Un attentat islamiste oublié à Béziers début septembre 2001

 

https://www.marianne.net/societe/terrorisme/dix-jours-avant-le-11-septembre-2001-lattentat-oublie-de-beziers

Dix jours avant le 11 septembre 2001, l’ »attentat » oublié de Béziers

 

L’affaire du dimanche

Par

Publié le 12/09/2021 à 6:00

 

Dans la nuit du 1er au 2 septembre 2001, dix jours avant l’attaque des tours jumelles du World Trade Center à New York, le jeune Safir Bghioua s’en prend aux forces de l’ordre de Béziers, assurant vouloir mourir en martyr. Bilan : un mort, deux voitures détruites, et une nuit d’angoisse… Retour sur un étrange « attentat » tombé dans l’oubli.

 

« Je pense que c’était le premier attentat islamiste du XXIe siècle sur le territoire français, mais il n’a pas été reconnu comme tel », lâche Raymond Couderc.

Lire la suite ICI.

 

Oui, c’est ça, et il y eut bien d’autres évènements annonciateurs du 11 septembre 2001 cette année-là, particulièrement durant l’été, et les initiés se marraient déjà bien au printemps. Je m’en souviens très bien, je n’ai pas encore tout oublié…

Rien d’étonnant à ce que ce soit un malade mental de Béziers qui à compter du printemps 2010 se présente de lui-même comme le fer de lance de toutes les attaques que je vais désormais subir tout autant dans les prétoires que sur la toile et en tout autre lieu où je tente de m’exprimer ou d’exister…

 



Henri Lafont et ses « déconnologues » de la rue Lauriston…

 

 

… ou comment l’Histoire a tendance à se répéter…

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Lafont

Henri Lafont

Page d’aide sur l’homonymie
Pour les articles homonymes, voir Lafont.
Page d’aide sur l’homonymie
Ne doit pas être confondu avec Henri Lafond.
Page d’aide sur l’homonymie
Ne doit pas être confondu avec Henry Lafont.

 

Henri Lafont
Image dans Infobox.
Photographie d’identité judiciaire d’Henri Chamberlin, dit Henri Lafont, en mai 1944.
Biographie
Naissance

Paris

Décès
      (à 42 ans)

Fort de Montrouge

Nom de naissance
Henri Louis Chamberlin
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour

modifiermodifier le codemodifier WikidataDocumentation du modèle

Henri Chamberlin, dit Henri Lafont, né dans le 13e arrondissement de Paris le 22 avril 19021 et mort fusillé au fort de Montrouge à Arcueil le 26 décembre 1944, est un repris de justice français qui, durant la Seconde Guerre mondiale, fut le chef de la Gestapo française (la « Carlingue ») sous l’occupation allemande. Il incarne la collusion entre la pègre française et les autorités nazies pendant l’Occupation, tant pour le pillage de richesses, la persécution et la spoliation des juifs, que pour la traque et la torture de résistants français.

Jeunesse

Henri Louis Chamberlin grandit dans un milieu populaire, son père étant ouvrier clicheur et sa mère journalière. Son père meurt quand il a 11 ans2 et sa mère l’aurait abandonné le jour même de l’enterrement, en 19123. Livré à lui-même, il traîne souvent dans le quartier des Halles à Paris, et exerce de nombreux métiers, de manœuvre à coursier.

En 1919, il est condamné à la maison de correction jusqu’à sa majorité pour vol de bicyclette. À sa sortie, il est incorporé au 39e régiment de tirailleurs algériens. Rendu à la vie civile deux ans plus tard, il est condamné en correctionnelle à deux ans de prison, assortis de dix ans d’interdiction de séjour, pour le recel d’une automobile volée. Il se marie à la maison d’arrêt de la ville d’Aix-en-Provence le 26 avril 1926 à Rebecchi Arzia1, avec qui il aura deux enfants, Pierre et Henriette.

À sa sortie de prison, il se fixe à Saint-Jean-de-Maurienne où il trouve un emploi. À la suite d’un vol de 2 000 francs dans la caisse du magasin qui l’emploie, il est envoyé au bagne de Cayenne, d’où il s’évade 4. Il change de nom à plusieurs reprises (Norman, puis Lafont).

De Chamberlin à Lafont

Au début de 1940, Chamberlin est gérant d’un garage Simca à la Porte des Lilas sous le nom d’Henri Lafont où il noue quelques contacts avec des policiers. En mars, il réussit à devenir gérant du mess de l’Amicale de la préfecture de police. Il cherche à s’engager dans l’armée, et manque de se faire arrêter. Il s’engage alors dans la brigade des « volontaires de la mort » peu regardante sur le passé des recrutés, laquelle est toutefois dissoute deux mois plus tard. Il est arrêté à Paris pour insoumission (désertion) . En juin 1940, il est emprisonné à la prison du Cherche-Midi, puis, à la suite de l’avancée de la Wehrmacht, au camp de Cepoy. C’est là qu’il rencontre deux espions Allemands et un Suisse, internés à la déclaration de guerre, avec lesquels il s’évade.

« Pourquoi ne pas travailler avec nous ? »

Il rejoint Paris, désormais occupé, avec ses compagnons d’évasion et se fait promptement recruter par ces derniers, tous trois membres de l’Abwehr.

Lafont dira plus tard à l’un de ses avocats :

« Au début, cette histoire d’Allemands ne me plaisait guère. Si les gars d’en face, les Résistants, m’avaient proposé quelque chose, je l’aurais fait. Il n’y a pas de doute. Et je n’aurais pas fait de cadeaux aux fritz ! Seulement voilà, à l’époque, des résistants, j’en ai pas connu, j’en ai pas vu la couleur. Je ne savais même pas ce que c’était. C’est à cela que tient le destin d’un homme : un petit hasard, une histoire d’aiguillage. Ou alors c’est la fatalité ! »

Il est installé par l’agent Max Stocklin, rue Tiquetonne dans un bureau d’achats pour le compte de la Wehrmacht, officine chargée de s’approprier des richesses françaises, doublée d’une basse police. Il achète toutes sortes de produits, des vêtements aux meubles en passant par les denrées alimentaires. Un second bureau s’ouvre rue Cadet et un troisième rue du Faubourg-Saint-Antoine. Il joue les utilités et se fait remarquer par Hermann Brandl, agent spécial de l’Abwehr, et par le capitaine Wilhem Radecke de la Wehrmacht. Il déménage deux fois pour finalement s’installer au 93 rue Lauriston. Avant-guerre, l’immeuble est la propriété de Mme Weinberg5.

Lafont prend l’initiative, dès juillet 1940, d’aller recruter vingt-sept malfrats, en compagnie de Radecke à la prison de Fresnes. Le colonel Reile, supérieur de Brandl et Radecke, ordonne l’arrestation de Lafont en apprenant la libération des détenus.

Radecke prévient Lafont et lui propose de retrouver l’un des chefs de la résistance antinazie, le Belge Lambrecht recherché par l’Abwehr, dont la capture lui vaudrait la faveur des autorités allemandes. Lafont arrête Lambrecht en zone libre et, aidé par Robert dit « le fantassin », de Hirbes dit « la rigole » et Estebéteguy dit « Adrien la main froide » ou « Adrien le Basque » (qui finira ses jours dans les chaudières du docteur Petiot), le ramène à Paris au siège de la Gestapo, dans le coffre de sa voiture, pieds et poings liés. Là, il le torture de ses propres mains. Le résultat aboutit au démantèlement du réseau de contre-espionnage belge à la suite de l’arrestation de 600 personnes.

Il intègre la police allemande sous le matricule 6474 R6.

Sa bande se compose d’une centaine de permanents sur lesquels il règne en maître et qui bénéficie d’une impunité quasi-totale. Il instaure un système de sanctions pour ceux qui feraient des écarts aux règles édictées, allant de la simple amende jusqu’à la peine de mort. La bande est composée de gangsters et autres malfrats, mais aussi de policiers véreux, dont le plus connu, l’ancien « premier policier de France » Pierre Bonny, devient le second de Lafont.

Échec à Alger

Vers la fin de l’année 1940, Hermann Brandl demande à Lafont de faire passer un agent de liaison en Afrique du Nord pour y installer un émetteur clandestin en communication avec les services allemands. Lafont s’installe avec son équipe au Cap Doumia près d’Alger. Mais deux des complices sont arrêtés par la police et la mission échoue. Lafont est condamné à mort par contumace.

Pillage et tortures

Les Allemands utilisent la bande Bonny-Lafont pour tenter de mater la Résistance, et celle-ci se révèle redoutablement efficace.

La pratique de la torture pendant les interrogatoires est monnaie courante : arrachage des ongles, limage des dents, nerf de bœuf, coup de poing, de pied, brûlure à la cigarette ou à la lampe à souder, mais aussi le supplice de la baignoire glacée, de l’électricité, etc.

Les hommes de la bande auraient aussi perpétré des assassinats commandités par les Allemands7.

En 1942, la « carlingue » passe sous l’autorité de la Gestapo. Lafont se démène pour plaire à ses nouveaux supérieurs, notamment en offrant une somptueuse Bentley comme cadeau de mariage à Helmut Knochen, adjoint d’Heydrich chargé d’implanter la police secrète en France8.

Début 1942, il s’entend avec le Devisenschutzkommando (DSK) (Détachement pour la mise en sûreté des devises), installé au 5, rue Pillet-Will, qui est chargé des devises et de la lutte – très lucrative – contre le marché noir. Dans les trafics, il obtient jusqu’à 20 % de commission.

Il s’agit de s’introduire dans la bonne société, de mettre en confiance ses interlocuteurs, de se concentrer sur les personnes ayant des ennuis et désireuses de cacher de l’argent en Suisse ou d’obtenir des laissez-passer. Lors du rendez-vous, les membres de l’équipe sortent leur carte de police allemande ou française et accaparent les devises, or, meubles à des prix bradés. Quand il s’agit d’un Juif, tout lui est confisqué, puis il est emmené au SD de l’avenue Foch. De nombreux cambriolages sont également perpétrés, sous couvert de « perquisitions ».

Les trésors s’accumulent rue Lauriston ; un jour de décembre 1942, Lafont partage le butin de l’ancienne ambassade américaine, composé de vaisselle de luxe, avec les principaux chefs allemands de Paris.

Lafont mène la grande vie, jouissant de voir des gens importants lui faire des demandes. Il organise beaucoup de soirées mondaines où il multiplie les contacts et devient incontournable grâce aux faveurs qu’il distribue. Pour distraire ses chefs, il les emmène dans les grands cabarets et établissements de nuit de la capitale dont le One-Two-Two. Ayant obtenu la nationalité allemande avec le grade de capitaine, il fait la tournée des établissements de nuit parisiens, que par ailleurs sa bande rackette, en uniforme allemand, ce qui déplait aux services de renseignement de la Wehrmacht.

Il y a beaucoup d’habitués du « 93 », comme le préfet de police Amédée Bussière, le journaliste Jean Luchaire, l’actrice Yvette Lebon et sa fille, ainsi que beaucoup de femmes appelées les « comtesses de la Gestapo ». Lafont tutoie Pierre Laval9. Les rapports avec d’autres collaborationnistes, comme Fernand de Brinon, sont plutôt mauvais.

En 1943, la bande inflige de lourdes pertes au réseau Défense de la France dont une soixantaine de membres sont arrêtés. Cependant, Défense de la France survit à ce coup dur. Parmi les personnes arrêtées se trouve Geneviève de Gaulle, nièce du général, arrêtée le 20 juillet 1943 par l’ancien inspecteur Bonny.

D’autres gestapistes parisiens ont existé, avec lesquels la bande Laffont-Bony est entrée en conflit pour le pouvoir : la « bande des Corses », la « Gestapo de Neuilly » dirigée par Frédéric Martin alias Rudy de Mérode, un temps associé avec Gédéon van Houten. La bande de Lafont, appuyée par la Gestapo allemande, en raison de sa nocivité particulière pour les réseaux de Résistance, parvient à les faire déporter.

Au début de l’année 1944, Henri Lafont se voit désormais en chef de guerre, propose et crée la Brigade nord-africaine, composée essentiellement d’hommes originaires d’Afrique du Nord, avec le nationaliste algérien Mohamed el-Maadi (ancien officier français membre de la Cagoule, groupe clandestin d’extrême droite)10. Portant l’uniforme milicien, la brigade prend part à des combats contre la résistance intérieure française, les Maquis du Limousin (trois sections participent aux combats contre le maquis de Corrèze notamment Tulle), puis le Périgord qui est le département de la Dordogne (une section) avec le massacre de 52 otages à Mussidan11 Sainte-Marie-de-Chignac 23 otages exécutés12, ou encore 26 otages fusillés où il y avait Georges Dumas (résistant), parmi les otages dans une carrière désaffectée des environs de Brantôme placé sous le commandement d’Alexandre Villaplane13 et en Franche-Comté (une section). La légion est dissoute en juillet 1944 quand la troupe se disperse. Certains des anciens membres suivent Mohamed el-Maadi en Allemagne et d’autres rejoignent la SS Freies Indien Legion.

La fin de la guerre

En août 1944, les gens compromis dans la collaboration fuient Paris vers l’Allemagne, Sigmaringen, Baden-Baden, Steinhorst.

Lafont s’installe dans sa ferme des Baslins à Bazoches-sur-le-Betz laissant derrière lui les locaux de la rue Lauriston abandonnés, en demandant toutefois à Pierre Bonny de détruire les fichiers. Il est accompagné de sa maîtresse, de ses deux enfants ainsi que de Bonny et sa famille. Ils comptaient tous attendre que la situation redevienne normale pour ensuite fuir en Espagne et récupérer une partie du magot accumulé. Des FFI locaux, ignorant leur identité, réquisitionnèrent leurs voitures, une Bentley et une Jaguar14.

Cet imprévu obligea Lafont à envoyer le fils de Bonny à Paris à bicyclette pour obtenir des voitures de Joseph Joanovici.

Joanovici, dit « le chiffonnier milliardaire », fut agent du Komintern, de la Gestapo et soutien du mouvement de résistance Honneur de la Police. Il livre Lafont et sa bande à l’inspecteur Morin en lui indiquant la ferme.

Le 30 août 1944 au matin, la ferme est encerclée et Lafont et ses acolytes sont arrêtés sans résistance. Cinq millions de francs en liquide, des bijoux, des armes et des papiers sont saisis.

Procès et sentence

Henri Lafont et ses
Henri Lafont à gauche au premier plan, à côté de Pierre Bonny, lors du verdict rendu le 11 décembre 1944, qui les condamne tous deux à mort.

Pierre Bonny et Henri Chamberlin dit Lafont, sont interrogés à la Conciergerie.

Devant le magistrat instructeur, Pierre Bonny avoue tout et cite plus de mille noms impliqués dans « l’affaire de la rue Lauriston ». Un vent de panique se répand à Paris surtout après la révélation d’un marché noir de faux certificats de résistant.

Le procès commence le 1er décembre 1944 pour finir le 11 décembre15. Quelques personnes témoignent en faveur de Lafont pour service rendu, y compris des résistants pour lesquels il aurait eu une indulgence ou dont il aurait sauvé un membre de la famille. La police retrouve à la ferme, dans un bac à linge sale, 2,5 millions de francs en petites coupures.

Lors du verdict (ils sont tous les deux condamnés à mort), Pierre Bonny doit être soutenu par les gendarmes alors que Lafont a le sourire aux lèvres et est très détendu.

Le 26 décembre, au moment d’être fusillé au fort de Montrouge, Lafont adresse quelques mots à son avocate maître Drieu : « Je ne regrette rien, Madame, quatre années au milieu des orchidées, des dahlias et des Bentley, ça se paie ! J’ai vécu dix fois plus vite, voilà tout. Dites à mon fils qu’il ne faut jamais fréquenter les caves. Qu’il soit un homme comme son père ! ». Il est 9 h 50, Henri Chamberlin dit Lafont est attaché au poteau, la tête découverte et la cigarette aux lèvres.

Dans la biographie romancée qu’elle a consacrée à Marga, Comtesse de Palmyre16, Marie-Cécile de Taillac rapporte qu’Henri Lafont (qui aurait été un temps l’amant de l’héroïne), aurait lancé à son défenseur avant d’être fusillé : « Cela m’est égal de mourir. J’ai vécu dix vies, je peux bien en perdre une ! » Peu de temps auparavant, marchant vers le peloton d’exécution, il aurait dit : « On devrait moderniser tout cela — envoyer une belle nana, par exemple, à la place d’un curé. »

La French Connection aurait été financée par l’argent de la Carlingue par l’intermédiaire d’Auguste Ricord, agent de Lafont, arrêté en septembre 1972, jugé et condamné aux États-Unis.

Notes et références

  1. Marie-Cécile de Taillac, Marga, Comtesse de Palmyre, Paris, Belfond, 1995, 231 p. (ISBN 978-2-7144-3281-0, OCLC 406686730)

Annexes

Bibliographie

Bande dessinée

      • Il était une fois en France, par Fabien Nury et Sylvain Vallée
        • tome 1 : « L’empire de Monsieur Joseph », Glénat 2007
        • tome 2 : « Le vol noir des corbeaux », Glénat 2008
        • tome 3 : « Honneur et Police », Glénat 2009
        • tome 4 : « Aux armes, citoyens ! », Glénat 2010
        • tome 5 : « Le petit juge de Melun », Glénat 2011
        • tome 6 : « La Terre Promise », Glénat 2012

Articles connexes

Liens externes

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gestapo_fran%C3%A7aise_de_la_rue_Lauriston

Gestapo française de la rue Lauriston

Gestapo française
Histoire
Fondation
Dissolution
Cadre
Type
Pays
Coordonnées

 dans Crime

modifiermodifier le codemodifier WikidataDocumentation du modèle

Page d’aide sur l’homonymie
240px-Plaque_Gestapo_fran%C3%A7aise%2C_93_rue_Lauriston%2C_Paris_16 dans Folie
Plaque commémorative, rue Lauriston, en hommage aux victimes de la Gestapo française.
220px-Ex-si%C3%A8ge_de_la_Gestapo_rue_Lauriston_3 dans LCR - NPA
Immeuble 93 rue Lauriston.

La Gestapo française de la rue Lauriston, ou la Carlingue, est le nom donné à l’une des officines de la Gestapo française, installée au 93, rue Lauriston dans le 16e arrondissement de Paris entre 1941 et 1944, durant l’occupation du pays par les forces armées du IIIe Reich, et responsable de nombreuses exactions sous la direction d’Henri Lafont et de Pierre Bonny

Une officine parallèle a été créée en 1942 au 3-5, rue Mallet-Stevens après l’arrestation d’Eric et Hélène Allatini.

Historique

Ce groupe rassemble des membres du milieu, comme les truands Henri Chamberlin dit Lafont (leur chef) ainsi qu’Abel Danos et quelques anciens policiers révoqués, en premier lieu Pierre Bonny1. Les liens avec l’occupant leur permettent de nombreux trafics, avec des personnages louches tels que Joseph Joanovici.

Ils sont à l’origine de la Légion nord-africaine, engagée dans la répression contre les maquis à Tulle (voir répression contre les maquis de Corrèze).

Selon le policier à la retraite Henri Longuechaud, « On peut être scandalisé par le chiffre de 30 000 à 32 000 souvent avancé [comme effectifs de la Carlingue]… À Paris, lorsque l’occupant lance un avis de recrutement pour 2 000 policiers auxiliaires à son service, il aurait reçu pas moins de 6 000 candidatures »2.

Les principaux membres ont été jugés et condamnés à mort à la Libération.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Références

  1. Henri Longuechaud, Conformément à l’ordre de nos chefs, page 58, cité par Maurice Rajsfus in Maurice Rajsfus, La police de Vichy : les forces de l’ordre françaises au service de la Gestapo, 1940-1944, Paris, Cherche-Midi, coll. « Documents », 1995, 286 p. (ISBN 978-2-86274-358-5, OCLC 33362188) (page 51).

Annexes

Bibliographie

Études et essais

  • Grégory Auda, Les belles années du « milieu », 1940-1944 : le grand banditisme dans la machine répressive allemande en France, Paris, Michalon, 2002, 254 p. (ISBN 2-84186-164-3, OCLC 50493997).
    Réédition : Grégory Auda, Les belles années du « milieu », 1940-1944 : le grand banditisme dans la machine répressive allemande en France, Paris, Michalon, 2013, 2e éd., 253 p. (ISBN 978-2-84186-678-6).
  • Jean-Marc Berlière, Polices des temps noirs : France, 1939-1945, Paris, Perrin, 2018, 1357 p. (ISBN 978-2-262-03561-7, présentation en ligne [archive]).
  • Cyril Eder, Les Comtesses de la Gestapo, Paris, Grasset, 2006, 257 p. (ISBN 978-2-246-67401-6, OCLC 723952731)
  • Serge Jacquemard, La Bande Bonny-Lafont, Paris, Fleuve noir, coll. « Crime story » (no 10), 1992, 217 p. (ISBN 978-2-265-04673-3, OCLC 40382542)
  • Philippe Aziz, Au service de l’ennemi : la Gestapo française en province 1940-1944, Paris, Fayard, 1972, 186 p. (OCLC 417371268).
  • Philippe Aziz, Tu trahiras sans vergogne : histoire de deux collabos, Bonny et Lafont, Paris, le Livre de poche, coll. « Le Livre de poche » (no 3457), 379 p. (OCLC 1206738).
  • Jacques Delarue, Trafics et crimes sous l’Occupation, Paris, Fayard, coll. « Grands documents contemporains », 1993 (1re éd. 1968), 496 p. (ISBN 978-2-21303-154-5, OCLC 722598561)
    Édition revue et augmentée.
  • Jean-François Miniac, Les Grandes Affaires criminelles du Doubs, Romagnat, De Borée, 2009, 362 p. (ISBN 978-2-84494-959-2, OCLC 690431283). (sur le carlingue Roger Griveau)
  • Patrice Rolli, La Phalange nord-africaine (ou Brigade nord-africaine, ou Légion nord-africaine) en Dordogne: Histoire d’une alliance entre la Pègre et la Gestapo (15 mars-19 août 1944), Éditions l’Histoire en Partage, 2013, 189 pages (sur Alexandre Villaplane et Raymond Monange essentiellement)

Littérature

Filmographie

Articles connexes

Lien externe

  • Guy Penaud, L’inspecteur Pierre Bonny. Le policier déchu de la « Gestapo française » du 93, rue Lauriston, Paris, L’Harmattan, 2011, 260 p. (ISBN 978-2-296-55108-4, lire en ligne [archive]), p. 157 et suiv. D’autres anciens policiers révoqués se retrouvent également aux côtés des malfrats de la bande Lafont : Paul Maillebuau ainsi que des inspecteurs Bérard et Pehou, ces derniers étant probablement recrutés par Bonny lui-même, ou encore Jean Bernolles. Voir (en) Simon Kitson, Police and Politics in Marseille, 1936-1945, Leiden, Brill, 2014, 326 p. (ISBN 978-90-04-26523-3, lire en ligne [archive]), p. 138.

 



Nouveaux problèmes de connexion…

Quand je ne publie rien, je suis toujours tranquille, tout fonctionne sans aucun problème.

Mais quand je publie, je constate parfois que le fort mécontentement de mes lecteurs les plus assidus se traduit aussitôt par des coupures de ma connexion, comme c’est encore le cas depuis ma dernière publication, celle d’hier matin.

Vous êtes pénible, M. Nemrod.

On sait bien que vous auriez grandement aimé être informaticien, mais vous n’en êtes pas.

Pirater ne fait pas de vous un informaticien, encore moins un ingénieur.

Moi, par contre, j’en suis effectivement.

Que vous le vouliez ou non.



Pédocriminalité : les victimes sont invitées à se faire connaître de la justice

Les temps changent, il n’est apparemment plus question de conspuer les victimes de pédophiles qui tenteraient de dénoncer leurs agresseurs, même plus de quarante ans après les faits présumés de viol, encore moins de les faire interner en psychiatrie pour les faire taire, comme cela se faisait encore très couramment il n’y a pas si longtemps, mais au contraire de les rechercher et les écouter.

C’est l’avocat d’Outreau devenu ministre de la Justice qui demande aujourd’hui à tous les parquets de France de généraliser les pratiques adoptées par celui de Paris en la matière.

L’on notera par ailleurs que j’ai encore de gros problèmes de connexion depuis ma dernière publication d’hier, que bien évidemment Jean-Marc Donnadieu est venu commenter :

 

http://satanistique.blogspot.com/2021/03/qui-viole-une-niece-viole-en-liesse.html#comment-form

1 commentaire:

Pédocriminalité : les victimes sont invitées à se faire connaître de la justice dans AC ! Brest 2260

C’est pour quand l’article ?

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/au-moins-10-000-victimes-de-pedocriminalite-dans-l-eglise-depuis-1950-20210302

RépondreSupprimer

 

Je vous ai déjà répondu sur ce sujet, M. Nemrod. Faites l’article vous-même, puisque vous en voulez un de plus que celui du Figaro ou des autres médias qui informent déjà le public sur le problème de la pédocriminalité dans l’Eglise.

De mon côté, je fais ce que je veux et n’ai aucun ordre à recevoir de qui que ce soit, et surtout pas d’un des assassins de ma famille.

Pour ceux qui découvriraient aujourd’hui nos échanges un peu spéciaux, je précise que ce monsieur qui me harcèle gravement depuis le printemps 2010 avec la bande de « déconnologues » du pédophile notoire et malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi a aussi vainement harcelé mon père pour qu’il me fasse interner en psychiatrie, tout en me harcelant, moi, tout aussi vainement, pour que je le dénonce pour inceste – un problème qui a sans aucun doute pourri leurs vies familiales mais pas la nôtre…

Ils ne manquent pas d’air, ces messieurs et dames « déconnologues »…

Dès l’été 2010, après m’avoir inventé une liaison totalement délirante avec le dénommé Joël Roma et en avoir publié tous les détails très croustillants, sous prétexte que je démentais le tout en le qualifiant d’affabulations délirantes, ce dont il s’agissait effectivement entièrement, le mythomane, harceleur et calomniateur public Pascal Edouard Cyprien Luraghi avait d’abord publié un nouvel article dans lequel il me traitait de « menteuse » et de « mythomane » pour ce motif, puis il s’était mis à harceler Joël Roma lui-même par courriels et par téléphone en lui demandant, à lui, de confirmer toutes ses inventions délirantes nous concernant, telles qu’il les avait déjà publiées…

Et de s’étonner qu’en réaction l’intéressé quitte définitivement le giron de l’extrême-gauche brestoise et de sa patronne la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest pour aller se réfugier dans celui de la force « politique » a priori la plus radicalement opposée, celle du Front national…

 

 

https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/l-ancien-ministre-jean-michel-baylet-accuse-de-viols-sur-mineur-7900003826

L’ancien ministre Jean-Michel Baylet accusé de viols sur mineur

 

L’ancien président du PRG réfute ces accusations pour des faits qui remonteraient à plus de 40 ans.

 

Jean-Michel Baylet, en décembre 2012 au Sénat (Archives).
Jean-Michel Baylet, en décembre 2012 au Sénat (Archives). Crédit : AFP / JACQUES DEMARTHON
publié le 01/03/2021 à 23:18

 

Accusé de viols et d’agressions sexuelles sur mineur, l’ancien ministre Jean-Michel Baylet a été auditionné jeudi 25 février à Paris par la brigade de protection des mineurs, informe l’AFP ce lundi. Entendu en audition libre, l’ancien patron du Parti Radical de Gauche (PRG) « a formellement contesté ces allégations mensongères et apporté toutes les précisions nécessaires » pour des faits prescrits qui remonteraient à 41 ans, a réagi son avocat, Me Jean-Yves Dupeux, dans un communiqué.

Le parquet de Paris a pris l’habitude d’ouvrir systématiquement des enquêtes sur les accusations de violences sexuelles contre des mineurs, même si les faits sont apparemment prescrits, afin de vérifier les faits et de rechercher d’éventuelles autres agressions non prescrites. Le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti a demandé lundi aux procureurs de France de généraliser cette pratique, alors que les témoignages et les accusations de violences sexuelles sur mineurs se sont multipliés ces derniers mois.

Âgé de 74 ans, Jean-Michel Baylet a été secrétaire d’État puis ministre entre 1984 et 1993, sous la présidence de François Mitterrand, puis à nouveau entre 2016 et 2017, à la fin du mandat de François Hollande, cette fois de l’Aménagement du Territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales. Actuel maire de Valence-d’Agen (Tarn-et-Garonne), il est également un des propriétaires et le président du groupe de presse La Dépêche du Midi.

La rédaction vous recommande

 



Qui viole une nièce viole en liesse toute une jeunesse…

Après l’affaire du chirurgien pédophile Joël Le Scouarnec, voici venue celle du policier de Nanterre et de ses accolytes pédophiles…

Verrons-nous bientôt sortir celle du malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi de Puy-l’Evêque ?

Pédophile notoire, trafiquant de drogue, contrebandier, pirate informatique, harceleur et calomniateur de profession, assassin et terroriste islamiste pour ses loisirs, il a indéniablement bénéficié de la protection de ses amitiés policières durant toute sa carrière criminelle.

 

https://www.ladepeche.fr/2021/02/28/un-ancien-policier-de-nanterre-juge-pour-le-viol-dune-douzaine-denfants-dont-ses-deux-nieces-originaires-doccitanie-9400065.php

Un ancien policier de Nanterre jugé pour le viol d’une douzaine d’enfants dont ses deux nièces originaires d’Occitanie

  • Il est également poursuivi pour enregistrements et diffusion de vidéo pédopornographiques. Il est également poursuivi pour enregistrements et diffusion de vidéo pédopornographiques.
    Il est également poursuivi pour enregistrements et diffusion de vidéo pédopornographiques. – DDM-MARC SALVET
Publié le 01/03/2021 à 07:01

l’essentiel

Un ex-policier de Nanterre est jugé à partir de ce lundi, devant la cour criminelle départementale de Versailles pour des viols et attouchements sexuels sur de très jeunes enfants, dont ses deux nièces originaires d’Occitanie.

Une terrible affaire de pédocriminalité est jugée à Versailles, ce lundi 1er mars, devant la cour criminelle départementale des Yvelines. « Nausée », « haut-le-cœur », « dégoût », sont les mots qui reviennent souvent à l’évocation de ce dossier hors norme où il est question de viols sur de très jeunes enfants, dont certains résidaient en Occitanie.

Toute cette semaine, un ancien policier de 36 ans, gardien de la Paix à Nanterre, est jugé pour viols, attouchements, enregistrement de vidéo pédopornographiques, détention et diffusion d’images, sur mineurs de moins 15 ans.

Au total, 26 parties civiles sont représentées dont ses deux nièces et des enfants d’amis. L’enquête des policiers de la sûreté départementale des Yvelines a mis au jour une douzaine de victimes, filles et garçons, âgés de 4 mois à 12 ans au moment des faits, sur une période allant de 2012 à 2018, en Occitanie mais aussi dans les Landes et en Seine-Maritime.

Lorsqu’en 2018 les enquêteurs travaillent sur cette affaire, les gendarmes de Verrières-en-Anjou (Maine-et-Loire) interpellent et placent en garde à vue un homme aujourd’hui âgé de 27 ans, dans le cadre d’une autre enquête. Les militaires avaient alors été alertés par la plateforme Pharos, signalant des contenus illicites sur le web. Ce suspect, domicilié à Angers et se faisant appeler « Panda bleu » sur le net, était en lien avec l’ex-policier. Les deux hommes sont alors accusés d’échanger photos et vidéos pédopornographiques via des messageries cryptées. Ce dossier fait l’objet d’une procédure à part notamment pour tortures et actes de barbaries sur des enfants. Arrêté à son tour, l’ex-fonctionnaire de police nie dans un premier temps toute accusation de pédocriminalité avant de passer aux aveux. À son domicile, les enquêteurs découvrent sur son ordinateur 237 000 photos et 6 847 vidéos mettant en scène des enfants avec des adultes.

Parmi ces collections de l’horreur, des images de cadavres d’enfants avec lesquels des adultes ont des relations sexuelles. Durant une petite dizaine d’années, cet homme avait l’habitude de filmer ses mises en scène avec ses très jeunes proies, caméra GoPro sur la poitrine ou posée sur un trépied, avant de diffuser les images sur le darknet, ce réseau caché sur internet utilisant des protocoles spécifiques pour ne pas être détectés.

Baby-sitter chez sa sœur

Pour faire partie de la communauté des pédocriminels du net, il aurait ainsi diffusé et partagé des images suffocantes d’attouchements et de viols sur des enfants. Comme un rite de passage obligé. En retour, il aurait eu accès au téléchargement d’un guide pratique du parfait prédateur contenant toutes sortes de conseils pour mieux approcher les enfants, selon leur âge et en utilisant des vocables adaptés. Sous son lit, plusieurs cartes postales échangées avec le suspect arrêté par les gendarmes, peu de temps avant, sont retrouvées avec des photos d’enfants sodomisés.

En Occitanie, de 2012 à 2018, il rend visite à sa sœur et s’occupe de temps en temps de ses nièces alors âgées de 4 mois et 3 ans. « Quand il se retrouvait seul avec elles, dans leur chambre, il parvenait à ses fins sans être soupçonné car son statut de policier, à l’époque, faisait de lui un oncle irréprochable », commente Me Christophe Léguevaques, avocat toulousain qui représente la famille des deux victimes, avec Me David Nabet-Martin. Attouchements, viol digital, sont les principaux faits reprochés à cet oncle qui une semaine avant son interpellation, en 2018, aurait procédé à de nouveaux attouchements sur l’une de ses nièces, profitant de l’absence des parents.

« Ce procès doit permettre de comprendre sa trajectoire et comment il en est arrivé là. Les faits sont reconnus mais certaines qualifications sont encore à discuter. Il poursuit des soins dans un centre pénitentiaire », assure l’avocat de l’accusé, Me Théo Héguy.

Il a fait des émules

Grand joueur de jeux vidéo et notamment du célèbre jeu en ligne « World of warcraft », un jeu de rôles aux confins du fantastique, l’ex-policier, passait également ses week-ends avec son acolyte du Maine-et-Loire, qu’il aurait formé à la pédocriminalité. « Il a fait des émules sur le darknet et à chercher à se documenter pour aller plus loin », poursuit Me Léguevaques.

Selon l’enquête de personnalité réalisée sur cet homme, ces penchants pour les jeunes enfants remonteraient alors qu’il était âgé de 14 ans. Il aurait expliqué son attirance pour les enfants alors qu’il n’était lui-même qu’un adolescent. En 2008, à l’âge de 23 ans, il aurait commis ses premiers sévices sur un proche de sa famille, un cousin de 3 ans à l’époque des faits.

Méthodique et collectionneur, l’ancien policier classait et archivait chaque fichier, sans aucune protection particulière. Ce n’est qu’à la vue de ces images insoutenables qu’il a reconnu les faits, devant le juge d’instruction. « Oui, j’ai fait ça ! », dit-il, en pleurs. Cet homme est jugé jusqu’à vendredi 5 mars par cinq magistrats professionnels, sans jury populaire. Il encourt 20 ans de réclusion.

 

 

https://www.leparisien.fr/faits-divers/un-ancien-policier-au-coeur-d-un-effroyable-reseau-pedocriminel-01-03-2021-8426645.php

Un ancien policier au cœur d’un effroyable réseau pédocriminel

 

Cet ex-gardien de la paix est jugé à partir de ce lundi pour des viols et agressions sur neuf enfants. L’enquête a révélé un inquiétant réseau mettant en relation des pédophiles dans le monde entier. Une des relations de l’accusé, un ancien animateur, comparaîtra prochainement à Angers.

 

Abonnés
Cet article est réservé aux abonnés.
 Jugé pour viols, l’ancien flic de 35 ans devra également répondre de sa collection d’images pédopornographiques, quelque 230 000 photos et 6 500 vidéos insoutenables, dont des viols commis sur des cadavres d’enfants.
Jugé pour viols, l’ancien flic de 35 ans devra également répondre de sa collection d’images pédopornographiques, quelque 230 000 photos et 6 500 vidéos insoutenables, dont des viols commis sur des cadavres d’enfants. Clod
 

Par Louise Colcombet

Le 1 mars 2021 à 06h01

 
C’est l’un des maillons d’une chaîne de l’horreur. L’un des protagonistes d’un vaste réseau pédocriminel mis au jour en février 2018 grâce à une dénonciation sur la plate-forme Pharos, chargée de traquer la cybercriminalité. Une alerte qui avait d’abord permis de mettre un terme aux agissements infâmes d’un jeune Angevin, Yoann V., puis de remonter vers celui qu’il appelait son « grand frère », son « professeur », son alter ego : Pierre-Yoann Y.

De huit ans son aîné, celui-ci se targuait de savoir comment agresser des enfants en toute impunité, pour être lui-même… fonctionnaire de police. Une forme d’arrogance mise en échec par les accusations de son ami Yoann V. et les innombrables photos et vidéos réalisées pendant ses abus — ses petites victimes, elles, ayant totalement refoulé leurs souvenirs…

Pierre-Yoann Y. comparaît à partir de ce lundi devant la cour criminelle des Yvelines, une juridiction composée de cinq magistrats, testée depuis 2019 et compétente pour les crimes punis de quinze à vingt ans de prison. C’est cette dernière peine qu’encourt l’ex-gardien de la paix de 35 ans, jugé pour viols et agressions sexuelles commis sur neuf enfants, dont des bébés, depuis 2008. Il est également jugé pour fixation, détention et diffusion d’images à caractère pédopornographiques. Une collection forte de plus de 230 000 photos et près de 6 500 vidéos insoutenables, dont des viols commis sur des cadavres d’enfants.

C’est en surfant sur un site russe, prisé des pédophiles, que Pierre-Yoann Y., adepte du dark Web (cet Internet caché, accessible à l’aide de logiciels cryptés), fait la rencontre en 2012 de Yoann V., alors à peine majeur. Une relation virtuelle intense, aux accents quasi-amoureux, s’instaure. Les deux hommes évoquent leurs fantasmes en langage codé : « rouge » pour « nu », « ruta » pour « viol », « voiture » pour « garçon »… Une émulation malsaine dans laquelle ils se décerneront mutuellement le diplôme de « l’ordre du Panda », animal symbole des pédocriminels.

Par webcam interposée, chacun incite l’autre à passer à l’acte sur les enfants de son entourage, repoussant toujours plus de limites. Une véritable escalade dans l’horreur : Yoann V. doit lui-même être jugé dans les mois qui viennent par la cour d’assises du Maine-et-Loire pour des agressions sexuelles et des viols, certains commis avec actes de tortures ou de barbarie sur douze enfants, dont des nourrissons. En 2015, Pierre-Yoann Y. rejoindra même Yoann V., alors en vacances dans le Sud avec sa famille. Séjour lors duquel tous deux commettront des viols lors d’une soirée « baby-sitting »…

Les images étaient ensuite diffusées à d’autres contacts pédophiles, en France et même en Europe. C’est d’ailleurs l’un d’eux, dans un sursaut de conscience, qui sera à l’origine de la dénonciation de Yoann V. sur Pharos. Plusieurs enquêtes ont ainsi été ouvertes en cascade, dont l’une concerne un autre policier, basé en Meurthe-et-Moselle. Ce dernier a admis avoir imposé une fellation à un enfant placé chez ses parents, sous l’influence, dit-il, du duo. « J’ai l’impression d’avoir été leur jouet pour envoyer des photos, a-t-il ainsi résumé durant l’enquête. Avec V. et Y., c’était toujours plus : Vas-y, soulève son slip, montre son sexe, décalotte… »

Nièces, neveux et fils de proches pour victimes

Si chacun estime désormais avoir été sous l’emprise de l’autre dans ce tandem, c’est bien Pierre-Yoann Y. qui se plaçait en position de « sachant » : il avait ainsi téléchargé sur le dark Web plusieurs « guides » à destination des pédophiles. Des conseils sur les lieux où trouver des enfants, les meilleures positions pour les violer, l’âge idéal selon leur capacité à verbaliser des agressions, la façon de les aborder. Des préconisations que Pierre-Yoann Y. a appliqué à la lettre, commettant ses abus dans un contexte ludique, y compris à l’aide d’un livre « Martine » à la page de couverture modifiée, pour amadouer ses proies : nièces, neveux, fils de ses proches…

« La confiance que lui portaient ses amis et sa famille ne pouvait qu’être renforcée du fait de sa qualité de policier, souligne Me Céline Astolfe, avocate de la Fondation pour l’enfance et de la famille d’une victime. Cet ascendant et cette autorité naturelle, induits par son statut, expliquent d’ailleurs l’état de sidération dans lequel mes clients se sont durablement trouvés à l’évocation des faits. » « Des actes barbares », souligne-t-elle, rappelant l’exceptionnelle gravité de ce dossier, notamment par le « nombre de fichiers pédopornographiques retrouvés, qui dépasse l’entendement ».

Neuroleptiques et vodka goût fraise

« C’est une affaire qui ne peut que sidérer de par la nature des actes commis et l’âge des victimes », abondent Mes Sandra Chirac-Kollarik et Pascal Rouiller, avocats de plusieurs neveux et nièces de Yoann V., dont un garçonnet également victime du gardien de la paix, alors qu’il n’avait que quelques mois. « Les débats d’audience s’annoncent comme extraordinairement éprouvantes pour les parties civiles ; une lente descente aux enfers, qui interrogera sur l’homme, sa part d’ombre absolue et de laide violence. »

Car, pire encore, selon son ami angevin, l’accusé aurait drogué certaines de ses victimes pour assouvir ses bas instincts (des traces de neuroleptiques et d’antiépileptiques ont été retrouvées dans leurs cheveux). Il aurait également saoulé un enfant de huit ans en ajoutant de la vodka dans son eau minérale aromatisée à la fraise… Des faits que l’ancien policier conteste fermement.

Décrit par les experts psychologiques comme quasiment dénué d’empathie, l’accusé a révélé à la faveur de l’enquête avoir lui-même subi plusieurs agressions dans l’enfance, dont un viol par son cousin. Sa tante, informée, lui aurait alors intimé d’arrêter de « dire n’importe quoi ». Les deux intéressés nient. Quant à sa propre conduite, Pierre-Yoann Y. a maintenu n’avoir pas voulu faire de mal aux enfants, ne reconnaissant que les agressions sexuelles. « Les faits, d’une gravité indiscutable, ont été reconnus dans leur aspect factuel. Néanmoins, nous devrons nécessairement avoir un débat sur leur qualification juridique », éclaire Me Théo Heguy, avocat de l’accusé, pour qui certaines accusations de pénétration (donc les viols) ne sont pas établies. Le procès doit s’achever vendredi.

 

 

https://www.closermag.fr/vecu/faits-divers/l-ancien-chirurgien-pedophile-est-condamne-a-15-ans-de-prison-et-ce-n-est-pas-fini-1242737

L’ancien chirurgien pédophile est condamné à 15 ans de prison et ce n’est pas fini

 

NOUVEAU Ecouter cet article
Powered by Leesten

 

Qui viole une nièce viole en liesse toute une jeunesse... dans Attentats spacer

© DOC TF1
1/3 – Joël Le Scouarnec
Joël Le Scouarnec, ex-chirurgien, a été condamné à quinze ans de réclusion criminelle pour agressions et viols commis sur quatre mineures.

spacer dans Calomnie

© DOC TF1
2/3 – Joël Le Scouarnec
L’homme aurait abusé de plus de 300 enfants en trente ans.

spacer dans Corruption

© BESTIMAGE
3/3 – Thibaut Kursawa, avocat de l’accusé
L’avocat de Joël Le Scouarnec rapporte que ce dernier émet « énormément de regrets » et « sait que ce qu’il a fait est impardonnable ».
Précédent
Suivant

Par Chrystelle Gabory Le 16 février 2021 à 05h00

 

Le premier procès de ce pédocriminel a établi sa culpabilité pour les viols et agressions sexuelles de 4 mineures dont ses nièces et sa voisine. Une nouvelle procédure concerne 312 autres victimes.

« Je ne demande pas l’indulgence de la cour. Je ne demande ni pardon, ni compassion, [...] seulement le droit de redevenir un homme meilleur », a déclaré, avant le délibéré, l’un des plus redoutables pédocriminels français. C’est ensuite les bras croisés, impassible, que l’ex-chirurgien Joël Le Scouarnec, 70 ans, a écouté sa sentence : quinze ans de réclusion criminelle pour agressions et viols commis sur quatre mineures. La cour l’a reconnu coupable de l’ensemble des faits qui lui étaient reprochés.

« Malgré sa condamnation » en 2005 pour consultation d’images pédophiles, « Joël Le Scouarnec a poursuivi ses agissements [...] et rend nécessaire une peine d’incarcération significative », a déclaré Isabelle Fachaux, la présidente de la cour. Le prédateur froid et méticuleux, qui aurait abusé de plus de 300 enfants, a quitté l’audience sous bonne escorte, sans un regard pour ses victimes. Les mots de Me Thibaut Kurzawa, son avocat, auront du mal à humaniser son client : « Il a expliqué qu’il émettait énormément de regrets [...] sans forcément demander d’excuses, lui-même sait que ce qu’il a fait est impardonnable, ce sont ses mots. »

Face à ses nièces, l’homme craque et, en pleurs, reconnaît les avoir violées

Les regrets, les victimes auront pourtant dû batailler pour les entendre à l’audience. Trente ans après les faits, les nièces de Joël Le Scouarnec ont finalement fait plier le septuagénaire. Après avoir été confronté à des pièces à convictions, photos et écrits « insoutenables », l’accusé a fini par lâcher des aveux de viol, avec parcimonie. Le 1er décembre 2020, il avait reconnu des viols sur trois victimes dans les années 1980. Les affaires étant prescrites, ses aveux étaient sans conséquence pénale pour lui.

Mais le lendemain, le 2 décembre 2020, face à l’aînée des filles de sa sœur, l’homme craque et, en pleurs, reconnaît les avoir violées. « Tout ce qu’elles disent est vrai », a lancé l’accusé. Un soulagement pour les nièces aujourd’hui âgées de 35 et 30 ans. « Par rapport au début du procès, il s’est un tout petit peu ouvert, mais je ne parlerais quand même pas d’humanité », confie Me Delphine Driguez, l’avocate des nièces.

Dans des journaux intimes, il détaillait des agressions sexuelles et des viols sur plus de 300 enfants

Les aveux ont cependant été de courte durée, Joël Le Scouarnec a vite recouvré ses esprits. Il a réfuté l’évidence, pourtant confirmée par un rapport médical, concernant le viol digital de Lucie *, sa petite voisine de Jonzac, âgée de 7 ans au moment des faits. En le dénonçant à ses parents en avril 2017, « le monsieur, là, il m’a fait voir son zizi », la courageuse Lucie avait permis l’arrestation en mai 2017 de ce spécialiste en chirurgie digestive, alors en poste à l’hôpital de Jonzac, et la révélation de sa perversité.

Lors d’une perquisition, les policiers avaient découvert, effarés, des journaux intimes insoutenables dans lesquels Joël Le Scouarnec détaille des agressions sexuelles et des viols associés aux noms de plus de 300 enfants pendant trente ans. Des poupées portant des chaînes et des photos de lui nu sont retrouvées cachées sous son plancher. « C’est quelqu’un d’extrêmement pervers qui n’a pas de repentance par rapport aux actes commis », affirme Me Francesca Satta, l’avocate de Lucie. Cette tentaculaire affaire de pédocriminalité met en lumière les terribles manquements judiciaires dans le suivi des prédateurs sexuels.

« Son entourage était informé de ses agissements depuis 2010, a minima » accuse l’avocate de la Fondation pour l’enfance

Récidiviste, il avait déjà été condamné à quatre mois de prison avec sursis pour détention d’images pédopornographiques en 2005 à Vannes (Morbihan). Il s’en était sorti sans obligation de soins ni interdiction d’entrer en contact avec des mineurs. Le médecin réputé avait ainsi poursuivi son activité de chirurgien hospitalier. L’omerta familiale aurait aussi bénéficié au pédocriminel. Une lettre de juillet 2010, écrite de la main de Marie-France Le Scouarnec, l’ex-épouse du médecin, à la mère des nièces abusées, relate qu’elle reconnaît avoir été informée d’une tentative d’agression de son époux sur le fils d’un couple d’amis. La missive a été versée au dossier.

« Il s’agit d’un élément matériel fondamental qui vient confirmer que l’entourage était effectivement informé des agissements de Joël Le Scouarnec depuis 2010, a minima », relève, au Parisien, Me Céline Astolfe, avocate de la Fondation pour l’enfance, partie civile. Il aurait fait au moins 17 victimes entre 2010 et son arrestation, le 2 mai 2017. L’ex-épouse et mère des trois fils du médecin pourrait être poursuivie pour « abstention volontaire d’empêcher des crimes ou délits ». Car la justice n’en a pas fini avec lui. Depuis octobre 2020, il est mis en examen dans un deuxième volet à Lorient pour viols et agressions sexuelles sur 312 victimes potentielles identifiées à la lumière de ses « carnets ». L’heure est venue de payer pour ces crimes.

* Le prénom a été modifié.

 



12345...68

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo