Affaire Dupont de Ligonnès : nouveaux éléments

 

 

 


 

 

 

 

 

Je sais depuis son irruption dans les médias au mois d’avril 2011 qu’il existe un rapport entre cette affaire et la mienne, sans pouvoir être très précise à ce sujet. Cependant, comme j’ai eu l’occasion de l’exposer à plusieurs reprises, est déjà extrêmement troublant le fait que mes harceleurs s’intéressent de très près à cette affaire, beaucoup trop, anormalement, en commettant même de tels abus que certains ont été sanctionnés par la justice (cf. ci-dessous la liste des articles de ce blog où le nom de Ligonnès apparaît, sans qu’ils lui soient tous consacrés).

Je rappelle notamment que les victimes des cybercriminels de la bande du pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi, traquées sur toute la toile par ce malade et tous ses complices depuis qu’elles ont croisé leur route sur le site Rue89 en 2008, ont été harcelées par un inconnu ou un anonyme de cette bande de malfrats signant « La Vérité », tout comme le hacker dit « Christophe La Vérité », lequel s’est illustré à la même époque par ses recherches de traces laissées sur Internet par Xavier Dupont de Ligonnès et sa femme sur des sites de discussion où l’un et l’autre se confiaient sur leur vie privée, intime.

Le malade mental et néanmoins cybercriminel Pascal Edouard Cyprien Luraghi avait d’ailleurs lui-même participé à cette traque de leurs confidences publiques sous divers pseudonymes et publié tout un article à ce sujet, mettant en exergue le fait religieux, pour lequel il affirmait XDDL malade mental, tout comme il l’a toujours fait également pour Patricia Bouchon en raison de sa fréquentation passée d’un groupe d’évangéliques – une femme qu’il avait fait assassiner au mois de février 2011 à Bouloc près de Toulouse car il la soupçonnait de pouvoir ou de vouloir le dénoncer aux autorités judiciaires pour toutes ses exactions à mon encontre.

Ces cybercriminels auraient bien pu aussi faire quelques recherches sur les différents sites dont XDDL était lui-même l’auteur dans le cadre de ses activités commerciales à la limite de l’escroquerie ou carrément qualifiées d’ « arnaques » par certains, ainsi que sur lesdites activités de XDDL, mais non, seule sa vie privée réduite à son mysticisme avéré semble les avoir jamais intéressés.

Or, d’une part, le psychopathe Pascal Edouard Cyprien Luraghi a pour habitude d’écrire sur ses victimes, et d’autre part, son complice Jean-Marc Donnadieu de Béziers se positionnait comme auto-entrepreneur sur le même secteur de services que XDDL avec un site à destination des commerçants de Béziers – en aurait-il été concurrent, partenaire ou collaborateur ?

Notons que le hacker « Chris La Vérité » lui-même était également auto-entrepreneur dans le domaine du web et a par ailleurs donné en 2012 une interview aux Inrockuptibles, magazine auquel collaborait depuis fin 2009 Arnaud Aubron, l’un des fondateurs de Rue89, où tout commence en 2008. A cette occasion, il avait révélé que ce sont en fait une quarantaine de personnes qui avec lui avaient épluché et piraté des sites Internet pour en apprendre plus sur XDDL, ce qui correspond à peu près au contingent de violeurs qu’en cette année 2011 je voyais régulièrement arriver sur mon blog « Un petit coucou » chez OverBlog en provenance du blog Tique Toc du cybercriminel Pascal Edouard Cyprien Luraghi devenu privé à la fin de l’été 2010, à chacune de ses nouvelles publications privées me concernant, avec toujours de nouvelles révélations croustillantes qu’il n’était plus possible de publier sans en trahir les sources et faire connaître au public tous les complots dont mes proches et moi-même étions victimes (j’en comptais en fait un peu plus, une bonne cinquantaine début janvier 2011, ce nombre ayant tendance à croître avec le temps).

Mais depuis environ deux ans, de nouvelles informations sur cette affaire ont été révélées au public et les reportages se sont enchaînés les uns aux autres, livrant toujours plus de détails sur les faits du mois d’avril 2011, notamment sur les contacts et déplacements de Xavier Dupont de Ligonnès et les auditions subséquentes de ses amis, au moins l’un d’eux, le plus proche, Michel Rétif, ayant été soupçonné de complicité.

Or, avec cette hypothèse très sérieuse et fort bien étayée, l’affaire se rapproche encore de mes harceleurs, notamment de Jean-Marc Donnadieu de Béziers, puisque non seulement Michel Rétif, lui aussi commercial, vivait à Lunel dans l’Hérault, mais qu’il avait développé avec le couple Dupont de Ligonnès une relation à trois s’approchant des activités sexuelles très spéciales de Jean-Marc Donnadieu, adepte d’échangisme et de BDSM fréquentant assidûment le Cap d’Agde en soirée.

On notera au passage que Lunel, au Nord de la Grande-Motte et du Grau-du-Roi, est aussi une petite ville très connue depuis les années 2010 pour avoir abrité un foyer d’islamistes à l’origine d’une filière djihadiste.

Les déplacements de XDDL avant son départ de Nantes, notamment dans un quartier sensible, pourraient avoir été nécessités par l’ensemble des faits encore assez mystérieux de ce mois d’avril 2011, tout comme ses déplacements ultérieurs dans le Sud de la France, au moins jusqu’au 26 avril 2011, jour où il est reconnu par deux personnes près de Salon-de-Provence, où Jean-Marc Donnadieu a effectué son service militaire de février 1989 à février 1990 et s’est peut-être lié à l’ancien caïd marseillais Farid Berrahma et son entourage, dont il est toujours très proche lorsqu’il commence à m’attaquer ouvertement au mois d’avril 2010.

Voici son CV, qu’il a lui-même mis en ligne en 2013 :

http://myreader.toile-libre.org/uploads/My_53fc91103ec7c.pdf

Il en ressort que son activité d’auto-entrepreneur a pris fin au mois de mai 2011, soit tout de suite après la disparition de XDDL.

La date du 8 avril 2011 est également très importante pour l’un comme pour l’autre : XDDL annonce à plusieurs de ses proches son départ pour les Etats-Unis tandis que Jean-Marc Donnadieu vient de perdre contre OverBlog devant le juge des référés du TGI de Béziers. L’escroquerie au jugement qu’il ne réussira plus tard que grâce à la corruption de magistrats n’a alors pas abouti, il n’a pas obtenu la ou les dizaines de milliers d’euros qu’il attendait pour pouvoir partir en Thaïlande y rejoindre quelques amis pédophiles et proxénètes, dont certains sont originaires de Nantes et d’autres de l’Hérault, comme lui.

Curieusement, lors de l’énorme bévue d’octobre 2019 concernant son identification à Glasgow qui fera tant rire le criminel Pascal Edouard Cyprien Luraghi (voir articles listés ci-dessous), XXDL venait d’être possiblement localisé en Thaïlande selon son ami Bruno de Stabenrath.

 

A lire ou à relire :

 
http://petitcoucou.unblog.fr/2016/10/19/xavier-dupont-de-ligonnes-recherche-dans-lallier/

http://petitcoucou.unblog.fr/2016/10/19/dupont-de-ligonnes-qui-sont-les-enqueteurs-amateurs/

http://petitcoucou.unblog.fr/2016/10/20/xavier-dupont-de-ligonnes-reconnu-a-neris-les-bains/

http://petitcoucou.unblog.fr/2016/10/20/cyprien-luraghi-continue-a-faire-parler-de-lui-sur-rue89/

http://petitcoucou.unblog.fr/2016/10/25/des-requetes-a-google-contre-satanistique/

http://petitcoucou.unblog.fr/2016/10/25/xavier-dupont-de-ligonnes-apercu-dans-lallier-ce-netait-pas-lui/

http://petitcoucou.unblog.fr/2016/10/25/statistiques-de-petitcoucou-nombres-de-visites-en-hausse/

http://petitcoucou.unblog.fr/2017/03/11/affaire-troadec-plein-phare-sur-le-leon-et-larsenal-de-brest/

http://petitcoucou.unblog.fr/2017/05/01/affaire-du-meurtre-de-jean-jacques-le-page-a-plougonvelin-en-2009-un-article-remarque/

http://petitcoucou.unblog.fr/2017/10/07/des-revenants-dans-mes-statistiques-de-blogs/

http://petitcoucou.unblog.fr/2018/12/30/hum-qui-est-ce/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/01/09/terrorisme-le-motif-des-criminels-de-brest-na-toujours-ete-que-largent/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/10/12/affaire-dupont-de-ligonnes-fausse-route-monumentale-de-toute-la-presse-francaise/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/10/12/affaire-dupont-de-ligonnes-cyprien-luraghi-encore-implique/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/03/04/un-de-mes-lecteurs-de-satanistique-a-manifestement-pete-un-cable/

http://petitcoucou.unblog.fr/2021/01/09/affaire-olivier-duhamel-retour-sur-le-suicide-de-marie-france-pisier-en-2011/

 

 

https://www.europe1.fr/faits-divers/dupont-de-ligonnes-les-internautes-ne-cherchent-plus-mais-esperent-encore-2725951

Dupont de Ligonnès : les internautes ne cherchent plus, mais espèrent encore

 

Cinq ans après le meurtre de son épouse et de ses quatre enfants, le coupable présumé Xavier Dupont de Ligonnès reste introuvable.

Cinq ans après le meurtre de son épouse et de ses quatre enfants, le coupable présumé Xavier Dupont de Ligonnès reste introuvable. © AFP
14h28, le 21 avril 2016, modifié à 20h41, le 21 avril 2016

 

En 2011, ils étaient des dizaines à jouer les cyber-enquêteurs pour tenter de percer le mystère de l’affaire Dupont de Ligonnès. Cinq ans après, leur passion s’est-elle essouflée ?

Le 21 avril 2011, la découverte des corps d’Agnès Dupont de Ligonnès et de ses quatre enfants sonne le début de l’une des plus fascinantes affaires criminelles. Immédiatement, le mystère autour de la disparition du suspect principal, Xavier Dupont de Ligonnès, suscite la curiosité et la mobilisation de dizaines d’internautes, qui vont tenter de mener l’enquête avec leurs propres moyens.

L’implication des internautes. Parmi eux, “Chris La Vérité”, créateur de la page Facebook : “Xavier Dupont de Ligonnès : Enquête et débat”. Groupe de référence sur le sujet, elle recueille plus de 5.000 likes. Technophile, cet Angevin était “auto-entrepreneur dans le domaine du web” lorsque l’affaire a éclaté. Passé par la même université catholique que Thomas, l’un des fils de “XDDL”, le jeune homme a voulu “scruter et fouiller le net, et utiliser Google au maximum de ses capacités”.

Les trouvailles des Sherlock 2.0. A l’époque, il se “consacre à temps plein” aux recherches, mettant tous ses projets de côté. Lui qui devait partir s’installer en Nouvelle-Zélande, reporte son départ. Il n’ira jamais. Autour de “Chris La Vérité” se constitue une équipe d’une quarantaine d’enquêteurs amateurs, qui vont traquer la moindre trace numérique des Dupont de Ligonnès. Très vite, l’investissement des “stalkers” va se révéler fructueux. Ils exhument, sur les forums et profils Facebook d’Agnès et Xavier Dupont de Ligonnès, des photos ou messages postés sous pseudo permettant de dresser un portrait plus nuancé que celui des apparences bourgeoises et traditionnelles que le couple donnait à voir en société.

Lire aussi >> Qui est vraiment Xavier de Ligonnès ? 

L’enquête numérique s’est vite épuisée. Aujourd’hui, le trentenaire, condamné en mars dernier pour avoir notamment diffusé sur le groupe d’enquête des notes secrètes du père de famille versées au dossier de l’instruction, a totalement laissé tomber. Les trouvailles se sont épuisées “en deux mois”, explique-t-il. “C’est allé decrescendo. On est très vite arrivés au bout. Difficile d’avoir une piste que d’autres n’auraient pas eue avant quand autant de cerveaux sont mobilisés”, résume celui qui a sauvegardé sur son ordinateur plus de 700 photos, des dizaines de captures d’écran, etc.

Surtout, “Chris La Vérité” a la conviction que “XDDL” s’est suicidé. Pour tenter de percer le secret du père de famille, le jeune homme “a compilé, sur un siècle, les cas de familicides” et lu sur le sujet nombre de bouquins. “Ce qui m’intéressait, c’était de voir le devenir de l’auteur du crime dans ces cas-là, le père en général”, explique-t-il. Réponse ? Le suicide, en large majorité.

 

XDDL4

 

“Si je savais où il se planquait, j’irais peut-être le chercher!” Néanmoins, si le dossier Dupont de Ligonnès suscite moins l’engouement des “stalkeurs” jouant les détectives, il continue à captiver certains mordus de la première heure. Et pour cause, personne n’est en mesure de dire si “XDDL” s’est suicidé ou a pris la fuite. “C’est une affaire un peu hors-norme, non pas pas pas le crime en lui-même mais par son auteur qui demeure introuvable depuis bientôt cinq ans”, analyse Alexis, qui reste informé sur le sujet au rythme de deux fois par mois.

Voilà pourquoi, même cinq ans plus tard, il suffit d’un rien pour raviver l’intérêt des internautes, toujours à l’affût du moindre élément d’enquête. En particulier, les défenseurs de la thèse de la cavale. “Je me demande comment ce type fait pour passer entre les mailles du filet”, confie le consultant en affaires de 37 ans, interrogé via Facebook. Car une certitude l’anime, “c’est qu’il est toujours en vie !”. D’ailleurs, “si je savais où il se planquait, j’irais peut-être le chercher!”, lance ce mordu de l’affaire, persuadé qu’il reconnaîtrait Xavier Dupont de Ligonnès. “Son visage est imprimé dans ma tête.”

Le fantasme persiste. Mais où chercher ? Car mort ou vivant, “XDDL” demeure introuvable malgré le mandat international émis à son encontre et les 900 signalements adressés à la police judiciaire de Nantes depuis le début de l’enquête. Le quinquagénaire a été “aperçu” en Italie, en Amérique du Sud, ou encore en Australie… Une absence de certitudes qui continue d’alimenter les théories les plus originales. Certains pensent qu’il pourrait s’être réfugié dans un monastère, d’autres qu’il aurait même tué une personne pour lui usurper son identité….

 

XDDL3

 

Sur la page “Xavier Dupont de Ligonnès : Enquête et Débat”, un message posté le 3 avril, date à laquelle Agnès et ses enfants ont pu être tués, sème le trouble parmi les internautes. Longue démonstration à l’appui, un certain “Hervé Spets” persuadé du suicide du père de famille appelle les volontaires à se manifester pour localiser, puis aller déterrer le corps : “Alors pourquoi ne pas participer à l’enquête, par exemple en procédant au repérage des sites possibles ?” Ce fameux “Hervé Spets”, que nous avons tenté de contacter – en vain -, est soupçonné par certains internautes… d’être Xavier Dupont de Ligonnès lui-même.

 

XDDL

 

Suspendus à l’enquête. Au fond, tous restent en attente d’une nouvelle avancée significative dans l’enquête, au point mort depuis plusieurs années. Aujourd’hui, il ne reste plus qu’un policier dédié à ce dossier tentaculaire, notamment charger de vérifier les signalements. Et si un peu plus de 900 ont été transmis à la police judiciaire de Nantes, plus de la moitié l’ont été durant l’année suivant le quintuple meurtre.

 

https://www.huffingtonpost.fr/entry/un-homme-ordinaire-sur-m6-chris-la-verite-le-hackeur-qui-a-inspire-le-personnage-demilie-dequenne_fr_5f5f38c1c5b67602f6079af8

CULTURE

15/09/2020 03:57 CEST

« Un homme ordinaire » sur M6: Chris la Vérité, le hackeur qui a inspiré le personnage d’Emilie Dequenne

 

La série en 4 épisodes, librement inspirée de l’histoire de Xavier Dupont de Ligonnès, évoque notamment le rôle des cyber-enquêteurs adeptes du web sleuthing via le personnage d’Anna Rose.

Emilie Dequenne dans un rôle inspiré du hackeur Chris la vérité dans la minisérie

Fabrice LANG / CAPA DRAMA / M6
Emilie Dequenne dans un rôle inspiré du hackeur Chris la vérité dans la minisérie « Un homme ordinaire » sur M6, les 15 et 22 septembre 2020

 

TÉLÉVISION – Il s’appelle Christophe de Salin et l’histoire se déroule à Lyon. Mais les téléspectateurs ne s’y tromperont pas, la minisérie “Un homme ordinaire”, en 4 épisodes, diffusée à partir de ce mardi 15 septembre sur M6, est bel et bien “librement inspirée de l’affaire Dupont de Ligonnès”. Dans cette fiction écrite par Pierre Aknine et Anne Badel, c’est Arnaud Ducret qui se glisse dans la peau du père de famille tandis qu’Émilie Duquenne incarne Anna-Rose, hackeuse fascinée par ce fait divers qui mène sa propre enquête.

Et ce personnage n’est pas sorti de l’imagination des scénaristes. Après plus d’un an et demi de recherches (de la lecture de lettres et mails à des entretiens avec des protagonistes concernés), les créateurs de la série ont imaginé leur propre version de cette histoire en donnant une large place au web sleuthing, ces communautés d’enquêteurs amateurs qui s’emparent de faits divers et mènent des recherches en parallèle de celles de la police.

Un hacker condamné

Le rôle d’Anna-Rose est ainsi inspiré du hackeur Chris la vérité, créateur de la page Facebook “Xavier Dupont de Ligonnès: Enquête et Débat” qui avait mené des investigations officieuses en 2011. C’est notamment lui qui “a trouvé la photo de XDDL dans le sud de la France”, précisent les notes de production. Il a ensuite été condamné à 1000 euros d’amende avec sursis pour “recel de violation du secret de l’instruction” au printemps 2016, pour avoir publié en ligne des documents de l’enquête transmis par un policier.

“Ce hackeur il s’appelle Christophe (…) et il fait ce qu’on appelle du web sleuthing. Le web sleuthing aux États-Unis ce sont des groupes de hackeurs qui s’occupent d’aller trouver les coupables”, explique Pierre Aknine, créateur et réalisateur de la minisérie “Un homme ordinaire”, à l’antenne d’Europe 1 ce lundi 14 septembre.

“En 2011, pour la première fois en France, un hackeur a commencé à ouvrir un compte sur Facebook qui s’appelait Christophe la vérité, et là ça a été la ruée”, rappelle-t-il. “Ils s’y sont tous mis, avec des choses abominables et des choses intéressantes. Et ils ont trouvé des choses”, parmi lesquelles des messages postés sous pseudo par l’épouse de Xavier, Agnès Dupont de Ligonnès, sur des forums en ligne où elle décrit sa détresse.

Policier et proches de XDDL impliqués

Christophe, alias Chris la vérité, à l’époque trentenaire vivant à Angers, s’est confié aux Inrocks en 2012. Il racontait comment il avait mené pendant plusieurs mois l’enquête avec l’aide d’autres internautes sur sa page Facebook puis au sein d’un groupe privé. “Des proches d’Agnès et Xavier”, une “amie des enfants” mais aussi “un enquêteur de l’office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCLCTIC)” participaient à leurs recherches.

“Au début on stalkait [traquait, NDLR]. Il y a eu un peu de hacking aussi. On a trouvé plein de petites choses et puis ensuite ça a été donnant-donnant dans une sorte de triptyque internautes-famille-enquêteurs”, décrivait Chris la vérité. “Comme notre contact enquêteur n’avait pas accès à l’intégralité du dossier, il a été ravi qu’on lui transmette certains documents et comptes-rendus sur Xavier Dupont de Ligonnès et sur son entourage, qui provenaient de la famille. Du coup il nous a transmis dès le mois de juillet 2011 les fameuses ‘notes secrètes’ que Dupont de Ligonnès avait stockées sur ses serveurs, ainsi que plein d’autres informations.”

Pour Pierre Aknine, ces cyber-enquêteurs ont indéniablement “aidé l’enquête policière” quand d’autres ont soutenu qu’ils l’avaient entravée. Mais là où les deux hommes ne sont plus d’accord, c’est sur l’issue de ce fait divers non résolu. Si Chris la vérité a la conviction que XDDL s’est suicidé, confiait-il à Europe 1 après sa condamnation en 2016, le créateur d’“Un homme ordinaire” fait lui l’hypothèse que Xavier Dupont de Ligonnès est toujours en vie.

Après le docu-fiction “Dans la tête du suspect” sur M6, le téléfilm “La part du soupçon” avec Kad Merad sur TF1 ou le film “Paul Sanchez est revenu!” avec Laurent Lafitte, sans oublier le succès estival phénoménal rencontré par le magazine Society et ses deux volets d’une enquête-fleuve écoulée à 350.000 exemplaires, la “tuerie de Nantes” et le sort de Xavier Dupont de Ligonnès seront à nouveau au cœur de toutes les discussions ce mardi 15 septembre. De quoi relancer, aussi, la fougue des cyber-enquêteurs?

 

 

https://www.purepeople.com/article/xavier-dupont-de-ligonnes-le-vrai-hackeur-qui-a-bouleverse-l-enquete_a404744/1

Xavier Dupont de Ligonnès : Le vrai hackeur qui a bouleversé l’enquête
Affaire Dupont de Ligonnès : nouveaux éléments dans Corruption 52-60dc2c420f7b4-100x100-1
Par Holo Han Rédacteur
Comme celui de la série My Holo Love, Holo le journaliste se fait discret. Il observe l’actualité mode, musique et sport, et l’analyse dans les moindres détails…
Publié le 22 Septembre 2020 – 21h09
Dans la mini-série « Un homme ordinaire » diffusée sur M6, Emilie Dequenne incarne une hackeuse passionnée par l’affaire Dupont de Ligonnès. Son personnage est inspiré d’un vrai pirate informatique qui a enquêté sur la tuerie. Chris La Vérité a créé une page Facebook qui compte aujourd’hui plus de 10 000 abonnés.

La série événement de la rentrée, inspirée de l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès, est déjà presque finie ! Les deux derniers épisodes d’Un homme ordinaire sont diffusés ce mardi 22 septembre 2020. Emilie Dequenne y incarne un rôle très important. Son personnage de hackeuse a réellement existé…

Dans Un homme ordinaire, dont Arnaud Ducret est le héros, Emilie Dequenne interprète Anna-Rose Cagnière, une pirate informatique qui mène également une enquête sur la tuerie de Nantes. En réalité, ce hackeur répondait au pseudo de « Chris La Vérité ». L’homme a créé, le 26 avril 2011 (5 jours après la découverte des corps de l’épouse de Xavier Dupont de Ligonnès, Agnès, et de leurs quatre enfants Arthur, Thomas, Anne et Benoît) une page Facebook intitulé Xavier Dupont de Ligonnès : Enquête et Débat, consacrée à ce crime commis en avril 2011.

La communauté rassemble plus de 10 000 utilisateurs.

Chris La Vérité a notamment collaboré avec des anonymes, des proches des époux Dupont de Ligonnès ainsi qu’un enquêteur, tous en quête de la vérité. Des informations échangées dans des groupes privés ont été divulguées. Chris La Vérité s’est confié lui-même à la presse, en accordant une interview aux Inrockuptibles en 2012. Il a notamment révélé au magazine qu’une quarantaine de personnes ont épluché et piraté des sites Internet pour en apprendre plus sur Xavier Dupont de Ligonnès, toujours porté disparu et principal suspect des meurtres de son épouse et de leurs enfants.

Les recherches de Chris la Vérité ont été fructueuses et lui ont valu des ennuis avec la justice. Il a été condamné en 2016 à 1000 euros d’amende avec sursis pour recel de violation du secret professionnel et atteinte au secret des correspondances, après avoir publié 39 notes secrètes de Xavier Dupont de Ligonnès.

Neuf ans après les faits, l’affaire suscite toujours autant d’intérêt.

Ce soir 21.05 dcouvrez les 2 derniers pisodes d’#UnHommeOrdinaire, librement inspir de l’affaire Xavier Dupont de Ligonns pic.twitter.com/RyYVCZZ3Cf

— M6 (@M6) September 22, 2020

 

 

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/et-si-xavier-dupont-de-ligonnes-etait-passe-par-lunel-1596728779Dossier :

Et si Xavier Dupont de Ligonnès était passé par Lunel, dans l’Hérault ?

 

Jeudi 6 août 2020 à 17:46 -

Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Le magasine Society publie ce jeudi une longue enquête sur la disparition de Xavier Dupont de Ligonnès soupçonné d’avoir tué sa femme et ses enfants avant de disparaître en 2011. On découvre les liens étranges qu’il entretenait avec son ami Michel Rétif à Lunel, un homme aujourd’hui décédé.

 

Xavier Dupont de Ligonnès

Xavier Dupont de Ligonnès © Maxppp – Franck Dubray

 

L’ami lunellois de Xavier Dupont de Ligonnès a t-il joué un rôle dans sa disparition ? Le magasine bi-mensuel Society sort cette semaine une grande enquête sur cet homme soupçonné d’avoir assassiné sa femme et ses 4 enfants en 2011 à Nantes. Une enquête qui retrace notamment les amitiés du père de famille. Des amitiés très équivoques.

On apprend ainsi que Michel Rétif, un habitant de Lunel a été entendu à plusieurs reprises par les enquêteurs et même soupçonné d’avoir couvert la fuite de Xavier Dupont de Ligonnès.

Dupont de Ligonnès propose à son épouse et son meilleur ami une relation à trois

Michel Rétif est un ami de Xavier Dupont de Ligonnès, un ami intime. Mais cette amitié de longue date avait pris une autre tournure. L’épouse, Agnès de Ligonnès, et Michel Rétif entretenaient une relation épistolaire très équivoque. En le découvrant, le mari propose à son épouse et son meilleur ami une relation à trois. Ils passent ainsi deux jours et deux nuits tous les trois dans un hôtel de Nantes, puis en Bourgogne et même au domicile familial, des vidéos en témoignent. 

Cela, Michel Rétif ne le raconte pas aux enquêteurs lors des premières auditions. Il ne leur dit pas non plus qu’il a réussi à joindre Xavier Dupont de Ligonnès au téléphone après sa fuite avant la découverte des corps, il est le seul à avoir pu le joindre, tous les autres tombaient directement sur la messagerie. De Ligonnès n’a rallumé son portable que pour cet appel, comme si les deux hommes avaient pris rendez-vous.

Ce qui intrigue aussi beaucoup les enquêteurs, c’est ce déplacement professionnel de Michel Rétif dans le Var (il est alors commercial), là où justement s’arrête le parcours du père de famille, au même endroit au même moment.

Maxime Chamoux du magazine Sociéty

Michel Rétif soupçonné d’avoir couvert la fuite du père de famille ? Les enquêteurs n’ont aucune preuve formelle et aucun aveu. Dans leur enquête, les journalistes du magasine Society ont rencontré la dernière compagne de Michel Rétif. Ils dressent le portait d’un homme brisé par cette histoire qui sombre dans l’alcool, il refuse de soigner un cancer avant de se suicider en mars 2018 chez lui à Lunel.

 

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/herault/herault-qui-etait-michel-retif-ami-xavier-dupont-ligonnes-residant-lunel-1860908.html

Hérault : qui était Michel Rétif, l’ami de Xavier Dupont de Ligonnès résidant à Lunel ?

 

Publié le 07/08/2020 à 18h32 • Mis à jour le 07/08/2020 à 19h55
Le Lunellois Michel Rétif est à droite sur la photo, à côté de Xavier Dupont de Ligonnès - archives.

Le Lunellois Michel Rétif est à droite sur la photo, à côté de Xavier Dupont de Ligonnès – archives. • © SOCIETY.

9 ans après la disparition de Xavier Dupont de Ligonnès, soupçonné d’avoir assassiné sa femme et ses 4 enfants, Society dévoile, à l’occasion d’une nouvelle enquête, l’existence de l’un de ses amis les plus proches : Michel Rétif, aujourd’hui décédé, qui vivait à Lunel, dans l’Hérault.

« Au début du mois d’avril 2011, un homme de 50 ans assassinait sa femme, leurs quatre enfants et leurs deux chiens avant de les enterrer sous la terrasse de leur maison nantaise, puis de disparaître sans laisser de traces. »…

Pour la deuxième fois, le magazine Society revient sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès. A l’occasion d’une nouvelle enquête de plus de quatre ans, Maxime Chamoux, Sylvain Gouverneur, Thibault Raisse et Pierre Boisson reviennent, entre autres, sur les amitiés de l’un des hommes les plus recherchés de France.

À ce sujet, la rédaction vous recommande

Parmi les amis de Xavier Dupont de Ligonnès : le Lunellois Michel Rétif, aujourd’hui décédé. « Il est l’un des amis clé de son environnement » témoigne l’un des journalistes et rédacteurs en chef de Society, Pierre Boisson.

De l’amitié au trio amoureux

Les deux hommes, tous les deux commerciaux, se rencontrent dans les années 80, dans le Sud de la France. « C’est un voyage aux Etats-Unis qui va sceller leur amitié entre 1989 et 1990« .

Ensemble, les deux amis visitent 48 des 50 Etats américains. Puis, dans les années 2000, un cap est franchi entre les deux hommes. « A partir de 2005, il y a des troubles dans le couple Dupont de Ligonnès » précise Pierre Boisson.
En effet, Xavier Dupont de Ligonnès consacre peu d’attention à Agnès, sa femme. Cette dernière est en contact avec Michel Rétif : une relation naîtra entre eux, d’abord virtuelle puis concrète. Plus tard, avec Xavier Dupont de Ligonnès, ils formeront un triangle amoureux pendant quelques mois, de quoi « transformer la nature de leur relation » ajoute le journaliste.

A la vie, à la mort… le mystère Michel Rétif

Dès la disparition de Xavier Dupont de Ligonnès, les policiers ont rapidement examiné lesquels de ses relations pourraient l’avoir aidé dans sa cavale. Naturellement, ils s’intéressent à ses meilleurs amis, dont fait partie Michel Rétif.

Il se trouve que Michel Rétif a appelé Xavier Dupont de Ligonnès le 6 avril, un jour après le meurtre du dernier membre de la famille. Ce jour-là, le téléphone de Xavier Dupont de Ligonnès était éteint toute la journée sauf pendant cette demi-heure d’appel.

Fait troublant, de quoi éveiller les soupçons des enquêteurs qui vont le surveiller, l’interroger. « Rien ne prouve la culpabilité de Michel Rétif  » insiste Pierre Boisson.

Pourtant, un déplacement de Michel Rétif intrigue. Le 14 avril, Xavier Dupont de Ligonnès passe sa dernière nuit « connue » à Roquebrune-sur-Argens. « Ce même jour, Michel Rétif est à moins de 10 kilomètres de là, à vol d’oiseau » confirme Pierre Boisson.

Que ces deux amis passent cette dernière nuit spéciale à quelques kilomètres l’un de l’autre, c’est forcément suspicieux.

Michel Rétif aurait-il couvert la fuite de Xavier Dupont de Ligonnès ? Au nom de l’amitié et de sa phrase fétiche : à la vie, à la mort. L’hypothèse est plausible. Cette question reste pour l’instant sans réponse.
Atteint d’un cancer, Michel Rétif s’est suicidé en 2018, à Lunel-Viel, dans l’Hérault, à l’âge de 53 ans en emportant avec lui tous ses secrets. « Dans cette enquête, nous avons voulu montrer que les amis, la famille, les proches liés à cette enquête ont souffert de tous les soupçons qui ont pu peser sur eux » : pour la rédaction de Society, une chose est sûre : Michel Rétif tentait par tous les moyens d’oublier cette affaire.

Une affaire sordide, toute une famille décimée

En 2011, Agnès et les quatre enfants du couple sont retrouvés enterrés à Nantes. Xavier Dupont de Ligonnès prend la fuite. Depuis, il s’est volatilisé. On l’a vu partout sur la planète mais il reste introuvable.

5ede384d63e77_image_73215718_1 dans Crime

En 2019, nos confrères de France 3 Pays de la Loire consacrait un reportage à cette affaire, toujours non élucidée.

À ce sujet, la rédaction vous recommande

Nantes : où s’est caché Xavier Dupont de Ligonnès ? Une question restée sans réponse depuis plus de 8 ans

 

Pierre Jourdin, un magistrat pour qui la justice est trop complexe

 

 

 

Pierre Jourdin est un ancien magistrat du TGI de Brest, qu’il a quitté à l’été 2016 pour celui de Créteil où, a priori, il se trouve toujours en fonction aujourd’hui comme juge de l’application des peines.

On peut le voir dans la vidéo ci-dessus du 12 mars 2021. On en trouve aussi sur le net deux autres images remontant à septembre 2012 lors de son arrivée au tribunal de Quimper en provenance de celui de Brest où il exerçait déjà comme juge de l’application des peines depuis 2007, après avoir eu la même fonction à Nevers de 2004 à 2007.

Il était ensuite revenu à Brest pour la rentrée de septembre 2014, cette fois comme juge d’instruction, une fonction qu’il n’a « assurée » tant bien que mal (personnellement, je n’ai vu que le mal et ne sais même pas, en fait, s’il y a jamais eu de bien) que durant deux ans au cours de sa carrière.

Il prenait la suite de la juge ultra corrompue Céline Verdier qui elle avait été nommée à Quimper comme juge des enfants et reprendra sa place de juge d’instruction à Brest à la rentrée de septembre 2016.

On notera au passage que le juge brestois Meriadeg Merret, qui prenait ce même poste de juge des enfants à Quimper à la rentrée de septembre 2012 avant de revenir à Brest en 2014, parlait alors du très inquiétant « danger des enfants » auquel il s’apprêtait à être confronté comme magistrat pour la toute première fois tandis que simultanément, son collègue de Brest le juge Raymond André quittait l’instruction pour accéder lui aussi à cette fonction de juge des enfants pour la toute première fois dans sa beaucoup plus longue carrière. Rappelons qu’au mois de novembre 2011, des amies de la criminelle perverse Josette Brenterch du NPA de Brest, dont l’une qui à cette époque me harcelait en avait témoigné sur mon ancien blog « Un petit coucou » chez OverBlog, avaient mensongèrement désigné à la vindicte populaire comme « pédophile » un retraité qui de ce fait, pris en chasse dans son quartier par tout un groupe de parents d’élèves devenus hystériques à son encontre, avait fait une crise cardiaque dont il était décédé. Aussi, la peur des dénonciations pour pédophilie, qui par ici n’était pas vraiment retombée depuis Outreau – à moins que ce fiasco judiciaire ne fût particulièrement opportun pour justifier les politiques locales en la matière – était encore à son comble dans le Finistère, où ce que font toujours aujourd’hui les magistrats pour protéger les pédophiles du « danger des enfants » ou de leurs dénonciations, totalement hallucinant et particulièrement abject pour le justiciable lambda, est sans aucun doute à la hauteur de l’effroi extraordinaire qu’il semble toujours provoquer chez eux…

Mais le Finistère avait aussi reçu la visite de Frédéric Mitterrand au printemps 2011 après l’échec de Jean-Marc Donnadieu contre OverBlog au TGI de Béziers le 8 avril 2011, et il était bien nécessaire que sa future victoire en appel le 15 décembre 2011 à Montpellier fût puissamment soutenue par quelque évènement de nature à frapper très fort l’opinion publique en sa faveur, d’où le retentissement national qu’avait connue cette histoire de chasse à l’homme faussement accusé de pédophilie que sa complice la criminelle Josette Brenterch avait organisée avec quelques copines et l’assentiment des magistrats locaux, à proximité immédiate de la fac de droit de Brest.

Fermons la parenthèse et revenons à Pierre Jourdin.

Pas de cancer pour lui depuis sa période brestoise, pas non plus d’autre maladie mortelle, « foudroyante » ou non, au contraire de ses anciens collègues Mathilde Boissy, François Dresen et Raymond André.

Cependant, le moins que l’on puisse dire à son sujet est qu’il ne respire pas la joie de vivre, et cela semblait quand même nettement moins pire en 2012, avant son dernier passage à Brest.

Rendez-vous compte qu’à peine huit ans et demi séparent ces photos de 2012 des images TV de 2021. Or, il donne l’impression d’avoir vieilli beaucoup plus, et mal, comme un alcoolique.

Par ailleurs, lui aussi avait bien travaillé pour le pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi, dont je rappelle qu’il s’agit en outre d’un trafiquant de drogue, d’or, d’enfants, etc… pirate en tous genres, cybercriminel et harceleur, mythomane, calomniateur public et champion de la dénonciation calomnieuse, organisateur ou commanditaire d’assassinats et terroriste « islamigré ».

Oui, Pierre Jourdin aussi avait bien travaillé pour cet individu qu’il porte aux nues comme tous ses collègues de Brest et Quimper. Et même très rapidement après sa prise de fonction comme juge d’instruction à Brest, à l’automne 2014.

En effet, c’est lui qui au mois d’octobre 2014 avait prononcé un non-lieu général en faveur de tous mes harceleurs de la bande de cybercriminels du pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi, à l’issue de l’information judiciaire qui avait été confiée à sa collègue ultra corrompue Céline Verdier, laquelle, comme je l’ai déjà exposé, refusait en fait illégalement d’informer en m’opposant des déclarations du dénommé Pascal Luraghi auxquelles elle m’interdisait aussi illégalement tout accès, comme à mes avocats successifs.

L’ordonnance de non-lieu rendue par Pierre Jourdin était parfaitement conforme au faux en écriture publique déjà produit dans cette affaire par la vice-procureure Isabelle Johanny, et pour cause, elle n’en était qu’un copié-collé, fautes d’orthographe y compris, alors que j’avais déjà dénoncé ce document comme un faux dans un premier train d’observations toutes parfaitement justifiées, en annonçant une suite de ces observations avant la fin du délai que le Code de procédure pénale m’octroyait à cet effet.

C’est que le faux en question est quand même constitué de plusieurs pages de texte très dense écrit en petits caractères, et qu’il comporte au moins un sinon plusieurs mensonges grossiers ou inventions délirantes par ligne de texte. Quand on le reçoit, on en est littéralement atterré et on se demande comment traiter le problème, car il faut vraiment tout corriger morceau de phrase après morceau de phrase, en expliquant et justifiant chacune des corrections apportées, d’abord d’un point de vue purement factuel, ensuite en termes de droit. C’est absolument délirant, le travail nécessaire est colossal et je pense d’ailleurs que le but du jeu est de complètement submerger, noyer ou ensevelir la victime sous un incroyable amoncellement de mensonges où, en l’occurrence, même mes harceleurs mythomanes, super menteurs, affabulateurs et calomniateurs ne peuvent s’y retrouver – ils sont complètement dépassés par des magistrats qui eux aussi doivent s’adonner à de tels exercices au quotidien.

Il n’y a pas la moindre honnêteté chez un magistrat corrompu, il est précisément payé par des malfrats pour s’abstenir de faire son travail ou être l’auteur d’injustices flagrantes, ce qui passe toujours, au minimum, par la production de faux en écriture publique. C’est pourquoi, dans les dossiers qui me concernent, on en retrouve en pagaille, et toujours associés à quantité d’autres illégalités ou violations de la loi.

Pierre Jourdin est donc bien corrompu, c’est indéniable; reproduisant à l’identique le faux que je lui avais dénoncé comme tel nombreuses pièces justificatives à l’appui, il a lui-même produit un faux en écriture publique, criminel, en toute connaissance de cause. Tous les critères de l’infraction pénale sont bien remplis, en aucun cas il ne peut prétendre avoir commis une quelconque « erreur ».

Mais ce n’est pas tout.

Il n’a pas attendu la suite de mes observations pour rendre son ordonnance et n’a ainsi pas respecté mon droit à produire des observations durant un délai fixé d’une manière pourtant assez simple : un premier délai de trois mois auquel s’ajoutait un second délai d’un mois, soit un total de quatre mois. Il n’a pas su faire cette addition, c’est trop compliqué pour lui – j’en déduis qu’il a fait lui aussi le petit demi-bac pour demi-cerveaux très allégés.

Quant à moi, j’ai fait des études d’ingénieur et ai effectivement travaillé comme tel durant plusieurs années. Additionner 3 et 1, donc, je sais le faire. Mais très franchement, je ne l’ai pas appris en maths sup ni en maths spé, je savais déjà le faire en maternelle – j’ai toujours eu un cerveau complet.

Ce qui est trop drôle, c’est que j’ai obtenu sur ce motif-là la cassation de l’arrêt de la Cour d’Appel de Rennes ayant confirmé en 2015 son ordonnance de non-lieu d’octobre 2014 – car cette Cour d’Appel qui me donne assez souvent raison contre les magistrats du Finistère ne le fait quand même pas à tous les coups, les magistrats ayant toujours une très forte tendance à tous se couvrir mutuellement même quand leur rôle consiste théoriquement à contrôler le travail de ceux du niveau inférieur.

Pierre Jourdin fait donc partie de ces magistrats qui ont toujours été nuls en maths et se plaisent, tout comme la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest et tous ses complices de la bande du pédophile et cybercriminel Pascal Edouard Cyprien Luraghi, ce dernier en tête, à se « moquer » des matheux ou des ingénieurs en inventant absolument n’importe quoi pour les calomnier, et par voie de conséquence, leur nuire ou leur porter préjudice au maximum, leur but étant de les empêcher de travailler, de vivre, tout simplement, car ils les haïssent autant qu’ils ont toujours haï les maths.

Sauf que dans son cas, le truc est consacré par un arrêt de la Cour de Cassation de 2016.

La femme ingénieur qu’il s’était plu à faire passer mensongèrement pour une prostituée débile mentale et folle à lier de surcroît coupable de quantité de choses totalement délirantes lui a donné tout à la fois une leçon de maths (3+1=4) et une leçon de droit : si tu ne sais même pas compter sur tes doigts, t’as qu’à demander à ta greffière pour t’assurer que mon droit soit respecté.

Allez, je vais être indulgente avec ce pauvre M. Jourdin qui a quand même vu se terminer sa carrière de juge d’instruction qui avait commencé si fort à l’automne 2014 sur un échec des plus ridicules deux ans plus tard, face à un « cas lourd psychiatrique » (= une femme ingénieur qui contrairement à lui comprend le français et sait faire des additions).

Il faut quand même bien se rappeler le contexte de sa décision d’octobre 2014.

A Toulouse, les gendarmes enquêtant sur le meurtre ou l’assassinat de Patricia Bouchon à Bouloc le 14 février 2011 commençaient à s’intéresser au pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi, dont l’activité criminelle contre mes proches et moi-même était depuis le début jugée si précieuse par les magistrats ultra corrompus du TGI de Brest. Il était donc urgent de le blanchir complètement dans mon affaire tout en m’enfonçant au maximum : plus de mobile, plus de crime !

Avouez que cela peut bien brouiller les esprits et en faire perdre son latin ou son compteur même au plus éminent des juristes corrompus…

 

 

https://www.ouest-france.fr/bretagne/quimper-29000/trois-magistrats-font-leur-entree-au-tribunal-1252086

Trois magistrats font leur entrée au tribunal

 

Audience particulière, hier matin, au tribunal de grande instance de Quimper. Patrick Le Quinquis, le président, a présenté trois nouveaux magistrats.

De gauche à droite : Olivier Callec, juge, Meriadeg Merret, vice-président chargé des fonctions de juge des enfants et Pierre Jourdin, vice-président du tribunal d'instance de Quimper.
De gauche à droite : Olivier Callec, juge, Meriadeg Merret, vice-président chargé des fonctions de juge des enfants et Pierre Jourdin, vice-président du tribunal d’instance de Quimper. |

 
Ouest-France Maël FABRE. Publié le 17/09/2012 à 19h00

 

Lundi matin, devant un parterre d’officiels, de gendarmes et d’avocats, par décret du 21 août 2012 publié au journal officiel, trois nouvelles nominations viennent d’être confirmées pour cette rentrée judiciaire à Quimper.

Les arrivées

En poste au tribunal de grande instance de Brest depuis 2007 où il a été substitut du procureur, le juge Meriadeg Merret vient d’être nommé vice-président chargé des fonctions de juge des enfants à Quimper. Une juridiction qu’il a vivement souhaité intégrer. « C’est une fonction intéressante, une suite logique après Brest. C’est cependant plus difficile car nous sommes dans la gestion de l’humain et surtout nous sommes face au danger des enfants », explique-t-il.

Pierre Jourdin, juge de l’application des peines au tribunal de grande instance de Brest vient d’être nommé vice-président du tribunal d’instance de Quimper. « Il y a dans cette nouvelle fonction une grande convergence avec l’ancien poste », indique le nouveau juge. Pierre Jourdin a été de 2004 à 2007, juge de l’application des peines au tribunal de grande instance de Nevers.

Enfin, Olivier Callec est nommé juge. Il devient assesseur et présidera les audiences du tribunal correctionnel. Auparavant, Olivier Callec a été juge au tribunal de grande instance de Nevers de 2009 à 2012.

Les départs

Par ailleurs, Hélène Geiger, 36 ans, quitte le parquet. Elle rejoint le siège au tribunal de grande instance de Brest, où elle est nommée vice-présidente. Marie-Annick Rossignol, juge des enfants, rejoint le tribunal de grande instance de Lorient où elle assurera la vice-présidence. Un tribunal qu’elle connaît bien puisqu’elle a été substitut du procureur jusqu’en 2007.

Disparition d’un poste de juge d’instruction

Cette nouvelle rentrée a aussi été marquée par la disparition du dernier juge d’instruction en poste, depuis la création du pôle de l’instruction à Brest, en 2008. Cette disparition a été soulignée par Eric Tufféry, procureur de la république lors de son discours. La dernière juge d’instruction à Quimper, Sophie Sourzac, a été nommée au tribunal d’instance de Grenoble.

 

 

https://www.letelegramme.fr/local/finistere-sud/quimper/ville/quimper-trois-nouveaux-magistrats-a-pied-d-oeuvre-18-09-2012-1842051.php

Quimper. Trois nouveaux magistrats à pied d’oeuvre

 

Publié le 18 septembre 2012 à 00h00

De gauche à droite, Olivier Callec, Pierre Jourdin et Meriadeg Merret: la magistrature du siège est au complet sur la juridiction quimpéroise
De gauche à droite, Olivier Callec, Pierre Jourdin et Meriadeg Merret: la magistrature du siège est au complet sur la juridiction quimpéroise

 

Trois nouveaux juges ont été adoubés, hier, par leurs pairs, lors de la traditionnelle audience de rentrée au tribunal de Quimper. Le trio renforce la magistrature du siège. Le parquet devra faire sans renforts.

 

Audience intermédiaire, la rentrée de septembre ne revêt pas la solennité de celle qui se tient chaque début d’année. Le président Le Quinquis parlait hier de sa dimension «quasi-familiale». Elle permet néanmoins d’installer les nouveaux magistrats nommés dans la juridiction quimpéroise. En cette rentrée 2012, ils sont trois à rejoindre les bords de l’Odet.

«Grand écart sur le plan technique»

Deux d’entre eux seront en terre de connaissance. Meriadeg Merret est nommé vice-président du Tribunal de Grande Instance, chargé des enfants. La justice des mineurs, mais aussi les placements d’enfants en danger sont quelques-uns des aspects qu’il devra prendre à bras-le-corps. La perspective lui apparaît «intéressante». Il succède à Mme Rossignol, nommée vice-présidente du Tribunal de Grande Instance de Lorient. Meriadeg Merret avait fait ses armes au Havre, comme juge d’instance, en 2002 puis rejoint le tribunal d’Instance de Châteaulin en 2005. En 2008, il poussait jusqu’à Brest. Après quatre ans dans la cité du Ponant, il traverse le département. Pierre Jourdin était lui aussi Brestois, chargé de l’Application des Peines de 2007 à 2012. Il occupait précédemment des fonctions identiques, à Nevers, de 2004 à 2007. Il devient vice-président chargé du tribunal d’instance. «Sur le plan technique, ça ressemble à un grand écart, mais sur le plan humain, il y a beaucoup de convergences», commente-t-il.

Un juge d’instruction placé

Olivier Callec, enfin, est le seul à découvrir le Finistère, si l’on excepte les stages de voile suivis pendant son enfance. À Nevers, il était juge du siège depuis 2009 et aura des fonctions équivalentes à Quimper. Il sera juge civil et assurera des audiences correctionnelles, comme juge assesseur ou président. Il se dit «ravi». Ces arrivées permettent aux juges du siège de la juridiction quimpéroise d’être au complet puisque les 18 postes sont pourvus. Petit bémol cependant: le départ de Sophie Sourzac, juge d’instruction, nommée à Grenoble, est certes compensé, mais par M. Morvan, juge placé. Le cabinet d’instruction devant cesser son activité au 1er janvier 2014 au profit du pôle de l’instruction brestois, il est fort probable qu’il ne soit pas pourvu en attendant de s’éteindre à petits feux. Voilà qui ne mettra pas de baume au coeur du procureur Éric Tufféry, qui perd quant à lui un parquetier dans son équipe.

 

 

https://jorfsearch.steinertriples.fr/name/Pierre%20Jourdin

Pierre Jourdin

 

 

De: Pierre JOURDIN

vice-président chargé de l’instruction au tribunal de grande instance de Brest
Objet:
Cour d’appel de Paris
Vice-présidents chargés de l’application des peines
Groupe:
cour_appel= »Paris »
magistrat= »Vice-président« 
nomination

10 Août 2016

De: Pierre JOURDIN

vice-président chargé de l’instruction au tribunal de grande instance de Brest
Objet:
président de section à la commission centrale d’aide sociale
Groupe:
president
nomination

15 Février 2016

De: Pierre JOURDIN

vice-président chargé de l’instruction au tribunal de grande instance de Brest
Objet:
assesseur à la commission centrale d’aide sociale
Groupe:
magistrat= »Assesseur« 
cessation de fonction

15 Février 2016

De: Pierre JOURDIN

vice-président au tribunal de grande instance de Quimper, chargé du service du tribunal d’instance de Quimper
Objet:
Cour d’appel de Rennes
Tribunal de grande instance de Brest
Vice-président chargé de l’instruction
Groupe:
cour_appel= »Rennes »
magistrat= »Vice-président »
tribunal
tribunal_grande_instance= »Brest« 
nomination

26 Juin 2014

De: JOURDIN Pierre
Objet:
dans leurs fonctions d’assesseurs à la commission centrale d’aide sociale
personnes particulièrement qualifiées en matière d’aide ou d’action sociale
Groupe:
renouvellement

15 Février 2014

De: Pierre JOURDIN

juge de l’application des peines au tribunal de grande instance de Brest
Objet:
Cour d’appel de Rennes
Tribunal de grande instance de Quimper
Vice-président chargé du service du tribunal d’instance de Quimper
Groupe:
cour_appel= »Rennes »
magistrat= »Vice-président »
tribunal
tribunal_grande_instance= »Quimper »
tribunal_instance= »Quimper« 
nomination

23 Août 2012

De: Jourdin (Pierre)

juge de l’application des peines (Brest)
Objet:
Tableau d’avancement 2012 (magistrature)
Inscrits : 954
inscription

21 Août 2012

De: Jourdin (Pierre)

juge de l’application des peines (Brest)
Objet:
Tableau d’avancement 2011 (magistrature)
Inscrits : 1 010
inscription

03 Août 2011

De: Pierre Jourdin

juge de l’application des peines au tribunal de grande instance de Nevers
Objet:
Cour d’appel de Rennes
Tribunal de grande instance de Brest
Juge de l’application des peines
Groupe:
cour_appel= »Rennes »
magistrat= »Juge »
tribunal
tribunal_grande_instance= »Brest« 
nomination

19 Juillet 2007

De: Pierre Jourdin

auditeur de justice
Objet:
Cour d’appel de Bourges
Tribunal de grande instance de Nevers
Juge de l’application des peines
Groupe:
cour_appel= »Bourges »
magistrat= »Juge »
tribunal
tribunal_grande_instance= »Nevers« 
nomination

14 Août 2004

De: Jourdin (Pierre)
Objet:
auditeurs de justice
Examen de classement
Promotion 2002
admissibilite

10 Mars 2004

De: Jourdin (Pierre)
Objet:
auditeurs de justice
nomination

27 Avril 2002

De: Jourdin (Pierre)
Objet:
rapporteurs à la commission centrale d’aide sociale
Groupe:
nomination

20 Juin 2000

De: Jourdin (Pierre)
Objet:
à la Commission centrale d’aide sociale
Groupe:
nomination

13 Juillet 1999

 

Pierre-Jean Chalençon très inspiré par le pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi

C’est hallucinant, quand il se lâche contre sa bête noire Caroline Margeridon, il fait du Luraghi dans le texte, plus spécialement de ses textes habituels contre moi.

Conclusion : c’est lui le jaloux, tout pareil que l’autre. Et c’est bien lui qui abuse, aussi.

A noter :

Né sous le signe du Cancer, celui des bébés, Pierre-Jean Chalençon est resté immature, tout comme l’autre, et ce n’est pas non plus une quelconque objectivité qui risque de l’étouffer, nous avons d’ailleurs bien vu plus d’une fois qu’il ment lui aussi comme il respire.

Quant à sa cible, il semble qu’elle soit née sous le signe de la Balance, tout comme moi.

Pourquoi donc un tel acharnement contre les Balance ?

Sont-elles vraiment si méchantes ?

Eh non, c’est exactement le contraire, nous sommes les plus gentilles de tout le zodiaque. C’est d’ailleurs pour cette raison que les pervers narcissiques, toujours des lâches, préfèrent s’acharner sur nous que sur des gens susceptibles de les mettre rapidement KO en réponse à leurs attaques injustifiées et autres abus divers et variés.

 

 

https://www.voici.fr/news-people/elle-est-la-mechancete-meme-pierre-jean-chalencon-tacle-severement-caroline-margeridon-732265

« Elle est la méchanceté même » : Pierre-Jean Chalençon tacle sévèrement Caroline Margeridon

 

Le 24/06/2022 à 14h28

par Emilie Nougué Crédits photos : Sebastien Fremont / Starface

Entre Pierre-Jean Chalençon et Caroline Margeridon, la hache de guerre n’est pas près d’être enterrée. Dans un entretien accordé à France Dimanche paru le 24 juin 2022, le premier a fortement taclé la seconde, la traitant de « folle« .

Depuis qu’il a été évincé de l’émission Affaire conclue sur France 2 en 2020, Pierre-Jean Chalençon ne rate jamais une occasion d’étriller son ancienne collègue Caroline Margeridon. Le célèbre collectionneur de Napoléon l’a déjà qualifiée de « reine des cruches » ou encore de « mythomane », sur son compte Twitter ou dans des interviews. « Il faut arrêter avec elle, elle n’a pas de carrière, c’est personne. Le succès d’Affaire Conclue du côté des acheteurs, c’est Julien Cohen et moi. […] Tout ce qu’elle raconte est bidon. Tout est faux chez elle. Elle est insignifiante« , avait-il déclaré en juin 2021 dans les colonnes de Télé-Loisirs.

Ce 24 juin 2022, rebelote auprès de France Dimanche. « Cette femme est folle !, a-t-il lancé sans détours. Elle me doit beaucoup. Sans moi, Caroline Margeridon n’est rien. Elle est la méchanceté même, il faudrait qu’elle s’envoie en l’air un peu plus souvent, je pense. J’ai été suffisamment gentil, j’ai fermé ma gueule, maintenant ça suffit« .

La télévision, un « monde de hyènes » pour Pierre-Jean Chalençon

Après le décès de Régine le 1er mai dernier, Pierre-Jean Chalençon, qui se disait pourtant proche de la chanteuse, avait été écarté de ses obsèques. Et selon lui, c’est « encore une fois » la faute de Caroline Margeridon, « qui a été raconter des horreurs avec une de ses copines héritières en manque de notoriété« . « Elles ont dit des saloperies à mon égard. Si j’avais voulu aller aux obsèques de Régine, j’y serais allé sans aucun problème. Simplement je n’étais pas là, j’étais en Égypte. Quant à Régine, ça a été une femme extraordinaire, que j’ai adorée. On s’était disputés, c’est vrai, mais une de ses meilleures amies m’a encore dit qu’avant sa mort, elle lui avait confié qu’elle m’aimait beaucoup !« , a-t-il poursuivi.

Se qualifiant d’ »insubmersible« , le collectionneur a indiqué que toutes les critiques à son égard ne le touchaient pas tant que ça. « Le monde de la télévision est un monde de hyènes. C’est vrai que je m’en suis pris plein la gueule, c’était méchant et injustifié, mais quand on est heureux, on est souvent jalousé. Je suis sans doute quelqu’un de trop heureux« , a-t-il analysé. Un « monde de hyènes » dans lequel il espère bien retourner, puisqu’il envisage de lancer « une émission sur le palais Vivienne » et une autre de variété.

Pierre-Jean Chalençon : cette grosse dispute qui aurait éclaté avec Caroline Margeridon peu avant son départ d’Affaire Conclue - Voici

À lire aussi
Pierre-Jean Chalençon : cette grosse dispute qui aurait éclaté avec Caroline Margeridon peu avant son départ d’Affaire Conclue – Voici
Pierre-Jean Chalençon
voir le diaporama
Les photos de Pierre-Jean Chalençon

Cités dans cet article

Caroline Margeridon
Caroline Margeridon

 

 

https://www.voici.fr/news-people/pierre-jean-chalencon-cette-grosse-dispute-qui-aurait-eclate-avec-caroline-margeridon-peu-avant-son-depart-daffaire-conclue-716103

Pierre-Jean Chalençon : cette grosse dispute qui aurait éclaté avec Caroline Margeridon peu avant son départ d’Affaire Conclue

 

Le 05/11/2021 à 12h28

Modifié le 05/11/2021 à 13h37

par Elvira Belicourt Crédits photos : Abaca

En pleine promotion de son livre Libre !, Caroline Margeridon est revenue sur sa relation avec Pierre-Jean Chalençon. Elle a notamment révélé qu’une vive dispute aurait éclaté entre eux quelques mois avant que le collectionneur ne quitte Affaire Conclue.

Autrefois, c’était l’amour fou entre Caroline Margeridon et Pierre-Jean Chalençon. En plus d’être collègues dans Affaire Conclue, ils étaient inséparables en dehors des plateaux. Il faut dire que cela fait plus de trente ans qu’il se côtoieraient ! Du moins, c’est ce qu’affirme le collectionneur passionné de Napoléon Bonaparte. Car sa consœur, elle, n’a pas tout à fait la même version. Alors qu’elle vient de sortir son livre autobiographique, Libre !, elle a tenu à clarifier certains points concernant sa relation avec l’acheteur.

« Il a été dire à la presse qu’on était des amis de trente-cinq ans – la réalité, c’est que quand j’étais petite, je passais mon temps chez Chantal Goya et Jean-Jacques Debout, qui habitaient près d’Honfleur. Quand bien après, je rencontre Pierre-Jean à Affaire Conclue, il me tombe dans les bras en me disant : ‘On se connaît depuis toujours.’ Comme j’étais étonnée, il ajoute : Mais oui, on a dîné un jour ensemble chez Jean-Jacques Debout.’ C’est sûrement vrai, mais je n’en ai aucun souvenir », a rectifié la maman d’Alexandre et Victoire dans les colonnes de Ciné Télé Revue.

Caroline Margeridon s’est fâchée avec Pierre-Jean Chalençon

Depuis que Pierre-Jean Chalençon a quitté Affaire Conclue, les relations entre les deux acheteurs se sont considérables dégradées. Lui reprochant de ne pas l’avoir suffisamment soutenu et de ne plus lui donner de nouvelles, le collectionneur s’est plusieurs fois attaqué à Caroline Margeridon, allant jusqu’à s’en prendre à son physique. « Julien (ndlr : Cohen), lui, n’a pas été victime d’un chirurgien esthétique. Bonjour le massacre !!« , avait-il commenté sous une photo des deux acolytes.

Mais les tensions auraient débuté bien avant que Pierre-Jean Chalençon ne quitte la bande de Sophie Davant. Une vive dispute aurait en effet éclaté entre les deux acolytes quelques mois plus tôt. « Huit mois avant qu’il soit viré de l’émission, pas du tout à cause de moi, on s’était accrochés autour d’un truc et je lui avais dit : ‘Toi et moi, c’est fini. On continue la télé, c’est notre job, mais je ne veux plus te voir’« , a révélé celle dont la mère aurait eu une relation avec Johnny Hallyday. Depuis, les deux anciens meilleurs amis n’ont jamais fait la paix…

Pierre-Jean Chalençon
voir le diaporama
Les photos de Pierre-Jean Chalençon

Cités dans cet article

Caroline Margeridon
Caroline Margeridon

 

Cyprien Luraghi encore en train de cracher dans la soupe…

Cela se passe sur Twitter, comme très souvent depuis février 2019.

Il est cette fois question du cannabis et de trafic de stups, une activité dont Cyprien Luraghi tire l’essentiel de ses revenus depuis plusieurs décennies – mais cela a peut-être changé depuis qu’il est payé pour me harceler.

En tous les cas, le trafic de drogue lui a bien fourni sa principale source de revenus durant de très nombreuses années.

Une activité pour laquelle, très probablement, personne n’aurait jamais songé à le recruter, lui le psychopathe qui a définitivement quitté l’école et sa famille à l’âge de 14 ans, si elle avait été licite et légalement encadrée.

Et il n’aurait de toute façon jamais eu besoin d’aucune couverture pour un commerce international de drogue à partir de l’Afghanistan.

Par voie de conséquence, il n’aurait jamais pu se faire embaucher comme guide de trek en Himalaya alors qu’il ne connaissait ni la montagne ni le trekking et n’avait non plus pas la moindre expérience dans le tourisme ou comme guide de quoi que ce soit.

 

Cyprien Luraghi encore en train de cracher dans la soupe... dans Folie

 

 

Décès de l’ancien magistrat brestois François Dresen en août 2015

Je viens de le citer dans cet article :

http://petitcoucou.unblog.fr/2022/07/09/visite-a-brest-de-frederic-mitterrand-le-9-juin-2011/

Je cherche un peu ce qu’il a pu devenir depuis son départ du TGI de Brest et tombe sur l’article ci-dessous d’octobre 2015 par lequel son décès le 14 août 2015 était annoncé.

Parmi les anciens magistrats brestois ayant bien travaillé pour le pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi, cela en fait déjà trois qui sont décédés bien avant l’âge de départ à la retraite : François Dresen le premier, à 41 ans, Mathilde Boissy peu de temps plus tard, en octobre 2015, à 31 ans, et Raymond André en février 2019 à 59 ans.

Cela commence à faire beaucoup, non ?

 

N.B. : Pour Mathilde Boissy, il s’agit d’un cancer, pour François Dresen, d’une longue maladie non précisée, et pour Raymond André, d’une maladie « foudroyante ».

Les cancers, on sait les provoquer. Les deux décédés de 2015 avaient quitté Brest à l’été 2012 pour la première et à l’été 2013 pour le second. Manifestement, ils sont tombés malades après avoir quitté la mafia brestoise. Aurait-on voulu les faire taire sur les arrière-cuisines du TGI de Brest ?

Pour ce qui est du juge Raymond André, sa maladie « foudroyante » l’a terrassé trois jours après le début de l’affaire de la Ligue du LOL, présentant quand même quelques similitudes avec celle restant à ce jour confidentielle de la bande de tarés du malade mental, pédophile, cybercriminel et mythomane notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi, qui se disent « déconnologues ». Ces révélations brutales de février 2019 auraient-elles entraîné quelque court-circuit dans l’organisme délicat du juge Raymond André ?

 

 

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/saint-nazaire-44600/nouveaux-juges-et-hommages-au-tribunal-3756329

Nouveaux juges et hommages au tribunal

 

Deux magistrates arrivent aux affaires familiales et à l’application des peines, qui obtient enfin son deuxième poste.

Hélène Saint-Ramon et Adeline Rousseau (à droite), lors de l'audience d'installation.
Hélène Saint-Ramon et Adeline Rousseau (à droite), lors de l’audience d’installation. |

 

Ouest-France Publié le 09/10/2015 à 03h33

Application des peines

C’est peu de chose de dire que le tribunal de grande instance (TGI) attendait Hélène Saint-Ramon avec impatience. Arrivée voici quelques jours de Fort-de-France, la magistrate d’origine toulousaine prend le poste de vice-présidente chargée de l’application des peines. « Un poste créé en 2013, mais qui restait vacant », a rappelé la procureure, Fabienne Bonnet, se félicitant de voir enfin à Saint-Nazaire, un service de l’application des peines « qui va pouvoir prendre en charge les mesures plus rapidement. » Jusqu’ici, la seule Jap, Armelle Dugardin, faisait avec les moyens du bord et gérait 1 300 mesures par an. « Jap à Saint-Nazaire, c’est 900 sursis avec mise à l’épreuve, une quarantaine de suivis socio-judiciaires, 190 peines de travail d’intérêt général et l’aménagement des peines de moins de deux ans », a noté le président du TGI, Alain Kerhoas.

Affaires familiales

Originaire de Nantes, Adeline Rousseau arrive de l’Orne où elle exerçait la fonction de juge d’instance. Elle devient juge aux affaires familiales, « un contentieux sensible où l’on doit décider de l’autorité parentale, des demandes de compensations financières dans des contextes le plus souvent tendus », a souligné Alain Kerhoas. Elle remplacera Christine Paris partie à Nantes. Avec ces deux arrivées le tribunal de Saint-Nazaire est presque au complet. Sur un effectif de dix-huit magistrats, un seul poste est vacant.

Hommages

Le 14 août dernier, le vice-procureur François Dresen décédait d’une longue maladie. Pendant cette période de vacances, il avait manifesté son émotion dans l’intimité professionnelle et familiale. Hier, le président a salué « un magistrat très apprécié, qui avait montré un acharnement à vivre et à travailler malgré la maladie. » Il était arrivé à Saint-Nazaire après une carrière à Coutances, Guingamp et Brest. Fabienne Bonnet, procureure, garde en mémoire « un homme de grande valeur, efficace, mesuré, simple et humain. »

Le tribunal a également salué le départ en retraite de François Dai, n « qui devrait revenir en tant que juge de proximité. »

 

 

https://www.letelegramme.fr/local/finistere-nord/brest/ville/justice-l-oeil-lucide-de-francois-dresen-sur-la-ville-27-07-2013-2185289.php

Justice. L’oeil lucide de François Dresen sur la ville

 

Publié le 27 juillet 2013 à 00h00

François Dresen quitte le siège du parquet qu'il a occupé pendant un peu plus de deux ans.

François Dresen quitte le siège du parquet qu’il a occupé pendant un peu plus de deux ans.

 

Le substitut du procureur François Dresen quittera, dans les jours à venir, la juridiction brestoise. Après plus de deux ans passés dans la cité du Ponant, cet ex-étudiant de l’UBO livre son sentiment sur une ville qu’il connaît bien.

 

Il avait quitté la ville au milieu des années 90, en simple étudiant, après avoir sacrifié sa thèse de droit pénal sur l’autel de sa réussite au concours d’entrée de l’école de la magistrature. Il la requitte, quelque 20 ans plus tard, après avoir occupé l’un des sièges du parquet pendant un peu plus de deux ans. « Ce poste nous fait découvrir des côtés plus sombres de la cité, admet-il illico, des trucs que nous n’avions pas vus lorsque nous étions étudiants et que finalement, nous traînions surtout dans le centre-ville ». François Dresen a ainsi vu la « ghettoïsation » de certains quartiers de Brest comme Pontanézen, Bellevue et, plus récemment, Kérourien. « Ponta, c’est moins net depuis les travaux de rénovation. N’empêche : il reste encore, là-bas, certains de nos clients habituels qui empêchent la quiétude de tous les autres habitants », précise le parquettier qui s’inquiète davantage de la montée en puissance des infractions à Kérourien pendant son exercice brestois. « Au risque d’être péjoratif, il y a, dans ce quartier, une poignée de perturbateurs mineurs qui se comporte en racaille. Quand on les déferre, ils ne semblent même pas avoir conscience de la gravité de leurs actes », peste François Dresen qui dit que son successeur ne lâchera pas l’affaire.

Opposant à la carte judiciaire

Lui, pendant ce temps-là, exercera ses talents dans un autre port de la façade maritime, à Saint-Nazaire, qui convient mieux à sa vie de famille. Et puis, « je suis arrivé à Brest à la suite de la fusion des tribunaux en provenance de Guingamp. À l’époque, on nous avait dit que nous pourrions progresser dans notre carrière sur place. Les promesses n’engageant que ceux qui les croient », ironise celui qui ne pense « que du mal » de la réorganisation de la carte judiciaire. « Notre territoire est tellement vaste que je n’ai même pas eu le temps de faire le tour complet des brigades de gendarmerie. De façon plus générale, l’évidence est que quand la justice du quotidien est concentrée sur une seule ville, elle dessert le justiciable », estime le magistrat.

Magistrat en prise directe

Laissant derrière lui « un ou deux dossiers d’instruction », le sentiment que l’alcool ne fait pas plus de ravage ici qu’ailleurs mais que le Brestois « a la culture du surin » et que les jeudis arrosés sont souvent fatals « aux portières des Twingo des villes », François Dresen dit quitter une cité « agréable à vivre, qui s’est beaucoup améliorée et qui bénéficie indubitablement du tram ». Une ville « dont nous avons bien profité, avec une recommandation chaleureuse pour la Taverne Saint-Martin, ses bières maison et ses patrons ». Une agglomération où seulement « 150 majeurs et 50 mineurs forment la population pénale d’habitude », ceux qui nourrissent le quotidien des magistrats « en prise directe avec la vie de la collectivité », défendant « la notion d’ordre public au sens noble du terme », comme le fut, l’est et le sera François Dresen.

 

12345...178

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo