La journaliste Anne-Laure Bonnel discréditée et censurée en France

Rentrée en France depuis moins de 15 jours, la journaliste, réalisatrice et reporter de guerre indépendante Anne-Laure Bonnel a été très bien reçue par Sud Radio pour une interview, mais connaît encore des déboires avec d’autres médias, notamment Libération et Le Monde – les « gauchistes », quoi… qu’elle n’aille pas perdre son temps et son énergie avec des David Servenay et autres anciens de Rue89, elle courrait de plus le risque de se faire massacrer par le pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi et toute sa bande de cybercriminels en délire, comme moi-même depuis 2008…

 

 

 

 



Assassinat d’Yvan Colonna : encore Cyprien Luraghi ?

Yvan Colonna est mort hier alors que l’enquête sur l’agression sauvage dont il a été victime le 2 mars 2022 commence tout juste et a déjà rapporté des éléments très clairs en faveur de l’assassinat, notamment l’enregistrement de cet acte par une caméra de surveillance, dont quelques images ont été diffusées par France 3 Corse et France 3 Marseille jeudi dernier.

Par ailleurs, la justification que l’agresseur a donnée à son geste est aujourd’hui mise à mal par le témoignage d’un ancien codétenu d’Yvan Colonna qui s’en dit très surpris, car d’après lui celui-ci était très discret et ne se mêlait de rien.

Dans ces conditions, et compte tenu de la personnalité de l’agresseur, il est tout à fait loisible de penser qu’il ait en fait commis un assassinat sur commande de chefs islamistes qui s’abstiennent de revendiquer quoi que ce soit, comme cela leur arrive parfois. Or, ceux-là sont tous aux ordres du pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi pour les attentats commis en France ou contre des Français depuis mars 2012.

Pourquoi donc ce dernier aurait-il ordonné l’assassinat d’Yvan Colonna ?

Je vois plusieurs raisons à cette commande.

D’abord, Yvan Colonna était un ami de Michel Ucciani, ancien nationaliste à l’honneur dans les médias depuis qu’il a écrit et publié sa propre biographie. J’en avais parlé sur ce blog le 30 janvier dernier, ici :

http://petitcoucou.unblog.fr/2022/01/30/michel-ucciani-ancien-braqueur-et-du-flnc-sur-tous-les-plateaux-tv/

Il se trouve que Michel Ucciani a eu aussi pour très bon ami un braqueur de banques qui fut dans les années 1990, alors qu’il était en cavale, l’amant de la soeur du pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi. Ce braqueur de banques n’est plus en vie, il a été retrouvé suicidé peu de temps après sa dernière sortie de prison, en 2006.

Cyprien Luraghi en parlait régulièrement sur les sites Rue89 et Le Post durant les premières années de ses harcèlements à mon encontre, de 2008 à 2010, il m’avait même menacée de mort de la part des amis du milieu du grand banditisme de cet ancien amant de sa soeur en le présentant comme son beau-frère, dont il aurait été lui aussi très proche, comme de tous ses amis du grand banditisme qui auraient été tous prêts à m’assassiner sur son ordre, ce qui avait été démenti en leur nom à tous par Michel Ucciani début juin 2010, et par Cathy Luraghi en personne deux ans plus tard, l’un et l’autre s’accordant à dire le pédophile mythomane, ce que les victimes de ses harcèlements sur les sites Rue89 et Le Post avaient déjà bien toutes remarqué :

http://justinpetitcoucou.unblog.fr/2015/01/25/des-menaces-de-cyprien-luraghi-sur-le-post/

Michel expliquait qu’en 1995 lui et ses amis avaient été dénoncés par une personne de l’entourage de Cathy Luraghi. On se doute bien qu’il s’agissait de son frère Pascal Edouard Cyprien Luraghi, lequel semble avoir toujours été jaloux de sa soeur et a de plus pour habitude d’écrire des « bouquins » délirants sur ses victimes : sa soeur et ses amis pour commencer avec son fameux roman de la série Le Poulpe intitulé « Pour cigogne le glas », moi depuis 2008, mais aussi, derechef, le braqueur de banques amant de sa soeur depuis son décès. Or, ce dernier le haïssait pour ce qu’il avait fait aux filles de sa soeur durant les neuf mois de détention préventive de leur mère après leur arrestation en 1995. Le pédophile et mythomane Pascal Edouard Cyprien Luraghi, de surcroît un habitué de la délation comme nous l’avons vu dans le cadre de mon affaire (il me dénonce calomnieusement pour tout et n’importe quoi auprès de diverses autorités depuis 2009), pouvait donc craindre sa sortie de prison pour deux bonnes raisons. Et en pareil cas, comme nous l’avons vu aussi dans le cadre de mon affaire, il n’attend pas les plaintes de ses victimes ni d’en avoir reçu une bonne correction, il prend les devants en attaquant à mort lui le premier. Il pourrait donc très bien avoir commandité le « suicide » de l’amant de sa soeur après sa sortie de prison en 2006, ce qui expliquerait parfaitement sa fixette sur ce suicide et ses causes, dont il tient à publier une version que les vrais amis du suicidé jugent farfelue.

Concernant sa propre biographie, Michel Ucciani a très bien fait de dégainer le premier, coupant ainsi l’herbe sous les pieds du soi-disant « écrivain » et « biographe » des uns et des autres, en réalité un mythomane qui prend son pied à calomnier toutes ses victimes, car c’est ainsi sa propre version, celle du premier intéressé lui-même, qui désormais s’est imposée partout, très certainement pour le plus grand déplaisir du mythomane.

Mais du même coup, il est certain que Pascal Edouard Cyprien Luraghi en veuille beaucoup à Michel Ucciani qu’il n’ose pas attaquer de front ou en personne, car il en a très peur, comme il l’avait dit publiquement en 2010 après sa première intervention dans notre conflit.

Il peut donc très bien, pour s’en venger, avoir décidé de faire assassiner son ami Yvan Colonna qui lui n’était pas libre de ses mouvements mais se trouvait à la merci de ses geôliers comme d’autres détenus, tel celui qui finalement l’a assassiné.

Voilà une première hypothèse qui à mon avis est tout à fait plausible.

Cet assassinat serait aussi, en même temps, une menace très personnelle de Pascal Edouard Cyprien Luraghi à l’encontre de Michel Ucciani.

Mais ces derniers temps, notamment à propos des séparatistes du Donbass, j’ai aussi quelque peu parlé du problème des autonomistes bretons, dont l’un, Erwan Castel, se trouve d’ailleurs aux côtés des russophones du Donbass depuis 2015.

Je l’ai encore évoqué le 7 mars à propos du taux de suicides en Bretagne, un record en Europe :

http://petitcoucou.unblog.fr/2022/03/07/michel-walter-bourreau-moderne/

C’est en fait la question de tous les séparatismes que met en valeur une recherche sérieuse des causes de l’invasion russe de l’Ukraine à compter du 24 février dernier.

Or, j’ai très souvent observé que le choix des cibles des attentats islamistes faisait écho à mes centres d’intérêts les plus récents, habituellement exprimés seulement dans la sphère privée, mais cette fois-ci de manière entièrement publique à propos de ce conflit.

Qui plus est, Yvan Colonna n’était pas seulement Corse, il était aussi Breton par sa mère, originaire de Laz, dans le Finistère.

Je vois donc là une excellente raison d’affirmer que l’assassinat d’Yvan Colonna a bien été commandité par mes harceleurs de la bande du pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi, comme la quasi totalité des attentats islamistes commis en France ou contre des Français depuis mars 2012.

 

 

https://www.ladepeche.fr/2022/03/21/mort-dyvan-colonna-quatre-questions-sur-la-mort-de-lassassin-du-prefet-erignac-10185463.php

Mort d’Yvan Colonna : quatre questions sur la mort de l’assassin du préfet Erignac

 

  • Yvan Colonna est décédé ce lundi 21 mars au soir des suites de son agression le 2 mars dernier, à la Maison centrale d'Arles où il était incarcéré. Yvan Colonna est décédé ce lundi 21 mars au soir des suites de son agression le 2 mars dernier, à la Maison centrale d'Arles où il était incarcéré.
    Yvan Colonna est décédé ce lundi 21 mars au soir des suites de son agression le 2 mars dernier, à la Maison centrale d’Arles où il était incarcéré. MINISTERE DE L’INTERIEUR – -

Justice, Faits divers, France – Monde

Publié le 21/03/2022 à 22:37 , mis à jour le 22/03/2022 à 10:22

l’essentiel

Yvan Colonna, militant indépendantiste corse reconnu coupable de l’assassinat du préfet Claude Erignac le 6 février 1998, a été agressé le 2 mars dernier par un détenu à la prison d’Arles. Dans le coma depuis, il est décédé ce lundi 21 mars.

Le détenu corse Yvan Colonna, très grièvement blessé par un autre détenu à la prison d’Arles le 2 mars dernier, et qui se trouvait depuis dans le coma, est décédé ce lundi 21 mars à Marseille. Retour en quatre points sur la mort du militant indépendantiste, reconnu coupable de l’assassinat du préfet Erignac.

Comment est-il mort ?

Yvan Colonna a été agressé, mercredi 2 mars, par un détenu condamné pour terrorisme, alors qu’il faisait de la musculation seul. Il a été victime « d’une strangulation à mains nues puis d’un étouffement », comme l’avait indiqué à l’époque le procureur de Tarascon.  »L’agresseur supposé, lui-même détenu, assurait un service d’entretien en qualité d’auxiliaire d’étage au moment des faits. » Dans le coma pendant plusieurs semaines, il est finalement décédé ce lundi.

Qui est son meurtrier présumé ?

Franck Elong Abé, un Camerounais de 36 ans détenu à la prison d’Arles pour des faits de terrorisme, est soupçonné d’être l’agresseur d’Yvan Colonna. Comme le rapporte BFMTV, celui s’est expliqué lors de sa garde à vue. Tout aurait commencé après une discussion avec le détenu corse. Les deux hommes auraient échangé sur la religion dans un local de cuisine de la prison et selon BFMTV l’indépendantiste corse aurait affirmé : « Je crache sur Dieu ».

Frank Elong Abe n’aurait pas supporté ces mots. Il aurait quitté la pièce et expliqué à un autre détenu ne plus vouloir croiser Yvan Colonna, alors même que les deux hommes avaient pour habitude de courir ensemble. « J’ai agi par amour, comme un crime passionnel. Je voulais venger Dieu », a expliqué Frank Elong Abe. « Je n’ai personne d’autre que Dieu dans ma vie. S’en prendre à Dieu, c’est sacré, cracher sur Dieu, c’est renier son caractère sacré », a-t-il confié aux policiers dans des propos rapportés par BFMTV. Il a cependant affirmé que son geste n’avait aucun caractère terroriste.

Quelles suites à cette agression ?

Dès le lendemain de l’agression, Franck Elong Abé a été entendu à Marseille par les enquêteurs de la police judiciaire, en charge de cette enquête pour « tentative d’assassinat », jusqu’à ce que le parquet antiterroriste s’en saisisse et annonce l’ouverture d’une enquête pour « tentative d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste ».

Des manifestations de soutien à Yvan Colonna ont eu lieu au fil des semaines en Corse. Des manifestations en marge desquelles des incidents, parfois violents, ont eu lieu. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin s’est alors rendu sur l’Ile-de-beauté la semaine dernière, qualifiant au passage l’agression du détenu corse de « manifestement terroriste ». Il a également annoncé, à l’occasion de cette visite, « être prêt à aller jusqu’à l’autonomie » de la Corse, avant d’assurer ce lundi sur RTL que « la Corse resterait française »

Que pourrait déclencher la mort d’Yvan Colonna ?

Dès l’agression d’Yvan Colonna, la colère s’est rapidement emparée de la Corse, où était demandé de longue date son rapprochement dans une prison de l’île. Le parti autonomiste du président du conseil exécutif de Corse Gilles Simeoni, Femu a Corsica, avait ensuite accusé l’Etat français de porter « une responsabilité majeure, accablante », dans l’agression.

Rassemblement devant le palais de justice de Bastia après l’annonce du décès d’Yvan Colonna. pic.twitter.com/Ipj9BdlrDU

— Corse-Matin \ud83d\udcf0 (@Corse_Matin) March 21, 2022

Les émeutes pourraient reprendre de plus belle, comme lors des premiers jours qui ont suivi l’agression où de violents affrontements sur le cours Napoléon et place du Diamant à Ajaccio ont eu lieu ; les manifestants scandant également  »Statu francesu assassinu! », « Etat français assassin », pour dénoncer « l’impunité de l’Etat français ». Des mobilisations où la jeunesse corse s’était également mobilisée. Un ferry avait d’ailleurs été empêché par des nationalistes d’accoster en Corse, avec plus de 250 personnes à bord.

A lire aussi : Corse : après une nuit « d’émeutes », les manifestations continuent sur l’île

Le Front de libération nationale corse (FLNC), groupe indépendantiste clandestin, pourrait d’ores et déjà appeler à reprendre les mobilisations. Des appels à manifester ont été lancés pour ce mardi 22 mars.

 

 

https://www.leparisien.fr/faits-divers/tentative-dassassinat-dyvan-colonna-sa-famille-choquee-par-la-diffusion-dimages-de-son-agression-veut-porter-plainte-18-03-2022-7LAWD5236RAYHADSATVSHCCNIQ.php

Tentative d’assassinat d’Yvan Colonna : sa famille «choquée» par la diffusion d’images de son agression, veut porter plainte

 

Plusieurs photos tirées d’une vidéo de la tentative d’assassinat de l’indépendantiste, enregistrée par une caméra de surveillance de la prison, ont été diffusées sur le site de France 3 Corse.

 

La famille d'Yvan Colonna entend porter plainte pour "violation du secret de l'instruction". Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP
La famille d’Yvan Colonna entend porter plainte pour « violation du secret de l’instruction ». Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP
 

Par Le Parisien avec AFP

Le 18 mars 2022 à 14h17

Plus de deux semaines après les faits, la famille d’Yvan Colonna s’est dite « choquée » par la diffusion jeudi soir d’images de son agression en prison sur le service public. Elle entend porter plainte pour « violation du secret de l’instruction », ont déclaré vendredi plusieurs de ses avocats. Dans le détail, dix photos tirées de la vidéo de la tentative d’assassinat enregistrée par une caméra de surveillance de la prison ont été diffusées jeudi soir sur le site de France 3 Corse.

Ces images n’étaient plus disponibles vendredi matin. Sollicité par l’AFP, France Télévisions n’a pas souhaité commenter. « La famille est choquée. Nous avons mandat de déposer plainte pour violation du secret de l’instruction et recel de cette violation auprès de la procureure de Paris », a indiqué Me Sylvain Cormier.



 

Un autre avocat d’Yvan Colonna, Me Emmanuel Mercinier-Pantalacci, a confirmé que la famille était « choquée » et que ce dépôt de plainte se ferait « sans délai ». Yvan Colonna est définitivement condamné depuis 2012 à la réclusion à perpétuité pour l’assassinat du préfet Claude Erignac en 1998.

Toujours entre la vie et la mort

Le 2 mars, à la prison d’Arles, celui qui est par ailleurs militant indépendantiste corse avait été très grièvement blessé par un détenu qui s’était acharné sur lui. Depuis, il se trouve toujours dans le coma entre la vie et la mort, dans un hôpital à Marseille. Une information judiciaire pour « tentative d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste » a été ouverte le 6 mars.

La justice a suspendu jeudi la peine d’Yvan Colonna pour « motif médical ». Cette annonce est intervenue au milieu de la visite de Gérald Darmanin en Corse qui a répété, pendant deux jours d’entretiens avec les élus corses, être prêt à mener des discussions pouvant « aller jusqu’à l’autonomie » de l’île.
 

 

https://www.lemonde.fr/politique/article/2022/03/18/interrogations-au-sein-de-france-televisions-apres-la-suppression-d-un-reportage-sur-l-agression-yvan-colonna_6118168_823448.html

Interrogations au sein de France Télévisions après la suppression d’un reportage sur l’agression d’Yvan Colonna

 

Diffusé à la fois sur France 3 Corse et France 3 Marseille, un sujet comportant des images de l’agression du militant nationaliste a été rapidement supprimé de leurs sites Internet.

Par Sandrine Cassini et Jacques Follorou

Publié le 18 mars 2022 à 18h25 – Mis à jour le 19 mars 2022 à 08h31

Autocensure de France Télévisions ou pression inavouée d’un gouvernement soucieux de ramener le calme en Corse ? C’est la question qui se pose au sein du groupe audiovisuel public depuis que la direction a ordonné, jeudi 17 mars, dans la soirée, le retrait de son site Internet de tout lien ou référence à un reportage de la rédaction de France 3 Corse sur l’agression, le 2 mars, d’Yvan Colonna, au sein de la prison d’Arles (Bouches-du-Rhône).Diffusé, jeudi, lors du journal télévisé de 19 heures, à la fois sur France 3 Corse et France 3 Marseille, le sujet, visionné par Le Monde, révèle le déroulé, images figées à l’appui, de l’attaque dont a été victime le militant nationaliste condamné pour l’assassinat, en 1998, du préfet Claude Erignac. D’une durée d’une minute et trente-six secondes, il montre Yvan Colonna entrer dans la salle de sport à 9 h 21. Moins d’une heure plus tard, à 10 h 13, Franck Elong Abé, condamné, en 2015, pour faits de djihadisme, arrive dans le couloir à hauteur de la salle. Chargé de tâches ménagères, en tant qu’auxiliaire, il entre en laissant son balai et son seau à l’extérieur.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Yvan Colonna : révélations sur les circonstances de sa violente agression en prison, une enquête ouverte pour « tentative d’assassinat »

Le nationaliste corse est alors installé, sur le ventre, le buste légèrement redressé, sur un appareil de musculation. Son agresseur referme la porte. Il se retourne et paraît vérifier par l’œilleton si des personnes se trouvent à proximité. Puis, il prend son élan et saute sur le dos de sa victime et commence, les mains encore couvertes de ses gants jaunes de ménage, à étrangler Yvan Colonna. Puis il se saisit d’un sac en plastique pour l’étouffer. L’assaillant quitte la salle à 10 h 22 en croisant un surveillant à qui il indique que le nationaliste corse vient de faire un malaise. Enfin, les images montrent Franck Elong Abé en train de reprendre ses affaires de ménage.

Famille choquée par ces images

Le gardien de prison découvre le prisonnier corse inconscient. Il est 10 h 24, moins de dix minutes après l’irruption de Franck Elong Abé qui est interpellé dans sa cellule et reconnaît avoir commis cet acte pour « venger son dieu ». Les deux enquêtes en cours – l’une, judiciaire, ouverte le 3 mars pour « tentative d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste » par le Parquet national antiterroriste, et l’autre, administrative, par l’inspection générale de la justice – permettront sans doute de faire la lumière sur l’ensemble des faits.

Le reportage prend garde de ne pas montrer d’images dégradantes de la victime. Ce scoop de France 3 Corse apporte, de plus, un élément supplémentaire à la dimension préméditée de l’acte et contredit, à certains égards, la version officielle. Devant la commission des lois de l’Assemblée nationale, mercredi 16 mars, le directeur de l’administration pénitentiaire, Laurent Ridel, a assuré que la porte de la salle de musculation où se trouvaient Yvan Colonna et Franck Elong Abé était restée ouverte, ce qui est démenti par les images de surveillance révélées par France 3 Corse.

Il vous reste 37.95% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

 

 

https://rmc.bfmtv.com/actualites/police-justice/mort-d-yvan-colonna-il-faisait-son-sport-il-ne-se-melait-de-rien-temoigne-un-ancien-codetenu_AV-202203220153.html

Mort d’Yvan Colonna: « Il faisait son sport, il ne se mêlait de rien » témoigne un ancien codétenu

 

LP
Le 22/03/2022 à 8:39

 

Après la mort d’Yvan Colonna, un ancien codétenu a contacté RMC pour témoigner ce mardi dans « Apolline Matin ». Ismaël assure que le militant indépendantiste corse, condamné à la perpétuité dans l’affaire de l’assassinat du préfet Erignac en 1998, était très discret en prison.

 

« Je suis ému qu’il soit parti parce que c’était quelqu’un de très, très gentil ». Ismaël, qui a été condamné pour vol à main armée, a contacté RMC ce mardi pour témoigner dans « Apolline Matin » après la mort d’Yvan Colonna la veille, agressé il y a trois semaines à la prison d’Arles par Franck Elong Abé, qui purgeait plusieurs peines dont une de neuf ans d’emprisonnement pour « association de malfaiteurs terroriste ». Le militant indépendantiste corse, condamné à la perpétuité dans l’affaire de l’assassinat du préfet Erignac en 1998, était incarcéré à Arles depuis 2012. Ismaël assure l’avoir côtoyé dans cette prison de 2014 à 2016.

Selon cet ancien codétenu, les explications de l’agresseur sur un « blasphème » prononcé par Yvan sont de « grosses conneries ». « Quand j’entends qu’on dit qu’il a blasphémé le prophète, ce n’est pas possible. Il faisait son sport, il ne se mêlait de rien. C’est incompréhensible, confie Ismaël à propos d’Yvan Colonna. J’ai été condamné pour vol à main armée. Je continuais à écrire à Yvan, on s’écrivait. Je ne pouvais pas demander le permis de visite parce que la directrice ne me l’aurait jamais donné. Le dernier échange, c’était il y a deux mois, quand il m’a envoyé les vœux. »

« Le problème de la prison en ce moment, c’est qu’il y a trop de psychiatriques »

Ismaël, qui ne connait pas Franck Elong Abé, estime que ce dernier « aurait dû rester à l’isolement ». « Il pouvait se trouver à la salle avec Yvan, les DPS (détenus particulièrement signalés) sont mélangés. Mais il n’aurait jamais dû s’y retrouver, il aurait dû rester à l’isolement. Le bâtiment où était Yvan, c’était un bâtiment particulier, on y met souvent des psychiatriques. Yvan était confronté à ça. C’est pour ça qu’il demandait le rapprochement en Corse depuis longtemps. Le problème de la prison en ce moment, c’est qu’il y a trop de psychiatriques. Tout est centralisé à Paris. Ils prennent des décisions qui ne correspondent pas à la réalité. Il y a une grosse responsabilité de l’administration centrale. Il y a la mort d’un homme, il faut qu’il y ait des conséquences. » Ismaël va « sûrement » se rendre aux obsèques d’Yvan Colonna.

LP

 

 

https://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20030716&article=6473340&type=ar

Un berger corse aux racines bretonnes

 

Publié le 16 juillet 2003 à 00h00

«Colonna ? Il est caché chez moi». La plaisanterie est à mettre au compte d’un adjoint au maire, agriculteur de son état.

 

��Colonna ? Il est caché chez moi». La plaisanterie est à mettre au compte d’un adjoint au maire, agriculteur de son état. Toutes les polices de France, de Corse et de Bretagne, traquent alors Yvan Colonna. Le juge antiterroriste Gilbert Thiel, qui a entre les mains le dossier de l’ARB, apprend que le tueur présumé du préfet Erignac est Breton par sa mère. Et c’est à Laz, dans le Finistère, où elle est née, que l’on cherche Yvan Colonna. L’insistance de la police et de la gendarmerie est à l’origine de cette petite provocation.

Une grande famille bretonne

A la différence de Polnareff qui a vanté le château de Laz, mais n’y a semble-t-il jamais mis les pieds, Yvan Colonna a bien une partie de ses racines dans cette petite commune de 713 âmes dont la notoriété doit autant à la complainte du chanteur qu’à une boîte de nuit à la réputation sulfureuse. Sa mère, née Cécile Marie-Louise Riou y a vu le jour en 1933. Son papa, Germain Riou et son épouse Jeanne Floc’hlay exploitent une petite ferme au lieu-dit Bigut. Le quartier, pauvre, est connu cependant pour la solidarité de ses habitants. Tout le monde parle évidemment breton. Cécile Riou à une soeur, Monique, qui vit à Paris et un frère, André, adjoint au maire de Guerlesquin (Finistère), adversaire politique acharné de Tilly. Plus au large, les Riou composent une grande famille très estimée à Laz. Parmi celle-ci, un cousin germain de Cécile, Jean-Yves Riou, exploitant agricole. Quelques personnes âgées, au bourg, ont conservé confusément des souvenirs de l’époque.

En vacances chez les grands parents

Cécile Riou épouse en 1957, à Cholet, Jean Hugues Dieudonné Colonna. Ils sont tous deux professeurs de sport. Yvan viendra parfois à Laz, pour des vacances, chez ses grands-parents. «On ne sait pas grand-chose de lui, mais ça m’a étonné son engagement, cela ne semblait pas être son genre, mais comment juger un petit enfant ?», glisse ce parent éloigné. «Il serait venu chez moi me demander l’asile, je lui aurais dit d’aller se rendre», complète-t-il. Il n’a pas vu les Colonna depuis une dizaine d’années. «La dernière fois, toute la famille est venue à Laz pour les obsèques des grands parents. C’était un couple très uni. Ils sont morts à huit jours exactement d’intervalle». Une autre fois, les Colonna se sont manifestés, par écrit, à l’occasion du décès d’une cousine.

Recherches policières

Le juge Gilbert Thiel, en Lorrain têtu, ne renonçait pas à mettre la main sur Colonna. Il n’a pas lésiné sur les moyens pour tenter de le retrouver. Laz constituait une piste improbable, mais sait-on jamais. RG, DNAT l’y ont cherché. «Certains disaient même l’avoir vu près du canal». Laz, qui a compté dans ses rangs un dynamiteur du FLB dans les années 70, n’a tendu qu’une oreille distraite à sa parenté avec Yvan Colonna. «Oui, on savait, sans plus», peut-on entendre à l’heure du café au P’Tit Bar.

 



Cyprien Luraghi a eu sa guerre, il en jouit

Cyprien Luraghi a eu sa guerre, il en jouit dans AC ! Brest

 

 



Des explications de Jacques Baud sur le conflit ukrainien

 

 

 

Entre autres, il donne des chiffres sur l’inflation des bombardements ukrainiens dans le Donbass à compter du 16 février dernier.

Le lynchage quotidien des Russes et de leur président par les médias français depuis le 24 février ne risquaient pas de me tromper, moi qui subis la même chose depuis tellement d’années… d’autant que tout comme la Russie aujourd’hui, dès que je commence à riposter, ou simplement, en ce qui me concerne, à publier des droits de réponse pour rétablir quelques vérités essentielles d’abord sur ce que je suis réellement, puisque le conflit primitif porte exclusivement sur ma biographie, ensuite sur la réalité de tous les harcèlements que je subis, jusque dans les tribunaux, où mes harceleurs font encore toujours en sorte de m’interdire de les contredire sur toutes leurs inventions calomnieuses à mon encontre, je suis accusée de les attaquer sans aucune raison, ce qui serait l’expression d’une pathologie mentale assez grave pour justifier mon assassinat en psychiatrie, ou hors psychiatrie s’il s’avère impossible de me faire interner – quand même, ils exigeaient déjà mon internement en urgence en début d’année 2009 et n’ont depuis jamais cessé de le réclamer à diverses autorités, sans aucun succès jusqu’à ce jour.

Je vois ça, donc, je vois tout de suite de quoi il retourne et me mets en quête d’autres sources d’information.

Or, en dépit de bannissements illégaux (tout comme les miens de différents sites, notamment Rue89 dès septembre 2008 et à nouveau, après réinscription presque immédiate, le 31 juillet 2009, alors que mon médecin traitant était manifestement en train de payer le fait de m’avoir attestée en bonne santé mentale), on parvient encore à trouver différentes sources confirmant cette aggravation brutale de la guerre ukrainienne contre les populations du Donbass, ayant conduit leurs représentants à demander l’aide de la Russie.

 



Guerre Ukraine-Russie : le Qatar prêt à aider l’Europe

C’est une information du 23 février 2022, soit à la veille du premier jour de guerre.

Le gentil Qatar finançait déjà le terrorisme islamiste et le NPA, il va aider l’Europe dans sa guerre contre la Russie en lui fournissant du gaz… et va devenir encore plus riche qu’il ne l’était déjà…

Nota : toute la stratégie que décrivent un certain nombre d’experts observant la situation avec toute la neutralité et le recul voulus est exactement celle de Josette Brenterch dans toutes les « guerres » qu’elle me fait depuis des lustres.

Par exemple, tout ce qu’elle fait faire par ses sbires, notamment tout ce qu’elle a fait publier par son complice Luraghi à mon sujet depuis 2010, et même ses propres commentaires publics me concernant sur les blogs de ce malade, elle s’en lave les mains : elle le disait déjà publiquement en 2010, pour elle, Luraghi est le seul responsable de tout ce qui est publié sur ses blogs, cela ne la concerne pas…

Tout le reste à l’identique, toutes proportions gardées : déjà sur les sites Rue89 et Le Post, j’étais attaquée quotidiennement par toute la meute en délire n’attendant qu’un début de réponse de ma part pour exiger mon bannissement…

Cela a toujours continué : dès que j’ai commencé à publier des droits de réponse en réponse aux campagnes de calomnies publiques monstrueuses dont j’étais victime depuis 2008, je suis devenue la « harceleuse »… et les magistrats brestois, tous corrompus, n’ont toujours retenu que ça, jetant systématiquement toutes mes plaintes portant toujours, elles, sur des faits réels… Même mes avocats, tous plus ou moins achetés, harcelés ou sous influence de la partie adverse, ont toujours plus ou moins joué ce jeu-là eux aussi.

Mais le NPA, anciennement LCR, a bien toujours eu pour mission d’infiltrer l’Etat français et de désorganiser au maximum ce pays pour le compte de la CIA, le fait est connu depuis très longtemps, c’est la même maison, dont fait aussi partie l’Eglise de Scientologie, une secte aux fonctionnements identiques à ceux du NPA (seules leurs vitrines diffèrent, parce qu’il en faut pour tous les goûts) où j’étais déjà paraît-il très connue dans les années 1990 sans y avoir jamais mis les pieds.

 

 

https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/un-monde-d-avance/le-qatar-une-alternative-au-gaz-russe_4950543.html

Le Qatar, une alternative au gaz russe ?

 

écouter (3min)

Guerre Ukraine-Russie : le Qatar prêt à aider l'Europe dans AC ! Brest
Un monde d’avance Jean-Marc Four Du lundi au vendredi à 17h26 et 19h24

La crise entre la Russie et les pays occidentaux en Ukraine a contribué à une envolée des prix du gaz, secteur où la Russie fait peser une menace sur les approvisionnements en Europe. Dans ce contexte, le Qatar est sollicité pour palier à une éventuelle perturbation des livraisons.

Article rédigé par

placeholder-36b69ec8 dans Attentats
Radio France
Publié le 23/02/2022 18:16
Temps de lecture : 2 min.
Le principal site de production du gaz naturel liquéfié (GNL) Ras Laffan Industrial City au Qatar, à 80 kilomètres de Doha, la capitale. (KARIM JAAFAR / AFP)

Le principal site de production du gaz naturel liquéfié (GNL) Ras Laffan Industrial City au Qatar, à 80 kilomètres de Doha, la capitale. (KARIM JAAFAR / AFP)

 

Après l’Afghanistan l’été dernier, où l’émirat a joué un rôle crucial dans l’évacuation des Occidentaux et des Afghans fuyant les Talibans, le Qatar est aujourd’hui appelé à la rescousse dans le volet énergétique de la crise russo-ukrainienne. Il faut savoir que cet état confetti du Golfe persique est le premier producteur et exportateur mondial de gaz liquéfié (GNL). Pour exporter partout dans le monde son GNL, il dispose d’une gigantesque flotte de méthaniers.

Effet d’aubaine, avec cette crise ukrainienne et ses conséquences sur les cours de l’énergie, l’émirat va devenir encore plus riche qu’il ne l’était déjà. Le Qatar a déjà fait savoir qu’il était prêt à aider l’Europe. Il approvisionne déjà à hauteur de 5% le marché européen, chiffre à mettre en face des 40% de part de marché de la Russie sur Vieux continent. L’émir Tamim a été reçu récemment par Joe Biden à la Maison Blanche. Ce n’est pas un hasard si le président américain a annoncé qu’il accordait au Qatar le statut officiel « d’allié majeur hors OTAN », une qualification légale que les Etats-Unis ont octroyé à seulement 17 pays dans le monde. Bref, à Washington comme dans les capitales européennes, on compte sur Doha pour jouer les sapeurs-pompiers sur le marché gazier. Mais le Qatar n’a pas de baguette magique pour régler tous les problèmes énergétiques de l’Europe.

Le gaz du Qatar : une solution d’urgence et ponctuelle

L’Émirat est déjà au maximum de ses capacités de production. Et puis surtout, il doit honorer les contrats qu’il a signés à long terme avec ses clients en Asie, notamment la Chine, le Japon et la Corée du Sud. Le marché du gaz n’est pas aussi réactif que celui du pétrole, où les pays exportateurs peuvent augmenter rapidement leur production et répondre à la demande, comme le fait régulièrement l’Arabie saoudite.

Ce qui signifie que le Qatar pourra donner un coup de pouce momentané, en réorientant une petite partie de ses livraisons de l’Asie vers l’Europe. Mais ce qui veut dire aussi que la facture énergétique risque de grimper un peu plus, alors que les consommateurs se plaignent déjà de payer cher leur consommation. La seule solution pour mettre en place un approvisionnement alternatif à la Russie serait de passer des contrats durables à long terme avec Doha ou d’autres grands pays gaziers exportateurs.

Dans ce panorama énergétique sous tension, il y a l’Iran qui partage une immense poche de gaz avec le Qatar et qui pourrait, à terme, soulager le marché mondial du gaz avec la reprise de ses exportations. Mais encore faut-il régler une autre crise inquiétante qui menace la stabilité régionale : celle du dossier nucléaire, dont l’issue se joue à Vienne en ce moment.

 



12345...100

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo