.248.160.193,9561 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 15:33:30 – UDP Packet – Source:89.248.160.193,9561 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 15:33:30 – UDP Packet – Source:89.248.160.193,9561 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 15:33:30 – UDP Packet – Source:89.248.160.193,9561 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 15:33:30 – UDP Packet – Source:89.248.160.193,9561 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 15:36:48 – UDP Packet – Source:185.177.73.200,49436 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 15:39:16 – UDP Packet – Source:92.135.44.22,1024 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 15:39:24 – UDP Packet – Source:90.48.145.121,1025 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 15:39:24 – UDP Packet – Source:92.135.44.22,1024 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 17:04:06 – UDP Packet – Source:78.211.73.148,62310 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 17:05:06 – UDP Packet – Source:80.9.61.154,61468 Destination: – [DOS]
Sat, 2017-03-11 17:05:06 – UDP Packet – Source:92.160.177.208,61140 Destination: – [DOS]

 

Sources :

 

IP-Adresse:

90.228.208.42
Provider: TeliaSonera AB
Region: Linköping (SE)

 

 

 

IP-Adresse:

157.50.2.102
Provider: Freeport-McMoran
Organisation: Freeport Indonesia Incorporated
Region: Chennai (IN)

 

 

 

 

IP-Adresse:

82.247.207.57
Provider: Free SAS
Region: Dunkerque (FR)

 

 

 

IP-Adresse:

2.10.28.18
Provider: Orange
Region: Brest (FR)

 

 

 

IP-Adresse:

2.14.130.125
Provider: Orange
Region: Lampaul-guimiliau (FR)

 

 

 

IP-Adresse:

90.102.101.121
Provider: Orange

 

 

 

IP-Adresse: 86.253.71.50
Provider: Orange
Organisation: France Telecom services offers
Region: Plougastel-daoulas (FR)

 

 

 

 

IP-Adresse:

109.218.229.145
Provider: Orange
Region: Cancale (FR)

 

 

 

IP-Adresse:

86.216.233.236
Provider: Orange
Region: Clermont (FR)

 

 

 

IP-Adresse: 2.2.3.143
Provider: Orange

 

 

 

IP-Adresse: 2.7.106.164
Provider: Orange

 

 

 

IP-Adresse: 152.166.115
Region: Santo Domingo (DO)

 

 

 

IP-Adresse: 78.250.224.126
Provider: Free SAS
Region: Paris (FR)

 

 

 

IP-Adresse: 92.157.63.27
Provider: Orange
Region: Saint-restitut (FR)

 

 

 

IP-Adresse:

185.107.86.139
Region: Merville (FR)

 

 

 

IP-Adresse:

37.97.75.207
Provider: S.c. Gvm Sistem 2003 S.r.l.
Region: Saint-cloud (FR)

 

 

 

IP-Adresse: 90.76.4.30
Provider: Orange
Organisation: France Telecom services offers

 

 

 

IP-Adresse:

109.217.209.113
Provider: Orange
Region: Sarrebourg (FR)

 

 

 

IP-Adresse: 109.26.133.111
Provider: SFR
Region: Le Perrier (FR)

 

 

 

IP-Adresse: 41.231.23.9
Provider: Agence Tunisienne Internet – ATI
Organisation: Tunisia BackBone

 

 

 

IP-Adresse: 86.197.100.101
Provider: Orange
Region: Saint-aubin (FR)

 

 

 

IP-Adresse: 92.134.251.71
Provider: Orange
Region: Millau (FR)

 

 

 

IP-Adresse: 90.49.48.64
Provider: Orange

 

 

IP-Adresse:

92.167.63.233
Provider: Orange
Organisation: France Telecom services offers
Region: Saint-andré-de-sangonis (FR)

 

 

 

 

IP-Adresse: 83.198.211.19
Provider: Orange

 

 

 

IP-Adresse: 188.83.251.241
Provider: PT Comunicacoes
Region: Porto (PT)

 

 

 

IP-Adresse: 86.214.229.243
Provider: Orange
Region: Saint-yvy (FR)

 

 

 

IP-Adresse:

89.248.160.193
Provider: Ecatel LTD
Organisation: Ecatel Network

 

 

 

IP-Adresse:

185.177.73.200
Region: Montroy (ES)

 

 

 

IP-Adresse: 92.135.44.22
Provider: Orange
Region: Orgères (FR)

 

 

 

IP-Adresse:

90.48.145.121
Provider: Orange

 

 

 

IP-Adresse: 78.211.73.148
Provider: Free SAS
Region: Franquevaux (FR)

 

 

 

IP-Adresse: 80.9.61.154
Provider: Orange
Region: Montbrison (FR)

 

 

 

IP-Adresse:

92.160.177.208
Provider: Orange
Region: Lailly-en-val (FR)

 

 

 

 

Bilan :

94 attaques avec 34 adresses IP différentes, dont 27 en France, 1 en Suède, 1 en Inde, 1 en République dominicaine, 1 en Tunisie, 1 au Portugal, 1 aux Pays-Bas, 1 en Espagne.

 



Affaire Troadec : plein phare sur le Léon et l’arsenal de Brest

 

Affaire Troadec. L’or volé de la rade de Brest ? par Letelegramme
 

Cette affaire criminelle qui anime l’actualité depuis une quinzaine de jours a déjà sa fiche dans Wikipédia.

On en fera aussi au moins un film, c’est certain.

Des psychiatres tentent d’analyser le délire du meurtrier présumé tandis que les enquêteurs poursuivent leurs recherches sur l’objet de sa folie, un trésor en pièces et lingots d’or qui semble avoir réellement existé et trouverait son origine dans les transferts d’or effectués dans le plus grand secret de la Banque de France vers l’étranger en 1940 sur ordre du ministre des Finances, alors que l’armée allemande avance à grand pas vers la capitale. 736 tonnes d’or avaient transité par le port de Brest et 50 kg y avaient été perdus, apparemment pas pour tout le monde.

Il leur manque encore les dimensions brestoise et léonarde de cette affaire hors normes qui par ici résonne pourtant comme tant d’autres, la jalousie si commune parmi les ouvriers de l’arsenal, et bien au-delà, caractéristique de nombreux Brestois, ayant encore fait son oeuvre.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Troadec

Affaire Troadec

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Troadec.
Affaire Troadec : plein phare sur le Léon et l'arsenal de Brest dans AC ! Brest 45px-Ambox_currentevent.svg
Cet article ou cette section est lié à une affaire judiciaire en cours. Le texte peut changer fréquemment, n’est peut-être pas à jour et peut manquer de recul. N’oubliez pas que, dans nombre de systèmes judiciaires, toute personne est présumée innocente tant que sa culpabilité n’a pas été légalement et définitivement établie.
N’hésitez pas à participer ni à citer vos sources.
Dernière modification de cette page le 11 mars 2017, à 14:15.  → Sur Wikinews, voir aussi : France : le beau-frère de Pascal Troadec avoue avoir tué la famille.
45px-Questionmark dans Calomnie

L’admissibilité de cette page est actuellement débattue.Vous êtes invité à donner votre avis sur cette page de discussion, de manière argumentée en vous aidant notamment des critères d’admissibilité ou en présentant des sources extérieures et sérieuses.

Merci de ne pas retirer cet avertissement tant que la discussion n’est pas close.

Conseils d’utilisation
Affaire d’Orvault

Type Meurtres, faits divers
Pays Drapeau de la France France
Localisation Orvault
Date 23 février 2017
Participant(s) Hubert CaouissinLydie Troadec
Répression
Arrestations 2
Morts 4

modifier Consultez la documentation du modèle

 

L’affaire Troadec (parfois appelée affaire d’Orvault) concerne l’assassinat des quatre membres de la famille Troadec, à Orvault, commune de la banlieue nord-ouest de Nantes en Loire-Atlantique, en 2017, par un proche. Dans un premier temps, une alerte pour disparition inquiétante a été émise le 23 février 20171. Le 6 mars, l’ex-beau-frère du père de la famille, Hubert Caouissin, avoue le quadruple meurtre, et avoir fait disparaître les corps en les démembrant puis les brûlant ou les enterrant.

Sommaire

Origine de l’affaire

La sœur de Brigitte Troadec s’inquiète d’un silence inhabituel de sa sœur, son beau-frère et leurs enfants : aucun membre de la famille n’a en effet donné signe de vie depuis le 16 février 2017 à leur domicile de la rue d’Auteuil, à Orvault2. Le 23 février 2017, elle alerte les autorités.

Les personnes disparues sont les suivantes :

  • Pascal, le père, 49 ans ;
  • Brigitte, la mère, 49 ans également;
  • Sébastien, le fils, 21 ans ;
  • Charlotte, la fille, 18 ans.

Enquête

Le procureur de la République déclare le 27 février que :

« Si le contexte de violences graves ayant présidé à la disparition de la famille Troadec semble désormais établi, en revanche les circonstances entourant la commission des faits demeurent indéterminées et ne permettent pas de savoir si nous avons affaire à un drame familial ou à l’intervention d’une ou plusieurs personnes étrangères à la famille3. »

Les enquêteurs ont en effet relevé des éléments inquiétants : des traces de sang identifiées comme appartenant à trois des membres de la famille, hormis celui de Charlotte qui n’apparaît nulle part2, et des indices démontrant un départ précipité sans qu’on sache s’il était volontaire ou contraint. Les véhicules des deux parents sont restés dans la propriété de la famille, seule la voiture Peugeot 308 du fils a disparu4.

Le 1er mars, une joggeuse retrouve un pantalon et la Carte Vitale de Charlotte5 près de Dirinon, dans le Finistère (département dont sont originaires les parents). Un livre scolaire au nom de Pascal Troadec est également retrouvé en bord de route, ainsi que deux linges semblables à des draps, dans cette même ville de Dirinon.4.

Le lendemain 2 mars, les policiers retrouvent le véhicule de Sébastien garé sur le parking de l’église Saint-Joseph, dans le quartier de Méan-Penhoët à Saint-Nazaire6,4 .

Le 5 mars, Lydie Troadec, la sœur de Pascal Troadec et son ex-compagnon Hubert Caouissin sont placés en garde à vue au commissariat de Brest. Des traces d’ADN de ce dernier sont retrouvées au domicile des victimes ainsi que dans le véhicule de Sébastien, alors que le suspect a prétendu lors d’une première audition ne plus avoir de contact avec la famille Troadec depuis plusieurs années. Dans la soirée, l’homme avoue le quadruple meurtre. Le mobile serait dû un différend survenu lors d’un partage d’héritage : le suspect soupçonnait Pascal Troadec d’avoir, après le décès de son père en 2010, subtilisé à son profit des lingots et pièces d’or que celui-ci détenait. Ces prétendus lingots seraient le fruit d’un trésor découvert en 2006 par le père de Pascal Troadec, alors artisan plâtrier, lors de travaux effectués dans un immeuble ancien du quartier de la Recouvrance à Brest7. En infraction avec la législation celui-ci aurait subtilisé la totalité du magot sans en avertir le propriétaire de l’immeuble, tout en omettant également de le déclarer à l’administration8. À ce jour, ce trésor reste introuvable9.

Déroulement des faits

Le 16 février, l’ex-beau-frère de Pascal Troadec, Hubert Caouissin, 46 ans, vient au domicile des Troadec avec un stéthoscope qu’il applique aux fenêtres pour tenter de savoir ce qu’il se dit à l’intérieur. Il espionne ainsi la famille une bonne partie de la soirée, avant d’entrer au domicile des victimes par le garage. Il semble que Pascal Troadec et sa femme, ayant entendu du bruit, soient descendus au rez-de-chaussée. Le père de famille muni d’un pied-de-biche aurait eu une altercation avec le suspect. Celui-ci se serait alors emparé du pied-de-biche pour frapper et assassiner les parents, puis les enfants, Sébastien et sa sœur Charlotte10.

Hubert Caouissin reste alors dans la maison jusqu’au petit matin puis rentre à son domicile en Bretagne. Le 17 au soir, il retourne à Orvault pour effectuer un nettoyage de la maison. Dans la soirée du 18, il revient à Orvault et rentre la voiture de Sébastien dans le garage pour y mettre les cadavres.

Les corps ont été démembrés. Certaines parties de corps ont été enterrées, et d’autres brûlées11. Avec l’aide de sa compagne, il nettoie le véhicule puis le dépose à Saint-Nazaire, au hasard, pour faire diversion12.

Des « fragments de corps humains et des bijoux appartenant à la famille » sont retrouvés à Pont-de-Buis-lès-Quimerch dans la ferme13 appartenant au suspect14.

Notes et références

  1. « Disparus d’Orvault : ce que l’on sait de l’enquête » [archive], sur Midi-Libre,‎ 28 février 2017 (consulté le 5 mars 2017)
  2. a et b « Disparus d’Orvault. Le procureur de Nantes craint un « jeu morbide » » [archive], sur Ouest-France,‎ 4 mars 2017 (consulté le 5 mars 2017)
  3. « Disparus d’Orvault : les détails qui chiffonnent [Enquête] » [archive], sur Ouest-France,‎ 28 février 2017 (consulté le 5 mars 2017)
  4. a, b et c « Disparition de la famille Troadec à Orvault : Sébastien, 21 ans, au cœur de l’enquête » [archive], sur Le Parisien,‎ 28 février 2017 (consulté le 5 mars 2017)
  5. « Disparus d’Orvault. Dans le Finistère, une journée de recherche » [archive], sur Ouest-France,‎ 1er mars 2017 (consulté le 5 mars 2017)
  6. « Disparus d’Orvault. La voiture du fils retrouvée à Saint-Nazaire » [archive], sur Ouest-France,‎ 2 mars 2017 (consulté le 5 mars 2017)
  7. « Affaire Troadec : un trésor en or à l’origine de la tragédie, selon la mère de Pascal » [archive], sur Le Monde,‎ 9 mars 2017 (consulté le 11 mars 2017).
  8. « Affaire Troadec. Un trésor hypothétique, d’autres restes humains retrouvés » [archive], sur ouest-france.fr,‎ 9 mars 2017 (consulté le 10 mars 2017).
  9. Anne-Hélène Dorison, « Affaire Troadec : le beau-frère a avoué avoir tué les quatre membres de la famille » [archive], sur Le Monde,‎ 6 mars 2017 (consulté le 6 mars 2017).
  10. « Affaire Troadec : l’effroyable dénouement » [archive], sur ouest-france.fr,‎ 7 mars 2017 (consulté le 11 mars 2017)
  11. Anne-Hélène Dorison, « Troadec : le beau-frère mis en examen participe aux recherches des corps » [archive], sur Le Monde,‎ 8 mars 2017 (consulté le 11 mars 2017)
  12. « Affaire Troadec. La détention requise pour l’ex beau-frère et sa compagne », Ouest-France.fr,‎ 6 mars 2017 (lire en ligne [archive])
  13. « Annonce immobilière de la vente de la ferme achetée en janvier 2015 par Hubert Caouissin » [archive], sur http://immodufaou.fr [archive],‎ 2014.
  14. « Affaire Troadec. À Pont-de-Buis, les recherches sont terminées » [archive], sur ouest-france.fr,‎ 10 mars 2017 (consulté le 10 mars 2017).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

 

 

http://www.liberation.fr/france/2017/03/10/affaire-troadec-hubert-caouissin-un-ours-d-une-jalousie-disproportionnee_1554951

Reportage

Affaire Troadec : Hubert Caouissin, un «ours» d’une «jalousie disproportionnée»

 

La ferme du Stang, à Pont-de-Buis, où des fragments de corps ont été retrouvés. Photo Franck Tomps pour Libération

A Pont-de-Buis-lès-Quimerch, personne ne semblait connaître l’assassin présumé de la famille d’Orvault, qui vivait cloîtré dans sa ferme avec sa compagne. Pour les psychiatres, son cas illustre la discordance souvent observée entre l’horreur des faits et la banalité de la personnalité des criminels.

  • Affaire Troadec : Hubert Caouissin, un «ours» d’une «jalousie disproportionnée»

Une petite commune marquée par «l’horreur». La brume s’est levée ce vendredi sur la ferme du Stang, à Pont-de-Buis-lès-Quimerch (Finistère). Le soleil est revenu, et les policiers en charge de l’enquête sur les «assassinats» des membres de la famille Troadec, à Orvault (Loire-Atlantique), sont repartis. Pendant quatre jours, ils ont passé au peigne fin les 32 hectares de la propriété de Hubert Caouissin, qui a avoué les quatre meurtres, et y ont retrouvé des «fragments de corps humain» et des bijoux appartenant à son beau-frère, sa belle-sœur et leurs deux enfants. Cet homme de 46 ans l’avait achetée il y a un an et demi et y vivait depuis «cloîtré» avec sa compagne, Lydie Troadec, la sœur du père de famille tué. «Je ne connais personne qui le connaît», résume Roger Mellouët, maire (PS) de la commune et conseiller départemental. Cet élu de 68 ans ne les avait pas même croisés un jour d’élection : Hubert Caouissin n’était pas inscrit sur les listes électorales.

A Logonna-Quimerch, la localité voisine, «personne non plus ne le connaît», assure Patrick, un voisin de la ferme du Stang, pour qui l’assassin présumé des Troadec était un «ours» asocial. «S’ils avaient voulu s’intégrer, ils seraient venus se présenter… Mais ils ne l’ont jamais fait, soupire ce salarié agricole de 48 ans. On s’est dit qu’ils voulaient la tranquillité, et ça, on le respecte.» Un agriculteur voisin, lui, a pris l’initiative d’aller se présenter à ces «sauvages». «Ça a duré cinq minutes, et je suis resté sur le seuil de la porte», se souvient le sexagénaire, qui refuse de donner son nom.

L'affaire Troadec (carte BiG)

A vrai dire, le couple n’était pas plus connu à Plouguerneau, une commune littorale du Finistère située 60 kilomètres plus au nord, où Hubert Caouissin et Lydie Troadec possèdent une seconde maison dans laquelle ils ont habité pendant plusieurs années avant d’acquérir leur ferme. Dans le jardin, les herbes hautes et les ronces y ont poussé depuis belle lurette, autour d’une balançoire défraîchie. Le couple y revenait pourtant «de temps à autre», se souvient-on dans le lotissement. «On organise une fête des voisins, mais eux ne voulaient jamais venir, se rappelle Denise. Ils refusaient toute relation.»

En attendant, à Pont-de-Buis-lès-Quimerch, beaucoup de voisins se sont demandé ce que Hubert Caouissin, technicien chez DCNS - entreprise de construction navale militaire de Brest – allait bien pouvoir faire de ses 32 hectares de terres et de son hangar agricole en tôle rouillée. «Certains ont dit que c’était pour élever des chevaux mais on n’en a jamais vu», reprend Patrick. La réponse est simple : il n’en a jamais rien fait. «Tout était en friche, il n’a pas même pas coupé les chardons, relève son voisin agriculteur. Il a acheté la ferme, en fait, pour être hyper caché.»

«Episode délirant à deux»

Hyper cachée peut-être, mais désormais hyper médiatisée, la ferme du Stang suscite aujourd’hui les convoitises. «Des Belges» et/ou «des Hollandais», dit-on dans le village, «pour faire des films d’horreur». Ce voisin taiseux et discret, donc, que les habitants ont appris à connaître à travers les médias : Hubert Caouissin sortait tout juste d’un arrêt de travail de trois ans pour dépression. Mais «les gens ne comprennent pas qu’on puisse faire de telles choses… Ils sont tétanisés par l’horreur», reprend le maire de la commune. Une cellule psychologique a été mise en place à la mairie, pour accueillir ceux qui souhaiteraient se confier. Pour l’instant, les deux employés municipaux qui ont été réquisitionnés par la justice pour débroussailler le terrain «n’en ont pas ressenti le besoin».

C’est d’ailleurs peut-être du côté de la psychologie qu’il va falloir chercher l’origine du quadruple meurtre d’Orvault. Il serait en effet lié une vieille histoire de «pièces d’or», que se serait accaparé Pascal Troadec après la mort de son père. «Je ne sais pas s’il y a de l’or dans cette histoire… Ce que je sais, c’est que la parole de Hubert Caouissin, elle ne vaut pas de l’or, ironise Me Cécile de Oliveira, l’avocate de la mère et des sœurs de Brigitte Troadec, assassinée à Orvault, pour mettre en doute la véracité de ses propos. Le mobile est celui de la jalousie, une jalousie absolument étrange et disproportionnée.» Ses clientes n’ont «pas été surprises» quand elles ont appris le nom du tueur présumé – mis en examen pour assassinats et atteinte à l’intégrité d’un cadavre. «Cette histoire de pièces d’or était une source de conflit depuis de nombreuses années : on cite dans la procédure des repas de famille où il y a eu de très fortes altercations entre Hubert Caouissin et Pascal Troadec», confirme à ce sujet le procureur de la République de Nantes.

Ce problème d’héritage a pu entraîner au fil des ans «un épisode délirant à deux», entre Hubert Caouissin et sa compagne, pense Gérard Rosselini, président de l’Association nationale des psychiatres experts judiciaires (Anpej). Se sentant «spolié depuis des années», l’assassin présumé de la famille Troadec aurait eu «une décharge d’agressivité violente» lorsqu’il a été surpris par son beau-frère et sa belle-sœur dans leur maison. Sa santé mentale, en attendant, peut poser question : en garde à vue, il avait dit avoir «appliqué un stéthoscope sur les portes et les fenêtres» de la maison des Troadec pour écouter leurs conversations… Une scène parfaitement surréaliste, digne d’un polar de série B.

«Pas de souvenirs clairs de leur crime»

Son casier judiciaire, jusqu’alors vierge, interpelle forcément : n’importe quel quidam peut-il donc commettre de tels actes ? «Potentiellement, n’importe qui peut faire n’importe quoi. Mais dans les faits, il faut accumuler un grand nombre de facteurs, qui doivent se juxtaposer, répond le psychiatre. Ce qui est fondamental dans ce genre d’histoires, c’est cette multicausalité, qui constitue un mélange explosif.»

Des «histoires» d’ailleurs plus fréquentes qu’on ne le pense. «De tout temps, il y a eu des meurtres particulièrement horribles, mais ils étaient mieux cachés et moins connus, rappelle Gérard Rosselini. Dans les villages les plus reculés de France, ce n’était pas le genre de choses qu’on annonçait avec un roulement de tambours…» Pont-de-Buis-lès-Quimerch, 3 800 habitants, en aurait certainement fait partie en d’autres temps. Son confrère Daniel Zagury se souvient ainsi avoir analysé «un gendarme qui avait découpé la gendarmette dont il était follement amoureux» ou «une mamie qui avait démembré son papy». Des individus là encore sans antécédents judiciaires et qui n’étaient «ni de grands malades mentaux ni de grands déséquilibrés».

«Ce dont on a parfois la surprise, c’est la discordance entre la très grande horreur des faits et la grande banalité des personnalités… C’est très déconcertant, mais il faut savoir l’accepter», souligne ce psychiatre, auteur de l’Enigme des tueurs en série. Au début de sa carrière dans la médecine médico-légale, il était d’ailleurs convaincu que ces démembrements de cadavres étaient forcément «exceptionnels» et «relevaient nécessairement de la maladie mentale ou de la grande perversion». «Mais l’expérience m’a montré que ce n’était pas vrai : ces actes sont commis dans des états psychiques seconds, où les individus s’adaptent à l’horreur extrême qu’ils sont en train de commettre, analyse Daniel Zagury. Ils agissent comme un robot, comme un automate.» Selon lui, «un grand nombre de personnes» parviendraient ainsi, dans la même situation qu’Hubert Caouissin, à faire la même chose que lui – et cela «même si elles s’en croient parfaitement incapables». «L’idée de beaucoup de criminels, c’est de faire disparaître les traces de leur crime, comme un mauvais cauchemar, explique le psychiatre. Ils veulent l’enfouir au plus profond d’eux-mêmes, que cela parte aux oubliettes, qu’ils finissent eux-mêmes par croire que cela ne s’est jamais produit.»

Ainsi, contrairement à ce qu’on pourrait croire, les découpeurs de cadavres ne seront pas obnubilés par leur crime chaque jour du reste de leur vie. «Les traces psychiques qu’ils en garderont seront minimes, assure l’expert judiciaire. L’auteur de ce genre de faits expulse inconsciemment les bribes de ces souvenirs d’horreurs… Il en aura des flashs ou des cauchemars, mais pas de souvenirs clairs de cette période.»

En attendant, pour ce qui le concerne, Hubert Caouissin n’a «pas une franche conscience de la médiatisation» de l’affaire, a constaté un proche du dossier. «Ça ne rentre pas, quoi… Pourtant, cela lui a été dit par tout le monde, que ce soit la juge d’instruction ou son avocate. Il doit être dans une bulle.»

Guillaume Frouin Envoyé spécial dans le Finistère. Photo Franck Tomps pour Libération

 

 

http://www.leparisien.fr/faits-divers/exclusif-affaire-troadec-cet-or-a-brise-notre-famille-08-03-2017-6745500.php

Affaire Troadec : «Cet or a brisé notre famille»

 

>Faits divers|De nos envoyés spéciaux Jean-Marc Ducos et Nora Moreau à Brest (Finistère)|08 mars 2017, 21h54 | MAJ : 09 mars 2017, 7h05|22
6743424_oul6646-051092-01-02_1000x625 dans Corruption

Pont-de-buis-lès-quimerch (Finistère), mercredi. Hubert Caouissin, meurtrier présumé de quatre membre de la famille Troadec, arrive avec des policiers pour participer à des recherches.AFP/Fred Tanneau

 

De nos envoyés spéciaux Jean-Marc Ducos et Nora Moreau à Brest (Finistère)

 

La mère de Pascal et Lydie Troadec, 49 ans et 47 ans, un frère et une soeur au coeur de la tragédie qui s’est nouée la nuit du 16 au 17 février, à Orvault (Loire-Atlantique), témoigne pour Le Parisien/Aujourd’hui en France.

Elle a accepté de parler une seule fois, au téléphone. Elle n’ouvre sa porte à personne pour protéger son petit-fils, âgé de 8 ans, de cette effroyable tragédie familiale. Roberte (*), 76 ans, a enlevé le nom de sa boîte aux lettres et a fait retirer la poignée de la porte du jardin menant à sa maison. Roberte est la mère de Pascal et Lydie Troadec, 49 ans et 47 ans, un frère et une soeur au coeur de la tragédie qui s’est nouée, la nuit du 16 au 17 février.

Pascal, tué dans sa maison d’Orvault (Loire-Atlantique) avec son épouse Brigitte et leurs enfants Charlotte, 18 ans, et Sébastien, 21 ans. Lydie, mise en examen pour avoir modifié la scène des crimes commis par son compagnon, Hubert Caouissin, 46 ans.

Pour Roberte, le trésor en lingots et pièces d’or «subtilisé» par Pascal à la mort de son père en 2009 est à l’origine de tout. «Cet or a brisé notre famille», soupire Roberte. «Je sais que j’ai perdu Pascal. Et que Lydie, sa soeur, ma fille, risque de ne jamais revenir à la maison». Roberte s’interdit de pleurer pour ne pas céder au chagrin devant son petit-fils dont elle a la garde provisoire depuis l’arrestation de ses parents dimanche dernier. Cet enfant est né de l’union d’Hubert et de Lydie, devenus les bourreaux de toute la famille Troadec.

«Lingots et pièces d’or cachés dans le garage»

«Je dois tenir le choc. Je prends sur moi pour ne pas me laisser aller». Elle cherche à scolariser son petit-fils à côté de chez elle : «je sais qu’on risque de me l’enlever mais pour l’instant il reste avec moi ».

«Cette affaire terrifiante trouve son origine dans un trésor composé de lingots et pièces d’or que mon mari avait caché dans le garage de notre maison», reprend la septuagénaire. Un trésor découvert en 2006 lorsque son mari, ex-artisan-plâtrier, avait effectué des travaux chez une locataire dans un immeuble du vieux quartier de Recouvrance, à Brest (Finistère). Un or ,«volé peut être», «à la Banque de France» lors de la seconde guerre mondiale.

L’artisan, devenu commerçant en outils, est décédé le 29 novembre 2009 . «En 2010, poursuit Roberte, j’ai dû être hospitalisée et Pascal m’a demandé la clé de la maison et a profité de mon absence pour s’emparer de cet or !», assure la vieille dame. «Il a spolié sa soeur Lydie ! J’ai bien essayé d’intervenir et d’arbitrer. J’ai dit que je n’étais pas d’accord, mais Pascal est devenu très autoritaire et m’a dit de me taire», renchérit la grand-mère qui se souvient d’une scène terrible en 2014 lors d’un déjeuner entre elle et son fils. «Pascal a menacé. Il a tapé violemment sur la table. Il a parlé de crises cardiaques, j’en ai fait deux, j’ai eu la peur de ma vie et je lui ai dit que je ne voulais plus le voir», s’émeut Roberte.

«Pascal a toujours été jaloux de la bonne situation d’Hubert»

Selon son récit, la relation entre Pascal d’un côté, Hubert et Lydie de l’autre, n’a jamais été très bonne. «Pascal a toujours été jaloux de la bonne situation d’Hubert qui gagnait très bien sa vie à l’arsenal. Il n’a jamais supporté qu’il devienne le compagnon de sa soeur Lydie. Il ne l’aimait pas», raconte encore la vieille dame.

Après la mort de son mari, les choses s’aggravent. Lydie tombe malade après la naissance de son fils. Un cancer qui la laissera lourdement handicapée au bras. «À la mort de mon mari, Pascal est devenu hautain. Il a même dit que Lydie n’était pas ma fille. C’est dur d’entendre cela», ajoute Roberte. «Pascal se vantait d’avoir placé l’or à Monaco et en Andorre et qu’il y en avait assez pour vivre longtemps. Mais qu’on ne pouvait pas y toucher. Je ne me faisais plus aucune illusion», glisse encore la veuve qui a multiplié les accidents de santé. Une hanche cassée en 2012, puis une épaule en 2015.

«Quand mon mari était vivant, tout se passait bien. Quand il est mort, tout a changé. Je ne voyais plus très souvent mes petits enfants Charlotte et Sébastien. Ils préféraient voir les capitales européennes, comme disait mon fils. Lydie avait enregistré son frère lors d’une dispute et avait placé ce document sur son ordinateur comme pour se protéger. Et je lui donnais toutes les cartes postales des voyages que Pascal et sa famille faisaient car ils voyageaient beaucoup. C’était une preuve car leur situation financière a bien changé au tournant de 2010 et 2011», lâche la vieille dame. «Cet or a tout brisé ».

*Le prénom a été modifié

A LIRE AUSSI. Des restes humains et des bijoux retrouvés dans la ferme de Hubert Caouissin

leparisien.fr

 

 

 http://www.letelegramme.fr/bretagne/affaire-troadec-l-or-vole-de-la-rade-de-brest-10-03-2017-11428527.php

Affaire Troadec. L’or volé de la rade de Brest ?

 

Publié le 10 mars 2017 à 08h00

 

Un « trésor », découvert par le père de Pascal et Lydie Troadec, dans un vieil immeuble de Recouvrance, à Brest : tel serait le mobile du quadruple assassinat. Et voilà que l’enquête criminelle se retrouve dans de nouveaux méandres et plonge dans l’un des épisodes brestois les plus romanesques de la Seconde Guerre mondiale.

 

Pascal, Brigitte, Sébastien et Charlotte Troadec ont-ils été assassinés pour une sombre histoire de trésor familial ? Hubert Caouissin, le beau-frère de Pascal, l’affirme depuis sa garde à vue. Son obsession maladive pour ces « pièces d’or » risque fort, désormais, de devenir celle des enquêteurs.

À découvrir sur le sujet

Notre direct !

La mère de Pascal et Lydie Troadec accrédite cette thèse : selon elle, il y a bel et bien un « trésor familial », constitué de pièces et de lingots d’or, trouvé en 2006 par son mari, dans un appartement du quartier de Recouvrance, qu’il était chargé de retaper. Ce plâtrier aurait découvert cet or, « volé peut être à la Banque de France » lors de la Seconde Guerre mondiale, déclare-t-elle. L’artisan les vole à son tour. Avant que son fils, Pascal se l’accapare peu de temps après la mort de son père, en 2010. Dans une interview au Parisien, la mère de ce dernier explique qu’il l’aurait ensuite placé dans plusieurs paradis fiscaux, en Andorre et à Monaco, s’assurant des compléments de revenus confortables jusqu’à la fin de ses jours. Charge désormais aux enquêteurs de dérouler cet écheveau, qui pourrait tenir de la légende familiale.

Mais à Brest, cette version des faits résonne avec une sonorité particulière, et l’histoire de la ville pourrait elle aussi accréditer la thèse du trésor de guerre.

Sauver l’or de la Banque de France

Pour le comprendre, il faut se replonger en 1940, au tout début de la Seconde Guerre mondiale. Dans le plus grand secret, alors que l’armée allemande avance à grand pas vers Paris, Lucien Lamoureux, alors ministre des Finances, décide d’évacuer l’or de la Banque de France vers l’étranger : une partie vers les États-Unis, une autre vers les Antilles, puis à Dakar, Kayes, Casablanca… L’or envoyé par des succursales de toute la France est mis en caisses pour les lingots, en sacoches pour les pièces, avant de remplir des wagons. Ainsi, du 30 mai au 14 juin 1940, soixante convois arrivent à Brest par chemin de fer. Au fur et à mesure de leur arrivée, les trains sont déchargés à dos d’homme, puis les colis sont mis dans des camions qui partent immédiatement pour le fort de Portzic, en attendant d’être chargés sur des bateaux pour rejoindre des latitudes plus tranquilles. En tout, 16.201 colis en caisses et sacoches, soit 736 tonnes d’or, sont entreposés dans la poudrière du fort.

50 kg tombés dans le port

Les Allemands se rapprochent, il faut vite les évacuer. Ainsi, le Pasteur appareille avec 213 tonnes d’or pour à la Royal Bank of Canada, à Ottawa. L’Émile Bertin évacue, lui, 200 autres tonnes. Au total, cinq navires quittent la rade de Brest.

Ainsi, le trésor national pourra être sauvé. Intégralement ? Quasiment. Seul un paquet de 50 kg n’aurait jamais été retrouvé, et pour cause : il serait tombé dans l’eau, entre le fort du Portzic et le quai de Laninon. Officiellement, il n’aurait jamais été retrouvé…

Est-ce cette page d’histoire qui vient s’achever, en partie peut-être, dans cette affaire criminelle hors normes ?

Hier, une source proche de l’enquête affirmait qu’une enquête patrimoniale est effectivement en cours pour trouver une trace de ce « trésor ».

« Aujourd’hui, il n’y a aucune évidence », a expliqué cette source, appelant à la « prudence », d’autant qu’aucun montant n’a été communiqué. « On n’est que sur du déclaratif pour l’instant ».

en complément

Affaire Troadec. « Cet or a existé »

 

Publié le 11 mars 2017 à 08h49

 

Mythe ou réalité ? Pour Colette (*), cela ne fait aucun doute : l’or découvert puis volé par le père de Pascal Troadec, dans un immeuble de Recouvrance, à Brest, a bel et bien existé. Et pour cause : c’est son père qui a remonté du fond du port de Brest les lingots tombés à l’eau, lors du chargement du trésor de la Banque de France, en juin 1940, pour le soustraire aux mains des Allemands.

 

Quand une enquête criminelle s’entrechoque avec une histoire familiale, « ça perturbe sacrément ». Colette, 61 ans, a failli s’étouffer devant son café, hier matin. « Lorsque j’ai lu que la mère de Pascal Troadec évoquait un trésor découvert par son mari, dans un immeuble de Recouvrance, de l’or qui était tombé dans le port pendant la guerre, mon sang n’a fait qu’un tour ! », explique-t-elle. Ce trésor est devenu le mobile du quadruple assassinat de la famille d’Orvault (44).

« Je me suis dit que c’était l’histoire de mon père, racontée là ! », s’exclame cette jeune grand-mère, qui est née et vit toujours dans un petit village du pays de Landerneau-Daoulas. « Ces 50 kg d’or, c’est Joseph (*) mon père, avec trois amis, qui les ont remontés du fond du port de Brest, en juin 1940, quelques jours après que tout l’or de la Banque de France est parti par bateaux ».

Alors, pour Colette, lire que cette histoire serait « un mythe », que cet or n’aurait jamais existé, c’est tout simplement impossible. « Mon père, en 1940, avait 22 ans. Il vivait chez sa tante Jeanne, à Recouvrance, sa mère et son petit frère avaient quitté Brest pour se réfugier à la campagne. Il était assez actif dans la Résistance. Le bruit a rapidement couru, dans ce milieu, qu’une caisse d’or était tombée dans le port. Ils ont mis peu de temps à découvrir l’endroit, quai de Laninon, où elle était tombée. Une nuit, ils sont allés la chercher. Deux ont plongé, deux ont guetté, dont mon père. En moins d’une heure, ils l’ont remontée à la surface ».

Caché dans le jardin de la tante Jeanne…

Colette raconte cette histoire qu’elle connaît par coeur : « C’est devenu notre épopée familiale, celle que mon père racontait, pendant les repas de famille, bien longtemps après la guerre (elle est née dix ans après l’armistice, NDLR), comme un de ces faits héroïques que seules les périodes troubles peuvent engendrer ». Joseph et ses copains chargent le trésor sur leur moto, et décident de le cacher « dans le jardin de tante Jeanne », sous un stock de bois.

« À aucun moment, il n’a été question de se servir de cet or. Mon père nous a raconté que les lingots, de toute façon, étaient numérotés. Son idée, c’était de le sauver des Allemands ». Le butin restera plusieurs années sous le bois de chauffage de la tante Jeanne. « Si elle avait su ça, elle en aurait fait un infarctus ! », assure Colette.

« Il aurait mieux fait de le laisser au fond du port »

Reste qu’à la fin de la guerre, une enquête est menée pour retrouver l’or manquant. La Banque de France demande à la Marine de faire des recherches. Un bateau-pompe aspire la boue, sous le quai de Laninon et des scaphandriers inspectent la zone. « Mon père et ses copains ont paniqué. Ils se sont dit qu’ils risquaient de se retrouver en prison, qu’ils auraient du mal à justifier leurs intentions, poursuit Colette. Ils ont donc décidé de se débarrasser de l’or, en le déposant, une nuit, dans un immeuble désaffecté de Recouvrance. En espérant que d’autres le retrouvent. C’était une façon de se débarrasser du bébé ! ».

À lire sur le sujet

Notre direct

Colette ne peut jurer qu’aucun ne s’est servi mais sait que son père « n’aurait jamais fait ça ». « Si ça avait été le cas, on aurait été plus riches ! », sourit-elle avec douceur. Aujourd’hui, elle espère que les familles des trois autres comparses oseront, elles aussi, sortir de leur réserve, si tant est que le secret ait perduré chez elles. Elle aimerait aussi comprendre pourquoi l’or a mis autant de temps à être découvert, jusqu’à ce que le père Troadec le mette au jour, en 2006. Mais ce qui bouleverse Colette, c’est surtout l’issue tragique de cette histoire : « À mes yeux, cet or faisait de mon père un héros. Quand je vois ce qu’il a engendré comme horreurs, je me dis que peut-être, mon papa aurait mieux fait de le laisser au fond du port ».

* Prénoms d’emprunt

 

http://www.ouest-france.fr/faits-divers/disparus-d-orvault/affaire-troadec-un-tresor-hypothetique-d-autres-restes-humains-retrouves-4846254

Affaire Troadec. Un trésor hypothétique, d’autres restes humains retrouvés

 

Modifié le 10/03/2017 à 08:04 | Publié le 09/03/2017 à 22:09

  • Les enquêteurs tentent d’établir si un « trésor » caché était à l’origine de l’assassinat des quatre membres de la famille Troadec, dont de nouveaux restes ont été découverts jeudi dans le Finstère.
    Les enquêteurs tentent d’établir si un « trésor » caché était à l’origine de l’assassinat des quatre membres de la famille Troadec, dont de nouveaux restes ont été découverts jeudi dans le Finstère. | Yves-Marie Quemener

Les enquêteurs tentent toujours d’établir si un « trésor » caché est bien à l’origine de l’assassinat des quatre membres de la famille Troadec à Orvault (Loire-Atlantique), dont de nouveaux restes ont été découverts jeudi dans la ferme du principal suspect, à Pont-de-Buis-lès-Quimerch (Finistère).

Le « trésor ». Le magot. L’or. La mère de Pascal Troadec, le père de famille assassiné, et de Lydie Troadec, sa sœur, compagne du suspect, a longuement évoqué jeudi cette piste pour expliquer le drame survenu à Orvault. « Cette affaire terrifiante trouve son origine dans un trésor composé de lingots et de pièces d’or que mon mari avait caché dans le garage de notre maison », selon elle. Son fils aurait placé cet « or volé » à Monaco et Andorre.

Ce « trésor », dont on ne connaît pas le montant et dont l’existence n’a pas été confirmée, aurait été découvert en 2006 par son mari, ex-artisan plâtrier, lors de travaux dans un immeuble ancien d’un vieux quartier de Brest.

« On n’est que sur du déclaratif pour l’instant »

Une enquête patrimoniale est en cours pour trouver une trace de ce « trésor », selon une source proche de l’enquête. Mais « aujourd’hui, il n’y a aucune évidence », a expliqué cette source, appelant à la prudence, « on n’est que sur du déclaratif pour l’instant ».

Lundi dans Le Parisien, la mère du suspect, Hubert Caouissin, affirmait de son côté que « cette histoire de lingots », c’était « n’importe quoi ».

De source judiciaire, pour l’instant rien, ne confirme cette piste. Le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès, avait seulement indiqué, lors d’un précédent point de presse, que le couple Troadec avait « des revenus convenables » et n’était pas endetté.

Une histoire de lingots« imaginaire »

Jeudi, l’avocate de la famille de la mère assassinée, Me Cécile de Oliveira, a fait état d’un « harcèlement » de la part de l’assassin présumé envers ses futures victimes qui aurait débuté « en 2014, 2015 ». « Pascal Troadec avait fait une démarche auprès de la gendarmerie pour se plaindre d’avoir été accusé mensongèrement et de manière répétée sur cette histoire de lingots d’or qui sort de l’imaginaire d’Hubert Caouissin », a certifié l’avocate.

« On a la conviction que (les époux Troadec) étaient accusés à tort et vivaient évidemment comme un harcèlement complètement invraisemblable, absurde et nocif […] ces accusations mensongères », a affirmé Cécile de Oliveira.

Pascal Troadec, 49 ans, était salarié depuis une dizaine d’années dans une PME à Orvault (Loire-Atlantique). Son épouse Brigitte, 49 ans, était employée dans un centre des impôts de Nantes.

Affaire Troadec : les fouilles dans la propriété d'Hubert Caouissin et Lydie Troadec.
Affaire Troadec : les fouilles dans la propriété d’Hubert Caouissin et Lydie Troadec. | Visactu

 

« Une profonde rancœur »

En garde à vue dimanche, Hubert Caouissin a expliqué qu’il était persuadé « que Pascal Troadec avait récupéré des pièces d’or dans un cadre successoral ». Celles-ci « auraient dû être partagées avec le reste de la famille », ce qui a nourri « une profonde rancœur », avait expliqué lundi le procureur de Nantes.

Ce serait le principal mobile à l’origine du meurtre de Pascal, sa femme Brigitte et leurs enfants Sébastien, 21 ans, et Charlotte, 18 ans.

Des fragments de corps humains et des bijoux appartenant aux victimes avaient déjà été retrouvés mercredi dans la ferme du suspect à Pont-de-Buis-lès-Quimerch (Finistère), à une quarantaine de kilomètres de Brest.

Des ordinateurs retrouvés

Lors de nouvelles recherches jeudi, de nouveaux restes humains ont été retrouvés mais « également des bijoux et des objets qui avaient été dérobés dans la maison d’Orvault, notamment des ordinateurs », découverts dans une zone marécageuse de la propriété, a précisé le procureur.

Plusieurs dizaines d’enquêteurs de différentes spécialités étaient sur place, quadrillant les bâtiments de la ferme entourés de 32 hectares de terrain humide. Ils ont sondé les berges boueuses de l’Aulne, fleuve côtier qui borde les terres de la ferme, a constaté un photographe.

Des fouilles sont aussi entreprises dans la maison et dans le four qui aurait servi pour brûler une partie des restes des corps.

En garde à vue, Hubert Caouissin a reconnu avoir tué les parents et les deux enfants Troadec.

Technicien pour le groupe de construction navale DCNS à Brest, Hubert Caouissin, 46 ans, a été mis en examen lundi à Nantes pour assassinats et atteinte à l’intégrité d’un cadavre. Sa compagne, secrétaire médicale en invalidité, a été mise en examen pour modification de l’état des lieux d’un crime et recel de cadavres.

 

http://www.leparisien.fr/faits-divers/affaire-troadec-les-aveux-glacants-de-hubert-caouissin-09-03-2017-6749043.php

Affaire Troadec : les aveux glaçants de Hubert Caouissin

 

>Faits divers|De notre envoyé spécial Jean-Marc Ducos à Pont-de-Buis (Finistère)|09 mars 2017, 22h06 | MAJ : 10 mars 2017, 15h42|33
6742509_1-0-1166975478_1000x625 dans Crime
Pont-de-Buis (Finistère), mardi. La ferme où résidait le beau-frère du couple Troadec se trouve à plus de 250 km d’Orvault, où la famille a été assassinée.

AFP/FRED TANNEAU

De notre envoyé spécial Jean-Marc Ducos à Pont-de-Buis (Finistère)

 

Alors que les fouilles se sont poursuivies jeudi au domicile du tueur présumé dans le Finistère, le récit des jours qui ont suivi la nuit d’horreur à Orvault se précise.

Le récit de la mise à mort, le 16 février dernier, de la famille Troadec à coups de pied de biche par l’ex-beau frère Hubert Caouissin, 46 ans, dans leur maison d’Orvault (Loire-Atlantique) avait déjà stupéfait les enquêteurs lors de ses aveux dimanche soir. Mais durant de sa garde à vue, ce technicien des arsenaux de Brest, suivi pour une grave dépression depuis quatre ans, a livré des détails encore plus glaçants sur les circonstances de ce drame motivé, semble-t-il, par une rancoeur liée à un « trésor familial » disparu.

«On va te dire que ton père est un monstre»

De retour à son domicile, la ferme du Stang à Pont-de-Buis (Finistère), après la tuerie d’Orvault, le 17 février au matin, Hubert Caouissin se confie aussitôt à son fils de 8 ans, avant même d’en parler à sa compagne Lydie, la soeur de Pascal Troadec et mère de l’enfant : «Tu verras, on va te dire que ton père est un monstre. Mais je vais t’expliquer et te dire la vérité…», dit-il au petit garçon.

Lydie monte la garde

Puis, le lendemain du massacre, il revient à Orvault, en compagnie de Lydie. Ils attendent que leur fils s’endorme, seul dans sa chambre à la ferme, pour prendre la route, dans la soirée du 17 au 18 février. Une fois sur place, pendant qu’Hubert Caouissin lessive la maison pour faire disparaître les traces de sang, Lydie l’a rejoint dans une autre voiture. Mais elle reste toujours, selon les premiers éléments de l’enquête, à l’extérieur. Elle ne pénètre pas dans maison de son frère Pascal.

Pas de portable mais des talkies-walkies

Hubert, « fatigué » par le nettoyage intensif de la maison baignée de sang, se couchera même dans le lit de Sébastien, le fils de la famille Troadec, pendant quatre heures. Tout ce temps, le couple est en contact grâce à des talkies-walkies. Un peu comme si Lydie montait la garde aux abords de la maison. L’utilisation des talkies-walkies ne permet aucune localisation électronique. Et dans cette enquête, le traçage de la téléphonie est impossible car Hubert ne dispose pas de téléphone portable. Il chargera ensuite les corps inertes de la famille Troadec dans la Peugeot 308 de Sébastien, pour les emporter dans sa ferme à 280 km de là, où il va procéder au démembrement. C’est sur l’appui-tête conducteur que son ADN sera retrouvé.

Des ordinateurs volés à Orvault

Jeudi, à l’issue d’une deuxième journée de fouilles dans la ferme de Pont-de-Buis, les experts de la police ont découvert de nouveaux restes humains ainsi que des bijoux appartenant à la famille Troadec. Le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès, a précisé que des ordinateurs volé à Orvault auraient aussi été retrouvés.
Selon les déclarations du meurtrier présumé, les quatre corps découpés auraient été brûlés et les restes enterrés dans une partie marécageuse et difficile d’accès de la propriété. Les enquêteurs ont même dû faire appel à un anthropologue spécialiste de l’étude des os pour les aider à identifier et interprêter le moindre indice. Jeudi, des premiers éléments auraient permis d’identifier des traces du corps de la fille de la famille, Charlotte.

leparisien.fr

 

 

http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/disparition-d-une-famille-a-orvault/affaire-troadec-la-discrete-bascule-dhubert-caouissin-et-lydie-troadec-dans-lhorreur_2086751.html

Affaire Troadec : la discrète bascule d’Hubert Caouissin et Lydie Troadec dans l’horreur

 

Alors que des premiers restes humains ont été retrouvés mercredi, le profil du meurtrier présumé, Hubert Caouissin, et de sa compagne, Lydie Troadec, interroge.

 

La ferme de Pont-de-Buis (Finistère), où vivaient Hubert Caouissin et Lydie Troadec, le 7 mars 2017. 
La ferme de Pont-de-Buis (Finistère), où vivaient Hubert Caouissin et Lydie Troadec, le 7 mars 2017.  (FRED TANNEAU / AFP)
avatar

Catherine FournierFrance Télévisions

Mis à jour le 09/03/2017 | 13:43
publié le 09/03/2017 | 06:04

 

Les tueries familiales propulsent souvent un lieu dans l’histoire criminelle française : le pavillon de Thorigné-sur-Dué (Sarthe) dans l’affaire Dany Leprince, le chalet des Flactif au Grand-Bornand (Haute-Savoie), le parking du Martinet à Chevaline (Haute-Savoie), la maison bourgeoise de Xavier Dupont de Ligonnès à Nantes (Loire-Atlantique). Dans l’affaire Troadec, l’horreur vient se loger dans un corps de ferme encaissé dans une vallée boisée et marécageuse du Finistère, à Pont-de-Buis-lès-Quimerch, au bord de l’Aulne. Hubert Caouissin y a dispersé les dépouilles d’une famille entière, celle de son beau-frère, pour un différend financier. Si les parents Troadec et leurs enfants ont été tués dans leur pavillon d’Orvault, ils ont été démembrés, brûlés puis éparpillés dans la trentaine d’hectares qui entourent la bâtisse, selon les aveux de l’homme de 46 ans livrés dans la nuit du 5 au 6 mars.

Une ferme à l’abri des regards

Avant de commettre son massacre et de s’obstiner à en dissoudre les moindres traces, il semble qu’Hubert Caouissin ait œuvré à sa propre disparition sociale, à l’image de ce nom effacé sur la boîte aux lettres de la propriété de Pont-de-Buis. On y devine « Troadec », du nom de sa compagne Lydie, sœur d’une des victimes, et complice présumée puisqu’elle a été mise en examen pour « modification de l’état des lieux d’un crime et recel de cadavres ». Le couple, parent d’un garçon de 8 ans, s’y était installé en toute discrétion début 2015, à l’abri des regards.

La boîte aux lettres de la propriété du Pont-de-buis (Finistère), le 7 mars 2017.
La boîte aux lettres de la propriété du Pont-de-buis (Finistère), le 7 mars 2017. (CATHERINE FOURNIER / FRANCETV INFO)

 

Les commentaires des voisins sont unanimes : Hubert Caouissin et Lydie Troadec y ont vécu reclus, sans aucun contact avec le monde extérieur. « Ils ne sont jamais venus se présenter », témoigne Ronan, un retraité dont la maison se situe le long de la petite route qui surplombe la ferme. Abandonnant ses coquillettes pour venir répondre aux journalistes, l’homme aux cheveux blancs dresse, à chaque fois, le portrait d’un couple dont le seul signe de vie se résumait à la fumée s’échappant de la cheminée. Idem du côté du maire. « Ils avaient mis des branches d’arbre en travers du chemin communal pour éviter qu’on aille jusqu’à chez eux », se souvient Roger Mellouët pour L’Obs. Leur enfant, scolarisé dans une école de la commune la première année, ne l’était plus à présent.

« On a affaire à un étrange personnage qui, manifestement, ne s’est pas installé ici par hasard », commente une source policière dans Le Télégramme. Selon une source proche de l’enquête contactée par franceinfo, Hubert Caouissin a affirmé aux enquêteurs qu’il souffrait d’hypersensibilité aux ondes électromagnétiques, justifiant ainsi son retrait dans cette ferme isolée. Un argument qui n’est pas, pour l’instant, étayé par les investigations.

Des voisins fantômes qui hantent le quartier

C’est à une soixantaine de kilomètres de là qu’il faut se rendre pour peut-être comprendre comment ce couple a basculé dans l’isolement. Dans les pages blanches du département, un seul Hubert Caouissin est répertorié, domicilié à Plouguerneau, une petite ville balnéaire de 6 500 habitants balayée par la bruine et les embruns. Une fois le nom du meurtrier présumé dévoilé, il n’a pas été difficile, pour les journalistes, de se rendre à l’adresse indiquée, au lieu-dit Croas al Lan. Un défilé de voitures, de micros et de caméras, sous l’œil mi-curieux, mi-chagrin de voisins hébétés. Sur le talus qui entoure le pavillon défraîchi des années 1980, des marques de pas signalent la présence toute récente de photographes.

La maison, elle, est à l’abandon, le terrain envahi par les herbes hautes. Hubert Caouissin et sa compagne n’habitent plus ici « depuis quatre ou cinq ans », selon Michel, un retraité qui vit juste en face et qui enchaîne avec cordialité les interviews. Des voisins fantômes, qui hantent désormais le quartier. Il n’en a pas toujours été ainsi. La famille Caouissin s’est installée dans le village dans les années 1970, à quelques rues de là. « Ils habitaient dans le quartier Lambezellec à Brest et le papa travaillait à l’arsenal », indique Sylvie, qui se souvient de les voir débarquer le week-end et pendant les vacances pour prendre le grand air. « On allait à la plage et à la messe le dimanche, c’était des gens bien », raconte la quinquagénaire, qui jouait alors avec les quatre enfants, dont Hubert, le plus petit de la bande.

La maison d\'Hubert Caouissin à Plougarneau (Finistère), le 7 mars 2017.
La maison d’Hubert Caouissin à Plougarneau (Finistère), le 7 mars 2017. (CATHERINE FOURNIER / FRANCE INFO)

 

A la retraite du paternel Caouissin, la résidence devient permanente. Attachés à Plouguerneau, deux des enfants y prennent également leurs quartiers. Hubert Caouissin achète le pavillon de Croas al Lan, tout près de chez ses parents, dans les années 1980. Il entre à l’arsenal en 1987, comme ouvrier puis technicien chez DCNS, un groupe industriel spécialisé dans l’industrie navale militaire. « Nous, nous sommes un peu une famille de l’arsenal de Brest », témoigne sa mère septuagénaire dans Le Parisien. Difficile d’en savoir plus sur le parcours du petit dernier de la famille. Les quelques archives dénichées sur internet attestent qu’il a été médaillé en 1998 pour avoir donné son sang dans le canton. En 2004 et 2005, il participe à des courses organisées par une association locale, signe d’une certaine vie sociale. Puis plus rien. Une rupture « numérique », à l’époque où il rencontre Lydie Troadec, via un site de rencontres. C’était en 2006.

« On ne les voyait plus »

La jeune femme vient s’installer dans le pavillon et un petit garçon naît rapidement de cette union. Les voisins décrivent un couple plutôt avenant. On se parle depuis les jardins, on se dit « bonjour, bonsoir », on échange des astuces bricolage. Pourtant, dès « les années 2006-2007″, selon le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennes, un conflit familial vient assombrir le tableau. Une affaire de pièces d’or mal partagées lors de la succession du père de Lydie Troadec. Qualifiée de « légende » par la mère d’Hubert Caouissin, cette histoire est en réalité avérée, selon la mère du frère et de la sœur, qui se confie dans Le Parisien. Selon elle, cet or, découvert par son mari lors de travaux dans un immeuble à Brest, a été subtilisé par Pascal Troadec à la mort de ce dernier. Cet héritage « spolié » est venu empoisonner peu à peu les relations entre les deux couples et scelle l’origine du drame.

C’était devenu une obsession pour Hubert Caouissin.

Le procureur de Nantes, Pierre Sennèslors d’une conférence de presse

Les dîners de famille sont orageux et de nombreuses disputes éclatent. A Plouguernau, les voisins notent un changement de comportement du couple aux environs de 2010, date à laquelle Lydie tombe malade. Un cancer du sein à un stade avancé, qui la laissera handicapée d’un bras. Invalide, cette secrétaire médicale doit rester à la maison et se renferme, tout comme son compagnon. « On ne les voyait plus et ils ne participaient plus aux fêtes de quartier », se remémore Jean-Claude, un adjoint au maire dont la maison jouxte celle du couple. A entendre le voisinage, Hubert Caouissin se montre de plus en plus hostile. « Il faisait faire ses besoins à son chien devant mon portail et restait là planté comme un i », ajoute Jean-Claude. « Son chien aboyait toute la journée alors on s’était permis une remarque. Il l’a peut-être mal pris », suggère Michel, qui décrit un homme de moins en moins commode.

Autour de 2013, Hubert Caouissin sombre dans la dépression, selon ses proches et son entreprise, qui confirme à franceinfo un arrêt de travail pendant trois ans. Lui et sa compagne disparaissent de Plouguerneau, sans mot dire, à bas bruit. Les habitants l’ont vu réapparaître sporadiquement voici un mois et demi environ. Un retour qui semble coïncider avec sa reprise en mi-temps thérapeutique à la DCNS de Brest. « Il avait remis le pied à l’étrier », indique sa mère dans Le Parisien. Selon Jean-Claude, c’est elle qui se déplaçait pour venir le voir. « Il garait sa voiture dans le garage, ce qu’il ne faisait jamais avant, et s’enfermait dans la maison », se souvient l’adjoint au maire.

Des fragments de corps humains et des bijoux

Le couple a été vu sur les lieux le jeudi 2 mars, quinze jours après le quadruple meurtre à Orvault. Entendu dans les premiers temps de l’enquête, Hubert Caouissin n’avait pas caché le différend familial qui l’opposait aux Troadec mais avait assuré ne pas les avoir fréquentés depuis longtemps. Son ADN, découvert dans le pavillon et dans la voiture de Sébastien Troadec, a eu raison de son mensonge. Le beau-frère a alors déroulé le scénario de cette terrible nuit du 16 au 17 février. Le stéthoscope pour écouter aux portes, l’intrusion dans la maison pour dérober une clé (du butin ?), le réveil de Pascal et Brigitte, descendus avec un pied-de-biche, l’affrontement et l’homicide des quatre membres de la famille. Quelques jours après, Hubert Caouissin s’est présenté à son travail avec « une partie du visage boursouflée, et une partie de l’un des sourcils brûlée », selon certains de ses collègues interrogés par franceinfo.

L’enquête devra démontrer la préméditation ou non du crime. Elle devra aussi s’attacher à comprendre comment Hubert Caouissin a basculé dans l’horreur, avec la participation active de sa compagne pour faire disparaître les corps et les indices. Des expertises psychologiques et psychiatriques vont être réalisées. Selon une source policière, le quadragénaire avait arrêté son traitement médicamenteux depuis quelque temps. Mis en examen pour « assassinats » et « atteinte à l’intégrité d’un cadavre », Hubert Caouissin risque la perpétuité. Il est retourné, mercredi 8 mars, à la ferme de Pont-de-Buis, sous bonne escorte. C’est bien dans cette propriété, où le couple s’était fait oublier, que les enquêteurs ont exhumé des fragments de corps humains et des bijoux appartenant aux victimes.

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Pays_pagan

Pays pagan

Le Pays pagan est un pays s’étendant sur la frange littorale septentrionale du Finistère, au cœur du Léon. Son nom vient du latin paganus signifiant païen. La justification historique de ce qualificatif n’est pas claire.

Sommaire

Géographie

Localisation

Le terme de Pays pagan est généralement utilisé pour désigner la bande côtière d’une quinzaine de kilomètres qui s’étire de Guissény jusqu’à Kerlouan. S’agissant d’une appellation coutumière, sans fondement administratif ou religieux, cette limitation reste assez imprécise et sujette à débat. Pour Pol Potier de Courcy, par exemple, le Pays pagan s’étend de Tréflez jusqu’à l’Aber Wrac’h (Aber) et Plouguerneau.

Une côte particulièrement dangereuse

L’abondance des rochers en mer, qui forment de nombreux écueils, rend cette côte particulièrement dangereuse à la navigation comme en témoigne cette description d’Ernest Daudet, parue en 1899 :

« La renommée de cette côte est sinistre et mérite de l’être. Depuis que les hommes ont conquis l’empire des mers, les pointes de l’Île Vierge, de Guissény, de Pen-ar-Garec, de Kerlouan, de Brignogan, furent les auteurs et les témoins d’effroyables catastrophes. (…) En avant de ces rivages, et jusqu’à plusieurs milles en mer, [la nature] a jeté dans les fonds d’innombrables récifs. Quelques-uns s’assèchent à la mer basse et, quand elle les recouvre, on ne peut les deviner qu’à l’écume des eaux qui viennent se briser sur leurs dentelures redoutables. D’autres ne sont jamais couverts. Ils émergent au-dessus des ondes : ici, aiguilles acérées ; là, rocs massifs s’allongeant comme des monstres accroupis. Il en est qui ne se montrent qu’à de rares intervalles, dans les mouvements des grandes marées, et ce ne sont pas les moins périlleux. Pour naviguer parmi ces écueils, il faut les connaître et pour ne pas s’y briser il faut n’être pas saisi par les courants, enveloppé par les brumes et surtout ne pas confondre les feux des phares qui éclairent la bonne route (…). Encore aujourd’hui, des navires s’y perdent et, chaque année, on y signale des naufrages, bien qu’en ces endroits on ait multiplié phares, balises et signaux avertisseurs. Si, sur ces bords redoutés, les eaux pouvaient s’ouvrir (…) un vaste cimetière apparaîtrait sous nos yeux avec toutes les épaves que les siècles y ont accumulé, encore que les habitants en aient de tout temps arraché aux flots des quantités innombrables1. »

Histoire

La tradition du « droit de naufrage »

Les habitants du Pays pagan, et de manière plus générale ceux de nombreux endroits du littoral breton comme les Ouessantins ou les Bigoudens ont longtemps eu une réputation exagérée de naufrageurs ; il est probable qu’ils se contentaient en fait de récupérer tout ce qui pouvait l’être lorsque survenaient des naufrages.

Le « droit de bris et de naufrage » est une tradition qui remonte à l’Antiquité2. Au Moyen Âge, les seigneurs tentèrent de s’en emparer au détriment des populations littorales. On en retrouve des traces innombrables dans les édits et règlements des seigneurs du littoral. Saint Louis ne fit renoncer le duc de Bretagne Pierre de Dreux dit Mauclerc au droit de naufrage qu’en lui permettant de faire payer aux navigateurs des « substitutions » qui lui rapportaient autant que les rapines qu’elles abolissaient.

Le Pays pagan est connu pour son littoral déchiqueté et pour ses écueils rocheux à l’origine de nombreux naufrages et de la mauvaise réputation de ses habitants qui, très pauvres, sont accusés d’entraîner les navires sur les rochers pour piller leurs épaves. Cette pratique dite du « droit de naufrage » est interdite par Colbert en 16813 qui enjoint en outre à tous les sujets du roi « de faire tout devoir pour secourir les personnes qu’ils verront dans le danger du naufrage » ; des postes de garde sont alors installés sur le littoral, comme à Kerlouan, où une tourelle est encastrée sur une butte au milieu des rochers de Meneham. Mais la pratique du droit de naufrage a longtemps persisté.

 dans Folie

Scène de naufrage au pays de Kerlouan (gravure de François Hippolyte Lalaisse, Musée départemental breton de Quimper)

Jacques Cambry, de passage à Guissény en 1794, indique : « Les naufrages y sont communs ; ils entretiennent chez l’habitant un amour de pillage, que rien n’a pu détruire ; il regarde comme un don du ciel, tous les objets que la tempête et que la mer peuvent apporter sur la côte4 ».

220px-Pierre-Emile_Barth%C3%A9l%C3%A9my_Naufrage_sur_la_c%C3%B4te_bretonne_1851 dans LCR - NPA

Pierre-Émile Barthélémy : Naufrage sur la côte bretonne (1851, musée de Morlaix)

Jacques Boucher de Perthes raconte que dans la nuit du 9 au 10 décembre 1817, alors qu’il se trouvait en tournée d’inspection du service des douanes à Roscoff, des coups de canons provenant d’un navire en détresse le tirèrent de son sommeil. Il se rendit sur place, à hauteur de l’Île de Sieck : « La foule qui se portait sur le même point, et quelques lumières que nous apercevions, ne me laissèrent aucun doute sur le lieu du naufrage. (…) Il ne restait du gréement que quelques tronçons de mâts. On voyait la ligne du doublage, et l’ouverture des sabords annonçant la présence de canons, vraisemblablement ceux qui appelaient au secours quelques heures avant. Sur la mer, à perte de vue surnageaient des pièces de bois, des barriques, des cordages. Sur la rive, même spectacle, et à chaque pas des cadavres. Au milieu de ce désordre, on voyait des hommes, des enfants, se ruant sur les débris, enfonçant les caisses à coups de hache ou de pierre, ou bien couchés sur des corps humains, non pour les secourir, mais pour les fouiller »5. Boucher de Perthes et les douaniers tentèrent en vain de s’y opposer. Boucher de Perthes précise que cette nuit-là six bateaux auraient été victimes de éléments déchaînés entre Roscoff et l’Aber-Wrac’h et que plus de 450 marins et passagers seraient morts dont 193 à bord de l’ Indian, un transport de troupes anglais, qui se serait échoué à hauteur de Plouguerneau. Ce témoignage de Jacques Boucher de Perthes était toutefois contesté, aucun autre témoignage des faits qu’il relate n’existant et aucune autre trace historique de l’existence de l’ Indian n’ayant été trouvée6. Toutefois, en 1992, un plongeur de Kerlouan a trouvé quelques vestiges de l’épave près des rochers de Karrek Hir permettant d’identifier ce navire, un trois-mâts anglais de 500 tonneaux qui partait prêter main-forte aux révolutionnaires vénézuéliens en lutte contre le gouvernement espagnol7.

Pol Potier de Courcy, dans La Bretagne contemporaine, livre écrit en 1864, l’atteste en ces termes :

« Les paganis (les « païens ») forment une population à part qui s’étend depuis Tréflez à l’est jusqu’à Plouguerneau et l’embouchure de l’Aber-Wrac’h, à l’ouest. Habitués dès l’enfance à regarder l’Océan comme leur tributaire, comme une vache qui aurait mis bas pour eux, disent-ils dans leur énergique langage, faisant ce qu’ils ont vu faire à leurs pères, ils sont loin de comprendre l’atrocité de leur coutume. À voir ces hommes coiffés d’une calotte grecque, le haut de la tête rasé, le reste des cheveux flottant de toute leur longueur sur le dos ou tordus et passés dans les bords relevés de leur calotte de laine bleue; vêtus d’un pourpoint de berlingue8 brun, leur caleçon arrêté au-dessus du genou, laissant en tout temps à découvert leurs jambes sèches et nerveuses (…), ils vivent d’une idée : la manne de la mer9. »

Le même auteur poursuit :

« Le pagan ne voit que la mer (…). À la vue d’un navire en détresse, la plage se couvre de pirates improvisés, désertant dans l’espoir du pillage la ferme, la charrue, l’église même, pour aller au pensé (« bris »). La voix des pêcheurs et des pilotes se renvoyant des avis et des signaux est souvent impuissante contre la force destructrice du vent ; et si le navire, ballotté de vague en vague, vient à se briser sur ces récifs qui lui servent de lit funèbre, le rivage offre la triste ressemblance de ces champs de mort où se précipitent, après la bataille, les animaux carnassiers. Dispersés sur les rochers les plus avancés dans les flots, ils ne songent, avec leurs longues perches armées de crocs, qu’à tirer à sec ces barils, ces caisses, ces ballots,que leur envoie la tempête, et chaque épave qu’ils parviennent à haler à terre est accueillie par des trépignements de joie. Alors intervient parfois la force armée9. »

Longtemps, les habitants du Pays pagan a eu la réputation, probablement exagérée, d’être des naufrageurs ; un auteur non précisé écrit par exemple en 1901 : « Pendant plusieurs siècles et jusqu’à ce que Louis XIV réprimât leurs sinistres exploits, Lannilis, Kerlouan, Guissény, Kertugal [Pontusval], Plounéour et bien d’autres lieux ne furent que des repaires de naufrageurs. Tous les hommes y étaient associés pour conspirer la perte d’autres hommes. (…) Les habitants étaient plus à craindre que les écueils parmi lesquels, le couteau au poing, ils guettaient les épaves et les naufragés »10.

Denis Goulven, médecin à Roscoff vers 1865 observe : « Comment de tels hommes, en présence de la réalisation de leurs rêves, consentiraient-ils à lâcher leur proie devant le sabre de quelques douaniers ? Quand un bris est là, il y aurait à courir le risque d’un boulet en pleine poitrine, ils iraient ; ils semblent obéir fatalement à des instincts de race »11. Les mœurs des paganis se sont toutefois adoucies : Pol Potier de Courcy écrit : « Les naufragés ne sont plus maltraités et sont même généralement l’objet d’une pieuse compatissance ».

220px-Kerlouan_Guetteur_d%27%C3%A9paves dans Luraghi

Guetteur d’épaves dans les brisants de Kerlouan (carte postale ND Photo, début XXe siècle)

Dans la nuit du 3 au 4 février 1889, le vapeur La Vendée, chargé de vins et d’eaux-de-vie, vint se briser sur la côte. Le lendemain, on retrouva sur le rivage des grappes d’hommes, de femmes et d’enfants qui, presque ivre-morts, buvaient aux tonneaux qu’ils avaient défoncés12.

Des récits plus ou moins imaginaires abondent concernant les naufrageurs du Pays pagan : par exemple Jean Ajalbert dans le supplément littéraire du journal Le Figaro en date du 19 avril 1890 publie une nouvelle intitulée En Bretagne. Chez les naufrageurs où il est écrit entre autres :

« Le temps n’est plus où il suffisait, pour attirer le navire au plein, d’allumer dans la brume une lueur trompeuse, d’attacher quelque lanterne aux cornes des bœufs, d’installer un fanal, de promener des torches, pour persuader les vaisseaux en peine d’approcher, que d’autres étaient là, qui se balançaient au port. (…) Le métier est devenu douteux, d’un rapport incertain, par la rareté des sinistres maritimes : dès l’obscurité surgit la flamme vigilante du phare et la mer offre des routes mieux connues (…). Ils pêchent le goémon, surtout aux productives marées d’équinoxe et par les gros temps, armés de longs rateaux, dans l’eau jusqu’à mi-corps,arrachant à la vague la plante qu’elle apporte et remporterait, élevant ces tours noires surmontées de dômes de terre qui semblent garder l’approche de la côte, sous des capuces marron entre Guissény et Goulven, ou des capelines bleues pareilles à des heaumes, la visière relevée, vers Plouescat, ils semblent dans la brume de mystérieuses sentinelles, guerriers plus que pêcheurs d’herbes et cultivateurs. Pêcheurs d’hommes, jadis ! (…) Bons naufrages d’autrefois 13! »

Aujourd’hui, ce passé est exploité pour vendre les charmes touristiques de la Côte des légendes. Depuis, une très grande tradition de sauvetage en mer est apparue en Pays Pagan, comme par ailleurs, dans toute la Bretagne Armorique.

Un « pays noir » ?

La région a parfois été qualifiée de « Pays noir » ; Gustave Geffroy a écrit en 1905 : « Nous sommes ici en plein « pays noir ». Et ce n’est pas le costume des habitants qui a valu ce surnom (…) c’est le caractère, c’est l’âme de ces hommes qui sont vêtus d’un deuil éternel. Pourquoi ? Comment ? La tradition fait remonter à un vieil ermite du VIe siècle, saint Goulven, le changement qui s’est opéré dans le moral des Léonards du Kéménet-Ili. Jadis cette race aimait la danse avec une sorte de fureur, dit Miorcec de Kerdanet (…) Mais Goulven, avec son éloquence douce, persuasive (…) convertit les chansons profanes en cantiques pieux de sa composition ou bien de celle de ses vicaires. Le diocèse devint un pays de foi, de dévotion, de bon exemple. Le fait est qu’aujourd’hui encore, dans cette partie du Léon, la danse est proscrite de toutes les fêtes publiques ou domestiques »14.

Économie

Le Pays pagan vit du tourisme et de l’agriculture maraîchère. Le goémon, et plus précisément le pioka (ou « lichen de mer ») est récolté les semaines de grandes marées et utilisé par l’industrie alimentaire pour concevoir des épaississants employés pour la confection de flan, de crèmes glacées ou de yaourts. Quelques entreprises dans le bâtiment sont aussi présentes, pour la plupart d’origine locale.

Activité culturelle

Le Pays pagan possède sa troupe de théâtre, Ar Vro Bagan, ainsi qu’un bagad et un cercle de danse bretonne. Diverses activités sportives sont par ailleurs proposées avec du football, du handball, du surf, de la voile. Des groupes de musique aussi chantent ce pays avec entre autres le groupe de chants de marins, Les Gourlazous [archive] qui se produisent régulièrement dans cette contrée. Le chanteur Dom Duff, originaire de Plouescat, reste attaché à son pays et a écrit plusieurs chansons qui en témoignent.

Traditions

L’identité « paganiz » est mise en avant depuis quelques années pour affirmer une originalité culturelle (« carnaval pagan » de Plounéour-Trez ou encore Trechou Surf Team de Kerlouan affirmant son côté pagan). Mais dans les faits, cette personnalité est peu marquée et ses traditions et costumes sont très peu éloignés de ceux du Bas-Léon.

Littérature

  • Yves Le Febvre a publié une nouvelle intitulée Le « Pagan (mœurs bretonnes) en 190715.
  • Les Païens (Ar Baganiz en breton) de Tanguy Malmanche : drame en trois actes, en vers, situé à Kerlouan en 1681, traduction de l’auteur, en 1931.

Notes et références

  1. Ernest Daudet, Au pays des pilleurs d’épaves, article paru dans le journal Le Temps n° 13987 du 23 septembre 1899, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k236144z/f3.image.r=Kerlouan.langFR [archive]
  2. Le droit de s’emparer de tout ce qui appartenait aux malheureux naufragés était déjà inscrit dans la plus ancienne des lois de la mer connue, celle des Rhodiens
  3. « Nouveau commentaire sur l’ordonnance de 1681″, 1776, titre IX des Naufrages cité par Guillaume Joseph Gabriel de La Landelle, « La semaine des familles », n° du 27 avril 1867, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55197080/f5.image.r=Landeda.langFR [archive]
  4. Jacques Cambry, Voyage dans le Finistère, ou État de ce département en 1794 et 1795 [archive], Tome second, page 56, librairie du Cercle social, Paris, 1798
  5. Jacques Boucher de Perthes, « Sous dix rois. Souvenirs de 1791 à 1867″
  6. Albert Laot, « Contrebande et surveillance des côtes bretonnes », Coop Breizh, 2009 [ISBN 978-2-84346-389-1]
  7. http://www.ouest-france.fr/lindian-vestiges-et-histoire-dun-naufrage-oublie-726376 [archive]
  8. Le Berlingue est un tissu, mélange de laine et de fil
  9. a et b Pol Potier de Courcy, « La Bretagne contemporaine, 1864, cité par Guillaume Joseph Gabriel de La Landelle, « La semaine des familles », n° du 27 avril 1867, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55197080/f5.image.r=Landeda.langFR [archive]
  10. Auteur non précisé, Les rivales amies, « Revue du monde catholique », 1er décembre 1901, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5658250w/f319.image.r=kerlouan.langFR [archive]
  11. Guillaume Joseph Gabriel de La Landelle, La semaine des familles, n° du 27 avril 1867, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55197080/f6.image.r=Landeda.langFR [archive]
  12. Louis Gallouédec, Études sur la Basse-Bretagne, revue « Annales de Géographie », 1892, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1041344/f191.image.r=Kerlouan.langFR [archive]
  13. Jean Ajalbert, Chez les naufrageurs, Supplément littéraire du dimanche, « Le Figaro », n° 16 du 19 avril 1890, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k272540j/f2.image.r=Ouessant.langFR [archive]
  14. Gustave Geffroy, La Bretagne, « Revue universelle », 1905, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5758826j/f54.image.r=Kerlouan.langFR [archive]
  15. Cette nouvelle est parue dans le journal Messidor no 26 du 26 février 1907, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7643576r/f5.zoom.r=Kerlouan.langFR [archive]


Philippe Poutou, candidat du NPA à l’élection présidentielle, remonté comme un coucou

 

 

Ce n’est pas moi qui le dis, hein, ce sont les journalistes de 20minutes.fr qui relèvent aussi lors de leur reportage que :

« Philippe a parfois du mal à admettre que dialoguer, ce n’est pas se rendre complice »

 

Le NPA est une secte, et une secte dangereuse. Combien de fois faudra-t-il le dire avant d’être entendu ?

Même son candidat à la présidentielle est soumis au dogme du parti pour ses militants de base, tous embrigadés dans une vraie secte qui les utilise contre leur bien et leurs intérêts au profit de puissants dont ils n’ont même pas idée.

Dialoguer, c’est s’ouvrir à d’autres points de vue que ceux du gourou, avec pour ce dernier le risque d’être confondu comme menteur, affabulateur et manipulateur, comme le furent en partie les dirigeants de la section brestoise de la LCR pour leur adepte Joël Roma en 2005.

 

http://www.20minutes.fr/politique/2028195-20170310-presidentielle-philippe-poutou-seul-candidat-risque-perdre-boulot

Présidentielle: Philippe Poutou, le seul candidat qui risque de perdre son boulot

 

REPORTAGE Le prétendant du NPA se bat pour sauver l’usine Ford de Blanquefort (Gironde) tout en faisant campagne…

Philippe Poutou, lors d'une grève à l'usine Ford de Blanquefort, près de Bordeaux, le 2 septembre 2016.

Philippe Poutou, lors d’une grève à l’usine Ford de Blanquefort, près de Bordeaux, le 2 septembre 2016. – UGO AMEZ/SIPA

 

* Julien Laloye
    • Publié le 10.03.2017 à 07:05
    • Mis à jour le 10.03.2017 à 11:27

De notre envoyé spécial en Gironde,

« Confirmation d’un appel à débrayage 13h-15h avec rassemblement pour faire le point sur la situation. Ça se passera sur le parking CE extérieur de l’usine ; » Philippe Poutou nous a donné rendez-vous, ce jeudi, par texto devant le siège de Ford Aquitaine Industrie, à Blanquefort (Gironde), tout près de Bordeaux. Le candidat du NPA à la présidentielle est remonté comme un coucou. Les dirigeants de l’entreprise américaine qui l’emploient depuis 2000 à la maintenance ont reporté un rendez-vous décisif pour l’avenir d’un site en perpétuel sursis. Trois mille salariés il y a quinze ans, à peine 950 aujourd’hui, qui se demandent ce qu’ils vont devenir après mai 2018. C’est à cette date que l’engagement du fabricant de voitures sur le maintien de l’emploi en Gironde deviendra caduc.

>> A lire aussi : Les ouvriers de l’usine Ford, inquiets pour leurs emplois, ont débrayé

Ils sont à peine une quarantaine à avoir répondu à l’appel de la CGT sur le fameux parking CE. « Les gens ont le cul dans la graisse, ils savent qu’ils ne trouveront jamais un meilleur job ailleurs, et pourtant ils ne se bougent pas, peste un participant. Heureusement qu’il y a Philippe et les autres pour se battre. » En bleu de travail et tee-shirt azur, « Philippe » harangue les troupes, sûr de son petit effet : la veille, la vice-présidente de Ford Europe, Linda Cash, qui ne danse pas le tango, a passé sa journée à l’usine.

Les syndicats souhaitaient lui faire connaître leurs inquiétudes. Consigne avaient été donnée de faire le ménage pour faire bonne impression. « De toute façon, ce n’était pas dur, la moitié de l’usine est vide, raconte Laurent, 17 ans de boîte au laboratoire de Chimie. Quand on pense à ce que Ford représentait à Blanquefort… »

Philippe Poutou au milieu des ouvriers, le 9 mars 2017 à Blanquefort.

Philippe Poutou au milieu des ouvriers, le 9 mars 2017 à Blanquefort. – J.Laloye/20minutes

 

Pendant des années, c’était tout, comme Michelin à Clermont (Puy-de-Dôme), ou Peugeot à Sochaux (Doubs). Une entreprise qui structurait la vie d’un territoire, avec 4.500 employés à son apogée, dans une ville de 16.000 habitants. « J’ai vu l’usine se construire, se rappelle Dominique Clavet, rencontrée au centre-ville. Mon père était chef du personnel, mon mari a travaillé toute sa vie dans les ateliers… ça faisait vivre du monde. »Inaugurée en 1977 par la famille Ford elle-même, l’usine de Blanquefort a connu un déclin progressif, jusqu’à ne plus concerner grand-monde aux alentours.

Au Trio, le bar de refuge de la petite place centrale de Blanquefort, en face de l’église, Martine, au comptoir depuis sept ans, n’a rien à dire sur Ford. « Leurs ouvriers, on ne les voit pas, on ne peut pas dire qu’ils nous fassent travailler. Ce n’est même pas un sujet de conversation avec les clients, même si évidemment ce serait triste pour eux si ça fermait. »

Même son de cloche au chalet Aquitain, dont la survie pourrait pourtant inspirer les « Fordistes ». Au bord de la liquidation judiciaire il y a trois ans, ce fabricant de chaussures, a maintenu l’activité grâce à la mobilisation de ses salariés. « On n’est plus que onze et la production est tombée à 10.000 paires par an contre 600.000 à la grande époque, mais on a survécu », résume Marie-Hélène, qui aurait bien aimé voir les gars de Ford au soutien. « Philippe Poutou, je ne l’ai jamais vu dans le magasin pour s’acheter une paire de chaussures. On aurait peut-être pu créer des ponts à partir d’une rencontre, même fortuite. »

« Des premières grèves à 20 dans le vestiaire »

Le syndicaliste était trop occupé, déjà, par son combat pour sauver son job et celui de ses collègues. « Quand ça allait bien au début, Les premières grèves c’était des trucs à 20 dans les vestiaires pour les salaires, une fois par an, se marre l’intéressé. Il y avait de la fierté, on faisait nos deux heures de débrayage avec 15 types de la direction en ligne qui regardaient qui sortait du vestiaire. » Et puis la lutte est devenue plus sérieuse, les licenciements succédant aux licenciements, jusqu’au départ de Ford, en 2009, avec le retrait symbolique du logo de l’entreprise. « Un jour terrible, on n’était pas 100 à manifester au pied du panneau. Ça faisait bizarre vu ma position de manifester contre le départ d’une grosse multinationale capitaliste, mais on était persuadés que c’était le début de la fin. »

Jean-Luc Mélanchon truste les affiches devant l'usine Ford de Blanquefort.

Jean-Luc Mélanchon truste les affiches devant l’usine Ford de Blanquefort. – J.Laloye/20minutes

 

Poutou n’est pas encore un homme politique, mais il commence à se faire une réputation de dur à cuire dans le coin. « On a beaucoup travaillé de concert pour tenter de sauver le maximum d’emplois, se souvient Francis Wilsius. Philippe est parfois très extrême dans ses revendications, mais il a l’intérêt du collectif en lui », témoigne cet ancien salarié (« 38 ans de maison depuis l’ouverture »), devenu conseiller régional du PRG chargé de la délégation à la restructuration économique, une fonction qui lui permet de conserver un œil sur le futur de l’entreprise… et son ancien compagnon de lutte, qu’il a même décidé de parrainer en vue de l’élection présidentielle. « Parce que c’est normal qu’un ouvrier puisse se présenter, toutes les catégories doivent être représentées à ce rendez-vous. »

C’est ce statut de candidat qui avait tout changé pour Poutou en 2012, quand son nom avait été sorti du chapeau par le NPA. La direction de Ford elle-même ne refuse pas ce petit coup de pub bienvenu, alors qu’elle vient de faire son retour sur le site. Cinq ans plus tard, le fabricant ne semble pas s’émouvoir que son employé ait remis ça : « On fait le nécessaire afin qu’il puisse mener sa campagne [Philippe Poutou travaille deux jours par semaine à l’usine], explique un porte-parole de la firme, mais pour nous, c’est de l’ordre de l’anecdote. »

Philippe Poutou est au contraire persuadé que son combat politique lui permet de « protéger » l’usine de Blanquefort. « Les collègues sont contents que je sois à nouveau candidat, ça met la lumière sur eux, même ceux qui ne votent pas du tout à l’extrême gauche. Ils savent que quand on parle de moi, on parle de l’usine. Ça ne suffira pas à la sauver, mais c’est important. »

« Philippe a parfois du mal à admettre que dialoguer, ce n’est pas se rendre complice »

A l’heure du changement de shift de la mi-journée, ils ne sont que quelques-uns à franchir les nombreux tourniquets qui encadrent l’entrée dans las bâtiments. Mais ils se montrent plutôt admiratifs de l’énergie de Poutou à la tâche. Murielle, employée au contrôle métallurgique : « Il est toujours à l’écoute de nos problèmes. Quand j’ai eu quelques soucis avec des collègues disons « machos », il a été là pour moi. Lui au moins se bat pour que ça continue. Parce que les gens comme nous, qui ont 20 ans de boîte et presque 50 ans, comment on va faire pour se recycler demain si on perd notre travail ? ». « Philippe s’investit énormément dans le combat pour Blanquefort sans faire de prosélytisme pour son parti politique », abonde Jean-Luc Gassies, élu de la CFTC

« Je ne crois pas avoir pris la grosse tête, je suis pareil à la télé qu’avec les copains, reprend Poutou. Quand on fait 1 %, c’est compliqué, faut dire ! » Chez Ford, ce serait sans doute beaucoup plus. « Une fois j’avais dit que je passerais au second tour si seule l’usine votait, mais c’est pas si évident, parce que beaucoup ici vont s’abstenir. Parmi Fillon, Macron, ou Le Pen, les trois qui peuvent gagner, il y en a aucun qui semble se préoccuper de notre sort, alors que personne n’a intérêt à voir des emplois disparaître. On n’a qu’un an devant nous avant d’en arriver là ».

 



Programme Macron : toujours très peu de critiques

 

 

Cela a toutefois commencé pour quelques mesures de son programme, les plus marquantes pour ceux qui n’ont aucun problème à se faire entendre de la classe journalistique, mais toujours pas ou vraiment très peu à propos de l’essentiel pour le plus grand nombre (voir rappel des chiffres ci-dessous) : le travail et son corollaire, le chômage, dont le mode de gestion constitue le socle du type de société que nous avons choisi ou sommes appelés à choisir, autant que possible.

Les extrême-gauchistes s’opposent toujours à la propriété privée, sauf pour eux-mêmes ou leurs collègues fonctionnaires ou élus, tout le monde le sait. Leurs amis les plus libéraux de même, car c’est un frein à la mobilité des salariés, leur flexibilité, ou leur retour à une condition de serfs ou d’esclaves. Ils sont d’accord entre eux, leurs objectifs sont les mêmes. Quant aux moyens à mettre en oeuvre pour y parvenir, la solution étatique chère aux extrême-gauchistes que propose Emmanuel Macron, c’est évidemment une dictature. Il ne peut de toute façon en être autrement alors que personne ne veut de la régression recherchée.

 

http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/02/25/emmanuel-macron-veut-exonerer-de-taxe-d-habitation-80-des-francais_5085500_4854003.html

Emmanuel Macron veut exonérer de taxe d’habitation 80 % des Français

 

Le candidat à la présidentielle d’En marche ! a estimé le coût de la mesure à 10 milliards d’euros sur le quinquennat.

LE MONDE | 25.02.2017 à 10h21 | Par Patrick Roger

C’est la surprise du chef. Alors que cela ne figurait ni dans l’entretien sur son projet économique qu’il a accordé vendredi 24 février aux Echos, ni dans le dossier de presse présenté par ses équipes, Emmanuel Macron a annoncé, sur RMC et BFM-TV, son intention d’exonérer de la taxe d’habitation « 80 % de celles et ceux qui la paient ». Une mesure dont il évalue le coût à 10 milliards d’euros sur le quinquennat.

 

Un joli coup. La présentation de son programme économique a suscité des réactions très critiques, à gauche comme à droite. De manière générale, il est jugé comme s’inscrivant dans une certaine continuité avec la politique suivie par François Hollande – qu’il a d’ailleurs contribué à inspirer. La droite raille « la camomille et les demi-mesures » du candidat d’En marche ! Benoît Hamon dit éprouver « une forme de consternation » et estime que celui-ci emprunte à « une tradition politique qui a échoué ». De part et d’autre, l’angle d’attaque se précise : il s’agit de faire endosser à M. Macron l’habit, peu convoité en cette fin de quinquennat, d’héritier de M. Hollande.

Est-ce que le candidat a choisi de distiller son annonce pour s’assurer un rebond sur ses propositions économiques ? Toujours est-il que cette mesure, « la plus essentielle et la plus juste pour le pouvoir d’achat », comme il s’est lui-même chargé de la vendre, lui permet d’installer dans la campagne un thème aisément identifiable et qui parle aux gens. Là où les baisses d’impôts prévues par François Fillon concernent à 80 % les entreprises et 20 % les ménages, mais essentiellement concentrées sur les plus aisés, M. Macron propose une baisse – modeste – de la fiscalité centrée sur les classes moyennes.

La taxe d’habitation a rapporté aux communes et intercommunalités, en 2015, un peu moins de 22 milliards d’euros. Cependant, un certain nombre de personnes aux revenus modestes en sont exonérées, ce qui signifie que c’est l’Etat qui en assume le coût. Cet impôt local est en outre très inégal – il peut varier du simple au triple – et souvent injuste, à savoir que son montant est plus élevé dans les communes pauvres que dans les communes riches, avec un coût moyen de 600 euros. Globalement, il pèse plus sur les faibles revenus que sur les ménages aisés.

Quatre ménages sur cinq concernés

Toutes les entreprises de révision des bases locatives engagées depuis 1997 ont jusque-là échoué. Pour M. Macron, il s’agit donc de faire prendre en charge par l’Etat le montant de la taxe d’habitation acquitté par les contribuables dont le revenu fiscal de référence est inférieur à 20 000 euros. Ainsi, un couple avec deux enfants dont le revenu mensuel est inférieur à 5 000 euros sera exonéré. Cela concerne quatre ménages sur cinq.

La mesure sera mise en œuvre progressivement, par tranches, à partir de 2018 pour être pleinement déployée en 2020. Le montant de la taxe d’habitation pris en charge par l’Etat sera celui perçu par les collectivités au moment du basculement. Ce qui fait d’ores et déjà craindre à certains élus qu’ils perdent à terme une partie de leur autonomie fiscale puisqu’ils ne bénéficieront plus, pour la partie exonérée, de la faculté qu’ils ont d’augmenter le taux de cet impôt.

Lire aussi :   Dur d’être macroniste en terre de gauche

  • Journaliste au Monde

 

http://www.lepoint.fr/societe/taxe-d-habitation-la-promesse-de-macron-inquiete-les-maires-25-02-2017-2107461_23.php

Taxe d’habitation: la promesse de Macron inquiète les maires

AFP

Publié le 25/02/2017 à 12:43 | AFP

Le candidat à la présidentielle du mouvement "En marche!" Emmanuel Macron le 24 février 2017 à Souillac
Le candidat à la présidentielle du mouvement « En marche! » Emmanuel Macron le 24 février 2017 à Souillac © AFP / ERIC CABANIS

 

L’Association des maires de France a exprimé samedi son inquiétude devant la promesse d’Emmanuel Macron d’exonérer 80 % de la population de la taxe d’habitation.

« Une proposition a été émise d’exonérer de la taxe d’habitation 80 % des habitants, privant ainsi les communes, et leurs intercommunalités, de 10 milliards de recettes, soit une perte de 36 % de l’ensemble de leurs ressources propres ! », s’alarme l’AMF dans un communiqué.

Le président de l’AMF, François Baroin (LR), et le premier vice-président délégué, André Laignel (PS), « mettent solennellement en garde contre toute mesure démagogique, non financée et attentatoire aux libertés locales », ajoute l’Association.

« Dans une société de responsabilité, à l’opposé de tout populisme, il est légitime que chaque habitant contribue, en fonction de ses moyens, aux charges communes ; c’est le fondement même de la démocratie locale qui est en jeu », fait-elle valoir.

Cette mesure, selon l’AMF, serait « démagogique car existent déjà de nombreux dispositifs d’allègements, de dégrèvements, d’exonération ou de plafonnement de la TH dont bénéficient les habitants » « Ainsi, aujourd’hui, 42 % des foyers en bénéficient, soit 13 millions de foyers environ », souligne l’AMF.

Une telle promesse serait de surcroît « non financée car l’Etat, depuis longtemps, ne compense plus réellement les conséquences de ses propres décisions ».

Enfin, cette exonération serait « attentatoire aux libertés locales »: « en privant de manière autoritaire les communes et leurs intercommunalités d’un tel montant de ressources propres, l’Etat remettrait en cause leur libre administration et leur capacité d’assurer les services publics essentiels attendus par la population, de l’école à la solidarité », prévient l’AMF.

Dans un communiqué, En Marche !, le mouvement de M. Macron, a précisé que « dès 2018, la taxe d’habitation sera sensiblement allégée » et c’est « en 2020 (que) 4 Français sur 5 ne paieront plus la taxe d’habitation ».

25/02/2017 12:42:23 -          Paris (AFP) -          © 2017 AFP

 

http://www.liberation.fr/elections-presidentielle-legislatives-2017/2017/02/25/macron-recycle-une-vieille-intox-de-la-droite-sur-le-jour-de-carence-des-fonctionnaires_1550904

Désintox

Macron recycle une vieille intox de la droite sur le jour de carence des fonctionnaires

 

Par Pauline Moullot — 25 février 2017 à 10:09 (mis à jour à 14:16)
Emmanuel Macron lors de la rencontre avec François Bayrou, au restaurant Monsieur Bleu, à Paris, le 23 février. Photo Marc Chaumeil pour Libération

Comme la droite, Emmanuel Macron veut réintroduire une journée de carence dans la fonction publique. Et comme la droite, il ressort une intox sur le principe d’équité… qu’il combattait il y a un an et demi.

  • Macron recycle une vieille intox de la droite… qu’il dénonçait il y a un an et demi

INTOX. Vendredi matin chez Jean-Jacques Bourdin, Emmanuel Macron, le candidat ni de droite ni de gauche, a donc franchement penché d’un des deux côtés dans le registre de l’intox en épousant un des bobards préféré de la droite : le jour de carence dans la fonction publique, qu’il veut rétablir. Il a justifié sa proposition par le principe de l’équité entre salariés du public et du privé. «Je le restaure, et je l’ai dit et je porte cette mesure parce qu’il y a une protection légitime en matière d’emploi quand on est fonctionnaire : on a un devoir de neutralité, une indépendance et donc des protections légitimes. Mais ces protections légitimes, elles ne justifient pas d’avoir des droits exorbitants.»

DESINTOX. Ainsi, la suppression du jour de carence dans la fonction publique serait un droit exorbitant ? Bien au contraire. Macron n’est pas le premier à sortir cette ânerie, il suit une longue cohorte de membres des Républicains (ex-UMP). Le jour de carence avait été instauré par François Fillon en 2011 : la mesure prévoyait que lorsque les salariés de la fonction publique prennent un jour d’arrêt maladie, ils aient un jour de carence avant d’être pris en charge par l’Assurance maladie. Il avait ensuite été supprimé par la gauche, en 2013. Depuis, la droite fantasme sur son rétablissement.

Ainsi François Fillon, dès 2013, s’insurgeait contre le fait que l’«on garantit à la fonction publique qu’elle n’aura plus de jour de carence en cas d’arrêt maladie contrairement à tous les autres salariés français». Christian Jacob et l’ensemble de la droite n’étaient d’ailleurs pas en reste pour dénoncer, à tort, une mesure inéquitable. Le débat sur le jour de carence revient à l’occasion de la primaire de la droite, à l’automne dernier, et la surenchère avec. Alors que Fillon prévoit de réintroduire une journée de carence, ses adversaires promettent d’en rajouter de deux à quatre. Avec, toujours, le même argument : sans aucun jour de carence, les fonctionnaires auraient droit à un régime de faveur.

Lors d’un arrêt maladie, les salariés du privé ont trois jours de carence avant de pouvoir bénéficier de leurs indemnités journalières (code de la sécurité sociale, art. R.323-1). Les fonctionnaires, eux, n’ont donc plus aucun jour de carence. Restaurer le jour de carence serait donc une mesure d’équité ? Le raisonnement est simpliste. Car on l’a dit et redit depuis maintenant quatre ans, le jour de carence pour les fonctionnaires générerait davantage d’injustices que cela en réglerait. Et pour cause, une grande partie des entreprises prennent en charge les jours de carence de leurs salariés.

Une étude «Protection sociale complémentaire d’entreprise» (PSCE) de 2009, menée par l’Institut de recherche et documentation en économie de la santé (Irdes) révèle que 66 % des salariés bénéficient d’une prise en charge du délai de carence par leur prévoyance entreprise. Sur ces 66 %, 64,4 % disposent d’une prise en charge totale de ces trois jours et seulement 2,1 % n’ont qu’une prise en charge partielle. Enfin, 34 % n’ont aucune prise en charge. Mais cette étude révèle de larges disparités, puisque la prise en charge totale concerne 82 % des cadres, 56 % des employés et 51 % des ouvriers. Et surtout, l’hétérogénéité est très forte parmi les entreprises : 77 % des très grandes entreprises prennent en charge le délai de carence, contre 47 % des très petites (TPE). En instaurant un jour de carence pour les fonctionnaires, ces derniers seraient donc traités comme la minorité de salariés du privé les moins bien traités… Pas franchement un exemple d’équité.

D’ailleurs, au moment des débats à l’Assemblée nationale sur l’instauration du jour de carence dans le public, certains députés avaient proposé qu’on profite de la réforme pour uniformiser les régimes et que public et privé aient exactement le même nombre de jours de carence. Mais même Christian Jacob et son collègue Gilles Carrez avaient expliqué pourquoi cela serait contraire au principe d’équité.

Gilles Carrez : «Si, en apparence, on note une différence de trois jours entre le secteur privé et le secteur public, une partie non négligeable des salariés du privé sont couverts par des accords collectifs.»

Christian Jacob : «Il est en effet toujours difficile de comparer les secteurs public et privé et d’établir une certaine équité entre eux. Au reste, il existe une réelle différence. Dans 75 ou 80% des cas, les salariés du privé sont couverts par des accords de convention collective grâce auxquels les jours de carence ne sont pas à leur charge directe mais à celle de l’employeur.»

Mais le plus amusant est qu’en mai 2015, lors de l’examen de la loi Macron (c’est une coïncidence), Roger Karoutchi, sénateur LR, avait déposé un amendement pour remettre trois jours de carence dans la fonction publique… Et c’était Emmanuel Macron qui s’y était opposé lors des débats parlementaires… avec l’argumentaire qu’on peut lui opposer aujourd’hui. «Tout d’abord, si l’on examine de près la situation des salariés du privé, on s’aperçoit que les deux tiers d’entre eux sont couverts par des conventions collectives qui prennent en charge les jours de carence. Donc, « en vrai », comme disent les enfants, la situation n’est pas aussi injuste que celle que vous décrivez». Et le ministre de conclure que ce n’était pas « une bonne mesure »

«En vrai », il a fait une jolie volte-face, Emmanuel Macron.

Pauline Moullot

 

http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/02/24/le-projet-d-emmanuel-macron-est-social-liberal_5085093_4854003.html

« Le projet d’Emmanuel Macron est social-libéral »

 

Audrey Tonnelier, journaliste au « Monde », a répondu à vos questions sur le programme économique du candidat d’En marche !.

LE MONDE | 24.02.2017 à 15h19 • Mis à jour le 24.02.2017 à 15h44 | Par Audrey Tonnelier

Emmanuel Macron a présenté jeudi le cadrage budgétaire de son programme économique. 25 milliards d’économie dans les dépenses de l’Etat, baisse du nombre de fonctionnaires… Audrey Tonnelier, journaliste au Monde, a répondu à vos questions sur le Live.

 

Sylvain : Bonjour. Faut-il qualifier le programme économique de Macron de social-libéral ou de droite modérée ? Se trouve-t-il à mi-chemin entre la gauche sociodémocrate et la droite humaniste ? Merci.

Audrey Tonnelier : Bonjour, les éléments de cadrage budgétaire du programme économique d’Emmanuel Macron présentés ce matin peuvent permettre de qualifier son projet de social-libéral : il y est question de flexibilité du travail, de réformes structurelles, de baisse de la fiscalité du capital… Dans l’esprit du candidat d’En marche !, cela doit aller de pair avec des mesures de protection comme l’universalisation de l’assurance-chômage ou encore une meilleure formation des demandeurs d’emploi.

Lire aussi :   Macron, un projet sans rupture avec le hollandisme

DJKick : Est-ce que Macron va abroger ou modifier la loi de finances et modifier les plans de l’imposition à la source dès son élection ?

Audrey Tonnelier : Bonjour, il n’a pas évoqué ces thèmes ce matin. L’exercice auquel se livre l’équipe d’En Marche ! est assez inédit, puisque le candidat a choisi de dévoiler les éléments de cadrage budgétaire aujourd’hui, mais il ne présentera son programme global, sous forme d’une dizaine de propositions, que le 2 mars.

Christophe : Par quoi est compensé le manque à gagner pour les collectivités locales s’il n’y a plus de taxe d’habitation ?

Audrey Tonnelier : Bonjour, pour l’instant, Emmanuel Macron s’est borné à indiquer qu’il souhaite exonérer de taxe d’habitation 80 % des Français qui la paient, une mesure dont il évalue le coût pour l’Etat à 10 milliards d’euros. La mesure ne « coûtera rien aux collectivités locales » puisqu’elle sera à la charge de l’Etat, a-t-il expliqué, sans plus de précisions.

Lire aussi :   Des économistes jugent l’équilibre du projet d’Emmanuel Macron

Thortu : Quels sont les prévisions de croissance, déficit et dettes sur le quinquennat ? Ceux-ci sont-ils crédibles ?

Audrey Tonnelier : Bonjour, les hypothèses de croissance du produit intérieur brut (PIB) du candidat Macron vont de 1,4 % cette année à 1,8 % en 2022. C’est nettement plus prudent que les prévisions des autres candidats, qui voient tous l’économie française décoller à plus de 2 % dès l’année prochaine – rappelons qu’elle a atteint 1,1 % l’an dernier… La prévision de déficit public 2017 est de 2,9 % du PIB et l’équipe d’En Marche ! assure qu’elle se maintiendra « dans l’épure des 3 % » (sic) tout au long du quinquennat, soit dans la limite de ce qu’exigent les traités européens. En comparaison, François Fillon vise un déficit nul à l’horizon 2022, Jean-Luc Mélenchon prévoit 2,5 %, avec un pic à 4,8 % en 2018. C’est donc un chiffrage moins ambitieux que présente Emmanuel Macron : certains y verront un défaut de volontarisme politique, d’autres un projet plus réaliste.

Jean : Macron propose 60 milliards d’économies soit une réduction du déficit de 3 %, mais en même temps un plan d’investissement de 50 milliards. Ça fait donc seulement 10 milliards d’économies non ?

Audrey Tonnelier : Le programme prévoit à ce stade un « plan d’investissement » de 50 milliards d’euros, étalé sur cinq ans. Les 60 milliards de baisse de dépenses représentent la baisse par an qu’on aura, selon le candidat, en fin de quinquennat, c’est-à-dire en 2022, par rapport à ce qu’aurait été la tendance naturelle de la trajectoire de dépense autrement (une « astuce » couramment utilisée dans les programmes et les budgets publics). On ne peut donc pas stricto censu comparer les deux chiffres. Le montant de 60 milliards est plutôt à rapporter à l’objectif de 20 milliards de baisses de prélèvements obligatoires sur le quinquennat.

Gabriel : Concrètement, Macron est-il plus proche de la politique économique menée par François Hollande ou celle prônée par François Fillon ? Son programme donne l’impression d’être libéral mais pas débridé.

Audrey Tonnelier : Il y a clairement une volonté d’Emmanuel Macron de ménager un électorat encore volatil, et hétérogène (de gauche comme de droite, pour schématiser). A la lecture de ses orientations économiques et budgétaires, on voit qu’il capitalise sur ce qui a été fait durant le quinquennat, y compris lorsqu’il était ministre de l’économie (CICE, pacte de responsabilité…). Il refuse des « mesures chocs » comme la suppression de 500 000 postes de fonctionnaires proposée par François Fillon ce qui lui permet d’être qualifié de social-libéral. En revanche, il y a une vraie baisse de la fiscalité du capital : le prélèvement forfaitaire unique au taux de l’ordre de 30 %, prélèvements sociaux inclus, devrait constituer un avantage pour les foyers imposés aux taux marginaux les plus élevés.

Aena : Bonjour, peut-on qualifier le programme de M. Macron d’européen ? Que prévoit-il concernant la zone euro ?

Audrey Tonnelier : Bonjour, Emmanuel Macron a été l’un des premiers candidats à se positionner comme pro-européen dans cette campagne, notamment en réaction aux messages portés par d’autres (Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon) sur le protectionnisme et/ou la sortie de l’Union européenne. Il a redit ce matin souhaiter une « relance de la dynamique européenne » et « créer un vrai budget » de la zone euro, avec un ministre de l’économie et des finances dédié. De l’avis de nombreux observateurs, c’est un objectif très ambitieux et complexe aujourd’hui, compte tenu des désaccords des derniers mois entre les Etats membres (migrants, austérité…). Il est toutefois intéressant que noter que, sur le sujet du couple franco-allemand, il se distingue par sa volonté de ne pas aller au bras de fer avec Berlin, mais plutôt de chercher une voie de conciliation.

Chocojo : Bonjour, sait-on quand Macron compte-t-il dévoiler d’autres parties de son programme ? Ces annonces par bribes rentrent-elles dans une stratégie électorale rodée (pour obtenir plus de présence dans les médias) ?

Audrey Tonnelier : Bonjour, il est effectivement plus courant de présenter le cadrage budgétaire d’un programme en annexe de celui-ci. Emmanuel Macron a indiqué qu’il dévoilera son « contrat avec la nation » le 2 mars prochain.

 

http://www.lesechos.fr/elections/emmanuel-macron/0211829415476-le-programme-de-macron-est-de-meme-nature-que-celui-de-fillon-2067682.php

« Le programme de Macron est de même nature que celui de Fillon »

 

Gabriel Nedelec Le 24/02 à 15:55Mis à jour à 17:42
image:Nicolas Bouzou, économiste, directeur cabinet d'analyses Asteres.
Nicolas Bouzou, économiste, directeur du cabinet d’analyses Asteres. – SIPA

 

+ VIDEO – L’économiste libéral Nicolas Bouzou revient sur le projet dévoilé ce vendredi dans « Les Echos » par le candidat de En Marche !

 

L’économiste Nicolas Bouzou décrypte le programme dévoilé par Emmanuel Macron ce vendredi dans « Les Echos » . Selon lui, il s’agit d’un programme social-libéral qui s’inscrit dans la continuité de la fin du quinquennat de François Hollande.

Comment qualifieriez-vous le programme économique qui vient d’être dévoilé par Emmanuel Macron ?

Selon moi, il s’agit d’un programme social-libéral. Libéral, car Emmanuel Macron souhaite une baisse de la dépense publique à hauteur de 60 milliards ainsi que des taux de prélèvement obligatoire. De plus, il souhaite poursuivre les réformes structurelles qu’il devrait d’ailleurs étendre par la suite au marché du travail en y apportant plus de flexibilité.

Mais il est également social, lorsqu’il promet un plan d’investissement de 50 milliards sur cinq ans. C’est une bonne chose car il y a une vraie nécessité du côté des hôpitaux, des prisons et des campus universitaires.

Cette simultanéité d’une baisse de la dépense publique accompagnée d’un plan d’investissement est une vraie originalité, même si cela peut paraître paradoxal. Je pense au contraire que cela peut éviter l’effet récessif que peut induire une politique économique uniquement centrée sur la baisse des dépenses.

Avec ces propositions, de qui Emmanuel Macron se rapproche-t-il ?

Indubitablement, son projet et celui de François Fillon sont de même nature et selon moi vont dans le bon sens. Mais les deux programmes se distinguent principalement par leur dimension : du simple au double notamment en ce qui concerne la réduction de la dépense publique. C’est d’ailleurs la faiblesse du programme d’Emmanuel Macron à mes yeux. Mais je pousserai la provocation plus loin en disant que c’est un programme qui s’inscrit dans les pas de ce qu’a mis en place François Hollande dans la seconde partie de son quinquennat avec la loi El Khomri et le CICE notamment.

Si Emmanuel Macron prévoit à ce stade beaucoup moins d’économies que François Fillon, c’est sans doute qu’il anticipe plus que lui la résistance des Français en cas de réformes trop radicales.

Sur le fond, qu’est-ce qui les sépare ?

Je vois trois principaux points de divergence. D’abord François Fillon n’accompagne pas sa politique de baisse des dépenses d’un plan d’investissement conséquent. Ensuite, le candidat d’En Marche défend l’idée d’une allocation chômage quasi universelle, versée aussi bien aux indépendants qu’aux personnes ayant démissionné, ce qui devrait selon lui fluidifier l’économie. Enfin, Emmanuel Macron met, à raison, beaucoup plus l’accent sur la transition écologique dans son projet et propose d’instaurer une véritable fiscalité écologique, contrairement à François Fillon qui aborde cette question plus timidement.

Certains voient dans les mesures présentées par le candidat d’En Marche un programme d’inspiration nordique. Est-ce justifié ?

C’est vrai sur la question du chômage. Dans les pays scandinaves, un grand nombre de personnes sont susceptibles de toucher des indemnités chômage mais sur des périodes beaucoup plus courtes. De plus, le contrôle des allocataires y est beaucoup plus systématique et s’accompagne d’une vraie politique tournée vers la formation continue. C’est peu ou prou ce que propose Emmanuel Macron, qui a effectivement saisi l’enjeu pour les années à venir de la formation continue.

Est-ce compatible avec le modèle français ?

Cela ne peut se concevoir que si ces changements s’accompagnent d’une refonte du paritarisme en entreprise et de son rôle. A l’heure actuelle, le paritarisme nordique n’est pas de même nature qu’en France où la moyenne d’employés syndiqués est de 5% contre 30 à 60% chez eux. Ce qui pose chez nous un véritable problème de représentativité. Par ailleurs, chez nos voisins scandinaves, son financement repose à 80 % sur les adhésions, contre seulement 20% en France. Mais Emmanuel Macron ne semble pas aller dans cette direction puisqu’il cherche à universaliser le chômage plutôt que de s’en remettre aux discussions avec les partenaires sociaux.

Vidéo : Décryptage de l’interview d’Emmanuel Macron aux Echos

Propos recueillis par Gabriel Nedelec

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Population_active

Population active

La population active se définit comme l’ensemble des personnes en âge de travailler qui sont disponibles sur le marché du travail, qu’elles aient un emploi (population active occupée) ou qu’elles soient au chômage, à la différence de celles ne cherchant pas d’emploi, comme les personnes au foyer, étudiants, personnes en incapacité de travailler, rentiers. Selon les définitions, l’âge est fixé entre 15 et 64 ans, ou porte sur toutes personnes de plus de 15 ans. Une lecture logique de la notion peut être proposée comme dans le graphique ci-dessous.

Organigramme logique définissant la population active

Il n’existe cependant pas de définition unique de la population active, qui peut ainsi différer selon les instituts, les organismes, et les pays1,2.

Sommaire

Définitions

Selon l’OIT

La population active est définie par l’Organisation internationale du travail (OIT) comme l’ensemble des personnes ayant entre 15 et 64 ans et qui ont travaillé non bénévolement durant une semaine de référence. Les personnes ayant un emploi mais ne l’exerçant pas pour différentes raisons, comme un congé maternité, ainsi que les chômeurs, font également partie de la population active3.

Selon l’Insee

Selon les publications de l’Insee, trois principales définitions peuvent être retenues

Population active (recensement de la population)

La population active au sens du recensement de la population comprend les personnes qui déclarent :

  • exercer une profession (salariée ou non) même à temps partiel ;
  • aider une personne dans son travail (même sans rémunération) ;
  • être apprenti, stagiaire rémunéré ;
  • être chômeur à la recherche d’un emploi ou exerçant une activité réduite ;
  • être étudiant ou retraité mais occupant un emploi ;
  • être militaire du contingent (tant que cette situation existait).

Cette population correspond donc à la population active occupée à laquelle s’ajoutent les chômeurs à la recherche d’un emploi et les militaires du contingent tant que cette situation existait.

Remarque

Ne sont pas retenues les personnes qui, bien que s’étant déclarées chômeurs, précisent qu’elles ne recherchent pas d’emploi. C’est ce qui distingue cette définition de la population active au sens du recensement de la population d’une définition utilisée antérieurement de population active spontanée (ou auto-déclarée).

Population active (comptabilité nationale)

La population active est définie aux fins de la Comptabilité nationale comme comprenant toutes les personnes des deux sexes au-dessus d’un âge déterminé qui fournissent, durant une période de référence spécifiée, la main-d’œuvre nécessaire aux activités de production (telles que retenues dans la définition de la production du système de comptabilité nationale, SCN). Elle comprend toutes les personnes qui remplissent les conditions pour être considérées comme personnes pourvues d’un emploi (salariés ou non salariés) ou comme chômeurs.

Remarque

En comptabilité nationale, la population active résidente comprend les diplomates et militaires français à l’étranger mais exclut les diplomates et militaires étrangers qui ont leur résidence habituelle en France.

Population active (BIT)

La population active dite « au sens du BIT » regroupe la population active occupée et les chômeurs (ces deux concepts étant entendus selon les définitions BIT).

Remarque

Définition internationale, adoptée en 1982 par une résolution du Bureau international du travail (BIT).

Concepts proches

Population en âge de travailler

Selon le PNUD4, la population en âge de travailler correspond à l’ensemble de la population âgée de 15 à 64 ans.

Population active occupée

Selon la définition de l’OIT, la population active occupée représente les personnes faisant partie de la population active, à l’exception des chômeurs5.

Taux d’activité

Le taux d’activité d’une population (par exemple tous les individus de 35 à 44 ans) est la proportion d’actifs (individus actifs en emploi plus les chômeurs) dans cette population totale. En général, la population considérée est la population en âge de travailler (selon les critères, personnes de plus de 15 ans, ou entre 15 et 64 ans)6. Ainsi, le taux d’activité se calcule de la façon suivante :

Calcul du taux d’activité
taux d’activité en % = (population active / population totale correspondante) × 100

Taux d’emploi

Le taux d’emploi est la proportion de personnes disposant d’un emploi parmi celles en âge de travailler (15 à 64 ans). Le taux d’emploi reflète la capacité d’une économie à utiliser ses ressources en main-d’œuvre.

En France

En France, en 2013, la population active peut être caractérisée ainsi :

Sur 66 millions [archive] d’habitants en France, 66 % sont en âge de travailler (15-64 ans) soit 40 millions.

  • Population de – de 15 ans et plus de 64 ans : 26 millions
13 millions de moins de 15 ans
13 millions de plus de 64 ans

Le taux d’activité étant d’environ 70 %, la population active occupée représente environ 30 millions de salariés, non-salariés ou se déclarant à la recherche d’un emploi.

  • Population en âge de travailler (15-64 ans) : 43 millions
    • Dont population active : 30 millions
      • Dont en recherche d’activité salariée : 5,7 millions
    • Dont population inactive : 13 millions
Population active en France en 2012

Structure de la population active

En France, entre 1970 et 2011, la population active employée (salariée et non salariée) est passée de 21,5 millions à 26,3 millions.

Emploi total (en milliers), selon l’Insee7
Catégorie 1970 1980 1990 2000 2011
Agriculture 2 535 milliers 1 702 milliers 1 147 milliers 820 milliers 645 milliers
Industrie 5 665 milliers 5 467 milliers 4 711 milliers 4 196 milliers 3 396 milliers
Construction 2 012 milliers 1 907 milliers 1 692 milliers 1 474 milliers 1 723 milliers
Tertiaire 11 313 milliers 13 586 milliers 15 708 milliers 18 616 milliers 20 572 milliers
Total actifs employés 21 525 milliers 22 661 milliers 23 257 milliers 25 106 milliers 26 336 milliers
Chômage 550 milliers 1 276 milliers 1 976 milliers 2 239 milliers 2 604 milliers

La répartition par secteurs d’activité économique a été grandement modifiée dans les 40 dernières années.

Variation en pourcentage de la population active employée par secteurs en France de 1970 à 2011.
Voir aussi, Population active et taux d’activité selon le sexe et l’âge [archive], Insee

Dynamique récente

Entre 1990 et 2011, plus de 3,5 millions d’emplois salariés ont été créés en France. Au cours de ces vingt dernières années, la population active non salariée (indépendants, professions libérales) a globalement diminué :

  • 1990 : 2 988 milliers
  • 2000 : 2 265 milliers
  • 2011 : 2 530 milliers
Dynamique de l’emploi salarié en France entre 1990 et 20118
Catégorie 1990 2000 2011 Variation 1990-2011
Fabrication d’autres produits industriels 2 494 milliers 2 087 milliers 1 520 milliers -974 milliers
Fabrication d’équipements électriques, électroniques, informatiques ; fabrication de machines 666 milliers 602 milliers 450 milliers -216 milliers
Fabrication de matériels de transport 480 milliers 429 milliers 368 milliers -112 milliers
Fabrication de denrées alimentaires, de boissons et de produits à base de tabac 563 milliers 582 milliers 548 milliers -15 milliers
Cokéfaction et raffinage 20 milliers 13 milliers 10 milliers -10 milliers
Agriculture, sylviculture et pêche 215 milliers 271 milliers 218 milliers 3 milliers
Activités immobilières 217 milliers 222 milliers 236 milliers 19 milliers
Industries extractives, énergie, eau, gestion des déchets et dépollution 324 milliers 355 milliers 367 milliers 43 milliers
Construction 1 379 milliers 1 255 milliers 1 427 milliers 48 milliers
Activités financières et d’assurance 714 milliers 737 milliers 838 milliers 124 milliers
Transports et entreposage 1 184 milliers 1 335 milliers 1 352 milliers 168 milliers
Information et communication 463 milliers 652 milliers 704 milliers 241 milliers
Hébergement et restauration 586 milliers 766 milliers 930 milliers 344 milliers
Commerce ; réparation d’automobiles et de motocycles 2 555 milliers 2 863 milliers 3 036 milliers 481 milliers
Autres activités de services 723 milliers 1 133 milliers 1 319 milliers 596 milliers
Activités scientifiques et techniques ; services administratifs et de soutien 1 674 milliers 2 507 milliers 2 906 milliers 1 232 milliers
Administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale 6 012 milliers 7 032 milliers 7 577 milliers 1 565 milliers
Total emploi salarié 20 269 milliers 22 841 milliers 23 806 milliers 3 537 milliers

Les secteurs les plus créateurs d’emploi sur la période étant :

  • Restauration : 303 milliers
  • Activités des ménages en tant qu’employeurs de personnel domestique : 322 milliers
  • Hébergement médico-social et social : 348 milliers
  • Activités liées à l’emploi : 400 milliers
  • Commerce de détail, à l’exception des automobiles et des motocycles : 446 milliers
  • Action sociale sans hébergement : 566 milliers
  • Administration publique et défense ; sécurité sociale obligatoire : 572 milliers

Part de l’emploi public

En France, en 2011, la population salariée travaillant dans la fonction publique est d’environ 5,5 millions de personnes.

  • 73 % sont titulaires (4 015 000 personnes)
  • 17 % non-titulaires (935 000 personnes)
  • 6 % militaires (330 000 personnes)
  • 2 % médecins (110 000 personnes)
  • 1 % assistante maternelle (55 000 personnes)
  • 1 % ouvrier d’État (55 000 personnes)
Emploi salarié dans la fonction publique9,10
Catégorie Nombre d’actifs employés en 1998 Nombre d’actifs employés en 2011
Fonction publique d’État 2 506 704 2 466 200
Ministères 2 254 822 1 969 000
Établissements publics à caractère administratif 251 881 497 200
Fonction publique territoriale 1 005 364 1 882 500
Régions et départements 177 271 443 300
Secteur communal 878 093 1 439 200
Fonction publique hospitalière 873 758 1 145 200
Hôpitaux 828 789 1 031 400
Établissements médico-sociaux 44 969 113 800
Total effectif 4 385 826 5 493 900

Demandeurs d’emploi

Le nombre de demandeurs d’emploi recensés en mai 2013 était de 5,32 millions, dont 3,1 millions de personnes sans emploi (données brutes, hors DOM TOM). 9 mois plus tard, en janvier 2014 le nombre de personnes sans emploi a augmenté d’environ 400 000 personnes, passant à 3,5 millions et le nombre total de demandeurs d’emplois a progressé de 420 000 personnes, passant à 5,74 millions de personnes.

Demandeurs d’emploi en France, mai 2013.STMT, Pôle emploi-Dares11
Catégorie Mai 2013 Janvier 2014 Définition
A 3 105 600 3 501 600 Sans emploi
B 630 500 653 100 Activité réduite (- de 78 heures dans le mois)
C 931 000 893 300 Activité réduite (+ de 78 heures dans le mois)
D 300 400 308 700 Stages, formation, maladie
E 359 200 384 300 Dispensés de recherche, contrats aidés, etc.
France Total : 5 326 700 Total : 5 741 100

Temps partiel

En 201112, l’emploi en temps partiel concerne 18,7 % des salariés, soit près de 4,2 millions de personnes. 8 salariés à temps partiel sur 10 sont des femmes et 9 sur 10 travaillent dans le tertiaire; de plus 16 % des salariés à temps partiel ont plusieurs emplois

Part de l’immigration

Selon l’Insee et la DARES, la population active immigrée en France représente 2 892 150 personnes, la population active (plus de 18 ans) ayant un ou deux parents immigrés représente 3 174 430 personnes, l’ensemble de cette population issue de l’immigration récente représente 20,4 % des personnes en âge de travailler en France (soit plus de 1 sur 5). La population immigrée est confrontée à un taux de chômage de l’ordre de 17,14 %, qui selon les sources est égal ou plus important pour les enfants d’immigrés.

Population active et en âge de travailler en lien avec l’immigration (sources : INSEE13, DARES14)
Origine Immigrés Enfants d’immigrés (1 ou 2 parents)
UE 1 272 450 2 690 000
Espagne 136 210 580 000
Italie 148 990 880 000
Portugal 517 090 450 000
Autre UE 27 470 160 780 000
Hors UE 3 006 890 1 800 000
Autre Europe 161 280 160 000
Algérie 556 140 640 000
Maroc 568 980 310 000
Tunisie 207 460 180 000
Autre Afrique 602 100 200 000
Turquie 215 100 80 000
Cambodge, Laos, Vietnam 140 180 90 000
Autre Asie 315 950 80 000
Amérique Océanie 239 700 60 000
Total en âge de travailler 4 279 340 4 490 000
Dont nombre d’actifs 2 892 150 3 174 430
Dont nombre d’inactifs 1 387 190 1 315 570
Dont sans emploi 506 126 555 525
Article connexe : Chômage en France.

Notes et références

  1. voir trois définitions différentes [archive], sur le site de l’Insee.
  2. (fr) Définitions de l’OIT et par pays [archive], sur le site de l’OCDE
  3. (fr) Définition – Population active (BIT) [archive], sur le site de l’Insee
  4. Programme des Nations Unies pour le Développement, Glossaire [archive]
  5. (fr) Définition – Population active occupée (BIT) [archive], sur le site de l’Insee
  6. (fr) « Taux d’activité (recensement de la population) » [archive] sur insee.fr.
  7. Emploi total selon le statut (salarié/non salarié) et le secteur d’activité (NA A4), par sexe, au 31/12Période : 1954-2011, 1970-2011 Source : Insee, estimations d’emploi [archive]
  8. Emploi salarié au 31 décembre par activité (88 secteurs) pour la France métropolitainePériode : 1989-2011Source : Insee, estimations d’emploi [archive]
  9. L’emploi dans la fonction publique au 31 décembre 2011 (premiers résultats)- 17/05/2013 [archive]
  10. Rapport annuel sur l’état de la fonction publique, volume 1, Faits et chiffres 2009-2010 – La Documentation française [archive]
  11. Séries mensuelles nationales sur les demandeurs d’emploi inscrits et les offres collectées par Pôle emploi, 2013 STMT, Pôle emploi-Dares [archive]
  12. http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2013-005-2.pdf [archive]
  13. Fiches thématiques : Populations immigrées, 2012 [archive]
  14. Emploi et chômage des immigrés en 2011, 2012 [archive]

Annexes

Article connexe

Liens externes



Programme Macron : des analyses journalistiques encore timides…

Il faut les additionner les unes aux autres pour avoir une meilleure vue d’ensemble.

 

http://www.liberation.fr/elections-presidentielle-legislatives-2017/2017/02/24/programme-economique-de-macron-un-peu-de-rupture-beaucoup-de-continuite_1550818

Des mesures à la loupe

Programme économique de Macron : un peu de rupture, beaucoup de continuité

 

Par Aurélie Delmas et Kim Hullot-Guiot — 24 février 2017 à 18:42
Meeting d’Emmanuel Macron à Toulon, le 18 février. Photo Yohanne Lamoulère pour Libération

A deux mois de la présidentielle, l’ex-ministre de l’Economie vient de dévoiler ses propositions pour relancer l’économie, réduire le déficit et le chômage.

  • Programme économique de Macron : un peu de rupture, beaucoup de continuité

L’ancien ministre de l’Economie a livré, dans un entretien aux Echos mis en ligne mercredi soir, des propositions pour relancer l’économie, réduire la dépense publique, le déficit et le chômage. Jeudi matin, le candidat d’En marche a présenté devant la presse le cadrage budgétaire de son package, s’inscrivant dans la continuité plus que dans la rupture avec le quinquennat de François Hollande.

Comment le projet de Macron s’inscrit dans la continuité…

• L’impôt sur les sociétés, mission réduction

Emmanuel Macron souhaite voir l’impôt sur les sociétés (IS) passer de 33,3% à 25%. La France est l’un des pays de l’Union européenne où les bénéfices réalisés par les entreprises sont en apparence les plus taxés – même si l’assiette de cet impôt n’est pas large, c’est-à-dire que toutes les entreprises ne sont pas concernées de la même manière – derrière Malte (35%) et devant l’Italie (31,4%), l’Allemagne (29,72%) et le Luxembourg (29,22%) selon des données du cabinet KPMG. Sur ce sujet, Emmanuel Macron s’inscrit dans la continuité de l’action de Hollande. Parmi ses 60 engagements pris en 2012 figurait celui de «mettre en place trois taux d’imposition différents sur les sociétés : 35% pour les grandes, 30% pour les petites et moyennes, 15% pour les très petites». Un quinquennat plus tard, le projet de loi de finances pour 2017 abaissait en partie cet impôt pour les petites et moyennes entreprises (PME) à 28%, alors qu’elles payaient 33,3% au-delà de 38 120 euros de résultats imposables annuels (en dessous, le taux est de 15%).

Les grandes entreprises seront elles aussi concernées à partir de 2020, bien qu’elles ne payent en réalité déjà pas toutes ces 33,3% en raison des multiples exceptions, crédits d’impôts de type CICE, et dérogations qui existent. Résultat, l’IS ne rapporte que l’équivalent de 2,7% du PIB. Au-delà de s’inscrire dans la continuité du quinquennat, la proposition d’Emmanuel Macron poursuit surtout la tendance européenne, qui depuis près de vingt ans est à la réduction de cette imposition. Selon des chiffres de Bruxelles, en 1999, les sociétés étaient en moyenne taxées à 33% contre un peu moins de 25% aujourd’hui.

• Sur la baisse du déficit, toujours le même objectif

Concernant le déficit, actuellement situé à 3,5% du PIB (contre 4% en 2014 d’après les chiffres officiels), Emmanuel Macron, contrairement par exemple à son rival socialiste Benoît Hamon, souhaite faire en sorte de respecter la règle européenne des 3% maximum. C’est aussi l’objectif affiché pour 2017 par le gouvernement alors que lundi, la Commission européenne a noté qu’à mesures inchangées, le déficit de la France devrait s’établir à 2,9% en 2017, puis remonter à 3,1% en 2018. A titre de comparaison, François Fillon vise, lui, un déficit nul à l’horizon 2022, tandis qu’un Jean-Luc Mélenchon table pour sa part sur 2,5% en fin de quinquennat.

Pour ce qui est des hypothèses de croissance du PIB, Macron annonce 1,4% en 2017 et 1,8% en 2022, quand la plupart des autres candidats n’hésitent pas à «vendre» une croissance dépassant les 2% dès l’an prochain. En 2016, celle-ci a plafonné à 1,1%.

• La dépense publique, de plus en plus contrôlée

«Le poids de la dépense publique devra être progressivement ramené vers la moyenne de la zone euro. Je prévois donc une baisse de 3 points de la part des dépenses dans la richesse nationale. Cela représente 60 milliards d’économies par rapport au tendanciel», a déclaré Emmanuel Macron. C’est exactement ce qu’a fait le gouvernement de François Hollande, se marre Bercy auprès de Libération, puisqu’il a économisé autour de 12 milliards d’euros par an… soit 60 milliards sur le quinquennat.

A l’été 2015, devant le Medef, Emmanuel Macron s’était dit favorable à l’idée de ramener la dépense publique à 50% du PIB à l’horizon 2022 (tout en estimant que cela serait difficile). En tant que ministre de l’Economie de François Hollande, il a contribué à baisser la part de la dépense publique, de 57,5% en 2014 (selon l’Insee), à 55,3% en 2016 (soit 0,2% de plus que les prévisions du projet de loi de finances pour cette année-là), si l’on s’en tient aux chiffres du gouvernement. A titre de comparaison, sur les 28 pays de l’UE, la moyenne de la dépense publique était de 47,4% du PIB en 2015, et 48,2% de 2014, indique Eurostat.

Pour contrôler cette dépense publique, Emmanuel Macron envisage, on l’a dit, un plan d’économies de 60 milliards d’euros à l’horizon 2022 (25 au niveau de l’Etat, 15 sur l’Assurance maladie, 10 sur l’indemnisation chômage et 10 au niveau des collectivités locales), qu’il n’a pas détaillé. En voulant réduire de trois points, à l’horizon 2020, le poids de la dépense publique dans le PIB, Macron s’inscrit donc dans la continuité. Mais c’est sur la façon dont il compte réaliser les économies nécessaires à atteindre cet objectif qu’il va rompre avec le quinquennat socialiste…

… Tout en rompant avec le quinquennat socialiste

• Le nombre de fonctionnaires, en baisse

S’il ne va pas jusqu’à réclamer la suppression de 500 000 fonctionnaires, comme François Fillon, il estime néanmoins que 120 000 postes de fonctionnaires peuvent être supprimés au cours du quinquennat, dont 70 000 dans la fonction publique territoriale et 50 000 dans l’administration de l’Etat. «Ce n’est pas un objectif, mais un référentiel, ce sera aux ministres de faire des choix», a précisé (esquivé ?) l’ancien locataire de Bercy, ajoutant qu’aucun poste ne disparaîtrait dans la fonction publique hospitalière. Par ailleurs, et toujours afin de faire des économies, le candidat envisage que les collectivités territoriales puissent fixer le salaire de leurs agents et «recourir plus largement à des recrutements de droit privé», autrement dit à des agents publics qui ne sont pas fonctionnaires. Autre piste avancée : la «modernisation» du statut des fonctionnaires, qui pourront bénéficier de «plus de souplesse» dans leur carrière, de mobilités et de rémunérations individualisées.

On le voit, Macron prend ici sans complexe le contre-pied de François Hollande, qui a maintenu la masse salariale de l’Etat (près de 40% du budget général) pendant les quatre premières années de son mandat et l’a même légèrement augmentée sur la fin. Le gouvernement de Hollande a aussi décidé en mars 2016 d’augmenter de 1,2% en deux fois le point d’indice des fonctionnaires, gelé depuis 2010.

• Les rythmes scolaires, à la carte

Si sur le fond, il n’attaque pas cette réforme, portée par l’ancien ministre de l’Education nationale Vincent Peillon et assouplie par son successeur Benoît Hamon, Emmanuel Macron estime qu’il faut donner des objectifs de réduction des dépenses aux collectivités locales et leur laisser des marges de manœuvre en ce sens. «Je veux rompre avec la méthode de la baisse des dotations consistant à couper les vivres pour provoquer des économies. Cette méthode de régulation budgétaire est trop centralisatrice. Je veux nouer avec les collectivités un pacte sur cinq ans, dans lequel je contractualiserai une baisse de 10 milliards d’euros de leurs dépenses. Cette baisse sera à leur main», a-t-il dit aux Echos.

Macron entend donc permettre aux maires qui le souhaitent de revenir sur cette réforme, qui coûte en moyenne, selon l’Association des maires de France, 231 euros brut par enfant. Une somme que les communes n’ont pas totalement à leur charge, la CAF apportant un coup de pouce de 250 millions d’euros par an et l’Etat participant à hauteur de 50 euros par élèves (90 euros en zones rurales et urbaines sensibles), même si cette dernière aide n’avait au départ pas vocation à être pérenne. Et comme 71% des mairies ont choisi la gratuité des activités périscolaires pour les familles, cela peut parfois peser sur leur budget.

• 80% des Français exonérés de taxe d’habitation

Un signal fort pour le pouvoir d’achat des classes moyennes et populaires : Emmanuel Macron propose d’exonérer avant 2020 quelque 80% des Français qui paient la taxe d’habitation. Le seuil serait ainsi fixé autour de 22 000 euros par an et par part fiscale. Sur RMC, l’ancien locataire de Bercy a qualifié vendredi d’«injuste» ce poids annuel pour les ménages car il pèserait davantage sur les habitants des communes pauvres. Sa suppression pour les plus modestes serait à ses yeux une «mesure majeure pour l’égalité entre les Français et les territoires». Afin de ne pas pénaliser les collectivités locales qui récoltent cet impôt, l’ancien ministre propose que l’Etat mette la main à la poche et verse directement aux communes le manque à gagner. Coût estimé de la mesure : 10 milliards d’euros sur le quinquennat.

• ISF : une réforme pour rompre avec un symbole de gauche

L’ISF, ou impôt de solidarité sur la fortune, a une forte dimension symbolique : il a été créé par François Mitterrand sous le gouvernement socialiste de Pierre Mauroy, a été abrogé lorsque Jacques Chirac a pris la tête du gouvernement à la faveur du changement de majorité à l’Assemblée en 1986, puis a été rétabli par Michel Rocard après la réélection de Mitterrand en 1988. C’est dire s’il est lié à l’histoire socialiste récente. Pour autant, s’il paraît juste dans son principe (il s’agit de faire contribuer les plus riches à la solidarité nationale), il apparaît comme un impôt relativement injuste dans son application : les contribuables très aisés jouent souvent sur les multiples exceptions et exonérations pour ne pas le payer ou en réduire le montant. Emmanuel Macron, qui n’a jamais caché ne pas apprécier cet impôt et qui a lui-même, pour l’anecdote, eu des petits problèmes d’évaluation de son patrimoine, veut non pas le supprimer (comme Fillon) mais le réformer.

Comment ? En «privilégiant le risque face à la rente», comme il l’a déclaré sur France Inter au début du mois, et donc en faisant sortir du calcul de l’ISF les placements (actions, obligations) qui financent les entreprises. Ce n’est plus que le patrimoine immobilier qui sera pris en compte. Tout le reste (biens meublés, livret A, droits de propriété intellectuelle, assurances-vie…) en sera exclu. Sur le taux d’imposition, l’abattement de 30% pour la résidence principale, et le seuil d’entrée dans l’impôt (1,3 million d’euros de patrimoine), rien ne change, mais la modification des biens pris en compte fera de fait sortir des contribuables du cercle relativement restreint de ceux qui payent l’ISF, au nombre d’environ 300 000 ménages aujourd’hui.

• Assurance chômage : c’est parti pour le chamboule-tout

C’est sans doute le domaine dans lequel Emmanuel Macron envisage le changement le plus radical. Régler le chômage de masse est une «priorité» affichée : objectif 7% en 2022 et 10 milliards d’économies sur l’assurance-chômage. Mais pas d’annonces fracassantes sur ce point que l’ancien de Bercy avait déjà abordé. La durée et le montant des indemnisations ne seraient par exemple pas amenés à bouger.

En revanche, l’Unedic, gestionnaire de l’assurance-chômage fortement endetté actuellement aux mains des associations salariales et patronales, basculerait sous gouvernance publique. La volonté de se passer des syndicats n’est pas nouvelle chez Macron, elle lui a même valu la désapprobation publique de François Hollande, lors des vœux du chef de l’Etat aux partenaires sociaux.

Autre changement, l’assurance-chômage serait financée par l’impôt (par une hausse de la CSG) et plus par des cotisations sociales payées par les salariés. Et deviendrait universelle, «de la même manière que l’Assurance maladie», précise-t-il. De nouveaux publics pourront ainsi prétendre à une indemnisation chômage et notamment «ceux qui démissionnent de leur entreprise» après cinq ans d’activité, mais aussi les indépendants, artisans, commerçants, agriculteurs, professions libérales et autres entrepreneurs qui n’en bénéficient pas aujourd’hui.

En contrepartie, toutes les personnes au chômage se verront soumises à plusieurs contraintes : effectuer un bilan de compétence, et, surtout, obligation d’accepter un emploi au bout de la deuxième proposition. «Le service public vous donnera accès à une nouvelle formation, et le demandeur d’emploi, une fois formé, devra accepter les offres qui lui sont proposées», a expliqué Macron aux Echos. Si un demandeur d’emploi refuse deux fois une offre, il sera radié. Ça vous rappelle quelque chose ? C’est normal : en 2008, Nicolas Sarkozy avait envisagé que les demandeurs d’emploi qui refuseraient plus de deux offres soient sanctionnés, puis, en 2012, il avait proposé de les contraindre à accepter la première offre qui leur serait faite à l’issue de leur formation. Deux idées qui ne lui ont pas réussi.

Aurélie Delmas , Kim Hullot-Guiot

 

http://argent.boursier.com/impots/analyses/fiscalite-du-capital-ce-que-propose-emmanuel-macron-4089.html

Fiscalité du capital : ce que propose Emmanuel Macron

Nouveautés Analyse 0

Le candidat à l’Elysée veut mettre en place un forfait unique de 30%, prélèvements sociaux compris. Comparaison avec le système actuel…

Reuters

Programme Macron : des analyses journalistiques encore timides... dans AC ! Brest macron

« De l’ordre de 30% ». C’est le niveau de pression fiscale que souhaite établir Emmanuel Macron pour les revenus du capital. Le candidat à l’élection présidentielle a levé un coin du voile sur son programme dans un entretien aux Echos. Un programme à l’esprit plus proche de celui de François Fillon que de celui de Benoît Hamon.

Il souhaite ainsi revenir sur l’imposition au barème mise en place en 2013 en instaurant un taux unique, que ce soit pour les intérêts, les loyers, les dividendes ou les plus-values. Ce cadre aurait le mérite de simplifier le système actuel complexe, mais supprimerait toute progressivité de l’impôt sur ce type de revenus.

Intérêts

Actuellement, les intérêts sont taxés aux prélèvements à 15,5% et à l’impôt selon la tranche du contribuable. La ponction est donc de 15,5% pour les ménages non soumis à l’impôt, de 28,8% dans la tranche à 14% ou encore de 43,97% dans la tranche à 30%.

Les ménages imposés à 30% ou plus seraient donc gagnants. Emmanuel Macron n’a en revanche pas précisé si cela concernerait aussi les ménages plus modestes, qui sans disposition spécifique seraient largement perdants.

Dividendes

Pour les dividendes, le principe est actuellement le même que pour les intérêts, mais avec un abattement de 40% au titre de l’impôt (afin d’éviter une double imposition). Ainsi, la pression fiscale est de 23,18% dans la tranche à 14%, de 31,97% dans la tranche à 30% et grimpe jusqu’à 40,2% dans la tranche à 45%.

Un taux unique de 30% serait donc là aussi plus avantageux dès la tranche à 30%. Mais on peut de surcroît imaginer que ce taux s’appliquerait lui aussi après un abattement pour tenir compte de l’impôt déjà réglé par l’entreprise.

Loyers

Le cas des loyers (revenus fonciers) mériterait d’être précisé. La pression fiscale actuelle correspond à celle qui pèse sur les intérêts (prélèvements sociaux et impôt au barème). Par rapport à aujourd’hui, un taux unique de 30% serait donc attractif pour les foyers taxés dans la tranche à 30% ou au-dessus.

Mais il serait intéressant de savoir sur quelle base d’imposition le candidat compte appliquer ce taux (revenu réel après déduction des charges ? revenu après abattement forfaitaire au micro-foncier ? Nouveau cadre ?).

Plus-values

Le candidat Macron a aussi évoqué le taux unique de 30% pour toutes les plus-values, en précisant que les plus-values immobilières continueraient à bénéficier d’abattements pour durée de détention. Par rapport à la taxation actuelle au taux unique de 34,5% après abattements, tous les contribuables seraient donc gagnants.

Il n’a en revanche rien dit concernant les abattements appliqués aux plus-values de cession de valeurs mobilières (actions). Difficile dès lors d’évaluer l’impact de la proposition dans ce domaine.

Assurance-vie

Emmanuel Macron ne compte pas modifier la règle fiscale des rachats pour les versements déjà effectués. Rappelons qu’après 8 ans, les gains sont taxés à 15,5% pour les prélèvements sociaux et à 7,5% pour l’impôt (après un abattement de 4.600 euros pour un célibataire).

En revanche, il a indiqué vouloir changer la donne pour les nouveaux flux afin de mieux orienter les capitaux vers les entreprises. On peut alors supposer qu’il y aurait un système à deux niveaux d’imposition entre les UC et les fonds en euros.

ISF

Concernant enfin l’ISF, Emmanuel Macron a déjà dit vouloir le remplacer par un impôt sur la fortune immobilière. Les contours précis du projet restent toutefois à définir…

 

http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/fiscalite-du-capital-une-reforme-necessaire-550215.html

Fiscalité du capital, une réforme nécessaire

 

Par Ivan Best  |  10/02/2016, 17:05  |  1283  mots
Avant de proposer aujourd'hui un impôt sur le capital, Thomas Piketty avait préconisé une flat tax sur les revenus de l'épargne et du capital
Avant de proposer aujourd’hui un impôt sur le capital, Thomas Piketty avait préconisé une « flat tax » sur les revenus de l’épargne et du capital (Crédits : Reuters)

 

Plutôt que d’alléger l’impôt sur le revenu de 10%, ne vaut-il mieux pas s’attaquer à une fiscalité française du capital à la fois lourde et injuste ?

Faut-il baisser tout simplement l’impôt sur le revenu, comme le suggère Nicolas Sarkozy, qui préconise un allègement de 10%, ou plutôt réformer certains pans de la fiscalité française ? Tout dépend du point de vue. Quand les politiques aiment les promesses ou annonces bien visibles, qui frappent les esprits et laissent espérer au plus grand nombre un gain de pouvoir d’achat, les économistes privilégient les réformes de structure. Au lieu de baisser uniformément l’impôt sur le revenu, ne faudrait-il pas mieux alléger les pans de la fiscalité qui font de la France un pays très singulier en Europe et dans le monde, à savoir la fiscalité du capital ?

Championne du monde de la taxation du capital

La France est le pays champion du monde de la taxation du capital. Et ce record n’est évidemment pas de nature à favoriser l’investissement et la croissance. Partant de ce constat, Michel Didier et Jean-François Ouvrard proposent une réforme d’ensemble (1) qui, si elle ne bouleverserait pas ce constat d’un point de vue macro-économique, changerait la donne pour ce qui est de la micro-économie. A savoir : il paraît difficile, dans le contexte budgétaire actuel, de baisser franchement les impôts, quels qu’ils soient, la recette doit être préservée, mais il est possible de mieux en répartir la charge.
Et de façon simplissime : en instaurant l’équivalent d’une « flat tax » (impôt à taux unique) de 30%, s’agissant des revenus du capital. Cette taxe unique remplacerait les prélèvements actuels frappant les particuliers : l’impôt sur les revenus du capital, les prélèvements sociaux, l’ISF, qui, au total, représentent une recette de 32,1 milliards d’euros par an pour les comptes publics. Tous ce prélèvements disparaîtraient donc.

 Encourager l’investissement

Quel serait l’intérêt d’une telle réforme, si la charge globale n’est pas allégée ? Elle éviterait la situation actuelle d’une très forte taxation des riches contribuables, les plus à même d’investir. Associé à cette réflexion, l’ancien haut fonctionnaire puis banquier Jean Peyrelevade le souligne : « plus vous êtes riche, plus le rendement du capital est faible » ,en raison de la fiscalité. Incontestablement, l’imposition à l’ISF  (à hauteur de 1%)  d’un patrimoine rapportant 2% équivaut à une taxation à 50%. Elle s’ajoute à l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux (une taxation de 62% pour les hauts revenus). Soit une taxation théorique, au total, de 112%. Bien sûr, un système de plafonnement a été mis en place, sous la pression du conseil constitutionnel, qui limite le total de ces impôts à 75% des revenus. Mais il s’agit là d’un taux moyen : si l’on raisonne en termes de calcul marginal, comme c’est souvent le cas au moment d’investir,  le rendement d’un investissement envisagé peut être effectivement négatif, sous le poids des impôts. Pas très motivant…

Le recours aux niches fiscales

La plupart des riches contribuables évitent cet écueil en ayant recours aux diverses niches fiscales, permettant d’échapper au régime de droit commun. Mais est-ce là vraiment une solution ? Ces pratiques sont sources d’injustice et d’inégalités. Exemple : « il est possible, aujourd’hui de posséder un patrimoine de 100 millions d’euros et d’échapper à l’ISF, grâce à l’assurance vie » souligne Michel Didier. De fait, les sommes que rapporte un contrat d’assurance vie ne sont pas assimilées à des revenus tant qu’elles ne sont pas retirées de ce contrat. Un particulier plaçant 100 millions en assurance vie mais n’ayant aucun revenu -son banquier lui prêtera volontiers de quoi assurer son train de vie- échappera très légalement à l’ISF en raison du système de plafonnement. Son impôt sur la fortune théorique pourrait être de un million…. mais le total de ses impôts est plafonné à 75% des revenus. Or 75% de zéro égalent bien zéro. Exit l’ISF , donc, pour ce contribuable bien conseillé.

 Niches =distorsions

Ou alors, il est fait appel à différents systèmes, comme la réduction d’impôt ISF-PME ou le pacte Dutreil, qui permet à des actionnaires familiaux d’une entreprise de diminuer franchement leur facture fiscale. Mais ces niches, si elles font le bonheur des conseillers en gestion de patrimoine et des avocats fiscalistes, sont à l’origine de distorsions économiques. Ainsi, l’investisseur dans une PME ne pourra pas vendre ses titres avant un peu plus de cinq ans, sous peine de voir sa réduction d’ISF remise en cause. Que se passe-t-il si l’entreprise montre des signes de faiblesse avant ses cinq ans, et qu’un nouvel entrepreneur se propose de reprendre la totalité du capital, avec décote, pour la redresser ? Les actionnaires minoritaires seront bloqués, dans l’impossibilité de vendre leurs titres, sous peine d’être lourdement fiscalisés.

Mettre fin à ces aberrations

La suppression de l’ISF comme de celle de la plupart des niches, du plan d’épargne en action aux incitations à l’investissement immobilier, mettrait fin à de telles aberrations. Et l’assurance vie, placement préféré des Français? Elle serait maintenue, mais un peu plus lourdement taxée : aujourd’hui, les revenus sont soumis aux prélèvements sociaux de 15,5% auxquels il faut ajouter 7,5% de fiscalité, soit un total de 23%. Le système proposé conduirait à une taxation globale de 30%. Seuls certains contrats investir sur le très long terme auraient droit au régime préférentiel actuel.

Quels perdants?

Bien sûr, une telle réforme à prélèvement constant sur les revenus du capital ferait des perdants. Notamment parmi les utilisateurs de niches fiscales. Mais aussi au sein des ménages à faibles revenus, qui se trouvent aujourd’hui imposés faiblement, bien en dessous des 30% proposés. Nombreux, par exemple, sont les petits propriétaires bailleurs aux faibles revenus, donc peu taxés. Mais le système proposé passe aussi par l’instauration d’une une franchise d’impôt pour l’épargne populaire, qui limiterait cette surimposition des faibles revenus.

La flat tax sur les revenus du capital, une pratique répandue en Europe

La taxation des revenus de l’épargne à taux unique est du reste pratiquée dans beaucoup de pays européens. Les pays du Nord l’ont pratiquée les premiers, à la suite du Danemark en 1987. La Suède a mis en place en 1991 une taxation des revenus du capital sous forme de retenue à la source de 30%. Les Pays Bas et l’Allemagne s’en sont ensuite inspirés. En tout état de cause, l’idée de taxer non pas les revenus du capital, mais la simple détention de celui-ci (l’ISF, en France) a été abandonnée par la plupart des pays. Même si la détention d’un capital immobilier reste lourdement imposée dans les pays anglo saxons : aux Etats-Unis, les « property taxes », fixées pour une grande partie par les Etats, représentent souvent 1% ou plus de la valeur de marché des logements. Soit un taux bien supérieur à la taxe foncière française.

Piketty d’accord avec la flat tax… en 1997

Avant de proposer une taxation mondiale du capital, en 2013, Thomas Piketty avait suggéré, en 1997 (2), une toute autre piste, ressemblant furieusement à celle mise en avant aujourd’hui : une «flat tax » -il utilisait le terme-  s’appliquant elle aussi aux revenus et non à la détention d’un patrimoine. « Cet outil n’est sans doute pas adapté à la redistribution fiscale des revenus du travail, qui exige et qui permet une plus grande liberté, mais pourrait bien convenir à la réalité contemporaine des revenus du capital » écrivait l’économiste, approuvant donc par avance la réforme aujourd’hui proposée.

 
(1) « L’impôt sur le capital au XXIème siècle, une coûteuse singularité française »
Editions Coe-Rexecode – Economica

(2) L’économie des inégalités, La Découverte



1...104105106107108...248

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo