Pédocriminalité : la France toujours au top… et aux taupes…

Et d’une autre !

 

Rappel :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/07/03/encrochat-la-france-plateforme-mondiale-du-crime-organise/

 

Le trafiquant de drogue, pédophile et cybercriminel notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi de Puy-l’Evêque, qui va régulièrement en Gironde, où résident plusieurs de ses proches ou amis, va encore dire que les réseaux pédophiles n’existent pas…

Même chose pour tous les « déconnologues » de sa bande de criminels divers et variés.

Même avec leur caca sous le nez, ils continuent à nier…

 

 

https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/07/13/interpellation-en-gironde-d-un-pedocriminel-presume-l-une-des-dix-cibles-prioritaires-mondiales_6046087_3224.html

Un pédocriminel présumé, « l’une des dix cibles prioritaires mondiales » de la justice, arrêté en Gironde

 

Le parquet de Bordeaux a annoncé l’arrestation d’un homme soupçonné d’avoir hébergé des contenus pédopornographiques sur plusieurs sites Internet.

Par Juliette Bénézit Publié aujourd’hui à 16h46, mis à jour à 19h59

 

Un homme de 40 ans, recherché depuis plusieurs années par les services de police français et internationaux spécialisés dans la lutte contre la pédopornographie, a été arrêté, mardi 7 juillet, en Gironde, à la suite des investigations de l’Office central pour les répressions des violences aux personnes (OCRVP) et d’Europol, a annoncé, lundi 13 juillet, la procureure de la République de Bordeaux, Frédérique Porterie, dans un communiqué.

Considéré comme l’« une des dix cibles prioritaires mondiales », ce Français, en couple et père de famille, officiait depuis 2014 sur le dark Net, une partie du Web qui n’est pas indexée par les moteurs de recherche et n’est accessible que par certains réseaux informatiques anonymisés, comme Tor.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Comment les policiers traquent les pédophiles sur le dark Net

Les activités de cet homme, qui utilisait alors différents pseudonymes et s’exprimait en anglais, ont été repérées, dès 2014, par les policiers de l’OCRVP, spécialisés dans la lutte contre les réseaux pédopornographiques internationaux du dark Net, et qui travaillent en collaboration avec Europol.

Ces derniers l’identifient alors comme étant l’administrateur de plates-formes numériques, qui fonctionnent comme des sites de streaming, sur lesquelles sont postées des photographies et des vidéos à caractère pédopornographique, consultées et échangées par des internautes du monde entier. Les policiers le soupçonnent également de réaliser lui-même ce type de contenus, qu’il poste alors sur le site en question.

L’homme a reconnu les faits

Au départ, si les policiers le gardent sous surveillance, ils ignorent tout de cet homme : sa nationalité, son âge, son lieu de résidence, sa situation personnelle et professionnelle. « Tout est intraçable sur le dark Net, il est donc très difficile de procéder à l’identification précise des personnes qui l’utilisent », commente Eric Bérot, commissaire divisionnaire et chef de l’OCRVP.

Après une lente approche, un policier, en ayant recours à la méthode de la cyberinfiltration, parvient finalement à entrer en contact avec le suspect. S’ensuivent plusieurs semaines d’échanges avant de parvenir à son identification, via son adresse IP, et à son interpellation, le 7 juillet, à son domicile situé en Gironde, dans une zone rurale à une trentaine de kilomètres à l’est de Bordeaux.

Lors de sa garde à vue, l’homme, inconnu des services de police, a reconnu les faits. D’après les premiers éléments de l’enquête, il s’agit d’une personne au profil « classique », le rendant « insoupçonnable » pour son entourage, rapporte une source proche de l’enquête. « Il s’agit d’un homme en couple, père de plusieurs enfants, qui a un travail. Il fait partie d’une famille de classe moyenne totalement lambda, résume cette même source. En réalité, il s’agit d’un profil assez classique dans ce type d’enquête : des M. Tout-le-Monde, dont l’épouse ignore tout, jusqu’aux agissements opérés sur leurs propres enfants, comme c’est le cas en l’espèce. »

A son domicile, du matériel informatique a été saisi. « Il faut être un minimum doué avec l’informatique pour administrer de tels sites sur le dark Net et surtout pour parvenir à ne pas être identifié pendant six ans », ajoute cette source proche du dossier.

Jeudi 9 juillet, à la suite de sa garde à vue, une information judiciaire a été ouverte. L’homme a été mis en examen pour « diffusion en bande organisée de l’image d’un mineur présentant un caractère pornographique en utilisant un réseau de communications électroniques », « détention et enregistrement de l’image d’un mineur présentant un caractère pornographique », « viols incestueux commis sur un mineur par un ascendant », et enfin « agressions sexuelles incestueuses sur un mineur de 15 ans par un ascendant ». Il a été placé en détention provisoire.

Juliette Bénézit

 



Faites surveiller le téléphone portable de qui vous voulez…

Voilà le commentaire que je viens de trouver sur Satanistique :

 

http://satanistique.blogspot.com/2019/10/affaire-robert-boulin-le-dossier-nest.html

1 commentaire:

Faites surveiller le téléphone portable de qui vous voulez... dans AC ! Brest

Bonjour les gars, contactez deadlyhacker01@gmail.com ou Whatsapp: +1 3478577580 si vous avez besoin d’embaucher un vrai pirate pour surveiller à distance le téléphone portable de votre conjoint

RépondreSupprimer

 

Je rappelle ici que l’intégralité des lignes de mes proches comme les miennes sont toutes illégalement surveillées depuis au moins douze ans par la bande de cybercriminels du trafiquant de drogue et pédophile notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi sans que les magistrats brestois n’y aient jamais vu le moindre inconvénient… quoiqu’ils soient bien au courant de toutes les réalités de la situation…

Le « vrai pirate » en chef appelle depuis 2012 l’actuelle doyenne des juges d’instruction de Brest par son petit nom : Céline… ils sont intimes… ils s’adorent… surtout quand il s’agit de violer à tout va…



Que se passe-t-il avec les féminicides ?

De manière inattendue, un de mes articles de l’année dernière sur les féminicides connaît aujourd’hui un vif succès, c’est celui-ci, du 10 avril 2019 :

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/04/10/feminicides-en-hausse-en-2019-les-plaintes-des-futures-victimes-toujours-vaines/

Que se passe-t-il donc avec les féminicides ou les contenus de cet article ?

La criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest aurait-elle recommencé à agiter ses histoires de rentes, de rentiers et de millions ?

Puisque par ailleurs nous n’avons plus aucune nouvelle de l’affaire brestoise dite « Masson » depuis la même époque exactement, je précise que cette femme est très copine avec Jean-Luc Polard, l’autre mis en examen dans cette affaire, à tel point que je les soupçonne d’avoir acheté Alain Masson avec les surplus d’indemnités qu’il lui est actuellement reproché d’avoir perçus de manière indue durant plusieurs années, afin d’en obtenir son aval pour tout un tas de leurs saloperies à mon encontre ou contre ma famille, car par ici, rien ne se fait sans lui, patron franc-mac oblige…

 

10 juil. 2020 17:00 – 11 juil. 2020 16:00

 

Articles

Pages

Entrée Pages vues
1
1
1

 

 

https://actu.fr/bretagne/brest_29019/les-deux-ex-elus-brest-alain-masson-jean-luc-polard-ont-ete-mis-examen_22847462.html

Les deux ex-élus de Brest, Alain Masson et Jean-Luc Polard, ont été mis en examen

 

Alain Masson et Jean-Luc Polard, les deux adjoints au maire de Brest et vice-présidents de la métropole qui avaient démissionné, ont été mis en examen par le juge d’instruction.

 

Publié le 10 Avr 19 à 12:03
Alain Masson et Jean-Luc Polard, les deux ex-élus de la majorité municipale à Brest, ont été mis en examen
Alain Masson et Jean-Luc Polard, les deux ex-élus de la majorité municipale à Brest, ont été mis en examen (© Côté Brest).

 

 

Alain Masson et Jean-Luc Polard ont été déférés devant le parquet de Brest mardi soir, 9 avril 2019. Le juge d’instruction a mis en examen les deux ex-élus de la majorité municipale, le premier pour abus de confiance, le second pour complicité d’abus de confiance. C’est ce qu’a indiqué, mercredi matin, 10 avril, Jean-Philippe Récappé, procureur de la République.

Les deux hommes ont été placés sous contrôle judiciaire. Ceci dans le cadre de la potentielle affaire de fraude fiscale concernant l’association Vivre à Brest, qui gérait, notamment, le système de redistribution des indemnités des élus sociales (elle n’existe plus depuis janvier 2018).

Lire aussi : Finistère. Le maire de Brest, François Cuillandre, se sent trahi

Président de l’association

Lors de son audition, vendredi 16 novembre 2018, dans le cadre de l’enquête préliminaire ouverte par la police judiciaire sur d’éventuels détournements de fonds publics au sein de l’association, Alain Masson, alors deuxième adjoint au maire de Brest chargé du patrimoine et des élections, premier vice-président de la métropole chargé des grands projets, de l’énergie, du plan climat, aurait reconnu que ses indemnités (4400 euros par mois) n’étaient pas versées à l’association dont il était le président, et qu’il percevait, par ailleurs, une indemnité mensuelle supplémentaire de 3470 euros versée par Vivre à Brest.
Alain Masson avait démissionné de ses fonctions mercredi 21 novembre.

Lire aussi : Finistère. Alain Masson démissionne du conseil municipal de Brest

Trésorier de l’association

Jean-Luc Polard, alors adjoint au maire chargé de la participation des habitants, du domaine communal, du commerce, des halles et marchés, et vice-président de Brest métropole chargé des services à la population, avait, lui également, été entendu par les policiers, dans le cadre de cette enquête, en sa qualité de trésorier de l’association.
Il avait démissionné vendredi 23 novembre.

Lire aussi : Finistère. Jean-Luc Polard démissionne à son tour du conseil municipal de Brest

Le maire auditionné

Les deux ex-élus ont été mis en examen le soir même de l’audition du maire de Brest et président de la métropole, François Cuillandre, sous le régime de la garde à vue qui lui avait été signifiée dès son arrivée au commissariat de police, mardi matin, 9 avril, dans le cadre de cette affaire. Garde à vue qui avait été levée en fin d’après-midi.

L’élu n’avait pas été présenté au juge d’instruction à l’issue de son audition et avait pu regagner son bureau à l’hôtel de métropole.

Lire aussi : François Cuillandre, maire de Brest, placé en garde à vue pour être auditionné par la police judiciaire

 

 



Le faux sceptique Patrice Seray continue à s’exciter sur Satanistique

Il a encore demandé la suppression de ce blog à Google au début du mois, toujours sans aucun succès (voir ci-dessous).

On rappelle que ce très bon ami et complice de mes harceleurs de la bande du trafiquant de drogue, pédophile et cybercriminel notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi, qui viole avec eux l’intimité de ma vie privée sans aucun scrupule et affirme tout comme eux mensongèrement que je serais une malade mentale qui s’inventerait une vie qu’elle n’aurait pas eue sous couvert d’anonymat sur Internet, etc, etc, etc… et toutes leurs autres inventions calomnieuses à mon encontre, s’est empressé d’aller porter plainte contre moi le 10 février dernier alors que j’avais publié la veille l’article suivant, contenant une pièce venue à cette date compléter toutes celles déjà publiées par le passé à propos de ma profession, qui a bien toujours été celle d’ingénieur informaticien, contrairement à ce qu’il prétend mensongèrement à mon sujet :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/02/09/pourquoi-helene-sergent-de-20minutes-fr-sacharne-sur-la-femme-ingenieur-que-je-suis/

Egalement, je rappelle avoir ouvert mes blogs actuels à compter du 19 mars 2014 après avoir été bannie du forum de ses amis les Sataniques Sceptiques du Québec pour y avoir précisé dans ma bio que j’étais ingénieur :

http://petitcoucou.unblog.fr/2014/03/19/les-sceptiques-du-quebec-bannissent-les-ingenieurs-de-leur-forum/

Ils veulent tous m’interdire de m’exprimer publiquement sur ma profession et ma propre histoire, m’interdire même tout commentaire anonyme anodin sur quoi que ce soit, car dès que je m’exprime, c’est l’ensemble des innombrables personnes auprès desquelles ils diffusent tous les produits de leurs viols de l’intimité de ma vie privée avec leurs montagnes de calomnies à mon encontre qui peuvent assez rapidement s’apercevoir du fait que je ne suis pas du tout la personne qu’ils prétendent.

Le soi-disant « sceptique » Jean-Marc Donnadieu m’avait déjà à plusieurs reprises menacée de plaintes, procédures ou dénonciations uniquement pour avoir publiquement précisé que j’étais ingénieur informaticien.

Son complice Patrice Seray l’a donc fait sans aucun complexe au mois de février dernier.

Il a depuis recommencé au moins une fois, car bien entendu il ne supporte pas davantage que je puisse publier quoi que ce soit sur ses exactions à mon encontre.

 

Magnify Visitor

 

Visitor Analysis & System Spec

URL d’origine :
Host Name: Navigateur : Chrome 83.0
Adresse IP : OS/Platform: Chrome OS/Desktop
Emplacement : Bengaluru, Karnataka, India Résolution : 1536×864
Visites récurrentes : 0 Javascript : Enabled
Durée de la visite : 2 seconds FAI : Tata Sky Broadband Private Limited

Navigation Path

Date Heure Page web
3 Jul 04:54:14
3 Jul 04:54:15
3 Jul 04:54:16

 

Satanistique.blogspot.fr

Magnify Visitor

 

Visitor Analysis & System Spec

URL d’origine :
Host Name: Navigateur : Firefox 77.0
Adresse IP :  — Patrice Seray OS/Platform: Win10/Desktop
Emplacement : Arbusigny, Rhone-Alpes, France Résolution : 1920×1080
Visites récurrentes : 0 Javascript : Enabled
Durée de la visite : Multiple visits spread over more than one day FAI : Sfr

Navigation Path

Date Heure Page web
https://www.google.com/ (Keywords Unavailable)
13 Jun 15:27:21
15 Jun 18:51:57
15 Jun 18:52:11
https://www.google.com/ (Keywords Unavailable)
15 Jun 19:32:18
16 Jun 19:15:01
https://www.google.com/ (Keywords Unavailable)
2 Jul 16:28:00
2 Jul 16:32:58
2 Jul 16:33:50
2 Jul 16:33:55

 

 



EncroChat : la France plateforme mondiale du crime organisé

C’est quand même la première information à retenir du démantèlement qui vient d’être annoncé !

Depuis le temps qu’on le disait – moi, en tout cas…

Il n’est même pas certain que toutes les promesses de résolution d’affaires criminelles qui résultent de ce démantèlement soient effectivement tenues en France tant ici le nombre de magistrats eux-mêmes impliqués dans le crime organisé est important.

A noter : mes harceleurs de la bande du trafiquant de drogue, pédophile et cybercriminel notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi de Puy-l’Evêque utilisent depuis le début le même serveur lillois OVH que le réseau criminel Encrochat, probablement pour y stocker des tas d’informations volées sur mon compte, par exemple les produits de tous les piratages informatiques dont je suis victime depuis 2008 – je m’en suis rendu compte très tôt, dans les premières années du harcèlement.

 

https://www.lavoixdunord.fr/772837/article/2020-07-02/une-plateforme-criminelle-mondiale-hebergee-dans-la-metropole-lilloise-ete

EncroChat: une plateforme criminelle mondiale hébergée dans la métropole lilloise démantelée

 

La procureure de Lille Carole Étienne pilotait ce jeudi midi, à La Haye, la présentation du démantèlement d’EncroChat, réseau criminel de communication crypté. L’enquête désormais commune avec les Pays-Bas, a dévoilé trafics d’armes, de drogue et projets d’assassinats.

Chantal David (Avec Arnaud Dufresne) | 02/07/2020

La procureure de Lille Carole Etienne pilotait ce jeudi à La Haye la présentation d’une enquête qui a démantelé EncroChat, plateforme utilisée à des fins criminelles.

La procureure de Lille Carole Etienne pilotait ce jeudi à La Haye la présentation d’une enquête qui a démantelé EncroChat, plateforme utilisée à des fins criminelles.

Le 13 juin, EncroChat conseille à ses clients de jeter leurs téléphones cryptés, signalant qu’une intrusion a été constatée sur la plateforme. Effectivement… La conférence, ce jeudi midi, à La Haye, permet de mesurer l’ampleur des moyens déployés, tant en France qu’aux Pays-Bas qui, depuis le 10 avril, font enquête commune, sous l’égide d’Eurojust, avec le concours d’Europol. Il sera dit lors de cette présentation que vingt millions de messages peuvent être écoutés en temps réel. « C’est comme si les criminels discutaient directement devant nous », a expliqué Jannine Van den Berg, chef de la police néerlandaise.

Des téléphones cryptés à Lille dès 2018

L’enquête a été initiée et demeure supervisée à Lille. Pas seulement parce qu’EncroChat utilisait OVH, serveur dans la métropole lilloise. Dès novembre 2018, les magistrats de la Juridiction interrégionale spécialisée s’intéressent au fait que, dans leurs perquisitions, sont régulièrement saisis des téléphones cryptés sophistiqués. Ils travailleront en lien avec les gendarmes du Centre de lutte contre la criminalité numérique. « L’exploitation des données confirme des affaires de très grande envergure », indiquera Carole Etienne, ce jeudi à La Haye. La procureure de Lille évoque « plus d’une centaine d’actions criminelles identifiées et plusieurs centaines de téléphones actifs en France, de nombreux projets déjoués à l’échelle européenne »…

Aux Pays-Bas, une centaine de personnes viennent d’être arrêtées, dix-neuf laboratoires de drogue de synthèse démantelés sans compter la saisie de 8 000 kilos de cocaïne, de 1 200 kilos de métamphétamine ainsi que des dizaines d’armes à feu automatiques, vingt millions d’euros en espèces, des voitures et des montres de luxe…

Le système avait été vendu aux criminels comme intraçable, indétectable, avec effacement des messages, immédiat et à distance. Les téléphones modifiés – Blackberry ou appareils Androïd – s’achetaient 1 000 euros pièce, avec abonnement mondial à 1 500 euros pour six mois. En 2020, plus de 50 000 téléphones EncroChat étaient actifs dans le monde.

Les données saisies permettent désormais d’alimenter de multiples enquêtes en cours et d’en déclencher de nouvelles. Une véritable onde de choc dans la lutte contre la criminalité.

Dix kilos d’héroïne saisis par la PJ grâce à EncroChat

 

EncroChat : la France plateforme mondiale du crime organisé dans Attentats

Le jour même de l’annonce à La Haye du démantèlement du réseau crypté EncroChat, utilisé par le crime organisé (lire ci-dessus), la PJ de Lille annonce une application concrète de l’exploitation des données EncroChat par la police : la saisie de 10 kg d’héroïne, destinés à la métropole lilloise.L’affaire débute en avril, par des informations provenant du décryptage par les forces de l’ordre de messages EncroChat, évoquant des transferts de drogue dans la métropole lilloise. L’antenne Ofast de lutte contre les stupéfiants de la PJ est saisie, avec la BRI et le GIR. Après plusieurs semaines de travail, les enquêteurs identifient une équipe de malfaiteurs lillois, important de la drogue des Pays-Bas pour la revendre sur la métropole lilloise.

Dans la nuit de lundi à mardi de cette semaine, les policiers passent à l’action et interceptent une voiture revenant des Pays-Bas, avec deux occupants à bord. En même temps, quatre autres suspects sont interpellés, dont un dans le Sud de la France par les PJ de Montpellier et de Marseille.

20 000 euros et deux armes de poing

Au total, les perquisitions permettent de retrouver 10 kg d’héroïne, 700 g de cocaïne, 130 g de cannabis, 90 g de méthamphétamines, ainsi que du matériel de conditionnement. L’ensemble devait être revendu dans la métropole lilloise, en semi-gros. Les policiers ont aussi saisi 20 000 euros, deux armes de poing, et cinq véhicules appartenant à l’organisation.

Ce jeudi, trois suspects étaient encore en garde à vue à la PJ de Lille. Ils doivent être présentés à un magistrat vendredi.

A.D.



12345...64

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo