Nouveaux articles du Télégramme sur la prostitution à Brest

Merci !

C’est bien d’en parler.

A lire ou à relire :

http://petitcoucou.unblog.fr/2021/12/20/une-manifestation-de-prostituees-organisee-hier-a-brest/

Mais aussi :

http://petitcoucou.unblog.fr/2021/12/19/enorme-scandale-a-brest-les-directeurs-du-chu-sont-proxenetes/

 

Une fois de plus, l’on notera que contrairement à ce qu’elle en prétend, ce n’est pas la mère maquerelle et criminelle notoire Josette Brenterch du NPA de Brest qui se soucie de cette question ou de la situation des personnes prostituées, qu’elles soient adultes ou même mineures, puisqu’il faut attendre l’arrivée du Nid à Brest il y a seulement un an pour qu’enfin une association s’en préoccupe.

Josette Brenterch et ses amis de l’extrême-gauche locale ne s’étaient emparés de ce sujet qu’à l’époque où des Africaines tapinaient dans les rues de Brest, au début des années 2000, les proxénètes locaux ne supportant plus cette concurrence « déloyale » et par ailleurs désastreuse pour l’image de la ville et ses commerces.

Pour retrouver une partie de nos « discussions » publiques de 2010, c’est ici :

http://unpetitcoucou.unblog.fr/

http://unpetitcoucou2.unblog.fr/

http://unpetitcoucou3.unblog.fr/

Ces trois blogs supportent l’intégralité de mes publications de 2010 sur la plateforme de blogs OverBlog, avec tous les commentaires ayant fait suite aux articles.

Je rappelle ici n’avoir jamais eu aucun autre support d’expression publique que ce blog de mars 2010 à juin 2013, après avoir été bannie successivement des sites d’information Rue89 le 31 juillet 2009 (première inscription le 17 décembre 2007) et Le Post le 26 février 2010 (première inscription le 2 septembre 2009) sur ordres très insistants de mes harceleurs et calomniateurs publics, tandis que ceux-ci s’étalaient à mon sujet en bien d’autres endroits de la toile, notamment, depuis l’année 2008, sur les sites Rue89 et Le Post ainsi que sur les blogs de leur « Konducator » le pédophile, trafiquant de drogue et cybercriminel notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi, alors tous intégralement publics, commentaires obscènes et orduriers y compris, ce qui n’est plus le cas depuis cette année 2013, bien des textes et tous les commentaires y étant devenus « privés », et aussi, depuis le printemps 2010, sur tous les sites de prédilection du cybercriminel, harceleur et calomniateur public quasi professionnel Jean-Marc Donnadieu de Béziers, lequel, au moins jusqu’au mois d’août 2010, s’était toujours exprimé sur la toile de manière habituelle sous le pseudonyme de « NEMROD34″ tout en affichant son identité réelle et toutes ses coordonnées, soit, principalement : tous ses sites personnels et ceux de ses amis et complices prétendument « sceptiques » ou « ufosceptiques ».

Ce premier blog dénommé « Un petit coucou » avait été suspendu en juin 2013 par son hébergeur OverBlog toujours harcelé à mon sujet comme précédemment les modérateurs des sites rue89 et Le Post par les cybercriminels précités, puis supprimé par ces derniers vers fin août ou début septembre 2015.

Y ont fait suite ce blog-ci et son doublon Satanistique à compter de mars 2014.

Par ailleurs, « Nikita » et ses ami-e-s étant engagé-e-s dans un combat qu’il ne faudrait surtout pas ignorer, je leur rappelle pour commencer ma suggestion de décembre dernier : exigez la suppression de toute imposition des revenus de la prostitution pour les personnes prostituées, c’est le minima de ce que l’Etat doit leur accorder. Il n’est nul besoin de payer des impôts pour être un citoyen à part entière, le fait de payer des impôts n’ouvre aucun droit et n’apporte aucune garantie quant au respect des droits fondamentaux des êtres humains (il m’est arrivé de lire ou entendre des discours fortement erronés à ce sujet chez des militant-e-s du STRASS). En l’occurrence, c’est même exactement le contraire : en imposant les personnes prostituées sur les revenus de leur prostitution, l’Etat les oblige à se prostituer pour payer les impôts correspondants. L’Etat est ainsi, de fait, le premier et plus gros proxénète de France, ce qui est totalement inadmissible et source de très grandes violences de services étatiques ou de fonctionnaires de diverses administrations, non seulement à l’encontre de personnes prostituées, de gré ou de force, mais également à l’encontre de personnes qui ne se prostituent pas ou ne se sont jamais prostituées et peuvent être amenées ou contraintes à se prostituer en conséquence de ces violences, dont c’est le but.

Ensuite, sachant que toutes les personnes qui choisissent la prostitution comme « métier » ou source de revenus aussi facilement que Nikita ont à leur insu ou d’une manière dont elles n’ont pas conscience été conditionnées pour accepter ce « métier » comme n’importe quel autre, je les invite à réfléchir à cette question.

 

https://www.letelegramme.fr/finistere/brest/a-brest-la-prostitution-des-mineurs-un-phenomene-inquietant-18-01-2022-12906578.php

Publié le 18 janvier 2022 à 19h30

À Brest, la prostitution des mineurs « un phénomène inquiétant »

 

Réservé aux abonnés

Lecture : 2 minutes.

Romain Guigny est le chef de service de l’Amicale du Nid en Bretagne. Implantée à Brest depuis un an, c’est la seule association bretonne agréée pour accompagner les personnes désireuses de sortir de la prostitution.

 

« À Brest, le racolage de rue n’existe plus », assure Romain Guigny, chef de service de l’Amicale du Nid.

« À Brest, le racolage de rue n’existe plus », assure Romain Guigny, chef de service de l’Amicale du Nid. (Photo d’illustration Le Télégramme)

 

Que vous inspire le témoignage de Nikita ?

« Elle porte un discours politique, mais qui n’est pas représentatif de la réalité vécue par la majorité des femmes qui sont dans le système prostitutionnel. Le plus souvent, elles sont dans un choix contraint et vivent des situations de souffrances physique, somatique et psychique. Le plus dur est d’en sortir, car elles sont souvent isolées de tout environnement social, familial, amical. Cet isolement est renforcé par la peur de la stigmatisation, qui fait qu’elles recourent peu à leurs droits ».

Quel est l’état des lieux à Brest ?

« C’est très difficile de donner une photographie, car la prostitution s’est invisibilisée. Le racolage de rue n’existe plus. Tout se passe aujourd’hui sur internet qui permet de tout numériser : la transaction, la location d’un appartement ou d’une chambre d’hôtel, l’organisation en amont. On observe beaucoup de mobilité et de prostitution en sextour. On constate aussi une prostitution de précarité. Il s’agit souvent de femmes en situation administrative irrégulière, sans ressources, qui peuvent s’adonner à la prostitution en échange d’un hébergement ou même d’un repas ».

Comment faites-vous pour les contacter ?

« On est dans le « aller vers », et cela passe par des maraudes numériques. On n’est jamais dans le jugement, mais dans une approche sociale. Le but est de nouer le contact, de parvenir à les sensibiliser. Au local, on distribue du matériel de prévention. On est sur un processus de libre adhésion, et cela prend du temps. En 2021, nous avons rencontré 56 personnes. 83 % sont des femmes, 10 % des personnes trans, et 7 % des hommes. 70 % des personnes sont d’origine étrangère, et un tiers ont moins de 25 ans. Aujourd’hui, on accompagne réellement une vingtaine de personnes, et parmi elles, deux femmes qui sont entrées dans un parcours de sortie de prostitution ».

Quid de la prostitution des mineurs ?

« C’est aujourd’hui le phénomène le plus inquiétant. Actuellement, on est sollicité pour des situations identifiées qui concernent sept adolescents à Brest et Morlaix, mais il y en a bien d’autres. L’âge moyen est de 15 ans et on parle de filles aux origines locales. Cette montée en puissance de la prostitution des mineurs est très liée au phénomène de glamourisation de la prostitution. C’est l’effet Zahia. Les jeunes filles sont biberonnées à la téléréalité où l’on présente le marchandage des corps comme un travail comme un autre, presque séduisant. La réalité est évidemment tout autre ».

Contact

bretagne@adn-asso.org

 

https://www.letelegramme.fr/finistere/brest/pour-nikita-brestoise-de-26-ans-la-prostitution-peut-etre-choisie-18-01-2022-12906565.php

Publié le 18 janvier 2022 à 19h00

Pour Nikita, Brestoise de 26 ans, « la prostitution peut être choisie »

 

Réservé aux abonnés

Lecture : 3 minutes.

Nikita, Brestoise de 26 ans, s’est prostituée pendant cinq ans pour financer ses études. Elle affirme que la loi d’avril 2016 pénalisant les clients n’a fait qu’augmenter les violences et la précarité des travailleuses et travailleurs du sexe.

 

Le 17 décembre dernier, des prostituées brestoises s’étaient rassemblées pour dénoncer la précarisation grandissante qu’a engendrée la loi de pénalisation des clients.

Le 17 décembre dernier, des prostituées brestoises s’étaient rassemblées pour dénoncer la précarisation grandissante qu’a engendrée la loi de pénalisation des clients.

 

Si Nikita a accepté la rencontre, c’est moins pour parler de sa trajectoire personnelle que pour évoquer son combat : celui de la défense des droits des travailleurs et travailleuses du sexe. De son parcours, on apprendra donc le strict minimum. « Je ne veux pas que ma mère puisse faire le lien avec moi », justifie-t-elle.

C’est la raison économique qui a poussé cette Brestoise de naissance vers la prostitution. Elle avait alors 21 ans et était étudiante à l’UBO (Université de Bretagne occidentale). « Pour subvenir à mes besoins, je cumulais plusieurs boulots précaires : serveuse en restauration, ménages, garde d’enfants. Mais je me suis rendue compte que je n’arrivais pas à mener mes études de front. À un moment, la prostitution m’est apparue comme la solution la moins chronophage et la plus facile à mettre en œuvre ».

Cinq à six passes par mois

Pendant cinq ans, à raison de « cinq à six passes par mois, pas plus », elle a donc vendu des prestations sexuelles. L’arrivée de la crise sanitaire en mars 2020, avec l’entrée dans le confinement, a rapidement asséché la demande et l’a amenée à réfléchir. « J’ai continué à voir mes clients habitués pour boucler mes fins de mois, mais j’avais vraiment la trouille », confie celle qui a néanmoins continué jusqu’en juillet 2020, date à laquelle elle a pu toucher l’allocation du RSA.

Nikita, qui n’a finalement pas terminé son cursus universitaire, a alors décroché. Mais elle pense reprendre dès que l’épidémie aura battu en retraite. Car pour elle, le travail du sexe n’est rien d’autre « qu’un emploi précaire comme un autre et une stratégie de survie dans un monde capitaliste », comme le dit l’une des porte-parole du Strass, le syndicat du travail sexuel en France.

Un rapport de force favorable aux clients

Les mouvements féministes ont beau claironner que la prostitution est fondamentalement une violence faite aux femmes, pour Nikita, ce travail peut aussi être choisi. Aussi est-elle opposante à la loi d’avril 2016 qui a instauré la pénalisation des clients. En s’attaquant à la demande, l’État espérait ainsi faire disparaître l’offre. « Ce n’est pas ce qui s’est passé. Cette loi n’a fait que renverser le rapport de force en faveur des clients, qui n’hésitent pas à négocier les tarifs, les pratiques et à imposer des rapports non protégés. Cela nous a précarisées encore plus et a conduit à plus de violences ».

Elle considère aussi que le parcours de sortie intégré à la loi, avec à la clef une allocation de 330 € par mois et un titre de séjour de six mois renouvelable trois fois, « est un dispositif hypocrite qui permet juste aux abolitionnistes de se donner bonne conscience, les préfectures refusant la plupart du temps de délivrer ces titres ».

Une demande de local pour sortir de l’isolement

Ce combat, Nikita a commencé à le mettre sur la place publique, avec quelques autres, lors d’un rassemblement le 17 décembre dernier à Brest, placé sous le patronage des Pétrolettes. Cette association communautaire rennaise, née en mai 2020, milite pour la décriminalisation du travail du sexe, et l’auto-organisation des prostituées. « Aujourd’hui, avec une collègue, on est en train de monter une antenne à Brest, avec l’espoir d’obtenir un local. Pour sortir de l’isolement. Mais aussi pour faciliter l’accès aux droits, à la santé ». Des premiers contacts ont été noués avec la Ville.

Contact

Courriel, finistere@petrolettes.org

 



Quand Emmanuel Macron perd ses nerfs…

 

 

Le pauvre, il faut le comprendre, il est sous pression de son coach Richard Ferrand que j’emmerde un peu avec mes publications les plus récentes…

Ouarf !

« Ce n’est qu’un début, continuons le combat », comme dirait l’autre grêlé, celui qui est toujours incapable de justifier ses relations avec Jeffrey Epstein, l’autre Edouard…

A propos, avez-vous remarqué ? Ils réclament tous la levée de l’anonymat sur Internet, visant ainsi en priorité les victimes qui osent s’y présenter comme telles sans aucunement se faire reconnaître ni même nécessairement citer qui que ce soit, comme ce fut mon cas au mois de septembre 2008 sur le site Rue89 à propos de harcèlement moral dans le travail, avec la sanction que tout le monde connaît : haro sur la victime qui fut immédiatement jetée en pâture sur la place publique avec des tonnes de calomnies, menaces de viol et menaces de mort… mais il est vrai qu’elle s’était déjà fait remarquer en citant l’affaire de l’ancien psychiatre brestois pédocriminel Serge Rodallec.

La protection des victimes est pourtant inscrite dans le Code pénal dont tout l’arsenal juridique en ce sens a encore été renforcé par la loi n° 2021-1109 du 24 août 2021 ayant créé un délit spécifique de mise en danger de la vie d’autrui par diffusion d’informations relatives à la vie privée, familiale ou professionnelle (art. 223-1-1du code pénal).

Ces attaques récurrentes contre l’anonymat sur Internet sont quasiment une marque d’appartenance au grand réseau pédocriminel auquel appartiennent mes harceleurs de la bande du pédophile et cybercriminel notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi, lequel a pour habitude de signer de son vrai patronyme toutes ses saloperies sur les uns et les autres, dont tous ses harcèlements et toutes ses campagnes de calomnies publiques à mon encontre, quand il ne s’amuse pas à donner aussi dans l’usurpation d’identité.

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Divulgation_de_donn%C3%A9es_personnelles

Divulgation de données personnelles

Si ce bandeau n'est plus pertinent, retirez-le. Cliquez ici pour en savoir plus sur les bandeaux.
Quand Emmanuel Macron perd ses nerfs... dans AC ! Brest 45px-2017-fr.wp-orange-source.svg

Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2015).

Si vous disposez d’ouvrages ou d’articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l’article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références »

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Comment ajouter mes sources ?

La divulgation de données personnelles1, appelée doxing ou doxxing en anglais1, est une pratique consistant à rechercher et à divulguer sur l’internet des informations sur l’identité et la vie privée d’un individu dans le but de lui nuire2,3. Les informations révélées peuvent être l’identité, l’adresse, le numéro de sécurité sociale, le numéro de compte bancaire, etc.

Le terme doxing vient soit du verbe anglais to document, qui signifie « fournir des preuves », soit de dox, variante orthographique de docs, pluriel de doc, abréviation de document4.

D’après des chercheurs des universités de l’Illinois et de New York, la moyenne d’âge des victimes est d’environ 21 ans et les hommes sont plus touchés que les femmes par la divulgation de données personnelles puisqu’ils représentent 82 % du nombre total. Néanmoins, ce type de harcèlement ne touche pas que les plus jeunes puisque les victimes ont de 10 à 74 ans. Les personnes les plus visées sont les hackers, les passionnés de jeux vidéo et les célébrités3.

But de la divulgation de données personnelles

La divulgation de données personnelles est souvent initiée par une personne ou un groupe de personnes en colère qui se focalisent sur une personne, éventuellement bouc émissaire. Les internautes divulgateurs travaillent généralement de manière coordonnée. Les raisons sont diverses, allant par exemple de vengeances personnelles à la maltraitance d’animaux5, la pédophilie, etc.

La compétition, le désir de revanche ou de justice et l’appartenance à une idéologie politique semblent être les quatre principales motivations des personnes pratiquant la divulgation de données personnelles3.

Conséquences

Une fois les informations rendues publiques, la vindicte populaire peut s’abattre sur la personne ciblée. Dans le cas où cette dernière a commis des actes illégaux, elle peut être dénoncée à la police. Dans certains cas extrêmes, cela peut avoir des conséquences très graves comme la perte d’un emploi ou des difficultés familiales. En fin de compte, la divulgation de données personnelles peut éliminer l’anonymat, l’obscurité ou la crédibilité de quelqu’un6.

Quelques exemples de harcèlement :

  • des commandes de pizzas livrées à domicile ;
  • appel des secours au domicile : pompiers, ambulance ;
  • appel des forces d’intervention spéciales au domicile, appelé swatting ;
  • menaces de mort ou menaces corporelles avec des détails bien précis sur la personne pour lui faire peur.

Pour lutter contre cette pratique, des chercheurs américains souhaitent l’aide des forces de l’ordre pour reconnaître les victimes afin d’éviter un possible swatting, conséquence d’une divulgation de données personnelles alimentée par un crime imaginaire3.

Méthodes de recherche

Les méthodes de recherche utilisent principalement Internet :

  • les réseaux sociaux comme Facebook, LinkedInetc. ;
  • les moteurs de recherche ;
  • l’appel à témoin ;
  • les informations récupérées sur les sites par piratage ou en coopération avec les administrateurs du site (notamment les adresses IP) ;
  • en piégeant la personne ciblée (hameçonnage par message privé pour l’attirer vers un site dont le pirate est administrateur afin de récupérer son IP, lien de photo en message privé, cheval de Troie) ;
  • croisement des sources de plusieurs sites pour trouver les différents pseudonymes de la personne ciblée ;
  • au travers des plateformes de paiement avec la coopération de celui qui a reçu le paiement (tel que Paypal).

Légalité

En France, la divulgation de données personnelles peut relever, selon les méthodes employées, de la loi pénale sur les atteintes à la personnalité, notamment :

  • atteinte à la vie privée ;
  • dénonciation calomnieuse ;
  • atteinte au secret (violation du secret des correspondances) ;
  • atteintes aux droits de la personne résultant des fichiers ou des traitements informatiques : collecte, traitement et divulgation de données personnelles sans le consentement de l’intéressé ou sans autorisation légale.

En outre, la loi n° 2021-1109 du 24 août 2021 confortant le respect des principes de la République7 a créé un délit spécifique (art. 223-1-1du code pénal) de mise en danger de la vie d’autrui par diffusion d’informations relatives à la vie privée, familiale ou professionnelle. Ce délit est puni de 3 ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende. La responsabilité du directeur de publication d’un journal, d’un média audiovisuel ou d’un site internet peut également être engagée. Les peines sont portées à 5 ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amendes lorsque la victime est un agent public, un élu, un journaliste, si elle est mineure ou d’une particulière vulnérabilité (âge, maladie, infirmité, handicap, grossesse). Cette disposition fait suite à l’Assassinat de Samuel Paty, qui eut lieu à la suite de la diffusion d’informations privées sur un réseau social, ayant conduit à l’identification du professeur. Sont consacrés dans l’article 223-1-1 du Code Pénal deux éléments constitutifs de l’infraction : un élément matériel de l’infraction, consistant en la divulgation de données privées permettant l’identification de la victime, de son adresse ou de ses proches, et un élément moral, qui implique que l’auteur de l’infraction ait connaissance des conséquences négatives de son acte, que lesdites conséquences soient recherchées par l’auteur. Cette infraction est continue, la diffusion d’informations privées avant l’entrée en vigueur de la loi pourra donc être sanctionner si le support de diffusion, comme peut l’être un tweet, est encore accessible passée l’entrée en vigueur de la loi.

Notes et références

  1. « Article 36 de la loi n°2021-1109 » [archive], sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le 26 août 2021)

Voir aussi

Articles connexes

 



Cyprien Luraghi jalouse les intellectuels

On le savait depuis longtemps, mais cette fois, c’est lui qui le dit…

 

Cyprien Luraghi jalouse les intellectuels dans AC ! Brest 2021%2B10%2B02%2B-%2B%2527Cyprien%2BLuraghi%2Bon%2BTwitter_%2B_%2540leodiross%2B%2540lundimat1%2BL%2527avantage%2Bde%2Bce%2Bboulot%2Bd%2527ambianceur%252C%2Bc%2527est%2Bqu_%2527%2B-%2Btwitter.com

 



Un attentat islamiste oublié à Béziers début septembre 2001

 

https://www.marianne.net/societe/terrorisme/dix-jours-avant-le-11-septembre-2001-lattentat-oublie-de-beziers

Dix jours avant le 11 septembre 2001, l’ »attentat » oublié de Béziers

 

L’affaire du dimanche

Par

Publié le 12/09/2021 à 6:00

 

Dans la nuit du 1er au 2 septembre 2001, dix jours avant l’attaque des tours jumelles du World Trade Center à New York, le jeune Safir Bghioua s’en prend aux forces de l’ordre de Béziers, assurant vouloir mourir en martyr. Bilan : un mort, deux voitures détruites, et une nuit d’angoisse… Retour sur un étrange « attentat » tombé dans l’oubli.

 

« Je pense que c’était le premier attentat islamiste du XXIe siècle sur le territoire français, mais il n’a pas été reconnu comme tel », lâche Raymond Couderc.

Lire la suite ICI.

 

Oui, c’est ça, et il y eut bien d’autres évènements annonciateurs du 11 septembre 2001 cette année-là, particulièrement durant l’été, et les initiés se marraient déjà bien au printemps. Je m’en souviens très bien, je n’ai pas encore tout oublié…

Rien d’étonnant à ce que ce soit un malade mental de Béziers qui à compter du printemps 2010 se présente de lui-même comme le fer de lance de toutes les attaques que je vais désormais subir tout autant dans les prétoires que sur la toile et en tout autre lieu où je tente de m’exprimer ou d’exister…

 



Jeanne d’Arc, sa vraie vie : vrai débat pour féministes

 

 
Jeanne la Pucelle n’était ni vierge ni bergère, elle n’avait pas non plus d’hallucinations et n’est pas morte brûlée à Rouen en 1431.

Issue de la noblesse, elle était très instruite, très pieuse et charitable, et avait nécessairement été préparée aux arts de la guerre comme tout autre chevalier, probablement avec ses frères qui l’ont accompagnée dans ses expéditions.

Ses aptitudes, ses idées fixes, son caractère la distinguaient clairement du commun des mortels et en firent un genre de mercenaire d’exception.

Ainsi, par exemple, mena-t-elle campagne pour Charles VII… enceinte !

Si elle n’a pas péri dans les flammes en 1431, elle apparaît néanmoins comme une vraie tête brûlée.

A peine libérée et revenue auprès des siens en 1436, elle recommence à guerroyer… au risque d’être de nouveau condamnée au bûcher pour des broutilles : s’habiller en homme, travailler les étoffes ou le verre en experte, etc…

C’est ce que démontrent les auteurs de ce site, nombreux éléments de preuves à l’appui :

http://www.jeannedomremy.fr/index.htm

 

Extraits :

 

http://www.jeannedomremy.fr/S_RouenClery/chateau_rouen.htm

« C’est une anecdote rapportée par les témoins d’alors, un fait d’apparence anodine, qui allait décider de la survie de Jeanne : « l’entrevue » organisée par l’évêque Cauchon, le 30 Mai 1431 au moment du départ pour le supplice. C’est lors de cet aparté discret entre Jeanne et l’évêque, attesté par tous les chroniqueurs du procès, que Jeanne a pu être soustraite à ses bourreaux et remplacée in extremis par une « sorcière ordinaire ».

Tout au long du procès de Jeanne qui se déroulait à l’intérieur du château de Rouen, l’évêque Pierre Cauchon aura joué le rôle d’accusateur, mais en marge du procès, sa conduite paraît plus nuancée. Ordonnateur du dit procès, l’ambitieux évêque de Beauvais s’appuyait certainement sur ses convictions intimes, mais il devait tenir compte des directives données en coulisse par le chef du camp qu’il avait choisi de défendre, celui des Anglais. Le régent Bedford était soumis aux pressions des soutiens de Jeanne et il n’y était pas resté insensible.

Pour sa part, Jeanne, tenue par ses engagements refusera farouchement tout au long du procès de révéler les secrets de sa naissance et de sa mission à ses accusateurs.
Malgré son obstination constante à se montrer telle qu’elle était, chrétienne et patriote indomptable, la première sentence rendue par l’église l’excommuniait et la condamnait au supplice.

Pour venir à bout de la résistance de la courageuse Jeanne, Cauchon allait organiser le 24 Mai une mise en scène hors procès. Jeanne fut placée sur un bûcher dressé dans le cimetière face à l’église Saint Ouen, afin de créer la situation dramatique qui allait la contraindre à abjurer ses « fautes ». Elle y fut « admonestée » en présence de juges de l’église anglais et français. Contre sa volonté, mais convaincue par les arguments de l’évêque, Jeanne s’engagea alors publiquement à ne plus s’habiller ni se coiffer en homme.

Dès l’après-midi les juges abrogeaient l’excommunication et condamnaient « seulement » Jeanne à de la prison et au pain de douleur.

Sursis provisoire pour Jeanne, car ce fut alors un tollé et la révolte chez les Anglais, avec un grand risque de débordement puisque Jeanne était maintenue en prison sur place par ceux qui exigeaient sa mort.

Et le pire se produisit effectivement! 1

Durant les jours qui allaient suivre, on raserait la tête de Jeanne à l’écuelle et l’on retirerait de la chambre-prison où elle était ferrée par les pieds tous ses habits féminins, ne lui laissant pour seul vêtement qu’un habit d’homme. Suivrait alors une entrevue provoquée où Jeanne ne pourrait se montrer aux juges de l’église qu’habillée et coiffée en homme.

Cette machination que les minutes du procès ont consignée sous le vocable religieux de « constat de relapse » eut lieu le 28 Mai. Elle allait conduire à un second procès éclair pour parjure puis à une « inévitable » condamnation à mort par l’église pour « être retournée dans son maléfice » 2 ou relapse. Pour la seconde fois, Jeanne fut condamnée à mourir sur le bûcher !

C’est alors que l’évêque de Beauvais allait organiser cet ultime plan risqué, avec la complicité du régent Bedford et du gouverneur anglais Warwick. Il sauverait Jeanne en lui substituant au dernier moment l’une de ces pauvres femmes déjà condamnée pour « sorcellerie », une de celles que l’église brûlait par centaines chaque année. Ensuite il remettrait Jeanne à Bedford selon leur accord. Ainsi Jeanne serait-elle définitivement morte pour ses ennemis anglais, bourguignons et théologiens parisiens, mais sauvée pour elle-même, pour sa famille royale, pour ses appuis franciscains… et pour le peuple fidèle à la France à qui l’on allait cacher ce dénouement.

***

L’évêque de Beauvais avait besoin de l’assistance des Anglais pour préparer ce subterfuge et c’est évidemment de connivence avec leurs chefs qu’il fut organisé, à l’insu des subalternes.
Sous le prétexte de préparer la suppliciée, les autorités avaient « arrangé » un ultime aparté sans témoin afin de disposer d’un sas de substitution et d’un chemin de repli pour Jeanne et ses gardes. Il suffisait de peu de temps pour détourner Jeanne en route vers le bûcher et la remplacer par une « sorcière » en attente de bûcher, embronchée 3 et droguée pour la circonstance.

Quelques minutes plus tard l’évêque Cauchon remettait aux tortionnaires une victime restée anonyme, une femme méconnaissable portant d’infamants écriteaux, le visage couvert d’un voile, la tête engoncée jusqu’au nez dans une mitre ridicule et certainement ignorante de la supercherie dont elle était l’objet, convaincue qu’il s’agissait de l’exécution de la sentence la concernant.
Les hommes de confiance impliqués dans l’opération allaient ensuite remettre l’héroïque Jeanne aux gardes du régent. Jeanne sera maintenue prisonnière jusqu’au traité d’Arras et à la mort du régent Bedford, deux événements qui interviendront au mois de Septembre 1435. »

 

http://www.jeannedomremy.fr/S_RouenClery/armoises.htm

« Le récit de la survivance de Jeanne était de notoriété publique pendant les mois et années qui suivirent la mort de l’héroïne, à tel point que nombre de personnes furent les victimes de travesties peu scrupuleuses qui se faisaient passer pour la Pucelle d’Orléans.

Ces  » Jeanne  » réclamaient des dons et autres subventions aux particuliers et aux communes qui avaient soutenu l’action politique et militaire de la Pucelle.

Ces faits historiques indéniables étaient oubliés jusqu’à ce qu’une correspondance paraisse dans le Mercure Galant en novembre 1683, adressée à Monsieur de Grammont, qui faisait référence à la chronique du Doyen de Saint-Thibaut datée de 1436 et qui révélait que la Pucelle n’avait pas été brûlée à Rouen.

 » Le vingtième jour du mois de mai 1436, la Pucelle Jehanne qui avait été en France, vint à la Grange-aux-Hormes, près de Saint-Privey. Elle se faisait appeler Claude. Le même jour, ses deux frères arrivèrent auprès d’elle. Aussitôt qu’ils la virent, ils la reconnurent, et elle les reconnut aussi. Elle fut reconnue par plusieurs détails pour la Pucelle Jehanne de France qui amena Charles à Reims. Jehanne revint à Arlon, et là fut fait le mariage de Messire Robert des Hermoises, chevalier, et de Jehanne la Pucelle « .

Cette chronique a été découverte en 1645 par un prêtre de l’Oratoire, le Père Jérôme Vignier, qui en avait fait un extrait, certifié conforme par un notaire. Le frère de ce dernier, Benjamin Vignier, fit publier, après la mort de Jérôme, dans le Mercure Galant de novembre 1683 un extrait aux pages 39 à 60 de la Revue. La Chronique du Doyen de Saint-Thibaut a été publiée par Dom Calmet dans les Preuves de l’Histoire ecclésiastique et civile de la Lorraine.
Quicherat publie également des extraits dans son livre Procès VI à partir de la page 121.

Ce texte est une base d’investigation sérieuse pour les historiens car il est corroboré par d’autres documents lui donnant une valeur certaine. »

 

« La réapparition de la Pucelle est donc attestée par de nombreux textes qui constituent ensemble un faisceau de présomptions et de preuves.

Tous ces documents ont permis à de nombreux historiens d’entreprendre des recherches et de nous restituer une histoire complète de la Pucelle en tenant compte des éléments historiques disponibles après la scène du bûcher.

Ces auteurs soutiennent que l’évasion de Jeanne a été organisée et qu’une sorcière qui attendait son exécution a été conduite à sa place au bûcher. La scène de l’exécution qui ne permet pas d’identifier la Pucelle renforce le doute. Cette dernière a été sauvée avec la complicité de nombreuses personnalités dont Cauchon et Bedford.

Le Journal d’un bourgeois de Paris, note qu’on lui donna pénitence :  » c’est assavoir quatre ans en prison, au pain et à l’eau, dont elle ne fit aucun jour.  »

Les historiens modernes complètent les textes anciens : le comte Pierre de Sermoise et le baron Pesme évoquent l’existence du château de Montrottier, en Savoie, où elle aurait été détenue et où se visite encore une chambre dite « prison de la Pucelle ». Jeanne fait sa réapparition près de Metz le 20 mai 1436 sous le nom de Claude, déclarant devant de nombreux seigneurs qui se trouvaient réunis, qu’elle était la  » Pucelle de France « .

Les frères de Jeanne la reconnurent ainsi que des chevaliers lorrains. Elle se rendit une semaine dans un premier village à Bocquillon ( Vaucouleurs d’après le baron de Braux ) et trois semaines dans un autre près de Metz, où de nombreux cadeaux lui furent offerts.

Ensuite la Pucelle fit un pèlerinage à Notre Dame de Liesse, demeura plusieurs semaines à Marieulles ( ou Marville ? ) et s’en alla retrouver sa tante, la duchesse de Luxembourg à Arlon, chez qui elle résida cinq mois. La Pucelle prépara son mariage avec le chevalier des Armoises chez la duchesse.

Le contrat de mariage de la Pucelle avec le seigneur des Armoises est découvert par le Père Vignier de l’Oratoire dans les archives de la famille des Armoises et inséré dans le Mercure Galant de novembre 1683.

Portrait de Jeanne des Armoises à JaulnyPortrait de robert des armoises

 

Lecoy de La Marche précise :  » elle se fit épouser là par un chevalier de noble lignée, messire Robert des Armoises. Je ne sais si, comme le dit M. Vallet de Viriville, elle le  » séduisit, » et je croirais plutôt que cette union singulière eut lieu par la volonté ou l’influence de la maison de Luxembourg ; car elle ne fut pas heureuse. On conserva longtemps dans la famille des Armoises le contrat de mariage des deux époux, qui servait encore au XVIIe siècle à étayer des preuves de noblesse et de chevalerie, et qui perpétua jusque-là, ou même plus tard, en Lorraine, l’opinion que Jeanne d’Arc avait laissé une postérité directe.  »

Ce contrat a été compulsé par des témoins non contestables tels le professeur Albert Bayet de l’Ecole des Hautes Etudes, le président Edouard Herriot et le comte de Labessières.

 » Dès lors, notre aventurière prit le nom de Jeanne des Armoises, qui lui est donné par tous les contemporains. Elle se fixa pour un temps à Metz, dans l’hôtel de son mari, situé devant l’église de Sainte-Ségoleine, et, non contente de la position brillante que ses intrigues lui avaient si rapidement value, se mit à dresser de là de nouvelles batteries « .

L’union matrimoniale de Jeanne est attestée également par l’acte de vente du 06 novembre 1436 du quart de la seigneurie de Haraucourt à Colart de Failly, écuyer, demeurant à Marville et à Poinsette sa femme, par Robert des Armoises, chevalier, seigneur de Tichemont, et sa femme Jehanne du Lys, la Pucelle de France, qualifiée en la circonstance de  » ma femme… « .

La Chronique du Doyen de Saint-Thibaut signale également un voyage à Cologne chez le comte de Wirnembourg qui lui offrit une belle cuirasse. Aux archives de cette ville, on trouve une brève note selon laquelle une escorte aurait été accordée à la Pucelle.

La Pucelle se déplace ensuite de 1437 à 1439 pour de nouvelles campagnes dans le sud-ouest et c’est ainsi que dans la chronique d’Alvaro de Luna, connétable des royaumes de Castille et de Leon, on trouve au chapitre 46 un titre qui ne laisse pas d’intriguer :

 » Comment la Pucelle qui était à La Rochelle envoya demander secours au roi d’Espagne et ce que le connétable fit pour elle « .

Florence Maquet clôt alors son étude sur la liste de ceux, à ce jour connus, qui virent et reconnurent Jeanne après le bûcher de Rouen. Vingt-quatre noms de personnalités importantes parmi lesquels celui de sa mère, ceux de ses frères, de ses compagnons d’arme, celui de la duchesse d’Anjou, du roi lui-même…

André Cherpillod complète cette précédente liste et donne une évaluation réaliste quant au nombre de personnes qui ont côtoyé la Dame des Armoises :  » Ils sont des centaines à reconnaître la Pucelle « .

Les éléments historiques lorrains et orléanais, établissant le retour de Jeanne sont concordants et ne sont contestables à l’aide d’aucune pièce ou preuve, mais seulement au moyen d’hypothèses basées sur des interprétations… On peut en déduire que l’histoire officielle ne nous donne pas une réponse pertinente en affirmant haut et fort que la Dame des Armoises est une fausse Pucelle ainsi d’ailleurs que toutes les autres. »

 

A noter :

« - La Pucelle de Cologne fait l’objet de récits historiques de la part du doyen de Saint-Thibaut ainsi que du dominicain Jean Nider ( voir la traduction de Quicherat tome V page 324 – 325 ). Deux historiens modernes, Ambroise Ledru et Alain Atten qui ont produit les résultats de leurs recherches sont référencés dans notre bibliographie.

Le livre  » Une fausse Jeanne d’Arc  » de Lecoy de la Marche a également été publié en 1871. Cet auteur écrit :  » Elle se vantait bien haut d’être la Pucelle ressuscitée, et prétendait introniser sur le siège archiépiscopal de Trêves un des deux prétendants qui se le disputaient, comme elle avait précédemment assis sur le trône de France le roi légitime. A son arrivée dans la ville de Cologne, avec le comte de Wurtemberg ( Virnembourg ), elle trouve le moyen d’opérer des prodiges : on répète partout qu’elle a déchiré en deux une pièce d’étoffe, et l’a remise aussitôt dans l’état primitif, qu’elle a brisé une vitre contre la muraille et l’a réparée instantanément. Kalt-Eysen survient et remplit immédiatement son office : il ouvre une enquête, il cite la magicienne à son tribunal. Mais celle-ci refuse de se soumettre aux ordres de l’Eglise. Elle est excommuniée et va être jetée en prison, lorsque le comte, son protecteur, l’enlève à temps et la ramène à Arlon « . »

Alors ça, c’est bien moi : « Allez vous faire voir avec vos conneries, bande de tarés ! »

 



12345...98

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo