Astro Zombie et Rue89 : le divorce est prononcé

Le riverain Astro Zombie n’est plus, le titulaire de ce compte a déménagé et quitté Rue89 le 16 novembre 2015 à 22h33 :

 

http://api.riverains.rue89.nouvelobs.com/demenage-le-16-11-2015-223346

A déménagé le : 16-11-2015 à 22:33:46

A déménagé le : 16-11-2015 à 22:33:46

150
selectionnés
14 612
publiés
0
en moyenne

200980

A déménagé le : 16-11-2015 à 22:33:46 ne souhaite pas rendre public son fil d’activité

 

Il semblerait qu’il n’ait pas supporté qu’un autre riverain puisse lui rappeler certaines de ses sympathies sous cet article publié le dimanche 15 novembre 2015 :

 

http://rue89.nouvelobs.com/2015/11/15/comment-parler-attentats-paris-eleves-profs-racontent-262102

Comment parler des attentats de Paris aux élèves ? Des profs témoignent

Dans les classes, la même interrogation qu’en janvier, après Charlie Hebdo : comment répondre aux questions des élèves après les attentats de vendredi ? Témoignages.

Par Emilie Brouze Journaliste. Publié le 15/11/2015 à 19h33
20 584 visites 171 réactions   3

 

 

Publié le 16/11/2015 à 06h34
Astro Zombie et Rue89 : le divorce est prononcé dans Attentats langfr-225px-flag_of_germany.svg_

Percy E. Schramm

Historien du Führer

J’aimerais bien savoir comment les profs-riverains en parlent. Y’en a un ici, il a du mal à cacher une certaine sympathie pour ces gens pleins de haine. Un peu comme les terroristes de la RAF avaient de la sympathie pour les terroristes palestiniens. L’islamo-gauchisme quoi…
Mais il parait que le responsable, c’est internet : faut dire ça aux élèves. C’est internet qui créé le radicalisme, les requins, les corbeaux. Le tout avec la complicité des milliardaires alliés du FN. Affligeant.

7 réponses
Publié le 16/11/2015 à 09h22
chatnbr dans Crime

Saucy Allister

Hangin’ out.
répond à Percy E. Schramm

Je ne vois aucun prof riverain afficher de la « sympathie » pour ces assassins, vous racontez n’importe quoi. Par contre il est régulièrement démontrable qu’un riverain affiche sa sympathie pour le nazisme, aussi la notion d’affliction est fort variable.

2 réponses
Publié le 16/11/2015 à 09h32
chat_graouuu dans Folie

Herbert.Gédéon.Glutzenbaum

Qui prend comme pseudo le nom d’un nazi est nazi,
répond à Saucy Allister

Il faut croire qu’afficher ses sympathies pour le régime nazi n’est pas hors charte, détail amusant, il est topé par vermicelle, celui qui défend Israël bec et ongles…
Alors, plutôt que d’islamo-gauchisme, on pourrait parler de nazionisme…

1 réponse
Publié le 16/11/2015 à 11h01
chatnbr dans LCR - NPA

Saucy Allister

Hangin’ out.
répond à Herbert.Gédéon.Glutzenbaum

C’est l’internazionale pour eux, en ce moment.

Publié le 16/11/2015 à 13h27
oskar dans Luraghi

Max Schultz

génocidaire
répond à Saucy Allister

Tu sais où il s’alimente en calomnies immondes, hein…

1 réponse
Publié le 16/11/2015 à 16h09
chatnbr dans NEMROD34

Saucy Allister

Hangin’ out.
répond à Max Schultz

Ok, je vois.

1 réponse
Publié le 16/11/2015 à 16h12
oskar dans Perversité

Max Schultz

génocidaire
répond à Saucy Allister

Capito ? Et il n’est pas le seul à le faire. Ça te classe un bohomme, ça. Mais : patience. Tout vient à temps, toujours.

1 réponse
Publié le 16/11/2015 à 20h00
chatnbr dans Politique

Saucy Allister

Hangin’ out.
répond à Max Schultz

Dans le Trône de fer (je sais que tu lis/regardes pas, mais ça me fait penser à ça avant tout ;)), les corbeaux servent à s’envoyer des messages, parfois fort utiles.
Sur Internet, ils surpassent nettement ceux de la vie réelle, il leur suffit d’un clavier, quelques lettres et un clic pour envoyer des saloperies…
L’oiseau en lui même s’en sort encore pas trop mal.

Publié le 16/11/2015 à 09h22
default_avatar_0 dans Rue89

Abrasax

tout doux
répond à Percy E. Schramm

Il y a quand même quelque chose de rassurant : ce n’est pas vous qui allez devoir parler aux élèves.

Publié le 16/11/2015 à 09h43
autist-reading2_59

Philippe Putain

IL FAUT DES TROTSKISTES !
répond à Percy E. Schramm

« Y’en a un ici [...] Un peu comme les terroristes de la RAF »

Quel sens de la mesure, monsieur l’admirateur inconditionnel d’adolf hitler et du troisième reich.

1 réponse
Publié le 16/11/2015 à 09h50
langfr-225px-flag_of_germany.svg_

Percy E. Schramm

Historien du Führer
répond à Philippe Putain

Ne niez donc pas les amitiés de l’extrême-gauche avec le terrorisme palestinien. Les bonnes âmes de gauche sont d’ailleurs bien gênées aux entournures depuis quelques mois, elles qui nous disent que le danger est dans le tête des droitards, qui rigolaient sur la menace islamiste venue de Syrie (je peux presque citer au mot près les propos d’un de vous ici, il y a quelques mois : « alors, ils sont où vos terroristes qui vont faire des attentats chaque jour en France ? »). C’était avant janvier 2015 et une année noire en matière de terrorisme et de morts en France.
La France est en guerre, et ce n’est pas nouveau. Depuis 20 ans (rappelez-vous de Khaled Kelkal et du vol Air France Paris-Alger). Continuez donc à souhaiter des bisous, de la solidarité et du vivre-ensemble, vous n’aurez malheureusement pas fini de compter les morts.

Publié le 16/11/2015 à 09h50

Tina.

Tout va bien
répond à Percy E. Schramm

« Ne niez donc pas les amitiés de l’extrême-gauche avec le terrorisme palestinien. »

Dixit le nazi qui déteste autant staline que hitler mais qui affiche hitler quand même…

Merci rue89 !

Publié le 16/11/2015 à 10h12
autist-reading2_59

Philippe Putain

IL FAUT DES TROTSKISTES !
répond à Percy E. Schramm

Ne niez pas que vous venez de traiter un prof de terroriste de la RAF.
Et vous mélangez malhonnêtement le terrorisme palestinien avec des kelkal et des daesh qui n’ont rien à voir.avec.
Normal, venant d’un suppôt du nazisme.
Quant à la France, elle est en guerre parce que elle a déclaré la guerre, et vous êtes pour que cette guerre qui fait des victimes innocentes dans le pays ennemi comme dans le nôtre, ben on la continue, alors ne venez pas faire semblant de pleurer que c’est la guerre.

1 réponse
Publié le 16/11/2015 à 10h14
langfr-225px-flag_of_germany.svg_

Percy E. Schramm

Historien du Führer
répond à Philippe Putain

« Et vous mélangez malhonnêtement le terrorisme palestinien avec des kelkal et des daesh qui n’ont rien à voir.avec. »
Ah bon ? Alors l’attaque du musée juif, l’attaque du magasin casher, tout ça n’a rien à voir avec Israël ?
Et ne faites pas semblant de ne pas comprendre. La RAF n’existe plus depuis longtemps, personne ne peut désormais sérieusement s’en revendiquer. Je souligne juste que l’extrême-gauche semble condamner assez mollement le terrorisme quand il est lié aux petits Palestiniens, et que tout ce qui s’oppose au grand méchant Capitalisme américano-européen ne peut pas être objectivement vu comme forcément nuisible.

1 réponse
Publié le 16/11/2015 à 11h06
autist-reading2_59

Philippe Putain

IL FAUT DES TROTSKISTES !
répond à Percy E. Schramm

« Alors l’attaque du musée juif, l’attaque du magasin casher, tout ça n’a rien à voir avec Israël ? »

Ben non, c’est antisémite.

Rien à voir avec israel qui compte des citoyens arabes, chrétiens et athées et ne se confond pas avec la communauté juive en france.
Et effectivement, la gauche ne condamne pas plusse le terrorisme des palestiniens que celui des Résistants, tout le contraire de vous.
Mais sinon, c’est bien pour semer la terreur que vous soutenez que l’on continue d’envoyer des missiles sur le populations, comme quoi vous aussi ne dénoncez que le terrorisme qui vous parait illégitime.
Mais contrairement à la gauche, vous ne vous contentez pas de ne pas condamner le pilonnage à la bombe qui vous parait légitime, vous le soutenez carrément et prônez le semage de morts comme solution à tout, comme un vulgaire daeshien.

1 réponse
Publié le 16/11/2015 à 12h27
chat_graouuu

Herbert.Gédéon.Glutzenbaum

Qui prend comme pseudo le nom d’un nazi est nazi,
répond à Philippe Putain

Tu remarqueras qu’il tout et son contraire, sauf son admiration pour le régime nazi.
Et il est bien vu.

2 réponses
Publié le 16/11/2015 à 13h06
france

Hari-Seldon

On croit mourir pour la patrie, on meurt pour des industriels »
répond à Herbert.Gédéon.Glutzenbaum
raf

Moi, ce que je n’ai pas compris, c’est ce que vient faire la RAF ici ; -)

1 réponse
Publié le 16/11/2015 à 13h09
chat_graouuu

Herbert.Gédéon.Glutzenbaum

Qui prend comme pseudo le nom d’un nazi est nazi,
répond à Hari-Seldon

C’est des méchants, ils ont bombardé sans raison les potes de l’officier nazi.

Publié le 16/11/2015 à 16h04
chat_graouuu

Herbert.Gédéon.Glutzenbaum

Qui prend comme pseudo le nom d’un nazi est nazi,
répond à Herbert.Gédéon.Glutzenbaum

Qu’il nie tout, sauf son admiration pour le régime nazi. Vous aviez rectifié.

Publié le 16/11/2015 à 15h03
default_avatar_0

Enthalpy

Courbe des bananes
répond à Percy E. Schramm

« je peux presque citer au mot près les propos d’un de vous ici, il y a quelques mois : “ alors, ils sont où vos terroristes qui vont faire des attentats chaque jour en France ?”). “

Qu’est ce qui vous gène ?
Il y en a chaque jours des attentats en France ?

1 réponse
Publié le 16/11/2015 à 15h10
langfr-225px-flag_of_germany.svg_

Percy E. Schramm

Historien du Führer
répond à Enthalpy

Au rythme de l’année 2015, c’est déjà beaucoup trop, ceux qui ironisaient et raillaient grassement sur le danger islamiste en sont pour leur frais.

2 réponses
Publié le 16/11/2015 à 15h18
default_avatar_0

Enthalpy

Courbe des bananes
répond à Percy E. Schramm

Vous êtes tellement fanatisé que vous ne vous rendez même plus compte du ridicule de nier une réalité que tout le monde peut constater : il n’y a pas d’attentats tous les jours en France.

Les xénophobes de tous pays sont des alliés objectifs.

2 réponses
Publié le 16/11/2015 à 15h21
langfr-225px-flag_of_germany.svg_

Percy E. Schramm

Historien du Führer
répond à Enthalpy

« il n’y a pas d’attentats tous les jours en France. »
Ouf alors, tout va bien ! Seulement deux séries d’attentats avec moins de 200 morts par an. C’est bon, ce n’est pas grave… (ironie hein !).

1 réponse
Publié le 16/11/2015 à 22h33
default_avatar_0

Abrasax

tout doux
répond à Percy E. Schramm

Mais donc, du haut de vos ironiques commentaires, vous avez certainement des choses vraies à dires, que vous ne pouvez dire, vu votre ironie.

Regrettable, cette ironie, qui masque vos propos profonds !

Faut être un type tordu, pour faire de l’ironie, là, maintenant, aujourd’hui.
Tordu, et malade.

Publié le 17/11/2015 à 05h43
default_avatar_0

Politburo

répond à Enthalpy
r89

Nier la réalité c’est pourtant ce que vous vous échinez a faire vous et les vôtres non ? Quand on vous a prévenu que parmi ces flots de « refugiés » se cachaient des salafistes qui projetaient de frapper notre pays, quelle fut votre réaction ? Vous avez du balancer vos éléments de langages habituels glanés sur les articles de la presse aux ordres, au passage vous avez du traiter vos interlocuteurs de salauds et d’enflures patentés, de paranos, de nazis etc…

Apres ce qui s’est passé, on pourrait s’attendre à ce qu’il y ait une limite à l’obscénité, que vous et les vôtres se fassent discrets. Et que vous vous contentiez pendant un temps de ruminer dans vos coins en contemplant vos fonds de slip sales… Regardez, même France Inter, s’est senti assez chiasseux pour modifier en loucedé le titre d’un article de Septembre.

Publié le 16/11/2015 à 22h30
default_avatar_0

Abrasax

tout doux
répond à Percy E. Schramm

Toi, t’as comme l’air de te réjouir….

Publié le 16/11/2015 à 13h05
dawn

Astro Zombie

0
répond à Percy E. Schramm

Tu parles de moi le pegidaste ? Hum, je sens que la modé va moyennement apprécier, mais bon, tant pis, va te faire traire salopard de corbeau de saleté de nazi. Quant à Rue89, vous ne vous honorez pas à laisser insinuer cette crevure que d’aucuns auraient des sympathies vis-à-vis des terroristes. Allez crever vous aussi.

1 réponse
Publié le 16/11/2015 à 13h20
abbotcostello1robot.jpg.scaled1000

tArTeL¤RdRe

gardien de buts
répond à Astro Zombie

mais c’est en cours à la fin seul avec percy gammé le modérateur se fait seppuku avec sa machette.

1 réponse
Publié le 16/11/2015 à 13h32
chat_graouuu

Herbert.Gédéon.Glutzenbaum

Qui prend comme pseudo le nom d’un nazi est nazi,
répond à tArTeL¤RdRe

Je signale la diffamation de l’officier nazi, que se passe-t-il, à ton avis ? C’est désignalé.
Je resignale.

1 réponse
Publié le 16/11/2015 à 14h09

Tina.

Tout va bien
répond à Herbert.Gédéon.Glutzenbaum

Au bout de trois fois ton compte va se faire censurer, fais gaffe, ici ils sont nazis compatibles c’est un fait avéré.

1 réponse
Publié le 16/11/2015 à 14h12
chat_graouuu

Herbert.Gédéon.Glutzenbaum

Qui prend comme pseudo le nom d’un nazi est nazi,
répond à Tina.

Rien à foutre, je continuerai de signaler les diffamations de l’officier nazi.

Publié le 16/11/2015 à 13h32
anastase_calvin

Evelyne

répond à Percy E. Schramm

Quelle belle ordure vous faites.
Votre commentaire à lui seul montre s’il en est encore besoin qu’internet permet aux pires fumiers de s’exprimer librement.

Publié le 16/11/2015 à 13h33
chat_graouuu

Herbert.Gédéon.Glutzenbaum

Qui prend comme pseudo le nom d’un nazi est nazi,
répond à Percy E. Schramm
modo

.

1 réponse
Publié le 16/11/2015 à 16h19
chatnbr

Saucy Allister

Hangin’ out.
répond à Herbert.Gédéon.Glutzenbaum

A propos de moustache de chat, vu que ça a sauté : j’espère que c’en est une du genre « Saddam » (ou sa variante type « Plenel »).

1 réponse
Publié le 16/11/2015 à 16h28
chat_graouuu

Herbert.Gédéon.Glutzenbaum

Qui prend comme pseudo le nom d’un nazi est nazi,
répond à Saucy Allister

Ah oui, il y a des trucs qui sautent, pas les diffamations de l’officier nazi, quand même.Il a le droit, moi je n’ai pas le droit de dire que c’est un nazi, lui a le droit de dire que ’’Y’en a un ici, il a du mal à cacher une certaine sympathie pour ces gens pleins de haine. ’’
C’est une pourriture, et fier de l’être, et la ’’ modération ’’ laisse en place, et même dé-signale…
Percy E. Schramm était un officier nazi, celui qui prend comme pseudo le nom de cet officier nazi est un nazi.
Ma moustache ressemble de loin à celle du maitre Zappa.
Mais moins belle, j’avoue.

1 réponse
Publié le 16/11/2015 à 16h50
chatnbr

Saucy Allister

Hangin’ out.
répond à Herbert.Gédéon.Glutzenbaum

(C’est quoi les codes couleurs vert et orange, sur le haut du cadre de nos messages ? On sait désormais quand des gens nous ont signalé ?)
Tiens, la mienne descend aussi vers le bas, on est quasi-cousins de moustache.

Publié le 16/11/2015 à 16h55
chat_graouuu

Herbert.Gédéon.Glutzenbaum

Qui prend comme pseudo le nom d’un nazi est nazi,
répond à Saucy Allister

Rouge, c’est encadré, les autres je ne sais pas…peut-être orange pas encore agréé par la Modératür…
En plus d’être en partie italiens, on est cousins de moustache…

1 réponse
Publié le 16/11/2015 à 16h58
chatnbr

Saucy Allister

Hangin’ out.
répond à Herbert.Gédéon.Glutzenbaum

Ils ont ptet leurs fich’esses sur certains riverains…
Oui, enfin l’un des deux ne parle pas la langue. : /

1 réponse
Publié le 16/11/2015 à 17h06
chat_graouuu

Herbert.Gédéon.Glutzenbaum

Qui prend comme pseudo le nom d’un nazi est nazi,
répond à Saucy Allister

Ils ont leurs fiches, rappelle-toi, quand ils faisaient les ’’ articles ’’ Vous avez un courrier, pour se foutre de la gueule – généralement – de celui dont ils prenaient le commentaire.
C’était des captures d’écran, avec plein de zigouigouis en dessous…
Certains doivent avoir des fiches S plus surveillées que d’autres…
Pour l’italien, j’ai commencé tard, ( passé 50 ans) pour ne pas me retrouver en Sardaigne, avec l’anglais, ou pire l’allemand…

1 réponse
Publié le 16/11/2015 à 19h44
chatnbr

Saucy Allister

Hangin’ out.
répond à Herbert.Gédéon.Glutzenbaum

Oui, c’est vrai, je serais curieux de voir ce qu’ils ont sur chacun (« groupe de chats extrêmement de gauche », etc).
Saint… kante ! moi qui m’inquiétais d’un anniversaire imminent et redouté (à chiffre rond, mais pas celui dont tu parles ;)), je vais tempérer tout ça (et me mettre à cette langue, oui, oui, « on verra » : /). N’empêche je me suis retrouvé con, cet été (tu avais eu le court récit par mail, car j’ai eu des mails blancs en réponse ?).

1 réponse
Publié le 16/11/2015 à 20h00
chat_graouuu

Herbert.Gédéon.Glutzenbaum

Qui prend comme pseudo le nom d’un nazi est nazi,
répond à Saucy Allister

Oui, j’ai reçu ton mail disant que les mails étaient vides.
Thunderbird merdait, je pouvais recevoir, mais pas envoyer des mails, je ne pouvais pas non plus ouvrir un lien.
Ça marche mieux, je ne peux toujours pas ouvrir les liens, mais le reste marche…

1 réponse
Publié le 16/11/2015 à 20h11
chatnbr

Saucy Allister

Hangin’ out.
répond à Herbert.Gédéon.Glutzenbaum

Ok, l’essentiel est que ce soit résolu.

Publié le 16/11/2015 à 20h30
langfr-225px-flag_of_germany.svg_

Percy E. Schramm

Historien du Führer
répond à Saucy Allister

Pour répondre à votre question concernant les codes couleurs :
- rouge : sélectionné par la rédaction
- orange : pas encore vérifié par la modération.
- vert : vérifié par la modération.

Publié le 16/11/2015 à 15h36
cervantes

Cortadillo

0
répond à Percy E. Schramm

T’es vraiment juste un gros con.

Publié le 16/11/2015 à 08h30
mouna_0

Waldeck

Déconnectionneur.

-« Comment parler des attentats de Paris aux élèves ? »

Qu’on commence déjà par parler normalement aux adultes et ne pas se gargariser avec toujours les mêmes mots creux utilisés n’importe comment.
Je comprends qu’il y ait pu avoir des cafouillages dans les cellules d’informations aux proches quand les mots désignant des faits précis sont édulcorés : « victimes » pour dire « morts » ou « il n’a pas survécu à ses blessures… », etc.
Il faut aussi cesser ces ridicules mises en scène avec bouquets, bougies, petits cœurs et autres simagrées cuculapraline. A quoi ça sert d’afficher une posture disant « même pas peur » si l’on déguerpi au premier claquement de pétard. Non, nous ne sommes pas en guerre, comme l’ont été les victimes des snipers de Sarajevo ou les victimes d’attentats quotidiens au Moyen-Orient.
Il faut en finir avec le Spectacle ( comme la Société du même nom ) de la douleur.

Publié le 16/11/2015 à 08h54

Bon, je vais tâter le terrain là. La minute de silence à midi, je pense qu’elle aura lieu hors des salles puisque la fin des cours, ici, c’est à 11h55. Ce qui est surprenant, c’est qu’aucune consigne, via les boîtes mail ou l’ENT, n’aie été donnée. Mais bon, on a l’habitude de se débrouiller.
C’est au cas par cas, en fonction des classes, que le sujet sera abordé, je m’attends à quelques dissensions. Allez, je laisse les vieux schnoques qui cherchent la baston comme de vulgaires morveux de cour d’école se lâcher.

1 réponse
Publié le 16/11/2015 à 09h45
1239493996050

Pas tripette.

Si j’aurais su, j’aurais po lu.
répond à Astro Zombie

T’inquiète, je te fais totalement confiance, comme je fais confiance à mes deux p’tiotes qui sont dans l’enseignement, comme je fais confiance à tous les enseignants.
Et si une minute à rien c’est trop long, eh ben applaudissez, riez et chantez.
On continue, n’en déplaise.

Publié le 16/11/2015 à 09h12
pub-anti-armes

woolite

Ineedabreak

j’ai cours à 13h30 avec des premières et je vais improviser selon leur envie de parler ou non, sinon cours normal mais si j’entends le moindre commentaire ambiguë je leur rentre dedans

1 réponse
Publié le 16/11/2015 à 09h42

Tina.

Tout va bien
répond à woolite

« mais si j’entends le moindre commentaire ambiguë je leur rentre dedans »

J’espère que mes enfants ne vous auront jamais moi les mecs qui savent pas garder leur sang froid…

1 réponse
Publié le 16/11/2015 à 11h25
pub-anti-armes

woolite

Ineedabreak
répond à Tina.

vous m’avez mal compris, je parlais au figuré bien entendu, j’enseigne depuis très longtemps et je n’ai bien évidemment jamais agressé physiquement un élève (je ne serai plus dans l’éducation nationale si tel était le cas), ce que je voulais dire c’est que ma réponse serait forte et que je ne mâcherais pas mes mots. Si vous me connaissiez je ne crois pas tiendriez de tels propos.
Bonne journée

1 réponse
Publié le 16/11/2015 à 11h34

Tina.

Tout va bien
répond à woolite

Je ne peux pas vous connaître j’ai seulement lu vos propos

« si j’entends le moindre commentaire ambiguë je leur rentre dedans »

Si les gamins le pensent et qu’ils ne vous aiment pas ou bien sont en pleine crise d’adolescence contestataire ils le feront peut-être seulement pour vous faire chier vous alors que n’ayant rien à foutre de toute cette merde dont nous abreuve ces médias avides de haine et de sang…

Publié le 16/11/2015 à 09h34
autist-reading2_59

Philippe Putain

IL FAUT DES TROTSKISTES !

Les élèves risquent de s’embrouiller, si à l’occasion du 11 novembre on venait de leur parler des fusillés pour l’exemple…

Publié le 16/11/2015 à 09h39
autist-reading2_59

Philippe Putain

IL FAUT DES TROTSKISTES !

On peut leur expliquer que c’était une frappe chirurgicale.
Nous, on vise l’armée ennemie et on pilonne un hôpital de Medecin sans Frontières.
Eux, ils visaient sûrement l’état-major de nos armées et ils sont tombés sur le bataclan.
Les aléas de la guerre…

1 réponse
Publié le 16/11/2015 à 12h17
oeil_4

linoroberto

0(♣ ♣)0 0(♥!!♥ )0 o(►‼◄)o (⌒‿⌒)
répond à Philippe Putain

et si on laissait plutot les enfants en parler
que s’ils en ont envie .. ?

1 réponse
Publié le 16/11/2015 à 13h08
autist-reading2_59

Philippe Putain

IL FAUT DES TROTSKISTES !
répond à linoroberto

Moi, je leur interdirais d’en parler même s’ils en ont envie.
L’école n’est pas le lieu pour des discussions politiques.
Et les profs ne sont pas là pour expliquer aux mioches que c’est pas bien de tuer des gens et que c’est pour ça que le gouvernement français envoie des missiles en syrie…
.

Publié le 16/11/2015 à 09h49

Tina.

Tout va bien

ça y est la terre s’est arrêtée de tourner ? Ben vous leur faite bien des honneurs aux terroristes hein…

Publié le 16/11/2015 à 12h24

Voilà c’est fait, pas d’incident, franchement, je suis pas fan. Par contre, le questionnement par rapport au conflit syrien, aux forces en présence et au terrorisme dans sa mutation m’a apporté pas d’éclaircissements sur le rôle des images avalées sans contextualisation. Y a du boulot.

3 réponses
Publié le 16/11/2015 à 13h01
oeil_4

linoroberto

0(♣ ♣)0 0(♥!!♥ )0 o(►‼◄)o (⌒‿⌒)
répond à Astro Zombie

« Voilà c’est fait, pas d’incident » j’en connais qui vont être déçu ici même

Publié le 16/11/2015 à 14h10
padiran

padiran

Chroniqueur placide.
répond à Astro Zombie

Je pense que tes élèves sont encore dans la sidération et qu’ils n’ont pas encore eu le temps de digérer toutes les informations qu’ils ont pris en pleine poire. Si tu recommençais le même exercice dans quelques semaines les réactions seraient complètement différentes

Publié le 16/11/2015 à 14h42
fran

frangipanier.

Enragée.
répond à Astro Zombie

Au boulot, des collègues sont descendus : sans moi.
L’ambiance est vraiment à chier… déjà que le lundi, c’est pas bien fendard…

Ils ont posé des questions, du coup ? Calmement ? T’as réussi à gérer ?

Publié le 16/11/2015 à 13h16

Je ne sais pas vous, mais ici, chez moi, dans ma famille, c’est moi et mon épouse qui en ont parlé, j’attends pas que l’éducation nationale soie celle qui va trouver les bons mots.
Si elle le fait, que c’est utile pour certains, c’est bien, mais ne confondons pas éducation et enseignement.

Publié le 16/11/2015 à 15h30
293465_2354649346416_1981598_n

Bazingaa

-
répond à clive

Sauf qu’il me semble qu’ici un brin de contextualisation de fait pas de mal, et que c’est donc, aussi, de l’enseignement…(et que d’ailleurs à part ça on éduque aussi)

Publié le 16/11/2015 à 13h36

Ne soyez pas victimes de vos peurs est le message a faire passer aux enfants. Amour et Peur sont les deux emotions qui animent notre existence, tous le reste se trouve entre ses deux polarites. Ton action ou ta decision est-elle motivee par l amour ou par la peur ? La haine est un sous produit de la peur. Les actions terroristes sont faites pour instiller la peur dans les coeurs et influences les decisions des population atteint par ses actions. La decision que l on doit prendre maintenant doit etre motive par l un our par l autre polarite. Doit on decider de bombarder, de tenir des propos guerrier qui ne font qu alimenter le feu de la destruction ou doit-on reflechir aux actions qui ont amener a cette siuation. C est d autant plsu complexe quand nous sommes sous le coup de l emotion. Je trouve que malheureusement, ces attentas ont eu lieu avant la rencontre de chefs d etat. C’est une coincidence qui ne facilitent pas les actions qui sont prises en notre nom. Je trouve qu il y a beaucoup de violence verbales dans tous les propos emis plus haut. Je trouve que nos dirigeant semblent etre les premiers a evoques des actiosn guerierres et de destruction.
Dire a nos enfants que les gens impliques dans ces atrocites sont les premieres victimes de la Terreur. Leur dire, qu il est important de reflechir si nos actions sont influences par la peur ou par l amour avant de prendre ces decisions et que cela aidera chacun dans notre chemin de vie. Qu elle est la pensee, derriere la pensee, derriere la pensee qui motivent votre decision. Certain diront que parfois on a pas le choix, c’est faux, faux, faux. On a toujours, toujours le choix. Ne soyez pas victimes de vos peurs est le message a faire passer aux enfants. Que l amour guide vos pensees et gestes. C est le vrai message a faire passer aux enfants, le reste est du detail, ou de la manipulation, comme les terroristes manipules dans ces actes de terreur. La verite est que j’ai de la compassion pour eux car ils ont du vivre eux memes une vie bases sur la peur pour etre amenes dans le deni de la vie. Je pleure pour les 129 personnes decedes des delusions de quelques hommes. A nous de prendre le recul necessaire, et ceci implique que tous le monde comprennent ces si simple notion de vie. La revanche ne menera qu a davantages de destruction.

Publié le 16/11/2015 à 13h41

Bon, je suis pas intervenu souvent, mais là, c’est du n’importe quoi. Les commentaires de saletés de fascistes ont pignon sur rue, ils peuvent insulter à tout va. Donc déconnexion. Faites pas de vieux os.

2 réponses
Publié le 16/11/2015 à 13h46
oskar

Max Schultz

génocidaire
répond à Le Goon

Honte à la rédaction de Rue89 qui laisse s’exprimer les pires ordures.

1 réponse
Publié le 16/11/2015 à 14h16

Tina.

Tout va bien
répond à Max Schultz

Oui mais comme ce sont des ordures qu’ils couvrent depuis des années, ce sont les humanistes qui vont se faire censurer.

Qu’est-ce qu’il disait Bernardo Zorro ? FN89 non ? ça lui va tellement bien faut dire c’est tentant…

1 réponse
Publié le 16/11/2015 à 14h18
oskar

Max Schultz

génocidaire
répond à Tina.

J’ai écrit un billet en 2008. Son titre était « Rue88 ».

Publié le 17/11/2015 à 08h12
thecoupcoverlarge

Nzraz

humide
répond à Le Goon

Plouf, a déménagé.
Comme quoi, mauvaise langue : la modération veille au grain. C’est que c’est l’état d’urgence mon pépère.

Publié le 17/11/2015 à 14h17
946685081016

Dzerjinski1917

чрезвычайный комиссар

M Haddad

Le nihilisme : « Une attitude morale et psychologique qui consiste à nier les valeurs de vie, de puissance éthique »

J’ai du mal avec nihilisme et attitude morale
De même j’ai du mal avec nihilisme et dijihadisme, le djihadisme étant d’une manière oud’une autre encore pris dans la théologie donc la métaphysique. Le nihilisme nietzschéen l’étant pas. Non pas que le nihilisme serait une figure du dépassement. mais il en est la condition.
Il n’y a qu’un Gluscksman pour penser que le 11 septembre c’est le nihilisme alors qu’on au mieux on est en plein délire théologique au pire en pleine guerre des civilisations. Si les mecs de vendredi étaient des nihilistes moi je suis Salomon !

« J’ai l’impression que dans l’attitude des fanatiques de l’islam radical, il y a un retour du nihilisme. Ils méprisent la vie, celle des autres, différents, ou celle qu’il jugent “corrompue”, mais aussi la leur et sont prêts à répandre l’enfer sur terre pour gagner leur “paradis”.

C’est oublier que le nihilsme n’est pas un retour. L’attitude de ces êtres consisterait plutôt à nous punir de notre propre nihilsme en vertu d’une volonté de retour à Dieu.
Le fait est que l’occident n’a pas su dépasser son propre nihilisme et vivre sa volonté de puissance. Le consumérisme capitalisme est le mélange pitoyable des deux que des gens plus réacs encore que nous nous reprochent. Voilà la vérité !

Publié le 17/11/2015 à 16h41

Se rattacher au programme, ou en tous cas à la discipline, cela me paraît plutôt intelligent ; d’abord parce que les profs ne sont pas une cellule psychologique (même s’il ne s’agit pas d’ignorer qu’une classe est une structure sociale qui a donc une vie sociale et politique), ensuite et surtout parce que cela place le prof en tant qu’autorité morale sur la question de part son savoir disciplinaire, pas « parce qu’il est le chef », enfin pour éviter le syndrome BHL de donner son avis sur tout parce qu’on est quelqu’un d’évidemment exceptionnel…



Olivier Cuzon, militant de la « gauche radicale » brestoise

Les amis de Josette Brenterch du NPA de Brest n’ont jamais été et ne seront jamais des miens.

Leur inimitié à mon égard est publique en ce qui concerne tous les politiciens qu’elle fréquente puisqu’aucun d’entre eux n’a jamais condamné aucune de ses exactions à mon encontre.

Je rappelle que depuis de nombreuses années, cette femme me maintient dans une situation d’isolement quasi total notamment en orchestrant à mon encontre des campagnes de calomnies sans fin et sans cesse renouvelées de manière à m’interdire toute forme d’insertion sociale ou à réussir à me faire exclure très rapidement de tout groupe où je commence à m’insérer. Pour être en mesure de cibler au mieux les destinataires de ces calomnies et obtenir qu’elles produisent l’effet recherché, elle me fait constamment surveiller par divers moyens illégaux qui lui permettent d’appréhender ou de voir venir toutes mes relations avec des tiers sans que je lui en fasse part. En outre, pour parvenir à les faire cesser au plus vite ou empêcher qu’elles ne débutent, elle n’hésite pas non plus à faire menacer de mort ou violemment agresser par ses sbires toute personne qui refuse de lui obéir à mon sujet, comme moi-même.

Ses amis de l’extrême-gauche ne peuvent l’ignorer et savent aussi comme de très nombreuses autres personnes comment toutes ces exactions sont devenues partiellement publiques depuis les années 2008 à 2010. Pour autant, ils ne l’ont jamais exclue de leurs rangs. Ils en sont donc clairement complices.

Olivier Cuzon qui depuis quelques jours fait tout un foin de menaces de mort qui lui auraient été adressées sur la page Facebook d’un de ses opposants en fait partie.

J’avais eu l’occasion de le rencontrer à plusieurs reprises lorsque je participais aux activités de l’association AC ! Brest en 2004 et 2005.

Aussi, connaissant ses positions d’alors sur la question des droits de l’homme, qui étaient celles de ses camarades de la LCR, je m’étonne de les voir aujourd’hui le présenter comme un militant des droits de l’homme et par la même occasion paraître s’en revendiquer eux-mêmes.

En effet, comme le rappellent par ailleurs ses camarades de SUD Education, ils se sont toujours violemment opposés à toute notion de droit individuel, qu’ils qualifient d’individualisme dans leurs discours publics habituels.

A l’instar de leurs idoles soviétiques ou cubaines, ils s’opposent de manière dictatoriale aux libertés individuelles, et donc aux droits de l’homme. La liberté d’expression en faisant partie, il n’est pas surprenant de les voir régulièrement tenter de museler leurs adversaires par tous les moyens, légaux ou non, y compris les plus violents.

Que font-ils donc aujourd’hui à la LDH, sinon de l’entrisme et du contrôle, comme partout ailleurs ?

 

http://npa29.unblog.fr/2015/12/01/brest-un-militant-des-droits-de-lhomme-of/

01 décembre 2015

brest, un militant des droits de l’homme (of)

 
Antifascisme Antiracisme Justice & libertés Questions bretonnes

Yann_goulet

Le chef des « Bagadou Stourm (qui ont failli être « Strolladou Stourm » pour faire « ss »), un modèle pour les actuels « Breiz Atao »

Menacé de mort sur le Net

 

Sur la page Facebook d’un blogueur nationaliste breton, Olivier Cuzon, militant de l’association, subit des propos très violents. Il a porté plainte ce lundi.

 

« J’en appelle à la justice pour qu’elle fasse appliquer la loi. » Ce lundi, au commissariat, Olivier Cuzon, professeur de physique, a porté plainte pour menaces de mort contre la page Facebook de Boris Le Lay, blogueur finistérien, créateur du site internet nationaliste breton, Breiz Atao.

Le militant de la Ligue des droits de l’Homme, syndiqué à Sud Education, explique: «Suite à des articles concernant l’expulsion d’un jeune lycéen tunisien, je suis la cible d’atta- ques violentes de la part du Breiz Atao ». Il y est décrit comme « un traître trotskiste  immi- grationniste et pro-musulman»! Ce texte est repris sur la page Facebook «communauté» de Boris Le Lay, provoquant des commentaires virulents, dont des menaces de mort de certains internautes.

Déjà condamné Boris Le Lay, qui résiderait au Japon, a déjà été condamné plusieurs fois pour racisme. Ses propos contre le sonneur noir Yannick Martin lui avaient valu, en mai der- nier, une condamnation à six mois de prison ferme. Peine non exécutée à ce jour. Selon Olivier Cuzon, il aurait été « aperçu plusieurs fois, récemment », dans le Finistère

30 Novembre Laurence GUILMO

 

Reprise de :

 

http://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-un-militant-menace-de-mort

Brest. Un militant des Droits de l’Homme menacé de mort sur le Net

Brest – 30 Novembre
  • Ce lundi, au commissariat, Olivier Cuzon a reçu le soutien d’autres militants associatifs, également « fichés » par les nationalistes bretons.
    Ce lundi, au commissariat, Olivier Cuzon a reçu le soutien d’autres militants associatifs, également « fichés » par les nationalistes bretons. | Ouest-France

Laurence GUILMO.

Sur la page Facebook d’un blogueur nationaliste breton, Olivier Cuzon, militant de l’association, subit des propos très violents. Il a porté plainte ce lundi.

 

« J’en appelle à la justice pour qu’elle fasse appliquer la loi. » Ce lundi, au commissariat, Olivier Cuzon, professeur de physique, a porté plainte pour menaces de mort contre la page Facebook de Boris Le Lay, blogueur finistérien, créateur du site internet nationaliste breton, Breiz Atao.

Le militant de la Ligue des droits de l’Homme, syndiqué à Sud Education, explique: « Suite à des articles concernant l’expulsion d’un jeune lycéen tunisien, je suis la cible d’attaques violentes de la part du Breiz Atao ». Il y est décrit comme « un traître trotskiste immigrationniste et pro-musulman » !


Menacé de mort sur le Net, Olivier Cuzon porte… par OuestFranceFR

Ce texte est repris sur la page Facebook « communauté » de Boris Le Lay, provoquant des commentaires virulents, dont des menaces de mort de certains internautes.

Déjà condamné

Boris Le Lay, qui résiderait au Japon, a déjà été condamné plusieurs fois pour racisme. Ses propos contre le sonneur noir Yannick Martin lui avaient valu, en mai dernier, une condamnation à six mois de prison ferme. Peine non exécutée à ce jour.

Selon Olivier Cuzon, il aurait été « aperçu plusieurs fois, récemment », dans le Finistère..

 

http://www.sudeducation.org/docrestreint.api/15237/82864f0fbbcb4730b5fcf24b5f9ece90c4eb6217/pdf/communique_olivier_cuzon.pdf.

Fédération SUD Éducation
17, Bld de la Libération, 93200 St Denis
Tél. : 01 42 43 90 09
fede@sudeducation.org ∎ www.sudeducation.org

 

Face aux tentatives d’intimidation et aux menaces de l’extrême droite

Soutenons notre camarade !

Notre camarade Olivier Cuzon, avec d’autres militant-e-s politiques et syndicaux brestois-e-s, est depuis plusieurs semaines, la cible d’at- taques extrêmement violentes de la part d’un site « nationaliste breton » Breiz Atao.

Il fait l’objet d’un « fichage de résistance patriotique » de la part de ce mouvement d’extrême droite fascisant.

Depuis quelques jours, ces attaques ont été doublées de menaces de mort via la page Facebook du responsable de ce site. Ce dernier, Boris Le Lay a pourtant déjà été condamné à de multiples reprises pour des propos racistes et antisémites, et à une peine de prison de 6 mois ferme pour « provocation à la discrimination raciale ». Ces menaces et intimidations sont inacceptables. Nous les condamnons avec force.

La fédération SUD éducation apporte tout son soutien à notre camarade et engagera toutes les procédures nécessaires à ses côtés pour que cessent ces agissements et tentatives d’intimidation.

Dans un contexte où les idées haineuses de l’extrême droite ont le vent en poupe, la justice doit prendre ses responsabilités et condamner ces tentatives de museler les militant-e-sengagé-e-s.

Nos luttes syndicales, les valeurs de solidarité et d’égalité contre le tri social et l’individualisme, sont à l’opposé des idées et des pratiques de ces groupes fascisants.

Notre combat est aux cotés de ceux et celles qui luttent contre tous les groupes d’extrême droite !

Saint Denis le 4 décembre 2015



A Brest, un bras cassé de Sud-Solidaires porte plainte

Excusez-moi si je ris un peu, hein, mais c’est exactement l’image que vous diffusez avec ces articles de votre copain Steven Le Roy, messieurs dames de la « gauche radicale » brestoise.

Pour ce qui est du fond, c’est comme d’habitude : votre obstination à priver vos opposants de leur liberté d’expression à votre sujet par tous les moyens possibles et imaginables – en l’occurrence, demander l’application de la loi dans des affaires qui ne concernent aucun d’entre vous à titre personnel – est à vomir, surtout quand on sait ce que vous faites vous-mêmes avec les cyberdélinquants de la bande de Cyprien Luraghi, et bien d’autres criminels.

Au demeurant, il est toujours assez paradoxal que vous saisissiez dans ce cas la « justice bourgeoise » que vous reniez systématiquement lorsqu’elle daigne écouter les victimes auxquelles vous empêchez toujours tout accès au droit par de multiples crimes et délits supplémentaires.

 

http://www.letelegramme.fr/bretagne/brest-plainte-nominative-contre-boris-le-lay-30-11-2015-10869839.php

 
Brest. Plainte nominative contre Boris Le Lay

30 novembre 2015 à 16h56


Brest. Plainte nominative contre Boris Le Lay par Letelegramme

 

Olivier Cuzon, militant syndical de Sud, a porté plainte contre Boris Le Lay pour des menaces de mort qu’il aurait reçues via le mur Facebook de Boris Le Lay, reprenant un article écrit sur son site Breizh Atao.

 

« Boris Le Lay est propriétaire de ce mur et la jurisprudence est constante. S’il ne me menace pas directement, plusieurs commentaires le font très clairement »‘ explique celui qui n’entend pas céder à la peur.

A Brest, un bras cassé de Sud-Solidaires porte plainte dans Corruption

Par ailleurs, le même site Breizh Atao avait déjà publié des contenus à la suite d’une manifestation qui avait opposé l’Adsav aux antifas dans les rues de Brest en octobre.

Le 11, il avait notamment publié une première  » note de renseignements sur les collaborateurs pro-islamistes de la ville  » de Brest où figuraient 7 personnes.

Dans un courrier adressé au procureur, six d’entre-eux demandent instamment à la justice de faire le nécessaire pour retrouver Boris Le Lay afin qu’il purge la peine de six mois de prison ferme prononcé par le tribunal correctionnel de Quimper en mai dernier, à la suite d’insultes à caractère raciste proférées contre un musicien de couleur noire.

 

http://www.letelegramme.fr/finistere/brest/menaces-de-mort-nouvelle-plainte-contre-l-auteur-du-site-breiz-atao-01-12-2015-10870480.php

Menaces de mort. Nouvelle plainte contre l’auteur du site « Breiz Atao »

 

1 décembre 2015 / Steven Le Roy /

 

photo-steven-le-roy_2644761 dans Crime

 

Le militant syndical de Sud, Olivier Cuzon, a porté plainte, hier, contre le nationaliste breton, Boris Le Lay, pour menaces de mort. Par ailleurs, six des sept personnalités que Boris Le Lay avait « fichées » sur son blog, « Breiz Atao », ont écrit au procureur pour qu’il effectue la peine de six mois de prison à laquelle il est condamné.

 

Le nationaliste breton Boris Le Lay n’en a pas fini avec la justice. Après de multiples condamnations pour xénophobie, prononcées dans des affaires contre le sonneur Yannick Martin et la conseillère départementale Marie Gueye, il se pourrait qu’il retourne devant les tribunaux si la plainte du militant syndical et associatif, Olivier Cuzon, aboutit. Il y a quelques jours, Boris Le Lay, réputé comme vivant au Japon où il serait crêpier, a publié sur son blog, « Breiz Atao », un article sur le soutien apporté par Olivier Cuzon à l’élève tunisien, de Dupuy-de-Lôme, qui devait être reconduit à la frontière. Il a ensuite partagé cette prose sur son mur Facebook, laissant aux commentateurs le soin de menacer clairement de mort Olivier Cuzon à de multiples reprises. « Si l’auteur ne l’a pas fait directement, il est aussi maître de son mur et de ce qui s’y trouve. C’est pourquoi je porte plainte », fait valoir Olivier Cuzon, jugeant que Boris Le Lay « est le seul maître de sa ligne éditoriale ». D’autant « que rien ne dit qu’il n’est pas l’un des auteurs. On lui connaît cette faculté à se cacher derrière des pseudonymes. Mais ça, ce sera à l’enquête de le dire ». Une capture d’écran a été réalisée sous contrôle d’huissier.

empty dans Folie

Une fiche qui alerte

 

Sur les marches du commissariat, Olivier Cuzon n’est pas venu seul. Il a reçu l’appui du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap) et de la Ligue des droits de l’homme. Il a également reçu le soutien de cinq autres personnes qui avaient déjà été les cibles du blog « Breiz Atao ». La charge date du 11 octobre. À la suite des deux manifestations simultanées sur la place de la Liberté ? l’une était menée par l’Adsav ! et l’autre, en réponse, par les antifas ? l’auteur de Breiz Atao a publié une « première note de renseignement sur les collaborateurs pro-islamistes de la ville ». Sept personnes sont passées au crible, pour le moins orienté, et empruntant une rhétorique chère aux nationalistes d’extrême-droite. En premier lieu, le même Olivier Cuzon, réputé « trotskiste » et dont l’activité est détaillée jusqu’à donner l’adresse où il tient une permanence associative. « Nous avons discuté avec des avocats pour savoir comment réagir. Mais il semble qu’il ait le droit d’écrire ce texte et nous ne voulions pas porter plainte pour rien », explique Julie Le Goïc, elle-même citée sur la note de blog.

« Que les décisions de justice s’appliquent »

 

Après réflexion, les personnes incriminées ont donc décidé de saisir le procureur par lettre. Ils demandent notamment que Boris Le Lay purge la peine de six mois de prison ferme prononcée par le tribunal de Quimper en mai. « On sait qu’il était là cet été, on sait qu’il revient fréquemment en Bretagne où vit sa famille. Nous sommes dans un État de droit, nous demandons simplement que les décisions de justice s’appliquent », disent-ils d’une seule voix. « En rendant publique cette lettre et cette plainte, je veux juste lui dire que je n’ai pas peur. Moi, je suis un militant syndical et associatif et je n’ai pas besoin de me cacher pour prendre position », termine Olivier Cuzon. La balle est désormais dans le camp de la justice.

 



Le fisc envisage de rémunérer ses informateurs

Cette pratique, ancienne, avait été abandonnée il y a dix ans en raison de dérives que je connais bien pour en avoir moi-même été victime de la part de bons amis de Josette Brenterch du NPA de Brest.

Après avoir vainement tenté de m’assassiner à plusieurs reprises, ces proxénètes et trafiquants d’armes s’étaient rendus coupables de dénonciations calomnieuses à mon encontre et contre tous mes proches auprès de l’administration fiscale. Certains de ses agents les avaient bien suivis et se sont acharnés sur nous durant plusieurs années sans que nous puissions jamais nous défendre contre eux, leurs exactions diverses et variées se succédant les unes aux autres pour faire échec à toutes nos réclamations, tandis que d’autres, au contraire, et au grand dam des premiers, manifestement CORROMPUS, refusaient de procéder à des redressements fiscaux arbitraires ou injustifiés.

Mais dans l’intervalle, après leurs premières attaques à mon encontre, ces criminels qui ont toujours fraudé le fisc avaient eux-mêmes été contrôlés et redressés pour des sommes très importantes.

Or, sous prétexte que j’ai travaillé pour le fisc à une époque où le ministre des Finances était déjà Michel Sapin, ils m’accusaient de les avoir dénoncés à l’administration fiscale en guise de représailles à la suite de leurs premières exactions à mon encontre, d’une gravité déjà très prononcée.

Voilà pourquoi leurs complices de la LCR de Brest m’ont toujours traitée de « délatrice ».

Mais je n’ai jamais dénoncé personne au fisc et ne vois pas comment j’aurais pu le faire en ce qui concerne ces malfrats, vu que je n’ai jamais travaillé dans aucun de leurs services comptables et n’y disposais d’aucun accès.

Délinquants et criminels sont quasiment tous paranoïaques et je n’y peux mais.

Accusée à tort par de vrais fraudeurs d’être ce que l’on appelle aujourd’hui un « lanceur d’alerte », non seulement je n’ai jamais bénéficié d’aucune sorte de protection à cet égard, mais de plus j’ai bien pâti de toutes leurs dénonciations calomnieuses à mon encontre, encouragées par l’ancien système de rémunération des informateurs du fisc.

Certains se réjouissent aujourd’hui que le débat avance sur ce sujet.

Mais il nécessite la réouverture de vieux dossiers purulents.

Ils ne peuvent pas en faire l’économie s’ils sont honnêtes.

Le déni de réalité ne permet aucun débat.

On n’avance pas sur le purin, il faut d’abord épurer.

 

http://www.la-croix.com/Actualite/France/Fraude-pourquoi-le-fisc-francais-projette-de-remunerer-ses-informateurs-2015-12-05-1389169

Fraude : pourquoi le fisc français projette de rémunérer ses informateurs

 

5/12/15 – 15 H 56

L’administration fiscale envisage de rémunérer les personnes fournissant des informations sur les fraudeurs fiscaux, a confirmé samedi 5 décembre le ministère des Finances. Un tel dispositif, qui reprendrait une pratique suspendue voilà dix ans, est « à l’étude », rapporte le quotidien Le Parisien/Aujourd’hui en France, citant le ministre des Finances Michel Sapin.

Le ministre précise en outre comment devraient être rétribuées les personnes fournissant des informations débouchant sur des redressements fiscaux: « en pourcentage (du montant global récupéré par le fisc, NDLR) non, mais une rémunération (forfaitaire, NDLR) oui. Tout ça doit être très calé en termes de procédures », ajoute le quotidien.

Le Parisien affirme que le projet pourrait être présenté au Parlement « au printemps prochain » dans le cadre de la loi Sapin 2. Cette pratique existait en France dans le passé et avait été suspendue il y a dix ans, car elle était mal encadrée.

Indics et chasseurs de primes

Auteur d’une proposition de loi relative à la protection des lanceurs d’alerte, le député socialiste Yann Galut fait part au Parisien de son inquiétude: « encourager les personnes à déclarer contre rémunération, c’est prendre le risque de créer de fausses alertes. Les indics ne doivent pas se transformer en chasseurs de primes ».

Au contraire, Vincent Drezet, secrétaire général de Solidaires Finances Publiques « se réjouit de voir que le débat avance. A partir du moment où c’est un mécanisme relativement protecteur sur le plan juridique, cela envoie un message aux entreprises et aux éventuels lanceurs d’alerte ». En matière de lutte contre la fraude, « l’accès à l’information est crucial », or l’administration fiscale peine aujourd’hui à « détecter la fraude le plus en amont possible », explique-t-il.

Le dirigeant du premier syndicat de Bercy admet toutefois qu’il faudra que le mécanisme soit « bien encadré pour éviter les dérives »: qu’il s’adresse uniquement « aux personnes qui, dans le cadre de leur activité professionnelle, ont connaissance de schémas de fraude » et qu’il revienne à l’administration fiscale de vérifier les éléments de preuve, afin d’éviter des manipulations.



Nouveau témoignage dans l’affaire de l’attentat de Karachi

Révélée au public vendredi 13 novembre 2015 à la première heure, cette information a été vite éclipsée par les nouveaux attentats commis le soir même.

Notons que dans l’article publié par l’Obs à ce sujet, le nom de « Verger », pseudonyme d’un agent de la DST, a été remplacé deux fois par celui de « Verdier ».

Probablement s’agit-il là d’une facétie de journaliste.

Le nom de Verdier est en fait celui de la juge d’instruction brestoise ultra CORROMPUE qui de 2012 à 2014 a multiplié les violations éhontées de tous les articles de loi auxquels elle était censée se référer pour instruire mes plaintes.

Sachant très bien quelles étaient mes fonctions sur un projet classé de la Défense nationale en 1994, et toutes les attaques que je subissais alors de la part de criminels en relation avec Josette Brenterch du NPA de Brest, tentatives d’assassinat y compris, lesquelles attaques se sont depuis lors toujours poursuivies, elle cherchait visiblement à obtenir un non-lieu dans l’affaire de l’attentat de Karachi du 8 mai 2002.

 

http://www.franceinter.fr/depeche-nouvelles-revelations-sur-lattentat-de-karachi

Dépêches > justice du vendredi 13 Novembre à 11H00

 

Nouvelles révélations sur l’attentat de Karachi

 

Nouveau témoignage dans l'affaire de l'attentat de Karachi dans Attentats maxnewsworldtwo126316La stèle érigée en mémoire aux victimes de l’attentat de Karachi à Cherbourg © MaxPPP/L’Est Républicain/Alexandre Marchi – 2015

« L’homme de l’ombre » de l’affaire Karachi était bien dans le radar des services secrets français. C’est une information France Inter/Le Monde. Des documents récemment déclassifiés permettent d’en savoir un peu plus sur le possible commanditaire de l’attentat de Karachi (11 français employés de la Direction des constructions navales, tués au Pakistan, le 8 mai 2002), le saoudien Ali Ben Moussalem. Officiellement, les services secrets français n’ont jamais travaillé sur cet « homme de l’ombre » de l’affaire Karachi. Or, pour la première fois, un ancien membre de la DST (Direction de la surveillance du territoire) reconnait avoir enquêté sur ce Ben Moussalem avant la présidentielle de 1995.

 

Ali Ben Moussalem est un peu « le fantôme de l’affaire Karachi ». Mort en 2004, en Suisse, ce sulfureux intermédiaire saoudien se trouve au cœur de « l’argent noir » des gros contrats d’armements conclus par les balladuriens avant la présidentielle de 95. La vente de sous-marins au Pakistan et de frégates à l’Arabie Saoudite. Après la victoire de Jacques Chirac en 95, une partie de « l’argent noir » de ces contrats est réorienté, échappe à Ben Moussalem, qui aurait pu vouloir se venger.

 

POUR EN SAVOIR PLUS :

Ali Ben Moussalem, le fantome de l’affaire Karachi

Ben Moussalem, l’homme de l’ombre de l’affaire Karachi

 

Ecoutez les explications de Benoît Collombat

 

 

 

Officiellement, les services secrets français n’ont jamais enquêté sur Ben Moussalem

Pourtant, au moment de l’attentat de Karachi, Ben Moussalem finance des mouvements djihadistes. Or, pour la première fois, un ancien membre de la DST (Direction de la surveillance du territoire) reconnait que les « services »  ont bien enquêté sur Ben Mussalem, suite aux informations données par l’une de leurs sources, un certain Gérard Willing, qui, lui aussi, a été entendu dans la procédure judiciaire.

 

Le témoignage écrit de cet ex-agent, dont le nom de code est « Verger », a été entièrement déclassifié, après le feu vert du ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve. L’homme confirme également que la DST suivait à la trace les rencontres entre Ben Mussalem et les balladuriens, dans une boutique, en plein Paris.

 

Lire un extrait du témoignage de l’agent « Verger » en poste à la DST de 1969 à 2002 :

En 1994-1995, je me suis intéressé aux activités de Cheikh Ali Ben Moussalem et de son bras droit Ziad Takieddine. Gérard Willing m’avait indiqué que la boutique Arije était une plaque tournante de trafic en tout genre et d’armes en particulier.

La DST a placé cette boutique sous surveillance. A notre grande surprise, sa campagne électorale étant lancée, nous avons observé que des membres du Parti républicain de F. Léotard se rendaient dans l’immeuble abritant Arije. Selon G. Willing, Arije bénéficiait d’un réseau de prostituées qui recevaient leurs clients dans des studios munis de caméras et de magnétophones.

P. Donnedieu de Vabres aurait rencontré Cheickh Ali Ben Moussalem à l’hôtel prince de Galles. Ce dernier lui aurait remis deux valises, pleines, selon G. Willing, d’argent. P. Donnedieu de Vabres aurait alors remercié Ben Moussalem en lui disant : « Merci pour la France, on vous le rendra ».

 

Pour l’avocate de victimes de l’attentat de Karachi, Marie Dosé, ce témoignage est la preuve que des documents concernant Ben Mussalem ont été détruits…

Non seulement les « services » ont travaillé sur Ben Mussalem, en effectuant des surveillances techniques, mais ils ont également découvert un lien entre Ben Moussalem et certains membres du Parti républicain qui travaillaient pour la campagne d’Edouard Balladur. Ce genre de surveillance donne toujours lieu à un document classifié. Les « services » nous ont menti en nous disant qu’ils n’avaient jamais travaillé sur Ben Moussalem. Quand on demande la déclassification des informations écrites sur Ben Moussalem, ils nous répondent qu’il n’y a pas de documents. Mais ce n’est pas parce que les services n’ont jamais travaillé sur Ben Moussalem, c’est parce que ces documents ont probablement été détruits après l’élection de Jacques Chirac, en 95 ! 

 

En revanche, tous les responsables des services de renseignement qui témoignent dans le volet terroriste de l’affaire Karachi, instruit jusqu’ici par le juge Marc Trévidic, disent n’avoir aucune information particulière sur Ben Moussalem.

 

Il s’agit de Raymond Nart (membre de la DST de 1964 à 1997), de Jean-Jacques Pascal (directeur de la DST de 1997 à 2002) et de Eric Bellemin-Comte (affecté à la DST en octobre 2001, aujourd’hui conseiller auprès du Coordinateur pour le renseignement à l’Elysée).

13 Novembre 2015 à 11:00

 

 

http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2015/11/13/attentat-de-karachi-le-temoignage-qui-revele-les-dissimulations-de-la-dst_4808707_1653578.html

Attentat de Karachi : le témoignage qui révèle les mensonges de la DST

 

Le Monde.fr | 13.11.2015 à 06h52 • Mis à jour le 13.11.2015 à 13h10 | Par Soren Seelow

 

Sur les lieux de l'attentat de Karachi, le 8 mai 2002.

Personne ne connaît son nom. Dans le dossier d’instruction de l’attentat de Karachi, qui a fait quinze morts dont onze employés français de la Direction des constructions navales (DCN) le 8 mai 2002 au Pakistan, il apparaît sous son seul alias : « Verger ». Verger est un ancien agent de la Direction de surveillance du territoire (DST), l’ancêtre de la DGSI. Il n’avait encore jamais été entendu par la justice. C’est désormais chose faite. A la faveur d’un tour de passe-passe inédit, les magistrats instructeurs sont parvenus à contourner le secret-défense qui leur est opposé depuis le début de cette enquête.

 

DEPUIS 2009, LE JUGE MARC TRÉVIDIC CHERCHE À SAVOIR SI LE MOBILE POLITICO-FINANCIER A ÉTÉ VOLONTAIREMENT ÉTOUFFÉ AU PROFIT DE LA PISTE ISLAMISTE

 
Le témoignage de Verger, que Le Monde a pu consulter, a été déclassifié par le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, le 23 octobre. Il vient confirmer des informations longtemps tues par les responsables des services de renseignement : la DST, chargée en 2002 de l’enquête sur l’attentat, avait bel et bien travaillé dès les années 1990 sur un certain Ali Ben Moussalem, aujourd’hui considéré comme un personnage clé de l’affaire.

Depuis 2009, le juge Marc Trévidic – chargé de l’enquête jusqu’à son départ du pôle antiterroriste en août 2015 – cherche à savoir si la DST a enquêté sur cet homme et le lui a caché. En d’autres termes si le mobile politico-financier a été volontairement étouffé au profit de la piste islamiste. Les anciens responsables des services qu’il a auditionnés sur ce sujet se sont systématiquement retranchés derrière le secret-défense. Et ses innombrables requêtes en déclassification concernant Ali Ben Moussalem se sont jusqu’ici heurtées à la même réponse : la DGSI, qui a succédé à la DST, ne retrouve aucune trace de ce travail dans ses armoires.

Ce cheikh saoudien était à la tête d’un réseau d’intermédiaires – dont faisait partie Ziad Takieddine – imposé par le gouvernement Balladur dans plusieurs marchés d’armement en 1994 : la vente des sous-marins français Agosta au Pakistan et des frégates Sawari II à l’Arabie saoudite. Il est le pivot de la thèse selon laquelle l’attentat serait une mesure de rétorsion après l’interruption des commissions prévues par ces contrats. Quelques mois après son accession à la présidence de la République en 1995, Jacques Chirac avait décidé de mettre fin aux versements, qu’il soupçonnait d’avoir financé la campagne de l’ancien premier ministre devenu son rival dans la course à l’Elysée.

Ali Ben Moussalem – qui est mort en 2004 – est considéré comme la principale victime de cette décision, avec un préjudice estimé à 120 millions d’euros. Ses connexions avec les services secrets pakistanais et la mouvance terroriste en font, pour les tenants de la thèse politico-financière, un suspect potentiel.

Lire aussi : Attentat de Karachi : comment Bernard Cazeneuve a permis de contourner le secret-défense

« Merci pour la France, elle vous le rendra »

Le témoignage de Verger ne suffit pas à étayer le mobile financier de l’attentat. Il confirme en revanche que le renseignement intérieur a bien observé des transactions entre Ben Moussalem et des membres du gouvernement Balladur dans les années 90. La scène qu’il relate a été immortalisée par des « sous-marins » de la DST, des véhicules placés devant la boutique Arije – qui occupait le rez-de-chaussée de la permanence de campagne de Balladur à Paris – en face de l’hôtel Prince de Galles, propriété de Ben Moussalem :

« En 1994-1995, je me suis intéressé aux activités de cheikh Ali Ben Moussalem et de son bras droit, Ziad Takieddine. Gérard Willing [le correspondant de la DST dont Verger était l’officier traitant] m’avait indiqué que la boutique Arije était une plaque tournante de trafics en tout genre et d’armes en particulier. La DST a placé cette boutique sous surveillance. A notre grande surprise, la campagne électorale étant lancée, nous avons observé que des membres du parti républicain de François Léotard [ministre de la défense du gouvernement Balladur] se rendaient dans l’immeuble abritant Arije. (…) Donnedieu de Vabres [chargé de mission auprès de François Léotard] aurait rencontré Ben Moussalem à l’hôtel Prince de Galles. Ce dernier lui aurait remis deux valises, pleines, selon Gérard Willing, d’argent. Donnedieu de Vabres aurait alors remercié Ben Moussalem en lui disant : Merci pour la France, elle vous le rendra. »

Aucune trace de cette surveillance n’a été retrouvée dans les archives de la DGSI. Ce témoignage tend ainsi à confirmer les soupçons des parties civiles, convaincues depuis des années que l’appareil d’Etat leur cache la vérité. « Soit la DGSI ment à la justice et à son ministre de tutelle, soit les souvenirs de cet épisode peu reluisant de la rivalité entre Chirac et Balladur ont été détruits », explique Me Marie Dosé, avocate de plusieurs parties civiles.

Durant les sept premières années de l’instruction, une seule piste a été creusée par la DST : celle d’un attentat perpétré par la nébuleuse Al-Qaida. Il faudra attendre 2008 – et la divulgation par la presse d’un rapport confidentiel commandé par la DCN dès septembre 2002, le rapport « Nautilus » – pour que la piste d’une vengeance liée à l’arrêt des commissions s’impose comme une alternative.

Lire aussi : Affaire de Karachi : si vous avez raté un épisode

Pendant six ans, le juge Marc Trévidic se heurtera au secret-défense opposé par les témoins qu’il auditionne. Faisant suite à de multiples demandes d’actes déposées par Me Dosé, il requiert en 2012, 2013 et 2014 la déclassification des notes de la DST sur Ben Moussalem. Il n’obtiendra qu’un seul document : l’analyse d’un article du quotidien suisse Le Temps, copieusement caviardée et ne présentant aucun intérêt pour l’enquête.

Les déclarations de Verger confirment – pour partie – celles du seul acteur de ce dossier à s’être montré prolixe sur le travail réalisé par la DST durant cette période : Gérard Willing. Cet « honorable correspondant » de la DST a affirmé dans le bureau du juge, le 28 janvier 2013, avoir enquêté sur Ben Moussalem dès 1994 et en avoir rendu compte à Verger, son officier traitant. Il précisait encore avoir transmis une note étayant la piste politico-financière cinq jours après l’attentat.

« Non – Non plus – Non plus – Non »

Son témoignage a depuis été régulièrement contesté – voire discrédité – par plusieurs anciens responsables de la DST. Aucune trace de son travail n’a jamais été retrouvée. Afin de vérifier ses assertions, le juge Trévidic a envoyé le 6 mai des questionnaires à remettre à cinq témoins qu’il n’avait pu entendre ou qui s’étaient retranchés derrière le secret-défense. Les réponses à ces formulaires ont été envoyées directement au ministre de l’intérieur – sans passer par le cabinet du juge – afin que le secret-défense ne puisse lui être opposé. A charge ensuite pour le ministre de les classifier, pour les déclassifier dans la foulée, ce qui est chose faite depuis le 23 octobre.

Les destinataires de ces questionnaires étaient : Jean-Louis Gergorin (ancien directeur de la stratégie du groupe Matra), Raymond Nart (ancien directeur adjoint de la DST), Eric Bellemin-Comte (ancien chef du service de la DST chargé des contacts avec Gérard Willing), Jean-Jacques Pascal (ancien directeur de la DST) et le fameux Verger. Le seul à avoir fait état dans ses réponses d’un travail sur Ben Moussalem est celui dont l’identité demeure à ce jour un mystère. Interrogé sur l’existence de cet agent, l’ancien directeur adjoint de la DST, Raymond Nart, affirme pourtant que l’alias « Verger » ne lui évoque « aucun souvenir ».

Eric Bellemin-Comte – aujourd’hui conseiller auprès du coordinateur national du renseignement à l’Elysée – continue lui aussi d’assurer que, « de mémoire », aucun travail n’a été effectué sur Ben Moussalem par son service. Quant à Jean-Jacques Pascal, ses réponses sont une succession de variations lapidaires sur le thème de la négation :

« J’ignore tout de Monsieur Gérard Willing – Non – Non plus – Non plus – Non – J’en ignore tout – Je ne connais pas le Cheikh Ali Ben Moussalem – Rien – Non. »

Treize ans après les faits, cet ancien patron de la DST continue de se dire convaincu, « à tort ou à raison », que l’attentat est le fait de « la mouvance taliban ».

 

 Soren Seelow

  • Journaliste

 

 
http://tempsreel.nouvelobs.com/justice/20151113.OBS9364/attentat-de-karachi-les-secrets-de-la-dst-se-devoilent.html

Attentat de Karachi : les secrets de la DST se dévoilent

L' Obs

Publié le 13-11-2015 à 10h34

Selon un ex-agent de la DST, le contre-espionnage a bien enquêté sur un certain Ali Ben Moussalem après l’attentat de Karachi.

 

Cérémonie en hommage aux victimes de l'attentat de Karachi perpétré en 2002, en présence de Bernard Cazeneuve, le 8 mai 2015, à Cherbourg. (AFP PHOTO/CHARLY TRIBALLEAU)Cérémonie en hommage aux victimes de l’attentat de Karachi perpétré en 2002, en présence de Bernard Cazeneuve, le 8 mai 2015, à Cherbourg. (AFP PHOTO/CHARLY TRIBALLEAU)

 

En 2002, l’attentat de Karachi tuait 15 personnes, dont 11 ouvriers français de la Direction des constructions navales. Une des thèses est celle de la piste islamiste, mais une autre étudie le mobile politico-financier. A savoir une attaque ourdie en représailles à une décision de mettre un terme au versement des commissions, prise par Jacques Chirac, adversaire politique d’Edouard Balladur.

Or, parmi les témoignages d’ex-agents de la direction de la Surveillance du territoire (DST) qui viennent d’être déclassifiés, l’un fournit des éléments susceptibles de corroborer cette dernière thèse, indique « Le Monde », vendredi 13 novembre.

Le témoignage d’un certain « Verger », que le quotidien a pu consulter, « vient confirmer des informations longtemps tues par les responsables des services de renseignement : la DST, chargée en 2002 de l’enquête sur l’attentat, avait bel et bien travaillé dès les années 1990 sur un certain Ali Ben Moussalem, aujourd’hui considéré comme un personnage clé de l’affaire. »

Ben Moussalem, un cheick saoudien à la tête d’un réseau d’intermédiaires

Qui est cet Ali Ben Moussalem ? « Le Monde » le présente comme un « cheikh saoudien [...] à la tête d’un réseau d’intermédiaires - dont faisait partie Ziad Takieddine. « Ses connexions avec les services secrets pakistanais et la mouvance terroriste en font, pour les tenants de la thèse politico-financière, un suspect potentiel », selon le journal qui précise que Ben Moussalem est mort en 2004.

En planque devant la boutique Arije à Paris, « Verdier » assure avoir « observé que des membres du parti républicain de François Léotard [ministre de la défense du gouvernement Balladur] se rendaient dans l’immeuble ».

Citant son supérieur, Gérard Willing, « Verdier » évoque même la remise de valises pleines par Ben Moussalem à Donnedieu de Vabres [alors chargé de mission auprès de François Léotard].

Donnedieu de Vabres aurait alors remercié Ben Moussalem en lui disant : « Merci pour la France, elle vous le rendra », déclare Verdier, comme le rapporte  »Le Monde ».

« Verger » n’est pas le vrai nom de l’agent, mais son alias, précise « Le Monde », qui rappelle les difficultés rencontrées par le juge Marc Trévidic - chargé de l’enquête jusqu’à son départ du pôle antiterroriste en août 2015 - pour que soient déclassifiés les souvenirs d’anciens agents de l’ex-Direction de la surveillance du territoire.

E.H. (avec AFP)



1...222223224225226...273

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo