Vendredi 13 : encore bien des mystères six jours plus tard

Tous les auteurs des attentats de vendredi ne sont encore identifiés, leurs complices encore moins.

Bien des terroristes sont toujours dans la nature.

 

http://www.lemonde.fr/attaques-a-paris/article/2015/11/19/confusion-apres-l-assaut-de-saint-denis_4813390_4809495.html

Confusion après l’assaut de Saint-Denis

 

Le Monde | 19.11.2015 à 11h34 • Mis à jour le 19.11.2015 à 14h05 | Par Laurent Borredon et Simon Piel

 

Interpellation d'un des suspects par la police, mercredi 18 novembre à Saint-Denis.

 

Au lendemain de l’assaut mené par le RAID à l’angle de la rue de la République et de la rue du Corbillon à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) mercredi 18  novembre, au cours duquel les policiers ont tiré près de 5 000 munitions, le parquet de Paris a confirmé, jeudi 19 novembre, qu’Abdelhamid Abaaoud, le commanditaire présumé des attentats du 13 morts, avait été tué sur place.

 

L’enjeu était de taille. Le procureur de la République à Paris, François Molins, lors d’une conférence de presse tenue mercredi en fin de journée, avait expliqué qu’il était encore trop tôt pour dire si le principal suspect des attaques avait été retrouvé.

L’hypothèse de sa présence était compliquée par l’état de l’appartement – le sol a fini par s’effondrer – et l’état des « débris de corps », dus à la violence de l’assaut. Toutefois, la morphologie des corps ne correspondait pas à celle du djihadiste belge – sauf à imaginer qu’il ait pris un poids certain depuis les dernières images connues de lui, qui datent de février.

En outre, après avoir indiqué qu’une femme s’était fait exploser dans l’appartement, sur la base de témoignages des policiers ayant mené l’assaut, le parquet de Paris a finalement fait machine arrière, en indiquant que ce point devait être vérifié. Preuve supplémentaire de la confusion qui a régné sur place.

Une source proche de l’enquête n’excluait pas, par ailleurs, jeudi matin, que certaines des personnes interpellées après l’assaut n’aient rien à voir avec la cellule terroriste démantelée. Les enquêteurs de la direction générale de sécurité intérieure (DGSI) et de la SDAT vérifiaient toujours leur profil, mais « rien ne se dégageait », explique la même source. L’immeuble étant en partie squatté, il est difficile pour les policiers d’établir une liste précise des occupants.
 

« Débris de corps »

 

Le corps d'une des deux personnes tuées dans l'assaut, mercredi 18 novembre à Saint-Denis.

 

La mort d’Abdelhamid Abaaoud signifie que ce djihadiste belge a pu rentrer sur le territoire français, échappant ainsi à la vigilance des services de renseignements français – et plus largement européens.

C’est un renseignement parvenu aux enquêteurs lundi, aux environs de 17 heures, qui les a conduits à Saint-Denis. Au début, les policiers sont assez sceptiques sur la crédibilité du renseignement qui leur est transmis. Après de nombreuses vérifications, notamment téléphoniques et bancaires, ils acquièrent la conviction qu’Abdelhamid Abaaoud et sa cousine Hasna Aitbouhlacen peuvent se trouver dans l’appartement de la rue du Corbillon.

Lors de l’assaut, lorsque la porte blindée de l’appartement résiste aux explosifs, ils sont accueillis par un feu nourri de kalachnikov, à leur stupéfaction. Ils s’aperçoivent alors qu’il y a plus de deux personnes à l’intérieur. Trois hommes sont interpellés, puis à mesure que les policiers progressent, deux autres personnes cachées dans les gravas le sont à leur tour. Comme certaines images ont pu le montrer, tous ont été presque intégralement déshabillés par les policiers pour s’assurer qu’ils ne portaient aucun engin explosif. Dans le même temps, la brigade de recherche et d’intervention (BRI) se rend à un appartement boulevard Carnot où sont susceptibles de se trouver des complices.

Si l’appartement est vide, deux interpellations ont lieu dans la rue, dont celle de celui qui a logé les terroristes rue du Corbillon, appréhendé devant les caméras de BFM-TV. Cet homme, Jawad B., a assuré à l’AFP puis à la chaîne d’information qu’il ignorait tout des gens à qui il avait rendu service. Condamné à cinq reprises pour des faits de droit commun, dont une pour « coups mortels » devant la cour d’assises de Seine-Saint-Denis, prononcée en 2008, il est actuellement en garde à vue.
 

Arrivées en convoi en région parisienne

 

Le déroulement des événements du vendredi 13 novembre continue également à se préciser. Alors qu’un doute subsistait sur le nombre de personnes qui ont tiré sur les terrasses de café dans le 10e et le 11e, des images saisies par une caméra de vidéosurveillance de la rue de la Fontaine-au-Roi sont venus confirmer qu’il y avait trois personnes.

Sur les trois, une seule certitude, Brahim Abdeslam, l’homme qui a fini par se faire exploser devant le comptoir Voltaire, en faisait parti. Un SMS envoyé depuis un téléphone retrouvé dans une poubelle à proximité du Bataclan est venu confirmer la coordination des différents commandos. « On commence on est parti », indiquait le message envoyé à 21 h 42 et dont le destinataire est toujours inconnu.

Comme l’a indiqué François Molins, l’on sait désormais aussi que les différentes équipes sont arrivées en convoi le 12 novembre en région parisienne à bord de la Polo retrouvée devant le Bataclan, de la Seat abandonnée à Montreuil ayant servi au commando ayant mitraillé les terrasses de café et de la Clio récupérée dans le 18e arrondissement à Paris.

Ces trois véhicules ont tous été loués par les frères Abdeslam dans une société de location belge (la Polo et la Clio par Salah ; la Seat par Brahim). Selon les derniers éléments de téléphonie dont disposent les enquêteurs, il se pourrait que Salah Abdeslam ait conduit le commando du Stade de France à bord de la Clio. Enfin, les recherches sur l’identification d’un des kamikazes du Stade de France et de l’un des assaillants du Bataclan étaient toujours en cours.

 Laurent Borredon
Journaliste

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/attentats-terroristes-a-paris/20151117.OBS9650/attentats-de-paris-une-cible-manquee-dans-le-18e-plusieurs-personnes-en-fuite.html?utm_source=outbrain&utm_medium=widget&utm_campaign=obclick&obref=obinsource

Attentats de Paris : le 18e était aussi visé, plusieurs personnes en fuite

L' Obs

Publié le 17-11-2015 à 14h29

Une Clio noire immatriculée en Belgique a été retrouvée abandonnée dans l’arrondissement, où Daech revendique une attaque qui n’a pas eu lieu. Plusieurs personnes pourraient être toujours en fuite.

 

La Clio noire abandonnée dans le 18e arrondissement de Paris et louée par Salah Abdeslam (Thibault Camus/AP/SIPA)La Clio noire abandonnée dans le 18e arrondissement de Paris et louée par Salah Abdeslam (Thibault Camus/AP/SIPA)

 

Le 18e arrondissement de Paris aurait-il échappé à une attaque terroriste ? Samedi, au lendemain des attentats à Paris et Saint-Denis, l’Etat islamique (Daech) publie un communiqué de revendication, évoquant les lieux des attaques : « le stade de France, le Bataclan, les 10e, 11e et 18e arrondissements. » Daech n’a pas pour habitude de publier des revendications bidons ou imprécises. Pourtant, aucune fusillade ou explosion n’a eu lieu dans le 18e vendredi soir.

Avec la découverte ce mardi 17 novembre au matin place Albert-Khan, dans le 18e, d’une « voiture qui a été louée par Salah Abdeslam« , cette piste se précise. Sans que l’on sache qui était visé dans cet arrondissement, qui regroupe des quartiers aussi divers que Montmartre ou la Goutte d’Or. Ni pourquoi une tentative aurait pu échouer. Selon des sources policières :

Une Clio noire, retrouvée place Albert-Kahn dans le 18e arrondissement de Paris, pourrait avoir servi à la préparation des attentats. Cette voiture a été aperçue sur l’autoroute A1, dans le cadre de ce qui pourrait être des liaisons préparatoires entre Paris et la Belgique. »

Les assaillants avaient-ils prévu une attaque contre le 18e arrondissement qui a avorté ? Une autre source policière nuance :

Seule l’analyse de la voiture par la police scientifique pourra déterminer son implication. »

Le véhicule n’est pas passé inaperçu. Il a été abandonné vendredi soir, les portes ouvertes, en partie sur un passage piéton, dans un virage. Cette Clio noire est immatriculée en Belgique.

Plusieurs personnes recherchées

Cette découverte ouvre une piste qui n’avait jamais été véritablement fermée par les enquêteurs. D’après des sources que nous avons interrogées, ce n’est pas une seule personne – Salah Abdeslam – mais plusieurs, qui sont actuellement recherchées par les forces de l’ordre. Il pourrait s’agir des « logisticiens » des attentats de Paris. Ou du huitième kamikaze cité dans le communiqué de Daech, dans l’hypothèse où Salah Abdeslam fait partie de l’équipe « technique » et non « opérationnelle. »

Ce qui est sûr, c’est que le compte n’y est pas », soupire une de nos sources.

Si Salah Abdeslam a conduit la Seat retrouvée à Montreuil, comme l’ont dans un premier temps envisagé les enquêteurs, qui était au volant de la Clio du 18 arrondissement ? Salah a également pu conduire la Clio noire, qui aurait pu servir à convoyer les kamikazes du Stade de France. En tout cas, au moins un conducteur aurait donc réussi à prendre la fuite.

Aucun mandat de recherche n’a été lancé pour le moment.

Seul Salah Abdeslam est activement recherché. La police belge a diffusé ce mardi matin un nouvel avis de recherche. Il pourrait être le seul terroriste des attaques de Paris et Saint-Denis encore vivant.

Vendredi 13 : encore bien des mystères six jours plus tard dans Attentats 14576282

Violette Lazard (avec B.M.)

 dans Corruption

 

http://www.france24.com/fr/20151117-drpp-note-alerte-groupe-preparation-gros-coups-paris-trafic-passeports-syriens

Exclusif : une alerte sur des « gros coups » en préparation à Paris n’a pas été transmise à la DGSI

 

paris-car-investigation-m dans Crime
© Kenzo Tribouillard, AFP | Une Renault Clio noire suspecte a été retrouvée, mardi 17 novembre, dans le 18e arrondissement de Paris.

 

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/11/2015

France 24 révèle qu’une note des services de renseignement de la préfecture de police de Paris, rédigé début novembre, faisait état d’individus suspects préparant « de gros coups » à Paris. Information qui n’a pas été transmise à la DGSI.

 

Une éventuelle faille des services de renseignements français aurait-elle eu lieu ? Selon des informations de France 24, une note avait été rédigée au début du mois de novembre au sein de la Direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP) au sujet d’individus suspects.

Cette note indiquait que six individus, dont un Syrien, hébergés rue Myrha, dans le 18e arrondissement de la capitale française, étaient suspectés de trafic de passeports syriens et de préparer « plusieurs gros coups sur Paris ». La section en charge du terrorisme au sein de la préfecture de police n’a cependant pas jugé utile, selon des informations du journaliste de France 24 Antoine Mariotti, de la transmettre à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

« Cette note, selon nos informations, n’a jamais été transmise à la DGSI, affirme Antoine Mariotti. C’est-à-dire qu’au niveau de la section T, ils ont estimé qu’il n’y avait aucun intérêt à la transmettre ou alors ils sont passés au travers, on ne sait pas. »

Au vu des attaques ayant eu lieu à Paris le 13 novembre, certaines sources policières ont fait état, auprès de France 24, de leur « malaise » en raison des « éléments troublants » contenus par cette note.

Rien n’indique toutefois que les six personnes évoquées dans la note soient impliquées de près ou de loin dans les attaques.

Première publication : 17/11/2015

 

http://www.leparisien.fr/faits-divers/en-direct-attentats-incertitude-sur-la-mort-d-abdelhamid-abaaoud-19-11-2015-5291885.php

EN DIRECT. Attentats : perquisition à Aulnay chez la mère de la kamikaze présumée

 

Ch.G, R.Ba, J.Cl. et A.A. (avec agences) | 19 Nov. 2015, 06h45 | MAJ : 19 Nov. 2015, 18h19

 
Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), ce jeudi. Les forces de l'ordre mènent ce jeudi une perquisition dans un immeuble de la cité de la Rose-des-Vents. Sans que les sources proches du dossiers ne donnent plus de détails, cette perquisition s’inscrit dans la suite de l’enquête après l’assaut de Saint-Denis mené mercredi.
Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), ce jeudi. Les forces de l’ordre mènent ce jeudi une perquisition dans un immeuble de la cité de la Rose-des-Vents. Sans que les sources proches du dossiers ne donnent plus de détails, cette perquisition s’inscrit dans la suite de l’enquête après l’assaut de Saint-Denis mené mercredi. (LP/Olivier Arandel)

 

Il était considéré comme l’un des terroristes francophones les plus dangereux. Abdelhamid Abaaoud fait partie des deux jihadistes tués lors de l’assaut lancé par la police, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), mercredi.

 

Ce Belge, né en 1987, est fortement soupçonné d’être impliqué dans les attentats de Paris et Saint-Denis qui ont fait 129 morts, le vendredi 13 novembre.

La deuxième victime de l’assaut de Saint-Denis est une femme qui s’est fait exploser. Il reste désormais à savoir où se trouve Salah Abdeslam, l’un des logisticiens des attentats.

Vers 17 heures ce jeudi, François Hollande va réunir un conseil restreint de Défense pour «faire le point sur la situation intérieure et extérieure».

A retenir ce jeudi
- Abdelhamid Abaaoud fait partie des jihadistes tués lors de l’assaut de Saint-Denis.
- La prolongation de trois mois de l’état d’urgence a été votée.
- Une perquisition est menée à Aulnay-sous-Bois au domicile de la mère de la kamikaze présumée de Saint-Denis.
- L’Assemblée vote le recours au bracelet électronique pour certains assignés à résidence.
- Les policiers pourront porter leur arme en dehors des heures de service, sous certaines conditions (brassard, avertir la hiérarchie…).
- Manuel Valls redoute des attentats avec des «armes chimiques ou bactériologiques».
- Neuf personnes ont été interpellées après des perquisitions à Bruxelles.

 

>>> Suivez en direct les événements de ce jeudi :

18h10. L’interdiction de manifester en Ile-de-France prolongée jusqu’à dimanche. L’interdiction de manifester sur la voie publique en Ile-de-France a été prolongée jusqu’à dimanche, a annoncé ce jeudi la préfecture de police de Paris tout en précisant que cela n’empêche pas «les rassemblements de fait sur les lieux des attentats à des fins commémoratives». L’interdiction de manifester avait été décidée au lendemain des attentats du 13 novembre qui ont fait 129 morts dont 89 dans la salle de spectacles parisienne du Bataclan.


18 heures. Plus de 200 pétitions en ligne après les attentats de Paris.
Depuis le vendredi 13 novembre et les attentats meurtriers de Paris et Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), plus de 200 pétitions ont été lancées sur la plateforme Change.org pour rendre hommage aux victimes, défendre la liberté et la laïcité ou même faire décorer le chien du Raid Diesel tué mercredi à Saint-Denis. Jeudi en fin d’après-midi, 211 pétitions liées aux attentats avaient rassemblé 115 000 signatures, dont la moitié pour soutenir un texte en faveur d’un mémorial pour les victimes.

17h55. Le marché de Noël de Colmar maintenu. Premier grand marché de Noël alsacien au programme cette année, le marché de Noël de Colmar est maintenu et ouvrira comme prévu vendredi, avec des effectifs policiers et militaires renforcés dans le contexte de la menace terroriste, ont annoncé ce jeudi le préfet du Haut-Rhin et le maire de Colmar.

17h50. Huit Marocains suspectés d’appartenir à Daech expulsés de Turquie. Les autorités turques ont expulsé ce jeudi huit Marocains arrêtés à l’aéroport d’Istanbul et présentés comme des militants du groupe Etat islamique qui voulaient se rendre illégalement en Allemagne, a-t-on appris de source gouvernementale. «Ces individus ont été placés en garde à vue conformément aux évaluations des profileurs sur place, qui ont considéré ces ressortissants marocains comme des suspects de terrorisme», a précisé une source sous couvert d’anonymat. Tous ont été expulsés aujourd’hui.» Les huit suspects avaient été arrêtés à l’aéroport Atatürk d’Istanbul mardi soir en provenance de Casablanca. Ils affirmaient être des touristes venus visiter la Turquie. Les médias turcs ont affirmé que ces huit personnes souhaitaient retourner en Europe en se faisant passer pour des réfugiés, sur la foi d’un document manuscrit retrouvé sur l’un d’eux détaillant les étapes en bateau, train et bus d’un périple jusqu’en Allemagne.

17h45. Abaaoud contrôlé en janvier 2014 en Allemagne. 
Abdelhamid Abaaoud, l’organisateur présumé des attentats de Paris tué mercredi, est passé par un aéroport allemand à destination d’Istanbul en janvier 2014 sans être interpellé faute «d’indications» en ce sens, a indiqué ce jeudi la police allemande. «Abdelhamid Abaaoud a été contrôlé le 20 janvier 2014 à l’aéroport de Cologne-Bonn, a indiqué à l’AFP un porte-parole de la police fédérale. Il était en route pour Istanbul. La police fédérale n’avait pas d’indications selon lesquelles nous devions lui interdire son voyage ou l’arrêter.» Abdelhamid Abaaoud, âgé de 28 ans, était «un citoyen belge» à qui s’appliquait par conséquent le principe de la libre-circulation, a précisé le porte-parole, confirmant des informations du site Internet du Spiegel.

17h35. La perquisition à Aulnay cible le domicile de la mère de la kamikaze présumée. La perquisition en cours ce jeudi à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) a lieu dans l’appartement de la mère de la jeune femme qui se serait fait exploser lors de l’assaut mené mercredi à Saint-Denis. «Tout le quartier est bouclé par la police. Ils ne laissent entrer et sortir personne. La rue Edgar-Degas en particulier est complètement bouclée», a déclaré à l’AFP un habitant de la cité des 3000. Une source proche de l’enquête a confirmé qu’une perquisition était en cours rue Edgar-Degas au domicile de la mère de la jeune femme, qui était revenue vivre sous son toit il y a six mois.

17h25. Le footballeur belge Radja Nainggolan pris pour un terroriste. L’anecdote est rapportée par le média néerlandais Nieuwsblad. Mardi soir, alors que le match de football Belgique-Espagne a été annulé, l’international belge Radja Nainggolan a suscité l’inquiétude de clients du Radisson Blu Astrid Hotel… qui l’auraient pris pour un terroriste. En cause : son look atypique, notamment sa crête blonde. «La clientèle trouvait que j’avais l’air menaçant, a expliqué le joueur. Heureusement, la police est arrivée. Les agents m’ont tout de suite reconnu. J’ai même posé avec eux.»

17h15. Les premiers enterrements de victimes des attentats prévus la semaine prochaine. Les premiers permis d’inhumer concernant les victimes des attentats ont été délivrés et «nous avons eu des premières demandes d’acquisition de concessions dès mardi», a indiqué Pénélope Komitès, l’adjointe à la maire de Paris chargé des affaires funéraires. Les premiers enterrements pourraient avoir lieu en début de semaine prochaine, a ajouté l’adjointe sans plus de précisions.

17 heures. La présence d’Abaaoud en France «pose la question des frontières», estime Marine Le Pen. La présidente du FN a estimé dans un communiqué publié ce jeudi que la présence en France d’Abdelhamid Abaaoud, l’organisateur présumé des attentats de Paris mort dans l’assaut de Saint-Denis mercredi, «posait la question des frontières nationales». «Censé se trouver en Syrie (…) depuis 2013, il se trouvait donc en réalité aux portes de Paris où il aurait pu piloter directement les attentats du 13 novembre qui ont frappé la capitale», affirme Marine Le Pen, pour qui «l’absence de frontières nationales représente une folie criminelle».

16h55. Manuel Valls invité du 20 heures de France 2 ce soir. Le Premier ministre Manuel Valls sera ce soir l’invité de David Pujadas sur le plateau du journal télévisé de France 2. Le chef du gouvernement devrait notamment évoquer la prolongation de trois mois et le renforcement de l’état d’urgence, adoptés à la quasi unanimité par les députés avant un vote définitif du Sénat vendredi.

16h40. Neuf interpellations à Bruxelles. Le parquet belge a indiqué que la police a procédé ce jeudi à neuf interpellations dans la région de Bruxelles après des perquisitions menées dans le cadre des investigations en lien avec les attentats de Paris et l’entourage de Bilal Hadfi, l’un des kamikazes mort près du Stade de France. Sept personnes ont été appréhendées dans le dossier concernant Bilal Hadfi lors de six perquisitions menées à Bruxelles, notamment à Molenbeek. Cette commune est considérée comme une base arrière du jihadisme européen. Deux autres personnes ont été interpellées dans le cadre plus général de l’enquête sur les attentats commis à Paris vendredi, a précisé le parquet.

16h35. La Marseillaise jouée ce week-end avant les matchs de Premier League. La Marseillaise sera jouée ce week-end avant chacun des matchs du Championnat d’Angleterre en solidarité avec les victimes des attentats de Paris, a annoncé ce jeudi le patron de la Premier League. «Etant donné notre proximité et la longue relation qui existe entre le Championnat d’Angleterre et la France, jouer la Marseillaise comme un acte de solidarité et de souvenir est la bonne chose à faire», a déclaré Richard Scudamore dans un communiqué. La Marseillaise avait déjà été reprise en choeur par les spectateurs de Wembley lors du match amical de mardi Angleterre-France.

16h25. Des renseignements du Maroc pour retrouver Abaaoud. Le Maroc semble avoir joué un rôle important dans la filature du jihadiste belge d’origine marocaine Abdelhamid Abaaoud, organisateur présumé des attentats de Paris. Les services marocains ont fourni des renseignements aux autorités françaises qui leur ont permis de déjouer un nouvel attentat qui devait cibler le quartier de la Défense à Paris ce jeudi, nous ont indiqué plusieurs sources. Quatre agents du renseignement marocain ont participé à une réunion à Paris avec les services de sécurité français.

16h10. La Tour Eiffel reste bleu-blanc-rouge. La Tour Eiffel, parée des couleurs tricolores depuis lundi en réaction aux attentats de vendredi dernier, restera illuminée la nuit en bleu-blanc-rouge jusqu’au mercredi 25 novembre inclus, a annoncé ce jeudi la mairie de Paris. L’illumination tricolore continuera à être accompagnée de la projection de la devise en latin de la ville de Paris «Fluctuat Nec Mergitur» («Elle subit l’assaut des vagues mais ne coule pas»).

15h50. Daech exécute en Irak cinq otages accusés d’espionnage. Le groupe Etat islamique (ou Daech) a exécuté cinq hommes qu’elle décrit comme des espion dans la province irakienne d’Al-Anbar. Des photos publiées ce jeudi sur Internet montrent les victimes pieds nus, genoux à terre, et vêtues d’une combinaison orange au milieu d’une foule. Des hommes, le visage caché par une cagoule noire, les exécutent à l’arme à feu. L’authenticité de ces images n’a pas pu être confirmée indépendamment.

15h45. Hollande s’est entretenu avec Obama. D’après l’Elysée, le président français s’est entretenu avec son homologue américain de l’enquête post-attentats. Les deux hommes ont aussi évoqué «la coopération militaire» sur le théâtre syrien et ont examiné «les conditions d’un progrès des négociations pour une solution rapide de la situation en Syrie». Cet entretien préparatoire à leur rencontre de mardi prochain s’est déroulé à la demande de Barack Obama, a précise l’Elysée.

15h35. La perquisition se poursuit à Aulnay-sous-Bois. Selon nos informations, la perquisition qui a débuté dans un immeuble de la cité de la Rose-des-Vents à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) est toujours en cours. Les forces de l’ordre armées de gilets pare-balles sont déployées autour de l’immeuble. Si le quartier est désormais calme, un bruit sourd entendu par plusieurs habitants à créé un mouvement de panique vers 14 heures.

15h20. L’Europe doit se «reprendre» face au terrorisme. Bernard Cazeneuve a appelé ce jeudi l’Europe à se «reprendre» et à «s’organiser» face à la menace terroriste.

15h17. Abaaoud impliqué dans quatre tentatives d’attentats récents.
Le ministre de l’Intérieur a précisé que «parmi les six attentats évités ou déjoués par les services de renseignements français depuis le printemps 2015, Abaaoud semble avoir été lié à quatre d’entre eux». Lire notre article en cliquant ici.

15h15. Abaaoud avait formé des jihadistes. Selon Bernard Cazeneuve, «les services français avaient établi la responsabilité d’Abaaoud dans plusieurs projets d’attentats contre la France, ainsi que le rôle qu’il jouait au sein de l’Etat islamique. Elle l’a été dans la tentative d’attentat de Sid Ahmed Ghlam en avril dernier à Villejuif. Un lien avait également pu être établi avec un jihadiste interpellé par la DGSI à son retour de Turquie. Il l’avait formé et missionné pour commettre un attentat en France.»

15h10. Abdelhamid Abaaoud repéré en Grèce. Bernard Cazeneuve a assuré qu’«aucune information émanant de pays européens dans lequel il (Ndlr : Abaaoud) aurait pu transiter avant d’arriver en France ne nous a été communiquée. Ce n’est que le 16 novembre dernier qu’un service de renseignement d’un pays hors d’Europe nous a dit avoir eu connaissance de sa présence en Grèce.»

15h07. Cazeneuve remercie les policiers. Le ministre de l’Intérieur a exprimé lors d’une déclaration à la presse ses remerciement aux hommes du Raid et à l’ensemble des policiers et sapeurs pompiers. «Les enquêteurs sont entièrement mobilisés», a-t-il assuré.

15 heures. Rassemblement annulé vendredi devant la Grande mosquée de Paris. Les conditions de sécurité ne sont «pas réunies» pour permettre le rassemblement de vendredi. «Après discussion avec les autorités de la préfecture de police de Paris, il apparaît que les conditions de sécurité indispensables à l’organisation d’un rassemblement public ne sont pas réunies», précise l’institution musulmane dans un communiqué. La préfecture de police a annoncé que l’interdiction de manifester sur la voie publique en Île-de-France était prolongée jusqu’à dimanche, à l’exception des «rassemblements de fait sur les lieux des attentats à des fins commémoratives».

14h57. De nouvelles attaques «probables» en Europe, selon Europol. C’est ce qu’explique à Bruxelles le directeur d’Europol Rob Wainwright, qui considère la menace terroriste après les attentats de Paris comme «la plus sérieuse depuis les dix dernières années».

14h55. L’état d’urgence prolongé de trois mois. L’Assemblée nationale a adopté à la quasi unanimité, par 551 voix contre 6 et une abstention, le projet de loi prolongeant pour trois mois l’état d’urgence post-attentats et renforçant ce régime d’exception. «L’ensemble des forces politiques de ce pays ont fait la démonstration de leur capacité d’union et c’est aussi un geste très fort», a déclaré Manuel Valls à l’issue du vote.

14h45. Un conseil restreint de Défense à 17 heures. François Hollande va réunir un conseil restreint de Défense ce jeudi à 17 heures pour «faire le point sur la situation intérieure et extérieure».

14h40. Perquisition à Aulnay-sous-Bois. Selon nos informations, une perquisition est en cours dans le quartier des 3000 et la cité de la Rose-des-Vents. Sans que les sources proches du dossiers ne donnent plus de détails à cette heure, cette perquisition s’inscrit dans la suite de l’enquête après l’assaut de Saint-Denis, mené mercredi. Dès mercredi soir, ce domicile était sous surveillance policière suspectant la présence d’un complice qui aurait fui en direction de la Belgique.

14h37. La boutade d’une Tunisienne engagée. Amira Yahyaoui, blogueuse tunisienne distinguée en 2014 par la Fondation Chirac pour son engagement pour les droits de l’Homme, se moque sur Twitter au sujet d’Abaoud. «Je ne peux pas croire que ce type était tranquillement en France… A partir d’aujourd’hui, je cesse de critiquer l’incompétence de la police tunisienne.»


14h30. Frappes en Syrie : France et Russie se coordonnent. 
Le chef d’état-major des armées français, Pierre de Villiers, s’est entretenu pour la première fois avec son homologue russe, le général Valeri Guerassimov, pour discuter de la «coordination» des opérations militaires en Syrie, annonce le ministère russe de la Défense.

14h25. Bangladesh : l’EI tire sur un prêtre italien. L’organisation Etat islamique (EI) revendique l’attaque par balle d’un prêtre italien grièvement blessé mercredi au Bangladesh, indiqué le réseau de surveillance des mouvements jihadistes SITE.

14h20. Le FBI signale cinq suspects en Italie. Les forces de sécurité italiennes travaillent pour identifier cinq personnes, selon le ministre transalpin des Affaires étrangères. Ils ont été signalés par la police fédérale américaine, qui a mis en garde contre de possibles attaques jihadistes au Vatican, à Rome et à Milan.

14h10. Blocage de sites internet et de réseaux sociaux. Le gouvernement pourra, dans le cadre de l’état d’urgence, bloquer des sites internet et des réseaux sociaux faisant l’apologie du terrorisme ou incitant à des actes terroristes, vote l’Assemblée nationale.

14 heures. Manuel Valls salue la neutralisation d’«un des cerveaux» des attentats. «Le procureur vient de le confirmer. Nous savons aujourd’hui que Abaaoud, le cerveau de ces attentats (l’un des cerveaux, car il faut être particulièrement prudent, et nous savons les menaces) se trouvait parmi les morts», déclare le chef du gouvernement devant les députés à l’Assemblée nationale. «Et je veux saluer le travail exceptionnel de nos services de renseignement et de la police», ajoute-t-il.

13h35. Le corps d’Abaaoud «formellement identifié» parmi les morts de l’appartement de Saint-Denis, annonce le procureur. Son corps était «criblé d’impacts», précise le communiqué.

>> A LIRE. Mort confirmée d’Abaaoud, cerveau des attentats.

13h30. De 30 à 50 % de fréquentation en moins dans les grands magasins parisiens. La fréquentation des Galeries Lafayette et du Printemps a chuté depuis les attentats, indiquent leurs directions. «De l’ordre de 50 %» pour le premier, de 30 % pour le second. Le chiffre d’affaires est également en baisse.

13h28. L’Assemblée vote le recours au bracelet électronique pour certains assignés à résidence. Mais comme pour la prolongation de l’état d’urgence, l’ensemble du projet de loi est toujours en cours d’examen dans l’hémicycle.

13h20. Foot : les matches du week-end se joueront sans supporter. Le ministère de l’Intérieur interdit le déplacement des supporteurs à l’extérieur et les clubs-hôtes ont pris des mesures particulières pour assurer la sécurité des spectateurs. Sont concernés par cette interdiction neuf matches de la 14e journée de Ligue 1 (Nice-Lyon vendredi, Lorient-Paris SG, Troyes-Lille, Montpellier-Reims, Guingamp-Toulouse et Bastia-Ajaccio samedi, Caen-Angers, Rennes-Bordeaux et Saint-Etienne-Marseille dimanche) et quatre rencontres de la 15e journée de Ligue 2.

13h15. Les actes antimusulmans en hausse depuis les attentats. C’est ce qu’assure l’Observatoire national contre l’islamophobie du Conseil français du culte musulman (CFCM) en précisant que 24 actes antimusulmans, dont 2 agressions de femmes voilées, ont été enregistrés depuis les attentats. Ces chiffres, basés sur les plaintes et mains courantes déposées auprès des services de police ou de gendarmerie, se ventilent en 6 actions (dégradations de mosquées, violences physiques…) et 18 menaces (lettres haineuses, insultes…).

13 heures. Abaaoud voulait recruter des femmes espagnoles. Selon le ministre espagnol de l’Intérieur, Jorge Fernandez Diaz, le leader terroriste «avait essayé de recruter à travers les réseaux des personnes, des Espagnols et principalement des femmes, pour qu’ils soient intégrés et se déplacent pour combattre avec Daech en zone de conflit». Mais ce n’était «pas pour commettre des attentats en Espagne, de cela, nous n’avons pas connaissance».

12h50. L’Assemblée vote l’article permettant la prolongation de trois mois de l’état d’urgence. «L’état d’urgence déclaré par le décret du 14 novembre 2015 portant application de la loi du 3 avril 1955 est prorogé pour une durée de trois mois à compter du 26 novembre 2015», stipule cet article au projet de loi soumis en urgence au Parlement. L’ensemble du projet de loi est toujours en cours d’examen à l’Assemblée. Ce régime d’exception prendra fin le 25 février 2016 à minuit, sauf s’il est interrompu avant.

12h45. La Russie veut que l’on respecte le gouvernement syrien. Selon une déclaration du chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, son pays est prêt à coopérer avec la coalition anti-Daech si elle respecte la «souveraineté de la Syrie et les prérogatives du gouvernement syrien».

12h35. Après deux agressions, Hollande veut une réponse «impitoyable». François Hollande condamne les agressions commises mercredi contre un enseignant juif et une femme musulmane. «Nous devons être d’une terrible, impitoyable même, réaction parce que c’est l’ensemble de la communauté nationale qui est concernée», déclare le président de la République qui a déjà marqué les esprits en employant ce mot après les attaques de vendredi.

12h32. Hasna Aitboulahcen admirait Hayat Boumeddiene. Le site belge La Dernière Heure rappelle également que sur les réseaux sociaux, la jeune femme ne cachait pas son admiration pour Hayat Boumeddiene, veuve d’Amédy Coulibaly, auteur de la prise d’otages d’Hyper Casher. En août dernier, elle avait même publié une photo d’elle brandissant une arme de poing.

>> A LIRE. Hasna Aitboulahcen : logisticienne et kamikaze ?

12h30. Le portable d’Hasna Aitboulahcen aurait permis de trouver la planque. Selon le site belge La Dernière Heure, la femme qui se trouvait dans l’appartement de Saint-Denis était connue «notamment pour trafic de stupéfiants et gérante d’une entreprise immobilière en liquidation judiciaire». Placée sur écoutes et soupçonnée d’héberger Abdelhamid Abaaoud, c’est son téléphone portable qui a permis aux enquêteurs de localiser la planque du commando.

12h05. Pourquoi l’intervention au Bataclan a duré si longtemps ? «Dès 22h15, il n’y a plus un seul coup de feu». Le patron de la BRI détaille l’opération menée par ses hommes sur i>Télé.

VIDEO. L’assaut donné au Bataclan raconté par le patron de la BRI

11h55. La Fête des lumières annulée à Lyon. La Fête des Lumières, qui réunit chaque année des millions de personnes à Lyon début décembre, est annulée et remplacée par un hommage d’une journée aux victimes des attentats de Paris, indique Gérard Collom, maire (PS) de la ville.

11h40. Un drapeau de Daech en Haute-Savoie. Un jeune homme a été placé en garde à vue en Haute-Savoie à la suite d’une perquisition administrative durant laquelle un drapeau de Daech et des documents suspects ont été découverts à son domicile. «Aucune arme n’a été découverte», précise le procureur de la République à Thonon-les-Bains, Patrick Steinmetz. «Les contenus informatiques sont en cours d’exploitation par les enquêteurs.»

11H30. Les mesures annoncées après les attentats chiffrées à 600 millions d’euros, en 2016, par le ministre des Finances. Michel Sapin explique au Sénat que les dépenses couvrent les «nouveaux postes et les besoins en équipements qui les accompagnent».

11h17. Le match de rugby entre le Racing 92 et le Stade Toulousain n’aura pas lieu au Stade de France, comme «le Parisien» – «Aujourd’hui en France» l’annonçait dès mercredi.

11h10. La tour Eiffel reste en bleu-blanc-rouge jusqu’à la fin du mois, selon France Bleu.


10h45. Les conditions de l’armement des policiers en dehors du service.
Les policiers pourront porter et utiliser si besoin, en cas de danger terroriste par exemple, leurs armes de service. La démarche sera basée sur le volontariat, il faudra alors porter un brassard «police» afin d’éviter «toute confusion» en cas d’intervention. Il faudra également avoir effectué un minimum de séances de tir réglementaire organisées dans la police. Et aviser sa hiérarchie de la démarche de prendre son arme en rentrant chez soi par exemple.

10h35. Six perquisitions sont en cours dans la région bruxelloise dans l’«entourage direct» de Bilal Hadfi, l’un des jihadistes morts dans les attentats de Paris, annonce le parquet belge. Les perquisitions sont menées dans différentes communes de l’agglomération bruxelloise, dont Molenbeek-Saint-Jean, Jette et Uccle. Par ailleurs, une autre perquisition a été menée dans la matinée dans le quartier bruxellois de Laeken, «dans le cadre du dossier Paris», lors de laquelle une personne a été interpellée.

10h30. Valls demande aussi le PNR pour les voyages en avion. Dans la foulée du ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, qui l’a réclamé lors d’une interview à la radio, le Premier ministre, Manuel Valls, estime qu’«il est plus que jamais temps que l’Europe adopte le texte sur le PNR afin de garantir la traçabilité des déplacements y compris à l’intérieur de l’Union» européenne. Le Passenger Name Record, un dossier comportant les données des passagers pendant un an, est déjà en place aux Etats-Unis et au Royaume-Uni notamment.

10h25. Une «structure pour jeunes radicalisés». Manuel Valls évoque la création d’une «structure pour jeunes radicalisés», dont le site sera choisi «d’ici la fin de l’année». «Une première structure pour jeunes radicalisés va (…) être créée. Les financements sont prêts, le cadre juridique et le projet pédagogique en voie de finalisation. Les premiers admis pourront être des repentis, que nous mettrons à l’épreuve afin de mesurer leur volonté de réinsertion dans la durée», dit le Premier ministre devant l’Assemblée nationale.

>> A RELIRE. Valls annonce une structure pour les Français qui renoncent au jihad (avril 2015).

VIDEO. Une cellule de prévention contre l’islam radical en Seine-Saint-Denis (janv. 2015)

10h20. Salah Abdeslam toujours à Molenbeek ? Selon La Capitale, site d’information belge du groupe Sudpresse, Salah Abdeslam, suspecté d’être le huitième homme des attentats de Paris et Saint-Denis, était à Molenbeek (Belgique) mardi soir. La Capitale assure qu’une de ses sources a rencontré le fugitif mardi soir dans cette commune où ont eu lieu plusieurs opérations de police depuis vendredi. « Il est là, mais plus pour longtemps ». Selon lui, le Français résidant en Belgique, membre du « commando des terrasses », « a dit qu’il avait été trop loin. Il était dépassé par ce qu’il se passait. Mais il ne pouvait pas se rendre, ça pourrait avoir des conséquences pour sa famille », laissant ainsi entendre qu’il craignait des représailles de l’EI.

10h10. Des attentats avec des « armes chimiques ou bactériologiques » sont possibles selon Manuel Valls. « Il ne faut rien exclure », juge le Premier ministre devant l’Assemblée nationale. «Je le dis bien sûr avec toutes les précautions qui s’imposent mais nous savons et nous l’avons à l’esprit », prévient le locataire de Matignon.
>> A lire :
le gouvernement autorise l’utilisation d’un antidote aux attaques chimiques

9h45. Une frégate belge va escorter le Charles-de-Gaulle, le porte-avions français qui a appareillé pour le large de la Syrie. Cette décision fait de la Belgique le premier pays à répondre à la demande de la France de coopération militaire.

9h35. Des renseignements belges. «Hier à Saint-Denis, un attentat a été évité notamment grâce aux renseignements fournis par la Belgique», assure le Premier ministre belge, Charles Michel, devant les députés belges.

9h30. 400 millions pour la sécurité belge. La Chambre des députés belges tient une séance plénière extraordinaire en raison des attentats en France. «Une enveloppe supplémentaire de 400 millions d’euros est mobilisée dans le budget 2016 pour renforcer la sécurité», annonce le Premier ministre belge, Charles Michel.

9h25. Le Canada continuera de lutter contre l’EI. Le nouveau Premier ministre canadien, Justin Trudeau, qui maintient sa décision de mettre fin aux frappes aériennes canadiennes en Irak et en Syrie, a assuré Barack Obama de son soutien. «Le Canada doit rester et restera un partenaire fort dans la coalition» internationale contre les jihadistes de l’EI, assure-t-il à l’issue d’une rencontre à Manille (Philippines) avec le président américain.

9h20. Obama répond à Poutine. «Je n’imagine pas une situation dans laquelle nous pouvons mettre fin à la guerre civile en Syrie, avec Assad (le président syrien) qui resterait au pouvoir», estime Barack Obama depuis Manille (Philippines). Le président américain répond ainsi à Vladimir Poutine, son homologue russe, qui estime, au sujet du départ préalable de Bachar al-Assad, que «seuls ceux qui se sentent exceptionnels se permettent de se conduire d’une manière si éhontée, imposant aux autres leur volonté».

9h15. «Bild» donne les détails du projet d’attentat à Hanovre. Mardi, le match Allemagne – Pays-Bas, prévu à Hannovre (Allemagne) a été annulé peu de temps avant le coup d’envoi en raison d’une menace terroriste. Le quotidien «Bild» assure ce jeudi que plusieurs bombes devaient exploser dans le stade, qu’une autre devait exploser en ville et une autre dans une gare. Les explosifs devaient arriver au stade dans une ambulance et un membre du commando devait filmer l’opération. 

8h55. Rassemblement à 18 heures au Stade de France. La mairie de Saint-Denis appelle à un rassemblement à 18 heures, aux abords du stade de France, avenue Jules Rimet, en mémoire des victimes des attentats de vendredi 13 novembre. «En attaquant le Nord-Est parisien et les abords du Stade de France, les terroristes ont porté atteinte à des lieux de diversité, de mixité sociale, de jeunesse, de tolérance et d’ouverture d’esprit», explique la mairie.

8h40. La Fondation Chirac salue la déradicalisation.
La Fondation Chirac remet ce matin au musée du Quai Branly, à Paris, son Prix pour 2015. En présence de l’actuel chef de l’Etat, François Hollande, et peut-être de Jacques Chirac, président de 1995 à 2007, sera distinguée Latifa Ibn Ziaten, la mère de l’une des victimes de Mohammed Merah, auteur de tueries en 2012. Elle est récompensée car elle «fait ce travail de combat contre la radicalisation, notamment pour la jeunesse qu’il faut protéger contre cette peste», explique Alain Juppé (LR), membre du jury, sur Europe 1.

08h35. Baisse de 10% de la fréquentation du métro parisien. Francetv info rapporte que le RATP enregistre une baisse de 10% de la fréquentation depuis lundi. Les stations touristiques sont les plus concernées par ce recul. La SNCF, après un recul pendant le week-end, observe un retour à la normale pour la partie du réseau d’Ile-de-France dont elle a la gestion. Parallèlement à ces constats, la circulation est plus dense qu’en moyenne dans la région depuis le début de la semaine, laissant penser à un report sur la voiture de certains trajets.

08h30. Les policiers armés en dehors de leurs heures de service. Une mesure dont se félicite Jean-Marc Falcone, le directeur général de la Police Nationale, sur RTL. Cette disposition est prise pendant l’état urgence pour les officiers volontaires, mais Jean-Marc Falcone ne serait pas contre la prolonger.

8h25. La France veut plus de contrôles dans les avions. Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, déclare, sur France Info, que «la France va exiger le PNR». Le Passenger Name Record, un dossier comportant les données des passagers pendant un an, est déjà en place aux Etats-Unis et au Royaume-Uni notamment.

08h20. L’attaque du Casa Nostra filmée par la vidéosurveillance. Les images publiées par le Daily Mail sont les premières à montrer un terroriste tirer sur une terrasse.

08h10. L’Etat d’urgence officiellement étendu à l’outre-mer. Le décret étendant à l’outre-mer l’état d’urgence décrété vendredi soir en métropole par le président de la République, François Hollande, est publié ce jeudi au Journal officiel. «L’état d’urgence est déclaré, à compter du 19 novembre 2015, à zéro heure à l’heure locale, sur le territoire des collectivités de la Guadeloupe, de la Guyane, de la Martinique, de La Réunion, de Mayotte, de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin», stipule le décret.

08h05. «Pas de menace spécifique» à New York. La police de New York réagit à la diffusion d’images de la ville de la côte Est des Etats-Unis dans une vidéo de l’organisation de l’Etat islamique (EI) en assurant qu’il «n’y a pas de menace actuelle et spécifique». «Même si certains des plans de la vidéo ne sont pas nouveaux, la vidéo réaffirme le message que New York reste une cible terroriste très importante (…) Nous resterons dans un état de vigilance renforcée», indique le porte-parole de la police, Stephan Davis. «New York ne sera pas intimidée», ajoute le maire de la ville, Bill de Blasio.

7h55. Trois morts à Saint-Denis ? Pour le ministère de l’Intérieur, il n’est «pas exclu» qu’un «troisième terroriste» ait pu être tué pendant l’assaut à Saint-Denis, mercredi, les constatations étant compliquées par l’état des corps morcelés.

7h50. L’application Telegram ferme des comptes de l’Etat islamique.

This week we blocked 78 ISIS-related channels across 12 languages. More info on our official channel: https://t.co/69Yhn2MCrK

— Telegram Messenger (@telegram) 18 Novembre 2015  » target= »_blank »>L’application Telegram annonce avoir fermé 78 comptes, en 12 langues, liés à l’organisation de l’Etat islamique (EI) après qu’ils lui ont été signalés. Telegram permet de communiquer de manière sécurisée, sans que les échanges privés puissent être décryptés, tout du moins facilement, même par des agences gouvernementales.

7h45. Deux otages chinois et norvégien assassinés par Daech. C’est le magazine de propagande du groupe Etat islamique qui diffuse les photos des deux hommes, visiblement tués par balles, âgés respectivement de 50 et 48 ans. L’annonce de leur enlèvement avait été faite le 10 septembre par l’EI, sans que l’on sache depuis quand ils étaient détenus.

7h35. Plusieurs médias annoncent la mort d’Abaaoud. Le cerveau présumé des attentats de Paris est mort mercredi à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), selon plusieurs médias. Le «Washington Post», par exemple, se fonde sur deux officiels européens pour étayer son propos. Un ancien membre de la Direction générale des services extérieurs (DGSE) annonce aussi la mort d’Abaaoud sur RTL.

7h25. «Paris est une fête». Ce roman, souvenirs tendres et joyeux de l’écrivain américain Ernest Hemingway relatant son séjour dans la capitale française dans les années 1920, connaît un irrésistible regain de popularité depuis les attentats. Des exemplaires sont déposés entre fleurs et bougies devant un des bars visés. On le trouve aussi déposé devant le Bataclan. Pendant la minute de silence lundi, de nombreuses personnes tenaient le livre à la main. Les libraires ne cessent de réclamer qu’on les approvisionne; sur amazon le livre se classait en tête des ventes mercredi.

7h10. L’interdiction des manifestations prolongée jusqu’au dimanche 22 novembre, inclus, en Ile-de-France par la préfecture de police. Une mesure censée s’arrêter ce jeudi, mais maintenue après l’assaut de Saint-Denis.

6h55. Abdelhamid Abaaoud et Salah Abdeslam sont-ils morts ? Les deux commanditaires présumés des attentats de Paris ne font pas partie des personnes interpellées mercredi, à Saint-Denis, lors de l’assaut qui les visait, a annoncé le procureur. Des autopsies doivent être réalisées pour identifier les trois victimes de cette opération, parmi lesquelles une femme. La kamikaze serait Hasna.A, la cousine d’Abaaoud.

6h45. Le patron du Raid raconte l’assaut de Saint-Denis.  «Nous étions soumis à un feu nourri, avec de vrais professionnels face à nous. Ils tiraient par rafales, ou en coup par coup, à tour de rôle, pour que le feu ne s’arrête pas.»
>> A lire : L’interview du patron du Raid

VIDEO. St-Denis : l’échange entre la police et les présumés terroristes

La chronologie de l’assaut à Saint-Denis

leparisien.fr

 

http://www.leparisien.fr/international/attentats-de-paris-le-rapport-premonitoire-des-services-secrets-americains-19-11-2015-5290339.php

Attentats de Paris : le rapport prémonitoire des services secrets américains

 
Mehdi Pfeiffer | 19 Nov. 2015, 00h43 | MAJ : 19 Nov. 2015, 17h52

 
Une photo non datée, prise du magazine en ligne en anglais du groupe EI Dabiq, montrant probablement Abdelhamid Abaaoud cité dans le rapport des services de renseignements américains
Une photo non datée, prise du magazine en ligne en anglais du groupe EI Dabiq, montrant probablement Abdelhamid Abaaoud cité dans le rapport des services de renseignements américains
(AFP/-)

 

Les services de renseignement américains semblaient savoir qu’un attentat d’envergure se préparait en Europe. Les États-Unis avaient en effet rédigé en mai dernier un rapport complet sur les risques d’attentats et la dangerosité d’Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé des attentats de Paris.

 
Le document déclassifié et relayé mercredi par la presse américaine a été écrit après les attentats de janvier et les arrestations menées en Belgique au début de l’année.

Le rapport du Homeland Security indique que Abdelhamid Abaaoud est soupçonné d’avoir dirigé plusieurs opérations en Europe depuis Athènes, en Grèce, avec des membres se trouvant dans plusieurs pays occidentaux. La plaque tournante de ce réseau était clairement localisée en Belgique, où séjournaient la plupart des terroristes des attentats de Paris. «Le groupe Etat islamique a développé la capacité à lancer des opérations complexes en Occident», indique le rapport. qui évoque également la ville de Paris. Par ailleurs, selon CBS, qui cite une source officielle, la plupart des terroristes, auteurs de la tuerie parisienne , figuraient sur la «no-fly list» américaine qui répertorie les individus interdits d’entrée au Etats-Unis.

Les services de renseignements de l’Hexagone étaient-ils eux aussi informés de la menace ? Oui, vraisemblablement. Le gouvernement français ne s’en est d’ailleurs pas caché, martelant depuis le week-end dernier qu’il savait que des actes terroristes se préparaient. Mais sans savoir où, ni quand, ni même comment les jihadistes allaient frapper la menace semblait trop difficile à contenir…

Le rapport complet (en anglais) en cliquant sur ce lien

 –

123456