20minutes.fr, média aux bottes du pédophile et terroriste Pascal Edouard Cyprien Luraghi, publie de nouvelles menaces contre l’Europe

Qu’est-ce que c’est que ce truc ?
Une réponse à ce que j’ai publié hier ?

Quel est le cinglé qui se relance dans des procédures délirantes à mon encontre ?

P.S. : Je rappelle qu’à compter du 28 janvier 2019, la fausse journaliste Hélène Sergent de 20minutes.fr et toute sa rédaction pro-pédophile ont aidé autant qu’elles ont pu le pédophile et terroriste notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi à relancer toute la machinerie des attentats islamistes en France, alors qu’il n’y en avait quasiment plus depuis la dernière défaite judiciaire de ce malade mental contre moi le 11 avril 2018, d’abord en publiant le 28 janvier 2019 son « témoignage » contre moi, un faux particulièrement outrageux, ensuite en l’incitant à aller s’inscrire sur Twitter pour m’y calomnier aussi, enfin en refusant catégoriquement de supprimer son faux témoignage tout en me refusant de même tout droit de réponse, même sous la forme d’un simple commentaire sous ce faux, tandis que les menaces de mort et appels au meurtre à mon encontre étaient parfaitement bien acceptés et publiés, ainsi que les faux témoignages du complice Jean-Marc Donnadieu.

Conclusion : comme bien d’autres pseudo littéraires à petits QI, la petite pute Hélène Sergent a la haine des femmes ingénieurs qui elles n’ont jamais eu besoin de coucher pour réussir et sont de toute façon incapables d’envisager pareil moyen d’avancement comme un besoin.

Je republie ici la liste des attentats commis en 2018 et 2019 :

 

2018

2019

 

Les attentats du 12 mai 2018, du 11 décembre 2018, et de 2019 ont été organisés plus particulièrement par et pour Jean-Marc Donnadieu de Béziers qui fêtait ainsi les avancées d’une procédure qu’il dirigeait alors par personne interposée contre l’un de mes principaux témoins contre son complice le pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi et toute leur bande de cybercriminels.

 

 

https://www.20minutes.fr/monde/3272855-20220417-groupe-etat-islamique-promet-venger-mort-ancien-chef

Le groupe Etat islamique promet de «venger» la mort de son ancien chef

 

ISLAMISME Dans un communiqué audio diffusé ce dimanche, sur Telegram, l’organisation terroriste appelle aussi ses partisans à reprendre leurs attaques en Europe en profitant de la guerre en Ukraine

20 Minutes avec AFP
Publié le 17/04/22 à 22h33 — Mis à jour le 17/04/22 à 22h33
Des combattants de l'Etat islamique hissent leur drapeau au sommet d'un ancien fort militaire,  le 11 juin 2014, à la frontière irako-syrienne.
Des combattants de l’Etat islamique hissent leur drapeau au sommet d’un ancien fort militaire, le 11 juin 2014, à la frontière irako-syrienne. — ALBARAKA NEWS / AFP

 

L’organisation djihadiste Etat islamique (EI) a promis dimanche de «venger» son précédent chef, mort en février, et appelé ses partisans à profiter de la guerre en Ukraine pour reprendre leurs attaques en Europe.

Le 3 février, le président américain Joe Biden avait annoncé la mort de l’ancien dirigeant de l’EI, Abou Ibrahim al-Hachimi al-Qourachi, qui s’était fait exploser au cours d’une opération des forces spéciales américaines dans le nord-ouest de la Syrie, région sous contrôle de jihadistes. Son décès, ainsi que celui de l’ancien porte-parole du groupe avaient été confirmés par l’EI le 10 mars.

L’EI appelle aussi à reprendre les attaques en Europe

«Nous annonçons, en nous appuyant sur Dieu, une campagne bénie pour se venger» de la mort du chef de l’EI, a déclaré Abou Omar al-Mouhajir, le porte-parole du groupe, dans un communiqué audio diffusé dimanche sur Telegram leur étant attribué.

L’EI a également appelé ses partisans à reprendre leurs attaques en Europe en saisissant «l’occasion» du «combat entre croisés», en allusion à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Abou Hassan al-Hachimi al-Qourachi, nouveau chef de l’organisation radicale sunnite, le troisième du groupe depuis sa création, a jusqu’ici peu fait parler de lui. Après une montée en puissance fulgurante en 2014 en Irak et en Syrie voisine et la conquête de vastes territoires, l’EI a vu son «califat» autoproclamé être renversé sous le coup d’offensives successives dans ces deux pays, respectivement en 2017 et 2019.

10.000 combattants encore actifs entre Irak et en Syrie ?

Mais l’Etat islamique «maintient une présence largement clandestine en Irak et en Syrie et mène une insurrection soutenue de part et d’autre de la frontière entre les deux pays», selon un rapport de l’ONU publié l’an dernier.

Dans ces deux pays, l’organisation djihadiste conserverait «en tout 10.000 combattants actifs», d’après la même source. L’EI a aussi revendiqué des attaques en Afghanistan et au Pakistan et des groupes djihadistes affiliés opèrent également en Afrique.

 



Menaces d’attentats islamistes en France en mars 2021

Quelques précisions à la suite de mon précédent article, concernant toute la série d’attentats commis en France ou contre des Français à compter de janvier 2020, dans le cadre des procédures délirantes d’un complice de mes harceleurs à mon encontre, ce dernier étant un avocat du barreau de Lyon :

En définitive, la menace habituelle d’attentat dans les jours qui précèdent une toujours possible nouvelle condamnation inique et scandaleuse à mon encontre était bien présente avant la décision de la Cour d’Appel de Lyon qui fut prononcée le 16 mars 2021.

Le plan Vigipirate avait été abaissé au niveau « Sécurité renforcée – risque attentat » en date du 5 mars 2021, après avoir été relevé au maximum « Urgence attentat » le 29 octobre 2020 à la suite de l’attaque de Nice :

http://www.sgdsn.gouv.fr/evenement/posture-vigipirate-securite-renforcee-risque-attentat-2/

« Le retour au niveau « Sécurité renforcée – risque attentat » atteste d’un niveau de menace durablement élevé sur l’ensemble du territoire, mais moindre qu’à la fin d’année 2020″, explique le gouvernement.

Toutefois, deux nouveaux projets d’attentats avaient été déjoués avec l’arrestation le 10 mars 2021 de deux suspects radicalisés à Mantes-la-Jolie et à Marseille (voir ci-dessous).

Au moins l’un d’eux peut correspondre à l’attentat que l’on pouvait craindre avant la décision de la Cour d’Appel de Lyon, comme ceux du 13 novembre 2015 avant la décision de la Cour d’Appel de Rennes du 2 décembre 2015, et du 23 mars 2018 avant la décision de la Cour d’Appel de Paris du 11 avril 2018.

 

A lire ou à relire :

http://petitcoucou.unblog.fr/2022/04/17/attentat-de-romans-sur-isere-le-4-avril-2020-une-reconstitution-de-10-heures-mardi/

 

 

https://www.leparisien.fr/faits-divers/terrorisme-deux-jeunes-radicalises-soupconnes-de-deux-projets-d-attentats-interpelles-13-03-2021-8428384.php

« Ils sont dans une dérive personnelle » : des ados radicalisés soupçonnés de projets d’attentats mis en examen

 

Selon nos informations, les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) ont interpellé mercredi un mineur et un jeune majeur en région parisienne et à Marseille, soupçonnés chacun d’un projet d’action violente, notamment contre des militaires. Ils ont été mis en examen ce samedi.

 

 Un adolescent et un jeune homme ont été placés en garde à vue mercredi par les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) dans le cadre de deux enquêtes antiterroristes distinctes.
Un adolescent et un jeune homme ont été placés en garde à vue mercredi par les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) dans le cadre de deux enquêtes antiterroristes distinctes. Le Parisien

 

Par Jérémie Pham-Lê

Le 13 mars 2021 à 13h34, modifié le 14 mars 2021 à 07h19
 
La menace terroriste islamiste reste toujours aussi vivace en France. Et ces deux projets d’attentats, mis en échec en l’espace d’une semaine, illustrent avec acuité le risque « endogène », émanant de très jeunes hommes endoctrinés sur Internet et en proie à des fragilités sociales.

Selon des sources proches de l’enquête, un adolescent de 17 ans et un jeune homme de 18 ans ont été placés en garde à vue mercredi par les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) dans le cadre de deux enquêtes antiterroristes distinctes.

Interpellés à Mantes-la-Jolie (Yvelines) et Marseille (Bouches-du-Rhône), ces deux suspects radicalisés auraient chacun envisagé de mener une action violente sur sol français. Tous deux ont été mis en examen ce samedi soir par un juge antiterroriste pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle » et placés en détention provisoire.

L’un d’eux a reconnu vouloir s’en prendre à des militaires

« Ils présentent tous deux des profils de jeunes actifs sur les réseaux sociaux et sont dans une certaine dérive personnelle », confie une source proche des investigations. Le premier, L., encore mineur, a reconnu devant les enquêteurs qu’il voulait s’en prendre à des cibles militaires, notamment des soldats en faction, par haine de la France.

Les investigations, lancées fin janvier 2021 dans le cadre d’une enquête ouverte par le parquet national antiterroriste (Pnat), ont permis de mettre en évidence une recherche active sur ses cibles ainsi que de complices. Domicilié à Avion (Pas-de-Calais) mais interpellé chez sa mère à Mantes-la-Jolie, l’adolescent était membre d’une chaîne Telegram réunissant des individus radicalisés. Il y exprimait ouvertement sa volonté de « faire payer à la France » sa participation à la coalition anti-Daech en zone irako-syrienne en s’attaquant à des symboles de l’Etat français.

Des contacts avec des djihadistes en zone irako-syrienne

Le second suspect, O., est entré dans le viseur de la justice antiterroriste à la suite d’une visite domiciliaire, dispositif qui a succédé aux perquisitions administratives de l’état d’urgence, menée à son domicile marseillais mercredi. Les policiers de la DGSI ont découvert un nombre impressionnant de documentations de propagande terroriste. D’après les premières investigations, le jeune homme, franco-algérien, avait affiché sa volonté de rejoindre la Syrie. Il était en contact virtuel avec des djihadistes se trouvant sur les théâtres de guerre.

Mais ces derniers temps, il aurait renoncé à son projet de « hijra » [émigration en pays musulman, NDLR] pour mener à la place une action violente en France. Dans le cadre de discussions avec d’autres jeunes appartenant à la mouvance radicale en Europe, il aurait évoqué plusieurs projets ainsi que des cibles sensibles en France. Au moment de son arrestation, ses noirs desseins n’étaient néanmoins pas encore dans une phase aboutie.

Ces deux affaires constituent les premiers projets d’attentats d’inspiration islamiste déjoués de l’année 2021. « La menace terroriste est toujours présente, notre vigilance est extrême », a tweeté ce samedi soir le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin. L’an passé, deux projets violents ont été mis en échec par les services antiterroristes mais cinq attentats sanglants ont été recensés, faisant six morts et neuf blessés. « Nous devons actuellement faire face à des attaques meurtrières bien moins organisées, mais plus difficiles à anticiper du fait de profils plus imprévisibles et souvent assez instables », expliquait le juge antiterroriste David De Pas dans les colonnes du Parisien en novembre dernier, expliquant avoir constaté « un très net rajeunissement des auteurs ». Si les néo-terroristes français sont très souvent isolés, il apparaît qu’ils sont largement influencés par la propagande toujours active des organisations djihadistes, voire en contact numérique avec certains combattants à l’étranger.

 



Attentat de Romans-sur-Isère le 4 avril 2020 : une reconstitution de 10 heures mardi

Tandis que Diane Chatelet s’était fait offrir une très belle robe Chanel la veille, avait lieu mardi 12 avril 2022 à Romans-sur-Isère une reconstitution des faits tragiques de la journée du 4 avril 2020 en présence du terroriste islamiste qui ce jour-là avait attaqué à l’arme blanche plusieurs personnes, en tuant deux et en blessant plusieurs autres.

J’avais déjà commenté cette affaire à l’époque des faits à travers plusieurs articles et ai donné récemment de nouvelles explications dans deux articles.

Voici la liste complète de tous ces articles de blog :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/attaque-terroriste-a-romans-sur-isere-samedi-4-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/pourquoi-ce-nouvel-attentat-islamiste-du-4-avril-2020-a-romans-sur-isere/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/retour-du-deconnologue-et-ex-riverain-homere-sur-twitter/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/cyprien-luraghi-a-lance-un-appel-de-fonds-le-vendredi-3-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/06/messages-publics-de-jean-marc-donnadieu-en-ce-debut-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/06/michel-piccin-est-sorti-de-son-silence-le-3-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/07/attentat-de-romans-sur-isere-du-4-avril-2020-premier-bilan/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/08/attentat-de-romans-sur-isere-explications-de-lassaillant/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/08/attentat-de-romans-sur-isere-ouverture-dune-information-judiciaire/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/09/ufoscepticisme-sale-temps-pour-les-menteurs-et-cela-va-continuer/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/10/attentat-de-romans-sur-isere-pas-de-revendication-pour-cause-de-confinement/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/16/terrorisme-islamiste-de-nouveaux-projets-dejoues-en-allemagne/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/23/des-avocats-attaquent-la-justice-les-magistrats-sinsurgent-vaste-plaisanterie/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/06/22/cyprien-luraghi-et-la-pelle-du-18-juin/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/06/30/nouveaux-problemes-avec-mes-statistiques-de-blogs-ce-mois-de-juin-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2022/01/26/des-attentats-islamistes-commis-en-france/

http://petitcoucou.unblog.fr/2022/03/25/les-attentats-islamistes-commis-en-france-sont-le-fait-de-mes-harceleurs/

 

Cet attentat fait donc partie de la série débutée en janvier 2020 et directement liée à une procédure abusive engagée à mon encontre par un avocat lyonnais en son nom propre au mois de décembre 2019. L’année 2020 sera aussi marquée par trois plaintes successives déposées contre moi par le complice de Jean-Marc Donnadieu Patrice Seray à compter du 10 février 2020. La veille, 9 février 2020, j’avais publié ceci qui leur avait fortement déplu du fait que je me présentais comme femme ingénieur, ce qu’ils avaient dès 2010 décidé de m’interdire absolument partout (voir notamment les tout premiers articles de ce blog, en mars 2014) :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/02/09/pourquoi-helene-sergent-de-20minutes-fr-sacharne-sur-la-femme-ingenieur-que-je-suis/

Cependant, les plaintes de ce débile resteront toutes lettres mortes et seule la procédure de l’avocat avançait.

Or, en date du 4 avril, nous attendions bien sous les dix jours une première décision dans cette affaire, que toute la bande de cybercriminels et terroristes escomptait bien évidemment être une condamnation prononcée à mon encontre conformément aux demandes de l’avocat, un professionnel du droit qui par conséquent n’aurait su comme eux manquer son coup.

L’attentat de Romans-sur-Isère, qui de plus se produit dans sa région, a bien été commis pour fêter cette condamnation très attendue.

Mais finalement, la décision prise en ce mois d’avril 2020 ne sera qu’un report qui nous sera signifié au mois de juin 2020, et le jugement ne sera prononcé qu’au mois d’août 2020. Toute la procédure continuera, comme d’habitude, à être rythmée ou ponctuée par des attentats islamistes, notamment ceux de Reading le 20 juin 2020 et celui du Niger le 9 août 2020, ces deux-là étant encore chacun censé fêter l’annonce de ma condamnation imminente et immanquable. Mais comme d’habitude, la procédure abusive dont j’étais à nouveau victime n’a pas porté ses fruits et l’escroc a été débouté de toutes ses demandes – alors que je m’étais défendue seule, sans avocat.

Au mois de septembre 2020, il a fait appel de cette décision qui ne le satisfaisait pas plus que ses complices, et les attentats islamistes ont continué à suivre ou précéder les différentes avancées de cette procédure en appel jusqu’à l’attentat de Vienne du 2 novembre 2020, mais pas au-delà du fait qu’au mois de novembre 2020 j’ai réussi à les dissuader de poursuivre. Et au final, l’escroc a encore été débouté de toutes ses demandes par la Cour d’Appel de Lyon au mois de mars 2021.

Je rappelle la série complète, à laquelle il convient d’ajouter les attentats de Reading le 20 juin 2020, du Niger le 9 août 2020 et de Vienne en Autriche le 2 novembre 2020, qui en font bien partie :

 

Années 2020

2020

  • Le 3 janvier 2020, dans le parc des Hautes-Bruyères à Villejuif, un jeune homme de 22 ans, attaque à l’arme blanche des passants, en répétant « Allah Akbar », tuant un homme et blessant gravement deux femmes. L’individu sera par la suite neutralisé par une patrouille de policiers. Le jeune homme récemment converti à l’islam58 a perpétré cette attaque d’une « extrême violence » avec une « extrême détermination », selon les déclarations du Parquet national antiterroriste qui s’est saisit de l’affaire.
  • Le 5 janvier 2020, un individu connu de la DGSI et fiché S, armé d’un couteau et criant « Allah Akbar », est interpellé à Metz après avoir tenté d’agresser des policiers59. La section antiterroriste ne s’est pas saisie de l’enquête.
  • Le 4 avril 2020, à Romans-sur-Isère, un réfugié soudanais, Abdallah Ahmed-Osman, crie « Allah Akbar », tue au couteau deux passants et en blesse cinq autres, leur demandant s’ils sont de confession musulmane.
  • Le lundi 27 avril 2020, en fin d’après-midi à Colombes (Hauts-de-Seine), le conducteur d’une voiture a percuté volontairement deux motards de la police à vive allure, les blessant gravement. L’auteur a fait allégeance à l’État islamique.
  • Le vendredi 25 septembre 2020, deux personnes sont grièvement blessées à l’arme blanche près des anciens locaux du journal Charlie Hebdo. Le Parquet national antiterroriste a ouvert une enquête pour « tentative d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste, association de malfaiteurs terroriste criminelle ». Selon l’AFP citant des sources concordantes, l’assaillant de nationalité pakistanaise assurait « assumer son acte qu’il situe dans le contexte de la republication des caricatures (de Charlie Hebdo, ndlr) qu’il n’a pas supportée ».
  • Le 16 octobre 2020, un enseignant, Samuel Paty, est décapité devant un collège de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), car il a montré lors d’un cours sur la liberté d’expression les caricatures de Mahomet. Son assassin présumé (islamiste de nationalité russe) est abattu par la police dans la ville voisine d’Éragny (Val-d’Oise)60.
  • Le 29 octobre, un Tunisien tue trois personnes et en blesse plusieurs autres dans la basilique Notre-Dame-de-l’Assomption de Nice avant d’être arrêté par la police61.

2021

 

L’attentat résiduel du 23 avril 2021 est probablement lié à une nouvelle procédure délirante dans laquelle l’avocat marron s’est lancé à mon encontre au mois de décembre 2020 pour tenter d’obtenir un sursis à statuer de la Cour d’Appel de Lyon avant que celle-ci ne rendît son verdict, dès l’instant où il avait compris qu’il n’avait pas plus de chance de gagner en appel qu’en première instance – au début, il comptait gagner en appel sur ses seuls dires du fait que je n’aurais pas pu faire le déplacement jusqu’à Lyon pour me défendre, compte tenu tout à la fois des difficultés liées à la crise sanitaire et des menaces de mort que je recevais très régulièrement de ses complices, notamment le dénommé Jean-Marc Donnadieu. Mais j’avais finalement trouvé le moyen de m’y faire représenter, d’où cette procédure supplémentaire débutée au mois de décembre 2020, une nouvelle procédure dont son auteur et ses complices ont de bonnes raisons d’espérer qu’elle va pouvoir produire effet précisément à compter de cette fin avril 2021.

A noter : ils ont depuis été assez déçus, car je continue à me défendre avec succès…

Egalement à noter : en fait, il est fort possible qu’ils n’aient pas refait d’attentat pour la suite de la procédure en appel à Lyon après le mois de novembre 2020 tout simplement parce qu’après avoir obtenu un premier report le 8 décembre 2020, l’escroc avait dû abandonner sa tentative d’obstruction par demande de sursis à statuer et était donc tout à fait sûr de perdre. Autrement dit : il n’y avait plus rien à fêter après le succès du 8 décembre 2020 qui avait été salué à Lyon par un feu d’artifice sauvage.

Il n’est donc pas exclu que les attentats islamistes reprennent du jour où mes harceleurs auront de nouveau bon espoir d’avoir une grande victoire à fêter. Bien évidemment, je fais ce que je peux pour que cela ne se produise pas, mais ne suis malheureusement pas aidée par les magistrats brestois qui eux se trouvent depuis le début très impliqués dans toutes les saloperies de la bande du pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi à mon encontre.

Après toutes ces explications, je reviens sur l’attentat de Romans-sur-Isère.

La reconstitution du 12 avril n’a rien apporté, il en ressort seulement que l’auteur des faits s’en tient à sa stratégie de défense initiale sans convaincre grand monde, ses pertes de mémoire apparaissant sélectives. Il ment, donc.

Pour ma part, je n’exclus toujours pas la possibilité que cet attentat puisse masquer un assassinat, celui de l’ingénieur informaticien de Lyon Thierry Nivon, tué dans la boucherie où il avait ses habitudes.

Pour moi, toute cette série d’attentats supportant les procédures abusives de l’avocat lyonnais à mon encontre vise particulièrement des ingénieurs, c’est encore flagrant à Reading le 20 juin 2020 et au Niger le 9 août 2020. Il les hait. Il n’y a pas que mes proches et moi-même, il y en a notamment un autre de la région de Grenoble qui le traite publiquement d’escroc depuis très longtemps – et c’est bien ce qu’il est.

Par ailleurs, j’observe aussi que cette série d’attentats se colore très nettement de la couleur politique de cet individu qui contrairement aux précédents ne s’affiche pas de l’extrême-gauche mais très à droite et s’avère aussi très proche de la famille Le Pen, et ceci, autant dans le choix des cibles (des humanitaires au Niger, des coeurs tendres qui aimaient les animaux en plus d’être très instruits…), que des atteintes portées à leur encontre au-delà de la mort par des militants de l’extrême-droite (aucun respect des dépouilles et des mémoires) : ce n’est plus la Brestoise de l’extrême-gauche Julie Le Goïc qui exulte à peine le père Hamel a-t-il été assassiné le 26 juillet 2016, ce ne sont bien que des militants de l’extrême-droite dont les réactions posent problème.

En ce qui concerne l’attentat d’octobre 2020 contre Samuel Paty, commis pour ma convocation en appel à Lyon, on retrouve même deux amis de Marine Le Pen à proximité du principal responsable identifié par l’enquête officielle :

 

https://www.lejdd.fr/Politique/attentat-de-conflans-sainte-honorine-deux-amis-de-le-pen-en-lien-avec-lislamiste-sefrioui-4002642

Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : deux amis de Le Pen en lien avec l’islamiste Sefrioui

 

12h00 , le 1 novembre 2020

ABONNÉSProches de Marine Le Pen, Axel Loustau et Frédéric Chatillon ont gravité, dans l’entourage de Dieudonné, avec Abdelhakim Sefrioui, l’activiste impliqué dans la mort du professeur Samuel Paty. 

De gauche à droite : Frédéric Chatillon, Dieudonné et Axel Loustau en 2009 lors d'une manifestation à Paris contre une opération menée par Israël dans la bande de Gaza.

De gauche à droite : Frédéric Chatillon, Dieudonné et Axel Loustau en 2009 lors d’une manifestation à Paris contre une opération menée par Israël dans la bande de Gaza. (Capture Dailymotion)

 

Le Rassemblement national considère-t-il vraiment l’islamisme radical comme un ennemi? Deux proches de Marine Le Pen, Axel Loustau et Frédéric Chatillon, se sont affichés au côté d’Abdelhakim Sefrioui, l’islamiste mis en examen et écroué pour avoir lancé la campagne sur les réseaux sociaux qui a provoqué l’assassinat de Samuel Paty. Les trois hommes apparaissent sur une vidéo du 10 janvier 2009, mise en ligne sur le compte Dailymotion du collectif Cheikh Yassine, le groupuscule de Sefrioui, après une manifestation à Paris contre une opération menée par Israël dans la bande de Gaza.

Parmi une foule entonnant un verset du Coran

Les images montrent Loustau et Chatillon parmi une foule entonnant… un verset du Coran. Le premier, conseiller régional (RN) d’Île-de-France, était chargé des finances de la campagne présidentielle de Marine Le Pen en 2017. Le second a été le principal prestataire pour la communication du parti – ce qui lui a valu d’être condamné par la justice dans l’affaire des kits de campagne. Tous accompagnent l’humoriste Dieudonné, que l’on voit discuter avec Sefrioui. Puis Dieudonné

 

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/drome/terrorisme-attaque-au-couteau-de-romans-isere-d-avril-2020-le-centre-ville-boucle-pour-reconstitution-2523772.html

Terrorisme : reconstitution « éprouvante » de l’attaque au couteau de Romans/Isère d’avril 2020

 

Publié le 12/04/2022 à 09h56 • Mis à jour le 13/04/2022 à 16h28
Écrit par D. Mazzola (avec Y.Marie / L.Crozat)
A Romans/Isère (Drôme), le centre-ville est bouclé ce mardi 12 avril 2022 en raison de la reconstitution de l'attaque au couteau du 4 avril 2020. Un périmètre de sécurité se met en place selon le parcours emprunté le 4 avril 2020 par l'agresseur.

A Romans/Isère (Drôme), le centre-ville est bouclé ce mardi 12 avril 2022 en raison de la reconstitution de l’attaque au couteau du 4 avril 2020. Un périmètre de sécurité se met en place selon le parcours emprunté le 4 avril 2020 par l’agresseur. • © Yaëlle Marie

Le 4 avril 2020, un demandeur d’asile soudanais poignardait plusieurs personnes en plein centre-ville de Romans/Isère, dans la Drôme. Deux ans, presque jour pour jour après les faits, une reconstitution de cette sanglante attaque au couteau est organisée ce mardi 12 avril, à partir de 8h30.

Tôt ce matin, Abdallah Ahmed Osman, demandeur d’asile soudanais, a été extrait de sa cellule de la prison de la Santé pour participer à une reconstitution judiciaire à Romans-sur-Isère. Deux personnes ont été tuées lors de cette attaque au couteau du 4 avril 2020, et cinq personnes blessées, dont trois grièvement. Le suspect avait été mis en examen pour « assassinats et tentatives d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste ».

Périmètre bouclé dans le centre historique

Demandées par les juges antiterroristes parisiens en charge de l’affaire, cette reconstitution judiciaire doit avoir lieu ce mardi 12 avril, entre la place Ernest Gailly et la Côte Jacquemart. C’est dans cette rue du centre historique de Romans/Isère, à proximité de la place Gailly, que se trouvait le domicile du mis en cause. La reconstitution de son périple sanglant doit démarrer dans cette rue ce mardi matin.

 

La reconstitution du périple sanglant d'Abdallah Ahmed Osman devait débuter Côte Jacquemart, dans le coeur historique de Romans/Isère. C'est là que le mis en cause vivait depuis 2019. (12/4/22)

La reconstitution du périple sanglant d’Abdallah Ahmed Osman devait débuter Côte Jacquemart, dans le coeur historique de Romans/Isère. C’est là que le mis en cause vivait depuis 2019. (12/4/22) • © Yaëlle Marie

 

Sur la place désertée, non loin de la Tour Jacquemart, les forces de police ont pris place tôt dans la matinée. Le mis en cause se trouvait dans le fourgon blanc de l’administration pénitentiaire. Doudoune grise et pantalon noir, il a été escorté jusqu’à son domicile au 30 de la côte Jacquemart où il a débuté son sanglant périple.

 

A Romans/Isère (Drôme), la place Ernest Gailly et ses abords, dans le centre historique sont bouclés, ce mardi 12 avril 2022 en raison de la reconstitution de l'attaque au couteau du 4 avril 2020.  La place se trouve à proximité du domicile du mise en cause.

A Romans/Isère (Drôme), la place Ernest Gailly et ses abords, dans le centre historique sont bouclés, ce mardi 12 avril 2022 en raison de la reconstitution de l’attaque au couteau du 4 avril 2020. La place se trouve à proximité du domicile du mise en cause. • © Yaëlle Marie

 

Pour les besoins de cette reconstitution, un large périmètre a été mis en place dans ce secteur de la cité drômoise. D’importantes forces de police sont mobilisées dans le cadre de cette reconstitution. Le centre-ville a été bouclé à partir de 8 heures ce mercredi matin. Il doit rester inaccessible jusqu’à 22 heures. Les commerces sont fermés.

Nouvelle épreuve pour les parties civiles

Le trentenaire a été mis en examen pour avoir tué Thierry Nivon et Julien Vinson, et pour avoir blessé grièvement cinq autres personnes, poignardées au hasard de son parcours entre la place Ernest Gailly et le boulevard Marx Dormoy, en plein centre-ville de Romans. Deux ans après, ce trentenaire doit donc reproduire les faits et gestes de ce matin du 4 avril 2020. Un parcours sanglant en plein confinement.

Il était environ 11 heures le jour du drame lorsque le réfugié soudanais a attaqué un buraliste de la place Ernest Gailly. Sa femme s’est interposée. Le couple de buraliste agressé a changé de région depuis le drame. Le bureau de tabac a été racheté en octobre 2020 peu après l’attaque.

A Romans/Isère, le bureau de tabac où l'assaillant a agressé le couple propriétaire. Depuis l'attaque du 4 avril 2020, le commerce a changé de mains. Ce matin, la nouvelle buraliste se préparait à fermer pour la reconstitution ... 12/4/22

A Romans/Isère, le bureau de tabac où l’assaillant a agressé le couple propriétaire. Depuis l’attaque du 4 avril 2020, le commerce a changé de mains. Ce matin, la nouvelle buraliste se préparait à fermer pour la reconstitution … 12/4/22 • © Yaëlle Marie

 

Un peu plus loin, c’est dans une boucherie qu’il fait irruption. Il veut remplacer son couteau brisé dans le bureau de tabac. L’agresseur s’empare alors d’un coutelas et poignarde un client. Thierry Nivon, 55 ans, est mortellement touché.

Reconstitution de l'attaque au couteau du 4 avril 2020 : la 3e étape, la boucherie Breyton. C’est ici que le mis en cause a poignardé à mort Thierry Nivon. L’assaillant avait cassé son couteau peu avant, lors de l’agression du couple de buralistes. Il est entré dans cette boucherie pour s’emparer d’un coutelas de boucher.

Reconstitution de l’attaque au couteau du 4 avril 2020 : la 3e étape, la boucherie Breyton. C’est ici que le mis en cause a poignardé à mort Thierry Nivon. L’assaillant avait cassé son couteau peu avant, lors de l’agression du couple de buralistes. Il est entré dans cette boucherie pour s’emparer d’un coutelas de boucher. • © Yaëlle Marie

 

Ensuite, au hasard de son périple, l’assaillant poignarde plusieurs passants. Une funeste rencontre pour Julien Vinson qui reçoit 22 coups de couteaux. Ce dernier rend l’âme. Son fils n’est pas loin.

Les juges antiterroristes ont prévu ce mardi de retracer ce périple sanglant d’Abdallah Ahmed Osman. Si cet acte judiciaire est indispensable, il n’en reste pas moins une épreuve pour les parties civiles et les victimes. 

« Il est évident que ça réactive leur souffrance, ça réactive leur volonté de tourner cette page de leur vie à cet instant-là. Il va falloir se confronter, à la fois à la scène des faits et à l’auteur des faits. C’est une situation très difficile pour eux mais ils le font avec courage et avec sérieux. Ils souhaitent concourir à la manifestation de la vérité », a expliqué ce matin Me Guillaume Fort, avocat des parties civiles.

 

Les victimes espèrent que cette journée de reconstitution permettra de réveiller la mémoire défaillante d’Abdallah Ahmed Osman. Pour cette journée éprouvante de reconstitution, un dispositif d’accompagnement psychologique, avec sophrologue et psychologue, a été mis en place par l’association d’aide aux victimes Remaid.

Le traumatisme des « survivants »

Me Fort a évoqué le traumatisme des victimes qui ont assisté aux événements. « Mme Breyton a fait preuve d’un grand courage pour revenir sur le lieu de son traumatisme, pour la manifestation de la vérité, de la justice », a expliqué Me Guillaume Fort. Mme Breyton n’est jamais revenue dans sa boucherie sur les lieux des faits.

A l’occasion de cette reconstitution des faits, il lui a été demandé de donner sa version. Mais Il n’y a pas eu de confrontation avec Abdallah Ahmed Osman. Une décision prise en accord avec les praticiens de la cellule d’accompagnement et avec le magistrat instructeur, « pour ne pas réactiver son traumatisme », mais « elle était prête à lui faire face », selon l’avocat.

Mme Breyton n’était jamais revenue dans sa boucherie. Elle a vu l’ensemble de la scène, le moment où la victime a été poignardée, elle lui a porté secours, elle aurait pu s’enfuir, elle ne l’a pas fait. Pour elle c’est un traumatisme extrêmement important.

Me Guillaume Fortavocat des parties civiles

De son côté, Me Dimitri Grémont, l’avocat parisien d’ Abdallah Ahmed Osman, a indiqué que son client « collabore complètement » à l’occasion de cette journée de reconstitution : « il fait tout ce qu’il peut – dans la mesure de ses moyens et de ses souvenirs. Il n’a plus de souvenirs des événements. Il suit les indications du magistrat instructeur et ce qui lui est rapporté ». A savoir, les dires des personnes ayant assisté aux événements ou les ayant vécus comme ceux de Mme Breyton.

Absence de souvenirs

Selon Me Dimitri Grémont, son client qui comprend le français mais le parle peu, « n’a plus que quelques images ou quelques sons » de cette tragique matinée. Pas de « déroulé précis des événements ». Et il ajoute : « pour l’heure, les choses ne remontent pas. C’est un des enjeux de la journée : voir ce qui peut lui revenir ou pas. Mais pour le moment ce n’est pas très probant ».

Comment expliquer cette amnésie ?  »Il était dans un épisode psychotique particulier. Une forme de transe. C’est tout à fait cohérent avec son état psychologique du moment », assure l’avocat du mis en cause.  Le premier rapport d’expertise évoque un état psychotique. « Pour le moment il est établi qu’il y a altération du discernement », poursuit l’avocat.

Depuis le début, il regrette ce qui s’est passé, il le vit mal. Il cherche dans la mesure de ses moyens à faire ce qu’il peut pour collaborer, pour aider.

Me Dimitri Grémontavocat du mis en cause

Me Grémont l’assure au sujet de son client : « Il a toujours dit et il maintient aujourd’hui qu’il n’était pas radicalisé, qu’il était heureux de vivre en France. Il regrette ce qu’il a fait ». Un sentiment qui explique selon l’avocat la collaboration de son client avec la justice.

Pour l’avocat des parties civiles, Me Fort, « on est dans une stratégie de défense ». 

Attaque au couteau, Romans/Isère meurtrie

Le 4 avril dernier, deux ans jour pour jour après cet acte sanglant, la ville de Romans/Isère a rendu hommage aux victimes de l’attentat.

 

 

Sur la place du Champ-de-Mars, plusieurs centaines de personnes, élus, familles des victimes, habitants et anonymes s’étaient rassemblées pour se recueillir. L’attaque au couteau a coûté la vie à Thierry Nivon et Julien Vinson. Elle a également fait cinq blessés.

 

durée de la vidéo : 01min 42
Reconstitution attaque au couteau de Romans sur Isère • ©FTV

 

 

durée de la vidéo : 01min 42
Reconstitution attaque au couteau de Romans sur Isère • ©FTV
justice société terrorisme faits divers

 

 

https://www.lefigaro.fr/faits-divers/attentat-de-romans-sur-isere-deux-ans-plus-tard-une-reconstitution-en-presence-de-l-accuse-20220412

Attentat de Romans-sur-Isère : deux ans plus tard, une reconstitution en présence de l’accusé

 

Par Le Figaro

Publié le 12/04/2022 à 15:41, Mis à jour le 15/04/2022 à 19:15

 

Le 4 avril 2020, Abdallah A.-O. est accusé d'avoir tué deux personnes à Romans-sur-Isère (Isère), en plein confinement.

Le 4 avril 2020, Abdallah A.-O. est accusé d’avoir tué deux personnes à Romans-sur-Isère (Isère), en plein confinement. JEFF PACHOUD / AFP

 

La reconstitution intervient deux ans après l’attentat qui a fait deux morts et cinq blessés à Romans-sur-Isère, en plein confinement.

Il y a deux ans, alors que la France vivait son premier confinement, Abdallah A.-O. semait la terreur dans les rues de Romans-sur-Isère (Drôme) en tuant deux personnes à l’arme blanche, avant d’être interpellé par les forces de l’ordre. Mardi 12 avril se tient la reconstitution sur les lieux de l’attaque, en présence de l’intéressé et des rescapés.

À lire aussiLe parcours effroyable et meurtrier de l’assaillant de Romans-sur-Isère

L’accusé a été extrait de sa cellule en début de matinée, afin de procéder au début de la reconstitution dès 8h30. Les magistrats du Parquet national antiterroriste (PNAT), les enquêteurs, les blessés et les différents témoins sont également présents. Cette étape importante de l’enquête, généralement la dernière avant la clôture de l’instruction, doit se dérouler toute la journée dans le centre historique de Romans-sur-Isère. La circulation et les commerces ont été fermés pour l’occasion.

Interrogé par nos confrères du Dauphiné Libéré à la mi-journée, Me Guillaume Fort, avocat des parties civiles a fait savoir qu’Abdallah A.-O. acceptait «de collaborer tout en disant qu’il ne se souvient de rien et en contestant la version des témoins, déplore le conseil. On a le sentiment que le mis en examen se réfugie dans une amnésie qui peut parfois être sélective.»

Pour les rescapés, c’est une étape douloureuse, qui les replonge dans leur traumatisme. «Je passe deux ans à essayer d’oublier ce qui s’est passé dans mon hall d’entrée. Et là, je vais accueillir beaucoup de monde dans mon entrée, et l’agresseur, être face à lui, c’est très dérangeant», a confié l’une d’elles à France Bleu.

«Un pays de mécréants»

Le 4 avril 2020, ce réfugié soudanais de 33 ans a tué à l’arme blanche un client d’une boucherie de 55 ans et un commerçant de 44 ans. Cinq personnes ont également été blessées dans les rues commerçantes de cette ville tranquille de 33.000 habitants.

Inconnu des services de police et de renseignement, le terroriste présumé est arrivé en août 2016 en France, où il a obtenu le statut de réfugié et un titre de séjour en 2017. «Des documents manuscrits à connotation religieuse» dans lesquels il se plaignait «notamment de vivre dans un pays de mécréants» ont été découverts à son domicile. L’homme, qui reconnaît les faits sans s’en souvenir en détail, assure avoir agi seul. Employé dans la maroquinerie, il semblait vivre difficilement le confinement, et des anxiolytiques ont été retrouvés chez lui.

PODCAST – L’homme est-il un loup pour l’homme? Le Moment Philo, par Aziliz Le Corre

Écoutez-le et abonnez-vous sur votre plateforme audio favorite

Il a depuis été mis en examen pour «assassinats et tentatives d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste» et placé en détention dans une unité psychiatrique spécialisée à Villejuif (Val-de-Marne), rattaché au centre pénitentiaire de Fresnes, selon Le Monde . Les experts psychiatres ont en effet relevé «une personnalité fragile», «supportant mal l’isolement et l’éloignement de son pays et de sa famille». Pour autant, l’expertise a conclu qu’il était «accessible à une sanction pénale», ouvrant la voie à un procès.


À VOIR AUSSI – Dix ans des attentats de Toulouse et Montauban: «Il n’y a plus cette insouciance», affirme le Grand Rabbin de France

La rédaction vous conseille

 



Une enquête pénale ouverte contre Eric Zemmour…

Et voilà, c’était couru d’avance comme je l’avais dit le 2 avril :

http://petitcoucou.unblog.fr/2022/04/02/marine-le-pen-benie-des-dieux-encore-huit-jours-pas-plus/

Cela commence donc dès aujourd’hui avec le premier des candidats du premier tour à avoir appelé à voter pour elle.

Il faut bien dire que celui-là est très doué pour provoquer ce genre de choses…

Mais d’autres aussi, notamment le trafiquant de drogue pédophile, cybercriminel, terroriste « islamiste », calomniateur et mythomane notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi.

Cependant, malgré toute une vie de hors-la-loi dans diverses directions, ce dernier continue le plus tranquillement du monde à commette tous ses méfaits…

Moralité : pour avoir l’accord du juge, faites comme lui, ne jouez surtout pas trop petit…

 

 

https://www.nouvelobs.com/election-presidentielle-2022/20220412.OBS57043/enquete-penale-ouverte-contre-eric-zemmour-apres-son-sms-aux-electeurs-juifs.html

Enquête pénale ouverte après le SMS d’Eric Zemmour aux électeurs juifs

 

Eric Zemmour, le 10 avril. (BERTRAND GUAY / AFP)
Eric Zemmour, le 10 avril. (BERTRAND GUAY / AFP)

Le candidat d’extrême droite avait contacté des Français de confession juive via l’utilisation d’un fichier interdit, avant le premier tour.

Par L’Obs

· Publié le 12 avril 2022 à 17h55 · Mis à jour le 12 avril 2022 à 17h58

Temps de lecture 2 min

 

 

Une enquête préliminaire a été ouverte ce mardi 12 avril à Paris après la plainte de deux associations sur un démarchage par SMS du parti d’Éric Zemmour ciblant des électeurs français de confession juive à la veille du premier tour de la présidentielle, a indiqué à l’AFP une source proche du dossier.

Sollicité par l’AFP, le parquet de Paris a confirmé l’ouverture de cette enquête pour des infractions relatives à des données à caractère personnel.

 

Un SMS signé du nom du candidat avait été envoyé vendredi à de nombreux téléphones mobiles dans l’Hexagone renvoyant vers une page éditée par le parti Reconquête ! affichant un texte explicitement adressé aux Français juifs.

« Sur plainte de l’UEJF et de l’association J’accuse AIJI, une enquête a été ouverte ce jour des chefs de détention, conservation, enregistrement, transmission de données à caractère personnel en dehors des cas prévus par la loi, communication à un tiers sans autorisation et détournement des finalités d’un fichier de données à caractère personnel », a précisé le parquet.

Les investigations ont été confiées à la Brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP), a aussi indiqué cette source.

La Cnil également sur le coup

Le code pénal punit de cinq ans d’emprisonnement et de 300 000 euros d’amende la création d’un fichier faisant apparaître des croyances religieuses ou des origines raciales ou ethniques sans le consentement de l’intéressé.

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) avait déjà ouvert une instruction suite à ce démarchage. La Cnil stipule que « le traitement des données à caractère personnel qui révèle […] les convictions religieuses » est « interdit », sauf si « la personne concernée a donné son consentement explicite au traitement de ces données à caractère personnel pour une ou plusieurs finalités spécifiques ».

Le message du candidat, désormais hors ligne, s’intitulait : « Message d’Éric Zemmour aux Français de confession juive ». Le polémiste d’extrême droite, qui a rassemblé 7 % des suffrages dimanche, s’y présentait comme « le seul à dénoncer l’expansion de l’islam qui ravage notre pays ». « L’antisémitisme qui tue aujourd’hui est islamique », ajoutait-il.

« Que les policiers fassent leur travail »

Interrogée par BFMTV, l’équipe d’Éric Zemmour avait confirmé être à l’origine de la campagne d’envoi « d’une dizaine de milliers de SMS » qui renvoyaient vers la page web du candidat. Un des responsables de la campagne de Reconquête avait assuré à la chaîne d’information que ce démarchage politique avait été mis en place à l’aide d’un courtier en données personnelles, qui achète des bases de données pour en faire commerce.

Judith Cohen-Solal et Jonathan Hayoun : « Zemmour fait un usage pervers de son identité juive » 

« On attend avec impatience que les policiers fassent leur travail », a déclaré à l’AFP Me Stéphane Lilti, qui a déposé plainte pour l’Union des étudiants juifs de France (UEJF).

Son confrère Me Sacha Ghozlan, qui a déposé plainte pour l’association « J’accuse », a dénoncé sur Twitter ce mardi « la plus massive exploitation de listes nominatives de juifs depuis la rafle du Vel’d’hiv ».

 

 



Macron, Le Pen, Mélenchon : tous complices !

 

 

 

Cette enquête du Média révèle bien des complicités entre les deux candidats qui nous restent pour l’élection présidentielle, à savoir le président sortant Emmanuel Macron et la candidate de l’extrême-droite Marine Le Pen.

Et cette dernière a accusé ce matin Jean-Luc Mélenchon de trahison (cf. article ci-dessous), révélant également par là même l’existence d’une certaine complicité entre eux, laquelle était déjà bien visible pour tous lorsque leurs militants respectifs se retrouvaient sous le même gilet jaune dans les ronds-points.

Je rappelle par ailleurs ce qui suit :

1°/ L’extrême-gauchiste Jean-Luc Mélenchon a toujours été un complice de la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest pour toutes ses exactions à mon encontre et a, à cet égard, toujours soutenu le pédophile notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi, quoiqu’en dise ce dernier; une partie des troupes de Josette Brenterch dans les années 1990 et 2000 se retrouve d’ailleurs chez les Insoumis depuis quelques années – ainsi, notamment, des Dupond et Dupont Arnaud Hell et Hubert Casel.

2°/ Josette Brenterch est en fait issue des rangs d’une droite très à droite pour laquelle elle a infiltré la section brestoise de la LCR dans les années 1970; tout en prenant la tête effective de ce petit parti d’extrême-gauche brestois dont le patron jusqu’à son décès en 2009, André Fichaut, était totalement sous son emprise de pseudo « intellectuelle » (elle lui faisait virer tous les autres, qu’elle calomniait outrageusement à cet effet), elle est toujours restée très proche de sa famille politique d’origine, représentée par les leaders locaux du RPR ou de l’UMP et du Front national; c’est ainsi que, harcelée sur la toile par ses complices cybercriminels de la bande du pédophile notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi à compter de l’année 2008, je me suis dès lors retrouvée aussi harcelée de la même manière exactement par ses complices frontistes, notamment le dénommé Jacques Fornès, brocanteur dans le Sud-Finistère, très vieil ami de la famille Le Pen et l’un des plus anciens militants du FN dans le Finistère – la famille Fornès faisait jadis partie des Espagnols de Guyotville qui ont été rapatriés en France pour cause de Guerre puis d’Indépendance de l’Algérie, de même que la famille Brenterch dont le chef était gendarme à Orléansville, siège des Renseignements Généraux français, ce qui crée évidemment des rapprochements.

A noter : ils se font des bisous, comme le montre ce mail de Jacques Fornès à Josette Brenterch me concernant et qu’il m’avait adressé par erreur le 14 avril 2012, ce qu’il m’avait bien précisé lui-même dès le lendemain après que je l’eus un peu raillé :

 

 

—– Original Message —–

From: « Fornes »

To: [moi]

Sent: Saturday, April 14, 2012 11:16 PM
Bsr Josette Comment vas tu. Je passe à Brest lundi On peux se voir? J ai de bonnes infos sur l oiseau de malheur Tel moi quand tu veux Bises

 

 

Sujet : Re:

De : [Moi]

Date : 15/04/2012, 00:38

Pour : Fornes

Bises ? C’est tout ? Ce que c’est timide…

Le 14/04/2012 23:16, Fornes a écrit : Bsr Josette Comment vas tu. Je passe à Brest lundi On peux se voir? J ai de bonnes infos sur l oiseau de malheur Tel moi quand tu veux Bises

 

 

—– Original Message —–

From: « Fornes »

To: [Moi]

Sent: Sunday, April 15, 2012 8:33 AM

Subject: Erreur de destinataire

 

 

J’avais peu parlé de ce monsieur Jacques Fornès jusqu’à présent.

J’ai évoqué son existence dans l’un de mes articles de blog pour la toute première fois le 24 janvier 2020 après avoir découvert qu’il s’était déclaré propriétaire de mes blogs avec une autre complice du pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi du Sud-Finistère, la dénommée Christine Jaouen, une « artiste » signant « Ouenja » et comptant comme ce dernier, Jean-Jacques Urvoas et nombre de politiciens de l’entourage d’Emmanuel Macron parmi les anciens soutiens de Dominique Strauss-Kahn. C’est celui-ci :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/01/24/audit-de-mes-blogs-petitcoucou-justinpetitcoucou-et-satanistique-par-semalt/

Et je l’ai de nouveau cité dans un article récent consacré à sa vieille copine Marine Le Pen, dont il dit avoir organisé tous les meetings dans le Morbihan du temps où il résidait dans ce département. C’est celui-là :

http://petitcoucou.unblog.fr/2022/02/04/marine-le-pen-en-mauvaise-posture/

En revanche, j’avais très tôt parlé de la complicité de mes harceleurs de l’extrême-gauche et de l’extrême-droite dans l’affaire de l’assassinat du jeune Brestois Clément Méric en juin 2013, quelques jours avant ma condamnation inique du 11 juin 2013, cet assassinat, programmé comme l’ont été également tous les attentats « islamistes » des années 2012 et suivantes contre des Français dans le cadre des opérations de harcèlement judiciaire dont j’étais victime de leur part, leur ayant alors fourni le motif qu’il leur fallait pour toutes leurs manifestations publiques de juin 2013 alors qu’était prononcée la condamnation qu’ils attendaient du tribunal correctionnel de Brest contre mon ancien hébergeur de blog OverBlog et moi-même – laquelle fut annulée en appel à Rennes le 2 décembre 2015, après l’attentat du 13 novembre 2015, programmé par les mêmes en vue d’une confirmation de ma condamnation.

Dans l’entourage de Clément Méric, on se souvient sans doute que celui-ci s’était déjà battu à Paris contre des militants frontistes venus de Quimper, notamment en début d’année 2013.

C’est bien le duo de vieux amis comploteurs Josette Brenterch de Brest et Jacques Fornès de Quimper qui manipulait les jeunes des deux camps en vue du gros coup de juin 2013.

3°/ Comme déjà dit à plusieurs reprises, le « marcheur » de la première heure Richard Ferrand compte aussi parmi les vieux complices de l’extrême-gauchiste de Brest en réalité très extrême-droitiste Josette Brenterch… et l’est également de tous ses complices des autres partis, notamment ceux de droite. J’en veux pour preuves les réponses que j’obtenais en 2005 de ses employées ou collaboratrices du Conseil Général du Finistère lorsque je les appelais au nom de l’association AC ! Brest pour quelques renseignements relatifs à sa gestion des RMIstes : il m’était invariablement demandé de rappeler un peu plus tard, le temps que mon interlocutrice se fût renseignée auprès de ses collègues des Hauts-de-Seine, dont la politique sarkozyste était intégralement reprise par l’équipe de Richard Ferrand dans le Finistère… où naturellement sa complice de longue date Josette Brenterch nous reprochait de le déranger…

 

 

https://www.bfmtv.com/politique/elections/presidentielle/en-direct-presidentielle-macron-dans-le-grand-est-le-pen-entre-paris-et-normandie_LN-202204120037.html

8:27

 

Appel de Mélenchon à ne pas voter pour Le Pen: « Je pense que c’est une trahison de sa part, de ses électeurs », lance cette dernière

 

« Il a été plus dur il y a cinq ans face à un Emmanuel Macron virtuel qu’il ne l’a été dimanche soir face à un Emmanuel Macron réel », a tancé ce mardi sur France Inter Marine Le Pen, jugeant qu’il avait été « plus proche d’Emmanuel Macron dimanche soir qu’il y a cinq ans ». « Je trouve que c’est perturbant, c’est un mystère pour moi », a-t-elle ajouté, estimant que ce « comportement » avait été pour elle « source de grand étonnement ».

Dimanche soir après l’annonce des premières estimations, Jean-Luc Mélenchon a appelé ses électeurs à ne pas donner « une voix à Marine Le Pen ».

« Maintenant on sait ce que c’est qu’Emmanuel Macron, à l’époque c’était un projet qui était encore virtuel », a-t-elle poursuivi.

« Dimanche soir, il a plus pensé à lui qu’aux Français (…), il a choisi l’intérêt de ses élus que l’intérêt de ses électeurs, en ce sens qu’il est déjà dans les législatives », a cinglé la candidate d’extrême droite. « Je pense que c’est une trahison de sa part, de ses électeurs », a ajouté la candidate.

 



1...1213141516...349

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo