Le baccalauréat et les Brestois de Steven Le Roy, du Télégramme

C’est un article d’il y a trois jours.

Steven Le Roy s’est fait un petit plaisir en interrogeant huit Brestois de son monde sur les souvenirs qu’ils ont gardés du baccalauréat.

Constatons pour commencer qu’au moins quatre d’entre eux n’étaient pas brestois à l’âge de passer le baccalauréat.

Deux ne l’ont pas eu ou ne l’ont pas passé, dont un Brestois, Paul Bloas, qui s’est fait connaître du public dans les années 1980 pour ses massives silhouettes peintes sur les murs de Brest. L’autre est commerçante.

Plus souvent, à Brest comme ailleurs, quand on n’a pas le baccalauréat, on est ouvrier ou employé.

Trois ont passé un bac C ou ES : encore un artiste, Stan, le chanteur de Matmatah, à Quimper, et deux sportives, à Brest.

Plus souvent, à Brest comme ailleurs, avec ce type de baccalauréat… je vous laisse compléter…

Restent trois personnages qui font partie des cadres de la ville et n’en sont pas des moindres.

Au moins deux d’entre eux ne sont pas brestois d’origine et au moins deux d’entre eux ont a priori des profils de littéraires.

La première est une animatrice socioculturelle devenue adjointe au maire de Brest il y a deux ans. Originaire d’Alsace, elle est arrivée à Brest sitôt après avoir obtenu son baccalauréat et s’est tout de suite lancée dans le travail de proximité en devenant animatrice de rue. On ne saura pas quel bac elle a passé, elle en indique seulement :

« Moi ? Mon bac ? Je l’ai raté la première année. J’étais alors en Alsace et je pense que j’avais trop d’activités. Comme je ne bossais pas en plus… Ma deuxième term’ était super chouette. J’en ai encore moins fait, mais je l’ai eu et je suis partie à Brest. Je me suis formée sur le terrain, je fais partie de ces élues sans trop de diplômes ».

Le second est le président de l’Université de Bretagne Occidentale. A priori littéraire de formation, il indique à propos de son baccalauréat :

« Mon meilleur souvenir de bac ? La fête des résultats ! Avec mes amis et mes amies, on l’a tous eu, certains d’extrême justesse, et nous avons fêté ça jusqu’à l’aube. Après, on est parti chercher nos collantes au lycée. Pour l’anecdote, j’ai eu une meilleure note en sport qu’en philo (NDLR : Matthieu Gallou est prof de philo). Qui pourrait le parier aujourd’hui ? ».

Et le troisième est vice-procureur au Tribunal de Grande Instance de Brest. Celui-là rapporte sans honte :

« Je m’en souviens très bien. Dans un bac littéraire pur, je n’ai pas eu la moyenne en français et pas eu la moyenne en philo. Je me rappelle avoir disserté sur Hegel et la fin des empires pour un coefficient 5. Brillantissime. Il fallait 254 points, j’en ai eu 254 pile. Quand elle a vu les résultats, il y avait de la foudre dans les yeux de ma mère ».

Il fait partie des magistrats qui ont harcelé afin de la dissuader de me défendre la dernière avocate qui m’a assistée contre eux à Brest.

Je comprends pourquoi ce genre d’individu hait autant les ingénieurs et autres matheux ou scientifiques. Nous avons tous de vraies compétences très pointues dans nos métiers respectifs, et cela ne nous empêche pas d’être aussi artistes, sportifs, et même littéraires, bien plus que ne le sera jamais le quasi nul en tout et néanmoins très ambitieux, manifestement attiré par le pouvoir, qui a dû se diriger vers un bac littéraire à défaut de pouvoir faire autre chose.

 

 

https://www.letelegramme.fr/soir/bac-que-reste-t-il-de-nos-amours-19-06-2019-12316066.php

Personnalités. Le bac, et les souvenirs aussi

 

Que reste-t-il d’un bac, au fond ? Une photo, vieille photo d’une jeunesse aux contours plus ou moins flous, aux réminiscences plus ou moins importantes. Du tribunal à l’Olympia, de l’université à la mairie en passant par une piste, une salle ou un magasin de thé, voire un atelier d’artiste, huit Brestois se souviennent.

 


Stan, chanteur de Matmatah

 

Le baccalauréat et les Brestois de Steven Le Roy, du Télégramme dans AC ! Brest bac-que-reste-t-il-de-nos-amours_4640982_540x270p

 

« J’ai passé un bac C, comme on disait dans le temps. Je l’ai eu au lycée de Cornouaille à Quimper, en 91. J’ai même eu mention assez bien et, à l’époque, ben c’était assez bien, même si j’avais foiré la physique et que je me suis effondré au bac de philo, ce qui m’a bien fait ch… J’ai fait une prépa puis la fac de maths qui s’est insidieusement transformée en fac de musique. Faut dire que pour mon bac, j’ai pas fait spécialement la fête. Mon but était déjà de louer un quatre-pistes… ».


Paul Bloas, plasticien

 

bac-que-reste-t-il-de-nos-amours_4640981_540x270p dans Attentats

 

« J’ai tellement raté ma seconde technologique à la Croix-Rouge à Brest que j’ai fait un BEP électromécanique. Je n’ai jamais eu de bac… En même temps, je prenais des cours de dessin avec Jean Quéméneur, c’est lui qui m’a donné le goût et les techniques. Je voulais entrer aux Beaux-arts mais il fallait le bac. Il est allé voir le directeur pour que j’aie une dérogation mais il me fallait à tout prix ce BEP pour l’obtenir. Le même mois, j’ai eu le concours d’entrée, mon BEP et mon permis de conduire… ».


Laëtitia Bleunven, athlète

 

bac-que-reste-t-il-de-nos-amours_4640980_540x271p dans Calomnie

 

« J’ai eu un bac ES en 2010 à la Croix-Rouge à Brest. C’était dans mes souvenirs un moment très stressant où on se dit qu’il ne sert pas à grand-chose mais qu’il faut l’avoir. Je courais déjà cinq fois par semaine et je me souviens que c’est au moment du bac que se tiennent les championnats de Bretagne. Mais pour courir, il faut avoir l’esprit libre et, clairement, je n’ai pas fait ma meilleure course ce jour-là ».


Émilie Kuchel, adjointe au maire

 

bac-que-reste-t-il-de-nos-amours_4640979_540x289p dans Corruption

 

« Moi ? Mon bac ? Je l’ai raté la première année. J’étais alors en Alsace et je pense que j’avais trop d’activités. Comme je ne bossais pas en plus… Ma deuxième term’ était super chouette. J’en ai encore moins fait, mais je l’ai eu et je suis partie à Brest. Je me suis formée sur le terrain, je fais partie de ces élues sans trop de diplômes ».


Matthieu Gallou, président de l’UBO

 

bac-que-reste-t-il-de-nos-amours_4640978 dans Crime

 

« Mon meilleur souvenir de bac ? La fête des résultats ! Avec mes amis et mes amies, on l’a tous eu, certains d’extrême justesse, et nous avons fêté ça jusqu’à l’aube. Après, on est parti chercher nos collantes au lycée. Pour l’anecdote, j’ai eu une meilleure note en sport qu’en philo (NDLR : Matthieu Gallou est prof de philo). Qui pourrait le parier aujourd’hui ? ».


Maud-Eva Copy, hanballeuse au BBH

 

bac-que-reste-t-il-de-nos-amours_4640977_540x270p dans Folie

 

« J’étais au pôle espoir hand à Lesven à Brest où j’ai eu un bac ES en 2010. C’est un bon souvenir parce qu’en dépit de la pression, je l’ai eu assez facilement et pourtant, en français, je n’avais pas eu de bonnes notes. Après le bac, j’ai continué mes études et j’ai réussi le concours pour devenir prof d’EPS. C’est important de pouvoir faire autre chose que sa carrière pro… ».


Bastien Diacono, vice-procureur au tribunal

 

bac-que-reste-t-il-de-nos-amours_4640976_540x298p dans LCR - NPA

 

« Je m’en souviens très bien. Dans un bac littéraire pur, je n’ai pas eu la moyenne en français et pas eu la moyenne en philo. Je me rappelle avoir disserté sur Hegel et la fin des empires pour un coefficient 5. Brillantissime. Il fallait 254 points, j’en ai eu 254 pile. Quand elle a vu les résultats, il y avait de la foudre dans les yeux de ma mère ».


Armelle Lebret, commerçante à Tôt ou Tard

 

bac-que-reste-t-il-de-nos-amours_4640975_540x298p dans Le Post

 

« Moi, à 16 ans, je vivais ma vie ailleurs que chez mes parents. Je suis allée jusqu’au bac à Rouen mais je ne l’ai pas eu. Faut dire que c’était juste après les grèves Devaquet et qu’à l’époque, j’avais soulevé trois lycées. Alors bon. Après avoir été collée, j’ai décidé de ne pas retourner au lycée et d’essayer par correspondance. Vite fait… Je me suis démerdée comme je pouvais, et j’ai fini par faire le métier que je rêvais de faire ».

Steven Le Roy

 

 

https://www.letelegramme.fr/local/finistere-nord/brest/ville/bastien-diacono-un-parquetier-en-charge-des-stupefiants-28-01-2010-757983.php

Bastien Diacono, un parquetier en charge des stupéfiants

 

Publié le 28 janvier 2010
Bastien Diacono arrive d'Aix, où il exerçait ses talents à l'instruction. Mais...

Bastien Diacono arrive d’Aix, où il exerçait ses talents à l’instruction. Mais ce magistrat connaît bien la Bretagne pour avoir exercé à Saint-Brieuc.

 

Stéphane Le Tallec parti à Paris pour la chancellerie, un nouveau parquetier a pris ses fonctions à Brest, à l’an neuf, mais a simplement été installé, hier, dans ses fonctions de vice-procureur. Bastien Diacono est natif d’Angoulême, mais est connu en Bretagne, puisqu’il va obtenir ses galons de magistrat du ministère public à Saint-Brieuc. Nommé comme substitut, en mars 2001, dans les Côtes-d’Armor, il en devient vice-procureur, en 2004, puis part pour Aix-en-Provence, en 2008, en qualité de juge d’instruction. Un an et demi après, il reprend le chemin de la Bretagne, où il avait laissé sa famille, et est donc affecté au tribunal de Brest. «La Bretagne vous ravit, a glissé le procureur Leclerc, le verbe a deux sens et c’est exprès: elle vous enchante et elle vous capture».

Spécialisé depuis longtemps

Procureur touche-à-tout, expérimenté, passionné d’audience et d’assises, Bastien Diacono a cependant développé une compétence spéciale à Saint-Brieuc, où il a pris en charge la problématique des stupéfiants; «un service où l’on peut bâtir une politique pénale, où la spécialisation engrange les résultats», selon le procureur Leclerc. Il occupera la même fonction ici, «car notre parquet a des besoins» en la matière, a estimé le procureur. Bastien Diacono devra donc restructurer et diriger le service stupéfiants à Brest, «donner consistance au stage alternatif de sensibilisation aux dangers et tenter de réactiver l’injonction thérapeutique».

 

 

https://www.letudiant.fr/educpros/personnalites/gallou-matthieu.html

Biographie

Matthieu Gallou, président de l'université de Bretagne occidentale. // © Université de Bretagne occidentale

Matthieu GALLOU

Président de l’université de Bretagne occidentale

 

Matthieu Gallou a été élu président de l’UBO (université de Bretagne occidentale) le 30 mars 2016 par le conseil d’administration de l’université. Il en était le premier vice-président depuis novembre 2013.

Matthieu Gallou est professeur agrégé de philosophie (1996). Il est spécialiste de l’histoire de la philosophie antique et médiévale. Il est membre associé de deux unités de recherche : HCTI (Héritages et constructions dans le texte et l’image) et l’équipe d’accueil Éthique, professionnalisme et santé.

Ancien étudiant de l’UBO, il y débute sa carrière en 1998 comme Prag (professeur agrégé) au département philosophie de l’UFR lettres et sciences humaines. Il est responsable du département philosophie de 2003 à 2006, puis de 2008 à 2011. En parallèle, il assure pour l’UFR la charge de responsable des salons étudiants, avant de devenir, en 2006, assesseur du doyen jusqu’en 2007. En janvier 2008, il prend en charge la mission Orientation active pour l’UBO et assure la mise en place de l’application APB (Admission postbac) à l’UBO. Il est doyen de la faculté des lettres et sciences humaines de 2011 à 2014.

De 2006 à 2008, Matthieu Gallou est membre du conseil scientifique de l’UBO puis du Cevu (conseil des études et de la vie universitaire) à partir de 2008. En 2012, il siège comme représentant de l’enseignement supérieur et de la recherche au sein du conseil syndical régional du Sgen-CFDT Bretagne. En 2014, il est secrétaire fédéral à l’enseignement supérieur et à la recherche au sein de la fédération nationale des syndicats Sgen-CFDT. Il siège au comité national ministériel de suivi de la licence-licence pro (CSL-Lpro) et au comité national ministériel de suivi du master (CSM). Élu en juin 2015 au Cneser (Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche), il siégeait depuis juillet à la commission permanente. Élu à la présidence de l’UBO, il s’engage à abandonner l’ensemble de ces mandats pour se consacrer entièrement à l’université.

Compte Twitter : @matthieuGallou

Biographie créée en mars 2016

 

 

https://www.letelegramme.fr/finistere/brest/emilie-kuchel-une-nouvelle-adjointe-dans-les-rangs-12-05-2017-11509889.php

Émilie Kuchel. Une nouvelle adjointe dans les rangs

 

Publié le 12 mai 2017
Émilie Kuchel remplace Marc Sawicki . Sa délégation d'adjointe sera dévoilée...
Émilie Kuchel remplace Marc Sawicki . Sa délégation d’adjointe sera dévoilée mardi.

 
La récente démission de Marc Sawicki du conseil municipal a conduit le maire, François Cuillandre, à le remplacer. Celle qui était la dernière non-élue sur sa liste aux municipales de 2014 a ainsi été élue hier, avec 40 voix sur 43 exprimées, Julie Le Goïc et le groupe RPB n’ayant pas voulu prendre part au vote. La nouvelle élue s’appelle donc Émilie Kuchel, 37 ans. Elle occupe actuellement le poste de directrice du centre social de Kérourien. « Mais je vais bientôt quitter cette fonction, car je ne peux pas cumuler mon poste d’adjointe et celui-là, sous peine de conflit d’intérêts », plaide-t-elle. Direction la Caf, donc, après presque vingt ans passés au service de l’éducation populaire, de l’éducation de rue.

Naissance d’un combat

Émilie Kuchel est arrivée à Brest en 1999, « par hasard et par amour », raconte cette Alsacienne de naissance. Elle a aussitôt embrassé le travail de proximité en devenant animatrice de rue, avant de multiplier les fonctions les plus diverses. Animatrice dans diverses structures comme la Maison pour tous du Valy-Hir, déléguée syndicale de la FSU, militante dans diverses associations comme « Les P’tits débrouillards » ou « Vivre la rue » de Mireille Cann, directrice du centre social de Kérourien depuis 2013, elle n’a jamais quitté ce militantisme qui l’habite depuis de nombreuses années. « Je pense que ça m’est venu de ma région d’origine, qui est de droite, voire d’extrême droite. Elle m’a donné envie de m’intéresser aux autres, parce que j’ai été témoin d’injustices flagrantes. Cela a créé une révolte intime, pour que les choses changent, pour que les gens acceptent enfin de vivre ensemble ». C’est à Brest qu’Émilie Kuchel avoue avoir appris à « penser différemment. Ma famille n’est pas impliquée dans l’associatif, mais, ici, j’ai découvert des dizaines de petits quartiers avec autant de projets ».

À la gauche du PS

Dans cette logique, la jeune femme a choisi d’adhérer au Parti socialiste « il y a quelques années », parce que, « dans l’éducation populaire, c’est important de comprendre les choses en agissant de l’intérieur ». Dès le début de la campagne qui vient de s’achever, elle a choisi Benoît Hamon, devenant même responsable de sa candidature aux primaires dans la circonscription de Brest rural. « Je suis frondeuse depuis longtemps, à la gauche du PS », glisse-t-elle, avant d’ajouter « que cette élection doit permettre de reconstituer une gauche qui prendra en considération une politique de vie sociale ». « Ça prendra du temps », prédit celle qui estime toutefois « que les résultats ont été compliqués à vivre. Mais nous remonterons la pente. Quand on est engagé, on est obligé d’y croire ». Quant à la délégation qu’elle occupera, le maire devrait la dévoiler mardi.

 

 

https://www.brest-life.fr/mediatheque-et-ressources/temoignages-258/armelle-le-bret-934.html?cHash=96cf882df60f32b7444c3c2ac6276f1f

 

csm_Armelle_Le_Bret_-_04_-_Credit_Dominique_Le_Roux_62f491a965 dans Luraghi

Armelle Le Bret

Armelle Le Bret

- Créatrice de Tôt ou Tard

C’est un très beau territoire, qui est en mutation permanente

Publié le 30/04/2018

« Brest est la ville de tous les possibles »

Originaire de Rouen, Armelle Le Bret a posé ses valises à Brest il y a 17 ans. Elle y a créé “Tôt ou tard”, deux comptoirs de thé et d’épicerie fine situés en plein centre de la Cité du Ponant. Pour elle, Brest est « la ville de tous les possibles ».

Qu’est-ce qui vous a poussée à vous installer ici ?
J’avais des attaches familiales en presqu’île de Crozon, et j’étais attirée par ce côté “bout du monde”. Brest est vraiment une ville à part. C’est un peu difficile à décrire, c’est probablement de l’ordre de la magie celtique (rires). Mise à part son histoire, il y a ici un vrai mélange des gens, et ce que l’on ressent le plus, ce sont les possibilités. Et pas seulement en termes de commerce. On sent une véritable fierté d’être brestois : les habitants se sont approprié leur ville. Certes, les Brestois peuvent parfois paraître un peu abrupts au départ, mais ça ne dure pas et ils sont fidèles.

Quelles forces et valeurs aimez-vous sur ce territoire ?
Cet esprit d’indépendance qu’ont les gens d’ici, et en même temps cet esprit de groupe et l’importance de la notion de réseau. Et puis c’est un très beau territoire, qui est en mutation permanente : j’ai vu la ville évoluer d’une façon incroyable depuis mon arrivée ! Et puis pour être passée par Paris, j’apprécie vraiment l’air pur, la facilité pour se déplacer, etc…


Qu’avez-vous trouvé ici que vous n’auriez peut-être pas trouvé ailleurs ?

Sur le plan commercial, il y a une grande diversité de boutiques. Des franchises, bien sûr, mais aussi beaucoup d’indépendants, ce qui crée de l’émulation. Et puis il y a un véritable attrait touristique pour la ville, comme on le voit avec l’arrivée du téléphérique qui a fait son petit effet. J’aime aussi le fait qu’ici, les gens vont à la rencontre les uns des autres… Il y a aussi de vrais amoureux du centre-ville, des gens de tous horizons plein d’énergie qui arrivent à faire monter la mayonnaise !

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Bloas

Paul Bloas

Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Paul Bloas
PaulBloas2.jpg
Œuvre de Paul Bloas
Naissance
      (58 ans)

Quimper

Nationalité
Activité
Formation

Paul Bloas, né le 27 mars 1961 à Brest1, est un peintre français.

Biographie

Paul Bloas est connu à Brest à partir des années 1980 pour ses « silhouettes » peintes, faites de simples contours blancs, puis pour ses fresques murales dispersées dans les lieux délaissés de la grande cité portuaire : port de commerce, quartier de Recouvrance, et notamment en 1991 à la prison de Pontaniou, définitivement fermée en 1990, et qu’il a investie en y installant de nombreuses peintures inspirées des lieux.

Paul Bloas travaille d’abord en atelier à la réalisation de grandes peintures, au trait brut et coloré, sur papier qu’il colle ensuite in situ pour les insérer au mieux dans le décor qui reste le sujet essentiel. Reconnu rapidement, il installe dès les années 1990 ses personnages jusqu’à Berlin, Budapest, Bilbao, puis Madagascar.

« À la pérennité de l’œuvre, à la toile pour traverser le temps, Paul Bloas, artiste peintre, préfère l’éphémère absolu et ses géants de papier, collés à même les murs et voués à disparaître. S’il reste une trace, infime, c’est celle que le soleil, le vent ou la pluie… auront bien voulu laisser.
Ces personnages massifs, « sur-humains », ont inscrit leur silhouette dans des lieux à leur mesure – prison de Brest, bains turcs de Budapest, base sous-marine de Bordeaux…2 »

Œuvres

Expositions

Interventions picturales in situ
Anonyme - Photo de 2008
Œuvre de Paul Bloas.
      • 1980-1986 : Brest, premières interventions en ville et sur le port (îlot fortifié en rade, Bertheaume sweet home)
      • 1987 : Berlin, Anhalter Banhof, Un pied dans le sable (expo internationale Mythos Berlin)
      • 1988 : Brest, port et cale de radoub, Le manteau de papier
      • 1989 : Tulle, chapelle Saint-Pierre, Ainsi soit Tulle
      • 1990/93 La réussite de Boris (Belgrade, centre ville ; Budapest, Bains turcs abandonnés ; Berlin, No man’s land ; Brest, Prison de Pontaniou et port militaire)
      • 1992 : Bilbao, usine sidérurgique et centre ville, Les nuques de plomb
      • 1994 : Beyrouth, centre ville, Charmouta (Barcelone, Barceloneta, Demi-sommeil)
      • 1995 : Paris, Butte-aux-Cailles, Paris au mois d’août
      • 1996 : Brest, port de commerce
      • 1997 : Bordeaux, quartier Bastide, Terminus (Calvi, la citadelle, Sentinelles
      • 1999-2002 : Bordeaux, base sous-marine, Poussières (Madagascar, Diego Suarez, ancien camp de la Légion, Mada)
      • 2001 : Toulouse, Théâtre de la cité, Recto / Verso
      • 2002 : Calvi, festival du vent
      • 2003-2008 : Bruxelles, Paris, Brest, Madagascar, Bordeaux
      • 2007 : Valenciennes, Ma vie s’appelle peut-être
      • 2009 : Paris, canal Saint-Martin, les habits noirs
      • 2018 : Betton (Ille-et-Vilaine), La Confluence, rétrospective
Expositions personnelles et collectives

Depuis 1988, Paul Bloas présente régulièrement ses travaux in situ à travers des expositions d’études et de photographies de ses interventions : Bologne en 1988, le port de commerce de Brest entre 1988 et 1990, le Quartz de Brest depuis 1989, la galerie Loft à Paris, les centres culturels français de Beyrouth, Bilbao, Barcelone, Berlin, les musées de Tulle et de Brest, le théâtre de la cité à Toulouse, la base sous-marine de Bordeaux, les fêtes maritimes de Brest 96 et 2000 au Fourneau, Telgruc-sur-Mer, le no 15 square de Vergennes à Paris, phare de Penmarc’h en 2008. En 2017, suite à un imbroglio qui a vu la disparition de sa grande fresque « Le Lamaneur » qui se trouvait sur la façade du bâtiment Grand Large depuis plus de 20 ans sur le port de commerce, un financement participatif et privé devrait permettre l’installation d’une nouvelle version de cette œuvre iconique qui symbolise si bien la fierté brestoise3.

Films et vidéos

      • 1986 : Bertheaume sweet home – Objectif Bertheaume, J.A. Kerdraon et P. Bloas (Paul Émile Victor sont dans un bateau (7 min), J.A. Kerdraon)
      • 1988 : Le manteau de papier (26 min), O. Bourbeillon, Lazennec Production/FR3
      • 2001 : In situ (26 min), J.A. Kerdraon, Alligal Production
      • 2003 : Mada ; Debout, de terre et d’eau (52 min), P. Bloas, Lamoot, Morgane Production (Prix de la création au festival international du film d’art de Montréal 2005)
      • 2008 : Zones d’ombres de Sylvain Bouttet (26 min)

Publications

      • Berlin 88/ Brest 89/ Tulle 90/ Bilbao 92 (catalogues)
      • 1993 : La réussite de Boris – Éditions Dialogues
      • 1997/2000 : Visuels pour Noir Désir et Serge Teyssot-Gay d’après G. Hyvernaud
      • 2002 : Brest de Mac Orlan – Éditions Dialogues
      • 2003 : Mada, Éditions Alternatives
      • 2008 : Ma vie s’appelle peut-être Paul Bloas, Laurence Mauriaucourt, Jean-Bernard Pouy, Ed La Voix du Nord, 2008
      • 2008 : Catalogue exposition de Penmarc’h

Notes et références

Voir aussi

Bibliographie

Liens externes

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Matmatah

Matmatah

Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Matmata.
Matmatah
Description de cette image, également commentée ci-après
Matmatah en concert à Plougastel le 16 février 2017.
Informations générales
Pays d’origine Drapeau de la France Brest, France
Genre musical Rock, folk, reggae, roots
Années actives 1995-2008, depuis 2016
Labels La Ouache Production
Site officiel www.matmatah.com
Composition du groupe
Membres Tristan Nihouarn
Éric Digaire
Benoît Fournier
Emmanuel Baroux
Anciens membres Jean-François Paillard
Cédric Floc’h
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo de Matmatah.

modifier Consultez la documentation du modèle

Matmatah est un groupe breton de rock et de folk, fondé à Brest en 1995. Le duo formé par Tristan Nihouarn (Stan) et Cédric Floc’h (Sammy) est rejoint par le bassiste Éric Digaire et le batteur Fañch pour jouer sous le nom de Matmatah, en référence au village troglodytique tunisien du même nom (Matmata).

En juillet 1997, Matmatah sort un premier single avec deux chansons liées à la Bretagne qui rencontrent le succès : Lambé An Dro et Les Moutons. L’album La Ouache, sorti en 1998, s’écoule à plus de 800 000 exemplaires. Emma et L’Apologie deviennent également des tubes.

Après avoir sorti quatre albums studio, le groupe se sépare en 2008.

Pour les 20 ans du groupe en 2015, Matmatah sort un double best of, comportant des titres réenregistrés et deux singles inédits, Tricératops et Les demoiselles de Loctudy.

Le 23 septembre 2016, le groupe annonce sa reformation pour une nouvelle tournée et sort un nouvel album, Plates Coutures, le 3 mars 2017.

Le groupe a vendu 1 300 000 albums et récolté 3 disques d’or et un double disque de platine1.

Histoire du groupe

Les débuts

Tout commence dans la ville de BrestTristan Nihouarn (Stan) et Cédric Floc’h (Sammy) tournent dans les bars sous le nom de Tricards Twins. À la suite de leur rencontre avec Jean-François Paillard (Fañch) et Éric Digaire (Éric), ils fondent un nouveau groupe, dont le nom, Matmatah, est tiré de celui de la ville Matmata, en Tunisie, où Stan a passé des vacances durant son enfance. Cette petite ville a la particularité d’être entièrement construite dans la roche : la chanson Troglodyte (sur l’album La Ouache) y fait justement référence.

Leurs influences musicales sont sans conteste le hard rock old school de la fin des années 1960, début des années 1970, sévèrement mâtiné, dans un premier temps, de musique traditionnelle bretonne. Les quatre rockeurs écument les rades brestois avec leur répertoire de reprises et déjà quelques compositions originales. Le véritable déclic survient en 1996, quand le groupe est programmé en première partie de FFF à Penfeld lors d’une soirée étudiante, triomphant devant un large public avec quarante minutes de compositions dont Lambé An Dro et L’Apologie. De plus, « le chanteur de FFF était malade et leur prestation a été raccourcie : le lendemain, la presse n’a parlé que de nous ! »2. Julien Banes, ami de Tristan, devient leur manager. Ils comptabilisent fin 1996 plus de 180 dates uniquement dans le Finistère3.

En 1997, Matmatah sort un premier single, véritable ovni dans le paysage musical, sur lequel figurent les titres Lambé An Dro et Les Moutons. Succès fulgurant à Brest, puis en Bretagne où ils enchaînent les concerts et gèrent un réseau de distribution grandissant (30 000 unités écoulées par le bouche-à-oreille)4. Les jeunes Bretons découvrent un groupe de rock à brandir comme porte-drapeau, les étudiants brestois surtout qui voient un motif de fierté dans l’évocation des rues et des lieux de leur ville dans Lambé2. L’époque propice au rock celtique (retour d’Alan Stivell, Héritage des Celtes, Ar Re Yaouank) accueille à bras ouverts ces airs dansants issus du kan ha diskan ou de l’an-dro. Relayé par Radio Bretagne Ouest, le succès du 2 titres conduit RTL à diffuser Lambé an Dro début 1998, qui se hisse alors à la première place du classement des auditeurs.

La même année, le groupe s’inscrit aux Découvertes du Printemps de Bourges. Il termine premier dans son département, le Finistère, mais ne passe pas le cap de la sélection régionale. Le groupe décide tout de même de venir à Bourges et donne de nombreux concerts dans les bars. « Je crois que nous sommes le groupe qui a le plus joué cette année-là à Bourges, même si officiellement, nous n’avons eu aucune date », déclare alors Éric Digaire, bassiste du groupe.

La Ouache : succès du premier album

220px-Logo_Matmatah dans NEMROD34
Logo du groupe dès ses débuts.

Fin 1998, c’est la sortie nationale de leur premier album : La Ouache, produit par Claude Chamboissier (ex-Framboisier du Club Dorothée) et enregistré en mars dans le sud de l’Angleterre, au Studio Parkgate. Nouveau succès, mais cette fois-ci aussi en France, et ailleurs (La Ouache sera même édité en Russie). Plus de 800 000 exemplaires sont vendus5, notamment grâce aux tubes Lambé An Dro, Emma et L’Apologie. L’album est probablement arrivé au bon moment, alors que le rock retrouve une place de choix dans le cœur du jeune public, et qu’une « vague celtique » s’abat sur l’Hexagone, voire sur une bonne partie de l’Europe de l’Ouest. On retrouve en effet des airs traditionnels bien connus des habitués de fest-noz avec des titres comme Lambé An Dro ou La Fille du Chat Noir. Autre exemple, La Complainte de Fanch, clin d’œil implicite aux gwerzioù (« complaintes » en breton, catégorie de chant lent, triste, a cappella).

Matmatah contribue à renforcer la popularité de la musique celtique en France à la fin des années 1990 (tout comme le groupe de rap celtique Manau). Bien que cette musique, longtemps cantonnée au rang de folklore, se marie avec les musiques actuelles6, cette étiquette leur devient rapidement pesante : ils se sentent enfermés dans une vision ethnique de leur musique alors que c’est avant tout un groupe urbain brestois qui puise ses influences aux sources du rock’n roll, avec l’état d’esprit et le son seventies des guitares vintage qui vont avec. Ils considèrent ne pas rentrer dans une catégorie mais avoir une place à part dans le rock français7.

En janvier 2000, Matmatah est nommé dans la catégorie « groupe de l’année » à la première édition des NRJ Music Awards, qui a lieu pendant le Midem, à Cannes, et, le 11 mars 2000, nommé aux Victoires de la musique dans la catégorie « Groupe de l’année », le groupe chante sur le plateau L’Apologie, quelques mois avant le début du procès.

En juin 2000, les quatre membres du groupes comparaissent devant le tribunal correctionnel de Nantes, pour « provocation à l’usage de stupéfiants » et « présentation sous un jour favorable de l’usage du cannabis ». Ce procès fait suite à un concert à Nantes en 1998, où un policier de la brigade des stupéfiants, présent parmi le public est intervenu pour constater que le public ne se privait pas de fumer du cannabis, mais aussi et surtout à cause des paroles de deux de leurs chansons : L’Apologie (« Un pétard ou un Ricard, si t’as vraiment le cafard, à choisir y’a pas photo, moi je choisis le marocco. Les alcools ont leurs soûlards, le canna c’est le panard. Y’en a qui le mystifient, moi je fais son apologie. ») et Lambé An Dro (« Si t’as d’la beuh à partager, viens donc faire un tour à Lambé »)8. L’affaire est jugée malgré les protestations et une pétition de 10 000 signatures3. Les membres du groupe, qui risquent jusqu’à 5 ans de prison et 500 000 francs d’amende8, s’en sortent finalement avec 15 000 francs d’amende chacun9. Cet épisode leur inspire la chanson Quelques sourires présente sur leur deuxième album.

Rebelote

En mars 2001, Matmatah sort un deuxième album, Rebelote ; résolument rock où s’alternent titres anglais et français et rappelle le rock et le hard-rock des années 1970. Les textes et la musique sont dénués de toute référence à la Bretagne ; bien que cette orientation surprenne et déçoive leurs fans, il se vend quand même 200 000 albums et les concerts de la tournée affichent complets10. Daniel Presley (producteur de Faith No More, Dionysos, Axel Bauer) est à la production, aidant les quatre musiciens à présenter le meilleur de leurs influences (Out, dernier titre de l’opus, est ouvertement inspiré des pièces les plus épiques de Led Zeppelin). Le groupe reçoit son disque d’or, pour 100 000 exemplaires vendus11, le soir du deuxième concert à l’Olympia le 9 juin12. L’été, Matmatah repart sur les routes en passant par Solidays, les Eurockéennes, la Foire aux Vins de Colmar, ou bien encore les Vieilles Charrues devant 70 000 personnes.

L’année suivante, Matmatah, qui continue d’enchaîner les scènes (dont un concert au Midem le 21 janvier), sort l’album live Lust for a Live (où apparaît la reprise saluée par son auteur Sam Bernett de Toujours un coin qui me rappelle, chanson popularisée par Eddy Mitchell en France) et le DVD Piste Off. Après une tournée en Russie (4 dates, à Moscou, Nijni Novgorod, Saint-Pétersbourg), Fañch, en désaccords avec le groupe depuis Rebelote, met un terme à l’aventure. Sans batteur, Matmatah fait une pause en fin d’année avant de penser au futur album. Après la séparation de son groupe Alpha Jet (qui a fait les premières parties de la tournée Rebelotour), Benoit Fournier, alias Scholl, rejoint Matmatah et participe à la création du troisième album studio3.

Archie Kramer

220px-Saarang.2005.orangestreet dans Perversité
Matmatah au festival Saarang 2005

En octobre 2004, avec l’album Archie Kramer, Matmatah essaye un retour en force. Bien que toujours auto-produit, le groupe n’a pas oublié cette fois de créer des chansons calibrées FM, se prêtant à la diffusion radio (même si le groupe critique cette tendance dans les paroles du titre Radio Edit), en particulier Casi el Silencio et Au Conditionnel. La musique continue dans la même veine rock anglo-américain et hard des années 1970. Au fur et à mesure des hommages à peine déguisés, on y croise toutes leurs références, de Serge Gainsbourg aux Beatles, en passant par les Sex Pistols, Ennio Morricone et Led Zeppelin.

Mais, peut-être contrairement à l’album précédent, Archie Kramer n’est pas qu’un album à références, et le groupe essaye d’y imprimer davantage sa patte. Ses prises de positions s’y font plus fines. La chanson Au Conditionnel remporte cependant un franc succès et son clip est nommé aux Victoires de la musique13.

Les quatre membres (Benoît Fournier a remplacé Fañch à la batterie) sont invités en Inde (après le Canada, la Chine, la Russie) pour une tournée exotique dont ils ont tâché de ramener de nouvelles inspirations. La pochette de leur maxi CD suivant y fera d’ailleurs clairement référence.

And Times Goes Friendly

En 2006, les quatre membres de Matmatah sortent un maxi CD de 6 titres comportant le titre Comme si de rien n’était, dont le clip de Christophe Acker est diffusé sur les chaînes musicales.

La Cerise

L’album La Cerise sort le 5 mars 2007. Les guitares s’y font plus présentes et beaucoup plus agressives ; certains titres sont du hard rock pur, quelquefois mâtinés de touches très punky. Des ballades contrebalancent l’agressivité par la douceur des voix (chœurs aériens) et des arrangements (cordes, claviers)3. Le succès est fulgurant, porté par les deux premiers titres La Cerise et Crépuscule dandy, sortis en singles. Il existe une édition double album intitulée 28, Capucines comprenant des extraits d’un concert enregistré à L’Olympia lors de leur précédente tournée14.

Bande à part

220px-Matmatah_-_Francofolies dans Politique
Matmatah aux Francofolies en 2008.

Le 6 novembre 2007, après 13 ans d’existence, le groupe annonce dans un communiqué sa séparation par consentement mutuel pour se consacrer à des projets plus personnels. « Cette décision collective a été prise pour des raisons aussi bien artistiques que professionnelles, chacun d’entre nous ayant pour désir de continuer différemment son aventure musicale », ajoute le groupe, qui poursuivra toutefois sa tournée d’hiver, comme prévu jusqu’au 15 décembre 2007. Les derniers concerts présentent une tristesse non dissimulée comme le 30 novembre pour le dernier à Paris, dans un Olympia complet ou pour le dernier concert de la tournée à l’Atabal de Biarritz.

En outre, le groupe remonte sur scène à l’été 2008 pour quelques concerts d’« adieux », notamment au festival de Poupet (Vendée), le 14 juillet 2008, sur la grande scène des Vieilles Charrues de Carhaix le 19 juillet 2008 et le 16 août 2008 à la Foire aux Vins de Colmar, avant de jouer, le 24 août 2008, au Brussels Summer Festival15. Le dernier concert a lieu le 30 août à Plougastel-Daoulas, dans la salle L’Avel-Vor, dirigée par Éric (le bassiste) à partir de mars 2010.

Matmatah tire sa révérence avec un dernier single intitulé Bande à part ; les paroles, et plus particulièrement la pochette (Stan pointant un revolver sur la tempe d’Eric), permettent de mieux comprendre les ressentis et désirs réels de chacun des membres. Le départ annoncé de Sammy marquait pour Stan la fin du groupe alors qu’Eric aurait envisagé de continuer l’aventure avec un nouveau membre3. Le 24 octobre 2011, un best of intitulé Greatest Hits : 1998-2008 est édité par Barclay.

Antaology : retour virtuel

En décembre 2014, le groupe annonce la sortie d’un double CD et un DVD comportant des inédits et des raretés à l’occasion des 20 ans du premier concert du groupe. Antaology sort le 25 septembre 2015 et comprend 2 CD16 :

  • Le premier comporte les morceaux choisis par les membres du groupe. Les chansons sont extraites des 4 albums studio ainsi que des Ep, plus un inédit, Triceratops, enregistré en studio avec Emmanuel Baroux à la guitare17 ;
  • Le second contient des inédits et des raretés du groupe (versions alternatives, remix, versions live), dont une nouvelle chanson, Les demoiselles de Loctudy, chantée avec Les Goristes.

Cet album sort en deux versions : un double digipack avec deux CD et un petit livret ainsi qu’un coffret avec les 2 CD, 2 DVD et un livret de 60 pages (avec plus de 200 photos) réalisé par Stan18.

Plates Coutures : l’album de la reformation

220px-Matmatah_Plougastel_02-2017_-_11 dans Rue89
Concert du groupe en février 2017.

En septembre 2016, le groupe se reforme avec l’arrivée du guitariste Emmanuel Baroux (ayant joué avec Astonvilla, Axel Bauer, Tristan Nihouarn) en remplacement de Sammy19. Une tournée démarre en février 2017 avec notamment un passage à l’Olympia le 2 mars 201720. Le single Marée haute est dévoilé le 17 janvier21, accompagné d’un clip le 17 février22. Les paroles dénoncent l’addiction au pouvoir et le détournement d’argent.

220px-Matmatah_au_Festival_du_Roi_Arthur_en_2017.
Matmatah au Festival du Roi Arthur en 2017.

Onze nouvelles chansons sortent le 3 mars dans un 5e album studio intitulé Plates coutures23. L’enregistrement est réalisé en Angleterre sous la direction artistique de Bruno Green (Détroit) et le mastering à Londres aux studios Abbey Road24. Résolument rock, l’album présente des textes concernés par les problèmes de société25. Leur premier festival en plein air aux Landes Génusson sera le début d’une longue série de concert et de festivals, notamment les Vieilles Charrues et les Eurockéennes de Belfort.

Membres

Membres actuels

  • Tristan Nihouarn (Stan) : chant, guitares, harmonica, oud, claviers et flûtes
  • Éric Digaire : basse, chant, guitare, piano
  • Benoît Fournier (Scholl) (à partir de 2002) : batterie, percussions
  • Emmanuel Baroux (à partir de 2016) : guitare électrique, chant
  • Julien Carton (à partir de 2017 pour les concerts) : claviers, chant
  • 120px-Matmatah_Plougastel_02-2017_-_26

    Stan

  • 80px-Matmatah_Brest_02-2017_-_04

    Éric

  • 80px-Matmatah_Plougastel_02-2017_-_16

    Manu

  • 120px-Matmatah_Brest_02-2017_-_10

    Scholl

  • 120px-Matmatah_Brest_02-2017_-_09

    Julien

Anciens membres

  • Cédric Floc’h (Sammy) : guitare électrique, chant (1995-2008)
  • Jean-François Paillard (Fañch) : batterie, percussions (1996-2002)

Historique du groupe par années

bf427ef44ac04943cb6ba0e75390b2ec

Discographie

Albums studio

Live

Eps

[afficher]

2005 : Mille Soleils

Singles

  • 1997 : Les Moutons
  • 1998 : Lambé an Dro
  • 1998 : Emma
  • 2001 : Quelques Sourires
  • 2001 : Archimède
  • 2002 : Crève les Yeux (Live)
  • 2004 : Casi el Silencio
  • 2004 : Au Conditionnel
  • 2006 : Comme si de rien n’était
  • 2007 : La Cerise
  • 2007 : Crépuscule Dandy
  • 2015 : Triceratops
  • 2017 : Marée Haute
  • 2017 : Lésine pas
  • 2018 : Retour à la normale

Compilation

  • 2011 : Greatest Hits : 1998-2008 (Barclay)
  • 2015 : Antaology

DVD

  • 2003 : Piste Off !

Participation

Ventes d’albums

Liste des albums
Année Album Meilleur classement Ventes Certifications26
Drapeau de la France Drapeau de la Belgique Drapeau de la Suisse
1998 La Ouache27 11 25 - 800.000 FR:Disque de platine 2 × Platine1
2001 Rebelote28 8 46 83 200.000 FR:Disque d'or Or1
2004 Archie Kramer29 30 - - SNEP:Disque d'or Or
2007 La Cerise30 24 - - FR:Disque d'or Or1
2017 Plates coutures31 22 - -

Notes et références

  1. a b c et d « « Tricératops » : Matmatah renaît de ses cendres avec un inédit et un best-of anniversaire » [archive], sur chartsinfrance.net (consulté le 18 mars 2018)
  2. a et b Siohan 2005, p. 46
  3. a b c d et e Rok 2013, p. 102
  4. « Y a de la Ouache » [archive], L’Express (consulté le 15 décembre 2011)
  5. Sylvain Siclier, « Matmatah. Rebelote », Le Monde,‎ 21 avril 2001, p. 21.
  6. Solenn de Royer, « Matmatah, l’énergie de la scène bretonne », La Croix,‎ 16 décembre 1998 (lire en ligne [archive]).
  7. Siohan 2005, p. 49 : « On était trop jeunes pour copier Téléphone et trop vieux pour copier Noir Désir, du coup on a une place à part. »
  8. a et b Nicolas de la Casinière, « Le refrain de la fumette au tribunal. Le groupe Matmatah jugé pour «provocation à l’usage des stupéfiants». », Libération,‎ 16 mai 2000 (lire en ligne [archive])
    Le policier à l’origine de la procédure avait déjà alerté la justice quatre ans plus tôt, en entendant Mangez-moi ! Mangez-moi !, un tube du groupe rennais Billy Ze Kick et les Gamins en Folie, vantant les mérites de champignons hallucinogènes
  9. « Dépeche AFP de Juin 2000 » [archive], 11 juin 2000 (consulté le 29 juin 2012)
  10. « Matmatah. « La fin d’une belle histoire » », Le Telegramme,‎ 26 juin 2008 (lire en ligne [archive], consulté le 1er mars 2017)
  11. Victor Hache, « Matmatah, retour au rock », L’Humanité,‎ 13 avril 2001 (lire en ligne [archive]).
  12. Stéphane Koechlin, « Rock. Matmatah, la grosse artillerie bretonne », Le Figaro (Le Figaroscope),‎ 6 juin 2001, p. 4.
  13. « Victoires de la musique: meilleur clip pour Arthur H et M », AFP,‎ 4 mars 2006.
  14. Le CD étant par nature limité à 80 minutes, le second disque ne comporte pas l’intégralité du concert de l’Olympia. Manquent, par exemple, les chansons Lambe An Dro et Le Souvenir.
  15. Gorgiard 2008, p. 208
  16. Pour ses vingt ans, Matmatah sort une Antaologie ! [archive]Ouest-France, 23 juillet 2015.
  17. Pour ses 20 ans, Matmatah fait « le reuz » [archive], France 3, 18 juin 2015
  18. « Rock. Matmatah sort un coffret ce vendredi » [archive] (consulté le 27 septembre 2015)
  19. « Matmatah annonce son retour » [archive], sur people.bfmtv.com, 23 septembre 2016
  20. Sarah Morio, « Matmatah. « Rendez-vous le 2 mars à l’Olympia » » [archive], sur letelegramme.fr, 24 septembre 2016 (consulté le 23 septembre 2016)
  21. Jonathan Hamard, « Matmatah revient à « Marée haute » pour taper du poing sur la table. Écoutez ! », aficia,‎ 17 janvier 2017 (lire en ligne [archive], consulté le 25 février 2017)
  22. Matmatah, « Marée haute (clip officiel) » [archive], sur youtube.com, 17 février 2017
  23. Sarah Morio, « Matmatah. Un 5e album en gestation », Le Télégramme,‎ 3 décembre 2016 (lire en ligne [archive]).
  24. « « Marée haute » : Matmatah prend l’eau dans un clip pinçant et engagé » [archive], sur chartsinfrance.net, 18 février 2017
  25. « Matmatah de retour après huit ans d’absence », TV5MONDE,‎ 16 février 2017 (lire en ligne [archive], consulté le 25 février 2017)
  26. « Les Certifications – SNEP », SNEP,‎ 1er novembre 2013 (lire en ligne [archive], consulté le 18 mars 2018)
  27. « Matmatah – La Ouache » [archive], sur lescharts.com (consulté le 22 août 2011)
  28. « Matmatah – Rebelote » [archive], sur lescharts.com (consulté le 22 août 2011)
  29. « Matmatah – Archie Kramer » [archive], sur lescharts.com (consulté le 22 août 2011)
  30. « Matmatah – La Cerise » [archive], sur lescharts.com (consulté le 22 août 2011)
  31. « Matmatah – Plates coutures » [archive], sur lescharts.com (consulté le 3 août 2017)

Annexes

Bibliographie

  • Stéphan Siohan (photogr. Emmanuel Pain), « Matmatah : Rock’n roll attitude », Bretons, no 4,‎ novembre 2005, p. 44-49
  • Ronan Gorgiard, L’étonnante scène musicale bretonne, Palantines, coll. « Culture et patrimoine », 2008, 255 p. (ISBN 2911434986), « Rock et dépendances », p. 206-209
  • Olivier Polard, 40 ans de Rock à Brest, La Blanche Production, 2005, 192 p. (ISBN 2952472009) (CD, Sushi Bar live avec Miossec, 2002)
  • Ronan Gorgiard, L’étonnante scène musicale bretonne, Palantines, coll. « Culture et patrimoine », 2008, 255 p. (ISBN 2911434986), « Rock et dépendances », p. 206-209
  • Collectif (dir. Frank Darcel), ROK : De 1960 à nos jours, 50 Ans de musique électrifiée en Bretagne, t. 2 : 1990/2013, LATDK, 2013, 480 p. (ISBN 2954364408), « Matmatah », p. 100-10
  • Olivier Polard et Yan Le Gat, Le Vauban. Un siècle d’histoire brestoise, Coop Breizh, 2012
  • Pascal Pacaly, La France est vraiment Rock !!, 2019, Les Editions du Joyeux Pendu, 292 pages (ISBN 978-2-490462-07-0)

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Ressources relatives à la musique

 [masquer]

v · m
Tristan Nihouarn · Éric Digaire · Benoît Fournier · Emmanuel Baroux
Cédric Floc’h · Jean-François Paillard
Albums studio La Ouache (1998) · Rebelote (2001) · Archie Kramer (2004) · La Cerise (2007) · Plates coutures (2017)
Albums en concert Lust for a Live (2002)
Compilations Greatest Hits : 1998-2008 (2011) · Antaology (2015)
EP Concert Matmatah (1999) · Mille Soleils (2005) · …and Times Goes Friendly (2006) · Bande à part (2008)
Vidéographie Piste Off ! (2003)

Des lecteurs des Emirats arabes unis pour Satanistique

Cela a commencé hier, tandis qu’avant-hier soir j’avais eu un lecteur d’Algérie pour l’affaire de l’assassinat de Patricia Bouchon à Bouloc le 14 février 2011 :

 

Des lecteurs des Emirats arabes unis pour Satanistique dans AC ! Brest dzAlgeria, Telecom Algeria

(0 returning visits)

Win7, Chrome 73.0, 1366×768
https://www.google.com/
3 May 19:32:47

 

 

Notons également que ces derniers temps j’ai eu bien plus de visites de lecteurs russes et américains que de lecteurs français.

Très clairement, c’est le Casino Luraghi qui les intéresse.

Et j’ai aussi, actuellement, quelques visites en provenance du blog de Jean-Marc Manach à propos de la Ligue du LOL.

 

4 mai 2019 13:00 – 5 mai 2019 12:00

 

Graphique représentant les consultations des pages Blogger

Pages vues aujourd’hui
211
Pages vues hier
267
Pages vues le mois dernier
8 857
Historique global des pages vues
367 174
Membres

Gérer le suivi de vos propres consultations de pages

Pages vues par pays

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog
Entrée Pages vues

Émirats arabes unis

113

France

69

États-Unis

38

Russie

30

région indéterminée

24

Royaume-Uni

12

Autriche

7

Allemagne

6

Ukraine

6

Pays-Bas

5

Pages vues par navigateur

Entrée Pages vues

Chrome

206 (60%)

Firefox

97 (28%)

Safari

23 (6%)

Internet Explorer

8 (2%)

SamsungBrowser

6 (1%)

CriOS

1 (<1%)

Maxthon

1 (<1%)
Image illustrant les navigateurs les plus populaires

Pages vues par système d’exploitation

Entrée Pages vues

Windows

271 (79%)

Macintosh

48 (14%)

Android

11 (3%)

Unix

5 (1%)

iPhone

4 (1%)

compatible

2 (<1%)

Linux

1 (<1%)
Image illustrant les plates-formes les plus populaires

 

28 avr. 2019 13:00 – 5 mai 2019 12:00

 

Graphique représentant les consultations des pages Blogger

Pages vues aujourd’hui
211
Pages vues hier
267
Pages vues le mois dernier
8 857
Historique global des pages vues
367 174
Membres

Gérer le suivi de vos propres consultations de pages

 

Pages vues par pays

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog
Entrée Pages vues

États-Unis

524

Russie

413

France

391

région indéterminée

159

Émirats arabes unis

114

Hongrie

112

Royaume-Uni

111

Allemagne

61

Japon

52

Autriche

49

Pages vues par navigateur

Entrée Pages vues

Chrome

1393 (59%)

Firefox

596 (25%)

Safari

190 (8%)

Internet Explorer

117 (5%)

SamsungBrowser

21 (<1%)

Mwendo

8 (<1%)

CriOS

5 (<1%)

GSA

5 (<1%)

Thunderbird

2 (<1%)

#Firefox

1 (<1%)
Image illustrant les navigateurs les plus populaires

Pages vues par système d’exploitation

Entrée Pages vues

Windows

1869 (79%)

Macintosh

253 (10%)

Android

91 (3%)

iPhone

48 (2%)

Linux

29 (1%)

Unix

22 (<1%)

compatible

16 (<1%)

iPad

10 (<1%)

Android 8.1.0

2 (<1%)

Unknown

2 (<1%)
Image illustrant les plates-formes les plus populaires

 

6 avr. 2019 – 5 mai 2019

 

Graphique représentant les consultations des pages Blogger

Pages vues aujourd’hui
214
Pages vues hier
267
Pages vues le mois dernier
8 860
Historique global des pages vues
367 177
Membres

Gérer le suivi de vos propres consultations de pages

Plus »

Participants

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog

Pages vues par pays

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog
Entrée Pages vues

États-Unis

1841

France

1604

Russie

1101

région indéterminée

542

Allemagne

432

Pays-Bas

431

Royaume-Uni

420

Autriche

326

Ukraine

193

Suisse

145

Pages vues par navigateur

Entrée Pages vues

Chrome

5085 (57%)

Firefox

2134 (24%)

Safari

804 (9%)

Internet Explorer

501 (5%)

Opera

180 (2%)

SamsungBrowser

50 (<1%)

Mwendo

28 (<1%)

Thunderbird

24 (<1%)

GSA

22 (<1%)

CriOS

10 (<1%)
Image illustrant les navigateurs les plus populaires

Pages vues par système d’exploitation

Entrée Pages vues

Windows

6766 (78%)

Macintosh

1035 (11%)

Android

326 (3%)

iPhone

185 (2%)

Linux

181 (2%)

Unix

60 (<1%)

iPad

52 (<1%)

compatible

43 (<1%)

Unknown

16 (<1%)

Android 8.1.0

6 (<1%)
Image illustrant les plates-formes les plus populaires

 

Harcèlements de Cyprien Luraghi : des témoins qui se taisent… et ce n’est plus tolérable

Hugues Serraf en fait partie.

Lui qui a été une cible de la bande des cyberharceleurs du malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi durant plusieurs années sur le site Rue89 connaît bien les « amusements » de tous ses amis et complices « déconnologues » sur ce site.

Il avait publié le 17 février dernier l’article suivant sur la Ligue du LOL.

Ce n’est pas suffisant.

Les victimes ont besoin de témoignages tout à fait clairs.

Un peu de courage, messieurs les journalistes !

 

https://www.atlantico.fr/rdv/3566168/primaire-ligue–rions-de-bon-coeur-avec-la-ligue-du-lol

17 février 2019
© BERTRAND GUAY / AFP

 

Médiologie amusante

 

Primaire ligue : rions de bon coeur avec la ligue du LOL

 

L’affaire de la ligue du LOL, ce club de jeunes gens brillants qui déclamait du #MeToo dans les bons journaux de jour mais semait la terreur sexiste sur Twitter de nuit, c’est Émile Louis qui jouerait les doubles maléfiques d’Édouard Louis. Ça ne donne plus très envie de lire les Inrocks ou Libé dans un bus scolaire.

 

 

L’histoire de la ligue du LOL est tellement microcosmique qu’elle en deviendrait presque microscopique mais, comme on l’explique aux romanciers en herbe dans les ateliers d’écriture, c’est en allant du particulier vers le général qu’on touche à l’universel (enfin, moi je leur dis ça mais je raconte souvent n’importe quoi).

Ici, le particulier, c’est comment une petite clique de journalistes et de communicants parmi les plus progressistes de la place de Paris s’est organisée pour harceler sur Twitter, Facebook, par téléphone et IRL, des années durant, en toute impunité, toute une tripotée de femmes, d’homosexuels, de juifs ou de juste trop grosses dont la tronche ne leur revenait pas ou dont ils étaient jaloux…

Et le général, c’est comment des pharisiens passant leur temps à exciper de leurs vertus en public dans la journée torturent des petites filles handicapées dans leur cave dès la nuit tombée (c’est juste une image bien sûr, même si, au rythme auquel de nouvelles turpitudes sont exhumées depuis huit jours, on ne serait pas étonné d’apprendre un truc dans ce genre).

Vous voyez bien qu’on s’en approche, de l’universel.

Mais plus que de petits Harvey Weinstein, dont la beauferie semble avoir toujours été assumée, voire de mini Dieudonné, dont le sarcasme discriminatoire est même le fonds de commerce, nos loleurs en réunion tiendraient plutôt du Denis Baupin mettant du rouge à lèvres ou du Tariq Ramadan lapidant la femme adultère. Du directeur de conscience vaticanesque donnant des leçons de bonne conduite à la terre entière et ne loupant jamais un combat d’avant-garde…

Un peu comme si l’on découvrait désormais une ligue du LOL de sociologues bourdieusiens tous passés par l’EHESS, où les Pinçon-Charlot harcèleraient des chômeurs en fin de droit et des sociologues analytiques. Avouez qu’on trouverait ça plutôt MDR.

Pour autant, au-delà de la meute d’ambitieux doublement connectés confondant bêtise crasse et wittiness brillante et considérant qu’après trois lignes d’excuses ultra-formatées, il est déjà temps de leur lâcher les Stan Smith pour qu’ils puissent se remettre à rédiger des sermons en écriture inclusive, ce sont leurs parrains professionnels qu’on aimerait entendre s’expliquer. Ces vieux routiers qui savaient mais ne disaient rien, ou qui faisaient semblant de ne pas savoir, ou qui, pourquoi pas, trouvaient toutes ces saloperies si délicieusement bon enfant.

Oh, pas parce que l’on serait méchant nous aussi (si on l’était, on aurait on aurait monté notre propre ligue), mais vraiment, franchement, sincèrement par désir de comprendre. Et aussi parce qu’on aimerait éviter de monter dans bus au volant duquel Emile Louis aurait discrètement remplacé Edouard Louis. Un accident est si vite arrivé.

 

A lire ou à relire :

 

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/11/jean-marc-donnadieu-de-beziers-son-echappee-en-solitaire-de-la-ligue-du-lol/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/16/ligue-du-lol-le-journaliste-david-servenay-a-encore-perdu-une-bonne-occasion-de-se-faire-discret/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/19/quand-la-ligue-du-lol-faisait-du-luraghi-pascal-edouard-cyprien/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/20/ligue-du-lol-apres-les-journalistes-deux-agents-de-la-mairie-de-paris-suspendus/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/21/ligue-du-lol-les-inrocks-des-harceleurs-issus-de-rue89/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/21/victimes-de-la-ligue-du-lol-et-autres-harceleurs-aucun-droit-dexister-aucun-droit-a-la-vie/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/26/ligue-du-lol-et-autres-jean-marc-manach-darret-sur-images-aime-beaucoup-trop-les-cyberharceleurs/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/27/pascal-edouard-cyprien-luraghi-de-puy-leveque-et-jean-marc-donnadieu-de-beziers-deux-predateurs/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/27/ligue-du-lol-et-autres-jean-marc-manach-defend-lindefendable/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/28/ligue-du-lol-jean-marc-manach-provoque-la-colere-des-victimes-et-le-degout-des-abonnes-dasi/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/01/cybercriminalite-jean-marc-manach-ou-la-comprenette-tout-a-lenvers/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/02/ligue-du-lol-les-cool-kids-ont-pour-mere-une-prostituee-nommee-jean-marc-manach/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/04/ligue-du-lol-deux-nouveaux-journalistes-remercies-ou-licencies-toujours-rien-sur-rue89/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/05/jean-marc-manach-et-ses-gentisl-trolls-haro-sur-la-dissidence/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/06/comment-cyprien-luraghi-exige-mon-exclusion-de-rue89-en-2009/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/06/des-precurseurs-de-la-ligue-du-lol-sur-le-site-rue89/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/07/ligue-du-lol-nouvelles-pierres-dans-le-jardin-de-jean-marc-manach-en-provenance-des-inrocks/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/08/journee-de-la-femme-2019-encore-une-pierre-dans-le-jardin-de-jean-marc-manach/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/08/juin-2010-pascal-edouard-cyprien-luraghi-ouvre-son-blog-tique-toc/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/10/jean-marc-manach-bien-en-vue-sur-google-avec-la-ligue-du-lol/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/13/jean-marc-manach-refuse-dentendre-parler-des-echecs-judiciaires-de-pascal-edouard-cyprien-luraghi/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/14/sororite-masculiniste-kesako/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/27/toujours-des-masculinistes-chez-jean-marc-manach/

 

Ligue du LOL et autres : Jean-Marc Manach d’Arrêt sur Images aime beaucoup trop les cyberharceleurs

Une semaine après les premières révélations sur la Ligue du LOL était exhumée la vidéo d’une émission de Jean-Marc Manach interviewant en mai 2013 un des membres de ce groupe de cyberharceleurs qui, ne dévoilant pas son identité, était alors présenté comme un « gentil troll ».

Il vient de refaire une émission sur le sujet avec ASI, sous le titre fort désagréable de : « On ne peut pas réduire la Ligue du Lol à du harcèlement » (voir ci-dessous).

Comme il est hors de question que je verse un centime à ce média, vu ce que ses journalistes (les mêmes) avaient aussi fait sur mon compte la même année, et mis en ligne le 10 septembre 2013, je n’ai personnellement pas accès à la totalité de l’article et de la vidéo correspondants, lesquels sont réservés aux abonnés d’ASI. Il ne m’est donc pas possible d’en commenter plus que le titre.

En revanche, je vais parler un peu pour la toute première fois de cette émission de septembre 2013 comportant un reportage-débat qui m’était consacré, sous un titre également très désagréable : « Faudra-t-il dénoncer les blagues de blondes sur Internet ?«  (voir ci-dessous).

La vidéo de cette émission est aujourd’hui intégralement réservée aux abonnés d’ASI.

Que ceux qui n’en sont pas se rassurent : ils ne perdent vraiment rien à la méconnaître, c’est juste une commande du cyberharceleur Pascal Edouard Cyprien Luraghi auprès de son ami Jean-Marc Manach, également ami de David Servenay, ancien journaliste de Rue89, lui-même très grand ami des cybercriminels de la bande dudit Pascal Edouard Cyprien Luraghi, lesquels ont toujours sévi sur le site Rue89 de 2008 jusqu’à janvier 2017, ces deux journalistes étant passés par OWNI, site connu pour avoir hébergé ou employé plusieurs des membres de la Ligue du LOL, dont l’activité de harcèlements sur Internet s’inspire à l’évidence de manière directe de celle de la bande du mythomane « en ligne et à l’oeil depuis 2001″.

Je n’avais donc pas été prévenue avant sa diffusion, Jean-Marc Manach n’ayant à aucun moment cherché à me joindre pour recueillir ma version des faits, son but étant de diffuser uniquement celle, entièrement mensongère et très fortement calomnieuse à mon égard, du mythomane précité.

Il avait toutefois invité à donner son point de vue sur l’incroyable jugement du TGI de Brest du 11 juin 2013 qui l’affectait comme moi le juriste de mon hébergeur de blog de 2010 à 2013, à savoir la plateforme de blogs et société OverBlog.

Cela lui vaudra la rancune tenace de son bon ami Cyprien Luraghi qui dès lors publiera sur divers sites des commentaires haineux à son encontre, que je finirai par remarquer, après d’autres beaucoup plus amènes, et à propos desquels je le contacterai à compter du 17 septembre 2014, d’abord sans me présenter.

Voilà la réponse qu’il avait bien voulu me faire à cette date :

Le 17/09/2014 à 13:02, manhack a écrit :

Cyprien a eu des soucis avec quelqu’un qui l’a diffamé, et il a réclamé à l’hébergeur de son site de censurer les propos en question; on en a longtemps discuté, et on n’est pas d’accord; je pense que c’est à la Justice de décider ce qui doit être censuré (ou pas), pas à un opérateur privé.

PS : comment avez-vous eu mon mail ?
bien cordialement, 
jean marc manach
Le 17 septembre 2014 11:40, XXXXXXXXXXXX a écrit :

Bonjour,Je tombe sur des commentaires de Cyprien LURAGHI sur l’article qui se trouve à cette adresse :http://merzeau.net/reflexions-sur-le-droit-a-loubli/Notamment, il a écrit :

Cyprien Luraghi

Je suis en train de vous écouter dans l’émission 12h42.

Vous n’avez pas la moindre idée de ce dont quoi vous causez et encore moins de la vraie vie des vrais gens en chair et en os.

Lisez ça :

http://icyp.fr/2011/12/24/nemrod34-gagne-en-appel-contre-overblog/

Lisez bien tout, et suivez TOUS les liens inclus.

Et demandez d’en savoir plus à M. Manach.

RépondreDonc, je suis son conseil et vous demande de bien vouloir m’en dire plus.Merci de me renseigner.Cordialement,

XXXXXXX.

 

S’ensuivra une conversation par échange de mails au cours de laquelle, après m’être présentée, je lui expliquerai quelle était la situation réelle. Il y mettra fin le 23 septembre 2014 au motif que je l’ennuyais avec mes reproches quant à sa proximité avec mes harceleurs, qu’il ne souhaitait déranger en aucun cas (je lui demandais de bien vouloir témoigner de toutes leurs calomnies à mon encontre), et son adhésion sans aucune réserve à leur version des faits mensongère qu’il se permettait de divulguer auprès d’inconnus, en l’occurrence moi avant que je ne me présente, sans avoir jamais pris la peine de me contacter pour savoir ce qu’il en était réellement.

Cerpendant, je ne savais encore rien de son émission du 10 septembre 2013, personne ne m’en ayant jamais avertie, ni avant, ni après sa diffusion.

Je l’ai recontacté le 27 novembre 2014 après avoir trouvé un autre commentaire de Cyprien Luraghi le concernant, et il m’avait alors répondu comme suit :

Le 28/11/2014 à 18:32, manhack a écrit :

Bonjour,

comme précédemment indiqué, il a tenté de me convaincre de sa version de l’histoire, mais comme je n’étais pas d’accord avec lui sur la responsabilité des hébergeurs, depuis, il ne semble plus vraiment m’apprécier…

 

bien cordialement, 
jean marc manach 
Le 27 novembre 2014 16:00, XXXXXXXXXX a écrit :

Bonjour,Je suis en train de parcourir les commentaires les plus récents du malade mental Pascal Edouard Cyprien Luraghi sur le site Rue89.Comme à son habitude, il peste contre les journalistes dont il n’a réussi à convaincre strictement aucun d’écrire ou publier quoi que ce soit à mon sujet – il me traite toujours de la même manière.Et là, je viens de trouver ceci qui vous concerne :

Numéric Numéric a publié un commentaire à l’article « Evidemment, on ne nous épargnera pas la petite conclusion technophobe… » – il y a 1 semaine 2 jours

Tiens, lis cet article gnangnan radotage gogol du fameux Manach, genre tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil : CLIC

Moi je dis : ils sont totalement à côté de la plaque, ces sectouilleux-là ! Putains de pieds tendres nolife qu’ils sont…

Hunter S. Thompson, reviens !

============================================

Vous aviez donc bien raison de me répondre il y a deux mois que vous n’étiez pas amis – mais à vrai dire, je ne l’ai jamais pensé.

Il reste qu’il a bien tenté de vous vendre sa merde me concernant, comme à bien d’autres, et que votre témoignage à ce sujet m’intéresse toujours.

Pourrez-vous un jour me le livrer ?

Merci de me répondre, ce serait sympa.

Cordialement,

XXXXXX.

 

Il me faudra attendre le 7 janvier 2015 pour être enfin informée :

Le 07/01/2015 à 14:49, manhack a écrit :

il s’agit je pense de cette émission, où intervenait le juriste d’overblog :

http://www.arretsurimages.net/emissions/2013-09-10/Faudra-t-il-denoncer-les-blagues-de-blondes-sur-Internet-id6100

bien cordialement, 
jean marc manach 
Le 7 janvier 2015 13:24, XXXXXXXXXX a écrit :

Bonjour,Depuis quelques jours, je fouille un peu dans les commentaires sur Rue89 et y ai notamment trouvé celui-ci de Cyprien Luraghi se plaignant d’une émission d’ASI où sa bande de « déconnologues » a été qualifiée de « harceleurs en bande organisée » pour ce qui est de ses comportements à mon encontre. Ce commentaire remonte à début février 2014. Je suis un peu chagrinée de l’apprendre de cette manière, mais bon, l’un des buts des harcèlements dont je suis victime est précisément d’isoler la cible, et ils m’ont bien isolée, personne ne m’informe de rien…Pourriez-vous m’indiquer de quelle émission il s’agit ?

Merci d’avance.Cordialement,XXXXXX.

 

Yxe Ygrec répond à Tabasco
islamigré

 

Rue89 est intimement mêlé à cette affaire : la personne condamnée − le corbeau de Brest − a écrit des milliers de commentaires ici entre 2008 et 2009 et c’est d’ici que tout est parti, pour moi en tout cas. Donc il est hors de question pour leur équipe de rédaction, de publier quoi que ce soit à ce sujet, évidemment. Idem pour d’autres journalistes, dont un qui a publié ici en free-lance autrefois et maintenant est une des figures de proue du data-journalisme français : avec lui j’ai échangé 102 mails pendant un mois et demi et passé des heures au téléphone jusqu’à pas d’heure : il sait précisément de quoi il en retourne, à savoir : d’un hébergeur ayant refusé de se conformer à la LCEN et à ses propres CGU pour des raisons que j’ignore, ainsi que mes compagnons de galère. Et : silence radio. Mieux : le juriste de cet hébergeur nous a accusés publiquement sur PCInpact et dans une émission d’ASI − 12h42 − présentée par ce même data-journaliste, d’avoir été des genre de « harceleurs en bande organisée », nous comparant à ces fumiers ayant poussé une minette au suicide sur Ask.com. Faut se cramponner quand on lit et qu’on voit ça, tu sais… J’ignore encore jusqu’où cette dégueulasserie ira : je fais confiance aux tripes puantes du tréfonds de l’esprit humain pour ça… Aucun journaliste n’aura le courage de parler de cette affaire : elle est bien trop sale pour leurs petits mimines bien proprettes.

 

Voilà. Edifiant, non ? Il voit bien que je ne suis pas au courant et ne me dit rien de son émission dont il faudra que je découvre moi-même des traces de l’existence avant d’être enfin informée…

Après cela, je lui ai toujours vainement demandé, et de rectifier ses propos publics me concernant, et d’informer ses lecteurs ou auditeurs des échecs judiciaires de mes harceleurs…

 

https://www.lexpress.fr/actualite/medias/quand-un-membre-de-la-ligue-du-lol-racontait-sa-vie-de-troll_2062436.html

« Ligue du lol »: quand l’un des trolls racontait sa vie

 

Par Audrey Kucinskas, publié le 15/02/2019 à 13:04 , mis à jour à 14:22

 

De dos, David Doucet raconte sa vie de troll, sur France 5.
De dos, David Doucet raconte sa vie de troll, sur France 5.Capture d’écran France 5

 

Une interview datant de 2013 montre le rédacteur en chef des Inrocks, David Doucet, détaillant ses fausses identités, et des canulars téléphoniques.

 

La vidéo circule beaucoup sur Twitter. On y voit un homme portant un bonnet, filmé de dos, répondant aux questions de Jean-Marc Manach, alors rédacteur en chef de l’émission de vulgarisation d’internet, le Vinvinteur, sur France 5. L’idée de ce numéro diffusé en 2013 est de parler avec un « gentil troll », qui expliquerait en quoi sa mission de trolling a presque un intérêt presque public.

L’interviewé, connu sur Twitter à l’époque sous le pseudonyme de @PascalMéric, raconte comment il a notamment créé un profil Twitter pour l’actrice Vanessa Demouy, la rendant, à dessin, particulièrement intellectuelle.

« C’est comme du théâtre en fait, dit-il, sans que sa voix ne soit altérée. Plus il y avait de gens qui la suivaient, plus je dérivais. J’avais envie de lui créer une personnalité très littéraire, cultivée, elle parlait d’Eschyle, d’épigraphie latine, sans que ça ne choque personne. [...] Le décalage était incroyable », s’étonne encore le troll, qui finit par changer de personnalité, délaissant Vanessa Demouy -qui refuse de récupérer les clés du compte Twitter- pour se transformer en Robert Hue. « J’essaie de ne pas profiter, je suis jamais dans la manipulation, » assure-t-il cependant.

LIRE AUSSI >> Les ravages de la Ligue du LOL

« Pascal Meric », qui déplore que les réseaux sociaux se soient professionnalisés au profit du « personal branding » [l'autopromotion] évoque aussi des canulars téléphoniques qu’il a lui-même réalisés. « J’ai fait des canulars mais avec des amis, où je pouvais interviewer des personnalités politiques comme Christian Vanneste (président du Rassemblement Pour la France) . [...] Dès que je suis bourré, je fais un canular téléphonique. »

« Oui Pascal Méric, c’était lui »

Depuis les révélations de l’existence de la Ligue du LOL, signées Checknews, cette vidéo de 38 minutes circule énormément sur Twitter. Car ils sont nombreux à voir derrière l’homme au bonnet, David Doucet, rédacteur en chef des Inrocks, actuellement mis à pied par sa rédaction en raison de son appartenance au groupe Facebook privé.

Lui est notamment reproché un canular téléphonique diffusé sur internet : il y fait croire à Florence Porcel, alors intermittente, qu’il est le rédacteur en chef Laurent Bon, et qu’il souhaite l’embaucher dans une émission. Florence Porcel a admis avoir pleuré pendant trois jours à la suite de la diffusion du piège.

Contacté par L’Express, David Doucet n’a pas encore répondu à nos sollicitations. Jean-Marc Manach auteur de l’interview, lui, confirme : « Oui, Pascal Méric était David Doucet, ils étaient probablement plusieurs à animer le compte, mais c’est David qui a accepté l’interview, se remémore-t-il. « Je n’avais aucune connaissance de la Ligue du LOL et je ne savais pas non plus que certains de ses membres pouvaient faire du harcèlement, comme on l’a découvert depuis la semaine passée… »

LIRE AUSSI >> Ligue du LOL, un harcèlement volontiers antisémite

Malgré tout, Jean-Marc Manach tient à remettre cette interview en contexte. « J’avais totalement oublié, pour tout dire, tout ce qui entourait cette interview. Florence Porcel jouait elle-même par ailleurs un troll, déguisée en fée Clochette. » Quand l’émission est diffusée sur France 5, en mai 2013 (après sa diffusion en ligne) Pascal Méric publie, dans la foulée, son canular téléphonique. Relayé par Jean-Marc Manach lui-même, comme il le confie à L’Express, tweet à l’appui.

« On s’était fait troller par le troll »

« Je me suis excusé auprès de Florence, car s’il n’y avait pas eu l’émission, elle ne se serait pas fait piéger. Comme je n’étais pas tout le temps là, je ne savais pas qu’elle avait pleuré pendant trois jours… Et par ailleurs, à l’époque, j’avais en effet trouvé ça vraiment drôle : on s’était fait troller par le troll qu’on avait invité… Aujourd’hui, David Doucet est accusé d’avoir ‘harcelé’ Florence, alors que c’était donc un canular, qu’elle a perçu comme faisant partie du harcèlement dont elle avait fait l’objet depuis 2010″, déplore le journaliste.

Sur Twitter, la vulgarisatrice scientifique a relayé le message d’excuses de David Doucet, qui a lui-même admis être à l’origine du piège. « Cette libération de la parole m’a fait prendre conscience que je comptais parmi les bourreaux. Durant cette période, j’ai en effet réalisé deux canulars téléphoniques dont celui raconté courageusement par Florence Porcel. [...] Je mesure aujourd’hui la dégueulasserie de ces actes et je n’ai pas d’excuses pour cela. »

Et auprès de France 3, Florence Porcel a détaillé les actes de malveillance dont elle a été victime. « C’étaient des messages malveillants, qui m’attaquaient moi, ma personnalité, mon travail, et surtout de manière répétée, ciblée, pendant des années. C’était clairement pour me nuire, pour me faire perdre confiance en moi, pour m’humilier. »

 

https://www.francetvinfo.fr/societe/harcelement/ligue-du-lol/video-quand-un-membre-de-la-ligue-du-lol-racontait-ses-canulars-a-la-television_3193393.html

VIDEO. Quand un membre de la « Ligue du LOL » racontait ses canulars à la télévision

 

Selon les informations de « L’Express », la personne interviewée est David Doucet, rédacteur en chef du service web des « Inrocks », mis à pied à titre conservatoire, après les révélations sur la « Ligue du LOL ».

 

Jean-Marc Manach, rédacteur en chef de l\'émission \"Le Vinvinteur\", sur France 5, lors d\'une émission en 2013 avec \"Pascal Méric\".&nbsp;

Jean-Marc Manach, rédacteur en chef de l’émission « Le Vinvinteur », sur France 5, lors d’une émission en 2013 avec « Pascal Méric ».  (LE VINVINTEUR / YOUTUBE)

 

« C’est une personne dont j’ai trouvé une photo comme ça, et d’un coup j’ai essayé d’en faire une sorte de journaliste redresseur de torts, légèrement beauf sur les bords, très attaché aux vieilles règles d’Internet. Durant longtemps, les gens ont cru que c’était un vrai personnage. » Nous sommes en mai 2013 et Jean-Marc Manach, alors rédacteur en chef de l’émission, « Le Vinvinteur », diffusé sur France 5, reçoit un « troll » sur son plateau.

Dans cette vidéo exhumée par L’Express, on y voit l’interviewé raconter comment il a créé de toutes pièces des faux profils au nom de célébrités (l’actrice Vanessa Demouy, l’ancien patron du PCF Robert Hue et l’écrivaine Tristane Banon) mais aussi celui d’un certain Pascal Méric, devenu un personnage connu sur le réseau social.

Le « troll » explique qu’il a également une autre spécialité : « Dès que je suis bourré, je fais un canular téléphonique.«  Mais, assure-t-il, « j’essaye de ne pas profiter, je suis jamais dans la manipulation. »

« Oui, Pascal Méric était David Doucet »

Derrière cet homme au bonnet, les internautes sont nombreux à avoir reconnu David Doucet, devenu depuis rédacteur en chef du service web des Inrocks, et mis à pied à titre conservatoire pour avoir participé à la « Ligue du LOL », ce groupe d’internautes accusés d’avoir dénigré et harcelé des journalistes et des blogueurs au tournant des années 2010. Il a notamment reconnu avoir participé à un canular visant la journaliste Florence Porcel.

Interrogé par L’Express, Jean-Marc Manach confirme que David Doucet était bien son invité dans l’émission. « Oui, Pascal Méric était David Doucet, ils étaient probablement plusieurs à animer le compte, mais c’est David qui a accepté l’interview, se souvient-il. Je n’avais aucune connaissance de la ‘Ligue du LOL’ et je ne savais pas non plus que certains de ses membres pouvaient faire du harcèlement, comme on l’a découvert depuis la semaine passée… » 

Jean-Marc Manach avait, à l’époque, relayé le canular dont avait été l’objet Florence Porcel, jeune journaliste, également participante à l’émission « Le Vinvinteur » qui fait partie des victimes de la « Ligue du LOL ».

« Je me suis excusé auprès de Florence, car s’il n’y avait pas eu l’émission, elle ne se serait pas fait piéger. Comme je n’étais pas tout le temps là, je ne savais pas qu’elle avait pleuré pendant trois jours… Et par ailleurs, à l’époque, j’avais en effet trouvé ça vraiment drôle : on s’était fait ‘troller’ par le ‘troll’ qu’on avait invité… », poursuit Jean-Marc Manach. Contacté par L’Express, David Doucet n’a pas répondu aux sollicitations de l’hebdomadaire.

 

https://www.arretsurimages.net/emissions/arret-sur-images/on-ne-peut-pas-reduire-la-ligue-du-lol-a-du-harcelement

« On ne peut pas réduire la Ligue du Lol à du harcèlement »

 

22 février 2019

01 h 21
  • Avec
    Rafik Djoumi et Jean-Marc Manach et Florence Porcel
  • Presentation
    Daniel Schneidermann et Juliette Gramaglia
  • Préparation
    Adèle Bellot
  • Deco-Réalisation
    Sébastien Bourgine et Antoine Streiff

 

Réservé à nos abonné.e.s

 

Les agressions reprochées à la Ligue du LOL sont-elles les dérapages solitaires de certains esprits pervers, ou bien peut-on tenter de les relier à une « culture du LOL », elle-même partie prenante d’une plus vaste culture du web ? Plongée dans la très lointaine période du début des années 2010, avec Jean-Marc Manach, journaliste spécialisé sur les questions de surveillance et de vie privée sur internet, ancien rédacteur en chef de l’émission Le Vinvinteur (France 5, 2012-2013) ; Rafik Djoumi, ancien rédacteur en chef du magazine Bits (Arte Creative, 2013-2018) ; et Florence Porcel, vulgarisatrice scientifique, l’une des premières à témoigner du harcèlement subi de la part de la « Ligue du Lol ».

Twitter, « c’était la cour de récré »

On commence l’émission par le témoignage de Florence Porcel. En 2013, elle reçoit un coup de téléphone d’une personne se présentant comme Laurent Bon, producteur du Petit Journal, pour lui proposer du travail. Il s’agit en réalité de David Doucet, devenu entretemps rédacteur en chef du site des Inrocks aujourd’hui mis à pied et en procédure de licenciement. Plusieurs enquêtes (Mediapart, Rue89, Le Monde), ont détaillé depuis le management parfois brutal de Doucet, ainsi que de certains de ses collaborateurs ou supérieurs, envers des journalistes. Porcel revient aussi sur le harcèlement qu’elle a subi pendant des années. « J’avais peur pour mon intégrité physique » se souvient-elle, évoquant des « tw…

 

https://www.arretsurimages.net/emissions/faudra-t-il-denoncer-les-blagues-de-blondes-sur-internet

Arrêt sur images

Notre nouvelle émission avec PCINpact, animée par Jean-Marc Manach

10 septembre 2013

42 m 40

 

Réservé à nos abonné.e.s

 

Un tour de vis inattendu sur la liberté d’expression sur Internet ?

 

Un projet de loi sur l’égalité hommes femmes, qui devrait être débattu au Sénat en ce mois de septembre, devrait inclure de nouvelles obligations pour les plateformes de blogs et les hébergeurs Internet. Il devrait notamment élargir considérablement les propos susceptibles d’être dénoncés à la police, comme le signalait cette enquête de PCINpact. Ainsi, les discours « haineux » ou « sexistes » devraient être dénoncés.

Ces dispositions sont-elles légales ? Et à propos, sont-elles techniquement possibles ? C’est à ce sujet que nous consacrons notre nouvelle émission, 14 heures 42, en partenariat avec PCINpact. Elle sera diffusée tous les deux mardis à 14 heures 42 précises, et durera 42 minutes. Cette émission, qui se propose de répondre à la gr…

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo…

Cet article est réservé aux abonné.e.s

 

De la folie du cybercriminel et terroriste Jean-Marc Donnadieu de Béziers

Il y a environ trois heures, soit vers 10h00 ce matin, il a publié le message suivant sur Facebook :

 

3 h ·

Ça fait des années que je répète que la France a un problème avec la psychiatrie. Le nombre de malades non suivis et non soignés est impressionnant.
Internet est une fenêtre ouverte sur ce véritable problème.

Commentaires

 

 

Voir ci-dessous l’article de presse cité dans ce message.

Donc, quand ses amis islamistes assassinent à tour de bras, il ne trouve rien à redire, bien au contraire, il est très fier de ses ouailles.

Par contre, quand une personne suivie pour troubles psychiatriques tue dix personnes en mettant le feu à son domicile, aussitôt il saute sur l’occasion pour débiter son couplet habituel sur Internet et les malades mentaux, c’est-à-dire, de son point de vue, des gens comme moi qui en réalité n’ont jamais eu aucun trouble psychiatrique mais dont les publications le dérangent au point qu’avec ses amis cybercriminels et terroristes il a décidé d’attaquer l’Etat français de multiples manières en vue d’en obtenir que nous soyons tous privés de toute liberté d’expression, et ce de manière définitive, ce qui permettrait enfin à son complice Pascal Edouard Cyprien Luraghi de se déployer sur toute la toile sans plus aucune limite avec toutes ses affabulations délirantes à notre sujet.

Mais au fait, quel est le contenu de l’article qu’il cite pour appuyer ses dires ?

Pour l’essentiel, son auteur rapporte les propos de psychiatres expliquant qu’ils ne peuvent prévoir les consommations d’alcool et de substances illicites causes des passages à l’acte qu’ils tentent d’éviter en psychiatrisant les personnes manifestement dangereuses qui leur sont confiées par des tiers, généralement des proches.

Drogue et alcool… deux gros problèmes de… Jean-Marc Donnadieu lui-même… et de tous ses complices, au premier rang desquels les deux anciens ou toujours alcooliques Pascal Edouard Cyprien Luraghi et Josette Brenterch du NPA de Brest…

En effet, le nombre de malades non suivis apparaît bien impressionnant…

Rappelons à ce sujet que le psychopathe Jean-Marc Donnadieu de Béziers se prend pour Dexter et se vit comme une espèce de chevalier blanc du net : il assassine ou fait assassiner « pour la bonne cause »… celle de ses complices violeurs, pédophiles, proxénètes, assassins, trafiquants d’armes, trafiquants de drogue, etc… le but étant de leur éviter poursuites judiciaires, condamnations et prison…

Mode opératoire privilégié : manipulation d’autres psychopathes sortant de prison sous couvert de leur venir en aide…

Curieusement, un des anciens tueurs du Brabant présumés, liés au réseau pédophile de Marc Dutroux, que défend furieusement son complice Pascal Edouard Cyprien Luraghi, a lui aussi une activité de soutien ou d’aide à la réinsertion d’anciens détenus depuis qu’il est lui-même sorti de prison.

On en cause ici :

http://tueriesdubrabant.winnerbb.com/t3188-la-piste-francaise-de-l-ex-gendarme-jean-pierre-adam

Bonne lecture à tous.

 

https://www.huffingtonpost.fr/2019/02/06/pourquoi-la-suspecte-de-lincendie-a-paris-etait-sortie-6-jours-plus-tot-dhopital-psychiatrique_a_23662716/?utm_hp_ref=fr-homepage&fbclid=IwAR2YzPH_hNS-aoK204-1XHajO3OBZIIwoXaorgx8KSI58pKKtWUWDDhO_sk

FAITS DIVERS

06/02/2019 10:44 CET | Actualisé il y a 23 heures

 

Pourquoi la suspecte de l’incendie à Paris était sortie 6 jours plus tôt d’hôpital psychiatrique

 

Sur les dix dernières années, cette femme d’une quarantaine d’années en a passé cinq placée en structure psychiatrique par ses proches.

 

Sur les dix dernières années, cette femme d'une quarantaine d'années en a passé cinq placée en structure psychiatrique par ses proches.

BENOIT MOSER via Getty Images
Sur les dix dernières années, cette femme d’une quarantaine d’années en a passé cinq placée en structure psychiatrique par ses proches.

 

PARIS – Un lourd passé psychiatrique. Mardi 5 février, la France se réveillait « dans l’émotion », pour citer les mots d’Emmanuel Macron, après le terrible incendie qui a coûté la vie à au moins dix personnes, en blessant une trentaine d’autres. Un feu survenu dans un immeuble du XVIe arrondissement de Paris, rue Erlanger, et dont l’origine a rapidement semblé criminelle pour les enquêteurs.

En effet, une habitante du bâtiment âgée d’une quarantaine d’années a été interpellée lors de l’intervention des secours, alors qu’elle tentait d’incendier du mobilier urbain. Et il est rapidement apparu qu’elle avait auparavant eu une violente dispute avec l’un de ses voisins, un pompier auquel elle aurait lancé « Bon courage », lui expliquant qu’en tant qu’au vu de sa profession, il devait apprécier les flammes.

Depuis, les éléments ne cessent d’affluer quant à la personnalité de cette femme, qui « présentait des antécédents psychiatriques », comme l’a rapidement expliqué le procureur de la République Rémy Heitz.

Mardi, après son interpellation, elle a été placée à l’institut psychiatrique de la préfecture de police (IPPP) parce que son état était jugé incompatible avec le régime de la garde à vue. « Quand il y a des troubles du comportement et des troubles à l’ordre public, à Paris, il y a l’IPPP, une structure spécialisée où un examen psychiatrique est fait », a expliqué le docteur en psychiatrie Florian Ferreri à RTL, au sujet de cette procédure, unique en France. L’I3P, son autre nom, accueille ainsi des personnes présentant à la fois un « danger imminent pour la sureté des personnes » et « des troubles mentaux manifestes ».

Déjà reconnue pénalement irresponsable à 2 reprises

« Lors de cet examen, on regarde le comportement et les propos qui sont tenus. Si la personne est confuse ou dans un délire complet où elle n’est n’est pas ancrée dans la réalité, alors la garde à vue n’est pas propice à avancer plus loin, et il est nécessaire qu’il y ait des soins. La personne va alors être hospitalisée pour recevoir des soins et comprendre ce qu’il s’est passé », poursuit le médecin. Ce passage à l’IPPP peut durer jusqu’à 48 heures, et la personne peut ensuite être remise la police dans le cadre de la suite de l’enquête, jusqu’à pourquoi pas être jugée.

La mise en cause dans l’incendie de la rue Erlanger, elle, est déjà connue de ces services. Par le passé, elle a déjà été visée par trois procédures judiciaires, dont une en 2016 pour l’incendie d’un magasin suivi de vols. Celle-ci, comme une autre affaire de violence la même année ont été classées sans suite car la femme ne pouvait être tenue pour pénalement responsable. Elle n’a jamais été condamnée pénalement.

Plus récemment, elle était sortie mercredi dernier de l’hôpital psychiatrique Sainte-Anne, le 30 janvier, et a vécu treize internements au cours de ces dix dernières années. Comme le rapporte RTL, elle aurait passé cinq ans en hôpital psychiatrique ces dix dernières années, à chaque fois en étant placée par sa famille après des crises ou quand son comportement devenait ingérable.

Depuis sa dernière sortie de l’hôpital, elle était retournée vivre seule au deuxième étage de l’immeuble de la rue théâtre du drame.

L’imprévisibilité des rapports humains et l’abus de substances comme inconnues

Pour le docteur Florian Ferreri, qui exerce à l’hôpital Saint-Antoine, des facteurs ont pu intervenir entre cette sortie et un passage à l’acte présumé. Toujours sur RTL, il cite notamment « l’imprévisibilité des rapports humains (…) Et puis malheureusement dans certains cas il y a des comportements sur-ajoutés: des conflits qu’on ne peut pas prévoir, des consommations d’alcool ou de substances illicites qui font que la situation est authentiquement complexe. »

« Sous alcool, on devient, elle, moi et beaucoup d’autres des monstres », a confié à BFMTV une amie de la suspecte. Les deux femmes se sont rencontrées lors d’une cure de désintoxication, et au moment de son interpellation, la mise en cause était très fortement alcoolisée. « L’abus de substances -et notamment l’alcool- est désinhibitrice, c’est-à-dire qu’il favorise le passage à l’acte agressif envers d’autres personnes et envers soi-même. Si la personne est malade, elle reste malade quand elle n’est pas alcoolisée ou pas sous l’emprise toxique, mais le fait de rajouter quelque chose fait qu’il peut y avoir de l’agressivité d’un coup », précise le docteur en psychiatrie Florian Ferreri.

Mais pour le médecin, ce n’est pas parce qu’il pourrait y avoir eu un passage à l’acte violent que les médecins n’auraient pas dû laisser sortir la quadragénaire de l’hôpital le 30 janvier dernier. « Ce sont l’évaluation clinique et la prise thérapeutique médicamenteuse et des soins non-médicamenteux qui permettent de créer un contexte pour que les personnes qui souffrent de troubles mentaux puissent vivre en dehors de l’hôpital quand elles sont stabilisées », explique celui qui insiste sur le fait que les personnes souffrant de troubles psychiatriques et de maladie mentale n’ont pas pour vocation de vivre à l’hôpital en permanence.

« Il reste malheureusement des cas dans lesquels les thérapeutiques médicamenteuses ne fonctionnent pas, des cas résistants. C’est vrai dans tous les domaines de la médecine, mais quand c’est en psychiatrie, ça peut se traduire par des drames. »

Toutefois, pour le docteur Pierre Lamothe, ancien psychiatre en hôpital et expert agrégé auprès de la cour de cassation interrogé par Franceinfo, il peut y avoir une part de responsabilité collective dans le drame de la rue Erlanger. « Il n’y a pas de petits incendies ou de petites affaires. Les incendiaires récidivent très souvent. Je pense qu’on a probablement sous-estimé sa dangerosité. Peut-être parce aussi elle apparaît avoir été liée à l’alcool à certains moments. On a toujours tendance à croire que c’est à l’ivresse et non pas à la maladie mentale qu’il faut attribuer le geste. »

À voir également sur Le HuffPost:

LIRE AUSSI

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Dexter_(s%C3%A9rie_t%C3%A9l%C3%A9vis%C3%A9e)

Dexter (série télévisée)

Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dexter.
Dexter
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo original de la série.
Données clés
Titre original Dexter
Genre Dramatique
Thriller
Psychologique
Suspense
Horreur
Humour Noir
Policier
Création James Manos Jr.
Production John Goldwyn
Acteurs principaux Michael C. Hall
Jennifer Carpenter
James Remar
David Zayas
Lauren Vélez
C.S. Lee
Desmond Harrington
Julie Benz
Geoff Pierson
Aimee Garcia
Musique Daniel Licht
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d’origine Showtime
Nb. de saisons 8
Nb. d’épisodes 96 (liste)
Durée 45 à 52 minutes
Diff. originale 1er octobre 200622 septembre 2013
Site web http://www.sho.com/dexter

modifier Consultez la documentation du modèle

Dexter est une série télévisée américaine en 96 épisodes de 52 minutes, créée par James Manos Jr. d’après le roman de Jeff Lindsay, Ce cher Dexter, diffusée simultanément entre le 1er octobre 2006 et le 22 septembre 2013 sur Showtime aux États-Unis et au Canada, en simultané sur The Movie Network et Movie Central1.

En France, la série est diffusée depuis le 17 mai 2007 sur Canal+ en VM, depuis le 18 février 2010 sur TF1 ainsi que depuis le 25 janvier 2013 sur NT1 et rediffusion depuis le 1er octobre 2017 sur Polar+2, en Belgique, depuis le 17 mars 2007 sur Be Séries, depuis le 22 mai 2008 sur RTL-TVI et au Québec, depuis le 10 juin 2008 sur Mystère/AddikTV.

En Suisse, les dirigeants de la TSR ont jugé cette série contraire aux valeurs d’une chaîne publique et ont donc décidé de ne pas la programmer bien que sa consœur suisse alémanique SF Zwei ait fait l’impasse sur une quelconque censure3.

Synopsis

Victime d’un traumatisme dans son enfance, Dexter Morgan est adopté par un officier de la police de Miami, Harry Morgan.

Devenu adulte, Dexter est présenté comme un tueur en série. Pour masquer cette activité de tueur, Dexter travaille pour la police de Miami, au département de la Criminelle : il y est expert en médecine légale spécialisé dans l’analyse de traces de sang.

Dexter se dit incapable de ressentir la moindre émotion, sinon lorsqu’il satisfait des pulsions meurtrières. Harry, son père adoptif, lui a appris à canaliser ses pulsions meurtrières ; et de fait, Dexter ne tue que les criminels qui sont parvenus à échapper au système judiciaire.

Bien que sa soif de tuer lui pèse, Dexter parvient à mener une existence relativement normale et à sauver les apparences auprès de sa sœur Debra Morgan, ses collègues, ses amis et sa petite amie Rita Bennett.

Distribution

Acteurs principaux

Note : Le tableau suivant répertorie uniquement les acteurs principaux, classés en fonction du nombre d’épisodes dans lesquels ils ont joué.
Légende :
En vert = Acteurs ayant le statut de principaux
En rouge = Acteurs ayant eu le statut de récurrents avant d’obtenir le statut de principal.
En bleu = Acteurs ayant eu ou possédant ensuite le statut d’invité.
Acteur VF Personnage Saison 1 Saison 2 Saison 3 Saison 4 Saison 5 Saison 6 Saison 7 Saison 8
Michael C. Hall Patrick Mancini Dexter Morgan Principal
Jennifer Carpenter Stéphanie Hédin Debra Morgan Principale
David Zayas Enrique Carballido Angel Batista Principal
James Remar Patrice Baudrier Harry Morgan Principal
C. S. Lee Pierre Val Vince Masuka Principal
Lauren Vélez Marie Vincent Maria LaGuerta Principale
Desmond Harrington Stéphane Fourreau Joey Quinn Principal
Julie Benz Anneliese Fromont Rita Bennett Principale Invitée
Geoff Pierson Jean Barney Tom Matthews Récurrent Récurrent Principal
Aimee Garcia Cécile d’Orlando Jamie Batista Récurrente Principale
Erik King Patrick Bonnel James Doakes Principal Invité
Yvonne Strahovski Laura Blanc Hannah McKay Principale

Acteurs récurrents

12px-Information_icon_with_gradient_background.svg dans Sceptiques du Québec Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage5 et Doublage Séries Database4

Fiche technique

Production

Développement

Adaptation du roman

La série reprend les lieux, les personnages et le début du roman Ce cher Dexter, cependant les auteurs de la série ont préféré se détacher de la fin de celui-ci et ne pas suivre le deuxième roman, Le Passager noir. La série et le livre forment donc deux histoires sensiblement différentes dès la deuxième saison.

Renouvellement

Le 18 novembre 2011, Showtime a annoncé le renouvellement de la série pour deux saisons supplémentaires soit une septième et huitième saison constituées de douze épisodes chacune6. Sara Colleton, productrice exécutive de la série, annonce le 26 juin 2012 que ces deux saisons seront les dernières de la série, permettant aux producteurs et scénaristes de proposer une fin sur deux saisons7.

Le 1er mars 2017, soit quatre ans après l’arrêt de la série, le showrunner des deux dernières saisons Scott Buck a évoqué sa volonté de produire une nouvelle saison de Dexter8. Cependant, ce dernier, très occupé par la production des séries Iron Fist et Les Inhumains, n’a pas évoqué de date et ne fait que songer fortement à faire revenir Dexter sur le devant de la scène pour une ultime saison tout en gardant le casting original : « Clairement, j’adorerais reprendre l’histoire de Dexter, quelques années plus tard ! Mais je n’ai rien en tête spécialement pour l’instant. Si un jour ça devait arriver, je me pencherais sur la question9 ».

Casting

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?

En avril 2012, l’acteur Ray Stevenson a obtenu un rôle récurrent lors de la septième saison10.

En mai 2012, l’acteur Jason Gedrick rejoint la septième saison pour un rôle récurrent11.

En juin 2012, les acteurs Katia Winter12, Matt Gerald13 et Yvonne Strahovski14 ont tous obtenu un rôle récurrent dans la septième saison.

En juillet 2012, l’acteur Santiago Cabrera rejoint la septième saison pour un rôle récurrent15.

En janvier 2013, les acteurs Charlotte Rampling16 et Sean Patrick Flanery17 ont obtenu un rôle récurrent, Nick Gomez18 et Rhys Coiro19, un rôle le temps d’un ou deux épisodes lors de la huitième saison.

En février 2013, l’actrice Aimee Garcia est promue au statut de régulière lors de la huitième saison20.

En mars 2013, l’actrice Bethany Joy Lenz obtient un rôle récurrent dans la huitième saison21.

En avril 2013, Yvonne Strahovski est annoncée et confirmée officiellement pour reprendre son rôle de Hannah McKay lors de la huitième saison22.

En mai 2013, Kenny Johnson obtient un rôle récurrent dans la huitième saison23.

Lieux de l’action et de tournage

L’action se déroule principalement en Floride, la plupart du temps à Miami et dans ses environs. Plusieurs personnages sont membres du Miami Metro Police Department (MMPD), département de police fictif. Bien que certaines scènes soient vraiment tournées en Floride (la vue extérieure de l’appartement de Dexter par exemple24), un nombre non négligeable de scènes sont tournées au sud de la Californie25, à cause des coûts élevés de tournage hors de la zone des studios à Miami.

Le tournage de la huitième saison a débuté en janvier 2013 à Los Angeles26, la diffusion de cette dernière étant avancée au 30 juin 201326 au lieu de fin septembre comme initialement prévu26.

Grève des scénaristes

La grève des scénaristes américains commencée en novembre 2007 a pour conséquence l’arrêt de la production de nombreuses séries, ce qui entraîne une pénurie d’épisodes inédits. Pour pallier en partie cela, le réseau CBS (Showtime appartient au conglomérat CBS Corporation) décide de diffuser la première saison de Dexter à partir du 17 février 2008. Les épisodes sont censurés de certaines scènes qui ne correspondraient pas à une diffusion grand public27.

Maladie de Michael C. Hall

En janvier 2010, Michael C. Hall, interprète du rôle-titre, annonce qu’il est atteint d’un lymphome de Hodgkin, ce qui perturbe la production de la cinquième saison, dont le tournage devait commencer peu après. À la suite de son traitement, l’acteur perd ses cheveux, ce qui le contraint à porter une perruque lors du tournage de la série (perruque qui a coûté 10 000 dollars américains)28.

Diffusion internationale

Épisodes

Article détaillé : Liste des épisodes de Dexter.

La série est composée de huit saisons, chacune de douze épisodes.

Univers de la série

Les personnages

Personnages principaux

Dexter Morgan

Dexter mène une double vie : officiellement, il est expert en médecine légale au MMPD, spécialisé dans les taches de sang et projections sanguines, tandis que, la nuit, c’est un tueur en série qui suit scrupuleusement le « code » que lui a enseigné Harry (son père adoptif). C’est-à-dire qu’il ne s’attaque qu’à des tueurs qui le sont sans l’ombre d’un doute, même si la justice en a déclaré certains innocents faute de preuve ou ignore leurs activités.

Rita Bennett

Femme pour qui Dexter essaie d’éprouver des sentiments ; elle a un passé trouble à la suite de son mariage avec un homme violent, Paul Bennett. Elle vit avec ses deux enfants, Astor et Cody, dont Dexter s’occupe. Devenue par la suite l’épouse de Dexter, ils ont un fils nommé Harrison. Elle sera la dernière victime d’Arthur Mitchell à la fin de la quatrième saison.

Debra Morgan

Sœur adoptive de Dexter, elle est policière au MMPD. Investigatrice brillante, sa carrière a du mal à décoller du fait de l’ombre de son père, ancien membre de l’unité et de celle de son frère Dexter. Elle est promue lieutenant par Tom Matthews au cours de la sixième saison. Elle tombe dans un état végétatif à la fin de la huitième saison à cause d’une balle qu’elle a reçue. Dexter abrège ses souffrances volontairement.

James Doakes

Ancien membre des forces spéciales militaires américaines, il déteste Dexter. Policier intègre, son intransigeance lui amène régulièrement des reproches de la part de ses superviseurs. Enquêteur brillant, son sixième sens le fait s’opposer à Dexter dont il perçoit la part sombre sans pour autant immédiatement en identifier l’étendue. Découvrant le secret de Dexter vers la fin de la seconde saison, il est tué par Lila Tournay, qui est amoureuse de ce dernier et souhaite le protéger.

Angel Batista

Policier travaillant au MMPD, il est en contact régulier avec Dexter et Debra. D’origine cubaine, il semble prendre la vie de façon détendue, mais fait preuve de professionnalisme et d’humanité. Il considère Dexter comme son meilleur ami. À la fin de la série, il défend Dexter qui a tué Oliver Saxon, le responsable de l’état végétatif de Debra. Par la suite, il est sous le choc en apprenant que Dexter est mort et que son bateau a été retrouvé détruit alors que Dexter est bel et bien en vie, seul loin de Miami.

Maria LaGuerta

Femme ambitieuse d’origine Cubaine, ex-maîtresse de James Doakes, elle se marie avec Angel Batista (à la fin de la saison 4) mais divorcera assez rapidement. Son ambition la mène à devenir un moment superviseur de la section pour laquelle travaille Dexter. Elle termine sa carrière en qualité de capitaine du MMPD après avoir évincé Tom Matthews de son poste. Elle est tuée par balles à la fin de la septième saison par Debra.

Vince Masuka

Principal collègue de Dexter. C’est un grand sensible qui se cache derrière un masque de comique sexuellement vicieux. Dans la huitième saison, il apprend qu’il a une fille et tente de faire sa connaissance.

Joseph « Joey » Quinn

Coéquipier de Debra à la police de Miami. C’est un personnage ténébreux dont l’honnêteté peut être prise en défaut. Les rapports de Quinn et de Debra vont évoluer au cours de la série avec des hauts et des bas. Il entame une relation amoureuse avec elle mais la quitte au début de la sixième saison, quand elle refuse sa demande en mariage ; il sombre alors dans l’alcool. À la fin de la série, il prend la défense de Dexter quand ce dernier tue Oliver Saxon, le responsable de l’état végétatif de Debra, avec qui il s’est remis en couple peu de temps avant.

Harry Morgan

Père adoptif de Dexter, ce policier saura lui expliquer que ses pulsions meurtrières peuvent servir à faire le bien autour de lui. Il apparaît régulièrement dans des flashbacks et les pensées de Dexter comme s’il était à ses côtés lui donnant des conseils.

Tom Matthews

Tom Matthews est le commissaire de police de Miami. Il était aussi un ami de Harry Morgan. C’est lui qui apprend à Dexter que son père adoptif s’est suicidé.

Jamie Batista

Sœur cadette d’Angel Batista, elle devient la nouvelle baby-sitter de Harrison, le fils de Dexter.

Personnages récurrents

Rudy Cooper / Brian Moser

C’est le petit ami de Deb (la sœur de Dexter) durant la première saison. Prothésiste, il est aussi le frère biologique caché de Dexter et son vrai nom est Brian Moser. Tout comme Dexter, il a assisté à l’assassinat de sa mère alors qu’il était enfant mais en est ressorti encore plus traumatisé que lui. Il s’avère être le Tueur de Glace et va tenter de pousser Dexter à assumer ses pulsions meurtrières. Il tente de tuer Deb sous les yeux de Dexter mais ce dernier sauvera sa sœur adoptive avant de tuer Brian. Il apparaît également à Dexter dans la sixième saison, sous forme d’hallucination.

Lila Tournay

Elle apparaît lors de la deuxième saison. Elle est artiste et sculpteur. Elle s’est inscrite aux Drogués Anonymes où elle rencontre Dexter Morgan qu’elle prend sous son aile. Dexter la tue à Paris, une fois qu’elle a découvert sa véritable identité.

Miguel Prado

Il apparaît lors de la troisième saison. C’est un procureur. Lorsqu’il rencontre Dexter, tous deux sympathisent. Celui-ci va petit à petit lui confier et montrer quelques secrets de ses meurtres. Dexter finira par le tuer

Arthur Mitchell

Aussi appelé Trinité (Trinity), il apparaît lors de la quatrième saison et s’avère être un des ennemis les plus coriaces de Dexter. Il est présenté, sous l’apparence d’un homme parfaitement intégré dans la société, comme l’un des plus grands tueurs en série de toute l’histoire des États-Unis. Il a en effet répété pendant 30 ans une série de 3 meurtres trouvant écho dans son enfance : une femme à laquelle il fait une incision au niveau de l’artère fémorale dans une baignoire représentant sa sœur, une femme jetée du haut d’un immeuble symbolisant sa mère et pour finir un homme tabassé à mort à coups de marteau, pour son père. En fait, Dexter découvrira que Trinité commence ses séries macabres par un quatrième meurtre, celui d’un enfant de 10 ans, qui le représente lorsqu’il perd son innocence.Il tuera également la femme de Dexter, Rita bennet.

Lumen Ann Pierce

Lumen apparaît dans la cinquième saison, lorsque Dexter la libère des mains d’un groupe de tueurs en série. Elle va alors se rapprocher de lui et ce dernier l’aidera à retrouver ses ravisseurs afin de les empêcher de nuire.

Travis Marshall

Il apparaît dans la sixième saison. Travis est l’un des deux tueurs en série fanatiques qui sévissent à Miami, l’autre étant le professeur Gellar.

Professeur Gellar

Il apparaît dans la sixième saison. Le professeur Gellar est un personnage important dans le déroulement de l’intrigue de la saison puisqu’il est le « mentor » de Travis et son ancien professeur de fac.

Hannah McKay

Elle apparaît lors de la septième saison. Elle collabore avec la police et Dexter. C’est une tueuse en série. Elle devient la petite amie de Dexter.

Isaac Sirko

Il apparaît aussi lors de la septième saison. Il est le chef d’un réseau criminel ukrainien et cherche à venger un certain Viktor que Dexter a tué.

Jacob Elway

Il apparaît dans la huitième saison. C’est un détective privé mais aussi le nouveau patron de Debra qui a démissionné de son poste de lieutenant.

Dr Evelyn Vogel

Elle apparaît dans la huitième saison. C’est une neuro-psychiatre de grande renommée. Elle a aidé Harry à faire de Dexter ce qu’il est aujourd’hui. Elle aide aussi Debra à ne plus s’en vouloir de la mort de LaGuerta et à prendre conscience que de toute façon, elle aurait choisi de protéger Dexter. Elle est tuée par son fils, Daniel Vogel.

Niki Walters

C’est la fille de Vince Mazuka, dont ce dernier ignorait l’existence. Elle apparaît dans la huitième saison. Vince croyait qu’elle était venue pour lui extorquer de l’argent, mais il s’est avéré avoir tort.

Cassie Jollenston

Elle apparaît dans la huitième saison. C’est la nouvelle voisine de Dexter. Elle est tuée par Oliver Saxon / Daniel Vogel.

Oliver Saxon / Daniel Vogel

Il apparaît dans la huitième saison. Son vrai nom est Daniel Vogel, il est le fils aîné du Dr Evelyn Vogel. Il est présumé mort dans l’incendie de l’hôpital psychiatrique dans lequel il était interné après avoir noyé son frère.

U. S. Marshall Cooper

Il apparaît dans la huitième saison. Elway collobore avec Marshall pour capturer Hannah Mckay qui est en fuite. En suivant à la trace les faits et gestes de Dexter et de Debra, Marshall tombe sur Daniel Vogel ligoté, l’implorant de le détacher dans le vieil hôpital où ce dernier assassinait ses victimes. Ignorant l’identité de Daniel Vogel, Marshall le libère et se fait poignarder par ce dernier.

Zach Hamilton

Il apparaît dans la huitième saison. C’est le fils d’un politicien de Miami qui est soupçonné d’avoir tué une femme. Le Dr Vogel suggère à Dexter de lui enseigner le « code de Harry ». Dexter est d’abord réticent mais il se rend compte que Zach est comme lui quand il était plus jeune. Après lui avoir enseigné le code, Zach effectue son premier meurtre correctement, ce qui rend Dexter fier de voir que le code est encore transmissible. Il est tué par Daniel Vogel.

Accueil

Audiences

Aux États-Unis

La série a vu son audience progresser depuis la première saison et a battu, lors de la quatrième saison, des records historiques sur la chaîne, 2,6 millions de téléspectateurs29. La quatrième saison a été vue en moyenne par 1,74 million de téléspectateurs30, soit le meilleur score pour une série de Showtime, loin devant The L Word ou Californication.

Dans les pays francophones

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?

Distinctions

Récompenses et nominations

Le 17 janvier 2010, lors de la cérémonie des Golden Globes, la série Dexter remporte ses deux premières récompenses (en) dans les catégories Meilleur acteur dans une série télévisée dramatique pour Michael C. Hall et Meilleur acteur dans un second rôle dans une série pour John Lithgow31.

Commentaires

Références à American Psycho

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2010).

La première saison comporte plusieurs références à ce sujet :

  • Dexter, afin d’obtenir des tranquillisants pour animaux, utilise le pseudonyme Patrick Bateman (le tueur en série du roman et du film American Psycho)
  • De plus, dans l’épisode 8 de la première saison, Démystification (Shrink Wrap), Dexter, se rendant chez un psychanalyste, se fait alors appeler Sean Ellis. Sean étant le prénom du frère de Patrick Bateman, et protagoniste du roman et du film Les Lois de l’attraction, œuvre littéraire de Bret Easton Ellis dont Dexter associe donc le patronyme de l’auteur et le prénom d’un de ses héros, faisant référence à un lien de fratrie avec un tueur en série.

Autres références

  • Dans l’épisode 8 de la quatrième saison des Experts : Manhattan, l’action se déroule dans Times Square à New York. Il est possible de voir à plusieurs reprises une publicité placée dans Times Square pour la série Dexter avec en image de fond l’acteur principal Michael C. Hall. Tout comme dans l’un des épisodes de la quatrième saison de Californication (autre série de Showtime).
  • Dans l’épisode spécial Halloween de la saison 23 des Simpson, Ned Flanders est dirigé par une voix mystérieuse qui le fait agir en tueur en série. Le générique, les meurtres et les motivations font référence à Dexter. Les meurtres et le générique de fin sont accompagnés par la musique de Dexter.
  • Le groupe français Chinese Man utilise dans sa chanson Post Trauma (Groove Sessions II), des samples tirés de la série. Il est possible d’entendre un extrait du dialogue en version originale lors de la deuxième saison entre Lila Tournay et Dexter Morgan : « I feel like… You stole my life. I’m not the person, I’m supposed to be. It’s like I’m hollow […] ».[réf. souhaitée]

Produits dérivés

Sorties DVD et disque Blu-ray

Intitulé du coffret Nombre
d’épisodes
par saison
Dates de sortie Nombre
de disques
Société(s) de distribution
Zone 1
(dont Drapeau des États-Unis États-Unis et Drapeau du Canada Canada)
Zone 2
(Europe dont Drapeau de la France France)
DVD Disque Blu-ray DVD Disque Blu-ray
Dexter – Saison 1 12 21 août 2007 6 janvier 2009 22 avril 2010 ? 4 2 Warner Home Video (zone 1)
Paramount Home Entertainment France (zone 2)
Dexter – Saison 2 19 août 2008 5 mai 2009 7 septembre 2010 5
Dexter – Saison 3 18 août 2009 3 mai 2011 3
Dexter – Saison 4 17 août 2010 8 juin 2011
Dexter – Saison 5 16 août 2011 14 septembre 2011
Dexter – Saison 6 15 août 2012 19 septembre 2012 4
Dexter – Saison 7 14 mai 2013 18 septembre 2013
Dexter – Saison 8 12 novembre 2013 11 juin 2014 6 inconnu
Source : Dates de sortie DVD et Blu-ray32

Jeux vidéo

Websérie dérivée d’animation

Article détaillé : Webisodes de Dexter: Early Cuts.

En 2009, une websérie dérivée d’animation américaine, intitulée Dexter: Early Cuts, a vu le jour. Elle a été diffusée à partir du 25 octobre 2009 sur le site de la chaîne Showtime. L’acteur Michael C. Hall reprend son rôle de Dexter Morgan en interprétant la voix du personnage.

Ces webisodes de 2 minutes chacun, composés de deux saisons et dix-huit épisodes, tiennent lieu de prologue à la première saison de la série Dexter. L’intrigue concerne les premiers pas et victimes du serial killer.

Notes et références

  1. (en) « Dexter – A Killer New Series With a Twisted Brand of Justice » [archive], sur Corus Entertainment, 29 août 2006
  2. « Les débuts de Dexter dès fin janvier 2013 sur NT1 » [archive] sur Tvnews.com, consulté le 1er janvier 2013
  3. a et b « La RTS en fait-elle trop en boycottant la série télévisée Dexter » [archive] sur Lematin.ch, consulté le 12 septembre 2011
  4. a b c d e et f « Fiche du doublage de la série » [archive], sur Doublage Séries Database (consulté le 15 janvier 2011), m-à-j le 18 octobre 2013
  5. a b et c « Fiche de doublage de la série » [archive], sur RS Doublage (consulté le 4 octobre 2011), m-à-j le 15 juillet 2012
  6. (en) « Dexter renews for seventh and eighth seasons by Showtime » [archive], sur TVbytheNumbers.Zap2It.com, 18 novembre 2011
  7. (en) « Dexter season 8 will definitely be the final season » [archive], sur Dexterdaily.com (consulté le 26 juin 2012)
  8. « Dexter : Scott Buck n’est pas contre une nouvelle saison » [archive], sur begeek.fr, 1er mars 2017
  9. « Le sérial-killer Dexter pourrait revenir pour une neuvième saison » [archive], sur EcranLarge.com, 28 février 2017
  10. « Ray Stevenson en personnage récurrent dans la saison 7 de Dexter ! » [archive] sur AlloCiné.fr, article consulté le 25 avril 2012, mis en ligne le 1er juin 2012
  11. « Jason Gedrick rejoint la saison 7 de Dexter ! » [archive] sur AlloCiné.fr, article du 23 mai 2012, consulté et mis en ligne le 1er juin 2012
  12. « Katia Winter : Un nouveau personnage récurrent dans Dexter » [archive] sur AlloCiné.fr, consulté le 1er juin 2012
  13. « Matt Gerald jouera dans la septième saison de Dexter » [archive] sur Dexter-addict.com, consulté le 11 juin 2012
  14. « Dexter : Yvonne Strahovski rejoint la série ! » [archive] sur AlloCiné.fr, consulté le 13 juin 2012
  15. « Un ancien de Heroes dans Dexter’ » [archive] sur AlloCiné.fr, consulté le 20 juillet 2012
  16. « Charlotte Rampling face à Dexter ! » [archive] sur AlloCiné.fr, consulté le 24 janvier 2013
  17. « Dexter face au jeune Indiana Jones ! » [archive] sur AlloCiné.fr, consulté le 25 janvier 2013
  18. « Dexter : un acteur de The Walking Dead dans la huitième saison » [archive] sur commeaucinema.com, consulté le 19 février 2013
  19. Dexter recrute un acteur d’Entourage [archive] sur Commeaucinema.com, consulté le 28 février 2013
  20. « Aimee Garcia promue régulière dans Dexter » [archive] sur AlloCiné.fr, article du 6 février 2013, consulté le 26 février 2013
  21. « Une actrice des Frères Scott rejoint la huitième saison de Dexter » [archive] sur Critictoo.com, consulté le 22 mars 2013
  22. (en) « Yvonne Strahovski returning Dexter » [archive], sur Insidetv.ew.com, 10 avril 2013 (consulté le 14 avril 2013)
  23. « Dexter saison 8, nouvel acteur » [archive] sur Commeaucinema.com, consulté le 13 mai 2013
  24. « Où habite Dexter Morgan ? » [archive] sur Dexter-addict.com, consulté le 21 juillet 2010
  25. (en) « Un nombre non négligeable de scènes tournées au sud de la Californie » [archive] sur Seeing-stars.com, consulté le 5 juillet 2010
  26. a b et c « La huitième saison de Dexter sera diffusée plus tôt que prévu ! » [archive] sur AlloCiné.fr, consulté le 26 février 2013
  27. (en) « CBS hopes Dexter slays audiences » [archive], sur Variety.com, 7 janvier 2008 (consulté le 5 février 2019)
  28. « Michael C. Hall et la perruque à 10 000 dollars » [archive] sur Dexter-addict.com
  29. « 2,6 millions d’audience pour le final de la saison 4 de Dexter » [archive] sur Audiencesusa.com
  30. « Moyenne de la saison 4 » [archive] sur Audiencesusa.com
  31. Mook, « Dexter récompensé aux Golden Globes 2010 » [archive], sur Dexter-Addict.com (consulté le 18 janvier 2010)
  32. « Sorties DVD » [archive] sur DVDseries.net, consulté le 24 juillet 2011

Voir aussi

Articles connexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes

 [afficher]

v · m
 [afficher]

v · m
Séries télévisées de Showtime

 

12345...21

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo