Remaniement ministériel, Damien Abad viré, les autres toujours là

Deux écoles de cul, c’est décidément beaucoup trop…

Voir ici :

http://petitcoucou.unblog.fr/2022/06/29/ouverture-dune-enquete-contre-damien-abad-pour-tentative-de-viol/

Quant à Elisabeth Borne qui était déjà « épuisée » le 29 juin, on commence à se demander combien de temps elle va pouvoir rester en poste, car elle n’a pas fini d’en voir.

Le 14 juillet approche maintenant à grands pas et le malade mental Pascal Edouard Cyprien Luraghi va encore tenter d’en faire une grande fête islamiste, comme en 2016 pour sa procédure parisienne à mon encontre (il s’agissait alors de fêter mon assignation devant le TGI de Paris, du 12 juillet 2016).

Et cela ne va pas s’arrêter là, sauf bien sûr si les autorités se décident enfin à mettre ce malade et sa bande de cybercriminels dits « déconnologues » hors d’état de nuire.

Cependant, depuis le temps que ça dure, avec toujours la même complicité active des magistrats ultra corrompus du TJ de Brest, qui dès l’été 2010 savaient très bien ce qui allait se passer s’ils ne réagissaient pas en urgence aux exactions d’alors et en ont été réinformés à plusieurs reprises au cours des années suivantes, on doute très fortement d’une quelconque volonté d’empêcher de nouveaux massacres.

Notons au passage qu’Elisabeth Borne est une femme ingénieur qui n’est jamais sortie du cocon extrêmement protecteur de la fonction publique, n’a donc jamais connu les maltraitances que subissent régulièrement les ingénieurs du privé, particulièrement lorsqu’il s’agit de femmes, et par voie de conséquence n’en a pas non plus la résistance.

Pour l’exemple, je reprends mon cas personnel : les patrons voyous ayant besoin de coincer pour « faute » les ingénieurs qu’ils emploient afin de pouvoir ensuite en obtenir tout ce qu’ils veulent, mes anciens employeurs harceleurs ont à plusieurs reprises tenté de m’y conduire en me confiant des travaux jugés techniquement infaisables, à réaliser de plus sous des délais extrêmement tronqués ou même déjà dépassés lors de mon arrivée sur les projets dont il s’agissait. Or, à chaque fois, j’ai bien trouvé des solutions et réalisé tous les travaux demandés en un temps record. Résultat : en guise de « récompense », à chaque fois j’ai eu droit à de nouvelles violences physiques du fait que l’opération dite de « harcèlement moral » avait échoué. Mais pour les magistrats, toutes ces violences n’ont jamais été suffisantes, une femme ingénieur ne « mérite », comme dira l’un d’entre eux, que d’être torturée à mort et de voir aussi mourir tous les siens de même, tant qu’à faire, car tous les proches d’une femme ingénieur en sont eux aussi fautifs ou coupables, surtout ceux qui ont mis au monde un tel monstre.

 

 

https://www.ouest-france.fr/politique/gouvernement/remaniement/remaniement-vise-par-une-enquete-pour-tentative-de-viol-damien-abad-quitte-le-gouvernement-2b97469a-fb5e-11ec-aa76-377ec44ae1a3

Remaniement. Damien Abad dénonce des « calomnies ignobles » en quittant le gouvernement

 

Le ministre des Solidarités, de l’Autonomie et du Handicap, Damien Abad, qui fait l’objet d’une enquête pour tentative de viol, n’a pas été reconduit dans le nouveau gouvernement d’Élisabeth Borne. Lors de la passation de pouvoir, le député a jugé « préférable, face aux calomnies ignobles dont (il est) la cible », de pouvoir se « défendre sans entraver l’action du gouvernement ».

 

Damien Abad, à Paris, le 3 mai 2022.
Damien Abad, à Paris, le 3 mai 2022. | STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Ouest-France Publié le 04/07/2022 à 10h53

Visé par une enquête pour tentative de viol, Damien Abad ne fait pas partie du nouveau gouvernement d’Élisabeth Borne. Le ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées a été écarté lors du remaniement annoncé ce lundi 4 juillet. Il est remplacé par Jean-Christophe Combe, directeur général de la Croix-Rouge.

Accusé de violences sexuelles par plusieurs femmes, l’ancien patron des députés LR nie les faits. S’il n’est plus ministre, Damien Abad ne quitte pas la vie politique pour autant. Il siégera à l’Assemblée nationale, après sa réélection dans la 5e circonscription de l’Ain aux dernières législatives.

Retrouvez notre direct consacré à l’annonce de la composition du nouveau gouvernement

« Je quitte ce ministère avec beaucoup de regret »

« Je quitte ce ministère avec beaucoup de regret […] on ne m’aura pas laissé le temps », a-t-il déclaré lors de la passation de pouvoir au ministère des Solidarités. « Je vais poursuivre mon action dans ma circonscription et à l’Assemblée nationale », a assuré le député.

À propos des accusations de tentative de viols, l’ancien patron de LR a dénoncé des « calomnies ignobles » et dit vouloir se « défendre sans entraver l’action du gouvernement ».

« La calomnie est devenue une arme politique […] Je me battrai contre ce mouvement qui relègue la présomption d’innocence au rang de vieillerie sans importance », a-t-il dit encore

Chrysoula Zacharopoulou reste au gouvernement

La secrétaire d’État chargée du Développement, de la Francophonie et des Partenariats, Chrysoula Zacharopoulou, accusée de viols, est quant à elle reconduite.

La gynécologue de 46 ans, qui dément toutes les accusations, est visée par deux plaintes pour viol et une troisième plainte pour violences sans incapacité de travail par personne chargée d’une mission de service public. Le parquet de Paris a ouvert une enquête.

 

 

https://www.liberation.fr/politique/remaniement-la-secretaire-detat-chrysoula-zacharopoulou-accusee-de-viol-conservee-au-gouvernement-20220704_EZ5WOMACDBEGHAB2X7SQNDQZHU/

Remaniement: la secrétaire d’Etat Chrysoula Zacharopoulou, accusée de viol, conservée au gouvernement

 

Le gouvernement d’Elisabeth Bornedossier

 

Le gouvernement d’Elisabeth Borne

Contrairement à Damien Abad, l’ancienne députée européenne, accusée par plusieurs anciennes patientes de viol dans le cadre de ses activités de gynécologue est maintenue au gouvernement.

Remaniement ministériel, Damien Abad viré, les autres toujours là dans AC ! Brest TD6PECDEU5HUBNDZGL6G5CQFMA
Chrysoula Zacharopoulou, à la sortie de l’Elysée. ( Xose Bouzas/Hans Lucas / AFP)

par Sacha Nelken

publié le 4 juillet 2022 à 10h58

 

Contrairement à Damien Abad, Chrysoula Zacharopoulou reste au gouvernement. Un peu plus d’un mois après avoir été nommée secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Affaires étrangères chargée du Développement, de la Francophonie et des Partenariats internationaux, la Franco-Grecque a été reconduite dans le second gouvernement d’Elisabeth Borne. Et ce, malgré, des accusations de viols qui auraient été perpétrés durant l’exercice de sa profession de gynécologue dans les années 2010.Le 22 juin dernier, le magazine Marianne révèle qu’une enquête a été ouverte par le parquet de Paris le 27 mai après deux plaintes déposées contre la secrétaire d’Etat pour des viols supposés intervenues dans le cadre de ses fonctions de gynécologue à Paris pour «déterminer si les faits sont susceptibles de tomber sous le coup d’une qualification pénale». Il s’agirait de pénétrations lors d’examens médicaux sans avoir obtenu le consentement des patientes, pourtant consacré par la loi dite Kouchner du 4 mars 2002.

Deux jours plus tard, une troisième femme porte plainte contre l’ex-députée européenne spécialiste de l’endométriose, pour «violences sans incapacité de travail par personne chargée d’une mission de service public». Dans la foulée des plaintes, les témoignages contre la secrétaire d’Etat s’accumulent. Auprès de Libération, deux anciennes patientes font état de rendez-vous «traumatisants». «J’ai hurlé de douleur et pleuré», [après un toucher vaginal fait sans prévenir ndlr], raconte par exemple, Nina. Ce à quoi la médecin aurait répondu : «arrêtez de faire votre chochotte.»

A lire aussi

Chrysoula Zacharopoulou accusée de violences gynécologiques: un nouveau témoignage d’une patiente mineure

25 juin 2022abonnés

Mise en cause, Chrysoula Zacharopoulou s’est défendue dans un communiqué le 24 juin dernier. «Les accusations graves à mon encontre, portant sur des examens cliniques médicaux réalisés afin de diagnostiquer et de soigner la maladie de mes patientes, sont inacceptables et révoltantes», écrit-elle. La macroniste qui affirme n’avoir «jamais imposé le moindre examen à aucune de mes patientes sans leur consentement» souligne que les plaintes «ont été déposées dans les jours qui ont suivi [sa] nomination au gouvernement et qui concernent des consultations qui seraient intervenues il y a plusieurs années». Comprendre : il s’agirait d’une cabale à but politique.

A son tour interrogée sur LCI, la Première ministre Elisabeth Borne a assuré que Chrysoula Zacharopoulou lui «a dit qu’elle était très surprise, voire choquée, qu’on puisse questionner sa pratique médicale». «Mais je pense que les plaintes sont déposées, la justice va faire son travail» et sa secrétaire d’Etat «aura l’occasion de s’expliquer», a poursuivi la cheffe du gouvernement qualifiant de «débat important» celui «du consentement quand on fait des examens».

 

 

https://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/elisabeth-borne-deja-epuisee-ces-conneries-quelle-ne-supporte-plus_496942

Elisabeth Borne déjà épuisée : ces “conneries” qu’elle ne supporte plus

 

Nina Siahpoush-Royoux | mer. 29 juin 2022 à 12h53

@ Eliot Blondet / Pool / Bestimage

Selon les informations du Canard Enchaîné, dévoilées ce mercredi 29 juin, Elisabeth Borne perdrait patience. La raison ? La médiatisation de plusieurs graves accusations de viols visant des membres de son gouvernement.

A propos de


Le lundi 16 mai, après plusieurs jours interminables de réflexion, Emmanuel Macron dévoilait enfin le nom de sa Première ministre : Elisabeth Borne. Un choix réalisé sans grande surprise puisque cette diplômée de l’École Polytechnique a été un véritable pilier du gouvernement durant le premier quinquennat du président de la République, qui souhaitait voir une femme devenir son bras droit. Ministre chargée des Transports, puis de la Transition écologique et finalement du Travail, Elisabeth Borne a donc succédé à Jean Castex, pour le meilleur et pour le pire. Et actuellement, surtout pour le pire…

Comme le révèlent nos confrères du Canard Enchaîné, ce mercredi 29 juin, la Première ministre aurait quelque peu déchanté depuis ses prises de fonction à Matignon. Lassée par les polémiques qui éclaboussent les nouveaux arrivants au sein de son gouvernement, en plus de devoir gérer les critiques la concernant, notamment après la claque de la Macronie lors des législatives, Elisabeth Borne aurait lâché, auprès de son entourage : « Je commence à être fatiguée des conneries relayées par la presse. Chaque semaine, je me tape un nouveau truc sexuel sur Damien Abad. » Et les accusations qui pèsent contre le ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées ne semblent pas être les seules à lui donner un coup au moral.

Découvrez l’évolution physique d’Elisabeth Borne

Des affaires qu’elle ne pensait pas avoir à gérer publiquement

D’après les informations de nos confrères, Elisabeth Borne aurait poursuivi, avec agacement : « Et, quand ça commence à se calmer, on me sort une histoire de viol gynécologique de Chrysoula Zacharopoulou [qui a été nommée Secrétaire d’État chargée du Développement, de la Francophonie et des Partenariats internationaux à la place de Jean-Baptiste Lemoyne, NDLR].«  Visiblement pas du tout prête à devoir s’exprimer sur de telles accusations qui font tache au sein de son gouvernement, la Première ministre aurait ajouté, dépitée : « Je n’avais pas signé pour gérer ce genre d’affaires. » De quoi inspirer Le Canard Enchaîné, qui a supposé que la femme politique avait probablement accepté ses nouvelles fonctions « pour tenter de faire avaler, avec le moins de dégâts possible, la réforme des retraites »… sans vraiment réaliser la « variété » de ses missions.

Olivia Grégoire défend (encore) Elisabeth Borne : “Elle n’est pas en solitude, elle est entourée” - Gala

À lire aussi
Olivia Grégoire défend (encore) Elisabeth Borne : “Elle n’est pas en solitude, elle est entourée” – Gala

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Eliot Blondet / Pool / Bestimage

 

 

https://www.nouvelobs.com/politique/20220623.OBS60083/darmanin-abad-zacharopoulou-ces-ministres-qui-ont-des-demeles-avec-la-justice.html

Darmanin, Abad, Zacharopoulou… Ces ministres qui ont des démêlés avec la justice

 

Les ministres Damien Abad (en haut à gauche), Eric Dupond-Moretti (en haut à droite), Catherine Colonna (en bas à gauche) et Gérald Darmanin (en bas à droite). ((Montage « Obs » : Michel Spingler/AP/SIPA-Jacques Witt/SIPA))
Les ministres Damien Abad (en haut à gauche), Eric Dupond-Moretti (en haut à droite), Catherine Colonna (en bas à gauche) et Gérald Darmanin (en bas à droite). ((Montage « Obs » : Michel Spingler/AP/SIPA-Jacques Witt/SIPA))

 

Viols, harcèlement, prise illégale d’intérêts… Huit ministres du gouvernement d’Elisabeth Borne ont été épinglés ou sont mis en cause par la justice.

Temps de lecture 5 min

Durant la campagne présidentielle de 2017, Emmanuel Macron promettait une « République exemplaire » en cas d’élection. Cinq ans plus tard, en plus des candidats investis par la majorité aux législatives malgré leurs problèmes judiciaires, le gouvernement d’Elisabeth Borne ne compte pas moins de huit ministres et secrétaires d’Etat (sur 27, soit près de 30 % du gouvernement) épinglés, mis en cause ou poursuivis par la justice. Dernières en date : la secrétaire d’Etat à la Francophonie Chrysoula Zacharopoulou, visée par une enquête après deux plaintes pour viol, et la ministre des Affaires étrangères Catherine Colonna, nommée malgré plusieurs signalements pour son management.

Cela reflète la position d’Emmanuel Macron qui, quelques semaines après son élection en mai 2017, avait appelé à « en finir avec le viol permanent de la présomption d’innocence ». Pour le chef de l’Etat : pas de condamnation, donc pas coupable. En 2017, François Bayrou et Marielle de Sarnez, alors ministre de la Justice et ministre des Affaires européennes, avaient pourtant dû démissionner un mois après leurs nominations, car visés par une enquête préliminaire pour des soupçons d’emplois fictifs. « L’Obs » fait le point sur l’activité judiciaire de l’actuel gouvernement.

  • Chrysoula Zacharopoulou, secrétaire d’Etat à la Francophonie, visée par une enquête pour viol

Nommée en mai secrétaire d’Etat chargée du Développement, de la Francophonie et des Partenariats internationaux, Chrysoula Zacharopoulou est visée par une enquête après le dépôt de deux plaintes pour viol. Selon les informations de « Marianne », les faits reprochés auraient été commis dans le cadre de sa profession de gynécologue.

La première plainte dénonçant des faits de viol a été déposée le 25 mai et l’enquête ouverte deux jours plus tard, a précisé le parquet. Concernant la deuxième plainte, les faits imputés se seraient déroulés « dans un cadre médical » en 2016 et concerneraient une femme majeure. L’enquête a été confiée à la Brigade de Répression de la Délinquance contre la Personne (BRDP).

  • Catherine Colonna, ministre des Affaires étrangères, visée par plusieurs signalements pour harcèlement

La nomination de Catherine Colonna au Quai d’Orsay a été actée malgré plusieurs signalements pour harcèlement, selon les informations de Mediapart. Alors ambassadrice de France au Royaume-Uni, Catherine Colonna a été visée par plusieurs signalements adressés à la cellule « tolérance zéro » du Quai d’Orsay au début de l’année 2022. Des témoignages qui devaient donner lieu à une inspection générale, suspendue après sa nomination au gouvernement.

Selon le média d’investigation, un signalement avait même déjà été effectué à la suite d’une inspection menée à l’ambassade d’Italie à Rome à l’époque où Catherine Colonna y était, entre 2014 et 2017. Les témoignages décrivent des faits s’apparentant à du harcèlement moral. « Il est connu que Mme Colonna a des pratiques consistant à briser les gens », rapporte un diplomate à « Libération ». D’après lui, « Emmanuel Macron a nommé ministre la diplomate la plus détestée du réseau diplomatique ».

  • Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, accusé de viol

Plusieurs ministres sont accusés de violences sexuelles, à l’instar du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, visé par une accusation de viol et de trafic d’influence qui émanent de deux femmes différentes.

Il est accusé d’avoir promis un « service » à une femme en échange de faveurs sexuelles en 2009. Deux plaintes simples déposées en juin 2017 et janvier 2018 avaient été classées sans suite. Une troisième plainte déposée en mars 2018 par la même plaignante avec constitution de partie civile avait été classée sans suite dans un premier temps, puis relancée par la cour d’appel de Paris en juin 2020. Le parquet de Paris a requis un non-lieu début 2022.

Une autre femme avait porté plainte en février 2018, disant s’être « sentie obligée » d’avoir des relations sexuelles avec le ministre, alors maire de Tourcoing, pour obtenir logement et emploi. L’enquête préliminaire pour « abus de faiblesse » avait été classée sans suite en mai de la même année.

  • Damien Abad, ministre des Solidarités, accusé de viol

Au lendemain de sa nomination au gouvernement, le ministre des Solidarités Damien Abad a été accusé de viol par deux femmes. Selon les informations de Mediapart, les faits présumés remontent à 2010 et 2011 : la première femme, âgée de 41 ans, a adressé une lettre à l’Observatoire des Violences sexistes et sexuelles en Politique le 13 mai, dans laquelle elle « souhaite témoigner des faits de viol concernant Damien Abad », alors pressenti pour entrer au gouvernement. La seconde femme a pour sa part porté plainte pour « viol » en 2017, classée sans suite.

Le site d’investigation avait publié le 14 juin de nouvelles accusations de la part d’une « élue centriste » qui dit avoir subi une tentative de viol en 2010. Le parquet de Paris avait finalement indiqué le 25 mai qu’il n’ouvrait pas d’enquête préliminaire « en l’état », estimant ne pas disposer « d’élément permettant d’identifier la victime des faits dénoncés ».

  • Eric Dupond-Moretti, ministre de la Justice, soupçonné de « prise illégale d’intérêts »

Elle est connue comme étant « l’affaire Dupond-Moretti » et remonte à janvier 2021 quand la commission d’instruction de la Cour de justice de la République (CJR) ouvre une information judiciaire pour « prise illégale d’intérêts » dans deux dossiers. Le garde des Sceaux, mis en examen en juillet 2021, est soupçonné d’avoir profité de sa fonction gouvernementale pour régler des comptes avec trois magistrats du Parquet national financier (PNF) qui avaient fait éplucher ses relevés téléphoniques détaillés (fadettes) quand il était encore avocat.

Le ministre est également accusé d’avoir diligenté des poursuites administratives contre un ancien juge d’instruction qui avait mis en examen un de ses ex-clients. Le 10 mai, le ministère public de la CJR a jugé qu’il existait des « charges suffisantes » contre le ministre pour le renvoyer en procès devant la Cour. La commission d’instruction de la CJR a ensuite rejeté la demande d’annulation de la mise en examen formulée par les avocats du ministre.

  • Sébastien Lecornu, ministre des Armées, visé par une enquête pour « prise illégale d’intérêts »

Promu dans le nouveau gouvernement, l’ex-ministre des Outre-mer est visé depuis mars 2019 par une enquête pour « prise illégale d’intérêts » et « omission de déclaration à la HATVP », la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie publique. Dans sa déclaration, Sébastien Lecornue mentionnait avoir touché 7 874 euros brut de « jetons de présence » en tant qu’administrateur de la Société des Autoroutes Paris Normandie (SAPN) entre 2016 et 2017. Le problème : il présidait alors le département de l’Eure et a approuvé plusieurs délibérations en lien avec la SAPN, dont l’une d’elles concernerait un projet pour lequel le département de l’Eure a déboursé un million d’euros, selon « le Canard Enchaîné ». Il a été entendu en avril par la police anticorruption lors d’une audition libre et l’enquête suit son cours.

  • Olivier Dussopt, ministre du Travail, visé par une enquête pour « prise illégale d’intérêts » et « corruption »

Autre promu du gouvernement Borne, Olivier Dussopt est visé par une enquête préliminaire du Parquet national financier pour « prise illégale d’intérêts » et « corruption », selon les informations de Mediapart en juin 2020. Alors qu’il était député et maire d’Annonay (Ardèche) en janvier 2017, il avait accepté deux lithographies en cadeau par la société de traitement de l’eau Saur. Six mois après la réception des œuvres, l’ex-ministre de l’Action et des Comptes publics avait signé un contrat entre l’entreprise et sa commune. Après une perquisition au domicile du ministre par l’Office central de Lutte contre la Corruption et les Infractions financières et fiscales en août 2020, l’enquête est toujours en cours.

  • Justine Benin, secrétaire d’Etat chargée de la Mer, accusée de clientélisme

Défaite lors des législatives, Justine Benin devrait quitter prochainement le gouvernement. Pour autant, elle est accusée par Mediapart d’avoir, en tant que députée, utilisé l’argent du MoDem pour arroser les associations de sa commune du Moule en Guadeloupe, alors qu’elle était candidate à la mairie.

Dans les comptes du parti centriste des années 2019 et 2020, le média d’investigation a repéré pas moins de 37 000 euros qui ont été versés à 14 organisations locales. L’argent ayant été versé en pleine période électorale, certaines dépenses auraient dû apparaître sur le compte de campagne du MoDem. Pour Mediapart, « la visée électorale est transparente ». Traduction : il s’agit de « clientélisme ».

Par Richard Godin

 



Le dangereux manipulateur Olivier Besancenot toujours pas paralytique…

 

https://www.mediapart.fr/journal/international/110522/olivier-besancenot-une-forme-de-paralysie-politique-travaille-la-gauche-francaise-sur-la-guerre-en

 

Olivier Besancenot : « Une forme de paralysie politique travaille la gauche française sur la guerre en Ukraine »

 

Comment penser le conflit en tant que militant anticapitaliste ? De retour d’Ukraine, Olivier Besancenot estime que les forces progressistes du continent européen se doivent de soutenir plus franchement le peuple ukrainien, victime de l’impérialisme russe.

Laurent Geslin et Mathilde Goanec

11 mai 2022 à 19h26

Soutien de Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) lors de la dernière élection présidentielle, Olivier Besancenot, était en Ukraine entre le 3 et le 8 mai dernier, en compagnie de représentants de divers partis de gauche européens, dont le mouvement Ensemble.

 

 



La journaliste Anne-Laure Bonnel discréditée et censurée en France

Rentrée en France depuis moins de 15 jours, la journaliste, réalisatrice et reporter de guerre indépendante Anne-Laure Bonnel a été très bien reçue par Sud Radio pour une interview, mais connaît encore des déboires avec d’autres médias, notamment Libération et Le Monde – les « gauchistes », quoi… qu’elle n’aille pas perdre son temps et son énergie avec des David Servenay et autres anciens de Rue89, elle courrait de plus le risque de se faire massacrer par le pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi et toute sa bande de cybercriminels en délire, comme moi-même depuis 2008…

 

 

 

 



Assassinat d’Yvan Colonna : encore Cyprien Luraghi ?

Yvan Colonna est mort hier alors que l’enquête sur l’agression sauvage dont il a été victime le 2 mars 2022 commence tout juste et a déjà rapporté des éléments très clairs en faveur de l’assassinat, notamment l’enregistrement de cet acte par une caméra de surveillance, dont quelques images ont été diffusées par France 3 Corse et France 3 Marseille jeudi dernier.

Par ailleurs, la justification que l’agresseur a donnée à son geste est aujourd’hui mise à mal par le témoignage d’un ancien codétenu d’Yvan Colonna qui s’en dit très surpris, car d’après lui celui-ci était très discret et ne se mêlait de rien.

Dans ces conditions, et compte tenu de la personnalité de l’agresseur, il est tout à fait loisible de penser qu’il ait en fait commis un assassinat sur commande de chefs islamistes qui s’abstiennent de revendiquer quoi que ce soit, comme cela leur arrive parfois. Or, ceux-là sont tous aux ordres du pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi pour les attentats commis en France ou contre des Français depuis mars 2012.

Pourquoi donc ce dernier aurait-il ordonné l’assassinat d’Yvan Colonna ?

Je vois plusieurs raisons à cette commande.

D’abord, Yvan Colonna était un ami de Michel Ucciani, ancien nationaliste à l’honneur dans les médias depuis qu’il a écrit et publié sa propre biographie. J’en avais parlé sur ce blog le 30 janvier dernier, ici :

http://petitcoucou.unblog.fr/2022/01/30/michel-ucciani-ancien-braqueur-et-du-flnc-sur-tous-les-plateaux-tv/

Il se trouve que Michel Ucciani a eu aussi pour très bon ami un braqueur de banques qui fut dans les années 1990, alors qu’il était en cavale, l’amant de la soeur du pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi. Ce braqueur de banques n’est plus en vie, il a été retrouvé suicidé peu de temps après sa dernière sortie de prison, en 2006.

Cyprien Luraghi en parlait régulièrement sur les sites Rue89 et Le Post durant les premières années de ses harcèlements à mon encontre, de 2008 à 2010, il m’avait même menacée de mort de la part des amis du milieu du grand banditisme de cet ancien amant de sa soeur en le présentant comme son beau-frère, dont il aurait été lui aussi très proche, comme de tous ses amis du grand banditisme qui auraient été tous prêts à m’assassiner sur son ordre, ce qui avait été démenti en leur nom à tous par Michel Ucciani début juin 2010, et par Cathy Luraghi en personne deux ans plus tard, l’un et l’autre s’accordant à dire le pédophile mythomane, ce que les victimes de ses harcèlements sur les sites Rue89 et Le Post avaient déjà bien toutes remarqué :

http://justinpetitcoucou.unblog.fr/2015/01/25/des-menaces-de-cyprien-luraghi-sur-le-post/

Michel expliquait qu’en 1995 lui et ses amis avaient été dénoncés par une personne de l’entourage de Cathy Luraghi. On se doute bien qu’il s’agissait de son frère Pascal Edouard Cyprien Luraghi, lequel semble avoir toujours été jaloux de sa soeur et a de plus pour habitude d’écrire des « bouquins » délirants sur ses victimes : sa soeur et ses amis pour commencer avec son fameux roman de la série Le Poulpe intitulé « Pour cigogne le glas », moi depuis 2008, mais aussi, derechef, le braqueur de banques amant de sa soeur depuis son décès. Or, ce dernier le haïssait pour ce qu’il avait fait aux filles de sa soeur durant les neuf mois de détention préventive de leur mère après leur arrestation en 1995. Le pédophile et mythomane Pascal Edouard Cyprien Luraghi, de surcroît un habitué de la délation comme nous l’avons vu dans le cadre de mon affaire (il me dénonce calomnieusement pour tout et n’importe quoi auprès de diverses autorités depuis 2009), pouvait donc craindre sa sortie de prison pour deux bonnes raisons. Et en pareil cas, comme nous l’avons vu aussi dans le cadre de mon affaire, il n’attend pas les plaintes de ses victimes ni d’en avoir reçu une bonne correction, il prend les devants en attaquant à mort lui le premier. Il pourrait donc très bien avoir commandité le « suicide » de l’amant de sa soeur après sa sortie de prison en 2006, ce qui expliquerait parfaitement sa fixette sur ce suicide et ses causes, dont il tient à publier une version que les vrais amis du suicidé jugent farfelue.

Concernant sa propre biographie, Michel Ucciani a très bien fait de dégainer le premier, coupant ainsi l’herbe sous les pieds du soi-disant « écrivain » et « biographe » des uns et des autres, en réalité un mythomane qui prend son pied à calomnier toutes ses victimes, car c’est ainsi sa propre version, celle du premier intéressé lui-même, qui désormais s’est imposée partout, très certainement pour le plus grand déplaisir du mythomane.

Mais du même coup, il est certain que Pascal Edouard Cyprien Luraghi en veuille beaucoup à Michel Ucciani qu’il n’ose pas attaquer de front ou en personne, car il en a très peur, comme il l’avait dit publiquement en 2010 après sa première intervention dans notre conflit.

Il peut donc très bien, pour s’en venger, avoir décidé de faire assassiner son ami Yvan Colonna qui lui n’était pas libre de ses mouvements mais se trouvait à la merci de ses geôliers comme d’autres détenus, tel celui qui finalement l’a assassiné.

Voilà une première hypothèse qui à mon avis est tout à fait plausible.

Cet assassinat serait aussi, en même temps, une menace très personnelle de Pascal Edouard Cyprien Luraghi à l’encontre de Michel Ucciani.

Mais ces derniers temps, notamment à propos des séparatistes du Donbass, j’ai aussi quelque peu parlé du problème des autonomistes bretons, dont l’un, Erwan Castel, se trouve d’ailleurs aux côtés des russophones du Donbass depuis 2015.

Je l’ai encore évoqué le 7 mars à propos du taux de suicides en Bretagne, un record en Europe :

http://petitcoucou.unblog.fr/2022/03/07/michel-walter-bourreau-moderne/

C’est en fait la question de tous les séparatismes que met en valeur une recherche sérieuse des causes de l’invasion russe de l’Ukraine à compter du 24 février dernier.

Or, j’ai très souvent observé que le choix des cibles des attentats islamistes faisait écho à mes centres d’intérêts les plus récents, habituellement exprimés seulement dans la sphère privée, mais cette fois-ci de manière entièrement publique à propos de ce conflit.

Qui plus est, Yvan Colonna n’était pas seulement Corse, il était aussi Breton par sa mère, originaire de Laz, dans le Finistère.

Je vois donc là une excellente raison d’affirmer que l’assassinat d’Yvan Colonna a bien été commandité par mes harceleurs de la bande du pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi, comme la quasi totalité des attentats islamistes commis en France ou contre des Français depuis mars 2012.

 

 

https://www.ladepeche.fr/2022/03/21/mort-dyvan-colonna-quatre-questions-sur-la-mort-de-lassassin-du-prefet-erignac-10185463.php

Mort d’Yvan Colonna : quatre questions sur la mort de l’assassin du préfet Erignac

 

  • Yvan Colonna est décédé ce lundi 21 mars au soir des suites de son agression le 2 mars dernier, à la Maison centrale d'Arles où il était incarcéré. Yvan Colonna est décédé ce lundi 21 mars au soir des suites de son agression le 2 mars dernier, à la Maison centrale d'Arles où il était incarcéré.
    Yvan Colonna est décédé ce lundi 21 mars au soir des suites de son agression le 2 mars dernier, à la Maison centrale d’Arles où il était incarcéré. MINISTERE DE L’INTERIEUR – -

Justice, Faits divers, France – Monde

Publié le 21/03/2022 à 22:37 , mis à jour le 22/03/2022 à 10:22

l’essentiel

Yvan Colonna, militant indépendantiste corse reconnu coupable de l’assassinat du préfet Claude Erignac le 6 février 1998, a été agressé le 2 mars dernier par un détenu à la prison d’Arles. Dans le coma depuis, il est décédé ce lundi 21 mars.

Le détenu corse Yvan Colonna, très grièvement blessé par un autre détenu à la prison d’Arles le 2 mars dernier, et qui se trouvait depuis dans le coma, est décédé ce lundi 21 mars à Marseille. Retour en quatre points sur la mort du militant indépendantiste, reconnu coupable de l’assassinat du préfet Erignac.

Comment est-il mort ?

Yvan Colonna a été agressé, mercredi 2 mars, par un détenu condamné pour terrorisme, alors qu’il faisait de la musculation seul. Il a été victime « d’une strangulation à mains nues puis d’un étouffement », comme l’avait indiqué à l’époque le procureur de Tarascon.  »L’agresseur supposé, lui-même détenu, assurait un service d’entretien en qualité d’auxiliaire d’étage au moment des faits. » Dans le coma pendant plusieurs semaines, il est finalement décédé ce lundi.

Qui est son meurtrier présumé ?

Franck Elong Abé, un Camerounais de 36 ans détenu à la prison d’Arles pour des faits de terrorisme, est soupçonné d’être l’agresseur d’Yvan Colonna. Comme le rapporte BFMTV, celui s’est expliqué lors de sa garde à vue. Tout aurait commencé après une discussion avec le détenu corse. Les deux hommes auraient échangé sur la religion dans un local de cuisine de la prison et selon BFMTV l’indépendantiste corse aurait affirmé : « Je crache sur Dieu ».

Frank Elong Abe n’aurait pas supporté ces mots. Il aurait quitté la pièce et expliqué à un autre détenu ne plus vouloir croiser Yvan Colonna, alors même que les deux hommes avaient pour habitude de courir ensemble. « J’ai agi par amour, comme un crime passionnel. Je voulais venger Dieu », a expliqué Frank Elong Abe. « Je n’ai personne d’autre que Dieu dans ma vie. S’en prendre à Dieu, c’est sacré, cracher sur Dieu, c’est renier son caractère sacré », a-t-il confié aux policiers dans des propos rapportés par BFMTV. Il a cependant affirmé que son geste n’avait aucun caractère terroriste.

Quelles suites à cette agression ?

Dès le lendemain de l’agression, Franck Elong Abé a été entendu à Marseille par les enquêteurs de la police judiciaire, en charge de cette enquête pour « tentative d’assassinat », jusqu’à ce que le parquet antiterroriste s’en saisisse et annonce l’ouverture d’une enquête pour « tentative d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste ».

Des manifestations de soutien à Yvan Colonna ont eu lieu au fil des semaines en Corse. Des manifestations en marge desquelles des incidents, parfois violents, ont eu lieu. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin s’est alors rendu sur l’Ile-de-beauté la semaine dernière, qualifiant au passage l’agression du détenu corse de « manifestement terroriste ». Il a également annoncé, à l’occasion de cette visite, « être prêt à aller jusqu’à l’autonomie » de la Corse, avant d’assurer ce lundi sur RTL que « la Corse resterait française »

Que pourrait déclencher la mort d’Yvan Colonna ?

Dès l’agression d’Yvan Colonna, la colère s’est rapidement emparée de la Corse, où était demandé de longue date son rapprochement dans une prison de l’île. Le parti autonomiste du président du conseil exécutif de Corse Gilles Simeoni, Femu a Corsica, avait ensuite accusé l’Etat français de porter « une responsabilité majeure, accablante », dans l’agression.

Rassemblement devant le palais de justice de Bastia après l’annonce du décès d’Yvan Colonna. pic.twitter.com/Ipj9BdlrDU

— Corse-Matin \ud83d\udcf0 (@Corse_Matin) March 21, 2022

Les émeutes pourraient reprendre de plus belle, comme lors des premiers jours qui ont suivi l’agression où de violents affrontements sur le cours Napoléon et place du Diamant à Ajaccio ont eu lieu ; les manifestants scandant également  »Statu francesu assassinu! », « Etat français assassin », pour dénoncer « l’impunité de l’Etat français ». Des mobilisations où la jeunesse corse s’était également mobilisée. Un ferry avait d’ailleurs été empêché par des nationalistes d’accoster en Corse, avec plus de 250 personnes à bord.

A lire aussi : Corse : après une nuit « d’émeutes », les manifestations continuent sur l’île

Le Front de libération nationale corse (FLNC), groupe indépendantiste clandestin, pourrait d’ores et déjà appeler à reprendre les mobilisations. Des appels à manifester ont été lancés pour ce mardi 22 mars.

 

 

https://www.leparisien.fr/faits-divers/tentative-dassassinat-dyvan-colonna-sa-famille-choquee-par-la-diffusion-dimages-de-son-agression-veut-porter-plainte-18-03-2022-7LAWD5236RAYHADSATVSHCCNIQ.php

Tentative d’assassinat d’Yvan Colonna : sa famille «choquée» par la diffusion d’images de son agression, veut porter plainte

 

Plusieurs photos tirées d’une vidéo de la tentative d’assassinat de l’indépendantiste, enregistrée par une caméra de surveillance de la prison, ont été diffusées sur le site de France 3 Corse.

 

La famille d'Yvan Colonna entend porter plainte pour "violation du secret de l'instruction". Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP
La famille d’Yvan Colonna entend porter plainte pour « violation du secret de l’instruction ». Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP
 

Par Le Parisien avec AFP

Le 18 mars 2022 à 14h17

Plus de deux semaines après les faits, la famille d’Yvan Colonna s’est dite « choquée » par la diffusion jeudi soir d’images de son agression en prison sur le service public. Elle entend porter plainte pour « violation du secret de l’instruction », ont déclaré vendredi plusieurs de ses avocats. Dans le détail, dix photos tirées de la vidéo de la tentative d’assassinat enregistrée par une caméra de surveillance de la prison ont été diffusées jeudi soir sur le site de France 3 Corse.

Ces images n’étaient plus disponibles vendredi matin. Sollicité par l’AFP, France Télévisions n’a pas souhaité commenter. « La famille est choquée. Nous avons mandat de déposer plainte pour violation du secret de l’instruction et recel de cette violation auprès de la procureure de Paris », a indiqué Me Sylvain Cormier.



 

Un autre avocat d’Yvan Colonna, Me Emmanuel Mercinier-Pantalacci, a confirmé que la famille était « choquée » et que ce dépôt de plainte se ferait « sans délai ». Yvan Colonna est définitivement condamné depuis 2012 à la réclusion à perpétuité pour l’assassinat du préfet Claude Erignac en 1998.

Toujours entre la vie et la mort

Le 2 mars, à la prison d’Arles, celui qui est par ailleurs militant indépendantiste corse avait été très grièvement blessé par un détenu qui s’était acharné sur lui. Depuis, il se trouve toujours dans le coma entre la vie et la mort, dans un hôpital à Marseille. Une information judiciaire pour « tentative d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste » a été ouverte le 6 mars.

La justice a suspendu jeudi la peine d’Yvan Colonna pour « motif médical ». Cette annonce est intervenue au milieu de la visite de Gérald Darmanin en Corse qui a répété, pendant deux jours d’entretiens avec les élus corses, être prêt à mener des discussions pouvant « aller jusqu’à l’autonomie » de l’île.
 

 

https://www.lemonde.fr/politique/article/2022/03/18/interrogations-au-sein-de-france-televisions-apres-la-suppression-d-un-reportage-sur-l-agression-yvan-colonna_6118168_823448.html

Interrogations au sein de France Télévisions après la suppression d’un reportage sur l’agression d’Yvan Colonna

 

Diffusé à la fois sur France 3 Corse et France 3 Marseille, un sujet comportant des images de l’agression du militant nationaliste a été rapidement supprimé de leurs sites Internet.

Par Sandrine Cassini et Jacques Follorou

Publié le 18 mars 2022 à 18h25 – Mis à jour le 19 mars 2022 à 08h31

Autocensure de France Télévisions ou pression inavouée d’un gouvernement soucieux de ramener le calme en Corse ? C’est la question qui se pose au sein du groupe audiovisuel public depuis que la direction a ordonné, jeudi 17 mars, dans la soirée, le retrait de son site Internet de tout lien ou référence à un reportage de la rédaction de France 3 Corse sur l’agression, le 2 mars, d’Yvan Colonna, au sein de la prison d’Arles (Bouches-du-Rhône).Diffusé, jeudi, lors du journal télévisé de 19 heures, à la fois sur France 3 Corse et France 3 Marseille, le sujet, visionné par Le Monde, révèle le déroulé, images figées à l’appui, de l’attaque dont a été victime le militant nationaliste condamné pour l’assassinat, en 1998, du préfet Claude Erignac. D’une durée d’une minute et trente-six secondes, il montre Yvan Colonna entrer dans la salle de sport à 9 h 21. Moins d’une heure plus tard, à 10 h 13, Franck Elong Abé, condamné, en 2015, pour faits de djihadisme, arrive dans le couloir à hauteur de la salle. Chargé de tâches ménagères, en tant qu’auxiliaire, il entre en laissant son balai et son seau à l’extérieur.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Yvan Colonna : révélations sur les circonstances de sa violente agression en prison, une enquête ouverte pour « tentative d’assassinat »

Le nationaliste corse est alors installé, sur le ventre, le buste légèrement redressé, sur un appareil de musculation. Son agresseur referme la porte. Il se retourne et paraît vérifier par l’œilleton si des personnes se trouvent à proximité. Puis, il prend son élan et saute sur le dos de sa victime et commence, les mains encore couvertes de ses gants jaunes de ménage, à étrangler Yvan Colonna. Puis il se saisit d’un sac en plastique pour l’étouffer. L’assaillant quitte la salle à 10 h 22 en croisant un surveillant à qui il indique que le nationaliste corse vient de faire un malaise. Enfin, les images montrent Franck Elong Abé en train de reprendre ses affaires de ménage.

Famille choquée par ces images

Le gardien de prison découvre le prisonnier corse inconscient. Il est 10 h 24, moins de dix minutes après l’irruption de Franck Elong Abé qui est interpellé dans sa cellule et reconnaît avoir commis cet acte pour « venger son dieu ». Les deux enquêtes en cours – l’une, judiciaire, ouverte le 3 mars pour « tentative d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste » par le Parquet national antiterroriste, et l’autre, administrative, par l’inspection générale de la justice – permettront sans doute de faire la lumière sur l’ensemble des faits.

Le reportage prend garde de ne pas montrer d’images dégradantes de la victime. Ce scoop de France 3 Corse apporte, de plus, un élément supplémentaire à la dimension préméditée de l’acte et contredit, à certains égards, la version officielle. Devant la commission des lois de l’Assemblée nationale, mercredi 16 mars, le directeur de l’administration pénitentiaire, Laurent Ridel, a assuré que la porte de la salle de musculation où se trouvaient Yvan Colonna et Franck Elong Abé était restée ouverte, ce qui est démenti par les images de surveillance révélées par France 3 Corse.

Il vous reste 37.95% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

 

 

https://rmc.bfmtv.com/actualites/police-justice/mort-d-yvan-colonna-il-faisait-son-sport-il-ne-se-melait-de-rien-temoigne-un-ancien-codetenu_AV-202203220153.html

Mort d’Yvan Colonna: « Il faisait son sport, il ne se mêlait de rien » témoigne un ancien codétenu

 

LP
Le 22/03/2022 à 8:39

 

Après la mort d’Yvan Colonna, un ancien codétenu a contacté RMC pour témoigner ce mardi dans « Apolline Matin ». Ismaël assure que le militant indépendantiste corse, condamné à la perpétuité dans l’affaire de l’assassinat du préfet Erignac en 1998, était très discret en prison.

 

« Je suis ému qu’il soit parti parce que c’était quelqu’un de très, très gentil ». Ismaël, qui a été condamné pour vol à main armée, a contacté RMC ce mardi pour témoigner dans « Apolline Matin » après la mort d’Yvan Colonna la veille, agressé il y a trois semaines à la prison d’Arles par Franck Elong Abé, qui purgeait plusieurs peines dont une de neuf ans d’emprisonnement pour « association de malfaiteurs terroriste ». Le militant indépendantiste corse, condamné à la perpétuité dans l’affaire de l’assassinat du préfet Erignac en 1998, était incarcéré à Arles depuis 2012. Ismaël assure l’avoir côtoyé dans cette prison de 2014 à 2016.

Selon cet ancien codétenu, les explications de l’agresseur sur un « blasphème » prononcé par Yvan sont de « grosses conneries ». « Quand j’entends qu’on dit qu’il a blasphémé le prophète, ce n’est pas possible. Il faisait son sport, il ne se mêlait de rien. C’est incompréhensible, confie Ismaël à propos d’Yvan Colonna. J’ai été condamné pour vol à main armée. Je continuais à écrire à Yvan, on s’écrivait. Je ne pouvais pas demander le permis de visite parce que la directrice ne me l’aurait jamais donné. Le dernier échange, c’était il y a deux mois, quand il m’a envoyé les vœux. »

« Le problème de la prison en ce moment, c’est qu’il y a trop de psychiatriques »

Ismaël, qui ne connait pas Franck Elong Abé, estime que ce dernier « aurait dû rester à l’isolement ». « Il pouvait se trouver à la salle avec Yvan, les DPS (détenus particulièrement signalés) sont mélangés. Mais il n’aurait jamais dû s’y retrouver, il aurait dû rester à l’isolement. Le bâtiment où était Yvan, c’était un bâtiment particulier, on y met souvent des psychiatriques. Yvan était confronté à ça. C’est pour ça qu’il demandait le rapprochement en Corse depuis longtemps. Le problème de la prison en ce moment, c’est qu’il y a trop de psychiatriques. Tout est centralisé à Paris. Ils prennent des décisions qui ne correspondent pas à la réalité. Il y a une grosse responsabilité de l’administration centrale. Il y a la mort d’un homme, il faut qu’il y ait des conséquences. » Ismaël va « sûrement » se rendre aux obsèques d’Yvan Colonna.

LP

 

 

https://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20030716&article=6473340&type=ar

Un berger corse aux racines bretonnes

 

Publié le 16 juillet 2003 à 00h00

«Colonna ? Il est caché chez moi». La plaisanterie est à mettre au compte d’un adjoint au maire, agriculteur de son état.

 

��Colonna ? Il est caché chez moi». La plaisanterie est à mettre au compte d’un adjoint au maire, agriculteur de son état. Toutes les polices de France, de Corse et de Bretagne, traquent alors Yvan Colonna. Le juge antiterroriste Gilbert Thiel, qui a entre les mains le dossier de l’ARB, apprend que le tueur présumé du préfet Erignac est Breton par sa mère. Et c’est à Laz, dans le Finistère, où elle est née, que l’on cherche Yvan Colonna. L’insistance de la police et de la gendarmerie est à l’origine de cette petite provocation.

Une grande famille bretonne

A la différence de Polnareff qui a vanté le château de Laz, mais n’y a semble-t-il jamais mis les pieds, Yvan Colonna a bien une partie de ses racines dans cette petite commune de 713 âmes dont la notoriété doit autant à la complainte du chanteur qu’à une boîte de nuit à la réputation sulfureuse. Sa mère, née Cécile Marie-Louise Riou y a vu le jour en 1933. Son papa, Germain Riou et son épouse Jeanne Floc’hlay exploitent une petite ferme au lieu-dit Bigut. Le quartier, pauvre, est connu cependant pour la solidarité de ses habitants. Tout le monde parle évidemment breton. Cécile Riou à une soeur, Monique, qui vit à Paris et un frère, André, adjoint au maire de Guerlesquin (Finistère), adversaire politique acharné de Tilly. Plus au large, les Riou composent une grande famille très estimée à Laz. Parmi celle-ci, un cousin germain de Cécile, Jean-Yves Riou, exploitant agricole. Quelques personnes âgées, au bourg, ont conservé confusément des souvenirs de l’époque.

En vacances chez les grands parents

Cécile Riou épouse en 1957, à Cholet, Jean Hugues Dieudonné Colonna. Ils sont tous deux professeurs de sport. Yvan viendra parfois à Laz, pour des vacances, chez ses grands-parents. «On ne sait pas grand-chose de lui, mais ça m’a étonné son engagement, cela ne semblait pas être son genre, mais comment juger un petit enfant ?», glisse ce parent éloigné. «Il serait venu chez moi me demander l’asile, je lui aurais dit d’aller se rendre», complète-t-il. Il n’a pas vu les Colonna depuis une dizaine d’années. «La dernière fois, toute la famille est venue à Laz pour les obsèques des grands parents. C’était un couple très uni. Ils sont morts à huit jours exactement d’intervalle». Une autre fois, les Colonna se sont manifestés, par écrit, à l’occasion du décès d’une cousine.

Recherches policières

Le juge Gilbert Thiel, en Lorrain têtu, ne renonçait pas à mettre la main sur Colonna. Il n’a pas lésiné sur les moyens pour tenter de le retrouver. Laz constituait une piste improbable, mais sait-on jamais. RG, DNAT l’y ont cherché. «Certains disaient même l’avoir vu près du canal». Laz, qui a compté dans ses rangs un dynamiteur du FLB dans les années 70, n’a tendu qu’une oreille distraite à sa parenté avec Yvan Colonna. «Oui, on savait, sans plus», peut-on entendre à l’heure du café au P’Tit Bar.

 



Cyprien Luraghi a eu sa guerre, il en jouit

Cyprien Luraghi a eu sa guerre, il en jouit dans AC ! Brest

 

 



12345...159

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo