Incendie de Notre-Dame : début de l’enquête, déjà des hypothèses

L’une d’elles, révélée cette semaine par deux hebdomadaires, porte sur une installation électrique précaire qui pourrait être à l’origine d’un court-circuit.

Or, Cyprien Luraghi évoquait déjà cette installation dans un tweet du 17 avril 2019 prouvant qu’il connaissait donc bien l’état des lieux au moment où l’incendie s’est déclaré :

 

Incendie de Notre-Dame : début de l'enquête, déjà des hypothèses dans AC ! Brest wacpeS_-_bigger
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
·

17 avr.

En réponse à

@Mr_Tschaggatta
@HomereHoupette

et

@Caporal_Pancho
Il a fait ses études d’électricien au Népal, ce qui te classe un bonhomme…
Image

 

 

https://www.lexpress.fr/actualite/societe/incendie-de-notre-dame-les-hypotheses-les-defaillances-les-questions-en-suspens_2074776.html

Incendie de Notre-Dame : les hypothèses, les défaillances, les questions en suspens

 

Par LEXPRESS.fr , publié le 25/04/2019 à 10:06 , mis à jour à 13:25

 

Dix jours après l'impressionnant incendie qui a détruit en partie la cathédrale Notre-Dame de Paris, la police scientifique commence ses prélèvements et ses constatations ce jeudi.
Dix jours après l’impressionnant incendie qui a détruit en partie la cathédrale Notre-Dame de Paris, la police scientifique commence ses prélèvements et ses constatations ce jeudi.

Reuters/Benoit Tessier

 

La police scientifique commence ses prélèvements et ses constatations ce jeudi pour connaître l’origine du feu qui a ravagé la cathédrale dans la nuit du 15 au 16 avril.

 

Dix jours après l’impressionnant incendie qui a détruit en partie la cathédrale Notre-Dame de Paris, la police scientifique commence ce jeudi ses prélèvements et ses constatations dans les décombres pour identifier l’origine du sinistre. Alors que la piste accidentelle est privilégiée, plusieurs hypothèses émergent. L’Express fait le point.

  • Un dysfonctionnement des cloches électrifiées ?

La cathédrale abritait six cloches électrifiées qui auraient pu générer un court-circuit, révèlent en milieu de semaine Marianne et le Canard Enchaîné. Trois cloches avaient été installées en 2007 au-dessus de la clé de voûte du transept, et trois autres, remises en service en 2012 au moment de la rénovation des grandes cloches des beffrois, se trouvaient dans la flèche de Viollet-le-Duc, désormais disparue.

LIRE AUSSI >> Notre-Dame : comment les enquêteurs vont-ils pouvoir déterminer l’origine de l’incendie ?

« Des fils électriques courraient dans les combles, placés à la demande expresse du clergé. Au risque de court-circuit, et en infraction à tous les règlements de sécurité édictés par les architectes en chef des monuments historiques », souligne l’hebdomadaire satirique. Cette installation devait par ailleurs être provisoire mais elle est restée en place pendant sept ans.

  • Des mégots de cigarettes retrouvés

Toujours selon le Canard Enchaîné, les enquêteurs ont retrouvé sept mégots sur le site de la cathédrale. L’entreprise Le Bras Frères, qui montait l’échafaudage autour de la flèche de Notre-Dame, a reconnu mercredi que certains de ses compagnons ont fumé sur ce chantier malgré l’interdiction de le faire.

Mais pour le porte-parole de la société, Marc Eskenazi, il est « hors de question » que cette négligence soit à l’origine de l’incendie. Il a fait valoir : « Si n’importe qui a déjà essayé d’allumer un feu de cheminée, ce n’est pas en mettant un mégot sur une bûche en chêne qu’il va se passer grand chose ».

  • Les ascenseurs des échafaudages hors de cause ?

Pour assurer la titanesque campagne de travaux autour de la flèche, un échafaudage électrifié avec ascenseurs et éclairage aux néons avait été installé l’an dernier autour du toit et de son immense charpente en bois de chêne, tous deux engloutis par les flammes.

Evoquant la piste d’un feu provoqué par les moteurs électriques des ascenseurs de l’échafaudage, Marc Eskenazi de l’entreprise Le Bras Frères a souligné que ces moteurs « ne posaient aucun problème ». « De toute façon, ils sont loin de la flèche alors que ce qui est établi c’est que l’incendie a démarré à l’intérieur de l’édifice », a-t-il argué, avant d’insister : « En aucun cas, ils peuvent être responsables de l’incendie ».

  • Des « erreurs humaines » dévastatrices ?

Deux alertes incendie ont retenti le soir de l’incendie de Notre-Dame. La première à 18h20, qui a été suivie d’une levée de doute, et la seconde 20 minutes plus tard, alors que le feu était déjà en train de se propager. Selon BFMTV, qui cite une source proche de l’enquête, la personne chargée de vérifier la première alarme s’est rendue au mauvais endroit de la cathédrale pour une raison encore inconnue.

Le Canard Enchaîné assure par ailleurs que les soldats du feu n’ont été appelés que trente-cinq minutes après la première alerte incendie, contre vingt minutes annoncé officiellement. Un retard dû, d’après l’hebdomadaire, à « une série d’erreurs humaines ».

Autre défaillance mise en avant par le journal : le plan incendie, mis en place par la direction régionale des affaires culturelles, n’aurait pas été respecté. Un PC sécurité 24h/24, avec deux surveillants payés par l’Etat, aurait dû être mis en place. Or, un seul homme était présent, de 8 à 23 heures.

 

https://www.liberation.fr/checknews/2019/04/25/pourquoi-la-fumee-de-l-incendie-de-notre-dame-etait-elle-jaune_1723060

Pourquoi la fumée de l’incendie de Notre-Dame était-elle jaune ?

 

Par Fabien Leboucq et Olivier Monod 25 avril 2019 à 07:26
Paris, 16 avril 2019. Incendie à Notre Dame de Paris. Photo Yann Castanier.Hans Lucas

Une rumeur assure que la fumée jaune qui s’échappe de Notre-Dame est due à de la thermite, un mélange chimique hautement inflammable. Cette couleur s’explique pourtant par la fonte du plomb, présent dans la toiture et dans la flèche.

 

Question posée le 20/04/2019

Bonjour,

Vous êtes nombreux à nous interroger sur la fumée jaune qui s’échappait, lors de l’incendie de la charpente et de la flèche de Notre-Dame de Paris, le 15 avril. A ce sujet, un post conspirationniste relayé plusieurs milliers de fois sur Facebook, affirme que le feu de Notre-Dame «n’est évidemment pas un accident ! Rien ne peut créer un tel incendie, dans un lieu hautement surveillé, sauf un acte volontaire et délibéré. Alors, à qui profite le crime ?» Pour étayer sa thèse, il assure que ces fumées jaunes «indiquent sans hésitation, l’utilisation de thermite».

 dans Attentats

«La thermite est un mélange d’aluminium métallique et d’oxyde de fer. Sa réaction est dite « aluminothermique ». […] Cette réaction chimique génère une chaleur intense permettant d’atteindre une température de 2 204,4°C en quelques secondes», poursuit l’internaute en paraphrasant la page Wikipédia de ce mélange utilisé «le plus souvent pour souder ou faire fondre de l’acier».

Selon l’auteur, l’incendie de Notre-Dame, comme les attentats du 11 Septembre, prouvent que les «criminels qui nous gouvernent usent de tous les pires stratagèmes, les plus diaboliques, pour se maintenir au pouvoir».

Pas de thermite dans la cathédrale selon les experts

Certaines théories font en effet la part belle, pour expliquer leur effondrement, à la présence de thermite dans les tours de Manhattan. Il en irait donc de même pour l’incendie de Notre-Dame. Pascal Paillard, responsable de l’équipe «ingéniérie des matériaux et métallurgie» à l’Institut des matériaux de Nantes, confirme que la fumée produite par la combustion de thermite «pourrait être jaune». Mais cela n’étaye pas pour autant la thèse complotiste de l’incendie volontaire.

D’une part, car il n’y a pas de raison que de la thermite ait été présente sous la charpente ou dans la zone de travaux. «Je n’ai pas le souvenir de présence d’oxyde de fer [un composant possible de la thermite] dans les combles lors de ma visite», répond le professeur de mécanique à l’Université Versailles Saint-Quentin Paolo Vannucci, auteur d’un rapport sur la sécurité des cathédrales paru en 2016 et classé «Confidentiel défense», dont CheckNews vous parlait précédemment.

pixel dans Calomnie

Le porte-parole de Notre-Dame André Finot insiste à son tour : il n’y a pas de raison qu’il y ait eu de la thermite car «il n’y avait pas de soudures sur les échafaudages.» Ce que confirme à CheckNews l’entreprise en charge des travaux. Or, c’est précisément pour effectuer de soudures qu’est utilisée la thermite – «par exemple pour des rails de chemin de fer», note le chercheur Pascal Paillard.

D’autre part, la fumée jaune pourrait s’expliquer autrement que par la présence de thermite. Selon le scientifique, c’est le plomb qui a donné cette couleur à la fumée de l’incendie de Notre-Dame. «La couleur de la fumée au-dessus de Notre-Dame correspond tout à fait à une combustion de plomb», appuie Pascal Paillard. Il y en avait 250 tonnes dans la flèche, et 210 tonnes dans la toiture de Notre-Dame, selon le site internet de la cathédrale.

D’autres exemples de fumée jaune dans l’histoire

Et l’histoire semble lui donner raison. L’incendie de Notre-Dame est un événement historique mais il ne s’agit pas du premier embrasement d’une cathédrale française. «Nous avons des exemples dans l’histoire, à Chartres et Reims notamment, qui auraient pu permettre de prendre des mesures pour éviter que cela se reproduise», commente l’auteur du rapport sur la sécurité des cathédrales Paolo Vannucci.

Or, dans ces deux cas, les fumées s’échappant des lieux de culte en flammes étaient… jaunes selon les récits de l’époque. Ainsi, sur le site de la ville de Reims, on peut lire cette description de l’incendie de 1914 : «A 15 heures, un obus touche l’échafaudage en bois de pin qui depuis mai 1913 ceinturait la tour nord de la cathédrale et l’enflamme. Vers 15h30, la toiture prend feu rendant l’incendie visible de loin ce qui amène les Allemands à cesser leur tir. Mais la chaleur de l’incendie met en ébullition les 400 tonnes de feuilles de plomb qui recouvrent la toiture. Le plomb fondu se répand alors sur les voûtes et coule par les gargouilles, provoquant une spectaculaire fumée couleur jaune d’or.»

De même il est fait mention d’une «fumée épaisse, à la teinte jaunâtre, sulfureuse et plombée» lors de l’incendie de la cathédrale de Chartres de 1836 dans le livre Historique de la cathédrale de Chartres.

La thèse de Pascal Paillard, d’une fumée jaune due à la combustion de plomb, est ainsi confirmée par l’histoire.

Rumeurs contre enquête

De nombreuses théories circulent à propos de l’incendie de Notre-Dame. Certains ont cru voir une personne sur le toit pendant que le feu dévorait le toit - il s’agissait en fait d’une statue. D’autres ont assuré qu’un gilet jaune, visible sur les tours pendant l’incendie en était le responsable – mais c’était un pompier. D’autres encore se sont étonnés d’une vidéo où l’on aperçoit une personne près de la flèche, à côté de laquelle on discerne des flashs lumineux – et CheckNews a retrouvé plusieurs vidéos permettant de voir les ouvriers travailler l’après-midi du 15 avril.

La thèse de l’accident, parfois remise en cause, est pourtant «privilégiée» par le procureur de Paris. «Les combles de Notre-Dame étaient une forêt de bois sec, saturée en poussières et avec un système de tirage naturel à cause de la flèche. Je ne suis pas surpris que les pompiers n’aient pas pu circonvenir le feu. L’accès est très compliqué. C’est pourquoi nous avions préconisé l’installation d’un système d’extinction automatique en 2016», commente Paolo Vannucci. Le New York Times est du même avis, puisqu’il a produit une infographie intitulée «Pourquoi Notre-Dame était une poudrière».

A lire aussi : «Tout ce que vous avez voulu savoir sur l’incendie de Notre-Dame»

L’enquête pour «destruction involontaire par incendie» ouverte par le parquet de Paris et confiée à la Direction régionale de la police judiciaire de la préfecture de police de Paris (DRPJ) est toujours en cours, et devra permettre de déterminer comment le feu a démarré puis s’est propagé. Le parquet s’est pour l’heure refusé à commenter l’hypothèse de la thermite, ou même donner des pistes concernant l’origine de la fumée jaune.

Fabien Leboucq , Olivier Monod



Des amis de Cyrien Luraghi à Notre-Dame lors du départ de feu ?

C’est la question qui se pose assez logiquement et très légitimement après la parution de l’ensemble des informations qui suivent quand on sait que l’intéressé, qui a travaillé deux ans aux Monuments Historiques dans les années 1970, est resté très lié au conservateur du patrimoine Alain Pougetoux, à telle enseigne que ce dernier a acheté pour lui sa maison de Puy-l’Evêque au début des années 2000.

Son billet de blog du 18 avril 2019, traitant précisément ce sujet, est aussi très clair :

 

Enfer et Dame Nation

 

Autant le dire tout de suite : pas plus que la Moutche sur le rebord de la fenêtre, je n’en ai quoi que ce soit à foutre de l’incendie de la grosse église moche parisienne…

 

Notre-Dame et la Nation unies dans la même haine du pays qui l’a vu naître…

Rappelons là, d’une part, son goût prononcé pour les attaques en tous genres contre l’Etat et ses autres cibles habituelles, dont moi-même et tous mes « alliés », le jour de la Fête nationale, et d’autre part, l’attentat raté de début septembre 2016 sur l’île de la Cité alors que nous devions nous y rencontrer pour la toute première fois le 13 septembre 2016, au tribunal, selon son propre choix, à sa demande.

Cet attentat visait déjà Notre-Dame et celle de mes « alliées » contre lui qui s’y rendait tous les jours…

 

https://www.liberation.fr/checknews/2019/04/23/pourquoi-les-tours-de-notre-dame-ont-elles-ferme-plus-tot-le-jour-de-l-incendie_1722841

Pourquoi les tours de Notre-Dame ont-elles fermé plus tôt le jour de l’incendie ?

 

Par Fabien Leboucq 23 avril 2019 à 12:27

 

Une réunion du Centre des monuments nationaux (CMN) a eu lieu le soir de l’incendie dans une des tours. Le CNM assure que ce n’est pas une première, et que ça n’a rien à voir avec l’incendie.

 

Question posée par Eric le 23/04/2019

Bonjour,

Voici l’une des questions que vous nous avez posées à ce sujet : «Le lundi 15 avril 2019, au soir duquel un incendie a ravagé partiellement la cathédrale Notre-Dame, le circuit des tours était exceptionnellement fermé à 17h30. Quelle était la raison de cette fermeture ?»

Vous faites référence à la publication par le site d’extrême droite Panamza de l’article «Notre-Dame: les tours étaient « exceptionnellement » fermées». L’auteur s’appuie sur les archives de la page internet des tours de Notre-Dame de Paris. On y lit bien, en bandeau : «Le lundi 15 avril, le circuit des tours de Notre-Dame fermera exceptionnellement à 17h30», au lieu de 18h30 normalement.

A lire aussi «Tout ce que vous avez voulu savoir sur l’incendie de Notre-Dame»

Dès le 11 avril, une internaute prévenait sur Twitter de cette fermeture avancée.

Panamza ajoute que «c’est précisément durant la tranche horaire de 17h30-18h30 que le foyer du feu fut activé… Accidentellement… Ou délibérément». Esquissant l’idée que l’incendie de la cathédrale, en plus d’être intentionnel, était prémédité. Ce papier a été intégralement repris par une nébuleuse de sites à tendance conspirationnistes (Pro Fide Catholica, Wikistrike, Alter Info, etc.).

Réunion du CNM

Les archives du site de Notre-Dame retrouvées par Panamza sont authentiques. Contactée à propos de cette fermeture anticipée des tours le jour de l’incendie, la fondation qui gère la cathédrale renvoie vers le Centre des monuments nationaux (CMN), responsable des visites des tours.

Le CNM nous répond : «La fermeture du circuit des Tours de Notre Dame le lundi 15 avril à 17h30 était prévue depuis quinze jours afin d’organiser une réunion administrative avec les agents du Centre des monuments nationaux. Ces réunions sont organisées régulièrement afin d’échanger avec les personnels sur place.»

Des amis de Cyrien Luraghi à Notre-Dame lors du départ de feu ? dans AC ! Brest pixel

«La coïncidence peut paraître étrange, mais il n’y a rien de louche là-dedans, il arrive régulièrement qu’on ouvre plus tard ou qu’on ferme plus tôt l’accès au public, pour que nous puissions nous réunir, avec l’équipe du CNM, dans la salle haute normalement dévolue à l’accueil des groupes», poursuit notre interlocuteur. Selon lui, à 18h30, «tout le monde était descendu», et personne n’avait allumé de feu.

Vous nous avez aussi demandé «D’où vient la vidéo montrant un flash de lumière sur le toit de Notre-Dame avant l’incendie ?»

Comme nous vous l’expliquions dans un précédent article, une première alarme a sonné à Notre-Dame ce 15 avril, à 18h20. Puis une autre à 18h43. La première a donné lieu à une «levée de doute négative», selon les mots du parquet de Paris : l’agent se serait déplacé sans constater d’incendie, une erreur du dispositif d’alerte l’ayant envoyé à un mauvais endroit. C’est seulement 23 minutes plus tard que l’agent a constaté le départ, situé à l’angle de la flèche. Une enquête pour «destruction involontaire par incendie» a été ouverte par le parquet de Paris et confiée à la Direction régionale de la police judiciaire de la préfecture de police de Paris (DRPJ).

Fabien Leboucq

 

https://twitter.com/CyprienLuraghi/with_replies

wacpeS_-_bigger dans Attentats
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
·

17 avr.

En réponse à

@dulconte
@We_Shrubbery

et 3 autres

C’est viscéral, tu sais. Parce que des édifices sont la synthèse bâtie de tout ce que je déteste le plus au monde : la pensée magico-toxique.
wacpeS_-_bigger dans Calomnie
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
·

17 avr.

En réponse à

@dulconte
@We_Shrubbery

et 3 autres

Tous les dimanches de mon enfance, contraint et forcé d’assister à leur culte débile dans une église affreuse, plus le cathé obligatoire à l’école publique (vu que c’était en Alsace) : je sais pourquoi je les hais, ces saletés.
wacpeS_-_bigger dans Corruption
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
·

17 avr.

En réponse à

@dulconte
@We_Shrubbery

et 3 autres

Je les déteste toutes.

 

wacpeS_-_bigger dans Crime
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
·

17 avr.

En réponse à

@torrentcielle
@We_Shrubbery

et 3 autres

Je vis dans une vieille bicoque en pierre au beau milieu d’un quartier de vieilles bicoques en pierre. Je causais des monuments et particulièrement des édifices religieux, que je déteste tous ;-)
wacpeS_-_bigger dans Folie
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
·

17 avr.

En réponse à

@We_Shrubbery
@Spleenlancien2

et 2 autres

Je ne fous plus jamais les pieds dans des lieux de culte, un point c’est tout. Et je ne les trouve pas beaux : à mes yeux ils ne sont que la projection de modes de pensée qui ne sont pas miens et me sont totalement aliènes, pour tout dire.
wacpeS_-_bigger dans LCR - NPA
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
·

17 avr.

En réponse à

@We_Shrubbery
@Spleenlancien2

et 2 autres

C’est sans doute parce que pendant deux ans j’avais bossé aux monuments historiques et que ça m’avait appris une chose essentielle : c’est juste de l’usine à touristes. Et puis pendant quinze ans comme guide de voyages, j’en ai trop fréquenté par obligation, des monuments ;-)

 

wacpeS_-_bigger dans Le Post
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
·

17 avr.

En réponse à

@We_Shrubbery
@Spleenlancien2

et 2 autres

Ouais mais ça me fait quand même chier grave aussi de raquer pour des tas de pierres sans intérêt.
wacpeS_-_bigger dans Luraghi
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
·

17 avr.

En réponse à

@Caporal_Pancho
@Spleenlancien2

et

@Leonid_CCCP
Tu peux pas savoir comment ça me fait chier d’être contraint par cet État de devoir raquer pour ces tas de caillasses moches.

 

wacpeS_-_bigger dans NEMROD34
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
·

16 avr.

En réponse à

@We_Shrubbery
Je déteste les édifices religieux, quels qu’ils soient. C’est vraiment pas mon trip… Je comprends qu’il y en a à qui ça plaît, ceci dit.
wacpeS_-_bigger dans Pédophilie
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
·

16 avr.

En réponse à

@torrentcielle

et

@We_Shrubbery
Faut vraiment être malade des boyaux de la tête pour coller ce genre d’horreurs face à des petits enfants.
wacpeS_-_bigger dans Perversité
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
·

16 avr.

En réponse à

@We_Shrubbery
Saint Laurent et son grill, je me le suis farci tous les dimanches matin de mon enfance, à la messe. Il était sur un vitrail hideux au cul de l’église. C’est vraiment un truc de tarés sadiques, cette religion, sans déconner.

 

wacpeS_-_bigger dans Politique
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
·

16 avr.

En réponse à

@dulconte

et

@DocMarcel1
Ça pouvait pas tomber plus à pic : ça fait des jours que je cale grave sur le prochain billet.
wacpeS_-_bigger dans Rue89
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
·

16 avr.

En réponse à

@dulconte

et

@DocMarcel1
Je te le pique : ça fera un chouette titre pour un futur billet sur l’Icyp.

 

wacpeS_-_bigger dans Ufoscepticisme
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
·

16 avr.

En réponse à

@petaramesh
FAKE NEWS. De source sûre c’est Blondeau Georges Jacques Babylas qui a fait le coup.

 

wacpeS_-_bigger
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
·

16 avr.

En réponse à

@HomereHoupette
Je suis un gens de rien, comme me le serine le chef en chef des Français. Alors j’en ai rien à foutre de tout ça. Ces émois collectifs ne me concernent en rien. #NothingPowa #Anihilisme
wacpeS_-_bigger
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
·

16 avr.

En réponse à

@ZombieLamo
@GaelJouneau

et

@Rigobert_Rhino
Tu m’étonnes. Le vieux conservateur insistait déjà à mort pour qu’on laisse nos clopes et nos briquets au rez-de-chaussée. Y avait juste un chemin de planches au dessus du plafond de la nef.
wacpeS_-_bigger
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
·

16 avr.

En réponse à

@GaelJouneau

et

@Rigobert_Rhino
Vu de l’intérieur (dans les années 70 j’ai eu plusieurs fois l’occasion de monter là-haut dans la « forêt », vu que je bossais à la Culture), elle était pas mal du tout, la charpente de la flèche. C’était de la belle ouvrage. Par contre la déco extérieure, argh ;-)

 

 



Terrorisme : attention, 192 visites des Pays-Bas d’un coup sur Satanistique

Pic atteint ce matin à 7h00.

 

23 avr. 2019 12:00 – 24 avr. 2019 11:00

 

Graphique représentant les consultations des pages Blogger

Pages vues aujourd’hui
319
Pages vues hier
402
Pages vues le mois dernier
7 956
Historique global des pages vues
363 387
Membres

Gérer le suivi de vos propres consultations de pages

Plus »

Participants

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog

 

 

Pages vues par pays

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog
Entrée Pages vues

Pays-Bas

192

France

75

États-Unis

74

Russie

43

Allemagne

31

Autriche

26

Royaume-Uni

21

région indéterminée

17

Suisse

16

Moldavie

11

Pages vues par navigateur

Entrée Pages vues

Chrome

239 (40%)

Opera

177 (30%)

Firefox

105 (17%)

Safari

41 (7%)

Internet Explorer

21 (3%)

#Firefox

1 (<1%)

GSA

1 (<1%)
Image illustrant les navigateurs les plus populaires

Pages vues par système d’exploitation

Entrée Pages vues

Windows

339 (83%)

Macintosh

37 (9%)

iPhone

14 (3%)

Android

6 (1%)

compatible

3 (<1%)

iPad

3 (<1%)

Unknown

2 (<1%)

iPod touch

2 (<1%)

Linux

1 (<1%)

Unix

1 (<1%)
Image illustrant les plates-formes les plus populaires

 



L’Etat islamique a revendiqué les attentats de Pâques au Sri Lanka

 

 

 

Ce n’est franchement pas une surprise…

Par ailleurs, ces attentats n’ont pas été perpétrés en représailles à ceux de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, le 15 mars dernier, pas plus que les attentats du 13 novembre 2015 à Paris n’avaient été commis en représailles aux premières frappes françaises en Syrie, vu qu’en réalité ils se préparaient déjà bien avant que la France n’eut radicalement changé sa politique en la matière, au cours de l’été 2015.

Ces histoires de représailles ne sont que des prétextes, des justifications faciles fournies uniquement lorsque des évènements récents peuvent s’y prêter.

Rien de tel, par exemple, fin janvier de cette année pour le double attentat commis contre la cathédrale de l’île de Jolo aux Philippines, lequel avait déjà spécifiquement visé des Chrétiens :

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/01/29/daech-a-revendique-le-double-attentat-de-dimanche-contre-une-cathedrale-aux-philippines/

En réalité, l’EI attaque là où les conditions de sécurité le lui permettent encore sans trop de difficultés.

Quant au choix de ses cibles, il se trouve toujours en symbiose totale avec les haines exprimées par le duo de malades mentaux extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi et Jean-Marc Donnadieu.

 

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/04/23/l-organisation-djihadiste-etat-islamique-revendique-les-attentats-commis-au-sri-lanka_5453846_3210.html

L’Etat islamique diffuse une preuve de son implication dans les attentats au Sri Lanka

 

Le groupe djihadiste a diffusé une vidéo d’allégeance des kamikazes ainsi qu’un communiqué détaillé sur les attaques qui ont fait au moins 321 morts dimanche.

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 14h00, mis à jour à 20h21

Temps de Lecture 3 min.

 

Devant l’une des églises touchées par un attentat, le 22 avril 2019.

Devant l’une des églises touchées par un attentat, le 22 avril 2019. JEWEL SAMAD / AFP

 

Le groupe djihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué les attentats qui ont touché des églises et des hôtels, faisant 321 morts dimanche au Sri Lanka, rapporte, mardi 23 avril, l’organe de propagande de l’organisation, Amaaq. L’EI a diffusé une vidéo d’allégeance des kamikazes, ainsi qu’un communiqué détaillant les attaques et les noms des « combattants » qui les auraient commises :

  • des djihadistes présentés sous les noms de guerre d’Abou Oubeida, Abou Baraa et Abou Moukhtar ont perpétré les attaques contre le Cinnamon Grand Hotel, le Shangri-La et le Kingsbury.
  • trois autres combattants, Abou Hamza, Abou Khalil et Abou Mohamad ont mené, selon la même source, les attaques contre les trois églises à Colombo, Negombo et Batticaloa.
  • un septième djihadiste, Abou Abdallah, a, selon l’EI, tué trois policiers dans une attaque dans la banlieue de Colombo.

Sur une photo diffusée avec le communiqué, dont l’authenticité n’a pas été vérifiée de source indépendante, huit hommes, dont sept au visage couvert et trois portant des couteaux, posent devant le drapeau noir traditionnel de l’EI. Le seul homme au visage découvert arbore une barbe noire et porte une mitrailleuse.

Lire aussi Le djihadisme frappe les chrétiens du Sri Lanka

 

Deux frères islamistes au cœur du carnage

Quarante personnes ont été arrêtées mais des suspects sont encore en fuite, d’après le premier ministre Ranil Wickremesinghe. Le groupe local islamiste National Thowheeth Jama’ath (NTJ) est accusé par les autorités d’avoir commis les attentats au Sri Lanka, en lien avec un groupe islamiste radical indien, connu comme le Jamaat-ul-Mujahideen India (JMI).

Deux frères sri-lankais musulmans, figurant parmi les kamikazes, ont joué un rôle-clé dans ce déchaînement de violence, au cours duquel un autre attentat-suicide a échoué dans un quatrième hôtel de luxe à Colombo, ont révélé mardi des sources proches de l’enquête.

Les deux frères, dont les noms n’ont pas été révélés, d’origine aisée et fils d’un riche commerçant d’épices, avaient près de 30 ans. Selon les policiers, ces suspects, qui sont morts dans les attaques, dirigeaient une « cellule terroriste » familiale et jouaient un rôle-clé au sein du NTJ.

Lire la tribune d’Eric Paul Meyer : « Nul ne s’attendait à ce que le Sri Lanka soit visé par des attentats d’une telle ampleur »

 

Premiers éléments de l’enquête

Les premiers éléments de l’enquête montrent que les attentats de dimanche ont été commis pour riposter au carnage des mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, a déclaré mardi le vice-ministre de la défense sri-lankais. Il fait référence à l’attaque qui a fait 50 morts le 15 mars dans deux mosquées de la grande ville du sud de la Nouvelle-Zélande.

Le ministre a ajouté que le Sri Lanka bénéficiait d’une aide internationale pour l’enquête, sans autre précision. « Ces actes ignobles devront être punis. La coopération internationale contre le terrorisme exige la mobilisation de tous et elle sera au cœur de nos priorités », a déclaré Emmanuel Macron mardi, au côté du premier ministre japonais, Shinzo Abe, à l’Elysée.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Attentats au Sri Lanka : chez les chrétiens, le deuil et l’incompréhension

 

L’Organisation des Nations unies à Genève a annoncé mardi qu’au moins 45 enfants et adolescents, dont un bébé de 18 mois, ont été tués au cours de ces attentats. « Et ce chiffre pourrait encore augmenter », a ajouté un porte-parole du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), Christophe Boulierac. Lors d’une conférence de presse, il a souligné que d’autres jeunes victimes « sont blessées et luttent actuellement pour leur vie ».

 

Le personnel de sécurité monte la garde devant le sanctuaire Saint-Antoine de Colombo le 23 avril 2019, deux jours après une série d’attentats à la bombe visant des églises et des hôtels de luxe au Sri Lanka. Le 23 avril, le Sri Lanka a entamé une journée de deuil national avec trois minutes de silence en l’honneur de plus de 300 personnes tuées dans des attentats-suicides à la bombe perpétrés par un groupe islamiste local. / AFP / Jewel SAMAD

Le personnel de sécurité monte la garde devant le sanctuaire Saint-Antoine de Colombo le 23 avril 2019, deux jours après une série d’attentats à la bombe visant des églises et des hôtels de luxe au Sri Lanka. Le 23 avril, le Sri Lanka a entamé une journée de deuil national avec trois minutes de silence en l’honneur de plus de 300 personnes tuées dans des attentats-suicides à la bombe perpétrés par un groupe islamiste local. / AFP / Jewel SAMAD JEWEL SAMAD / AFP

 

Enterrements en série

Dimanche, quatre hôtels et trois églises, en pleine messe de Pâques, avaient été visés dans plusieurs endroits de l’île. A Negombo, une localité située à une trentaine de kilomètres au nord de la capitale, Colombo, 27 mineurs ont péri, et 10 autres ont été blessés lors de l’attentat à la bombe qui a visé l’église Saint-Sébastien, a rapporté l’Unicef.

A Batticaloa, sur la côte orientale de l’île, 13 mineurs ont été tués, dont un bébé de 18 mois, a ajouté l’agence, en précisant que ces 40 enfants et adolescents morts étaient tous de nationalité sri-lankaise. A Colombo, 20 enfants ont été hospitalisés, dont quatre placés en unité de soins intensifs.

Le porte-parole a par ailleurs fait savoir que cinq enfants et adolescents étrangers avaient péri dans les attentats, sans révéler leur nationalité ni le lieu où ils se trouvaient. Trois des quatre enfants du milliardaire danois Anders Holch Povlsen, qui était en vacances au Sri Lanka avec son épouse, figurent parmi les victimes, a confirmé un porte-parole de son groupe de prêt-à-porter, Bestseller.

 

Dimanche 21 avril 2019, l’intérieur de l’église Saint-Sébastien endommagée par l’explosion à Negombo, au nord de Colombo, au Sri Lanka.

Dimanche 21 avril 2019, l’intérieur de l’église Saint-Sébastien endommagée par l’explosion à Negombo, au nord de Colombo, au Sri Lanka. Chamila Karunarathne / AP

 

Le Sri Lanka a rendu mardi un hommage poignant aux 321 morts des attentats. L’île de 21 millions d’habitants est restée silencieuse durant trois minutes à 8 h 30 locales, heure de la première explosion d’un kamikaze deux jours auparavant, à l’église catholique Saint-Antoine de Colombo.

Le gouvernement a décrété une journée de deuil national. Les magasins vendant de l’alcool étaient fermés, les drapeaux en berne et les radios et télévisions devaient adapter leur programmation musicale.

Lire aussi Les attentats au Sri Lanka, les plus meurtriers contre les chrétiens depuis 1970

 



L’escroc Jean-Marc Donnadieu est bien motivé par l’argent

On le savait déjà depuis longtemps, on l’avait bien compris dès ses premières plaintes contre moi au printemps 2010.

Il vient de le réaffirmer sur Facebook aujourd’hui même :

 

 

Vu sur facebook:

Aucune description de photo disponible.
Commentaires
  • Jean-marc Donnadieu
    Jean-marc Donnadieu Ma réponse: La 9 . Parce que mourir en bonne santé avec plein de privations c’est bien ? Mourir en me disant « Bon je me suis privé d’un tas de trucs, j’ai raté pleins de choses qui font qu’on se sent vivant, je meurs mais en bonne santé. », j’y arriverais pas, je me suiciderais avant …On meurt quoi qu’il arrive, ce qu’il faut vivre c’est de la naissance à la mort inévitable, alors bien remplir ce temps et avec du pognon c’est plus simple… Ça n’empêche pas de passer une partie de ce temps à aider les autres, ou des choses comme ça, mais une vie il n’y en a qu’une et en plus il faudrait que volontairement on s’y emmerde ?

 

 

Pour mémoire, voilà ce qu’il écrivait sur le blog de son complice le malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi le 1er avril 2011, alors que le corps de leur victime Patricia Bouchon venait tout juste d’être retrouvé et qu’ils n’attendaient tous qu’une condamnation contre OVERBLOG le 8 avril 2011 (c’est finalement lui, Jean-Marc Donnadieu, qui à cette date sera condamné à verser quelques centaines d’euros à mon ancien hébergeur de blog OVERBLOG pour ses frais de justice) :

 

109692

NEMROD34 répond à 109685

Le 1 avril 2011 à 11:06 | Permalien

En plus excellente nouvelle au courrier !
D’après l’avocat c’est gagné! 22 000€ pour le NEM !
un bon vikend quoi …
Je repars en thailande dès que c’est encaissé, on va se faire une bringue d’enfer !

Bon comme je vais être absent, je signale pour certaines mononeurone qu’on est le 1er avril … ;-)

 

 



1...102103104105106...291

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo