Intéressant : l’ancien dealer du Tout-Paris Gérard Fauré balance à tout va…

 

 

 

 

Il a déjà sorti trois bouquins, le troisième le 22 janvier de cette année 2020, et en promet au moins deux autres s’il n’est pas tué avant.

Il donne aussi avec plaisir des interviews, dont les deux ci-dessus.

A suivre…

 

 

https://www.lepoint.fr/societe/gerard-faure-confessions-du-prince-de-la-coke-01-02-2020-2360790_23.php#

Gérard Fauré, confessions du prince de la coke

 

VIDÉO. Hier trafiquant de drogue et braqueur de banques, Gérard Fauré a fait une douzaine de séjours en prison. Il se raconte aujourd’hui dans un livre. Rencontre.

 

Par

Modifié le 30/03/2020 à 23:30 – Publié le 01/02/2020 à 14:55 | Le Point.fr

 

« On m’a qualifié de prince de la coke. On aurait mieux fait de m’appeler le roi de la cocaïne. » En cette fin janvier, de passage à la rédaction du Point, Gérard Fauré fanfaronne. L’ancien trafiquant de drogue, ex-braqueur, (presque) rangé des voitures, est en verve. En pleine promotion du deuxième volume de ses mémoires*, il sort de l’enregistrement d’une émission de radio où il a donné des sueurs froides à son éditeur en évoquant le nom de quelques-uns de ses anciens clients. Dans quelques jours, il sera l’invité de plusieurs émissions télévisées à grande audience. Pour l’heure, le septuagénaire s’échauffe gentiment en revendiquant la place qu’il estime devoir lui revenir dans le paysage de la pègre des années 80.

 

Intéressant : l'ancien dealer du Tout-Paris Gérard Fauré balance à tout va... dans Corruption 20000406lpw-20008410-embed-libre-jpg_7013690

Son père était médecin du roi Mohamed V. Le jeune Gérard optera pour une carrière dans le grand banditisme. © DR

 

Né à Fès, au Maroc, en 1946, d’un père militaire, par ailleurs médecin personnel du roi Mohamed V, et d’une mère berbère, Gérard Fauré a passé plus de dix-huit ans de sa vie en prison (« 14 en France, deux en Hollande, un an en Espagne et une année de plus en Belgique », dénombre-t-il). En octobre 2018, à peine sorti de Fleury-Mérogis, il publiait un premier livre autobiographique où il revendiquait avoir été le « dealer du Tout-Paris ». Citant pêle-mêle, parmi ses clients, les noms de Jacques Chirac, Johnny Hallyday mais aussi de Françoise Sagan et Jean-Edern Hallier, dont il laisse aujourd’hui entendre que la mort dans un accident de vélo, en 1997, serait, en réalité, une élimination pure et simple. L’ouvrage avait trusté les premières places des palmarès de ventes pendant près d’un mois.

Du Maroc à la Costa Brava

Gérard Fauré n’a pas été seulement le fournisseur en coke de la jet-set. « C’est vrai que j’ai aussi été braqueur de banques », confesse-t-il. « Mais c’était pour le compte du Service action civique [le SAC], la milice privée de Charles Pasqua : très peu civique mais toujours prête à l’action », se dédouane-t-il. Demande-t-on des éléments de preuve de ce qu’il avance ? Gérard réplique aussitôt : « Je ne suis pas une gamate. » Un terme d’argot qui désigne à la fois un mauvais chanteur d’opéra et un menteur. « Personne n’a saisi les tribunaux pour le premier tome. C’est sans doute que ce que raconte Gérard est vrai », surenchérit son éditeur Yannick Dehée. En sera-t-il de même cette fois-ci ? « Je peux prouver tout ce que j’avance », affirme l’auteur.

L’homme n’a pas seulement de la gouaille. Il affiche et revendique une forme de baraka. Rien ne semble lui faire peur. Surtout pas la perspective de se retrouver poursuivi en diffamation. Il s’amuse que sa maison d’édition ait été approchée par des producteurs de cinéma. « C’est vrai que ma vie pourrait faire un bon film. Car j’ai commencé très tôt », explique Gérard Fauré dans un sourire. « À 5 ans, je faisais chanter les amis de mon père, menaçant de dévoiler leurs infidélités s’ils n’achetaient pas mon silence. À 8 ans, je déterrais, avec deux amis, les cadavres du cimetière de Essaouira où mes parents avaient déménagé. Je dépouillais les corps de leurs bijoux », poursuit-il. Deux ans plus tard, il commençait la contrebande et faisait commerce de devises étrangères dans les bureaux de changes d’Algésiras. Accro au cannabis dès ses 12 ans, il dit s’être mis à dealer au collège.

 

20000406lpw-20008398-embed-libre-jpg_7013691 dans Crime

À chacun de ses passages en France, ce proche de Gaëtan Zampa vient saluer sa mère à côté de Versailles. © DR

 

En 1964, son bac en poche, il quitte le Maroc pour s’installer en Espagne où il ouvre un magasin à Torremolinos, près de Marbella. Dans cette station touristique ont trouvé refuge, quelques années auparavant, plusieurs membres du « gang des Tractions Avant » (une bande de malfaiteurs français qui tire son nom des puissantes automobiles à bord desquelles ils sévissaient, NDLR). Quand on lui demande s’il les a rencontrés, Gérard Fauré élude. À l’époque, le jeune homme tient un bar avec son frère aîné, aujourd’hui décédé, qui deviendra consul de France à Cadix. « Georges n’a jamais rien fait d’illégal », tient-il à préciser. On ne peut pas dire la même chose de Gérard. Il en rigole.

Détentions à gogo

Son premier séjour en prison date de 1970. « À cause d’un quiproquo », assure-t-il. Associé dans un commerce d’habillement à un trafiquant d’armes hollandais d’origine indonésienne dont il jure alors ne rien savoir des activités illicites, il est arrêté pour trafic de cuirs de contrebande. « Deux hommes ont déposé des ballots de cuir dans ma boutique. Je leur ai demandé de les reprendre, mais ils ont filé et, deux minutes après, débarquait la Guardia Civil », se défend-il. Gérard Fauré est incarcéré à la prison de Marbella : « Une taule horrible de 12 places dont les lits étaient creusés à même la roche comme des tombeaux », se rappelle-t-il. Il y est si méchamment frappé par les gardiens qu’il atterrit à l’hôpital. Là, une infirmière qui connaît son père alerte sa famille. « Mon père avait des accointances avec le régime franquiste. Il a débarqué avec un député et m’a fait libérer. »

Rebelote deux ans plus tard. Cette fois, son père ne peut rien pour lui. « C’est un commando du SAC qui m’a libéré en débarquant aux portes de la prison », indique Gérard Fauré, qui décide à ce moment-là de s’installer à Amsterdam. « La Hollande a été mon université du crime », plaisante-t-il. Le jeune homme se met à faire de l’import-export de cocaïne et d’héroïne, sans état d’âme. « Bien sûr, j’aurais pu éviter de fournir tous ces gens qui ne pensaient qu’à nuire à leurs prochains, et qui pour être capables de le faire se bourraient le pif de ma cocaïne ! Mais pour être franc, d’une part, à l’époque je me foutais royalement de ce qui se passait dans ce pays, d’autre part, les fournir en coke ou en cannabis m’apportait une adrénaline exceptionnelle », écrit-il.

Il s’acoquine avec un gang de cambrioleurs. « En 1973, nous avons fait plus de 400 maisons », déclare-t-il sur un ton qui pourrait laisser penser qu’il n’en est pas peu fier. Dans son précédent livre, il expliquait aussi avoir été tueur à gages « à l’occasion », toujours pour le compte du Service action civique.

Sous crack

 

20000406lpw-20008400-embed-libre-jpg_7013692 dans Folie

À Amsterdam, où il emménage en 1973, il tombe dans le crack. © DR

 

Gérard Fauré explique être, dans ces années 70, « accro » au crack, un dérivé de cocaïne ultra-concentré qui se fume. « J’ai eu du mal à me défaire de cette saloperie », émet-il. Est-ce en raison des effets stupéfiants de ce « caillou » sur son cerveau que ses souvenirs se brouillent un peu ? Il peine à se rappeler le nombre d’allers-retours qu’il effectue alors entre les Pays-Bas, l’Allemagne, la Suisse et le Maroc. Chaque fois, il fait escale en France où sa mère a refait sa vie avec le fils d’un ancien diplomate français, en poste au Vatican. Il pense que cette étiquette place son beau-père au-dessus de tout soupçon. C’est dans leur maison de Versailles qu’il stocke une partie de sa dangereuse marchandise. Il n’en sera pas moins arrêté une nouvelle fois en 1979, en possession d’une tonne de coke, et passera deux ans à l’ombre. Dès sa sortie, il reprend sa place de « grossiste » sur le marché de la blanche. « Je fournissais alors un certain Gianni qui revendait tout ça dans les boîtes de nuit parisiennes. C’est lui qui passait pour le roi de la coke, mais le titre aurait dû me revenir à moi », émet-il, avec orgueil.Dealeur le jour, il flambe la nuit tombée son argent au casino. « Je menais la grande vie : je dormais dans des palaces, je conduisais de luxueuses voitures et je couchais avec des filles somptueuses. » Fauré se dit alors proche de Gaëtan Zampa, croise Francis le Belge, deux grandes figures du banditisme dans les années 80. « Tous mes amis de l’époque sont morts, de mort violente. Je n’en reviens toujours pas d’être en vie, car j’ai plusieurs fois été pris dans des fusillades », confie-t-il. Ce sont ces années-là qu’il raconte dans son livre. Il explique conduire des « go-fast », effectuant des passages de la frontière à très grande vitesse, à bord d’une Ford Mustang GT, le même modèle que conduit Steve McQueen dans Bullit, ou dans une Mercedes 350L, le coupé au volant duquel Richard Gere apparaît dans American Gigolo. Il écrit avoir réchappé plusieurs fois à des embuscades. Certains épisodes semblent abracadabrants (comme ce chapitre où il explique avoir perdu une barquette de coke dans un champ et avoir réalisé qu’une vache l’avait mangée, s’offrant un trip mémorable). Faut-il vraiment prendre au pied de la lettre toutes ces histoires ? « C’est vrai que certaines peuvent sembler invraisemblables », reconnaît-il, beau joueur. Impossible de recouper ses dires. La plupart des témoins ont disparu. Gérard Fauré parle d’autant plus librement qu’il sait ne pas pouvoir être contredit.

Séducteur invétéré

 

20000406lpw-20008406-embed-libre-jpg_7013693 dans Pédophilie

Gérard Fauré tombe, pour la première fois, pour trafic de drogue, en 1973. © DR

 

Un brin vantard, l’ancien trafiquant ne se fait pas prier pour étaler ses conquêtes féminines. Il laisse entendre qu’il aurait partagé la même maîtresse que Jacques Chirac (une journaliste politique en vue) et que c’est par jalousie que l’ancien président l’aurait conduit une nouvelle fois en prison. Son livre alterne d’ailleurs évocations érotiques et scènes d’action. Les deux se mêlant parfois. Comme lorsque l’auteur détaille un épisode étonnant où, pour passer la frontière entre la France et la Belgique, il aurait corrompu les douaniers grâce au service de prostituées. « Le sexe occupe, comme la drogue, une place importante dans ma vie », glisse l’ancien trafiquant. « Mais je ne suis visiblement pas le seul », ajoute-t-il, affirmant détenir les preuves qu’un hôtel, proche des Champs-Élysées, abritait un réseau pédophile qui aurait compté en son sein un ancien ministre de François Mitterrand.La pédophilie occupe, de fait, une place importante dans son ouvrage. L’ancien truand accuse ainsi, sans le citer, un membre de la famille royale britannique d’avoir sollicité des prostitués mineurs dans un hôtel de Tanger. « Le roi du Maroc avait fait installer des caméras cachées. Buckingham Palace a reçu quelques photos où on pouvait voir ce représentant de la Couronne en pleine action… Quarante-huit heures plus tard, la Grande-Bretagne livrait les officiers qui avaient trouvé refuge à Gibraltar après avoir tenté un coup d’État contre Hassan II, en 1972 », assène l’auteur. Une histoire qu’on jurerait sortie d’un épisode de SAS, d’un autre Gérard… de Villiers.

Naissance d’une vocation

 

20000406lpw-20008403-embed-libre-jpg_7013694 dans Perversité

Gérard Fauré, devenu « dealeur du Tout-Paris », sera à nouveau arrêté à l’été 1986. © DR

 

En juillet 1986, Gérard Fauré est de nouveau arrêté. « Le Tout-Paris perd son fournisseur de cocaïne », titre France-Soir. « Le pourvoyeur du showbiz est tombé », affiche Le Parisien. Désireux de prouver que ce titre n’est pas usurpé, Gérard Fauré prend bien soin d’égrener, dans son livre, quelques noms de vedettes. On y croise ainsi un Alain Delon particulièrement cynique, un Mick Jagger défoncé, mais aussi le producteur de Grease ou de Saturday Night Fever : Robert Stigwood, porté sur la coke. On y entrevoit Claude Brasseur et Bernard Giraudeau. Gérard Fauré règle ses comptes avec Thierry Ardisson, mais aussi Thierry Le Luron. Mais ceux qu’il abhorre le plus, ce sont les avocats qu’il a fait travailler à chacune de ses (nombreuses) interpellations. « Grâce à ces nuls, j’ai failli prendre presque dix ans pour quelques grammes de drogue. Tous ces bavards étaient plus doués pour me prendre mon fric que pour me sortir du trou », peste-t-il.Durant sa détention à Liancourt, dans l’Oise, le voyou reprend ses études. Il passe un CAP puis un BEP de comptabilité ; s’inscrit en DEUG d’anglais et fait même un stage d’horticulture. Surtout, il se met à écrire et prend goût à coucher sa vie sur le papier. « J’ai au moins quatre livres dans mes tiroirs », confie-t-il. Sorti en 1991, il retombe, quelques mois plus tard. C’est là que son chemin croise celui d’Éric Dupont-Moretti, qu’il égratigne tout particulièrement. « Tout ce qu’il a fait, c’est d’énerver le juge. J’en ai repris pour trois ans, là où je n’aurais pas dû prendre plus de 18 mois », tacle-t-il.

Entre 1997 et 2015, Gérard Fauré sera encore impliqué dans trois affaires, dont un double assassinat et une tentative de meurtre. Deux affaires pour lesquelles il s’explique dans son livre. « J’aurai aussi participé à la mise hors d’état de nuire d’un réseau djihadiste », avance-t-il, sans vouloir en dire plus. « Ce sera le sujet de l’un de ses prochains ouvrages », justifie son éditeur. Aujourd’hui libre et remarié à l’ex-femme d’un ancien grand flic, il vit dans une petite commune des Yvelines où ses deux voisins sont d’anciens directeurs de services centraux de police. « Ils se détestent mais moi je les aime bien », plaisante Gérard Fauré. Le septuagénaire rêve de cosigner, avec l’un d’entre eux, un ouvrage en forme de dialogue. Il en a déjà le titre : Le Loup et l’Agneau. « Devinez qui est l’un et qui est l’autre ? » interroge l’ancien trafiquant. Décidément intarissable.

 

20000406lpw-20012655-embed-libre-jpg_7013695 dans Politique

Après « Dealer du Tout-Paris », Gérard Fauré poursuit le récit explosif de sa vie et nous plonge dans l’intimité des élites parisiennes qui ont fait de la cocaïne une drogue mondaine et populaire (résumé de l’éditeur). © DR

 

*Prince de la coke, de Gérard Fauré, Nouveau Monde éditions, 224 pages, 17,90 €.
 

 

https://www.liberation.fr/france/2018/10/25/gerard-faure-une-clientele-haut-de-came_1687887

Profil

Gérard Fauré, une clientèle haut de came

 

Par Renaud Lecadre — 25 octobre 2018 à 21:06
 
Gérard Fauré, auteur de «Dealer du tout-Paris, le fournisseur des stars parle», à Paris, le 16 octobre. Photo Rémy Artiges pour Libération

L’ancien dealer et braqueur de banque, qui a croisé la route de Charles Pasqua ou de Johnny Hallyday publie son autobiographie. Son parcours hors norme laisse entrevoir les liens entre politique et voyoucratie.

  • Dealer de stars : de Pasqua à Hallyday en passant par Chirac, une clientèle haut de came

Barnum garanti. Aujourd’hui sort en librairie l’autobiographie d’un beau voyou. Gérard Fauré (1), fils d’un médecin militaire, fut un authentique trafiquant de cocaïne, doublé d’un braqueur de banques, et tueur à gages à l’occasion. A ce titre, l’intitulé du bouquin, Dealer du tout-Paris, le fournisseur des stars parle (1), pourrait prêter à confusion. Il n’était pas que cela. Mais comme le souligne son éditeur, Yannick Dehée, «c’est la première fois qu’un voyou parle sur les politiques». Et pas n’importe lesquels : Charles Pasqua et Jacques Chirac.

Un quart du manuscrit initial a été expurgé, des noms ont été initialisés ou anonymisés. Demeure le name-dropping dans le milieu du show-biz, visant des personnalités déjà connues pour leur addiction à la coke. Certains lecteurs s’en délecteront, mais il y a mieux – ou pire : l’interférence entre la politique et la voyoucratie, fournisseuse de services en tous genres. «On entre dans le dur», souligne un spécialiste du secteur.

A lire aussiGérard Fauré : «Pasqua ne pouvait quand même pas se mouiller pour un meurtrier»

Pasqua n’était guère cocaïnomane – «j’en suis sûr», atteste notre lascar – mais l’argent parallèle du secteur a pu l’intéresser… Fauré, précoce dealer au Maroc puis un peu partout ailleurs, raconte avoir été très vite pris en charge, dans les années 70, par l’Organisation de l’armée secrète. Initialement dédiée au maintien de l’Algérie française, l’OAS changera très vite de fusil d’épaule : «opérations homo» (assassinats ciblés) contre des indépendantistes basques ou corses, mais aussi braquages de banques. Le Service d’action civique (SAC) prendra ensuite le relais. Fauré, fort de ses compétences en la matière, met la main à l’ouvrage : «La recette Pasqua consistait à constituer des « mouvements patriotiques », en vérité violents, avec des voyous peu recommandables. Comment les rémunérer ? Tout simplement avec l’argent provenant de gros braquages de banques et de bijouteries, commis en toute impunité. Avec Pasqua, tout était possible, du moins pour les membres du SAC. Patriote, certainement prêt à mourir pour son pays, il gardait en revanche un œil attentif sur les caisses du parti. Moyennant la moitié de nos gains, il nous garantissait l’impunité sur des affaires juteuses et triées sur le volet, sachant exactement là ou il fallait frapper.»

L’auteur narre ainsi sa rencontre avec le politique, qu’il situe en 1978 : «Charles Pasqua donnait de sa voix tonitruante des ordres à tout le personnel, toutes les têtes brûlées de France et de l’Algérie française.» Et de lui lancer : «Alors, c’est toi le mec dont on me vante les mérites ? Bien. Tu vas reprendre du service dès aujourd’hui, avec tes amis, si tu veux bien. J’ai une mission de la plus haute importance, que tu ne peux pas te permettre de refuser, ni de rater. Compris ?»

Backgammon

A l’issue de l’entretien, Gérard Fauré croisera illico le parrain marseillais «Tony» Zampa, qui traînait là par hasard, lequel l’entreprend dans la foulée sur différentes affaires à venir : des investissements dans les casinos et la prostitution aux Pays-Bas. Cas peut-être unique dans les annales de la voyoucratie, il fera parallèlement équipe avec l’illustre Francis Vanverberghe, dit «Francis le Belge», «doté d’un savoir-vivre qui valait bien son savoir-tuer». Il en garde un souvenir mi-épaté mi-amusé : «Zampa ou « le Belge », qui pourtant étaient des gangsters d’envergure internationale, se seraient fait descendre comme des mouches s’ils avaient eu la mauvaise idée de mettre les pieds en Colombie ou au Venezuela, car ils étaient prétentieux.» Pour la petite histoire, il reconstitue leur brouille à propos de… Johnny Hallyday : «Tous les deux voulaient le prendre sous tutelle, pour capter sa fortune ou l’utiliser comme prête-nom. Ils ont fini par s’entre-tuer pour ce motif et quelques autres.» Fauré considérait Johnny comme sa «plus belle prise de guerre» dans le microcosme de la coke. Mais lui gardera un chien de sa chienne après que le chanteur l’a balancé sans vergogne aux Stups, contre sa propre immunité.

Notre voyou prétend n’avoir jamais balancé, lui, du moins jusqu’à ce livre. «Si vous le voulez bien, j’attends votre version des faits s’agissant des deux chèques de M. Chirac rédigés à votre ordre. Je vous invite à bien réfléchir avant de répondre» : sollicitation d’une juge d’instruction parisienne en 1986, hors procès-verbal. Tempête sous un crâne à l’issue de laquelle Gérard Fauré évoquera une dette de jeu au backgammon… Dans son bouquin, l’explication est tout autre – «J’avais dû travestir la vérité.» S’il ne peut attester que l’ex-président prenait de la coke, il évoque son penchant pour les femmes… Pour l’anecdote, les deux chèques en question feront l’objet d’une rapide opposition de leur signataire. «Chirac, dont j’avais admiré la prestance et même les idées politiques, s’est avéré mauvais payeur.»

Hommage

Ce livre-confession est une authentique plongée dans le commerce de la drogue. Notre trafiquant, dix-huit ans de prison au compteur, connaît son produit : «Aucune coke ne ressemble à une autre. Certaines, comme la colombienne, vous donnent envie de danser, de faire l’amour, mais rendent très agressif, parano et méfiant. La bolivienne rend morose, triste, et pousse parfois au suicide. La meilleure est la péruvienne, qui augmente votre tonus, votre joie de vivre et pousse à la méditation, au questionnement. La vénézuélienne a des effets uniquement sur la performance sexuelle. Les autres, brésilienne, chilienne ou surinamienne, ne sont que des pâles copies.» Son mode de transport aussi : dans le ventre d’une chèvre, elle-même logée dans l’estomac d’un boa que les douaniers, à l’aéroport d’arrivée, prendront soin de ne pas réveiller. Puis, une fois le coup du boa connu des gabelous, le ventre d’un nourrisson – une technique brésilienne consistant à empailler un bébé mort pour le maintenir en bon état, et ainsi faire croire qu’il dort au moment de passer la frontière…

Le livre s’achève sur cet hommage indirect à la police française : lors d’une perquisition à son domicile, 10 des 15 kilos de cocaïne disparaissent, tout comme 90 % des 300 000 euros logés dans un tiroir. «Je n’ai pas pensé un seul instant me plaindre de la brigade du quai des Orfèvres, dans la mesure où les vols qu’elle commettait chez moi ne pouvaient qu’alléger ma future condamnation.»

(1) Nouveau Monde, 224 pp., 17,90 €.

photo Rémy Artiges pour Libération

Renaud Lecadre

 

https://www.liberation.fr/france/2018/10/25/gerard-faure-pasqua-ne-pouvait-quand-meme-pas-se-mouiller-pour-un-meurtrier_1687888

Gérard Fauré : «Pasqua ne pouvait quand même pas se mouiller pour un meurtrier»

 

Par Renaud Lecadre — 25 octobre 2018 à 21:06

 

L’ex-trafiquant Gérard Fauré, qui a passé dix-huit ans derrière les barreaux, multiplie les anecdotes dignes d’un thriller.

 

  • Gérard Fauré : «Pasqua ne pouvait quand même pas se mouiller pour un meurtrier»

Figure du trafic de drogue, Gérard Fauré raconte ses activités à Paris dans les années 80, où il fournissait de la cocaïne à de nombreuses célébrités.

Vous êtes toujours en vie. C’est de la chance ?

Non, pas de la chance. Mon talent de diplomate, de beau parleur. La parole donnée, la correction avant tout. Un jour, un flic me mettait des coups de Bottin dans la gueule pour une histoire de meurtre. Puis m’a relâché faute de preuve en me disant : «Tu as été correct !» Une autre fois, j’avais deux équipes sur le dos, des Gitans et des Kabyles. Heureusement, les flics m’ont arrêté avant eux… Donc un peu de chance, quand même.

A lire aussiGérard Fauré, une clientèle haut de came

L’OAS vous a également bien protégé…

Ils m’ont sorti de prison en Espagne, mitraillettes à la main.

Charles Pasqua aussi ?

Il avait pas mal de comptes à régler. En échange, il nous donnait des plans d’un braquage, les clés de la banque… Mais ce n’était pas toujours garanti : un jour, on fait un coup, croyant comme des cons que tout était bordé, mais une tripotée de flics nous attendait à la sortie.

Apportait-il une garantie policière ?

Oui et non. Pasqua ne pouvait quand même pas se mouiller pour un meurtrier.

Johnny Hallyday était, selon vous, tenu par le milieu dans les années 80…

J’en suis sûr. «Francis le Belge» me l’a raconté : la bande à Tony Zampa rackettait Johnny. Belge comme lui, Francis va le voir : «Lâche-le !» L’autre : «Jamais !» C’est là que les deux clans sont entrés en guerre, à propos de Johnny Hallyday, même s’il y avait peut-être d’autres raisons.

Renaud Lecadre

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9rard_Faur%C3%A9

  1. Renaud Lecadre, « Gérard Fauré : Pasqua ne pouvait quand même pas se mouiller pour un meurtrier », Libération « L’ex-trafiquant Gérard Fauré, qui a passé dix-huit ans derrière les barreaux, multiplie les anecdotes dignes d’un thriller »,‎ 25 octobre 2018 (lire en ligne [archive])

Références radiophoniques

Références vidéographiques

Références bibliographiques

  1. Fauré et Perltereau 2018, p. 41, chap 5 « L’Espagne, ma deuxième patrie » : […] Un problème de taille que j’eus avec le général Oufkir. […] Ce dernier, après avoir eu vent d’une liaison que j’entretenais avec sa femme du côté de Marbella [lire en ligne [archive]]

Liens externes

:

 



Et l’autre qui continue de menacer…

 

Et l'autre qui continue de menacer... dans Calomnie Jean-marc%2BDonnadieu%2BCoucou%2B-%2Bwww.facebook.com

 



Cyprien Luraghi le corbeau égal à lui-même…

C’est dans le « thread » qui suit, extrait de Twitter.

Lui qui se signale depuis la nuit des temps comme l’un des pires corbeaux qui soient, on le retrouve encore là, comme très souvent, à dénoncer de présumés « corbeaux »…

Je rappelle donc ici que dès l’année 2009 au plus tard il se met à me dénoncer partout pour des tas d’infractions inexistantes… non seulement auprès des journalistes des deux sites participatifs Rue89 et Le Post, où il me harcèle directement de 2008 à 2010 et continuera à me calomnier jusqu’à la cessation ou quasi cessation d’activité pour l’un comme pour l’autre alors que je n’y suis plus depuis l’été 2009 pour le premier et mars 2010 pour le second, mais également auprès de quantité de tiers, notamment des administrations et services publics des secteurs médical et social.

En 2010, un des premiers avocats brestois à avoir vu ses publications de cette année-là me concernant en avait été horrifié et s’était exclamé à leur lecture : « C’est pire que la Gestapo ! »

Eh oui, même si je ne peux pas trouver à Brest d’avocat qui accepte de me défendre, ils sont bien tous au courant et n’apprécient pas forcément ce que font mes harceleurs et leurs complices magistrats ultra CORROMPUS du Tribunal de Grande Instance de Brest…

En 2011, après m’avoir déjà dénoncée mensongèrement pour des faits imaginaires à sa gendarmerie, celle de Puy-l’Evêque, Cyprien Luraghi va encore plus loin en persuadant une femme qui ne me connaît pas et dont j’ignore jusqu’à l’existence d’aller me dénoncer comme scientologue extrêmement dangereuse et malfaisante au Commissariat de Police de Brest…

Je n’ai rien à voir avec l’Eglise de Scientologie ni avec aucune autre secte et n’ai jamais rien commis de tout ce dont cette femme m’a accusée mensongèrement sur suggestion du mythomane extrêmement pervers Pascal Edouard Cyprien Luraghi qui remettra ça lui-même en 2015 avec tout un lot de nouvelles dénonciations calomnieuses aussi effrayantes qu’effarantes…

Il m’a aussi dénoncée calomnieusement à de multiples reprises, non seulement auprès de mes hébergeurs de blogs, mais également à la police du net, à la CNIL, et même au maire de Brest et au sous-préfet de Brest, en plus du procureur de la République de Brest, en leur envoyant à tous des copies de ses lettres aux autres, pour les forcer à lui obéir – genre : « j’en réfère à toutes les autorités, vous voilà tous prévenus, vous n’avez pas intérêt à m’oublier »…

Quant au psychiatre dont il a tenté d’obtenir mon internement en psychiatrie, il l’a carrément harcelé à ce sujet durant plusieurs années…

 

Lire ou relire à ce sujet :

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/01/comment-le-cybercriminel-pascal-edouard-cyprien-luraghi-a-tente-de-me-faire-interner/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/11/01/quand-cyprien-luraghi-pete-un-cable/

 

Voilà.

Quand une femme ingénieur dit qu’elle est ingénieur, c’est vachement grave.

Cela justifie que le malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi et toute sa clique de débiles mentaux, tel Jean-Marc Donnadieu de Béziers, la dénoncent partout mensongèrement pour des tas de faits imaginaires et tentent par tous les moyens de la faire interner en psychiatrie…

 

 
https://twitter.com/FredericBianchi/status/1248517103306575876

Thread

See new Tweets

Conversation

 

Cyprien Luraghi le corbeau égal à lui-même... dans AC ! Brest F1lYi6-l_bigger
Frédéric Bianchi
@FredericBianchi
Avec le confinement, la délation explose. C’est comme le compte « Fallait pas supprimer », c’est toujours pour faire le « bien » qu’on dénonce: « Les délateurs s’abrite derrière des valeurs civiques : la justice, la salubrité publique, l’intérêt général »
Translate Tweet
 dans Calomnie
Avec le coronavirus, le retour des « corbeaux »
A Paris comme en province, la police reçoit des appels pour dénoncer des manquements, réels ou supposés, aux mesures de confinement. Un phénomène limité, mais révélateur des angoisses de l’époque et…
lemonde.fr
9:44 AM · Apr 10, 2020·Twitter Web App
93

Likes

F1lYi6-l_bigger dans Corruption
Frédéric Bianchi
@FredericBianchi
·

Apr 10

Replying to

Une phénomène encouragé ces dernières années avec l’émergence des lanceurs d’alerte, tenants du name and shame et du full disclosure
Image
xaHi2qhg_bigger dans Crime
brokeback montaigne
@francisfrog
·

Apr 10

Replying to

possible de faire un update de votre photo de profil ? (moustache)
YlQGQyM-_bigger dans Folie
Vincent Glad
@vincentglad
·

Apr 10

Révélatrice des angoisses de l’époque et du poids du passé.
wacpeS_-_bigger dans LCR - NPA
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
·

Apr 10

Déniché par hasard l’autre jour − pas tout neuf et heureusement un peu à l’abandon :
Image
XfWFVwbj_bigger dans Le Post

Michel Ney

@sidounours
·

Apr 10

Replying to

« révélateur des angoisses de l’époque et du poids du passé.»

IDSpJDCa_bigger dans Luraghi
Conrad Costals
@ConradCostals
·

Apr 10

« Révélateur des angoisses de l’époque et du poids du passé » is the new « les heures nauséabondes les plus sombres »
XfWFVwbj_bigger dans NEMROD34

Michel Ney

@sidounours
·

Apr 10

Le mythe du Français délateur mdr.
XfWFVwbj_bigger dans Perversité

Michel Ney

@sidounours
·

Apr 10

Quelqu’un s’est-il déjà attaqué à ce mythe débile, d’ailleurs ? Il sort toutes les semaines.
IDSpJDCa_bigger dans Politique
Conrad Costals
@ConradCostals
·

Apr 10

Historiquement cela a du commencer avec l’affaire de Tulle dans les années 20. Puis la défaite de 40 et la honte de l’occupation ont été un terreau pour ces tropismes qui ont été répétés jusqu’à devenir des vérités par les masochistes qui tiennent la culture depuis les années 80
XfWFVwbj_bigger dans Rue89

Michel Ney

@sidounours
·

Apr 10

Qui a vécu ailleurs en Occident sait que c’est n’importe quoi.

 

xXBbOArx_bigger

Geri&Freki

@Geri_Freki94
·

Apr 10

En bas à droite

Image
iNTBoVF2_bigger

Hamster inclusif

@HamsterFr
·

Apr 10

Replying to

Trop de bobos qui s’ennuient.
RLIhsoaR_bigger
richert
@henririchert
·

Apr 10

Replying to

La part d’ombre, cette noirceur d’âme, ce besoin de nuire aux autres sous prétexte civique ou de loyauté vis à vis d’un Etat ( là d’urgence, hier l’occupation ) sont souvent le seul exutoire des personnes mal en société en temps normal. Ici & ailleurs.

6wbXB1Af_bigger
Robert Tellez
@Rhaubaire
·

Apr 10

Replying to

ne traite que des données publiques.

Replying to

Ça marche bien à Taïwan, de plus si tu dénonces quelqu’un et qui prend une amende tu touches 10%… Bizarrement tous le monde est respectueux des règles

Replying to

Comme les LREM quand ils votent une réforme inique. Plus juste et plus humaine.
6gulLj6e_bigger
Car2Paris
@Cbellage
·

Apr 10

Replying to

à la guerre, comme à la guerre…. et là, sanitairement parlant, c’est pour le bien commun.
EsmUjnG3_bigger
santouh redha
@santouh
·

3h

La peur, l’angoisse…une pincée de racisme quelquefois…mais aucun civisme voilà, voilà on demande au personnel médical de déménager…car devenu des pestiférés, comme les lépreux du moyen âge qu’il fallait isoler…j’abuse un peu mais juste un peu

More replies
qactKErv_bigger
Nestor Penne
@NestorPenne
·

Apr 10

Replying to

Par contre, il est conseillé de dénoncer son voisin lorsqu’il y a des violences conjugales. Toujours pas compris la différence.
F1lYi6-l_bigger
Frédéric Bianchi
@FredericBianchi
·

Apr 10

Assistance à personne en danger ça
qactKErv_bigger
Nestor Penne
@NestorPenne
·

Apr 10

D’accord. Par contre aller foutre des miasmes potentiellement mortels pour d’autres personnes, c’est pas grave.
8kEg1dwH_bigger

Le Hérisson Rouge

@LeHerissonRouge
·

Apr 10

Replying to

La moindre des choses quand on parle d’un compte Twitter dans un tweet c’est de l’identifier. Cc

F1lYi6-l_bigger
Frédéric Bianchi
@FredericBianchi
·

Apr 10

C’est vrai, vous avez raison, je manque à tous mes devoirs :)
8kEg1dwH_bigger

Le Hérisson Rouge

@LeHerissonRouge
·

Apr 10

C’est pas non plus un devoir, ni une obligation. Et ça arrive d’oublier.
UEveU24j_bigger

Le cartonaute masqué

@cartonaute
·

Apr 10

Replying to

Ces gens la font ça tout le temps.
qfQ_D08O_bigger
Bagadoù Stourm breton réfractaire
@PinkiePou1
·

Apr 10

Replying to

Mon voisin s’appelle Lévy !
Extrait du vidéokon des inconnus sur les Français et la guerre… la première fois que je l’ai vu, j’ai été pris d’un fou-rire pendant 5 bonnes minutes ! Et …
youtube.com
cAKn8yE7_bigger

Gerhart Al Hamasse

@GLamasse
·

Apr 10

Replying to

Image

 



Attentat de Romans-sur-Isère : pas de revendication pour cause de confinement ?

Deux jours avant l’attentat, j’ai enregistré sur Satanistique une visite provenant apparamment de Duhok ou Dahûk en Iraq, dans la Région autonome du Kurdistan, au nord de Mossoul (voir ci-dessous).

Par ailleurs, j’ai été victime d’une grosse attaque informatique les 28 et 29 février derniers.

Or, depuis quelques années, je me suis habituée à voir systématiquement ce genre de signaux précéder, voire annoncer des attentats islamistes en France.

Aussi, je ne suis vraiment pas convaincue que le terroriste de Romans-sur-Isère ait agi seul et de son propre chef, d’autant que j’ai bien remarqué chez les commanditaires habituels de ces tueries des mouvements qui semblent en corrélation avec son attaque, qui contrairement à ce qu’il soutient n’apparaît pas comme un « pétage de plombs » : il a quand même demandé à des personnes qu’il attaquait si elles étaient musulmanes ou non avant de les poignarder, et son état après les faits s’est avéré tout à fait compatible avec la garde à vue.

En outre, deux semaines avant l’attaque, l’Etat islamique avait appelé à poursuivre le djihad à un moment « où la sécurité et les institutions médicales ont atteint les limites de leurs capacités », a rapporté Mediapart (voir ci-dessous).

Se pose donc la question de la revendication de cet attentat du 4 avril 2020.

Je suggère que le confinement, qui touche aujourd’hui à peu près tout le monde et semble particulièrement drastique en Iraq, notamment dans le Kurdistan (voir ci-dessous), aurait pu l’empêcher.

Reste de toute façon que les organisations terroristes islamistes ne revendiquent pas systématiquement tous leurs attentats : elles peuvent craindre des représailles et/ou ne pas vouloir ou pouvoir assumer politiquement des actes particulièrement mal perçus par les populations, y compris les leurs.

Or, en cette période de pandémie, il est bien évident, d’une part, qu’elles sont elles-mêmes affaiblies par la maladie et toutes ses conséquences, et d’autre part, que les attentats terroristes et leurs auteurs suscitent encore plus de réprobation et d’hostilité qu’en temps normal, comme cela s’est bien produit au sein du barreau de Valence (voir ci-dessous).

Dans ces conditions si exceptionnelles, il n’est donc pas si surprenant que l’habituelle revendication de l’attentat fasse défaut.

Pour finir, l’hypothèse d’un assassinat ciblé commis contre l’ingénieur informaticien qui a été tué ne pouvant être écartée, je précise qu’il travaillait dans le secteur des puces RFID depuis juin 2015 comme il l’avait indiqué dans son profil sur Viadeo :

 

http://fr.viadeo.com/fr/profile/thierry.nivon

En poste chez Eliot Inovative Solutions

Précédents : Mediane-Systemes, Maya-technologies, Partialis, Decalog, Oikialog, Infologic

Précédents : Telecom Lille 1, Lycée La Saulaie

Contacts

52

Chatillon St Jean, Ile-de-France, France

En résumé

Je suis un ingénieur développement. Mes domaines de prédilection sont ceux qui nécessitent une forte expertise technique, avec acquisition rapide de connaisssances. Les domaines que je maitrise le mieux sont – C++, java, delphi, C# – Architecture logicielle orientée objet – Informatique embarquée – Cartes à puces – Connexions d’automates – Bases de données (administration et requetage) – Traitement du signal (projets personnels)

Parcours

Responsable developpement embarqué

Chez Eliot Inovative Solutions

De juin 2015 à aujourd’hui

Autour des puces RFID ISO15693 :○ Responsable du développement logiciel du système de détection de puces enfouies (C#, C, Windwos CE) ○ Développement d’outils de programmation de puces au format ISO15693 (Qt, C++) ○ Développement Web services (J2EE/Tomcat) d’intégration de données dans le « cloud » : intégration pour traçabilité et cartographie ○ Développement autour des IOT ○ Développement autour du bus de message RabbitMQ (C++/Python) ○ Collaboration sur le développement d’antennes de tags « grande profondeur » : conception et caractérisation des antennes. Rédaction et dépôt de brevet sur le sujet. ○ Développement sous Android : – Outil de gestion de tag RFID via NFC – Outil de géolocalisation en réalité augmentée (OpenGL ES 2)

 

 

Un hommage lui était rendu aujourd’hui à 16 heures à Romans-sur-Isère, ainsi qu’à Julien Vinson, l’autre victime tuée dans cette attaque au couteau.

 

Egalement à lire ou à relire :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/attaque-terroriste-a-romans-sur-isere-samedi-4-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/pourquoi-ce-nouvel-attentat-islamiste-du-4-avril-2020-a-romans-sur-isere/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/retour-du-deconnologue-et-ex-riverain-homere-sur-twitter/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/cyprien-luraghi-a-lance-un-appel-de-fonds-le-vendredi-3-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/06/messages-publics-de-jean-marc-donnadieu-en-ce-debut-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/06/michel-piccin-est-sorti-de-son-silence-le-3-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/07/attentat-de-romans-sur-isere-du-4-avril-2020-premier-bilan/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/08/attentat-de-romans-sur-isere-explications-de-lassaillant/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/08/attentat-de-romans-sur-isere-ouverture-dune-information-judiciaire/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/09/ufoscepticisme-sale-temps-pour-les-menteurs-et-cela-va-continuer/

 

 

Satanistique.blogspot.fr

Magnify Visitor

 

Visitor Analysis & System Spec

Renvoi de recherche : https://www.google.com/ (Keywords Unavailable)
Host Name: Navigateur : Chrome 80.0
Adresse IP : OS/Platform: Win10/Desktop
Emplacement : Duhok, Dahuk, Iraq Résolution : 1366×768
Visites récurrentes : 0 Javascript : Enabled
Durée de la visite : Non applicable FAI : Almasfofa For Communication & Internet Ltd

Navigation Path

Date Heure Page web
https://www.google.com/ (Keywords Unavailable)
2 Apr 17:15:07

 

 

https://www.mediapart.fr/journal/france/050420/attentat-romans-sur-isere-l-etat-islamique-avait-appele-poursuivre-le-djihad-en-pleine-pandemie-de-covid-1

Attentat à Romans-sur-Isère: l’Etat islamique avait appelé à poursuivre le djihad en pleine pandémie de Covid-19

 

5 avril 2020 Par

 

Deux semaines avant l’attaque au couteau de Romans-sur-Isère qui a fait deux morts et cinq blessés, l’État islamique avait appelé à poursuivre le djihad à un moment « où la sécurité et les institutions médicales ont atteint les limites de leurs capacités ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ces derniers jours, des membres des services de renseignement ne cachaient pas leur inquiétude concernant un hypothétique attentat en pleine période de confinement. L’hypothèse est devenue réalité samedi.

 

http://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20200320-coronavirus-confinement-s%C3%A9v%C3%A8re-kurdistan-irakien-enrayer-propagation-virus

Confinement sévère au Kurdistan irakien pour enrayer la propagation du coronavirus

 

Publié le : 20/03/2020 – 23:29 Modifié le : 20/03/2020 – 23:29

Le Kurdistan irakien, qui partage une frontière avec l'Iran, a mis au moins un confinement drastique pour tenter d'enrayer la propagation du coronavirus.
Le Kurdistan irakien, qui partage une frontière avec l’Iran, a mis au moins un confinement drastique pour tenter d’enrayer la propagation du coronavirus. REUTERS/Ari Jalal

 

Texte par : RFI

 

Face à l’épidémie du coronavirus, le monde entier se confine. C’est le cas notamment au nord de l’Irak au Kurdistan. Cette région partage une frontière avec l’Iran, l’un des trois pays les plus touchés par le Covid-19. Son territoire est donc aujourd’hui quadrillé par les forces de sécurité qui tentent de localiser au plus vite, de possible cas importés.

Asso, habite un village proche de la frontière iranienne : « Tout le monde appelle tout le monde. Il y a deux semaines, un ami m’a appelé pour me dire qu’il y avait un cas de coronavirus dans le village. Qu’il fallait trouver qui c’était. On a essayé de l’identifier pour le bien de tout le monde. Un membre des forces de sécurité m’a appelé. Pour me demander si j’avais plus d’informations. Mais franchement, je lui ai dit que je ne savais pas. »

Cet habitant du Kurdistan irakien admet que les forces de sécurité sont très sévères et que la circulation est presque à l’arrêt. « Il y a des checkpoints partout sur les principales voies des grandes villes comme Souleymanieh et sur les routes nationales qui relient une ville à une autre. Mais en même temps, un ami qui vit en Allemagne me disait que là-bas, ils ne peuvent pas faire respecter à ce point le confinement, avec autant de sévérité qu’au Kurdistan. Il disait que finalement la manière forte était peut-être la meilleure. »

Près de la frontière avec l’Iran, la peur domine

C’est par le Kurdistan irakien que passent un bon nombre de camions venus dIran. Alors que le grand voisin est l’un des pays les plus touchés par le coronavirus. Dans les grandes plaines proches de la frontière iranienne, la peur domine. La peur du virus, mais aussi la peur des forces de sécurité qui viennent armées pour escorter les cas suspects jusqu’à l’hôpital.

« Vous savez ici les gens ont l’habitude de l’usage de la force. Sans cette force, ils vont se cacher, ils n’iront pas à l’hôpital. Aujourd’hui, je vous jure les gens ont tellement peur qu’un frère pourrait dénoncer son propre frère. Une fois, ils ont soupçonné quelqu’un qui rentrait d’Iran d’être contaminé. Ils ont donné son nom, celui de toute sa famille et de tout son entourage. Personne n’est épargné », explique un villageois.

Un contrôle accru sur la population

Dans une région où les manifestations anti-gouvernementales sont violemment réprimées, une telle démonstration de force inquiète Baktyar, lui-même manifestant.

« Ces derniers jours au Kurdistan les forces de sécurité ont renforcé leur contrôle sur la population. Elles vont de plus en plus loin. Elles n’ont peut-être pas planifié cette tragédie, mais finalement ça leur permet de faire des essais pour plus tard, pour mieux contrôler la société. Cela ne fait que renforcer leur autorité.Voilà où nous en sommes. S’ils décident de s’en servir plus tard, les citoyens ne pourront pas résister. »

Pour l’heure, les habitants du Kurdistan irakien se concentrent sur la propagation du virus. Ils le savent, leurs hôpitaux sont loin d’être prêts à faire face à l’épidémie.

 

http://www.leparisien.fr/faits-divers/terroriste-presume-de-romans-les-messages-injurieux-qui-sement-l-emoi-au-barreau-de-valence-10-04-2020-8297628.php

Terroriste présumé de Romans : les messages injurieux qui sèment l’émoi au barreau de Valence

 

«Il peut crever.» Sur un groupe Facebook privé d’avocats du barreau de la Drome, des messages injurient ceux qui défendraient l’auteur de l’attaque sanglante au couteau à Romans. Certains assument, d’autres se disent écœurés.

 

 Un réfugié soudanais a tué deux personnes et en a blessé cinq autres à Romans-sur-Isère (Drôme), samedi 4 avril.
Un réfugié soudanais a tué deux personnes et en a blessé cinq autres à Romans-sur-Isère (Drôme), samedi 4 avril.  AFP/Jeff Pachoud

 

Par Timothée Boutry
Le 10 avril 2020 à 16h13

 

Mise en cause des confrères, remise en cause du droit à la défense, appel à laisser « crever » un suspect… C’est une discussion sur les réseaux qui sème l’émoi au sein du barreau de Valence (Drôme). Samedi 4 avril, Abdallah Ahmed-Osman, un réfugié soudanais, poignarde mortellement deux personnes et en blesse cinq autres à Romans-sur-Isère (Drôme) dans une attaque au couteau qualifiée depuis de terroriste.

Le jour même, un avocat du barreau de Valence publie ce message sur le groupe privé Facebook « Avocats Valence », visible par ses 137 membres : « A tous les connards qui veulent défendre les sous merde du type de celui qui a tué deux personnes à Romans ce matin [emoji de doigt d'honneur] continuez à vouloir mettre en avant les droits de l’homme et à déshonorer la profession. Je pèse et j’assume mes propos ».

Dans la foulée, l’homme de loi publie un second message : « J’ai dit que j’assumais mes propos et les maintenais envers ceux qui passent leur temps à se prévaloir des droits de l’homme pour défendre ces merdes qui n’ont pas le droit à la vie ». Ces propos, qui peuvent surprendre de la part d’un avocat, semblent pourtant approuvés par le bâtonnier en personne.

« J’ai été très mal compris »

Me Thierry Chauvin, bâtonnier de Valence depuis le 1er janvier, est en effet l’un des premiers à réagir au texte de son confrère avec le message suivant : « BFM m’a appelé pour connaître le nom de l’avocat que j’allais lui désigner !! (NDLR : c’est au bâtonnier qu’il appartient de désigner les avocats commis d’office dans un dossier). J’ai benoîtement répondu que nous verrions ça à la fin du confinement et encore si j’ai le temps. » Un message qui laisse entendre que le bâtonnier serait réticent à fournir à ce suspect la défense à laquelle toute personne a droit.

« J’ai été très mal compris, se défend Me Chauvin, joint par téléphone. Depuis le début du confinement, afin de protéger la santé de mes confrères, j’ai suspendu toutes les désignations. Or je savais que ce suspect, dont il est très vite apparu que les agissements pourraient être de nature terroriste, serait transféré en région parisienne. Donc quand je dis que je verrai ça à la fin si j’ai le temps, cela voulait dire si son cas relève encore de notre juridiction. Mais quand j’ai été alerté par des confrères qui ont cru que je remettais en cause son droit à être défendu, j’ai réalisé que je m’étais mal exprimé. »

Ce jour-là, le bâtonnier a également approuvé (« liké » en langage Facebook) le premier message de son confrère, celui où il traite ses congénères de « connards ». Thierry Chauvin plaide… l’ambiguïté de bouton. « Je ne suis absolument pas familier de Facebook, se défend-il. Quand on m’a dit que j’avais validé ce message, j’ai été surpris. Et puis on m’a expliqué qu’en fonction de l’endroit où on appuyait, cela pouvait générer l’approbation du message. Je découvre tout cela. Mais il était hors de question d’approuver ces propos totalement inappropriés. »

« J’ai failli pleurer en voyant ces messages »

La suite de l’échange laisse pourtant entendre que le bâtonnier n’est pas loin de partager les opinions radicales de son confrère. Car, immédiatement après son premier message, il en publie un second en évoquant, une fois encore, le suspect de l’attaque : « Il peut crever où il veut rien à… et moi aussi je pèse mes mots. » Cette fois, Me Chauvin assume. « C’est un jugement de valeur qui n’engage que moi et pas le bâtonnier. C’est une opinion tout à fait personnelle tenue dans un groupe privé. C’est peut-être un peu exagéré, mais cela montre le degré de bienveillance que j’éprouve envers ce genre d’individus. »

La mise en ligne de ces échanges ébranle en tout cas le barreau. « J’ai failli pleurer en voyant ces messages, s’indigne une avocate drômoise. Qu’un avocat et même le bâtonnier puissent tenir de tels propos, c’est hallucinant. Je ne suis pas la seule à être ulcérée. » Quant à l’auteur du message initial qui a mis le feu aux poudres, il invoque le caractère privé de la conversation. « Je m’en suis expliqué en interne. Et j’ai reçu le soutien d’un certain nombre de confrères », indique-t-il.

Abdallah Ahmed-Osman a, quant à lui, été mis en examen mercredi pour « assassinats et tentatives d’assassinats terroristes » et écroué. Il est assisté par un avocat commis d’office du barreau de Paris.

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/drome/drome-romans-isere-cloches-sonneront-16h-hommage-aux-victimes-attaque-au-couteau-1814546.html

Drôme : à Romans-sur-Isère, les cloches sonneront à 16h en hommage aux victimes de l’attaque au couteau

 

Un homme a poignardé 7 personnes, dans le centre-ville de Romans, en plein confinement. / © Stéphane Marc / MAXPPP

Un homme a poignardé 7 personnes, dans le centre-ville de Romans, en plein confinement. / © Stéphane Marc / MAXPPP

 

Pour rendre hommage aux deux victimes de l’attaque du 4 avril à Romans-sur-Isère, tout en respectant le confinement, les cloches de la ville sonneront à 16 heures.

 

Par Emilie Henny

Publié le 10/04/2020 à 15:59

 

Faute de pouvoir se déplacer aux obsèques des victimes, les habitants de Romans-sur-Isère pourront se recueillir de loin. Ce vendredi 10 avril, à 16 heures, la tour Jacquemart de Romans-sur-Isère dans la Drôme sonnera le glas pour rendre hommage aux deux victimes de l’attaque du 4 avril. La mairie de la ville a rappelé que cela n’était « en aucun cas » un rassemblement. « C’est une façon pour la Ville de permettre à la population de s’associer par la pensée à la douleur des familles, en cette période de confinement qui nous interdit d’être physiquement présents.« , a-t-elle précisé.Les deux victimes seront inhumées dans la plus stricte intimité. Il s’agit de Thierry N., tué dans une boucherie où il venait s’approvisionner et Julien V., cogérant d’un café-théâtre, tué alors qu’il était sorti dans la rue pour ouvrir ses volets.

Un espace d’accompagnement mis en place

Suite à l’attaque, la Fédération France Victimes a été mobilisée par le parquet « pour intervenir auprès des secours et permettre une prise en charge rapide des familles, des choqués. » Depuis le mercredi 8 avril après-midi, l’association locale de France Victimes a ouvert un Espace d’information et d’accompagnement (EIA) au sein de la Maison de la Justice et du Droit de Romans-sur-Isère. Un accompagnement psychologique y est proposé pour les victimes et leurs proches.

Rappel des faits

Samedi 4 avril, un homme a attaqué au couteau sept personnes. Deux ont été tuées et cinq autres ont été blessées gravement en plein centre ville. Depuis, il a été arrêté et une enquête a été ouverte par le parquet antiterroriste.

 

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/attaque-au-couteau-de-romans-la-tour-jacquemart-sonne-le-glas-en-hommage-aux-victimes-1586527875

Dossier : Attaque au couteau à Romans-sur-Isère

Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : la tour Jacquemart sonne le glas en hommage aux victimes

 

Vendredi 10 avril 2020 à 16:11 -

Par , , France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu

Romans-sur-Isère, France

 

Les obsèques de Thierry Nivon et Julien Vinson, tués dans l’attaque au couteau de Romans-sur-Isère, se déroulent ce vendredi à 16h. Au même moment, l’emblématique tour Jacquemart sonne le glas.

 

Quelques habitants s'arrêtent au pied de la tour Jacquemart qui sonne le glas à Romans-sur-Isère

Quelques habitants s’arrêtent au pied de la tour Jacquemart qui sonne le glas à Romans-sur-Isère © Radio France – Emmanuel Champale

 

Pour que les Romanais confinés puissent s’associer par la pensée à la peine des familles au moment des obsèques des victimes de l’attaque au couteau, la tour Jacquemart a sonné le glas ce vendredi à 16 heures.

Une vingtaine de personnes étaient éparpillées, en silence, au pied de l’emblématique monument de la ville pour rendre hommage à Thierry Nivon et Julien Vinson.

à lire aussi Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : les obsèques des deux victimes dans la plus stricte intimité

 

Quelques habitants se sont également arrêtés devant le café-théâtre La Charrette tenu par la famille Vinson. Devant l’établissement, les tables accueillant fleurs et bougies se sont multipliées depuis samedi.

 

Devant La Charrette, café théâtre que tient la famille Vinson à Romans-sur-Isère - Radio France

Devant La Charrette, café théâtre que tient la famille Vinson à Romans-sur-Isère © Radio France – Emmanuel Champale

 

D’autres encore continuent à poster des messages de soutien sur les réseaux sociaux. Comme ici, sur twitter, l’entreprise drômoise Euveka, créatrice du mannequin connecté.

à lire aussi Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : « un hommage mais après le confinement, pour le bien de tous »

 

- - Visactu

- © Visactu
Nathalie Rodrigues

Nathalie RodriguesFrance Bleu Drôme Ardèche

Emmanuel Champale

Emmanuel ChampaleFrance Bleu Drôme Ardèche

Dans le même dossier

Voir tout le dossier

 



Ufoscepticisme : sale temps pour les menteurs, et cela va continuer…

Je vous propose ici de retrouver tous ceux de mes articles de blog où sont plus ou moins cités les principaux amis « ufosceptiques » de Jean-Marc Donnadieu de Béziers, dont au moins deux, les dénommés Patrice Seray et Francine Cordier, ont toujours été complices de ses harcèlements à mon encontre depuis 2010.

J’avais commencé ce bilan le 4 avril dernier quand tout à coup l’annonce d’un nouvel attentat m’a stoppée net dans mon élan et a par la suite modifié le plan de mes publications.

A cette date, il existait au total 24 de ces articles, dont la plupart ont été publiés au cours de cette année 2020, spécialement à compter du 9 mars 2020, d’abord en réaction à la suppression d’un de ces articles sur le blog Satanistique, celui du 7 mars 2020, puis en raison de la litanie de demandes de suppression du blog Satanistique et de nouveaux articles de ce blog dont mon hébergeur Blogspsot a été bombardé par la suite.

En effet, jusqu’au 18 mars 2020 inclus, Patrice Seray a systématiquement demandé à cet hébergeur la suppression de chacun de mes articles où son nom apparaissait, même s’il n’en était aucunement le sujet, comme ce fut le cas pour l’unique article en date du 7 mars 2020 dont il a effectivement obtenu la suppression, pour un motif dont je n’ai pas connaissance, aucun mail d’avertissement ne m’ayant été envoyé par l’hébergeur, contrairement à ce qui est usuel en la matière.

Manifestement, il demandait aussi à chaque fois la suppression de la totalité du blog.

Il s’est calmé à la suite de mon article du 21 mars 2020 le concernant, lequel contient à son encontre une menace de plainte pour signalements abusifs.

Seul son ami et complice de longue date Jean-Marc Donnadieu de Béziers a ensuite encore tenté d’obtenir la suppression de ce blog ou au moins de deux de ses articles le concernant, le 28 mars 2020.

Puis est survenu l’attentat de Romans-sur-Isère dans la matinée du samedi 4 avril 2020 alors même que ledit Jean-Marc Donnadieu venait à nouveau de demander la suppression de ce blog et d’un de ses articles, celui-ci, publié le 3 avril 2020 en début d’après-midi :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/03/2020-annee-historique-tous-les-astrologues-lavaient-predit/

Il tentera encore d’en obtenir la suppression avant le lendemain à 10h04 :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/06/nouvelles-demandes-de-suppression-de-satanistique/

Cela me rappelle immanquablement que l’attentat contre Charlie Hebdo du 7 janvier 2015 à Paris avait été précédé, la veille, 6 janvier 2015, par la suspension de mon blog Petitcoucou chez Unblog, et qu’il avait été suivi dès le lendemain, 8 janvier 2015, par la suppression d’un blog Blogspot intéressant surtout son complice le trafiquant de drogue et pédophile notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi de Puy-L’Evêque, lequel en avait vainement demandé la suppression à son hébergeur Google en 2013 :

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/01/27/attentats-de-janvier-2015-a-paris-elements-de-preuves-pour-confondre-le-terroriste-pascal-edouard-cyprien-luraghi/

Après l’attentat de Romans-sur-Isère, j’ai publié encore 7 articles intéressant les amis « ufosceptiques » de Jean-Marc Donnadieu, dont 4 relatifs à cet attentat qui me semble encore une fois en relation avec les procédures délirantes de mes harceleurs à mon encontre.

Et cette fois-ci, comme j’ai déjà eu l’occasion de l’évoquer, il y en a une de Patrice Seray dont j’ai connaissance depuis le 10 février dernier.

Elle porte sur un article du 15 novembre 2019 le concernant qui avait été supprimé dès le 19 novembre 2019 par mes deux hébergeurs Unblog et Blogspot / Google, manifestement à la demande de l’intéressé qui avait aussi fait supprimer à la même date un article du 4 janvier 2019 concernant son épouse et complice Francine Cordier.

Aussi, ces deux articles ne se retrouvent pas dans la liste ci-dessous.

Près de trois mois après la publication du second de ces articles, puis leur suppression dans la foulée, une procédure assez surprenante s’est donc engagée à mon encontre… le ou les plaignants Seray / Cordier s’étant plaints de « diffamation » à raison de ces deux articles qui ne contenaient en fait ni l’un ni l’autre de propos diffamatoires à l’encontre de quiconque et avaient depuis longtemps disparu de mes blogs.

Je ne suis pas dupe. C’est cet article du 9 février 2020 qui aura encore rendu fou furieux leur ami et complice Jean-Marc Donnadieu, du fait que j’y ai publié un nouveau document prouvant que du temps où je pouvais encore travailler, j’avais bien un emploi d’ingénieur d’études en informatique, et non de « petite secrétaire hypernarcissique et atrocement méchante » (sic), ou je ne sais quoi d’autre :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/02/09/pourquoi-helene-sergent-de-20minutes-fr-sacharne-sur-la-femme-ingenieur-que-je-suis/

Dès le lendemain matin à la première heure, j’étais contactée par une gendarmerie proche d’Epinal sur plainte de Patrice Seray.

Je publierai sur cette affaire en temps voulu.

Pour l’instant, je me contente de préciser que cet individu qui avait déjà depuis longtemps de grands torts à mon endroit a déclaré qu’il n’avait pas mon identité, ce qui est totalement faux.

Il a fait cette déclaration mensongère dans l’intention évidente de réitérer à l’encontre de mon hébergeur de blog français, Unblog, l’escroquerie au jugement qui a déjà été réalisée par son complice Jean-Marc Donnadieu contre mon ancien hébergeur de blog OverBlog.

Il n’avait pas prévu que sa gendarmerie allait m’identifier et me contacter directement.

D’où sa très grande surprise, puis ses fatigues et pauses à répétition à compter du 12 février 2020, après qu’il se fut rendu compte du problème… selon les modalités habituelles, à savoir les piratages informatiques et écoutes illégales dont je suis victime depuis maintenant plus d’une douzaine d’années de la part de toute la bande de délinquants et criminels constituée autour du « Konducator » Pascal Edouard Cyprien Luraghi.

Même chose pour Francine Cordier et sans doute encore quelques autres des amis et complices « ufosceptiques » de Jean-Marc Donnadieu.

Depuis lors, ils ont bien dû admettre que j’ai le droit d’écrire et publier à leur sujet, de les citer dans mes articles ou d’y inclure des copies d’extraits de leurs pages Facebook respectives, pourvu que je ne commette aucun abus « manifestement illicite ».

C’est un début.

Il va de soi que je vais continuer à les traiter.

Nous en sommes donc aujourd’hui, avec le présent article, à un total de 32 articles de blog où les noms utilisés publiquement par les uns ou les autres apparaissent avec celui de leur complice Jean-Marc Donnadieu.

 

A lire ou à relire :

http://petitcoucou.unblog.fr/2014/04/11/nemrod34-moderateur-ca-demenage/

http://petitcoucou.unblog.fr/2014/09/11/comment-nemrod34-sest-fait-jeter-du-blog-les-chroniques-de-jc/

http://petitcoucou.unblog.fr/2018/04/02/comment-lescroc-et-cybercriminel-jean-marc-donnadieu-sest-encore-fait-prendre/

http://petitcoucou.unblog.fr/2018/12/29/terrorisme-attention-jean-marc-donnadieu-revient-despagne/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/11/10/comment-jean-marc-donnadieu-continue-a-me-menacer-de-mort/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/02/16/9-fevrier-2020-une-pleine-lune-sensationnelle-anti-menteurs/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/03/05/quand-des-sceptiques-perdent-la-foi/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/03/07/jean-marc-donnadieu-banni-de-facebook-pour-trois-jours/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/03/09/jean-marc-donnadieu-de-retour-sur-facebook-apres-trois-jours-de-ban/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/03/09/nouvelle-idee-dargent-facile-pour-les-escrocs-qui-me-harcelent/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/03/12/jean-marc-manach-journaliste-harceleur-parrain-de-la-ligue-du-lol/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/03/14/vent-de-panique-chez-mes-harceleurs-ufosceptiques/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/03/17/mes-harceleurs-ufosceptiques-sacharnent-sur-satanistique/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/03/19/un-ufosceptique-en-panique-sur-facebook/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/03/21/jean-marc-donnadieu-frappe-son-chat/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/03/21/confirmation-importante-concernant-patrice-seray/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/03/22/jean-marc-donnadieu-ne-connait-pas-les-chats/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/03/24/mes-harceleurs-ufosceptiques-prennent-du-recul/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/03/28/jean-marc-donnadieu-a-un-frere/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/03/30/match-jean-marc-donnadieu-vs-michel-piccin-ou-quand/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/03/31/nouvelle-tentative-infructueuse-de-jean-marc-donnadieu-contre-satanistique/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/02/match-jean-marc-donnadieu-vs-michel-piccin-fait/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/02/jean-marc-donnadieu-veut-faire-virer-le-dr-jean-jacques-charbonier/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/03/2020-annee-historique-tous-les-astrologues-lavaient-predit/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/pourquoi-ce-nouvel-attentat-islamiste-du-4-avril-2020-a-romans-sur-isere/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/06/messages-publics-de-jean-marc-donnadieu-en-ce-debut-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/06/nouvelles-demandes-de-suppression-de-satanistique/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/06/michel-piccin-est-sorti-de-son-silence-le-3-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/07/attentat-de-romans-sur-isere-du-4-avril-2020-premier-bilan/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/08/attentat-de-romans-sur-isere-explications-de-lassaillant/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/08/attentat-de-romans-sur-isere-ouverture-dune-information-judiciaire/

 



1...56789...305

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo