Au moins 21 morts dans un attentat en Afghanistan vendredi 30 avril 2021

Ah voilà… J’étais bien certaine que nous aurions un nouvel attentat ce vendredi 30 avril 2021. Pas le 1er mai ni un autre jour mais bien ce 30 avril 2021.

 

https://www.lemonde.fr/international/article/2021/04/30/afghanistan-au-moins-14-morts-dans-un-attentat-au-lendemain-du-debut-du-retrait-des-soldats-de-l-otan_6078719_3210.html

 

Afghanistan : au moins 21 morts dans un attentat, au lendemain du début du retrait des soldats de l’OTAN

 

L’explosion d’une voiture piégée a visé une maison d’hôtes de Pul-i-Alam, la capitale de la province de Logar, dans l’Est, au moment de la rupture quotidienne du jeûne du ramadan.

Le Monde avec AFP

Publié hier à 21h17, mis à jour hier à 21h27

 

Au moins vingt et une personnes ont été tuées et 91 blessées, vendredi 30 avril, dans l’explosion d’une voiture piégée dans l’est de l’Afghanistan, selon des sources officielles, au lendemain du début du retrait des soldats de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN). L’attentat a visé une maison d’hôtes de Pul-i-Alam, la capitale de la province de Logar, où vivaient des dizaines de personnes, dont de nombreux étudiants, au moment de la rupture quotidienne du jeûne du ramadan.

« Vingt et une personnes ont été tuées et 91 blessées », a déclaré à la presse le porte-parole du ministère de l’intérieur, Tariq Arian. Un premier bilan faisait état de cinq morts et 60 blessés.

Après vingt ans de présence en Afghanistan, un pays toujours en proie aux violences, l’OTAN a commencé jeudi le retrait des contingents de sa mission sur place. Les alliés avaient décidé à la mi-avril de commencer le retrait de leurs contingents d’ici au 1er mai.

Le président des Etats-Unis, Joe Biden, a argué que l’objectif de la mission avait été « rempli » et a prévu la fin du retrait des troupes américaines pour le 11 septembre, une date symbolique – les Américains et l’OTAN sont intervenus contre Al-Qaida en Afghanistan après les attentats terroristes du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis.

Les pays encore les plus engagés en Afghanistan sont les Etats-Unis (2 500 militaires), l’Allemagne (1 300), l’Italie (895), le Royaume-Uni (750) et la Turquie (600). Ces cinq pays ont déployé 6 000 des 9 592 militaires engagés par 36 Etats membres de l’OTAN.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Afghanistan : avec l’annonce du retrait de l’armée américaine, Joe Biden veut conclure la « guerre sans fin »

 

Les talibans multiplient les attaques meurtrières contre des policiers et des militaires afghans depuis l’annonce de la fin de la mission de l’OTAN. De nombreux analystes considèrent que le départ des forces de l’Alliance atlantique pourrait plonger l’Afghanistan dans une nouvelle guerre civile ou permettre le retour au pouvoir des talibans, qui en avaient été chassés à la fin de 2001.

Le Monde avec AFP

 



Attentat de Rambouillet : encore un lien avec un réseau pédophile ?

Ce n’est pas la première fois que des images pédopornographiques sont retrouvées chez des terroristes islamistes.

Pour mémoire :

http://justinpetitcoucou.unblog.fr/2015/01/19/les-freres-kouachi-frequentent-tres-tot-des-pedophiles/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/01/27/attentats-de-janvier-2015-a-paris-elements-de-preuves-pour-confondre-le-terroriste-pascal-edouard-cyprien-luraghi/

 

https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/rambouillet-des-images-pedopornographiques-dans-le-telephone-de-l-auteur-de-l-attaque-7900024961

Rambouillet : des images pédopornographiques dans le téléphone de l’auteur de l’attaque

 

INFO RTL – Des images à caractère pornographique et pédopornographique ont été retrouvées dans l’un des téléphones de Jamel G, qui a assassiné vendredi la fonctionnaire du commissariat de Rambouillet Stéphanie Monfermé.

 

Ce vendredi 23 avril, Jamel Gorchene, un Tunisien de 36 ans, a abattu une policière non-armée à Rambouillet, près de Paris.

Ce vendredi 23 avril, Jamel Gorchene, un Tunisien de 36 ans, a abattu une policière non-armée à Rambouillet, près de Paris. Crédit : Samuel Boivin / NurPhoto / NurPhoto via AFP

 

Attentat de Rambouillet : encore un lien avec un réseau pédophile ? dans Attentats avatar

Thomas Prouteau édité par Cassandre Jeannin
 
publié le 27/04/2021 à 16:36 mis à jour le 27/04/2021 à 18:13

 

Les enquêteurs ont retrouvé des images pornographiques et pédopornographiques dans l’un des téléphones de Jamel G., le Tunisien radicalisé qui a assassiné vendredi 23 avril la fonctionnaire du commissariat de Rambouillet Stéphanie Monfermé, selon des informations de RTL confirmées de source judiciaire. Ces images pornographiques mettent en scène des « personnes transsexuelles » et des « enfants mineurs » selon la même source judiciaire, qui n’est pas en mesure de préciser leur nombre.

Jamel G., 36 ans, a été décrit dimanche 25 avril par le procureur national antiterroriste, Jean-François Ricard, comme un individu à la fois radicalisé et en proie à des troubles de la personnalité. Ces nouveaux éléments viennent « conforter le profil d’un individu perturbé qui prend la voie le terrorisme pour résoudre ses tourments personnels », selon une source proche de l’enquête.

À ce stade aucun élément préparatoire de son passage à l’acte n’a pu être retrouvé, selon la même source. Ce mardi 26 avril au soir, la garde à vue du père de l’assaillant a été levée, sans aucune charge. Deux personnes sont toujours interrogées par les policiers anti-terroristes.

Emmanuel Macron a annoncé qu’il se rendrait aux obsèques privées de Stéphanie Monfermé, la mère de famille de deux enfants poignardée à mort. Un hommage national présidé par le Premier ministre Jean Castex se tiendra vendredi 30 avril à Rambouillet.

La rédaction vous recommande

 



Histoire du Palais Vivienne, ancien hôtel de Montmorency-Luxembourg

Profitons de la mise en lumière inattendue du Palais Vivienne ces derniers jours pour en rappeler l’histoire.

Cette construction du XVIIIème siècle n’a pas toujours porté le nom de la rue où elle est sise, au n°36. C’est son actuel propriétaire, Pierre-Jean Chalençon, qui l’a ainsi renommée après l’avoir achetée en 2015.

Elle était auparavant connue comme un vestige de l’ancien hôtel des Montmorency-Luxembourg, un hôtel particulier dont cette famille avait été propriétaire de 1723 jusqu’à la Révolution.

C’est Charles II Frédéric de Montmorency-Luxembourg, protecteur de Jean-Jacques Rousseau, qui en avait fait l’acquisition en 1723 auprès des héritiers de son second propriétaire, Nicolas Desmarets de Maillebois.

Il eut pour successeur Anne Charles Sigismond de Montmorency-Luxembourg, fondateur du Grand Orient de France.

Notons pour finir que cette famille a aussi possédé l’ancien château de Kerguillau à Bohars, près de Brest, qu’elle avait acquis par le mariage en 1711 de Christian Louis de Montmorency-Luxembourg et Louise Magdeleine de Harlay, fille d’Achille IV de Harlay et de Louise Renée du Louët, dame de Keranhoat, Coatjunval, Penhoadic et Kerguilliau, héritière de la famille de Kerguiziau.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%B4tel_de_Montmorency-Luxembourg#Palais_Vivienne

Hôtel de Montmorency-Luxembourg

Actuel palais Vivienne

(Redirigé depuis Palais Vivienne)
Page d’aide sur l’homonymie
Pour les articles homonymes, voir Hôtel de Montmorency et Luxembourg (homonymie).
Hôtel de Montmorency-Luxembourg
Image illustrative de l’article Hôtel de Montmorency-Luxembourg
L’hôtel de Montmorency-Luxembourg : façade sur le jardin vue depuis le boulevard Montmartre, avec à gauche la salle à manger aménagée par Le Carpentier (peintre anonyme, vers 1750).
Nom local Hôtel de Rivié
Hôtel Desmarets
Période ou style classique
Type hôtel particulier
Architecte Pierre Cailleteau dit « Lassurance »
Début construction 1706
Fin construction 1710
Propriétaire initial Thomas Rivié de Riquebourg
Destination initiale habitation
Destination actuelle propriété privée (vestiges)
Coordonnées 48° 52′ 14,6″ nord, 2° 20′ 30″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Commune Paris
Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)

Hôtel de Montmorency-Luxembourg
modifier Consultez la documentation du modèle
Histoire du Palais Vivienne, ancien hôtel de Montmorency-Luxembourg dans Insolent - Insolite 330px-Plan_vivienne_B.Jaillot_1748-1762_large
L’hôtel de Montmorency-Luxembourg dans le parcellaire du quartier Vivienne, sur un plan de B. Jaillot.

 

L’hôtel de Montmorency-Luxembourg, précédemment « hôtel de Rivié » (1704-1711), puis « hôtel de Maillebois » (1711-1723) est un ancien hôtel particulier de Paris (2e arrondissement) dont l’entrée se trouvait au no 10, rue Saint-Marc et dont le jardin s’étendait jusqu’à l’actuel boulevard Montmartre. Il n’en subsiste que de faibles vestiges. En 1929, est construit à son emplacement, un immeuble de bureaux et d’habitation.

Histoire

XVIIIe siècle

L’hôtel est construit en 1706-1710 par « Lassurance » pour Thomas Rivié de Riquebourg (1653-1732), anobli en 1706 par l’acquisition d’une charge de secrétaire du roi, maison et couronne de France.

S’établissant à Versailles, celui-ci cède son hôtel en 1711 au contrôleur général des finances Nicolas Desmarets de Maillebois. Il fait embellir les jardins et réaliser plusieurs extensions au nord et à l’est.

Le conférencier Germain Brice critique vigoureusement l’hôtel de Rivié : « Ce qui achève de tout défigurer, c’est une grande ouverture au milieu, en manière de croisée, sans nulle proportion de sa hauteur avec sa largeur, qui va se perdre en terminant en coquille dans le milieu du fronton, qu’elle estropie très vilainement. La façade sur la cour est à peu près ordonnée de la même manière ; tout y paraît lourd et embarrassé ; la grande porte sur la rue a deux colonnes de chaque côté pour former un ordre d’architecture, aussi négligemment traité que s’il eût été le premier qui eût jamais paru en France. »1 Mais un autre amateur, Édouard Fournier, est d’un avis tout opposé : « La porte géante de l’hôtel Desmarets, un des chefs-d’œuvre du meilleur élève de Mansart, Lassurance, sert aujourd’hui d’entrée au passage des Panoramas, en face de la petite rue de Montmorency. »2

Après la mort de Desmarets en 1721, ses héritiers vendent l’hôtel en 1723 à Charles II Frédéric de Montmorency-Luxembourg (1702-1764), duc de Piney-Luxembourg et duc de Montmorency, prince d’Aigremont et de Tingry, maréchal de France en 1757 et gouverneur de Normandie en 1726. Protecteur de Jean-Jacques Rousseau, il le reçoit fréquemment dans l’hôtel de la rue Saint-Marc.

Pour le compte du maréchal de Piney-Luxembourg, l’architecte Antoine Matthieu Le Carpentier (1709-1773), alors au début de sa carrière, augmente l’hôtel d’un appartement des bains, un salon et une salle à manger formant pavillon sur le jardin, ornée d’un décor sculpté par l’ornementiste Nicolas Pineau et d’un plafond peint par Noël Hallé figurant les « Quatre Saisons » sous forme de jeux d’enfants. Le grand salon est également décoré de peintures de Hallé et, selon Dulaure3, de Natoire.

La fille du maréchal de Piney-Luxembourg, Charlotte Françoise, épouse en 1767 son cousin Anne-Léon de Montmorency-Fosseux (1731-1799), qui devient duc de Montmorency jure uxoris.

Dans les années 1770, ils font construire dans le jardin de l’hôtel, du côté du boulevard, un kiosque en treillage dans le goût chinois par l’architecte Pierre Rousseau, qui avait auparavant aménagé le chartrier de l’hôtel. Rousseau avait été introduit dans la maison de Montmorency par son beau-père, Nicolas Marie Potain, qui avait succédé à son beau-frère Gabriel de Lestrade comme architecte de la famille et avait notamment travaillé pour elle au château de Courtalain. Avant 1780, ils font réaliser par l’architecte Firmin Perlin une nouvelle façade sur cour4, ornée d’un ordre ionique colossal, selon L.-V. Thiéry.

En 1782, la petite rue de Montmorency ou rue nouvelle de Montmorency est percée par le duc de Montmorency, face à l’entrée de l’hôtel située rue Saint-Marc. Elle deviendra plus tard la rue des Panoramas.

Révolution et XIXe siècle

Sous la Révolution française, l’hôtel est saisi comme bien d’émigré et vendu comme bien national. En 1798, il est acquis en partie par l’armateur américain James William Thayer avec les assignats donnés par la France en dédommagement de la saisie accidentelle de l’un de ses navires après le siège de Toulon.

330px-TheatreVarietes dans Politique
Le théâtre des Variétés à gauche et, sur la droite, les deux rotondes du panorama construit par James W. Thayer avec l’entrée du passage des Panoramas.

 

Sur les jardins de l’hôtel, James W. Thayer et sa femme Henriette née Beck font construire le passage des Panoramas, premier passage parisien en passant en plein milieu du principal corps de bâtiment, l’ouverture sur la rue Saint-Marc étant tout simplement constituée de l’ancien portail monumental de l’hôtel. De part et d’autre du passage, ils construisent dans le jardin les deux rotondes de 14 mètres de diamètre sur 7 mètres de hauteur qui accueillent la nouvelle attraction du panorama inventée en 1787 par le peintre anglo-irlandais Robert Barker et consistant à contempler, depuis une plate-forme centrale, une peinture à 360°.

En 1807, les jardins de l’hôtel sont encore amputés pour construire le théâtre des Variétés, élevé par l’architecte Jacques Cellerier. En 1829, Achille Pène, propriétaire d’une partie du terrain, prolonge la rue Vivienne jusqu’aux grands boulevards en amputant un morceau de l’hôtel. Les rotondes du panorama sont démolies en 1831 et une vaste opération immobilière est conduite par l’architecte Jean-Louis Victor Grisart qui permet la création des galeries Saint-Marc, des Variétés, de la Bourse, Feydeau et Montmartre et de certains immeubles adjacents, côté rue Vivienne. Au no 36 de la rue Vivienne, une façade latérale de l’hôtel, quoique rhabillée par Grisart, tranche par ses proportions majestueuses sur les immeubles bourgeois qui l’environnent.

Le duc d’Orléans, fils du roi Louis-Philippe Ier, installe son cercle particulier dans les salons de l’hôtel, qui accueillent un café après sa mort en 1842.

XXe siècle

En 1929, la partie sud du passage, certains vestiges de l’hôtel et le porche d’entrée original situé rue Saint-Marc sont démolis pour construire un grand immeuble de bureaux et d’habitation. « Par endroit, depuis quelque courette, on devine la carcasse de la demeure aristocratique »5.

 

Palais Vivienne au XXIe siècle

Le collectionneur Pierre-Jean Chalençon rachète l’hôtel en 2015, le rebaptise « palais Vivienne » en référence à la rue et y installe sa collection privée6.

Notes et références

Voir aussi

Bibliographie

  • Alexandre Gady, Les Hôtels particuliers parisiens, Paris, éditions Parigramme, 2008, p. 247 et 313.
  • Michel Gallet, Les Architectes parisiens du XVIIIe siècle, Paris, éditions Mengès, 1995.

Liens externes

Articles connexes

 

 

http://hotelmontmorency.online.fr/4.html

HÔTEL DE MONTMORENCY-LUXEMBOURG – Rue Saint-Marc, Paris 2ème

4 – LES MONTMORENCY-LUXEMBOURG

La maison de MONTMORENCY est la première de France. Les aînés de cette maison portent le surnom glorieux de premier baron de France et de premier baron chrétien. Elle a produit six connétables de France et un d’Angleterre, deux grands sénéchaux, dix maréchaux, une quarantaine de généraux… La branche qui nous intéresse est la branche de HALLOT, ducale de BOUTEVILLE et de LUXEMBOURG (6). Ses armes étaient : « de MONTMORENCY : en cœur de la croix, un écusson d’argent, chargé d’un lion de gueules, lampassé, armé et couronné d’or, ayant la queue nouée, fourchée et passée en sautoir, qui est de LUXEMBOURG. ».

(voir notice généalogique en fin du document.)

Après le décès de Charles François Frédéric Ier de MONTMORENCY duc de LUXEMBOURG (1662-1726), les deux hôtels reviennent à son fils Charles François Frédéric II né en 1702, maréchal de France en 1757 et décédé en 1764. Son fils Anne François (1735-1761) étant décédé avant lui, ses deux petites filles Charlotte Anne Françoise (1752-1829) et Madeleine Angélique (1759-1775) héritent alors du domaine. Cette dernière meurt âgée de 16 ans.

Charlotte Anne Françoise épouse le 21 septembre 1767 son cousin Anne Léon de MONTMORENCY marquis de FOSSEUX, baron de COURTALIN (1731-1799), à qui elle apporte le titre de duc de MONTMORENCY, des biens et fiefs considérables.

Elle a 15 ans et il est veuf, âgé de 36 ans. Anne Léon de Montmorency est fait chevalier de l’ordre de Saint Louis en 1758 et Maréchal de camp des armées du roi en 1762. Son épouse Charlotte Anne Françoise est nommée Dame de Madame la Dauphine en 1771.

Anne Léon de Montmorency est fait chevalier de l’ordre de Saint Louis en 1758 et Maréchal de camp des armées du roi en 1762. Son épouse Charlotte Anne Françoise est nommée Dame de Madame la Dauphine en 1771.

Le duc de MONTMORENCY fait construire une aile sur le jardin dans l’angle nord-est de l’hôtel RIVIÉ sur les plans de Le CARPENTIER et un kiosque chinois au bout de la propriété vers le boulevard. Le petit hôtel est loué de 1764 à 1790 (1).

BLONDEL jugeait ainsi Le CARPENTIER (4):

« Mr Le CARPENTIER est un des architectes modernes qui est le plus occupé aujourd’hui à PARIS. Sa capacité lui a acquis la confiance d’une grande quantité de personnes de la première considération. On peut dire de cet artiste que non seulement il est habile architecte et de beaucoup d’expérience mais qu’il entend très bien la distribution de la décoration des appartements; ce qu’il a fait exécuter dans ce genre à l’hôtel de Luxembourg est une preuve de ce que j’avance »

Jacques Antoine DULAURE confirme que d’illustres artistes sont intervenus dans ces travaux engagés par le duc au rez-de-chaussée et dans le jardin (7):

« Hôtel de Luxembourg, rue Saint-Marc, bâti par LASSURANCE. Dans un grand salon dont MM. NATOIRE et HALLÉ ont peint les dessus de porte sont plusieurs tableaux et sculptures. Le CARPENTIER a augmenté cet hôtel d’une salle à manger, qui forme pavillon sur le jardin; elle est ornée de sculptures dues au célèbre PINEAU. Le plafond, peint par HALLÉ, offre les quatre saisons sous des figures d’enfants. »

On doit aussi au duc le percement en 1782 de la rue Neuve de Montmorency dans l’axe de son hôtel. Cette voie, aujourd’hui rue des Panoramas, est un exemple remarquable de l’urbanisation de la fin du XVIIIème siècle.

Ce percement n’est qu’un des éléments de la politique foncière très active que le duc mène dans l’environnement de son hôtel.

C’est ainsi comme le précise Natacha COQUERY (8) qu’entre 1776 et 1787 le duc investit dans la pierre : il achète autour de son hôtel six maisons de rapport et un terrain avec bâtiments pour une somme globale de près de 500 000 livres.

Albert BABEAU (9) rapporte :

« L’engouement pour les sciences naturelles beaucoup plus que le souci de l’étude avait fait créer les cabinets de minéralogie, de physique et de zoologie….. Un des pavillons de l’hôtel de Montmorency bâti en 1704 par l’ASSURANCE, renfermait des animaux empaillés de tout genre, formant des scènes animées ,tels que loups pris au piège, coqs se battant pour une poule, tandis qu’au centre de la pièce, deux colombes blanches se  becquetaient sur le carquois de l’amour, auprès duquel étaient posées des flèches et des couronnes de roses et de myrtes ! »

À la Révolution le domaine est saisi comme bien d’émigré.

Après le départ des MONTMORENCY pour l’étranger, l’hôtel fut-il occupé ?

Deux occupations peuvent être citées pour la période révolutionnaire et le début du Directoire.

La Révolution prit soin de préserver et de conserver les bibliothèques confisquées aux ecclésiastiques et aux émigrés.

C’est ainsi que l’hôtel Montmorency-Luxembourg constitua un des plus importants dépôts de ces ouvrages avec 1 000 000 de volumes (10):

« Le dépôt de la rue Saint-Marc établi dans l’ancien hôtel de Montmorency-Luxembourg à l’emplacement du Passage des Panoramas contenant 1 000 000 volumes provenant des bibliothèques des émigrés Montmorency-Luxembourg, Penthièvre, d’Orléans, Maupeou, Saint Simon, Grimm, Lowendal, etc.… et plus tard celles de Danton et de Saint-Just. »

Par ailleurs (11) l’hôtel fut occupé par l’Atelier de perfectionnement des armes portatives dirigé par l’inventeur fécond François Philipe CHARPENTIER (1734-1817). L’installation de cet atelier occasionna sans doute des modifications dans l’aménagement des locaux.

Quels soins furent apportés pour ne pas dégrader la demeure des MONTMORENCY et pour protéger ce qu’elle renfermait de précieux ?

image086

Blason de Charlotte de MONTMORENCY duchesse de LUXEMBOURG. à gauche MONTMORENCY-FOSSEUX, à droite MONTMORENCY-LUXEMBOURG

image087Anne Françoise Charlotte de Montmorency-Luxembourg 3ème duchesse de Montmorency en 1777 avec ses 5 enfants : Charles (1768-1846), Louis (1769-1844), Élisabeth (1771-1828), Thibault (1773-1818), Pulchérie (1776-1863). Elle a déjà eu 2 enfants morts en bas âge (petits anges en haut). Après 2 autres enfants morts en bas âge, elle en aura un dixième, Charles Louis (1782-1814)

image030La propriété des MONTMORENCY LUXEMBOURG vue du boulevard avec son kiosque chinois.

©2011 – Rédaction : Michel COURTIER, Louis SANCHEZ – All rights reserved – http://hotelmontmorency.online.fr

 

http://hotelmontmorency.online.fr/13.html

HÔTEL DE MONTMORENCY-LUXEMBOURG – Rue Saint-Marc, Paris 2ème

LES DUCS DE MONTMORENCY – ARBRE GÉNEALOGIQUE

12_image093

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_II_Fr%C3%A9d%C3%A9ric_de_Montmorency-Luxembourg

    1. Charles II Frédéric de Montmorency-Luxembourg

      Page d’aide sur l’homonymie
      Pour les articles homonymes, voir Charles de Montmorency.
      Page d’aide sur l’homonymie
      Pour les autres membres de la famille, voir famille Montmorency.
      Charles II Frédéric de Montmorency-Luxembourg
      Fonction
      Pairie de France
      Titre de noblesse
      Duc
      Biographie
      Naissance

      Paris

      Décès

      (à 61 ans)
      Paris

      Famille
      Père
      Conjoint
      Enfant
      Autres informations
      Grades militaires
      Conflit
      Distinctions

      Charles II François Frédéric de Montmorency (31 décembre 170218 mai 1764), huitième duc de Piney-Luxembourg et deuxième duc de Montmorency (Beaufort), prince d’Aigremont et de Tingry, comte de Bouteville, de Lassé1, de Dangu et de Luxe, pair de France, maréchal de France en 1757 et gouverneur de Normandie en 1726. Il était fils de Charles Ier François Frédéric de Montmorency-Luxembourg et petit-fils du fameux maréchal de Luxembourg. Sa mère était Marie-Gilonne Gillier de Clérembault, fille de René. C’est lui qui donnait asile à Rousseau au « petit-château » à Montmorency pendant les années 1759-1762 (domaine qui fut à Charles Le Brun et à Pierre Crozat ; à distinguer d’un autre séjour de Rousseau à Montmorency : Mont-Louis, offert précédemment par monsieur Mathas, procureur fiscal du prince de Condé) quand, brouillé avec Madame d’Epinay, sa protectrice, Jean-Jacques décida de quitter la petite maison de l’Ermitage qu’elle lui avait offerte comme refuge (dans son domaine de Deuil, à une lieue de son château de La Chevrette).

      Ascendance

      Hugues CapetRobert II le PieuxHenri Ier de FrancePhilippe Ier de FranceLouis VI le GrosRobert Ier de DreuxAlix de DreuxGertrude de Nesle-SoissonsBouchard VI de MontmorencyMathieu III de MontmorencyMathieu IV de MontmorencyJean Ier de MontmorencyCharles Ier de MontmorencyJacques de MontmorencyJean II de MontmorencyLouis de Montmorency-FosseuxRolland de Montmorency-FosseuxClaude de Montmorency-FosseuxFrançois Ier de Montmorency-HallotLouis de Montmorency-BoutevilleFrançois de Montmorency-BoutevilleFrançois-Henri de Montmorency-LuxembourgCharles Ier Frédéric de Montmorency-LuxembourgCharles François de Montmorency-Luxembourg

      Mariage et descendance

      Charles François, épouse le 9 janvier 1724 Marie-Sophie Colbert (22 décembre 1711rue Neuve-des-Petits-Champs, Paris29 octobre 1747), marquise de Seignelay, comtesse de Tancarville et dame de Gournay, petite-fille de Jean-Baptiste de Seignelay. Ils eurent 2 enfants :

      Charles François Frédéric épouse en secondes noces en 1750 Madeleine Angélique de Neufville de Villeroy (1707 † 1787), veuve du duc de Boufflers et fille de Louis-Nicolas VI duc de Villeroy.

      Son fils et héritier Anne François meurt avant lui. Le titre de duc de Piney-Luxembourg passe alors à son petit-cousin Anne Charles de Montmorency-Luxembourg duc de Châtillon, et le titre de duc de Montmorency à sa petite-fille Charlotte Anne Françoise de Montmorency-Luxembourg, fille d’Anne François, et à son mari Anne Léon II de Montmorency-Fosseux (branche aînée des Montmorency).

      Armoiries

      Article détaillé : Armorial des Montmorency.
      Figure Nom du prince et blasonnement
      Orn ext maréchal-duc et pair OSE.svg

      Blason François-Henri de Montmorency-Luxembourg.svg

       

      Armes de Charles François Frédéric de Montmorency-Luxembourg (1702-1764), Duc de Beaufort (dit « de Montmorency »), puis de Piney (dit « de Luxembourg ») et pair de France, prince de Tingry, maréchal de France, Capitaine des Gardes du corps du roi, Chevalier du Saint-Esprit (reçu le 1er janvier 1744)D’or à la croix de gueules cantonnée de seize alérions d’azur ordonnés 2 et 2, sur le tout d’argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d’or.2

      Notes et références

    2. Lassay ou Le Lassay à Etréchy, au sud d’Azy ? ou Lassay à Plaimpied au sud de Bourges ? : il semble que les Montmorency-Luxembourg aient eu les deux en Berry (Cher)… ; pour Lassay et Azy, cf. Henri de Guénégaud.

Michel Popoff

      et

préface d’Hervé Pinoteau

      ,

Armorial de l’Ordre du Saint-Esprit : d’après l’œuvre du père Anselme et ses continuateurs

      , Paris, Le Léopard d’or,

1996

      , 204

p.(ISBN 2-86377-140-X)

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Anne_Charles_Sigismond_de_Montmorency-Luxembourg

Anne Charles Sigismond de Montmorency-Luxembourg

Page d’aide sur l’homonymie
Pour les autres membres de la famille, voir Maison de Montmorency.
Anne Charles Sigismond
de Montmorency-Luxembourg
Image illustrative de l’article Anne Charles Sigismond de Montmorency-Luxembourg

Titre Marquis de Royan, puis,
Duc de Châtillon, puis,
(1764-1803)
Autres titres Duc de Piney (dit de Luxembourg) et pair de France
Prédécesseur Charles II Frédéric de Montmorency-Luxembourg
Successeur Charles Emmanuel Sigismond de Montmorency-Luxembourg
Biographie
Naissance 15 octobre 1737
Décès 13 octobre 1803 (à 65 ans)
Lisbonne
Drapeau du Royaume du Portugal Royaume de Portugal
Père Charles Anne Sigismond de Montmorency-Luxembourg
Mère Marie Étiennette de Bullion

Ornements extérieurs Duc et pair de France.svg

Blason Montmorency-Châtillon.svg
modifier Consultez la documentation du modèle

Anne Charles Sigismond de Montmorency-Luxembourg (15 octobre 1737 à Paris en France13 octobre 1803 à Lisbonne au Portugal) était marquis de Royan, comte d’Olonne, duc de Châtillon-sur-Loing, puis dixième duc de Piney-Luxembourg, pair et premier baron chrétien de France, maréchal de camp des armées du roi (1784).

Biographie

Fils de Charles Anne Sigismond de Montmorency-Luxembourg et de Marie-Etiennette de Bullion-Fervacques (1712 – 1749), il succède à Charles II Frédéric de Montmorency-Luxembourg, neuvième duc de Piney-Luxembourg.

Lieutenant général de la province d’Alsace. Dignitaire maçonnique, le duc de Luxembourg fut naturellement affilié à la loge de Saint-Jean-de Montmorency-Luxembourg de 1762 à 1789 et, à partir de 1773, à celle de Saint-Jean de Chartres. Enfin, de 1773 à 1789, il fut administrateur général du Grand Orient de France1.

Supérieur et ami de Charles Robert de Boislandry. Adversaire du duc d’Orléans (Philippe Égalité), grand maître du Grand Orient. Il a été député de la noblesse aux États généraux de 1789 pour la sénéchaussée de Poitiers, élu président de la noblesse aux États généraux (juin 1789). Il a émigré à Londres en juillet 1789, puis à Lisbonne.

Mariages et descendance

Le 9 avril 1771, Anne Charles épouse Madeleine Suzanne Adélaïde de Voyer de Paulmy d’Argenson (1752-1813), dame du palais de la reine en 1774, fille du secrétaire d’État de la guerre.

De ce mariage sont nés :

Sources

  • L’art de vérifier les dates des faits historiques, des chartes, des chroniques…- de David Bailie Warden, Saint-Allais (Nicolas Viton), Maur François Dantine, Charles Clémencet, Ursin Durand, François Clément – 1818
  • Lemay (Edna Hindie), Dictionnaire des Constituants, t. II, Paris, 1991, p. 614-615
  • Paul Filleul, Le duc de Montmorency-Luxembourg, premier baron chrétien de France, fondateur du Grand Orient, sa vie et ses archives, Paris, 1939
  • Alain Le Bihan, Francs-maçons parisiens du Grand Orient de France (fin du XVIIIe siècle), Commission d’histoire économique et sociale de la Révolution française, t. XIX, Paris, mémoires et documents, 1966
  • Robert Kalbach, « Le Duc de Montmorency Luxembourg et son temps » [archive], Editions Dervy

Notes et références

« Le Duc de Montmorency Luxembourg et la fondation du GODF » [archive], sur www.dervy-medicis.com, Keystone, 30 juin 2009

 

http://www.infobretagne.com/bohars.htm

nabull1

l’ancien château de Kerguillau, propriété de M. le baron Didelot. Edifié à l’emplacement d’un ancien manoir (avec chapelle privée) daté du XVème siècle et qui fut le berceau de la famille de Kerguiziau. Ce manoir a appartenu par mariage aux familles du Louët, du Harlay et au maréchal de Montmorency-Bouteville, décédé en 1746 ;

Nota 4 : Kerguiziau, — aujourd’hui Kerguillau, — berceau de la famille qui porte le premier de ces noms, et dont les armes sont : d’azur à 3 têtes d’aigle, alias d’épervier arrachées d’or, et la devise : Spes in Deo. L’Echo paroissial de Brest a publié dans sa partie archéologique (n°s 176 et suivants), une notice assez développée sur cette famille, qui remonte jusqu’à Henry, écuyer dans une montre de du Guesclin reçue au siège de Brest en 1370. La dernière héritière de la branche aînée, Jeanne, épousa vers 1530 Olivier du Louet sr. de Coatjunval, et lui apporta la terre de Kerguiziau, pour laquelle il rendit aveu au roi le 11 Juillet 1541, comme père et garde naturel de François du Louet, sr. de Kerguiziau. Les du Louet avaient déjà quitté leurs armes personnelles pour prendre, depuis le commencement du XVIème siècle, celles de Coetmenech, qui sont fascé de vair et de gueules. En 1675, Achille de Harlay, comte de Beaumont, conseiller d’Etat, épousa Louise du Louet, dame de Keranhoat, Coatjunval, Penhoadic, Kerguilliau ; il portait pour armes : d’argent à 2 pals de sable. Leur fille, Louise Magdeleine de Harlay, fut mariée à Christian Louis de Montmorency-Luxembourg, prince de Tingry, souverain de Luxe, d’abord connu sous le nom de Chevalier de Luxembourg, fils de François Henry, comte de Luxe et de Bouteville, et de Marie Charlotte de Clermont Tallard de Luxembourg, duchesse de Piney, princesse de Tingry, baronne de Dangu. Christian Louis de Montmorency, créé maréchal de France en 1734, mourut en 1746. Les armes des Montmorency sont : d’or à la croix de gueules cantonnée de 16 allérions d’azur ; devise : Dieu ayde au premier baron chrétien. L’ancien manoir de Kerguiziau a été détruit : il en reste quelques vestiges dans la ferme de Kerguillau, notamment des fenêtres dans le style du XIVème siècle. La chapelle, du XVème siècle, a été également démolie depuis longtemps. Cette terre appartient vers la fin du XIXème siècle à M. le baron Didelot.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Christian_Louis_de_Montmorency-Luxembourg

Christian Louis de Montmorency-Luxembourg

Christian de
Montmorency-Luxembourg
Image illustrative de l’article Christian Louis de Montmorency-Luxembourg
Le maréchal de Montmorency, par Nattier.

Titre Prince de Tingry
Arme Infanterie
Grade militaire Lieutenant général
Commandement Régiment de Provence
Régiment de Piémont
Conflits Ligue d’Augsbourg
Succession d’Espagne
Succession de Pologne
Faits d’armes Steinkerque (1692)
Neerwinden (1693)
Audenarde (1708)
Lille (1708)
Kehl (1733)
Distinctions Chevalier du Saint-Esprit (1731)
Autres fonctions Maréchal de France (1734)
Biographie
Dynastie Maison de Montmorency
Naissance 9 février 1675
Paris (Royaume de France Royaume de France)
Décès 23 novembre 1746
Paris (Royaume de France Royaume de France)
Père François-Henri de Montmorency-Luxembourg
Mère Madeleine de Clermont-Tonnerre
Conjoint Madeleine de Harlay

Blason de Christian deMontmorency-Luxembourg
modifier Consultez la documentation du modèle

Christian-Louis de Montmorency-Luxembourg, prince de Tingry, est un maréchal de France né le 9 février 1675 à Paris et mort dans la même ville le 23 novembre 1746.

Biographie

Origines familiales

Christian-Louis de Montmorency-Luxembourg est né le 9 février 1675 à Paris, il est le cinquième et dernier enfant de François-Henri de Montmorency-Luxembourg et de Madeleine-Charlotte-Bonne-Thérèse de Clermont-Tonnerre, duchesse de Piney.

Il est issu de la prestigieuse maison de Montmorency. Son père est lui aussi maréchal de France. Christian-Louis de Montmorency-Luxembourg a trois frères aînés et une sœur : Charles-Frédéric (1662-1726), militaire ; Pierre-Henri (1663-1700), abbé ; Paul (1664-1731) ; et Angélique (1666-1736), qui épouse Louis-Henri de Bourbon.

Carrière militaire

Le chevalier de Luxembourg fait ses premières armes avec son père et sert comme capitaine au régiment Royal. Il est remarqué aux batailles de Steinkerque et de Neerwinden. En 1693, alors qu’il a à peine à dix-huit ans, il devient colonel du régiment de Provence, puis de celui de Piémont. Il fait les campagnes de Flandre jusqu’à la paix de Ryswick.

La guerre de Succession d’Espagne l’amène à l’armée d’Italie, puis à celle de Flandre. En 1708, à Audenarde, il charge quinze fois à la tête de ses troupes. Le 28 septembre 1708, partant de Douai avec deux mille cavaliers, il réussit à faire entrer des poudres dans Lille assiégée, défendue par le maréchal de Boufflers. Après la reddition de la ville, il s’enferme dans la citadelle avec Boufflers et réussit une brillante sortie. Cette action lui vaut d’être promu lieutenant-général. En récompense de ses divers services, il a reçu la lieutenance générale de la Flandre française.

Il obtient le gouvernement de Valenciennes en 1711. Il est à Malpaquet, à la tête de l’arrière-garde, puis participe aux prises de Douai, Le Quesnoy et Bouchain qui suivent la victoire de Denain de 1712. Entre 1722 et 1723, il fait construire l’hôtel de Matignon, un hôtel particulier à Paris, mais les travaux s’étant révélés plus coûteux que prévu, il dut vendre l’hôtel en voie d’achèvement à Jacques de Goyon. En 1729, le roi lui confie le gouvernement du pays nantais. Il est fait chevalier des ordres du roi le 2 février 1731.

En Allemagne pendant la guerre de Succession de Pologne, on le trouve aux sièges de Kehl et de Philippsbourg ; il force ensuite les lignes d’Ettlingen. Ses services le font élever à la dignité de maréchal de France le 14 juin 1734. Il prend dès lors le titre de maréchal de Montmorency et ne sert plus aux armées. Il meurt à Paris le 23 novembre 1746 à l’âge de soixante et onze ans.

Mariage et descendance

Le 7 septembre 1711, il épouse Madeleine de Harlay (1694-1749), fille d’Achille IV de Harlay (1668-1717), avocat général au parlement de Paris et Louise Renée de Louët (vers 1672-1749)1, et future héritière du comté de Beaumont (Beaumont-Du-Gâtinais). et Ils ont six enfants:

  • Charles-François-Christian de Montmorency-Luxembourg (1713-1787), duc de Beaumont, prince de Tingry, capitaine des gardes du corps du roi, marié 1° 1730 à Anne-Sabine Olivier de Senozan, † 1741 ; 2° 1752 sans postérité à Louise-Madeleine de Faÿ de La Tour-Maubourg, née en 1732 et † 1754 ; et 3° en 1765 à Éléonore-Joséphine-Pulchérie des Laurents de Saint-Alexandre (1745-1829). Dont postérité : du 3°, la suite des ducs de Beaumont, princes de Tingry ; et du 1°, Louise-Françoise-Pauline, x 1753 Anne-François duc héritier de Piney et de Montmorency-Beaufort ;
  • Éléonore de Montmorency-Luxembourg (1715-1755), mariée à Louis-Léon Potier (1695-1774), dont postérité ;
  • Marie-Louise de Montmorency-Luxembourg (1716-1764), mariée à Louis-Ferdinand de Croÿ (1713-1761), dont postérité;
  • Maurice de Montmorency-Luxembourg (1717-1762), comte de Luxe, marié à Françoise Thérèse Le Peletier (1722-1750), dont postérité ;
  • Sigismond de Montmorency-Luxembourg (1719) ;
  • Achille de Montmorency-Luxembourg (1723-1725).

Titres

Armoiries

D’or à la croix de gueules cantonnée de seize alérions d’azur ordonnés 2 et 2, sur le tout d’argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d’or2.

Articles connexes

Notes et références

  1. Michel Popoff et préface d’Hervé Pinoteau, Armorial de l’ordre du Saint-Esprit : d’après l’œuvre du père Anselme et ses continuateurs, Paris, Le Léopard d’or, 1996, 204 p. (ISBN 2-86377-140-X).

Sources



2 avril 2021 : une curiosité dans mes statistiques de blog…

Pour la journée du vendredi 2 avril 2021, soit le jour de diffusion du reportage de M6 sur l’organisation de dîners clandestins dans la capitale, notamment au Palais Vivienne de Pierre-Jean Chalençon, j’aurais reçu tout à coup un grand nombre de visites sur mon blog Petitcoucou :

 

graph_month 63

 

Ce pic de visites indiqué dans les statistiques basiques du blog n’est pas confirmé par l’état de ses statistiques avancées :

 

Visiteurs – 30 derniers jours

Date Visites Unique Rebonds
11/04/2021 4 4 3
10/04/2021 10 10 9
09/04/2021 13 13 7
08/04/2021 14 12 12
07/04/2021 14 12 9
06/04/2021 14 12 10
05/04/2021 11 11 10
04/04/2021 10 10 8
03/04/2021 13 12 11
02/04/2021 12 11 8
01/04/2021 12 12 10
31/03/2021 11 11 9
30/03/2021 18 18 17
29/03/2021 10 10 8
28/03/2021 8 8 8
27/03/2021 17 17 15
26/03/2021 14 14 12
25/03/2021 7 6 6
24/03/2021 16 16 14
23/03/2021 18 14 18
22/03/2021 14 13 13
21/03/2021 14 13 11
20/03/2021 18 16 13
19/03/2021 16 13 11
18/03/2021 13 12 8
17/03/2021 15 14 14
16/03/2021 25 24 22
15/03/2021 39 36 29
14/03/2021 34 32 32
13/03/2021 19 17 15
Unique TOTAL Somme: 423 Moyenne: 14

 

 

Conclusion : il s’agit encore d’un délire du malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi, dont le meilleur ami Alain Pougetoux, ancien conservateur du château de Rueil-Malmaison, est aussi un très bon ami de Pierre-Jean Chalençon.

Rappelons donc que ce conservateur du patrimoine en retraite depuis le 5 février 2018, dont l’excellent ami Cyprien Luraghi évoque publiquement l’homosexualité assumée sans aucune gêne, se serait entiché de ce trafiquant de drogue et pédophile notoire au point de lui avoir acheté en 2003 une maison à Puy-l’Evêque, celle dont il est ainsi devenu propriétaire cette année-là et qu’il occupe toujours aujourd’hui avec son épouse Annie Luraghi née Belléculée.

Voir ici :

http://petitcoucou.unblog.fr/2016/04/03/cyprien-luraghi-a-de-fideles-amis-tres-riches-et-tres-genereux/

 



Pierre-Jean Chalençon visé par une enquête de la BRDP pour mise en danger d’autrui et travail dissimulé

Avec lui, on n’est jamais déçu…

 

Pour mémoire :

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/11/15/oleg-sokolov-un-psychopathe-tres-sympa-comme-cyprien-luraghi-et-bien-dautres/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/01/15/le-pedophile-etalon-gabriel-matzneff-soutient-autant-jean-marie-le-pen-quolivier-besancenot-et-vote-jean-luc-melenchon/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/12/13/que-deviennent-les-deux-amis-de-30-ans-pierre-jean-chalencon-et-oleg-sokolov/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/12/17/quinze-ans-de-prison-requis-contre-oleg-sokolov-lundi-14-decembre-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/12/17/retour-sur-lannee-2020-de-pierre-jean-chalencon/

http://petitcoucou.unblog.fr/2021/02/02/pierre-jean-chalencon-et-christophe-girard-deux-amis-bruyants/

http://petitcoucou.unblog.fr/2021/03/05/pierre-jean-chalencon-emporte-par-le-torrent-boueux-de-ses-amities-douteuses/

http://petitcoucou.unblog.fr/2021/03/07/pierre-jean-chalencon-je-suis-partout/

 

Et encore :

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/19/quand-la-ligue-du-lol-faisait-du-luraghi-pascal-edouard-cyprien/

http://petitcoucou.unblog.fr/2021/01/20/corruption-la-polygamie-devient-suspecte-chez-les-talibans-afghans/

 

 

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/diners-clandestins-ce-qu-il-faut-savoir-de-l-extrait-diffuse-par-m6-evoquant-la-presence-de-ministres_4360337.html

Dîners clandestins : ce qu’il faut savoir de l’extrait diffusé par M6 évoquant la présence de ministres

 

Le collectionneur Pierre-Jean Chalençon, propriétaire du Palais Vivienne, est mis en cause par un reportage de M6 pour l’organisation de dîners clandestins à Paris. Par ailleurs, il avait évoqué avoir dîné avec « un certain nombre de ministres » dans deux ou trois restaurants « soi-disant clandestins », avant de se rétracter.

 

Article rédigé par

Pierre-Jean Chalençon visé par une enquête de la BRDP pour mise en danger d'autrui et travail dissimulé dans LCR - NPA francetv-info-36b69ec8
France Télévisions
Publié le 05/04/2021 13:13 Mis à jour le 05/04/2021 15:23
Temps de lecture : 5 min.
Au Palais Vivienne, en février 2019. (MAXPPP)
Au Palais Vivienne, en février 2019. (MAXPPP)

 

Des agapes sans mesures barrières, dans un décor luxueux et avec un menu de gala… Le procureur de Paris Rémy Heitz a ouvert une enquête pénale, dimanche 4 avril, pour « mise en danger d’autrui » et « travail dissimulé », après la diffusion sur M6 d’un reportage consacré aux dîners clandestins de la capitale. Mais cet événement organisé pendant le confinement n’est pas la seule question soulevée par le document. En effet, l’organisateur y affirme avoir partagé des dîners avec des membres du gouvernement, dans des établissements clandestins. Si l’hôte s’est rétracté dimanche soir, ses propos ont suscité des commentaires nourris sur les réseaux sociaux, et des réactions de plusieurs ministres.

Que montre le reportage de M6 ?

Ce sujet a été diffusé vendredi dernier dans le « 19:45″, le journal télévisé de la chaîne. Il présente d’abord des images tournées en caméra cachée par des journalistes, dans un établissement organisant des dîners pour un public aisé. Mais l’équipe a également obtenu, de manière indirecte, les images d’un autre événement, organisé cette fois dans un prestigieux lieu parisien. C’est ce second dîner qui suscite aujourd’hui des réactions.

 

Au-delà du caractère douteux d’un tel rassemblement en période de confinement, l’un des organisateurs interrogés par la chaîne, présenté comme « collectionneur », affirme avoir « dîné cette semaine dans deux ou trois restaurants qui sont soi-disant des restos clandestins, avec un certain nombre de ministres ». Ces propos ont suscité de vives réactions, alors même que le gouvernement est chargé d’arbitrer les mesures contre l’épidémie de Covid-19, dans un pays déjà lassé par une année d’efforts (extrait à partir de 1’06).

Qui est au centre du reportage ?

La chaîne ne livre pas davantage de détails sur ce dîner qui s’est déroulé en présence d’« une quarantaine de convives ». Mais le restaurateur a été identifié par plusieurs médias, dont Libération (article abonnés) et Arrêt sur images (article abonnés), comme étant Christophe Leroy et l’hôte comme étant Pierre-Jean Chalençon, propriétaire du Palais Vivienne, un ancien hôtel particulier aujourd’hui dédié à l’événementiel. Franceinfo a également pu identifier ce lieu, situé dans le 2e arrondissement de Paris, en raison de la présence de nombreux indices. Le portrait de Napoléon, par exemple, laisse peu de doute sur cet espace dont il existe plusieurs photos d’archives.

 

Le Palais Vivienne en février 2019. (MAXPPP)
Le Palais Vivienne en février 2019. (MAXPPP)

 

Dans une publication mise en ligne sur Instagram le 14 mars, Pierre-Jean Chalençon annonçait par ailleurs un « moment d’exception au Palais Vivienne le 1er avril », dans le cadre d’un « dîner soirée ». Cette annonce, repérée par Libération, a depuis été supprimée. Confronté aux images de M6, le collectionneur d’objets napoléoniens a tout d’abord apporté un démenti sur Twitter, jugeant tout ceci « faux et calomnieux ». Mais un peu plus tard, dans un communiqué transmis par son avocat Jean-Luc Chetboun, il a reconnu implicitement être la personne interrogée dans le reportage. Pierre-Jean Chalençon a alors plaidé « l’humour » et « le sens de l’absurde » quant à la présence de ministres dans des restaurants ayant ouvert leurs portes malgré l’interdiction sanitaire.

Le 1er février, dans un entretien diffusé sur YouTube (à 2’10), Pierre-Jean Chalençon annonçait son intention de lancer une forme de société ouvrant droit, deux fois par mois, à des « déjeuners ou dîners » avec le restaurateur Christophe Leroy. « Ici, c’est 560 mètres carrés, donc on peut se permettre de recevoir six, huit, dix personnes dans différents salons. » Il se targuait de connaître des responsables politiques de tous bords et d’avoir « beaucoup d’amis au gouvernement » et dans les ministères, par exemple « en poste de communication de chez notre ami Attal, qui doit d’ailleurs venir dîner prochainement » au Palais Vivienne. L’entourage du porte-parole du gouvernement a fait savoir que Gabriel Attal ne connaissait pas Pierre-Jean Chalençon et qu’il n’avait « évidemment jamais participé à un quelconque dîner ou soirée ».

Quelle est la réponse du gouvernement ?

La diffusion du reportage a suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux. Avec le mot-dièse #OnVeutLesNoms, de très nombreux utilisateurs ont réclamé la transparence sur la présence éventuelle de membres du gouvernement dans des établissements ouverts clandestinement. A ce stade, pourtant, aucun élément ne permet encore d’étayer cette hypothèse. De son côté, M6 n’a pas précisé si elle avait cherché à confirmer les propos de Pierre-Jean Chalençon diffusés dans son journal.

Plusieurs membres du gouvernement ont rapidement réagi à l’extrait diffusé par M6. « Je serais curieux que ce restaurateur donne le nom des ministres s’il est si bien informé que cela », a notamment déclaré le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, lors du « Grand Jury » RTL-LCI-Le Figaro, ajoutant que « tous les ministres, sans exception, respectent la règle ». Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a ajouté sur LCI qu’il ne croyait « pas une seconde » que des ministres puissent dîner dans des restaurants clandestins, tandis que la ministre déléguée à la Citoyenneté, Marlène Schiappa, a estimé sur CNews que les ministres et députés présents dans de tels établissements devaient être « pénalisés comme n’importe quel citoyen » si les faits étaient avérés.

Quelles sont les suites données au reportage ?

« Comme [le] secrétariat [de Marlène Schiappa] est rattaché au ministère de l’Intérieur, qui a d’ores et déjà diligenté une enquête (qui ne devrait pas prendre des plombes vu que Twitter Détective a déjà fait la moitié du boulot), on saura ça très vite n’est-ce pas ? », a ironisé la députée LFI Danièle Obono. L’élue faisait référence à l’ouverture d’une enquête administrative par la préfecture de police de Paris, saisie dimanche par le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin. Ce dernier a ajouté que les personnes concernées devraient « pouvoir être poursuivies et, j’imagine, condamnées pour avoir organisé de telles soirées », si les faits étaient avérés.

« Dans les plus beaux quartiers de la capitale, la règle est la même pour tout le monde. Il n’y a pas deux types de citoyens avec ceux qui ont le droit de faire la fête et ceux qui n’auraient pas le droit. »

Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieurlors de la visite d’un centre de vaccination à Marcq-en-Barœul (Nord)

En parallèle de cette enquête administrative, le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, a annoncé dimanche en fin de journée avoir saisi « la Brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne d’une enquête des chefs de mise en danger d’autrui et de travail dissimulé », afin de « vérifier si des soirées ont été organisées en méconnaissance des règles sanitaires et de déterminer quels en ont été les éventuels organisateurs et participants ».

 



12345...317

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo