Josette Brenterch contre Petitcoucou et OverBlog : les prévenues n’étaient pas coupables mais victimes !

En 2008, une bande de pirates informatiques et de militants de l’extrême-gauche en relation avec des figures du grand banditisme s’est constituée autour de l’autoproclamé « écrivain en ligne et à l’oeil » Pascal Edouard Cyprien Luraghi alors que plusieurs d’entre eux s’étaient inscrits sur le site d’information Rue89 pour y poursuivre sur ce terrain médiatique leurs « combats » habituels.

Le prétendu « écrivain » en faisait partie. Il pensait avoir trouvé là le moyen de se faire connaître et de voir enfin reconnu son « génie littéraire », un style « prolo » qui a toujours fait fuir tous les « bourgeois » qu’il hait tant depuis sa plus tendre enfance, lui qui a quitté l’école à 14 ans en situation d’échec scolaire.

Las, il s’est surtout fait remarquer pour ses injures et calomnies incessantes à l’encontre de toutes sortes d’individus, certains connus et d’autres non, notamment les nombreux commentateurs du site qui ne s’extasiaient pas à chacun de ses dégueulis, ou pire encore, qui se voyaient eux-mêmes encenser pour l’intérêt de leurs commentaires quand les siens étaient régulièrement supprimés comme hors-sujet ou hors-la-loi.

Il s’est mis à détester tous ces riverains et blogueurs de Rue89, à les poursuivre partout de ses injures et agressions internétiques diverses et variées, comprenant dès 2008 des piratages informatiques qui lui permettaient de les identifier, de fouiller leurs vies privées et de récupérer toutes les données qu’il utilisait dès lors pour se livrer à leur encontre à des harcèlements des plus pernicieux.

Or, j’en faisais partie.

Et contrairement à d’autres, j’étais déjà victime de faits analogues de la part de Josette Brenterch et de ses sbires de la LCR de Brest depuis de nombreuses années.

Cyprien Luraghi s’y est naturellement rallié pour toutes ses exactions à mon encontre.

Cette association explique la forme particulière que prennent dès leur origine toutes ses attaques à mon encontre, son acharnement extraordinaire à me faire taire absolument partout et à tout propos, mais d’abord sur moi-même, quoique je sois toujours restée anonyme, la richesse des informations et de toutes les inventions calomnieuses qu’il se permet lui-même de publier ou de propager à mon sujet.

Toujours à la recherche de « personnages » pour ses « romans » parmi les différents internautes qu’il croise sur la toile, il pense enfin tenir celui qui lui apportera gloire et richesse et ne le lâche plus.

La perverse Josette Brenterch l’entretient dans ces idées fallacieuses. Elle l’utilise pour son propre « combat » éminemment destructif contre toute ma famille.

Au mois de juin 2010, elle lui donne son feu vert pour la révélation au public sur ses deux blogs alors actifs de mon identité ainsi que de nombreuses autres informations relevant de l’intimité de ma vie privée.

Ce faisant, ils commettent à mon encontre le délit d’atteinte à l’intimité de la vie privée que l’année suivante ils m’accuseront mensongèrement d’avoir commis contre eux.

En effet, ils révélaient eux-mêmes leurs identités au public ou écrivaient sous leurs patronymes véritables tandis que pour ma part j’avais toujours veillé à rester parfaitement anonyme sur Internet.

Je ne communiquais même pas mon identité à des internautes avec lesquels j’entretenais pourtant des échanges privés très réguliers voire quotidiens.

Et naturellement, j’avais bien signifié aux délinquants mon opposition formelle à la révélation de mon identité au public dès lors qu’ils m’avaient menacée de commettre ce viol au mois de juin 2010.

Mais ils n’auraient jamais dû en avoir connaissance. Ce sont bien les piratages informatiques dont j’étais déjà victime de leur part depuis deux ans qui leur avaient permis de la découvrir.

S’associait d’emblée à cette révélation la publication tout aussi illégale d’une montagne d’affabulations délirantes et particulièrement infamantes à mon égard, présentées mensongèrement comme autant d’éléments de ma vraie vie ou de ma personnalité véritable.

Mes premiers démentis publics concernant ces calomnies étaient suivis de nouvelles publications dans lesquelles j’étais notamment abondamment traitée de menteuse ou de mythomane à propos de mes relations privées avec des tiers, ces derniers étant eux aussi nommés et calomniés par les délinquants.

Et cela continuera quotidiennement jusqu’à la fermeture au public des commentaires des différents blogs où, toujours aujourd’hui, Pascal Edouard Cyprien Luraghi et sa bande de dingues continuent à délirer à mon sujet tout en commentant toutes les informations qu’ils obtiennent toujours illégalement sur mon compte et celui de mes proches ou de mes anciennes relations.

Ces campagnes de calomnies publiques nominatives d’une rare violence, menées simultanément sur plusieurs sites par toute une bande de psychopathes déchaînés, m’obligeaient dès le mois de juin 2010 à rechercher l’avocat qui pourrait m’aider à faire cesser ces exactions dans les plus brefs délais.

Dans l’attente que la justice ne prenne le relais, je commençais également à publier des droits de réponse afin de rétablir la vérité sur ma propre biographie ou ses principaux éléments.

Ce sont ces articles qui m’ont valu à compter de l’année suivante de la part de Josette Brenterch les poursuites qui avaient conduit à une première condamnation parfaitement scandaleuse le 11 juin 2013, puis à son annulation et ma relaxe définitive comme celle de mon hébergeur OverBlog par la Cour d’Appel de Rennes le 2 décembre 2015.

Pascal Edouard Cyprien Luraghi s’obstinant à me dire « coupable » alors qu’une exception de bonne foi a été plaidée dans cette affaire, je tenais à bien repréciser tout ce qui précède.

Egalement, sa complice Josette Brenterch ayant formé contre la décision du 2 decembre 2015 un pourvoi en cassation qui n’a pas été admis, j’informe le lecteur que les différentes étapes de cette dernière procédure sont intervenues aux dates suivantes :

  • 21/12/2015 – Enregistrement de l’affaire
  • 15/02/2016 – Nomination du conseiller rapporteur
  • 29/02/2016 – Distribution à un avocat général
  • 08/03/2016 – Audience (Section 3 Intérêts civils FR d’admissibilité)
  • 08/03/2016 – Décision n°1645 NON-ADMISSION

Josette Brenterch n’a jamais déposé aucun mémoire en soutien de son pourvoi.

Elle savait donc depuis la nomination d’un conseiller rapporteur le 15 février 2016 que la décision de non admission, inéluctable, n’allait pas tarder à clôturer cette procédure.

Or, dès le lendemain, 16 février 2016, débutait une nouvelle campagne particulièrement profitable pour certains pirates :

http://forum.malekal.com/locky-ransomware-crypto-ransomware-t54444.html

http://www.metronews.fr/high-tech/ransomware-locky-les-francais-premieres-victimes-des-pirates/mpcp!0yc8seyYbK5M2/

Ransomware Locky : les Français, premières victimes des pirates

 

Mis à jour : 16-03-2016 17:24

- Créé : 16-03-2016 17:03

PIRATAGE – Les attaques de logiciels malveillants de type « ransomware » sont en forte hausse. Depuis plusieurs semaines, celui surnommé Locky, vise tout particulièrement la France. Explications.

 

Ransomware Locky : les Français, premières victimes des pirates

 

KASPERSKY LAB

Photo:

À croire que les Français sont les vaches à lait de la cybercriminalité. Le mois dernier, l’éditeur d’antivirus Kaspersky Lab a recensé pas moins de 40.000 tentatives de piratage par « ransomware », principalement en France et en Allemagne. Ce logiciel malveillant, surnommé Locky, permet à des pirates d’extorquer de l’argent aux utilisateurs dont les appareils ont été infectés.

Plus concrètement, cela commence par la réception d’un mail semblant provenir de votre opérateur téléphonique, de EDF ou de votre banque. Ce dernier contient une pièce jointe piégée qui, une fois qu’elle est consultée, déclenche automatiquement le téléchargement du logiciel malveillant. Celui-ci s’exécute en chiffrant les fichiers personnels de l’utilisateur afin de les rendre illisibles.

Les pirates restaurent les données dans la plupart des cas

Et l’arnaque est plutôt bien ficelée. « Pour procéder au paiement de la rançon, la victime est dirigée clic après clic grâce à un tutoriel fourni par les pirates », précise l’expert. Ce dernier prend le plus souvent la forme d’un fichier texte (comme dans l’exemple ci-dessous fourni par Kaspersky Lab). « Il arrive parfois que le pirate prenne le contrôle à distance de la machine ou qu’il guide l’utilisateur via un chat en ligne. »

EN SAVOIR + >> 5 choses à savoir pour ne pas se faire dépouiller par un hackeur

Ransomware Locky : les Français, premières victimes des pirates
EN SAVOIR + >> Facture Free Mobile : attention au faux mail qui prend vos données en otage« Ce sont les photos du petit ou celles du mariage, et les sommes réclamées par les pirates ne sont pas très élevées, autour de 300 euros en moyenne, relève Laurent Heslault, directeur des stratégies de sécurité chez Symantec France. Par conséquent, la majorité des gens paient la rançon. » De leur côté, les piratent ont rapidement compris qu’il était dans leur intérêt de procéder à la restauration.« Le Bitcoin a fait exploser le phénomène »Le paiement de la rançon se fait généralement en monnaie électronique. « Le Bitcoin a fait exploser le phénomène, car il est presque impossible de tracer la transaction », souligne Laurent Heslault. L’expert recommande d’ailleurs de ne pas céder au chantage et faire nettoyer l’ordinateur, si besoin avec l’aide d’un spécialiste, avant de tenter de récupérer les fichiers qui peuvent l’êtreÀ LIRE AUSSI
>> BITorrent : un nouveau logiciel malveillant vous réclame 370 euros sous Mac
>> Mac OS X et iOS sont les logiciels les moins sécurisés de 2015
>> Une mystérieuse entreprise offre un million de dollars pour pirater l’iPhone
Josette Brenterch contre Petitcoucou et OverBlog : les prévenues n'étaient pas coupables mais victimes ! dans AC ! Brest
Matthieu Delacharlery

Mail-envelope dans CalomnieE-mail

 

Les courriers électroniques vérolés que j’ai moi-même reçus entre le 1er et le 13 mars 2016 font partie de cette campagne.

Dès le 24 février 2016, Cyprien Luraghi publiait :

 

Chauffe la couenne !

Par cyp | Publié : 24 février 2016

 

*

Ingérer, accumuler, profiter.
Les jours rallongent, la sauce aussi.
Ça sent la casserole.
Et la jonquille en attendant les lilas.

*

L’Icyp : 14 ans au compteur et 500 000 commentaires.

…E la nave va !

 

Publié dans Billet Express, Déconnologie, Tout court | Mots-clefs : Bestioles, cochon, Icyp, Joie, Rêvasserie | 3593 commentaires

 

Faisant ses comptes, il s’en réjouissait.

Le week-end dernier, il a bien festoyé avec quelques amis.

Réunion de comploteurs chez Luraghi ce week-end

Et voilà, c’était prévisible, il y a bien eu un conseil de guerre restreint chez le grand maître terro Pascal Edouard Cyprien Luraghi le week-end dernier.

Le cyberdélinquant continuant à me bloquer l’accès en lecture à son blog public comme il l’a toujours fait depuis le mois d’octobre 2011, je n’ai pas vu ce texte le jour de sa publication et n’en prends connaissance qu’aujourd’hui.

L’on notera que le « déconnologue » est bien né en 2008, comme j’ai très souvent l’occasion de le dire, et que ce militant acharné de le cause extrême-gauchiste ou « antifasciste » se la jouant volontiers petit peuple fait bombance et roule en grosse berline allemande.

Même au RSA, il ne se prive de rien.

 

Les cuites sont carottes

Par cyp | Publié : 13 mars 2016

 

La Déconnologie1 2 a pour particularité de surgir des écrans pour se projeter dans la réalité réelle. C’est sa signature. L’écran c’est bien, mais ça ne vaut pas une bonne vieille table en bois d’arbre garnie d’une brochette de bons vivants, couverte de victuailles et de bons flacons.

Or donc depuis 2008 un paquet d’entre nous se rend visite en vrai. Et de temps à autre des raouts s’organisent chez l’un ou l’autre ou en louant un gîte pour l’occasion. Quand le raout comprend peu de déconnos, il s’agit alors d’un raoutito. Et là, justement, on vient de s’en faire un à l’occasion du passage en France d’une déconnologue distinguée dont je ne dirai rien publiquement car de nos jours les murs de l’internet ont des oreilles pleines de pus et des langues de putes. Raoutito rondement mené et pas encore plié puisque nous finissons les restes en compagnie d’un déconno restant quelques jours de plus afin d’arpenter les ruelles pentues de Puycity, le Trou de nez du Monde, siège interplanétaire de la Déconnologie3 dans sa grosse berline allemande pavoisée aux armes de notre meute sauvage.

 

Y avait pas de vent ce jour-là pour déployer le drapeau mais ça frime à mort quand même.

Le raout ou sa déclinaison le raoutito, se décompose en trois parties : le racontage de conneries, le disage de mal des pnutres4 et le tapage de cloche. Le tout abondamment arrosé de Cahors5 vu qu’on est en plein mitan du vignoble. Bref : tout va bien à bord et c’est toujours autant magique de voir de nouvelles têtes sortir de derrière leurs écrans. Et puis ça sent le printemps, enfin : à l’instant le premier matou de l’année vient de pousser son cri d’amour de derrière les hortensias du jardin d’Édith… et la Moutche ne semble pas pressée de rentrer ce soir ;-)

E la nave va les aminche(ttes) !

 

  1. Pilotique et lamorillienne. [↩]
  2. Le lamorillianisme est l’émanation de l’esprit de lamorille, fritteur en chef de l’Icyp. [↩]
  3. Lequel Trou de nez n’a rien à envier dans un tout autre genre, au Nombril du Monde : Pougne-Hérisson. [↩]
  4. Le pnutre est un genre de gnoutre mais en moins grave. [↩]
  5. Fors ma pomme vu que ne je picole plus depuis des lustres. [↩]
Publié dans Billet Express, Déconnologie | Mots-clefs : Amitié, Carottes, Chats, Fruits et légumes, Gniasses, Icyp, Kondukator, La Moutche, Puycity, Raout | 126 commentaires

Comment Cyprien Luraghi a fixé le calendrier des attentats de Paris

Depuis l’automne de l’année 2011, Josette Brenterch et ses acolytes de la bande du cyberdélinquant et psychopathe Pascal Edouard Cyprien Luraghi se sont toujours arrangés pour provoquer des évènements retentissants avant l’obtention de décisions de justice iniques à mon encontre, ou contre mon ancien hébergeur de blog OVERBLOG.

Les premiers éléments évoquant un début de préparation ou de concertation en vue des attentats des 7, 8 et 9 janvier 2015 à Paris remontent au mois de mai 2014, alors que commençaient échanges de pièces et conclusions dans le cadre de la procédure que Josette Brenterch avait intentée à mon encontre en 2011, après qu’un premier jugement rendu à Brest le 11 juin 2013 eut été remis en cause par voie d’appel.

Elle m’avait fait poursuivre pour des injures et diffamations publiques à son égard qu’aurait constituées la publication sur mon blog « Un petit coucou » sur la plateforme de blogs OVERBLOG de démentis et droits de réponse à la suite de ses campagnes de calomnies publiques nominatives à mon encontre, essentiellement supportées par les blogs de son complice le cyberdélinquant Pascal Edouard Cyprien Luraghi.

Les juges brestois ont estimé que leur version de ma biographie était juste, et la mienne entièrement fausse. Ils seront peut-être eux-mêmes jugés un jour pour toutes leurs allégations mensongères et inventions calomnieuses à mon encontre, si ce n’est par leurs pairs, au moins par des historiens.

En attendant, alors que la Cour d’Appel de Rennes s’apprête à rendre sa décision dans cette affaire, de nouveaux attentats particulièrement meurtriers ont encore eu lieu à Paris, le 13 novembre 2015.

Mais revenons au mois de mai 2014. Cyprien Luraghi rendant compte à ses lecteurs de l’évolution de cette procédure avait alors écrit :

 

Ajouté le 22 mai 2014

De nouvelles pièces ayant été fournies au tout dernier moment lors de l’audience du 21 mai par XXXXXXXX, cette audience a été reportée. Pour l’heure, nous ne connaissons pas la date de cette prochaine audience, qui se tiendra peut-être à l’automne.

 

Il s’y attendait et avait déjà fermé son blog au public quelques jours plus tôt, le 13 mai 2014, après avoir également cessé d’écrire sur le site Rue89 où il ne reprendra son activité de troll qu’à compter du 7 novembre 2014.

NEMROD34 dont les procédures contre OVERBLOG sont intimement liées à celles de sa complice Josette Brenterch à mon encontre, et qui ne gagne pas à tous les coups (il avait perdu son premier procès en référé le 8 avril 2011), perdait son procès au fond contre OVERBLOG quatre jours plus tard, le 26 mai 2014 – un échec dont son complice Pascal Edouard Cyprien Luraghi s’est bien gardé de rendre compte à ses lecteurs. Mais il a fait appel de ce jugement prononcé en première instance par le Tribunal de Grande Instance de Béziers et compte gagner en appel comme au mois de décembre 2011, avec le soutien actif de ses complices brestois, que dans l’intervalle il aide lui-même du mieux qu’il peut à obtenir de nouvelles décisions iniques à mon encontre.

Leur complice Cyprien Luraghi a rouvert son blog au public le 24 décembre 2014 après y avoir noté, toujours sur la même page restée publique :

 

Ajouté le 5 août 2014

Une audience-relais, nécessaire pour cause d’encombrement à la Cour d’appel de Rennes et pour éviter l’extinction de l’affaire due à la prescription extrêmement courte − trois mois − prescrite pour ces délits par la loi de 1881 sur la Presse, aura lieu le 12 août. C’est alors que nous serons fixés sur la nouvelle date de l’audience en appel de l’affaire du Corbeau de Brest.

Ajouté le 18 décembre 2014

Après deux nouveaux reports successifs, la date de l’audience en appel est fixée au 4 février 2015.

Ajouté le 21 décembre 2014

Un psychiatre interrogé sur cette affaire m’avais conseillé il y a un an et demi : « essayez l’indifférence ». Alors en bon petit soldat, c’est ce que j’ai fait. En un sens il n’a pas tort : il convient de ne pas interférer avec un(e) paranoïaque dès lors qu’on en est le « persécuteur désigné ». Mais la réalité du Web fait que ce sage conseil ne sert à rien. En effet, après avoir installé un système permettant de n’afficher les commentaires de l’Icyp qu’à ses seuls membres inscrits il y a deux ans, puis totalement immergé l’Icyp en mai 2014 et m’être abstenu de toute présence visible sur le Web pendant six mois, cela n’a pas empêché XXXXXXXX de publier plusieurs dizaines d’articles délirants sur ses deux blogs-miroirs (http://petitcoucou.unblog.fr et http://satanistique.blogspot.fr), s’acharnant sur nous avec la même vigueur que sur son premier blog supprimé en 2011, suite au procès de NEMROD34 contre son hébergeur d’alors.

 

Dans ses commentaires sur le site Rue89, il expliquait avoir passé six mois à comploter avec des tas de gens.

Puis sur son blog :

 

Ajouté le 28 janvier 2015

Fermé le 6 janvier par son hébergeur (voir plus haut), le blog http://petitcoucou.unblog.fr a été rouvert aujourd’hui. XXXXXXXX étale donc ses délires en boucle sur trois blogs, présentement… et ce à sept jours de son procès en appel à Rennes.

Ajouté le 29 janvier 2015

Une fois de plus − la sixième −, l’audience en appel qui aurait dû avoir lieu le 4 février, est reportée, probablement pour des raisons d’encombrement de ce Tribunal. Pour l’heure nous ignorons la date prévue pour cette future audience.

Ajouté le 4 février 2015

La date de l’audience en appel à Rennes est fixée au 9 avril.

Ajouté le 8 avril 2015

L’audience en appel est repoussée pour la septième fois à une date encore inconnue. Pendant ce temps XXXXXXXX continue de délirer en mode paranoïaque, de harceler et d’injurier les magistrats brestois, moi-même, NEMROD34 et Josette publiquement sur trois blogs-miroirs, impunément.

Ajouté le 15 avril 2015

La date de l’audience-relais évitant l’extinction de l’affaire − la prescription est de trois mois pour la loi de 1881 sur la presse − est fixée au 7 juillet. La date de l’audience réelle n’est pas encore fixée. Nous en sommes donc à neuf reports successifs à ce jour.

Ajouté le 9 juillet 2015

La nouvelle date d’audience à la Cour d’appel de Rennes est fixée au 30 septembre, 16 h. Dixième report. No comment.

 

Plus la date de l’audience tant attendue s’éloignait des 7, 8 et 9 janvier 2015 et plus il devenait évident qu’un nouvel attentat serait organisé à une date plus propice à l’effet habituellement recherché par les évènements qu’organisent les terroristes de la bande de Cyprien Luraghi aux fins de soutenir toutes les exactions de ce malade à mon encontre.

Et enfin, à compter du 16 septembre 2015, il ajoutait à sa page publicitaire entièrement calomnieuse à mon égard  :

 

Ajouté le 16 septembre 2015

L’audience du 30 septembre est confirmée comme étant « pour plaider » − c’est-à-dire une vraie audience − et non pas « pour ordre » − audience-relais pour pallier au temps de prescription extrêmement court en vigueur pour les affaires concernant la loi de 1881 sur la liberté de la Presse (trois mois).

Ajouté le 30 septembre 2015

L’audience de ce jour a été inscrite : sauf par extraordinaire, elle aura donc bien lieu.

Ajouté le 1er octobre 2015

L’audience en appel a eu lieu hier. Le délibéré sera rendu le 2 décembre 2015.

 

Nous savons aujourd’hui que le cerveau présumé des attentats du 13 novembre 2015 préparait ses attaques depuis environ deux mois, et aussi que les services de renseignements américains s’y attendaient depuis le printemps.

En revanche, nous ne savons pas si les pouvoirs publics envisagent un quelconque moyen de réprimer ce genre de prêches ou de limiter leurs nuisances :

 

J’encule la liberté d’expression

Par cyp | Publié : 16 octobre 2012

 

…/…

 

Il n’y a rien à espérer d’un internet tenu par de tels débiles, pour qui la liberté d’expression se doit d’être absolue, pourvu que le néonazi ou assimilé, proférant les pires saloperies, le fasse en y mettant les formes. Les grands forums, c’est tout dans la forme et rien dans le fond du slip, sinon des traces douteuses dûment désodorisées.

Idem : Luc a collé un autre lien qui en dit long sur cette connerie de liberté d’expression hier, sur le fil… Dans cet article − CLIC − on lit qu’un épouvantable fumier à gueule de con tamponnée sur l’œuf postant des horreurs sur un forum de libre expression américain, s’est fait démasquer par un journaliste, au grand dam de la horde de petits cons ignares défendant cette fameuse liberté d’expression avec laquelle je me torche comme avec le drapeau d’un pays dont la devise nationale comporte elle aussi ce mot le plus dévoyé du monde : LIBERTÉ.

Ma liberté m’enjoint de boucler la gueule à ses ennemis, aussi j’encule la liberté d’expression des fafs, des nazis, des corbeaux de l’internet, des propagateurs d’idéologies mortifères, et je surencule (le Lexique de l’Icyp n’est accessible qu’aux membres insccrits) les modérateurs collaborationnistes, les patrons de plateformes d’hébergement de blogs de corbeaux pourris,2 les journalistes de la presse geek complices de ce sinistre état de fait et tous ceux qui les soutiennent, pauvres petits cons d’anonymous ridicules de mes couilles.

E la nave va !

  1. La digestion du poulet assoupit le consommateur : j’en suis un exemple vivant. [↩]

  2. OverBlog, tout particulièrement ; lire ce billet. [↩]

 

La liberté d’expression c’est la haine

Par cyp | Publié : 16 août 2015

Alors que le monde est mené à sa perte par un copilote paranoïaque, l’Icyp fend le fluide peinardement, piloté de patte sûre par un kondukator de service à l’équaminité proverbiale,1 visant le cap Nirvana aux confins de l’océan Octétique. La haine déferle librement tout autour de sa petite coque ballotée, mais dont le bois de table encaisse sans broncher la furie des éléments extérieurs.

Autrefois, les fous naviguaient dans une nef. De nos jours c’est l’océan qui est devenu fou. Les monstres marins sont de sortie : leur liberté d’expression est absolue et d’aucuns − la foule compacte des décervelés − s’en réjouissent. Pas moi. Pas eux ainsi que de plus en plus de gens sensés. Mais je ne me fais aucune illusion : à lire les avis de hordes de connards de tous bords sur ce délicat sujet, je sais que c’est pas gagné d’avance et que la raison, la sensibilité, le sens humain, ne sont plus de mise dans ce monde de cinglés livrés aux mafieux faisant régner leurs lois sur le réseau. La loi du fric, la loi du plus fort, la loi de la haine. Cette haine qui est la liberté d’expression des ordures. Masquées, bien entendu.

À l’abusion opposons la désabusion !

(et merci à Spleenlancien pour ses liens si souvent pertinents)

e la nave va !

  1. lol [↩]

C’était quoi, ce « Baron Dimanche au trou zombie » ?

Depuis que ses victimes ont commencé à porter plainte contre lui, en 2010, le cyberdélinquant Pascal Edouard Cyprien Luraghi a plusieurs fois supprimé de ses textes publics les concernant, et même totalement fermé son blog principal une première fois le 13 décembre 2012 avant de le rouvrir le 25 juin 2013, et une seconde fois le 13 mai 2014 avant de le rouvrir le 24 décembre 2014.

Au cours de cette seconde fermeture, il a encore supprimé des textes, dont celui qui jusqu’au 13 mai 2014 précédait ses revendications terroristes du 17 novembre 2008, un billet de blog qu’il avait publié le même jour et intitulé « Baron Dimanche au trou zombie ».

Auparavant, il avait publié :

 

Chez Cyprien Luraghi − En ligne et à l’œil depuis 2001


Attaque personnelle

Par cyp | Publié : 27 octobre 2008

© Cyprien Luraghi 2007© Cyprien Luraghi 2007

 

Il ne veut à tout prix pas qu’on le maraboute. Pourtant j’élabore tous les jours les philtres délétères qui l’assécheront définitivement.

Si nous nous y mettons tous, nous aurons bien sa peau ; j’ai commandé le kit vaudou (douze euros trente franco de port) hier, qui rejoindra sur mon autel conspuatoire les nazes et les nazis que je honnis.

Il ne veut absolument pas qu’on lui noue l’aiguillette et pourtant je fais tout pour, dans le secret creuset au cœur de l’atelier, planqué derrière les étagères et les carcasses d’ordinateurs. Je lui inflige des piqûres à l’abdomen et dans les yeux et je souhaite qu’il crève dans toutes les douleurs et qu’il se vide de ses liquides.

Je suis le Jivaro déterminé à le réduire tant que je pourrais porter sa tête autour du cou. Elle fera peur aux gens et me protègera avec ses dents.

***

Je pense depuis au moins trente ans que les manifs ne servent plus à rien, d’ailleurs le présideur ne s’y est pas trompé : le pouvoir n’est plus dans la rue.

C’est pourquoi je préconise la pratique du maraboutage pour venir à bout de ce fléau de dictadent que le suffrage universel nous a infligé. Très efficace ; en plus ce con y croit, j’en suis certain. Je l’ai vu dans ma poule de cristal.

Le présideur dictadent ne m’a pas vu venir : j’ai préparé ma soupe de sorcière de longue date. Si, si : il suffit de mélanger intimement toutes les sales bêbêtes dont je me suis servi pour illustrer mon blog depuis deux ans et des pour s’en concocter une furieusement régicide.

Le peuple aura ta peau, Sarkolas !

 

 

Migration

Par cyp | Publié : 30 octobre 2008

© Cyp Luraghi 1982 – Dans un Twin Otter en route vers l’aérodrome de Lukla, non loin du camp de base de l’Everest© Cyp Luraghi 1982 – Dans un Twin Otter en route vers l’aérodrome de Lukla, non loin du camp de base de l’Everest

 

Tout doux à la manœuvre et ne pas se viander dans le nuage ou sur les cimes.

Après sept ans d’existence, mon site vient de migrer tout en douceur des lentissimes serveurs de chez Free à une Dédibox toute pimpante et très nerveuse. Un boulot pas de tout repos. J’aime beaucoup la classification des niveaux dans le monde informatique des réseaux qui font le Net : ça part de la piétaille des néophytes et ça va tout en haut chez les Barbus. Mais je n’ai d’autre barbe que celle en poils qui me gratte le menton présentement. Mon niveau à moi, c’est Velu Grave et Bidouillou Opinâtre Noctambule, et ça suffit à ma démerde.

Trente cinq euros par mois pour la bestiole ; c’est mon seul luxe ; le prix de ma rotative électronique. Après tout je n’ai pas de téléphone mobile, ni de télévision et mon trousseau se réduit à l’essentiel. Seul le tabac me coûte cher, à part ça.

C’est aussi le prix à payer pour pouvoir écrire librement au XXIème siècle, sans avoir à se maquer avec un éditeur véreux ou à s’abibocher avec la coterie des écrivains qui causent dans le poste. Un écrivain ne doit qu’écrire, je pense fermement.

Le vent du Nord pousse les grues cendrées !

 

Cet article a été publié dans Fabrication avec les mots-clefs : , , , , , , . Bookmarker le permalien. Les trackbacks sont fermés, mais vous pouvez laisser un commentaire.

 

Marabout de ficelle

Par cyp | Publié : 1 novembre 2008

© Shanti Devi Luraghi 2008© Shanti Devi Luraghi 2008

 

Gentil, ♬ gentil petit lapin ♪, matou ronron.

Je me grime en bon citoyen mais n’étant pas doué, je passe pas dans la masse inaperçu, hélas, et pourtant je suis tout réjoui.

Faudrait qu’il se méfie à l’Élysée, le locataire : d’Albanel à Boutin je vais marabouter côté femelle, et chez les mâles faire souffler le ravage de l’Hirsch à l’Hortefeux.

Et quand toute la cour sera bien décimée, j’achèverai le rite en épinglant Nicolas-le-Vulgaire à côté de la carapace de Mussolini, au panthéon des crapauds-buffles de ma collection.

Il y aurait des funérailles générales où la gigasse fade Carla Bruni serait veuve échalas peu éplorée.

***

En tant que Kondukator de l’Ici-Blog, je préconise le port massif d’oreilles en peau de chat et le lancer de sortilèges antinicolesques. D’ailleurs j’ordonne à l’univers entier de mettre le paquet le jour de la Saint Nicolas de l’An 2008 de l’Ère du Têtard Épinglé, soit le 6 Décembre.

Les plus zélés d’entre vous peuvent commencer à éplucher leur chats.

Faute de greffier, faites avec ce qui vous tombe sous la main : le concours est ouvert.

Les oreilles félines, c’est une chose… mais le plus important, c’est la poupée. Qu’elle soit de cire ou de chiffon, ou de ce que vous voudrez, mais qu’elle soit épinglable.

 

J’exige des preuves : envoyez-moi vos photos de marabouteurs antinicolesques. Elles seront publiées ici-même en bonne place.

Allez hop, au boulot !

Maraboutons le Présideur Dictadent le jour de la Saint Nicolas !

Faites passer la nouvelle !

 

Cet article a été publié dans Déconnologie, Pilotique avec les mots-clefs : , , , , , , , , , . Bookmarker le permalien. Les trackbacks sont fermés, mais vous pouvez laisser un commentaire.

 

YES WE CAN !

Par cyp | Publié : 5 novembre 2008

© Cyprien Luraghi 2008© Cyprien Luraghi 2008

 

Si les Ricains ont réussi à se débarrasser de cette crapule planétaire de Bush, il n’y a pas de raison pour que nous autres Français ne puissions pas remiser aux oubliettes de l’Histoire son ami Sarkolas, pour lequel je conçois le mépris le plus vif, tant pour son œuvre de destruction massive du système social, que pour sa personnalité, négation même du bel esprit des Montaigne, Rabelais, Villon et tant d’autres, cœurs palpitants de notre langue, notre culture.

 

Le 6 décembre, jour de la Saint Nicolas, maraboutons massivement !

 

Envoyez-moi vos photographies de poupées vaudoues antinicolesques dûment épinglées. Les créations personnelles sont furieusement encouragées.

Mon courriel, c’est : lurapuy (arobase) gmail (point) com.

Que cent mille blogs affichent leur dégoût de ce gouvernement inique !

Faites circuler l’information !

 

Cet article a été publié dans Déconnologie, Pilotique avec les mots-clefs : , , , , , . Bookmarker le permalien. Les trackbacks sont fermés, mais vous pouvez laisser un commentaire.

 

 

Alors, qu’est-ce qui nécessitait d’être supprimé après tous ces cris de guerre ?

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Baron_Samedi

Baron Samedi

C'était quoi, ce
Cet article est une ébauche concernant la religion.
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baron.
300px-VeveBaronSamedi.svg dans Crime

Vévé de Baron Samedi

Dans le vaudou, Baron Samedi (ou Baron Samdi, Bawon Samedi, Bawon Sanmdi) est l’un des aspects du lwa Baron.

Sommaire

Attributs et représentation

C’est le lwa des morts, avec ses autres incarnations Baron Cimetière et Baron La Croix. C’est l’un des Guédés, ou leur père spirituel. Sa femme est Maman Brigitte.

Il est représenté vêtu d’un chapeau haut de forme blanc, d’un costume de soirée, de lunettes de soleil dont un verre est cassé, avec du coton dans les narines.

C’est l’esprit de la mort et de la résurrection, il se trouve à l’entrée des cimetières et se met sur le passage des morts vers la Guinée. Il représente aussi les excès sexuels : il mène une danse langoureuse, la banda, qui imite le coït.

Certains anciens mystiques haïtiens prétendent qu’une invocation rituelle de ce dieu le 1er samedi du mois de juin au lever du soleil permettrait d’obtenir la mort de certains ennemis ou d’obtenir la domination maléfique d’une femme qui se serait rebellée. Il s’agit bien entendu d’une croyance populaire des Haïtiens totalement indépendante du culte vaudou en général et des attributs qu’il prête à ce lwa en particulier. Il sert également à l’approche du jour des morts (1er novembre) à la vengeance des âmes errantes, des personnes persécutées, des sorcières et des consultantes des cultes vaudou. Il est invoqué avec l’aide de bourdons pour lequel un charme sera jeté sur les aiguillons selon la parole biblique « mort où est ton aiguillon? ».

Références dans la culture

Dans la littérature et la bande dessinée

Le culte de Baron Samedi est évoqué dans la Trilogie de Nick Stone dont l’action se passe entre Miami et Haïti (Tonton ClarinetteVoodoo LandCuba libre). Le Baron Saturday est un personnage (zombie) du roman de la fantasy burlesque Mécomptes de fées de Terry Pratchett. Le Baron Samedi est un des dieux négatifs de la série Amos Daragon. Il souhaite faire revenir sur terre sa race, les Anciens (des dragons). C’est un personnage secondaire de la série Requiem, Chevalier Vampire, d’Olivier Ledroit. Il apparait dans les bandes dessinées Bob Morane[réf. nécessaire] ainsi que dans le roman « Rituel de chair » de Graham Masterton. Il apparaît également comme un personnage de la bande-dessinée de monsieur le chien, « Didier Barcco t2 : Shotgun et Confiserie », comme un antagoniste très éphémère du personnage. Dans le jeu de rôle Scion, il est possible pour les joueurs de choisir pour personnage de jeu un avatar de Baron Samedi, ainsi que tous les autres dieux du Panthéon Vaudou.

Au cinéma et à la télévision

Il figure en outre dans les livres, films et jeux vidéo sur James Bond, dont Live and Let Die et GoldenEye 007. Il s’agit aussi du nom d’un personnage de la série Heroes. Le Baron Samedi apparaît dans l’épisode 19 de la saison 5 de la série américaine Supernatural ainsi que dans l’épisode 21 de la saison 2 de la série Grimm. Un ennemi de MacGyver se fait également passer pour le Baron Samedi lors de l’épisode 6 « Mort Vivant » de la saison 7. Le Baron samedi est aussi représenté par le Docteur Facilier, dans le dessin animé La Princesse et la Grenouille des studios Walt Disney. Il apparait aussi dans l’émission Histoire d’horreur de la saison 3, épisode 10.

Dans la musique

Le groupe de rock progressif anglais Pretty Things a écrit une chanson en référence à ce personnage, Baron Saturday, sur leur album S.F. Sorrow paru en 1968. Le Baron Samedi est un personnage présent dans l’album Voodoo du groupe de heavy metal King Diamond. Ainsi que l’album Baron Samedi de Bernard Lavilliers, sorti en 2013, ou l’album Blutschwur de Short And Crunch, sorti en 2015.

Dans les jeux vidéo et les jeux de société

Le Baron Samedi est une créature que l’on peut invoquer dans Dark Reign 2 et qui prend l’apparence d’un géant qui reste sur le champ de bataille pour un temps limité. C’est aussi un personnage principal du jeu Akuji The Heartless, basé sur le vaudouisme. Il a inspiré Samedi, un personnage du jeu Doodle Hex, Bwonsamdi, un PNJ du jeu World of Warcraft, et le gang des Sons of Samedi, du jeu Saints Row 2. Une allusion au Baron Samedi se retrouve dans le nom d’un personnage du jeu vidéo Dead Island, Sam B, auteur de la chanson Who Do You Voodoo. Le boss du donjon « Siège Du Trouble » dans le MMORPG Wakfu (jeu vidéo) est inspiré du Baron Samedi (« Baron Sramedi »).

Le Baron Samedi est un zombie et l’une des 6 créatures jouables du jeu de société interactif Atmosfear. Dans le jeu de figurines Confrontation, c’est un petit singe possédant un pistolet qui fait partie de l’équipage pirate Gobelin.

Il est aussi représenté dans le jeu Shadow Man (et sa suite Shadow man 2nd coming) comme la partie maléfique de Mike Leroy qui s’est vu implanté le masque de la mort sur les côtes par une prétresse Vaudou. Il incarne le Baron à chacune de ses morts.

Dans la série de jeux de Rôle Scion : Héros, Scion : Demi-dieu et Scion : Dieu, il est possible pour les joueurs d’incarner l’un des enfants du Baron Samedi. Les Samedis sont des vampires haïtiens dans le jeu Vampire : la Mascarade et le fondateur de leur lignée est appelé Baron.

Il fait aussi partie du bestiaire du jeu indépendant Dungeons of Dredmor dans lequel il apparaît dans son apparence traditionnelle.

Il est l’un des dieux adversaires dans le jeu Pocket God Facebook.

Pour Halloween, FUNCOM, dans son MMORPG « The Secret World », donne aléatoirement la tenue du Baron Samedi aux joueurs qui tuent « Jack’O'Lanterne ».

On le retrouve aussi dans le jeu Warframe sous la forme de Limbo : un personnage vêtu d’un haut de forme pouvant se déplacer entre les dimensions.

Sources

  • Laënnec Hurbon, Les Mystères du Vaudou, Gallimard, 1993.
  • Gede.org

Que fait Cyprien Luraghi le 12 novembre 2008 ?

Comme à son habitude, lorsqu’à 4h47 le 12 novembre 2008 un message électronique véhiculant un logiciel espion m’est envoyé par un hacker fermement décidé à violer l’intimité de ma vie privée par tous les moyens à sa disposition, le psychopathe et mythomane Pascal Edouard Cyprien Luraghi qui dans sa folie m’assimile déjà à Nicolas Sarkozy et ne se couche jamais avant 5 heures du matin lit la presse et écrit sur Internet.

Il s’intéresse tout particulièrement aux articles et commentaires qu’il peut lire sur le site Rue89, et à l’affaire de Tarnac qui vient d’éclater dans la journée du 11 novembre 2008 avec l’arrestation très médiatisée de Julien Coupat et de neuf autres personnes.

Il l’écrit sur son blog le 17 novembre 2008, dans cet article délirant où, entre autres choses jetées sur le net dans le plus grand désordre, il se revendique terroriste, comme il le faisait assez souvent avant de n’en craindre quelques retombées désagréables :

 

 

Terreur au terrier

Par cyp | Publié : 17 novembre 2008

© Annie Luraghi 2008© Annie Luraghi 2008

 

Allez hop, c’est la saison des terroristes.

Roger Velu tremblote de tous les poils de ses oreilles : des anarchistes de l’ultra gauche vivant en communauté sexuelle se sont faits arraisonner au petit matin dans le paisible bourg de Tarnac, Corrèze, en possession de tout l’attirail nécessaire pour faire sauter la France.

Monsieur de  Kerdrel vient de le proclamer haut et fort : « Après un siècle de domination marxiste,  le cauchemar a pris fin à Tarnac  » J’ai trouvé ça sur le petit forum du site de Tarnac. Le ci-devant Kerdrel pourra enfin dormir pépère, comme la France entière, abrutie aux neuroleptiques : les successeurs de Ravachol sont au cachot républicain.

Roger Velu commençait à se lasser de la teigne car ça faisait bien dix ans que le Présideur Sarkolas, dès qu’il prit place au poste de Joseph Fouché, avait mis la haute pression sur les islamoterroristes peuplant nos bidonvilles périurbains, livrés à eux-mêmes depuis l’escampette des courageux industriels vers des pays où la main-d’œuvre est encore moins onéreuse et rouspétante que celle qui, sous forme de bétail berbère et nègre, avait été importée dans les années 60, afin de mieux casser les revendications démentielles des ouvriers bien de chez nous… Ceux-là mêmes dont fait partie mon Roger Velu, et qui urinent un coup FN, pour mieux chier dans l’urne à l’UMP quand vient le temps de la grosse commission.

Mais qui sont donc ces enragés, ces autonomes, ces totos comme ils se nomment eux-mêmes ?

Chloé Leprince, à travers deux articles publiés dans Rue89, tente de les entrevoir mais ce n’est pas évident. Et pour cause : ils n’aiment pas la presse et les médias bourgeois.

En un sens je les comprends : rue89 est un journal de gauche, oui mais quelle gauche ? Celle du Libération de Joffrin, celle du Charlie de Val, c’est-à-dire bien proprette, pas comme chez ce vieux cochon de Siné.

Comme partout dans la presse, j’y lis avec plaisir de bons articles et j’apprécie beaucoup leur forum ; j’y ai quelques excellents copains et mes petits habitudes. Je ne crache pas dans la soupe à l’encre, vu que j’écris avec. Un peu quand même…

Vous pouvez les lire ICI et .

Les centaines de commentaires qui leur font suite sont des plus intéressants ; Chloé et quelques uns des lecteurs nous gratifient d’un nombre de liens conséquents pointant vers les œuvrettes absconses de nos ultragauchistes de la mouvance anarchiste autonome, qui sont devenus d’un seul coup les Goldstein de la séance de haine publique de notre petite province d’Eurasia.

Ceci posé, ça me permet d’écrire que nous nageons en pleine science-fiction : j’ai beau brasser du document à m’en faire péter la pensette, je ne sais que penser de ces conditionnels qui s’additionnent : le gang des Corréziens a bel et bien les fers aux pieds, mais l’enquête suit son cours et les journaleux n’ont pas grand-chose à se coller sur le clavier. Comme le résume le procureur en charge de l’affaire : le silence des accusés est suspect en soi et se rajoute au faisceau de présomptions.

Or les faisceaux et moi… Je vais donc me plonger dans l’imaginaire, puisque je ne vaux pas un clou dans la réalité, laquelle souffre déjà terriblement dans cette affaire.

***

Il n’y a plus rien. Nada, nihil. Juste le monstre oppresseur, et nous là tout en-bas.

Là-haut, ils disent que c’est une démocratie, mais loin s’en faut : je n’ai aucune prise sur leurs décisions, bien que je sois comme tout un chacun : soufflé par la violence extrême des gouvernements qui se succèdent depuis que je suis né, et particulièrement par celui de l’infâme et vulgaire Sarkolas qui cumule l’intégralité des tares de Napoléon III, tout en s’offrant le luxe laid d’une effarante inculture.

C’est en cela d’ailleurs qu’il est le plus nocif : notre gouvernement ne déteste rien tant que la culture, et par extension la pensée. Il nous dicte et nous obéissons. Et il est tout à fait normal qu’il nous insulte à la télévision : nous sommes des chiens et il n’aime pas les chiens non plus, sauf s’ils ont quatre pattes et les chiennes des cuisses écartées.

 

Je suis un dangereux terroriste.

Je me suis fait rafler dans une de ces fameuses opérations coup de poing de Raymond Marcellin un soir des années 70, à la sortie du théâtre où je travaillais, en compagnie d’un gang de chevelus pas frais sous les aisselles.

J’ai trafiqué des émetteurs de radios pirates en 1980.

J’ai milité pour la légalisation des drogues illicites.

Je donne des ordinateurs aux écoles et aux pauvres.

J’ai les portraits de Louise Michel et du Mahatma Gandhi bien en vue dans mon atelier.

J’ai des amis arracheurs de plantes OGM.

Je maraboute Sarkolas.

Je n’aime pas mon notaire.

***

Pendant longtemps, j’ai ourdi des complots : heureusement que je n’avais pas sous la main la kalachnikov salvatrice ! J’ai même pensé un temps, avec un groupuscule, faire sauter la colonne de la place de la Bastille. Vraiment. C’était en 1980 et nous nous réunissions dans la chambre 1005 du Foyer de Jeunes Travailleurs, au 165 de la rue de Charonne, Paris 11. Mais nous étions de bien piètres artificiers, et puis on n’avait aucun contact avec aucun autre groupuscule… et puis bon, on avait beau être minots, on n’était tout de même pas si cons. Et cette peur de faire du mal aux autres, si ça tournait mal. Nous avons donc fumé tous les pétards et oublié tout ça.

***

Pendant longtemps, ils ont ourdi des complots.

Faire trembler le moloch. Secouer les chaînes des serfs hébétés en les mettant face à la fragilité du système aliénant dans lequel ils ne sont que des rouages. Faire le coup de poing contre la Force Bleue de l’État Policier. Faire des coups d’éclats, des coups tout court ou bien foireux, qui donnent le goût du danger.

Tout petits ils en rêvaient déjà avec la pelle et le râteau en plastique rouge sur le bac à sable dans la cour de récréation : étaler des punaises sur la chaise de l’institutrice, fabriquer des super gros pétards avec du sucre, du charbon pilé et du désherbant en granulés jaunes. Essayer vainement de foutre le feu au gymnase municipal avec du mazout mais ça ne marche pas. C’est là qu’ils sont heureux, la la la.

***

De quoi semer panique et souk.

Et faire changer le monde si hideux ; faire justice où il n’y en a pas.

À cause des petits riches et des petits pauvres, comme dans un conte du Moyen-Âge ; ça n’avait pas changé quand ils ouvraient les yeux : toujours cette injustice, primaire ; ces seigneurs. Tous les jours sous les yeux, que tu ne peux pas éviter du regard, étant riche ou pauvre toi-même.

Pauvre de chez nous, pas autant que ceux des ailleurs qu’on voit à la télévision, ces Soudanais si maigrelets qu’on entasse à trois cent derrière un arbre du désert pour jouer à cache-cache, dans les blagues. Ces Soudanais du monde entier qui nous mettent dans l’embarras parce que du coup on se sent riches.

Et si je suis riche, j’aide les pauvres dans mes rêveries ; déjà au secondaire je grave le nom du Che sur le pupitre ; je les défends en étudiant pour plus tard, comme lui, aider les masses populaires ; je suis de toutes les manifs à dix-sept ans et soudain propulsé dans l’haleine piquante de la Force Bleue ; je sens ses coups battre mes flancs, ses injures sonner à mes tympans.

J’élabore des théories et j’imagine ; je mets au point des stratagèmes ; je dissèque la dialectique ; je veux comprendre et dès lors que ce sera fait, je cesserai de piaffer pour voir le monde autour de moi ; voir dans ceux des premiers rangs les pionniers des nouveaux territoires de l’impensé. Je fais du tas de sable table rase.

***

Ou je vais loin, dans le perdu, le trou du ; au fin fond du pays : pionnier encore, pionnier toujours. Mais pas colon, mon bon.

Je tâte le fumier et le pis des biquettes ; à la cuisine ça sent les haricots. Aux rebords de la toile cirée, les coudes sont posés, les mains sous les mentons, le soir. Les oreilles écoutent parler. Une voix fait autour d’elle silence et je l’entend sortir de moi ; elle résonne dans l’os et la dentine, et volubile enroule les idées, happées de mille discussions.

Je ne veux pas de centre parce que je suis un anarchiste et il y en a un pourtant ; c’est moi. Je sais enfreindre le modèle et les autres aussi ; tout se fait en silence et on ne prie ni dieu ni maître. C’est la question du chef, délicate et taboue. Le collectif est une roue dont les rayons vont au moyeu, classiquement.

Avec eux je peux faire et nous serons alors, bruyants, gênants, piquants de banderilles le taureau noir, lilliputiens qui par millions achèveront le règne des ruffians.

***

Plusieurs fois dans ma vie, j’ai rencontré une foule de gens comme les encagés de Tarnac : des qui en connaissaient d’autres aussi, des qui avaient dynamité des lignes à haute tension près des centrales nucléaires. Il y a très longtemps et puis n’insistez pas : je ne les connais pas nommément.

Il y a eu Gégé et sa raïa qui sont allés bousiller l’incinérateur municipal de Fumel (Lot-et-Garonne).

Les détails de l’histoire ici : CLIC.

J’ai bossé un an pour ce Gégé, enfin pour son association… mais surtout pour sa pomme. Quand j’ai lu l’histoire des Tarnacois, j’ai tout de suite senti la similitude, bien que Gérard soit nettement plus bas de gamme que nos embastillés corréziens et ne soit en rien un théoricien allumé.. ou fumeux, comme vous voudrez.

Il a du charisme, mon Gége, un peu comme ce Julien Coupat, que le Ministère du Contrôle présente comme un chef terroriste. Ce que je ne crois pas une seule seconde. Terroriste c’est autre chose que Pied Nickelé. Détruire un incinérateur… Sabotage. Je vous dis pas le destroy qu’ils y ont fait : éclaté les chaudières en fonte à coups de masse, bousillé toute l’installation électrique… et pochetronné en vomissant partout jusqu’au petit matin, où les camionnettes à gyrophares bleus sont venues les cueillir.

***

Tous les Roger Velu du voisinage ont poussé un grand ouf : d’une pierre deux coup : bon débarras les anarchistes d’ultra gauche révolutionnaires autonomes et adios l’incinérateur qui pue. Car le bestiau n’a jamais repris du service depuis. Les Roger Velu aiment les terroristes quand ça les arrange, et de très loin, avec un pince à linge sur le nez et le calibre 12 prêt à tirer.

***

Les arracheurs de caténaires ont raisonné comme des bourrins. Il faut savoir se rendre populaires, sinon tu as tout faux. Règle d’or.

Gégé tout con qu’il est, avait bien appris sa leçon. Terroriste, c’est quand on veut la mort des gens. Arracher des caténaires…

Que les encagés de Tarnac soient coupables ou non, et que l’on trouve trop risqué de s’impliquer et d’impliquer d’autres personnes pour passer à l’action, et même si on pense que cette action est vaine et puérile comme je le fais, il faut garder raison et trouver totalement disproportionné le déploiement criard de la force publique pour arraisonner ceux sur lesquels la police politique savait tout depuis toujours.

En cela, les autorités au pouvoir en France sont condamnables. Délit de putasserie. En cela, les accusés de Tarnac deviennent de facto des victimes expiatoires de la vindicte d’un gouvernement extrêmement réactionnaire et d’une rare brutalité qui cherche à satisfaire sa populace pour masquer son naufrage.

***

De tous les gouvernements de la Ve République, celui-ci est le pire, et de loin. Comme celui du criminel George W. Bush aux USA.

 

Cet article a été publié dans Binosophie, Pilotique, Trouducologie avec les mots-clefs : , , , , , , , , . Bookmarker le permalien. Les trackbacks sont fermés, mais vous pouvez laisser un commentaire.
  • Il faut être inscrit et connecté pour accéder au système de commentaires et aux parties privées de l’Icyp.

 

 

Les articles de Chloé Leprince qu’il cite dans ce billet de blog ne sont plus accessibles sur la dernière version, récente, du site Rue89.

Le moteur de recherche Google en garde encore ces traces :

Comment je n’ai jamais pu interviewer un autonome – Rue89

rue89.nouvelobs.com/…/comment-je-nai-jamais-pu-interviewer-un-autono

12 nov. 2008 – Depuis mardi soir, les médias relatent l’arrestation de dix militants autonomes placés en garde à vue pour quatre jours, comme le permet la …

On a retrouvé les écrits du gardé à vue pour sabotages à la …

rue89.nouvelobs.com/…/on-a-retrouve-les-ecrits-du-garde-a-vue-pour-sa

… Russie · Canal+. Enquete 13/11/2008 à 23h07. On a retrouvé les écrits du gardé à vue pour sabotages à la SNCF. Chloé Leprince | Rue89. Partager. · · …

 

Le second article se trouve toujours en cache :

http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:3eVs_M5EQ7oJ:rue89.nouvelobs.com/2008/11/13/on-a-retrouve-les-ecrits-du-garde-a-vue-pour-sabotages-a-la-sncf%3Fpage%3D0+&cd=1&hl=fr&ct=clnk&gl=fr

Ceci est le cache Google de http://rue89.nouvelobs.com/2008/11/13/on-a-retrouve-les-ecrits-du-garde-a-vue-pour-sabotages-a-la-sncf?page=0. Il s’agit d’un instantané de la page telle qu’elle était affichée le 9 sept. 2015 15:00:39 GMT.
La page actuelle peut avoir changé depuis cette date. En savoir plus
Version intégraleVersion en texte seulAfficher la sourceAstuce : Pour trouver rapidement votre terme de recherche sur cette page, appuyez sur Ctrl+F ou sur ⌘+F (Mac), puis utilisez la barre de recherche.

 

Enquete 13/11/2008 à 23h07

On a retrouvé les écrits du gardé à vue pour sabotages à la SNCF

 

 

Julien Coupat, présenté comme leader du groupe des autonomes de Tarnac, avait fondé une revue philosophique, Tiqqun, que Rue89 a exhumée.

 

Que fait Cyprien Luraghi le 12 novembre 2008 ? dans AC ! Brest 20081113autonomesinsideok_0
Les trois premières pages du numéro 1 de la revue Tiqqun

 

Depuis la mise en examen de dix militants soupçonnés d’être derrière les sabotages de caténaires de la SNCF, les médias s’essayent à reconstituer le parcours de ces jeunes réputés autonomes, souvent présentés (un peu vite) comme « terroristes d’extrême gauche ». Les équipes de télé défilent en Corrèze, où est installé Julien Coupat, présenté par les médias comme « le leader du groupe » (un terme que réprouvent les Autonomes eux-mêmes). Tandis que les voisins y vont chacun de sa petite anecdote, on apprend au passage que le FBI enquêtait depuis le printemps sur ces Français en rupture. Jeudi après-midi, un universitaire visiblement proche de Julien Coupat dénonçait sur LeFigaro.fr qu’on place « un intellectuel en garde à vue pour ses idées ». Autant le dire, je ne savais rien de ces dix personnes avant leur interpellation. Mais, depuis qu’elles ont été placées en garde à vue (laquelle peut durer jusqu’à quatre jours à la faveur des lois antiterroristes), je cherche. Et voilà que, dans un commentaire posté sous l’article de mercredi sur la mouvance autonome, un riverain indique qu’il a déjà croisé les auteurs de « Tiqqun », la revue fondée par Julien Coupat à l’époque où il était encore thésard à l’EHESS, l’Ecole des hautes études en sciences sociales. Des riverains lecteurs de la prose de Julien Coupat… en 1999 Numerosix, ce riverain, se souvient les avoir rencontrés « en 1999, à vue de nez ». Il se rappelle d’un « vieux rade fermé » dans le XIIe arrondissement à Paris, où il était allé acheter cette fameuse revue « formidable,intelligente, très bien faite, très situationniste et parfaitement légale avec aucun appel au meurtre ». Lui qui précise n’avoir plus jamais eu de contacts avec « l’utragauche » par la suite a gardé en mémoire un groupe d’étudiants « un tout petit peu exaltés mais tres gentils et super sympas ». Au lancement du premier numéro (Tiqqun en comptera deux en tout et pour tout avant de s’autodissoudre en 2001), Julien Coupat abandonnera l’EHESS.

asset-pdf dans Corruption

Voir le document

(Fichier PDF)

Or il se trouve qu’un autre riverain croise son chemin à peu près au même moment. Cet internaute-ci, qui tient à rester anonyme, conserve un souvenir sensiblement plus critique. A propos de Tiqqun, il parle carrément de « dérive mystique et bouffonne ». Avant de m’aiguiller dans la foulée vers une autre contribution, extrêmement à charge, qui s’intitule : « Avant-garde et mission : la Tiqqounnerie ». La référence à la mystique juive : « un pot-pourri fantaisiste » Ce riverain n’est pas seul à prendre ses distances avec la pensée situationniste développée par Julien Coupat dans ses écrits. Ainsi, jeudi matin, Jean-Yves Camus, notre blogueur, restait sceptique quand à l’usage-même du terme « tiqqun », emprunté à la mystique juive de la Kabbale :

 : « Cette notion que le monde est imparfait et qu’une observance et de bonnes pratiques religieuses permettront de le réparer était très présente chez les gauchistes juifs des années 60-70, qui n’étaient pas religieux. Mais qu’est ce que ça veut dire de mélanger Talmud et Heiddeger dans un tel pot-pourri fantaisiste ? Guy Debord et les situationnistes n’avançaient rien de tel. »

 

asset-pdf dans Crime

Voir le document

(Fichier PDF)

De fil en aiguille, j’ai fini par retrouver sur la Toile le premier numéro de cette fameuse revue Tiqqun, qui date donc de 1999. En voici plusieurs extraits en PDF, sur un total de 162 pages intitulées « Tiqqun, organe conscient du parti imaginaire ». Sous-titre : « Exercices de métaphysique critique ». Toujours sur le Web, on découvre un article que Jacques Guigou, universitaire à Montpellier III et fondateur de la revue Temps critiques, a justement consacré à cette revue dans le sillage de Guy Debord, il y a deux ans. Pour Rue89, il a accepté de décrypter les principaux points théoriques et métaphysiques étayés par les auteurs de Tiqqun. Proche du mouvement autogéré dans les années 60, il n’est pas aussi assassin que Jean-Claude Camus. Pour lui, cette revue « érudite » n’est pas aussi dépourvue de références, « même si l’on peut pointer des contradictions et des faiblesses du raisonnement », voire des culs de sac. Sur la violence et la lutte armée : « un discours plutôt sophistiqué » Il y est certes question de violence dans le premier tome de Tiqqun : « La période historique dans laquelle nous entrons doit être un temps d’une extrême violence et de grands désordres », écrivent les auteurs de Tiqqun. Mais pour sophistiquer tout de même un peu plus leur pensée en matière d’insurrection :

« On se méprendrait gravement sur la stratégie du Parti Imaginaire en la réduisant à la poursuite de lacatastrophe. On ne se méprendrait pas moins en nous prêtant l’enfantillage de vouloir pulvériser en un coup on ne sait quel quartier général où le pouvoir se trouverait concentré (…) Quoique le Parti imaginaire n’abandonne à aucun instant le dessein de l’achever lui-même, sa tactique n’est pas de l’attaquer de front mais, dans l’acte même de se dérober, d’orienter et hâter l’issue de sa maladie. »

Pour Jacques Guigou, il ne faut pas infantiliser le rapport de ces jeunes penseurs de l’autonomie en matière de violence :

« Leur critique de l’Etat est plutôt intéressante, ce ne sont pas des forcenés de la critique radicale en la matière, même si l’on peut noter des contradictions sur ce point. Bien sûr, il y a une radicalité dans leur discours : ils sont dans la scission. Mais il n’y a pas d’appel au meurtre, contrairement à la prose qui s’inscrit dans la lutte des classes. D’ailleurs, je serais extrêmement étonné de les entendre revendiquer quelque chose, comme c’était le cas pour Action directe, qui avait décidé de passer à la lutte armée et au meurtre. Eux préconisent le silence. »

Rejet de la société marchande… et ses symboles Puisqu’il est question de caténaires et de la SNCF, puisque le mouvement autonome, infiniment protéiforme comme on le rappelle depuis plusieurs jours, se retrouve globalement sur l’anticapitalisme, voilà ce qu’on peut aussi trouver dans la prose de Julien Coupat, en 1999 :

« C’est dans la mesure exacte où la catastrophe est la vérité à l’état de fulguration que les hommes du Parti Imaginaire travaillent à la faire advenir, par tous les moyens. Les axes de communication sont pour eux des cibles privilégiées. Ils savent comment des infrastructures qui “valent des milliards” peuvent être anéanties en un coup d’audace. “

Autonome, kesako ici ?

asset-pdf dans Folie

Voir le document

(Fichier PDF)

Dans leurs écrits, Julien Coupat et les siens reposent la question de l’individu par rapport à la communauté et critiquent la passivité des individus. Leur cynisme, aussi :

‘La domination dans ses formes les plus avancées a incorporé à son discours la critique de la société de consommation, du spectacle et de leur misère. La culture Canal+’ et ‘l’esprit Inrockuptibles’ en donnent, pour la France, des exemples passagers mais significatifs. C’est plus généralement le language scintillant et sophistiqué du cynique moderne, qui a définitivement identifié tout usage de la liberté à la liberté abstraite de tout accepter, mais à sa manière.”

En s’exprimant sur les ruines des théories révolutionnaires, ils s’inscrivent dans un sillage qui est loin d’être décérébré, note Jacques Guigou :

“Tiqqun arrive après la fin du cycle des révolutions prolétariennes. Ils ont lu le situationnisme, notamment en Italie où le mouvement autonome a duré plus de dix ans dans les années 60-70. Ils connaissent aussi Negri et son concept d’empire, mais encore Deleuze et Guattari et leur ‘individu-réseau’. Inspirés par Castoriadis, ils critiquent même l’aliénation au sein des groupes révolutionnaires, comme la CNT, les syndicats.”

Ils esquissent quelque chose : ils créent bien un “Parti imaginaire” mais c’est justement un antiparti ; ils rejettent l’être vivant mais il veulent quand même faire avec lui pour agir : ils lui parlent, ils lui font des serments, c’est leur côté mystique et messianique. »

Au final c’est un autre individu qu’ils exhaltent, plus anonyme, plus invisible aussi :

« On a vu se répandre parmi les Bloom [les individus aliénés par le système, appelés à se révolter, ndlr], en même temps que la haine des choses, le goût de l’anonymat et une certaine défiance enfers la visibilité (…) Que son ennemi n’ait ni visage ni nom ni rien qui puisse lui tenir lieu d’identité est propre à déchainer la paranoïa du pouvoir. »

Un dernier constat pour terminer : ces derniers mots, exhumés d’ecrits datant de 1999, résonnent comme un écho à de nombreux commentaires publiés sur Rue89, lorsqu’il s’agissait de brosser les contours de ce que le ministère de l’Intérieur appelle « la mouvance anarcho-autonome » depuis le printemps. Illustration : Les trois premières pages du numéro 1 de la revue TiqqunA lire aussi : Comment je n’ai jamais pu interviewer un autonome

 

  • 109257 visites
  • 542 réactions

 

1...5678910

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo