Des Chinois de Belleville, à Paris

Pour la plupart, comme déjà vu, parmi les Chinois installés dans la capitale, ce sont les derniers arrivés, en provenance directe de Chine, plus particulièrement de la région de Wenzhou, une ville côtière qui se trouve au sud de Shanghai, à une distance de 367,54 km à vol d’oiseau et 463,15 km par la route.

Il suffit de poursuivre cette route longeant la côte en direction du Sud pour arriver à Fuzhou, à 318,46 km de distance, ou 254,70 km à vol d’oiseau.

Fuzhou se trouve en fait à mi-distance entre Shanghai et Hong Kong : 611 km de la première à vol d’oiseau (780 km par la route) et 670 km de la seconde à vol d’oiseau.

A titre de comparaison : les distances de Brest à Paris sont de 505,05 km à vol d’oiseau et 589,62 km par la route, et celles de Marseille à Paris de 660,68 km à vol d’oiseau et 774,30 km par la route.

Mais à l’échelle de la Chine, c’est peu :

 

chine

 

Petites visites du quartier d’élection de ces Chinois à Paris, d’abord en 2015, puis en 2012, toujours avec le même guide, Donatien Schramm – il n’est actuellement plus question de leurs manifestations à base de revendications sécuritaires de 2010 et 2011 :

 

http://boui-boui.com/visite-belleville-la-chinoise/

« Belleville la Chinoise »

 

20 novembre 2015

  • Des Chinois de Belleville, à Paris dans Corruption IMG_8632-940x627
    Fruits et légumes exotiques d’une superette asiatique.

 

Balade instructive sur Belleville et ses communautés chinoises.

Qui sont les Chinois de Belleville ?
D’où viennent-ils, comment se sont-ils installés,
quelle est leur histoire ?

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la communauté sans jamais oser le demander, suivez-moi dans “Belleville la Chinoise” !

J’habite dans ce quartier, je le vis quotidiennement, j’y fais mes courses et me régale dans les nombreuses cantines qui s’y cachent. Je lui connais beaucoup d’histoires et d’attraits, et c’est pourquoi je souhaite, pour notre première balade ensemble, vous emmener dans le bas-Belleville.

Ancien faubourg populaire et ouvrier, son histoire est intrinsèquement liée à l’immigration. De nombreux migrants y sont arrivés tour à tour : Polonais, Arméniens, Juifs, Tunisiens, … et depuis la fin des années 70, les Chinois y résident et y prospèrent. Mais qui sont-ils et d’où viennent-ils précisément ?

“Vous avez votre passeport en poche?
Embarquement immédiat pour un bout de Chine à Paris.”

Pour cette visite spéciale “la Chine à Belleville”, j’ai fait appel à Donatien Schramm : un fin connaisseur de la culture chinoise, un incontournable du quartier et grand « tisseur de liens ».

Il ne se passe pas une seconde sans que Donatien ne dise « Bonjour » – ou le plus souvent « Nǐ hǎo » -, à l’un de ses amis du voisinage. Je me rends vite compte qu’il adore serrer des mains, envoyer des sourires et avoir un mot pour chacun. Il plaisante en me disant “Tu vois, je suis un peu le maire de Belleville !”.

Amoureux de la Chine et de sa culture,  habitant Belleville depuis plus de 25 ans, Donatien est très intégré dans la communauté chinoise. Il a monté l’association Chinois de France, Français de Chine, qui « aide les Chinois à apprendre le français, et propose aux Français de découvrir la culture chinoise et ses particularités ». Marié à une Française d’origine chinoise, il se sent plus Chinois qu’elle et se félicite d’être appelé parfois « le dragon blanc ».

Extrait de mon carnet de voyage à Paris.

Extrait de mon carnet de voyage à Paris

Rendez-vous près du kiosque à journaux où Donatien, plaisantin, tente de me faire lire les titres des quotidiens chinois. Évidemment, je ne suis pas comme lui – à pouvoir décoder tous les sinogrammes -, en riant, nous débutons notre voyage.

Donatien me donne un mini-cours d’histoire de l’immigration chinoise en France, avec sous les yeux une carte de Chine. La présence chinoise à Paris date de plus d’un siècle et notre capitale a vu arriver plusieurs vagues d’immigration.

L’immigration chinoise à Paris : les différentes arrivées.

La première vague date de la Grande Guerre ; manquant de main-d’oeuvre, la France est allée en Chine chercher ouvriers et travailleurs agricoles pour remplacer ceux partis sur le front. Après le dur labeur puis l’aide à la reconstruction de notre pays, plusieurs milliers de Chinois sont restés en France, et se sont installés près de la Gare de Lyon -à  L’Ilot-Chalon, rasé dans les années 70 -, puis dans le Marais.

Ces Chinois étaient majoritairement une communauté dite de colporteurs, originaires de la province de Zhejiang appelés Wenzhou. Très vite ils ont commencés à travailler pour (puis avec) la communauté juive – majoritairement des grossistes dans le quartier des Arts et métiers – d’où leur installation historique dans le Marais.

La deuxième vague, c’est l’arrivée des Teochew – grande diaspora de chinois vivant depuis longtemps au Vietnam, au Cambodge et au Laos. Les premiers Indochinois arrivèrent en France après 54-55, puis les seconds lors de la guerre du Vietnam. “ Cette communauté est lettrée, d’un certain niveau social et culturel, bien intégrée à la communauté française de l’ex-Indochine. Ici, en France, malheureusement, leurs diplômes et compétences ne sont souvent pas reconnus. Très communautaires et isolés de fait, ils ont décidé de reproduire un bout de leur Asie dans le 13ème arrondissement, afin de “vendre de l’exotisme” mais surtout pour perpétuer leur traditions et mode de vie.  Ils se rassemblèrent donc pour ouvrir des commerces : des chinoiseries, des marchés exotiques, des restaurants, des herboristeries… ”

Ensuite, arrivent les tristement célèbres « boat-people », ces Chinois et Indochinois qui fuient par bateaux les régimes communistes. Arrivés à Paris, ils s’installent en grande partie dans le XIIIème arrondissement, dans les grandes tours vides du “triangle d’or”, entre l’avenue de Choisy, le boulevard Masséna et l’avenue d’Ivry.

La troisième vague d’immigration est plus récente, son origine géographique différente et son rang social également. “ Les nouveaux migrants chinois viennent du Nord de la Chine, on les appelle les “Dongbei” (Nord-Est en Mandarin) et viennent ici pour “tenter leur chance”. Contrairement aux précédentes arrivées, ce sont des gens assez isolés et pour beaucoup des femmes seules. Les Dongbei sont éparpillés dans tous les quartiers chinois de Paris et ont plus de mal à s’intégrer. Ne bénéficiant pas de l’entraide qui existe fortement dans les autres communautés, ils acceptent des petits boulots, sont souvent précaires et généralement assez mal-vus des Chinois eux-mêmes. ”

Rue de Belleville et enseignes Wenzhou

Qui sont “les Chinois” de Belleville ?

Donatien m’interroge :
“C’est quoi pour toi les Français ?”
“Euh…ça dépend.”
“Bah voilà, les Chinois c’est la même chose !

Les Chinois sont loin d’être tous pareils, ils viennent de régions différentes et ne sont donc pas une communauté homogène. À Belleville il y a des Wenzhou, des Chaozhou, des Dongbei, ils sont en France depuis des générations ou depuis au moins une décennie, ils sont réfugiés politiques ou migrants économiques, ils n’ont pas la même origine : donc parler “des Chinois”, ça ne veut pas dire grand chose.”

Belleville, à cheval sur 4 arrondissements (le 20ème, le 19ème, le 10ème et le 11ème), est très cosmopolite. Différentes communautés y cohabitent et de nombreuses langues y sont parlées ; c’est “Babel-ville” pour beaucoup.

À la fin des années 70, avec l’ouverture politique de la Chine, c’est une nouvelle vague importante d’habitants de Wenzhou – ville portuaire au sud de Shanghai et immense région – qui arrive dans le quartier de Belleville. A cette époque, subissant une forte démolition d’immeubles vétustes puis une restructuration importante, Belleville est réagencé avec des tours HLM et une multitude de locaux commerciaux à reprendre. Les Wenzhou arrivants ont déjà famille et connaissances à Paris, c’est une communauté très soudée et c’est tout naturellement qu’ils se mettent à travailler dans la confection du cuir et dans la restauration. En 1978 s’ouvre d’ailleurs le premier restaurant chinois à Belleville : actuellement le Guo-Min, à l’angle de la rue de Rampal et la rue de Belleville. D’après Donatien, les Wenzhou forment la communauté la plus importante de Belleville, ils y sont majoritaires et de nombreux restaurants de Belleville affichent fièrement cette appartenance.

Wenzhou resto Belleville

Dans les années 80 c’est l’arrivée des Teochew, des Chinois d’Indochine, pour la plupart commerçants et déjà installés dans le 13ème, qui emménagent à Belleville. D’où l’apparition de nombreuses cantines vietnamiennes où les banh-mi sont délicieux et des restaurants où le “Pho” est la soupe mise à l’honneur.
Resto chinois vietnamiens

Les derniers Chinois à arriver à Belleville sont les Dongbei, essentiellement des femmes et des hommes du Nord-Est de la Chine, âgés de 40 à 50 ans.  “La plupart licenciés d’entreprises industrielles d’État, ils viennent en France pour se  créer une nouvelle vie ”. D’après Donatien, ils sont issus d’une classe moyenne, la plupart des femmes sont mariées mais souvent séparées avec un ou plusieurs enfants. Ces Dongbei n’ont pas le soutien d’une diaspora déjà installée à Paris et leur intégration est de ce fait plus difficile. Placés chez des commerçants ou travaillant comme ouvriers, les Dongbei ont du mal à survivre à Paris. Contrairement à d’autres communautés chinoises qui cultivent la discrétion, beaucoup de femmes Dongbei sont connues pour exercer le plus vieux métier du monde sur les trottoirs de Belleville.

Oui, les Chinois de Belleville sont bien d’origines diverses !
Il y a plusieurs communautés, qui ne se côtoient que très peu, sauf parfois au moment des repas. Dans la rue de Belleville, on remarque une division qui émane de ces vagues d’immigration. Côté 20 ème arrondissement, les nombreux restaurants Wenzhou se succèdent et partagent le trottoir de droite avec des cafés kabyles et boulangeries tunisiennes tandis que le côté 19ème arrondissement est plutôt dédié aux commerçants d’Asie du Sud-Est. Dans le 10ème s’ouvrent des boui-boui chinois originaires du Nord-Est de la Chine.

Paris est la seule ville au monde où il y a plusieurs quartiers chinois !

  • Le quartier d’Arts & Métiers, le plus ancien quartier chinois de Paris, où se situent les maroquineries, les ateliers de fabrication de bijoux, etc.
  • Le 13ème arrondissement, les Olympiades : le plus connu et pourtant le moins chinois! Donatien explique que la communauté chinoise du 13ème est en fait une communauté d’Asie du Sud-Est. C’est à dire des chinois immigrés depuis parfois plus de 4 siècles au Laos, au Vietnam, et au Cambodge.
  • Belleville, mise en lumière dans cette « balade à Belleville la Chinoise ».

Il y a aussi quelques communautés chinoises dans les quartiers de La Chapelle, Crimée, Faubourg-St Martin, mais aussi en banlieue comme à Aubervilliers, Pantin, Bagnolet, Bobigny…

 

http://www.africultures.com/php/?nav=article&no=10903

Un été à Belleville : le quartier chinois Un mercredi au cœur du Belleville chinois

 

Noémie Coppin

24|07|2012

Installée dans le quartier de Belleville à Paris, la rédaction d’Afriscope, le magazine d’Africultures, a choisi de vous faire découvrir dans cette nouvelle série estivale, cet espace multiculturel. Chaque semaine, aux côtés des habitants, découvrez ce quartier au quotidien bouillonnant.

 dans Crime

Belleville, quartier historique d’immigration, à cheval sur le 10e, 11e, 19e et 20e arrondissement. Les vagues d’immigration juive d’Europe de l’Est puis maghrébine sont aujourd’hui relativement connues. Mais l’histoire du peuplement chinois dans ce quartier populaire reste encore méconnue. Or, sur ses 60 000 habitants, Belleville compte près de 20 000 Chinois. Un habitant sur trois ! Cela vaut bien une petite balade…

45 rue de Tourtille, près du métro Belleville. Les vitres d’une petite maison affichent leurs caractères chinois. C’est le local de Chinois de France – Français de Chine, association franco-chinoise qui propose des cours de langue, de calligraphie, de kung-fu ou de cuisine des raviolis… C’est Donatien Schramm, sympathique barbu à lunettes, qui l’a créée, en 1998 : « Quand j’ai rencontré ma femme, d’origine chinoise, j’ai voulu comprendre pourquoi ses parents, qui ne parlent pas un mot de français ni de mandarin, qui n’ont jamais fait d’études, ont immigré en France en 1959″. Son but est alors de brasser les populations du quartier, de provoquer du débat : « Deux fois par semaine, il y a des cours mélangeant français et chinois sur un thème. Une fois par mois, on organise un thé/dialogue, on participe aux fêtes de quartier… »

Une immigration de travailleurs
Nous quittons les bancs et le tableau blanc de l’association pour rejoindre la terrasse du café voisin. Pas une minute ne passe sans que Donatien ne dise bonjour à l’un de ses amis ou ne lance une blague. « Je suis un peu le maire de Belleville ! », plaisante-t-il, en donnant une accolade au prof de Kung-fu de l’association, qui passe par là. Bien plus qu’un maire, Donatien est un fin connaisseur de l’immigration chinoise en France. Il raconte l’arrivée des premiers Chinois à Belleville, des colporteurs originaires de Qingtian, région montagneuse à 400 kilomètres au sud de Shanghai : « Les premiers sont arrivés à Paris en 1 888 et ont ouvert des magasins du côté de la gare de Lyon ». Puis, avec la guerre de 14-18, la France a dû combler son besoin de main-d’œuvre pour faire tourner les usines, désertées par les hommes partis au front. « Les colonies n’ont pas suffi, et 140 000 travailleurs ont été recrutés en Chine, notamment autour de Shanghai. 3 000 d’entre eux étaient des proches des colporteurs Qingtian ». Ces hommes seuls arrivent en France en 1917, dans la perspective de gagner de l’argent, puis sont rejoints dès le début des années trente par d’autres hommes du port voisin de Wenzhou. Au milieu des années soixante-dix, la Chine sort de plusieurs décennies de fermeture. Mao est mort, la page du grand bond en avant et de la révolution culturelle est tournée. « On peut quitter le pays à condition d’avoir de l’argent. Mais n’ont de l’argent que ceux qui ont de la famille à l’étranger, notamment à Paris. Ce sont donc les familles des colporteurs Wenzhou et Qingtian qui arrivent de façon massive dans les années soixante-dix ». Ils vont s’installer à Belleville, quartier qui offre de nombreux logements, ateliers et magasins vides, quittés par les juifs séfarades dès qu’ils en ont eu les moyens ou expropriés lorsque de la réhabilitation du quartier. Il y a aussi les « Chinois d’Indochine », qui arrivent à la fin de la guerre du Vietnam, du Laos, de la prise de pouvoir par Pol Pot au Cambodge. Ces Chinois sont francophones, ils connaissent l’administration française, et ils vont former, en arrivant, le très visible et exotique quartier chinois du 13e arrondissement. Certains, faute de place, s’installeront à Belleville alors en pleine rénovation et ouvriront des boutiques proches du métro.

Les Chinois vont peu à peu racheter les commerces maghrébins. Les Tunisiens et les Algériens qui étaient installés sur l’axe Faubourg du Temple-Belleville sont forcés de reculer vers Couronnes, de part et d’autre du boulevard. Les magasins discount d’un groupe tunisien, qu’on pouvait trouver tout le long de cet axe, cèdent alors la place à d’immenses supermarchés chinois. C’est tout un volant économique et immobilier du quartier qui est aujourd’hui tenu par des Chinois.

Une immigration féminine
Plus récemment, une nouvelle immigration chinoise est apparue. Les Dongpei, originaires des grandes villes du Nord-Est de la Chine. « Ce sont surtout des femmes, touchées par les bouleversements économiques en Chine dans les années quatre-vingt-dix. Des anciennes travailleuses du textile ou de la sidérurgie. Sans réseau d’entraide familiale comme celui des Wenzhou, elles se retrouvent isolées. Au mieux, elles deviennent nounous ou trouvent de petits jobs lorsqu’elles ont des papiers. Mais la plupart se prostituent ». Parce qu’elles donnent une mauvaise image de la communauté, elles sont méprisées par les autres chinois. Et cela pèse dans la vie des femmes chinoises du quartier, comme l’explique Victoria Chu, coquette interprète née à Taiwan et vivant à Paris : « Avant, j’avais les cheveux longs, et à chaque fois que je venais à Belleville, dès que je m’arrêtais cinq minutes au carrefour, on me demandait, en chinois, Ni hao ! Duoshao qian ? (C’est combien ?) ».

Le sentiment d’insécurité des Chinois à Belleville
Un sujet polémique depuis leurs deux manifestations en 2010 et 2011, contre des agressions récurrentes. Selon Donatien, la lecture en termes de clivage ethnique n’est pas la bonne. « Il s’agit avant tout d’un problème social. Comme tout quartier populaire, Belleville est touché par la délinquance, la drogue. Certains Chinois en sont victimes, mais pas exclusivement. Les cibles sont les personnes les plus fragiles : les femmes seules, les petites vieilles, les prostituées ». Cela dit, certaines habitudes culturelles chinoises en font des cibles privilégiées : « ils sont souvent commerçants, drainent d’importantes sommes d’argent, préfèrent le liquide à la carte bancaire, et ne vont pas souvent porter plainte, soit parce qu’ils sont sans-papiers, soit parce qu’ils ne parlent pas bien français ». C’est le cas de la souriante Zheng Chunying, qui apprend le français avec Donatien depuis 4 ans. De Wenzhou, elle est arrivée à Belleville il y a 13 ans, pour rejoindre son mari et sa fille : « Je me suis fait voler mon sac, ma fille aussi une fois. Dans la rue, j’ai appris à être vigilante, à me méfier de tout le monde. Mais je n’ai pas été porté plainte car je ne parlais pas assez bien français ». Donatien rebondit : »Parfois, c’est du bon sens. Quand la patronne d’un restaurant sort à minuit, tire le rideau de fer avec la recette de la journée à la main, dans une enveloppe, il n’est pas étonnant qu’elle se fasse agresser, et cela n’a rien à voir avec le fait qu’elle soit chinoise ». Cela dit, les deux manifestations, exclusivement composées de Chinois, n’ont pas été ouvertes à d’autres communautés, qui auraient pu elles aussi s’estimer victimes d’agressions. La revendication était alors clairement ethnique, témoignant d’un profond malaise dans le quartier. « Les Chinois sont comme les autres, ils sont souvent racistes. Face à un problème récurrent, beaucoup choisissent la facilité de la lecture en termes ethniques. Je pense que c’est plus compliqué que cela », explique Donatien.

Le vivre-ensemble au quotidien
Pour Donatien, le quartier vit très bien sa multiculturalité : « On voit se côtoyer dans nos cours Thierry le Réunionnais, Rachelle l’Antillaise, Yannick le Guadeloupéen, Latifa l’arabe, et ils s’en fichent de qui est qui. Ce qu’ils veulent, c’est apprendre le chinois, ensemble. Là, on prend un café dans un bar tenu par un kabyle, mais on s’en fiche qu’il soit arabe. C’est Ali, il est sympa et c’est tout ce qui importe ». Jiang Chaimei, cheveux courts et sourire discret, membre du bureau de l’association, hoche la tête. Elle est arrivée ici pour rejoindre sa belle-sœur en 2001, avec son fils aîné. Mais Lucie, la petite dernière de 8 ans, est née ici. « Dans mon immeuble, je croisais souvent une voisine, Nadia. Lucie lui disait toujours bonjour alors un jour, elle nous a invités à manger. Quand j’ai eu mon cancer du sein, elle a été très présente, elle m’a servi d’interprète. Si je vais mieux aujourd’hui, c’est un peu grâce à elle ». C’est cela aussi, le vivre-ensemble à Belleville.

 

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/07/02/01016-20100702ARTFIG00573-la-revolte-des-chinois-de-belleville.php

La révolte des Chinois de Belleville

 

  • Par Cyril Hofstein
  • Mis à jour le 02/07/2010 à 17:42
  • Publié le 02/07/2010 à 16:41
C'était le 20 juin dernier. Une grande première : près de 10 000 immigrés asiatiques défilent dans les rues de Belleville. Les jeunes, qui portent des tee-shirts proclamant leur attachement à ce quartier de la capitale, demandent à la France de les protéger. (Fanny Tondre)

 

20090523PHOWWW00183 dans FolieChinatown-sur-Seine est en ébullition. De nombreuses associations d’immigrés de ce quartier multiethnique de la capitale sont mobilisées contre des bandes qui les détroussent et les terrorisent. Reportage dans une communauté qui ne veut plus être discrète et qui réclame justice.

Longtemps, ils ont préféré le silence. Puis, tout à basculé. Les Chinois de Belleville sont descendus dans la rue. Pour la première fois, la communauté étrangère la plus discrète de la capitale a choisi la pleine lumière. Le 20 juin 2010, plus de 10 000 personnes, majoritairement d’origine asiatique, se sont rassemblées pour protester contre l’insécurité qui gangrène le quartier. Sur les banderoles déployées et les tee-shirts édités spécialement pour l’occasion, de nombreux slogans consensuels imprimés sur fond bleu-blanc-rouge:«Sécurité pour tous», «Belleville quartier tranquille», «Halte à la violence » ou encore « J’aime Belleville».Pacifique mais tendu, le cortège, dont l’ampleur sur le boulevard de la Villette a autant surpris ses organisateurs que les pouvoirs publics, a finalement dégénéré en affrontements avec les gendarmes mobiles, alors que les manifestants commençaient à se disperser. Comment en est-on arrivé là?

En fait, cela fait plusieurs années que les Chinois, de leurs propres aveux, subissent la loi des bandes ultraviolentes qui écument les quatre arrondissements de Belleville (Xe, XIe, XIXe et XXe). Mais le point de non-retour a été franchi dans la nuit du 1er au 2 juin 2010, à l’occasion d’un mariage au restaurant Le Nouveau Palais de Belleville, un des lieux emblématiques des grandes fêtes de la communauté chinoise de Paris et de sa banlieue. Alors que les invités commençaient à partir, vers minuit, cinq personnes ont été agressées coup sur coup par des jeunes des cités voisines qui les attendaient à la sortie. L’enjeu? Voler les enveloppes rouges qui, traditionnellement, contiennent les sommes d’argent en espèces offertes aux invitants.

Au moment de la dispersion de la manifestation du 20 juin 2010, des affrontements ont opposé les forces de l'ordre à de jeunes Chinois qui tentaient d'empêcher le vol à l'arraché d'un sac à main. (Fanny Tondre) Au moment de la dispersion de la manifestation du 20 juin 2010, des affrontements ont opposé les forces de l’ordre à de jeunes Chinois qui tentaient d’empêcher le vol à l’arraché d’un sac à main. (Fanny Tondre)

 

Devant la violence des attaquants, le garde du corps chinois d’un commerçant, qui portait une arme à feu, aurait poursuivi l’un des agresseurs présumés, le blessant de deux balles dans les jambes, avant d’être arrêté par la police, puis écroué. De son côté, le jeune voleur blessé a été hospitalisé, puis, selon la rumeur, relâché. Un geste qui a provoqué un véritable électrochoc à Belleville. «Je suis vraiment triste et je ne comprends pas comment tout cela a pu arriver, assure, très émue, la soeur du tireur présumé.Mon frère est quelqu’un de très calme. Jamais il n’aurait fait cela s’il n’avait pas cru sa propre vie ou celle d’un proche vraiment menacée.» Héros qui s’est enfin dressé contre la violence, pour certains, victime d’un système injuste, pour d’autres, ou tête brûlée, le garde du corps est devenu le symbole d’une communauté à bout de nerfs.

«C’est l’agression de trop dans une atmosphère de plus en plus délétère entre communautés, explique un policier de Belleville, spécialiste de l’immigration chinoise. Cela fait des mois que plusieurs associations asiatiques tirent la sonnette d’alarme auprès des services de police et des représentants de la Ville et de l’Etat. En vain. Dans ce contexte, des jeunes issus de la diaspora chinoise ont diffusé via internet des propos hostiles à l’encontre des populations maghrébines et afro-antillaises, assimilées de façon générale aux agresseurs qui s’en prennent aux Chinois. Il est plus que temps de trouver des solutions. Belleville est en ébullition.»

Derrière les néons des restaurants, les petites boutiques bruyantes et les tables accueillantes des cafés de la rue de Belleville, où les bobos s’efforcent de retrouver le Paris rêvé de Mistinguett et de Ménilmuche, l’image d’Epinal du quartier multiculturel et ouvert commence à se fissurer. Pourtant, dans la chaleur suffocante de ce début d’été, chacun s’efforce de tenir le même discours et joue la carte de l’apaisement. La consigne semble être la même:«Ne pas dresser une communauté contre une autre ni stigmatiser qui que ce soit. Il faut vivre ensemble, Français et immigrés», comme le martèle Zhao Yunang, porte-parole de la puissante Association des Chinois résidant en France, à l’origine de la manifestation du 20 juin. Mais, quand la nuit tombe sur le Belleville des ruelles et des places désertes, la tension remonte brusquement.

«En France, il n’y a pas de justice pour les victimes»

Cheng-Chi habite depuis six ans à Belleville. Elle a déjà subi deux agressions. Un traumatisme qui la hante. (Fanny Tondre) Cheng-Chi habite depuis six ans à Belleville. Elle a déjà subi deux agressions. Un traumatisme qui la hante. (Fanny Tondre)

 

«Nous n’en pouvons plus, tout simplement. Il faut que la police fasse son travail, explique Weiming, un commerçant qui vient d’ouvrir une nouvelle enseigne dans l’une des nombreuses rues traversantes du quartier. Cela fait des années que les Chinois, mais aussi les autres habitants, sont victimes d’agressions de plus en plus violentes. Nous vivons dans la peur. Il faut que cela s’arrête. La manifestation du 20 juin a été exemplaire. Mais, à la fin du cortège, un jeune a essayé de voler un sac à main. Alors, certains se sont défendus et l’ont livré aux forces de l’ordre qui, sans réfléchir à la situation, ont utilisé des gaz contre les Chinois tout en laissant partir le voleur. Ce n’est pas normal que ceux qui pourrissent la vie du quartier s’en tirent en toute impunité. Il n’y a pas de justice en France.»

Une impression partagée par de nombreux Chinois. Au point que des rumeurs de création d’une milice d’autodéfense circulent actuellement dans le quartier. Un peu comme en 2001, quand, après l’agression mortelle d’un Chinois de Belleville par des bandes venues des cités de l’Orillon (XIe) et de Rébeval (XIXe), la presse communautaire avait spéculé sur la mise en place de groupes de protection.

«Il faut vraiment garder la tête froide, assure Donatien Schramm, à l’origine de l’association culturelle Chinois de France, Français de Chine. Ces histoires de milices ne sont que des rumeurs. A mon avis, l’explication de la situation par des critères ethniques ne tient pas du tout. Ce qui est vrai, en revanche, c’est que les Chinois constituent une proie idéale pour des bandes de jeunes désoeuvrés, de plus en plus mobiles et organisés. Les voleurs cherchent d’abord de l’argent facile, c’est tout. Ils ne ciblent pas les Chinois parce qu’ils sont Chinois. Il ne faut pas tout confondre. Il n’y a pas de guerre ethnique à Belleville.»

Reste que les bandes ont bien étudié le profil de leurs victimes. Pourquoi, en effet, s’en prendre plus particulièrement aux Chinois? Ils comptent tout simplement sur le fait que, certains étant en situation administrative irrégulière, ils n’ont pas de compte en banque et reçoivent leur salaire en espèces. Sans papiers, ils ne vont pas non plus prendre le risque de porter plainte auprès de la police… Si l’on ajoute la barrière de la langue, la méconnaissance des lois françaises et les cadeaux en argent liquide offerts traditionnellement pour les fêtes, les voilà placés au rang de victimes idéales que l’on peut dépouiller presque sans risque. Ainsi, à quelques heures d’intervalle le même jour de la semaine dernière, entre 4 h 45 et 7 heures du matin, pratiquement en face du bar Le Vieux Saumur, rue de Belleville, un couple, puis une jeune femme, tous d’origine chinoise, ont été agressés à coups de boules de pétanque, puis détroussés par la même bande.

Face à la violence, les maires s’avouent démunis

Prise en otage par des bandes de jeunes ultraviolentes, la population de Belleville le quartier parisien aux 80 nationalités veut vivre en toute sécurité, comme Weiming (au centre), qui tente de fédérer tous les habitants de sa rue. (Fanny Tondre) Prise en otage par des bandes de jeunes ultraviolentes, la population de Belleville le quartier parisien aux 80 nationalités veut vivre en toute sécurité, comme Weiming (au centre), qui tente de fédérer tous les habitants de sa rue. (Fanny Tondre)

 

«Il n’existe pas de statistiques fiables du nombre d’agressions », constate Frédérique Calandra, maire (PS) du XXe arrondissement, qui a participé à la manifestation du 20 juin et lancé, avec les trois autres maires des arrondissements de Belleville, un comité de pilotage avec la communauté chinoise. Elle explique:«Mais il est clair que les Chinois sont victimes d’une délinquance opportuniste. Je ne crois pas au caractère raciste des agressions. Le plus important désormais, c’est de résoudre la question de l’accès au droit et de favoriser la compréhension du système de l’administration et de la justice en France. Dans le cas du phénomène de bande, il est évident que nous manquons d’outils judiciaires adaptés. Il faudrait imaginer des peines de substitution à la prison pour les délinquants, comme des travaux d’intérêt général ou un éloignement du quartier. Mais, pour l’heure, nous sommes démunis.»

Un sentiment d’impunité qui contribue à envenimer la situation. D’autant plus que la communauté chinoise de Belleville ne parle pas d’une seule voix. Plus d’une quarantaine d’associations de commerçants ou rassemblant des acteurs de la vie culturelle tentent d’établir un dialogue. Et les pouvoirs publics ont parfois du mal à identifier le bon interlocuteur. «Mais tout va changer, promet Weiming. Nous avons l’intention de porter plainte systématiquement après chaque agression. Et nous allons créer une fondation pour les victimes. Maintenant, plus personne ne pourra nier le problème.» Le temps du mutisme est révolu.

LIRE AUSSI:

» Paris : la communauté chinoise dénonce l’insécurité

Les contrefaçons de Nike viennent de Fuzhou !

Il suffit de chercher un peu pour trouver, ce n’est pas bien compliqué.

Or, donc, mon Chinois de Thaïlande qui a toujours été localisé dans la région de Fuzhou (cf. mes articles des 27 juillet 2014 et suivants y consacrés), où devait se fournir Saïd Kouachi en fausses Nike, n’était autre que le malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi, bénéficiant nécessairement de relais sur place.

Par ailleurs, comme nous l’avons déjà vu, celui que j’appelle mon spammeur fou, qui m’a spammée aussi bien dans les commentaires de Petitcoucou jusqu’au 1er novembre 2014 que sur plusieurs adresses de courrier électronique par la suite, était lui-même obsédé par ces articles de contrefaçon venant de Fuzhou.

C’est donc toujours le même personnage ou le même groupe mafieux.

Mais là aussi, j’avais depuis longtemps identifié mes harceleurs de la bande du malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi, leur « Konducator » en tête.

 

http://tpe-contrefacon.e-monsite.com/pages/les-reseaux-de-la-contrefacon.html

Les réseaux de la contrefaçon

 

Les pays importants de la contrefaçon sont répartis dans l’Asie  et le bassin méditerranéen. On va donc détailler quels sont ces pays contrefacteurs.

La Chine fait  partie de ces pays importants de la contrefaçon de l’Asie, avec ces consœurs : la Thaïlande et la Corée du Sud qui seront mentionnées ci-dessous.
La Chine est l’un des pays principaux producteur de contrefaçon, certain l’appelle-même « l’Empire de la contrefaçon ». En effet, la Chine est devenue un pays « célèbre » de par ses contrefaçons répandues dans toutes les rues chinoises où l’on trouve des milliers de produits contrefaits, et par ses exportations qu’on estiment être 80% de la contrefaçon mondiale dans les pays étrangers. On peut  dire que les contrefaçons de ce pays se retrouvent dans le reste du monde, prêt à faire de la concurrence aux marques de luxe établies dans les plus grandes villes du monde.
De ce fait, la Chine se fait « attaquer » par la Communauté Internationale, qui exerce sur la capitale du pays une pression forte afin que celui-ci règlemente le droit de propriété intellectuelle, qui se trouve être une notion « nouvelle » dans ce pays. De plus, dans la société chinoise il n’est pas mal vu de faire de la contrefaçon, bien au contraire pour les chinois cela relève du partage. Aussi, il existe dans ce pays trois formes de contrefaçon : grossière (de mauvaise qualité), de qualité (usines spécialisées) et identique (vendu sur le marché noir) avec une forte croissance pour celle-ci.
Les marques de luxe les plus souvent contrefaites en Chine se trouvent être la grande entreprise Rolex, celle de Cartier et bien d’autres encore. Plus le produit est de luxe, et plus il sera contrefait. Mais il y a aussi des marques chinoises connues qui se font contrefaire ce qui donne d’elles une mauvaise image et ces marques perdent la confiance de leur consommateur et voient leurs marges diminuer.

 

Les contrefaçons de Nike viennent de Fuzhou ! dans Attentats pays-dorigine-des-biens-contrefaisants-saisi-

On peut également se procurer très facilement de la contrefaçon en Thaïlande, comme dans la ville de Bangkok où les rues sont remplies de produits contrefaits. Il n’y a pas à chercher bien loin, les rues en sont remplies.
Les produits contrefaits, en Thaïlande qui sont principalement le textile, sont affichés à la vue de tous afin d’attirer les touristes et même des autochtones qui s’intéressent aux reproductions de leur marque favorite à bas prix.
Mais comme si cela ne suffisait pas, il existe en Thaïlande des petits commerces se permettant de vendre uniquement de la contrefaçon , et cela légalement. Ce qui peut paraitre le plus choquant pour les individus, ce sont les hypermarchés qui vendent des produits contrefaits comme des lunettes de luxe « Chanel » en tête de gondole, à la vue de tous, avec sur ceux-ci des promotions.

En Corée du Sud, la contrefaçon fait un grand boum industriel en atteignant des sommets, mais cela n’inquiète pas vraiment le gouvernement qui ferme les yeux sur ces pratiques. Elle se trouve être envahie par la contrefaçon chinoise, même si elle a tout de même ses propres produits contrefaits dans tous les domaines. La contrefaçon sud coréenne est spécialisée dans les bijoux contrefaits, mais elle ne se prive pas pour autant de faire du tort à de grandes enseignes comme Vuitton… Quelques exemples, il existe en Corée du Sud des « promotions » sur des initiales telles que LV pour Louis Vuitton, G pour Gucci, C pour Chanel, P pour Prada créant ainsi des produits nouveaux qui n‘existaient pas auparavant (casquette Louis Vuitton, jamais mis en vente et jamais créée par l‘industrie LV)… La qualité est tout autre que les produits thaïlandais, ou encore chinois qui est bien moindre. La contrefaçon coréenne est d’une qualité meilleure et fait attention aux détails, en plus de cela, originale ce qui facilite le développement rapide de cette contrefaçon « naissante » coréenne. La Corée du Sud gère difficilement cette contrefaçon en raison de l’exportation par les nombreux touristes  qui la revendente dans leurs pays d’accueil.

Les pays du bassin méditerranéen sont également présents dans la contrefaçon de produits de luxe, comme le Maroc.

Le Maroc n’est pas spécialement un pays contrefacteur mais plutôt un pays importateur de produits contrefaits qui proviennent de pays asiatiques comme la Chine ou encore Taïwan, celui-ci se retrouve envahit par la contrefaçon de pays asiatiques. La qualité diffère, en effet, les moyens mis en œuvre au Maroc sont pauvres et rares, souvent artisanales alors que la Chine obtient des moyens plus importants et a même des usines spécialisées dans la contrefaçon. De ce fait, le Maroc n’a pas le même rôle important que la Chine, par exemple. Mais il reste malgré tout l’un des pays  de la contrefaçon, dans le bassin méditerranéen. Le Maroc n’est donc pas, comme on pourrait le croire « le berceau de la contrefaçon ».

Le Maroc n’est pas seul pays contrefacteur du bassin méditerranéen, en effet, il y a également l’Italie. C’est un pays européen  qui a une importante économie. Malgré cela, il est l’un des pays les plus importants de contrefaçon. Cette petite botte qu’est l’Italie s’est spécialisée dans la maroquinerie. Mais, le pays ne s’arrête pas qu’aux sacs en cuir… Comme tout autre pays contrefacteur il touche à toute sorte de contrefaçon. Il contrefait également leur propre marque de vêtements de luxe comme Fendi, Versace… Ces contrefaçons sont « faciles » d’accès pour tous pays faisant partie de l’Union Européenne qui « ouvre » les frontières aux membres de cette Union. De ce fait, il est plus facile pour un français de revenir dans son pays avec un sac Prada flambant neuf contrefait « made in Italy » en passant une frontière simplement surveillé par la douane, que de s’envoler avec des produits contrefaits en avion dans un autre pays ne faisant pas partie de l’Union Européenne.

Mais les gouvernements asiatiques commencent à se pencher sur l’idée de diminuer cette production illégale et nuisible. Pour cela, des pays tels que le Japon, Taiwan et même la Chine mettent des moyens en œuvre afin de l’arrêter.

Le Japon fait partie des pays où la contrefaçon est en voit de diminution, avec de nombreux contrôles par les douanes effectuées qui ont doublés, même si les saisies restent stables. Les autorités de police faisant leur travail correctement, la contrefaçon commence à se faire de plus en plus clandestinement ce qui peut s’avérer être « grave » pour le mouvement de baisse de produits contrefaits dans ces pays. Etant donné que les japonais sont friands de contrefaçon avec plus d’un million d’articles saisis en 2007, la lutte sera difficile. Il existe même à présent des unités spécialisées afin d’agir contre ce genre de délit.

La police forme une cinquantaine d’enquêteurs sur trois marques de luxe très souvent contrefaits comme Louis-Vuitton, Hermès et Rolex afin de distinguer ces produits contrefaits mis en vente par un commerçant. Les ventes sur le marché, dans des petits magasins spécialisés existent toujours mais reste plutôt rare à voir.    De plus, afin de diminuer la contrefaçon, les entreprises copiées se retrouvent à faire des contrôles de sécurité à leur façon. Par exemple, à présent pour se connecter sur un compte Yahoo il faudra avoir obtenu un code d’identification.
Grace à l’outil internet les japonais sécurisent davantage leurs sites d’achats en ligne. En effet, au Japon un site vendant plus de vingt produits se retrouve être un commerçant et doit s’identifier auprès d’une entreprise appelée METI. Ce qui fait que les commerçants fraudeurs japonais sont moins présent sur le net.

La Chine quant à elle a mis en œuvre en 2007 un plan d’action mêlant douane européenne et douane chinoise sur la protection des droits de propriété intellectuelle. Pour cela le pays doit faire attention aux contrefaçons en regardant la qualité du produit, ainsi que les détails parfois petits à voir.

 

http://www.contrefacon-riposte.info/la-contrefacon/573-dou-viennent-les-contrefacons-chinoises

D’où viennent les contrefaçons chinoises ?

 

Écrit par CR36-37 le 26 septembre 2008. Rubrique: Contrefaçon

Tenter de cerner l’origine de la contrefaçon chinoise est un réel défi, tant elle est omniprésente dans tous les secteurs d’activité. Pignon sur rue.

Premier constat, la contrefaçon ne concerne pas que les grandes marques à forte notoriété, mais tous les produits de la vie courante, même bas de gamme. Ce qui fait dire au commissaire Philippe Ménard de la PJ que « la lutte contre la contrefaçon est une activité de mineur car plus l’on creuse, plus l’on trouve », mais impossible dans ces conditions de faire le portait robot du contrefacteur type.

CR36-Carte-Chine-new_fmt

Globalement les grandes marques implantées depuis longtemps en Chine, avec des unités de productions, sont mieux armées pour identifier les contrefacteurs et faire valoir leurs droits. Encore que les exemples de Schneider Electric et de Danone montrent qu’elles ne sont pas à l’abri de déboires avec leurs partenaires chinois. Les contentieux liés à la propriété intellectuelle tendent à se durcir, mais pour les grandes marques ceux-ci se traitent devant les tribunaux car ils concernent des entreprises qui ont « pignon sur rue ».

Évidemment, les contrefacteurs sont d’autant plus faciles à identifier qu’ils ont besoin d’usines et d’équipements lourds pour produire en série. C’est notamment le cas dans les domaines de l’automobile, de l’électrotechnique, de l’électroménager (voir ci-après l’article sur le Groupe SEB).

En revanche dans beaucoup d’autres secteurs, comme le textile, le jouet, la maroquinerie, les médicaments, les spiritueux, la plomberie-robinetterie… la contrefaçon émane d’une multitude de PME. Il peut aussi s’agir d’une contrefaçon rampante et souterraine, à base d’activité non déclarée faisant appel au travail clandestin. Dans ce cas, il y a de réelles difficultés d’enquête pour accumuler des preuves et remonter les filières. L’efficacité des moyens d’action légaux devient alors plus aléatoire.

> Spécialités régionales

La surveillance des foires et salons régionaux permet de concentrer les actions sur les acteurs (fabricants, sous-traitants, grossistes) les plus importants avec comme priorité le retrait effectif des marchandises du marché — ce qui n’est pas toujours facile à obtenir — et dans une moindre mesure la destruction des outils de production.

Ainsi, la région de Canton est spécialisée dans le textile ; celle de Fuzhou dans les chaussures ; Ningbo dans la plasturgie ; Shanghai et Tianjin dans les industries électriques… Dans son livre sur l’économie de la contrefaçon (1), Tim Philips précise en outre que la ville de Chaosan, dans la province de Guangdong, est connue pour ses contrefaçons de produits pharmaceutiques, électroniques, cigarettes et CD. La ville de Wenzhou et le delta de Pearl River sont spécialisés dans les pièces automobiles ; la région de Yuxiao est experte dans la fabrication de fausses cigarettes et la ville de Jintan dans les pesticides. Quant au complexe China Small Commodities City de Yiwu, à 5 heures de voiture de Shanghai, c’est le temple de la contrefaçon. Ce marché permanent réunit 200 000 acheteurs, 30 000 grossistes et 3 500 distributeurs qui proposent environ 100 000 produits ; 2 000 tonnes de marchandises sont écoulées chaque jour. L’unité de base des commandes étant le container.

> Filtrer les sorties

Dans tous les cas, il faut privilégier les bonnes relations avec les administrations centrales et locales. Un gage d’efficacité supplémentaire serait même, pour obtenir de bons résultats sur le terrain, d’embaucher d’anciens fonctionnaires Chinois connaissant bien les arcanes administratifs. Dans ce contexte, il ne faut pas hésiter à former les douaniers et à déposer des demandes d’intervention. Le problème est que la douane chinoise est débordée. Elle gère plus de 11 000 demandes d’intervention et contrôle plus de 400 points de sortie.

L’important est donc, selon la nature des marchandises, de cibler l’action sur les ports et aéroports les plus importants. Citons notamment pour le maritime : Tianjin, Quingdao, Shanghai, Ningbo, Xiamen, Wenzhou, Shenzhen. <

Philippe Collier

 

http://www.sourcejuice.com/1218868/2007/07/19/Fujian-Fuzhou-douanes-saisi-produits-contrefa%C3%A7on-premi%C3%A8re-moiti%C3%A9/fr/

Fujian, Fuzhou des douanes ont saisi des produits de contrefaçon dans la première moitié plus d’un millier de dollars en

 

2007-07-19

J’ai appris de Fuzhou des douanes et droits indirects, dans la première moitié de cette année, la douane Fuzhou saisi un total de 157 cas d’infraction présumée, la valeur totale des cas, 11,79 millions de yuans, 793,000 entrée et de sortie intercepter les produits contrefaits.

Selon le directeur de Zheng Zhentai législation douanière Fuzhou introduit dans la première moitié de l’enquête douanière en matière de propriété intellectuelle sont pour la plupart des cas de contrefaçon de marque alléguée, un total de 146, représentant 93% du nombre total de cas impliquant des « NIKE », « Adidas », « Motorola » , « LV », « Chanel », « Panasonic », « pigeons » et 41 autres types de produits nationaux et étrangers bien connus de la marque, les produits visés sont principalement des chaussures de sport, des pompes, des vêtements, ampoules électriques, les fausses cigarettes, sacs à main et ainsi de suite. En outre, à découvert 11 cas de cas de droits d’auteur présumé d’infraction, de biens, avec les disques optiques pirates.

Selon l’analyse, à l’exécution contre la violation de l’intensité accrue de l’entrée actuelle et cas d’infraction de sortie a montré un certain nombre de nouvelles fonctionnalités.

Canaux postal, augmenter le nombre de cas d’infraction, en violation des articles apparaissent petits prix élevés des électroniques produits high-tech. Enfermé dans la première moitié de la chaîne du courrier pour un total de 140 cas d’infraction à découvert depuis, ce qui représente 89% du nombre total de cas, a considérablement augmenté. En plus de la valise commun marchandises contrefaites, des montres, des CD, des chaussures de sport, lunettes et autres produits majeurs, a commencé à MP3, MP4, accessoires de téléphonie mobile, les accessoires informatiques et d’autres petits prix élevés des électroniques produits high-tech.

Contrefaçon de marchandises, transport canaux, en mettant l’accent sur les chaussures vêtements et les chapeaux, essentiellement semblable à la contrefaçon de marque. Contrefaçon des biens, des vêtements et des chaussures de casquettes au total se chiffrait à près de RMB, soit pour la navigation des canaux, le cas de procédures d’infraction de la valeur totale de 90%. Des cas de contrefaçon de marques ont révélé des cas similaires de chaînes de transport de marchandises total, le nombre total de trois au cours de la même portée, principalement pour « Michael Jordan », « CONVERSE », « Adidas », « DOCKERS » et les autres marques.

Les criminels de se soustraire contrôle de la douane est beaucoup plus cachée. Canaux comme le mail, l’émergence des nouveaux moyens de camouflage pour se cacher, comme l’utilisation de papier carbone enveloppés enfreindre, puis se cacher dans la boîte à thé, des jouets, des oreillers, lampes à l’intérieur et prendre une petite quantité de lots de messagerie pratiques, en essayant d’échapper à des enquêtes douanières. Dans le fret, a trouvé une petite quantité de non-contrefaçon de marchandises et un nombre important de porter atteinte à des biens, mixtes, ou la contrefaçon de marque, des matériaux d’emballage et des biens dans la sortie séparée, et le nouveau.

Procédures d’infraction contre les nouvelles caractéristiques, des coutumes Fuzhou faire jouer pleinement le rôle de l’intelligence et l’analyse des risques, et améliorer continuellement des marchandises de contrefaçon saisies de marchandises et le taux de ciblées sur les agents des douanes du site pour effectuer anti-contrefaçon de la formation professionnelle, et améliorer continuellement la première agents des douanes en ligne des services répressifs, une action efficace contre les violations, et de maintenir l’ordre normal des importations et des exportations.

 

http://www.sourcejuice.com/1482200/2011/10/28/Fuzhou-police-d%C3%A9truire-Taobao-magasin-vente-faux-r%C3%A9seaux-criminels/fr/

Fuzhou police pour détruire le « Taobao » magasin de vente de faux réseaux criminels

 

2011-10-28

Xinhua Fuzhou, Octobre 27 (Reporter Zheng Liang) 27, Fuzhou, Fujian Public Security Bureau a tenu une conférence de presse pour informer la police a récemment démantelé un important réseau de faux produits éléments affaire Lawless dans « Taobao » à ouvrir des dizaines de devantures de magasins, à faible coût la vente de contrefaçons « Nike », « Adidas », « Li Ning » et autres marques de vêtements de sport, chaussures, la police a saisi près de dix mille paires de produits contrefaits (cas), impliquant plus de 2000 millions d’euros.

Chen Minxiu Fuzhou Bureau de sécurité publique porte-parole, a déclaré en août de cette année, Fuzhou district Bureau de la Sécurité publique de l’Équipe des enquêtes économiques dans le travail d’un crime indice important, Fuzhou « tact » « dans la passe», «SF», etc quotidienne de l’entreprise de messagerie juin Takemura queue marché de la chaussure à travers le pays ont envoyé plus de 1000 chaussures expresse unique, dont un grand nombre de sport de marque contrefaites chaussures et de vêtements.

La queue de cheval, le Bureau de la sécurité publique dépêché d’élite task force de police mis en place pour mener à bien une vaste enquête approfondie. Enquête de police ad hoc a révélé que les ventes du marché des chaussures d’un grand nombre de chaussures de sport contrefaites de marque, certaines entreprises soupçonnées d’utiliser le « Taobao » marchands vendant de faux Taobao enregistrée de sport de marque des chaussures, des vêtements. La police a aussi trouvé ces fausses sport de marque des chaussures, des vêtements, très imitatives, que l’exécution fine, le consommateur moyen est difficile de trouver l’authenticité. Lequel une valeur marchande de 1000 $ », de nouvelles chaussures Adidas prix en ligne de seulement 300 yuans, d’affecter gravement le canal normal d’alimentation véritable marque du marché des ventes de commande.

Après une enquête minutieuse, le panneau rapidement maîtrisé, respectivement Wang, Yao, Xuemou dirigé trois gangs criminels et de les vendre à Putian, Fujian, Guangdong, a acheté un grand nombre de vêtements de sport de la marque de faux et à faible coût, des chaussures, puis Dans les entreprises « Taobao » Taobao enregistré, en vendant des produits contrefaits grands. Les gangs criminels dans l’enregistrement en ligne de la « montrer la tendance » « mot de tournée électorale définitive», «Ruili Mode », « Guo Zuyin » « Fuzhou hors magasin de chaussures », « la tendance sportive de base » et des dizaines de devantures de magasins, à travers QQ, téléphone et autres coordonnées d’étendre leurs activités, la vente de contrefaçons « Nike », « Adidas », « Li Ning », « Puma », « Converse » et d’autres types de marque de vêtements de sport, chaussures.

La soirée du 21 Octobre de cette année, la police de Fuzhou a envoyé des centaines de policiers, ont été arrêtés à cinq endroits sur la serrure de l’gangs criminels et des tanières et les frappes de précision à vendre, en un seul coup et arrêté 14 suspects et saisi de contrefaçon « Nike » « Une Adidas « Li Ning » et d’autres types de chaussures de sport de marque, sportswear dix mille paires (cas), impliquant jusqu’à 2.000 millions d’euros. Par cette action, la police détruit trois gangs, détruit 79 maisons de vente et de faux, à découvert 14 cas de vente de produits contrefaits à partir.

A l’heure actuelle, impliquant 14 suspects ont été XingJu, la police a communiqué officiellement à la « Taobao » magasin pour la vente de la marque contrefaite à être fermé. L’affaire est pendante à creuser plus loin. (Fin)

 

http://www.portail-ie.fr/article/1187/La-contrefacon-en-Chine-une-arme-contre-l-Occident

La contrefaçon en Chine : une arme contre l’Occident ?

 

Publié par Portail de l’IE le 06/03/15

1425637377 dans CorruptionLes romains copiaient le vin grec. Les premières cotonnades indiennes s’inspiraient du textile européen. La contrefaçon est un procédé millénaire, partie intégrante du développement des échanges économiques. Attractive, de qualité variable, la contrefaçon attire les clients par un prix caractéristiquement plus faible que l’original et atteint tous les domaines : des produits de grande consommation aux médicaments.

L’ouverture des frontières et des marchés dans les années 1980, puis l’apparition d’internet ont permis un accroissement des volumes de contrefaçon échangés donnant aux contrefacteurs un terrain de jeu mondial. La contrefaçon provient à 90% de l’Asie du Sud-Est, et la Chine y joue un rôle central[i]. De par son rôle « d’usine du monde », de nombreuses entreprises occidentales sont attirées par la main d’œuvre peu onéreuse et la qualité d’encadrement managérial du personnel. La Chine s’est ainsi spécialisée dans la sous-traitance de production au point que des entreprises comme IBM ont revendu à leurs fournisseurs la partie « hardware » de leurs activités sous la marque Lenovo.

Pourtant, si la délocalisation de l’appareil productif accroît la rentabilité des entreprises occidentales qui s’y adonnent, elle incite aussi la Chine à produire la majorité des contrefaçons dans le monde. « De l’industrie lourde au bâtiment en passant par l’horlogerie, le constat des professionnels est unanime : plus aucun produit n’est aujourd’hui épargné par les copieurs »[ii].

Sans%20titre%283%29 dans Crime

« Du produit au service » : le modèle évolutif de la contrefaçon Chinoise

La Chine s’est inspirée du modèle japonais de rattrapage technologique en copiant les produits occidentaux. Ce rattrapage est effectué sur tous types de produits allant désormais jusqu’à la haute technologie et aux services. La Chine a bénéficié pour cela de transferts de connaissance afin d’assurer la réalisation de produits finis de plus en plus complexes. Elle n’a pas eu à supporter la majorité des coûts de R&D pour rattraper le standard de ses donneurs d’ordre occidentaux. Ses usines demeurant très rentables et son marché intérieur très attirant pour de nombreux investisseurs, le risque de voir ses marques copiées a trop vite été relativisé.

D’après le rapport UNIFAB portant sur la lutte contre la contrefaçon il y a eu trois étapes au business modèle de la contrefaçon en Chine.

Tout d’abord une production localisée à Hong-Kong jusqu’en 1984. Le financement provenait de sources mafieuses. S’il y avait des ateliers produisant du faux en Chine ils étaient réprimés par le Parti Communiste., l’essentiel de la production était revendu dans des pays tiers comme la Thaïlande ou l’Indonésie à de riches touristes japonais qui achetaient des copies de semi-luxe. Puis la contrefaçon en Chine a évolué au tournant du 21ème siècle.

Avec la réintégration de Hong-Kong, les financements et les savoir-faire entrainèrent une massification de la production de la contrefaçon. Le développement de la société de consommation avec le socialisme de marché a diversifié les produits copiés (DVD, montres de luxe, logiciels etc). Le Parti communiste Chinois a cessé dans les faits de réprimer la contrefaçon pour l’encourager.

La troisième phase, plus récente, présente non seulement un accroissement en quantités exportées, grâce notamment à internet, mais encore en copiant les services qui accompagnent la vente de produits de prestige. La Chine imite désormais le conseil de vente dans la copie d’enseigne de luxe, ou la reproduction à l’identique de restaurants occidentaux ce qui comprend autant d’approcher la réalisation de plats que la qualité du service en salle.

Sans%20titre%285%29 dans Folie

Boutique Herwès (sic) dans une rue de Shanghaï

Il ne s’agit plus de copier la marchandise, mais aussi l’image de marque et le service client. A ce sujet, Madame Sylvie Zawadzki[iii] a confirmé que le service juridique d’Hermès effectuait des enquêtes en Chine et déposait des plaintes régulièrement auprès des autorités chinoises.

L’enjeu central de la défense de la propriété intellectuelle

En adhérant à l’OMC, le gouvernement chinois a pris l’engagement de lutter contre la contrefaçon : c’est ainsi que les actualités chinoises annoncent régulièrement l’arrestation de certains producteurs délictueux[iv]. Pourtant, la part de la contrefaçon chinoise dans la contrefaçon mondiale demeure inchangée depuis 15 ans autour de 80%. On peut penser qu’il n’y a pas de réelle volonté chinoise de défendre la propriété des marques étrangères malgré ses déclarations ; et ce d’autant plus que le criminologue He Bingsong dénonce l’implication du crime organisé à tous niveaux de l’appareil politique chinois.

Une enquête réalisée en 2007 par le cabinet Pricewaterhouse Coopers auprès de 5 400 entreprises à travers 40 pays a montré que la contrefaçon leur avait coûté, en moyenne, plus de 1,9 million de dollars de pertes entre 2005 et 2007[v] (soit 1,5 million d’euros) et environ 6 milliards de pertes par an pour les entreprises françaises[vi].

La perte globale pour l’économie américaine se situerait entre 200 et 250 milliards de dollars par an (soit entre 184 et 228 milliards d’euros), chiffres avancés par l’IACC[vii]. Pour l’Union Européenne, il faut ajouter les pertes fiscales estimées à 230 millions d’euros dues à l’introduction de cigarettes.

Madame Zawadzki souligne que la distribution de matériel défectueux sous des marques connues et de confiance entraîne une défiance de la part des consommateurs qui ne savent pas toujours si le produit acheté est une contrefaçon. Les consommateurs ne sachant pas toujours faire la différence entre la copie et l’original associent la piètre qualité du produit acheté à celle de la marque officielle.

Cela devient même dangereux quand cela concerne, par exemple, du matériel automobile ou des médicaments[viii].

Une estimation des douanes étatsuniennes évalue la perte d’emplois à 750 000 postes à cause des contrefaçons et à 80 000 par an en France selon une étude du SESSI[ix].

Madame Zawadzki suggère l’harmonisation des normes internationales de la propriété industrielle. Cette démarche reposerait sur la concertation autour de principes communs et la réciprocité des pratiques. Les grandes marques emploient différents moyens pour décourager la contrefaçon. D’après un rapport de l’INHESJ[x], l’association pouvoirs publiques et entreprises privées augmentent les risques pénaux encourus par les contrefacteurs, qui se reportent sur le prix de vente. Les consommateurs de produits contrefaits arbitrant entre une contrefaçon dont le prix se rapproche de l’original et celui-ci, sont tentés de préférer ce dernier.

Des grandes marques de luxe optent pour une démarche différente. Hermès par exemple, en lançant la marque de luxe Shang Xia, produite entièrement en Chine avec des matières locales, associe le tissu économique chinois à la défense d’une nouvelle marque locale. Si Madame Zawadzki remarque que la qualité de certaines contrefaçons progresse, elle demeure encore loin de leurs originaux. Elle estime que la contrefaçon en Chine s’arrêtera quand elle aura des marques propres avec une forte image à défendre à l’international et sera copiée à son tour.

L’intelligence économique est un outil essentiel dans la lutte contre la contrefaçon. Les PME et ETI doivent faire appel aux cabinets spécialisés afin d’être conseillées dans le choix de leurs associés. Une démarche de due diligence sérieuse garantit d’une part, que les fournisseurs n’aient pas d’antériorité de contrefaçon et d’autre part, que la réputation des investisseurs chinois dans la joint-venture soit correcte.

Nicolas SMEETS


[i] Rapport UNIFAB, « l’impact de la contrefaçon vu par les entreprises en France », avril 2010

[iii] Madame Sylvie Zawadzki est Déléguée Générale à la Direction Juridique et aux Affaires Sociales et Fiscales de la Fédération Française de la Couture du Prêt-à-Porter des Couturiers et des Créateurs de Mode.

[viii] La Chine exporte de faux médicaments dont un sirop pour la toux contenant de l’antigel qui a provoqué 34 morts http://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/contrefacon-faux-medicaments-vraies-menaces_1285097.html

Catégorie : Géoéconomie
Dernière modification le 06/03/15

 

Egalement à lire :

 

http://www.marketing-chine.com/analyse-marketing/la-contrefacon-en-chine

http://www.marketing-chine.com/culture-chine/les-copies-contrefacons-sont-une-menace-pour-les-marques-chinoises

 

Homerou me rappelle à l’ordre

Là, voilà :

 

7 visiteurs en ligne

Identité Page visitée Navigateur Adresse IP
visiteur /2014/07/28/la-thailande- … IE 6 27.159.196.132
visiteur /wordpress/wordpress/wp-a … robot: inconnu 69.89.7.20
visiteur /2014/07/11/affaire-meric … IE 6 27.153.237.205
visiteur /2014/07/11/affaire-meric … IE 6 120.43.7.83
visiteur /2014/07/28/la-thailande- … IE 6 140.237.38.50
visiteur /2014/07/11/affaire-meric … IE 6 59.58.157.59
visiteur /2014/07/28/la-thailande- … IE 6 220.161.169.60

 

Pages les plus visitées

Aujourd’hui
Page Hits
/2014/07/11/affaire-meric-front-de-gauche-et-violation-du-secret-medical/ 588
/2014/07/28/la-thailande-ouverte-au-monde/ 48

 

Je ne t’oublie pas, mon bichounet, mais vois-tu, je n’ai pas que ça à faire, non plus.

Et là, pour moi, c’est l’heure d’aller au lit.

Allez, à demain, mon bichounet.

Amuse-toi bien.

 

Post-scriptum du 14 août 2014 à 12h40 :

Pour la journée d’hier, le nombre de connexions sur ses pages favorites de mon blog du sieur Homere est revenu à ses niveaux de la période du 25 juillet au 2 août 2014, et cela recommence aujourd’hui – on remarquera que de plus, je me fais pirater depuis l’Allemagne :

 

8 visiteurs en ligne

Identité Page visitée Navigateur Adresse IP
visiteur /2014/07/11/affaire-meric … IE 6 27.153.136.174
visiteur /2014/07/28/la-thailande- … IE 6 117.26.248.187
visiteur /category/folie/ googlebot 66.249.67.134
visiteur /2014/07/11/affaire-meric … IE 6 110.85.104.87
visiteur Page d’accueil du blog firefox 92.222.172.41
visiteur /2014/07/11/affaire-meric … IE 6 120.43.20.173
visiteur /2014/07/11/affaire-meric … IE 6 27.153.237.119
visiteur /2014/07/11/affaire-meric … IE 6 59.58.157.59

 

6 visiteurs en ligne

Identité Page visitée Navigateur Adresse IP
visiteur /2014/08/12/mon-lecteur-d … firefox 82.227.250.214
visiteur /2014/07/11/affaire-meric … IE 6 27.153.136.174
visiteur Regarde qui est en ligne robot: inconnu 217.118.23.113
visiteur /2014/07/28/la-thailande- … IE 6 117.26.248.187
visiteur Page d’accueil du blog firefox 92.222.172.41
visiteur /2014/07/11/affaire-meric … IE 6 27.153.237.119

 

Pirate allemand :

IP-Adresse: 217.118.23.113
Provider: Intergenia AG

 

 

 

Pages les plus visitées

Aujourd’hui
Page Hits
/2014/07/11/affaire-meric-front-de-gauche-et-violation-du-secret-medical/ 451
/2014/07/28/la-thailande-ouverte-au-monde/ 79

 

Post-scriptum du 14 août 2014 à 13h05 :

Nouveau pirate identifié – une vieille connaissance, en fait…

7 visiteurs en ligne

Identité Page visitée Navigateur Adresse IP
visiteur /2014/07/28/la-thailande- … IE 6 120.33.216.228
visiteur /2014/07/28/la-thailande- … IE 6 27.159.206.173
visiteur Regarde qui est en ligne robot: inconnu 46.105.117.183
visiteur /2014/07/11/affaire-meric … IE 6 27.159.232.44
visiteur /2014/07/28/la-thailande- … IE 6 27.150.236.119
visiteur /2014/08/02/une-relation- … googlebot 66.249.67.147
visiteur /2014/07/11/affaire-meric … IE 6 120.43.20.173

 

Pirate français :

IP-Adresse: 46.105.117.183
Provider: OVH Systems
Organisation: OVH SAS

 

 

 

Post-scriptum du 14 août 2014 à 14h00 :

Pour ceux qui ont la flemme d’aller vérifier à quoi correspondent toutes ces adresses IP, je fais le boulot pour celles qui sont affichées dans cet article dans leur ordre d’apparition à l’écran :

- Série d’hier soir :

IP-Adresse: 27.159.196.132
Provider: China Telecom FUJIAN
Region: Putian (CN)

 

 

IP-Adresse: 69.89.7.20
Provider: Strategic Systems Consulting
Region: Norcross (US)

 

 

IP-Adresse: 27.153.237.205
Provider: China Telecom FUJIAN
Organisation: Putian city a broadband
Region: Putian (CN)

 

 

 

IP-Adresse: 120.43.7.83
Provider: China Telecom FUJIAN
Region: Putian (CN)

 

 

IP-Adresse: 140.237.38.50
Provider: China Telecom BACKBONE NETWORK
Organisation: China Telecom FUJIAN NETWORK
Region: Fuzhou (CN)

 

 

 

IP-Adresse: 59.58.157.59
Provider: China Telecom FUJIAN
Region: Putian (CN)

 

 

IP-Adresse: 220.161.169.60
Provider: China Telecom
Organisation: China Telecom FUJIAN
Region: Fuzhou (CN)

 

 

 

- Première série de ce jour à 12h40 :

IP-Adresse: 27.153.136.174
Provider: China Telecom FUJIAN
Organisation: Putian city a broadband
Region: Putian (CN)

 

 

 

IP-Adresse: 117.26.248.187
Provider: China Telecom FUJIAN
Region: Fuzhou (CN)

 

 

IP-Adresse: 66.249.67.134
Provider: Googlebot
Region: Mountain View (US)

 

 

IP-Adresse: 110.85.104.87
Provider: China Telecom FUJIAN
Region: Putian (CN)

 

 

IP-Adresse: 92.222.172.41
Provider: QSC AG

 

 

IP-Adresse: 120.43.20.173
Provider: China Telecom FUJIAN
Region: Fuzhou (CN)

 

 

IP-Adresse: 27.153.237.119
Provider: China Telecom FUJIAN
Organisation: Putian city a broadband
Region: Putian (CN)

 

 

 

IP-Adresse: 59.58.157.59
Provider: China Telecom FUJIAN
Region: Putian (CN)

 
 

 

- Seconde série de ce jour à 12h40 :

IP-Adresse: 82.227.250.214
Provider: Free SAS
Region: Linselles (FR

 

 

IP-Adresse: 27.153.136.174
Provider: China Telecom FUJIAN
Organisation: Putian city a broadband
Region: Putian (CN)

 

 

 

IP-Adresse: 217.118.23.113
Provider: Intergenia AG

 

 

IP-Adresse: 117.26.248.187
Provider: China Telecom FUJIAN
Region: Fuzhou (CN)

 

 

IP-Adresse: 92.222.172.41
Provider: QSC AG

 

 

IP-Adresse: 27.153.237.119
Provider: China Telecom FUJIAN
Organisation: Putian city a broadband
Region: Putian (CN)

 

 

 

- Série de ce jour à 13h05 :

IP-Adresse: 120.33.216.228
Provider: China Telecom FUJIAN
Region: Fuzhou (CN)

 

 

IP-Adresse: 27.159.206.173
Provider: China Telecom FUJIAN
Region: Putian (CN)

 

 

IP-Adresse: 46.105.117.183
Provider: OVH Systems
Organisation: OVH SAS

 

 

IP-Adresse: 27.159.232.44
Provider: China Telecom FUJIAN
Region: Putian (CN)

 

 

IP-Adresse: 27.150.236.119
Provider: China Telecom FUJIAN
Region: Fuzhou (CN)

 

 

IP-Adresse: 66.249.67.147
Provider: Googlebot
Region: Mountain View (US)

 

 

IP-Adresse: 120.43.20.173
Provider: China Telecom FUJIAN
Region: Fuzhou (CN)

 

 

 

A propos de la seconde ville de connexion de mon Chinois de Thaïlande, qui a toujours été Putian depuis le début de sa crise, le 25 juillet 2014 :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Putian

Putian

Idéogrammes chinois Cette page contient des caractères chinois. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Homerou me rappelle à l'ordre dans LCR - NPA 45px-Flag_of_the_People%27s_Republic_of_China.svg
Cet article est une ébauche concernant une ville de Chine.
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.
Putian
莆田
Image illustrative de l'article Putian
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Province Fujian
Statut administratif Ville-préfecture
Code postal Ville : 3511001
Indicatif 05941
Démographie
Population 3 230 000 hab. (2004)
Densité 854 hab./km2
Géographie
Coordonnées 18px-Geographylogo.svg dans Troll25° 26′ 00″ Nord 119° 01′ 00″ Est
Superficie 378 100 ha = 3 781 km2
Divers
PIB total 36,0 milliards de yuans (2005)
PIB par habitant 12 854 yuans (2005)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Chine

Voir la carte topographique de Chine

City locator 14.svg
Putian
modifier Consultez la documentation du modèle

Putian (莆田 ; pinyin : Pútián) est une ville de la province du Fujian en Chine. Elle couvre 3 781 km² et sa population était de 3,23 millions d’habitants en 2004. Une langue spécifique du groupe min y est parlée, le puxian.

Économie

En 2005, le PIB total a été de 36,0 milliards de yuans, et le PIB par habitant de 12 854 yuans2.

Subdivisions administratives

La ville-préfecture de Putian exerce sa juridiction sur cinq subdivisions – quatre districts et un xian :

  • le district de Chengxiang – 城厢区 Chéngxiāng Qū ;
  • le district de Hanjiang – 涵江区 Hánjiāng Qū ;
  • le district de Licheng – 荔城区 Lìchéng Qū ;
  • le district de Xiuyu – 秀屿区 Xiùyǔ Qū ;
  • le xian de Xianyou – 仙游县 Xiānyóu Xiàn.

Notes et références

  1. a et b (en) Codes postaux et téléphoniques du Fujian [archive], (en) China Zip Code/ Telephone Code, ChinaTravel [archive]
  2. (en) Market Profiles on Chinese Cities and Provinces [archive] (actualisation 11/2006)

Liens externes

 [afficher]

v · d · m

Subdivisions de niveau district de la préfecture de Putian

[afficher]

v · d · m

Subdivisions de niveau préfecture du Fujian

 

Et mes lecteurs « normaux », dans tout ça ?

Ben… je n’en ai quasiment pas…

Fuzhou et Zhengzhou : deux villes universitaires en région agricole

Qu’ont donc de commun mon lecteur chinois de Thaïlande de ces jours-ci, et celui de Puy-l’Evêque de 2010 et 2011, hors leur proximité immédiate avec mes harceleurs de la bande de Cyprien Luraghi ?

Ils sont tous deux géolocalisés dans des villes universitaires chinoises de régions dominées par l’agriculture, Fuzhou dans la province du Fujian, face à Taïwan, pour le premier, et Zhengzhou dans la province du Henan pour le second, davantage au Nord, toujours à l’Est.

Pour mémoire :

 

Fujian Carte indiquant la localisation du Fujian (en rouge) à l'intérieur de la Chine
Carte indiquant la localisation du Fujian (en rouge) à l’intérieur de la Chine

Fuzhou
福州 Image illustrative de l'article Fuzhou

 

Henan Carte indiquant la localisation du Henan (en rouge) à l'intérieur de la Chine
Carte indiquant la localisation du Henan (en rouge) à l’intérieur de la Chine

Zhengzhou
郑州 Image illustrative de l'article Zhengzhou

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fuzhou

Fuzhou

Idéogrammes chinois Cette page contient des caractères chinois. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fuzhou (homonymie).
Plus de 10000 visites au compteur du Petitcoucou, merci Fuzhou ! dans Crime 45px-Flag_of_the_People%27s_Republic_of_China.svg
Cet article est une ébauche concernant une ville de Chine.
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Province Fujian
Statut administratif Ville-préfecture
Code postal Ville : 3500001
Code aéroport FOC
Indicatif 05911
Démographie
Population 7 115 370 hab.
Densité 593 hab./km2
Géographie
Coordonnées 18px-Geographylogo.svg dans Folie26° 04′ 00″ Nord 119° 18′ 00″ Est
Superficie 1 200 000 ha = 12 000 km2
Divers
PIB total 147,6 milliards de yuans (2005)
PIB par habitant 22 301 yuans (2005)

 dans LCR - NPA

magnify-clip dans Perversité

Une vue de Fuzhou

Fuzhou (福州 ; pinyin : Fúzhōu ; EFEO : Fou-Tchéou ; Wade-Giles : Fu-chou) est la capitale de la province chinoise du Fujian. La ville-préfecture comptait, lors du recensement de 2010, 7 115 370 habitants dont 4 408 076 habitants urbains, soit 61.95% de la population totale, tandis que la population rurale était de 2 707 294 habitants, soit 38.05%.

Elle se trouve à l’embouchure du Min Jiang, la principale voie navigable de la province. C’est la grande ville chinoise la plus proche de Taipei, elle en est séparée par le détroit de Formose. Depuis que la ville a été ouverte aux investissements étrangers en 1984, de nombreuses entreprises taïwanaises se sont installées.

La ville doit aux influences océaniques et à son climat subtropical une luxuriante végétation. On y parle le dialecte de Fuzhou du min. Paul Claudel y fut consul de 1899 à 1905 et y écrivit une partie de son œuvre.

Économie

En tant que capitale et centre de distribution des marchandises de la province, Fuzhou est une vitrine pour les échanges commerciaux avec Taïwan. Dès l’établissement de la zone d’expérimentation, 830 projets agricoles représentant un investissement de 930 millions de $US de capitaux étrangers ont été mis en valeur.

La culture des légumes à caractère spécial, celle des légumes pour les plats raffinés et celle des légumes écologiques forment les travaux-clés du développement agricole de Fuzhou. La ferme agricole modèle du détroit Hongkuan à Fuqing et le parc agronomique et écologique moderne Sanhua du Fujian se consacrent à cette culture.

À Fuzhou, il y a beaucoup d’entreprises à capitaux taïwanais qui s’installent dans la zone d’expérimentation.

En 2005, le PIB total a été de 147,6 milliards de yuans, et le PIB par habitant de 22 301 yuans2.

Subdivisions administratives

La ville-préfecture de Fuzhou exerce sa juridiction sur treize subdivisions – cinq districts, deux villes-districts et six xian :

  • le district de Gulou – 鼓楼区 Gǔlóu Qū ;
  • le district de Taijiang – 台江区 Táijiāng Qū ;
  • le district de Cangshan – 仓山区 Cāngshān Qū ;
  • le district de Mawei – 马尾区 Mǎwěi Qū ;
  • le district de Jin’an – 晋安区 Jìn’ān Qū ;
  • la ville de Fuqing – 福清市 Fúqīng Shì ;
  • la ville de Changle – 长乐市 Chánglè Shì ;
  • le xian de Minhou – 闽侯县 Mǐnhòu Xiàn ;
  • le xian de Lianjiang – 连江县 Liánjiāng Xiàn ;
  • le xian de Luoyuan – 罗源县 Luóyuán Xiàn ;
  • le xian de Minqing – 闽清县 Mǐnqīng Xiàn ;
  • le xian de Yongtai – 永泰县 Yǒngtài Xiàn ;
  • le xian de Pingtan – 平潭县 Píngtán Xiàn.

Jumelages

Notes et références

  1. a et b (en) Codes postaux et téléphoniques du Fujian [archive], (en) China Zip Code/ Telephone Code, ChinaTravel [archive]
  2. (en) Market Profiles on Chinese Cities and Provinces [archive] (actualisation 11/2006)

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Fuzhou, sur Wikimedia Commons
 [afficher]

v · d · m

Subdivisions de niveau district de la préfecture de Fuzhou

 [afficher]

v · d · m

Subdivisions de niveau préfecture du Fujian

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fujian

Fujian

Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec la province taïwanaise du Fujian
Succès fou pour mon article du 11 juillet 2014 sur l'affaire Méric dans Folie 35px-%E4%B8%AD-red.svg
Cet article est une ébauche concernant le monde chinois.
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Autres noms Chinois : 福建
Pinyin : Fújiàn POJ : Hok-kian
Abréviation 闽/閩 (Pinyin: mǐn) (POJ: ban)
Statut politique Province
Capitale Fuzhou
Démographie
Population 35 110 000 hab. (2004)
Densité 289 hab./km2
Rang 18e
Nationalités Hans (98 %)
She (1 %)
Hui (0,3 %)
Géographie
Superficie 121 400 km2
Rang 23e
Économie
PIB (2004) 605 300  (11e)
PIB/hab. 17 240 Ұ (7e)

Le Fujian (福建, pinyin : Fújiàn, produit la fortune ; EFEO : Fou-kien ; Wades-Giles : Fu-chien; POJ : Hok-kian) est une province côtière située au sud-est de la Chine.

Les îles côtières (les îles Matsu, Wuqiu, Jinmen et Lieyu) formant l’actuel province taïwanaise du Fujian en font aussi historiquement partie, mais sont restées sous le contrôle le République de Chine dont le gouvernement s’installa sur l’île de Taïwan situé en face du Fujian de l’autre côté du détroit de Taïwan, au moment de l’arrivée des communistes au pouvoir.

Beaucoup de Taïwanais sont originaires de cette région et parlent toujours un dialecte du Fujian né au Xe siècle et issu du minnanhua (闽南话/閩南話 langue du sud du fleuve Min), chinois médiéval.

En français, ses habitants sont appelés les Fukiénois.

La province possède également à Xiamen (Amoy), l’une des quatre zones économiques spéciales (ZES) instaurées dans les années 1980 par le gouvernement chinois.

Géographie et climat

Le Fujian est une région montagneuse dont une grande partie est difficile d’accès, excepté les villes côtières. L’activité économique est d’ailleurs concentrée sur les côtes.

La province jouit d’un climat subtropical, avec des étés très chauds et humides et des hivers doux (excepté dans les régions montagneuses où l’hiver peut être très froid). La mousson s’installe de juin à août et apporte typhons et pluies torrentielles.

Villes

ville population 2006
1. Fuzhou (Hok-ciu) 福州 1 202 136
2. Zhangzhou (Longxi) 漳州 610 379
3. Xiamen (Amoy) 厦门/廈門 592 372
4. Putian 莆田 380 646
5. Shishi 石狮 312 823
6. Sanming 三明 211 410
7. Quanzhou 泉州 184 812
8. Nanping 南平 172 127
9. Yong’an 永安 136 083
10. Longyan 龙岩/龍岩 126 068
11. Bantou (Licheng) 119 670
12. Shaowu 劭武 113 642

Histoire

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !

Durant la Grande famine, entre 1959 et 1961, la province a perdu 870 000 habitants1

À voir

Notes et références

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Zhengzhou

Zhengzhou

Idéogrammes chinois Cette page contient des caractères chinois. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Un spammeur chinois domicilié à Puy-l'Evêque, dans le Lot dans Crime 45px-Flag_of_the_People%27s_Republic_of_China.svg
Cet article est une ébauche concernant une ville de Chine.
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.
Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Province Henan
Statut administratif Ville-préfecture
Code postal Ville : 4500001
Code aéroport CGO
Indicatif 03711
Démographie
Population 3 132 000 hab. (2010)
Densité 3 059 hab./km2
Population préfecture 8 626 505 hab. (2010)
Densité 1 149 hab./km2
Géographie
Coordonnées 18px-Geographylogo.svg dans Folie34° 46′ 00″ Nord 113° 39′ 00″ Est
Superficie 102 400 ha = 1 024 km2
Superficie préfecture 750 700 ha = 7 507 km2
Divers
PIB total 166,1 milliards de yuans (2005)
PIB par habitant 25 474 yuans (2005)

Zhengzhou (郑州 ; pinyin : Zhèngzhōu ; [jŭng-jō]) ou Tcheng-Tchéou est la capitale de la province chinoise du Henan. On y parle le dialecte de Zhengzhou du mandarin zhongyuan.

Géographie

Zhengzhou est une grande ville située au centre de la Chine. Elle est située au carrefour de deux lignes de chemin de fer majeures (les lignes longhai et jingguang) qui en font une ville au trafic ferroviaire très important.

Histoire

La ville a une histoire très ancienne, qui date d’environ 3600 ans. Elle était l’une des villes principales des dynasties Xia (),Shang (), Guan (), Zheng () et Han ().

Lieux et monuments

Zhengzhou possède de nombreux monuments historiques, comme les bâtiments qui ont été construits durant la dynastie Shang (). On trouve à ZhengZhou le Musée du Henan, parmi les plus beaux et riches de Chine. La région étant celle des anciennes capitales de Chine, mais aussi propice aux inondations par le fleuve jaune, de nombreux vestiges permettent de remonter le temps de l’histoire de Chine. Près de la ville se trouve le temple Shaolin, connu dans le monde entier comme étant la source du Kung-Fu Shaolin en Chine.

Universités

  • Université de Zhengzhou (郑州大学)

Économie

En 2005, le PIB total a été de 166,1 milliards de yuans, et le PIB par habitant de 25 474 yuans2.

La ville abrite une bourse de matériaux, une usine du constructeur automobile Nissan, et une usine Foxconn.
Zhengzhou possède un aéroport (code AITA : CGO).

 

Zones industrielles

  • Zhengzhou New & Salut-Tech Zone de développement des industries

Zhengzhou High & New Technology Industries Zone de développement a été créé en 1988, et approuvé par le Conseil d’État de la RPC comme une zone de développement de l’État sur Mar.6, 1991. Il a été évalué à avancer zone de haute technologie de la Chine, respectivement en 1993, 1998 et 2002. La zone couvre actuellement une superficie totale de 18,6 kilomètres carrés. Un plan d’extension a été approuvée par Zhengzhou Gouvernement municipal, les travaux de construction divers débuté en 2004. En vertu de la stratégie de développement de «parcs multiples dans une zone », la zone a fait de grands efforts pour promouvoir le développement de logiciels, technologies de l’information, les nouveaux matériaux, les industries pharmaceutiques et bio-photo-machines-électronique3.

  • Zone Zhengzhou développement économique et technologique

Zone Zhengzhou développement économique et technologique a été approuvé en tant que zone de développement au niveau des États le 13 février 2000. La zone présente une surface développée de 7 kilomètres carrés. Industries encouragé comprennent Electronics Assembly & Manufacturing, Télécommunications, Commerce et Distribution, Industrie pharmaceutique / Biotechnologies, Instruments & Production d’équipement industriel, équipement médical et de fournitures, expédition / entreposage / logistique et l’industrie lourde4.

  • Zone de traitement des exportations Zhengzhou

Zhengzhou (Henan) Export Processing Zone a été créé le 21 juin 2002, avec l’approbation du Conseil d’Etat. Sa superficie prévue est de 2,7 kilomètres carrés. La zone A est situé à Zhengzhou nationale de développement économique et technologique et a commencé à fonctionner le Juin 1, 2004. La superficie des terres est développé 0.893 kilomètres carrés à l’heure actuelle. La zone B est situé à Zhengzhou Airport Area et est adjacent à l’aéroport international de Zhengzhou Xinzheng au nord et couvre une superficie prévue de 5 kilomètres carrés en servitude zone logistique, la servitude de la zone franche et zone industrielle appui, etc 5.

Subdivisions administratives

La ville-préfecture de Zhengzhou exerce sa juridiction sur douze subdivisions – six districts, cinq villes-districts et un xian :

  • le district de Zhongyuan – 中原区 Zhōngyuán Qū ;
  • le district d’Erqi – 二七区 Èrqī Qū ;
  • le district hui de Guancheng – 管城回族区 Guǎnchéng huízú Qū ;
  • le district de Jinshui – 金水区 Jīnshuǐ Qū ;
  • le district de Shangjie – 上街区 Shàngjiē Qū ;
  • le district de Huiji – 惠济区 Huìjì Qū ;
  • la ville de Xinzheng – 新郑市 Xīnzhèng Shì ;
  • la ville de Dengfeng – 登封市 Dēngfēng Shì ;
  • la ville de Xinmi – 新密市 Xīnmì Shì ;
  • la ville de Gongyi – 巩义市 Gǒngyì Shì ;
  • la ville de Xingyang – 荥阳市 Xíngyáng Shì ;
  • le xian de Zhongmu – 中牟县 Zhōngmù Xiàn.

Démographie

La municipalité compte 8 626 505 habitants d’après le recensement de 2010, dont 3 980 250 habitants urbains (6 districts urbains + Xingyang), ce qui en fait la principale métropole de la province.

Jumelages

Notes et références

  1. a et b (en) Codes postaux et téléphoniques du Henan [archive], (en) China Zip Code/ Telephone Code, ChinaTravel [archive]
  2. (en) Market Profiles on Chinese Cities and Provinces [archive] (actualisation 11/2006)
  3. http://rightsite.asia/en/industrial-zone/zhengzhou-hi-tech-industrial-development-zone/ [archive]
  4. http://rightsite.asia/en/industrial-zone/zhengzhou-economic-technology-development-zone/ [archive]
  5. http://rightsite.asia/en/industrial-zone/zhengzhou-export-processing-zone/ [archive]

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

 [afficher]

v · d · m

Subdivisions de niveau préfecture du Henan

[afficher]

v · d · m

Subdivisions de niveau district de la préfecture de Zhengzhou

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Henan

Henan

Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Autres noms Chinois : 河南
Pinyin : Hénán
« Sud du fleuve [Jaune] »
Abréviation 豫 (yù)
Statut politique Province
Capitale Zhengzhou
Démographie
Population 94 023 567 hab. (20101)
Densité 563 hab./km2
Rang 2e
Nationalités Hans (98,8 %)
Hui (1 %)
Géographie
Superficie 167 000 km2
Rang 17e
Économie
PIB (2004) 881 500  (5e)
PIB/hab. 9 375 Ұ (18e)

Le Henan, autrefois Honan (河南, hénán en pinyin, « au sud du fleuve »), est une province du centre-est de la Chine.

Géographie

Bien que présentant des paysages divers, le Henan est en grande partie occupé par la plaine centrale, importante région agricole que traverse le Fleuve Jaune, princpal fleuve de Chine du Nord.

Histoire

Le Henan est un des berceaux de la civilisation chinoise, grâce à son climat favorable et ses terres fertiles. Dans l’histoire chinoise, plusieurs dynasties ont choisi des villes du Henan comme capitales, notamment Luoyang, Kaifeng, Xuchang et Anyang.

Durant le Grand Bond en avant, la province a été particulièrement touchée par la Grande famine : le nombre de victimes n’est pas connu avec exactitude, mais selon le journaliste et historien Yang Jisheng, il pourrait être proche de trois millions2.

Scandale du sang contaminé

Article détaillé : Affaire du sang contaminé.

Dans les années 1990, de nombreuses personnes ont été contaminées par le VIH (virus du sida) par le réseau de transfusion sanguine mis en place au Henan. On estime que dans certains villages, les « villages sida », jusqu’à 80 % des personnes ont été contaminées.

Tensions ethniques

Des heurts opposent depuis quelques années les Hans et les Huis. Entre le 27 et le 31 octobre 2004, des affrontements violents ont opposé des milliers de paysans musulmans de l’ethnie Hui à d’autres paysans, de l’ethnie majoritaire Han, faisant plusieurs morts et blessés. Les autorités chinoises ont reconnu ces émeutes ainsi que le bilan de 7 morts et 42 blessés. D’après un journaliste local interrogé par l’AFP, un total de 150 personnes auraient pu être tuées et blessées.

Économie

Aujourd’hui, le Henan est toujours une des provinces agricoles, son importance a beaucoup baissé depuis une centaine d’années, à cause de sa position géographique et de sa population majoritairement rurale.

Villes

Ville Population 2006
1. Zhengzhou 郑州 2 023 495
2. Xinyang 信阳 1 653 171
3. Luoyang 洛阳 1 397 051
4. Pingdingshan 平顶山 893 814
5. Anyang 安阳 792 081
6. Xinxiang 新乡 747 060
7. Puyang 濮阳 697 988
8. Kaifeng 开封 581 579
9. Jiaozuo 焦作 526 026
10. Xuchang 许昌 471 177
11. Luohe 漯河 437 399
12. Zhoukou 周囗 387 228
13. Sanmenxia 三门峡 382 886
14. Zhumadian 驻马店 266 029
15. Nanyang 南阳 252 702
16. Hebi 鹤壁 247 815
17. Shangqiu (Zhuji) 商丘 182 061

Référence

  1. http://www.geohive.com/cntry/cn-41.aspx [archive]
  2. Yang Jisheng, Stèles. La Grande famine en Chine, 1958-1961, Seuil, 2012, p. 255-257.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

 [afficher]

v · d · m

Subdivisions de niveau préfecture du Henan

[afficher]

v · d · m

Subdivisions de la Chine

Un spammeur chinois domicilié à Puy-l’Evêque, dans le Lot

A compter du 25 juillet dernier dans la soirée, j’ai vu apparaître dans mes statistiques de blog un phénomène assez curieux dont je n’ai pas tardé à parler dans un premier article que je lui ai consacré moins de 48 heures plus tard, dimanche 27 juillet 2014, et un second moins d’une semaine plus tard, le vendredi 1er août 2014 :  un internaute en provenance de la ville chinoise de Fuzhou venait lire plusieurs centaines de fois par jour le même article de mon blog.

Il s’est nettement calmé depuis dimanche dernier, 3 août 2014. Il commence sans doute à s’assoupir sur son ordinateur, à moins que des crampes palmaires ne ralentissent désormais son activité internétique, mais n’a toujours pas terminé sa lecture frénétique de cet article que j’avais publié en date du 11 juillet 2014 :

http://petitcoucou.unblog.fr/2014/07/11/affaire-meric-front-de-gauche-et-violation-du-secret-medical/

Dès le 27 juillet au matin, et en moins de 48 heures, il avait réussi à faire quasiment doubler le nombre des visites sur mon blog depuis son ouverture au mois de mars de cette année. Celui-ci atteignait alors la somme de 10000 visites. Depuis lors, il a encore doublé, dépassant allègrement un total de 20000 visites.

Me souvenant qu’à compter du 21 septembre 2010, et jusqu’au 18 novembre 2011, le cyberdélinquant Pascal Luraghi, dit Cyprien Luraghi, psychopathe, mythomane et calomniateur public mis en valeur dans un blog dénommé « Puy-l’Evêque », s’était amusé à m’envoyer de Chine une quinzaine de « spams » personnalisés en piratant la messagerie hotmail d’un ancien gangster, je viens de vérifier la provenance exacte de ces messages dont rappel dans la suite des articles que je leur avais consacrés sur mon blog « Un petit coucou », chez OverBlog, en 2011 :

 

2011-07-08 Des menaces de Pascal Cyprien Luraghi - Un petit coucou

 

2011-08-24 Des fantaisies du pirate Pascal Cyprien Luraghi - Un petit coucou

 

2011-08-25 Le délinquant Pascal Cyprien Luraghi, totalement décomplexé - Un petit coucou

 

2011-08-30 Le pirate informatique Pascal Cyprien Luraghi est mégalomane - Un petit coucou

 

2011-09-17 Le délinquant Pascal Cyprien Luraghi poursuit ses provocations - Un petit coucou

 

2011-11-26 Cyp Luraghi, cyberdélinquant compulsif - Un petit coucou

 

Cliquez sur les images pour les agrandir et lire les textes.

Je viens donc de vérifier la provenance exacte de ces faux « spams » de 2010 et 2011, il s’agissait de la ville de Zhengzhou ou Tcheng-Tchéou, capitale de la province chinoise du Henan.

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Zhengzhou

Zhengzhou

Idéogrammes chinois Cette page contient des caractères chinois. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Un spammeur chinois domicilié à Puy-l'Evêque, dans le Lot dans Crime 45px-Flag_of_the_People%27s_Republic_of_China.svg
Cet article est une ébauche concernant une ville de Chine.
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.
Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.
Zhengzhou
郑州
Image illustrative de l'article Zhengzhou
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Province Henan
Statut administratif Ville-préfecture
Code postal Ville : 4500001
Code aéroport CGO
Indicatif 03711
Démographie
Population 3 132 000 hab. (2010)
Densité 3 059 hab./km2
Population préfecture 8 626 505 hab. (2010)
Densité 1 149 hab./km2
Géographie
Coordonnées 18px-Geographylogo.svg dans Folie34° 46′ 00″ Nord 113° 39′ 00″ Est
Superficie 102 400 ha = 1 024 km2
Superficie préfecture 750 700 ha = 7 507 km2
Divers
PIB total 166,1 milliards de yuans (2005)
PIB par habitant 25 474 yuans (2005)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Chine

Voir la carte topographique de Chine

City locator 14.svg
Zhengzhou
modifier Consultez la documentation du modèle

Zhengzhou (郑州 ; pinyin : Zhèngzhōu ; [jŭng-jō]) ou Tcheng-Tchéou est la capitale de la province chinoise du Henan. On y parle le dialecte de Zhengzhou du mandarin zhongyuan.

Géographie

Zhengzhou est une grande ville située au centre de la Chine. Elle est située au carrefour de deux lignes de chemin de fer majeures (les lignes longhai et jingguang) qui en font une ville au trafic ferroviaire très important.

Histoire

La ville a une histoire très ancienne, qui date d’environ 3600 ans. Elle était l’une des villes principales des dynasties Xia (),Shang (), Guan (), Zheng () et Han ().

Lieux et monuments

Zhengzhou possède de nombreux monuments historiques, comme les bâtiments qui ont été construits durant la dynastie Shang (). On trouve à ZhengZhou le Musée du Henan, parmi les plus beaux et riches de Chine. La région étant celle des anciennes capitales de Chine, mais aussi propice aux inondations par le fleuve jaune, de nombreux vestiges permettent de remonter le temps de l’histoire de Chine. Près de la ville se trouve le temple Shaolin, connu dans le monde entier comme étant la source du Kung-Fu Shaolin en Chine.

Universités

  • Université de Zhengzhou (郑州大学)

Économie

En 2005, le PIB total a été de 166,1 milliards de yuans, et le PIB par habitant de 25 474 yuans2.

La ville abrite une bourse de matériaux, une usine du constructeur automobile Nissan, et une usine Foxconn.
Zhengzhou possède un aéroport (code AITA : CGO).

 

Zones industrielles

  • Zhengzhou New & Salut-Tech Zone de développement des industries

Zhengzhou High & New Technology Industries Zone de développement a été créé en 1988, et approuvé par le Conseil d’État de la RPC comme une zone de développement de l’État sur Mar.6, 1991. Il a été évalué à avancer zone de haute technologie de la Chine, respectivement en 1993, 1998 et 2002. La zone couvre actuellement une superficie totale de 18,6 kilomètres carrés. Un plan d’extension a été approuvée par Zhengzhou Gouvernement municipal, les travaux de construction divers débuté en 2004. En vertu de la stratégie de développement de «parcs multiples dans une zone », la zone a fait de grands efforts pour promouvoir le développement de logiciels, technologies de l’information, les nouveaux matériaux, les industries pharmaceutiques et bio-photo-machines-électronique3.

  • Zone Zhengzhou développement économique et technologique

Zone Zhengzhou développement économique et technologique a été approuvé en tant que zone de développement au niveau des États le 13 février 2000. La zone présente une surface développée de 7 kilomètres carrés. Industries encouragé comprennent Electronics Assembly & Manufacturing, Télécommunications, Commerce et Distribution, Industrie pharmaceutique / Biotechnologies, Instruments & Production d’équipement industriel, équipement médical et de fournitures, expédition / entreposage / logistique et l’industrie lourde4.

  • Zone de traitement des exportations Zhengzhou

Zhengzhou (Henan) Export Processing Zone a été créé le 21 juin 2002, avec l’approbation du Conseil d’Etat. Sa superficie prévue est de 2,7 kilomètres carrés. La zone A est situé à Zhengzhou nationale de développement économique et technologique et a commencé à fonctionner le Juin 1, 2004. La superficie des terres est développé 0.893 kilomètres carrés à l’heure actuelle. La zone B est situé à Zhengzhou Airport Area et est adjacent à l’aéroport international de Zhengzhou Xinzheng au nord et couvre une superficie prévue de 5 kilomètres carrés en servitude zone logistique, la servitude de la zone franche et zone industrielle appui, etc 5.

Subdivisions administratives

La ville-préfecture de Zhengzhou exerce sa juridiction sur douze subdivisions – six districts, cinq villes-districts et un xian :

  • le district de Zhongyuan – 中原区 Zhōngyuán Qū ;
  • le district d’Erqi – 二七区 Èrqī Qū ;
  • le district hui de Guancheng – 管城回族区 Guǎnchéng huízú Qū ;
  • le district de Jinshui – 金水区 Jīnshuǐ Qū ;
  • le district de Shangjie – 上街区 Shàngjiē Qū ;
  • le district de Huiji – 惠济区 Huìjì Qū ;
  • la ville de Xinzheng – 新郑市 Xīnzhèng Shì ;
  • la ville de Dengfeng – 登封市 Dēngfēng Shì ;
  • la ville de Xinmi – 新密市 Xīnmì Shì ;
  • la ville de Gongyi – 巩义市 Gǒngyì Shì ;
  • la ville de Xingyang – 荥阳市 Xíngyáng Shì ;
  • le xian de Zhongmu – 中牟县 Zhōngmù Xiàn.

Démographie

La municipalité compte 8 626 505 habitants d’après le recensement de 2010, dont 3 980 250 habitants urbains (6 districts urbains + Xingyang), ce qui en fait la principale métropole de la province.

Jumelages

Notes et références

  1. a et b (en) Codes postaux et téléphoniques du Henan [archive], (en) China Zip Code/ Telephone Code, ChinaTravel [archive]
  2. (en) Market Profiles on Chinese Cities and Provinces [archive] (actualisation 11/2006)
  3. http://rightsite.asia/en/industrial-zone/zhengzhou-hi-tech-industrial-development-zone/ [archive]
  4. http://rightsite.asia/en/industrial-zone/zhengzhou-economic-technology-development-zone/ [archive]
  5. http://rightsite.asia/en/industrial-zone/zhengzhou-export-processing-zone/ [archive]

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

 [afficher]

v · d · m

Subdivisions de niveau préfecture du Henan

[afficher]

v · d · m

Subdivisions de niveau district de la préfecture de Zhengzhou

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Henan

Henan

 

Henan
Carte indiquant la localisation du Henan (en rouge) à l'intérieur de la Chine
Carte indiquant la localisation du Henan (en rouge) à l’intérieur de la Chine
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Autres noms Chinois : 河南
Pinyin : Hénán
« Sud du fleuve [Jaune] »
Abréviation 豫 (yù)
Statut politique Province
Capitale Zhengzhou
Démographie
Population 94 023 567 hab. (20101)
Densité 563 hab./km2
Rang 2e
Nationalités Hans (98,8 %)
Hui (1 %)
Géographie
Superficie 167 000 km2
Rang 17e
Économie
PIB (2004) 881 500  (5e)
PIB/hab. 9 375 Ұ (18e)
modifier Consultez la documentation du modèle

Le Henan, autrefois Honan (河南, hénán en pinyin, « au sud du fleuve »), est une province du centre-est de la Chine.

Géographie

Bien que présentant des paysages divers, le Henan est en grande partie occupé par la plaine centrale, importante région agricole que traverse le Fleuve Jaune, princpal fleuve de Chine du Nord.

Histoire

Le Henan est un des berceaux de la civilisation chinoise, grâce à son climat favorable et ses terres fertiles. Dans l’histoire chinoise, plusieurs dynasties ont choisi des villes du Henan comme capitales, notamment Luoyang, Kaifeng, Xuchang et Anyang.

Durant le Grand Bond en avant, la province a été particulièrement touchée par la Grande famine : le nombre de victimes n’est pas connu avec exactitude, mais selon le journaliste et historien Yang Jisheng, il pourrait être proche de trois millions2.

Scandale du sang contaminé

Article détaillé : Affaire du sang contaminé.

Dans les années 1990, de nombreuses personnes ont été contaminées par le VIH (virus du sida) par le réseau de transfusion sanguine mis en place au Henan. On estime que dans certains villages, les « villages sida », jusqu’à 80 % des personnes ont été contaminées.

Tensions ethniques

Des heurts opposent depuis quelques années les Hans et les Huis. Entre le 27 et le 31 octobre 2004, des affrontements violents ont opposé des milliers de paysans musulmans de l’ethnie Hui à d’autres paysans, de l’ethnie majoritaire Han, faisant plusieurs morts et blessés. Les autorités chinoises ont reconnu ces émeutes ainsi que le bilan de 7 morts et 42 blessés. D’après un journaliste local interrogé par l’AFP, un total de 150 personnes auraient pu être tuées et blessées.

Économie

Aujourd’hui, le Henan est toujours une des provinces agricoles, son importance a beaucoup baissé depuis une centaine d’années, à cause de sa position géographique et de sa population majoritairement rurale.

Villes

Ville Population 2006
1. Zhengzhou 郑州 2 023 495
2. Xinyang 信阳 1 653 171
3. Luoyang 洛阳 1 397 051
4. Pingdingshan 平顶山 893 814
5. Anyang 安阳 792 081
6. Xinxiang 新乡 747 060
7. Puyang 濮阳 697 988
8. Kaifeng 开封 581 579
9. Jiaozuo 焦作 526 026
10. Xuchang 许昌 471 177
11. Luohe 漯河 437 399
12. Zhoukou 周囗 387 228
13. Sanmenxia 三门峡 382 886
14. Zhumadian 驻马店 266 029
15. Nanyang 南阳 252 702
16. Hebi 鹤壁 247 815
17. Shangqiu (Zhuji) 商丘 182 061

Référence

  1. http://www.geohive.com/cntry/cn-41.aspx [archive]
  2. Yang Jisheng, Stèles. La Grande famine en Chine, 1958-1961, Seuil, 2012, p. 255-257.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

 [afficher]

v · d · m

Subdivisions de niveau préfecture du Henan

[afficher]

v · d · m

Subdivisions de la Chine

12

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo