Terrorisme : les djihadistes du Lot sont très entourés

 

Autun 2

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

 

Dans une vidéo diffusée hier, le djihadiste Thomas Barnouin s’étonnait de l’extrême facilité avec laquelle il a pu gagner la Syrie en 2014, alors qu’il était censé être très surveillé par les autorités françaises.

Pour ma part, je suis très surprise par l’extrême passivité des journalistes français sur la question terroriste lorsqu’en quelques clics je constate qu’il est très facile d’enquêter sur l’environnement des djihadistes du Sud-Ouest.

Ci-dessous, donc, des articles concernant les djihadistes lotois parus hier et en 2007, avec les réactions de lecteurs sur ceux de 2007.

Outre qu’elles sont très différentes de celles d’aujourd’hui, qui font suite à plusieurs années de terrorisme (voir sous l’article du 10 janvier 2018), on note celle, très intéressante, d’un dénommé Bertrand Escaffre, en date du 1er avril 2014 : on y trouve comme un écho aux propos récurrents du malade mental au clavier – son « arme » – sur ses frères « islamigrés », allant de la parano de tous ceux qui peuvent émettre des soupçons ou des accusations jusqu’à son discours du 8 janvier 2018 sur les comptables, les artistes et la République, appliqué en l’occurrence à la situation particulière de l’intermittent du spectacle obligé de reprendre son ancien métier d’expert-comptable.

Un intermittent du spectacle et une éducatrice spécialisée : ne seraient-ils pas, par hasard, en contact avec des militants de l’extrême-gauche ? N’en feraient-ils pas partie eux-mêmes ?

Le malade mental au clavier évoque de leurs motivations. Quelles sont donc leurs relations ?

Ils affichent tous la même volonté de saisir la justice de toutes les « attaques », notamment médiatiques, dont ils se disent victimes. Est-ce le fruit du hasard ou une politique commune à tous les militants d’un même groupe, comprenant notamment la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest et tous ses complices ?

Qui est donc ce M. Bertrand Escaffre qui dit le 1er avril 2014 que tous ses amis de Figeac sont devenus djihadistes ?

En date du 2 avril 2011, il a créé un blog qu’il a alimenté jusqu’au 25 juin 2014.

Le voici :

http://bertrand-escaffre.skyrock.com/

Il comporte une partie secrète, réservée à des inscrits disposant chacun d’un pseudo et d’un mot de passe pour y accéder.

L’auteur de ce blog indique par ailleurs avoir été élève du Lycée Militaire d’Autun de 1990 à septembre 1992, en classe préparatoire à l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr, qui se trouve à Guer, dans le Morbihan, et forme des officiers de l’Armée de Terre et de la Gendarmerie nationale :

http://fr.viadeo.com/fr/profile/bertrand.escaffre2

Or, à moins de 50 km de ce lycée d’Autun a été ouverte en 1991 une école coranique qu’a brièvement fréquentée à l’automne 2001… le fraîchement converti Thomas Barnouin.

 

 

https://www.ladepeche.fr/article/2018/01/10/2718942-les-deux-freres-gonot-originaires-du-lot-arretes-en-syrie.html

Publié le 10/01/2018 à 15:16, Mis à jour le 10/01/2018 à 16:06

Djihadisme : les deux frères Gonot, originaires du Lot, arrêtés en Syrie

 

La famille est propriétaire de cette imposante maison en pierre du Soulié, difficile d'accès./ Photo DDM
La famille est propriétaire de cette imposante maison en pierre du Soulié, difficile d’accès./ Photo DDM

Terrorisme : les djihadistes du Lot sont très entourés dans AC ! Brest image-zoom

Capturés par les troupes kurdes en Syrie, les Lotois Thomas Collange (35 ans) et son demi-frère Kévin Gonot (31 ans), sont désormais aux mains des combattants du YPG, Unité de protection du peuple kurde. Ces deux frères seraient partis faire le Djihad en Syrie il y a au moins une dizaine d’années. Kévin Gonot, rebaptisé Abou Sofyan, et son demi-frère Thomas Collange ont été arrêtés le 13 décembre dernier au nord-est de la Syrie, au sein d’un groupe comprenant au moins 6 Français radicalisés. Les deux Lotois seraient proches des frères Clain. On parle même désormais d’un lien familial entre eux. Fabien Clain, voix de l’État islamique, est celui qui a revendiqué les attentats du 13 novembre 2015.

Une famille complètement radicalisée

À 4 000 km de la Syrie, dans la vallée du Lot, la nouvelle de leur arrestation n’a surpris personne. Ce qui étonne c’est la radicalisation soudaine de cette famille, dans les années 2000. Beaucoup les connaissaient, notamment Christine Gonot, la mère. « Elle intervenait auprès d’enfants et de jeunes handicapés dans une structure figeacoise, il y a 30 ans. Elle était en effet éducatrice spécialisée. Elle habitait vers la gare de Figeac », raconte une vieille connaissance. Plus tard, c’est sur la commune de Sainte-Croix, en Aveyron, qu’elle poursuit ses activités professionnelles au sein d’une maison d’enfant à caractère social.

Dans ce hameau discret, peu habité, de la vallée du Lot, la nouvelle n’a surpris personne./ Photo DDM

 

20180110152648609-2 dans Attentats

Le père, lui, est décrit comme un brave type. De Figeac à Capdenac-le Haut, où la famille achètera une maison au Soulié, tous se souviennent de ses activités d’artificier. « Il était intermittent du spectacle. Ils étaient sympas tous les deux. Ils se sont tournés vers la religion musulmane. Mais, du jour au lendemain, ils ont pris l’orientation d’un islam radical. Christine ne faisait plus la bise, ne serrait même plus la main. Il fallait se déchausser pour entrer chez eux. On les croisait de moins en moins dans Figeac ou Capdenac-Gare. Elle était presque intégralement voilée. Lui portait la djellaba », relatent certains.

Le père et l’un des frères interpellés en 2007 dans le Lot

En octobre 2007, nous relations l’interpellation de deux membres de la famille Gonot (le père et le fils aîné) à leur domicile de Capdenac-le-Haut. Soupçonnés d’avoir rejoint Al Qaïda pour faire le jihad, ils multipliaient déjà les allers-retours entre la France, la Syrie et l’Égypte. Depuis cette double interpellation il y a dix ans, la maison familiale st fermée et à l’abandon.

La Rédaction

 

https://www.ladepeche.fr/article/2007/10/25/112882-capdenac-haut-reseau-al-qaida-lotois-allaient-syrie.html

Publié le 25/10/2007 à 09:00, Mis à jour le 25/10/2007 à 09:07

Capdenac-le-Haut. Réseau Al Qaïda : les Lotois allaient en Syrie

 

Police. L’étonnement suite à l’arrestation d’un père et de son fils, à Capdenac-le-Haut.

 

Capdenac-le-Haut. Réseau Al Qaïda : les Lotois allaient en Syrie - DDM
Capdenac-le-Haut. Réseau Al Qaïda : les Lotois allaient en Syrie DDM

image-zoom dans Calomnie

La vie a finalement repris son cours hier matin au lieu dit Le Soulié, commune de Capdenac-le-Haut.

En effet, si l’annonce de l’arrestation de deux personnes, membres de la famille Gonot (lire notre édition d’hier), soupçonnées de faire partie d’un réseau de recrutement pour Al Qaïda a fait beaucoup jaser, ce n’est pas tant le moment de l’interpellation, faite en silence, qui aura pour autant réveillé les habitants. Seule une voisine raconte avoir vu passer cinq voitures blanches avec des gyrophares, sans plus. Mais l’affaire a surpris. Des terroristes implantés sur le territoire lotois ?

L’histoire est d’autant plus étrange que la famille en question ne semblait pas a priori porter de soupçon. Mais on a appris hier que l’un des jeunes arrêtés multipliait les allers et retours entre le Lot, la Syrie et l’Égypte. Il aurait pu recruter de jeunes Lotois pour faire le djihad (traduisez la guerre sainte) en Irak. Derrière la façade, donc, des combattants déterminés à défendre leur cause : « C’était des gens très gentils, très serviables, commente une voisine, ils se sont toujours proposés de nous aider lorsque nous avons eu des problèmes comme les inondations en 2003. Toujours un bonjour, toujours un sourire, mais il est vrai que nous les voyions de moins en moins. »

Tous les quatre d’origine française, ce n’est qu’il y a 5 ans que la famille s’est convertie à l’Islam, du moins, c’est que que laissait présenter leur habillement. « Stéphane, 57 ans, s’était laissé pousser la barbe, Christine, 59 ans, était voilée, les cheveux rasés. »

Quand aux deux fils, Kevin, 21 ans, arrêté avec le père mardi matin, et Thomas, 26 ans, ils ne vivaient plus avec les parents. « Le plus âgé était sur Toulouse, quant au plus jeune, il était soit disant parti apprendre l’arabe en Égypte. Tous deux avaient déjà des enfants dont une fille de 4 mois. C’est la semaine dernière que la mère m’a dit que son jeune fils devait revenir vendredi. » L’étonnement est donc immense dans la petite commune. Qu’est-ce qui a poussé la famille à se convertir à l’Islam ainsi qu’à rejoindre un tel réseau ? Cependant, plus les habitants de la commune y pensent, plus les choses se clarifient. « Ils ne travaillaient plus depuis au moins deux ans. Elle s’occupait auparavant de jeunes à problèmes ainsi que des handicapés. Lui, en revanche, était expert en pyrotechnie. C’est lui qui se chargeait des feux d’artifice et nous l’avions même aperçu une fois à la télé alors qu’ils s’occupaient des feux d’artifice des jeux olympiques. Il s’y connaissait donc peut-être en explosif. »

Mickaël Marcq et Jean-Claude Sénac

 

Réactions des lecteurs

Bertrand ESCAFFRE, le 01/04/2014

Je connais personnellement Stéphane et sa famille. Nous avons passé de nombreuses occasions ensemble. Bien que notre lecture du Coran diffère à peu près en tous points, je témoigne que les affirmations à propos d’un réseau, ou d’une formation militaire, ou d’un appel au jihad, ou de quelque implication des jeunes de la famille dans autre chose que la recherche d’un avenir, est tout simplement une élucubration visant l’audimat. Ces mensonges conscients ont eu pour résultat le bannissement bancaire et administratif de Stéphane, qui s’est retrouvé démuni, obligé d’exercer son métier d’expert comptable de façon sporadique, en intérim ou pour des missions ponctuelles. Sa conversion s’explique par une recherche spirituelle authentique, non par une tendance au fanatisme. Le journaliste qui avait cru rentable de salir ainsi la réputation d’une famille entière avant même toute enquête (qui infirma la thèse qaïdiste), se cache depuis l’affaire. Il a raison : si la communauté figeacquoise, forte de presque mille fidèles, était jadis des plus pacifiques, aujourd’hui elle compte presque mille jihadistes prêts à défendre l’honneur de la communauté : nous ne sommes pas des terroristes. Et nous ne sommes pas des chrétiens qui eux, tendraient l’autre joue. Ici, c’est le business de la parano qui a généré la radicalisation de Figeac. Désormais toute atteinte aux musulmans de Figeac sera immédiatement suivie de poursuites – ce fut encore le cas il y a trois jours. Nous jouons le jeu républicain même si nous refusons la démocratie dans sa forme actuelle : tout attaquant en parole, acte ou abstention, doit fatalement venir s’expliquer au poste. Avant le vomi du cupide gratte-papier, les choses allaient plus « cool ».

amende, le 28/10/2007

journaliste lotois sans scrupule ni etadame
vous avez d’ecrie c’est gens commme si il etait deja condané en faisant un gros article a la depeche pour vendre des journaux se n’est pas la premiere foi que sa arrive dans le lot. vous ne s’avait meme pas se que le mot islamiste veus dire vous avez pris leur maison en photo mais je ne vois pas pourquoi.

Julieng, le 25/10/2007

Droles de réactions!!!!
Les gens qui critiquent nourrissent l’amalgame de nous sommes nombreux à défendre. En effet, il n’y a pas eu arrestation de tous les musulmans de France, mais de seulement 2 personnes dans un petit village. Bien que ces 2 personnes ont été relaché, de lourds soupcons devaient pesés sur eux pour être inquiété par la police. Alors non les journalistes n’assimilent en rien musulmans et islamistes et relatent juste un évèvement qui a eu lieu, si maintenant des lecteurs voient une assimilation celle-ci sera une pure et simple imagination de leur esprit.

Sigmund, le 25/10/2007

Journalistes amateurs
ca c’est du grand journalisme !! Vous ne respectez même pas la présomption d’innocence. Vous sortez des articles bourrés de mensonges. Vous accusez sans motifs des gens qui n’ont rien fait et vous étalez sur la place publique leur vie privée car leur seul crime est d’être musulman. Je tiens à signaler que ces deux lotois ont été relâchés ce soir quelques temps après que cet article ait paru. Par ailleurs vous êtes complètement ignorants de la religion musulmane et vous abrutissez vos lecteurs qui n’ont pas besoin de ça. La prochaine fois ayez plus d’égards envers la vie privée de vos pseudo-terroristes sinon vous vous exposerez à des poursuites judicaires.

Antoine_T, le 25/10/2007

Goebbels n’aurait pu faire mieux !
Goebbels n’aurait pu faire mieux !
Un jeune que j’ai connu en Syrie, fraîchement converti, au visage angélique de ces petits bourgeois du collège Jacques Amyot de mon enfance, il part en Egypte pour étudier l’arabe dans une école qui a pignon sur rue et qui est reconnue par l’Etat Egyptien, toujours loin de nos discussions et débats sur les despotes et la politique, réservé, timide, tout jeune père, il ambitionne de s’inscrire dans une grande école de traduction ou d’enseigner la langue de Molière dans une école française du monde arabe, on nous le décrit maintenant comme un activiste, recruteur, prêt à aller mourir en Irak !!!

Cordialement

 

 

https://www.ladepeche.fr/article/2007/10/25/112849-terrorisme-djihad-qui-sont-ils.html

Publié le 25/10/2007 à 08:20, Mis à jour le 25/10/2007 à 09:01

Terrorisme. Djihad: qui sont-ils?

 

Sept personnes interpellées depuis mardi dans la région toulousaine, dans le Lot et à Paris.

 

Terrorisme. Djihad: qui sont-ils? - DDM
Terrorisme. Djihad: qui sont-ils? DDM

image-zoom dans Rue89

Qui sont ces volontaires toulousains au djihad, prêts à aller combattre dans la mouvance d’Al Qaïda en Irak et à y sacrifier leur vie ? Hier matin, à l’aéroport de Roissy, à son arrivée d’un vol en provenance de l’Asie, un septième homme a été interpellé par la sous-direction antiterroriste de la police judiciaire dans le cadre du coup de filet contre la filière toulousaine qui a débuté mardi (notre édition d’hier).

En février, un Toulousain et un Albigeois, expulsés de Syrie où ils ont été arrêtés en route vers l’Irak, ont été écroués. Deux autres jeunes Toulousains, candidats présumés au combat, aussi. Le « prédicateur », basé en Ariège, a lui été placé sous contrôle judiciaire. Depuis cette date, les services de police remontent les maillons de cette chaîne qui trouve son origine dans la Ville rose.

Cette semaine, avec cette seconde vague d’interpellations, ils s’intéressent à un habitant du quartier Montaudran. Cet homme âgé de 30 ans, d’origine marocaine, qui vit avec une femme et ses deux enfants, est soupçonné d’avoir formé au combat rapproché les futurs djihadistes. Ce voisin « discret, serviable et courtois », selon l’avis général, cet étudiant en licence d’économétrie qui collectionne les diplômes, cache-t-il son jeu, comme le pensent les enquêteurs ? Sur les forums d’internet relatifs à la religion musulmane, il livre sans retenue des pensées qui sonnent comme des préceptes. Et qui sait, parmi son entourage, que ce titulaire d’une ceinture noire de karaté avait rédigé, de sa main, un testament que les policiers ont saisi ? Dans ce document, il fixe notamment la marche à suivre pour le règlement de ses dettes. Reste à voir si cet acte constitue la preuve d’un prochain départ.

Parmi les six autres personnes interpellées qui sont, elles, suspectées d’avoir fourni une aide logistique, et donc a priori moins impliquées, on compte cinq Français de souche convertis à l’Islam, entre autres un père et son fils de 21 ans arrêtés dans le Lot, ou encore un Toulousain de 36 ans, qui habite dans une barre de La Reynerie. Un constat qui ne surprendra pas les spécialistes.

Ce dernier, le « converti d’Auriacombe », du nom d’un des immeubles de La Reynerie, est loin d’être un inconnu pour les policiers qui avaient observé son prosélytisme. Mais aussi parce que cet ouvrier du bâtiment, ex-agent desécurité,est régulièrement convoqué au commissariat pour une chose ou une autre. Récemment encore parce qu’il avait menacé de mort un professeur de collège qui avait morigéné son fils. « Pour moi, il n’a pas toute sa tête », juge un policier du quartier.

Hier, un des deux magistrats parisiens en charge de l’affaire, Marc Trevidic, s’est rendu à Toulouse signifier le prolongements des gardes à vue.


Souad : « On nage en plein délire »

Souad, 24 ans, est la compagne d’un des hommes interpellés mardi matin, Karim, âgé de 28 ans, qui tient un stand sur les différents marchés de plein-vent de la ville (Reynerie, Bagatelle…) où il vend des ouvrages sur l’Islam. Des stands qui se taillent d’ailleurs un beau succès auprès des musulmans, notamment des femmes. Ouverte, souvent souriante, Souad, qui porte un hijab, un long voile noir qui ne montre que son visage, a spontanément accepté de répondre à nos questions.

Que reproche-t-on à votre mari ?

On m’a dit qu’il connaissait des gens qu’il ne fallait pas connaître. On m’a sorti les mots de réseau, d’association de malfaiteurs… Je suis tombée de haut. On nage en plein délire ! Je ne comprends pas du tout ce qui c’est passé. Mon mari est un homme comme un autre. Il vend des Corans et des ouvrages sur les marchés.

Est-ce qu’il pratique un islam rigoriste ?

Il vit sa religion à 100 % comme beaucoup de musulmans. Il fait ses prières. Le vendredi, il va à la mosquée. Islamisme, intégrisme… Ces termes me sont inconnus. Ce sont des mots flous. Un musulman a ses bases. A chacun son interprétation de la religion mais il ne doit pas dépasser des limites qu’il connaît. Mon mari ne se situe pas du tout hors de ce cadre-là. Du fait que son stand est très fréquenté, il a sûrement été frôlé par un ou deux personnages indésirables. C’est vrai qu’il connaissait les deux jeunes qui ont été interpellés en Syrie mais je ne pense pas qu’il était au courant de leurs intentions. Il a été choqué lorsqu’il a appris leur arrestation.

Vous-mêmes pourquoi avez-vous choisi de porter le voile ?

On n’est pas musulman à moitié. Dans la religion, il est dit clairement qu’il faut porter le voile. Je ne cherche pas à dire : « Je suis musulmane ». Mais c’est écrit noir sur blanc. Pour moi, c’est une obligation. Aucun imam ne dira le contraire.


collaboration de Plusieurs services

Diligentée par la sous-direction antiterroriste (SDAT) de la direction centrale de la police judiciaire, l’enquête sur la filière toulousaine associe la Direction centrale des renseignements généraux ainsi que la direction régionale mais aussi Europol, une structure qui offre une base de donnée commune aux pays européens (plusieurs fonctionaires sont ainsi présents à Toulouse), ainsi que des policiers belges qui eux aussi sont à Toulouse depuis mardi.

Jean Noël Gros

 

Réactions des lecteurs

massihou, le 28/10/2007

c’est quoi votre justice?
je parle en temp qu’epouse d’un des interpeller en fevrier,tous les chefs d’accusation porter sur mon epoux on été verifier et s’avere nuls!et pourtant mon mari est toujours incarserer a la maison d’arrete de fresnes…..c’est quoi votre justice????pourquoi autant d’acharnements sur les musulmans alors que les sionistes seme autant si c’est pas plus d’horrreur et de terreur?!c’est incomprehensible ce delire!

taslim, le 25/10/2007

innocents
effectivement je trouve que l’islam est devenu le centre d’interet des journalistes.pourquoi?ça fait vendre.donc on utilise à tord ou à travers les termes « islamistes », »integristes », »terroristes ».Ca suffit.Laissons donc ces simples musulmans vivre en liberté, auprès de leur famille.en ce qui concerne les testaments, les gens les rédigent,soit atteints de maladies graves, soit à 90 ans alors qu’on ne sait pas l’age auquel nous allons mourir.il est donc logique d’en écrire jeune.enfin, je tiens à souligner le fait qu’il y ait trop d’innocents suspectés de terrorisme pour le simple fait d’etre assidu à ses prières quotidiennes.j’espère que la justice fera son travail et que, comme son nom l’indique, elle sera juste.

kanbo, le 25/10/2007

« tous au front »…a condition qu’il soit bien bas !
Encore une fois messieurs les « journalistes » , vous vehiculez de l’amalgame et point d’infos.Vous presentez ces personnes comme djihadistes , islamistes, dans leur ensemble…ou est votre vrai travail celui de l’investigation , de la verification des données…vous vous contentez de faire passer le discours officiel quitte a mettre dans le meme panier activistes , sympathisants ou simples croyants.Ici aussi au Pays Basque des arrestations ont lieu, en nombre sans que pour autant tous soient terroristes..Alors tachez d’attendre les conclusions de l’enquette avant de stigmatiser les uns , les autres, cela appaisera la douleur des familles et redorera votre blason.Je parle en tant que pere d’un des interpellés.

Antoine_T, le 25/10/2007

Les testaments
Bonjour,

On entend souvent parler de testaments dans ces arrestations, je tiens juste à préciser que c’est une chose tout à fait normal en islam et même recommandé comme l’atteste cette parole prophétique : « Il est du devoir de chaque musulman, qui veut léguer quelque chose, de ne pas laisser passer deux années consécutives, sans coucher ses legs dans un testament, qu’il gardera soigneusement.  »

Dans son testament,le musulman doit demander à sa famille d’accepter avec patience le décret divin s’il venait à mourir, mentionner comment ses biens seront partagés conformément au droit musulman, préciser s’il a des dettes impayées, indiquer la personne en charge de laver son corps comme cela fut le cas dans le testament d’un des jeunes arrêtés en février dernier, hors en islam les sources mentionnent que le martyr tombé au combat ne doit pas être lavé, il faut donc cesser de nous parler de ces testaments comme étant les dernières volontés d’un homme avant de se faire sauter.

Cordialement

 

 

https://www.lejdc.fr/saint-leger-de-fougeret/faits-divers/2018/01/10/le-sejour-eclair-dans-la-nievre-en-2001-du-jihadiste-thomas-barnouin-recemment-arrete-en-syrie_12695545.html#refresh

Le séjour éclair dans la Nièvre en 2001 du jihadiste Thomas Barnouin, récemment arrêté en Syrie

 

Publié le 10/01/2018 à 19h14

Le séjour éclair dans la Nièvre en 2001 du jihadiste Thomas Barnouin, récemment arrêté en Syrie

L’Institut européen des Sciences humaines (IESH) de Saint-Léger-de-Fougeret © Siège NEVERS

Le jihadiste français Thomas Barnouin, arrêté en Syrie en décembre, est passé par l’Institut européen des Sciences humaines (IESH) de Saint-Léger-de-Fougeret en 2001. Un passage éclair : il a quitté l’établissement après des problèmes de discipline, qui ont été sanctionnés par l’établissement.

Thomas Barnouin, ce jihadiste français de 36 ans, originaire d’Albi (Tarn) et arrêté en Syrie peu avant Noël, a étudié à l’Institut européen des Sciences humaines (IESH) de Saint-Léger-de-Fougeret au début des années 2000. Ou tout du moins tenté d’apprendre puisqu’il est resté étudiant en langue arabe dans cet établissement proche de Château-Chinon pendant seulement à peine… un mois alors que son cursus devait durer deux ans.

Inscrit en octobre 2001, fraîchement converti à l’islam, il a quitté le Morvan après le conseil de discipline de l’Institut devant lequel il avait été convoqué. « Quinze jours après son arrivée, il a eu des problèmes avec un autre étudiant », se souvient le directeur, Zuhair Mahmood. Selon le chef d’établissement, qui a retrouvé son dossier, le jeune homme s’est emparé d’une cassette audio de chants religieux appartenant à un autre étudiant et l’a détruite. La victime s’en est plainte.

Il est parti de l’établissement après un conseil de discipline

Le conseil de discipline a convoqué le responsable de la dégradation. Il lui a alors été fait obligation de rembourser la cassette et une sanction a été prononcée à son encontre.

Avertissement ? Exclusion… ? Aucune trace dans les archives de l’époque mais « c’était au moins un avertissement », indique Zuhair Mahmood. Thomas Barnouin a fait ses valises et n’est plus jamais revenu. Depuis, le directeur n’en a plus entendu parler.

Selon une dépêche de l’Agence France Presse en date du mercredi 27 décembre, Thomas Barnouin, « vétéran de la nébuleuse jihadiste du Sud-Ouest dans laquelle ont gravité Mohamed Merah et les frères Clain, […], est tombé à la mi-décembre aux mains des combattants kurdes en Syrie, où il était parti se battre en 2014 ».
Et d’ajouter que l’Albigeois a été arrêté par les Unités de Protection du peuple kurde (YPG) dans la région d’Hassaké (nord-est).

Ludovic Pillevesse

 

 

https://www.lejdc.fr/saint-leger-de-fougeret/vie-pratique-consommation/faits-divers/2015/11/18/attentats-l-ecole-coranique-de-saint-leger-de-fougeret-attaquee-sur-rmc_11669894.html

Attentats : l’école coranique de Saint-Léger-de-Fougeret attaquée sur RMC

 

Publié le 18/11/2015 à 20h36

Attentats : l'école coranique de Saint-Léger-de-Fougeret attaquée sur RMC

« Quand une mosquée n’a pas un imam connaisseur à la fois de la religion et des mœurs du pays, toutes les dérives sont possibles », nous livrait en janvier dernier, après les attentats, le directeur de l’IESH, le Dr Mahmood Zuhair.? © MASSON Christophe

« La France a peur. » L’historique déclaration de Roger Gicquel n’a pas fini de faire des émules. Surtout dans le contexte actuel où la première ampoule qui claque… provoque la panique. Que dire alors d’un pétage de plomb en direct.

C’est ce qui s’est produit mardi matin dans l’émission les Grandes Gueules sur RMC, quand, au cours d’une spéciale consacrée aux attentats de Paris, l’un des participants, Pascal Perri, a lancé : « J’ai une petite information, il y a une école coranique dans un petit village du Morvan Nivernais, ce n’est pas la banlieue, à Saint-Léger-de -Fougeret exactement, qui est gardée par des hommes armés et dans laquelle les imams prêchent de façon quotidienne la soumission des femmes aux hommes ».

> Ecoutez le podcast de l’émission

Et cet économiste de poursuivre : « Que fait le préfet, que font les élus locaux ? ». Il n’en fallait pas moins pour susciter la crainte des auditeurs nivernais quant à leur sécurité et plusieurs nous ont écrit pour vérifier cette terrible affirmation, partie dans la nature comme une… traînée de poudre.

Contacté, hier, Pascal Perri, semblait un peu gêné aux entournures, affirmant que, concernant les hommes armés, « ces propos lui venaient de gens qui avaient travaillé à l’intérieur… ». Employés dont nous n’aurons pas l’identité pour nous assurer de la véracité de leurs déclarations.

Concernant l’éducation à la soumission, notre animateur croit se souvenir « s’être rendu une fois à ce centre, il y a très longtemps, lors de son inauguration (1) ». On peut aisément penser que ce jour-là, le personnel a proféré des allégations misogynes pour satisfaire la curiosité des visiteurs. Histoire qu’ils ne partent pas les mains vides.

L’exercice radiophonique n’a pas fait rire du tout du côté de l’Institut Européen des Sciences Humaines. Son directeur, le Dr Mahmood Zuhair, se dit « sous le choc ». « Nous allons porter plainte, demander un droit de réponse »… Et le responsable de l’établissement de poursuivre : « Comment quelqu’un, avec ce qui s’est passé, peut-il parler ainsi de notre institution ? C’est inacceptable, c’est de la bêtise. Nous faisons certes l’apprentissage du Coran, mais parler d’école coranique, le message qui est diffusé semble clair ».

Du côté de la préfecture, malgré l’attaque frontale sur l’attentisme, on préfère garder le silence et reconnaître, que l’IESH « est un lieu sensible ». Ce que nous confirme le maire de la commune, Bernard Detilleux, qui, joint hier soir, a évoqué les simples contrôles de gendarmerie qui avait eu lieu sur les routes de Saint-Léger mardi, tout en précisant bien qu’il « n’avait jamais vu une seule arme dans le centre ». Affirmation vérifiée auprès de tous les journalistes qui ont eu l’occasion de visiter ce centre.

Quant aux autres élus incriminés, ils se sont dits complètement interloqués par ces propos dont la portée ternit aussi l’image de la Nièvre. Et comme pour souligner cette incongruité, l’un d’eux souligne la présence des membres de cette école à Nevers derrière un drapeau français lors de la minute de silence de lundi.

Une minute, c’est le temps de cette intervention sur les ondes de RMC.

Jean-Philippe Bertin
Rédacteur en Chef

(1) C’était en 1991. Le centre fêtera en 2016 ses 25 ans.

 

De mes statistiques de blogs : encore des chiffres ahurissants !

http://justinpetitcoucou.unblog.fr/2015/11/22/de-mes-statistiques-de-blogs-encore-des-chiffres-ahurissants/

J’ai déjà évoqué le phénomène le 17 novembre à propos d’une nouvelle cyberattaque démentielle que je venais de subir du 15 novembre 2015 à 17h50 au 17 novembre 2015 à 0h54 : à compter de ce jour, 17 novembre 2015, à 12h42, j’ai vu grimper en flèche mes nombres de visites sur mes trois blogs.

Plusieurs de mes publications connaissaient soudain un succès qu’elles n’avaient jamais rencontré auparavant, mais surtout l’une d’elles, du 13 mars 2015, qui était consacrée à une exécution revendiquée par l’Etat Islamique.

Il s’agit de celle-ci :

http://justinpetitcoucou.unblog.fr/2015/03/13/la-famille-merah-impliquee-dans-une-execution-de-letat-islamique/

Contrairement à ce qui s’était passé en 2014 avec l’un de mes articles relatifs à l’affaire Méric, les lecteurs subitement intéressés par cette publication n’apparaissaient pas factices, ils venaient d’un peu partout via Google.

Le phénomène s’est poursuivi le lendemain à petit rythme jusqu’à 19h25 et s’est alors remis à flamber.

Les événements déclencheurs me semblent avoir été, mardi 17, les déclarations de Christiane Taubira en visite au Stade de France, à moins que ce ne fut la découverte de l’identité de la voix de l’Etat Islamique pour sa revendication des attentats du 13 novembre, des annonces ou révélations faites au public à peu près à la même heure, et jeudi 18, la conférence de presse du procureur de Paris François Molins après l’assaut mené par les forces de l’ordre à Saint-Denis.

En tous les cas, voilà le résultat dans les statistiques de Justinpetitcoucou :

 

graph_month justin 12

 

Pages les plus visitées

Aujourd’hui
Page Hits
/2015/03/13/la-famille-merah-impliquee-dans-une-execution-de-letat-islamique/ 45
/ 39
/2015/11/21/terrorisme-inquietude-autour-dun-vol-a-lhopital-necker/ 6
/2015/11/ 5
/2015/11/21/corruption-a-la-maison-darret-de-brest-des-peines-de-trois-ans-de-prison-requises/ 4
/2015/11/19/ 3
/2015/01/13/amedy-coulibaly-a-l-ecole-du-crime-a-fleury-merogis/ 3
/category/corruption/ 2
/category/calomnie/ 2
/2015/03/31/attentat-psychiatrique-dandreas-lubitz-des-psychiatres-toujours-dans-le-deni/ 2

 

Cette semaine
Page Hits
/2015/03/13/la-famille-merah-impliquee-dans-une-execution-de-letat-islamique/ 8549
/ 278
/2015/01/13/amedy-coulibaly-a-l-ecole-du-crime-a-fleury-merogis/ 209
/2015/08/10/ 67
/2015/08/16/claude-hermant-indic-de-la-gendarmerie-grossiste-en-armes-prohibees/ 48
/2015/01/16/suicides-de-policiers-a-limoges-un-rapport-avec-cherif-kouachi/ 34
/2015/11/12/trojan-vicieux-je-suis-infestee-par-une-de-ces-saletes-depuis-le-12-novembre-2008/ 31
/2015/11/06/des-magistrats-sur-la-sellette/ 24
/page/3/ 20
/search/pascal+luraghi/page/3/ 20

 

Depuis la création du blog
Page Hits
/2015/03/13/la-famille-merah-impliquee-dans-une-execution-de-letat-islamique/ 9414
/ 5168
/2015/01/13/amedy-coulibaly-a-l-ecole-du-crime-a-fleury-merogis/ 2928
/2015/01/16/suicides-de-policiers-a-limoges-un-rapport-avec-cherif-kouachi/ 1569
/category/crime/ 389
/2015/03/30/crash-de-barcelonnette-un-nouveau-scandale-pour-les-laboratoires-servier/ 387
/2015/03/04/nemrod34-sen-va-t-en-guerre-le-deni-en-bandouliere/ 334
/page/3/ 306
/page/2/ 287
/2015/03/14/le-tribunal-administratif-de-toulouse-vandalise-le-8-mars-2015/ 282

 

Statistiques avancées :
 

Visiteurs – 30 derniers jours

Date Visites Unique Rebonds
22/11/2015 65 63 59
21/11/2015 64 60 55
20/11/2015 97 94 79
19/11/2015 129 129 113
18/11/2015 424 416 384
17/11/2015 2842 2817 2496
16/11/2015 64 63 56
15/11/2015 59 58 53
14/11/2015 55 53 40
13/11/2015 22 21 14
12/11/2015 16 16 12
11/11/2015 25 21 12
10/11/2015 18 18 16
09/11/2015 36 33 32
08/11/2015 33 30 24
07/11/2015 13 9 9
06/11/2015 9 8 7
05/11/2015 13 12 9
04/11/2015 11 11 9
03/11/2015 14 13 13
02/11/2015 13 13 11
01/11/2015 14 13 10
31/10/2015 12 12 11
30/10/2015 14 14 11
29/10/2015 13 13 13
28/10/2015 8 8 5
27/10/2015 8 8 7
26/10/2015 14 14 7
25/10/2015 13 10 5
24/10/2015 8 6 4
Unique TOTAL Somme: 4056 Moyenne: 135

 

Pages – aujourd’hui

Page Unique Visites
La famille Merah impliquée dans une exécution de l’Etat Islamique at Justinpetitcoucou 26 26
La famille Merah impliquée dans une exécution de l’Etat Islamique | Justinpetitcoucou 24 24
Justinpetitcoucou › Se connecter 1 3
2015 novembre 19 archive at Justinpetitcoucou 2 2
Amedy Coulibaly : à l’école du crime à Fleury-Mérogis | Justinpetitcoucou 2 2
Justinpetitcoucou 2 2
Antidépresseurs : d’innombrables attentats psychiatriques passés sous silence at Justinpetitcoucou 1 1
De mes statistiques de blogs : encore des chiffres ahurissants ! at Justinpetitcoucou 1 1
Des magistrats sur la sellette… at Justinpetitcoucou 1 1
Autres 6 6

 

Comme vous pouvez le constater, le phénomène se poursuit depuis le 18 de manière modérée.

Il a été aussi très marqué pour Satanistique et plus modeste pour Petitcoucou qui restera le blog où mon Chinois de Thaïlande s’est excité sur l’affaire Méric, tandis que Justinpetitcoucou devient celui des lecteurs intéressés par l’affaire Merah, qui n’a cessé de prendre de l’ampleur depuis 2012.

 

Pour mémoire :

 

https://fr.sports.yahoo.com/news/euro-2016-question-dannuler-affirme-ministre-sports-141436005–spt.html

Euro-2016: « pas question » d’annuler, affirme le ministre des Sports

AFP

Par AFP 17 novembre 2015 17:37
Le ministre des Sports français Patrick Kanner en visite au Stade de France le 17 novembre à Saint-Denis
.
Le ministre des Sports français Patrick Kanner en visite au Stade de France le 17 novembre à Saint-Denis

Le ministre des Sports, Patrick Kanner, a exclu mardi de renoncer à organiser l’Euro-2016 de football en France lors d’une visite au Stade de France, cible vendredi soir de trois attentats à la bombe qui ont fait un mort et plusieurs blessés.

« En aucun cas le sport ne peut être arrêté par le terrorisme », a déclaré à la presse le ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, en marge d’une visite dans cette enceinte sportive de Saint-Denis, au nord de Paris.

« L’Euro se tiendra dans des conditions de sécurité maximum, renforcées en lien avec les événements que nous venons de vivre. Mais il n’est pas question d’arrêter cette formidable fête populaire », a-t-il poursuivi, quelques jours après les attentats qui ont fait au total 129 morts dans la capitale et à Saint-Denis.

Jugeant les critiques « déplacées », M. Kanner a demandé de ne pas « paniquer de manière indécente ». « Nous avons montré que nous étions capables de sécuriser nos stades et nous tirons toutes les conséquences pour aller encore plus loin dans la sécurité », a encore dit le ministre, présent au stade « jusqu’au bout » vendredi soir pour assister au match France-Allemagne.

Pour éviter « tout phénomène de panique », la rencontre avait été maintenue et l’évacuation des 80.000 spectateurs s’est faite dans le calme, sans incident.

Accompagné de la garde des Sceaux Christiane Taubira et du secrétaire d’État chargé des Sports, Thierry Braillard, M. Kanner a tenu à « remercier toutes les équipes ui étaient présentes ce vendredi noir » et qui ont concouru au secours.

« Ils ont protégé 80.000 personnes. Il y a eu beaucoup de sang-froid et de professionnalisme », a salué M. Kanner.

A ses côtés, Christiane Taubira a, elle, évoqué l’ »alchimie miraculeuse qui a permis d’éviter un carnage ».

Pour la garde des Sceaux, l’équipe de trois kamikazes qui a actionné sa ceinture d’explosifs à quelques minutes d’intervalle et en trois points distincts aux abords du stade a « échoué ».

« Elle a incontestablement échoué, dans la mesure où nous déplorons un mort, c’est une victime civile de trop, mais elle a échoué. Être aux abords d’un stade qui accueille 80.000 personnes… Et les vies qui ont disparu sont les kamikazes », a-t-elle dit.

L’enquête déterminera « si les terroristes ont essayé de rentrer dans le stade », a renchéri M. Kanner, mais on ne vient pas « innocemment avec trois bombes énormes sur soi uniquement pour se faire exploser de manière isolée. On voulait massacrer un maximum de Français ».

 

http://www.leparisien.fr/politique/attentats-de-paris-seance-musclee-a-l-assemblee-entre-la-gauche-et-l-opposition-17-11-2015-5285649.php

Attentats de Paris : séance musclée à l’Assemblée entre la gauche et l’opposition

Les premières questions au gouvernement depuis les attentats de Paris ont donné lieu à plusieurs passes d’armes musclées ce mardi entre le gouvernement, Manuel Valls en tête, et l’opposition.

 

Aurélie Rossignol (@LilyRossignol) | 17 Nov. 2015, 16h42 | MAJ : 18 Nov. 2015, 01h26
Assemblée nationale, ce mardi. Le Premier ministre, Manuel Valls, a appelé les députés à la retenue et à la dignité lors des premières Questions au gouvernement post-attentats.

Assemblée nationale, ce mardi. Le Premier ministre, Manuel Valls, a appelé les députés à la retenue et à la dignité lors des premières Questions au gouvernement post-attentats.
(capture écran LCP)

 

«Soyons dignes ! » a solennellement asséné ce mardi le Premier ministre aux députés, lors des premières questions au gouvernement depuis les attentats de Paris.

Dans l’hémicycle, les parlementaires ont eu bien du mal à tenir «l’unité nationale» exigée par l’événement. Plusieurs fois relancé sur les mesures sécuritaires que souhaite prendre l’exécutif, Manuel Valls n’a pas résisté à rappeler les manquements de la droite quand elle était au gouvernement. Toute la séance, majoritairement consacrée aux attentats de vendredi, s’est ainsi déroulée dans une ambiance très tendue.

«Nous allons revenir sur toutes les annonces mais au moment où nous parlons les victimes, leurs proches, sont dans la souffrance. Les corps n’ont pas encore été rendus à leur famille. Les Français sont meurtris. Nous devons les accompagner en permanence», a répondu le chef du gouvernement aux députés Les Républicains Laurent Wauquiez et Christian Estrosi qui l’ont relancé sur sa volonté de changer la Constitution.

QUESTION DU JOUR. Attentats : la classe politique doit-elle respecter l’ »Union sacrée » ?

«J’en appelle à la responsabilité de tous»

«J’en appelle à la responsabilité de tous. (…) Il faut aller vite pour répondre à l’attente et l’exigence des Français», a-t-il défendu en assurant que le gouvernement associerait le Parlement aux mesures prises. Sur Twitter, plusieurs internautes ont spontanément manifesté leur «dégoût» et leur «honte» dans un flot de commentaires qui, d’ordinaire, sont peu favorables à la gauche.

Très applaudi en rendant hommage aux forces de police, pompiers, professionnels de santé et enseignants qui ont géré la crise du week-end, le Premier ministre a également été largement hué par l’opposition. L’intervention de Jean Glavany (PS), qui a affirmé que ceux qui s’abstiendraient de l’unité nationale «seraient rejetés aux oubliettes de l’Histoire», n’a pas apaisé la situation. «Soyons des patriotes rassemblés pour abattre le terrorisme», a encore tenté de calmer Manuel Valls, en vain.

«Le gouvernement n’a pas attendu l’opposition…»

Seule une poignée d’élus de droite s’est joint aux applaudissements. Et sans avoir la parole, Charles de la Verpillière (Les Républicains) a lancé au Premier ministre qu’il était «était bien trop tard» pour être patriotes, rappelant également à l’ordre par le président PS de l’Assemblée, Claude Bartolone, de retour au perchoir alors qu’il avait suspendu sa campagne pour les élections régionales en Ile-de-France.

VIDEO. Ambiance tendue ce mardi à l’Assemblée nationale

«Il ne devrait pas y avoir de place ni pour la polémique ni pour l’invective», a prévenu le Premier ministre à l’adresse toute particulière de Laurent Wauquiez, avant de détailler l’intégration de mesures sécuritaires «dans le travail législatif de ses 3 dernières années». Par ailleurs, a-t-il précisé, «le gouvernement est prêt à une discussion. L’intégrer dans une réforme constitutionnelle. Nous sommes prêts à examiner toute solution. Le gouvernement n’a pas attendu l’opposition pour accroître la protection des Français, notamment avec la Loi Renseignement. (…) Monsieur Wauquiez, nous sommes ouverts à cette discussion. Je ne suis pas sûr que parler du passé intéresse les Français…»

Séance «pénible» pour Cécile Duflot

La garde des Sceaux, Christiane Taubira, a quant a elle été huée par une partie de la droite avant même d’avoir commencé à répondre à une question. La ministre de la Justice a sobrement fait le bilan du nombre de corps qu’il restait à identifier depuis les attentats, dans une ambiance toujours aussi électrique.

«C’est plus que pénible d’y assister aujourd’hui (aux questions au gouvernement)», a enfin twitté, en pleine séance, l’ancienne ministre EE-LV Cécile Duflot.

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/attentats-terroristes-a-paris/20151117.OBS9664/proche-de-merah-il-a-revendique-les-attentats-de-paris-qui-est-fabien-clain.html

Proche de Merah, il a revendiqué les attentats de Paris : qui est Fabien Clain ?

Timothée Vilars

Publié le 17-11-2015 à 18h06Mis à jour le 18-11-2015 à 14h01

Ce Réunionnais, dont la voix a été identifiée sur la revendication des attentats de Paris, pourrait être un trait d’union entre les filières djihadistes de Toulouse et de Bruxelles.

 

Le visage de Fabien Clain apparaît dans le "Pièces à conviction" sur Mohamed Merah diffusé le 6 mars 2013. (Images France 3)
Le visage de Fabien Clain apparaît dans le « Pièces à conviction » sur Mohamed Merah diffusé le 6 mars 2013. (Images France 3)

 

 

La voix est posée. Les mots, abominables. « Communiqué sur l’attaque bénie de Paris contre la France croisée. [...] Allah est venu à eux par où ils ne s’attendaient point, et a lancé la terreur dans leur cœur… » L’identité de l’homme qui donne sa voix au communiqué audio de revendication des attentats de Paris a été confirmée ce mardi : après avoir longuement étudié l’enregistrement de ce texte en français de 5 minutes 30, diffusé au lendemain des attaques qui ont fait au moins 129 morts, les services spécialisés ont formellement conclu qu’il s’agissait du djihadiste français Fabien Clain.

Le choix par Daech de cet homme bien connu des spécialistes de l’islamisme français est tout sauf anodin. Proche de Mohamed Merah et soupçonné d’avoir téléguidé Sid Ahmed Ghlam lors de l’attaque avortée de l’église de Villejuif, ce Réunionnais pourrait être un trait d’union entre les filières de Toulouse et de Bruxelles.

Un ancien de la filière d’Artigat

Bien qu’âgé de 37 ans, Fabien Clain, alias « Omar », est déjà un vétéran du djihadisme français. Ce natif de la Réunion, converti à l’islam en 1999 ou 2000 avec sa famille dans le quartier du Mirail à Toulouse, apparaît dès 2001, avec son frère cadet Jean-Michel, dans les rapports de surveillance des RG toulousains, comme le révélait « Libération » en août.

Dans ces « vertes années » post-11-Septembre de l’islam radical à la française, Fabien et Jean-Michel Clain dirigent alors un groupuscule de jeunes militants salafistes composés de jeunes de cités et de convertis, surnommé « Clan des Belphégor », un sobriquet issu de la burqa portée par leurs épouses. Clain se rapproche alors rapidement de la communauté d’Artigat en Ariège, où il gravite autour de « l’émir blanc » Olivier Corel, Syrien naturalisé Français d’une cinquantaine d’années qui lui apprendra l’arabe et sera le guide spirituel de toute une génération de futurs djihadistes.

Durant ces années de « formation », il côtoie Abdelkader Merah, le frère aîné de Mohamed, Thomas Barnouin, Laurent Lelièvre ou encore Sabri Essid, autre futur combattant de Daech en Syrie. Le groupe se consolide par le biais de mariages religieux : le père de Sabri Essid, Mohamed Essid, épousera ainsi successivement la mère de Fabien Clain et celle d’Abdelkader et Mohamed Merah.

Selon « Libération », les deux frères Clain partent en 2004 pour l’Egypte avec leurs épouses, pour étudier dans une école coranique de la banlieue du Caire. Mais, surveillé de près, le groupe Clain-Essid, qui tente de mettre sur pied une filière d’envoi de combattants en Irak, est démantelé début 2007. Fabien Clain rentre en France et se présente libre au procès du groupe. Nous sommes alors en 2009 : Fabien Clain est appréhendé et écope d’une peine de cinq ans de prison. Il en fera trois.

Il attaque France TV en diffamation… avant de rallier la Syrie

Pendant sa détention, l’administration pénitentiaire saisit un courrier qu’il adresse à Mohamed Merah, qu’il avait connu quelques années auparavant. Il est toujours en prison lorsque le jeune homme assassine trois militaires, trois enfants et un enseignant d’une école juive toulousaine en mars 2012 avant d’être abattu par la police.

Libéré peu après, interdit de séjour à Toulouse et dans 22 départements, il déménage en Normandie où il dit entamer une existence discrète de professeur d’arabe. Son nom réapparaît le 6 mars 2013, cité à plusieurs reprises dans un reportage de « Pièces à conviction » sur les failles de l’enquête Merah, diffusé sur France 3. Son visage figure également sur un montage photo représentant la galaxie d’Artigat.

De mes statistiques de blogs : encore des chiffres ahurissants ! dans Crime 14577026(Images « Pièces à conviction » – France 3 / Cadre ajouté par l’Obs)

En juin 2013, assurant que sa vie est devenue un « enfer » depuis la diffusion de l’émission, il prend un avocat afin d’attaquer France Télévisions en justice pour « diffamation ».

Je n’ai jamais été proche de Merah ! Quand il a tué tous ces gens, j’étais en prison. J’ai découvert cela dans ma cellule », s’insurge-t-il dans une déclaration publiée par  »20 Minutes ».

Prévenu par l’un de ses élèves de la diffusion de l’émission, le trentenaire, qui ne nie rien de son passé mais veut « refaire sa vie », se plaint en ces termes : « C’était une catastrophe. Tout le monde s’est passé le mot très rapidement. J’ai vite été assimilé au tueur d’enfants. [...] On est dans une petite ville. On sent tous les regards sur nous. Alors que je voulais juste refaire ma vie tranquillement… »

Fabien Clain choisit pourtant de s’évanouir dans la nature. Il rallie la Syrie et les rangs de Daech, vraisemblablement dans le courant de l’année 2014, tout comme Sabri Essid et une dizaine de membres du groupe de Toulouse.

De là, il reste en contact avec des aspirants-djihadistes en France : il est ainsi considéré comme l’un des instigateurs de l’attaque avortée en avril contre une église à Villejuif, menée par l’étudiant algérien Sid Ahmed Ghlam. Deux complices de Ghlam, Macreme A. et Thomas M., auraient ainsi été directement recrutés par Fabien Clain, assurait « Le Monde » début août. Toujours selon les informations du « Monde », Fabien Clain avait déjà menacé le Bataclan en 2009 en raison du sionisme supposé de ses propriétaires.

Ce mardi, l’identification de sa voix sur la bande sonore du communiqué des attentats de Paris apporte la dernière pièce du puzzle : en l’associant aux attaques de la filière de Molenbeek, Daech montre que ses différentes sphères djihadistes sont plus que jamais interconnectées pour faire front commun contre la France. Et confirme que ses attaques ramènent toujours au même petit noyau d’individus.

Timothée Vilars

Claude Hermant, indic de la gendarmerie, grossiste en armes prohibées ?

La journée du 15 août 2015 n’aura été marquée par aucun nouveau projet d’attentat manqué ou réussi sur le territoire français.

Mercredi dernier, 12 août 2015, La Voix du Nord avait publié la suite de ses reportages sur l’affaire du trafic d’armes qui est reproché à Claude Hermant, une figure de l’extrême-droite lilloise.

Les enquêteurs s’interrogent toujours sur ses relations avec les attentats du début de l’année à Paris, des questions qui méritent d’être réexaminées à la lumière des derniers résultats de l’enquête sur le projet d’attentat de Sid Ahmed Ghlam contre une église de Villejuif le 19 avril dernier.

En effet, ceux-ci font apparaître des connexions entre l’apprenti terroriste de Villejuif et les auteurs des précédentes tueries djihadistes commises en France depuis 2012.

Rappelons encore que les uns et les autres ont ou ont tous eu des contacts en Belgique.

 

http://www.lavoixdunord.fr/region/affaire-hermant-quand-l-indic-veut-sortir-de-l-ombre-ia0b0n2987240

Affaire Hermant : quand l’indic veut sortir de l’ombre

 

Publié le 12/08/2015

PAR PATRICK SEGHI, BENJAMIN DUTHOIT ET CLAIRE LEFEBVRE

Six mois après où en est-on de l’affaire Hermant, ancien « indic » lillois poursuivi dans le cadre d’un trafic d’armes présumé ? Le point sur l’enquête qui porterait selon les enquêteurs sur « près de 200 armes ». Ils s’interrogent toujours sur les liens entre ce prévenu qui est une figure locale de l’extrême droite, un sulfureux intermédiaire belge et les attentats islamistes commis en janvier à Paris. Filière inédite ou dossier ordinaire que la personnalité trouble de Claude Hermant hystérise ?

 

 Claude Hermant a le vocabulaire d’un ex-para, formé au service d’ordre du FN et organisateur de stages survivalistes en armes. Photo Archives Stéphane Mortagne

 

1. Des armes de guerre

Des fusils d’assaut, des pistolets-mitrailleurs, des pistolets semi-automatique auraient été saisis par les enquêteurs. C’est d’armes de guerre qu’on parle dans ce dossier. Même si les proches de Claude Hermant font état de « 90 armes démilitarisées et traçables » dans le dossier. Car selon eux, la filière d’approvisionnement serait tout au plus du marché noir : toutes auraient été achetées chez AFG Security Corporation, société slovaque de vente à distance d’armes. Un de ces sites internet qui a pignon sur rue et permet de se fournir en armes de guerre interdites à la vente en France. Si on n’y trouve pas une kalachnikov payable par carte bleue et livrable par la Poste, on y entre en contact avec un réseau de vendeurs. Les armes passent les frontières neutralisées – mais celles qui proviennent des Balkans (l’harmonisation des législations sur les armes n’est pas à l’ordre du jour…) sont très faciles à remettre en état pour un passionné d’armes un peu bricoleur.

Pour l’entourage du principal prévenu, il s’agirait donc de « commandes visibles sur le compte société et livrées à l’adresse de la société de la compagne de Claude Hermant… ». Sauf que les enquêteurs pensent qu’avant de commercer seul, il a acquis 90 autres armes auprès d’un contact belge à Charleroi.

2. Un mystérieux détective belge

Un échange de mails entre Claude Hermant et la gendarmerie prouve que ce dernier est entré en contact avec une « cible » qui aurait posté une annonce en 2013 sur le site de vente d’armes « de collection » Delcampe. La « cible » n’est autre qu’un détective belge, domicilié près de Charleroi, entendu dans le cadre de cette affaire. Ce dernier affirmerait que « Claude Hermant était son principal client ». Qu’il lui « achetait 95 % de ses armes démilitarisées provenant du site slovaque AFG », soit « plusieurs dizaines, sans savoir ce que le prévenu en faisait ensuite ». Les proches de Claude Hermant réfutent cette version. « Les transactions ne tournent, au maximum, qu’entre 4 et 6 armes en deux livraisons couvertes par la gendarmerie. » L’indic Claude Hermant a-t-il joué double jeu ?

3. Simple intermédiaire ou orfèvre de la kalach ?

Même si les sommes d’argent retrouvées jusqu’ici seraient insuffisantes pour le prouver, les enquêteurs soupçonnent qu’en plus des armes qu’il se serait fournies sous couvert de la gendarmerie, l’indic se serait approvisionné pour son propre compte. Les investigations porteraient sur un volume de « près de 200 armes ». Loin de l’amateur se livrant à ce qu’on appelle le « trafic de fourmi », le profil de Claude Hermant correspondrait plutôt à celui d’un grossiste remettant en état les armes lourdes neutralisées pour les revendre aux réseaux du grand banditisme. Ce qu’il nie, assurant « n’avoir jamais rien remilitarisé ».

Il conteste la réalité d’un atelier de remilitarisation situé dans la métropole lilloise, à Lomme, s’appuyant sur le fait qu’« aucun rapport ne ferait état de livraisons à cette adresse avant l’arrestation ». Un proche du dossier dément : « On a retrouvé l’arsenal du parfait orfèvre, avec des machines et des armes. » Au carrefour du trafic en provenance des Balkans et de celui entretenu par des « collectionneurs », la remilitarisation est une étape clé dans l’approvisionnement du marché illégal des armes en France. Les experts estiment qu’au total, de 3 à 7 millions d’armes illégales circuleraient ainsi sur le territoire.

4. Un lien avec les attentats de Paris ?

Les armes d’Amédy Coulibaly, le tueur de l’Hyper Cacher de Paris, ont-elles transité par le trafic présumé de Claude Hermant ? Cette hypothèse a été assénée à plusieurs reprises par des proches de l’enquête. L’entourage de Claude Hermant la conteste. « Si ce lien existe, il ne peut être qu’indirect, non connu et réprouvé. Les armes ont toutes eu des acheteurs signalés et ciblés ». Les enquêteurs excluent toute vente directe au terroriste, estimant qu’Hermant ignorait la destination finale de certaines armes. Ils creusent toujours la piste. Mais se montrent prudents pour la prouver. « Quand des armes passent par plusieurs mains, avec des paiements en liquide, c’est compliqué de reconstituer la chaîne. »

Trouble idéologique

Cette affaire, qui révèle, comme souvent dans ce type de trafic, la collusion des différents milieux gravitant autour des armes, se joue aussi sur fond de guerre entre police et gendarmerie. Un imbroglio où Claude Hermant pourrait bien chercher à jeter un trouble idéologique. Cet ancien para, formé au service d’ordre des « fantômes » du FN et aguerri au gré des conflits (Balkans, Afrique…), est aussi un organisateur de stages survivalistes (survie en cas de cataclysme) en armes.

 

Claude Hermant, indic de la gendarmerie, grossiste en armes prohibées ? dans AC ! Brest 164373988_B976271210Z.1_20150811220835_000_GBS50H5M9.2-0

 

Son vocabulaire n’est pas neutre. Il se dit non pas simple « tonton », mais « free-lance de l’infiltration ». Et même « missionné par la gendarmerie ». De quoi affoler les adeptes de théories occultes sur une armée secrète qui prospérerait depuis la Seconde Guerre mondiale à la faveur des déstabilisations politiques – elles ont refleuri sur le Web au lendemain des attentats de janvier. Hermant s’était déjà épanché dans ces termes dans les médias, quand il avait été lâché il y a quinze ans par le service d’ordre du FN. L’ultime coup de bluff du mouchard qui gagne du temps ? Notre spécialiste des informateurs le rappelle : « C’est précieux, le temps, quand on a une défense à peaufiner et qu’on veut laisser se diluer d’éventuelles preuves et surtout des avoirs compromettants. »

 

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/fait-divers/attentat-manque-de-villejuif-relation-avec-merah-qui-est-fabien-clain_1704305.html

Attentat manqué de Villejuif, relation avec Merah: qui est Fabien Clain?

 

Par LEXPRESS.fr , publié le 03/08/2015 à 12:32 , mis à jour à 12:49

Une voiture de police le 22 avril 2015 à Paris devant la résidence universitaire où vit Sid Ahmed Ghlam, soupçonné d'avoir voulu préparer un attentat visant une église à Villejuif (photo d'illustration).
Une voiture de police le 22 avril 2015 à Paris devant la résidence universitaire où vit Sid Ahmed Ghlam, soupçonné d’avoir voulu préparer un attentat visant une église à Villejuif (photo d’illustration).afp.com/KENZO TRIBOUILLARD

 

Selon Le Monde, Sid Ahmed Ghlam était en contact avec des djihadistes français en Syrie. Parmi eux, Fabien Clain, un Réunionnais qui gravitait dans l’entourage de Mohamed Merah, est suspecté d’être l’un des commanditaires de l’attentat déjoué.

 

Sid Ahmed Ghlam a bel et bien été téléguidé depuis la Syrie. Dans une enquête publiée ce lundi, Le Monde rapporte que l’étudiant algérien de 24 ans, suspecté d’avoir fomenté un projet d’attentat contre une église de Villejuif, était en relation avec des Français partis faire le djihad.

Sid Ahmed Ghlam communiquait avec ses commanditaires via des conversations chiffrées sur Internet. Dans un des messages, dans lequel ils lui indiquent comment récupérer une voiture, les djihadistes font l’erreur d’utiliser des pseudonymes. C’est comme cela que les enquêteurs remontent jusqu’à au moins trois hommes, tous connus des services de renseignement et localisés en Syrie. L’un d’eux s’appelle Fabien Clain, un homme qui a contribué à radicaliser les deux autres, relate le quotidien.

Surtout, celui-ci est réputé proche de Mohamed Merah, l’auteur des attentats de 2012. Réunionnais d’origine, surnommé « Omar » par ses proches, il a lui aussi longuement vécu à Toulouse. Le site Réunion Première raconte qu’il s’est converti à l’islam à la fin des années 90 et s’est radicalisé en 2004. Quatre ans plus tard, le trentenaire est condamné à 5 ans de prison pour avoir aidé des candidats au djihad à se rendre en Irak. C’est dans le cadre de cette filière, dite d’Artigat, qu’il côtoie les frères Merah. Fabien Clain est alors qualifié de « tête pensante » du groupe.

Mohamed Merah lui écrit depuis sa prison

Dans son livre Merah. L’itinéraire secret (2015, Nouveau Monde éditions), le journaliste Alex Jordanov raconte que « le tueur au scooter » s’inquiète à la fin des années 2000 du procès à venir de Fabien Clain. Si bien qu’il prend des nouvelles de lui grâce à son frère et va jusqu’à lui écrire une lettre depuis sa cellule, où il purge une peine pour des faits de délinquance.

Fabien Clain est à son tour en détention lorsque Mohamed Merah commet ses meurtres sanglants. Fait étrange, à sa sortie en août 2012, il s’installe en Normandie et s’insurge contre un reportage sur France 2 dans lequel il est décrit comme un proche du terroriste. Selon 20 Minutes, il assure à l’époque que sa vie est un enfer depuis la diffusion et qu’il porte plainte contre France télévisions. Et ce, malgré les preuves accablantes qui le contredisent.

Depuis, l’homme a rejoint les rangs de l’organisation Etat islamique (EI) et a disparu des radars des services de renseignement. Jusqu’à maintenant.

 

http://www.liberation.fr/societe/2015/08/04/fabien-clain-de-la-pme-islamiste-au-jihad_1358853

Fabien Clain, de la PME islamiste au jihad

 
Jean-Manuel ESCARNOT (à Toulouse) 4 août 2015 à 20:16

Les jihadistes français de l’Etat islamique ont pris du galon. Selon le Monde, Fabien Clain, 35 ans, un islamiste toulousain d’origine réunionnaise, proche des frères Merah, serait l’un des initiateurs du projet d’attentat contre une église de Villejuif, avorté in extremis le 19 avril. D’après les documents saisis par les policiers, il aurait activé depuis la Syrie l’auteur présumé, Sid Ahmed Ghlam, un étudiant algérien de 24 ans, arrêté fortuitement alors qu’il venait de se tirer une balle dans la jambe.

L’un de ses commanditaires présumés, Fabien Clain, alias Omar apparaît dès 2001 avec son frère Jean-Michel, 33 ans, dans les rapports de surveillance des renseignements généraux (RG) toulousains, dont Libération a eu connaissance. Convertis à l’islam, les deux frères Clain ne passent pas inaperçus dans leur quartier du Mirail. Ils dirigent alors un petit groupe salafiste, composé de jeunes des cités et de convertis. Eux-mêmes ont épousé deux converties qui portent la burqa, d’où le surnom de «clan des Belphégor». A la même époque, ils se rapprochent de la communauté islamiste d’Artigat dirigée par Olivier Corel, un Français d’origine syrienne, qui fait figure de «cheikh». Au cours des «stages de religion vraie» organisés dans la maison de Corel, les Clain côtoient Abdelkader Merah et Sabri Essid, frère et beau-frère de Mohamed Merah.

A Toulouse, ils échouent dans leur tentative de s’emparer de la mosquée de Bellefontaine dirigée, selon eux, par «de mauvais musulmans». L’anathème et l’activisme forcené leur tiennent lieu d’idéologie. Ils se rabattent dans des appartements du Mirail et la salle de prière d’un foyer Sonacotra pour y prêcher le jihad et leur haine des juifs et des Américains. Le tout sous l’œil des RG qui les observent «se monter le bourrichon». En 2004, les frères Clain partent en Egypte avec leur épouse pour étudier dans une école coranique près du Caire. L’intervention américaine en Irak en 2003 et l’apparition de la branche irakienne d’Al-Qaeda donne enfin à Clain et à ses comparses l’opportunité de s’engager dans la lutte armée. Mais, surveillés de près, des membres du groupe de Toulouse, dont Sabri Essid, sont arrêtés par la police syrienne avant de passer en Irak. Fabien Clain est, lui, encore en Egypte.

De retour en France, c’est libre qu’il se présente au procès de leur filière, en 2009, à l’issue duquel il écope de cinq ans de prison. S’il correspond durant sa détention avec Merah, Clain est toujours détenu lors des attentats de mars 2012. Et se défendra d’avoir inspiré le tueur des militaires et des enfants juifs. Avec son frère Jean-Michel, il disparaît en Syrie, vraisemblablement en 2014, tout comme Sabri Eissid et une dizaine de membres du groupe de Toulouse.

Jean-Manuel ESCARNOT (à Toulouse)

 

http://www.parismatch.com/Actu/Societe/Les-deux-visages-de-Sid-Ahmed-Ghlam-754406

Les deux visages de Sid Ahmed Ghlam

 

Les deux visages de Sid Ahmed Ghlam

Dimanche 19 avril, près de la résidence du Crous où il vit quand il est à Paris, la Renault Mégane de Sid Ahmed Ghlam dans laquelle les policiers viennent de retrouver une partie de son arsenal. © DR/Visual

 

Le 01 mai 2015 | Mise à jour le 29 avril 2015

De notre envoyée spéciale en Haute-Marne Pauline Delassus
@PaulineDelassus

 

A Saint-Dizier, il est Djillali en djellaba. A Paris, c’est un étudiant sans histoire… qui prépare le pire.

 

Lavés et repassés, ses vêtements l’attendent dans l’armoire d’un pavillon de la cité du Vert-Bois, le grand ensemble de Saint-Dizier. Ses sœurs en font l’inventaire : un jogging et un costume en flanelle, une djellaba grise et une jebba algérienne. Deux types d’allure pour deux types de vie, deux villes, deux langues et deux prénoms. A Paris, Sid Ahmed Ghlam porte un jean et des chaussures en cuir. Un étudiant ­inscrit en licence d’informatique à l’université, s’adressant dans un français parfait à ses voisins du XIIIe arrondissement. A Saint-Dizier, Djillali, du surnom donné par sa mère, arpente les rues en longue robe traditionnelle. Il est arrivé dans le quartier en 2001, à 10 ans. Né à Tiaret, dans la région d’Oran, Sid Ahmed a eu l’enfance d’un immigré ballotté d’une rive à l’autre de la Méditerranée, chassé de France vers 12 ans faute de papiers en règle, puis de retour en 2009, dans le cadre du regroupement familial. Ses parents ont rejoint au Vert-Bois une importante communauté d’ouvriers algériens, installés sur cette zone de forêt où poussent les barres bétonnées depuis les années 1950. Le couple Ghlam et ses six enfants emménagent d’abord dans une HLM des hauteurs, puis dans une maisonnette d’un lotissement moderne, construit à l’emplacement des tours que la municipalité a fait détruire en espérant améliorer la qualité de vie.

 

SC__1JJ7115

La maison de la famille Ghlam, à Saint-Dizier. © DR

 

Entre ces murs en contre-plaqué avec vue sur les fenêtres des voisins, Aouali Ghlam, 48 ans, est désormais prostrée, tombée dans une torpeur inquiétante depuis l’arrestation de son fils. Les yeux ouverts mais le regard vide, elle reste allongée sur le petit lit de la chambre de Sid Ahmed et pleure son enfant mis en examen pour assassinat et terrorisme, persuadée de son innocence. Cette mère au foyer a délaissé la cuisine, ne se ­nourrit que de calmants et ne regarde même plus ses trois cadets jouer dans la rue, devant la façade décrépie. Sur le canapé du salon, face à la télévision allumée sur une chaîne d’information, Menouer, le père d’une cinquantaine d’années, regard sombre et physique musclé, est lui aussi couché. Il vient ­d’arriver d’Algérie où, commerçant aisé, il passe la plupart de son temps. A ­Tiaret, il habiterait une maison entretenue par du personnel et mènerait une vie bien différente. Le fils aîné, Mokhtar, avait même été choisi comme gestionnaire de ses diverses propriétés. Mais il est mort à l’été 2011, sur une plage algérienne, aux commandes d’un Jet-Ski. Ce drame a traumatisé le clan et divisé les parents. Il a aussi fait de Sid Ahmed « notre ­soutien moral », explique sa sœur, Fatima*, 20 ans. Avant, il voulait devenir pilote de ligne. Mais les études étaient longues ; les diplômes, chers. Il a abandonné. Il a choisi informatique, d’abord à Reims puis à Paris, d’où il revenait presque chaque week-end. Dans le quartier, on dit qu’il « marche avec » très peu de gens, uniquement ceux qui, comme lui, se rendent à la mosquée ­plusieurs fois par jour, dans la tenue des intégristes, longue tunique sur pantalon de coton.

 

SC__1JJ7070

La salle de prière que fréquentaient la sœur et le beau-frère de Sid Ahmed Ghlam à Pargny-sur-Saulx (Marne), ravagée par un incendie le jeudi 23 avril. © DR

 

Au Vert-Bois, l’oisiveté a augmenté aussi vite que le taux de chômage. Depuis une dizaine d’années, la plupart des usines ont fermé. Aux alentours, la région vallonnée offre des paysages champêtres préservés. Pourtant, on ne décolle guère du bitume. Dans cette cité-village, où les parkings des centres commerciaux font office de place du marché, les hommes se retrouvent dans les cafétérias pour lire le journal, jouer au tiercé. « Djillali [Sid Ahmed] ne venait jamais au café, raconte un voisin. J’ai l’impression qu’il sortait peu, sauf pour aller prier. » La mosquée El Fath (L’ouverture) sert de lieu de culte autant que de cohésion sociale. Dans cette communauté appauvrie écono­miquement, que l’on soit originaire du Maroc, de Tunisie, de Syrie ou d’Algérie, la solidarité est le premier des commandements. « L’entraide, il n’y a que ça de bon ici », témoigne un habitant. Chacun cotise 45 euros par an pour le rapatriement des morts au pays. Les responsables de la mosquée, affiliée à la Fédération de la Grande Mosquée de Paris, veillent aussi au soutien des plus démunis­, récoltant quelques sous pour améliorer l’ordinaire. Ainsi, l’étudiant boursier Sid Ahmed a quelquefois reçu une centaine d’euros de la part des fidèles. En retour, il a bénévolement fait office de professeur d’arabe littéraire pour les enfants, entre 2013 et 2014. « Il est bilingue et maîtrise la grammaire, ce qui est rare, raconte le président de la mosquée. C’est pour cela que je l’ai recruté, mais ça n’a pas duré. » Cet ouvrier, investi dans la construction d’une extension de la mosquée, d’une salle polyvalente et de salles de classe, assure n’avoir jamais observé de phénomène de radicalisation entre ses murs. « La politique n’a rien à faire ici, assure-t-il. La foi est une affaire personnelle. D’ailleurs, les croyants n’ont pas le droit de discuter ensemble dans notre enceinte. Nous dispersons les rassemblements pour éviter les débats. »

 

Sid Ahmed voulait être pilote de ligne. Mais les études étaient longues…

 

De toute façon, après la dernière prière, vers 22 heures, il faut se dépêcher de rentrer chez soi. « C’est l’heure où sortent les rats [les dealers] », explique Djibril*, un riverain. Jusque tard dans la nuit, la cité change de vie, elle aussi. Assis dans des voitures devant les magasins fermés, des hommes vendent des barrettes de shit là où, d’habitude, on achète sa baguette. En bas des tours s’attardent les « têtes de mort », comme certains les surnomment, des ­silhouettes masculines aux longues robes et aux barbes fournies. Côté femmes, quatre seulement porteraient la burqa ou le niqab, long voile noir qui recouvre le corps, la tête et le visage, et qui est interdit­ en France. « Ce sont les Zorro du quartier, plaisante un habitant de Saint-Dizier. Il y en a même une en burqa verte, c’est le géant vert ! » L’une d’elles a déjà été verbalisée. Blonde aux yeux bleus, originaire de Brest, elle porte des baskets sous sa burqa noire. C’est ­Emilie L.B., une des proches de Sid Ahmed Ghlam, placée en garde à vue puis remise en liberté. « Je l’ai rencontrée à la mosquée. Elle faisait des allers-retours en Bretagne et, un jour, elle est revenue en burqa. Elle m’a convaincue de la porter. J’ai essayé quinze jours puis je l’ai enlevée », dit Fatima, la sœur de Sid Ahmed, avant de poursuivre : « Je l’ai présentée à mon frère. Elle est tombée amoureuse de lui mais ce n’était pas réciproque. » Tout le monde n’est pas d’accord… Divorcée et mère de deux enfants, Emilie, 25 ans, n’était pas bien vue dans la famille Ghlam. « Aouali, la mère de Sid Ahmed, avait refusé qu’ils se marient, raconte un ami. Parce qu’elle est plus âgée que lui et qu’elle avait déjà été mariée. » Cela n’a pas empêché Emilie de déménager pour s’installer près de leur domicile. Claude, un voisin, voyait de temps en temps Sid Ahmed lui rendre visite à la nuit tombée. « Les cris de leurs ébats nous réveillaient ! »

 

SC_150422LPA54

Manuel Valls et le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, sortent de l’église Saint-Cyr-Sainte-Julitte à Villejuif, mercredi 22 avril. © PHOTOPQR/LE PARISIEN/Lejeune

 

Sid Ahmed peut aussi compter sur son beau-frère, K., marié à sa sœur Fatima depuis moins d’un an. « Il porte une longue barbe et une djellaba, dit celle-ci. Il s’entend très bien avec mon frère. » Sid Ahmed était d’ailleurs présent à leur mariage. « Une fête au Fanta, bien sûr ! se souvient un invité. Où l’on n’a même pas dansé. Djillali était très élégant, en costard noir. » Au domicile des jeunes mariés, pas de table ni de chaises, mais des coussins à même le sol « comme au temps du Prophète ». Fatima, coquette, porte un voile de couleur par-dessus de longues robes fleuries, des bijoux, du vernis sur les ongles. Son allure juvénile et soignée cache un tempérament ferme, voire agressif. « J’ai parlé à mon frère au téléphone la veille de son arrestation. Il m’a dit qu’il hébergeait quelqu’un.

Je ne sais pas qui. Une semaine avant, j’ai été chez lui, à Paris. J’ai nettoyé sa chambre, lavé son linge et fait ses courses. » Ce week-end-là, autour du 12 avril, un de leurs oncles était en visite à Paris. Fatima, son mari et Sid Ahmed auraient alors passé du temps ensemble. Sid Ahmed a accompagné l’oncle sur les Champs-Elysées et à la tour Eiffel. A ces mêmes dates, selon la police, il effectuait un repérage des églises de Villejuif. C’est le mari de Fatima qui a fait découvrir à Sid Ahmed la toute nouvelle salle de prière de ­Pargny-sur-Saulx, le bourg dont il est originaire. Pour y aller depuis Saint-Dizier, il faut parcourir 21 kilomètres sur une route de campagne bordée de vieux clochers et de troupeaux de vaches. Non loin de la chapelle Sainte-Thérèse, dans une ruelle, un homme barbu, vêtu d’une djellaba et coiffé d’un turban, nous dévisage. Dans le village champenois, sa tenue traditionnelle afghane étonne. « Il y a beaucoup de convertis qui prient ici », indique un voisin, habitué à les voir ­passer plusieurs fois par jour devant ses fenêtres. Cinq jours après l’arrestation de Sid Ahmed, la salle de prière a été détruite par un incendie.

Enquête Margaux Rolland

* Les prénoms ont été changés.

 

http://www.letelegramme.fr/france/attentat-dejoue-ghlam-mis-en-examen-25-04-2015-10606726.php

Attentat déjoué. Ghlam mis en examen

 

25 avril 2015 / Didier Déniel et AFP /

 

 

Après cinq jours de garde à vue, Sid Ahmed Ghlam a été mis en examen, ce vendredi, pour un projet d’attentat au nom de l’islam contre au moins une église et pour l’assassinat d’une femme à Villejuif (Val-de-Marne),

Sid Ahmed Ghlam avait lui-même provoqué, dimanche, son interpellation après avoir été blessé dans des circonstances encore inexpliquées. Cet Algérien de 24 ans est soupçonné d’avoir voulu attaquer au moins une église de Villejuif (Val-de-Marne) et d’avoir tué Aurélie Châtelain, une femme de 32 ans dont le corps avait été retrouvé, dimanche matin, dans sa voiture. Présenté, hier, à des juges antiterroristes parisiens, le jeune homme a été mis en examen, hier, vers 18 h, pour « assassinat et tentatives d’assassinats », pour « association de malfaiteurs en vue de commettre des crimes d’atteinte aux personnes », et pour diverses autres infractions, le tout en relation avec une entreprise terroriste.

Deux heures auparavant, deux de ses avocats, M e Gilles-Jean Portejoie et Matthieu de Vallois, étaient arrivés à l’hôpital de l’Hôtel-Dieu, dans le centre de Paris, où le suspect était en garde à vue depuis dimanche en raison de ses blessures. Sid Ahmed Ghlam « a contesté vigoureusement tous les faits qui lui sont reprochés », a déclaré M e Matthieu de Vallois. « On attend surtout que la procédure évolue, que l’information bouge et elle pourrait nous réserver des surprises », a indiqué, de son côté, M e Gilles-Jean Portejoie sans autre précision.

La jeune femme laissée en liberté

Quelques heures plus tôt, la garde à vue d’une femme de l’entourage de Sid Ahmed Ghlam, âgée de 25 ans, interpellée mercredi à Saint-Dizier (Haute-Marne), avait été levée. Elle a été laissée en liberté.

Selon nos informations, la jeune femme, de nationalité française, serait bien originaire de Brest (Finistère). Elle aurait habité le quartier de Pontanézen pendant deux ans avant de s’établir à Saint-Dizier. Cette mère de deux enfants aurait vécu avec un jeune Français bien connu des services de police pour des faits de grande délinquance. Son compagnon se serait converti à l’islam dans les murs de la prison de l’Hermitage, à Brest, où il purgeait une peine de prison. C’est à ses côtés, et sous son influence, que la jeune femme aurait choisi de devenir musulmane. Au fil du temps, elle aurait opté pour le port de la burqa comme une quinzaine de femmes de ce quartier populaire de Brest.

Les enquêteurs chercheraient aussi à clarifier les liens qui auraient existé entre elle et la mosquée Sunna du quartier de Pontanézen qu’elle aurait fréquentée régulièrement. Contacté hier, Rachid Abou Houdeyfa, l’imam de cette mosquée, niait connaître la jeune femme. « Les gens qui sombrent dans l’islam radical ne nous fréquentent pas. Ils ne supportent pas certains prêches ».

Marche blanche à Villejuif

Hier, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a appelé les préfets à renforcer la « vigilance » près des églises, dès aujourd’hui. Une marche blanche est prévue le même jour à Villejuif en hommage à Aurélie Châtelain, une autre, dimanche, à Caudry (Nord) où la victime habitait.

 

http://www.ouest-france.fr/attentats-dejoues-la-derive-dune-brestoise-ex-compagne-de-ghlam-3356044

Attentats déjoués. La radicalisation d’une Brestoise ex amie de Ghlam

 
Brest – 25 Avril

  • Le domicile de Saint-Dizier où a été arrêtée l'ex-compagne de Sid Ahmed Ghlam.

    Le domicile de Saint-Dizier où a été arrêtée l’ex-compagne de Sid Ahmed Ghlam. | Photo: AFP

 

Mickaël LOUÉDEC

Son ancien compagnon est soupçonné d’avoir préparé des attentats contre des églises en région parisienne. La garde à vue de la jeune femme a pris fin vendredi.

 

Enquête

Sa famille est particulièrement touchée par les événements. « Était-elle manipulée ? En tout cas, en notre présence, c’était quelqu’un de tout à fait normal. Elle disait même qu’elle était prête à enlever son voile pour trouver du travail ».

Morgane (*) a 25 ans. Cette Brestoise d’origine, mère de deux enfants, est installée près de Saint-Dizier, en Haute-Marne. Mercredi, elle est interpellée et passe près de deux jours en garde à vue avant d’être relâchée. Elle a été la compagne, il y a quelques semaines, de Sid Ahmed Ghlam, qui avait planifié l’attaque d’églises catholiques dans la région parisienne.

Convertie à 22 ans

Un membre de sa famille avoue être tombé des nues quand il a appris la nouvelle, mercredi soir. « Au début de sa relation, elle m’avait dit être avec quelqu’un de très bien, de très posé ». Le glissement de la jeune femme vers l’islam radical ne date pourtant pas d’hier.

C’est à Brest que tout commence. Élevée dans une famille catholique, elle a effectué sa scolarité dans les collèges et lycées de la ville. Elle est aussi titulaire d’un BEP dans la restauration, obtenu à Vannes, et a une expérience de vendeuse à Quimper. À Brest, elle se convertit brusquement à l’Islam, sur les conseils d’une amie. Sa famille pointe de mauvaises fréquentations dans une période de faiblesse. Elle est âgée de 22 ans. Elle est « perdue ». Rapidement, elle se radicalise et vient à porter le niqab. Elle est alors mariée à un Brestois dans le quartier de Pontanézen. L’homme a déjà été condamné à plusieurs reprises.

Sous influence ?

L’année dernière, elle s’en sépare, change de vie et part vivre à Saint-Dizier pour « raisons personnelles ». Elle noue alors une relation sentimentale avec un autre homme, dont le frère se fait arrêter en 2014 en Belgique, alors qu’il est en possession d’un véritable arsenal militaire.

Sid Ahmed Ghlam devient son compagnon un peu plus tard. Selon nos informations, il s’agit alors d’une liaison de nature sentimentale, autocentrée sur lui. Est-elle alors soumise à l’influence totale de son compagnon ? Toujours est-il qu’elle se radicalise encore davantage, vit recluse dans une zone pavillonnaire et devient indésirable à la mosquée. Elle est aussi verbalisée à de multiples reprises pour port du niqab.

Elle continue néanmoins d’effectuer des aller-retour entre la Haute-Marne et la Bretagne. Une partie de sa famille est dans le Finistère, une autre dans le Morbihan. En février dernier, dans une grande surface de Gouesnou, près de Brest, elle se présente entièrement voilée. Ce qui ne manque pas de créer un nouvel incident et une intervention de la gendarmerie.

Une nouvelle étape dans un parcours chaotique. « Elle devait venir nous voir dans un petit mois », déplore sa famille.

(*) Prénom d’emprunt.

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/faits-divers/20130529.OBS1025/le-dernier-voyage-de-mohamed-merah-en-belgique.html

Le dernier voyage de Mohamed Merah en Belgique

L' Obs

Publié le 29-05-2013 à 12h15

Trois semaines avant de passer à l’acte, le tueur de Toulouse et Montauban aurait rendu visite à Abou Jaber, éminence grise d’une cellule djihadiste bruxelloise.

 

Des documents et des photos, comme celle-ci, dévoilées par France 3 Midi-Pyrénées, montrent que Mohamed Merah était dans le viseur des renseignements français depuis 2006. (France 3 Midi-Pyrénées)Des documents et des photos, comme celle-ci, dévoilées par France 3 Midi-Pyrénées, montrent que Mohamed Merah était dans le viseur des renseignements français depuis 2006. (France 3 Midi-Pyrénées)

 

Mohamed Merah pourrait avoir été chercher du soutien en Belgique. Selon des informations révélées par « Le Parisien » (article payant), trois semaines avant de passer à l’acte, l’auteur des tueries de Toulouse et Montauban aurait passé une journée avec Abdelkader el-Farssaoui, alias Abou Jaber, un Marocain vivant en Belgique et interrogé par la justice belge dans le cadre d’une enquête sur une cellule djihadiste de Bruxelles.

Décrit comme l’éminence grise du groupe, Abou Jaber est un proche de Mohamed Achamlane, dit Abou Hamza, le leader du groupe terroriste niçois Forsane Alizza, démantelé peu après les tueries de Mohamed Merah. C’est par l’intermédiaire de ce dernier que le tueur de Toulouse et Montauban lui a rendu visite, selon les déclarations d’el-Farssaoui à la justice belge.

Des liens étroits entre Merah et la Belgique

Mais pourquoi Merah a-t-il fait cet étrange déplacement ? Non pas pour parler de son projet meurtrier mais pour échanger sur sa vision curieuse de l’islam, selon Abou Jaber. « Il m’a notamment dit que la première femme qu’il aurait serait une femme du paradis », assure-t-il. Merah évoque néanmoins brièvement ses voyages en Afghanistan et au Pakistan. Ce nouvel élément est d’autant plus troublant que ce n’est pas la première fois que la Belgique apparaît dans le dossier, relève « Le Parisien ».

Pas moins de 22 numéros belges ont été relevés sur les factures téléphoniques de Merah, dont l’un correspond à une prostituée bruxelloise, ex-épouse d’un caïd local. En 2006, Merah se serait également rendu dans le plat pays avec Sabri Essid, un ami toulousain condamné en 2009 pour son appartenance à une filière jihadiste irakienne. Enfin, Moez Garsallaoui, un cadre d’Al-Qaïda soupçonné d’avoir formé Merah au Pakistan, a longtemps vécu à Bruxelles, dans les années 2000 avant d’être abattu à l’automne dernier près de la frontière afghano-pakistanaise.

 

http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/l-etrange-dernier-voyage-de-mohamed-merah-29-05-2013-2845239.php

L’étrange dernier voyage de Mohamed Merah

 

Trois semaines avant de commettre ses crimes, le tueur au scooter s’est rendu en Belgique pour y rencontrer un cheikh et lui poser des questions religieuses.

 

Le Parisien | 29 Mai 2013, 07h00

 
Et si Mohamed Merah était allé chercher de l’aide… en Belgique ? C’est d’outre-Quiévrain que vient l’un des éléments les plus troublants de l’enquête ces derniers mois. Entendu dans une affaire de terrorisme à l’automne, un Marocain vivant en Belgique a assuré avoir passé une journée avec le Français seulement trois semaines avant les tueries de Toulouse (Haute-Garonne) et Montauban (Tarn-et-Garonne).

Un témoignage étonnant qui vient d’être porté à la connaissance des juges français chargés du dossier.

C’est la justice belge, saisie par les magistrats français, qui a transmis ces renseignements. En novembre, Abdelkader el-Farssaoui, alias Abou Jaber, est entendu comme témoin dans le cadre d’une enquête sur une cellule jihadiste autour de Bruxelles. Ce Marocain de 40 ans, décrit comme le « cheikh », l’éminence grise du groupe, a longtemps vécu en Espagne où il aurait été entendu après les attentats de Madrid. Il est surtout un proche de Mohamed Achamlane, dit Abou Hamza, le leader du groupe terroriste niçois Forsane Alizza, démantelé peu après les tueries de Mohamed Merah.

Selon l’audition d’El Farssaoui, c’est justement par l’intermédiaire d’Achamlane que Merah est venu lui rendre visite. « C’est Abou Hamza qui a demandé à avoir de mes nouvelles […] et me faire part que quelqu’un souhaitait me voir. Ce quelqu’un s’avérera être Mohamed Merah. […] Il voulait avoir des réponses en matière religieuse. » Merah se serait rendu à Bruxelles depuis Lille avant de rejoindre un ami d’El Farssaoui dans la banlieue de Bruxelles, puis de gagner la capitale belge. Là, « je les ai reçus chez moi, nous y avons fait la prière et bu du thé avant de nous rendre dans un restaurant ».

Une curieuse vision de l’islam

Le futur tueur au scooter, toujours selon le témoin, ne parle pas de son projet meurtrier, mais échange sur sa curieuse vision de l’islam. « Il m’a notamment dit que la première femme qu’il aurait serait une femme du paradis », assure-t-il. Merah évoque également brièvement ses voyages en Afghanistan et au Pakistan. « Il ne m’a pas communiqué de détails. Il m’a dit qu’il y est allé avec les frères. » Le Toulousain serait ensuite reparti dans la voiture de l’ami d’El Farssaoui direction la France. « Cela se situe trois semaines avant le massacre de Toulouse », affirme le Marocain aux enquêteurs. Dans son ordinateur ont été retrouvés « des photographies et du courrier relatif à Merah », selon la justice belge.

Ce nouvel élément est d’autant plus troublant que ce n’est pas la première fois que la Belgique apparaît dans le dossier. Ainsi, 22 numéros belges ont été relevés sur les factures de téléphone de Merah, dont l’un correspondait à une prostituée bruxelloise, ex-épouse d’un caïd local. Merah se serait également rendu en Belgique en 2006 avec Sabri Essid, un ami toulousain condamné en 2009 pour son appartenance à une filière jihadiste irakienne. Enfin, Moez Garsallaoui, un cadre d’Al-Qaida soupçonné d’avoir formé Merah au Pakistan, a longtemps vécu à Bruxelles, dans les années 2000 avant d’être abattu à l’automne dernier près de la frontière afghano-pakistanaise.

Par ailleurs, hier, six proches du tueur au scooter et de son frère, deux à Paris et quatre à Toulouse, ont été placés en garde à vue, soupçonnés de l’avoir assisté financièrement dans son projet terroriste.

Tentative d’attentat à Villejuif : l’enquête progresse

Sid Ahmed Ghlam a été de nouveau interrogé vendredi.

C’est une information du Parisien qu’aucun autre média n’a pour l’heure relayée.

Noter que plusieurs articles concernant cette affaire restent confidentiels, soit que les journaux les réservent à leurs abonnés, soit qu’ils les dépublient assez rapidement.

Il faut ainsi consulter la fiche Wikipédia y consacrée pour retrouver certaines des informations qui ont été publiées très tôt sur la petite amie brestoise de Sid Ahmed Ghlam, laquelle reste curieusement bien épargnée par la justice.

 

http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/la-nebuleuse-de-sid-ahmed-ghlam-10-08-2015-5000525.php

La nébuleuse de Sid Ahmed Ghlam

 

L’étudiant a commencé à lever le voile sur son entreprise terroriste, fatale à Aurélie Châtelain, le 19 avril à Villejuif. Sans pour autant livrer l’essentiel, à savoir le nom de ses commanditaires.

 

Timothée Boutry et Adrien Cadorel | 10 Août 2015, 07h00 | MAJ : 10 Août 2015, 09h17

Villejuif (Val-de-Marne). L’église Sainte-Thérèse avait été choisie comme cible d’un attentat par Ghlam (à droite) qui a raconté avoir d’abord pensé au Sacré-Cœur ou à un train.  Aurélie Châtelain, 32 ans, a été assassinée par balles à Villejuif. Paris (XIIIe), le 22 avril. La chambre de la résidence étudiante où vivait Sid Ahmed Ghlama été placée sous scellés.
Villejuif (Val-de-Marne). L’église Sainte-Thérèse avait été choisie comme cible d’un attentat par Ghlam (à droite) qui a raconté avoir d’abord pensé au Sacré-Cœur ou à un train.
Aurélie Châtelain, 32 ans, a été assassinée par balles à Villejuif.
Paris (XIIIe), le 22 avril. La chambre de la résidence étudiante où vivait Sid Ahmed Ghlama été placée sous scellés.(LP/Lucile Metout/DR.) (AFP/Raymond Truy.) (AFP/Kenzo Tribouillard.)

 
Sid Ahmed Ghlam a de nouveau été entendu par un juge d’instruction parisien vendredi matin. L’étudiant algérien de 23 ans, suspecté d’avoir voulu attaquer une église de Villejuif (Val-de-Marne)…

 

Lire la suite de cet article sur le site du Parisien en payant, ou bien à l’adresse suivante où il se trouve en accès libre :

http://www.pressreader.com/france/le-parisien-seine-saint-denis/20150810/281698318470861/TextView

 

Egalement à lire sur le site du Monde, pour ses abonnés :

 

http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2015/08/03/la-genese-du-projet-racontee-par-sid-ahmed-ghlam_4709536_1653578.html

Sid Ahmed Ghlam, entre les mailles du filet

 

LE MONDE | 03.08.2015 à 08h28 • Mis à jour le 03.08.2015 à 12h13 | Par Soren Seelow

Scellés sur la porte de la chambre de Sid Ahmed Ghlam, dans une résidence étudiante à Paris.

 

Il a longtemps gardé le silence. Puis s’est hasardé dans des explications peu vraisemblables. Confronté aux éléments du dossier, Sid Ahmed Ghlam, le principal suspect du projet d’attentat évité de justesse à Villejuif (Val-de-Marne), en avril, a finalement décidé de s’expliquer. Lors de son audition devant un juge antiterroriste, le 19 juin, il a proposé un récit très détaillé – et sans doute partiel – de la genèse de son projet.

Tout commence par un voyage en Turquie, fin octobre 2014. Le jeune homme fait l’objet depuis le printemps d’une fiche « S » – qui désigne un danger pour la « sûreté de l’Etat » – en raison de ses velléités de départ en Syrie ; il a même été convoqué pour un entretien administratif le 3 octobre. Mais son vol pour Alger, le 15 octobre, n’alerte pas les services : Ghlam est algérien et se rend régulièrement dans son pays d’origine. Ce que les policiers ignorent alors, c’est qu’il profite de ce déplacement pour rejoindre Istanbul, en Turquie, le 29 octobre. Il y restera un mois.

Ses activités sur place sont encore nébuleuses. Il dit avoir rejoint Istanbul en compagnie d’un homme rencontré en Algérie, qui lui disait avoir des contacts au sein de l’Etat islamique (EI). Dans une « maison d’accueil » de l’EI à Istanbul, un djihadiste français se faisant appeler Abu Al-Mouthana, originaire de Villepinte (Seine-Saint-Denis) lui aurait alors expliqué que son ami passerait en Syrie, mais que lui devait rentrer en France. Al-Mouthana lui aurait donné 2 000 euros pour ses « frais de retour », en lui demandant de rester en contact sur Internet.

Début…

L’accès à la totalité de l’article est protégé

 

http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2015/08/03/une-creperie-conspirative_4709534_1653578.html

La « crêperie conspirative », concentré français du djihadisme

 

LE MONDE | 03.08.2015 à 08h28 • Mis à jour le 03.08.2015 à 12h47 | Par Soren Seelow

Les complices présumés de Ghlam, suspecté d’avoir projeté un attentat à Villejuif, se rencontraient dans un snack, dont les employés sont pour la plupart connus des services de renseignement.

Sur la devanture mauve constellée de photos de paninis, une promesse : « Le goût et la qualité ». En passant la porte de cette petite crêperie des Yvelines, les policiers n’imaginaient pas tomber sur un repaire d’islamistes. C’est en démêlant les fils de l’enquête sur le projet d’attentat contre une église de Villejuif, dans le Val-de-Marne, évité de justesse en avril, qu’ils découvrent ce commerce étonnant, dont plusieurs employés font l’objet d’une fiche « S  » – pour « Sûreté de l’Etat ».

Les trois hommes mis en examen pour avoir participé à la livraison des armes destinées au principal suspect, Sid Ahmed Ghlam, se retrouvaient régulièrement dans ce petit snack, rebaptisé « crêperie conspirative » par les enquêteurs. Abdelkader J. y travaillait jusqu’à son incarcération, Farid B. y faisait des remplacements tandis…

L’accès à la totalité de l’article est protégé

 

http://www.lepoint.fr/societe/attentat-dejoue-qui-est-sid-ahmed-ghlam-l-etudiant-arrete-a-paris-22-04-2015-1923435_23.php

Attentat déjoué : qui est Sid Ahmed Ghlam, l’étudiant arrêté à Paris ?

 

Le jeune homme, que la police soupçonne d’avoir planifié un attentat et d’être lié à un meurtre, est un étudiant boursier franco-algérien de 24 ans.

 

Source AFP

Publié le 22/04/2015 à 15:40 | Le Point.fr

 

Sid Ahmed Ghlam résidait dans la chambre 310, aujourd'hui sous scellés, d'un foyer étudiant ultramoderne du 13e arrondissement de Paris.
Sid Ahmed Ghlam résidait dans la chambre 310, aujourd’hui sous scellés, d’un foyer étudiant ultramoderne du 13e arrondissement de Paris.AFP©Kenzo Tribouillard

 

Étudiant « féru d’informatique », actif sur les réseaux sociaux où il manifestait son attrait pour les terres de djihad, Sid Ahmed Ghlam était discret pour son voisinage, jusqu’à son arrestation par la police qui le soupçonne d’avoir planifié un attentat et d’être lié à un meurtre. Ce boursier franco-algérien de 24 ans, qui étudie l’informatique, résidait dans la chambre 310, aujourd’hui sous scellés, d’un foyer étudiant ultramoderne du 13e arrondissement de Paris, à quelques pas de là où il a été arrêté dimanche matin, blessé à une jambe.

« C’est la première fois qu’on entend parler de lui depuis qu’il a pris l’appartement, il n’y a eu aucun signalement, il payait son loyer normalement, dans les 200 euros par mois », a décrit une porte-parole du Crous, Constance Blanchard. Elle a évoqué une « situation pas évidente » pour les 70 étudiants et le personnel de cette résidence étudiante jaune et grise aux balcons orange, rue Julie-Victoire-Daubié, dans un quartier entièrement rénové. « Je suis un peu choqué d’apprendre ça comme ça », a témoigné un de ses voisins, Léo Coeur, étudiant de 18 ans en philosophie à Paris-I, qui a observé le déploiement policier dimanche. « Je suis inquiet, j’ai peur qu’il se passe quelque chose dans une fac parisienne », soupire-t-il.

Dans la chambre 310, outre un arsenal d’armes et des documents établissant qu’il avait planifié, selon le gouvernement, un attentat « imminent » contre « une ou deux églises », les enquêteurs ont trouvé des éléments témoignant d’une préparation minutieuse. Il semble ainsi avoir chronométré le temps que mettraient les policiers à intervenir, selon les premiers éléments de l’enquête. Une préparation qui contraste avec les conditions de son arrestation, qui semblent montrer plutôt un certain amateurisme.

« Fiche S »

Sid Ahmed Ghlam avait exprimé sur Facebook, « comme des dizaines voire des centaines d’autres, son envie de partir en Syrie » pour y mener le djihad, rapporte une source policière. Il était d’ailleurs connu des services de renseignement et faisait l’objet d’une « fiche S » de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), qui implique une surveillance discrète au nom de la sûreté de l’État. Plusieurs membres de son entourage semblent aussi avoir basculé dans l’islam radical. Mais les « vérifications sur l’environnement » de l’étudiant réalisées en 2014 et 2015 n’ont pas révélé d’éléments justifiant une enquête judiciaire, assure le gouvernement.

Son père l’avait fait venir d’Algérie en 2009, avec sa mère et ses frères et soeurs, dans le cadre du regroupement familial, selon une source proche du dossier. À Saint-Dizier (Haute-Marne), où vit la famille, des opérations de police se sont déroulées dans la partie pavillonnaire du Vert-Bois, un quartier propret et arboré, avec des maisons d’un étage collées les unes aux autres.

De nombreuses questions en suspens

Mercredi matin, les policiers de la Brigade de recherches et d’intervention (BRI) ont arrêté sa compagne, habillée d’une burqa et vraisemblablement convertie à l’islam, selon des sources proches de l’enquête. Elle résidait depuis six ou sept mois dans un petit pavillon loué dans le quartier avec deux enfants en bas âge, les volets toujours fermés. Sid Ahmed Ghlam y venait le week-end. La femme de 25 ans est « extrêmement discrète, ne faisant pas d’histoires », on ne la voyait « que lorsqu’elle allait chercher ses enfants à l’école », selon une voisine. C’était la seule femme à porter la burqa dans le quartier, ajoute-t-on dans le voisinage.

Sid Ahmed Ghlam voulait-il agir seul ou a-t-il des complices ? Quel est son lien avec le meurtre d’Aurélie Châtelain en banlieue parisienne, dans la voiture de laquelle son ADN a été retrouvé ? De nombreuses questions restaient mercredi en suspens.

 

http://www.franceinfo.fr/actu/faits-divers/article/attentat-dejoue-les-enqueteurs-cherchent-le-role-de-la-compagne-de-sid-ahmed-ghlam-671461

Attentat déjoué : que savait la compagne de Sid Ahmed Ghlam ?

 
par Rédaction de France Info jeudi 23 avril 2015 19:05

 

Tentative d'attentat à Villejuif : l'enquête progresse dans Attentats

Sid Ahmed Ghlam a été entendu par un juge © capture d’écran iTélé

 

La compagne de Sid Ahmed Ghlam nie avoir eu connaissance du projet d’attentat dont il est soupçonné. Certains éléments font croire aux enquêteurs que la jeune femme, toujours en garde à vue, en sait plus qu’elle ne le dit.

 

La compagne de Sid Ahmed Ghlam, cet étudiant algérien soupçonné d’avoir préparé un attentat dans une ou deux églises de région parisienne, et d’avoir tué une jeune femme à Villejuif, dans le Val-de-marne, a été interpellée mercredi matin, à Saint-Dizier, en Haute-Marne. Elle est toujours en garde à vue, jeudi soir, dans les locaux de la DGSI à Levallois-Perret, en région parisienne.

La jeune femme vivait recluse avec ses deux enfants, à Saint-Dizier. Lors de son interpellation, elle était vêtue d’une burqua, et a indiqué aux policiers s’être « éloignée de l’islam radical« . Elle nie avoir eu connaissance du projet d’attentat de son compagnon.

Des messages cryptés retrouvés

​Selon une source proche de l’enquête, Sid Ahmed Ghlam était en possession de deux téléphones dimanche. L’un d’eux était exclusivement destiné à appeler sa compagne. Sur l’autre, les enquêteurs ont trouvé un message envoyé au commanditaire supposé de l’attentat, basé en Syrie, dans lequel le suspect écrit son intention de se réfugier « chez Jennifer » une fois son forfait accompli.

Certains éléments laissent penser aux enquêteurs que la jeune femme en sait plus qu’elle ne le dit. Les policiers essayent actuellement de déchiffrer des clés de chiffrements, écrites sur des bouts de papier découverts à son domicile. Il pourrait s’agir de codes cryptés pour communiquer avec son compagnon.

A LIRE AUSSI ►►►Attentat déjoué : questions autour de la Syrie et d’Aulnay-sous-Bois

 

http://www.liberation.fr/societe/2015/04/24/sid-ahmed-ghlam-un-suspect-surveille-d-un-peu-trop-loin_1264926

Sid Ahmed Ghlam, un suspect surveillé d’un peu trop loin

 
Willy LE DEVIN 24 avril 2015 à 20:16

Les scellés sont posé sur la porte de la chambre d'étudiant de Sid Ahmed Glam, le 22 avril 2015 à Paris

Les scellés sont posé sur la porte de la chambre d’étudiant de Sid Ahmed Glam, le 22 avril 2015 à Paris (Photo KENZO TRIBOUILLARD. AFP)

 

DÉCRYPTAGE

Mis en examen vendredi à l’issue de sa garde à vue, le terroriste présumé de Villejuif figurait dans les fichiers de police, mais sans être sur écoute.

 

En garde à vue depuis son arrestation dimanche matin dans le XIIIème arrondissement, Sid Ahmed Ghlam, étudiant algérien de 24 ans, a été mis en examen vendredi après-midi. Il est suspecté d’avoir fomenté, sur injonctions de donneurs d’ordre pouvant se trouver en Syrie, une attaque contre deux églises à Villejuif (Val-de-Marne). La police le soupçonne également du meurtre d’Aurélie Châtelain, une professeure de fitness de 32 ans, dont il a croisé la route peu de temps avant un potentiel passage à l’acte.

 

Pourquoi est-il poursuivi ?

Sid Ahmed Ghlam a été mis en examen pour «assassinat» et «tentative d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste». L’étudiant, demeuré mutique durant ses six jours de garde à vue, n’a rien laissé filtrer d’éventuelles complicités. Les enquêteurs recherchent au moins deux personnes, en France ou en Syrie, ayant pu fournir des armes à Sid Ahmed Ghlam et l’encourager dans la commission d’un attentat. Il devait être placé en détention provisoire.

Que sait-on d’Emilie L., la compagne supposée de Sid Ahmed Ghlam ?

Agée de 25 ans, elle loue un petit pavillon à Saint-Dizier (Haute-Marne), ville où réside également la famille de l’étudiant algérien d’un an son cadet. Selon sa sœur, Angélique, «Emilie s’est convertie à l’islam il y a deux ans, pratique à fond, mais ne parle jamais de terrorisme». La jeune femme porte la burqa et vit la plupart du temps les volets clos. Interpellée par la Brigade de recherche et d’intervention (BRI) mercredi matin, Emilie L. aurait confessé en garde à vue vouloir se marier avec Sid Ahmed Ghlam. Ce qu’a démenti dans le Parisien Hind, la sœur de ce dernier : «Elle est tombée amoureuse de mon frère, mais ni lui ni nos parents n’ont voulu qu’ils se marient parce qu’elle avait déjà deux garçons de 4 et 6 ans.» Chez la jeune femme, les enquêteurs ont saisi des clés de chiffrement ayant potentiellement servi à crypter des SMS et à enregistrer des numéros de portable. Cependant, Emilie L. a été remise en liberté vendredi à l’issue de sa garde à vue.

Comment Sid Ahmed Ghlam était-il surveillé ?

La première convocation de l’étudiant en électronique par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) date du printemps 2014. Elle fait suite au signalement d’un proche. A cette époque, le jeune homme évoque son désir de rejoindre la Syrie sur Facebook. «Comme des dizaines, voire des centaines d’autres», nuance une source policière. Néanmoins, de premières vérifications sur son «environnement» sont diligentées.

Rebelote fin février 2015. Après un nébuleux voyage de dix jours en Turquie, Sid Ahmed Ghlam effectue un nouveau passage à Levallois, en banlieue parisienne. Comme de coutume, la DGSI s’enquiert des motifs du séjour. Que Ghlam justifie pour «raisons touristiques». De nouvelles vérifications sur son entourage sont exigées. Toutefois, «faute d’éléments tangibles», dixit le ministre de l’Intérieur, elles ne donnent lieu à l’ouverture d’aucune procédure judiciaire. Sur le plateau du 20 heures de TF1, mercredi soir, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a ainsi assuré «que la DGSI avait fait tout ce qu’elle devait faire».

Que signifie la fiche «s» dont sid ahmed ghlam faisait l’objet ?

Cette fiche «S», pour «sûreté de l’Etat», est l’une des 21 sous-catégories du plus ancien fichier de police : le Fichier des personnes recherchées (FPR) crée en 1969. Il comporterait actuellement 400 000 noms, allant du grand banditisme aux évadés de prison. La fiche «S», elle, est réservée aux individus menaçant potentiellement la sécurité nationale. Une notion juridique relativement floue, permettant aux services de renseignements de ratisser très large. Y figurent bien entendu les aspirants terroristes, mais aussi tout une flopée de militants antinucléaires, d’activistes politiques (anti-G20, zadistes), de hooligans et de membres de groupuscules d’extrême droite. Selon le journal Sud Ouest , qui a accédé à un chiffre convoité, 5 000 personnes étaient répertoriées dans le fichier «S» en 2012. «C’est une donnée intéressante car, en matière d’antiterrorisme, rien ne circule au nom du secret défense», explique l’universitaire Pierre Piazza.

La fiche «S» comporte seize échelons de dangerosité. Sid Ahmed Ghlam était au niveau 13. Mohammed Merah, le tueur de Toulouse, était, lui, au niveau 5, car jugé encore plus dangereux. Un échelon qui implique de signaler les passages à la frontière de l’individu, mais pas de fouiller ses bagages, ni de le surveiller sur le territoire français. «Il ne faut pas perdre de vue que la fiche « S » est un dispositif de signalement. Il n’oblige ni écoute administrative,ni arrestation automatique», rappelle François-Bernard Huyghe, directeur de recherche à l’Institut de relations internationales et stragiques (Iris).

a ecouter
00:00
02:02
  • Comment Sid Ahmed Ghlam était-il surveillé ?

    Avec Willy le Devin au micro de Lina El Arabi

    02:02

Willy LE DEVIN

 

http://lci.tf1.fr/france/faits-divers/qui-est-emilie-l-l-intrigante-copine-de-sid-ahmed-ghlam-8599344.html

Qui est Emilie L., l’intrigante « copine » de Sid Ahmed Ghlam ?

Michel Veron par

le 24 avril 2015 à 11h34 , mis à jour le 24 avril 2015 à 13h50.

A lire aussi

Attentat évité : trois personnes en garde à vue

Attentat évité : trois personnes en garde à vue
 
Faits divers

Convertie à l’islam il y a 2 ans, Emilie L., une proche de Sid Ahmed Ghlam, a été relâchée ce vendredi à l’issue de sa garde à vue. Les enquêteurs ont tenté de déterminer son rôle éventuel dans la préparation de l’attentat évité.

empty dans Crime

Cinq jours après l’arrestation fortuite de Sid Ahmed Ghlam, suspecté d’avoir voulu attaquer des églises de la région parisienne, la police s’est interrogée sur le rôle précis qu’a pu jouer Emilie L., une jeune musulmane de 25 ans. Convertie depuis deux ans seulement, cette jeune mère de 2 enfants vit dans la même commune que les parents de Sid Ahmed Ghlam, à Saint-Dizier, en Haute-Marne.

Elle a été interpellée mercredi matin à son domicile, offrant au passage un torrent d’insultes aux officiers venus la cueillir. Elle a depuis été conduite à Paris, dans les locaux de la Section anti-terroriste de la Brigade criminelle de Paris pour être interrogée avant d’être relâchée libre, sans charges, ce vendredi.

Les enquêteurs savent que l’étudiant algérien et son amie communiquaient de manière très discrète. Ils avaient chacun un portable spécifiquement réservé à leurs échanges. Des échanges, qui plus est, cryptés. Lors de la perquisition de l’appartement de Emilie L., rebaptisée Jennifer dans le répertoire de Ghlam, les policiers ont découvert des « clés de chiffrement », c’est-à-dire le code qui permet de décrypter leurs messages.

De mystérieuses visites à la tombée de la nuit

La nature précieuse de leur relation n’est d’ailleurs pas très claire. Selon la sœur de Sid Ahmed Ghlam, elle l’aurait rencontré par son intermédiaire. « C’était mon ex-copine. Je l’ai rencontrée à la mosquée, mais je ne lui parle plus depuis un an et demi. Mais avant ça, elle voulait se marier avec lui, mais ça ne marchait pas. Il n’a pas voulu ». Face aux enquêteurs, la jeune femme nie également une quelconque liaison avec l’assassin présumé d’Aurélie Châtelain.

Quoi qu’il en soit, la jeune femme était-elle au courant de la tentative d’attentat ? Selon Libération, Sid Ahmed Ghlam avait apparemment prévu de se cacher chez elle après l’attaque. Ce qu’elle dément. Mais de nombreuses questions sur cet appartement taraudent encore les enquêteurs. Selon les voisins d’Emilie L., ses volets étaient en permanence fermés. D’après Le Parisien, la jeune femme y vivait cloitrée et ne sortait que pour amener et récupérer ses enfants à l’école.

Des trajets que le voisinage avait remarqué car Emilie L. était toujours vêtue d’une burqa. Une voisine s’étonne même de n’avoir jamais vu son regard. Une autre, qui a eu le privilège de voir son visage une fois, assure que « c’est une belle poupée ». Encore plus intriguant, son voisinage confie avoir vu des hommes à la nuit tombée rendre visite à plusieurs reprises à la jeune femme.

Plus de vidéos

 

 

http://france3-regions.francetvinfo.fr/champagne-ardenne/haute-marne/emilie-lechat-boizumeau-l-amie-de-sid-ahmed-ghlam-est-rentree-chez-sa-soeur-712053.html

Emilie Lechat-Boizumeau, l’amie de Sid Ahmed Ghlam, est rentrée chez sa soeur

 

Interpellée mercredi dernier à Saint-Dizier dans le cadre de l’enquête sur Sid Ahmed Ghlam, son amie est rentrée en Haute-Marne, chez sa sœur, à Bettancourt-la-Ferrée. Elle a été laissée libre.

  • LG
  • Publié le 25/04/2015 | 10:52, mis à jour le 28/07/2015 | 09:43

 

© France 3 Champagne-Ardenne© France 3 Champagne-Ardenne

Escortée par la police, elle est rentrée chez sa sœur à Bettancourt-la-Ferrée (Haute-Marne) en fin de journée.

 

http://france3-regions.francetvinfo.fr/champagne-ardenne/haute-marne/saint-dizier/saint-dizier-le-domicile-d-emilie-lechat-boizumeau-l-amie-de-sid-ahmed-ghlam-ete-cambriole-712603.html

Saint-Dizier : le domicile d’Emilie Lechat-Boizumeau, l’amie de Sid Ahmed Ghlam à été cambriolé

 

Selon nos informations, le domicile d’Emilie Lechat-Boizumeau, l’amie de Sid Ahmed Ghlam à été cambriolé samedi soir vers 21 heures. La police scientifique a effectué ce samedi soir les premières constatations.

  • LG
  • Publié le 26/04/2015 | 12:16, mis à jour le 28/07/2015 | 09:43

© France 3 Champagne-Ardenne© France 3 Champagne-Ardenne

Dans l’affaire de l’attentat déjoué à Paris, Emilie Lechat-Boizumeau avait été entendue par les services de police. Elle avait été laissée libre vendredi soir et était rentrée samedi à Bettancourt-la-Ferrée, au domicile de sa sœur. Son logement du quartier du Vert-Bois de Saint-Dizier avait été perquisitionné en début de semaine par les enquêteurs.

 

http://www.jhm.fr/departement/actualites/21956-affaire-sid-ahmed-ghlam-la-maison-d-emilie-lechat-boizumeau-cambriolee

 

Selon nos informations, samedi soir, entre 20 h et 21 h, la maison d’Emilie Lechat-Boizumeau a été cambriolée. Vers 21 h 30, la police nationale était présente sur place : des policiers scientifiques ont procédé aux premiers relevés de l’enquête. Mercredi, la maisonnette, située avenue de la Cornée-Renard, avait été perquisitionnée par des policiers parisiens de la Brigade de recherche et d’intervention (BRI). Interpellée, Emilie Lechat- Boizumeau a passé 48 heures en garde à vue. Relâchée, elle a été reconduite au domicile de sa soeur, à Bettancourt-la-Ferrée, samedi. [...] Cet article en intégralité ainsi que d’autres révélations exclusives sur l’affaire dans votre JHM de ce 27-04-15

 

Publié le lundi 27 avril 2015

 

http://www.lavoixdunord.fr/region/caudry-la-legion-d-honneur-demandee-pour-aurelie-ia14b45240n2981000

Caudry : la Légion d’honneur demandée pour Aurélie Châtelain, l’enquête avance

 

Publié le 07/08/2015

DAVID LAURENCE

Le dossier de demande de la Légion d’honneur à titre posthume pour Aurélie Châtelain, tuée à Villejuif le 19 avril, a été envoyé au ministère de l’Intérieur par la ville de Caudry. Des informations publiées cette semaine par Le Monde laissent espérer à Guy Bricout, maire, que cette demande sera reçue favorablement.

 

À Caudry, on attend toujours des réponses concernant le meurtre d’Aurélie Châtelain.VDNPQR

 

« Toujours est-il que ce meurtre, apparemment non prémédité, a fait dérailler un scénario écrit depuis plusieurs semaines. » C’est là une des conclusions du journal Le Monde qui a eu accès au dossier d’instruction concernant l’enquête de l’attentat raté dans une église de Villejuif le 19 avril dernier et celle du meurtre d’Aurélie Châtelain, une Caudrésienne qui ce jour-là, devait entamer une formation dans cette même ville.

Sid Ahmed Ghlam, interpellé dans le cadre de cette enquête, a en effet parlé. Ce même 19 avril, il avait appelé les secours indiquant qu’on lui avait tiré dessus. L’homme âgé de 24 ans était effectivement blessé à une jambe. Mais rapidement, les enquêteurs avaient mis au jour un projet d’attentat dans une église de Villejuif et avaient fait le lien avec le meurtre d’Aurélie Châtelain, dont le corps avait été retrouvé, dans sa voiture, à Villejuif.

Dans ses déclarations au juge antiterroriste, Sid Ahmed Ghlam attribue ce meurtre à un complice qui aurait été avec lui sur place le matin du 19 avril. Le terroriste présumé indique également que c’est accidentellement que son complice aurait tué la jeune femme, la sécurité de l’arme étant « partie toute seule ». Et lui, raconte-t-il encore, se serait alors volontairement tiré une balle dans la jambe, afin de se rendre à la police. Une version que les enquêteurs estiment peu crédible, ces derniers pensent toujours qu’il s’est blessé accidentellement. Au moment du meurtre d’Aurélie Châtelain ? L’enquête devra l’établir. Reste que s’il ne s’était pas tiré cette balle dans la jambe, ce dimanche 19 avril, tout porte à croire qu’il serait passé à l’acte.

Il en avait en tout cas reçu l’instruction écrite, deux jours avant, toujours selon les documents que s’est procurés Le Monde. C’est pour cela que sitôt le lien établi entre le meurtre de la Caudrésienne et l’attentat raté, Guy Bricout, maire, avait fait savoir qu’il demanderait la Légion d’honneur à titre posthume pour celle qui avait été durant un mandat conseillère municipale à ses côtés. « Le dossier est parti, notamment au ministère de l’Intérieur », indique aujourd’hui l’élu. Qui espère qu’à la lumière des déclarations de Sid Ahmed Ghlam, « une réponse favorable sera donnée ».

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Sid_Ahmed_Ghlam

Affaire Sid Ahmed Ghlam

44px-Ambox_currentevent.svg dans Folie
Cet article ou cette section est lié à une affaire judiciaire en cours.
Le texte peut changer fréquemment, n’est peut-être pas à jour et peut manquer de recul. N’oubliez pas que, dans nombre de systèmes judiciaires, toute personne est présumée innocente tant que sa culpabilité n’a pas été légalement et définitivement établie.
N’hésitez pas à participer ni à citer vos sources.
→  Dernière modification de cette page le 3 août 2015 à 17:09.

L’affaire Sid Ahmed Ghlam, est une enquête menée sur un étudiant algérien, islamiste radical1, mis en examen dans le cadre du meurtre ou de l’assassinat d’Aurélie Châtelain et d’acte de terrorisme commis au nom de l’islam2.

Sommaire

Biographie du mis en examen

Sid Ahmed Ghlam
Données clés
Alias
Djillali
Naissance 1991 (24 ans)
Tiaret, dans la région d’Oran, Algérie
Nationalité Drapeau : Algérie Algérienne
Pays de résidence France
Formation
étudiant en informatique

modifier Consultez la documentation du modèle

Sid Ahmed Ghlam (arabe : سيد أحمد غلام), surnommé Djillali, est né à Tiaret, dans la région d’Oran, Algérie en 19913.

Il arrive avec sa famille en 2001 à Saint-Dizier et retourne en Algérie en 2003 faute de papiers en règle. Il y passe son baccalauréat en 2010 et retourne en France la même année4 dans le cadre du regroupement familial5. La presse indique qu’il a été étudiant de 2010 à 2012 à l’école d’informatique SUPINFO à Paris et la quitte au bout de sa deuxième année6. Cependant SUPINFO n’est pas en mesure de confirmer cette information du fait qu’il existe des risques d’homonymie, seul le nom de l’individu ayant été divulgué7.

Il séjourne en 2013 et 2014 dans le quartier Croix-Rouge, à Reims. Le domicile de Saïd Kouachi, le tueur de Charlie Hebdo, se trouve alors à quelques dizaines de mètres. La police évoque des liens possibles entre Sid Ahmed Ghlam et la « bande des Buttes Chaumont« 8,9.

En février 2014, il passe une semaine en Turquie. Il est placé en garde à vue à son retour. Selon le procureur de Paris, aucun élément ne permet de « justifier l’ouverture d’une information judiciaire ». Il est néanmoins l’objet d’une fiche des renseignements français notamment pour « velléité de départ en Syrie ». Cette « fiche S » (« Sûreté de l’État ») implique son placement sous surveillance policière « sans attirer l’attention »10.

Au printemps 2014, son petit frère de 9 ans signale à sa maîtresse « que son frère se radicalisait ». Celle-ci prévient la police 11. Des écoutes téléphoniques menées à la suite, probablement en 2014 et 2015, n’ont rien révélé ; ce que le Ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve justifie par le fait que « les moyens technologiques utilisés (…) sont de plus en plus sophistiqués »12.

Depuis septembre 2014, il est inscrit à l’université Pierre-et-Marie-Curie. Il ne participe ni au cours ni au TD. L’université a engagé une procédure contre lui pour falsification de note13. L’UNEF est accusé par le Canard Enchaîné, qui cite une source ministérielle, d’avoir aidé Sid Ahmed Ghlam. L’UNEF rétorque que « Ghlam indique qu’il a été boursier échelon 6 (correspondant à une aide de 4 768 euros par an)… Ses demandes de logement ont fait l’objet d’un traitement prioritaire »14.

Le suivi initié en 2014 depuis l’alerte à la radicalisation de Sid Ahmed Ghlam n’a rien donné. C’est « parce que la nouvelle menace terroriste qui plane sur la France se caractérise par des techniques de dissimulation que les services secrets peinent à contrer. Cette technique a même un nom, la taqiya »15.

Le 15 octobre il se rend en Algérie, ce qui n’inquiète pas les services de renseignement, puisqu’il emprunte régulièrement cette destination pour ce rendre dans sa nation d’attachement. Depuis l’Algérie, le 29 octobre, il se rend à Istanbul, en Turquie, où il reste un mois. On lui paye alors des «frais de retour» (2000 euros), en échange de contreparties à venir16.

En 2015, il habite dans une résidence étudiante, rue Julie-Daubié à proximité de la Bibliothèque nationale de France, dans le 13e arrondissement de Paris. Le weekend, il rejoint sa famille dans le quartier sensible du Vert-bois à Saint-Dizier. Selon les médias, certains de ses proches à Saint-Dizier se sont rapprochés des thèses de l’islam radical17. Son frère et sa belle-sœur appartiendraient à la mouvance Tabligh18.

Selon François Molins, procureur de la République, au moment de son arrestation, il « était en contact avec une autre personne pouvant se trouver en Syrie avec laquelle il échangeait sur les modalités de commission d’un attentat, ce dernier lui demandant explicitement de cibler particulièrement une église »19.

Au début du mois d’avril, son « contact lui fournit des indications pour se procurer des armes. Il se rend à Aulnay-sous-Bois 20 et dans le coffre d’une voiture garée dans la rue, il récupère les armes et les gilets pare-balles ».

Il effectue des repérages autour des deux principales églises de Villejuif : l’Église Saint-Cyr-Sainte-Julitte au centre ville et l’Église Sainte-Thérèse au nord21. Selon l’historien Camille Pascal, cette ville au nom symbolique n’aurait pas été choisie au hasard et lui permettait de cibler deux religions en même temps22.

Le samedi 18 avril, « Sid Ahmed Ghlam reçoit plusieurs nouveaux messages l’incitant « fortement » à passer à l’acte »23. Toujours selon le procureur, le dimanche 19 avril, tôt le matin, il tente de voler la voiture d’Aurélie Châtelain à Villejuif. Celle-ci est tuée d’une balle dans le cœur et il aurait ensuite brûlé la voiture, qui contenait le corps de la jeune femme, avant de regagner le 13e arrondissement.

Le dimanche 19 avril 2015, il préparait à l’heure de la messe un attentat contre les deux églises qu’il avait repérées. D’après le curé de Saint-Cyr-Sainte-Julitte, il y aurait eu « un carnage » car l’église accueille 300 personnes le dimanche24,25.

À 8 h 50, il appelle le SAMU car il est blessé gravement à la hanche et à la rotule par deux balles. Selon les enquêteurs, il se serait lui-même blessé au cours de la tentative de vol du véhicule. Interrogé par la police il évoque un règlement de comptes. La police remonte les traces de sang et arrive à son véhicule, une Renault Mégane dans laquelle elle trouve un gyrophare, un fusil d’assaut Kalashnikov et un revolver. Les enquêteurs perquisitionnent son domicile et trouvent trois Kalashnikov supplémentaires, des gilets pare-balles26, un minutage précis entre les églises ciblées et les commissariats les plus proches. Il est placé en garde à vue et hospitalisé à l’Hôtel-Dieu 27. La garde à vue est prolongé au maximum prévu dans les cas de risque d’attentat maximum.

Victime

Aurélie Châtelain était mère d’une fille de cinq ans. Elle avait 32 ans. Elle était originaire de Caudry. Elle a été retrouvée carbonisée dans sa voiture à Villejuif après avoir été tuée par balle. Les enquêteurs pensaient initialement que le motif du meurtre était une tentative de vol de la voiture28. Après coup, ils supposent plutôt que Sid Ahmed Ghlam aurait voulu tuer Aurélie car il « la suspectait d’être un agent du renseignement. Il aurait été intrigué par la présence de cette voiture, au milieu de la rue, et de cette femme assise sur le siège passager avec un ordinateur portable sur les genoux28. »

Elle était professeur de fitness et ancienne membre du conseil municipal de Caudry. Elle allait participer à un stage à Villejuif pour se perfectionner dans son métier en prenant des cours de pilates29,30.

Le dimanche 26 avril 2015, 3.000 personnes ont participé à une marche blanche dans sa ville d’origine, Caudry31.

Tandis que sa meilleure amie la considère comme une « héroïne », Guy Bricout, le maire de Caudry, suggère que « le décès d’Aurélie avait permis de sauver des vies »32 et demande qu’elle soit décorée de la Légion d’honneur à titre posthume33. Sa fille aura le statut de Pupille de la Nation34.

Version de Sid Admed Ghlam

D’après ses avocats : « Il a reconnu avoir été à Villejuif le 19 avril 2015 en présence d’un autre individu. Il conteste en revanche toute responsabilité dans la mort d’Aurélie Châtelain et a également affirmé avoir fait ce qu’il fallait pour empêcher la commission d’un attentat ce jour-là » . il ne donne pas plus de détail sur cet autre individu35.

L’un des avocats de la famille d’Aurélie Châtelain, Antoine Casubolo Ferro, réfute cette version« «Il faut qu’il en dise plus, car pour l’instant la réalité du dossier ne correspond pas du tout à ses déclarations … Il faut qu’il s’explique sur toutes les preuves et les traces qui donnent la certitude qu’il a été en contact avec Aurélie Châtelain »36.

Commanditaire et complicités

Présumés complices

Sid Admed Ghlam ne semble pas être un loup solitaire. En plus du fait qu’il possédait trop d’armes pour un seul homme37, les enquêteurs ont trouvé que « Sid Ahmed Ghlam reçoit en effet l’ordre de passer à l’acte, même seul, même si « il » ne le rejoint pas ». Ils recherchent activement ce « il »38.

Commanditaire, complices et implication

Les armes ont été récupérées dans une voiture volée de marque Renault Mégane stationnée sur une place de stationnement de la commue d’Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis.

Le terroriste a ensuite récupéré une seconde voiture, de marque BMW 318, dans un garage de Pierrefitte-sur-Seine (toujours en Seine-Saint-Denis) où opérait ses complices Vega (Macreme A.) et Thomas (Thomas M.). Ils ont été en Syrie début 2015. Ces deux complices ont été endoctrinés par Fabien Clain, un toulousain né sur l’île de la Réunion qui est aussi le fondateur du « clan des Belphégor » dans le quartier toulousain du Mirail. Fabien Clain était également un proche d’Olivier Corel, surnommé « l’Emir blanc », qui organisait des réunions dans sa ferme à Artigat, cellule très liée au terrorisme djihadiste.

Rabah B., connu sous le surnom de « le Kabyle », est supposé avoir livré les armes cachées dans la voiture Mégane48.

Compagne du mis en examen

35px-Fairytale_no.svg
La pertinence du contenu de cet article est remise en cause. (2 mai 2015)
Considérez le contenu de cet article avec précaution. Discutez-en ou améliorez-le !

Émilie Lechat-Boizumeau49, blonde aux yeux bleus, est élevée dans une famille catholique. Elle effectue toute sa scolarité à Brest. Elle obtient à Vannes, un BEP dans la restauration. Elle a deux garçons à 19 puis 21 ans 50. Elle se marie à un Brestois du quartier sensible de Pontanézen. Son mari est « connu des services de police pour des faits de grande délinquance », et se serait converti à l’islam pendant une peine effectuée à la prison Brestoise de l’Hermitage 51. Elle se convertit alors aussi à l’Islam à 22 ans. Elle adopte la burqa comme une quinzaine de femmes de Pontanézen. Rachid Abou Houdeyfa, l’imam salafiste de la mosquée du quartier déclare qu’il ne la connait par car « Les gens qui sombrent dans l’islam radical ne nous fréquentent pas. Ils ne supportent pas certains prêches ». Cet imam prône pourtant le port obligatoire de la burqa pour toutes les femmes52.

Émilie part alors à Saint-Dizier. Son nouveau compagnon à un frère arrêté en 2014 en Belgique pour possession d’armes de guerre. Sid Ahmed Ghlam devient son compagnon un peu plus tard «  mais Aouali, la mère de Sid Ahmed, avait refusé qu’ils se marient, raconte un ami. Parce qu’elle est plus âgée que lui et qu’elle avait déjà été mariée »  3.

En février 2015, elle se présente entièrement voilée dans une grande surface de Gouesnou. Ce qui provoque l’intervention de la gendarmerie 53.

Le 22 avril 2015, elle est arrêtée à Saint-Dizier. Les voisins parlent d’elle comme d’une femme discrète, convertie à l’islam radical, qui ne sort de chez elle que pour aller chercher ses enfants à l’école en burqa. Les volets de sa maison sont toujours clos. C’est la seule femme en burqa du quartier sensible du Vert-Bois à Saint-Dizier. Le voisinage « confie avoir vu des hommes à la nuit tombée rendre visite à plusieurs reprises à la jeune femme » 54,55. Les enquêteurs disposent de trois éléments à charge :

  • Elle possédait des clés de chiffrement permettant d’échanger des messages cryptés.
  • Sid Ahmed Ghlam possédait un deuxième téléphone dédié uniquement à l’appeler.
  • Un des dernier SMS qu’il ait envoyé à son contact syrien était « Après le coup, j’irai me refugier chez Jennifer ». Jennifer est le nom d’Émilie Lechat-Boizumeau dans le répertoire de Sid Ahmed Ghlam 56.

Le 24 avril 2015, elle sort libre de sa garde à vue sans être mise en examen.

Réactions

Selon Bernard Bajolet le 22 avril , le Directeur général de la sécurité extérieure, ses hommes ont déjoué six attentats depuis le début 2015, cependant, le lendemain, Manuel Valls parle de cinq attentats déjoué y compris celui-ci . L’attaque planifiée ici serait le septième attentat évité57. 20 minutes note l’importance de la communication gouvernementale, en plein débat sur la Loi Renseignement, au sujet d’un évènement qui, de l’avis d’un officier de la DGSI, montre les failles des services de renseignement58.

Evènements potentiellement liés

Dans la nuit du 23 au 24 avril 2015, un incendie volontaire ravage la salle de prière musulmane de Pargny-sur-Saulx dans la Marne, La sœur de Sid Ahmed Ghlam y donnait des cours59,60.

Notes et références

  1. http://videos.tf1.fr/infos/2015/projet-d-attentat-imminent-dejoue-un-islamiste-radical-dangereux-8598035.html [archive]
  2. http://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/2015/04/25/video-attentats-dejoues-paris-sid-ahmed-ghlam-mis-en-examen-712155.html [archive]
  3. a et b http://www.parismatch.com/Actu/Societe/Les-deux-visages-de-Sid-Ahmed-Ghlam-754406 [archive]
  4. AFP, « Attentat «évité»: Sid Ahmed Ghlam, un étudiant attiré par le jihad », Libération,‎ 22 avril 2015 (lire en ligne [archive]).
  5. Benjamin Hue, « Attentat déjoué à Paris : qui est Sid Ahmed Ghlam, l’islamiste interpellé dimanche ? », rtl.fr,‎ 22 avril 2015 (lire en ligne [archive]).
  6. Avec Paule Gonzales et Jean-Marc Leclerc, « Qui est le suspect qui s’apprêtait à commettre un attentat près de Paris ? – Projet d’attentat à Paris : ce que l’on sait du suspect », lefigaro.fr,‎ 22 avril 2015 (lire en ligne [archive]).
  7. D’après le communiqué de presse de SUPINFO International University du 25 Avril 2015.
  8. La Rédaction avec Reuters, « La police soupçonne des connexions entre Sid Ahmed Ghlam et les frères Kouachi », lci.tf1.fr,‎ 28 avril 2015 (lire en ligne [archive]).
  9. Le retour des Buttes-Chaumont – Sid Ahmed Ghlam lié aux frères Kouachi ? [archive]
  10. Le Monde : La police déjoue fortuitement un projet d’attentat à Paris [archive]
  11. france info le 19 mai 2015 [archive]
  12. Constance Longobardi, « Attentat de Villejuif : Sid Ahmed Ghlam avait été dénoncé par son petit frère » [archive], sur Le Figaro,‎ 19 mai 2015
  13. Reportage i-télé, le 23 avril 2015
  14. L’UNEF dément avoir aidé le suspect des attentats déjoués en Ile-de-France à se loger [archive]
  15. RTL, Georges Brenier et Julien Quelen publié le 20/05/2015 [archive]
  16. http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2015/08/03/la-genese-du-projet-racontee-par-sid-ahmed-ghlam_4709536_1653578.html [archive] Sid Ahmed Ghlam, entre les mailles du filet LE MONDE | 03.08.2015 Par Soren Seelow
  17. France/Monde | Sid Ahmed Ghlam un étudiant féru d’informatique [archive]
  18. Le monde 23 avril 2014 [archive]
  19. Attentat déjoué à Paris : des documents liés à l’État islamique retrouvés [archive], Le Point.
  20. Emission C dans l’air du 23 avril 2015
  21. « Sid Ahmed Ghlam avait fait des repérages autour des églises [archive] », sur www.leparisien.fr.
  22. « Une église à Villejuif » [archive], Valeurs Actuelles, 30 avril 2015.
  23. « Attentat déjoué : Sid Ahmed Glham a récupéré ses armes dans un véhicules en banlieue [archive] », sur le www.leparisien.fr.
  24. « Attentat déjoué à Villejuif: « On a évité un carnage… » » [archive], sur L’Est-Éclair,‎ 22 avril 2015
  25. « Projet d’attentat à Villejuif : « On a évité un carnage » confie le curé » [archive], sur Midi libre,‎ 22 avril 2015
  26. Attentat déjoué à Paris : qui est Sid Ahmed Ghlam, l’islamiste interpellé dimanche ? [archive]
  27. Paris police arrest man planning attacks on church service after he shot himself – Telegraph [archive]
  28. a et b « Pourquoi Sid Ahmed Ghlam a-t-il tué Aurélie Châtelain ? [archive] », Francetvinfo.fr, publié le 23 avril 2015.
  29. « Aurélie Châtelain, 32 ans, victime du terrorisme [archive] », Le Figaro, le 22 avril 2015.
  30. « Meurtre d’Aurélie Châtelain à Villejuif : la ville de Caudry assommée [archive] », La Voix du Nord, le 20 avril 2015.
  31. Attentat déjoué : des complices présumés de Sid Ahmed Ghlam placés en garde à vue [archive], publié sur 24matins.fr.
  32. « La meilleure amie d’Aurélie Châtelain témoigne: « Pour moi, c’est une héroïne » » [archive], sur La Voix du Nord,‎ 22 avril 2015
  33. « La légion d’honneur pour Aurélie Châtelain » [archive], sur Le Figaro,‎ 22 avril 2015
  34. « Obsèques d’Aurélie Châtelain, sa fille devient pupille de la Nation » [archive], France-Info, 29 avril 2015.
  35. Sid Ahmed Ghlam affirme avoir «empêché» l’attentat de Villejuif [archive]
  36. Les avocats d’Aurélie Châtelain accablent Sid Ahmed Ghlam – 20minutes.fr [archive]
  37. « Attentat déjoué près de Paris : le point sur l’enquête [archive] » sur www.lefigaro.fr.
  38. « Les enquêteurs sur le piste de connections Ghlam-Kouachi [archive] » sur www.europe1.fr.
  39. Terrorisme : les chrétiens refusent de vivre dans la peur [archive]
  40. un complice de Sid Ahmed Ghlam aurait obéi à un commanditaire, RTL, le 30 avril 2015 [archive]
  41. prison-ferme-pour-les-braqueurs-du-magasin-aldi [archive]
  42. RTL, Attentat déjoué à Paris : la piste de la complicité se précise dans le dossier Sid Ahmed Ghlam [archive]
  43. Attentat déjoué à Villejuif : un complice mis en examen, TF1, le 30 avril 2015 [archive]
  44. « Villejuif : l’enquête se resserre sur les complicités de Ghlam [archive] », Le Point.
  45. « Projet d’attentat à Villejuif : 3 personnes suspectées complices de Sid Ahmed Gham en garde à vue [archive] » sur www.metronews.fr.
  46. Deux complices présumés de Sid Ahmed Ghlam arrêtés – Libération [archive]
  47. Villejuif : quel rôle ont pu jouer les complices présumés de Sid Ahmed Ghlam ? – L’Obs [archive]
  48. http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2015/08/03/sur-la-piste-des-commanditaires-de-l-attentat-dejoue-de-villejuif_4709532_1653578.html [archive] Sur la piste des commanditaires de l’attentat manqué de Villejuif LE MONDE 03.08.2015 Par Soren Seelow
  49. le Journal de la Haute-Marne – 26 avr. 2015 [archive]
  50. Sid Ahmed Ghlam, un suspect surveillé d’un peu trop loinWILLY LE DEVIN, 24 AVRIL 2015 [archive]
  51. Le Télégramme [archive]
  52. Prisons bretonnes. Mieux encadrer l’islam 3 novembre 2012/ Didier Déniel [archive]
  53. Attentats déjoués. La radicalisation d’une Brestoise ex amie de Ghlam [archive]
  54. http://lci.tf1.fr/france/faits-divers/qui-est-emilie-l-l-intrigante-copine-de-sid-ahmed-ghlam-8599344.html [archive]
  55. Attentat déjoué : qui est Sid Ahmed Ghlam, l’étudiant arrêté à Paris ? – Le Point [archive]
  56. http://www.franceinfo.fr/actu/faits-divers/article/attentat-dejoue-les-enqueteurs-cherchent-le-role-de-la-compagne-de-sid-ahmed-ghlam-671461 [archive]
  57. EN DIRECT. Attentats déjoués à Paris: « nous sommes toujours sous la menace terroriste », déclare François Hollande | www.francesoir.fr [archive]
  58. 20 minutes : Attentat «déjoué»: Pourquoi le gouvernement a si bien huilé la com’ [archive]
  59. Incendie volontaire d’une salle de prière musulmane dans la Marne : 5 personnes mises en examen [archive]
  60. Incendie d’une salle de prière musulmane dans la Marne : 5 suspects présentés à un juge – Société – MYTF1News [archive]

Annexes

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Merah, Kouachi, Coulibaly, Ghlam : même groupe, même combat

Tout compte fait, mon Chinois de Thaïlande avait bien raison de s’inquiéter ces derniers jours : Sid Ahmed Ghlam, l’homme aux trois avocats dont la petite amie brestoise est toujours libre comme l’air a bien commencé à parler au juge le 19 juin dernier, tandis que son ordinateur l’avait déjà trahi.

Les enquêteurs soupçonnent aujourd’hui Fabien Clain, un Toulousain d’origine réunionnaise proche des frères Mohammed et Abdelkader Merah, d’avoir commandité son attentat manqué à Villejuif depuis la Syrie où il se trouve.

On apprend également qu’Aurélie Châtelain aurait été tuée pour avoir été soupçonnée d’être un agent de renseignement.

Notons par ailleurs qu’à l’égal de Josette Brenterch du NPA de Brest et de ses complices les cybercriminels Pascal Edouard Cyprien Luraghi, NEMROD34 et autres « déconnologues », celui qui apparaît désormais comme l’un des chefs du djihadisme français s’était plaint en 2013 d’être « diffamé » par la diffusion d’informations pertinentes le concernant.

Curieusement, selon une information exclusive de 20minutes.fr du 5 juin 2013, Fabien Clain avait décidé d’attaquer France Télévisions en diffamation pour cette diffusion très précisément ce 5 juin 2013.

Rappelons que la rixe ayant conduit à la mort très médiatisée du jeune Brestois Clément Méric s’était produite le même jour, dans l’après-midi.

 

http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2015/08/03/sur-la-piste-des-commanditaires-de-l-attentat-dejoue-de-villejuif_4709532_1653578.html

Attentat manqué de Villejuif : sur la piste des commanditaires

 

LE MONDE | 03.08.2015 à 08h28 • Mis à jour le 03.08.2015 à 13h12 | Par Soren Seelow

 

Devant l'église Saint-Cyr-Sainte-Julitte, à Villejuif (Val-de-Marne), le 26 avril, une semaine après l'attentat raté de Sid Ahmed Ghlam.

 

L’enquête a débuté comme un gag. Au bout du fil, un apprenti terroriste un peu maladroit vient de se tirer une balle dans la jambe :

« Le SAMU de Paris, bonjour !

– Oui, bonjour, au secours…

– Vous êtes sur la voie publique, monsieur ?

– Oui, sur la voie publique… Ahhh ! (…) J’suis dehors là. Ils ont tiré dans mon pied…

– Tiré dans vos pieds ! Avec.. avec une arme, monsieur ? »

Quelques minutes plus tard, la police découvre le blessé gisant sur le trottoir au pied de sa résidence étudiante, dans le 13e arrondissement de Paris : Sid Ahmed Ghlam, un étudiant algérien de 24 ans. Tandis qu’il est emmené à l’hôpital, les policiers remontent une trace de sang jusqu’à sa voiture. A l’intérieur, une kalachnikov, deux armes de poing, un gilet pare-balles et des documents manuscrits sur un projet d’attentat. Dans sa chambre, ils mettent la main sur trois autres kalachnikov et trois gilets pare-balles. L’analyse du matériel informatique confirme leurs inquiétudes : le jeune homme envisageait, comme il l’a reconnu par la suite, d’attaquer une église de Villejuif, dans le Val-de-Marne, le matin même, le dimanche 19 avril.

L’attentat n’a jamais eu lieu. Dans des circonstances qui restent à éclaircir, une jeune femme, Aurélie Chatelain, a été tuée dans sa voiture, garée à quelques centaines de mètres de l’église Sainte-Thérèse de Villejuif. Sid Ahmed Ghlam attribue ce meurtre à un complice, mais l’ADN de la victime a été retrouvé sur sa manche et l’expertise balistique a établi que la même arme avait tué Aurélie Chatelain et transpercé sa jambe. Toujours est-il que ce meurtre, apparemment non prémédité, a fait dérailler un scénario écrit depuis plusieurs semaines.

Scellés sur la porte de la chambre de Sid Ahmed Ghlam dans sa résidence universitaire, à Paris.

 

Téléguidé de l’étranger

La maladresse du jeune Algérien est un coup de chance inédit dans les annales de l’antiterrorisme, et va permettre aux enquêteurs de mettre au jour un projet d’attentat orchestré de Syrie par des djihadistes français, que les services de renseignement pensent avoir identifiés. Sur leur principale hypothèse de travail plane un spectre, connu des services depuis plus de dix ans : Fabien Clain, un proche de Mohamed Merah, considéré comme un des principaux animateurs de la filière dite « d’Artigat », dans l’Ariège, au début des années 2000.

Le dossier d’instruction dresse, par le jeu des relations de ses protagonistes, un tableau vivant de la galaxie djihadiste de ces quinze dernières années. Cette enquête à tiroirs commence par le décryptage de dizaines de fragments de correspondance retrouvés dans le matériel informatique de Sid Ahmed Ghlam. En moins de trois jours, les hommes de la Sous-direction antiterroriste (SDAT) et de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) restaurent les fichiers effacés. Leurs auteurs n’apparaissent pas, mais le contenu est explicite : l’étudiant a visiblement été téléguidé de l’étranger.

L’aspect le plus intéressant de ces échanges réside dans la précision des instructions qui lui sont envoyées. Une de ces missives lui indique comment récupérer des armes dans une voiture volée sur un parking d’Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis :

« Tu vas trouver sur cette rue une sandwicherie qui est dans un angle, ça s’appelle L’Atmosphère. (…) Tu regardes parmi les voitures garées là, et tu cherches une Renault Mégane. (…) Tu regardes sur la roue avant droite, tu vas trouver les clés posées dessus. (…) Tu ouvres, tu récupères le sac et tu vas le ranger dans ta voiture. (…) Une fois que c’est fait tu vas garer ta voiture plus loin et tu la laisses, tu reviendras la récupérer demain matin. (…) Tu rentres en transport à la maison. (…) Mets des gants quand tu touches la voiture. (…) Le paquet, c’est ce que tu as besoin pour travailler. Quand tu as récupéré le sac, envoie-moi un message. »

Mais c’est une autre instruction qui va permettre aux enquêteurs de remonter jusqu’aux possibles commanditaires. Son auteur suggère à l’étudiant de se rendre dans un garage de Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), pour récupérer une deuxième voiture afin d’y cacher son arsenal : « Quand tu arrives là-bas, tu demandes à parler à Rabi. Dès que tu le vois tu lui dis : “Je viens de la part de Vega et Thomas pour récupérer la BMW 318”. » Les acteurs de l’opération ont pris soin de crypter toutes leurs conversations. Mais ils ont commis un impair : ils ont livré aux enquêteurs un surnom et un prénom.

Lire aussi : Sid Ahmed Ghlam, entre les mailles du filet

Des vieilles connaissances de l’antiterrorisme

Il faudra quelques jours seulement à la DGSI pour exploiter cet indice : Vega s’appelle en réalité Macreme A., comme l’a confirmé le gérant du garage, et son acolyte Thomas M. Les deux hommes, originaires de Seine-Saint-Denis, sont partis en Syrie au début de 2015 et apparaissent dans la même procédure de filière djihadiste que Fabien Clain. Présenté comme leur « comparse », ce Toulousain de 36 ans d’origine réunionnaise aurait joué de la Syrie un rôle majeur dans leur endoctrinement.

Selon une note des services de renseignement, Fabien Clain apparaît dès 2001 dans le radar de l’antiterrorisme. Son frère Michel et lui ont fondé un groupuscule salafiste et épousé deux converties qui portent la burqa – ce que leur vaut le surnom de « clan des Belphégor » dans le quartier du Mirail. Leur groupuscule fusionne à la fin de 2004 avec une autre communauté, structurée autour d’un Français d’origine syrienne, Olivier Corel, dit « l’Emir blanc ».

A l’occasion des réunions organisées dans la ferme de l’émir, à Artigat, les frères Clain rencontrent Abdelkader Merah et Sabri Essid, les frère et beau-frère de Mohamed Merah. Considérée comme un des noyaux historiques du djihadisme français, la cellule d’Artigat apparaît dans plusieurs dossiers de terrorisme, dont celui de Merah. En 2009, Fabien Clain a été condamné à cinq ans de prison pour avoir animé une filière d’acheminement vers l’Irak. Parti rejoindre les rangs de l’Etat islamique après sa libération, il n’a pu être entendu par les enquêteurs.

Le volet français de l’enquête a en revanche permis la mise en examen de trois personnes elles aussi connectées – de façon plus ou moins directe – à d’anciennes cellules djihadistes. Parmi elles figure une autre vieille connaissance de l’antiterrorisme : Rabah B., dit le « Kabyle », soupçonné d’avoir organisé la livraison des armes cachées dans la Mégane à l’attention de Sid Ahmed Ghlam. Il avait été interpellé puis relâché faute de preuves lors du démantèlement en 2005 du réseau Chérifi, dont onze membres ont été condamnés en 2011 pour un projet d’attentat contre la DST, la Direction de la surveillance du territoire, l’ancêtre de la DGSI. Le « Kabyle » a continué à en fréquenter plusieurs après leur sortie de prison.

Les deux autres mis en examen, également soupçonnés d’avoir participé à la livraison des armes, n’ont jamais été impliqués dans des affaires de terrorisme. Mais leur cercle relationnel illustre là encore le microcosme de la nébuleuse djihadiste et sa porosité avec le milieu du banditisme. Le premier est un proche de Moussa Coulibaly, qui avait agressé trois militaires au couteau à Nice le 3 février. Quant au second, il fréquente un ancien membre du Groupe islamique combattant marocain, suspecté d’avoir commandité les attentats de Casablanca et de Madrid au début des années 2000.

Un autre homme, Pascal K., a été interpellé après l’identification de son ADN sur une brosse à cheveux retrouvée chez Ghlam. Il a finalement été relâché, mais les enquêteurs ont découvert que son frère Franck, un déserteur de l’armée française ayant participé à une opération extérieure au Liban, avait été l’élève de Farid Benyettou – l’ancien mentor de Chérif Kouachi, l’un des auteurs de la tuerie de Charlie Hebdo. Autant de connexions qui retracent l’historique de la famille du djihadisme français. Les anciens réseaux des années 2000 ont planté leurs graines. Sid Ahmed Ghlam était leur dernière jeune pousse. Jusqu’à ce qu’il se tire une balle dans le pied.

Lire aussi : La « crêperie conspirative », concentré français du djihadisme

 Soren Seelow
Journaliste

 

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/08/03/01016-20150803ARTFIG00108-sid-ahmed-ghlam-evoluait-dans-la-meme-sphere-que-mohamed-merah.php

Sid Ahmed Ghlam évoluait dans la même sphère que Mohamed Merah

    • Par lefigaro.fr
    • Mis à jour le 03/08/2015 à 12:57
    • Publié le 03/08/2015 à 12:28

     

L'église de Villejuif où Sid Ahmed Ghlam planifiait de commettre un attentat.
 

Principal suspect dans l’enquête sur l’attentat déjoué contre une église de Villejuif, l’homme était piloté par deux Français partis en Syrie, eux-mêmes recrutés par une cellule terroriste liée à Mohamed Merah, selon Le Monde.

Le 19 avril dernier, le SAMU de Paris reçoit un appel étonnant depuis le XIIIe arrondissement: un étudiant algérien de 24 ans prétend qu’on vient de lui tirer dans la jambe. Dépêchée sur place, la police ne tarde pas à découvrir que la victime, Sid Ahmed Ghlam, est en possession de plusieurs kalachnikovs, d’un revolver, d’un gilet pare-balles et de notes sur la planification d’un attentat contre une église de Villejuif. Plus tard, l’individu prétendra s’être lui-même tiré dessus pour se faire arrêter et échapper au courroux de l’État islamique s’il n’allait pas plus loin.

Quatre mois plus tard, l’enquête des services de renseignement progresse. Dans un article publié ce lundi, Le Monde révèle que la DCRI relie désormais l’apprenti terroriste à de nombreuses figures du djihadisme français. Surtout, il semble que l’homme était téléguidé depuis la Syrie par des Français partis faire le djihad. «Autant de connexions qui retracent l’historique de la famille du djihadisme français. Les anciens réseaux des années 2000 ont planté leurs graines. Sid Ahmed Ghlam était leur dernière pousse», affirme le quotidien qui aurait eu accès au dossier d’instruction.

Piloté depuis la Syrie

C’est l’analyse du matériel informatique retrouvé chez Sid Ahmed Ghlam qui a rapidement permis de mettre au jour une série de messages cryptés, indiquant que l’individu était en contact avec l’étranger, assure Le Monde. Ces messages, riches en instructions, ont conduit les enquêteurs jusqu’à deux complices ; Macreme A. et Thomas M., tous deux originaires de Seine-Saint-Denis et partis pour la Syrie début 2015. Ces deux hommes auraient été recrutés par Fabien Clain, un Toulousain d’origine réunionnaise cofondateur d’un groupuscule salafiste – «la cellule d’Artigat»-, notamment lié à Mohamed Merah. Fabien Clain a été condamné en 2009 à cinq ans de prison pour avoir animé une filière à destination de l’Irak ; à sa libération il est parti rejoindre l’État islamique.

Si ces hommes n’ont pas pu être entendus, l’enquête de la DCRI a aussi permis, en France, la mise en examen ces dernières semaines de trois personnes, dont au moins une, Rabah B. dit «Le Kabyle», a déjà été citée dans une ancienne affaire de djihadisme. Un deuxième mis en examen serait un proche de Moussa Coulibaly, responsable en février dernier de l’agression au poignard de trois militaires à Nice. Enfin le frère du troisième homme arrêté, un certain Franck. K, fréquentait Farid Benyettou, ancien mentor de «la filière des Buttes-Chaumont» à laquelle appartenaient les frères Kouachi, responsables de la tuerie de Charlie Hebdo.

Une victime collatérale

Sid Ahmed Ghlam est également soupçonné d’être le meurtrier d’Aurélie Châtelain, une professeur de fitness retrouvée carbonisée dans sa voiture à Villejuif et qu’il soupçonnait d’être un agent du renseignement. L’intéressé prétend que c’est un complice, dont il n’a jamais livré le nom, qui a agi. Une version qui pose problème puisque c’est bien l’ADN de Sid Ahmed Ghlam qui a été retrouvé dans la voiture. L’analyse balistique a également confirmé que l’arme qui a servi à tuer la jeune femme était celle de l’apprenti terroriste.

 

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/fait-divers/attentat-manque-de-villejuif-relation-avec-merah-qui-est-fabien-clain_1704305.html

Attentat manqué de Villejuif, relation avec Merah: qui est Fabien Clain?

 

Par LEXPRESS.fr , publié le 03/08/2015 à 12:32 , mis à jour à 12:49

 

Une voiture de police le 22 avril 2015 à Paris devant la résidence universitaire où vit Sid Ahmed Ghlam, soupçonné d'avoir voulu préparer un attentat visant une église à Villejuif (photo d'illustration).

Une voiture de police le 22 avril 2015 à Paris devant la résidence universitaire où vit Sid Ahmed Ghlam, soupçonné d’avoir voulu préparer un attentat visant une église à Villejuif (photo d’illustration).

afp.com/KENZO TRIBOUILLARD

Selon Le Monde, Sid Ahmed Ghlam était en contact avec des djihadistes français en Syrie. Parmi eux, Fabien Clain, un Réunionnais qui gravitait dans l’entourage de Mohamed Merah, est suspecté d’être l’un des commanditaires de l’attentat déjoué.

 

Sid Ahmed Ghlam a bel et bien été téléguidé depuis la Syrie. Dans une enquête publiée ce lundi, Le Monde rapporte que l’étudiant algérien de 24 ans, suspecté d’avoir fomenté un projet d’attentat contre une église de Villejuif, était en relation avec des Français partis faire le djihad.

Sid Ahmed Ghlam communiquait avec ses commanditaires via des conversations chiffrées sur Internet. Dans un des messages, dans lequel ils lui indiquent comment récupérer une voiture, les djihadistes font l’erreur d’utiliser des pseudonymes. C’est comme cela que les enquêteurs remontent jusqu’à au moins trois hommes, tous connus des services de renseignement et localisés en Syrie. L’un d’eux s’appelle Fabien Clain, un homme qui a contribué à radicaliser les deux autres, relate le quotidien.

Surtout, celui-ci est réputé proche de Mohamed Merah, l’auteur des attentats de 2012. Réunionnais d’origine, surnommé « Omar » par ses proches, il a lui aussi longuement vécu à Toulouse. Le site Réunion Première raconte qu’il s’est converti à l’islam à la fin des années 90 et s’est radicalisé en 2004. Quatre ans plus tard, le trentenaire est condamné à 5 ans de prison pour avoir aidé des candidats au djihad à se rendre en Irak. C’est dans le cadre de cette filière, dite d’Artigat, qu’il côtoie les frères Merah. Fabien Clain est alors qualifié de « tête pensante » du groupe.

Mohamed Merah lui écrit depuis sa prison

Dans son livre Merah. L’itinéraire secret (2015, Nouveau Monde éditions), le journaliste Alex Jordanov raconte que « le tueur au scooter » s’inquiète à la fin des années 2000 du procès à venir de Fabien Clain. Si bien qu’il prend des nouvelles de lui grâce à son frère et va jusqu’à lui écrire une lettre depuis sa cellule, où il purge une peine pour des faits de délinquance.

Fabien Clain est à son tour en détention lorsque Mohamed Merah commet ses meurtres sanglants. Fait étrange, à sa sortie en août 2012, il s’installe en Normandie et s’insurge contre un reportage sur France 2 dans lequel il est décrit comme un proche du terroriste. Selon 20 Minutes, il assure à l’époque que sa vie est un enfer depuis la diffusion et qu’il porte plainte contre France télévisions. Et ce, malgré les preuves accablantes qui le contredisent.

Depuis, l’homme a rejoint les rangs de l’organisation Etat islamique (EI) et a disparu des radars des services de renseignement. Jusqu’à maintenant.

+ Plus d’actualité sur : Attentats déjoués en France

 

http://www.20minutes.fr/societe/1168487-20130605-20130605-presente-comme-proche-merah-reportage-attaque-france-televisions-justice
 
EXCLUSIF – Condamné en 2008 dans une autre affaire de terrorisme à Toulouse, Fabien Clain se plaint d’avoir été «assimilé» au tueur au scooter…

Présenté comme proche de Merah dans un reportage, il attaque France Télévisions en justice

 

Mohamed Merah dans le documentaire "Affaire Merah, itinéraire d'un tueur" de Jean-Charles Doria diffusé sur France 3
Mohamed Merah dans le documentaire « Affaire Merah, itinéraire d’un tueur » de Jean-Charles Doria diffusé sur France 3 – France Télévisions/ Jean-Charles Doria

 

* Vincent Vantighem
    • Publié le 05.06.2013 à 00:00
    • Mis à jour le 05.06.2013 à 17:29

Cela ne fait pas un an que Fabien Clain s’est installé en Normandie. Mais il envisage déjà de déménager. Présenté comme un proche de Mohamed Merah dans un reportage de «Pièces à conviction», ce trentenaire assure que sa vie est devenue un «enfer» depuis la diffusion de l’émission le 6 mars. Il a donc décidé d’attaquer France Télévisions en «diffamation». Contacté par 20 Minutes, Grégory Saint-Michel, son avocat, confirme que «la plainte en diffamation devant le tribunal correctionnel de Paris visant Rémy Pflimlin, le président de France TV, sera délivrée ce mercredi après-midi».

Une palette de photos et de noms

Diffusé en deuxième partie de soirée sur France 3, le reportage d’un peu plus d’une heure affiche à cinq reprises une palette où l’on découvre les photographies et les noms de personnes qui auraient été en contact avec Mohamed Merah. «Il existe bien des connexions entre le tueur au scooter et ce groupe», assure à l’appui des images la voix off.

Cette émission, Fabien Clain ne l’a pas vue. Enseignant l’arabe, ce n’est que le lendemain qu’il a été prévenu par l’un de ses élèves. «C’était une catastrophe. Tout le monde s’est passé le mot très rapidement, confie-t-il aujourd’hui. J’ai vite été assimilé au tueur d’enfants…»

«Quand il a tué ces gens, j’étais en prison!»

Car le trentenaire ne nie rien de son passé. Condamné en 2008 à Toulouse (Haute-Garonne) pour son rôle dans une filière d’acheminement de djihadistes français vers l’Irak, il a passé cinq ans derrière les barreaux. «Mais je n’ai jamais été proche de Merah! Quand il a tué tous ces gens, j’étais en prison. J’ai découvert cela dans ma cellule», s’insurge-t-il. Or «la diffusion de cette planche photographique laisse supposer au public la participation de Fabien Clain sinon aux actes criminels perpétrés [par Mohamed Merah], au moins à leur préparation», déplore la citation directe que 20 Minutes a consultée.

Sorti en août 2012, il lui est aujourd’hui toujours interdit d’entrer dans vingt-deux départements français. C’est donc en Normandie qu’il a décidé de poser ses valises avec son épouse. «Aujourd’hui, elle a peur. On est dans une petite ville. On sent tous les regards sur nous. Alors que je voulais juste refaire ma vie tranquillement…»