Pourquoi Josette Brenterch du NPA de Brest hait-elle tant Vincent Bolloré ?

Comme déjà dit à maintes reprises, la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest et ses complices, tous psychopathes, entendent être obéis en tous leurs desiderata et n’admettent pas la moindre contrariété, surtout en tout ce qui me concerne.

Or, Vincent Bolloré emploie un individu qui en 1994 aurait refusé d’accéder à leur demande de me faire assassiner par les « services ».

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Roussin

Michel Roussin

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roussin.
image illustrant un homme politique image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un homme politique français.Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Michel Roussin
Illustration.
Fonctions
Ministre de la Coopération
30 mars 199312 novembre 1994
Président François Mitterrand
Premier ministre Édouard Balladur
Gouvernement Gouvernement Édouard Balladur
Prédécesseur Marcel Debarge
Successeur Bernard Debré
Député de la 3e circonscription de Paris
21 mars 19931er mai 1993
Élection Élections législatives françaises de 1993
Législature Xe législature
Prédécesseur Édouard Frédéric-Dupont
Successeur Martine Aurillac
Biographie
Date de naissance 3 mai 1939 (79 ans)
Lieu de naissance Rabat (Maroc)
Nationalité Française
Parti politique RPR
modifier Consultez la documentation du modèle

Michel Roussin, né le 3 mai 1939 à Rabat (Maroc), est un homme politique français.

Sommaire

Biographie

Officier de gendarmerie, directeur de cabinet d’Alexandre de Marenches, directeur du SDECE (maintenant DGSE) jusqu’à l’élection de François Mitterrand à la Présidence de la République en mai 1981, il est ensuite chef de cabinet puis directeur de cabinet de Jacques Chirac à la mairie de Paris et à Matignon (chef de cabinet) pendant la première cohabitation entre 1984 et 1993. Nommé ministre de la Coopération au sein du gouvernement Balladur en 1993, il démissionne l’année suivante à la suite d’une mise en examen dans l’affaire des HLM de la ville de Paris, le juge d’instruction prononcera un non-lieu.

Nommé à la présidence de SAE International, entreprise de construction dans l’orbite de la banque Paribas, Michel Roussin cumule en 1997 cette fonction avec la présidence du comité Afrique du MEDEF et la délégation de la francophonie à la mairie de Paris, avant de devenir vice-président du groupe Bolloré de 2000 à 2010. Il a créé et animé l’émission Paroles d’Afrique sur Direct 8, chaîne du groupe Bolloré, dont les premiers invités furent l’ambassadeur du Congo Brazzaville, Henri Lopès, et Louis Gardel, écrivain, scénariste de Fort Saganne ; Denis Sassou-Nguesso, président du Congo Brazzaville, fit l’objet d’un reportage au cours de cette émission1. En 2010, il quitte le groupe Bolloré pour devenir conseiller du président d’EDF, poste qu’il quitte en 2015 pour revenir chez Bolloré, chargé de la construction d’une boucle ferroviaire en Afrique de l’ouest2,3.

Son appartenance supposée à la franc-maçonnerie a été évoquée par Patrice Burnat et Christian de Villeneuve4, son affiliation supposée à la GLUA a été évoquée par Ghislaine Ottenheimer et Renaud Lecadre5.

Chronologie

Intégrité publique

Dans l’affaire des marchés publics d’Île-de-France, Michel Roussin a été condamné en première instance en octobre 2005 pour « complicité et recel de corruption » à quatre ans de prison avec sursis, 50 000 euros d’amende et cinq ans de privation des droits civiques, civils et familiaux7.

Devant le tribunal, Michel Roussin a nié avoir eu un rôle dans la corruption. Il a néanmoins admis avoir eu connaissance du dispositif de corruption au cœur du procès, une stratégie qui ne lui a pas permis d’avoir la relaxe qu’il demandait. Michel Roussin s’est refusé à évoquer le rôle éventuel de son ancien mentor, Jacques Chirac. Roussin a ensuite fait appel de cette décision mais la condamnation est confirmée le 7 novembre 20068 et son pourvoi en cassation rejeté le 20 février 20089.

Distinction

Bibliographie

      • Le gendarme de Chirac publié en avril 2006 aux éditions Albin Michel
      • Afrique majeure Éditions France-Empire
      • Sur les traces du général Berthelot, Éditions Guéna-Barley, 2013

Notes et références

  1. Les émissions – Paroles d’Afrique – Direct 8 [archive]
  2. Bolloré – Michel Roussin : « La France ne peut plus considérer l’Afrique comme un marché captif » [archive]
  3. Les rubans coupés de Cotonou [archive]
  4. Les Francs-maçons des années Mitterrand, Grasset, 1994 (p.105)
  5. Interview donnée à L’Express n°2598, 19 avril 2001
  6. Fiche sur le site de l’Assemblée nationale [archive]
  7. Affaire des marchés publics d’Ile-de-France: 4 ans de prison confirmés pour Michel Roussin [archive], 20minutes, 20 février 2008
  8. Métro Paris, 9 nov. 2006
  9. « Condamnation définitive pour Michel Roussin » [archive], Nouvel Obs.com, 20 février 2008 (consulté le 20 février 2008)
  10. Décret du 14 avril 2017 portant promotion [archive].

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

 



Quoi de neuf chez David Servenay ?

David Servenay est ce journaliste fort malhonnête qui à compter de l’année 2008 s’est attaqué très sournoisement aux victimes de harcèlement moral en entreprise, dont, bien entendu, de nombreux lanceurs d’alertes potentiels ou avérés, en les faisant passer pour folles avec l’aide de véritables malades mentaux cybercriminels et harceleurs tous regroupés autour du « Konducator » de Puy-l’Evêque. Manifestement à son instigation, ces derniers harcelaient en meute et sans relâche celles qui avaient fait l’erreur de se manifester anonymement dans les colonnes du site Rue89, où il sévissait.

Voilà toute son activité du jour sur Twitter :

 

David Servenay a retweeté

Après 5 ans de procédures Bolloré perd définitivement son procès en diffamation intenté à @Bastamag, @Rue89 et des sites ayant relayé l’article concerné, sur l’accaparement des terres

0 réponse 29 Retweets 24 j’aime

 

Tweet d’origine :

 

 

 

Au mois de janvier dernier, j’avais été assez choquée de retrouver son nom et celui de Pierre Haski parmi les signataires d’une pétition contre des « poursuites-bâillons » similaires à celles, multiples, dont je suis toujours victime de la part de leurs complices « déconnologues » depuis qu’en 2010, dans le prolongement de leurs harcèlements à mon encontre sur le site Rue89 en 2008 et 2009, ceux-ci se rendent coupables à mon égard d’innombrables exactions publiques ayant pour but de poursuivre son travail de discrédit et d’anéantissement des victimes de harcèlement moral dans le travail et « lanceurs d’alertes », bien évidemment au profit de patrons voyous.

Il s’agit de cette pétition publiée le 24 janvier 2018 par Bastamag :

https://www.bastamag.net/Face-aux-poursuites-baillons-de-Bollore-nous-ne-nous-tairons-pas

Pour autant, il serait faux de dire que j’en fus énormément surprise, tant la perversité de mes harceleurs m’est devenue familière depuis le temps que j’en suis victime.

Pas davantage de surprise pour moi, donc, lorsque tout à coup, le printemps arrivant, un certain nombre de magistrats se réveillèrent contre Sarkozy et Bolloré…

Le malade mental au clavier – son « arme » – n’était pas sûr de gagner son procès en appel.

Il a bien perdu.

 



Attentat à la voiture-bélier de Toronto, par Alek Minassian : j’ai une piste sérieuse !

Et… oui, c’est toujours la même : le malade mental au clavier – son « arme » – qui dès le mois d’août 2009 disait publiquement préférer écraser avec sa voiture tous ceux qui le dérangeaient, notamment les victimes de harcèlement moral en entreprise qu’il harcelait depuis un an sur les sites d’information Rue89 et Le Post et calomniait aussi sur son propre blog sans aucune modération, dont moi-même, plutôt que d’en attendre des « emmerdements » semblables à ceux dont il se plaignait encore dans sa toute dernière publication, du 16 avril 2018, m’a bien amené deux jours plus tard, soit le 18 avril 2018, entre 5h36 et 6h21, un lecteur inattendu de Toronto :

 

Zoom sur l’utilisateur

Attentat à la voiture-bélier de Toronto, par Alek Minassian : j'ai une piste sérieuse ! dans AC ! Brest

Visitor Analysis & System Spec

URL d’origine :
Host Name: Navigateur : Chrome 65.0
Adresse IP : 159.203.7.221 —   OS/Platform: Win10/Desktop
Emplacement : Toronto, Ontario, Canada Résolution : 2560×1440
Visites récurrentes : 0 Javascript : Enabled
Durée de la visite : 43 mins 44 secs FAI : Digital Ocean

Navigation Path

Date Heure Page web
https://www.google.fr/ (Keywords Unavailable)
18 Apr 05:36:54
18 Apr 05:37:03
18 Apr 05:37:43
18 Apr 05:38:06
18 Apr 05:38:22
18 Apr 05:39:37
18 Apr 05:39:41
18 Apr 05:39:45
18 Apr 05:40:01
18 Apr 05:40:17
18 Apr 05:40:31
18 Apr 05:41:27
18 Apr 05:41:59
18 Apr 05:42:12
18 Apr 05:46:26
18 Apr 05:47:21
18 Apr 05:47:47
18 Apr 05:48:10
18 Apr 05:50:45
18 Apr 05:54:15
18 Apr 05:56:01
18 Apr 05:56:03
18 Apr 05:56:10
18 Apr 05:56:22
18 Apr 05:57:19
18 Apr 05:57:29
18 Apr 06:18:30
18 Apr 06:18:47
18 Apr 06:19:02
18 Apr 06:19:20
18 Apr 06:20:38

 

J’avais également remarqué ces derniers jours dans les statistiques de ce blog, comme avant de précédentes attaques, notamment celle du 14 juillet 2016 à Nice, plusieurs autres arrivées de lecteurs inhabituels, en provenance, par exemple, de Tunisie, Turquie, Algérie, Maroc, Belgique, Pays-Bas, Suisse, Italie et Québec, m’indiquant que le malade mental au clavier – son « arme » -  avait bien remonté ses troupes après avoir encore perdu un procès contre moi, le 11 avril 2018.

Cela ne cessera jamais tant que la justice française n’aura pas dit clairement que cet individu et ses complices ne cessent de mentir et d’inventer n’importe quoi pour me calomnier et se présenter mensongèrement comme mes victimes, ce qu’ils ne sont pas et n’ont jamais été.

Ce sont mes proches et moi-même qui depuis le début en avons toujours été victimes.

Et bien évidemment, cela continue.

 

http://www.lefigaro.fr/international/2018/04/23/01003-20180423ARTFIG00319-canada-une-camionnette-renverse-une-dizaine-de-pietons-a-toronto.php

Toronto : une voiture-bélier renverse des piétons, dix morts

 

  • Par  Journaliste Figaro Le figaro.fr AFP agence
  • Mis à jour le 24/04/2018 à 09:50
  • Publié le 23/04/2018 à 21:13

 

Toronto : le conducteur de la camionnette arrêté
Une camionnette blanche a fauché des piétons sur plusieurs centaines de mètres ce lundi aux alentours de 18h30 (heure française) dans la ville canadienne. Quinze personnes ont également été blessées.
Unmute
Current Time 0:19
/
Duration Time 0:47
Quality Levels

 

VIDÉOS – Une camionnette blanche a fauché des piétons sur plusieurs centaines de mètres lundi à la mi-journée. Quinze personnes ont également été blessées. Selon les autorités, l’acte était délibéré mais sans doute pas de nature terroriste.

La scène de crime semble interminable. À Toronto, sur près de deux kilomètres jonchés de cadavres, de débris et même d’une paire de chaussures abandonnées, une camionnette blanche a semé lundi la mort en pleine journée (aux alentours de 13h30) et en pleine ville, faisant dix morts et quinze blessés. Les citadins étaient alors en pleine pause déjeuner, profitant du soleil printanier sur l’une des artères commerçantes les plus fréquentées du pays.

» LIRE AUSSI – Toronto: le bilan passe à 10 morts, la police évoque un acte «délibéré»

Le chauffeur, Alek Minassian, a été interpellé 26 minutes après le début du triste événement. Selon le chef de police de la ville, il a agi de manière «délibéré». L’homme n’est pas connu des services de police. Les autorités ont exclu la piste d’une attaque contre «la sécurité nationale» en laissant entendre qu’il s’agissait d’un acte isolé. Le niveau d’alerte du pays n’a pas été rehaussé.

 

Canada: une camionnette renverse une dizaine de piétons
Une camionnette a renversé une dizaine de piétons dans le centre de Toronto et au moins « huit à dix » personnes ont été blessées, a indiqué la police de la capitale économique canadienne.
Unmute
Current Time 1:17
/
Duration Time 1:17

 

Un jeune homme de 25 ans

Sur la vidéo de son arrestation, Alek Minassian, apparaît debout, au côté de la camionnette, faisant face avec agressivité à un policier armé, qui fait lui preuve d’un sang-froid exceptionnel. Le chauffeur semble alors pointer un objet vers le gardien de la paix, qui lui intime de se coucher. Il répond «kill me!», (tue-moi!), «shoot me in the head!» (tire-moi dans la tête!) ou encore «I’ve got a gun in my pocket» (j’ai un pistolet dans ma poche). Il mime plusieurs gestes menaçants, faisant semblant de sortir une arme cachée. Il finit par jeter l’objet qu’il a dans la main et se fait menotter. Il n’était en réalité pas armé.

Alek Minassian est âgé de 25 ans et originaire du nord de Toronto. Sa page Linkedin (maintenant désactivée) mentionnait qu’il est étudiant. Cette dernière indiquait qu’il a développé une application pour smartphone, en 2014, permettant de trouver des places de parking libre à Toronto. Ses anciens camarades de classe ne se souviennent pas de quelqu’un de politiquement ou religieusement engagé, plutôt comme quelqu’un ayant des problèmes dans ses relations sociales. Certains ne le croyaient pas capable de conduire, encore moins de commettre l’acte dont il est aujourd’hui accusé. Sur les réseaux sociaux, certains évoquent la piste d’un homme n’aimant pas les femmes à cause d’un célibat prolongé, mais cette piste, qui trouve son origine dans la capture d’écran d’un statut Facebook non authentifié, reste à confirmer.

 

Camionnette à Toronto : la première déclaration de Justin Trudeau
À Ottawa, le premier ministre canadien s’est exprimé quelques minutes après qu’une camionnette ait percuté une dizaine de personnes à Toronto.
Unmute
Current Time 0:12
/
Duration Time 0:17
Quality Levels

 

«À vive allure»

Les témoins qui ont vu le véhicule remonter la rue, sont particulièrement choqués. Il «écrasait tout, il a détruit un banc, (…) on peut voir exactement où il est passé à cause des traces de pneus», a décrit à la chaîne de télévision CP24 Jamie Eopni, un témoin. Le chauffeur «ne semblait pas réellement faire attention où il allait ou à ce qu’il faisait».

«J’ai vu une camionnette blanche monter sur le trottoir en écrasant des gens (…) projetés en l’air un par un, et (le chauffeur) rouler à vive allure», a ajouté un second témoin, Alex Shaker, à la chaîne de télévision CTV. La camionnette blanche de location ayant servi de véhicule bélier apparaît avec l’avant de la carrosserie défoncé, arrêtée sur un trottoir d’une grande artère de la ville entourée de véhicules de police. Des ambulances et des véhicules de police étaient déployés sur plusieurs centaines de mètres d’intervalles, et plusieurs personnes étaient évacuées sur des brancards, selon des images aériennes des télévisions canadiennes.

«J’ai entendu crier, hurler, je me suis retourné et j’ai vu cette camionnette descendre la rue», raconte Rocco Cignielli. «Le conducteur faisait des zigzags, sur le trottoir, sur la chaussée, il continuait à rouler.» Cet homme de 42 ans, qui travaille dans le service clients d’une enseigne commerciale, voit alors des blessés sur le sol: «On leur faisait des massages cardiaques, deux d’entre eux sont morts là, sous mes yeux.»

Le G7 de la Sécurité publique au même moment à Toronto

«Nos pensées sont avec tous ceux affectés», a déclaré le premier ministre Justin Trudeau devant la Chambre des Communes. «Mes pensées sont avec ceux qui ont été frappés par cet évènement et avec les secouristes», a déclaré le maire de la plus grande ville canadienne, John Tory. «Pour le moment, nous n’avons pas connaissance de ce qui s’est passé ou de ce qu’il y a derrière», a-t-il ajouté. Arrivé à Toronto ce lundi soir, le ministre français de l’Intérieur, Gérard Collomb, a indiqué accueillir «avec gravité les événements» survenus un peu plus tôt.

Cet accident intervient alors que Toronto accueille une réunion des ministres de la Sécurité publique du G7, après avoir été l’hôte ce week-end de la rencontre des ministres des Affaires étrangères des sept pays les plus industrialisés (Etats-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie et Canada).

Le figaro.fr
AFP agence

 

 

https://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/toronto-la-police-cherche-le-mobile-de-l-attaque-a-la-camionnette-qui-a-fait-10-morts_2002412.html

Toronto: la police cherche le mobile de l’attaque à la camionnette qui a fait 10 morts

 

Par AFP , publié le 24/04/2018 à 12:28 , mis à jour à 12:55

Des policiers près d'un corps caché par un drap, le 23 avril 2018 à Toronto, au Canada, après qu'un homme au volant d'une camionnette a fauché une dizaine de piétons
Des policiers près d’un corps caché par un drap, le 23 avril 2018 à Toronto, au Canada, après qu’un homme au volant d’une camionnette a fauché une dizaine de piétonsafp.com/Lars Hagberg

 

Toronto (Canada) – La police canadienne s’interrogeait mardi sur le mobile d’une attaque à la camionnette dont le conducteur a foncé de manière « délibérée » dans la foule lundi à Toronto, faisant 10 morts et 15 blessés.

 

Le conducteur de la camionnette de location a été rapidement arrêté et identifié comme Alek Minassian, âgé de 25 ans et originaire de Richmonds Hills en banlieue nord de Toronto, selon la police.

Il devait comparaître devant un tribunal mardi à 10H00 locales (14H00 GMT), selon les médias canadiens. Les autorités privilégient la thèse d’un acte isolé ne visant pas la « sécurité nationale » du Canada.

« Cet acte semble clairement délibéré« , a déclaré Mark Saunders, chef de la police de la plus grande ville canadienne qui accueillait au même moment les ministres des Affaires étrangères et de la Sécurité publique des pays du G7. La réunion se poursuivra comme prévu mardi, a assuré la chef de la diplomatie canadienne, Chrystia Freeland.

« J’ai été profondément attristé d’apprendre l’attentat tragique et insensé survenu à Toronto« , a déclaré le Premier ministre Justin Trudeau lundi soir dans un communiqué.

Le terme « attentat » employé en français par le Premier ministre ne suggère pas « une connexion terroriste de nature à menacer la sécurité nationale« , a précisé à l’AFP son cabinet.

« Les informations disponibles à ce stade indiquent que cet événement ne semble aucunement lié à la sécurité nationale« , a pour sa part déclaré le ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale.

C’est vers 13H26 locales (17H26 GMT) que la police a été avertie qu’une camionnette blanche de location renversait des piétons en fonçant sur les trottoirs de la rue Yonge, à une heure de forte affluence et sous un grand soleil printanier.

Le conducteur a été arrêté 26 minutes plus tard, après avoir ensanglanté la rue Yonge sur environ un kilomètre. Cette rue commerçante est « l’une des plus fréquentées du pays« , a relaté le chef de la police.

Deux Sud-Coréens figurent parmi les personnes tuées, a indiqué à l’AFP un responsable du ministère sud-coréen des Affaires étrangères.

L’interrogatoire en cours du chauffeur devait permettre de déterminer « le mobile exact » du conducteur de la camionnette blanche, a indiqué la police.

« Le conducteur faisait des zigzags, sur le trottoir, sur la chaussée, il continuait à rouler« , a décrit à l’AFP Rocco Cignielli.

La camionnette s’est finalement immobilisée, l’avant de la carrosserie endommagé. Son conducteur, un homme corpulent, apparaît sur des images diffusées sur les réseaux sociaux, debout, au côté de la camionnette, faisant face avec agressivité à un policier armé.

Le chauffeur, qui semble alors pointer un objet vers le gardien de la paix avant de s’en débarrasser et de se faire menotter, n’était pas armé, a indiqué M. Saunders.

- ‘L’enquête sera longue’ -

Les témoins ont raconté à l’AFP avoir vu les piétons être balayés les uns après les autres par le véhicule-bélier lancé à vive allure.

« J’ai d’abord pensé à une livraison, mais il allait très vite, sur le trottoir« , a décrit Nana Agyeman-Badu, un chauffeur de 56 ans. Il a alors vu une femme se faire projeter contre un abribus, dont « les vitres éclatent en morceaux et s’effondrent » sur la victime, inconsciente, avant de se porter à son secours.

Mais la camionnette a poursuivi sa course, « encore, encore et encore« . Elle a renversé une bouche à incendie, des distributeurs de journaux.

Des ambulances et des véhicules de police ont rapidement été déployés et le secteur a été bouclé par les forces de l’ordre.

Cette partie de la capitale économique canadienne « va être fermée pour plusieurs jours (car) l’enquête sera longue avec plusieurs témoins à entendre et beaucoup d’images de caméras de surveillance à regarder« , a averti Peter Yuen, chef adjoint de la police de Toronto.

« Ce tragique événement ne représente pas qui nous sommes (…) et mes pensées sont avec ceux qui ont été frappés« , a déclaré le maire de Toronto John Tory.

La Maison Blanche a adressé ses « pensées et prières aux familles des victimes » et offert au gouvernement canadien « toute l’aide nécessaire« . Le président français Emmanuel Macron, en visite d’État à Washington, a exprimé pour sa part sa « profonde solidarité au peuple canadien« .

Ces faits rappellent les modes opératoires d’attaques à la voiture-bélier dans plusieurs grandes villes, comme New York, Barcelone, Londres ou Nice, où des jihadistes présumés à bord de véhicules ont fauché mortellement des piétons.



Attentats du 13 novembre 2015 : le quatrième commando est créé en février et sollicité en septembre

Ce timing correspond parfaitement aux plans des commanditaires tels que je les ai déjà exposés : l’attentat contre Charlie Hebdo du 7 janvier 2015, un attentat contre la liberté d’expression défendue par OverBlog dans la procédure nous opposant à la criminelle Josette Brenterch, patronne de fait du NPA de Brest depuis plusieurs décennies, était censé mettre tout le monde en condition pour l’audience alors fixée à la Cour d’Appel de Rennes, début février 2015 : le « scandale » d’une liberté prétendument sans limites pour les cibles habituelles de mes harceleurs – mais pas pour eux quoiqu’ils s’autorisent une liberté encore plus grande – ayant conduit à cet attentat, il convenait de la restreindre comme l’exigeaient à mon endroit la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest et tous ses complices, qu’il s’agisse de ses sbires cybercriminels dits « déconnologues » ou des magistrats ultra CORROMPUS du TGI de Brest qui l’avaient entièrement suivie depuis ses plaintes avec constitution de partie civile toutes nulles ou irrecevables de 2011, jusqu’à la condamnation prononcée le 11 juin 2013, sans que je n’aie jamais bénéficié, ni d’une instruction à décharge, ni même d’une quelconque défense au fond, mon propre avocat ayant été convaincu de ne travailler que pour mes adversaires.

Le 6 janvier 2015, veille de l’attentat, mes harceleurs obtenaient je ne sais comment une suspension du Petit Coucou, et le lendemain, 8 janvier 2015, était supprimé pour « apologie de la pédophilie » un blog Blogspot qui les dérangeait depuis son apparition sur la toile en mai 2013 en ce qu’il supportait des copies d’articles de mon ancien blog « Un petit coucou » chez OverBlog tous consacrés à l’affaire de l’ancien psychiatre et pédophile brestois Serge Rodallec, ainsi que des copies d’écrits apologistes de la pédophilie du malade mental au clavier – son « arme ».

Après l’attentat, ce dernier et ses complices étaient aux anges et revendiquaient dans leurs commentaires sur Rue89 le droit de rire des victimes, de s’en moquer comme ils l’ont toujours fait pour toutes leurs victimes.

En date du 24 janvier 2015, ils publieront même sur leur blog un « poème fermier en prose et en rime, c’est selon… et allégorique étant donné les moments difficiles que traverse notre beau pays aujourd’hui… voire ironique… ou satirique ! mouaaaaarrrrffff » qui aujourd’hui vaudrait au malade mental au clavier – « son arme » – garde à vue puis condamnation en comparution immédiate pour apologie du terrorisme.

Mais avec un peu de bonne volonté, il est toujours possible d’interroger l’éditeur de ce poème dont l’auteur se félicitait d’en avoir eu pour sans argent avec les frères Kouachi…

Et là, donc, patatras, l’audience prévue à Rennes début février 2015 était reportée à l’initiative de la Cour… et le Petit Coucou était rouvert…

Les enquêteurs avaient aussi repéré l’étrange aller-retour en Thaïlande d’un des premiers complices identifiés pour ces attentats de janvier 2015, mais le résident thaïlandais répondant au pseudonyme de « Homere » et ses complices « déconnologues » n’en seront pour autant jamais inquiétés.

L’audience de la Cour d’Appel de Rennes qui sera ultérieurement fixée au 30 septembre 2015 l’était pour plaider, aucun nouveau report n’étant d’emblée plus prévu.

La date de l’arrêt qui fut rendu le 2 décembre 2015 était dès lors prévisible.

 

 

https://www.nouvelobs.com/societe/20180419.OBS5469/attentats-du-13-novembre-les-temoignages-effrayants-des-membres-du-quatrieme-commando.html

Attentats du 13-Novembre : les témoignages effrayants des membres du « quatrième commando »

 

Attentats du 13-Novembre : les témoignages effrayants des membres du "quatrième commando"
Les attentats du 13-Novembre auraient pu être davantage meurtriers. (MIGUEL MEDINA / AFP)

 

« La Libre Belgique » confirme que deux hommes arrêtés en Autriche en décembre 2015 auraient dû frapper Paris avec les trois autres commandos.

 

Par L’Obs

Publié le 19 avril 2018 à 18h18

 

Les attentats du 13-Novembre auraient-ils pu être encore plus meurtriers ? Les témoignages de deux migrants, interpellés pour possession de faux documents en Autriche, en décembre 2015, le laissent penser. Selon les retranscriptions de leurs auditions face aux enquêteurs autrichiens, que nos confrères de « la Libre Belgique » ont pu consulter, les deux hommes s’apprêtaient bel et bien à commettre un attentat suicide en France.

« Abou Ahmed me disait que je devrais me suicider en France. Il me racontait que la vie actuelle ne ressemble à rien. Il me disait qu’une vie paisible m’attend au paradis si je mets fin à ma vie », raconte ainsi l’un d’entre eux, Muhammad Usman, un Pakistanais âgé de 24 ans. 

« Je devais remplir une mission pour Allah »

Au cœur de ces révélations, un certain Abou Ahmed, potentiellement identifié comme le belge Oussama Atar, qui a missionné les deux hommes au départ de Raqqa, en Syrie.

«  Il m’a dit que ceux de Daech allaient m’envoyer en France et que je devrais faire tout ce qu’un homme exigerait de moi [là-bas]. […] Que je devais remplir une mission pour Allah. […] Les détails, je les aurais quand j’arriverais en France  », explique quant à lui le second interpellé, Adel Haddadi, un Algérien de 30 ans, tout en précisant qu’il n’avait pas reçu de consignes précises.La création de leur commando remonte à février 2015, lorsque Adel Haddadi gagne la Syrie en passant par la Turquie. Après un premier passage dans une petite ville, l’Algérien explique avoir gagné Raqqa, où, selon ses dires, il aurait travaillé dans un restaurant plusieurs mois durant.

« Un Syrien est venu me voir un jour dans la cuisine et m’a dit qu’Abou Ahmed voulait me parler. C’était environ dix jours avant que je quitte Raqqa », ville de laquelle il serait parti le 27 septembre 2015, poursuit-il.Cette conversation le mène dans un appartement où, après quelques heures d’attente, Abou Ahmed le rejoint, accompagné de Muhammad Usman et de Oukacha al-Iraki et Ali al-Iraki alias Ahmad Al Mohammad et Mohammad Al Mahmod, les deux kamikazes irakiens qui frapperont le Stade de France.

D’après le quotidien, les hommes sont restés plusieurs jours dans l’appartement et ont chacun reçu 2.000 dollars en billets de 100, juste avant leur départ vers la France.

Incarcérés sur l’île de Kos

Après avoir récupéré de faux passeports, le quatuor rejoint un passeur en Turquie qui les conduits par la mer à Leros en Grèce. Avant de partir, Abou Ahmed donne son numéro de téléphone aux quatre hommes… le même numéro qui sera retrouvé sur un bout de papier dans la poche d’un des kamikazes du Stade de France.

Une fois arrivés sur l’île grecque, Muhammad Usman et Adel Haddadi sont retenus et leurs portables et leur argent sont confisqués. A l’inverse des deux Irakiens dont les faux passeports ne sont pas détectés.

Après avoir été incarcérés pendant 25 jours, Adel Haddadi explique avoir appelé Abou Ahmed pour lui raconter la situation :

« Il a alors organisé l’envoi de 2.000 euros. »Quelques jours plus tard, l’argent arrive et les deux hommes reprennent leur route, mais avec du retard sur leurs compagnons. Le 13 novembre 2015, alors que leurs anciens compagnons de route sont à Paris, eux ne se trouvent qu’en Croatie. Adel Haddadi continue néanmoins, selon la retranscription de son audition, à informer Abou Ahmed à chaque passage de frontière, via la messagerie cryptée Telegram.

Leur dernier échange aurait eu lieu en décembre 2015, une fois les deux hommes arrivés en Autriche… où ils seront finalement arrêtés. Au lendemain des attentats du 13-Novembre, le groupe Etat islamique revendique les attaques du Stade de France, du Bataclan, du 10e, 11e et plus curieusement du 18e arrondissement… qui n’a pas été touché. Etait-ce la cible des deux derniers terroristes ?

 V.Z.

L'Obs

L’Obs

 



Suicide de Bruno Peuziat à La Poste de Trégunc le 11 mars 2012

La grosse panne informatique de La Poste durant une bonne partie de la journée d’hier, qui évoque chez moi le souvenir de bien des journées de chômage technique consécutives à des sabotages commis par des syndicalistes du temps où j’exerçais toujours mon métier d’ingénieur d’études en informatique, m’a amenée à soulever de nouveau le cas emblématique pour ses collègues postiers de Bruno Peuziat, un cadre de La Poste qui s’était suicidé sur son lieu de travail à Trégunc dans le Finistère le 11 mars 2012.

Le dénommé Jean-Marc Donnadieu, alias NEMROD34, qui fidèle à lui-même n’en loupe pas une, est venu commenter cet article sur Satanistique, ici :

http://satanistique.blogspot.fr/2018/04/grosse-panne-informatique-la-poste.html#comment-form

On notera au passage qu’il a quitté le Panama pour le New Jersey :

 

Zoom sur l’utilisateur

Suicide de Bruno Peuziat à La Poste de Trégunc le 11 mars 2012 dans AC ! Brest

Visitor Analysis & System Spec

URL d’origine :
Host Name: Navigateur : Chrome 65.0
Adresse IP : 185.56.163.74 —   OS/Platform: Win7/Desktop
Emplacement : Panama Résolution : 1920×1080
Visites récurrentes : 312 Javascript : Enabled
Durée de la visite : Multiple visits spread over more than one day FAI : Ab Facile Sarl

Navigation Path

Date Heure Page web
(Pas de lien référant)
5 Apr 05:11:05
(Pas de lien référant)
5 Apr 10:38:14
(Pas de lien référant)
5 Apr 11:10:24
(Pas de lien référant)
6 Apr 05:16:51
(Pas de lien référant)
6 Apr 17:22:44
(Pas de lien référant)
7 Apr 04:58:55
(Pas de lien référant)
7 Apr 09:57:45
(Pas de lien référant)
8 Apr 09:53:52
8 Apr 09:55:36
8 Apr 09:55:38
(Pas de lien référant)
9 Apr 09:34:31
9 Apr 09:39:51

 

Zoom sur l’utilisateur

 dans Calomnie

Visitor Analysis & System Spec

URL d’origine :
(Pas de lien référant)
Host Name: Navigateur : Chrome 65.0
Adresse IP : 54.37.98.6 —   OS/Platform: Win7/Desktop
Emplacement : Woodbridge, New Jersey, United States Résolution : 1920×1080
Visites récurrentes : 314 Javascript : Enabled
Durée de la visite : 2 hours 31 mins 37 secs FAI : Merck And Co.

Navigation Path

Date Heure Page web
(Pas de lien référant)
9 Apr 14:04:46
(Pas de lien référant)
9 Apr 14:04:53
(Pas de lien référant)
9 Apr 16:36:23

 

Zoom sur l’utilisateur

 dans Corruption

Visitor Analysis & System Spec

URL d’origine :
(Pas de lien référant)
Host Name: Navigateur : Chrome 65.0
Adresse IP : 54.37.98.66 —   OS/Platform: Win7/Desktop
Emplacement : Woodbridge, New Jersey, United States Résolution : 1920×1080
Visites récurrentes : 318 Javascript : Enabled
Durée de la visite : 8 hours 13 mins 28 secs FAI : Merck And Co.

Navigation Path

Date Heure Page web
(Pas de lien référant)
10 Apr 05:07:02
(Pas de lien référant)
10 Apr 10:45:20
10 Apr 10:46:50
10 Apr 10:48:56
10 Apr 10:50:04
10 Apr 10:50:25
10 Apr 10:50:39
10 Apr 10:50:49
(Pas de lien référant)
10 Apr 12:14:04
(Pas de lien référant)
10 Apr 13:20:30

 

Refermant cette parenthèse à propos de l’un de mes harceleurs les plus actifs de ces dix dernières années (viols continus et multiples de l’intimité de la vie privée, notamment par piratages informatiques et écoutes téléphoniques illégales, puis révélations publiques délictueuses, 2074 commentaires d’injures et de menaces en tous genres sur mon ancien blog « Un petit coucou » chez OverBlog entre avril 2010 et juin 2013, innombrables commentaires et articles tous injurieux, calomnieux et attentatoires à la vie privée sur d’autres sites, dénonciations calomnieuses en pagaille, tentatives d’escroqueries au jugement, etc…), je vous propose de découvrir à travers les articles de presse ci-dessous les suites données à l’affaire du suicide de Bruno Peuziat en 2012.

On commence par un article de 2001 relatif à son arrivée à La Poste de Concarneau comme directeur. Son suicide à Trégunc près de onze ans plus tard avait donné lieu à une multitude d’articles de presse en définitive très peu précis quant aux faits de harcèlement moral dont il se plaignait, lesquels avaient motivé son acte selon les écrits qu’il avait laissés à différentes personnes.

Il faut attendre des développements judiciaires de 2016 et 2017 pour apprendre que :

- Cet ancien directeur de l’établissement de Châteaulin connaissait en effet des « difficultés liées à son travail », suite à un « entretien orageux » avec son supérieur hiérarchique en 2008.

- Selon le jugement rendu, « il est par ailleurs établi, notamment par l’enquête de gendarmerie réalisée sur les circonstances du décès, que M. Peuziat éprouvait effectivement des difficultés dans l’exercice de ses fonctions de chef d’établissement depuis au moins 2008, qui ont été à l’origine de la dégradation de son état de santé et d’un arrêt de travail du 17 janvier au 30 août 2009. »

- Une réorientation en 2010 vers un poste d’adjoint à Concarneau, « après que sa hiérarchie lui ait reproché une faute professionnelle grave concernant la conclusion d’un contrat à durée déterminée, bien qu’elle ait fait l’objet de mesures d’accompagnement, a été mal ressentie par lintéressé qui l’a considérée comme une éviction injustifiée », poursuit le tribunal.

- Sa réaffectation comme adjoint au directeur de Concarneau, en 2010, avait été « de toute évidence mal vécue » par l’intéressé, qui y voyait une « rétrogradation ».« Il a développé par la suite un fort ressentiment contre sa hiérarchie, à qui il reprochait d’avoir ruiné sa carrière », a résumé le rapporteur public.

- Quelques jours avant sa mort, Bruno Peuziat apprenait qu’il était invité à se présenter à une convocation médicale concernant son arrêt maladie, et recevait un courrier « l’informant de l’examen de son dossier par le comité médical ». Ce qu’il a interprété comme « une nouvelle manifestation de volonté de son employeur de l’évincer de ses fonctions ».

Il était en arrêt maladie depuis le 9 décembre 2011 et devait reprendre son travail le 26 mars 2012. Auparavant, il avait obtenu une nouvelle affectation sur un poste de cadre en ressources humaines à l’établissement de Rosporden à compter du 1er janvier 2012 et paraissait en être satisfait. Il semblait aller mieux, mais n’aurait pas supporté cette convocation médicale, interprétée comme une volonté de son employeur de le « fliquer », selon un militant de Sud PTT n’évoquant que des réorganisations.

Cependant, je n’ai pu trouver aucun détail concernant la faute professionnelle grave relative à la conclusion d’un contrat à durée déterminée qu’il aurait commise en 2010 ou plus tôt, quoiqu’il s’agisse du motif du déclassement qu’il contestait.

Il ne m’est donc pas possible de cerner davantage ce cas particulier.

Je rappelle toutefois que pour la plupart, les syndicalistes ont toujours nié l’existence de faits de harcèlement moral en entreprise en se positionnant systématiquement comme défenseurs des salariés ou fonctionnaires mis en cause par les victimes, soit comme harceleurs, soit pour des faits de surveillances illicites ou autres exactions commises au profit des harceleurs. Estimant devoir protéger ces délinquants ou criminels contre les plaintes de leurs victimes, ce sont ces dernières que trop souvent les syndicalistes décident d’attaquer très violemment et massivement, jusqu’à leur faire « rendre gorge » ou les tuer.

Par ailleurs, les militants de Sud PTT ne s’intéressent au problème du harcèlement moral en entreprise, mais toujours de manière partiale et partisane, que depuis qu’il constitue pour eux un bon angle d’attaque des politiques suivies par leurs employeurs, France Télécom et La Poste.

 

http://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20010713&article=2996317&type=ar

Bruno Peuziat, nouveau directeur à La Poste

 

Publié le 13 juillet 2001
En prenant la direction des trois bureaux de poste concarnois, Bruno Peuziat...

En prenant la direction des trois bureaux de poste concarnois, Bruno Peuziat retrouve le coeur du métier, après avoir occupé différentes responsabilités dans l’entreprise.

 

La Poste de Concarneau a une nouvelle fois changé de directeur.

 

La Poste de Concarneau a une nouvelle fois changé de directeur. Jean-Luc Guennegues a laissé sa place à Bruno Peuziat, 32 ans, précédemment employé à Quimper. Le nouveau directeur des trois sites concarnois (la poste principale du centre ville et les deux bureaux de proximité du Rouz et de Beuzec) est entré à la Poste il y a 8 ans après une maîtrise en sciences éco et un DESS de gestion. Service de la comptabilité, commercial, gestion et achat de produits. Il a accumulé des expériences diverses dans le métier. Aujourd’hui, 60 employés travaillent sous sa responsabilité. Depuis son arrivée à Concarneau, il y a trois semaines, Bruno Peuziat a déjà plongé dans les dossiers privilégiés des trois bureaux de poste. L’Euro, avec des informations au grand public, comme la séance d’explication du début de semaine. Le deuxième gros objectif concerne la certification de qualité ISO 9002 visée dans seulement deux villes du département, Carhaix et Concarneau. Cette certification qualité concerne le service et les produits proposés à la clientèle. Dans ce contexte, afin d’avancer un peu plus sur le chemin de la certification, des réunions sont programmées avec des clients usagers de l’entreprise qui met un point d’honneur à poursuivre sa mission de service public.

 

http://www.liberation.fr/futurs/2012/03/13/troisieme-suicide-en-six-mois-a-la-poste_802562

Troisième suicide en six mois à la Poste

 

Par Catherine Maussion — 13 mars 2012 à 00:00

 

Social. Un cadre s’est pendu, dimanche, sur son lieu de travail. Les syndicats dénoncent la stratégie du groupe.

  • Troisième suicide en six mois à la Poste

Loi des séries ou signe d’une souffrance au travail, alors que la Poste accélère sa mutation ? Dimanche, en fin d’après midi, un cadre s’est pendu au centre de courrier de Trégunc, dans le Finistère. Responsable «ressources, gestion-sécurité-sûreté». Bruno Peuziat, 42 ans, avait deux enfants.

Son suicide survient douze jours après celui de Jérémy Buan, un cadre supérieur de 28 ans qui s’était jeté du 4e étage de la poste centrale de Rennes… Il y a six mois, une postière du centre financier de la rue de Bourseuil à Paris (XVe) s’était elle aussi défenestrée.

Mails. Les syndicats sont restés longtemps discrets sur cette problématique des suicides. Avec 240 000 salariés, la Poste en connaît, comme toutes les entreprises. Mais cette succession de drames, tous survenus sur le lieu de travail, les a fait réagir publiquement, en mettant en cause la Poste. Hier, la CGT demandait à l’entreprise de «stopper immédiatement toutes ses réorganisations et d’ouvrir de véritables négociations» dans un groupe engagé «dans une course au profit» et qui a enregistré «plus de 90 000 suppressions d’emplois depuis 2002». Même émotion chez Sud PTT. La réaction syndicale est d’autant plus vive qu’elle s’appuie sur des mails signés Bruno Peuziat, dont certains étaient adressés à Jean-Paul Bailly, le patron de la Poste. Dans un dernier mail, expédié aux organisations syndicales quelques heures avant son geste, le cadre finit par ces mots poignants : «Si vous pouvez essayer de faire que tout ceci débouche sur quelque chose de positif et de constructif pour l’entreprise.»

Selon Patrice Campio, militant Sud PTT dans le Finistère qui a eu des échanges avec Peuziat, «il est clair que le parcours imposé par la Poste à son cadre au fil des réorganisations et qui s’est achevé par un déclassement a pesé dans son geste». La semaine dernière, Bruno Peuziat, en arrêt maladie depuis le 9 décembre, avait reçu par lettre recommandée une convocation à une visite médicale prévue jeudi. Régis Blanchot, de Sud PTT, accuse : «Il a compris que c’était pour le fliquer.» Et d’ajouter : «Il n’a reçu pendant son arrêt aucun coup de fil ni aucune visite de sa hiérarchie.»

Autant de points factuels que démentait hier la direction, brandissant un mail de remerciement du cadre adressé à Bailly, à la suite de l’intervention positive de ce dernier et daté du 1er décembre, soit huit jours avant son arrêt de travail.

Expertise. Tous ces éléments devraient être clarifiés et mis en perspective lors d’une expertise que pourrait demander le Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), comme ce fut le cas lors du suicide au centre financier parisien. Coïncidence, le rapport sur ce drame remontant à septembre avait été rendu public le 29 février, jour du suicide de l’employé rennais. Et il pointait, selon les syndicats, la sous-estimation des risques sociaux dans les réorganisations du travail.

Hier matin, la direction de la Poste s’est dite «bouleversée par le drame» et a annoncé la mise sur pied d’une cellule psychologique. Le cycle d’écoute sur la santé au travail annoncé la semaine dernière par Jean-Paul Bailly doit entendre dès cette semaine les syndicats, avec à la clé «une première série de propositions». Mais le scepticisme était de mise chez Sud PTT : «On attend toujours des retombées concrètes de l’observatoire de la santé», une structure installée en mai 2008 et dont l’efficacité est aujourd’hui remise en cause par les partenaires sociaux.

Catherine Maussion

 

https://www.humanite.fr/social-eco/suicide-%C2%AB-il-avait-peut-etre-trop-d%E2%80%99humanite-%C2%BB%E2%80%A6-492122

Suicide « Il avait peut-être trop d’humanité »…

 

Fanny Doumayrou
Mardi, 13 Mars, 2012
L’Humanité

 

Pour la deuxième fois en deux semaines, un cadre de La Poste s’est donné la mort sur son lieu de travail. Selon les syndicats, il avait mis en cause, à plusieurs reprises, les méthodes de management imposées par 
la direction.

«La Poste file droit dans le mur, sans tirer le moindre enseignement de ce qui s’est passé à France Télécom », dénonce Alain Le Berre, secrétaire départemental de la Fapt-CGT du Finistère, après le nouveau drame qui a touché ce week-end les agents de La Poste. Après le suicide d’un jeune cadre à Rennes le 29 février dernier, Bruno Peuziat, cadre de quarante-deux ans, adhérent du syndicat CGC, a été retrouvé pendu, dimanche à Trégunc près de Concarneau (Finistère). Alors qu’il était en arrêt maladie depuis le 9 décembre, il est venu se suicider sur son lieu de travail. Dans l’après-midi, il avait envoyé aux syndicats un e-mail dans lequel il expliquait ses problèmes, qu’il concluait par le vœu que « tout ça débouche sur quelque chose de positif et de constructif pour l’entreprise et nos collègues ».

Situation stressante

Le postier avait commencé sa carrière comme contrôleur de gestion et avait été directeur d’établissement au sein de la direction opérationnelle territoriale du courrier (DOTC) Ouest-Bretagne, qui couvre le Finistère et le Morbihan. Mais fin 2011, il a été victime d’un grand jeu de chaises musicales imposé par cette direction, explique Yves Abiven, secrétaire départemental SUD PTT du Finistère : « L’an dernier, la DOTC a décidé de remodeler l’ensemble des postes de cadres supérieurs au 1er janvier 2012. Une centaine de cadres ont dû se repositionner au sein de la DOTC, en présentant des CV et en passant des entretiens managériaux. On avait déjà connu des petites vagues de mobilités tous les deux ou trois ans, mais un mouvement de cette ampleur, c’est du jamais-vu. » Le hic, c’est qu’il n’y a pas de place pour tout le monde. « Quand un cadre ne se recase pas, il se retrouve en “surnombre”, explique le syndicaliste. Il continue de travailler mais sans poste, donc il pallie le sous-effectif des agents d’exécution, cela peut aller jusqu’à distribuer du courrier. Et il est obligé de postuler à des postes qu’il ne souhaite pas, dans d’autres régions, à 150 kilomètres de son domicile. » Situation hautement stressante.

Pour un arrêt de travail

D’après le syndicaliste, Bruno Peuziat a eu du mal à se reclasser : « Fin 2011, il ne voyait toujours rien venir. Il a dû insister auprès de la direction pour obtenir finalement un poste de cadre en ressources humaines à l’établissement de Rosporden. » Il y était affecté depuis le 1er janvier dernier, mais comme son arrêt maladie avait été prolongé, il n’avait pas pris son poste. « Il devait reprendre le travail le 26 mars, rapporte Yves Abiven. Il semblait aller mieux ces derniers temps. Le déclencheur a pu être le fait qu’il a reçu la semaine dernière une lettre en recommandé pour un contrôle médical de son arrêt de travail par La Poste. »

Pour les syndicats, La Poste ne pouvait ignorer les difficultés de ce cadre. La CGC indique que fin novembre, il avait écrit à Jean-Paul Bailly, président du groupe, pour lui faire part de ses difficultés. En 2010, d’après SUD PTT, il avait déjà été arrêté pour un burn-out lié au travail, et avait dénoncé avec d’autres cadres de la DOTC Ouest-Bretagne les « objectifs inatteignables » qui leur étaient fixés. « Chaque année, la DOTC fixe 120 ou 150 postes à supprimer, chaque cadre doit accomplir sa quote-part, explique Yves Abiven. C’est pourquoi certains ne veulent plus de postes de directeurs d’établissement, car ils ne voient plus comment justifier auprès des personnels de nouvelles suppressions de postes, et voient les dégâts sur la santé des agents d’exécution. »

« Il est clair que ce collègue a été victime de la stratégie de l’entreprise, estime Alain Le Berre de la CGT. Il a contesté les méthodes. Il avait peut-être trop d’humanité. Aujourd’hui, les cadres qui n’adhèrent pas à la stratégie de la direction sont mis en difficulté, et ils sont peut-être plus en danger que le personnel d’exécution, qui a plus d’échanges et de moyens de mobilisation collectifs. »

Hier, La Poste s’est contentée d’indiquer qu’une cellule psychologique avait été mise en place pour les collègues, et que le président, Jean-Paul Bailly, entamerait aujourd’hui son « cycle d’écoute sur la santé au travail » annoncé la semaine dernière et destiné « à la décision et à l’action ».

90 000 postes supprimés en dix ans  

« Il faut changer de politique à La Poste », a réagi hier la Fapt-CGT après ce deuxième suicide de cadre en dix jours, qui s’ajoute à d’autres suicides d’agents depuis plusieurs mois. « La situation sanitaire des agents est étroitement liée à la stratégie de rentabilité de l’entreprise, qui a supprimé plus de 90 000 postes depuis l’arrivée de Jean-Paul Bailly à sa tête en 2002 », souligne Bernard Dupin, administrateur CGT du groupe 
La Poste, qui a l’impression que la direction 
« ne mesure pas la gravité de la situation ». 
Pour SUD PTT, la direction « est dans le déni » et « une seule mesure s’impose avant que de nouveaux drames se produisent : l’arrêt pur et simple des réorganisationset des pressions managériales ». De son côté, FO en appelle à un nouveau « système de gouvernance », en rappelant que « les réorganisations continuelles sont des causes de souffrance pour tous, encadrants et personnels d’exécution ». Le syndicat fait état d’une « explosion des structures des établissements courrier » ces derniers mois.

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/2013/08/02/suicide-d-un-cadre-de-la-poste-tregunc-l-enquete-est-re-ouverte-296967.html

Suicide d’un cadre de la Poste à Trégunc: l’enquête est ré-ouverte

 

Bruno Peuziat, cadre de la Poste à Trégunc / © France3

Bruno Peuziat, cadre de la Poste à Trégunc / © France3

L’enquête sur le suicide de Bruno Peuziat sur son lieu de travail  va être ré-ouverte. Sa femme a déposé une nouvelle plainte pour harcèlement moral.

Par Stéphane Grammont Publié le 02/08/2013 à 12:29

Une troisième plainte pour harcèlement moral a été déposée par la veuve de Bruno Peuziat, ce cadre de la poste de Trégunc qui s’est donné la mort en mars dernier sur son lieu de travail. Elle s’est constituée partie civile. Logiquement, un juge d’instruction devrait être nommé. Selon l’avocat de la famille, Mê Omez, l’affaire prendra du temps avant un éventuel procès.

Bruno Peuziat, cadre responsable de la plate-forme courrier, âgé alors de 42 ans, marié et père de deux enfants, était en arrêt de travail au moment des faits. Avant d’être nommé adjoint du directeur de Trégunc, il avait dirigé l’établissement de châteaulin où il avait été chargé de la  réorganisation de l’entreprise. Il avait mal supporté la pression, et finalement accepté sa mutation.

Il est retourné sur son lieu de travail pour accomplir son geste dramatique. Dans sa lettre d’adieu , ces mots : « Je voulais faire cela sur le site de la poste , car  les responsables sont les dirigeants« .

Une procédure similaire est engagée à Rennes  après la défenestration, en février 2012 d’un autre cadre de La Poste.

A lire aussi

 

http://www.letelegramme.fr/finistere/tregunc/suicide-a-tregunc-la-poste-retoquee-par-le-tribunal-de-rennes-09-05-2016-11061335.php

Suicide à Trégunc. La Poste retoquée par le tribunal de Rennes

 

Publié le 09 mai 2016 à 20h04 Modifié le 09 mai 2016 à 20h28
Le centre de distribution de La Poste de Trégunc où Bruno Peuziat à mis fin à ses jours. Photo archives Claude Prigent

Le centre de distribution de La Poste de Trégunc où Bruno Peuziat à mis fin à ses jours. Photo archives Claude Prigent

 

Le tribunal administratif de Rennes vient d’annuler la décision de La Poste, qui refusait de reconnaître le lien entre le suicide d’un de ses salariés, en mars 2012, à Trégunc, et son travail.

 

Ce jugement intervient alors que l’instruction pénale de ce dossier est sur le point de s’achever. Le juge administratif avait été saisi par la veuve de Bruno Peuziat, décédé le dimanche 11 mars 2012. Son époux était en arrêt de travail pour maladie lorsqu’il s’était rendu sur son lieu de travail et s’était suicidé par pendaison.

« Avis insuffisamment éclairé »

Anne Peuziat avait demandé à La Poste de prendre en charge ce décès comme un accident de service. La direction du courrier Ouest Bretagne avait refusé de reconnaître l’imputabilité au service de ce drame. Après un recours gracieux qui n’a pas changé la donne, Anne Peuziat a donc saisi le tribunal administratif, estimant que la décision de La Poste « avait été prise au terme d’un avis insuffisamment éclairé ».

Selon elle, la commission s’est « bornée à apprécier les éléments médicaux sans analyser les documents faisant état des difficultés rencontrées dans le cadre professionnel ».

« Difficultés rencontrées avec ses supérieurs »

Dans ses attendus, le juge considère que Bruno Peuziat, s’il était en congé maladie, « a fait le choix de commettre cet acte sur son lieu de travail et a laissé des écrits à l’attention de sa famille et des organisations syndicales indiquant sans ambiguité que sa décision faisait suite aux difficultés rencontrées avec ses supérieurs hiérarchiques dans le cadre de ses fonctions à La Poste ».

« Il est par ailleurs établi, notamment par l’enquête de gendarmerie, que M. Peuziat éprouvait effectivement des difficultés dans l’exercice de ses fonctions de chef d’établissement, depuis au moins 2008, qui ont été à l’origine de la dégradation de son état de santé et qu’il a, en outre, été réorienté en 2010 vers un poste d’adjoint à Concarneau après que sa hiérarchie lui eut reproché une faute professionnelle grave concernant la conclusion d’un contrat à durée déterminée ». Cette réorientation, bien qu’elle ait fait l’objet de mesures d’accompagnement, « a été mal ressentie par l’intéressé qui l’a considérée comme une éviction injustifiée ».

La Poste enjointe de prendre une nouvelle décision

Le tribunal note enfin que son suicide est intervenu quelques jours après la réception d’une convocation à une consultation médicale « que l’intéressé a interprété comme une nouvelle manifestation de volonté de son employeur de l’évincer de ses fonctions ».

En conséquence, le tribunal annule la décision de la directrice du courrier Ouest Bretagne et enjoint La Poste, dans un délai d’un mois, à « prendre une nouvelle décision portant reconnaissance de l’imputabilité au service du décès de M. Bruno Peuziat ». Pour Me Vincent Omez, avocat au pénal d’Anne Peuziat, « cette décision peut donner au juge d’instruction un éclairage plus net du rôle du travail dans l’intervention du décès ».

 

https://www.ouest-france.fr/bretagne/finistere/le-suicide-la-poste-etait-en-lien-avec-le-travail-4225144

Le suicide à La Poste était en lien avec le travail

 

Publié le 11/05/2016 à 05:46

Renée-Laure EUZEN.

Pour le tribunal administratif de Rennes, le suicide de Bruno Peuziat, en mars 2012, sur son lieu de travail, à Trégunc, est bien en lien avec son travail. Ce que réfutait La Poste.

Bruno Peuziat, cadre de La Poste, avait mis fin à ses jours sur son lieu de travail, à la plate-forme de Trégunc, le dimanche 11 mars 2012. Sa veuve a saisi le tribunal administratif. L’enjeu : faire reconnaître le décès de son mari comme lié ou non au service.

L’épouse de Bruno Peuziat avait, dans un premier temps, essuyé un refus de la directrice Ouest-Bretagne du courrier. Au tribunal, La Poste a poursuivi dans cette ligne, estimant notamment que le salarié était en arrêt maladie au moment du drame.

Le tribunal administratif a annulé la décision de la directrice du courrier Ouest-Bretagne et a enjoint La Poste à prendre une « nouvelle décision, portant reconnaissance de l’imputabilité au service du décès de M. Bruno Peuziat ».

Pour cela, il s’est appuyé sur le fait que Bruno Peuziat a fait « le choix symbolique de commettre cet acte sur son lieu de travail et a laissé des écrits à l’attention de sa famille et des organisations syndicales indiquant sans ambiguïté que sa décision faisait suite aux difficultés rencontrées avec ses supérieurs hiérarchiques dans le cadre de ses fonctions à La Poste. »

Selon le jugement rendu, « il est par ailleurs établi, notamment par l’enquête de gendarmerie réalisée sur les circonstances du décès, que M. Peuziat éprouvait effectivement des difficultés dans l’exercice de ses fonctions de chef d’établissement depuis au moins 2008, qui ont été à l’origine de la dégradation de son état de santé et d’un arrêt de travail du 17 janvier au 30 août 2009. »

Lien direct

Une réorientation en 2010 vers un poste d’adjoint à Concarneau, « après que sa hiérarchie lui ait reproché une faute professionnelle grave concernant la conclusion d’un contrat à durée déterminée, bien qu’elle ait fait l’objet de mesures d’accompagnement, a été mal ressentie par lintéressé qui l’a considérée comme une éviction injustifiée », poursuit le tribunal.

Quelques jours avant sa mort, Bruno Peuziat apprenait qu’il était invité à se présenter à une convocation médicale concernant son arrêt maladie, et recevait un courrier « l’informant de l’examen de son dossier par le comité médical ». Ce qu’il a interprété comme « une nouvelle manifestation de volonté de son employeur de l’évincer de ses fonctions ». Autant de circonstances pour lesquelles « le suicide de M. Peuziat doit être regardé comme présentant un lien direct avec le service ».

Pour le tribunal, la directrice du courrier Ouest-Bretagne a commis « une erreur d’appréciation en refusant de reconnaître l’imputabilité au service de M. Peuziat ».

La veuve de Bruno Peuziat a également porté l’affaire en justice sur le plan pénal. L’instruction touche à sa fin.

 

https://actu.fr/bretagne/tregunc_29293/tregunc-suicide-dun-cadre-poste-passe-detre-reconnu-comme-accident-travail_6250134.html

Trégunc : le suicide d’un cadre de la Poste en passe d’être reconnu comme accident de travail

 

Le tribunal administratif de Rennes avait assimilé le suicide de l’un de ses cadres de Trégunc à un « accident de service ». La cour d’appel s’est penchée sur l’affaire.

 

Publié le 21 Juin 17 à 17:00
25478-170621164002173-0-854x480 dans Crime

La cour administrative d’appel de Nantes. (©PressPaper)

 

Bruno Peuziat – âgé alors de 42 ans, et fonctionnaire au sein de la Poste depuis 1993 – était en effet venu se pendre sur son lieu de travail, dimanche 11 mars 2012, alors qu’il était en arrêt maladie.

Mercredi, lors de l’audience, le rapporteur public a préconisé à la cour administrative d’appel de Nantes de confirmer en tout point le jugement contesté. « Le débat n’est pas de savoir si la Poste a commis une faute, mais de savoir si le suicide de M. Peuziat a un lien ou non avec son travail », a recadré le magistrat, dont les avis sont souvent suivis par les juges.

En l’occurrence, le rapporteur public a fait observer que Bruno Peuziat avait choisi « un lieu symbolique » pour se donner la mort, et qu’il avait laissé des écrits à sa famille et aux syndicats de La Poste.

Rétrogradation

Cet ancien directeur de l’établissement de Châteaulin connaissait en effet des « difficultés liées à son travail », suite à un « entretien orageux » avec son supérieur hiérarchique en 2008. Sa réaffectation comme adjoint au directeur de Concarneau, en 2010, avait été « de toute évidence mal vécue » par l’intéressé, qui y voyait une « rétrogradation ».

« Il a développé par la suite un fort ressentiment contre sa hiérarchie, à qui il reprochait d’avoir ruiné sa carrière », a résumé le rapporteur public. Il a donc suggéré aux juges nantais de rejeter l’appel de La Poste, et de la condamner à verser 1 500 euros de frais de justice à Anne Peuziat, sa veuve, qui a éclaté en sanglots à l’issue de l’audience.

Les avocats respectifs des deux parties, pour leur part, n’ont pas fait d’autres commentaires que ceux déjà mentionnés dans leurs dossiers écrits. La décision de la cour administrative d’appel de Nantes sera connue d’ici deux à trois semaines.

G.F. (PressPepper)

 

http://www.sudptt.org/Drame-de-Tregunc-La-Poste-s-enfonce-dans-le-deni

Drame de Tregunc : La Poste s’enfonce dans le déni

 

20/10/2017

Le 11 mars 2012, Bruno Peuziat, un encadrant du courrier, directeur adjoint des ressources humaines de son établissement, harcelé depuis plusieurs années par sa hiérarchie, mettait fin à ses jours par pendaison sur le lieu même de son travail, le centre courrier de Trégunc dans le Finistère.

Il laissait derrière lui un imposant dossier constitué au fil des ans sur le harcèlement moral dont il était victime et qu’il a expédié aux organisations syndicales départementales, et notamment Sud-PTT 29, juste avant son geste fatal afin qu’elles l’utilisent pour que cela ne se reproduise plus. C’est l’un des drames à l’origine de la mise en place de la « commission Kaspar » qui devait se pencher sur « le bien-être au travail » à La Poste.

En 2012, le CHSCT de la Direction Courrier Ouest-Bretagne à laquelle Bruno Peuziat était rattaché, réuni en urgence dans les jours qui ont suivi avait diligenté une enquête qui lui avait permis de conclure à l’imputabilité de son geste au service et de se prononcer pour la reconnaissance en accident de service. Comme à son habitude dans ces situations dramatiques, La Poste avait opté pour le déni et nié toute responsabilité en refusant de reconnaître cet acte en accident de service par une décision du 27 mai 2013.

L’affaire a alors été portée par sa veuve, Anne Peuziat, devant le Tribunal Administratif de rennes, qui le 4 mai 2016, a rendu son jugement donnant droit à sa demande de considération en accident de service du décès de son mari. Elle a par ailleurs également engagé un procès au pénal afin de déterminer les responsabilités dans la disparition de son mari.

Une fois fois de plus La Poste fuyait ses responsabilités, en faisant appel de ce jugement, en vain puisque le 10 juillet 2017, la Cour Administrative d’Appel de Nantes venait confirmer le jugement du Tribunal Administratif de Rennes, qualifiant le geste fatal en accident de service.

La Poste, s’acharnant dans le déni vient de se pourvoir en cassation, faisant tout pour reculer l’échéance d’un procès au pénal susceptible d’établir les responsabilités de la hiérarchie.

SUD-PTT n’a de cesse de dénoncer la souffrance au travail à La Poste, le management agressif et inhumain avec les drames qu’il suscite, tout comme l’attitude irresponsable de déni qu’adopte La Poste en ces circonstances. Ce cas de Bruno Peuziat n’en est malheureusement qu’une illustration parmi tant d’autres, comme nous le dénoncions, il y a un an lors de la conférence de presse du 26 septembre 2016. Un an après cette conférence, la situation ne s’est pas améliorée et notre fédération n’est pas la seule à le constater à la lumière de la multiplication des procédures administratives et judiciaires contre un employeur public qui est coutumier de la casse sociale.

 



12345...72

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo