Montluçon : pourquoi Paul Constans n’a pas besoin de Laurent Morillon

Rappelez-vous, au mois d’août 2008 NEMROD34 indiquait avoir inscrit son fils dans un établissement scolaire du secteur privé où l’enseignement catholique est privilégié, et précisait : « C’est pour la qualité de l’enseignement… c’est inévitable… »

C’était dans ce commentaire qu’il a posté le 5 août 2008 sur le site des Sataniques Sceptiques du Québec :

http://www.sceptiques.qc.ca/forum/d-apres-vous-ils-veulent-quoi-les-ets-t5340.html#p131935

NEMROD34
 Sujet du message: Re: D’après vous, ils veulent quoi les ETs
MessagePublié: 05 Aoû 2008, 16:42
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 21 Mar 2008, 10:45
Messages: 3766

Mon fils est aussi en école privé où l’enseignement catholique est privilégié.
Mais comme moi il est athée, le directeur et tout le monde le sait, il y a d’autres gosses aussi.
C’est pour la qualité de l’enseignement qu’il est, c’est inévitable mais ça peu de dieu, par contre je veux que mon fils ais une bonne connaissance des religions, et ça en fait partie il fera son choix s’il estime qu’il doit en faire un.
_________________
Image
NEMROD34 S.A.R.L de démolition minutieuse de foutaises.
Siret : 123456789
Capital 3 millions de brouzoufs
Certifié sans chat.

 

Haut
 Profil
spacer

Eh bien, il me semble avoir enfin trouvé les raisons de ces affirmations quelque peu paradoxales du communiste et extrême-gauchiste NEMROD34 dans les commentaires sur cet article récent du site Rue89 :

http://rue89.nouvelobs.com/comment/4369818#comment-4369818

Vous avez un message 18/12/2014 à 07h43

« Très intéressante tribune. Merci »

Xavier de La Porte | Rédacteur en chef Rue89

 

  • Astro Zombie

    Astro Zombie
    Lost in the supermarket

    D’après un MP reçu de cette dame, elle est plein de choses à la fois. Donc elle est soit balèze soit mytho. Mais bon, peu importe, elle fait de la lèche.

    • Paco..Picopiedra

      Paco..Picopiedra répond à Astro Zombie
      « Hâte toi déclin ! » F. Nietzsche (…)

      ça devient désespérant ce truc, un de plus… -_-

    • DiaboloSatanas

      DiaboloSatanas répond à Astro Zombie
      Fou du volant

      C’est bien ce qui m’semblait en fait .
      Ceci dit y a pas que des fachos dans l’armée c’est vrai , j’en ai même connu un ou deux de vraiment très bien .
      Mais y en a quand même beaucoup.

    • Max Schultz

      Max Schultz répond à Astro Zombie
      génocidaire

      Y a des mythos super balèzes en matière de lèche, aussi.

    • Ben85

      Ben85 répond à Astro Zombie
      routier

      Pour être sûr de ne pas se faire sélectionner, c’est pourtant simple, il suffit de mettre les mots « bite », « guégan » ou « tête de furoncle » dans chacun de ses commentaires.

  • Bardamu

    Bardamu
    difficile

    En restant dans le sujet des orientations idéologiques de telle ou telle profession, ce serait intéressant de s’intéresser aux journalistes. On se souvient des simulations de vote au CFJ pour les dernières présidentielles où AUCUN apprenti journaliste n’avait voté à droite.

    Ca pose quand même un léger problème démocratique quand ceux qui enseignent sont majoritairement à gauche et ceux qui informent aussi !

    Mais, là, bizarrement, personne ne s’en préoccupe.

    • Fleur de ciste

      Fleur de ciste répond à Bardamu
      Dans la merde

      Ce que vous dites n’est pas inintéressant.
      Mais cela pose un problème d’éthique. On ne peut tout de même pas recruter quelqu’un sur ses opinions politiques, surtout dans la mesure où l’isoloir nous garantit l’anonymat d’un vote.

      Paradoxalement, le fait d’être dans un lycée privé catho m’a donné une meilleure vision de l’échiquier politique, justement parce l’enseignant « type » (donc de gauche) y était moins représenté. J’y ai d’ailleurs eu une prof d’histoire issue de la bonne bourgeoisie catho de province (elle était adjointe de la maire RPR de la ville) qui fut une enseignante formidable sur le plan humain et a cassé pas mal de préjugés que j’avais sur ces gens là.

      • Bardamu

        Bardamu répond à Fleur de ciste
        difficile

        Je vous rejoins parfaitement : mon prof de philo de terminale, qui ne manquait pas d’être gauchiste a complètement transformé ma vie en me révélant un monde des idées qui m’était parfaitement étranger.

        Tant qu’on a affaire à des gens qui ont une certaine déontologie, les orientations idéologiques importent peu. Mais quand il y a une position hégémonique, il y a toujours un danger…

    • Astro Zombie

      Astro Zombie répond à Bardamu
      Lost in the supermarket

      Moi, en tant qu’islamo-gauchiste, je les enjoins à faire le djihad. M’enfin, vos certitudes concernant les enseignants sont confortables. Bon après, je sais que pour vous, le PS c’est la gauche.

      • Bardamu

        Bardamu répond à Astro Zombie
        difficile

        Vous niez le fait qu’en France les enseignants sont majoritairement de gauche ?

        • frangipanier.

          frangipanier. répond à Bardamu
          Enragée.

          Dans le privé chez les gosses de bourges, c’est plutôt à droite, pourtant.

          • Bardamu

            Bardamu répond à frangipanier.
            difficile

            Oh, il y a plein de profs du privé qui sont de gauche. Il y en a même sur ce site.

            Et le nombre de profs du privé n’excède pas 20% du nombre total de profs.

            • frangipanier.

              frangipanier. répond à Bardamu
              Enragée.

              Ah ben j’ai pas eu de bol, alors, je suis tombée sur tous les profs de droite de France et de Navarre, alors :)

              Quel chat noir je fais.

        • yabon

          yabon répond à Bardamu
          Communiste de souche

          Oui, c’est ce qu’il vient de vous dire, à moins de considérer que le PS c’est la gauche.

          • Bardamu

            Bardamu répond à yabon
            difficile

            Si on commence par là, on va pas s’en sortir. Pour les gens du FN, l’UMPS c’est la gauche. Pour le riverain gauchiste lambda, le PS c’est la droite dure…

 

On souligne :

Astro Zombie

Astro Zombie répond à Bardamu
Lost in the supermarket

Moi, en tant qu’islamo-gauchiste, je les enjoins à faire le djihad. M’enfin, vos certitudes concernant les enseignants sont confortables. Bon après, je sais que pour vous, le PS c’est la gauche.

 

On consulte la bio et les infos du riverain « Astro Zombie », et l’on relève :

http://riverains.rue89.nouvelobs.com/astro-zombie

Prof en LP, amateur de films de zombies, auvergnat d’adoption, j’aime bien me friter sur Rue89, même si c’était mieux avant.

ville Montluçon
sexe Homme
date de naissance 23.07.1967

 

En quelques clics supplémentaires, on retrouve très rapidement le même individu sur ce site :

https://www.linkedin.com/pub/lamo-laurent-morillon/a1/5b2/719

Lamo Laurent.Morillon
8relations

Parcours

Expérience

prof

éduc nat

1995 – Aujourd’hui (19 ans)

Compétences

  • aucun

Formation

fac de Nantes

1989 – 1994

lycée merleau ponty

1982 – 1985


Autres pages consultées


 

Ses copains aussi sont intéressants.

Par exemple :

https://www.linkedin.com/profile/view?id=162168404&authType=name&authToken=L7Lf&trk=prof-sb-browse_map-name

Jean Jousselin

Jean Jousselin

En poste dans secteur Presse écrite

Précédent
  1. Groupe Le Figaro

 

Parcours

Expérience

Groupes

Abonnements


Autres pages consultées


 

https://www.linkedin.com/profile/view?id=21749596&authType=name&authToken=I7YW&trk=prof-sb-browse_map-name

Philippe Dulauroy

Parcours

Expérience

Traducteur

freelance

janvier 2010 – Aujourd’hui (5 ans)Buenos Aires

prof de français

Clef

mai 2009 – mars 2013 (3 ans 11 mois)buenos aires

Langues

  1. English

    Compétence professionnelle
  2. Spanish

    Bilingue ou langue natale

Compétences

  • 2French
    • ghost_person_30x30_v1
    • ghost_person_30x30_v1
  • 1Spanish
    • 22c443c

Formation

Esigelec

1991 – 1995

Groupes

Abonnements


Autres pages consultées


 

https://www.linkedin.com/profile/view?id=362941630&authType=name&authToken=QTAH&trk=prof-sb-browse_map-name

l’idiot du village

inséminateur de carpe en eaux troubles chez BG Repro

Actuel
  1. BG Repro
3relations

Parcours

Expérience

inséminateur de carpes en eaux troubles

BG Repro

janvier 1954 – Aujourd’hui (61 ans)


Autres pages consultées


 

Après ce petit tour d’horizon des amis de « lamo » ou Laurent Morillon sur Linkedin.com, on se remémore sans mal le riverain « lamorille » qui sévissait déjà sur le site Rue89 au printemps 2008 avec son ami le psychopathe de Puy-l’Evêque Cyprien Luraghi, et a toujours continué depuis lors.

Retrouvons-les dans quelques-uns de leurs petits jeux de février et mars 2011, comme exprimé publiquement sur le blog ICI-BLOG du second :

 

  • 105571

    Homere répond à 105561

    Le 25 février 2011 à 11:16 | Permalien

    par jeu ? tu le caches bien… oh et puis merde, je fais mon coming out:

    DSK ! clap clap clap ! DSK ! clap clap clap ! DSK ! clap clap clap ! DSK !

    • 105575

      cyp répond à 105571

      Le 25 février 2011 à 11:41 | Permalien

      Désolé Homère, mais tu n’es pas crédible en DSKolâtre.

      Et toc.

      • 105577

        Homere répond à 105575

        Le 25 février 2011 à 11:46 | Permalien

        bah, si je le croisais dans un bar a fille, peut-etre qu’on boirais un coup ensemble… d’ailleurs un ancien 1er ministre socialo est passé sur mon ile dernièrement… serait peut etre temps que je me casse, non?

        • 105579

          Numerosix répond à 105577

          Le 25 février 2011 à 12:13 | Permalien

          Oui je te rappelle que tu dois nous dénicher une tribu d’ homme fleurs toute gentille paumée dans un triangle d’or quelconque pour finir nos vie a fumer de l’ op au milieu des rires d’enfant à l’abri de la barbarie Homère .
          Ça avance tes recherches ?

          • 105582

            Homere répond à 105579

            Le 25 février 2011 à 12:57 | Permalien

            au milieu des rires d’enfants, defait a l’op… tu veux encore m’attirer des ennuis toi…

            • 105588

              Numerosix répond à 105582

              Le 25 février 2011 à 14:17 | Permalien

              Ouais .Tu te défausses. par une pirouette T’as encore rien foutu, quoi..

        • 105580

          cyp répond à 105577

          Le 25 février 2011 à 12:16 | Permalien

          Je vais pas dans les bars à filles, alors j’ai zéro chance d’y boire un coup en compagnie d’un ex premier ministre socialoche, déjà…

          x60_230

          • 105581

            lamorille répond à 105580

            Le 25 février 2011 à 12:31 | Permalien

            le bonjour à toi pédozoogérontophile kondukatorial kadhafiste [fucking].

            672404tintin

 

  • 105957

    lamorille répond à 105956

    Le 2 mars 2011 à 17:01 | Permalien

    tiens, en exclu, la gniasse :

    331790tokyogorepolice02

    • 105958

      cyp répond à 105957

      Le 2 mars 2011 à 17:13 | Permalien

      Y a que la bouse-ventouse du haut qui n’est pas très réaliste, sinon c’est tout à fait ça ;-)

      x60_248

 

106060

cyp répond à 106059

Le 2 mars 2011 à 23:51 | Permalien

Je profite de ton replipage pour balancer une capture d’écran du blog de la Bouse de hyène après relookage au lexomil-grenadine :

http://sd-16847.dedibox.fr/sit…..seblog.jpg
(l’image est trop mahousse pour être affichée directement Ici)

Avec ça, elle est preum’s de chez preum’s sur WebNavet :-) )))))

Répondre
  • 106061

    Numerosix répond à 106060

    Le 2 mars 2011 à 23:55 | Permalien

    Ça me donne le mal de mer ..

    • 106062

      cyp répond à 106061

      Le 2 mars 2011 à 23:57 | Permalien

      Ce serait pas plutôt le mal de merde, une fois ?

      • 106068

        Numerosix répond à 106062

        Le 3 mars 2011 à 0:22 | Permalien

        Aussi, oui .

        • 106069

          cyp répond à 106068

          Le 3 mars 2011 à 0:25 | Permalien

          Imagine : on est toute une brochette Ici à se farcir son blog au quotidien depuis début janvier…

          Mais ça va : c’est pas contagieux heureusement.

          • 106070

            Numerosix répond à 106069

            Le 3 mars 2011 à 0:32 | Permalien

            Visiblement non . Ouf !

            Et la bonne nuit .

            • 106071

              cyp répond à 106070

              Le 3 mars 2011 à 0:34 | Permalien

              Elles nous refileront pas leur cancer du cul, nonmais© !

              La belle et bonne nuit, Numebert !

  • 106063

    Mon-Al répond à 106060

    Le 2 mars 2011 à 23:59 | Permalien

    C’est pratiquement illisible sans surlignage …

  • 106064

    lamorille répond à 106060

    Le 3 mars 2011 à 0:00 | Permalien

    et même le top[inambour]

 

C’est… rafraîchissant…



Luraghi : le délinquant du net sévit déjà en 2004

Comme en témoigne la discussion rapportée ci-dessous, en 2004 le cyberdélinquant Cyprien Lyraghi se piquait déjà de révéler les identités d’internautes anonymes qui le dérangeaient après les avoir identifiés en une minute montre en main, quoiqu’alors, selon ses dires, il ne fût encore qu’un amateur :

 

http://www.generation-nt.com/reponses/rma-existe-t-entraide-2740531.html#comments

 

Le RMA existe-t’il ?

Le vendredi 21 Mai 2004 à 14:15
Cyp’ Luraghi : le délinquant du net sévit déjà en 2004 dans Calomnie avatar_mid
Bonjour,
La loi sur le Revenu Minimum d’Activité (RMA) est passée en 2003 (texte N°
2003-1200) et le décret d’application est passé en avril de cette année
Mais une assistante sociale m’affirme que le gouvernement a abandonné le
projet et que rien n’est en place
Qu’en est-il ?
Merci d’avance.

Cyp’

Alban Guesner avatar_mid dans Crime
Le 21/05/2004 à 16:06 #14550141
Le RMA a bien été voté par le Parlement et appliqué par le Gouvernement. Il
restait aux Conseils généraux à le mettre en oeuvre dans les Départements,
ceux-ci ayant la compétence du RMA.
Or, après le vote et l’application du RMA, les Conseils généraux sont passés
dans une majorité de gauche, alors que son vote et son application ont été
effectués par une majorité de droite au Parlement et au Gouvernement.
Voilà pourquoi le RMA n’est pas mis en oeuvre dans certains départements,
certains s’opposent effectivement à cet dispositif de droite car ils sont de
gauche. Dans ces circonstances, le Gouvernement a alors souligné que le RMA
n’était qu’un dispositif facultatif pour les Conseils généraux dans leurs
actions sociales et aucunement obligatoire.
En définitive, chaque Conseil général peut mettre en oeuvre le RMA dans son
Département commme il peut parfaitement le refuser.
A ce jour, certains Départements ont déjà mis en oeuvre le RMA, d’autres pas
: tout est histoire de liberté !


Alban Guesner
Agent d’affaires juridiques

« Cyp’ » news:40adf2fb$0$22059$
Afficher la citation

le_troll avatar_mid dans Perversité
Le 21/05/2004 à 16:17 #14550131
Lol, c’est bien la déconcentration… Davantage d’élus à payer,
davantage de magouilles à faire, et maintenant le droit change suivant les
départements, re-lol, et dire que les rois ont mis tellement de temps à
unifier la France, et que maintenant on fait le contraire: Un gouvernement,
une nation, une loi…

Si quelqu’un peut me dire les « avantage » qu’il y a avoir des parlements
régionaux et départementaux, sauf à singer certains pays (tans est que ce
soit un avantage) ?

Merci, @+, bye, Joe
montmartre75 AROBASE iFrance POINT com
——————————————
Avec une hache, celui qui tient le manche a toujours raison !
——————————————

« Alban Guesner » c8l2dv$2kq$
Afficher la citation
Il
Afficher la citation
passés
Afficher la citation
de
Afficher la citation
RMA
Afficher la citation
son
Afficher la citation
pas
Afficher la citation

Afficher la citation
année…
Afficher la citation

Cyp’ avatar_mid
Le 21/05/2004 à 16:32 #14550121
« Alban Guesner » m’a répondu :
[...clipi-clipi...]
Afficher la citation
son
Afficher la citation
pas
Afficher la citation

Un grand merci pour votre réponse… qui ne m’arrange pas, hélas. Etant
au RMI depuis quelque temps, j’avais contacté un artisan photographe qui
devait m’*embaucher* en RMA et du coup, ça tombe à l’eau. Je suis dans le
Lot, département Rad’Soc s’il en est…
Je suis moi-même de gauche et je comprends bien que le dispositif RMA
est parfaitement pervers, en ce qu’il offre à vil prix une main d’oeuvre au
privé. Mais dans mon cas précis ça me fiche dans la poisse.
Décidément la gauche s’acharne contre moi (lire toute une pilée de posts
depuis trois ans sur fr.misc.droit et fr.misc.droit.immobilier), ou un
notaire (socialiste militant) a fait capoter l’achat de notre maison, ce qui
nous a valu une expulsion en bonne et due forme.
Mais je reste de gauche. Tendance Jaurès, tout de même. Après : il
n’y a plus rien.

Merci encore et bonne journée.

Cyprien Luraghi
************************************
Ecrivain en ligne et à l’oeil, Rmiste ou Rmaste…
************************************

le_troll avatar_mid
Le 21/05/2004 à 16:59 #14550101
Eh kamarade de gauche, à gauche t’avais aussi l’adorable « Adolphe » (N…
SOCIALISTE), et le ravissant « Joseph » (SOCIALISTE…soviétiques…),
d’ailleurs ils furent alliés… 300.000.000 de morts en un siècle, ça te
suffit pas, tu veux en tuer encore un peu?
La civilisation à 12.000 ans, le socialisme a 100 ans et il s’écroule de
partout, tandis que le régime libéral perdure depuis 120 siècles, ça ne te
suffit pas pour comprendre que c’est contre nature le socialisme, comme les
mariages qu’ils revendiquent d’ailleurs…

Merci, @+, bye, Joe
montmartre75 AROBASE iFrance POINT com
——————————————
Avec une hache, celui qui tient le manche a toujours raison !
——————————————

« Cyp’ » 40ae1308$0$2174$
Afficher la citation
Etant
Afficher la citation
au
Afficher la citation
posts
Afficher la citation
qui
Afficher la citation

Cyp’ avatar_mid
Le 21/05/2004 à 17:13 #14550091
« le_troll » a éructé :
Afficher la citation
[...etc.]

D’abord je ne suis pas ton pote, bien au contraire. Tes 1200 et quelques
messages postés au fil des ans polluent maints groupes de discussion.
Parfois cependant tu renseignes efficacement les usagers sur des points
de droit. Mais nous n’avons pas le moindre atome en commun, c’est certain.
C’est le groupe de Partisans italiens dont faisait partie mon grand-père
et mon oncle qui ont arrêté l’immonde Mussolini.
Entre autres. Et je n’ai aucune sympathie pour les régimes communistes.
Et encore moins pour le baron Sellières, notre actuel président.
Je souhaite ardemment qu’un jour tu sois condamné pour les propos
violemment racistes dont tu conchies les forums.
Tes congés payés, ton chômedu et ta sécu, tu la dois à des gens de
gauche.
Mais je ne tiens pas à poursuivre le débat avec toi.

Mes excuses à tout le groupe pour avoir répondu à ce fasciste de base.

Cyp’

Alban Guesner avatar_mid
Le 21/05/2004 à 17:42 #14550081
Il ne s’agit pas de la déconcentration, mais de la décentralisation issue
des Lois de 1982.


Alban Guesner
Agent d’affaires juridiques

« le_troll » news:40ae0f95$0$28219$
Afficher la citation
gouvernement,
Afficher la citation
parlements
Afficher la citation
news:
Afficher la citation
Départements,
Afficher la citation
été
Afficher la citation
départements,
Afficher la citation
sont
Afficher la citation
leurs
Afficher la citation
(texte
Afficher la citation
le
Afficher la citation

Alban Guesner avatar_mid
Le 21/05/2004 à 17:48 #14550061
Si certains Départements ont mis en oeuvre le RMA, c’est parce qu’ils
avaient entrepris avec de l’avance sa mise en oeuvre avant les dernières
élections cantonales. Lorsque la majorité a changé, la nouvelle majorité de
gauche dans ces Départements a préféré laissé le RMA que de tout annuler.
A contrario, les Départements qui n’ont pas mis en oeuvre sont ceux qui
avaient pris moins d’avance. Quand la nouvelle majorité de gauche est
arrivée, il était encore temps d’arrêter la mise en oeuvre. Et c’est ce que
plusieurs Départements ont fait.


Alban Guesner
Agent d’affaires juridiques

« Cyp’ » news:40ae1308$0$2174$
Afficher la citation
Etant
Afficher la citation
au
Afficher la citation
posts
Afficher la citation
qui
Afficher la citation

anie avatar_mid
Le 21/05/2004 à 17:50 #14550041
Bonjour à Alban Guesner qui a écrit :
Afficher la citation

Heu c’est quoi » un « Agent d’affaires juridiques » ?

Anne

Matthieu avatar_mid
Le 21/05/2004 à 17:54 #14550021
« le_troll » news:40ae1983$0$31211$
Afficher la citation

Je sous choqué par vos propos fascisants et mensongers. Il n’y a aucun
rapport entre le nazisme et le socialisme. En outre, le Parti Socialiste est
social-démocrate et n’est en aucun cas soviétique. Merci de cesser de
raconter n’importe quoi…

Yvan Daumin avatar_mid
Le 21/05/2004 à 21:57 #14549751
anie wrote:
Afficher la citation

Moi aussi je suis interessé par la définition de cette profession ;-)

YD

ecolo avatar_mid
Le 21/05/2004 à 22:00 #14549741
Cyp’ a écrit :

Afficher la citation

Afficher la citation

Tu souhaites un CSA des newsgroups qui censurerait le_troll sous
pretexte qu’il te dérangerait??? Cela me rappelle des pratiques que tu
sembles pourtant condamner.

Afficher la citation

C’est tout à l’honneur de ton grand pere.

Afficher la citation

J’ai pas les memes infos que toi.

Afficher la citation

Un souhait ne te menera pas loin. Porte plainte.

Afficher la citation

Lorsque tu obliges quelqu’un a payer un impot pour financer du social tu
bafoues sa liberté en t’appropriant ce qu’il a dans son portefeuille.
Avant de t’extasier devant la sécu et autre chomage regarde un peu en
arriere. La mutualisation du risque ne date pas d’hier. La gauche n’a
fait qu’etatiser une idée dont on a des traces du temps des babyloniens.
Fascisme et racisme ont pour ennemi la liberté. Si tu es un défenseur de
la liberté réfléchis à ce que signifie un impot, une aide un Etat.

Afficher la citation

Afficher la citation

J’accèpte tes excuses.


Naissez sur ou au dessus des eaux internationnales et votre nationalité sera
la mer ou le ciel. Naissez sur Terre et vous ne serez jamais « terrien ». L’Etat
n’est pas compatible avec la péosie, il n’est pas compatible avec mon ethique.

Cyp’ avatar_mid
Le 21/05/2004 à 23:39 #14549701
<ecolo> a écrit :

Afficher la citation

Mon cher Nicolas P*********, j’ai beau sévir sous XP et pas Linux, ça ne
m’a pris qu’une minute pour t’identifier. Pourtant je ne suis qu’un sombre
amateur…

Il ne s’agit pas que je fasse mon petit CSA à moi tout seul, mais tout
de même, « le_troll » a bien souvent poussé le bouchon un peu trop loin.
Nombreuses sont ses interventions qui poussent à la haine des Arabes et des
Musulmans en général. Pas très souvent sur ce forum, certes, mais une petite
recherche judicieuse te guidera vers ses trop nombreux méfaits : ce type a
la haine du bronzé bien ancrée. Un ancien d’Algérie, peut-être… Enfin, il
me semble que certains de ses propos sont carrément condamnables.

Afficher la citation

Afficher la citation

…Et de tous mes ancêtres ! Un Luraghi fusillé triangle rouge au camp de
Fossoli… Et si tu cherches bien tu en verras bien d’autres. C’est une
tradition chez nous.
Afficher la citation
communistes.
Afficher la citation

C’est quoi, tes infos ? Que Sellière est la crapule responsable –entre
autres– de la mort directe de mon père à 58 ans (mésothéliome = cancer de
la plèvre causé par l’amiante quand il rejointoyait les hauts-fourneaux du
criminel précité en Lorraine et à Dunkerque dans les années cinquante et
soixante) ?

Afficher la citation

Excuse-moi, mais je n’ai pas que ça à f******. Et puis je suis fauché.
Et la justice française n’est pas faite pour nous autres. Lis mon site, tu
verras de quoi je cause.

Afficher la citation

T’es bien parti dans la vie, je vois ! Le cul bordé de nouilles. T’as
pas dû en chier des masses, je crois. T’as déjà eu faim ? T’as déjà été
expulsé de chez toi avec ta femme et tes enfants ? Et j’en passe…

Afficher la citation
base.
Afficher la citation

Très cher et précieux groupe (et je te ficherais une paix royale,
désormais), sois certain que je n’accepte aucune excuse de la part de
l’enfant gâté qui a l’applomb de me faire la morale dans son message. De
certains d’entre vous oui, de lui non.

La vie est un combat. Et je ne m’en prive pas.

Cyprien Luraghi
Ecrivain en ligne et à l’oeil
Six doigts sur le clavier

ecolo avatar_mid
Le 22/05/2004 à 01:23 #14549691
Cyp’ a écrit :

Afficher la citation

Afficher la citation

Afficher la citation

Tu es observateur et j’ai pas vraiment pris de précaution. J’ai été
gamin sur ce coup là.

Afficher la citation

Je ne fréquente le forum que depuis tres peu de temps et je n’ai aucune
sympathie pour les racistes…

Afficher la citation

Afficher la citation

Afficher la citation

Mon grand père a été capturé en remontant l’Italie d’un contingent qui
venait du Maroc. J’ai aussi la haine des dictatures.

Afficher la citation

La montange m’interesse et je pars pour l’Asie bientot. Je vais acheter
ton bouquin.

Afficher la citation

Afficher la citation

J’ai mes galères mais je préfere garder ça pour moi. Je n’attends pas de
la vie une médaille.

Afficher la citation

Une victoire sur soi même. Pour moi l’important c’est de s’en sortir.
Tout le monde galère plus ou moins. C’est qui te rend digne de ce que tu
as.

Afficher la citation

:) bien trouvé!


Naissez sur ou au dessus des eaux internationnales et votre nationalité sera
la mer ou le ciel. Naissez sur Terre et vous ne serez jamais « terrien ». L’Etat
n’est pas compatible avec la péosie, il n’est pas compatible avec mon ethique.
Nicolas Pontoizeau – Promo 2005

Alban Guesner avatar_mid
Le 22/05/2004 à 03:07 #14549621
Le même objet que celui d’agent d’affaires. Il n’y a aucune différence.
Seulement, les affaires ou les missions en question sont souvent juridiques.
D’où cette précision. Mais qui n’est pas forcément nécessaire, je le
concède. Juste préciser que le champ est plus restreint : un agent
d’affaires reste souvent général, tous types d’affaires.


Alban Guesner
Agent d’affaires juridiques

« anie » news:
Afficher la citation

Sébastien Delpeuch avatar_mid
Le 22/05/2004 à 06:52 #14549561
Bonjour,

Je trouve vos messages justes, de bon sens, je ne peux donc qu’être
d’accord à 100%.

Par ailleurs, j’ai lu votre affaire juridique, cela ma terriblement
bouleversé. Mais c’est comme ça la justice, il y a toujours un qui
perd même si cela peut paraître cruel, injuste…

J’achèterai certainement votre livre et inciterais mes amis à faire
autant.

Toute ma sympathie et solidarité…

Cordialement

Matthieu avatar_mid
Le 22/05/2004 à 11:53 #15140951
« Sébastien Delpeuch » news:
Afficher la citation

Je suis également tout à fait d’accord avec ce qui a été écrit par notre ami
Cyp’.

Afficher la citation

De quel livre s’agit-il?

Cyp’ avatar_mid
Le 22/05/2004 à 13:32 #15140901
« Matthieu » a demandé

Afficher la citation

Il y en a deux en librairie :

-Piste Himalayennes, Albin Michel, 1991.
-Pour cigogne le glas, Baleine (Le Poulpe) 1999

Et sur mon site, pour pas un rond :

-La Liste de Nurse Jones, traduction (attention, c’est chaud les marrons…)
-Coup de Rouge, roman campagnard et destroy

Bon ouiquande à toutes et tous.

Cyp’



Brésil : un député concurrence Jean-Luc Mélenchon

Je rappelle au passage être publiquement vendue comme prostituée et régulièrement menacée de viol et de meurtre sur Internet par Josette Brenterch du NPA de Brest et ses complices « déconnologues » de la bande de Cyprien Luraghi depuis le mois de juin 2010 sans qu’aucun des magistrats brestois saisis de cette affaire n’y ait jamais trouvé à redire, bien au contraire. C’est après moi qu’ils en ont du fait que je me plains de ces agissements pour le moins délictueux. Ils adhèrent à tous les délires de mes agresseurs et me reprochent donc tout comme eux d’avoir toujours refusé de me prostituer.

 

http://www.rtl.fr/actu/international/bresil-je-ne-la-violerais-jamais-car-elle-est-tres-laide-dit-un-depute-a-propos-d-une-collegue-7775961003

Brésil : « je ne la violerais jamais car elle est très laide », dit un député à propos d’une collègue

 

Indignation au Brésil après la phrase prononcée par un député qui évoquait une de ses collègues.

 

Le député Jair Bolsonaro, à l'origine de la phrase, a refusé de s'excuser (archives).
Crédit : CC / Attribution 3.0 Brésil

Le député Jair Bolsonaro, à l’origine de la phrase, a refusé de s’excuser (archives).

par La rédaction numérique de RTL , Avec AFP publié le 19/12/2014 à 20:27

 

« Je ne la violerais jamais car elle est très laide » : la petite phrase prononcée par un député brésilien à propos d’une de ses collègues soulève l’indignation dans le pays sud-américain, où chaque jour 137 agressions sexuelles sont dénoncées.

L’affaire remonte au 10 décembre, quand Jair Bolsonaro, député de l’opposition, s’en est pris à Maria do Rosario Nunes, ancienne ministre des Droits de l’homme et députée du Parti des travailleurs de Dilma Rousseff.

J’ai dit que je ne te violerais pas parce que tu ne le mérites pas !

Jair Bolsonaro

Les deux députés sont en guerre depuis des années, et lors d’une session parlementaire, le militaire à la retraite de 59 ans est sorti de ses gonds après des propos de sa collègue contre la dictature (1964-1985).  »Il y a quelques jours tu m’as traité de violeur. Et j’ai dit que je ne te violerais pas parce que tu ne le mérites pas ! », s’est alors exclamé Jair Bolsonaro, connu pour ses attaques féroces contre la gauche.

Brésil : un député concurrence Jean-Luc Mélenchon dans Crime 7775961005_000-par6896774
Crédit : FABRICE COFFRINI / AFP

La députée victime de cette phrase, Maria do Rosario Nunes, à Genève, le 27 février 2012 (archives).

On ne sait pas dans quelles circonstances Maria do Rosario Nunes l’avait précédemment qualifié de « violeur ». L’insulte avait alors déclenché une polémique sur l’échiquier politique brésilien, habitué pourtant aux coups bas en tous genres, et provoqué l’indignation de nombre de Brésiliens sur les réseaux sociaux.

Loin de faire son mea culpa, le député a mis de l’huile sur le feu le jour suivant, dans un entretien au journal Zero Hora, tout en expliquant que sa petite phrase n’était que de l’ »ironie ».  »Elle ne mérite pas (d’être violée) car (…) elle est très laide. Ce n’est pas mon type. Je ne la violerais jamais », a-t-il alors déclaré.

Jusqu’à 143.000 viols par an

Le député, qui souligne être en faveur de peines plus sévères en cas de viol, a assuré que « jamais (il) ne demander(ait) pardon » à la députée. Cette dernière a déposé plainte pour injure et calomnie, de même que le ministère public, pour incitation publique au viol.

L’affaire a servi de déclencheur pour un projet de loi, approuvé mercredi au Sénat, reconnaissant le crime de féminicide. La proposition devra être validée par les députés puis recevoir le feu vert présidentiel. Mais la polémique a aussi mis en exergue le fond machiste de la société brésilienne, où les agressions contre les femmes sont monnaie courante.

« En 2013, 50.320 agressions sexuelles ont été dénoncées, mais grâce à des enquêtes internationales nous savons qu’à peine 35% des victimes portent plainte, donc au Brésil il peut y avoir jusqu’à 143.000 viols par an », a indiqué la directrice du Forum brésilien de sécurité publique.

Selon elle, le phénomène est dû à une « tradition machiste bien ancrée, dans laquelle la femme est encore culpabilisée pour l’agression qu’elle subit, que ce soit pour sa façon de s’habiller ou de marcher ».

 

http://www.elle.fr/Societe/News/Un-depute-bresilien-choque-son-pays-apres-ses-propos-sur-le-viol-2871360

Un député choque le Brésil avec ses propos sur le viol

 

Créé le 20/12/2014 à 13h40 – Mis à jour le 20/12/2014 à 15h30

Un député choque le Brésil avec ses propos sur le viol
© MaxPPP

 

Elle a déposé plainte pour injure et calomnie. Le ministère public brésilien en a fait autant pour incitation publique au viol. Le 10 décembre dernier au Brésil, Jair Bolsonaro, député de l’opposition, a tenu des propos scandaleux à l’encontre de Maria do Rosario Nunes, ancienne ministre des Droits de l’homme et députée du Parti des travailleurs de Dilma Rousseff, lors d’une session parlementaire. « Il y a quelques jours tu m’as traité de violeur. Et j’ai dit que je ne te violerais pas parce que tu ne le mérites pas ! », a ainsi déclaré publiquement le militaire à la retraite de 59 ans. Une sortie qui a scandalisé tout le Brésil où en 2013, 50 320 agressions sexuelles ont été dénoncées, selon les chiffres du Forum brésilien de sécurité publique.

Le féminicide reconnu comme un crime par le Sénat

Interrogé sur ses propos par le journal « Zero Hora », Jair Bolsonaro ne s’est pas excusé et est même allé plus loin. Il a ainsi expliqué que sa sortie n’était que de l’« ironie ». Et ajouté à propos de Maria do Rosario Nunes : « Elle ne mérite pas (d’être violée) car elle est très laide. Ce n’est pas mon type. Je ne la violerais jamais ». L’homme politique s’est alors attiré les foudres des associations féministes locales. « Il faut dénoncer cela de manière véhémente. C’est un appel à la violence contre les femmes », a notamment estimé Lucia Rincon, dirigeante de l’Union nationale des femmes. Maria do Rosario Nunes a quant à elle expliqué à l’AFP qu’elle avait porté plainte, non pas pour elle, « mais pour toutes les femmes brésiliennes, car aucune ne mérite d’être violée. Je n’accepte pas qu’au Parlement, ni dans aucun autre lieu, il existe l’incitation à la violence ».

Cette affaire a cependant servi de déclencheur pour un projet de loi. Mercredi, le Sénat a en effet reconnu le féminicide comme un crime. Reste désormais aux députés puis à la présidence de valider à leur tour ce projet de loi.

 

 
Uber interdit à New Delhi après le viol présumé d’une cliente
 
Elle devient la risée de Twitter après avoir raconté son viol à la télé
 
Un maire espagnol s’excuse après des propos choquants sur le viol
 

Écrit par :Laurence Riatto

@LaurenceRiatto [Tous ses articles]



People : DSK a une mine affreuse et Georges Tron regarde ses pieds

http://www.levif.be/actualite/international/dsk-la-malediction/article-normal-357575.html

DSK, la malédiction

 

14/12/2014 à 12:47

Source: Le Vif/L’Express

L’ancien patron du FMI avait retrouvé une autre vie professionnelle et une forme de sérénité, mais son association avec un financier endetté, Thierry Leyne, a tourné au drame et à la faillite. Alors que va être jugée l’ »affaire du Carlton », le voici de nouveau dans la tourmente. Pour avoir, une fois de plus, fait preuve d’une grande légèreté.

DSK, la malédiction

© Reuters

Pour l’instant, je stabilise le bordel. » A quelques semaines du procès dit « du Carlton de Lille », où il est mis en examen pour  » proxénétisme aggravé en réunion », Dominique Strauss-Kahn n’a guère le temps de profiter de son riad à Marrakech, embelli par de longs travaux. Depuis le 23 octobre, jour du suicide de son associé Thierry Leyne, il cavale partout. De Tel-Aviv au Luxembourg, en passant par Genève, l’ancien directeur général du FMI fait le tour des filiales de Leyne Strauss-Kahn & Partners (LSK), leur société commune, qui a fait faillite le 7 novembre. DSK en était actionnaire et président du conseil d’administration. En première ligne, il prend la parole, le 30 octobre, dans une interview au quotidien français Le Parisien, calibrée au millimètre. « Je précise que j’étais président non exécutif de LSK », se défend-il, anticipant sûrement les ennuis à venir. Depuis, silence radio. Ainsi, sollicité par Le Vif/L’Express, il n’a pas souhaité s’exprimer.

L’affaire surgit à la veille d’un procès qui s’annonce spectaculaire (voir page 78). Elle vient écorner l’image de DSK dans un domaine où, malgré les vicissitudes de ces dernières années, il garde une excellente renommée : l’économie et la finance. Il y a quelques mois encore, il balayait les avertissements de ses proches d’un revers de la main. Désormais, le voici contraint de reconnaître que la réputation de son ex-associé était « contrastée ». Aujourd’hui, il préférerait que cette association à l’épilogue dramatique n’ait jamais eu lieu.

Il a une « mine affreuse »

Quelques semaines après la défenestration de Thierry Leyne d’une des tours Yoo à Tel-Aviv, le voile se lève sur le parcours de l’homme d’affaires franco-israélien. Pourquoi l’ancien ministre de l’Economie a-t-il pris le risque de nouer un partenariat avec lui ? Pouvait-il vraiment ignorer la situation financière de son associé ?

Ceux qui croisent DSK en novembre lui trouvent de nouveau une « mine affreuse ». Celle des mauvais jours, celle de l’époque de son retour en France, en septembre 2011, après la terrible affaire du Sofitel de New York. Pourtant, depuis quelque temps, l’horizon s’était éclairci. DSK sortait enfin de cette longue période de quarantaine après que la justice américaine l’eut blanchi. En octobre dernier, il assiste à l’anniversaire de sa fidèle communicante, Anne Hommel. Le Tout-Paris politique et médiatique est présent, y compris Anne Sinclair. Les invités ne le traitent plus en pestiféré. La politique, c’est fini. Désormais chef d’entreprise, il a retrouvé une forme de sérénité, une nouvelle compagne et, à en croire son entourage, il envisage le procès du Carlton « avec confiance ».

Il revient de loin. Lorsqu’il rencontre Thierry Leyne, en juin 2012, il s’est tout juste séparé d’Anne Sinclair. Sombre période. A Roissy, à la descente d’un avion, DSK apparaît en chaise roulante à cause d’une sciatique très douloureuse. Il se bourre de médicaments pour son dos, il va mal. L’ex-présidentiable doit entièrement reconstruire sa vie. Pendant quelques semaines, il est hébergé par des proches, notamment par une amie de longue date, ancienne de l’agence Euro RSCG, dont le compagnon est dans les affaires. Son nom est Thierry Leyne, il vit entre le Luxembourg, Paris et Tel-Aviv. Le personnage a du charisme, il est intellectuellement séduisant. « Dominique ne respecte que l’intelligence et Thierry était intelligent », rapporte un homme qui connaît bien « L » et « SK ». Au cours de l’été 2012, les deux sympathisent. « Je crois qu’ils sont vraiment tombés sous le charme l’un de l’autre », raconte une relation de l’ancien ministre.

Le coup de foudre repose pourtant sur un profond malentendu : chacun prend l’autre pour ce qu’il n’est pas. Et s’imagine qu’il va se servir de l’autre pour se refaire. Tous deux seront déçus. Au moment où il rencontre DSK, Thierry Leyne est, lui aussi, mal en point. Il est même sur la paille après la fusion de son entreprise, Assya, avec une société financière, Global Equities. Plusieurs entités dont il est actionnaire accusent des pertes importantes. A la fin des années 1990, Thierry Leyne a connu un certain succès en créant l’une des premières sociétés de Bourse sur Internet, Axfin, très bien revendue à un courtier en ligne. C’est son unique véritable réussite. Depuis, cet ingénieur de formation vit sur le fil du rasoir, jonglant avec l’argent des uns pour rembourser les autres – de la vraie cavalerie. « C’était un court-termiste, borderline, flirtant avec la légalité. Comme il se baladait toujours dans de très belles bagnoles, il donnait le change », rapporte un financier réputé de la place de Paris. A DSK, Thierry Leyne ne dit rien de ses difficultés. Il boit les paroles de l’ex-patron du FMI et songe, probablement, à l’aide providentielle que pourrait lui procurer le carnet d’adresses de son nouvel ami. Lesté de lourdes dettes, Leyne doit à tout prix se renflouer.

Il n’écoute pas les conseils de prudence

Peu de temps après, en septembre 2012, DSK crée sa structure, qu’il baptise Parnasse. Devenu conférencier, il renforce ses liens avec Thierry Leyne et prodigue des exposés sur la macroéconomie aux équipes de son partenaire spécialisées dans la finance. Ensemble, ils travaillent à la création d’une banque pour le Soudan du Sud, un tout jeune Etat. Tous deux assistent, en mai 2013, à l’inauguration de la National Credit Bank par le gouvernement. C’est au cours de l’été, entre deux parties d’échecs, que DSK et Leyne envisagent d’aller plus loin. A Paris, un ami à qui DSK parle du projet le met en garde en évoquant la réputation de Thierry Leyne. « J’ai besoin de me « staffer » et il m’apporte exactement ce qui me manque. J’ai visité ses locaux. Il y a du monde. Ça me semble bien », s’entend-il répondre.

DSK glisse tout de même quelques questions à son futur partenaire. Pour le tranquilliser, Thierry Leyne exhibe les agréments des diverses autorités de contrôle étatiques qu’il détient. Il le rassure, aussi, lui affirmant qu’il n’a jamais été condamné ou rappelé à l’ordre. Faux : en 2012, l’une de ses sociétés reçoit un blâme de l’Autorité de contrôle prudentiel française. Une information que Dominique Strauss-Kahn aurait pu obtenir facilement.  » Autant il est rigoureux lorsqu’il analyse la si-tuation d’un pays, autant il est désinvolte pour ses propres affaires », estime l’un de ses amis.

Faisant fi de ces avertissements, DSK s’engage dans l’aventure. LSK, créée en septembre 2013, est, en réalité, l’ex-société holding de Thierry Leyne, Anatevka, qui regroupe la totalité de ses actifs… et de ses pertes. DSK en prend la présidence en octobre 2013.  » Une simple lecture des comptes d’Anatevka lui aurait permis de voir que ça ne sentait pas bon », note un analyste. Un mois après la création de LSK, les comptes 2012 sont publiés. Ils font non seulement apparaître de lourdes pertes, mais aussi plusieurs réserves des commissaires aux comptes. Dès lors, DSK a sous les yeux les difficultés de son associé. Il aurait pu approfondir pour y voir plus clair avant de poursuivre.  » C’est toujours pareil, il fait trop confiance », soupire un proche.

Il veut faire de l’argent très vite

Plusieurs sources proches de DSK fournissent une autre explication. L’ex-ministre veut faire de l’argent très vite. Il en a besoin pour affronter le procès en cours mais aussi soutenir le train de vie confortable auquel il a été habitué. Désormais divorcé, l’ancien mari d’Anne Sinclair ne peut plus compter que sur lui-même.

Au fur et à mesure, les ambitions des deux associés prennent de l’ampleur, ils veulent dorénavant créer un fonds d’investissement spéculatif de… 2 milliards de dollars, qui portera, cette fois, le nom du seul DSK. « Dans cinq ans, je serai plus gros que la banque Lazard », clame l’intéressé. Un connaisseur de la finance nuance : « Seuls les professionnels aguerris peuvent prétendre ramasser autant d’argent. » Au printemps, commence le roadshow, cette tournée des investisseurs susceptibles de placer leur fortune auprès de LSK. Pékin, Shanghai, Bahreïn… Thierry Leyne fait l’article. Assis à son côté, DSK apporte sa caution.

Leyne et DSK effectuent alors une demande d’agrément au Luxembourg pour leur futur bébé, DSK Global Investment. Mais la réponse tarde. Thierry Leyne devient nerveux, parfois arrogant. Son prestigieux associé ne lui apporte pas assez d’affaires, s’agace-t-il. « Un jour, raconte un ami de DSK, nous étions tous les trois à une réunion de travail à l’étranger. En sortant, Thierry s’approche de moi et me lance d’un ton assez hautain : « Maintenant, si tu veux parler à Dominique, c’est à moi qu’il faut t’adresser. » Je le prends assez mal. Plus tard, j’en fais part à Dominique, qui me répond : « Je sais, il est toujours comme ça, mais il est utile et, maintenant, je suis associé. »"

Pour le meilleur et pour le pire. Le 6 juin 2014, le cours de LSK décroche. Il ne remontera jamais. Thierry Leyne, qui soutenait lui-même le titre de la société en rachetant ses propres actions, semble en panne de liquidités.

Pourtant, il embarque sa fille Vanessa dans sa nouvelle vie. Professeur d’économie à l’ESCP Europe, elle intègre LSK pour animer l’équipe de recherche. Le 23 mai, elle crée sa société, VSK consulting. Sa photo et sa biographie étaient sur le site de LSK avant la disparition de ce dernier. D’après un proche, Vanessa devait être l’ »oeil de Moscou » de son père chez LSK. En fait, DSK hésite. Pendant l’été, il confie ses inquiétudes à son entourage. Quasiment au même moment, néanmoins, il participe encore à une augmentation de capital de LSK et remet au pot 374 960 euros en cash. Au total, il aura investi plus de 600 000 euros dans l’affaire. Mais, selon un proche, sa perte finale sera largement supérieure.

Pourrait-il être appelé en garantie ?

Au début du mois de septembre, Dominique Strauss-Kahn donne rendez-vous à l’un de ses amis. Ensemble, ils roulent en voiture dans Paris, longuement, sans s’arrêter, pour parler en toute sécurité. Il reconnaît : « J’ai des problèmes avec Thierry. Tous les jours, je découvre des choses qu’il a faites dans notre dos. Je suis dans la merde. » DSK mobilise d’autres administrateurs de LSK et réclame des explications à son associé. Leyne est dans une situation délicate. Selon plusieurs sources, il aurait eu du mal à rembourser un gros emprunt contracté auprès de financiers russes. Igor Setchine, patron du groupe Rosneft, un proche de Poutine, aurait facilité la transaction. A-t-il été sollicité par DSK en personne ? Depuis 2013, le Français siège au conseil de deux institutions russes, dont l’une, la Banque russe de développement des régions, est une filiale de Rosneft. D’après nos informations, DSK s’est rendu en Russie, où il jouit d’une très bonne réputation, au cours de la semaine du 17 novembre, pour tenter de régler la situation.

Mais ses ennuis sont loin d’être terminés. Malgré sa démission du conseil d’administration, le 20 octobre, trois jours avant le suicide de Thierry Leyne, DSK pourrait être appelé en garantie par les tribunaux luxembourgeois. Redoutant cette éventualité, il a habilement souligné, dans son interview au Parisien, qu’il n’a pas été rémunéré en tant que président ; à d’autres il précise qu’il n’a effectué aucun acte de gestion. Pour l’heure, les avocats sont partagés sur l’analyse juridique du risque encouru. Au Luxembourg, la liquidation de la société est en cours. Elle pourrait être longue et durer plus d’un an. « Cette histoire est celle de deux albatros blessés par la vie », résume son biographe Michel Taubmann (1).

Reste qu’aujourd’hui DSK est à nouveau seul. Pour démêler l’écheveau des mauvaises affaires de son associé. Pour trouver de nouveaux contrats et se renflouer. Pour répondre, demain, à la justice – si des actionnaires déposent plainte – et prouver qu’il est étranger aux opérations de Thierry Leyne. Seul, enfin, pour défendre sa réputation entachée par son insoutenable légèreté.

(1) Le Roman vrai de DSK (Archipoche, 2014).

Par Libie Cousteau

 

http://www.lepoint.fr/justice/georges-tron-renvoye-aux-assises-pour-viols-et-agressions-sexuelles-15-12-2014-1889857_2386.php

Le Point – Publié le 15/12/2014 à 15:10 – Modifié le 15/12/2014 à 17:44

Georges Tron renvoyé aux assises pour viols et agressions sexuelles

 

La cour d’appel de Paris a infirmé l’ordonnance de non-lieu dont le maire de Draveil avait bénéficié. Georges Tron va se pourvoir en cassation.

 

Georges Tron a annoncé son pourvoi en cassation.
Georges Tron a annoncé son pourvoi en cassation. © AFP PHOTO ERIC PIERMONT

 

People : DSK a une mine affreuse et Georges Tron regarde ses pieds dans Crime sourceafp

 

L’ancien secrétaire d’État UMP Georges Tron a été renvoyé lundi aux assises pour viols et agressions sexuelles sur deux anciennes employées de sa mairie de Draveil (Essonne) qui avaient porté plainte. La cour d’appel de Paris a infirmé l’ordonnance de non-lieu rendue par des juges d’instruction d’Évry en décembre 2013. L’ancienne adjointe à la culture de Georges Tron à la mairie, Brigitte Gruel, a également été renvoyée pour viol, complicité de viol et agressions sexuelles. Réélu maire de Draveil en mars, Georges Tron a annoncé à l’AFP qu’il allait se pourvoir en cassation.

En mai 2011, quelques jours après la révélation de la plainte des deux anciennes employées, l’affaire avait déjà coûté son poste à l’ancien secrétaire d’État de Nicolas Sarkozy, contraint à la démission. À l’époque, dans le sillage du scandale Strauss-Kahn, les deux ex-employées avaient accusé Georges Tron et Brigitte Gruel de viols et agressions sexuelles, sous couvert de réflexologie, l’art du massage thérapeutique des pieds auquel s’adonnait l’élu. Le maire et son adjointe avaient été placés en garde à vue en juin 2011 puis mis en examen pour viols et agressions sexuelles. Georges Tron a toujours clamé son innocence et dénoncé un complot de ses adversaires politiques, notamment de l’extrême droite locale. Après deux ans d’enquête, le parquet d’Évry avait requis un non-lieu, confirmé six mois plus tard par les juges d’instruction. Devant la cour d’appel, le parquet général avait également requis la confirmation du non-lieu avant le rebondissement survenu ce lundi. « Les affirmations de ma cliente et de Mme Eva Loubrieu ont été suffisantes pour justifier un renvoi devant la cour d’assises d’Évry », s’est félicité Me Vincent Ollivier, avocat de Virginie Faux, l’une des deux plaignantes. « Il y a largement suffisamment d’éléments dans ce dossier pour que cette affaire soit jugée publiquement », a-t-il ajouté.

Des « réalités peu flatteuses »

« On ne s’y attendait pas du tout », a ajouté Yaël Mellul, l’avocate d’Eva Loubrieu. « Après les viols, elle a subi le fait de ne pas avoir été entendue par l’institution qui était censée la protéger. Pour la première fois, elle a été entendue », s’est-elle félicitée. Dans son réquisitoire de non-lieu, consulté par l’AFP, le parquet d’Évry estimait que des « approximations » et « contradictions » dans les faits dénoncés par les plaignantes ne permettaient pas de « caractériser suffisamment les infractions ». Mais l’information judiciaire « n’en a pas moins révélé des réalités peu flatteuses pour Georges Tron, dont le comportement envers ses administrés, envers ses employés, envers les femmes, envers ceux qu’il considère comme ses adversaires d’une manière générale, heurtent évidemment la morale et notamment la morale publique », notait aussi le parquet.

Contacté par l’AFP, l’avocat de Georges Tron, Me Olivier Schnerb, n’a pas souhaité commenter la décision de la cour d’appel dont les motivations n’étaient pas disponibles lundi. « Les juges ont écarté toutes les accusations par un travail de fourmi sans avoir besoin d’interprétation ou d’extrapolation : la simple analyse des faits », avait-il estimé à propos du non-lieu. « Ils n’ont pas manqué de noter le faisceau extrêmement précis d’indices montrant l’intervention de l’extrême droite identitaire de Draveil et de toutes les formations politiques qui se sont unies pour servir ces dénonciations calomnieuses », avait-il ajouté.

 

http://www.lepoint.fr/societe/les-raisons-du-renvoi-de-georges-tron-aux-assises-pour-viols-18-12-2014-1890911_23.php

Le Point – Publié le 18/12/2014 à 18:34 – Modifié le 18/12/2014 à 19:37

Les raisons du renvoi de Georges Tron aux assises pour viols

 

Après deux ans et demi d’enquête, des magistrats instructeurs d’Évry avaient estimé en 2013 qu’il n’existait pas de charges suffisantes contre M. Tron.

 

Georges Tron aurait un penchant pour la réflexologie plantaire.
Georges Tron aurait un penchant pour la réflexologie plantaire. © ERIC PIERMONT / AFP

 

sourceafp dans Folie

 

Des plaignantes constantes dans leurs accusations, des mis en examen dissimulateurs, des faits « plausibles »… Autant de raisons invoquées par la cour d’appel pour justifier le renvoi aux assises, contre toute attente, de l’ex-secrétaire d’État UMP Georges Tron pour viols.

Après deux ans et demi d’enquête, des magistrats instructeurs d’Évry avaient pourtant estimé en 2013 qu’il n’existait pas de charges suffisantes contre M. Tron d’avoir violé Éva Loubrieu et Virginie Faux, deux anciennes salariées de sa mairie de Draveil (Essonne), avec la complicité de son ex-adjointe Brigitte Gruel.

Mais du même dossier, la cour d’appel de Paris a fait lundi une analyse radicalement contraire, dans un arrêt cinglant contre celui qui avait quitté le gouvernement dans la foulée de ce scandale, a indiqué jeudi à l’AFP une source proche du dossier. M. Tron, qui conteste ces accusations, se pourvoit en cassation.

Faute de constatations médicales possibles – les faits dénoncés étant bien antérieurs aux plaintes -, c’est essentiellement sur la foi des témoignages que la chambre de l’instruction a pris sa décision.

Cinq témoignages concordants

Engagée à la mairie en 2008, Mme Faux affirme avoir été violée par M. Tron en novembre 2009 en présence de Mme Gruel, puis avoir été victime d’agression sexuelle en janvier 2010. Si elle reconnaît une liaison avec le maire avant son embauche en janvier 2007, Mme Loubrieu accuse M. Tron et son ex-adjointe de plusieurs viols de 2007 à 2009, décrivant aux enquêteurs un « scénario classique et pervers du maire » dans son bureau, sous le couvert de la réflexologie, l’art du massage thérapeutique des pieds.

La cour d’appel a, selon la source, estimé que Mme Loubrieu n’avait jamais varié dans ses déclarations et que les éventuelles divergences dans le récit de Mme Faux n’étaient « pas significatives ». Toutes deux se sont confiées à des proches bien avant les plaintes. Et cinq autres femmes ont, selon la cour, décrit dans les mêmes termes les pratiques sexuelles de l’édile.

Dossier essentiellement polémique

D’où les soupçons, face à cette accumulation de témoignages, sur les dénégations de M. Tron et Mme Gruel, que la cour a interprétées comme une possible « volonté de dissimulation de leurs moeurs », qui ne plaide pas en faveur de leur sincérité.

Elle s’est aussi interrogée sur des « dossiers » constitués sur les deux plaignantes, peut-être pour « les décrédibiliser pour les besoins de la cause », et évoque des « pressions » sur Mme Faux pour qu’elle ne révèle pas les faits.

Tron dénonce un complot

En réponse à M. Tron qui a souvent dénoncé un complot de ses adversaires d’extrême droite, la cour juge que les plaignantes ne peuvent être « suspectes de calculs politiques ». Pour caractériser un viol, le Code pénal requiert un élément de « violence », de « menace », de « contrainte » ou de « surprise ». Les magistrats de la cour ont estimé que les faits présumés répondaient à une partie de ces critères.

Maire depuis 1995, M. Tron avait un ascendant sur Mmes Faux et Loubrieu qui pouvaient craindre d’être sanctionnées en rejetant ses avances, a estimé la cour. La liberté de leur consentement à participer à des jeux sexuels sur leur lieu de travail ne pouvait que se poser, a-t-elle considéré. Elle a également relevé que M. Tron était toujours impliqué dans le recrutement qui aboutissait à l’embauche de collaboratrices ayant en commun « une présentation soignée et féminine », en difficultés financières ou personnelles, et selon des critères détachés de leurs compétences.

Présomption d’innocence

Quant à l’intérêt allégué du maire pour la réflexologie, la cour s’est montrée sceptique sur la finalité médicale de ces soins, s’interrogeant sur « la satisfaction sexuelle qu’il pouvait rechercher » dans cette pratique. Contacté par l’AFP, l’avocat du maire, Me Olivier Schnerb, a estimé que cet arrêt ne constituait « pas un ensemble de faits nouveaux mais une appréciation différente de ce qui a conduit à trois reprises des magistrats à conclure à l’absence de charges ».

« Ce dossier essentiellement polémique, pollué par une atmosphère politique détestable, devrait par sa complexité conduire à un respect encore plus grand de la présomption d’innocence de Georges Tron », a dit Me Schnerb. « Le dernier mot appartiendra à la Cour de cassation. »



Mélenchon : le relou du Front de gauche a encore frappé

Je suis une femme et lis régulièrement des tas de journaux, des « classiques » ou « officiels », et d’autres qui le sont moins, mais pas Closer.

Aujourd’hui, je m’interroge : suis-je une femme normale ?

 

http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/insolites/2014/12/19/25007-20141219ARTFIG00155-melenchon-a-la-conquete-de-la-gent-feminine-dans-closer.php

Mélenchon à la conquête de la gent féminine dans Closer

Jean-Luc Mélenchon

 

LE SCAN POLITIQUE – L’eurodéputé avait avoué son envie de passer dans le journal people. Il s’y adresse aux femmes et aux jeunes en mêlant confidences et politique.

Mélenchon : le relou du Front de gauche a encore frappé dans Insolent - Insolite

Le fondateur du Parti de gauche a laissé courir le bruit depuis quelques semaines: il s’est livré au magazine people Closer dans une longue interview. Et pour l’occasion, Jean-Luc Mélenchon s’est départi de son répertoire habituel de pourfendeur des puissants et des médias pour enfiler son costume du séducteur. Photos posées, langage de jeunes et petites confidences à l’appui: l’initiateur du mouvement pour la VIe république (M6R) revendique une «transgression» et drague ouvertement le lectorat jeune et féminin du magazine. «Je réponds à Closer pour parler à ses lecteurs (…) Ceux qui le lisent viennent y prendre un moment de détente? Très bien. Mais en se faisant plaisir, ils vont peut-être me lire aussi!», se réjouit-il. Il avait promis de ne pas parler de sa privée. On apprend quand même qu’il ne conduit pas et se contente d’une tranche saumon à l’huile d’olive le matin pour faire attention à sa ligne. Mais l’eurodéputé est aussi venu la besace pleine de messages politiques.

» Mélenchon et le féminisme: la genèse

Il le reconnaît volontiers, Jean-Luc Mélenchon, «un méditerranéen d’avant», n’est pas né féministe, il l’est devenu vers l’âge de 30 ans. «Jeune, je ne comprenais pas de quoi on parlait. J’ai eu la chance de croiser une femme exceptionnelle, la romancière Colette Audry (…) Un jour elle m’a pris à part: ‘Écoute, tu dis trop de bêtises, les hommes et les femmes sont égaux en droits, mais il y a une oppression spécifique aux femmes, ça s’appelle le patriarcat’. Elle a lancé mon esprit comme une boule dans le jeu de quille de mes préjugés masculins», raconte l’ancien sénateur.

» Mélenchon, défenseur des femmes

Parler à Closer, ça ne veut pas dire lâcher le terrain des luttes, et notamment contre le travail du dimanche. Selon lui cette mesure va surtout dégrader la vie des femmes qui constituent, selon lui, le gros des travailleurs dans la restauration et la grande distribution, deux secteurs concernés. «Qui décide du temps des autres commande la société(…) Et les femmes sont le moins propriétaires de leur temps. La domination des femmes est inscrite dans les horloges», assure Jean-Luc Mélenchon. Il plaide également pour que les femmes prennent une place prépondérante dans son projet de VI ème république. Il appelle de ses voeux la formation d’une assemblée constituante paritaire, qui inscrirait dans la constitution le droit des femmes à disposer de leur corps et donc à l’avortement.

» La compassion à l’égard de Valérie Trierweiler

«J’ai été aimé, j’ai aimé, j’ai connu des passions, j’ai approché des gens qui m’ont bouleversés, que je n’aurais jamais approché autrement compte tenu de mes origines sociales», raconte-t-il, assurant être resté fidèle à ses vingt ans. Un brin sentimental encore, quand il évoque le sort de la femme bafouée Valérie Trierweiller. «Je la connaissais d’avant. Quand on connaît les gens, on envie de faire quelque chose de gentil si ils vont mal. J’ai envoyé un petit message à Mme Trierweiller. Elle était dans la souffrance». Mais passée l’instant compassion, Mélenchon prend ensuite ses distances: «Elle est partie dans un délire où je ne me sens plus concerné».

» Mélenchon, neo-geek au langage «djeun’s»

Dans «l’espace de liberté» que représente pour lui Closer, Jean-Luc Mélenchon vise les femmes, mais aussi la jeunesse au sens large. Ainsi se fait-il promoteur du cyberespace avec le vocabulaire du cru: «Ce n’est pas le bac à sable des djeun’s, c’est une nouvelle dimension du réel». Le leader du Front de Gauche confie également qu’il est désormais équipé de deux consoles de jeux vidéo et qu’il passera une partie des vacances de Noël la manette en main. Il ne boude pas non plus son plaisir en détaillant son succès sur les réseaux sociaux: 300.000 followers sur Twitter, 10.000 visites quotidiennes sur son blog et 197.000 likes sur sa page Facebook. Il a beau se montrer dans une rédaction de presse people, Mélenchon confie aussi sa lassitude face à cette célébrité qui lui vaut aujourd’hui «le destin d’une belle femme». «Tous les relous de la terre se sentent autorisés à faire des commentaires sur mon comportement, ma vie», commente-t-il. Mélenchon voulait avant tout parler dans Closer pour «faire enrager» les autres politiques. Il prédit aux journalistes du magazine: «Vous serez bientôt harcelés. Beaucoup vont se bousculer pour être dans votre journal puisque j’y suis venu!»

 

http://www.lejdd.fr/Politique/L-affaire-Julie-Gayet-Francois-Hollande-a-fait-rigoler-Jean-Luc-Melenchon-707574

Jean-Luc Mélenchon avoue que l’affaire Gayet-Hollande l’a bien « fait rigoler »

 

Jean-Luc Mélenchon estime que Closer est « un espace de liberté », dans une longue interview vendredi dans l’hebdomadaire people connu pour avoir publié les premières photos de Julie Gayet et François Hollande, ainsi que celles du vice-président du FN et son compagnon.  Il raconte également que  »l’affaire Julie Gayet-François Hollande (l)’a fait rigoler comme tout le monde. »

Il fait la une du magazine people mais pour parler politique. L’ancien candidat Front de gauche à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon a estimé dans une longue interview au magazine que Closer est « un espace de liberté ».

Interrogé sur le fait de savoir si « la manière de se comporter des hommes politiques dans leur vie personnelle, y compris quand il s’agit du président de la République, n’aide pas à la compréhension de leur personnalité tout court », il répond: « Je ne le crois pas. C’est une illusion! Est-ce que, pour mieux comprendre le métier des journalistes de Closer, il faudrait montrer leur vie privée? Quelle blague! »

« Il y a actuellement ce qu’on appelle la tyrannie de l’intimité. Et c’est d’abord une déroute idéologique pour nous, hommes politiques. Vous nous infligez un supplice horrible : la transparence. Tout le monde a besoin d’un jardin secret, de sa part d’ombre. Alors que personne ne peut être parfait… » poursuit-il.  »L’affaire Julie Gayet-François Hollande m’a fait rigoler comme tout le monde. Après, on se dit quand même ‘ouille, ouille, ça va très loin, cette histoire…’ Mais je suis prudent. Autrefois, je pensais que vous étiez juste des inquisiteurs déplaisants. Et puis, un jour, un copain photographe m’a dit: ‘Parfois, ce sont certaines célébrités qui nous disent de venir. Ce ne sont pas des photos volées, mais voulues…’ »

« Les prétentieux, les arrogants vont nous faire le coup du dégoût »

Les médias classiques « sont souvent le lieu d’un ‘entre soi cruel et vaniteux’, affirme l’eurodéputé du Front de Gauche, qui a passé plusieurs heures à visiter la rédaction du magazine. « Je suis un rebelle. Je ne suis pas une sorte de Manuel Valls en plus âgé. Face à ce robot qui construit un mur de phrases toutes faites dans les médias officiels, je dois tout le temps trouver des failles dans le mur par lesquelles passer le message. A cet instant, vous êtes pour moi un espace de liberté. »

« Moi, ce qui m’intéresse ici (chez Closer), c’est le grand nombre, qui a des goûts simples, qui ne se prend pas trop au sérieux. Les prétentieux, les arrogants vont nous faire le coup du dégoût… Ils ne s’occuperont pas de ce que j’ai pu dire, mais du lieu où je l’ai dit », s’indigne-t-il.

Michaël Bloch (avec AFP) – leJDD.fr

vendredi 19 décembre 2014

 

http://www.20minutes.fr/politique/1504207-20141219-jean-luc-melenchon-closer-operation-gagnant-gagnant

Jean-Luc Mélenchon dans «Closer», une opération gagnant-gagnant

 

Jean-Luc Mélenchon à Nantes, le 2 décembre 2014.
Jean-Luc Mélenchon à Nantes, le 2 décembre 2014. – JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Maud Pierron

    • Créé le 19.12.2014 à 07:16
    • Mis à jour le 19.12.2014 à 07:50

Il récidive à peu près tous les deux ans. Dans Voici en 2010, il disait tout le bien qu’il pensait de Carla Bruni. A Gala en 2012, il confessait vouloir écrire un roman d’amour. Ce vendredi, c’est sur le papier glacé d’un autre magazine people, un poil plus sulfureux, Closer, que Jean-Luc Mélenchon se confie. «Tout est parti d’un pari» en février dernier quand, après le scandale Hollande-Gayet, il avait dit, sur le ton du défi, qu’il irait bien parler chez Closer, se souvient pour 20 Minutes Laurence Pieau, la directrice de la rédaction de l’hebdomadaire. Elle a saisi la balle au bond et quelques mois après, le leader du Front de gauche parle de son cheminement vers le féminisme tout en critiquant le travail du dimanche dans les pages de l’hebdomadaire…

>> Lire l’interview de Laurence Pieau

C’est «le premier homme politique de cette envergure» à accorder un entretien à l’hebdomadaire, se félicite-t-elle. Car en matière de communication, comme ailleurs, Jean-Luc Mélenchon aime provoquer, transgresser, sortir du cadre. L’an dernier, en mai 2013, le leader du Front de gauche était aussi le premier politique à se rendre sur le plateau de Touche pas à mon poste pour écouter les blagues potaches de Cyril Hanouna.

A la recherche du peuple

Et pourtant, l’ex-candidat à la présidentielle n’a jamais de mot assez dur pour villipender le travail de la presse people quand lui protège jalousement sa vie privée. «S’il méprise ces journaux, il n’a pas de mépris pour leur lectorat», explique un observateur. Car pour lui, c’est un moyen de rentrer chez les coiffeurs, dans les salles d’attente des médecins, d’accompagner les Français en vacances. Surtout ceux qui ne sont pas forcément lecteurs du Monde ou téléspectateurs assidus de Mots-Croisés.

«Il va à Closer pour parler aux lecteurs de Closer», commente-t-on sobrement dans son entourage, tout en mettant en avant l’intérêt de parler à des personnes qui sont plutôt dans un moment de détente. Quoi de plus logique, aussi, pour celui qui se veut le guide du «peuple» pour mener la «révolution citoyenne», que d’aller sur son terrain. Une manière aussi de s’assurer quelques reprises médiatiques, alors que dans son entourage, on rappelle qu’il a donné une interview au Monde la semaine dernière, la première depuis un an, qui a à peine été relevée.

Un gain d’image

Laurence Pieau résume plus crûment les enjeux, même si elle salue son «initiative de parler sans tabou à un magazine people»: «En audience globale, on pèse neuf millions de lecteurs. Aucun homme politique ne peut ignorer la puissance de notre magazine.»

Si pour Mélenchon l’opération est un bon coup, Closer y trouve évidemment aussi son compte. «Une interview, c’est un pacte: d’un côté, Closer, surtout après l’épisode Philippot, se rachète une forme de respectabilité et de reconnaissance. De l’autre côté, Mélenchon peut dire:  »Voyez comme je suis transgressif »», analyse Christian Delporte, professeur d’histoire contemporaine et directeur de la revue Le temps des médias. D’autres interviews viendront, même si l’expérience n’a pas vocation à se renouveler chaque semaine. Jusqu’à ce que le pacte gagnant-gagnant pour l’instant soit rompu par l’une des deux parties: des politiques dont les secrets d’alcôve auraient été trop trahis ou des journaux qui considèrent que le gain d’image ne vaut pas une éventuelle perte de lecteurs.

 

Retrouver Mélenchon dans un « moment de détente », ce n’est plus du tout de la détente, c’est sûr, ou alors seulement celle du bras qui envoie valser le journal.

Si j’étais médecin, je pense que j’éviterais absolument d’infliger à mes patients le spectacle de cet individu jouant au rebelle dans Closer juste avant de passer sur la table d’examen ou de subir des actes nécessitant qu’ils soient parfaitement détendus.

En revanche, je ne manquerais pas de les informer sur les agissement des sbires du même individu à l’hôpital public : vol de dossiers médicaux, viol du secret médical pour les délits les plus bénins.



1...243244245246247...263