Un attentat islamiste oublié à Béziers début septembre 2001

 

https://www.marianne.net/societe/terrorisme/dix-jours-avant-le-11-septembre-2001-lattentat-oublie-de-beziers

Dix jours avant le 11 septembre 2001, l’ »attentat » oublié de Béziers

 

L’affaire du dimanche

Par

Publié le 12/09/2021 à 6:00

 

Dans la nuit du 1er au 2 septembre 2001, dix jours avant l’attaque des tours jumelles du World Trade Center à New York, le jeune Safir Bghioua s’en prend aux forces de l’ordre de Béziers, assurant vouloir mourir en martyr. Bilan : un mort, deux voitures détruites, et une nuit d’angoisse… Retour sur un étrange « attentat » tombé dans l’oubli.

 

« Je pense que c’était le premier attentat islamiste du XXIe siècle sur le territoire français, mais il n’a pas été reconnu comme tel », lâche Raymond Couderc.

Lire la suite ICI.

 

Oui, c’est ça, et il y eut bien d’autres évènements annonciateurs du 11 septembre 2001 cette année-là, particulièrement durant l’été, et les initiés se marraient déjà bien au printemps. Je m’en souviens très bien, je n’ai pas encore tout oublié…

Rien d’étonnant à ce que ce soit un malade mental de Béziers qui à compter du printemps 2010 se présente de lui-même comme le fer de lance de toutes les attaques que je vais désormais subir tout autant dans les prétoires que sur la toile et en tout autre lieu où je tente de m’exprimer ou d’exister…

 



Jeanne d’Arc, sa vraie vie : vrai débat pour féministes

 

 
Jeanne la Pucelle n’était ni vierge ni bergère, elle n’avait pas non plus d’hallucinations et n’est pas morte brûlée à Rouen en 1431.

Issue de la noblesse, elle était très instruite, très pieuse et charitable, et avait nécessairement été préparée aux arts de la guerre comme tout autre chevalier, probablement avec ses frères qui l’ont accompagnée dans ses expéditions.

Ses aptitudes, ses idées fixes, son caractère la distinguaient clairement du commun des mortels et en firent un genre de mercenaire d’exception.

Ainsi, par exemple, mena-t-elle campagne pour Charles VII… enceinte !

Si elle n’a pas péri dans les flammes en 1431, elle apparaît néanmoins comme une vraie tête brûlée.

A peine libérée et revenue auprès des siens en 1436, elle recommence à guerroyer… au risque d’être de nouveau condamnée au bûcher pour des broutilles : s’habiller en homme, travailler les étoffes ou le verre en experte, etc…

C’est ce que démontrent les auteurs de ce site, nombreux éléments de preuves à l’appui :

http://www.jeannedomremy.fr/index.htm

 

Extraits :

 

http://www.jeannedomremy.fr/S_RouenClery/chateau_rouen.htm

« C’est une anecdote rapportée par les témoins d’alors, un fait d’apparence anodine, qui allait décider de la survie de Jeanne : « l’entrevue » organisée par l’évêque Cauchon, le 30 Mai 1431 au moment du départ pour le supplice. C’est lors de cet aparté discret entre Jeanne et l’évêque, attesté par tous les chroniqueurs du procès, que Jeanne a pu être soustraite à ses bourreaux et remplacée in extremis par une « sorcière ordinaire ».

Tout au long du procès de Jeanne qui se déroulait à l’intérieur du château de Rouen, l’évêque Pierre Cauchon aura joué le rôle d’accusateur, mais en marge du procès, sa conduite paraît plus nuancée. Ordonnateur du dit procès, l’ambitieux évêque de Beauvais s’appuyait certainement sur ses convictions intimes, mais il devait tenir compte des directives données en coulisse par le chef du camp qu’il avait choisi de défendre, celui des Anglais. Le régent Bedford était soumis aux pressions des soutiens de Jeanne et il n’y était pas resté insensible.

Pour sa part, Jeanne, tenue par ses engagements refusera farouchement tout au long du procès de révéler les secrets de sa naissance et de sa mission à ses accusateurs.
Malgré son obstination constante à se montrer telle qu’elle était, chrétienne et patriote indomptable, la première sentence rendue par l’église l’excommuniait et la condamnait au supplice.

Pour venir à bout de la résistance de la courageuse Jeanne, Cauchon allait organiser le 24 Mai une mise en scène hors procès. Jeanne fut placée sur un bûcher dressé dans le cimetière face à l’église Saint Ouen, afin de créer la situation dramatique qui allait la contraindre à abjurer ses « fautes ». Elle y fut « admonestée » en présence de juges de l’église anglais et français. Contre sa volonté, mais convaincue par les arguments de l’évêque, Jeanne s’engagea alors publiquement à ne plus s’habiller ni se coiffer en homme.

Dès l’après-midi les juges abrogeaient l’excommunication et condamnaient « seulement » Jeanne à de la prison et au pain de douleur.

Sursis provisoire pour Jeanne, car ce fut alors un tollé et la révolte chez les Anglais, avec un grand risque de débordement puisque Jeanne était maintenue en prison sur place par ceux qui exigeaient sa mort.

Et le pire se produisit effectivement! 1

Durant les jours qui allaient suivre, on raserait la tête de Jeanne à l’écuelle et l’on retirerait de la chambre-prison où elle était ferrée par les pieds tous ses habits féminins, ne lui laissant pour seul vêtement qu’un habit d’homme. Suivrait alors une entrevue provoquée où Jeanne ne pourrait se montrer aux juges de l’église qu’habillée et coiffée en homme.

Cette machination que les minutes du procès ont consignée sous le vocable religieux de « constat de relapse » eut lieu le 28 Mai. Elle allait conduire à un second procès éclair pour parjure puis à une « inévitable » condamnation à mort par l’église pour « être retournée dans son maléfice » 2 ou relapse. Pour la seconde fois, Jeanne fut condamnée à mourir sur le bûcher !

C’est alors que l’évêque de Beauvais allait organiser cet ultime plan risqué, avec la complicité du régent Bedford et du gouverneur anglais Warwick. Il sauverait Jeanne en lui substituant au dernier moment l’une de ces pauvres femmes déjà condamnée pour « sorcellerie », une de celles que l’église brûlait par centaines chaque année. Ensuite il remettrait Jeanne à Bedford selon leur accord. Ainsi Jeanne serait-elle définitivement morte pour ses ennemis anglais, bourguignons et théologiens parisiens, mais sauvée pour elle-même, pour sa famille royale, pour ses appuis franciscains… et pour le peuple fidèle à la France à qui l’on allait cacher ce dénouement.

***

L’évêque de Beauvais avait besoin de l’assistance des Anglais pour préparer ce subterfuge et c’est évidemment de connivence avec leurs chefs qu’il fut organisé, à l’insu des subalternes.
Sous le prétexte de préparer la suppliciée, les autorités avaient « arrangé » un ultime aparté sans témoin afin de disposer d’un sas de substitution et d’un chemin de repli pour Jeanne et ses gardes. Il suffisait de peu de temps pour détourner Jeanne en route vers le bûcher et la remplacer par une « sorcière » en attente de bûcher, embronchée 3 et droguée pour la circonstance.

Quelques minutes plus tard l’évêque Cauchon remettait aux tortionnaires une victime restée anonyme, une femme méconnaissable portant d’infamants écriteaux, le visage couvert d’un voile, la tête engoncée jusqu’au nez dans une mitre ridicule et certainement ignorante de la supercherie dont elle était l’objet, convaincue qu’il s’agissait de l’exécution de la sentence la concernant.
Les hommes de confiance impliqués dans l’opération allaient ensuite remettre l’héroïque Jeanne aux gardes du régent. Jeanne sera maintenue prisonnière jusqu’au traité d’Arras et à la mort du régent Bedford, deux événements qui interviendront au mois de Septembre 1435. »

 

http://www.jeannedomremy.fr/S_RouenClery/armoises.htm

« Le récit de la survivance de Jeanne était de notoriété publique pendant les mois et années qui suivirent la mort de l’héroïne, à tel point que nombre de personnes furent les victimes de travesties peu scrupuleuses qui se faisaient passer pour la Pucelle d’Orléans.

Ces  » Jeanne  » réclamaient des dons et autres subventions aux particuliers et aux communes qui avaient soutenu l’action politique et militaire de la Pucelle.

Ces faits historiques indéniables étaient oubliés jusqu’à ce qu’une correspondance paraisse dans le Mercure Galant en novembre 1683, adressée à Monsieur de Grammont, qui faisait référence à la chronique du Doyen de Saint-Thibaut datée de 1436 et qui révélait que la Pucelle n’avait pas été brûlée à Rouen.

 » Le vingtième jour du mois de mai 1436, la Pucelle Jehanne qui avait été en France, vint à la Grange-aux-Hormes, près de Saint-Privey. Elle se faisait appeler Claude. Le même jour, ses deux frères arrivèrent auprès d’elle. Aussitôt qu’ils la virent, ils la reconnurent, et elle les reconnut aussi. Elle fut reconnue par plusieurs détails pour la Pucelle Jehanne de France qui amena Charles à Reims. Jehanne revint à Arlon, et là fut fait le mariage de Messire Robert des Hermoises, chevalier, et de Jehanne la Pucelle « .

Cette chronique a été découverte en 1645 par un prêtre de l’Oratoire, le Père Jérôme Vignier, qui en avait fait un extrait, certifié conforme par un notaire. Le frère de ce dernier, Benjamin Vignier, fit publier, après la mort de Jérôme, dans le Mercure Galant de novembre 1683 un extrait aux pages 39 à 60 de la Revue. La Chronique du Doyen de Saint-Thibaut a été publiée par Dom Calmet dans les Preuves de l’Histoire ecclésiastique et civile de la Lorraine.
Quicherat publie également des extraits dans son livre Procès VI à partir de la page 121.

Ce texte est une base d’investigation sérieuse pour les historiens car il est corroboré par d’autres documents lui donnant une valeur certaine. »

 

« La réapparition de la Pucelle est donc attestée par de nombreux textes qui constituent ensemble un faisceau de présomptions et de preuves.

Tous ces documents ont permis à de nombreux historiens d’entreprendre des recherches et de nous restituer une histoire complète de la Pucelle en tenant compte des éléments historiques disponibles après la scène du bûcher.

Ces auteurs soutiennent que l’évasion de Jeanne a été organisée et qu’une sorcière qui attendait son exécution a été conduite à sa place au bûcher. La scène de l’exécution qui ne permet pas d’identifier la Pucelle renforce le doute. Cette dernière a été sauvée avec la complicité de nombreuses personnalités dont Cauchon et Bedford.

Le Journal d’un bourgeois de Paris, note qu’on lui donna pénitence :  » c’est assavoir quatre ans en prison, au pain et à l’eau, dont elle ne fit aucun jour.  »

Les historiens modernes complètent les textes anciens : le comte Pierre de Sermoise et le baron Pesme évoquent l’existence du château de Montrottier, en Savoie, où elle aurait été détenue et où se visite encore une chambre dite « prison de la Pucelle ». Jeanne fait sa réapparition près de Metz le 20 mai 1436 sous le nom de Claude, déclarant devant de nombreux seigneurs qui se trouvaient réunis, qu’elle était la  » Pucelle de France « .

Les frères de Jeanne la reconnurent ainsi que des chevaliers lorrains. Elle se rendit une semaine dans un premier village à Bocquillon ( Vaucouleurs d’après le baron de Braux ) et trois semaines dans un autre près de Metz, où de nombreux cadeaux lui furent offerts.

Ensuite la Pucelle fit un pèlerinage à Notre Dame de Liesse, demeura plusieurs semaines à Marieulles ( ou Marville ? ) et s’en alla retrouver sa tante, la duchesse de Luxembourg à Arlon, chez qui elle résida cinq mois. La Pucelle prépara son mariage avec le chevalier des Armoises chez la duchesse.

Le contrat de mariage de la Pucelle avec le seigneur des Armoises est découvert par le Père Vignier de l’Oratoire dans les archives de la famille des Armoises et inséré dans le Mercure Galant de novembre 1683.

Portrait de Jeanne des Armoises à JaulnyPortrait de robert des armoises

 

Lecoy de La Marche précise :  » elle se fit épouser là par un chevalier de noble lignée, messire Robert des Armoises. Je ne sais si, comme le dit M. Vallet de Viriville, elle le  » séduisit, » et je croirais plutôt que cette union singulière eut lieu par la volonté ou l’influence de la maison de Luxembourg ; car elle ne fut pas heureuse. On conserva longtemps dans la famille des Armoises le contrat de mariage des deux époux, qui servait encore au XVIIe siècle à étayer des preuves de noblesse et de chevalerie, et qui perpétua jusque-là, ou même plus tard, en Lorraine, l’opinion que Jeanne d’Arc avait laissé une postérité directe.  »

Ce contrat a été compulsé par des témoins non contestables tels le professeur Albert Bayet de l’Ecole des Hautes Etudes, le président Edouard Herriot et le comte de Labessières.

 » Dès lors, notre aventurière prit le nom de Jeanne des Armoises, qui lui est donné par tous les contemporains. Elle se fixa pour un temps à Metz, dans l’hôtel de son mari, situé devant l’église de Sainte-Ségoleine, et, non contente de la position brillante que ses intrigues lui avaient si rapidement value, se mit à dresser de là de nouvelles batteries « .

L’union matrimoniale de Jeanne est attestée également par l’acte de vente du 06 novembre 1436 du quart de la seigneurie de Haraucourt à Colart de Failly, écuyer, demeurant à Marville et à Poinsette sa femme, par Robert des Armoises, chevalier, seigneur de Tichemont, et sa femme Jehanne du Lys, la Pucelle de France, qualifiée en la circonstance de  » ma femme… « .

La Chronique du Doyen de Saint-Thibaut signale également un voyage à Cologne chez le comte de Wirnembourg qui lui offrit une belle cuirasse. Aux archives de cette ville, on trouve une brève note selon laquelle une escorte aurait été accordée à la Pucelle.

La Pucelle se déplace ensuite de 1437 à 1439 pour de nouvelles campagnes dans le sud-ouest et c’est ainsi que dans la chronique d’Alvaro de Luna, connétable des royaumes de Castille et de Leon, on trouve au chapitre 46 un titre qui ne laisse pas d’intriguer :

 » Comment la Pucelle qui était à La Rochelle envoya demander secours au roi d’Espagne et ce que le connétable fit pour elle « .

Florence Maquet clôt alors son étude sur la liste de ceux, à ce jour connus, qui virent et reconnurent Jeanne après le bûcher de Rouen. Vingt-quatre noms de personnalités importantes parmi lesquels celui de sa mère, ceux de ses frères, de ses compagnons d’arme, celui de la duchesse d’Anjou, du roi lui-même…

André Cherpillod complète cette précédente liste et donne une évaluation réaliste quant au nombre de personnes qui ont côtoyé la Dame des Armoises :  » Ils sont des centaines à reconnaître la Pucelle « .

Les éléments historiques lorrains et orléanais, établissant le retour de Jeanne sont concordants et ne sont contestables à l’aide d’aucune pièce ou preuve, mais seulement au moyen d’hypothèses basées sur des interprétations… On peut en déduire que l’histoire officielle ne nous donne pas une réponse pertinente en affirmant haut et fort que la Dame des Armoises est une fausse Pucelle ainsi d’ailleurs que toutes les autres. »

 

A noter :

« - La Pucelle de Cologne fait l’objet de récits historiques de la part du doyen de Saint-Thibaut ainsi que du dominicain Jean Nider ( voir la traduction de Quicherat tome V page 324 – 325 ). Deux historiens modernes, Ambroise Ledru et Alain Atten qui ont produit les résultats de leurs recherches sont référencés dans notre bibliographie.

Le livre  » Une fausse Jeanne d’Arc  » de Lecoy de la Marche a également été publié en 1871. Cet auteur écrit :  » Elle se vantait bien haut d’être la Pucelle ressuscitée, et prétendait introniser sur le siège archiépiscopal de Trêves un des deux prétendants qui se le disputaient, comme elle avait précédemment assis sur le trône de France le roi légitime. A son arrivée dans la ville de Cologne, avec le comte de Wurtemberg ( Virnembourg ), elle trouve le moyen d’opérer des prodiges : on répète partout qu’elle a déchiré en deux une pièce d’étoffe, et l’a remise aussitôt dans l’état primitif, qu’elle a brisé une vitre contre la muraille et l’a réparée instantanément. Kalt-Eysen survient et remplit immédiatement son office : il ouvre une enquête, il cite la magicienne à son tribunal. Mais celle-ci refuse de se soumettre aux ordres de l’Eglise. Elle est excommuniée et va être jetée en prison, lorsque le comte, son protecteur, l’enlève à temps et la ramène à Arlon « . »

Alors ça, c’est bien moi : « Allez vous faire voir avec vos conneries, bande de tarés ! »

 



Cyprien Luraghi demande à être interné en psychiatrie

Et ce n’est pas nouveau…

Il y a en fait bien longtemps qu’il le réclame en vain, son internement d’office…

Si ce n’est pas malheureux, tout de même…

 

https://twitter.com/CyprienLuraghi/status/1429700733931298821

Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
En réponse à

la théorie du « fou dans la Cité » et les délires du mouvement antipsychiatrique des sixties ont fait énormément de mal. Au cabanon, les cinglés toxiques ! Délivrez-nous de ces tarés !
9:03 AM · 23 août 2021·Twitter Web App

 

 



Danse de rue…

 

 



Pierre-Jean Chalençon emporté par le torrent boueux de ses amitiés douteuses…

 

 

Critiqué pour s’être affiché avec Jean-Marie Le Pen et ses amis de l’extrême-droite (dont il oublie d’ailleurs quelques-uns : Florian Philippot, Oleg Sokolov, etc…), il tente de se raccrocher à tous ses bons amis auxquels cette étiquette n’est pas ou plus associée, par exemple François Hollande et ses cousins, dont les accointances avec l’extrême-droite sont pourtant connues de longue date (Georges Gustave Hollande s’était présenté aux élections municipales de Rouen et de Bois-Guillaume en 1959 et 1965, sur des listes d’extrême-droite), ou bien encore PPDA… et voilà que craque la branche pourrie…

Ce n’est vraiment pas de bol…

 



12345...98

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo