Retour à l’actualité de l’affaire du double meurtre du stand de tir de Brest

Il n’y a en fait rien de nouveau dans cette affaire, hormis une interview de l’avocat de la famille d’une des victimes qui a récemment écrit au Président de la République et mise beaucoup sur un possible transfert de l’enquête à un service spécialisé de la gendarmerie.

Ouest France aurait pu rendre ses articles à ce sujet entièrement publics, une diffusion la plus large possible vaut quand même toujours mieux quand on souhaite vraiment voir avancer une enquête.

Mais tout ce que l’on peut lire ou entendre dans les médias sur cette affaire, encore aujourd’hui les quelques lignes de ces articles accessibles au public, m’étonne aussi toujours beaucoup, sachant qu’ici, énormément de gens ont entendu quelque chose sur cette affaire qui n’a jamais été rendu public, moi comme bien d’autres.

Commençons par revenir sur l’enquête primitive et ses aléas. Elle fut d’abord confiée à la gendarmerie, qui par la suite en a été dessaisie au profit de la police. Tout le monde le sait, les médias en ont parlé, mais n’ont par contre jamais rien livré au public sur les raisons de ce transfert, alors que la ville a bien bruissé des difficultés de la gendarmerie dans ce dossier : elle avait bien travaillé, trop, elle s’était approchée trop près de la vérité et a perdu le dossier du jour où elle a décidé de mettre en garde à vue la meilleure amie de Josette Brenterch, patronne déjà incontestée de la LCR de Brest; immédiatement sommés de libérer cette personne, les gendarmes avaient dû s’exécuter avant d’avoir pu l’interroger comme ils le souhaitaient. Ils s’étaient ensuite vus retirer l’enquête. La police n’a jamais fait mieux, regrettant de ne pouvoir enquêter du côté de l’extrême-gauche, où elle percevait bien elle aussi la meilleure piste, probablement la bonne.

Mais il y a mieux encore : nous avons eu à Brest un pharmacien aujourd’hui lui aussi décédé et qui racontait qu’en fait, c’était lui qui était attendu à l’ouverture du stand de tir le jour du double meurtre, et que les assassins, des toxicomanes notoires, comme tous les sbires de la criminelle Josette Brenterch, s’étaient gravement trompés de cible et avaient tué à sa place un autre pharmacien, François Picard.

Cet autre pharmacien que personne n’a jamais évoqué publiquement à propos de l’affaire du double meurtre du stand de tir s’appelait Claude Giron et venait de subir dans la semaine ayant précédé le crime une première garde à vue dans le cadre de l’enquête sur les massacres de l’OTS d’octobre 1994. D’après lui, on aurait voulu l’éliminer pour l’empêcher de parler. Les suspects de l’extrême-gauche dans l’affaire du double meurtre du stand de tir comptaient bien parmi les amis de Luc Jouret. Cette hypothèse, que pour ma part je n’ai pas les moyens de vérifier, paraît a priori tout à fait sensée.

 

https://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/meurtres-au-stand-de-tir-a-brest-l-avocat-a-bon-espoir-que-ce-crime-ne-reste-pas-impuni-b8ab7fc8-4df9-11ec-a95a-65d4098bd160

Brest. Double meurtre au stand de tir en 1996 : « J’ai bon espoir que ce crime ne reste pas impuni »

 

Ce dossier, Bertrand Labat, avocat au barreau de Brest (Finistère), le connaît sur le bout des doigts. Il défend la famille de l’une des victimes depuis 25 ans. Déterminé à voir l’affaire résolue, Me Labat a récemment écrit au Président de la République. Il mise aujourd’hui beaucoup sur un possible transfert de l’enquête à un service spécialisé de la gendarmerie.

« Quand je vois la souffrance des victimes, je suis profondément déterminé à aller au bout. » Bertrand Labat, avocat à Brest, suit ce dossier depuis 25 ans.
« Quand je vois la souffrance des victimes, je suis profondément déterminé à aller au bout. » Bertrand Labat, avocat à Brest, suit ce dossier depuis 25 ans. | OUEST-FRANCE
Ouest-France Recueilli par Delphine VAN HAUWAERT. Publié le 29/11/2021 à 18h01

Avocat de la famille de François Picard depuis 25 ans, Bertrand Labat défend aujourd’hui également les intérêts des parents de Pol Creton, deux hommes tués par balle le 13 octobre 1996, à Brest (Finistère). Il répond aux questions de Ouest-France, 25 ans après les faits.

Où en est l’enquête sur le double meurtre du stand de tir ?

Actuellement, seules deux personnes du service régional de la police judiciaire (SRPJ) travaillent dessus, de manière épisodique. Si le dossier n’avance pas,…

Brest. Double meurtre au stand de tir en 1996 : « J’ai bon espoir que ce crime ne reste pas impuni »

Il vous reste 80% de cet article à lire.

 

https://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/finistere-25-ans-apres-le-double-meurtre-du-stand-de-tir-a-brest-reste-non-elucide-c661c824-4ddc-11ec-a95a-65d4098bd160

RECIT. 25 ans après, le double meurtre du stand de tir de Brest reste non élucidé

 

Qui a bien pu tuer François Picard, 52 ans, et Pol Creton, 32 ans, ce matin d’octobre 1996, à Brest (Finistère) ? Et pourquoi ? Vingt-cinq ans plus tard, l’avocat des familles a bon espoir de relancer une enquête au point mort.

C’est sur le chemin menant au stand de tir que les deux corps ont été trouvés, le dimanche 13 octobre 1996, à 9 h 15, par la personne qui devait initialement ouvrir le club.
C’est sur le chemin menant au stand de tir que les deux corps ont été trouvés, le dimanche 13 octobre 1996, à 9 h 15, par la personne qui devait initialement ouvrir le club. | ARCHIVES OUEST-FRANCE
Ouest-France Delphine VAN HAUWAERT. Publié le 29/11/2021 à 18h08

La scène remonte à 25 ans, et pourtant, Bertrand Labat, avocat au barreau de Brest, se souvient comme si c’était hier du jour où il a vu entrer dans son cabinet « la veuve Picard et ses trois enfants, prostrés, ne comprenant rien à ce qui leur arrivait ».

La veille, le 13 octobre 1996 au matin, leur époux et père, François Picard, 52 ans, est abattu de trois balles, deux au thorax et une dans la nuque, alors qu’il s’apprête à ouvrir le centre de tir de la Villeneuve, à Brest. Pol Creton, 32 ans, un adhérent arrivé au même moment, connaît un sort identique.

Ces deux hommes ne se connaissent pas. Rien ne les relie, si ce n’est ce loisir commun. Leur vie est fouillée. Celle de Pol Creton, technicien supérieur à Océanopolis, ne retient pas l’attention des enquêteurs. Le métier de François Picard, en revanche, constitue un temps un possible mobile.

Un contrat sur François Picard ?

Pharmacien chimiste en chef de la préfecture maritime, ce colonel est notamment en charge de la surveillance radiologique de la rade. Là même ou est basée une partie de…

RECIT. 25 ans après, le double meurtre du stand de tir de Brest reste non élucidé

Il vous reste 80% de cet article à lire.

 

 



Quand Pierre-Jean Chalençon vole au secours de son ami Jean-Luc Lahaye…

 

 

 

Ben c’est pas mieux que le pédophile, trafiquant de drogue, cybercriminel et mythomane notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi quand ce dernier volait au secours des Dutroux, Rodellec et autres pédophiles et assassins d’enfants parmi les plus pervers sur le site Rue89, du temps où il y sévissait avec toute sa bande de « déconnologues »…

Ce n’est pas non plus tellement nouveau.

En effet, on a déjà vu Pierre-Jean Chalençon « défendre » de même son ami Christophe Girard empêtré dans l’affaire de son protégé Gabriel Matzneff et ses propres affaires de viols présumés, de harcèlement moral et autres.

Et peut-être même aussi se vanter mal à propos de son amitié avec Patrick Poivre d’Arvor…

Il ne lui reste plus à supporter publiquement que Luraghi lui-même, le meilleur ami de son ami Alain Pougetoux, pour que le tableau soit à peu près complet.



Nicolas Hulot, Patrick Poivre d’Arvor… un syndrome TF1 ?

 

https://www.linternaute.com/actualite/biographie/1776872-nicolas-hulot-de-nouveaux-temoignages-apres-les-accusations-dans-envoye-special/

Nicolas Hulot : une enquête pour viol ouverte, avant de nouveaux témoignages ?

 

Vidéo en cours
Les chips :
le résultat de la colère

 

Nicolas Hulot : une enquête pour viol ouverte, avant de nouveaux témoignages ? HULOT. Vendredi 26 novembre 2021, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête pour viol et agression sexuelle contre Nicolas Hulot, à la suite de l’émission « Envoyé spécial ». De nouveaux témoignages pourraient par ailleurs être révélés.

L’essentiel
  •  Le parquet de Paris a ouvert, ce vendredi 26 novembre 2021, une enquête pour viol et agression sexuelle visant Nicolas Hulot « pour des faits susceptibles d’avoir été commis à Paris à l’égard d’une victime mineure », a précisé la juridiction dans un communiqué de presse, à la suite de l’émission « Envoyé spécial« .
  • La nouvelle « affaire Hulot » va-t-elle prendre une autre ampleur ? Déjà ébranlé par les témoignages diffusés sur France 2 jeudi soir, Nicolas Hulot pourrait être l’objet de nouvelles accusations d’agressions sexuelles comme l’a révélé Elise Lucet, vendredi, sur BFM TV.
  • Jeudi, « Envoyé spécial » a diffusé les témoignages de quatre femmes mettant en cause l’ancien animateur de l’émission « Ushuaïa » pour viol et agressions sexuelles. Des actes qui se seraient produits à diverses époques, et dont les récits sont détaillés.
En direct

16:45 – Qui serait la victime présumée pour laquelle une enquête a été ouverte ?

Le parquet de Paris a donc ouvert une enquête, vendredi, « pour des faits susceptibles d’avoir été commis à Paris à l’égard d’une victime mineure ». De quoi corroborer avec l’un des quatre témoignages diffusés jeudi soir dans « Envoyé spécial ». Parmi les accusatrices, une trentenaire prénommée Sylvia. Elle raconte avoir écrit à l’ancien animateur de télévision en 1989. Alors âgée de 16 ans, elle lui fait part de son admiration et reçoit, en retour, une invitation le 27 mai 1989 pour participer à l’émission « Antipodes » sur France Inter. Elle s’y est rendue. A la fin de l’émission ce jour là, selon Sylvia, le présentateur l’aurait invité à prendre un café, en tête à tête, avant de la raccompagner jusqu’à une bouche de métro.

C’est à ce moment-là que la situation aurait dérapé. Avant de quitter la voiture, l’homme d’alors 34 ans lui aurait demandé  »de l’embrasser dans le cou ». « Vous en avez rêvé », lui aurait-il lancé. La suite des événements se serait déroulée dans un parking « à ciel ouvert », où Nicolas Hulot aurait décidé de « défaire son pantalon » et de « montrer son sexe » à la jeune femme.  »Je me rappelle d’être dans un état d’incompréhension », avant d’être « forcée à faire une fellation », témoigne Sylvia. Et de poursuivre : « Je suis tétanisée. Je ne l’ai jamais fait. Je suis en train de me demander si c’est ça une relation amoureuse. Comme je suis fan de lui, je ne peux pas me dire que ce qu’il se passe ne peut pas arriver. [...] Je suis coincée. » La scène d’agression sexuelle se serait conclue par une seule phrase de Nicolas Hulot, avant de raccompagner l’adolescente à une bouche de métro : « Remaquillez-vous, on dirait que vous avez fait des trucs ».

16:17 – Quel est le délais de prescription pour viol et agression sexuelle sur mineur ?

Pour les chefs d’accusation qui visent Nicolas Hulot (viol et agression sexuelle sur mineur), le délais de prescription est de 30 ans pour le premier chef et de 10 ou 20 ans pour le second (le délais étant allongé pour les mineurs de moins de 15 ans). Ce délais ne débute pas à la date des faits présumés mais à la majorité de la victime présumée. Ainsi, elle dispose jusqu’à ses 28, 38 ou 48 ans du droit de déposer plainte.

16:12 – Qu’est-ce que « la prescription de l’action publique » ?

L’enquête préliminaire ouverte à l’encontre de Nicolas Hulot par le parquet de Paris s’attachera, dans un premier temps, à « déterminer si la prescription de l’action publique est acquise ». Concrètement, que cela signifie-t-il ? Le site officiel de l’administration française indique que « le délai de prescription est la période au-delà de laquelle l’auteur d’une infraction ne peut plus être poursuivi, c’est-à-dire jugé par un tribunal ». Des délais divers existent selon nature de l’infraction.

15:55 – Le parquet de Paris ouvre une enquête

Après la diffusion d’un reportage d’Envoyé spécial dans lequel Nicolas Hulot est accusé de violences sexuelles, le parquet de Paris a annoncé, vendredi 26 novembre 2021, ouvrir une enquête concernant « des faits susceptibles d’avoir été commis à Paris à l’égard d’une victime mineure » pour des chefs de viol et agression sexuelle.  Les investigations ont été confiées à la brigade de protection des mineurs (BPM) de la direction régionale de la police judiciaire (DRPJ). « Elles s’attacheront à déterminer si les faits dénoncés peuvent caractériser une infraction pénale et si, au vu de leur ancienneté, la prescription de l’action publique est acquise », précise Laure Beccuau, procueure de la République.

15:36 – Claire Nouvian a « honte que Nicolas Hulot prenne le rôle de victime »

Après le face caméra, Claire Nouvian prend la plume. L’une des femmes accusant Nicolas Hulot d’agression sexuelle dans « Envoyé spécial » jeudi soir signe une tribune dans Le Monde, ce vendredi, dans laquelle elle dit s’être « endormie avec un sentiment de honte ». Et précise sa pensée : « honte de la réaction de Nicolas Hulot face aux accusations d’agressions sexuelles, [...] honte que Nicolas Hulot ait préempté l’espace médiatique pour renverser les perspectives et prendre le rôle de victime ».

Fustigeant « son indignité, sa lâcheté, sa posture », elle s’indigne des propos tenus par le mis en cause au téléphone avec Elise Lucet : « en répétant à Elise Lucet que la parole des femmes serait devenue « sacrée », il a insinué qu’elle était désormais intouchable et qu’elle pouvait porter en elle l’injure, l’accusation aveugle, le procès d’intention, en un mot toute l’injustice qui est précisément ce que cette parole libérée cherche à combattre. Cette inversion rhétorique est d’une grande perversité ».

15:20 – Une ancienne militante d’EELV écartée car elle « excitait trop » Nicolas Hulot ?

Le tweet remonte au 15 octobre 2017. Les faits présumés, eux, en 2011. Au moment du tweet, Pauline Lavaud, militante chez EELV, publie ce message sur les réseaux sociaux : « Lui : ‘désolé, mais tu vas pas pouvoir faire partie de l’équipe de campagne du candidat, tu l’excites trop’. Moi : ‘…’ #BalanceTonPorc ». Le candidat en question ? Nicolas Hulot selon ses dires. C’est en tout cas ce qu’elle a assuré au micro de BFM TV, vendredi 26 novembre. La jeune femme l’assure, elle n’a jamais subi une quelconque agression de la part de l’ancien ministre, qui briguait alors l’investiture pour la primaire EELV en vue de la présidentielle de 2012.

Elle raconte avoir, un soir, reçu un appel tardif de Nicolas Hulot « vers 23 heures. Je n’avais pas vraiment compris l’objet de son appel. Suite à ça, il m’avait envoyé un SMS pour me souhaiter ‘bonne nuit’ donc là j’avais compris que ce n’était pas un appel professionnel ». Et de poursuivre : « Quelques jours après cet échange, à l’issue du débat entre les candidats, une personne de son équipe est venue me voir spontanément pour me dire que je n’allais pas pouvoir faire partie de l’équipe de campagne parce que j’excitais trop le candidat ». « Meurtrie », « humiliée », Pauline Lavaud juge, avec le recul, que « les profils sont les mêmes, ce sont des jeunes femmes qui débutent leur carrière professionnelle, qui sont peut-être impressionnées par le personnage. J’ai eu de la chance ».

14:58 – De nouveaux témoignages contre Nicolas Hulot à venir ?

Le dossier des accusations à l’encontre de Nicolas Hulot va-t-il s’étoffer ? C’est en tout cas ce qu’a laissé entendre Elise Lucet, présentatrice de l’émission « Envoyé spécial ». Invitée sur BFM TV vendredi 26 novembre 2021, la journaliste a indiqué : « il y aussi d’autres conversations avec d’autres femmes qui n’ont pas encore témoigné parce que c’est pas encore le moment pour elles. Ces femmes sont en train de réfléchir à savoir si elles vont témoigner ». Précisant « respecter leur décision » et que « c’est à elles de décider quand elles veulent témoigner et la manière dont elles veulent le faire », la journaliste « pense qu’à un moment ou à un autre, elles témoigneront ».

Accusation contre Nicolas Hulot: Elise Lucet déclare que « d’autres femmes sont en train de réfléchir à savoir si elles vont témoigner » pic.twitter.com/BKkruvAs37

— BFMTV (@BFMTV) November 26, 2021

14:19 – L’avocat de Nicolas Hulot fustige « une émission qui a voulu faire son procès et le condamner à vie »

Au lendemain de la diffusion de l’enquête réalisée par « Envoyé spécial », l’avocat de Nicolas Hulot, Me Alain Jakubowicz, s’est à nouveau exprimé sur l’affaire, après avoir accordé une première interview au Point. Sur RTL, il a fustigé vendredi à la mi-journée « une émission du service public a voulu faire le procès de Nicolas Hulot et le condamner à vie » dénonçant une « pratique absolument surréaliste » au moment d’évoquer l’échange téléphonique entre Elise Lucet et Nicolas Hulot, enregistré à l’insu de ce dernier et diffusé dans le reportage. Le conseil de l’ancien ministre a par ailleurs indiqué que la présentatrice avait initialement accepté de montrer le reportage au mis en cause en vue de sa venue en plateau, avant de finalement se rétracter.

⚖️ Nicolas #Hulot accusé de viols et agressions sexuelles
???? Son avocat Maître @JakubowiczA a réagi dans #RTLMidi
????️ « Une émission du service public a voulu faire le procès de Nicolas Hulot et le condamner à vie » pic.twitter.com/vjGVabryxD

— RTL France (@RTLFrance) November 26, 2021

12:52 – Près de 3,4 millions de personnes devant l’enquête

Gardée secrète jusqu’au dernier moment, l’enquête a réuni 3 346 000 téléspectateurs, faisant de France 2 la première chaîne de la soirée avec 16,6% de part d’audience. Il s’agit d’un record pour le magazine.

11:58 – Que risque Nicolas Hulot ?

La plupart des faits présumés étant prescrits et aucune plainte n’ayant été déposée, Nicolas Hulot ne devrait pas être inquiété par la justice. Pour autant, Eric Dupont-Moretti a indiqué sur LCI jeudi matin que « peut-être que le parquet s’emparera de cette affaire. Si les faits dénoncés sont prescrits, ça n’interdit pas au parquet de mener une enquête », le Garde des Sceaux rappelant avoir « expressément demandé dans une circulaire, aux parquets, dans une hypothèse de cet ordre, qu’une enquête soit conduite pour rechercher si d’autres plaignants peuvent être concernés ».

11:44 – Pour Nicolas Hulot, « ce n’est même plus la peine de se défendre »

S’il a refusé de s’exprimer dans l’enquête réalisée par « Envoyé spécial », Nicolas Hulot a tout de même répondu à l’appel d’Elise Lucet, qui l’a sollicité. Un échange d’un peu plus de six minutes dans lequel l’ancien ministre se dit « anéanti » par les faits évoqués par la journaliste : « on ne me foutra jamais la paix, c’est pas possible. Je ne sais pas de quoi il s’agit, je ne sais pas ». Il assure n’avoir « jamais eu de relations ambigües. Je veux dire, j’ai eu des histoires sans lendemain comme tout le monde ».

Celui qui est mis en cause par quatre femmes face caméras et deux autres par écrit s’est refusé à se défendre : « De toutes façons, la parole des gens mis en cause aujourd’hui, elle est de fait dénaturée et suspecte. Ce qui est normal aujourd’hui, la parole des femmes est sacrée, la parole des hommes est mise en cause, donc ce n’est même plus la peine de se défendre. Le procès médiatique, il est fait à l’avance ».

En dépit des relances d’Elise Lucet, Nicolas Hulot n’a pas accepté de répondre à une interview : « Je ne vais pas moi contre-attaquer en disant que ce sont toutes des menteuses, des trucs comme ça. Je n’en sais rien. Quand on est innocent comme je le suis, on est de toute façon piégé. Quoi que l’on dise, la parole est suspecte. On ne peut pas se défendre, parce que dans ce combat nécessaire et légitime des femmes, la parole des femmes est sacrée, et voilà ».

Nous avons proposé à Nicolas #Hulot de recueillir sa réaction sur les témoignages, mais il a refusé.

Nous avons choisi de diffuser le seul échange téléphonique que nous avons eu avec lui quand il a appelé @EliseLucet directement.#MetooPolitique @VirginieVilar pic.twitter.com/AJzGm7HTCG

— Envoyé spécial (@EnvoyeSpecial) November 25, 2021

11:16 – Dans une autre lettre, une ex-employée de TF1 dénonce également une agression sexuelle

Au-delà des quatre femmes qui ont témoigné dans « Envoyé spécial » et de la lettre de Maureen Dor, Franceinfo a diffusé une nouvelle lettre d’accusations contre Nicolas Hulot. Signée de la main anonyme, une ancienne employée de TF1 raconte qu’elle travaillait pour la chaîne « au début des années 1990″. Elle avait alors 23 ans. Après une première rencontre lors d’une « réunion de travail » pour « Ushuaïa », le présentateur l’invite à déjeuner, un moment « sympathique ». Mais c’est en quittant le restaurant que les choses auraient dérapé : « Une fois installés, il se tourne vers moi me dit qu’il a passé un moment agréable et saisit ma main pour la plaquer sur son pantalon, au niveau de son sexe en début d’érection ».

Elle raconte sa réaction : « Cela va très vite et mon réflexe est d’éclater de rire. J’ai déjà à l’époque un caractère assez affirmé et ai l’habitude de sortir des situations embarrassantes par l’humour. C’est sûrement ce que je pense faire à ce moment-là. S’en suit un retour interminable jusqu’à Boulogne (le siège de TF1), pendant lequel il ne me dit pas un mot ». A son retour au bureau, la jeune femme parle de ce qui ce serait produit à son chef, lequel la « rassure » écrit-elle.

Malgré une lettre de Nicolas Hulot à Patrick Le Lay, PDG de TF1, pour « dénigr[er] le travail que je fais sur son émission et demandant de prendre des mesures afin d’y remédier », elle n’est pas inquiétée et est protégée : « dans mon désarroi, j’ai la chance d’avoir un patron qui m’apprécie, respecte mon travail et décide de prendre ma défense. Il est outré, et me dit de ne pas m’inquiéter, qu’il va gérer la situation. Je ne sais pas ce qu’il a fait, mais je n’en ai plus jamais entendu parler et j’ai envers lui une reconnaissance infinie. Je n’ai plus jamais eu affaire à Nicolas Hulot, les interactions passant par son producteur. J’ai encore vécu quelques années heureuses et passionnantes à TF1″.

10:54 – Une animatrice dénonce une agression sexuelle de Nicolas Hulot dans une lettre

En plus des témoignages dans « Envoyé spécial », Franceinfo a diffusé, jeudi soir, une lettre transmise par l’animatrice et comédienne belge Maureen Dor, dans laquelle elle accuse Nicolas Hulot de l’avoir agressée sexuellement en 1989, alors qu’elle avait 18 ans. Après avoir écrit à Nicolas Hulot pour lui faire part de son admiration, elle reçoit un coup de fil de l’animateur qui lui propose une rencontre dans un hôtel de Bruxelles, à l’occasion du salon du livre. « J’y suis allée, toute heureuse d’avoir intéressé le grand homme, que j’ai vu apparaître dans le hall. De là, nous sommes allés boire un verre au bar de l’hôtel. Au bout d’un quart d’heure, il me dit que des journalistes doivent venir l’interviewer et il me propose de l’accompagner dans sa chambre pour les attendre », écrit-elle.

Et poursuit : «  J’ai 18 ans en 1989, élevée dans un milieu bourgeois catholique. Je suis vierge et surtout, je ne me trouve pas particulièrement sexy. C’est important à dire parce qu’à l’époque je pense sincèrement qu’un homme peut me proposer de l’accompagner dans sa chambre sans avoir aucune arrière-pensée ». Le présentateur de l’émission « Ushuaïa » aurait alors dérapé : « Je l’accompagne donc et, aussitôt dans la chambre, le voilà qui me saute dessus et tente de m’embrasser. Je le repousse, étonnée et effrayée, en lui faisant cette remarque si naïve : ‘Mais vous avez une femme !’ et lui de me répondre que cela n’a rien à voir et que je serai une ‘parenthèse’ ». Le téléphone sonne alors pour annoncer l’arrivée des journalistes. Elle ajoute que, plus tard, elle avait accepté d’aller dîner avec lui le soir, « fascinée par le bonhomme ». C’est à cause de cela qu’elle estime que « mon témoignage ne vaut rien ».

10:35 – Nicolas Hulot accusé de viols et agressions sexuelles par plusieurs femmes

La très attendue enquête d’Envoyé spécial a donc été diffusée jeudi 25 novembre 2021 sur France 2. Se succèdent ainsi quatre témoignages de femmes assurant avoir été victimes de viols et agressions sexuelles par Nicolas Hulot. Des propos chocs agrémentés de nombreux détails racontés par les victimes présumées. Les détails sont à retrouver plus bas dans l’article. S’il n’intervient pas dans l’émission, l’ancien ministre s’était exprimé mercredi sur BFM TV, indiquant se retirer de la vie publique et ne réfutant toutes les accusations.

En savoir plus

C’est un travail d’enquête aussi minutieux que colossal qui a été réalisé par Virginie Vilar, journaliste à l’origine du  »Envoyé spécial » diffusé le jeudi 25 novembre 2021, dans lequel Nicolas Hulot est mis en cause pour des faits de viols et agressions sexuelles par quatre femmes. Les équipes d’Elise Lucet, la présentatrice, ont travaillé pendant quatre ans sur cet épais dossier, rencontrant à plusieurs reprises les accusatrices. La journaliste aurait même, selon ses dires, rencontré d’autres femmes rapportant des faits semblables. « Au fur et à mesure des témoignages, tout se vérifiait, les lieux, les dates, il y avait des choses qui nous faisaient croire que ces témoignages étaient extrêmement crédibles », a expliqué Elise Lucet sur le plateau de C à vous, le 25 novembre, ajoutant que les témoins « nous ont fait une grande confiance et elles nous ont demandé clairement de protéger leurs identités et de ne pas les révéler avant l’émission ».

Une enquête d’1h20 à laquelle Nicolas Hulot n’a pas souhaité répondre, en dépit des sollicitations des journalistes. « Depuis le 9 novembre très précisément s’est engagée la demande de contradictoire, ça fait 17 jours qu’on est en contact avec Nicolas Hulot et avec ses avocats, Me Jakubowicz et Me Laffont, il y a eu des échanges entre nous, des coups de téléphone, de mails, de lettres », précisé Elise Lucet.

Sylvia :  »Je suis en train de me demander si c’est ça une relation amoureuse »

La première à passer à l’antenne ce jeudi soir sur France 2 se prénomme Sylvia. Elle affirme avoir été agressée sexuellement par l’ancien ministre en 1989. Au moment des faits, elle était âgée de 16 ans et Nicolas Hulot de 34 ans. Ce dernier est alors présentateur de la célèbre émission « Ushuaïa » et sa présumée victime l’admire.  »Je me reconnais dans ses actions et dans les choix faits par Nicolas Hulot », explique l’accusatrice, dans l’émission de France 2. A travers un jeu concours lancé par la Maison de la Radio, Sylvia dit avoir écrit une lettre à l’animateur pour lui adresser toute son admiration. En réaction, Nicolas Hulot lui aurait envoyé une invitation, le 27 mai 1989, pour participer à son émission « Antipodes » sur France inter.

A la fin de l’émission ce jour là, selon Sylvia, le présentateur l’aurait invité à prendre un café, en tête à tête.  »Je suis ultra intimidée, c’est quand même la première personne publique que je vois d’aussi près », se remémore-t-elle sur France 2. Puis, après s’être intéressé à son invitée, Nicolas Hulot aurait décidé de la raccompagner jusqu’à une bouche de métro. Au moment où la jeune fille mineure sort de sa voiture, le trentenaire lui aurait demandé  »de l’embrasser dans le cou ». « Vous en avez rêvé », lui aurait alors lancé Nicolas Hulot. La suite des événements se serait déroulée dans un parking « à ciel ouvert », où Nicolas Hulot aurait décidé de « défaire son pantalon » et de « montrer son sexe » à la jeune femme.

« Je me rappelle d’être dans un état d’incompréhension », avant d’être « forcée à faire une fellation », témoigne Sylvia. Et de poursuivre : « Je suis tétanisée. Je ne l’ai jamais fait. Je suis en train de me demander si c’est ça une relation amoureuse. Comme je suis fan de lui, je ne peux pas me dire que ce qu’il se passe ne peut pas arriver. [...] Je suis coincée. » La scène d’agression sexuelle se serait conclue par une seule phrase de Nicolas Hulot, avant de raccompagner l’adolescente à une bouche de métro : « Remaquillez-vous, on dirait que vous avez fait des trucs ».

Sylvia a 16 ans quand Nicolas #Hulot laurait agressée sexuellement.

À l’époque, elle nose pas en parler.

Les faits quelle décrit se seraient déroulés il y a plus de 30 ans. Ils sont prescrits par la loi.#EnvoyéSpécial #Metoo #MetooPolitique pic.twitter.com/qwhSSrY6Gl

— Envoyé spécial (@EnvoyeSpecial) November 25, 2021

Aujourd’hui, dans l’émission d’Envoyé Spécial, Sylvia a dit vouloir « se libérer ».  »Il faut que je sorte de cette voiture », explique l’accusatrice. Sans preuves, elle ne peut pas grand chose devant la justice. Par ailleurs, remontant à plus de 30 ans, les faits seraient désormais prescrits, regrette-t-elle. « Qui allait me croire », répètera plusieurs fois Sylvia dans le reportage.

Cécile : « Je l’ai poussé et frappé au visage »

Cette affaire très médiatique, révélée dans le sillage d’une plainte d’une collaboratrice de Nicolas Hulot en 2018 (lire ci-dessous), ouvrira la voie à de nouveaux témoignages, enfouis pendant plusieurs années. « En février 2018, quand l’article d’Ebdo est sorti, ça m’a donné une gifle », relate le troisième témoin d’Envoyé Spécial, Cécile. En septembre 1998, à 23 ans, celle-ci est contractuelle à l’ambassade de France à Moscou. Un jour, on lui explique qu’elle doit se rendre à l’aéroport de Moscou pour aider Nicolas Hulot, qui est coincé à la douane. La demande serait même venue du président de la République de l’époque, Jacques Chirac. Pour la remercier d’avoir débloqué la situation, Nicolas Hulot l’aurait invitée avec toute son équipe à dîner à son hôtel. A la suite du dîner, toute l’équipe se serait rendue dans un bar dansant de Moscou, où l’animateur télé aurait décidé de lui offrir un premier verre. « Qu’est ce qu’on peut dire à quelqu’un de si célèbre ? », questionne Cécile, des années plus tard sur France 2.

Cécile raconte avoir été agressée sexuellement par Nicolas #Hulot en 1998. À l’époque, elle avait 23 ans.

Les faits quelle dénonce sont aujourd’hui prescrits.#EnvoyéSpécial #Metoo #MetooPolitique pic.twitter.com/WHia6c3EWY

— Envoyé spécial (@EnvoyeSpecial) November 25, 2021

Après quelques remarques désobligeantes, Cécile aurait décidé de rentrer chez elle et aurait été suivie dans le taxi par Nicolas Hulot. « Dans le taxi, il me tarde qu’une chose, c’est que ça se finisse », raconte aujourd’hui celle qui avait 23 ans au moment des faits. En lui posant la main sur la cuisse, Nicolas Hulot lui aurait proposé « un boulot chez TF1″. Puis les choses auraient dégénéré :  »Il se jette sur moi, il essaye de m’embrasser, il me touche les seins, l’entre-jambes », a énuméré la témoin dans Envoyé Spécial. Avant d’ajouter : « Je l’ai poussé et l’ai frappé au visage. Je crois que le non était très clair ».

Claire Nouvian : « Un dysfonctionnement dans ses rapports avec les femmes »

« Il y a clairement un dysfonctionnement dans ses rapport avec les femmes ». Ces mots, ce sont ceux de la militante écologiste Claire Nouvian, qui a rencontré Nicolas Hulot lors d’un tournage de son émission Ushuaïa, au Costa Rica, en 2008.  »Avant de partir en tournage, son entourage me prévient. Il faut éviter les situations où tu es seule avec lui. Si vous travaillez, c’est dans le restaurant de l’hôtel et pas dans ta chambre. Si il vient dans ta chambre le soir, n’ouvre pas », raconte celle qui a ensuite fait un bout de chemin en politique elle aussi. Claire Nouvian souligne même que trois à quatre alertes portant sur Nicolas Hulot lui seraient revenues par la suite. Il ne se passera rien au Costa Rica selon elle, mais plusieurs années plus tard, Nicolas Hulot aurait tenté de l’embrasser. D’après l’ancienne réalisatrice, « il y a beaucoup de jeunes filles qui passent à la casserole », toutes n’étant pas consentantes selon elle.

Claire Nouvian participe en 2008 à un épisode dUshuaïa.

Elle dit avoir reçu des mises en garde de la part de lentourage politique de Nicolas #Hulot.#EnvoyéSpécial #Metoo #MetooPolitique pic.twitter.com/smS9ea4BYg

— Envoyé spécial (@EnvoyeSpecial) November 25, 2021

Un baiser forcé à TF1

Un quatrième et dernier témoignage a été diffusé dans l’émission Envoyé Spécial sur France 2. Un témoignage anonyme cette fois, pour des faits présumés ayant eu lieu en pleine réunion de travail à TF1 et concernant un baiser « à pleine bouche » forcé. Mère célibataire avec des enfants en bas âge au moment des faits, la témoin explique qu’elle se serait battue s’il elle n’avait pas peur de tout perdre. « C’est inadmissible. Je lui ai dit sur le coup », explique cette femme dont l’identité sera tue. Nicolas Hulot lui aurait par la suite envoyé un message, non pas pour s’excuser mais simplement pour « regretter ne pas en avoir eu plus ».

Pascale Mitterrand et l’affaire de la villa en Corse

Pascale Mitterrand ne s’est pas exprimée dans Envoyé Spécial, mais l’affaire qui l’a opposée à Nicolas Hulot dès 2008 a été retracée dans l’émission d’Elise Lucet. La petite-fille de François Mitterrand a rencontré le présentateur d’Ushuaïa lors d’un stage de photographie chez Sipa Press, dans les années 1990. Selon les journalistes d’Envoyé Spécial, c’est le même Nicolas Hulot qui aurait ensuite demandé, par l’entremise du patron de Sipa Press, de faire venir dans sa villa en Corse cette jeune stagiaire de 19 ans, pour un reportage, en s’assurant  »qu’elle vienne seule ». Nous sommes alors en 1998 et selon le récit que Pascale Mitterrand en fera plus tard, le reportage devait durer 4 jours. Or au troisième soir, alors qu’ils visionnaient un film ensemble avec Nicolas Hulot, la jeune femme se serait endormie. Elle dira s’être réveillée en partie sous le corps nu de l’animateur qui la couvrait de baisers. Au moment de porter plainte une dizaine d’année plus tard, en juillet 2008, Pascale Mitterrand expliquera qu’elle se trouvait elle aussi dévêtue, mais sans aucun souvenir de s’être elle-même déshabillée. Paralysée, elle n’aurait alors pas osé dire « non ».

Bérengère Bonte raconte dans quelles circonstances, Pascale Mitterrand sest retrouvée seule dans la maison de Nicolas #Hulot

Elle a porté plainte pour viol contre lui en 2008.

Cette plainte est classée sans suite en raison de la prescription.
#EnvoyéSpécial #MetooPolitique pic.twitter.com/VtG2DzZbmo

— Envoyé spécial (@EnvoyeSpecial) November 25, 2021

En 2018, quand la plainte de Pascale Mitterrand sera révélée au grand jour, celui qui était encore ministre de l’Ecologie s’évertuera à écarter tout soupçon. A commencer par les soupçons sur l’âge de la plaignante : au moment des faits présumés, elle n’était pas mineure selon lui, alors qu’elle était d’abord présentée comme une jeune femme de 17 ans. Puis Nicolas Hulot indiquera avoir été entendu, à sa demande, par les gendarmes en charge de l’affaire en 2008 et que celle-ci avait été classée sans suite. « Elle a été classée sans suite parce que non seulement l’affaire avait été prescrite », a-t-il indiqué, mais parce que « les enquêteurs ont considéré que rien ne permettait de poursuivre ». « C’est vrai qu’il y a eu cette plainte mais la justice est passée, il faut en tenir compte », concluait-il.

Nicolas Hulot a refusé de répondre à Envoyé Spécial

Dans une interview accordée au Point jeudi 25 novembre, avant même la diffusion d’Envoyé Spécial, l’avocat de Nicolas Hulot Me Alain Jakubowicz a dénoncé avec véhémence la proposition d’Elise Lucet, présentatrice de l’émission, de faire réagir son client à l’enquête. Ce que Nicolas Hulot a refusé. « Nous avons demandé à Élise Lucet et aux auteurs du reportage – que personne n’a vu – de nous en fournir une copie afin que nous puissions le visionner et préparer nos réponses. Mme Lucet s’y est refusée, se contentant de nous donner à voir quelques bribes de l’émission, sélectionnées par elle. Élise Lucet nous dit « venez, regardez et défendez-vous », comme si nous étions convoqués par la PJ ou devant un procureur », a-t-il déploré.

Pour Me Jakubowicz, « dans le procès judiciaire, qui est le seul qui vaille, le mis en cause est informé des faits qui lui sont reprochés avant de devoir s’en expliquer ; il connaît l’identité des plaignantes qui le mettent en cause avant d’être confronté à elles ; il bénéficie d’un avocat et dispose du dossier. On aimerait au moins savoir qui sont les personnes qui accusent Nicolas Hulot, et de quoi, c’est le minimum. Eh bien, non, Mme Lucet s’y refuse ! Elle invoque le ‘secret des sources’, mais ça n’a rien à voir ! On ne parle pas ici de ‘sources’, mais d’accusations, et elles sont extrêmement graves », se désole-t-il. Fustigeant une « Star Ac en beaucoup plus glauque », l’avocat a rappelé dans l’hebdomadaire qu’il n’y avait « aucune enquête en cours sur ces faits ».

La vidéo de Nicolas Hulot sur BFMTV

Lors de son passage du BFMTV, mercredi 24 novembre, Nicolas Hulot s’est pour sa part défendu de toute agression sexuelle.  »Ni de près ni de loin je n’ai commis ces actes, ces affirmations sont mensongères », a affirmé l’ancien animateur et homme politique. « Je n’ai jamais contraint qui que ce soit », a-t-il martelé, dénonçant un « système qui est en train de perdre la raison », avec « la justice qui se déplace sur les plateaux de télévision ».  »Je vais quitter la présidence d’honneur de ma fondation, pour les protéger des salissures (…) Je quitte définitivement la vie publique parce que je suis écœuré », a par ailleurs déclaré l’ancien ministre, ajoutant : « Pourquoi pérenniser une notoriété qui me fait subir ce qu’un homme peut subir de pire ? ».

Nicolas Hulot a aussi décidé d’employer des arguments choc pour sa défense : « Je sais que j’ai un physique très ingrat et que donc seule la contrainte me permet de vivre des histoires d’amour… Mais plus sérieusement, je n’ai jamais séduit par contrainte ». Des propos qui ont provoqué une réaction de la ministre déléguée chargée de l’Egalité femmes-hommes Elisabeth Moreno.  »Ironiser sur un tel sujet ? Sérieusement ? », s’est-elle indignée sur Twitter.

Nicolas Hulot (@N_Hulot): « Je quitte définitivement la vie publique » pic.twitter.com/oQSzEeUjo3

— BFMTV (@BFMTV) November 24, 2021

Des rumeurs dès 2018

Les premières rumeurs sur le comportement de Nicolas Hulot avec les femmes ont émergé alors que ce dernier était toujours ministre de la Transition écologique dans le gouvernement Macron. En février 2018, l’ancien animateur TV, connu pour son engagement en faveur de l’écologie, avait fait l’objet d’un article dans le magazine l’Ebdo, disparu depuis, qui faisait état d’une plainte pour viol déposée en 2018 à son encontre. C’est à cette occasion que le nom de Pascale Mitterrand avait une première fois été mentionné.

L’affaire de 2018 concernait des accusations de harcèlement présumé subi par une ancienne collaboratrice de la Fondation Hulot. Au micro de BFMTV déjà, le 8 février 2018, Nicolas Hulot avait nié purement et simplement avoir fait l’objet d’une quelconque plainte. « La réponse est non, et je le dis avec d’autant plus de force que la personne en question, qui est parfaitement identifiée, avec laquelle je suis en contact, vous dira la même chose », avait-il martelé face à Jean-Jacques Bourdin.

Et quand son intervieweur avait évoqué un « accord de confidentialité », voire une « transaction financière », pour acheter le silence de la plaignante, Nicolas Hulot s’était insurgé, demandant à ce qu’on lui amène le « chèque » comme preuve. L’ancienne collaboratrice de Nicolas Hulot aurait par la suite été salariée à l’Assemblée nationale, ce qui alimentera les théories d’un échange de bons procédés pour étouffer l’affaire.

Biographie de Nicolas Hulot

Fervent défenseur de l’écologie, Nicolas Hulot est né le 30 avril 1955 à Lille. Dès son enfance, il aime déjà beaucoup les voyages et la photographie. Après quelques petits boulots, Nicolas Hulot réalise ses premiers photoreportages à l’agence SIPA, un premier travail qui lui permet de faire le tour du monde. De par son métier, le photographe s’intéresse tout naturellement à l’univers des médias. L’écologiste démarre ainsi une carrière de journaliste sur les ondes de France Inter. Il fait ensuite ses premiers pas sur le petit écran, en 1980, dans une émission pour enfants, intitulée « Les visiteurs du mercredi ».

En 1987, Nicolas Hulot lance sur TF1  »Ushuaïa, le magazine de l’extrême », une émission qui va devenir un véritable succès et le propulser au sommet. De ce programme découleront une nouvelle chaîne, ainsi qu’un mensuel en kiosque. En parallèle à son émission sur la nature devenue culte, Nicolas Hulot présente en 1996  »Opération Ovakango » sur la même chaîne. A côté de sa carrière d’animateur, le journaliste publie plusieurs livres axés sur la nature, l’écologie, à l’instar de « Graines de possibles » ou « Le syndrome du Titanic ».

La Fondation Nicolas Hulot et le « Pacte écologique »

Ancien membre d’Europe Écologie-Les Verts, Nicolas Hulot va devenir un fervent défenseur de la protection de l’environnement et contribuera par sa notoriété à sensibiliser le grand public sur les questions écologiques. En 1990, Nicolas Hulot crée la « Fondation Ushuaïa » qui devient, en janvier 1995, la « Fondation Nicolas-Hulot pour la nature et l’homme » puis en 2011, la « Fondation pour la nature et l’homme ».

Nicolas Hulot songera à se présenter à l’élection présidentielle de 2007 afin que les questions relatives à la protection de l’environnement soient véritablement prises en compte. Il se retirera finalement après la signature du Pacte écologique par un grand nombre de candidats des différents partis, dont Nicolas Sarkozy qui organisera le Grenelle de l’Environnement peu après son élection. En avril 2011, Nicolas Hulot se déclare néanmoins candidat à la présidentielle de 2012 et dans cette démarche s’inscrit à la primaire écologiste en 2011. Il sera battu par Eva Joly qui atteindra 49,75 % des voix.

Un ministre du gouvernement Macron

En 2015, Nicolas Hulot devient « envoyé spécial pour la protection de la planète » ce qui inclus la préparation de la 21ème conférence sur le climat (COP21). Dans ce cadre, il lance le « Sommet des Consciences ». La conférence rassemble une quarantaine de personnalités du monde entier afin de répondre à la question « The climate, why do I care ? » soit « Le climat, pourquoi je m’en soucie ? » En janvier 2016, il quitte son poste d’envoyé spécial.

A plusieurs reprises, Nicolas Hulot a refusé d’être ministre de l’Ecologie, pourtant proposé par Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande. Pour Emmanuel Macron, en revanche, il prendra le portefeuille de la Transition écologique et solidaire en 2017. Un poste qu’il quittera en août 2018, quelques mois après la révélation d’une première affaire d’agression sexuelle présumée, classée sans suite.

Qui est Florence Lasserre, la femme de Nicolas Hulot ?

Côté vie privée, Nicolas Hulot est marié depuis 2002 à Florence Lasserre, la mère de deux de ses trois enfants, Nelson et Titouan. C’est en janvier 1996 que l’animateur d’Ushuaïa rencontre, à Chamonix, cette férue de ski ayant vécu trente ans au pied du Mont Blanc. Il vient alors tout juste de se séparer d’Isabelle Patissier, double championne du monde d’escalade, avec laquelle son mariage capotera entre 1993 et 1996. Auparavant, il avait vécu avec Dominique Cantien, directrice des variétés à TF1 de 1986 à 1992. Une histoire qui se terminera « de manière explosive » raconte aussi sa biographie. Après avoir vécu en Corse, le couple qu’il forme toujours avec Florence Lasserre s’est installé à Saint-Lunaire, en Bretagne, où cette dernière sera adjointe au maire.

 

https://www.francetvinfo.fr/societe/harcelement-sexuel/info-franceinfo-affaire-ppda-florence-porcel-a-depose-une-nouvelle-plainte-pour-viol-avec-constitution-de-partie-civile_4858861.html

Affaire PPDA : Florence Porcel a déposé une nouvelle plainte pour « viol » avec constitution de partie civile

 

Cette nouvelle plainte avec constitution de partie civile entraîne automatiquement l’ouverture d’une information judiciaire, confiée à un juge d’instruction.

Article rédigé par

Nicolas Hulot, Patrick Poivre d'Arvor... un syndrome TF1 ? dans Calomnie catherine-fournier-661a413e
France Télévisions
Publié le 25/11/2021 18:01 Mis à jour le 25/11/2021 18:43
Temps de lecture : 1 min.
Florence Porcel à Paris, le 25 février 2021. (MAXPPP)
Florence Porcel à Paris, le 25 février 2021. (MAXPPP)

 

La journaliste Florence Porcel, qui accuse l’ancien présentateur du « 20 heures » de TF1, Patrick Poivre d’Arvor, d’un viol en 2009, vient de se constituer partie civile auprès du doyen des juges d’instruction, a appris franceinfo auprès du parquet de Nanterre jeudi 25 novembre.

Sa première plainte avait été classée sans suite, en raison d’une « insuffisance de preuves », selon le parquet de Nanterre. Cette nouvelle plainte avec constitution de partie civile entraîne automatiquement l’ouverture d’une information judiciaire, confiée à un juge d’instruction, sous réserve du versement de la consignation (somme destinée à couvrir l’amende encourue en cas de fausse dénonciation).

Le juge d’instruction dernier ne pourra être saisi que sur ces faits de viol – les seuls à être non prescrits parmi les accusations portées contre l’ex-présentateur – mais pourra consulter l’intégralité du dossier et entendre les autres femmes, malgré la prescription. Huit femmes avaient déposé des plaintes pour « viols », « agressions sexuelles », « tentatives d’agression sexuelle » ou « harcèlement sexuel » contre Patrick Poivre d’Arvor. Sept ont accepté de témoigner publiquement auprès de Libération début novembre. Sollicités, les avocats de Florence Porcel n’ont pas donné suite.

 

https://www.franceinter.fr/societe/les-huit-accusatrices-de-ppda-qui-temoignent-dans-libe-lancent-une-association-pour-liberer-la-parole

Les huit femmes qui accusent PPDA dans Libé lancent une association pour libérer la parole

 

par la rédaction numérique de France Inter, Thibault Lefèvre mis à jour le 10 novembre 2021 à 12h35 | publié le 9 novembre 2021 à 13h00
 

INFO FRANCE INTER – Ces femmes lancent l’association #MeTooMedias dans l’espoir de déclencher un mouvement #MeToo dans le monde médiatique au-delà du cas de l’ancienne vedette de TF1 Patrick Poivre d’Arvor.

 

La Une de Libération sur les témoignages à visage découvert des accusatrices de PPDA
La Une de Libération sur les témoignages à visage découvert des accusatrices de PPDA © Radio France / France Inter

 

Les huit femmes, dont sept à visage découvert, qui accusent l’ex-présentateur star de TF1 Patrick Poivre d’Arvor de viols, d’agressions ou de harcèlement sexuel dans Libération mardi ont constitué une association pour libérer la parole dans le monde des médias. L’association, qui s’appelle #MeTooMedias, vise à relayer le combat « des femmes et des hommes qui souffrent silencieusement dans ce milieu médiatique », explique à France Inter Emmanuelle Dancourt, l’une des accusatrices. Les statuts de l’association ont été déposé mercredi matin. Cette dernière en est la présidente, Hélène Devynck en est la vice-présidente. Elles seront en tête de cortège du défilé #NousToutes, le samedi 20 novembre.

Sept femmes ont témoigné à visage découvert dans Libération. Une huitième garde elle l’anonymat. Elles répondent ainsi à la ligne de défense choisie par PPDA dans l’émission « Quotidien » en mars 2021, quand l’ancienne figure de TF1 mettait en doute la sincérité et le courage de ses accusatrices :  »Uniquement de l’anonymat, toujours de l’anonymat. Jamais une personne qui ose venir, les yeux dans les yeux, me dire :Non, ce n’était pas bien.

On a décidé de créer #MeTooMedias, pas uniquement à propos de PPDA, mais pour toutes les femmes et les hommes qui souffrent silencieusement dans ce milieu médiatique.

« Offrir une ombrelle à toutes celles qui ont besoin de cette sororité »

« Ça a été une prise de conscience supplémentaire », estime avec le recul Emmanuelle Dancourt, journaliste de télévision et chroniqueuse sur RMC. Avec les autres femmes concernées par cette affaire, elle a décidé de monter une association pour libérer la parole dans les médias : « On ne se connaissait absolument pas. Mais quand vous portez plainte, vous avez le droit d’avoir accès au dossier. Donc on a bien vu nos noms aux unes et aux autres, puis on s’est retrouvé sur les réseaux sociaux. »

Cela ne s’arrêtera pas à un mouvement de témoignages sur les réseaux sociaux explique Emmanuelle Dancourt : « On veut monter une association et offrir une ombrelle à toutes celles qui ne veulent pas sortir de l’anonymat, mais qui ont besoin de cette sororité. » L’organigramme de leur association n’est pas encore définitif, tout n’est pas encore validé, mais les fondatrices du #MeTooMedias veulent lancer très prochainement leur mouvement sur les réseaux sociaux.

« Devant le courage hallucinant de Florence Porcel, on ne pouvait pas la laisser seule », confie Emmanuelle Dancourt à propos de l’écrivaine qui a porté plainte la première contre Patrick Poivre d’Arvor. Une première plainte classée sans suite par le parquet de Nanterre en juin dernier pour « prescription » ou  »insuffisance de preuves ». L’autrice Florence Porcel a toutefois déposé une nouvelle plainte avec constitution de partie civile après ce classement sans suite, ouvrant ainsi une information judiciaire confiée à un magistrat indépendant.

Florence Porcel, écrivaine, accuse Patrick Poivre d'Arvor de viols

L’écrivaine Florence Porcel accuse PPDA de viols : « Il a volé ma vie sentimentale, je ne veux pas d’impunité »

Thèmes associés


Marseille : comment l’« islamigré » revendiqué Cyprien Luraghi a encore frappé…

Eh bien voilà, quand il y a du reuz quelque part, aller voir ce que fait Cyprien Luraghi sur la toile, la solution est toujours là, à portée de tweet…

 

Marseille : comment l'« islamigré

 

 

https://www.lefigaro.fr/faits-divers/marseille-des-centaines-de-jeunes-envahissent-le-palais-omnisports-et-degradent-du-mobilier-20211107

Marseille : des centaines de jeunes envahissent le palais omnisports et dégradent du mobilier

Par Le Figaro

Publié le 07/11/2021 à 17:03, Mis à jour le 08/11/2021 à 07:03
Des centaines de jeunes envahissent le palais omnisports de Marseille et dégradent du mobilier
Current Time 0:47
/
Duration 0:47

L’un d’entre eux a été interpellé. La municipalité déplore cette recherche du «buzz», qui donne «une image dégradée de la ville».

Une action commise par «une poignée d’individus immatures», déplore la municipalité de Marseille. Samedi après-midi, des centaines de jeunes ont envahi le palais omnisports de la Capelette, dans le 10e arrondissement, afin d’y détruire du mobilier, indique la mairie de Marseille au Figaro, confirmant des informations de La Provence et France Bleu. La ville a annoncé son intension de déposer plainte.

À lire aussiFrançois d’Orcival: «À Marseille, la délinquance se propage par le nord»

Des centaines de jeunes se sont donné rendez-vous vers 15 heures, aux portes du bâtiment, qui accueille notamment les disciplines de hockey sur glace ou de skate. L’invitation avait été lancée par des «influenceurs sur TikTok et Instagram», nous précise Sébastien Jibrayel, adjoint aux Sports du maire (PS) Benoît Payan. De nombreuses familles étaient alors présentes. Le groupe a ensuite forcé le sas d’entrée, puis envahi les différentes salles, dégradant des palissades, des trottinettes ou de la décoration. Des tags ont également été signalés. Une dizaine d’agents de sécurité étaient présents, mais n’ont pu agir face à l’importance de la foule.

Incivisme

Très vite, la petite sauterie a été interrompue par la police. «Il y a les Schmitt [NDLR: les forces de l'ordre], on descend, on descend», peut-on entendre dans une vidéo issue des réseaux sociaux repérée par La Provence. Au total, une dizaine de jeunes ont été contrôlés et l’un d’entre eux a été arrêté. Sébastien Jibrayel ajoute qu’un policier aurait été légèrement blessé par un jet de projectile, mais les circonstances exactes restent à établir.

Cet évènement intervient alors que l’État a promis d’allouer jusqu’à 1,5 milliard d’euros à la ville, au travers du plan d’Emmanuel Macron «Marseille en grand». La mairie fait part de son indignation et condamne ces auteurs qui tentent de «donner en toute impunité pour quelques secondes de buzz une image dégradée de notre ville», selon un communiqué. Elle va par conséquent porter plainte. «L’incivisme, les violences diffusées sur les réseaux sociaux par un petit groupe d’individus dans le palais de la glisse ne resteront pas impunis», prévient l’élu. Auprès du Figaro, l’adjoint aux Sports appelle à des «sanctions sévères» face à «ces phénomènes de réseaux sociaux incontrôlables.»

À voir aussi – L’insécurité est-elle en hausse en France?

 

L’insécurité est-elle en hausse en France?
Current Time 0:12
/
Duration 7:14


Cyprien Luraghi est allé aux Indes et dans l’Himalaya…

Même qu’il s’est fait embaucher comme guide de trek dans l’Himalaya sans aucune expérience, ni comme guide d’aucune sorte, ni dans le tourisme, ni dans le trekking, et sans même connaître, ni l’Himalaya, ni la montagne…

Mais comment fit-il donc ?

En réalité, son employeur n’avait besoin de ses services dans l’Himalaya que pour y assurer ni vu ni connu un trafic de drogue entre la France et l’Afghanistan… Il l’a déjà écrit sur la toile…

Toujours selon ses propres récits publics, il a aussi vécu 3 ans au Pakistan, et participé de même sans le moindre état d’âme aux divers trafics de ses copains mafieux népalais, dont un trafic d’or dont il est très très fier, car il était très bien payé pour ce job… Quant aux enfants, n’en parlons pas…

Les jeunes d’aujourd’hui manquent d’audace, dit-il. Ils n’ont pas tous la sienne, c’est certain… Mais ceux d’autrefois non plus…

 

Cyprien Luraghi est allé aux Indes et dans l'Himalaya... dans AC ! Brest 2021%2B11%2B10%2B-%2B%2527Cyprien%2BLuraghi%2Bon%2BTwitter_%2B_%2540leodiross%2B%2540QuilsCrevent%2BJ%2527y%2Bsuis%2Ball%25C3%25A9%2B%2528aux%2BIndes%252C%2Bd%2527abord%2529%2Ben%2B76%2Bla_%2527%2B-%2Btwitter.com


12345...316

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo