Crash d’un Airbus A320 à Barcelonnette : 150 nouvelles victimes de la médecine psychiatrique

L’enquête sur le crash survenu mardi 24 mars 2015 à Barcelonnette a vite progressé après la découverte et l’exploitation des boîtes noires de l’appareil, ce que les conditions de la disparition du vol 370 Malaysia Airlines le 8 mars 2014 n’avaient pas permis, laissant cette affaire à ce jour irrésolue.

Il apparaît donc que le jeune copilote allemand Andreas Lubitz ait pu volontairement précipiter l’avion contre la montagne à Barcelonnette, dans un secteur qu’il connaissait bien, et où s’était déjà produit un crash aéronautique par le passé, un 11 septembre, en 1953.

Il avait embarqué à Barcelone alors qu’il était en arrêt de travail, apparemment pour un état dépressif que confirment plusieurs témoignages et autres éléments de l’enquête.

Suivant régulièrement un traitement psychiatrique depuis plusieurs années, il avait consulté le 10 mars 2015.

Secret médical oblige, secret protégeant toujours les médecins, ceux-ci ne révèleront sans doute pas de sitôt la nature exacte de ce traitement médicamenteux.

Connaissant leurs habitudes de prescription, il est cependant possible de supputer qu’il s’agisse d’un antidépresseur sérotoninergique, c’est-à-dire d’une molécule depuis longtemps connue comme responsable de nombreux passages à l’acte violents chez des personnes sans histoire.

Et ces grands malades de psy de s’empresser de se dédouaner avec de leurs délires habituels, où cette fois le suicide accompagné de meurtres ou d’assassinats est qualifié d »altruiste », tandis que le suicide le plus commun, celui du désespéré qui prend soin d’épargner autrui est qualifié d »égoïste »…

Ils nous auront vraiment tout fait…

 

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/03/27/01016-20150327ARTFIG00195-crash-de-l-a320-nouvelles-revelations-sur-l-etat-de-sante-d-andreas-lubitz.php

Crash de l’A320 : nouvelles révélations sur l’état de santé d’Andreas Lubitz

    • Par lefigaro.fr
    • Mis à jour le 27/03/2015 à 14:53
    • Publié le 27/03/2015 à 14:33
Andreas Lubitz lors d'un marathon en 2009.
 

INFOGRAPHIE – Après que la presse allemande a révélé que le jeune homme avait traversé une phase de dépression et faisait l’objet d’un suivi psychiatrique, le parquet a découvert qu’il était en arrêt maladie le jour du drame.

Au fur et à mesure que l’enquête progresse, on en apprend davantage sur l’état de santé d’Andreas Lubitz, soupçonné d’avoir volontairement fait crasher l’A320 de la Germanwings mardi matin. Vendredi, on a ainsi découvert qu’il avait traversé une phase de dépression et qu’il avait caché à son employeur qu’il était en arrêt maladie le jour du drame. Les enquêteurs cherchent actuellement d’éventuels indices d’une maladie psychiatrique pour expliquer son geste.

• L’arrêt maladie caché

Au cours de leurs persquisitions aux deux domiciles de Lubitz, les enquêteurs ont découvert qu’il faisait l’objet d’un arrêt maladie le jour du drame. Selon le parquet de Düsseldorf, en charge d’un pan de l’enquête, il a été retrouvé plusieurs arrêts maladie «détaillés» et «déchirés», qui concernaient notamment le jour des faits. Le parquet n’a pas dévoilé la nature de la maladie du jeune homme de 28 ans. Quoi qu’il en soit, ces documents viennent «appuyer la thèse» selon laquelle Andreas Lubitz «a caché sa maladie à son employeur (la compagnie aérienne Germanwings) et à son environnement professionnel», affirme le parquet. Autre information capitale: ces pièces à conviction attestent d’une «maladie existante et de traitements médicaux correspondants», selon la même source.

• Une grave dépression

Vendredi, la presse allemande a révélé que le copilote, présenté comme sportif et «très compétent» par ses proches, avait souffert d’une dépression durant sa formation de pilote, il y a six ans. Il avait d’ailleurs interrompu son apprentissage «durant un certain temps», avait indiqué jeudi le patron de la Lufthansa (maison-mère de Germanwings), Carsten Spohr. Ce dernier avait précisé jeudi ne pas avoir le droit de révéler les raisons de cette interruption. Mais, à en croire le tabloïd allemand Bild, Andreas Lubitz souffrait «de dépressions et de crises d’angoisse». Il aurait alors fait l’objet d’un suivi psychiatrique sur une durée totale de dix-huit mois. Il avait finalement repris sa formation après avoir repassé tous les tests d’aptitude nécessaires et bouclé avec succès sa formation, selon la Lufthansa. Andreas Lubitz était copilote depuis 2013 sur les appareils Airbus A320. Depuis, le jeune homme aurait été sous traitement «médical particulier et régulier».

» Crash de l’A320: Andreas Lubitz aurait souffert d’une grave dépression

» FIGARO SANTÉ: en savoir plus sur la dépression

• Des questions demeurent

Les enquêteurs cherchent toujours à savoir si l’acte a été prémedité ou non. Aucune lettre d’adieux ou un quelconque courrier n’a été retrouvé pour l’heure (vendredi à 14h30, ndlr). En attendant, de nombreuses questions restent sans réponse: pour quel motif Andreas Lubitz a-t-il été mis en arrêt maladie? De quelle maladie souffrait-il? Pourquoi le jeune homme a-t-il décidé d’aller travailler ce jour-là? Comment se fait-il que son employeur ne connaissait pas l’existence de cet arrêt maladie?

 

http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20150327.OBS5770/crash-a320-le-copilote-a-traverse-un-episode-depressif-lourd.html

Crash A320 : le co-pilote a traversé « un épisode dépressif lourd »

Rédacteur

Publié le 27-03-2015 à 11h14

Selon le quotidien allemand Bild, Andreas Lubitz qui aurait volontairement provoqué le crash de l’appareil était sous traitement médical anti-dépression.

 

Le co-pilote de l'Airbus A320 de Germanwings, Andreas Lubitz, était sous traitement médical  particulier et régulier pour soigner une dépression selon le journal alleman Bild. ©OFF / AFP Le co-pilote de l’Airbus A320 de Germanwings, Andreas Lubitz, était sous traitement médical particulier et régulier pour soigner une dépression selon le journal alleman Bild. ©OFF / AFP

 

DÉPRESSION. Le co-pilote de l’Airbus A320 de Germanwings, Andreas Lubitz, a souffert d’une grave dépression il y a six ans entre 2008 et 2009 et était régulièrement suivi médicalement depuis, révèle vendredi 27 mars 2015 le quotidien allemand Bild qui a eu accès à des documents officiels. Le co-pilote a traversé « un épisode dépressif lourd » et avait été placé en établissement psychiatrique pour y suivre un traitement, affirme le journal qui a pu consulter des documents de l’autorité allemande de supervision du transport aérien (Luftfahrtbundesamt, LBA). Toujours selon le quotidien, le jeune homme aurait été victime « de dépressions et de crises d’angoisse » l’empêchant de suivre son apprentissage pendant six mois.

Depuis, le co-pilote était sous traitement « médical particulier et régulier », poursuit le quotidien qui affirme que ces informations ont été transmises par la Lufthansa, maison-mère de Germanwings. Pendant sa formation, Andreas avait été jugé à plusieurs reprises comme incapable de voler car trop faible psychologiquement. Mais lors de sa réintégration, « il était 100% apte à voler » selon l’école de navigation de la Lufthansa, à Brême, connue pour la rigueur de sa sélection. « Dans le choix de nos candidats, nous ne vérifions pas seulement les capacités cognitives et techniques de nos futurs étudiants », a expliqué le PDG de Lufthansa, Carsten Spohr. « Nous laissons une grande place à leur profil psychologique. Il a réussi à la suite tous les tests médicaux », précise-t-il.

Les tests sont extrêmement sévères, sur le plan technique et psychologique. » - Marie-Claude Dentan

Interrogée par Europe 1, Marie-Claude Dentan, ancienne psychologue à Air France en charge du recrutement des pilotes et de leur suivi rappelle que« la sélection est là pour éliminer ceux pour lesquels on pourrait avoir un doute. Les tests sont extrêmement sévères, sur le plan technique et psychologique. Il n’y a pas d’autres professions où il y a un tel suivi. » La psychologue poursuit : « Il y a des contrôles médicaux réguliers, qui sont chargés de voir si l’aptitude est toujours là, à la fois sur le plan physiologique et sur le plan psychologique. »

Alors comment Andrea Lubitz a-t-il pu passer au travers des mailles du filet ? Et si le suivi psychologique est aussi bien pris en compte, comment un pilote « sous traitement » comme le révèle Bild peut-il continuer de se retrouver aux commandes d’un avion transportant 150 personnes ? Un psychologue doit consulter ce vendredi 27 mars les documents des autorités de supervision du transport aérien. Des documents qui seront ensuite récupérés par les autorités judiciaires allemandes qui doivent les transmettre aux enquêteurs français, selon la même source.

La justice française a révélé jeudi 26 mars que le co-pilote avait sans doute intentionnellement provoqué le crash de l’avion de Germanwings mardi dans les Alpes françaises, qui a fait 150 morts. Rendant la piste d’un « suicide-homicide » très probable.

Avec AFP

 

http://www.20min.ch/ro/news/dossier/germanwings/story/-Andreas-avait-survole-la-zone-du-crash-en-planeur–10524931

Dossier

 

Crash en France

Un appareil de la compagnie aérienne allemande Germanwings s’est écrasé dans les Alpes françaises, mardi 24 mars 2015. Cent cinquante personnes ont trouvé la mort. L’avion effectuait la liaison entre Barcelone (Espagne) et Düsseldorf (Allemagne). Seul aux commandes lors du crash, le copilote se serait suicidé.

Aperçu du dossier

 

Crash en France

27 mars 2015 14:49; Act: 27.03.2015 15:52 Print

«Andreas avait survolé la zone du crash en planeur»

 

Un membre du club aéronautique que fréquentait le copilote allemand a assuré que Lubitz connaissait le secteur. Il était «obsédé par les Alpes», a-t-il ajouté.

Une faute?

Le copilote de l’Airbus A320 de Germanwings qui s’est crashé mardi avait peut-être choisi d’écraser l’avion dans les Alpes-de-Haute-Provence. «Le Parisien» explique qu’Andreas Lubitz connaissait parfaitement le secteur. «Je suis certain qu’il a participé au moins une fois ou deux aux stages avec nous à Sisteron», a confié Ernst Müller, un septuagénaire membre du même club aéronautique que le jeune Allemand à Montabaur.

Dieter Wagner, un autre membre du club va même plus loin: «Andreas a participé à un de ses stages dans les Alpes-de-Haute-Provence avec ma nièce, qui était une bonne amie à lui. Il était passionné des Alpes et même obsédé. Je suis certain qu’il connaissait le secteur du crash car il l’avait survolé en planeur», a-t-il déclaré.

Selon Francetvinfo, le groupe Lufthansa, maison mère de Germanwings, a nommé un «pilote en chef chargé de la sécurité». Son rôle sera d’examiner et faire évoluer les procédures de sécurité, a annoncé la compagnie aérienne.

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20150327.OBS5760/en-direct-crash-de-l-a320-l-avion-en-pilote-automatique-lors-du-drame.html

EN DIRECT. Crash de l’A320 : le copilote avait consulté à l’hôpital le 10 mars

L' Obs

Publié le 27-03-2015 à 06h52Mis à jour à 18h50

L’hôpital universitaire de Düsseldorf explique qu’Andreas Lubitz a subi des examens mais refuse de donner des détails en raison du secret médical. Suivez les dernières informations en direct.

 

Dans l’enquête sur le crash de l’Airbus A320, la thèse du suicide du copilote Andreas Lubitz est évoquée (UNCREDITED/AP/SIPA). UNCREDITED/AP/SIPA Dans l’enquête sur le crash de l’Airbus A320, la thèse du suicide du copilote Andreas Lubitz est évoquée (UNCREDITED/AP/SIPA). UNCREDITED/AP/SIPA

 

 

18h30 – La question de l’indemnisation des proches des victimes

Les pertes humaines consécutives au crash de l’A320 de Germanwings et l’avion détruit seront indemnisées par les assureurs, même si l’accident a délibérément été provoqué, indiquent à l’AFP des sources proches du dossier.

Allianz Global Corporate & Specialty (AGCS), filiale de l’assureur allemand Allianz spécialisée dans la gestion des risques des grands groupes, est le chef de file des assureurs de Germanwings.

Dans ce dossier, deux éléments vont être considérés : l’assurance couvrant la valeur de l’avion et la responsabilité civile, relative à l’indemnisation des proches des victimes.

En ce qui concerne les pertes humaines, un acompte fixe devrait être versé aux proches des victimes, indépendamment de leur âge, de leur revenu ou de leur sexe.

Elmar Giemulla, professeur de droit aérien à l’Université technique de Berlin, interrogé par le journal régional allemand « Rheinische Post », estime que Lufthansa devrait faire face à des demandes d’indemnisations « d’un montant faible, à deux chiffres en millions », c’est-à-dire de l’ordre de 10 à 30 millions d’euros.

L’indemnisation de l’avion, quant à elle, sera couverte par une assurance spécifique relative aux risques liés à des actes de guerre car l’appareil a été dévié volontairement.

18h15 - La petite amie de Lubitz entendue par la police

La petite amie du copilote a été entendue par la police, affirme iTélé. Cette dernière aurait confirmé qu’Andreas Lubitz souffrait d’une grave dépression.

17h45 -  »Préparez-vous à être surpris. Visitez l’Allemagne »

Forcément, le timing était mauvais. « Préparez-vous à être surpris. Visitez l’Allemagne », lançait les grande affiches publicitaire de la compagnie low-cost Germanwings dans le métro londonien. Elle a dû les retirer en catastrophe après le crash de l’Airbus A320, rapporte FranceTVinfo, citant un tweet de « The Independant ».

17h15 – l’Agence européenne de la sécurité aérienne recommande la présence constante de deux personnes dans le cockpit

L’Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) préconise désormais la présence de deux membres d’équipage en permanence dans le cockpit, dont « au moins un pilote qualifié ».

Dans une recommandation qu’elle qualifie de « temporaire », publiée sur son site, l’Agence estime que les compagnies doivent « réévaluer les risques [...] associés au fait qu’un membre d’équipage quitte le cockpit du fait de besoins opérationnels ou physiologiques ».

17h - Andreas Lubitz avait consulté à l’hôpital le 10 mars

Andreas Lubitz avait consulté au centre hospitalier de Düsseldorf en février et en mars, révèle Reuters. Le dernier rendez-vous du copilote a eu lieu le 10 mars.

Dans un communiqué, le centre hospitalier universitaire de Düsseldorf explique qu’Andreas Lubitz a subi des examens mais refuse de donner des détails en raison du secret médical. Selon l’hôpital, le copilote s’est présenté de lui-même à son dernier rendez-vous.

L’hôpital de Düsseldorf ajoute que les informations selon lesquelles Andreas Lubitz a été soigné dans ses services pour une dépression sont fausses.

16h30 - l’UE envisage d’imposer deux personnes en permanence dans la cabine de pilotage

L’Union européenne envisage aussi d’imposer la présence en permanence de deux membres de l’équipage dans la cabine de pilotage des avions, annonce la Commission européenne.

« Nous attendons les conclusions de l’enquête en cours et, si cela s’avère nécessaire, les règles de sécurité seront revues », déclare la porte-parole de la Commission, Mina Andreeva.

L’obligation d’avoir en permanence deux membres de l’équipage dans la cabine de pilotage « est à l’étude ».

16h10 -  »Nous n’avons pas trouvé un seul corps intact »

« Nous n’avons pas trouvé un seul corps intact », annonce la gendarmerie dans un point presse à Seyne-les-Alpes qui évoque des « éléments de corps et des éléments biologiques ».

« Les médecins légistes regardent s’il y a des éléments identifiants », explique le colonel Patrick Touron. « Compte tenu de la nature de la dégradation des corps, nous pensons que l’ADN sera l’élément prégnant pour procéder à des identifications », poursuit-il.  »Le processus d’identification débutera lorsque que nous aurons suffisamment d’éléments ».

Le colonel explique également que des dentistes légistes procèdent à des vérifications sur les restes humains retrouvés.

« Les éléments de corps seront conservés », précise Patrick Touron qui explique qu’ils pourront être analysés si besoin. Mais dans un premier temps, il faut identifier les victimes.  »Nous souhaitons rendre les corps des victimes le plus tôt possible ».

Il souligne que le travail des sauveteurs qui accompagnent les gendarmes sur le site du crash est particulièrement difficile.

15h40 – « C’est surtout un homicide sacrificiel »

Pourquoi Andreas Lubitz a-t-il entraîné avec lui 149 personnes ? Selon les spécialistes, il pourrait s’agir d’un « suicide altruiste ». Qu’est-ce que ce phénomène ? Et comment le prévenir ? Eclairage de German Arce Ross, psychanalyste, à lire sur Le Plus.

14h50 – Les adversaires du nucléaire s’inquiètent

Et si le copilote avait choisi de s’écraser sur une centrale nucléaire et non contre la montagne ? Une élue du Parti de gauche et le porte-parole d’EELV s’alarment.

14h25 – Les compagnies allemandes adoptent la règle des deux personnes en permanence dans le cockpit

Les compagnies aériennes allemandes ont décidé d’adopter la règle des deux personnes en permanence dans le cockpit de leurs avions, annonce la fédération allemande du secteur aérien (BDL).

« Nos compagnies aériennes introduisent provisoirement une nouvelle procédure qui prévoit que deux personnes autorisées doivent toujours se trouver dans le cockpit d’un appareil », annonce, dans un communiqué, la fédération qui regroupe toutes les grandes compagnies du pays.

14h15 – Andreas Lubitz connaissait-il les lieux du crash ?

Selon plusieurs pilotes, l’aéroclub de Montabaur, en Allemagne, fréquenté par le copilote, organisait « régulièrement des vols dans les Alpes-de-Haute-Provence », affirment-il à France 2.

13h55 – L’Autriche impose deux personnes en permanence dans le cockpit

L’autorité aérienne autrichienne Austro Control décide d’imposer la présence de deux membres d’équipage dans les cabines de pilotage tout au long des vols. La mesure prend effet « immédiatement » précise une porte-parole, Andrea Heigl.

Nous souhaitons qu’une réglementation européenne soit adoptée au plus vite. »

13h40 – Les médicaments, responsables du drame ?

Pour Bernard Debré, député de Paris et auteur du « Guide des 4.000 médicaments utiles, inutiles et dangereux », le traitement pris par le copilote de l’avion pourrait peut-être expliqué son geste.

Dans certains cas, lorsqu’un dépressif est traité par un antidépresseur, il peut arriver qu’il soit désinhibé par les médicaments. La volonté suicidaire, qu’il n’arrivait pas à exprimer avant son traitement, peut alors se déclencher grâce à cette désinhibition médicamenteuse. »

Et Bernard Debré de conclure :  »Je suis sidéré qu’on ait pu permettre à ce jeune homme de piloter. Peut-être le médecin personnel de cet homme n’a-t-il rien dit. Si c’est le cas, il s’agit là d’une faute professionnelle de sa part. Comment ne pas prévenir l’employeur, y compris en levant le secret médical, lorsqu’il y a un risque majeur pour des passagers.

Peut-être était-ce le médecin de la compagnie, ce qui serait encore plus grave. Si la compagnie elle-même a été mise au courant, elle porterait là une lourde responsabilité. »

13h25 - Aucune lettre d’adieux

Les enquêteurs n’ont, en revanche, trouvé aucune lettre d’adieux ou courrier attestant d’un acte prémédité.

13h15 - Des formulaires d’arrêt maladie déchirés

Les enquêteurs ont retrouvé chez le copilote des formulaires d’ »arrêts maladie détaillés, déchirés » et qui concernaient aussi « le jour des faits », affirme le parquet allemand, sans préciser la nature de la « maladie ».

Ces documents viennent « appuyer la thèse » selon laquelle Andreas Lubitz, 27 ans, « a caché sa maladie à son employeur (la compagnie aérienne Germanwings) et à son environnement professionnel », selon le Parquet.

Les documents retrouvés attestent d’une « maladie existante et de traitements médicaux correspondants », selon la même source.

12h45 – Le copilote a caché qu’il était en arrêt de travail

D’après le parquet allemand, Andreas Lubitz a caché qu’il était en arrêt de travail le jour de l’accident.

12h -  »C’est un milieu extrêmement périlleux et montagneux » 

Le commandant de gendarmerie de la région Paca, David Galtier, témoigne des difficultés rencontrées par les secours pour évacuer les corps, collecter les éléments d’identification des victimes mais aussi des débris de l’appareil nécessaires à l’enquête.

Les images diffusées par le ministère de l’Intérieur illustrent la complexité de la zone de crash, terrain meuble sur lequel d’éventuels éboulis peuvent détruire des indices. Sans oublier, bien sûr, les risques encourus par les gendarmes, CRS et enquêteurs.

11h – Les compagnies japonaises n’imposent pas les 2 personnes dans le cockpit

Les deux principales compagnies aériennes japonaises ANA et JAL refusent d’imposer le remplacement d’un pilote parti aux toilettes par un autre membre d’équipage dans le cockpit de leurs avions, parce que les règles actuelles ne l’exigent pas.

Toutefois, elles se disent prêtes à discuter d’évolutions avec les autorités compétentes, à la lumière du geste encore inexpliqué du pilote de la compagnie Germanwings.

10h – « Un suicide de masse »

« On peut emmener un grand nombre de gens dans sa mort dans ce que l’on appelle un suicide de masse », juge sur RTL Daniel Zagury, expert-psychiatre auprès de la cour d’appel de Paris.

Au fond il y a le désespoir et la haine, et une représentation centrale d’un suicide apothéotique : ‘Je meurs mais j’emmène le plus de gens possible avec moi dans ma mort, et j’entre dans l’histoire par ce geste grandiose’. »

Pour l’expert, il y a très probablement préméditation :  »Il paraîtrait étonnant que ce soit dans l’agissement impulsif du moment, ça ne me paraît pas l’hypothèse la plus probable. »

« A chaque fois qu’il y a ce type d’actes, les témoins, les proches, s’interrogent comme avec les frères Kouachi par exemple, ‘on n’avait rien décelé’, ‘on n’avait rien vu’ ou alors ‘il était calme’. Mais on peut parler calmement car on est déjà mort dans sa tête. On est tellement déterminé, tellement polarisé, que ça ne se voit pas. Il y a donc deux hypothèses. Soit il y avait effectivement des signes avant-coureurs, soit il y a des processus beaucoup plus lents masqués aux yeux des autres. »

9h50 – La police allemande affirme avoir saisi des indices

La police allemande assure avoir saisi des indices à l’un des domiciles du copilote Andreas Lubitz.

« Lors de la perquisition de l’appartement du copilote, on a saisi des indices. Il s’agit de divers objets et papiers », explique un porte-parole de la police de Düsseldorf, Marcel Fiebig. Il a cependant démenti des informations de la presse britannique évoquant en particulier une « découverte significative ».

Les enquêteurs ont notamment emporté l’unité centrale d’un ordinateur, ainsi que deux grands sacs bleus et un carton visiblement pleins.

9h30 – Un syndicat de pilotes porte plainte pour violation du secret professionnel

Le Syndicat national des pilotes de ligne porte plainte contre X pour les fuites de l’enquête du BEA à l’origine des révélations du « New York Times », jeudi.

« Nous sommes particulièrement choqués de la situation qui a consisté à ce que le Bureau d’enquête analyse fasse une conférence de presse à 17 heures en disant nous n’avons rien à vous dire. Alors que quelques heures plus tard, le « New York Times » de l’autre côté de l’Atlantique donne des informations extrêmement détaillées qui ont été confirmées par le procureur de la République. Contrairement à tous les engagements de confidentialité qui pèsent sur les gens qui font partie de l’enquête, il y a eu des fuites » assure Eric Derivry, le porte-parole du Syndicat national des pilotes de ligne, sur RMC et BFMTV.

« Nous nous avons pris la décision de porter plainte et nous appelons à une réforme du mode de fonctionnement du BEA. »

9h20 – « Comment peut-on laisser un homme dépressif piloter ? »

« Je ne comprends pas comment une société sérieuse peut laisser un homme dépressif piloter l’avion. Car il était dépressif le garçon, il faut dire ce qui est », s’interroge sur RTL Claude Driessens est le frère de Christian Driessens, un voyageur belge décédé dans le crash.

« Sur ce point j’en veux à la société [Germanwings, NDLR], de ne pas avoir instauré dans leur règlement intérieur le fait qu’il doit toujours y avoir deux personnes dans le cockpit. Je tombe à la renverse. Ce n’est pas normal de laisser quelqu’un aux commandes tout seul, et qui bloque les portes, je suis très fâché. »

9h - « Cette tragédie prend une dimension totalement inconcevable »

L’Allemagne, à l’image d’Angela Merkel, est sous le choc, après les révélations sur le copilote allemand, Andreas Lubitz.

8h50 - « Il y a des contrôles psychologiques de facto »

Gérard Arnoux, ancien commandant de bord et président du comité de veille de la sécurité aérienne, interrogé par RTL, assure qu’il existe « des contrôles psychologiques de facto ».

Les plus importants sont réalisés, selon lui, au moment de la sélection :

On va vraiment fouiller dans la vie de la personne. Pendant sa formation, qui dure plusieurs années, l’élève est observé attentivement. »

8h15 – Valls : « Aucune piste n’est écartée »

Manuel Valls refuse d’écarter la moindre piste, mais il confirme que la France n’a pas reçu la moindre revendication terroriste.

Tout s’oriente vers ce geste qu’on n’arrive pas à qualifier : criminel, fou, suicidaire… », poursuit le Premier ministre. « Comment peut-on imaginer qu’un pilote en qui on a toute confiance, ce sont des héros pour beaucoup, précipite, après avoir fermé la porte ou empêché le pilote de rentrer dans la cabine, l’avion dans la montagne. »

8h05 – « Mais pourquoi était-il autorisé à voler ? »

Le « Daily Mail » se pose en Une la question qui tourmente les familles des victimes.

7h10 – Le pilote hors du cockpit a tenté de forcer la porte avec une hache

Le pilote de l’Airbus A320 hors du cockpit lors de la chute de l’avion dans les Alpes françaises, qui a tué 150 personnes, a tenté de forcer la porte du poste de pilotage avec une hache, affirme le quotidien « Bild » citant des sources sécuritaires.

Alors que son copilote était en train de diriger l’avion vers le sol pour des raisons encore inconnues, le pilote du vol Germanwings a utilisé une hache se trouvant à bord de l’appareil pour tenter de forcer la porte blindée, selon ces sources, et empêcher la catastrophe, rapporte « Bild ».

Pourtant, selon le président du Syndicat national des pilotes de ligne, « il n’y a plus de hache dans les cabines » d’avion.

7h - Le copilote a souffert d’une grave dépression

Le copilote de l’Airbus A320 de Germanwings, Andreas Lubitz, a souffert d’une grave dépression il y a six ans et était régulièrement suivi médicalement depuis, assure le quotidien allemand « Bild » qui a eu accès à des documents officiels.

Le copilote a traversé « un épisode dépressif lourd » en 2009 et avait suivi un traitement psychiatrique, affirme le journal qui a pu consulter des documents de l’autorité allemande de supervision du transport aérien (Luftfahrtbundesamt, LBA).

Depuis, le jeune homme était sous traitement « médical particulier et régulier », poursuit le quotidien qui affirme que ces informations ont été transmises par la Lufthansa, maison-mère de Germanwings, à la LBA.

Le patron de la compagnie aérienne allemande, Carsten Spohr, avait indiqué jeudi qu’Andreas Lubitz avait interrompu sa formation de pilote entamée en 2008 « pendant un certain temps » sans fournir plus d’explications. Selon Bild, à l’époque où sa formation a été interrompue, il souffrait alors « de dépressions et de crises d’angoisse ».

6h45 – La presse plongée perplexe sur le geste du copilote

Le geste irrationnel du jeune copilote qui a volontairement provoqué la chute de l’A320 de la compagnie Germanwings, faisant 150 morts, plonge la presse française dans la perplexité et la réflexion.

« Crash de l’A320 : le geste fou d’Andreas Lubitz », titre « Le Figaro », tout comme le gratuit « Metronews », alors que « Libération » se penche sur « les mystères d’Andreas Lubitz ».

Crash d'un Airbus A320 à Barcelonnette : 150 nouvelles victimes de la médecine psychiatrique dans Corruption 1383407213834080 dans Crime

Ces trois quotidiens publient en une la photo du copilote, posant devant le célèbre pont, le Golden Gate à San Francisco, comme de nombreux autres quotidiens.

13834078 dans Folie13834076 dans Perversité

6h30 – L’avion en pilote automatique lors du drame ?

Selon CNN, le pilote automatique a été reprogrammé par quelqu’un dans le cockpit pour passer de 11.000 m à 30 m d’altitude. Provocant nécessairement le crash.

La chaîne s’appuie sur les données du transpondeur de l’avion, relayées par le site Flightradar24, qui permet de suivre tous les avions en vol, en direct.

Jeudi 22h – La fédération allemande du secteur aérien veut imposer la règle des deux personnes dans le cockpit

La fédération allemande du secteur aérien (BDL) annonce vouloir à l’avenir imposer la règle des deux personnes dans le cockpit.

Interrogée par l’AFP, une porte-parole de cette fédération qui représente les acteurs économiques du secteur aérien, a « confirmé » cette annonce faite par le président de la fédération, Matthias von Randow.

20h30 – Le Canada impose 2 personnes dans le cockpit de toutes les compagnies

Le gouvernement fédéral canadien décide d’obliger les compagnies aériennes canadiennes à maintenir en tout temps deux personnes dans le cockpit.

La mesure entre en vigueur « immédiatement », annonce la ministre canadienne des Transports, Lisa Raitt, quelques heures après que les compagnies Air Transat et Air Canada ont décidé d’agir volontairement en ce sens. La compagnie WestJet a aussitôt indiqué la mise en place de cette mesure.

 

http://www.sudouest.fr/2015/03/26/1953-deja-un-crash-d-avion-pres-de-barcelonnette-avec-le-violoniste-bordelais-jacques-thibaud-a-bord-1871914-2780.php

1953 : déjà un crash d’avion près de Barcelonnette, avec le violoniste bordelais Jacques Thibaud à bord

 

Le crash de l’airbus A 320 de Germawing dans les Alpes, près de Barcelonnette, en rappelle un autre : celui où violoniste bordelais Jacques Thibaud trouva la mort en 1953, presque au même endroit

 

1953 : déjà un crash d'avion près de Barcelonnette, avec le violoniste bordelais Jacques Thibaud à bord
Le violoniste Jacques Thibaud ©

archives « sud ouest »

 

Notre chroniqueur historique de Bordeaux Cadish a fait une surprenante découverte. Un crash d’avion de ligne a déjà eu lieu près de Barcelonnette, non loin de l’endroit où l’Airbus A 320 de la Germawing s’est écrasé. 

1871999_118_clipboard01 dans Politique

 

C’était le 11 septembre 1953. Alors qu’il reliait Paris à Saïgon, le Lockheed Constellation d’Air France, avec le plus illustre violoniste de son temps, le bordelais Jacques Thibaud, à son bord, heurtait le mont Cimet alors qu’il amorçait sa descente vers sa première escale,  Nice. Il s’écrasait ensuite dans le massif du Pelat (Alpes-de Haute-Provence), juste en face du petit village d’Uvernet-Fours. Une localité située à quelques kilomètres du massif des Trois-Evêchés.

 

1871914_215_constellation
Un Lockheed Constellation identique à celui du vol Air France de 1953© Photo DR

 

Le musicien, très grand interprète de Mozart notamment, qui a aujourd’hui donné son nom au conservatoire de Bordeaux, fera partie des 42 victimes. Son Stradivarius de 1720 (ou de 1709 selon les sources), « Le Baillot » ne sera jamais retrouvé.

 

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1345624-crash-de-l-a320-andreas-lubitz-un-suicide-c-est-surtout-un-homicide-sacrificiel.html

Crash de l’A320 / Andreas Lubitz : un suicide ? C’est surtout un homicide sacrificiel

 

Publié le 27-03-2015 à 13h09 – Modifié à 16h52

Avatar de German Arce Ross

Par 
Psychanalyste

LE PLUS. Dans l’enquête sur le crash de l’Airbus A320 de la compagnie Germanairwings, la thèse du suicide du copilote Andreas Lubitz est évoquée. Pourquoi aurait-il entraîné avec lui 149 personnes ? Selon les spécialistes, il pourrait s’agir d’un suicide altruiste. Qu’est-ce que ce phénomène ? Et comment le prévenir ? Eclairage de German Arce Ross, psychanalyste.

 

Édité et parrainé par Anaïs Chabalier

6101427456190 Dans l’enquête sur le crash de l’Airbus A320, la thèse du suicide du copilote Andreas Lubitz est évoquée (UNCREDITED/AP/SIPA).

 

On ne connaît presque rien de la vie d’Andreas Lubitz, le copilote de 28 ans de la compagnie Germanwings, qui semble avoir commis un suicide en pilotant son avion.

On sait seulement qu’il avait une personnalité fragile et qu’il avait arrêté pendant plusieurs mois sa formation de pilote pour cause de grave dépression. Des questions se posent donc sur son acte : serait-ce un suicide altruiste ?

« Un pour tous, tous pour un »

Le suicide altruiste est un acte qui s’accomplit par le meurtre des proches du sujet ou lors de suicides collectifs. Comme dans les mouvances sectaires, la devise « un pour tous, tous pour un » est appliquée.

Souvent, le suicide altruiste entraîne l’homicide de ses propres enfants, de ses proches, dans la mesure où le sujet est profondément enfermé dans les complexes de l’enceinte familiale. Dans l’altruisme des meurtres familiaux, il s’agit en général d’une personne que le sujet aime d’un amour profondément angoissé, tout en aspirant pourtant à la fusion et au salut, au-delà de la vie.

Ainsi, se tuer, c’est tuer toutes les traces de sa vie : ses papiers d’identité, ses souvenirs… et ses proches.

Emmener les autres dans son acte final

Dans certains cas, comme celui d’Andreas Lubitz, je préfère parler d’homicide altruiste, dans le sens où le sujet, bien plus que de se suicider en famille, suicide l’Autre.

Il emmène les autres extérieurs, pas les siens, dans son acte final. L’acte le plus saillant n’est pas celui d’un suicide en famille, mais bien, comme chez les kamikazes, le meurtre de 149 personnes, qui semble « sacrificiel ».

En même temps, ces autres extérieurs ne sont pas tout à fait des inconnus, car ils sont les usagers, les clients, ses camarades navigants ou encore le pilote. Autant d’objets appartenant à son lieu de travail, d’où, également, le caractère altruiste de l’acte.

Les passagers, des  »accompagnants du suicide »

Le suicide supposé du copilote n’est pas simple, parce que l’acte lui-même est d’une horreur spectaculaire. Andreas Lubitz oeuvre d’une place où il a les pleins pouvoirs sur les passagers et les navigants, c’est-à-dire dans un cockpit hermétiquement fermé. De cette place, il est aussi terriblement seul et il prend en otage les passagers de l’avion. C’est un suicide imposé.

Ainsi, cet homicide pourrait être sacrificiel, parce qu’il serait fait non pas par haine ou par rivalité vis-à-vis des victimes, mais en les utilisant comme des « accompagnants du suicide », probablement pour donner plus de relief ou plus de valeur à son acte.

Le sujet ne se suicide pas seul, comme dans le suicide égoïste, dans un coin sombre et perdu de son intimité la plus secrète. Dans un profond silence et exerçant une autorité absolue, il capte, séquestre et ôte la vie d’autres extérieurs, qu’il utilise comme des objets-offrandes, pour, probablement, rendre plus sacré l’acte final.

L’altruisme ou la catastrophe affective

On utilise le terme « altruisme » dans un sens très particulier. On ne se réfère pas à l’altruisme comme principe philosophique à la base d’attitudes philanthropiques ou d’actions de bienfaisance, même si on peut éventuellement trouver de telles attitudes chez certains sujets maniaco-dépressifs en période pré-critique.

En effet, avant l’éclosion d’une grande crise maniaque, le sujet peut tenter d’être arrêté par une action sociale, humanitaire ou autre, comme s’il cherchait un sens à sa vie.

Dans le cas des angoisses altruistes, on parle en revanche d’un amour extrêmement défaillant chez l’Autre. Il s’agit surtout des émotions et des affects vides de sens, quoique remplis d’angoisse, que l’Autre jette sans mesure ni précaution dans sa relation au sujet. L’altruisme serait alors la catastrophe affective, angoissée et angoissante que l’Autre fait vivre au sujet.

Une puissante identification au « sauveur »

De tels actes sont le résultat de profondes altérations de la personnalité qui peuvent passer inaperçues sans un accompagnement régulier. Ils peuvent être liés à une puissante identification au « sauveur » chez certains maniaques.

Et, si au fond de ces actes, il y a évidemment l’idée de suicide, c’est par ce même fond angoissant et maniaque que suicide altruiste et homicide altruiste se retrouvent assez souvent accomplis dans un seul passage à l’acte.

Le clinicien doit être attentif aux signes avant-coureurs pour pouvoir anticiper de tels actes. De mes propres observations cliniques, je peux dire que les périodes particulièrement critiques peuvent être celles où le sujet est lancé dans ce que j’appelle « la fuite des événements ».

À savoir, celle où certains événements surprenants et inhabituels de la vie du sujet, des événements inter-subjectifs parfois extrêmement positifs ou vécus dans un esprit triomphaliste, s’enchaînent dans une succession parfois vertigineuse, tout en échappant à son contrôle.

Ces signes précurseurs sont évidemment difficiles à déceler si on ne connaît pas de façon approfondie la personnalité du sujet. De grandes aptitudes technologiques peuvent cohabiter avec de profondes solitudes tournant au désespoir.

L’activité des pilotes est sensible

Pour des pilotes, qui doivent prendre des décisions et des initiatives qui peuvent s’avérer fatales pour autrui, un suivi psychologique régulier en individuel, mais également en groupe, devrait être mis en place.

Les professionnels des ressources humaines ne sont pas des cliniciens, c’est-à-dire qu’ils ne sont ni psychologues, ni psychiatres, ni psychanalystes en exercice. On sait bien que les tests psychologiques dans les entreprises ne sont qu’un jeu social, qui confortent le professionnel des RH et rassurent les parties concernées, mais qui n’ont pas de réelle efficacité pour déterminer les diagnostics psychopathologiques.

Pour des pilotes, dont l’activité est si sensible, il faudrait donc avoir recours à de véritables cliniciens et praticiens de la psychopathologie, de la psychologie clinique, de la psychiatrie psychodynamique et de la psychanalyse.



Elections départementales : 17,15 % pour Joël Roma à Pont-de-Buis-lès-Quimerch

C’est indéniable, Joël Roma qui à l’automne 2005 avait été exclu de la LCR pour avoir trop longtemps refusé de suivre les directives de Josette Brenterch me concernant pour l’association AC ! Brest et avoir finalement rejoint le camp des chômeurs, précaires et exclus, prend aujourd’hui sa revanche en battant dans les urnes ses anciens camarades de la LCR de Brest.

Je rappelle que la « Mère Sup » de ce parti l’a toujours mêlé à tous ses délires calomnieux me concernant pour la période de mes deux années de participation aux activités de cette association, allant sans vergogne jusqu’à en faire mon « amant » à compter du printemps 2005 au moins.

Au cours de l’été 2010, les lecteurs de son complice Pascal Luraghi dit Cyprien avaient ainsi pu découvrir sur les deux blogs alors publics de cet individu l’histoire de notre supposée liaison, un roman qu’il avait pondu à partir des « renseignements » que Josette Brenterch lui fournissait à mon sujet.

Cet ensemble calomnieux totalement effarant est devenu une vérité judiciaire au cours de l’année 2014.

Je précise ici n’avoir plus aucun contact avec Joël Roma depuis 2007.

Bien entendu, les juges ne lui ont pas demandé son avis avant d’établir leur vérité, pas plus d’ailleurs qu’à aucune des nombreuses autres personnes concernées par les campagnes de calomnies publiques nominatives de Josette Brenterch et Pascal Cyprien Luraghi à mon encontre, puisqu’ils ont catégoriquement refusé de considérer que les écrits publics de ces deux délinquants me concernant ne soient pas en tous chapitres et tous aspects de ma « biographie », y compris les plus intimes, le fidèle reflet de la réalité.

 

http://www.ouest-france.fr/elections/departementales/resultats/finistere/pont-de-buis-les-quimerch/pont-de-buis-les-quimerch.html

Résultats des élections départementales 2015 du canton de Pont-de-Buis-lès-Quimerch

 

Candidats au second tour du canton de Pont-de-Buis-lès-Quimerch en 2015

 

Binôme Divers droite

Elections départementales : 17,15 % pour Joël Roma à Pont-de-Buis-lès-Quimerch dans AC ! Brest C2921_150122162142273_crop150122162152554

M. Le Gall Jean-Noël

Union pour un mouvement populaire
Maire
Retraité
67 ans

C2921_150122161846967_crop150122161858857 dans Calomnie

Mme Tanguy Geneviève

Alliance pour le Finistère
Maire
Commerçante
39 ans

Binôme Parti socialiste

C2921_150128122804121_crop150128122813542 dans Corruption

M. Mellouët Roger

Maire
Retraité
66 ans

C2921_150128122903634_crop150128123031490 dans Folie

Mme Péron Françoise

Conseiller
Retraitée
63 ans

 

Résultats au premier tour du canton de Pont-de-Buis-lès-Quimerch en 2015

 

Nombre %
Inscrits 20299
Abstentions 9117 44.91%
Votants 11182 55.09%
Blancs et Nuls 506 4.53%
Exprimés 10676 95.47%

 

Binôme Parti socialiste

C2921_150128122804121_crop150128122813542 dans LCR - NPA

M. Mellouët Roger

Maire
Retraité

C2921_150128122903634_crop150128123031490 dans Luraghi

Mme Péron Françoise

Conseiller
Retraitée

voix %
3760 35.22

Binôme Divers droite

C2921_150122162142273_crop150122162152554 dans Perversité

M. Le Gall Jean-Noël

Union pour un mouvement populaire
Maire
Retraité

C2921_150122161846967_crop150122161858857 dans Politique

Mme Tanguy Geneviève

Alliance pour le Finistère
Maire
Commerçante

voix %
3500 32.78

Binôme

C2921_150219160934467_crop150219160944795

M. Roma Joël

Front national
Retraité

C2921_150219160950888_crop150219161003888

Mme Troadec Christelle

Front national
Vendeuse

voix %
1831 17.15

Binôme Front de gauche

C2921_150216164751682_crop150216164815731

Mme Laroche Patricia

Agent ERDF

C2921_150216164906935_crop150216164925232

M. Poupon Philippe

Agent à la Poste

voix %
1585 14.85

 

http://www.letelegramme.fr/finistere/daoulas/departementales-le-fn-entre-en-jeu-09-03-2015-10550898.php

Départementales. Le FN entre en jeu

 

9 mars 2015 / Dimitri L’Hours /
Joël Roma, 63 ans, est un des deux candidats pour le canton de...

Joël Roma, 63 ans, est un des deux candidats pour le canton de Pont-de-Buis-lès-Quimerc’h (photo Claude Prigent).

 

Le duo du Front national est le quatrième et dernier binôme à entrer en lice pour les élections départementales des dimanches 22 et 29 mars. Il a été présenté jeudi, à Quimper.

Annoncé depuis quelques semaines, le binôme investi par le Front national sur le canton de Pont-de-Buis-Daoulas pour les élections départementales a été présenté jeudi, à Quimper. Celui-ci sera composé de Joël Roma, retraité de 63 ans domicilié à Pont-de-Buis, et de Christelle Troadec, vendeuse de 43 ans habitant à Brest. Contrairement aux trois autres binômes en lice dans le canton, le duo représentant le parti d’extrême-droite n’est pas encore entré en campagne. « Nous attendons, comme tous les autres binômes du FN, nos documents de campagne », précise Joël Roma, allusion aux tracts et affiches prévus pour démarcher la population sur les marchés ou lors de porte-à-porte. Cet ancien militant de la Ligue communiste révolutionnaire au sein de la section de Brest, qu’il a quittée en 2005 avant de rejoindre le FN, en 2010, en raison de son « attachement à la nation », compte sur cette campagne locale « pour émanciper les gens, les informer sur les passations de marchés aux niveaux national et international ».

« Nous aurons du boulot dans le secteur »
Il le dit d’ailleurs sans ambages : « Pour ma part, je prépare le terrain localement pour l’élection

présidentielle de 2017 ». L’objectif reste tout de même d’obtenir un score élevé dans certaines communes du canton, « comme celle de Pont-de-Buis, où nous avions presque atteint 20 % aux dernières européennes ». Avec, tout de même, la certitude que cela sera difficile. « Il faut rester modeste. Nous allons avoir du boulot dans le secteur. Nous irons tracter en priorité dans les communes qui nous sont le plus favorables. Ce n’est pas le cas de Daoulas, par exemple, où la population me semble globalement plus « bobo » (sic), avec beaucoup d’anciens habitants de Brest ». Le ton est donné : la campagne du Front national pour le canton se fera essentiellement au niveau rural.

Les suppléants Françoise Thomas, 63 ans, retraitée, Daoulas. Michel Franck, 48 ans, commerçant non sédentaire, Rosporden.



Des inventions calomnieuses de Josette Brenterch…

Depuis le 8 mars, j’ai republié sur ce blog plusieurs articles de mon blog « Un petit coucou » chez OverBlog actuellement toujours suspendu depuis le 11 juin 2013 et concernant Josette Brenterch, ou plus précisément ses campagnes de calomnies publiques nominatives à mon encontre, débutées au mois de juin 2010 et essentiellement supportées par les blogs de son complice le cyberdélinquant Cyprien Luraghi, des articles qu’elle a tous soigneusement exclus du champ de ses poursuites pour « diffamation » à mon encontre, en confirmant ainsi tous les contenus.

En voici encore trois remontant au mois de juin 2011 :

 

2011-06-19 Josette Brenterch a une maladie grave- la jalousie - Un petit coucou

 

2011-06-22 Pour les faire taire, l'extrême-gauchiste menace ses victimes de plaintes en diffamation ! - Un petit coucou

 

2011-06-27 Josette Brenterch, calomniatrice confirmée- le délire en continu... - Un petit coucou

 

Cliquer sur les images pour les agrandir et apprécier les textes.

Comme les autres articles de mon blog « Un petit coucou » chez OverBlog que j’ai republiés sur celui-ci depuis dix jours, ils portent sur mon activité dans l’association AC ! Brest en 2004 et 2005, qui est l’un des chapitres de mon existence que Josette Brenterch a décidé de réécrire entièrement à compter du mois de juin 2010, m’obligeant à publier des droits de réponse en attendant que la justice saisie par mes soins n’intervienne enfin.

En ayant longtemps fait tout un plat, m’ayant comme d’autres de ses victimes de cette association menacée de poursuites en diffamation en cas de communication sur notre histoire collective dès 2005, elle n’y aura donc finalement jamais donné aucune suite et a abandonné la quasi totalité de ses calomnies publiques à ce sujet devant le juge, lui en préférant d’autres, pour certaines totalement inédites et que je n’ai découvertes qu’à la lecture du dossier d’instruction.

Une seule constante dans cette affaire : l’imagination perverse de Josette Brenterch en ce qui me concerne, sa volonté de me nuire sont sans limite, elle ment tout le temps et à tout le monde, renouvelant sans cesse le stock de toutes ses inventions calomnieuses à mon encontre.



AC ! en 2005 : de la folie haineuse d’une seule personne jusqu’à la scission

Le 8 mars dernier, pour la journée de la femme de cette année 2005, j’ai expliqué sur ce blog comment, dans le cadre de ses poursuites à mon encontre, Josette Brenterch avait totalement exclu du champ de ses accusations de prétendues « diffamations » à son encontre dont j’aurais pu me rendre coupable en publiant sur mon blog « Un petit coucou » chez OverBlog des droits de réponse à ses incroyables campagnes de calomnies publiques à mon encontre un article en date du 8 juillet 2010 dans lequel j’avais publié sa notification de radiation d’AC ! Brest par le président de cette association au mois de septembre 2005.

J’en rappelle le texte :

 

AC ! Agir ensemble contre le chômage
95, rue Anatole France
29200 Brest
Brest, le 22 / 09 / 2005

Courrier recommandé AR
Objet : notification de radiation

Josette,

En date du 16 Septembre 2005, nous t’avons convoquée devant le bureau de l’association pour le 19 Septembre 2005 à 18H30, afin que tu t’expliques sur divers agissements que nous avions à te reprocher, notamment ceux-ci :

1. Non fourniture des comptes de l’association pour l’année 2004, en dépit de demandes réitérées, et d’une mise en demeure en bonne et due forme en date du 7 Septembre 2005; et par voie de conséquence, impossibilité de constituer les dossiers de demandes de subventions votées en AG.

2. Non accessibilité de la liste des adhérents pour les membres du bureau.

3. Impossibilité de faire adhérer à l’association d’autres personnes que celles de ton choix.

4. Impossibilité pour les membres actifs de l’association de se faire rembourser les frais qu’ils engagent pour l’association.

5. Accusations mensongères répétées à l’encontre des membres actifs de l’association, et ce, depuis plusieurs mois.

6. A compter du printemps 2005, introduction d’éléments perturbateurs dans l’association, aux fins de déstabiliser les membres actifs de l’association, de saper leur travail, et de paralyser toutes leurs actions.

7. Manipulation de personnes fragiles, afin de les inciter à diverses violences contre les membres actifs de l’association.

8. A compter du 5 Septembre 2005, organisation d’une assemblée générale extraordinaire totalement illégale, en vue de recomposer le conseil d’aministration et le bureau de l’association en fonction de tes objectifs politiques.

9. Diverses pressions exercées contre le Président de l’association.

10. Non participation à notre réunion de rentrée du 14 Septembre 2005 où, comme tu le sais, nous avions l’intention d’aborder les problèmes de la trésorerie et des diverses difficultés rappelées ci-dessus.

Tu n’as pas répondu à notre convocation, et ne t’es pas non plus excusée.

Aussi, le Conseil d’Administration régulièrement convoqué pour le 21 Septembre 2005 à 18H30 a décidé à l’unanimité de ses membres présents de te destituer de ton mandat de trésorière, et de te radier de l’association.

En conséquence, nous te demandons de bien vouloir nous restituer dans les plus brefs délais tous les documents et autres objets appartenant à l’association, et qui restent en ta possession : comptes des années 2004 et antérieures, relevés de comptes, factures, dossier de l’assurance, coupons d’adhésions 2005, carnets de chèques, caisse, clés, etc…

Salutations militantes.

Le Président,

Joël Roma.

 

De même, elle a totalement exclu du champ de ses accusations de « diffamations » devant les juges les trois articles suivants, que j’avais publiés respectivement le 2 janvier 2011 pour le premier, et le 8 décembre 2010 pour les deux autres (cliquer sur les images pour les agrandir et lire les textes) :

 

2011-01-02 Une pétition pour exclure Pascal Lamy et Dominique Strauss-Kahn du Parti socialiste - Un petit coucou

 

2010-12-08 Octobre 2005- la LCR expulse d'AC ! ses chômeurs, précaires et exclus - Un petit coucou

 

2010-12-08 La véritable scission dans AC ! - Un petit coucou

 

J’avais déjà publié ces deux derniers textes sur ce blog le 24 juin dernier dans un article relatif à des exactions commises par Josette Brenterch et ses complices militants de la LCR, dont Michel Le Doaré, avec qui elle avait organisé les deux putschs qui auront successivement renversé les instances dirigeantes de l’association AC ! Brest et du réseau national des collectifs AC ! au cours de l’automne 2005.

Je rappelle les extraits suivants du rapport que Joël Roma, président de l’association AC ! Brest, avait rédigé au mois de novembre 2005, et qui se trouve entièrement dans l’article précédant celui-ci :

 

Je me permet après un long silence d’intervenir pour une dernière fois dans un but d’information au sujet de ce qui c’est passé en date du 26 Septembre 2005 lors de la décision de « la part » de la trésorière Josette Brenterch  de mettre en place une AGE aidé en cela par des colistiers de circonstances.IL ne faut pas être dupe de ce qui c’est passé ce jour là dans l’association AC Brest, puisque la volonté affiché lors de l’Assemblé Générale du 25 Février 2005 par tous et toutes c’est vu remettre en cause par un panel de mercenaires soumis à la vindicte d’une personne dont l’acte politique reste discutable! Je pense quant à moi qu’il est préférable de ne pas ce cantonner dans une frustration permanente, et s’engager dans un combat qui ne peut en ce moment que nuire à certaines victimes de ce coup État. Effectivement, j’ai aujourd’hui des responsabilités qui m’incombent concernant des parents très âgés, et cela m’est déjà assez difficile de tenir la structure pour me payer de surcroît le privilège de l’ouverture d’un second front! Je préfère me cantonner dans les faits, rien que les faits vécus durant ma présidence à AC.
Je ne suis pas de ceux qui sont revanchards et  finissent par haïr, je ne marche pas comme ça. Ces comportements n’étant pas chez moi une seconde nature.
C’est de toutes façons une perte de temps énorme, ainsi que d’énergie; bref j’ai choisi de rester zen. J’ai pour ma part vécu ma situation de président dans la tourmente comme à l’intérieur d’un théâtre, les rapports de forces qui se sont établis de semaines en semaines, s’intensifiant et s’amplifiant, notamment entre Josette trésorière et [Petitcoucou] secrétaire.
N’oublions pas un seul moment que l’intelligence particulièrement vive de la secrétaire à toujours eu comme impacte de déranger Josette qui en l’absence de cette dernière ainsi que de Didier pouvait se permettre une grande marge de manoeuvre dû notamment au fait que la plupart des permanences étaient tenues par des gens soumis à la hiérarchie « intellectuelle » qu’on le veuille ou non, que ce soit volontaire ou non, les marques se font ainsi entre les « prolos » et la maîtrise! tout le monde ne s’appelle pas Besancenot. Pour tenir tête à Josette il faut avoir mangé de la soupe culturelle, mais pour ce qui est de [Petitcoucou], il en faut visiblement bien plus pour la déstabiliser, J’en ai été un jour témoins, et ce ne fut pas facile pour notre trésorière de se dépêtrer d’une position devenue intenable.Il me faut ici faire savoir que sont venus nous rejoindre dans l’association durant l’année 2004 et Didier ingénieur agronome puis [Petitcoucou] ingénieur d’études, et moi en tant que président pour essayer de maîtriser ce foyer d’ intello.
Ce ne fut pas triste du tout!!!

Datant
du  25 / 10 / 2005
Mr ROMA JOEL

LE Putsch

Il est, je vois indispensable de retracer l’historique de ce qui c’est passé durant l’année 2005 suite à l’AG en Février de cette année. Il ne faut pas dire tout et son contraire en se faisant passer pour victime et en diabolisant son président le rendant responsable de fautes qu’il n’a pas commises. Il est vrai que de nombreux dysfonctionnements se sont révélés, notamment en Avril de cette année lors précisément de la venue de Michel Le Douaré au sein du collectif d’AC. Par trois fois ce dernier s’est permis de se comporter comme un soudard, en invectivant la permanence de propos injuriant envers les adhérents, après quoi, devant la réprobation générale des présents, tant sur la forme que sur le fond, perdant tout sang froid, il quittait les lieux frustré. Par la suite lors d’une mobilisation du 1er Mai devant la maison du Peuple, il prenait l’initiative de me proposer dans le cadre d’une réunion de section de la ligue de Brest de faire un point sur la ligne politique d’AC.

Ne connaissant pas du tout cette personne, sinon que par les conflits qu’il faisait naître dans les permanences d’AC depuis sa récente venue, et de surcroît n’ayant jamais croisé Le Douaré lors de permanences de la Ligue de Brest durant 5 années, je n’ai pas pris pour argent comptant les allégations de ce dernier, mais plutôt le résultat d’un comportement jubilatoire provoqué par l’actualité d’une mobilisation !

Le mardi 3 Mai lors de notre permanence, Michel Le Douaré présent au local réitérait ses humeurs, lorsque souhaitant prendre la parole dans le but de temporiser ses propos excessifs, ce dernier éructait se drapant dans une vertu hélas pour lui perdue depuis bien longtemps. Devant un tel comportement, fatigué de supporter ce personnage, je me levais, puis demandais l’attention de l’ensemble de la permanence dont d’ailleurs Josette ce jour là faisait partie !

Je divulguais donc les propos tenus par Le Douaré lors de la mobilisation du 1er Mai devant la maison du Peuple : à savoir la mise à l’ordre du jour de la ligne politique d’AC à l’occasion d’une réunion de la section de la Ligue de Brest, dont je me doit de préciser je ne savais pas qu’il faisait partie depuis très peu de temps ;  ne l’ayant jamais rencontré depuis 5 ans que je fais partie de la ligue. Sa réaction ne se fit pas attendre, et il devint soudain pareil à lui-même laissant apparaître son naturel « fougueux » comme me l’a par la suite déclaré Josette comme pour le dédouaner de tous ses excès  ! Hors de lui il me traita de malade mental, de taré puis de fou, déclarant que jamais il ne fallait parler de partis politique dans les associations ! Il faut dire qu’au devant de tels agissements, Josette à la place de remettre Le Douaré à sa place, temporisa la situation dans le but de sortir son colistier d’une situation bien délicate ; Il venait de se tirait de nouveau une balle dans le pied ; « et Gauche s’il vous plait ! »

Le soir du 3 / 5 / 2005 lors d’une réunion de la section de la ligue de Brest, surprise de ma part de rencontrer le Sieur Le Douaré dans l’assemblée riche d’une quinzaine de militants tous camarades de longue date et bien connus de ma part. A l’ordre du jour divers sujets relatifs à la conjoncture économique puis politique de la France, et du monde, ce qui est on ne peux plus normale. Réaction de Le Douaré en fin d’ordre du jour :   point AC !!!

De nouveau remise en cause de la ligne politique d’AC puis de son président Faisant fi de la ligne politique votée lors de l’assemblée Générale du mois de Février, et d’ailleurs n’ayant pas du tout à être discuté et remise en cause dans l’enceinte de la ligue !

Devant de tels agissements, je me permettais donc de lui révéler que je ne le connaissais pas, et lui demandais de se présenter ! Situations des plus extravagantes qu’il me soit donné de vivre dans l’enceinte de mon parti ! Silence interminable, lourd, pesant, on aurait entendu une mouche voler en ce lieu où j’avais donné tant de mon temps et d’espoirs aujourd’hui déçus.

Par ce comportement de certains de mes camarades, j’avais compris soudainement l’origine entres autres de la mise sur orbite de Michel Le Douaré dans l’association d’AC ainsi que  de certains éléments du bureau de la section de la LCR de Brest ! Cela n’enlève nullement l’estime que je continu à garder envers la base militante de mon parti, avec qui j’ai partagé des moments intenses d’investissements citoyens  sans en oublier la chaleur humaine vers l’objectif  Démocratique tant souhaité lors de nombreuses mobilisations. Voilà pour le cas Le Douaré !

_____________________________________________

…/…
____________________________________________________

Il est aussi à noter que la cousine de Josette a la suite de la réunion du 17 / 06 / 2005, c’est permis de menacer Didier XXXXXXXXX du bureau de l’association de Brest au téléphone, ce qui a perturbé ce militant d’AC au point de se rendre dans les bureaux de la police dans la perspective d’une plainte. Après excuses de Marie claire, Didier est donc revenu sur sa volonté de porter l’affaire en justice, et a laissé tomber cette affaire malheureuse.

Au devant de tels agissements, Manu qui ne cesse de pousser des cris d’Orfraie en clamant haut et fort la démocratie, et qui se plaint de n’être pas représenté par un président soucieux d’éthique, et de surcroît partial envers les deux groupes, se devrait de nettoyer devant sa porte, et se rendre compte que dans les Statuts de  l’association, les menaces et insultes, les dénigrements sont passible de radiations. Mon rôle de président ne doit pas être de supporter les insultes, menaces, intrigues de tout genres,  mais au contraire de respecter les militants  qui travaillent dans l’association. Sur ce point précis je me doit de témoigner de l’investissement militant que la secrétaire [Petitcoucou] a fournie tout au long de sa présence à l’intérieur de l’association, et de la charge de travail qu’elle a accomplie durant son mandat ! Ce qui est loin d’être le cas de Manu, Josette  et Le Douaré  entre autres.   Avec preuves et témoignages écrits à l’appui!!!

____________________________________________________

Pour ce qui concerne Josette,notre trésorière pour qui j’avais des sentiments Amicaux, j’aurais appris à mes dépends qu’il faut se méfier de l’eau qui dort. Elle aura tissée sa toile comme d’habitude, doucettement dans le silence feutré de la générosité sacerdotal chez elle chose innée.
Elle était  par ses venues sporadiques autant qu’aléatoires curieuse, et quelques fois il est vrais aussi militante investie durant un laps de temps assez court. Très proche de la gauche radicale, ce qui n’avait pas pour me déplaire elle servait je le croyais de caisse de résonance à la victoire de notre cause au sein de partis politique locaux; Du moins le pensais- je naïvement! Le temps me révélera qu’il n’en était pas du tout le cas.
Le collectif est un objectif pour espérer être en mesure de peser sur les décisions prises par les gouvernements successifs.
Force est de constater, qu’il n’en n’est rien! Alors pour qu’elle raison d’un coup d’un seul avoir opéré un Putsch avec l’appui du bureau politique de la LCR de Brest ? Josette de part son passé militant que je respect tout à fait, est une personne impliquée, investie localement. Soit, mais cela ne doit pas  la dédouaner de respecter et les militants et la Chartre d’AC Brest.
Visiblement, elle se permet du haut de son cursus de vouloir faire ce que bon lui semble quand elle veut où elle veut avec qui elle veut!
Je crois aujourd’hui avec le recul du temps en analysant la situation qu’en fait Josette est une femme autoritaire, qui sous des dehors « sympathiques, » ne souffre pas d’être remise en cause par des personnes n’étant pas du sérail!
Elle est intrigante, calculatrice, et aime diriger. Ce n’est pas pour rien que les présidents successifs ces trois dernières années se sont vu proposer le poste par elle « trésorière! » Pour le reste, je pense personnellement qu’elle ne fait que reculer pour mieux sauter! Elle offre du poisson, mais n’apprends pas à pêcher. Et il viendra le temps pas si lointain où elle devra lâcher la place à d’autres, et peut-être « pire » alors elle se fait plaisir tout simplement dans l’instant pour montrer qu’elle est la patronne, puis qu’elle compte surtout le rester. le reste n’est que du pipi de chat!

En ce qui concerne la réunion demandée par Josette et Monique dans l’urgence d’une situation qui ne le justifiait absolument pas; Il va de soit qu’après avoir reçus leurs demande, puis étant loin du nombre d’adhérents légale justifiant la saisie du Conseil d’Administration de l’Association, je leurs avait promis de retenir cette demande après la campagne du traité Constitutionnel lequel pour un certain nombre d’entres nous a énormément mobilisé au point d’en être ressortit épuisé, et qui était je doit l’avouer et l’assumer un combat des plus important de l’année ! De surcroît gagné, quoique l’on en pense !

Au sortir de cette victoire, la réunion était actée puis effectuée en date du 17 / 06 / 2005. Puis trahi en date du 26/09/05 par les putschistes.

Celle du 14/09/05 acquiescé par les deux partis, et non respectée par le groupe dissident dont la tête se tient  l’indéboulonnable, l’indéracinable, l’incontournable Josette Mère de tous les nécessiteux en ce bas monde dont bon nombres d’entre eux les gogos auront voté CHIRAC !

Alors Heureuse de votre mentor ?

Salutations Militantes
Le Président

Mr Roma

 

Désignés par Josette Brenterch pour représenter sa toute nouvelle association AC ! Brest aux assises du réseau national des collectifs AC ! du mois d’octobre 2005, Michel Le Doaré et les autres putschistes de Brest qui l’accompagnaient alors avaient renversé les instances dirigeantes de tout le réseau des collectifs AC ! avec l’aide d’autres militants de la LCR pour les mêmes motifs exactement qu’ils avaient quinze jours plus tôt renversé celles de l’association AC ! Brest, c’est-à-dire qu’elles avaient toutes pour tort de me soutenir contre Josette Brenterch et ses délires haineux.

Le second putsch, dépendant du premier, celui de Brest, avait été préparé au mois d’août 2005 lors de l’université d’été de la LCR, sous la houlette de Josette Brenterch.



AC ! Brest : le putsch de l’automne 2005

Le 11 mars 2012, j’avais publié sur mon blog « Un petit coucou » chez OverBlog cet ensemble de textes extraits de mes archives de l’année 2005 concernant l’association AC ! Brest :

 

2012-03-11 Brrr... Alzheimer ! - Un petit coucou

 

L’individu désigné par le sigle « RES » auquel s’adresse dans certains de ces messages Joël Roma, président de l’association AC ! Brest en 2004 et 2005, est le responsable ou porte-parole d’AC ! Reims, un soutien inconditionnel de sa « camarade » Josette Brenterch de Brest.

Voilà par ailleurs le rapport complet de Joël Roma sur le putsch organisé par Josette Brenterch au sein de cette association au cours de l’automne 2005 :

 

—– Original Message —–

From: « roma.joel »
To:
Sent: Friday, November 25, 2005 10:06 PM
Subject: Le Putsch

 

Je me permet après un long silence d’intervenir pour une dernière fois dans un but d’information au sujet de ce qui c’est passé en date du 26 Septembre 2005 lors de la décision de « la part » de la trésorière Josette Brenterch  de mettre en place une AGE aidé en cela par des colistiers de circonstances.IL ne faut pas être dupe de ce qui c’est passé ce jour là dans l’association AC Brest, puisque la volonté affiché lors de l’Assemblé Générale du 25 Février 2005 par tous et toutes c’est vu remettre en cause par un panel de mercenaires soumis à la vindicte d’une personne dont l’acte politique reste discutable! Je pense quant à moi qu’il est préférable de ne pas ce cantonner dans une frustration permanente, et s’engager dans un combat qui ne peut en ce moment que nuire à certaines victimes de ce coup État. Effectivement, j’ai aujourd’hui des responsabilités qui m’incombent concernant des parents très âgés, et cela m’est déjà assez difficile de tenir la structure pour me payer de surcroît le privilège de l’ouverture d’un second front! Je préfère me cantonner dans les faits, rien que les faits vécus durant ma présidence à AC.
Je ne suis pas de ceux qui sont revanchards et  finissent par haïr, je ne marche pas comme ça. Ces comportements n’étant pas chez moi une seconde nature.
C’est de toutes façons une perte de temps énorme, ainsi que d’énergie; bref j’ai choisi de rester zen. J’ai pour ma part vécu ma situation de président dans la tourmente comme à l’intérieur d’un théâtre, les rapports de forces qui se sont établis de semaines en semaines, s’intensifiant et s’amplifiant, notamment entre Josette trésorière et [Petitcoucou] secrétaire.
N’oublions pas un seul moment que l’intelligence particulièrement vive de la secrétaire à toujours eu comme impacte de déranger Josette qui en l’absence de cette dernière ainsi que de Didier pouvait se permettre une grande marge de manoeuvre dû notamment au fait que la plupart des permanences étaient tenues par des gens soumis à la hiérarchie « intellectuelle » qu’on le veuille ou non, que ce soit volontaire ou non, les marques se font ainsi entre les « prolos » et la maîtrise! tout le monde ne s’appelle pas Besancenot. Pour tenir tête à Josette il faut avoir mangé de la soupe culturelle, mais pour ce qui est de [Petitcoucou], il en faut visiblement bien plus pour la déstabiliser, J’en ai été un jour témoins, et ce ne fut pas facile pour notre trésorière de se dépêtrer d’une position devenue intenable.Il me faut ici faire savoir que sont venus nous rejoindre dans l’association durant l’année 2004 et Didier ingénieur agronome puis [Petitcoucou] ingénieur d’études, et moi en tant que président pour essayer de maîtriser ce foyer d’ intello.
Ce ne fut pas triste du tout!!!

Datant
du  25 / 10 / 2005
Mr ROMA JOEL

LE Putsch

Il est, je vois indispensable de retracer l’historique de ce qui c’est passé durant l’année 2005 suite à l’AG en Février de cette année. Il ne faut pas dire tout et son contraire en se faisant passer pour victime et en diabolisant son président le rendant responsable de fautes qu’il n’a pas commises. Il est vrai que de nombreux dysfonctionnements se sont révélés, notamment en Avril de cette année lors précisément de la venue de Michel Le Douaré au sein du collectif d’AC. Par trois fois ce dernier s’est permis de se comporter comme un soudard, en invectivant la permanence de propos injuriant envers les adhérents, après quoi, devant la réprobation générale des présents, tant sur la forme que sur le fond, perdant tout sang froid, il quittait les lieux frustré. Par la suite lors d’une mobilisation du 1er Mai devant la maison du Peuple, il prenait l’initiative de me proposer dans le cadre d’une réunion de section de la ligue de Brest de faire un point sur la ligne politique d’AC.

Ne connaissant pas du tout cette personne, sinon que par les conflits qu’il faisait naître dans les permanences d’AC depuis sa récente venue, et de surcroît n’ayant jamais croisé Le Douaré lors de permanences de la Ligue de Brest durant 5 années, je n’ai pas pris pour argent comptant les allégations de ce dernier, mais plutôt le résultat d’un comportement jubilatoire provoqué par l’actualité d’une mobilisation !

Le mardi 3 Mai lors de notre permanence, Michel Le Douaré présent au local réitérait ses humeurs, lorsque souhaitant prendre la parole dans le but de temporiser ses propos excessifs, ce dernier éructait se drapant dans une vertu hélas pour lui perdue depuis bien longtemps. Devant un tel comportement, fatigué de supporter ce personnage, je me levais, puis demandais l’attention de l’ensemble de la permanence dont d’ailleurs Josette ce jour là faisait partie !

Je divulguais donc les propos tenus par Le Douaré lors de la mobilisation du 1er Mai devant la maison du Peuple : à savoir la mise à l’ordre du jour de la ligne politique d’AC à l’occasion d’une réunion de la section de la Ligue de Brest, dont je me doit de préciser je ne savais pas qu’il faisait partie depuis très peu de temps ;  ne l’ayant jamais rencontré depuis 5 ans que je fais partie de la ligue. Sa réaction ne se fit pas attendre, et il devint soudain pareil à lui-même laissant apparaître son naturel « fougueux » comme me l’a par la suite déclaré Josette comme pour le dédouaner de tous ses excès  ! Hors de lui il me traita de malade mental, de taré puis de fou, déclarant que jamais il ne fallait parler de partis politique dans les associations ! Il faut dire qu’au devant de tels agissements, Josette à la place de remettre Le Douaré à sa place, temporisa la situation dans le but de sortir son colistier d’une situation bien délicate ; Il venait de se tirait de nouveau une balle dans le pied ; « et Gauche s’il vous plait ! »

Le soir du 3 / 5 / 2005 lors d’une réunion de la section de la ligue de Brest, surprise de ma part de rencontrer le Sieur Le Douaré dans l’assemblée riche d’une quinzaine de militants tous camarades de longue date et bien connus de ma part. A l’ordre du jour divers sujets relatifs à la conjoncture économique puis politique de la France, et du monde, ce qui est on ne peux plus normale. Réaction de Le Douaré en fin d’ordre du jour :   point AC !!!

De nouveau remise en cause de la ligne politique d’AC puis de son président Faisant fi de la ligne politique votée lors de l’assemblée Générale du mois de Février, et d’ailleurs n’ayant pas du tout à être discuté et remise en cause dans l’enceinte de la ligue !

Devant de tels agissements, je me permettais donc de lui révéler que je ne le connaissais pas, et lui demandais de se présenter ! Situations des plus extravagantes qu’il me soit donné de vivre dans l’enceinte de mon parti ! Silence interminable, lourd, pesant, on aurait entendu une mouche voler en ce lieu où j’avais donné tant de mon temps et d’espoirs aujourd’hui déçus.

Par ce comportement de certains de mes camarades, j’avais compris soudainement l’origine entres autres de la mise sur orbite de Michel Le Douaré dans l’association d’AC ainsi que  de certains éléments du bureau de la section de la LCR de Brest ! Cela n’enlève nullement l’estime que je continu à garder envers la base militante de mon parti, avec qui j’ai partagé des moments intenses d’investissements citoyens  sans en oublier la chaleur humaine vers l’objectif  Démocratique tant souhaité lors de nombreuses mobilisations. Voilà pour le cas Le Douaré !

_____________________________________________

Pour ce qui est de Manu qui se drape lui aussi dans une dignité fraîchement retrouvée, ce depuis sa présence tardive dans les permanences d’AC  au mois de mai avec la venue des premiers bourgeons; Il faut,  je le pense sincèrement, en développer un tout petit peu plus sur le personnage emblématique tant il le vaut bien.

Durant l’année 2004,  il s’est présenté peut-être trois ou quatre fois inopinément, et pas pour s’investir dans le travail de l’association, mais pour parler des problèmes de santé qu’il rencontrait, ainsi de tout et de rien ce qui j’en conviens, est aussi le rôle d’AC. Cela dit visiblement il en veut personnellement à notre secrétaire qui en fait de trop ! Quant à lui qui n’en avait pas fait une ramée, sinon celle de crier en compagnie de quelques loups et une majorité de moutons confortés par la présence de partis politique. Il brame, entends des voix dans les permanences de l’association : Propos qu’il aurait entendu à l’intérieur de permanences : anti- sémitisme, racismes, homophobies, lit du front national, sucursalle de la scientologie.Déclaration tenue lors de la réunion tenue en date du 17 Juin 2005 à Brest ; Bref nous voilà affublé de tout et de n’importe quoi. Il ne manque plus que l’adjectif terroriste pour couronner le tout ! Du reste Mr Gouriou n’est pas à sa première expérience quant à la méthode employée, puisqu’il avait agit de la même façon envers l’AGCL de Brest durant l’année 1999 à l’encontre de l’association d’aide aux chômeurs de l’époque, où il avait décelé, puis dénoncé la main mise de secte de la scientologie dans le sein de l’association AC!  Il est donc un familier de la rumeur et de l’intrigue.
Force est de reconnaître que ce dernier repris par [Petitcoucou] dans ses propos mensongers, a vite dû déclarer que ses propos mentionnés plus haut étaient de la source de Josette laissant à cette dernière la responsabilité  de ses allégations. Il est à noter qu’il appartient au parti Communiste ; ce qui ne veut absolument pas dire qu’il a l’appuis de ce dernier, et qu’il n’est certes pas mandaté pour ce travail de sape.

En ce qui concerne Monique, elle fait partie comme moi et ce « en ce qui me concerne jusqu’à fin Janvier 2005 » de la LCR de Brest. Mais son slogan de guerre militant étant, ça me prend le chou, elle faisait aussi parti de l’association d’AC. Ce tout au moins jusqu’à la date de mai 2005, puisque de sa propre voix en date du 17 Juin 2005 jour de la réunion, elle refusait de la reprendre! Ses venues à la permanence durant l’année écoulée furent lors de notre présence aux permanences autant sporadiques qu’aléatoires, dans la mesure où cette dernière ne s’était pas du tout sentie investit de l’importance du combat à mener au profit des chômeurs. Tout le monde aura bien compris que c’est de nouveau la faute du président.

Pratiquement invisible dans les permanences ainsi que dans l’investissement militant d’AC ! elle se sera entendue proposer par la voix de Josette sa carte de l’association pour l’année 2005, lors de la réunion du 17 / 06 / 2005.  Carte qu’elle refusera de reprendre pour des raisons qui m’échappent. Cependant à l’issue de la réunion  du 17 juin, la chose pris une tournure plus significative.

Cette réunion informelle ayant eu lieu, nous nous quittâmes dans la volonté de se retrouver en date du 14 Septembre 2005 au centre sociale de Pen AR Créach de Brest dans le but de enfin solutionner ces situations de conflits. Donc à la fin de ladite réunion, les groupes se séparèrent puis décidèrent d’aller boire un pot dans un bistrôt en ville. Sollicité par Monique pour me rendre en compagnie du groupe Le Douaré, je refusais élégamment de me joindre à eux, et préférais m’en tenir au groupe dont je n’avais pas subit d’insultes puis de pressions.

Le lendemain de la réunion nous avions convenus d’une soirée chez une amie, qui avait eu la gentillesse de nous inviter «  soirée barbecue » Tout est-il qu’en me rendant chercher [Petitcoucou] en compagnie de Monique, cette dernière me mis devant un dilemme ; c’est elle ou c’est moi ! Sur ce, je décidais de ramener Monique chez elle tout en me désolant de son refus de se joindre à nous comme il avait été convenu deux semaines plus tôt !

Mal m’en pris de la reconduire, puisque cette dernière prenait l’initiative de téléphoner à un ami de la CGT, et lui intimait de ne pas participer à la soirée dont lui-même avait été invité, pour me mettre la pression,  puis ainsi souhaiter pénaliser la secrétaire d’AC, dans l’espoir de me sentir obligé de l’isoler. La soirée se passa pour le mieux du monde jusqu’au moment où deux heures après le début de celle-ci, « Monique » se présenta à la porte de la maison de cette amie. Agréablement surpris, je me levais en sa direction, puis me dirigea à  son encontre ! Ha ! Enfin tu t’es décidée à nous rejoindre ! Réponse de cette dernière.

Toi avec ta gueule de faux cul, on t’a  à l’oeil, et on finira par t’avoir, on ne te lâchera pas !!!

Je prenais donc la décision de m’en aller malgré les sentiments que je porte à mes amis, pour ne pas me laisser à mon tour emporter, et proférer  des insultes envers Monique Saluden.

Révolté par la méthode et d’ailleurs intimement persuadé de l’implication du bureau politique de la Ligue, je décidais dès le 20 / 06 / 2005 d’envoyer une lettre recommandée à André Garçon pointure brestoise de la LCR à sont domicile à Brest, demandant que se dernier intervienne auprès de Monique dans le but qu’elle présente des excuses tant sur le fond que sur la forme. Depuis malgré un coup de téléphone, de ce dernier, j’attends toujours. « des excuses de Monique»

____________________________________________________

Il est aussi à noter que la cousine de Josette a la suite de la réunion du 17 / 06 / 2005, c’est permis de menacer Didier XXXXXXXXX du bureau de l’association de Brest au téléphone, ce qui a perturbé ce militant d’AC au point de se rendre dans les bureaux de la police dans la perspective d’une plainte. Après excuses de Marie claire, Didier est donc revenu sur sa volonté de porter l’affaire en justice, et a laissé tomber cette affaire malheureuse.

Au devant de tels agissements, Manu qui ne cesse de pousser des cris d’Orfraie en clamant haut et fort la démocratie, et qui se plaint de n’être pas représenté par un président soucieux d’éthique, et de surcroît partial envers les deux groupes, se devrait de nettoyer devant sa porte, et se rendre compte que dans les Statuts de  l’association, les menaces et insultes, les dénigrements sont passible de radiations. Mon rôle de président ne doit pas être de supporter les insultes, menaces, intrigues de tout genres,  mais au contraire de respecter les militants  qui travaillent dans l’association. Sur ce point précis je me doit de témoigner de l’investissement militant que la secrétaire [Petitcoucou] a fournie tout au long de sa présence à l’intérieur de l’association, et de la charge de travail qu’elle a accomplie durant son mandat ! Ce qui est loin d’être le cas de Manu, Josette  et Le Douaré  entre autres.   Avec preuves et témoignages écrits à l’appui!!!

____________________________________________________

Pour ce qui concerne Josette,notre trésorière pour qui j’avais des sentiments Amicaux, j’aurais appris à mes dépends qu’il faut se méfier de l’eau qui dort. Elle aura tissée sa toile comme d’habitude, doucettement dans le silence feutré de la générosité sacerdotal chez elle chose innée.
Elle était  par ses venues sporadiques autant qu’aléatoires curieuse, et quelques fois il est vrais aussi militante investie durant un laps de temps assez court. Très proche de la gauche radicale, ce qui n’avait pas pour me déplaire elle servait je le croyais de caisse de résonance à la victoire de notre cause au sein de partis politique locaux; Du moins le pensais- je naïvement! Le temps me révélera qu’il n’en était pas du tout le cas.
Le collectif est un objectif pour espérer être en mesure de peser sur les décisions prises par les gouvernements successifs.
Force est de constater, qu’il n’en n’est rien! Alors pour qu’elle raison d’un coup d’un seul avoir opéré un Putsch avec l’appui du bureau politique de la LCR de Brest ? Josette de part son passé militant que je respect tout à fait, est une personne impliquée, investie localement. Soit, mais cela ne doit pas  la dédouaner de respecter et les militants et la Chartre d’AC Brest.
Visiblement, elle se permet du haut de son cursus de vouloir faire ce que bon lui semble quand elle veut où elle veut avec qui elle veut!
Je crois aujourd’hui avec le recul du temps en analysant la situation qu’en fait Josette est une femme autoritaire, qui sous des dehors « sympathiques, » ne souffre pas d’être remise en cause par des personnes n’étant pas du sérail!
Elle est intrigante, calculatrice, et aime diriger. Ce n’est pas pour rien que les présidents successifs ces trois dernières années se sont vu proposer le poste par elle « trésorière! » Pour le reste, je pense personnellement qu’elle ne fait que reculer pour mieux sauter! Elle offre du poisson, mais n’apprends pas à pêcher. Et il viendra le temps pas si lointain où elle devra lâcher la place à d’autres, et peut-être « pire » alors elle se fait plaisir tout simplement dans l’instant pour montrer qu’elle est la patronne, puis qu’elle compte surtout le rester. le reste n’est que du pipi de chat!

En ce qui concerne la réunion demandée par Josette et Monique dans l’urgence d’une situation qui ne le justifiait absolument pas; Il va de soit qu’après avoir reçus leurs demande, puis étant loin du nombre d’adhérents légale justifiant la saisie du Conseil d’Administration de l’Association, je leurs avait promis de retenir cette demande après la campagne du traité Constitutionnel lequel pour un certain nombre d’entres nous a énormément mobilisé au point d’en être ressortit épuisé, et qui était je doit l’avouer et l’assumer un combat des plus important de l’année ! De surcroît gagné, quoique l’on en pense !

Au sortir de cette victoire, la réunion était actée puis effectuée en date du 17 / 06 / 2005. Puis trahi en date du 26/09/05 par les putschistes.

Celle du 14/09/05 acquiescé par les deux partis, et non respectée par le groupe dissident dont la tête se tient  l’indéboulonnable, l’indéracinable, l’incontournable Josette Mère de tous les nécessiteux en ce bas monde dont bon nombres d’entre eux les gogos auront voté CHIRAC !

Alors Heureuse de votre mentor ?

Salutations Militantes
Le Président

Mr Roma

 

On remarquera qu’à cette époque, pour les disciples de la « Mère Sup » de la LCR de Brest, à savoir Josette Brenterch, j’étais bien toujours ingénieur d’études en informatique.

Ses inventions calomnieuses concernant ma vie, mes compétences ou mon passé professionnels, celles que ses complices de la bande des cyberdélinquants Cyprien Luraghi et NEMROD34 répètent en boucle continue depuis juin 2010, ne datent que de cette année 2010.



1...245246247248249...273

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo