Attentat du 3 décembre 1996 à la station de RER Port-Royal à Paris

Entre la série d’attentats de l’année 1995 et celle-ci, le chef du GIA a changé et ses équipes en France ne sont plus exactement les mêmes, mais j’identifie toujours sans aucun mal leurs commanditaires pour les attentats commis en France ou contre des Français, et ceux-là sont bien toujours les mêmes.

Cet attentat fait bien partie de la même série que ceux de 1995.

Je vous le garantis.

On notera que la particularité de cette série, celle d’attentats commis dans le métro ou le RER, reste sa spécificité, il n’y en a pas eu d’autre par la suite.

Elle fait écho à la série d’agressions dont j’avais été victime dans le métro et le RER à compter du mois de mai 1994 alors que mes harceleurs, qui étaient bien les organisateurs de ces agressions, exigeaient de moi que je quitte mon emploi et la région parisienne.

Au mois de juillet 1995, alors que je m’attardais un peu trop à Paris, j’avais dû partir en courant et sauter dans le train pour dégager en 4ème vitesse après une sérieuse alerte. Et BOUM ! Justement au lieu de mon dernier RdV avant de quitter la capitale.

Le 17 octobre 1995, nous étions convoqués à la première heure au Conseil de Prud’hommes de Paris pour l’audience de « conciliation ». BOUM !

Le 3 décembre 1996, j’étais de nouveau à Paris pour un rendez-vous judiciaire. BOUM !

De plus, j’étais dans le quartier et étais passée par Port-Royal peu de temps avant l’explosion.

Etc, etc…

Etc…

Je suis poursuivie, pourchassée par un dingue qui s’amuse à organiser ces explosions à chaque fois que je dois revenir à Paris pour un de ces fameux rendez-vous. Etant toujours sérieusement menacée de mort après avoir déjà fait l’objet de plusieurs tentatives d’assassinat, je n’étais en effet plus vraiment chez moi depuis début 1995. En fait, j’avais déguerpi avant Noël, et pour le Noël de cette année-là, à l’endroit où j’étais censée prendre du repos à la campagne, j’aurai droit à une attaque en règle de la maison par tirs de billes en acier : toute une façade arrosée par les tirs nourris de plusieurs tireurs, ainsi que le toit; police appelée, tireurs envolés à son arrivée, résultat : rien, même pas un constat concernant la pelouse couverte de billes d’acier, lesquelles étaient bien visibles même dans l’obscurité. Et dans le même temps, les passagers d’un Airbus détourné étaient pris en otage…

Pour moi, c’est très clair.

D’année en année, ses exactions sont devenues de plus en plus dingues, délirantes, ahurissantes, effrayantes.

En 1994, il envoyait ses hommes de main m’agresser à mains nues à l’occasion de mes déplacements quotidiens à Paris, notamment dans le métro.

En 1995, il m’y faisait pourchasser à coups d’explosions faisant de nombreuses victimes.

Mais la fête islamiste avait commencé dès la signature du contrat de travail en 1993 :

http://petitcoucou.unblog.fr/2022/06/06/21-septembre-1993-debut-de-la-fete-islamiste-de-josette-brenterch/

Parmi les différentes thèses évoquées pour ces attentats, il est question de contre-insurrection et de deux Etats, l’Algérie et la France.

La spécialiste en contre-insurrection, c’est Josette Brenterch dont le père gendarme a été en poste à Orléansville avant l’Indépendance de l’Algérie. Elle n’a toujours fait que ça à la LCR depuis les années 1970 après son année de service militaire volontaire dans la Gendarmerie.

Et il n’y a pas tellement d’Etat là-dedans, mais uniquement des fonctionnaires et des élus CORROMPUS qui tous travaillent pour le crime organisé.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Attentat_du_3_d%C3%A9cembre_1996_%C3%A0_la_gare_de_Port-Royal_du_RER_B

Attentat du 3 décembre 1996 à la gare de Port-Royal du RER B

 

Attentat du RER B à Port-Royal
Image illustrative de l’article Attentat du 3 décembre 1996 à la gare de Port-Royal du RER B
La plaque « À la mémoire des victimes de l’attentat du 3 décembre 1996 » est fleurie aux dates anniversaires de l’attentat (photo prise en décembre 2014).

Localisation Paris, France
Cible Gare de Port-Royal
Coordonnées 48° 50′ 24″ nord, 2° 20′ 13″ est
Date 3 décembre 1996
18 h 2 (UTC+1)
Type Attentat à la bombe
Armes Engin explosif improvisé
Morts 4
Blessés 91
Auteurs Inconnus
Organisations Groupe islamique armé (suspecté)
Mouvance Terrorisme islamiste
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)

Attentat du 3 décembre 1996 à la gare de Port-Royal du RER B
modifier Consultez la documentation du modèle

L’attentat du RER B à Port-Royal s’est déroulé le 3 décembre 1996 à Paris.

Contexte

Cet attentat survient après ceux de 1995, également à Paris, qui avaient fait huit morts et cent cinquante et un blessés. Par deux fois, pour les deux attentats les plus sanglants, les 25 juillet et 17 octobre 1995, une bonbonne de gaz a explosé dans une rame du RER1.

Le 19 novembre 1996, une note de la direction générale de la Sécurité extérieure (DGSE) adressée au secrétaire général de l’Élysée, Dominique de Villepin, et au directeur du cabinet du Premier ministre, Maurice Gourdault-Montagne conclut que « tous les indices recueillis sur le terrain laissent à penser que le débat qui ne peut s’exprimer à l’intérieur se transportera rapidement à l’extérieur en prenant à témoin, voire en otage, les communautés émigrées et les sociétés européennes, dont on peut attendre une caisse de résonance qui n’existe plus en Algérie »2.

Déroulement des faits

Le 3 décembre 1996 à 18 h 2, une bonbonne de gaz remplie d’explosif éclate dans une rame de la ligne B du RER en direction de Saint-Rémy-lès-Chevreuse, à la gare de Port-Royal dans le 5e arrondissement de Paris. Deux personnes meurent le jour même3. Le bilan sera de quatre morts et 91 blessés4.

L’explosion a été provoquée par une bonbonne de gaz, cachée dans un sac bleu, et déposée au départ du RER, à la gare de l’aéroport Charles-de-Gaulle 2 TGV. Elle contenait, en outre, de la poudre noire et du soufre, tandis que des clous avaient été ajoutés pour renforcer son effet meurtrier. Un minuteur d’un modèle courant, en vente dans le commerce et à usage ménager, faisait office de retardateur. Ces mêmes ingrédients ayant servi à la fabrication de plusieurs des engins explosifs lors de la campagne d’attentats de 1995, ces constatations ont permis de supposer l’origine islamiste de cet attentat5,6,7. Peu de temps après, une lettre du Groupe islamique armé (GIA) à Jacques Chirac, sans revendiquer explicitement l’attentat, réclame notamment la libération d’Abdelhak Layada, l’un des chefs du GIA, emprisonné à Alger et condamné à mort. Le GIA, indique Antar Zouari, émir du GIA, « est dans la voie des tueries et des massacres. Nous faisons ce que nous disons. Les événements de ces derniers jours le prouvent8 ».

Trois des quatre juges antiterroristes sont chargés de l’instruction : Jean-Louis Bruguière, Laurence Le Vert et Jean-François Ricard9,10.

Mis en place le 8 septembre 1995 à la suite de l’attentat à la voiture piégée devant une école juive de Villeurbanne, allégé en janvier 1996, le plan Vigipirate est réactivé après cet attentat11.

L’attentat n’a pas été revendiqué12, et les auteurs n’ont pas été identifiés7.

Notes et références

  1. Ericg Inciyan, « Le GIA revendique des attentats en France », Le Monde,‎ 19 avril 1997

Articles connexes

  • Franck Johannes, « En 1995, la police avait manqué le chef du réseau. Les enquêteurs avaient réussi à arrêter presque tous les terroristes. Rappel des faits », Libération,‎ 4 décembre 1996 (lire en ligne [archive])
  • Jacques Follorou, « L’alerte de la DGSE, deux semaines avant l’attentat du RER », Le Monde,‎ 12 décembre 1996
  • Michel Henry, Nidam Abdi et Patricia Tourancheau, « Le plan Vigipirate rétabli dans tout le pays : Explosion meurtrière dans le RER, à la station Port-Royal. », Libération,‎ 4 décembre 1996 (lire en ligne [archive])
  • « Attentat de Port-Royal: la poudre noire interrogée », Libération,‎ 26 février 1997 (lire en ligne [archive])
  • Hervé Gattegno et Ericg Inciyan, « La nature de la bombe du RER semble confirmer la piste islamiste », Le Monde,‎ 5 décembre 1996
  • Ericg Inciyan, « L’enquête sur l’attentat du RER se poursuit tous azimuts », Le Monde,‎ 8 décembre 1996
  • Julien Heyligen, « Dix ans après, l’attentat du RER B reste un mystère », Le Parisien,‎ 4 décembre 2006
  • « Le GIA menace de «détruire la France». Les islamistes algériens lancent un ultimatum à Chirac. », Libération,‎ 26 décembre 1996 (lire en ligne [archive])
  • Patricia Tourancheau, « Attentat du RER: des miettes d’indices. Débris de la bombe, sac de sport, appel à témoins: le point sur l’enquête » [archive], Libération, 6 décembre 1996
  • Franck Johannes, « L’antiterrorisme, un clan autour de Bruguière. Exclu de la famille: Gilbert Thiel, juge systématiquement tenu à l’écart des affaires importantes », Libération,‎ 11 décembre 1996 (lire en ligne [archive])
  • « Bilan du plan Vigipirate en 1997 à Paris », Le Monde,‎ 1er janvier 1998.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Djamel_Zitouni

Djamel Zitouni

Page d’aide sur l’homonymie

Pour les articles homonymes, voir Zitouni.

Djamel Zitouni
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance

Birkhadem

Décès

(à 32 ans)
Tamesguida

Nationalité
Activité
Autres informations
Membre de
Conflit

modifiermodifier le codemodifier WikidataDocumentation du modèle

Djamel Ben Mohamed Zitouni, alias Abou Abderahmane Amine, né le 5 janvier 19641 à Birkhadem dans la banlieue d’Alger, en Algérie et mort le 16 juillet 1996 (à 32 ans) aux environs de Tamesguida2,3, était le chef du Groupe islamique armé, groupe armé algérien qui aurait revendiqué la vague d’attentats commis en France en 1995.

D’anciens agents des services secrets algériens (exilés) ont affirmé, à partir de 1997, que Zitouni et ses semblables travaillaient pour l’armée algérienne (en tant qu’infiltrés au sein du GIA), et pratiquaient une politique de contre-insurrection par la terreur, destinée à rompre le lien et la sympathie que la population avait pour les insurgés qui combattaient la junte militaire4.

Biographie

Djamel Zitouni, alias Abou Abderrahamane Amine, est le fils de Mohamed Zitouni, vendeur de poulets — dans le quartier de Birkhadem, plus connu sous le nom de «quartier des Eucalyptus», à l’extrême sud d’Alger5. À l’âge de 16 ans il est exclu du collège pour mauvais résultats scolaires6. Il parle arabe et français7. Au début des années 1980, Zitouni fréquente assidûment une secte religieuse, « Takfir wal Hijra » (rédemption et exil) implantée surtout dans les grandes villes d’Algérie6.

En 1987, à l’âge de 23 ans, il rejoint la mouvance islamiste8 sous l’influence du premier chef d’un maquis islamiste en Algérie, Mustapha Bouyali, imam dans la localité voisine de Saoula, tué en 19879. Protégé par son ami d’enfance, Chérif Gousmi, imam dans une mosquée de Birkhadem10, il milite au FIS dans la ville de Birkhadem11.

En janvier 1992, il est arrêté à la suite de l’interruption des élections qui faillirent voir la victoire du FIS5.

En 1992-1993, il est détenu dans les camps du Sud algérien12 et, à sa sortie, il rejoint les groupes armés11.

En janvier 1993, il crée, son groupe, les « phalanges de la mort » (Katibet El Mout)6, commando de choc chargé des actions spectaculaires et des exécutions9.

Le 24 octobre 1993, il enlève trois fonctionnaires du consulat de France13 Jean-Claude et Michèle Thévenot14 et Alain Freissier10. Après intervention du cheik Abdelbaki Sahraoui15, ceux-ci sont finalement libérés16, porteurs d’un message du GIA en forme d’ultimatum. Il « enjoint aux étrangers de quitter le territoire national [algérien] avant le 1er décembre [1993]« 17.

Le 20 mars 1994, le quotidien El Khabar annonce à tort la mort de Djamel Zitouni18. Le 22 mars 1994 il fait égorger Roger-Michel Drouaire, patron français d’une petite société informatique algéroise et son fils Pascal19 sous les yeux de leur famille8. Le 3 août 1994, il attaque la cité Aïn-Allah, à Alger: trois gendarmes et deux employés de l’ambassade de France tombent sous les balles des terroristes. Grâce à ces attentats spectaculaires, Zitouni prend progressivement du galon au sein du GIA18. Il devient chef du GIA de la région de Saoula (Alger) et, en août 1994, il est nommé ministre des Moudjahidine et des Victimes de la guerre dans le « gouvernement du califat » formé par le GIA20.

Après la disparition de Cherif Gousmi21, abattu le 26 septembre 199422, le conseil (Majless ech-choura) du GIA le proclame émir national du « GIA » (Groupe islamique armé, le plus sanguinaire des mouvements terroristes algériens) en octobre 199422. Le 5 octobre 1994, il investit en plein jour, avec ses hommes de main, le principal établissement scolaire de Bir Khadem. Il somme les enseignantes de porter le hidjab sous peine de mort et de ne plus enseigner la langue française, « la langue des croisés »6.

Le 24 décembre 1994, il organise le détournement du vol d’Air France Alger-Paris 896923. Le chef du commando est Abdallah Yahia, un meneur redouté du quartier des Eucalyptus24. Après l’assassinat de trois passagers, dont Yannick Beugnet, cuisinier à l’ambassade de France, le premier ministre français Édouard Balladur obtient du président algérien Liamine Zéroual qu’il laisse décoller l’avion pour la France. À Marseille, le 26 décembre 1994, après l’exécution de 3 des otages, une intervention du GIGN aboutit à la libération des passagers, et à l’exécution des preneurs d’otage.

En mars 1995, le quotidien algérois El Watan annonce à tort son décès avec quelque 1 300 autres insurgés pendant l’une des offensives tout récemment lancées par l’armée algérienne contre les groupes islamistes25.

Le 3 mai 1995, El Hayat, un quotidien saoudien édité à Londres, publie un communiqué du GIA signé Abou Abderahmane Amine, pseudonyme de Djamel Zitouni, affirmant que « toute épouse de renégat doit quitter (celui-ci) car son mariage est considéré dissous du seul fait de son hérésie », et menaçant de tuer « la mère, la sœur et l’épouse des renégats » qui combattent son organisation26.

Le 11 juillet 1995, il fait assassiner à Paris le cheikh Abdelbak Sahraoui, cofondateur du FIS et imam de la mosquée de la rue Myrha (Paris-18e)27, qu’il considère comme «collabo»28, et il lance une série d’attentats dans les métro et RER parisiens à l’été 1995 (12 morts, 180 blessés). Dans une lettre datée du 19 août 1995 (remise quatre jours plus tard à l’ambassade de France à Alger) Djamel Zitouni somme Jacques Chirac de se convertir à l’islam dans les trois semaines29. «Embrassez l’Islam et vous aurez la paix!»30. Dans un communiqué diffusé au Caire le 6 octobre 1995, il revendique les attentats commis en France en riposte, dit-il, au soutien français au gouvernement d’Alger.

« Nous poursuivons maintenant, avec dignité et toute notre force, la voie du jihad et nos frappes militaires, cette fois au cœur même de la France et dans ses plus grandes villes31. Nous affirmons devant Dieu que rien n’entravera notre action, car elle constitue une louange à Dieu. Nous nous engageons à ne vous laisser aucun répit et à vous priver de toute jouissance jusqu’à ce que l’Islam puisse conquérir la France, de gré ou de force32. »

À la veille de l’élection présidentielle de novembre 1995, il menace de nouveau : « Le tombeau ou l’urne ». Les Algériens, on le sait, voteront massivement. Ses menaces à l’endroit des Algériens qui enverront leurs filles à l’école ou contre les femmes qui travaillent seront un échec33.

En novembre 1995, il fait assassiner deux responsables de la djaz’ara (le courant « algérianiste » du FIS) et anciens dirigeants du FIS ralliés aux GIA en mai 1994, Mohammed Saïd et Abderrazak Redjem, ainsi qu’une centaine de leurs compagnons accusés d’avoir tenté de prendre le pouvoir au sein de ces groupes34.Dans un communiqué daté du 2 janvier 1996 et publié vendredi 29 décembre 1995 par son bulletin Al Ansar, le GIA annonce sa décision de « déclarer la guerre » au FIS et à l’AIS, auxquels il ne pardonne pas d’avoir multiplié les condamnations de ses exactions. Dans ce texte, signé de son chef, Djamel Zitouni, le GIA appelle ainsi les hommes de l’AIS à « se repentir » et réaffirme sa « détermination » à « combattre tous ceux qui luttent pour le retour aux élections ». Il estime que le FIS « se débat dans le bourbier de la démocratie impie et va jusqu’à renier les moudjahidin et désavouer leurs actes ». Il accuse en outre la djez’ara d’avoir voulu lui faire un « coup d’État », confirmant ainsi indirectement avoir exécuté Mohamed Saïd et Abderrezak Redjam35.

Dans la nuit du 26 au 27 mars 1996, sept moines trappistes français de l’Ordre des Cisterciens de la stricte observance, âgés de 50 à plus de 80 ans sont enlevés dans leur monastère de Notre-Dame de l’Atlas, à Tibéhirine, situé près de Medea36. Dans le communiqué, numéro 43, portant le cachet de l’«émir» Djamel Zitouni, le 18 avril 1996, soit vingt-trois jours après l’enlèvement, et publié le 26 au Caire par le journal El Hayat37 la France est sommée d’obtenir la libération d’Abdelhak Layada37 membre-fondateur et premier émir du GIA, d´octobre 1992 à juin 199338 arrêté en mai 199339 au Maroc, où il est parti acheter des armes et extradé en Algérie en 199540 et condamné à mort en juin 199541 et détenu à la prison algéroise de Serkadji. Le 30 avril, un certain « Abdullah »42 (en fait Mustapha Abdallah43), interlocuteur des ravisseurs se présente au consulat de France à Alger. Il est porteur d’un message de Djamel Zitouni et d’une cassette audio comportant un enregistrement de la voix, bien reconnaissable, de chacun des sept moines, daté du 20 avril44. Le 21 mai, le communiqué no 44 du GIA, relayée par la radio Médi 1 de Tanger, annonce la mort des otages45 : « Nous avons tranché la gorge de tous les moines conformément à notre engagement. Louange à Dieu »46. Leurs têtes sont retrouvées le 30 mai en bordure de la route nationale Alger-Médea, 800 mètres environ avant le carrefour d’entrée à Médéa. Leurs corps n’ont jamais été retrouvés47,48.

En mai 1996, la direction d’Al Ansar fait publier un numéro dans lequel elle annonce qu’elle se dissocie de Zitouni et qu’elle cesse de le soutenir49. Le 15 juillet 1996, un communiqué présenté comme émanant du Madjless Echoura (Conseil consultatif) du GIA, reproduit par l’AFP, annonce la mise à l’écart de Djamel Zitouni50. Le 16 juillet 1996 un peu après 20 heures2, Djamel Zitouni est tué par un escadron de katibat El-wafa, d’Ali Benhadjar, au contrebas de Tamesguida. Le communiqué du GIA daté de samedi 27 juillet 199651 qui rend publique l’information ajoute qu’Antar Zouabri, prend la tête de l’organisation52,34.

Djamel Zitouni avait signé un livre de 62 pages21, probablement rédigé par un érudit de son entourage, «Des origines des salafistes et des devoirs des Moudjahidine», un opuscule retraçant l’historique du GIA et exposant la démarche et les objectifs de son organisation9. Il y affirme « quiconque quitte le GIA est passible de mort », « le djihad contre les mécréants, gens du livre, chrétiens ou juifs est un devoir pour tous les croyants », « tous les moyens doivent aller aux combattants, même si pour cela devaient mourir les enfants, les nourrissons et les affamés »53.

Liens avec les services de sécurité algériens

Selon d’anciens officiers algériens, il aurait ainsi entretenu dès l’année 1993 des rapports réguliers avec les services de sécurité d’Alger. C’est ce qu’affirment depuis la fin des années 1990 le colonel Mohamed Samraoui, ex-militaire algérien réfugié en Allemagne auteur de Chronique des années de sang (Denoël, 2003)54 ainsi que le capitaine Hocine Ouguenoune, ancien du DRS (Département du Renseignement et de la Sécurité, ex-Sécurité militaire) qui témoigna à ce sujet dans le magazine 90 minutes, sur Canal plus, en novembre 200255.

Autre témoignage éclairant les liens qui unissaient Zitouni et la sécurité militaire algérienne, celui du capitaine Ahmed Chouchane, interviewé dans la même émission de télévision. Instructeur des forces spéciales de l’armée algérienne lors du coup d’État de 1992, il refuse de tirer sur la foule en raison de ses sympathies islamistes. Jeté en prison, il en est ressorti de sa cellule au printemps 1995 par sa hiérarchie militaire qui lui fait une étrange proposition: devenir l’adjoint de Djamel Zitouni et éliminer des responsables islamistes refusant de travailler avec les services :

« la proposition émanait du général Kamel Abderahmnane et de Bachir Tartag, du Centre principal militaire d’investigation de Ben Aknoun, raconte aujourd’hui Chouchane. Ils m’ont dit à propos de Zitouni: c’est notre homme, et c’est avec lui que tu vas travailler. »

Chouchane refuse et se réfugie en Grande-Bretagne. Abdelkader Tigha, ancien cadre du Département du renseignement et de sécurité (DRS), l’ex-Sécurité militaire algérienne affirme sur RFI 13 mai 2004 que Zitouni avait été retourné par les services algériens :

« À l’époque, j’étais en fonction au CTRI de Blida, et c’est là que Zitouni a été approché et recruté par un cadre du CTRI, proche du général Lamari. C’est le commandant Abdelhafid Allouache. »

Ces témoignages tendent à confirmer que Djamel Zitouni, présenté comme chef du GIA d’octobre 1994 à sa mort, en juillet 1996, était bien instrumentalisé par de hauts responsables de la sécurité militaire algérienne qui l’utilisaient en sous-main pour terroriser la population, assassiner ou discréditer les islamistes et contraindre la France à continuer à les soutenir, malgré les accords de Rome.

« Zitouni, marionnette des militaires ? demandait en souriant Yves Bonnet, ancien patron de la DST, à un journaliste de Canal Plus en 2002. « Prouvez-le, maintenant qu’il est mort!… » Ce que le préfet entendait dire sous la forme d’une boutade, c’est que l’assertion selon laquelle Zitouni aurait été un « agent algérien » est facile à formuler après la mort du terroriste mais qu’elle n’a en réalité aucune consistance.

En 2008, Rémy Pautrat, ancien secrétaire général de la défense nationale, racontera au journaliste Nicolas Beau, de Bakchich.info, qu’à l’automne 1994, Smaïn Lamari, alors numéro 2 du DRS algérien, s’était vanté à Paris auprès de Raymond Nart, son homologue à la DST française, d’avoir épargné Djamel Zitouni, facilitant ainsi son arrivée à la tête du GIA et de le « tenir bien en main »56. Rémy Pautrat confirmait ainsi un témoignage qu’il avait accordé au magazine 90 minutes, sur Canal plus, en 2002 :

« L’anecdote m’avait frappé. Ils avaient effectivement épargné Zitouni alors que tout avait été fait pour que l’embuscade soit un succès et qu’ils auraient pu tuer tout le monde s’ils l’avaient voulu. Ils l’avaient donc épargné volontairement (…) qu’on ait épargné un type parce qu’on avait déjà des contacts avec lui et qu’on pensait qu’après, il prendrait la relève, ce qui s’est effectivement passé, et qu’il serait plus accommodant, cela me paraissait dans l’ordre des choses. »

À partir de cette date, le juge anti-terroriste Marc Trévidic, chargé de l’enquête sur l’assassinat des moines de Tibhirine, s’interroge officiellement sur les liens que Djamel Zitouni aurait pu entretenir avec le DRS algérien et demande la levée du secret défense57.

À l’automne 2009, les documents déclassifiés par la France montrent que dès 1996, le général français Philippe Rondot s’interrogeait déjà sur la nature exacte des liens unissant Djamel Zitouni, chef du GIA et Smain Lamari, numéro 2 du DRS (ex-sécurité militaire). Dans une note confidentielle adressée à la DST le 24 mai 1996, Rondot écrit même que « Très (trop) longtemps — et pour des raisons d’ordre tactique —, Djamel Zitouni et ses groupes ont bénéficié d’une relative tolérance de la part des services algériens. Il aidait (sans doute de manière involontaire) à l’éclatement du GIA et favorisait les luttes intestines entre les groupes armés58. »

Notes et références

Notes

  1. Voir sur tempsreel.nouvelobs.com. [archive]

Annexes

Bibliographie

  • Le Crime de Tibhirine, révélations sur les responsables, Jean-Baptiste Rivoire, La Découverte, Paris, septembre 2011

Articles connexes

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Antar_Zouabri

    1. Antar Zouabri

      Attentat du 3 décembre 1996 à la station de RER Port-Royal à Paris dans AC ! Brest 25px-Circle-icons-profile.svg 25px-Nuvola_Algerian_flag.svg dans Attentats
      35px-Society.svg dans Calomnie 29px-Crime.svg dans Corruption

      Cet article est une ébauche concernant une personnalité algérienne, la politique et la criminologie.

      Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

      Antar Zouabri
      une illustration sous licence libre serait bienvenue
      Biographie
      Naissance

      Boufarik

      Décès

      (à 31 ans)
      Boufarik

      Nationalité

      Antar ben Mohamed ben Kacem ben Rabie Zouabri (en arabe : عنتر زوابري), dit « Abou Talha Antar » ou « Abou Talha », est le 8e chef du Groupe islamique armé (GIA), un groupe terroriste islamiste armé.

      Biographie

      Antar Zouabri est né le 9 mai 1970 à Boufarik1, cadet de six enfants: cinq fils : Ali, Ramdane, Achour, Toufik et Antar et une fille Khalida2. Ses parents originaires de Médéa avaient migré vers la Mitidja afin de s’installer dans un domaine colonial situé vers Boufarik. Son père Mohamed Zouabri, occupait, avant l’indépendance, un poste d’employé municipal3. Sa mère Aïcha était la seconde épouse de son père. L’un des frères aînés d’Antar Zouabri, Ali (alias « Aliouette »), s’engage en 1989 dans la première djemaa, celle de Mansouri Meliani, est élu du FIS de Boufarik où il instaure des tribunaux islamiques, et devient en septembre 1992 l’un des adjoints d’Abdelhak Layada à la tête du GIA de la Mitidja4. Ali Zouabri est abattu par les forces de sécurité le 3 novembre 1993. En 1993, Toufik, le cadet, subit le même sort. Puis en 1997, c’est le tour d’Ahmed et de Rachid. À cette date, Antar Zouabri est le seul des frères encore vivant . À Boufarik, peu de personnes le connaissaient, à l’école il se faisait discret. Perçu comme un mauvais élève issu d’une famille pauvre, il devient très vite voleur et mandataire au marché de gros en fruits et légumes de la ville de Boufarik5.

      Activiste du FIS depuis son adolescence, il a fait partie des islamistes envoyés par Ali Benhadj en Irak. En 1993, alors qu’il fait son service militaire, Antar Zouabri déserte et part rejoindre le « GIA », alors dirigé par Abdelhak Layada. En mars 19936, il commet son premier meurtre connu : il assassine les Saheb, un couple d’ingénieurs agronomes et militants communistes. En juillet 1993, il revendiquera ce crime5. Le 24 juin 1993, il participe à l’embuscade de Chréa, particulièrement meurtrière pour l’armée: 47 morts3. L’année suivante, il s’illustre par le massacre de la famille d’un policier à Haouch Gros. Il effectue des actes dignes d’un criminel : vols, viols, assassinats, … Grimpant vite les échelons, il devient chef du GIA de la région de Boufarik et bras-droit du nouveau chef Djamel Zitouni (1964-1996), qui est assassiné le 14 juillet 1996 à l’instigation d’un groupe rival.

      Le 16 juillet, Antar lui succède. En août 1996, il promulgue une fatwa déclarant apostat tout Algérien qui refuserait de prendre les armes contre le pouvoir7. À ce titre, il organise des massacres de civils à Rais (29 août 1997 près de 400 morts8), Bentalha (du 22 au 23 septembre 1997, 300 morts, 67 blessés. un médecin et 5 femmes enlevés), Sidi Yourte et à Relizane (31 décembre 1997, 517 personnes assassinées au total, la plupart à l’arme blanche, dont plus d’une moitié de femmes et d’enfants; janvier 1998, 62 morts)9… Il revendique ses tueries dans un communiqué publié à Londres le 25 septembre 1997 à 13h3010. en annexe du dernier bulletin Al Ansar. «Le monde doit savoir que toutes les tueries, les massacres, les incendies, les déplacements de population, les enlèvements de femmes sont une offrande à Dieu»11. À partir de mai 199712, sa tête est mise à prix à 4 500 000 de dinars13, soit environ 67 000 euros14. On annonce à tort qu’il aurait été abattu le 22 juillet 1997 avec plusieurs dizaines de ses partisans 15,16 dans une casemate située au bord de l’oued Benabid, dans la région de Hatatba17.

      Refusant la loi sur la concorde civile promulguée le 13 juillet 1999, par le président Bouteflika, il multiplie les actes de violence contre les populations18. Pourtant ses capacités militaires se réduisent. En juin 2001, il est à la tête de moins de 100 hommes, disséminés entre Blida, Médéa et Khemis Miliana19 qui recourent au vol pour se nourrir20. En proie aux offensives de l’armée algérienne et aux attaques d’organisations rivales comme le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), Antar Zouabri privilégie la guérilla urbaine.

      Il est tué à 31 ans le 8 février 2002 par l’armée algérienne devant les caméras de télévision, à Boufarik sa ville natale, surpris alors qu’il se trouvait en compagnie de deux proches collaborateurs, Boutheldja Fodhil et Hakim Boumediene21. Encerclés dans une maison située au centre-ville, à côté du stade municipal, la rue des Frères Kerrar22, il a résisté avec ses deux compagnons pendant trois heures aux assauts d’un commando du Groupe d’intervention spécial (GIS, structure relevant du contre-espionnage) et de policiers spécialisés, avant d’être abattu23.

      Zouabri est le 8e chef du « GIA » abattu depuis 1992. Le 8 mars 2002, le GIA lui donne pour successeur Rachid Abou Tourab24,25.

      Annexes

      Liens externes

      Notes et références

    2. http://archives.lesoir.be/algerie-mort-du-septieme-chef-du-gia-antar-zouabri-il-e_t-20020211-Z0LGWE.html [archive]
    3. http://www.algeria-watch.org/en/articles/2002/women_survive.htm [archive]
    4. http://www.lexpress.fr/informations/antar-zouabri-le-nouvel-emir-tueur_620164.html [archive]
    5. http://algerie-libre.xooit.com/t176-les-gardes-communaux-ou-plutot-les-harkis-de-l-an-2000.htm [archive]
    6. https://www.humanite.fr/node/170276 [archive]
    7. http://les-tyrans-de-ce-monde.over-blog.com/article-gia-organisation-ecran-pour-les-generaux-mafieux-algerien-2-2-55127163.html [archive]
    8. http://www.jeuneafrique.com/Article/LIN16015ladiesemral0/ [archive]
    9. http://www.algeria-watch.org/farticle/bentalha/Bentalhafilm.htm [archive]
    10. http://anglesdevue.canalblog.com/archives/2009/10/07/15342469.html [archive]
    11. http://www.revues-plurielles.org/_uploads/pdf/9_25_2.pdf [archive]
    12. http://www.liberation.fr/monde/0101224407-les-gia-menacent-paris-l-onu-et-le-bras-arme-du-fis-selon-les-autorites-francaises-le-texte-semble-authentique [archive]
    13. http://www.aujourdhui.ma/societe-details8841.html [archive]
    14. http://www.algeria-watch.org/farticle/sale_guerre/zouabris_systeme.htm [archive]
    15. http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20020209.OBS3025/l-armee-algerienneabat-le-chef-du-gia.html [archive]
    16. Thierry Vareilles, Encyclopédie du terrorisme international, 2001, 549 p. (ISBN 978-2-7475-1301-2, lire en ligne [archive]), p. 338.
    17. https://www.nytimes.com/1997/07/25/world/key-algerian-militant-is-reported-killed.html [archive]
    18. https://www.humanite.fr/node/143642 [archive]
    19. http://archives.lesoir.be/depuis-la-loi-sur-la-concorde-civile-en-juillet-les_t-19991122-Z0HJ0F.html?query=Antar+Zouabri+&queryor=Antar+Zouabri+&firstHit=30&by=10&when=-1&sort=datedesc&pos=32&all=76&nav=1 [archive]
    20. http://www.lexpressiondz.com/mobile/actualite/3208-La-fin-d%E2%80%99un-%C3%A9mir-d%C3%A9chu.html [archive]
    21. http://www.lexpressiondz.com/mobile/actualite/2144-Pourquoi-le-GIA-n%E2%80%99y-figure-pas.html [archive]
    22. http://www.djazairess.com/fr/lexpression/3826 [archive]
    23. http://www.lexpressiondz.com/mobile/actualite/3209-Antar-Zouabri-tombe-%C3%A0-Boufarik.html [archive]
    24. http://www.rfi.fr/actufr/articles/026/article_13958.asp [archive]
    25. http://www.djazairess.com/fr/elwatan/11055 [archive]

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20020425.OBS5139/seize-personnesassassinees.html [archive]

 

Attentat de Romans-sur-Isère le 4 avril 2020 : une reconstitution de 10 heures mardi

Tandis que Diane Chatelet s’était fait offrir une très belle robe Chanel la veille, avait lieu mardi 12 avril 2022 à Romans-sur-Isère une reconstitution des faits tragiques de la journée du 4 avril 2020 en présence du terroriste islamiste qui ce jour-là avait attaqué à l’arme blanche plusieurs personnes, en tuant deux et en blessant plusieurs autres.

J’avais déjà commenté cette affaire à l’époque des faits à travers plusieurs articles et ai donné récemment de nouvelles explications dans deux articles.

Voici la liste complète de tous ces articles de blog :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/attaque-terroriste-a-romans-sur-isere-samedi-4-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/pourquoi-ce-nouvel-attentat-islamiste-du-4-avril-2020-a-romans-sur-isere/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/retour-du-deconnologue-et-ex-riverain-homere-sur-twitter/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/cyprien-luraghi-a-lance-un-appel-de-fonds-le-vendredi-3-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/06/messages-publics-de-jean-marc-donnadieu-en-ce-debut-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/06/michel-piccin-est-sorti-de-son-silence-le-3-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/07/attentat-de-romans-sur-isere-du-4-avril-2020-premier-bilan/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/08/attentat-de-romans-sur-isere-explications-de-lassaillant/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/08/attentat-de-romans-sur-isere-ouverture-dune-information-judiciaire/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/09/ufoscepticisme-sale-temps-pour-les-menteurs-et-cela-va-continuer/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/10/attentat-de-romans-sur-isere-pas-de-revendication-pour-cause-de-confinement/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/16/terrorisme-islamiste-de-nouveaux-projets-dejoues-en-allemagne/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/23/des-avocats-attaquent-la-justice-les-magistrats-sinsurgent-vaste-plaisanterie/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/06/22/cyprien-luraghi-et-la-pelle-du-18-juin/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/06/30/nouveaux-problemes-avec-mes-statistiques-de-blogs-ce-mois-de-juin-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2022/01/26/des-attentats-islamistes-commis-en-france/

http://petitcoucou.unblog.fr/2022/03/25/les-attentats-islamistes-commis-en-france-sont-le-fait-de-mes-harceleurs/

 

Cet attentat fait donc partie de la série débutée en janvier 2020 et directement liée à une procédure abusive engagée à mon encontre par un avocat lyonnais en son nom propre au mois de décembre 2019. L’année 2020 sera aussi marquée par trois plaintes successives déposées contre moi par le complice de Jean-Marc Donnadieu Patrice Seray à compter du 10 février 2020. La veille, 9 février 2020, j’avais publié ceci qui leur avait fortement déplu du fait que je me présentais comme femme ingénieur, ce qu’ils avaient dès 2010 décidé de m’interdire absolument partout (voir notamment les tout premiers articles de ce blog, en mars 2014) :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/02/09/pourquoi-helene-sergent-de-20minutes-fr-sacharne-sur-la-femme-ingenieur-que-je-suis/

Cependant, les plaintes de ce débile resteront toutes lettres mortes et seule la procédure de l’avocat avançait.

Or, en date du 4 avril, nous attendions bien sous les dix jours une première décision dans cette affaire, que toute la bande de cybercriminels et terroristes escomptait bien évidemment être une condamnation prononcée à mon encontre conformément aux demandes de l’avocat, un professionnel du droit qui par conséquent n’aurait su comme eux manquer son coup.

L’attentat de Romans-sur-Isère, qui de plus se produit dans sa région, a bien été commis pour fêter cette condamnation très attendue.

Mais finalement, la décision prise en ce mois d’avril 2020 ne sera qu’un report qui nous sera signifié au mois de juin 2020, et le jugement ne sera prononcé qu’au mois d’août 2020. Toute la procédure continuera, comme d’habitude, à être rythmée ou ponctuée par des attentats islamistes, notamment ceux de Reading le 20 juin 2020 et celui du Niger le 9 août 2020, ces deux-là étant encore chacun censé fêter l’annonce de ma condamnation imminente et immanquable. Mais comme d’habitude, la procédure abusive dont j’étais à nouveau victime n’a pas porté ses fruits et l’escroc a été débouté de toutes ses demandes – alors que je m’étais défendue seule, sans avocat.

Au mois de septembre 2020, il a fait appel de cette décision qui ne le satisfaisait pas plus que ses complices, et les attentats islamistes ont continué à suivre ou précéder les différentes avancées de cette procédure en appel jusqu’à l’attentat de Vienne du 2 novembre 2020, mais pas au-delà du fait qu’au mois de novembre 2020 j’ai réussi à les dissuader de poursuivre. Et au final, l’escroc a encore été débouté de toutes ses demandes par la Cour d’Appel de Lyon au mois de mars 2021.

Je rappelle la série complète, à laquelle il convient d’ajouter les attentats de Reading le 20 juin 2020, du Niger le 9 août 2020 et de Vienne en Autriche le 2 novembre 2020, qui en font bien partie :

 

Années 2020

2020

  • Le 3 janvier 2020, dans le parc des Hautes-Bruyères à Villejuif, un jeune homme de 22 ans, attaque à l’arme blanche des passants, en répétant « Allah Akbar », tuant un homme et blessant gravement deux femmes. L’individu sera par la suite neutralisé par une patrouille de policiers. Le jeune homme récemment converti à l’islam58 a perpétré cette attaque d’une « extrême violence » avec une « extrême détermination », selon les déclarations du Parquet national antiterroriste qui s’est saisit de l’affaire.
  • Le 5 janvier 2020, un individu connu de la DGSI et fiché S, armé d’un couteau et criant « Allah Akbar », est interpellé à Metz après avoir tenté d’agresser des policiers59. La section antiterroriste ne s’est pas saisie de l’enquête.
  • Le 4 avril 2020, à Romans-sur-Isère, un réfugié soudanais, Abdallah Ahmed-Osman, crie « Allah Akbar », tue au couteau deux passants et en blesse cinq autres, leur demandant s’ils sont de confession musulmane.
  • Le lundi 27 avril 2020, en fin d’après-midi à Colombes (Hauts-de-Seine), le conducteur d’une voiture a percuté volontairement deux motards de la police à vive allure, les blessant gravement. L’auteur a fait allégeance à l’État islamique.
  • Le vendredi 25 septembre 2020, deux personnes sont grièvement blessées à l’arme blanche près des anciens locaux du journal Charlie Hebdo. Le Parquet national antiterroriste a ouvert une enquête pour « tentative d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste, association de malfaiteurs terroriste criminelle ». Selon l’AFP citant des sources concordantes, l’assaillant de nationalité pakistanaise assurait « assumer son acte qu’il situe dans le contexte de la republication des caricatures (de Charlie Hebdo, ndlr) qu’il n’a pas supportée ».
  • Le 16 octobre 2020, un enseignant, Samuel Paty, est décapité devant un collège de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), car il a montré lors d’un cours sur la liberté d’expression les caricatures de Mahomet. Son assassin présumé (islamiste de nationalité russe) est abattu par la police dans la ville voisine d’Éragny (Val-d’Oise)60.
  • Le 29 octobre, un Tunisien tue trois personnes et en blesse plusieurs autres dans la basilique Notre-Dame-de-l’Assomption de Nice avant d’être arrêté par la police61.

2021

 

L’attentat résiduel du 23 avril 2021 est probablement lié à une nouvelle procédure délirante dans laquelle l’avocat marron s’est lancé à mon encontre au mois de décembre 2020 pour tenter d’obtenir un sursis à statuer de la Cour d’Appel de Lyon avant que celle-ci ne rendît son verdict, dès l’instant où il avait compris qu’il n’avait pas plus de chance de gagner en appel qu’en première instance – au début, il comptait gagner en appel sur ses seuls dires du fait que je n’aurais pas pu faire le déplacement jusqu’à Lyon pour me défendre, compte tenu tout à la fois des difficultés liées à la crise sanitaire et des menaces de mort que je recevais très régulièrement de ses complices, notamment le dénommé Jean-Marc Donnadieu. Mais j’avais finalement trouvé le moyen de m’y faire représenter, d’où cette procédure supplémentaire débutée au mois de décembre 2020, une nouvelle procédure dont son auteur et ses complices ont de bonnes raisons d’espérer qu’elle va pouvoir produire effet précisément à compter de cette fin avril 2021.

A noter : ils ont depuis été assez déçus, car je continue à me défendre avec succès…

Egalement à noter : en fait, il est fort possible qu’ils n’aient pas refait d’attentat pour la suite de la procédure en appel à Lyon après le mois de novembre 2020 tout simplement parce qu’après avoir obtenu un premier report le 8 décembre 2020, l’escroc avait dû abandonner sa tentative d’obstruction par demande de sursis à statuer et était donc tout à fait sûr de perdre. Autrement dit : il n’y avait plus rien à fêter après le succès du 8 décembre 2020 qui avait été salué à Lyon par un feu d’artifice sauvage.

Il n’est donc pas exclu que les attentats islamistes reprennent du jour où mes harceleurs auront de nouveau bon espoir d’avoir une grande victoire à fêter. Bien évidemment, je fais ce que je peux pour que cela ne se produise pas, mais ne suis malheureusement pas aidée par les magistrats brestois qui eux se trouvent depuis le début très impliqués dans toutes les saloperies de la bande du pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi à mon encontre.

Après toutes ces explications, je reviens sur l’attentat de Romans-sur-Isère.

La reconstitution du 12 avril n’a rien apporté, il en ressort seulement que l’auteur des faits s’en tient à sa stratégie de défense initiale sans convaincre grand monde, ses pertes de mémoire apparaissant sélectives. Il ment, donc.

Pour ma part, je n’exclus toujours pas la possibilité que cet attentat puisse masquer un assassinat, celui de l’ingénieur informaticien de Lyon Thierry Nivon, tué dans la boucherie où il avait ses habitudes.

Pour moi, toute cette série d’attentats supportant les procédures abusives de l’avocat lyonnais à mon encontre vise particulièrement des ingénieurs, c’est encore flagrant à Reading le 20 juin 2020 et au Niger le 9 août 2020. Il les hait. Il n’y a pas que mes proches et moi-même, il y en a notamment un autre de la région de Grenoble qui le traite publiquement d’escroc depuis très longtemps – et c’est bien ce qu’il est.

Par ailleurs, j’observe aussi que cette série d’attentats se colore très nettement de la couleur politique de cet individu qui contrairement aux précédents ne s’affiche pas de l’extrême-gauche mais très à droite et s’avère aussi très proche de la famille Le Pen, et ceci, autant dans le choix des cibles (des humanitaires au Niger, des coeurs tendres qui aimaient les animaux en plus d’être très instruits…), que des atteintes portées à leur encontre au-delà de la mort par des militants de l’extrême-droite (aucun respect des dépouilles et des mémoires) : ce n’est plus la Brestoise de l’extrême-gauche Julie Le Goïc qui exulte à peine le père Hamel a-t-il été assassiné le 26 juillet 2016, ce ne sont bien que des militants de l’extrême-droite dont les réactions posent problème.

En ce qui concerne l’attentat d’octobre 2020 contre Samuel Paty, commis pour ma convocation en appel à Lyon, on retrouve même deux amis de Marine Le Pen à proximité du principal responsable identifié par l’enquête officielle :

 

https://www.lejdd.fr/Politique/attentat-de-conflans-sainte-honorine-deux-amis-de-le-pen-en-lien-avec-lislamiste-sefrioui-4002642

Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : deux amis de Le Pen en lien avec l’islamiste Sefrioui

 

12h00 , le 1 novembre 2020

ABONNÉSProches de Marine Le Pen, Axel Loustau et Frédéric Chatillon ont gravité, dans l’entourage de Dieudonné, avec Abdelhakim Sefrioui, l’activiste impliqué dans la mort du professeur Samuel Paty. 

De gauche à droite : Frédéric Chatillon, Dieudonné et Axel Loustau en 2009 lors d'une manifestation à Paris contre une opération menée par Israël dans la bande de Gaza.

De gauche à droite : Frédéric Chatillon, Dieudonné et Axel Loustau en 2009 lors d’une manifestation à Paris contre une opération menée par Israël dans la bande de Gaza. (Capture Dailymotion)

 

Le Rassemblement national considère-t-il vraiment l’islamisme radical comme un ennemi? Deux proches de Marine Le Pen, Axel Loustau et Frédéric Chatillon, se sont affichés au côté d’Abdelhakim Sefrioui, l’islamiste mis en examen et écroué pour avoir lancé la campagne sur les réseaux sociaux qui a provoqué l’assassinat de Samuel Paty. Les trois hommes apparaissent sur une vidéo du 10 janvier 2009, mise en ligne sur le compte Dailymotion du collectif Cheikh Yassine, le groupuscule de Sefrioui, après une manifestation à Paris contre une opération menée par Israël dans la bande de Gaza.

Parmi une foule entonnant un verset du Coran

Les images montrent Loustau et Chatillon parmi une foule entonnant… un verset du Coran. Le premier, conseiller régional (RN) d’Île-de-France, était chargé des finances de la campagne présidentielle de Marine Le Pen en 2017. Le second a été le principal prestataire pour la communication du parti – ce qui lui a valu d’être condamné par la justice dans l’affaire des kits de campagne. Tous accompagnent l’humoriste Dieudonné, que l’on voit discuter avec Sefrioui. Puis Dieudonné

 

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/drome/terrorisme-attaque-au-couteau-de-romans-isere-d-avril-2020-le-centre-ville-boucle-pour-reconstitution-2523772.html

Terrorisme : reconstitution « éprouvante » de l’attaque au couteau de Romans/Isère d’avril 2020

 

Publié le 12/04/2022 à 09h56 • Mis à jour le 13/04/2022 à 16h28
Écrit par D. Mazzola (avec Y.Marie / L.Crozat)
A Romans/Isère (Drôme), le centre-ville est bouclé ce mardi 12 avril 2022 en raison de la reconstitution de l'attaque au couteau du 4 avril 2020. Un périmètre de sécurité se met en place selon le parcours emprunté le 4 avril 2020 par l'agresseur.

A Romans/Isère (Drôme), le centre-ville est bouclé ce mardi 12 avril 2022 en raison de la reconstitution de l’attaque au couteau du 4 avril 2020. Un périmètre de sécurité se met en place selon le parcours emprunté le 4 avril 2020 par l’agresseur. • © Yaëlle Marie

Le 4 avril 2020, un demandeur d’asile soudanais poignardait plusieurs personnes en plein centre-ville de Romans/Isère, dans la Drôme. Deux ans, presque jour pour jour après les faits, une reconstitution de cette sanglante attaque au couteau est organisée ce mardi 12 avril, à partir de 8h30.

Tôt ce matin, Abdallah Ahmed Osman, demandeur d’asile soudanais, a été extrait de sa cellule de la prison de la Santé pour participer à une reconstitution judiciaire à Romans-sur-Isère. Deux personnes ont été tuées lors de cette attaque au couteau du 4 avril 2020, et cinq personnes blessées, dont trois grièvement. Le suspect avait été mis en examen pour « assassinats et tentatives d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste ».

Périmètre bouclé dans le centre historique

Demandées par les juges antiterroristes parisiens en charge de l’affaire, cette reconstitution judiciaire doit avoir lieu ce mardi 12 avril, entre la place Ernest Gailly et la Côte Jacquemart. C’est dans cette rue du centre historique de Romans/Isère, à proximité de la place Gailly, que se trouvait le domicile du mis en cause. La reconstitution de son périple sanglant doit démarrer dans cette rue ce mardi matin.

 

La reconstitution du périple sanglant d'Abdallah Ahmed Osman devait débuter Côte Jacquemart, dans le coeur historique de Romans/Isère. C'est là que le mis en cause vivait depuis 2019. (12/4/22)

La reconstitution du périple sanglant d’Abdallah Ahmed Osman devait débuter Côte Jacquemart, dans le coeur historique de Romans/Isère. C’est là que le mis en cause vivait depuis 2019. (12/4/22) • © Yaëlle Marie

 

Sur la place désertée, non loin de la Tour Jacquemart, les forces de police ont pris place tôt dans la matinée. Le mis en cause se trouvait dans le fourgon blanc de l’administration pénitentiaire. Doudoune grise et pantalon noir, il a été escorté jusqu’à son domicile au 30 de la côte Jacquemart où il a débuté son sanglant périple.

 

A Romans/Isère (Drôme), la place Ernest Gailly et ses abords, dans le centre historique sont bouclés, ce mardi 12 avril 2022 en raison de la reconstitution de l'attaque au couteau du 4 avril 2020.  La place se trouve à proximité du domicile du mise en cause.

A Romans/Isère (Drôme), la place Ernest Gailly et ses abords, dans le centre historique sont bouclés, ce mardi 12 avril 2022 en raison de la reconstitution de l’attaque au couteau du 4 avril 2020. La place se trouve à proximité du domicile du mise en cause. • © Yaëlle Marie

 

Pour les besoins de cette reconstitution, un large périmètre a été mis en place dans ce secteur de la cité drômoise. D’importantes forces de police sont mobilisées dans le cadre de cette reconstitution. Le centre-ville a été bouclé à partir de 8 heures ce mercredi matin. Il doit rester inaccessible jusqu’à 22 heures. Les commerces sont fermés.

Nouvelle épreuve pour les parties civiles

Le trentenaire a été mis en examen pour avoir tué Thierry Nivon et Julien Vinson, et pour avoir blessé grièvement cinq autres personnes, poignardées au hasard de son parcours entre la place Ernest Gailly et le boulevard Marx Dormoy, en plein centre-ville de Romans. Deux ans après, ce trentenaire doit donc reproduire les faits et gestes de ce matin du 4 avril 2020. Un parcours sanglant en plein confinement.

Il était environ 11 heures le jour du drame lorsque le réfugié soudanais a attaqué un buraliste de la place Ernest Gailly. Sa femme s’est interposée. Le couple de buraliste agressé a changé de région depuis le drame. Le bureau de tabac a été racheté en octobre 2020 peu après l’attaque.

A Romans/Isère, le bureau de tabac où l'assaillant a agressé le couple propriétaire. Depuis l'attaque du 4 avril 2020, le commerce a changé de mains. Ce matin, la nouvelle buraliste se préparait à fermer pour la reconstitution ... 12/4/22

A Romans/Isère, le bureau de tabac où l’assaillant a agressé le couple propriétaire. Depuis l’attaque du 4 avril 2020, le commerce a changé de mains. Ce matin, la nouvelle buraliste se préparait à fermer pour la reconstitution … 12/4/22 • © Yaëlle Marie

 

Un peu plus loin, c’est dans une boucherie qu’il fait irruption. Il veut remplacer son couteau brisé dans le bureau de tabac. L’agresseur s’empare alors d’un coutelas et poignarde un client. Thierry Nivon, 55 ans, est mortellement touché.

Reconstitution de l'attaque au couteau du 4 avril 2020 : la 3e étape, la boucherie Breyton. C’est ici que le mis en cause a poignardé à mort Thierry Nivon. L’assaillant avait cassé son couteau peu avant, lors de l’agression du couple de buralistes. Il est entré dans cette boucherie pour s’emparer d’un coutelas de boucher.

Reconstitution de l’attaque au couteau du 4 avril 2020 : la 3e étape, la boucherie Breyton. C’est ici que le mis en cause a poignardé à mort Thierry Nivon. L’assaillant avait cassé son couteau peu avant, lors de l’agression du couple de buralistes. Il est entré dans cette boucherie pour s’emparer d’un coutelas de boucher. • © Yaëlle Marie

 

Ensuite, au hasard de son périple, l’assaillant poignarde plusieurs passants. Une funeste rencontre pour Julien Vinson qui reçoit 22 coups de couteaux. Ce dernier rend l’âme. Son fils n’est pas loin.

Les juges antiterroristes ont prévu ce mardi de retracer ce périple sanglant d’Abdallah Ahmed Osman. Si cet acte judiciaire est indispensable, il n’en reste pas moins une épreuve pour les parties civiles et les victimes. 

« Il est évident que ça réactive leur souffrance, ça réactive leur volonté de tourner cette page de leur vie à cet instant-là. Il va falloir se confronter, à la fois à la scène des faits et à l’auteur des faits. C’est une situation très difficile pour eux mais ils le font avec courage et avec sérieux. Ils souhaitent concourir à la manifestation de la vérité », a expliqué ce matin Me Guillaume Fort, avocat des parties civiles.

 

Les victimes espèrent que cette journée de reconstitution permettra de réveiller la mémoire défaillante d’Abdallah Ahmed Osman. Pour cette journée éprouvante de reconstitution, un dispositif d’accompagnement psychologique, avec sophrologue et psychologue, a été mis en place par l’association d’aide aux victimes Remaid.

Le traumatisme des « survivants »

Me Fort a évoqué le traumatisme des victimes qui ont assisté aux événements. « Mme Breyton a fait preuve d’un grand courage pour revenir sur le lieu de son traumatisme, pour la manifestation de la vérité, de la justice », a expliqué Me Guillaume Fort. Mme Breyton n’est jamais revenue dans sa boucherie sur les lieux des faits.

A l’occasion de cette reconstitution des faits, il lui a été demandé de donner sa version. Mais Il n’y a pas eu de confrontation avec Abdallah Ahmed Osman. Une décision prise en accord avec les praticiens de la cellule d’accompagnement et avec le magistrat instructeur, « pour ne pas réactiver son traumatisme », mais « elle était prête à lui faire face », selon l’avocat.

Mme Breyton n’était jamais revenue dans sa boucherie. Elle a vu l’ensemble de la scène, le moment où la victime a été poignardée, elle lui a porté secours, elle aurait pu s’enfuir, elle ne l’a pas fait. Pour elle c’est un traumatisme extrêmement important.

Me Guillaume Fortavocat des parties civiles

De son côté, Me Dimitri Grémont, l’avocat parisien d’ Abdallah Ahmed Osman, a indiqué que son client « collabore complètement » à l’occasion de cette journée de reconstitution : « il fait tout ce qu’il peut – dans la mesure de ses moyens et de ses souvenirs. Il n’a plus de souvenirs des événements. Il suit les indications du magistrat instructeur et ce qui lui est rapporté ». A savoir, les dires des personnes ayant assisté aux événements ou les ayant vécus comme ceux de Mme Breyton.

Absence de souvenirs

Selon Me Dimitri Grémont, son client qui comprend le français mais le parle peu, « n’a plus que quelques images ou quelques sons » de cette tragique matinée. Pas de « déroulé précis des événements ». Et il ajoute : « pour l’heure, les choses ne remontent pas. C’est un des enjeux de la journée : voir ce qui peut lui revenir ou pas. Mais pour le moment ce n’est pas très probant ».

Comment expliquer cette amnésie ?  »Il était dans un épisode psychotique particulier. Une forme de transe. C’est tout à fait cohérent avec son état psychologique du moment », assure l’avocat du mis en cause.  Le premier rapport d’expertise évoque un état psychotique. « Pour le moment il est établi qu’il y a altération du discernement », poursuit l’avocat.

Depuis le début, il regrette ce qui s’est passé, il le vit mal. Il cherche dans la mesure de ses moyens à faire ce qu’il peut pour collaborer, pour aider.

Me Dimitri Grémontavocat du mis en cause

Me Grémont l’assure au sujet de son client : « Il a toujours dit et il maintient aujourd’hui qu’il n’était pas radicalisé, qu’il était heureux de vivre en France. Il regrette ce qu’il a fait ». Un sentiment qui explique selon l’avocat la collaboration de son client avec la justice.

Pour l’avocat des parties civiles, Me Fort, « on est dans une stratégie de défense ». 

Attaque au couteau, Romans/Isère meurtrie

Le 4 avril dernier, deux ans jour pour jour après cet acte sanglant, la ville de Romans/Isère a rendu hommage aux victimes de l’attentat.

 

 

Sur la place du Champ-de-Mars, plusieurs centaines de personnes, élus, familles des victimes, habitants et anonymes s’étaient rassemblées pour se recueillir. L’attaque au couteau a coûté la vie à Thierry Nivon et Julien Vinson. Elle a également fait cinq blessés.

 

durée de la vidéo : 01min 42
Reconstitution attaque au couteau de Romans sur Isère • ©FTV

 

 

durée de la vidéo : 01min 42
Reconstitution attaque au couteau de Romans sur Isère • ©FTV
justice société terrorisme faits divers

 

 

https://www.lefigaro.fr/faits-divers/attentat-de-romans-sur-isere-deux-ans-plus-tard-une-reconstitution-en-presence-de-l-accuse-20220412

Attentat de Romans-sur-Isère : deux ans plus tard, une reconstitution en présence de l’accusé

 

Par Le Figaro

Publié le 12/04/2022 à 15:41, Mis à jour le 15/04/2022 à 19:15

 

Le 4 avril 2020, Abdallah A.-O. est accusé d'avoir tué deux personnes à Romans-sur-Isère (Isère), en plein confinement.

Le 4 avril 2020, Abdallah A.-O. est accusé d’avoir tué deux personnes à Romans-sur-Isère (Isère), en plein confinement. JEFF PACHOUD / AFP

 

La reconstitution intervient deux ans après l’attentat qui a fait deux morts et cinq blessés à Romans-sur-Isère, en plein confinement.

Il y a deux ans, alors que la France vivait son premier confinement, Abdallah A.-O. semait la terreur dans les rues de Romans-sur-Isère (Drôme) en tuant deux personnes à l’arme blanche, avant d’être interpellé par les forces de l’ordre. Mardi 12 avril se tient la reconstitution sur les lieux de l’attaque, en présence de l’intéressé et des rescapés.

À lire aussiLe parcours effroyable et meurtrier de l’assaillant de Romans-sur-Isère

L’accusé a été extrait de sa cellule en début de matinée, afin de procéder au début de la reconstitution dès 8h30. Les magistrats du Parquet national antiterroriste (PNAT), les enquêteurs, les blessés et les différents témoins sont également présents. Cette étape importante de l’enquête, généralement la dernière avant la clôture de l’instruction, doit se dérouler toute la journée dans le centre historique de Romans-sur-Isère. La circulation et les commerces ont été fermés pour l’occasion.

Interrogé par nos confrères du Dauphiné Libéré à la mi-journée, Me Guillaume Fort, avocat des parties civiles a fait savoir qu’Abdallah A.-O. acceptait «de collaborer tout en disant qu’il ne se souvient de rien et en contestant la version des témoins, déplore le conseil. On a le sentiment que le mis en examen se réfugie dans une amnésie qui peut parfois être sélective.»

Pour les rescapés, c’est une étape douloureuse, qui les replonge dans leur traumatisme. «Je passe deux ans à essayer d’oublier ce qui s’est passé dans mon hall d’entrée. Et là, je vais accueillir beaucoup de monde dans mon entrée, et l’agresseur, être face à lui, c’est très dérangeant», a confié l’une d’elles à France Bleu.

«Un pays de mécréants»

Le 4 avril 2020, ce réfugié soudanais de 33 ans a tué à l’arme blanche un client d’une boucherie de 55 ans et un commerçant de 44 ans. Cinq personnes ont également été blessées dans les rues commerçantes de cette ville tranquille de 33.000 habitants.

Inconnu des services de police et de renseignement, le terroriste présumé est arrivé en août 2016 en France, où il a obtenu le statut de réfugié et un titre de séjour en 2017. «Des documents manuscrits à connotation religieuse» dans lesquels il se plaignait «notamment de vivre dans un pays de mécréants» ont été découverts à son domicile. L’homme, qui reconnaît les faits sans s’en souvenir en détail, assure avoir agi seul. Employé dans la maroquinerie, il semblait vivre difficilement le confinement, et des anxiolytiques ont été retrouvés chez lui.

PODCAST – L’homme est-il un loup pour l’homme? Le Moment Philo, par Aziliz Le Corre

Écoutez-le et abonnez-vous sur votre plateforme audio favorite

Il a depuis été mis en examen pour «assassinats et tentatives d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste» et placé en détention dans une unité psychiatrique spécialisée à Villejuif (Val-de-Marne), rattaché au centre pénitentiaire de Fresnes, selon Le Monde . Les experts psychiatres ont en effet relevé «une personnalité fragile», «supportant mal l’isolement et l’éloignement de son pays et de sa famille». Pour autant, l’expertise a conclu qu’il était «accessible à une sanction pénale», ouvrant la voie à un procès.


À VOIR AUSSI – Dix ans des attentats de Toulouse et Montauban: «Il n’y a plus cette insouciance», affirme le Grand Rabbin de France

La rédaction vous conseille

 

Des origines des douze candidats à l’élection présidentielle française…

… d’après leurs fiches Wikipédia respectives, très grosses pour certains et maigrelettes pour d’autres.

Il n’y a que des littéraires, communicants, commerciaux, économistes et politiques, pas un seul scientifique ou matheux.

Une vraie rigueur intellectuelle, de la réflexion, des capacités à raisonner correctement et à construire plutôt qu’à détruire, voilà précisément qui fait cruellement défaut à tous nos gouvernants depuis un bon paquet d’années.

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Emmanuel_Macron

Emmanuel Macron

 

Emmanuel Macron ([emanɥɛl makʁɔ̃]e Écouter), né le 21 décembre 1977 à Amiens (France), est un haut fonctionnaire et homme d’État français. Il est président de la République française depuis le 14 mai 2017.

Sorti de l’École nationale d’administration (ENA) en 2004, il devient inspecteur des finances. En 2007, il est nommé rapporteur adjoint de la commission pour la libération de la croissance française (« commission Attali »). L’année suivante, il rejoint la banque d’affaires Rothschild & Cie, dont il devient associé-gérant en 2010.

Proche du Mouvement des citoyens (MDC) puis membre du Parti socialiste (PS) de 2006 à 2009, il participe à la campagne électorale de François Hollande pour l’élection présidentielle de 2012, qui le nomme après sa victoire secrétaire général adjoint de son cabinet. Alors encore inconnu du grand public, mais réputé pour sa ligne sociale-libérale, Emmanuel Macron devient en 2014 ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique ; en 2015, il fait adopter une loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques, dite « loi Macron ». Sa notoriété s’accroît alors qu’il prend progressivement ses distances avec François Hollande.

En 2016, il fonde et prend la présidence de son propre mouvement politique, baptisé En marche, et démissionne du gouvernement Valls. Il adopte un positionnement hostile au clivage gauche-droite et se présente à l’élection présidentielle de 2017. Il l’emporte au second tour face à la candidate du Front national, Marine Le Pen, avec 66,1 % des suffrages exprimés. À 39 ans, il devient le plus jeune président français et le plus jeune dirigeant du G20 du moment.

Il nomme comme Premier ministre Édouard Philippe, alors membre des Républicains (LR), tandis que son parti — devenu La République en marche — remporte les élections législatives de 2017. En 2020, il remplace Édouard Philippe par Jean Castex, également issu de LR. Son mandat est marqué par une réforme du code du travail, une loi de réforme de la SNCF, l’affaire Benalla, le mouvement des Gilets jaunes et le grand débat national qui s’ensuit, ainsi que par un projet contesté de réforme des retraites, la mise en place d’une convention citoyenne pour le climat, la pandémie de Covid-19 puis en février 2022, la crise provoquée par l’invasion de l’Ukraine par la Russie, alors que la France vient de prendre la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne.

Il est candidat à sa réélection lors de l’élection présidentielle de 2022.

 

Situation personnelle

Origines

Emmanuel Jean-Michel Frédéric Macron est le fils de Jean-Michel Macron, né en 1950, médecin, professeur de neurologie au CHU d’Amiens2 et responsable d’enseignement à la faculté de médecine de cette même ville3, et de Françoise Noguès, médecin-conseil à la Sécurité sociale4. Leur premier enfant, une fille, est morte à la naissance5. Ils ont ensuite eu trois enfants : Emmanuel, Laurent (né en 1979, radiologue, marié à Sabine Aimot, gynécologue-obstétricienne) et Estelle (née en 1982, néphrologue, mariée à Carl Franjou, ingénieur)6. Après leur divorce en 2010, Jean-Michel Macron épouse Hélène Joly, psychiatre au CHS Pinel-Dury.

La famille Macron est originaire du village d’Authie, dans la Somme où elle occupait une situation modeste. Son arrière-grand-père, Henri Macron, ingénieur voyer, fut maire de la commune de 1953 à 19647. Ses grands-parents paternels sont André Macron, qui était cadre (chef de district) à la SNCF8, et Jacqueline Macron, fille de l’Amiénoise Suzanne Leblond et du Britannique George Robertson, venu de Bristol pour combattre durant la Première Guerre mondiale et qui quitte son épouse Suzanne en 19289. Ses grands-parents maternels, Jean et Germaine Noguès (née Arribet), sont originaires de Bagnères-de-Bigorre, dans les Pyrénées10,11,12. Emmanuel Macron affirme s’être passionné pour les lettres et s’être engagé à gauche en raison de l’influence de sa grand-mère Germaine, enseignante puis principale de collège13,14,15,16.

Formation

De la sixième à la première, Emmanuel Macron est scolarisé à La Providence, un établissement privé catholique d’Amiens fondé par la congrégation des jésuites. Il obtient une « mention régionale » au concours général de français en 1994, alors qu’il est élève en classe de première17,18,19. Il termine ses études secondaires au lycée Henri-IV, à Paris, où ses parents l’envoient pour l’éloigner de Brigitte Trogneux, sa professeur de théâtre avec laquelle il a une relation. Il réécrit avec elle la pièce de théâtre de l’auteur italien Eduardo De Filippo L’Art de la comédie18,20,21,22. Il obtient le baccalauréat scientifique avec la mention « très bien » en 199523.

Admis en hypokhâgne et khâgne B/L au lycée Henri-IV, il échoue à deux reprises à l’écrit du concours d’entrée de l’École normale supérieure (ENS)19,24,25.

Il intègre l’Institut d’études politiques de Paris en 199826. D’abord étudiant au sein de la section « Internationale », il se réoriente en troisième année au sein de la section « Service public ». Il sort diplômé de Sciences Po en 200127. Il suit en parallèle un cursus en philosophie à l’université Paris-Nanterre et y obtient successivement une maîtrise en 2000 et un DEA en 200128 ; ses mémoires d’études sont dédiés à des penseurs politiques27 : Machiavel29 et Hegel30.

De 1999 à 2001, il est assistant éditorial pour le livre La Mémoire, l’histoire, l’oubli du philosophe Paul Ricœur, qui recherchait un archiviste24,13,31. Il devient membre du comité de rédaction de la revue Esprit32. Certains observateurs mettront en avant l’influence de Paul Ricœur dans les modes de raisonnement d’Emmanuel Macron33,34.

Emmanuel Macron n’effectue pas son service national en raison de la poursuite de ses études supérieures, qui reportent sa date d’incorporation. Né en décembre 1977, il appartenait aux dernières classes d’âge encore soumises à l’obligation de la conscription. Celle-ci a, en effet, été suspendue en 1996 pour « tous les Français nés après le 31 décembre 1978 ». Les derniers appelés (environ 4 380) ont quitté leur caserne en novembre 200135.

Il poursuit ses études à l’ENA à Strasbourg dans la promotion Léopold-Sédar-Senghor (2002-2004)36 de laquelle il sort classé 5e37. Mais comme l’un des sujets de l’examen final avait déjà été abordé par certains élèves, le Conseil d’État annule le classement final de cette promotion, un recours38 ayant été déposé par 75 élèves, dont Emmanuel Macron39,40. Pour la première fois depuis la création de l’ENA, une promotion sort donc sans classement final41, mais cette décision n’aura d’influence ni sur l’affectation d’Emmanuel Macron à l’Inspection des finances42 ni sur les autres élèves de la promotion39. Il fait partie des étudiants militant pour le choix de Senghor comme nom de promotion43. Il effectue un stage de l’ENA de six mois en ambassade à Abuja au Nigeria43,44, puis un autre à la préfecture de l’Oise45.

En 2007, il bénéficie du German Marshall Fund, qui lui permet de découvrir les États-Unis, pays où il effectuera par la suite un stage pour la banque Rothschild46.

Des éléments de sa biographie publiés dans les médias font l’objet d’incertitudes et de contradictions47. Ainsi, Emmanuel Macron semble avoir entretenu pendant un certain temps l’ambigüité sur son prétendu passage par l’École normale supérieure48. Par ailleurs, il indique avoir réalisé un mémoire sur l’intérêt général, en rapport avec la philosophie du droit de Hegel, sous la direction d’Étienne Balibar, mais ce dernier déclare ne pas avoir de souvenir ni de trace de cet épisode49,31, précisant : « Peut-être s’agit-il d’une censure inconsciente, je ne sais pas50. » Selon l’historien François Dosse, « dans la mesure où Balibar ne semble pas véritablement atteint par quelque pathologie mémorielle, un tel déni du réel relève bien chez lui d’une démarche volontaire de ne pas se retrouver lié au nom d’Emmanuel Macron »51 Par ailleurs, le couple présidentiel évoque régulièrement Jean-Paul Sartre[pas clair]52,53.

Vie privée

Des origines des douze candidats à l'élection présidentielle française... dans Corruption 220px-Emmanuel_et_Brigitte_Macron_%28cropped%29

Emmanuel et Brigitte Macron en 2017.

Le 20 octobre 2007, au Touquet, où il réside54, Emmanuel Macron épouse Brigitte Trogneux55,56, avec pour témoins le professeur d’économie Marc Ferracci et l’homme d’affaires Henry Hermand57,58.

Brigitte Trogneux est une professeur de lettres classiques de vingt-quatre ans son aînée, qui a eu trois enfants d’une union précédente avec André-Louis Auzière (dont elle est séparée depuis 1994 et divorcée depuis 2006)59,60,61. Emmanuel Macron l’a rencontrée en 1993, au cours d’un atelier de théâtre qu’elle animait dans son lycée, alors qu’il était âgé de quatorze à quinze ans et en classe de seconde62,63. La communication d’Emmanuel Macron a longtemps minoré cette différence d’âge en la réduisant à vingt ans, alors qu’elle est de presque vingt-cinq ans64.

Il pratique le piano, qu’il a étudié pendant dix ans au conservatoire d’Amiens, dont il a obtenu un troisième prix2,65,66, le ski67 et le tennis68. Il a pratiqué la boxe française13 et le football (il apprécie l’Olympique de Marseille) et suit le Tour de France cycliste68.

En ce qui concerne ses goûts culturels, il apprécie beaucoup le film Les Tontons flingueurs ainsi que les écrivains André Gide — dont l’ouvrage Les Nourritures terrestres est présent dans son portrait officiel69 —, Stendhal, Albert Camus, Arthur Rimbaud, René Char70. Ses chanteurs préférés sont Léo Ferré, Johnny Hallyday et Charles Aznavour70. Selon le sociologue Philippe Coulangeon, il y a chez Emmanuel Macron un « hyperconformisme mâtiné d’un peu de transgression et d’une certaine bienveillance à l’égard de la culture de masse »71.

Carrière professionnelle

Inspecteur des finances

En 2004, à l’issue de ses études à l’ENA, il intègre le corps de l’Inspection générale des finances (IGF)42,72. Emmanuel Macron devient l’un des protégés de Jean-Pierre Jouyet qui dirige alors l’IGF73. Il participe notamment à des missions sur la « valorisation de la recherche »74,75, la « fraude aux prélèvements obligatoires et son contrôle »76 et « la répartition des prélèvements obligatoires entre générations et la question de l’équité intergénérationnelle »77. Alors qu’il est inspecteur des finances, Macron enseigne l’été à la « prep’ENA » du groupe privé IPESUP78,79,80.

Laurence Parisot lui propose en 2006, le poste de directeur général du Mouvement des entreprises de France (MEDEF), qu’elle préside, mais Emmanuel Macron décline l’offre, tout en restant en étroit contact avec celle-ci81.

En août 2007, il est nommé rapporteur adjoint de la commission pour la libération de la croissance française (« commission Attali »)82. En mars 2010, il est nommé par décret membre de cette commission83. Il y rencontre notamment Peter Brabeck, alors PDG de Nestlé, contact qui lui a permis chez Rothschild & Cie de conseiller le rachat par Nestlé de la filiale de lait infantile de Pfizer en 201284.

Emmanuel Macron est co-rapporteur de la commission sur les professions du droit en 200885.

Il démissionne de l’Inspection des finances en 2016. En tant qu’énarque, il devait dix ans de services à l’État ; n’en ayant effectué que six (ses deux ans comme ministre n’étant pas comptés), il doit s’acquitter de la somme de 54 000 euros86.

Banquier d’affaires

En septembre 2008, il se met en disponibilité de la fonction publique et devient banquier d’affaires chez Rothschild & Cie87,88. Recruté par François Henrot sur recommandation de Jacques Attali, Serge Weinberg (président du conseil d’administration d’Accor) et Xavier Fontanet (PDG d’Essilor International), il indique que l’échec de son militantisme local dans le Pas-de-Calais, où il n’a pu obtenir une investiture socialiste, et l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République, l’ont poussé vers cette activité13. À cette époque, il a déjà pour ambition de devenir président de la République, mais, en s’engageant dans le privé, il suit les conseils d’Alain Minc, qui estime qu’il est préférable d’être fortuné pour faire de la politique89. L’un de ses premiers dossiers est le rachat de Cofidis, spécialiste du crédit à la consommation, par le Crédit mutuel84.

En 2010, sous le mandat du président Nicolas Sarkozy, Emmanuel Macron offre son aide bénévole à la « Société des rédacteurs du Monde » (SRM), dans le contexte de la revente du journal Le Monde. Mais il est aussi en relation secrète avec Alain Minc, alors que celui-ci soutient une offre Perdriel-Prisa-Orange, et alors que cette offre paraissait à la SRM « particulièrement dangereuse »90. Découvert de manière rocambolesque par Adrien de Tricornot91, il doit renoncer à ce double jeu91,92, révélateur de sa stratégie médiatique, selon les analyses de Laurent Mauduit et Julia Cagé, fin 2021 sur Off-investigation91.

Il est promu, fin 2010, associé au sein de la banque, après avoir travaillé sur la recapitalisation du journal Le Monde et sur le rachat par Atos de Siemens IT Solutions and Services93. À l’âge de 33 ans seulement, Emmanuel Macron bat ainsi le record de jeunesse d’âge de Grégoire Chertok. Cette ascension rapide apparaît comme un « mystère » pour certains commentateurs89.

En février 2012, il conseille Philippe Tillous-Borde, le PDG de Sofiprotéol qui prend 41 % du capital de Lesieur Cristal85.

La même année, il est nommé gérant et dirige l’une des plus grosses négociations de l’année, le rachat par Nestlé de la filiale « laits pour bébé » de Pfizer84. Cette transaction, évaluée à plus de neuf milliards d’euros, lui permet de devenir millionnaire62,88. François Henrot dira de lui qu’« il aurait été, s’il était resté dans le métier, un des meilleurs en France, sans doute même en Europe »87. L’expression « Mozart de la finance », parfois utilisée, est cependant critiquée par certains observateurs84. La journaliste Martine Orange, auteur de Rothschild, une banque au pouvoir, indique qu’Emmanuel Macron avait été recruté pour son carnet d’adresses89.

Entre décembre 2010, date de sa nomination comme associé-gérant, et mai 2012, celle de son arrivée à l’Élysée comme secrétaire général adjoint, Emmanuel Macron indique avoir gagné 2 millions d’euros brut94. Selon ses déclarations de revenus et de patrimoine faites à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, il a gagné plus de 2,5 millions d’euros bruts entre 2009 et 2013.

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Marine_Le_Pen

Marine Le Pen

 

Marine Le Pen [ma.ʁin lə.pɛn]b Écouter, née le 5 août 1968 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), est une femme politique française.

Elle s’engage dès sa majorité au sein du Front national (FN), le principal parti d’extrême droite en France, dirigé par son père Jean-Marie Le Pen. Elle occupe plusieurs mandats locaux à partir de 1998 (conseillère régionale d’Île-de-France, du Nord-Pas-de-Calais puis des Hauts-de-France, conseillère municipale d’Hénin-Beaumont) et siège de 2004 à 2017 au Parlement européen, où elle co-préside le groupe Europe des nations et des libertés (ENL) à partir de 2015.

Elle est élue présidente du Front national lors de son congrès de 2011. Candidate à l’élection présidentielle de 2012, elle arrive en troisième position au premier tour en obtenant 17,9 % des suffrages exprimés. De nouveau candidate à l’élection présidentielle de 2017, elle se qualifie pour le second tour, qu’elle perd face à Emmanuel Macron en obtenant 33,9 % des voix. Lors des élections législatives qui suivent, elle est élue députée dans la onzième circonscription du Pas-de-Calais.

En 2021, elle quitte la tête du Rassemblement national (ex-FN) et lance sa campagne de candidate à l’élection présidentielle de 2022.

 

Situation personnelle

Origines

Article connexe : Famille Le Pen.
170px-200109_Jean-Marie_Le_Pen_191 dans Crime

Jean-Marie Le Pen, son père.

Marion Anne Perrine Le Pen1,2 naît le 5 août 1968 à Neuilly-sur-Seine, benjamine des trois filles de Jean-Marie Le Pen et de sa première épouse, Pierrette Lalanne. Alors qu’elle est baptisée le 25 avril 1969 sous le prénom de Marine3 en l’église de la Madeleine, son père lui donne pour parrain Henri Botey4. Elle est également la tante de Marion Maréchal, qu’elle a élevée avec sa sœur Yann entre sa naissance et la rencontre de cette dernière avec Samuel Maréchal5.

Dans la nuit du 1er novembre au 2 novembre 1976, elle et sa famille sont victimes d’un attentat6. La bombe détruit le domicile parisien de son père, Jean-Marie Le Pen, au 9, villa Poirier. Les vingt kilos d’explosifs, l’une des plus grosses charges qu’ait connues Paris depuis la Seconde Guerre mondiale, détruisent toute une partie de l’immeuble de cinq étages7. Hormis quelques égratignures dues aux éclats de verre, Marine Le Pen est indemne, tout comme ses deux sœurs Marie-Caroline et Yann, qui dormaient auprès d’elle8,9.

Vie familiale

Après que la mère de Marine Le Pen, Pierrette Lalanne, est tombée amoureuse d’un journaliste venu l’interviewer dans la maison familiale de Saint-Cloud, ses parents se séparent en 1984, alors qu’elle a 16 ans10. L’événement prend une tournure médiatique dont elle vit très mal certaines péripétiesc,11.

La même année, elle entame une relation avec le chargé de communication de son père, Lorrain de Saint Affrique12.

En juin 19971,13, elle épouse Franck Chauffroy, dirigeant d’entreprise ayant travaillé pour le Front national. De ce mariage naissent trois enfants, Jehanne, née en 1998, et les jumeaux Louis et Mathilde, nés en 19992,14,15,16, baptisés dans l’église catholique traditionaliste de Saint-Nicolas-du-Chardonnet17. Divorcée en avril 20001, elle se remarie, en décembre 2002, avec Éric Iorio18,1,19, ancien secrétaire national du FN aux élections et ancien conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais20, dont elle divorce en juin 20061. À partir de 200921, elle a pour compagnon Louis Aliot, lui-même divorcé22, secrétaire général du Front national d’octobre 2005 à mai 2010 puis vice-président du parti depuis janvier 201123. Louis Aliot annonce leur séparation en septembre 201924.

Elle vit, jusqu’en 2014, dans une dépendance de la propriété de Montretout à Saint-Cloud en proche banlieue parisienne, où la famille Le Pen s’est installée à la fin des années 1970. Elle déménage ensuite pour une résidence qu’elle acquiert à La Celle-Saint-Cloud25,26, dans les Yvelines. Marine Le Pen a six chats du Bengale et a la formation nécessaire pour faire de l’élevage27.

Elle se définit comme « catholique non pratiquante »28.

Études et formation

Marine Le Pen est élève au lycée Florent-Schmitt de Saint-Cloud2,29. À cause notamment d’une note de 4/20 à l’épreuve de philosophie, elle n’obtient son baccalauréat (série B) qu’au rattrapage en 198630,31. Elle étudie par la suite le droit à l’université Paris II-Assas2, où elle obtient une maîtrise en droit (mention carrières judiciaires) en 1990, puis un DEA de droit pénal en 19912,32. Elle est alors « cornaquée par Jean-Claude Martinez, professeur de droit public dans la même fac et proche conseiller de son père », qui décrit une étudiante « très médiocre et très fêtarde »33. Un jour, elle vit très mal qu’un professeur fasse travailler sa classe sur un arrêt de 1973 rendu contre son père pour « apologie de crime de guerre »34.

En 1992, après avoir suivi l’École de formation professionnelle des barreaux de la cour d’appel de Paris (EFB)35, elle obtient le certificat d’aptitude à la profession d’avocat (CAPA)2 et devient avocate au barreau de Paris. Dans son autobiographie À contre flots (éditions Grancher, 2006), elle indique qu’elle souhaitait entrer dans la vie active alors que son père aurait préféré qu’elle passe son doctorat36,35.

Carrière professionnelle

Elle s’inscrit au barreau de Paris en 19922. Elle entre alors au cabinet de Georges-Paul Wagner, intime de la famille Le Pen35,3. En 1994, elle s’installe à son compte dans un bureau de la rue de Logelbach qu’elle loue à Sylvain Garant, un avocat proche de la droite du RPR37,35.

L’Express relève que sa carrière d’avocate est très brève « dans une profession où il en faut souvent dix pour exister », et que « son seul « grand » procès reste celui du sang contaminé, en octobre 1992 puis juillet 1993 », dans lequel le cabinet Wagner défend l’association des polytransfusés ; commençant sa carrière professionnelle, elle n’y plaide pas35. Elle se porte volontaire aux permanences de comparutions immédiates à la 23e chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Paris, « travail mal payé mais qui permet aux jeunes avocats d’arrondir leurs fins de mois et d’acquérir une certaine compétence38 ». Dans ce cadre, elle est amenée à défendre des étrangers en situation irrégulière39,40,35. L’Express précise que « ses anciens confrères, de droite comme de gauche, brossent le portrait d’une avocate « bosseuse et pugnace », « indestructible et fêtarde », évitant toute forme de prosélytisme »35. Elle doit faire face à l’hostilité de certains de ses confrères, dont Arnaud Montebourg et Jean-Marc Fédida, opposés à son élection à la conférence des avocats du barreau de Paris35.

Elle quitte le barreau pour entrer le 1er janvier 1998 au service juridique du Front national35,41. Renaud Dély lie ce changement à l’échec de son activité d’avocate indépendante : « Elle n’a pas de clients, pas de dossiers, et donc pas de revenus »13.

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Val%C3%A9rie_P%C3%A9cresse

Valérie Pécresse

 

Valérie Pécresse Écouter, née Roux le 14 juillet 1967 à Neuilly-sur-Seine, est une femme politique française.

Elle est enseignante à l’Institut d’études politiques de Paris de 1992 à 1998, maître des requêtes au Conseil d’État de 1992 à 2015, conseillère du président de la République Jacques Chirac après 1997.

Lors des élections législatives de 2002, elle est élue députée de l’Union pour un mouvement populaire (UMP) dans la deuxième circonscription des Yvelines. Elle est réélue en 2007, mais ne siège pas en raison de son entrée au premier gouvernement François Fillon, sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche de 2007 à 2011, elle mène la réforme de l’autonomie des universités. Elle est ensuite ministre du Budget, des Comptes publics et de la Réforme de l’État et porte-parole du troisième gouvernement François Fillon de 2011 à 2012.

En 2015, elle est élue présidente du conseil régional d’Île-de-France, succédant au socialiste Jean-Paul Huchon. En janvier 2016, elle abandonne son mandat de députée, qu’elle avait retrouvé en 2012.

Elle fonde le mouvement Soyons libres en 2017 et quitte le parti Les Républicains (LR) en 2019.

Réélue en 2021 à la tête de la région Île-de-France, elle adhère à nouveau à LR et devient la candidate du parti à l’élection présidentielle de 2022, l’emportant au second tour d’une primaire interne face à Éric Ciotti.

Le 7 mars 2022, elle est déclarée officiellement en lice pour la présidentielle.

 

Situation personnelle

Naissance et famille

Article connexe : Famille Pécresse.

Valérie Anne Émilie Roux naît le 14 juillet 1967 à Neuilly-sur-Seine. Elle est la fille de Dominique Roux, universitaire et ancien président de la société Bolloré Telecom au sein du groupe Bolloré, et de Catherine Bertagna1,2. Son grand-père maternel Louis Bertagna, psychiatre, catholique et résistant, hébergea le journal Témoignage chrétien, paru clandestinement pendant l’Occupation, et soigna plus tard l’anorexie de Laurence, fille de Jacques Chirac3.

Elle épouse le 6 août 19941 Jérôme Pécresse, qui deviendra directeur général adjoint d’Imerys, puis vice-président exécutif d’Alstom et président d’Alstom Renewable Power4. De cette union, naissent trois enfants1,5. Elle est élevée dans le catholicisme, mais se dit « d’abord laïque » ayant « une relation à la religion du domaine de l’intime, pas du politique » et « apprécie la doctrine sociale de l’Église catholique »6.

Scolarité et études

Elle étudie à l’école privée Sainte-Marie de Neuilly7. À 15 ans, elle apprend le russe à Yalta, dans un camp d’été des jeunesses communistes3. Elle obtient son baccalauréat à 16 ans7,8. Elle étudie ensuite le japonais, qu’elle perfectionne à Tokyo en vendant des caméscopes et des liqueurs9.

Passée par les classes préparatoires économiques et commerciales au lycée privé Sainte-Geneviève à Versailles10, elle intègre l’École des hautes études commerciales de Paris (HEC Paris), dont elle sort diplômée en 198811. Après avoir préparé le concours à l’université Paris-Dauphine12, elle intègre l’École nationale d’administration (ENA)1 ; elle sort classée 2e de la promotion Condorcet (1990-1992)13. En 1991, elle fait partie des élèves qui occupent un amphithéâtre de l’école pour protester contre la décision de transférer l’ENA à Strasbourg14. La même année, alors qu’elle effectue son stage de l’ENA à Moscou, elle rencontre un certain Sergueï Jirnov, un officier espion du KGB qui se fait passer pour un journaliste15,16.

Pendant sa scolarité à l’ENA, elle effectue aussi un stage ouvrier chez William Saurin17.

Elle intègre la promotion 2002 des Young Leaders de la French-American Foundation18,19.

Carrière au Conseil d’État

De 1992 à 1998, elle enseigne le droit constitutionnel à l’Institut d’études politiques de Paris1.

À sa sortie de l’ENA, elle entre au Conseil d’État. Auditrice en 1992, elle est promue maître des requêtes en 1993. De 1993 à 1998, elle est conseillère juridique auprès du chef du service juridique et technologie de l’information. Parallèlement de 1995 à 1998, elle est commissaire du gouvernement près la section du contentieux du Conseil d’État[Quoi ?] et secrétaire générale du conseil supérieur de l’Agence France-Presse (AFP)1. Elle démissionne du Conseil d’État en novembre 2015 et explique ce choix en se disant « contre le cumul et à 100 % dans les régionales »20. Elle est radiée des cadres le 4 novembre21.

Patrimoine

Valérie Pécresse dispose d’un patrimoine de dix millions d’euros composé de biens mobiliers et immobiliers22.

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Anne_Hidalgo

Anne Hidalgo

 

Ana María Hidalgo Aleu, dite Anne Hidalgo Écouter, née le 19 juin 1959 à San Fernando (Espagne), est une femme politique française possédant également la nationalité espagnole.

Membre du Parti socialiste (PS), elle est première adjointe au maire de Paris de 2001 à 2014 et conseillère régionale d’Île-de-France de 2004 à 2014. À l’issue des élections municipales de 2014, elle devient la première femme maire de Paris ; elle est réélue à la suite des élections municipales de 2020.

Elle est candidate du PS à l’élection présidentielle de 2022.

 

Jeunesse et carrière professionnelle

Origines et enfance

Ana María Hidalgo Aleu naît en Espagne, à San Fernando, le 19 juin 19592. Son père, Antonio Hidalgo, ouvrier électricien syndicaliste, et sa mère, María, couturière3, émigrent en France au printemps 1962 avec leurs deux filles, Ana, 2 ans, et Maria, 4 ans4. Anne Hidalgo grandit à Vaise, un quartier de Lyon.

Elle est naturalisée française avec ses parents le 25 juillet 1973, à l’âge de 14 ans. Elle reprend en 2003 la nationalité espagnole et a depuis la double nationalité franco-espagnole5,6. Elle parle couramment espagnol7.

Depuis, ses parents sont retournés en Espagne tandis que sa sœur aînée, Mary, est notamment entraîneuse de football8.

Vie familiale

Mariée une première fois en 1979 à un camarade d’université, Philippe Jantet (d), Anne Hidalgo est mère de deux enfants nés de cette union en 1985 (Matthieu, devenu avocat) et 1988 (Elsa, devenue ingénieure)9,10,8.

Depuis juin 2004, elle est mariée au polytechnicien et homme politique Jean-Marc Germain, qu’elle avait rencontré quand tous deux travaillaient dans le cabinet de Martine Aubry, alors ministre du Travailc. Ils ont ensemble un fils, Arthur, né en 200110.

Formation

Anne Hidalgo est titulaire d’une maîtrise de sciences sociales du travail11, obtenue à l’université Jean-Moulin-Lyon-III et d’un DEA de droit social et syndical c à l’université Paris X Nanterre12. En 1982, elle fait partie des rares femmes reçues au concours national de l’inspection du travailc.

Inspectrice du travail

En 1984, elle est nommée inspectrice du travail à Chevilly-Larue, dans le Val-de-Marne13.

Elle intègre en 1993 la délégation à la formation professionnelle au ministère du Travail puis est chargée d’une mission au Bureau international du travail à Genève entre 1995 et 1996. Elle est ensuite, durant une année, chargée de mission auprès du directeur des ressources humaines de la Compagnie générale des eaux14.

Depuis le 1er juillet 2011, Anne Hidalgo est en retraite de son poste de directrice du travail15.

Membre de cabinets ministériels

Anne Hidalgo prend sa carte au Parti socialiste en 199416. Entre 1997 et 2002, elle travaille dans trois cabinets ministériels au sein du gouvernement Lionel Jospin, d’abord au sein du cabinet de Martine Aubry au ministère de l’Emploi et de la Solidarité en tant que conseillère technique17, puis auprès de Nicole Péry, secrétaire d’État aux droits des femmes et à la formation professionnelle, de 1998 à 2000, comme conseillère technique puis conseillère au cabinet, participant, notamment, à l’élaboration des lois sur la parité et l’égalité professionnelle entre femmes et hommes. De novembre 2000 à mai 2002, elle est conseillère technique puis chargée de mission, chargée des relations sociales et du statut des fonctionnaires, au cabinet de Marylise Lebranchu, ministre de la Justice18.

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Nathalie_Arthaud

Nathalie Arthaud

 

Nathalie Arthaud Écouter, née le 23 février 1970 à Peyrins (Drôme), est une enseignante et femme politique française.

Depuis 2008, elle est la porte-parole du parti d’extrême gauche Lutte ouvrière (LO). Entre 2008 et 2014, elle est conseillère municipale de Vaulx-en-Velin. Candidate de LO à l’élection présidentielle de 2012, elle obtient 0,56 % des voix, puis lors de l’élection présidentielle de 2017 elle obtient 0,64 % des suffrages.

Elle est à nouveau candidate à l’élection présidentielle de 2022.

 

Situation personnelle

Origines et formation

Nathalie Arthaud naît le 23 février 1970 à Peyrins, dans la Drôme1. Fille de garagistes, elle est titulaire d’un CAPET et agrégée d’économie et de gestion2,3,4.

Carrière professionnelle

Elle est d’abord enseignante au lycée Albert-Camus à Rillieux-la-Pape dans la région lyonnaise. Depuis 2011, elle enseigne en région parisienne au lycée Le Corbusier à Aubervilliers5.

Vie privée

En 2017, elle déclare vivre en concubinage en Seine-Saint-Denis4.

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Luc_M%C3%A9lenchon

Jean-Luc Mélenchon

 

Jean-Luc Mélenchon [ ʒɑ̃ lyk melɑ̃ʃɔ̃]b Écouter, né le 19 août 1951 à Tanger (Maroc), est un homme politique français.

Membre du Parti socialiste (PS) à partir de 1976, il est successivement élu conseiller municipal de Massy en 1983, conseiller général de l’Essonne en 1985 et sénateur en 1986. Il est également ministre délégué à l’Enseignement professionnel de 2000 à 2002, dans le gouvernement Lionel Jospin. Il fait partie de l’aile gauche du PS jusqu’au congrès de Reims de 2008, à l’issue duquel il quitte ce parti pour fonder le Parti de gauche (PG), dont il devient d’abord président du bureau national, puis coprésident, fonction qu’il conserve jusqu’en 2014.

Sous les couleurs du Front de gauche, coalition qui réunit notamment le PG et le Parti communiste français (PCF), il est élu député européen en 2009 et réélu en 2014. Il est le candidat de cette coalition à l’élection présidentielle de 2012, à l’issue de laquelle il arrive en quatrième position au premier tour, avec 11,10 % des voix. En 2016, il fonde le mouvement La France insoumise (LFI) et se présente sous cette étiquette à l’élection présidentielle de 2017, à laquelle il termine à nouveau en quatrième position, avec 19,58 % des suffrages exprimés. Il est ensuite élu député dans la quatrième circonscription des Bouches-du-Rhône et préside jusqu’en 2021 le groupe LFI à l’Assemblée nationale.

En novembre 2020, il annonce sa candidature à l’élection présidentielle de 2022.

 

Jeunesse et activités professionnelles

Naissance et famille

Jean-Luc Mélenchon naît le 19 août 1951 à Tanger, au Maroc, alors zone internationale, où ses parents travaillent1. Il est le fils cadet de Georges Mélenchon, receveur des Postes, télégraphes et téléphones (PTT), et de Jeanine Bayona, institutrice, tous deux Français en Algérie française (« Pieds-noirs »)2,3. Son grand-père paternel, Antonio Melenchón, est un Espagnol de la région de Murcie. Au début des années 1900, Antonio s’installe à Oran, en Algérie française et y épouse Aimée Canicio, elle aussi d’origine espagnole, de Novelda. Du côté maternel, son grand-père François Bayona est né en 1889 près de Valence, en Espagne, et est marié à Jeanne Emmanuelle Caserta, une Algéroise d’origine sicilienne2.

Éducation

Jean-Luc Mélenchon reçoit une éducation catholique par sa mère : il est notamment enfant de chœur et sert la messe en latin3. Sa mère s’éloigne ensuite de la religion3. Sans revendiquer une foi, il déclare être de « culture catholique »4.

En 1962, à la suite du divorce de ses parents deux ans plus tôt5, il quitte le Maroc pour la France : il s’installe avec sa mère à Elbeuf, puis à Yvetot, dans le pays de Caux6, puis dans le Jura, où sa mère est mutée1,7,8.

Parcours professionnel

Bachelier en 1969 après avoir été scolarisé au lycée Rouget-de-Lisle de Lons-le-Saunier9, J.-L. Mélenchon est titulaire d’une licence de philosophie obtenue à la faculté de lettres et sciences humaines de l’université de Besançon en 1972, ainsi que d’une licence de lettres modernes7,10,11. Il devient correcteur8 à l’imprimerie Néo-Typo12 de Besançon, parallèlement à ses études8. Il travaille également dans l’entreprise d’horlogerie Maty et dans une station-service12.

En 1975, il devient surveillant, puis professeur auxiliaire au lycée du bois à Mouchard13,14. En 1976, il retourne à Lons-le-Saunier8, où il est professeur de français dans un lycée technique8,15,16,17, après avoir obtenu le CAPES de lettres modernes18,19.

Il est ensuite journaliste à La Dépêche du Jura, collabore ponctuellement en qualité de dessinateur à l’hebdomadaire catholique d’information Voix du Jura, sous le pseudo « Moz », et dirige La Tribune du Jura, le mensuel de la fédération socialiste du Jura, qui finit par péricliter, à la fin des années 197020,21. En 1978, à la demande de Claude Germon, maire de Massy qu’il a rencontré lors d’une visite de ce dernier dans le Jura, il s’installe dans l’Essonne où il devient son directeur de cabinet11,20,22 et fonde un bulletin hebdomadaire intitulé Données et arguments8. De 1993 à 1995, il est directeur politique de l’hebdomadaire du Parti socialiste Vendredi7,8,11.

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89ric_Zemmour

Éric Zemmour

 

Éric Zemmour Écouter, né le 31 août 1958 à Montreuil, est un journaliste, écrivain, essayiste, éditorialiste, chroniqueur, polémiste et homme politique français d’extrême droitea.

Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, il commence une carrière dans la presse écrite en travaillant au Quotidien de Paris de 1986 à 1994. Il rejoint en 1996 le service politique du Figaro, où il reste jusqu’en 2009 et revient en 2013, tout en écrivant des chroniques au Figaro Magazine jusqu’en 2021.

Sa notoriété s’accroît grâce à la télévision et à la radio : Ça se dispute sur I-Télé et On n’est pas couché sur France 2, sur RTL de 2010 à 2016, sur CNews dans Face à l’info de 2019 à 2021.

Ses essais rencontrent d’importants succès de librairie et suscitent des polémiques.

Fréquemment poursuivi en justice pour des déclarations controversées, il est plusieurs fois relaxé, mais condamné pour provocation à la discrimination raciale en 2011 et pour provocation à la haine envers les musulmans en 2018.

À la fin de l’année 2021, il annonce sa candidature à l’élection présidentielle de 2022 et fonde le parti politique Reconquête, qui rallie quelques élus RN et LR dans une optique d’union des droites autour de thèmes identitaires et nationalistes.

 

Situation personnelle

Naissance et famille

Né à Montreuil (département de la Seine, aujourd’hui en Seine-Saint-Denis) le 31 août 1958, Éric Justin Léon Zemmourb est issu d’une famille populaire de Français juifs d’Algérie originaire de Sétif dans l’ancien département de Constantine, arrivée en métropole en 1952c,1. Ayant reçu la nationalité française en 1870 après le décret Crémieux, elle en est déchue par le régime de Vichy pendant la Seconde Guerre mondiale2. À leur arrivée en banlieue parisienne, ses grands-parents paternels, Liaou et Messouka, adoptent les prénoms Justin et Rachel, et sa grand-mère maternelle Ourida privilégie Claire, son second prénom, alors que son mari s’appelle Léon2,3.

D’après l’historien Benjamin Stora, Éric Zemmour est « juif arabe » mais préfère se présenter comme « juif berbère »4.

Mariés à Sétif, ses parents quittent l’Algérie en 1952 avec leurs propres parents et leurs fratries. Dans cette famille juive séfarade, le patriotisme est une valeur cardinale et la question de l’identité est centrale, raconte le journaliste Étienne Girard dans son livre-enquête Le Radicalisé5. Son père, Roger Zemmour (1932-2013)6, est préparateur en pharmacie, puis directeur d’une société d’ambulances ; sa mère, Lucette Lévy (1936-2010) est femme au foyer2,7,8. Son père étant souvent absent, il est principalement élevé par sa mère et sa grand-mère maternelle9.

Élevé dans le judaïsme, il connaîtrait l’hébreu10. Dans la sphère privée, il suit les prescriptions de la Halakha et fréquente la synagogue, au moins jusqu’à la mort de son père en 2013 ; il déclare que son prénom dans la sphère confessionnelle est « Moïse »2,7,11.

Formation

Photo d'une rue bordée d'immeubles de chaque côté, la chaussée est goudronnée et bordée de chaque côté par des barrières et des arbres.

À droite, le groupe scolaire Yabné.

Éric Zemmour passe son enfance à Drancy puis à Stains12, il est scolarisé dans des établissements confessionnels privés en classes non-mixtes à l’école Lucien-de-Hirsch (Paris) puis fréquente le groupe scolaire Yabné, dans le 13e arrondissement de Paris, où il est ailier gauche de son club de football, le Yabné Olympique Club, alors qu’il vit son adolescence rue Doudeauville, dans le quartier parisien de Château Rouge2,8.

Diplômé (D – Service public, 1979) de l’Institut d’études politiques de Paris1, Zemmour échoue par deux fois au concours d’entrée de l’École nationale d’administration, en 1980 et 198113, la première fois aux oraux — René Rémond est au jury et l’interroge notamment sur le nombre annuel de touristes en Espagne —, la seconde aux écrits14.

Zemmour a été exempté du service militaire en raison d’une monoarthrite du genou avec épanchement de synovie4,15.

Vie privée

En 1982, Éric Zemmour se marie avec Mylène Chichportich, administratrice judiciaire puis avocate spécialisée en droit des faillites, née à Montreuil d’une famille juive tunisienne. Ensemble, ils ont trois enfants16.

À partir de 2021, Sarah Knafo est présentée dans les médias comme la compagne de Zemmour17,18. En janvier 2022, au cours d’une émission télévisée sur BFM TV, il rend publique cette relation19.

Carrière professionnelle

Journaliste politique dans la presse

Au début des années 1980, après six mois à l’agence de publicité FCA où Éric Zemmour écrit des slogans, il est stagiaire au Quotidien de Paris où le « critique musical Marcel Claverie lui fait écrire son premier article »1,7, avant d’y être embauché en 1986 comme journaliste au service politique par le directeur Philippe Tesson1.

Après la fermeture du Quotidien de Paris en 1994, Zemmour est éditorialiste à InfoMatin pendant un an1,20 puis rejoint en 1996 Le Figaro, en tant que journaliste politique21. Il est parallèlement pigiste pour Marianne en 1997, et pour Valeurs actuelles en 199922.

Selon Libération, il plaide, dès les années 1990, pour « l’union des droites », « fort d’une proximité cultivée avec le fondateur du Front national, Jean-Marie Le Pen, qu’il est le seul journaliste à appeler “président”, et avec son rival Bruno Mégret »23.

En 2009, sa collaboration cesse avec Le Figaro : Étienne Mougeotte lui reproche les propos tenus sur Canal+ selon lesquels « la plupart des trafiquants sont noirs et arabes », qui lui vaudront d’être condamné pour provocation à la discrimination raciale ; mais selon Électron libre de France Inter, cette rupture est surtout due au fait qu’il était payé 9 700 euros par mois pour un faible nombre de publications24,25. À partir de 2010, Zemmour est chroniqueur dans Le Figaro Magazine26. Il revient au Figaro en 2013, présentant une chronique sur un livre dans son supplément hebdomadaire, Le Figaro littéraire26. Il suspend finalement sa participation au Figaro et au Figaro Magazine en septembre 2021, pour promouvoir son livre La France n’a pas dit son dernier mot alors que les spéculations sur sa candidature à l’élection présidentielle de 2022 s’intensifient27.

Il est également chroniqueur politique au Spectacle du monde, mensuel politique du groupe Valeurs actuelles, de 2013 jusqu’à l’arrêt de la publication en juillet 201422.

Écrivain et essayiste

Éric Zemmour est l’auteur des biographies d’Édouard Balladur (Balladur, immobile à grands pas, 1995) et de Jacques Chirac (L’Homme qui ne s’aimait pas, 2002) ainsi que d’essais politiques. Il publie notamment en 2006 Le Premier Sexe, essai sur ce qu’il juge être une féminisation ou une dévirilisation de la société. Il participe à l’élaboration des textes du film Dans la peau de Jacques Chirac de Michel Royer et Karl Zéro même si ce dernier déclare n’avoir que « bien peu » gardé de son texte, « qui était surtout cher »28. En 2008, il publie Petit Frère, roman dans lequel il attaque l’« angélisme antiraciste »29. En mars 2010, avec Mélancolie française (essai avec lequel il a remporté le prix du livre incorrect), il revisite l’histoire de France30.

En 2014, sort son livre Le Suicide français. Il y défend la thèse d’un affaiblissement progressif de l’État-nation français depuis les années 1970, qu’il attribue notamment à l’emprise de la « génération Mai 68 ». Le livre rencontre un succès de librairie à sa parution31 et l’auteur est décrit comme un « phénomène »32,33.

Dans Destin français, publié en 2018, il dresse un parallèle entre son récit autobiographique et divers évènements historiques qui l’ont marqué. Il revient ensuite sur des pages de l’histoire de France marquantes de son point de vue, et termine son essai sur l’influence de l’islam qu’il juge grandissante au sein de la société française34,35.

Son ouvrage La France n’a pas dit son dernier mot (2021) lui permet de vendre 165 000 exemplaires en trois semaines, ce qui lui rapporterait une somme estimée par Le Parisien à 1,3 million d’euros à titre personnel36.

Activité d’auto-éditeur

En 2008, Éric Zemmour et son épouse fondent la société Rubempré, dont ils détiennent la totalité du capital37,38. Le nom de la société s’inspire de celui de Lucien de Rubempré, personnage de La Comédie humaine d’Honoré de Balzac39. En septembre 2021, après avoir été refusé par son éditeur Albin Michel, son livre La France n’a pas dit son dernier mot est publié par cette société, qui étend pour l’occasion son activité à l’édition d’ouvrages38,40.

Débatteur, polémiste et éditorialiste dans l’audiovisuel

À partir de septembre 2003, Éric Zemmour participe à l’émission hebdomadaire Ça se dispute sur la chaîne d’information en continu I-Télé, face à Christophe Barbier jusqu’en 2006 puis Nicolas Domenach. Il est licencié en décembre 2014, I-Télé mettant fin à l’émission après les propos tenus par Zemmour au journal Corriere della Sera concernant les musulmans41. Poursuivie par le journaliste, la chaîne est condamnée le 22 novembre 2016 pour « rupture brutale et abusive du contrat, sans préavis et sans invoquer aucun manquement contractuel » à payer 50 000  à la société qui gère les intérêts de Zemmour42.

Il participe aussi à l’émission Vendredi pétantes sur Canal+ jusqu’en juin 200643.

Photo portrait en couleurs d'un homme blanc barbu portant une chemise blanche ouverte.

Éric Naulleau, chroniqueur avec Zemmour dans On n’est pas couché, puis dans Zemmour et Naulleau.

Après avoir écrit deux biographies de personnalités politiques au tirage modeste, il se tourne en 2006-2007 vers les sujets sociétaux, sur un ton plus polémique. Son passage à l’émission Tout le monde en parle de Thierry Ardisson en mars 2006, lors de la promotion de son livre Le Premier Sexe et le vif débat avec Clémentine Autain qui s’ensuit, est remarqué par Catherine Barma, productrice de l’émission On n’est pas couché sur France 2. C’est à partir de septembre 2006 qu’il rejoint Laurent Ruquier dans cette dernière émission, en compagnie de Michel Polac44, puis avec son ami Éric Naulleau. Il est avec eux chargé de procéder à une critique du film, livre ou album présenté. Lors de cette émission, leurs échanges avec des personnalités du monde culturel se terminent parfois en affrontements ou en esclandres qui amènent certains invités à quitter le plateau de l’émission. Laurent Ruquier annonce en 2011 le remplacement de Zemmour et de Naulleau par de nouveaux intervenants, Natacha Polony et Audrey Pulvar45,46. Dans les dernières années de l’émission et par la suite, les relations entre Zemmour et Ruquier se détériorent, ce dernier déclarant en 2015 « regrette[r] » d’avoir donné la parole à Zemmour pendant cinq ans47,48.

Zemmour participe aussi à l’émission L’Hebdo, en tant qu’éditorialiste, sur Tempo, chaîne destinée à l’outre-mer. Il y est entouré, entre autres, de Dominique Wolton. Il quitte cette émission de France Ô à la fin de l’année 201049.

À partir de 2010, Zemmour présente sur RTL une brève chronique d’actualités quotidienne, intitulée Z comme Zemmour, dans la matinale de Vincent Parizot. En 2011, suite à une condamnation de Zemmour pour provocation à la discrimination raciale, RTL demande à Zemmour de « veiller au respect des valeurs humanistes de la station »50. À la rentrée 2012, cette chronique devient bihebdomaire dans la matinale de Laurent Bazin puis d’Yves Calvi (mardi et jeudi) et s’intitule On n’est pas forcément d’accord. Il y confronte d’autre part son point de vue dans un débat hebdomadaire avec Nicolas Domenach ou Alain Duhamel51. À la rentrée 2018, Zemmour ne participe plus à la matinale, mais seulement en débatteur invité le vendredi52. Le 3 octobre 2019, RTL annonce cesser sa collaboration avec Zemmour à la suite de ses incitations à la haine religieuse53.

À partir de septembre 2011, il anime, en duo avec Éric Naulleau, Zemmour et Naulleau, des talk-shows hebdomadaires sur Paris Première54.

Au milieu des années 2010, les interventions de Zemmour suscitent un intérêt grandissant. Ainsi, Ça se dispute aura été la seule émission qui permet à I-Télé de devancer sa principale concurrente, BFM TV, tandis que Zemmour et Naulleau devient rapidement « la plus puissante » deuxième partie de soirée de Paris Première55. Un sondage réalisé par l’Ifop pour Valeurs actuelles en 2014 indique que 30 % des sondés ont une bonne ou très bonne opinion de lui, contre 42 % ayant une mauvaise ou très mauvaise opinion, tandis que 28 % disent ne pas le connaître56,57.

Éditorialiste dans Face à l’info sur CNews

À partir du 14 octobre 2019, Éric Zemmour participe à la nouvelle émission Face à l’info, programmée du lundi au jeudi de 19 h à 20 h sur CNews. Pendant trente minutes, il débat de l’actualité avec d’autres chroniqueurs, notamment Marc Menant, sur un plateau animé par Christine Kelly. Un duel, arbitré par Christine Kelly, l’oppose ensuite à un contradicteur. Par la suite, ce duel intervient seulement le vendredi, pendant une heure58,59. CNews multiplie par trois son audience lors de sa première intervention60.

Photo portrait d'une femme noire aux cheveux longs qui porte un chemisier de couleur sombre.

Christine Kelly, animatrice depuis 2019 de l’émission Face à l’info.

Le 22 octobre, le parti La France insoumise déclare ne plus vouloir se rendre à CNews tant que le polémiste y sera présent61. Le 24 octobre, les élus du personnel du groupe Canal+ exigent à l’unanimité le départ de Zemmour de CNews62,63, invoquant des raisons économiques et de sécurité pour le personnel, ainsi que d’éthique et d’image pour le groupe64. Des élus LREM, de la CGT et des personnalités telles que l’économiste Jacques Attali ou la journaliste Valérie Trierweiler boycottent également la chaîne du fait de la présence de Zemmour65. De nombreux publicitaires font de même66.

Le 29 octobre, le groupe Canal+ décide de ne plus diffuser l’émission en direct du fait, selon Le Monde, « de nombreux dérapages d’Éric Zemmour »67. Le chroniqueur avait notamment déclaré que Bachar el-Assad « n’a pas gazé son peuple mais des gens qui étaient ses adversaires »68, que « soit on couche avec l’autre sexe et on fait des enfants, soit on ne couche pas avec l’autre sexe et on n’a pas d’enfants »69, que Pétain avait sauvé les « Juifs français » des camps nazis en sacrifiant les « Juifs étrangers » (propos pour lesquels il a été relaxé par la justice)70 et qu’il faudrait, pour être français, prendre le point de vue de la France et renoncer au point de vue de ses ancêtres, y compris en étant « du côté du général Bugeaud », qui en Algérie a « commencé à massacrer les musulmans et même certains juifs »71. Début décembre, le CSA met en demeure CNews pour des propos de Zemmour sur la colonisation de l’Algérie72.

Face à l’Info améliore notablement son audience. En novembre 2019, CNews prend la tête des chaînes d’information, sur la tranche horaire de l’émission, devant BFM TV et LCI73,74. Le 3 mai 2021, CNews dépasse BFM TV pour la première fois sur une journée grâce en particulier à Zemmour et Pascal Praud75,76.

Le 8 septembre 2021, le CSA demande aux médias audiovisuels de comptabiliser le temps de parole de Zemmour au motif qu’il devient « un acteur du débat politique national ». En conséquence, le 13 septembre, CNews annonce se séparer du chroniqueur77.

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Dupont-Aignan

Nicolas Dupont-Aignan

 

Nicolas Dupont-Aignan Écouter, né le 7 mars 1961 à Paris 15e, est un homme politique français.

Énarque, il est successivement membre du Rassemblement pour la République (RPR), du Rassemblement pour la France (RPF) et de l’Union pour un mouvement populaire (UMP), avant de fonder en parallèle et de prendre la présidence de Debout la France (DLF) — anciennement Debout la République (DLR) —, courant politique qu’il transforme en un parti se réclamant du gaullisme et du souverainisme.

Il est maire d’Yerres (Essonne) de 1995 à 2017 et député de l’Essonne depuis 1997.

Candidat aux élections présidentielles de 2012 et de 2017, il recueille respectivement 1,79 % et 4,70 % des suffrages exprimés. Dans l’entre-deux-tours de l’élection de 2017, il conclut une alliance de gouvernement avec Marine Le Pen, qui devient caduque après l’élection d’Emmanuel Macron. Tête de liste DLF, il se présente sans succès aux élections européennes de 2019.

Il est candidat à l’élection présidentielle de 2022.

 

Situation personnelle

Origines et formation

Né Nicolas Dupont, c’est à partir du cours préparatoire qu’il est connu sous son nom actuel : du fait de la présence d’un second Nicolas Dupont dans la même classe, « Dupont-Aignan » devient son nom d’usage par adjonction du matronyme de sa mère4, dont la famille de vignerons vient de Châlons-en-Champagne.

Nicolas Dupont-Aignan est le petit-fils d’André Aignan, un aviateurc de la Première Guerre mondiale dont l’avion a été abattu dans la région de Metz, s’en sortant indemne et mort en 1974 à 86 ans à Neuilly-sur-Seine. Il est le fils de Jean-Louis Dupont, courtier en vin, chasseur alpin qui participe à la bataille de Narvik, prisonnier en Allemagne puis évadé durant la Seconde Guerre mondiale5, décédé le 27 septembre 2017, à l’âge de 100 ans6 ; et de Colette Aignan, morte le 27 avril 2017, à l’âge de 96 ans, de la maladie d’Alzheimer7,8.

Il est le benjamin d’une fratrie de trois enfants.

Il est l’époux de Valérie Vecchierini, avocate, avec qui il a eu deux filles, Victoire et Sixtine9. Son épouse est son assistante parlementaire à partir de 1997 ; elle quitte son emploi début 2018 en raison de l’entrée en vigueur de la loi pour « la confiance dans la vie politique » interdisant les emplois familiaux au Parlement. Elle est ensuite embauchée comme directrice par la mairie de Yerres, dont son mari est l’ancien maire, ce qui suscite un soupçon de favoritisme10, que la préfecture de l’Essonne rejette implicitement11.

Il est diplômé, en 1982, de l’Institut d’études politiques de Paris (section « service public ») et devient, en 1984, licencié en droit12. En 1985, il obtient un diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) en gestion de l’entreprise et marché financier à l’université Paris-Dauphine12.

De 1987 à 1989, il est élève de l’École nationale d’administration (promotion Liberté-Égalité-Fraternité)12.

Carrière civile et cabinets ministériels

25px-2017-fr.wp-orange-source.svg dans Folie
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2021).

Il commence sa carrière professionnelle en tant qu’administrateur civil avant d’être adjoint au chef de bureau des élections à la direction générale de l’administration du ministère de l’Intérieur en 1988-1989. En 1990, il est nommé chef de cabinet du préfet de la région Île-de-France (Olivier Philip), avec rang de sous-préfet.

De 1992 à 1993, il est directeur adjoint du cabinet du préfet de la région Île-de-France Christian Sautter, puis chef de cabinet, puis conseiller technique du ministre de l’Éducation nationale François Bayrou (1993-1994), avant d’être nommé conseiller technique pour l’emploi, l’écologie urbaine et le bruit, au sein du cabinet du ministre de l’Environnement Michel Barnier de 1994 à 1995.

Patrimoine

En 2013, Nicolas Dupont-Aignan a déclaré que son patrimoine est constitué d’une maison à Yerres achetée 130 000 , d’un appartement à Paris acheté 420 000  et qu’il ne possédait aucune valeur mobilière ni assurance-vie13.

Il déclare, lors de la campagne présidentielle de 2017, un patrimoine supérieur à deux millions d’euros, composé de sept biens immobiliers, tous acquis avant 201314.

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Yannick_Jadot

Yannick Jadot

 

Yannick Jadot Écouter, né le 27 juillet 1967 à Clacy-et-Thierret (Aisne), est un militant écologiste et homme politique français.

Il est membre des Verts à partir de 1999 et directeur des campagnes de Greenpeace France de 2002 à 2008. Tête de liste d’Europe Écologie dans la circonscription Ouest lors des élections européennes de 2009, il est élu député européen, mandat qu’il occupe depuis.

Au terme de la primaire de son parti, il est désigné candidat d’Europe Écologie Les Verts (EÉLV) à l’élection présidentielle de 2017 avant de se retirer en faveur de Benoît Hamon, candidat du Parti socialiste. La liste EÉLV qu’il dirige lors des élections européennes de 2019 arrive en troisième position avec 13,5 % des suffrages exprimés.

À l’issue de la primaire de l’écologie de 2021, il est désigné candidat du pôle écologiste en vue de l’élection présidentielle de 2022.

 

Situation personnelle

Famille et vie privée

Yannick Jadot, fils d’un couple d’enseignants et cadet d’une fratrie de quatre garçons, grandit à Laon en Picardie1,2. Son frère Thierry Jadot a été nommé en 2012 président de la filiale française de l’agence de publicité japonaise Dentsu Aegis Network3.

Yannick Jadot est père de deux garçons nés d’une union passée4,5. En mai 2019, au moment des élections européennes, la presse révèle que, depuis deux ans, sa compagne est la journaliste spécialisée Isabelle Saporta6, qui abandonne sa chronique sur RTL, la presse rappelant la « jurisprudence Anne Sinclair ».

Formation et débuts dans le monde associatif

Après avoir obtenu son baccalauréat au lycée Paul Claudel de Laon dans l’Aisne, il fait des études d’économie à l’université Paris-Dauphine5. Dans la foulée du mouvement estudiantin de 1986 contre le projet de loi Devaquet de réforme des universités, il participe à la fondation de l’association La Déferlante.

Après une maîtrise (aujourd’hui master 1) de commerce international spécialisée en économie du développement obtenue en 1990 à Paris-Dauphine7, il travaille plusieurs années au Burkina Faso et au Bangladesh dans une ONG de solidarité internationale8 avec l’association Solagral9,5.

En 1995, il intègre Solagral, une ONG spécialisée dans le suivi des négociations internationales (commerce, environnement, agriculture…) et l’appui aux pays en développement. Avec Solagral9, il milite contre la violence de la mondialisation néo-libérale, à Seattle et ailleurs pour les contre-sommets de l’Organisation mondiale du commerce, mais également à Porto Alegre lors du forum social où le mouvement altermondialiste se structure.

Passage à Greenpeace

Il est directeur des campagnes de Greenpeace France de 2002 à septembre 200810 : il est amené à y travailler avec Michèle Rivasi, qui en est directrice quelques mois entre 2003 et 2004, dans une atmosphère tendue11, jusqu’au départ de celle-ci12,13,14. Au cours de son action au sein de Greenpeace France, il est notamment condamné pour atteinte aux intérêts supérieurs de la Nation15 pour avoir pénétré dans la base opérationnelle de l’Île longue (rade de Brest), port des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de la Marine nationale, dans le cadre de l’opération Plutonium menée par l’ONG contre le nucléaire16,17.

Il est un des fondateurs et le porte-parole de L’Alliance pour la planète, un important rassemblement d’organisations écologistes, dissous par la suite, au nom duquel il a participé au Grenelle de l’environnement, dont il est l’un des principaux négociateurs18,19,20.

Procès EDF

170px-Yannick_Jadot_-_Parlamentum_europaeum_20110628 dans Perversité

Yannick Jadot en 2011.

Directeur de campagne de Greenpeace, Yannick Jadot est visé par un espionnage informatique pour lequel l’ancien commandant de police Pierre François, adjoint au responsable de la sécurité auprès d’Électricité de France (EDF), est mis en examen21,22,23,24.

Le site d’information Mediapart rend publique l’affaire. Le procès s’ouvre le 17 octobre 2011. EDF est condamnée pour espionnage contre Greenpeace à 1,5 million d’euros. Le 10 novembre 201125, Pierre François est condamné à trois ans de prison dont trente mois avec sursis et Pascal Durieux, responsable de la sécurité d’EDF, à trois ans de prison dont deux avec sursis. EDF fait appel : le 6 février 2013, EDF et Pascal Durieux sont relaxés26. Pierre François est condamné à six mois de prison ferme et 10 000  de dommages-intérêts à verser à Yannick Jadot27,28.

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fabien_Roussel

Fabien Roussel

 

Fabien Roussel Écouter, né le 16 avril 1969 à Béthune, est un homme politique français.

Membre du Parti communiste français (PCF), il est député dans la vingtième circonscription du Nord depuis 2017 et secrétaire national du PCF depuis 2018. Il est désigné candidat du parti pour l’élection présidentielle de 2022.

 

Famille

Fabien Roussel est issu d’une famille de militants communistes1. Son prénom a été choisi en hommage au « Colonel Fabien », figure de la résistance communiste à Paris2. Sa grand-mère maternelle, institutrice, joue un rôle important dans son éducation. Un de ses arrière grands-pères paternels est un réfugié espagnol mort après avoir été interné au camp du Vernet3.

Sa mère est employée de banque4. Son père, Daniel, l’amenait, enfant, distribuer des tracts dans l’usine Bridgestone de Béthune5. Il était adjoint communiste au maire socialiste de Béthune Jacques Mellick, contre qui il a représenté le PCF aux élections législatives de 1978, à l’âge de 32 ans, avec pour suppléant le maire communiste d’Auchel et futur sénateur Jean-Luc Bécart. Daniel Roussel avait également été conseiller régional communiste et conseiller général du canton de Béthune-Sud dès 19736, à l’âge de 27 ans. Correspondant du quotidien communiste L’Humanité7 pour le Vietnam, Cambodge, Laos et sud-est asiatique de 1980 à 19878, Daniel Roussel est à partir de 1989 réalisateur de documentaires pour la télévision, auteur notamment de Prisonniers au Hanoi-Hilton et Portés disparus, sélectionné au FIPA à Cannes en 1992 et 19938.

Fabien Roussel fait partie d’une famille recomposée comptant cinq enfants. Sa compagne, Dorothée, est fonctionnaire de catégorie C, attachée à la défense de la consommation des catégories modestes9,10.

Jeunesse et début militants

Son père étant correspondant du journal L’Humanité au Viêt Nam au début des années 1980, Fabien Roussel passe à ses côtés deux années à l’âge de 14 ans7,1. Revenu en France chez sa mère1, il est ensuite élève au lycée de Champigny-sur-Marne où il devient le « meilleur ami »11,12 de son futur directeur de campagne en 202213, le jeune militant communiste Olivier Marchais, sans savoir qu’il est le fils de Georges Marchais11,14, député de Champigny-sur-Marne et secrétaire général du PCF, qui est aussi son voisin15.

Ses premiers meetings sont ceux de Georges Marchais en 198513, l’année de ses 16 ans, où il adhère au Mouvement des jeunes communistes de France (MJCF) à la suite d’un tractage contre l’apartheid en Afrique du Sud de cette organisation devant son lycée13. Il est lui-même un des responsables à Champigny-sur-Marne de la campagne pour le boycott du régime sud-africain13, invitant des militants de l’ANC dans son lycée et participant aux grandes manifestations des printemps 1986 et 1987 à Paris16,17 au cours desquelles il est interpellé par la police pour s’être trop approché de bâtiments officiels18,19. Fin 1986, il s’engage aussi contre le projet de réforme Devaquet des universités1

Vie professionnelle

À L’Humanité puis à France 3

Après des études secondaires qu’il termine à Champigny-sur-Marne, en région parisienne, il est embauché à L’Humanité comme stagiaire en 198920, coursier, distributeur de dépêches et journaliste iconographe3. Il est ensuite chargé de production et assistant de production chez Daniel Roussel Productions de 1990 à 199220 et suit une formation de journaliste reporter d’images au CPJ21,20,22 puis part en Afrique et au Vietnam, où son père avait été journaliste de L’Humanité jusqu’en 1987, puis chez France Télévisions où il travaille comme pigiste11,22 entre 1995 et 1996, pour l’émission Au bout de la rue22, diffusée sur France 3 Lorraine et France 3 Champagne-Ardenne3,7. En 1997, après l’arrêt d’Au bout de la rue22, il part au Vietnam pour faire un reportage et un autre aux îles Kerguelen, diffusé sur Thalassa22.

Conseiller ministériel

À l’âge de 28 ans, en 1997, il entre comme conseiller chargé de la communication au cabinet de Michelle Demessine, ex-sénatrice PCF du Nord, alors secrétaire d’État au Tourisme23,24. Il travaille ensuite comme attaché parlementaire de députés communistes du département du Nord, Alain Bocquet15 et Jean-Jacques Candelier25.

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Poutou

Philippe Poutou

 

Philippe Poutou [filip putu]a Écouter, né le 14 mars 1967 à Villemomble (alors dans le département de la Seine), est un ouvrier, syndicaliste et homme politique français.

Ouvrier dans une usine Ford, il milite dans les rangs de la CGT contre la fermeture de celle-ci, qui a finalement lieu en 2019. Il s’engage dans des partis d’extrême gauche, à savoir Lutte ouvrière (LO) puis la Ligue communiste révolutionnaire (LCR), qui devient en 2007 le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA).

Candidat du NPA à l’élection présidentielle de 2012, il recueille 1,15 % des voix. Il est à nouveau candidat au scrutin présidentiel de 2017, où il obtient 1,09 % des voix.

Tête de la liste « Bordeaux en luttes » soutenue par le NPA, La France insoumise et des Gilets jaunes aux élections municipales de 2020 à Bordeaux, il est élu conseiller municipal à l’issue du second tour.

En 2021, il est investi une troisième fois par son parti pour la présidentielle de 2022.

 

Biographie

Famille

Philippe Poutou naît le 14 mars 1967 à Villemomble1. Il est le fils d’un père postier et d’une mère femme au foyer2.

Pendant la campagne pour l’élection présidentielle de 2017, il déclare à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique vivre en concubinage3. Philippe Poutou habite à Mérignac1.

Situation professionnelle

Sans diplôme, après avoir échoué au bac mécanique, Philippe Poutou a d’abord enchaîné les emplois précaires, comme intérimaire ou surveillant de collège, avant d’être embauché en CDI chez Ford comme réparateur de machines-outils en 19964.

Il est ouvrier à l’usine Ford de Blanquefort en Gironde5, usine qui fabrique principalement des boîtes de vitesses automatiques6, au sein de laquelle il est l’un des responsables de la section syndicale de la CGT. Il se fait connaître en 2007 pour son implication dans le mouvement contre la fermeture de l’usine de Blanquefort, qui permet de maintenir 955 emplois7.

Dans sa déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique en 2017, il indique posséder une Peugeot 3008 de 2012 mais aucun bien immobilier, ni aucun autre bien8,3.

En 2019, avec la fermeture de l’usine Ford de Blanquefort, Philippe Poutou est licencié9,10. À partir de juin 2020, il touche 1 000 euros par mois en tant que conseiller métropolitain de Bordeaux Métropole et 300 euros par mois en tant que conseiller municipal de Bordeaux11,12.

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Lassalle

Jean Lassalle

 

Jean Lassalle, né le 3 mai 1955 à Lourdios-Ichère (Basses-Pyrénées, aujourd’hui Pyrénées-Atlantiques), est un homme politique français.

Il est maire de Lourdios-Ichère de 1977 à 2017 et député depuis 2002. Remarqué pour ses interventions à l’Assemblée nationale, il acquiert une notoriété nationale avec sa grève de la faim pour éviter le départ de la vallée d’Aspe de l’usine Toyal. Il est candidat à l’élection présidentielle de 2017, et fonde le mouvement Résistons pour soutenir cette dernière. Il finit en septième position sur onze candidats.

Il est de nouveau candidat à l’élection présidentielle de 2022.

 

Situation personnelle

Origines et études

Jean Lassalle naît le 3 mai 1955 à Lourdios-Ichère, petit village de la vallée d’Aspe1. Il est issu d’une famille de bergers pratiquant la transhumance, dont l’exploitation à flanc de montagne est aujourd’hui tenue par son frère1, Julien Lassalle2. Après des études classiques, où il apprend le latin et le grec3, il devient technicien agricole spécialisé dans l’hydraulique et l’aménagement du territoire1. Il fonde une société de conseil qui emploie une dizaine de salariés1.

Sa langue maternelle est l’occitan du Béarn, et il signe Jan de Lassala quand il écrit dans cette langue4.

Vie privée

Jean Lassalle et son épouse, Pascale, ont quatre enfants : Alizée, Geoffray, Amaury et Thibault Lassalle, rugbyman professionnel5,6.

 

 

Pourquoi les cornes rouges sont-elles objet de détestation chez certains Brestois ?

Pour commencer, je rappelle qu’elles viennent d’apparaître dans un défilé/marche/manifestation organisé par l’extrême-gauche brestoise contre l’opération militaire russe actuellement en cours en Ukraine, sur une pancarte censée représenter Poutine, avec ces cornes rouges sur la tête.

Voir ici :

http://petitcoucou.unblog.fr/2022/02/27/une-manifestation-pour-les-ukrainiens-hier-a-brest-place-de-la-liberte/

C’est bien la première fois que je vois une telle image dans une manifestation de l’extrême-gauche brestoise et c’est très étonnant, surtout depuis que je laisse publiquement entendre que ses militants sont des adorateurs de Satan, car en effet, habituellement, ils se présentent plutôt comme athées ou comme païens, exécrant tout particulièrement la religion chrétienne.

Rappelez-vous, par exemple, la « blague » de Julie Le Goïc à peine le père Hamel avait-il été tué par ses complices islamistes.

Je l’avais commentée à l’époque des faits, ici :

http://petitcoucou.unblog.fr/2016/07/30/fausse-rousse-et-vraie-connasse-julie-le-goic-recolte-ce-quelle-a-seme/

Adoptant eux-mêmes Baphomet pour idole ou emblème de manière habituelle, il est donc assez surprenant de les voir tout à coup faire porter à Poutine une paire de cornes rouges, associant l’un et l’autre dans la même détestation.

La raison de ce brusque renversement de tendance chez les « idéologues » de l’extrême-gauche brestoise (ils sont tous gravement fêlés) se trouve dans cet article de blog que j’ai publié le 24 février 2022 :

http://petitcoucou.unblog.fr/2022/02/24/du-sarmatisme-des-rois-de-france-et-de-pologne/

Et voilà, ici, dans les premières armoiries d’Henri III :

Armoiries

  • 112px-Armes_milan_angouleme

    Armoiries comme fils de France (1551-1559).

 

Ce sont en fait celles de ses ascendants depuis Jean d’Orléans, cadet de Louis Ier d’Orléans, où l’on trouve un croissant rouge représentant des cornes rouges de manière stylisée, en exemplaire unique pour le premier représentant de cette branche cadette des Valois-Angoulême, et toujours multiplié par trois chez ses successeurs, dont Henri II qui en avait fait son emblème.

Ces cornes rouges symbolisent donc la cour de ce roi où l’amour courtois fut à l’honneur.

Aussi, tous ceux qui aujourd’hui dénient aux femmes jusqu’au droit à un quelconque consentement détestent ces cornes rouges.

Mes bons « amis » de l’extrême-gauche brestoise, la mère maquerelle Josette Brenterch du NPA de Brest en tête, en font bien évidemment partie.

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Maison_d%27Angoul%C3%AAme

Maison d’Angoulême

Maison d’Angoulême
Description de cette image, également commentée ci-après
Armoiries des comtes d’Angoulême de la maison de Valois.Blasonnement : D’azur aux trois fleurs
de lis d’or au lambel d’argent à trois pendants,
chaque pendant chargé d’une lune de gueules.
Données clés
Pays Drapeau du royaume de France Royaume de France
Lignée Valois (branche d’Orléans)
Titres Pairs de France
Comtes d’Angoulême
Comtes de Périgord
Comtes de Luxembourg
Comtes de Porcien
Comtes de Soissons
Fondation 23 novembre 1407
Jean d’Orléans
Déposition Henri III de France
Dissolution 27 mars 1615 (mort de Marguerite de France)

modifier Consultez la documentation du modèle

La maison capétienne d’Angoulême, aussi appelée les Valois-Angoulême, est un rameau cadet de la deuxième maison d’Orléans.

Le fondateur de ce rameau est le prince Jean d’Orléans (1399-1467), comte d’Angoulême et petit-fils du roi Charles V le Sage.

La maison d’Angoulême monte sur le trône de France en 1515 lorsque la branche aînée de la maison d’Orléans s’éteint avec le roi Louis XII. Lui succède alors François Ier, premier souverain de la dynastie des Valois-Angoulême.

Le rameau cadet d’Angoulême règne sur le royaume de France de 1515 à 1589, année marquant la disparition de la lignée mâle consécutivement à l’assassinat du roi Henri III.

Chronologie

Henri III de France Charles IX de France François II de France Henri II de France François Ier de France Charles d'Orléans (1459-1496) Jean d'Orléans (1400-1467)

Pourquoi les cornes rouges sont-elles objet de détestation chez certains Brestois ? dans AC ! Brest 3y8neub5abyc8ll67whduzk6nx5g26l

Arbre généalogique

 [afficher]

v · m
 [afficher]

v · m

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_d%27Orl%C3%A9ans_(1399-1467)

Jean d’Orléans (1399-1467)

Page d’aide sur l’homonymie

Pour les articles homonymes, voir Jean d’Orléans.

Jean d’Orléans
Illustration.
Sceau de Jean d’Orléans, comte d’Angoulême (croquis).
Fonctions
Comte d’Angoulême
23 novembre 140730 avril 1467
(59 ans, 5 mois et 7 jours)
Prédécesseur Louis Ier
Successeur Charles II
Comte de Périgord
23 novembre 14071437
Prédécesseur Louis Ier
Successeur Jean Ier
Biographie
Dynastie Maison capétienne de Valois
Date de naissance 1399
Date de décès 30 avril 1467 (à 67 ans)
Lieu de décès Cognac
Sépulture Cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême
Père Louis Ier d’Orléans
Mère Valentine Visconti
Conjoint Marguerite de Rohan
Enfants Louis
Charles
Jeanne

Jean d'Orléans (1399-1467)
modifier Consultez la documentation du modèle

Jean d’Orléans ou Jean d’Angoulême, né entre le 1er mai et le 7 août 13991 et mort le 30 avril 1467 à Cognac, est comte d’Angoulême et de Périgord.

Biographie

Famille

Jean d’Orléans est le fils de Louis, duc d’Orléans, de Valois, comte de Blois, et de nombreux autres lieux, et de Valentine Visconti, héritière présomptive du duché de Milan. Il est également le frère du célèbre poète Charles Ier d’Orléans, le demi-frère de Jean de Dunois (dit le bâtard d’Orléans avant l’obtention de son titre comtal), l’oncle du roi Louis XII et le grand-père du roi François Ier.

Un otage exilé 33 ans en Angleterre

Jean d’Orléans, âgé de 13 ans, est livré en otage aux Anglais en 14122. En effet, dans le cadre des affrontements entre Armagnacs et Bourguignons, l’alliance anglaise est déterminante et les deux camps n’hésitent pas à la solliciter. C’est ce que font les partisans de Charles d’Orléans au printemps, avant de signer au mois d’août une trêve qui stipule que les deux partis renoncent à toute convention avec les Anglais. Cependant, les troupes anglaises refusent de retourner chez elles sans une confortable compensation de l’ordre de 150 000 puis bientôt 210 000 écus, somme que les Armagnacs s’engagent à leur verser par le traité de Buzançais le 14 novembre. Mais incapables de rassembler cette somme immédiatement, ils en garantissent le versement ultérieur en accordant aux Anglais six otages dans l’entourage de Charles d’Orléans, dont son jeune frère Jean3.

Ce dernier ne sera finalement libéré qu’en 1444. Après la bataille d’Azincourt en 1415, son frère aîné capturé le rejoint pour partager non seulement la détention mais aussi l’intérêt pour la littérature. En effet, Jean vit ses 33 années en Angleterre au milieu des livres dont il apprécie la lecture et fait des commentaires. Il n’hésite pas à faire appel à des copistes pour enrichir sa bibliothèque personnelle. On sait ainsi qu’il fait faire par un scribe anglais une copie, aujourd’hui conservée à la Bibliothèque Nationale de France, des Contes de Canterbury de Geoffrey Chaucer, qu’il emmène avec lui lors de sa libération puisque l’ouvrage fait partie de l’inventaire de ses biens exécuté après décès. C’est du reste le premier manuscrit de cet ouvrage à avoir traversé la Manche, ce qui montre bien à quel point les échanges d’otages ont pu contribuer aux circulations culturelles en Europe2.

De retour d’Angleterre

Après sa libération, Jean combat sous les ordres de son demi-frère Dunois en Guyenne en 1451 et contribue à en chasser les Anglais.

Entretemps, le 31 août 1449, il épouse Marguerite de Rohan, fille d’Alain IX, vicomte de Rohan, et de Marguerite de Bretagne, dame de Guillac. De cette union naissent trois enfants :

Il a également un fils, Jean de Valois, bâtard d’Angoulême, qu’il légitime en 1458.

Jean d’Orléans, le « bon comte Jean d’Angoulême », repose dans la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême avec son épouse et son fils Charles d’Orléans. Sa dépouille, ainsi que celle de son fils, retrouvées dans la cathédrale d’Angoulême en 20114, sont réinhumées le 15 février 2015 lors d’une cérémonie présidée par Mgr Claude Dagens en cette même cathédrale5.

Son crâne est mutilé par les Huguenots.

Une statue de Jean d’Angoulême a été réalisée en 1876 par Gustave-Louis Gaudran ; elle orne le square Girard II au chevet de la cathédrale.

Ascendance

[afficher]

Ancêtres de Jean d’Orléans (1399-1467)

Notes et références

  1. Anne Lacaud, « Angoulême : les ancêtres de François 1er réinhumés dans la cathédrale », Sud Ouest,‎ 15 février 2015 (lire en ligne [archive], consulté le 20 février 2015)

Voir aussi

Bibliographie

220px-Angoul%C3%AAme_16_Jean_d%27Orl%C3%A9ans_par_G.L._Gaudran_2013 dans Attentats
Vue d’artiste du comte Jean.
Statue érigée en 1876 à la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême.
Études
Éditions de sources

Liens externes

  • Dupont-Ferrier 1895, p. 527.
  • Adam J. Kosto, L’otage comme vecteur d’échange culturel du IVe siècle au XVe siècle, in Sylvie Caucanas, Rémy Cazals et Pascal Payen (dir), Les prisonniers de guerre dans l’histoire, Privat, 2003, p. 174
  • Isabelle Gonzalez, Un prince en son hôtel : les serviteurs des ducs d’Orléans au XVe siècle, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 33.
  • Stéphane Urbajtel, « Les squelettes exhumés à la cathédrale d’Angoulême sont ceux des aïeux de François Ier », Charente libre,‎ 5 décembre 2011 (lire en ligne [archive], consulté le 20 février 2015)

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_d%27Orl%C3%A9ans_(1459-1496)

Charles d’Orléans (1459-1496)

Page d’aide sur l’homonymie

Pour les articles homonymes, voir Charles d’Angoulême et Charles d’Orléans.

Charles d’Orléans
Illustration.
Portrait habillé à la mode du milieu du XVIe siècle, identification et origine inconnue
Fonctions
Comte d’Angoulême
30 avril 14671er janvier 1496
(28 ans, 8 mois et 2 jours)
Prédécesseur Jean Ier
Successeur François Ier
Biographie
Dynastie Maison capétienne de Valois
Date de naissance 1459
Date de décès 1er janvier 1496
Sépulture Cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême
Père Jean d’Orléans
Mère Marguerite de Rohan
Conjoint Louise de Savoie
Enfants Marguerite
François Ier Red crown.png

Charles d'Orléans (1459-1496)
modifier Consultez la documentation du modèle

Charles d’Orléans, né en 1459 et mort le 1er janvier 1496, est un membre de la dynastie capétienne, comte d’Angoulême. Il est le père du roi François Ier.

Biographie

Issu du rameau des comtes d’Angoulême de la deuxième maison d’Orléans, il est le fils de Jean d’Orléans (1399-1467), comte d’Angoulême, et Marguerite de Rohan.

En 1467, à la mort de son père, il lui succède au comté d’Angoulême à l’âge de 8 ans, l’exercice de son autorité étant confié à sa mère et à Jean Ier de La Rochefoucauld.

Mariage et descendance

Le 16 février 1488, il épouse à Paris Louise de Savoie (1476-1531), fille du duc de Savoie Philippe II dit sans Terre et de Marguerite de Bourbon. Deux enfants naissent de cette union :

Il a également plusieurs liaisons :

Sépulture

Sa dépouille, ainsi que celle de son père, retrouvées dans la cathédrale d’Angoulême en 20113, sont réinhumées le 15 février 2015 lors d’une cérémonie présidée par Mgr Claude Dagens en cette même cathédrale4.

Généalogie simplifiée

[afficher]

Généalogie simplifiée

Notes et références

  1. Anne Lacaud, « Angoulême : les ancêtres de François 1er réinhumés dans la cathédrale », Sud Ouest,‎ 15 février 2015 (lire en ligne [archive], consulté le 20 février 2015)

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Dictionnaire de la Noblesse, de La Chenaye-Dubois, Tome XI, Paris, 1776.
  • fils de Michel Gaillard
  • Stéphane Urbajtel, « Les squelettes exhumés à la cathédrale d’Angoulême sont ceux des aïeux de François Ier », Charente libre,‎ 5 décembre 2011 (lire en ligne [archive], consulté le 20 février 2015)

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_II_(roi_de_France)

Henri II (roi de France)

Si ce bandeau n'est plus pertinent, retirez-le. Cliquez ici pour en savoir plus sur les bandeaux.
45px-2017-fr.wp-orange-source.svg dans Calomnie

Certaines informations figurant dans cet article ou cette section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans les sections « Bibliographie », « Sources » ou « Liens externes » (septembre 2018).

Vous pouvez améliorer la vérifiabilité en associant ces informations à des références à l’aide d’appels de notes.

Page d’aide sur l’homonymie

Pour les articles homonymes, voir Henri II et Henri Ier.

Page d’aide sur l’homonymie

Pour les articles homonymes, voir Henri de France, Henri d’Orléans, Henri de Valois et Henri de Bretagne.

Henri II
Illustration.
Portrait d’Henri II par François Clouet (1550).
Titre
Roi de France
31 mars 154710 juillet 1559
(12 ans, 3 mois et 9 jours)
Couronnement 26 juillet 1547,
en la cathédrale de Reims
Gouvernement Ministres d’Henri II
Prédécesseur François Ier
Successeur François II
Duc de Bretagne
10 août 153631 mars 1547
(10 ans, 7 mois et 21 jours)
Prédécesseur François III de Bretagne
Successeur Retour à la couronne
Dauphin de France
10 août 153631 mars 1547
(10 ans, 7 mois et 21 jours)
Prédécesseur François de France
Successeur François de France
Biographie
Dynastie Valois-Angoulême
Date de naissance 31 mars 1519
Lieu de naissance Saint-Germain-en-Laye (France)
Date de décès 10 juillet 1559 (à 40 ans)
Lieu de décès Hôtel des Tournelles, Paris (France)
Sépulture Basilique de Saint-Denis
Père François Ier
Mère Claude de France
Conjoint Catherine de Médicis
Enfants Diane de France
François II Red crown.png
Élisabeth de France
Claude de France
Louis de France
Charles IX Red crown.png
Henri III Red crown.png
Marguerite de France
François de France
Victoire de France
Jeanne de France
Religion Catholicisme
Résidence Château de Blois
Château de Fontainebleau
Château de Saint-Germain-en-Laye
Château de Madrid

Henri II (roi de France)
Rois de France
modifier Consultez la documentation du modèle

Henri II (né le 31 mars 1519 à Saint-Germain-en-Laye et mort le 10 juillet 1559 à Paris) est roi de France de 1547 à sa mort. Deuxième fils de François Ier et de Claude de France, il devient l’héritier du trône à la mort de son frère aîné en 1536. Il reçoit alors les titres de dauphin et de duc de Bretagne.

Sacré roi de France le 26 juillet 15471 à Reims, il prend comme emblème le croissant de lune. Ses devises sont Plena est œmula solis (« L’émule du soleil est pleine ») et Donec totum impleat orbem (« Jusqu’à ce qu’elle remplisse le monde tout entier »).

Roi parfaitement représentatif de la Renaissance française, Henri II poursuit l’œuvre politique et artistique de son père. Il continue les guerres d’Italie, en concentrant son attention sur l’empire de Charles Quint qu’il parvient à mettre en échec. Henri II maintient la puissance de la France mais son règne se termine sur des événements défavorables comme la défaite de Saint-Quentin (1557) et le traité du Cateau-Cambrésis qui met un terme au rêve italien.

Son règne marque également l’essor du protestantisme qu’il réprime avec davantage de rigueur que son père. Devant l’importance des adhésions à la Réforme, Henri II ne parvient pas à régler la question religieuse, qui débouche après sa mort sur les guerres de Religion.

Il meurt accidentellement à l’âge de quarante ans : le 30 juin 1559, lors d’un tournoi tenu rue Saint-Antoine à Paris (devant l’ancien hôtel des Tournelles), il est blessé d’un éclat de lance dans l’œil par Gabriel de Montgommery, capitaine de sa garde écossaise. Il en meurt dix jours plus tard.

Jeunesse

Enfance tumultueuse

220px-Henri_II_enfant dans Corruption
Henri II enfant, huile sur panneau de Jean Clouet des années 1520, musée Condé.

En tant que second fils du roi de France, Henri reçoit le titre de duc d’Orléans dès sa naissance. Il reçoit le prénom de son parrain Henri VIII d’Angleterre2.

En application du traité de Madrid entre François Ier et Charles Quint, Henri reste otage en Espagne du 17 mars 1526 au 1er juillet 1530, en compagnie de son frère aîné François, dauphin et duc de Bretagne. Cette dure captivité a de lourdes conséquences sur son enfance et il en garde des séquelles psychologiques, devenant notamment hypocondriaque. Ce caractère rendra difficiles ses relations avec son père François Ier, qui accorde sa préférence à son jeune frère Charles.

Considéré comme le dernier roi chevalier, la légende dit qu’il a été formé à la chevalerie par la lecture d’Amadis de Gaule pendant sa captivité mais ce roman de chevalerie n’a été traduit en français qu’en 15403.

Jean Capello, ambassadeur de Venise à la cour de France, le décrit ainsi : « …la taille haute et bien prise, la figure belle et agréable, le teint un peu brun… » De son côté, Joachim du Bellay affirme, dans son Tumbeau du roy Henry II, que « son visage estoit doulx, meslé de gravité. » À la différence de son père, François Ier, Henri II est d’une nature plutôt taciturne. Selon le Vénitien Dandolo, il rit rarement, « au point que nombre de ceux qui sont à la cour assurent ne l’avoir jamais vu rire une seule fois. »

Mariage avec Catherine de Médicis

Il épouse le 28 octobre 1533 Catherine de Médicis, fille de Laurent II de Médicis, unique héritière de ses biens et nièce de Léon X, mais son cœur reste voué à sa confidente et préceptrice depuis l’âge de 15 ans Diane de Poitiers (avec qui il semble n’entretenir un adultère qu’après 1538 seulement).

Héritier du trône de France

Il succède à son frère François, mort en 1536, comme dauphin et duc de Bretagne, sans en gouverner le duché dont son père garde l’usufruit. Après avoir fait ses armes en Picardie, Henri rejoint les armées françaises au Piémont pour en commander l’avant-garde, participe à la prise de Moncalieri (23 octobre 1537), où il rencontre Filippa Duci pour une brève aventure dont naît son premier enfant, Diane de France. Cette naissance rassure le dauphin sur sa capacité à assurer sa descendance malgré l’absence d’héritier 4 ans après son mariage. Son infertilité temporaire est en fait due à une malformation pénienne causée par un hypospadias, comme le diagnostique son médecin Jean Fernel qui lui recommande avec succès de pratiquer le coitus more ferarum pour pouvoir procréer4.

Tensions à la cour de François Ier

Le 9 février 1540, Henri est investi de la jouissance de son duché, « pour son entretenement », le roi conservant la haute main sur les affaires du Dauphiné et du duché. Henri n’a en réalité aucune marge de manœuvre politique, son autorité se limite à la nomination de ses courtisans et amis à des charges et des terres. Ainsi donne-t-il à sa maîtresse Diane de Poitiers les anciennes terres ducales de Rhuys et de Fougères.

La rupture entre le roi et le dauphin éclate à la disgrâce du connétable de Montmorency en 1541 auquel le dauphin était très attachéa. La cour se trouve alors divisée en deux partis :

Campagnes militaires victorieuses

En août 1542, il commande l’armée du Roussillon dans la quatrième campagne de son père et de ses alliés allemands et turcs contre Charles Quint et participe au siège de Perpignan.

À l’automne 1544, il repousse les Anglais dans Calais, lève le siège de Montreuil, et échoue de peu à reprendre Boulogne-sur-Mer, finalement rachetée en 1550.

Dernières années de son père

Durant les dernières années du règne de François Ier, les deux factions rivalisent à la cour de France : la première menée par les conseillers du roi, l’amiral de France d’Annebault et le cardinal de Tournon, la seconde composée des appuis du dauphin Henri, autour de Diane de Poitiers et du connétable Anne de Montmorency.

Dans ce contexte, il fit pourtant donner un bal à Fontainebleau à l’occasion du baptême de sa fille, Élisabeth de Valois, en juillet 1546. Il s’y montra sous le costume évocateur de Capitaine tenant le bâton de commandement, dessiné par Le Primatice, (Nationalmuseum, Stockholm).

Roi de France

220px-Heures_d%27Henri_II_107V_toucher_des_%C3%A9crouelles_le_roi_Chalres_de_lorraine dans Crime
Henri II après son sacre par le Cardinal de Lorraine pratiquant le toucher des écrouelles, livre d’heures, BnF.

Une administration nouvelle

Une révolution de palais

Article connexe : Ministres de Henri II.
 dans Folie
François de Lorraine, duc d’Aumale, devenu duc de Guise en 1550.
Portrait par François Clouet.
220px-Clouet-montmorencyanne dans LCR - NPA
Anne de Montmorency, connétable de France.
Portrait par Léonard Limosin.
220px-Henry_II_of_France3 dans Luraghi
Henri II par François Clouet.

L’année 1547, avec la disparition de François Ier et l’avènement d’Henri II, voit un renouvellement complet du personnel de la Cour et des conseillers du souverain. L’ancienne faction au pouvoir est chassée sans ménagement et certains hauts responsables politiques sont emprisonnés et poursuivis par la justice royale. Les places au sein du conseil royal et les charges honorifiques de la cour sont redistribuées aux proches du nouveau roi : à côté d’Anne de Montmorency, on trouve désormais Jacques d’Albon de Saint-André fait maréchal et premier gentilhomme de la Chambre, et les princes lorrains, les frères François futur duc de Guise, et Charles, cardinal de Guise, futur cardinal de Lorraine.

220px-Double_henri_d%27or_a_l%27effigie_d%27Henri_II%2C_1554%2C_Bourges dans NEMROD34
Double henri d’or a l’effigie d’Henri II, 1554, Bourges.

Le nouveau roi, à 28 ans, désire marquer une rupture avec le train de vie de son prédécesseur et un courant d’austérité souffle passagèrement sur la cour royale. Le nombre de dames d’honneur est réduit et l’accès à la personne royale, resserré. Henri II s’entoure de nouveaux conseillers.

Politique administrative

Poursuivant la politique administrative de son père, Henri II réforme certaines institutions qui contribuent à faire de la France un État puissant au pouvoir centralisé. Henri II ordonne ainsi en 1557 qu’un type unique de poids et mesures soit désormais appliqué à l’ensemble de la banlieue de Paris, puis dans un second temps à tout le ressort du Parlement de Paris, avec dépôt d’un étalon à l’hôtel de ville.

Dès le début de son règne, il met en place un véritable système ministériel, généralisant le gouvernement de son père. En 1547, l’administration est supervisée par quatre secrétaires d’État, choisis dans la compagnie des notaires-secrétaires du roi. Ils sont chargés des commandements du roi et plus particulièrement de l’expédition des affaires financières. À l’origine chargés d’un secteur topographique du royaume, ils prennent en 1557 le titre de secrétaire d’État et des finances du roi. Les registres du Trésor royal sont confiés à un contrôleur général. Henri II poursuit également l’unification du système judiciaire avec la création (par l’ordonnance de janvier 1551), des présidiaux, tribunaux intermédiaires entre les parlements et les juridictions inférieures. Ces présidiaux sont composés de 9 juges chacun et sont situés au siège des bailliages et sénéchaussées).

En 1553, une ordonnance royale prévoit que les maîtres des requêtes visitent chaque année les provinces.

Politique financière

L’année 1555 voit l’institution du Grand Parti de Lyon, un emprunt géant levé auprès des marchands-banquiers de la ville de Lyon (principale place financière du royaume de France) qui refinance à long terme l’ensemble des dettes royales existantes. Le caractère innovant de cet emprunt n’empêche pas les circonstances militaires et politiques de le faire s’achever par une faillite qui entraîne la convocation par le roi des états généraux de Paris en janvier 1558 pour en obtenir le vote d’une contribution.

À l’instar de son prédécesseur, Henri II doit faire face à d’importants besoins financiers et suit l’exemple de François Ier en recourant à l’augmentation des impôts existants (tentatives d’uniformisation de la gabelle, création du taillon et application de nouvelles crues de taille, développement des taxes sur les importationsb). Les mêmes causes produisant des effets similaires, Henri II doit faire face, comme François Ier à La Rochelle en 1542, à une révolte paysanne, la jacquerie des Pitauds, qui contamine les villes, dont Bordeaux. Henri II confie la répression au connétable Anne de Montmorency. La réaction de Montmorency est brutale : la cité perd ses privilèges, est désarmée, doit verser une amende de 200 000 livres, voit son parlement suspendu. 140 personnes sont condamnées à mort. La répression s’étend ensuite dans les campagnes d’alentour où l’on pend les meneurs. En 1549, Henri II amnistie la cité.

À l’instar de son père, il veille également à améliorer le recouvrement de l’impôt, et ordonne (édit de janvier 1551) la réunion des 4 trésoriers de France et des 4 généraux des finances en un même corps de trésoriers généraux, dont l’effectif est porté à 17.

Après les réformes administratives et fiscales engagées successivement par François Ier et Henri II, l’essentiel des ressources de l’État provient désormais des aides.

Les relations étrangères

L’Angleterre

Dès 1548, Henri II connaît son premier conflit en tant que roi de France. Il se heurte au roi d’Angleterre Édouard VI, qui s’offusque de la réception à la cour de France de Marie Stuart, reine d’Écosse, qui doit épouser le dauphin François. La jeune reine d’Écosse est obligée de se réfugier en France pour échapper aux troupes anglaises qui entendent marier Marie à Édouard VI. Les Écossais, défaits à Pinkie Cleugh, font jouer la vieille alliance avec la France, la Auld Alliance, et Henri II accepte d’accueillir la jeune reine à la cour de France. De plus, Marie Stuart, fille de Marie de Guise, est la nièce des Lorrains, dont l’influence sur Henri II a permis d’arranger ce mariage. En 1549 et 1550, les armées d’Henri II, sous le commandement de François de Guise et de Leone Strozzi, assiègent Boulogne-sur-Mer que les Anglais occupent depuis 1544. Le 24 mars 1550, le traité d’Outreau restitue la ville à la France, et impose la domination d’Henri II en Écosse. Plus tard, en 1558, les troupes du duc de Guise reprennent la ville de Calais, dernière possession anglaise en territoire français.

Les Habsbourg

Les relations d’Henri II avec les Habsbourg s’inscrivent dans la continuité de celles de son prédécesseur.

Dès 1551, Henri II écoute les princes réformés d’Allemagne, qu’il avait bien connus lorsqu’il était dauphin. En janvier 1552, il reçoit à Chambord le margrave Albert de Brandebourg qui lui suggère d’occuper Cambrai, Verdun, Toul et Metz (ces trois dernières villes constituant les Trois-Évêchés), cités d’Empire de langue française et bénéficiant traditionnellement d’une certaine autonomie. Henri II y prendrait le titre de « vicaire d’Empire ». Le traité de Chambord est signé le 15 janvier 1552, scellant l’alliance d’Henri II avec les princes réformés, contre Charles Quint.

Le « voyage d’Allemagne » débute à Joinville, où l’armée française est rassemblée en mars 1552, sous le commandement du connétable de Montmorency et du duc de Guise. Cambrai, Verdun et Toul ouvrent leurs portes sans opposer de résistance ; le 18 avril 1552, Henri II entre dans Metz. En octobre 1552, sur ordre de Charles Quint, Ferdinand Alvare de Tolède, duc d’Albe, met le siège devant Metz, où reste une faible garnison sous les ordres de François de Guise. Le siège dure quatre mois et reste voué à l’échec, ce malgré le déploiement d’importantes forces impériales : 35 000 fantassins, 8 000 cavaliers et 150 canons.

La poursuite des guerres d’Italie

Article détaillé : Guerres d’Italie.

Pour l’Italie comme en d’autres domaines, Henri II tente d’inscrire ses pas dans ceux de son père. Au-delà des motivations italiennes de ses prédécesseurs, il faut rappeler que Catherine de Médicis entretient une cour très italianisée et que les Guise sont alliés à la famille d’Este : François a épousé Anne d’Este, fille du duc de Ferrare.

En 1545, le pape Paul III donne le duché de Parme et Plaisance à son fils Pierre-Louis Farnèse. Après l’assassinat de ce dernier, le duché passe à Octave Farnèse mais reste convoité par Ferrand Gonzague, vice-roi de Milan. Henri II accepte d’intervenir en appui des Farnèse d’autant plus que Jules III, nouveau pape élu, penche nettement du côté de l’Empire. Les troupes royales, commandées par les maréchaux de Brissac et de Thermes, affrontent l’armée impériale augmentée de contingents pontificaux.

En avril 1552, une première trêve est négociée par le cardinal François de Tournon. Ce dernier, ambassadeur d’Henri II en Italie de 1551 à 1556, est plus enclin à la diplomatie qu’à la guerre et s’emploie à faire échouer un projet d’expédition contre Naples. Il réussit à faire placer la ville de Sienne, qui a évacué sa garnison espagnole, sous la protection du royaume de France.

Les 8 et 9 octobre 1553, une expédition du maréchal de Thermes, qui s’est adjoint l’appui d’une flotte turque, enlève la Corse aux Génois.

 dans Pédophilie
Le pape Paul IV.

En 1554, Sienne cherche à en découdre avec Florence. L’armée royale, commandée par Pierre Strozzi, est défaite le 3 août à Marciano della Chiana par l’armée de Florence ; Sienne est assiégée. Défendue par Monluc, la ville tombe le 17 avril 1555 et passe sous contrôle florentin.

Le 16 janvier 1556, Charles Quint abdique en faveur de son fils Philippe II mais conserve la couronne impériale qu’il transmet à son frère Ferdinand Ier du Saint-Empire puis se retire au monastère de Yuste. De son côté, le roi de France perd progressivement ses appuis: les princes allemands réformés ont signé la Paix d’Augsbourg leur donnant la liberté de religion et les Turcs se révèlent moins actifs en Méditerranée occidentale. Le nouveau roi d’Espagne et la France signent donc une trêve à l’abbaye de Vaucelles. La trêve est destinée à durer 5 ans et reconnaît à la France ses conquêtes territoriales du Piémont et des Trois-Évêchés. Cet accord souffre néanmoins d’un défaut majeur: tout comme la paix d’Augsbourg, il n’a pas reçu l’aval du pape.

Paul IV, élu pape en 1555, est animé d’une haine farouche envers l’Empereur : « Depuis mille ans, il n’est pas né un homme aussi méchant que lui ». Il multiplie les provocations envers Philippe II et envoie son neveu le cardinal Carlo Carafa comme légat à la cour de France en 1556. Ce dernier en revient avec une promesse d’intervention d’Henri II.

En novembre 1556, le duc de Guise, auréolé de sa gloire messine, rejoint le maréchal de Brissac en Piémont, avec l’objectif avoué d’enlever Naples aux Espagnols. Les manœuvres de Philippe II et de ses alliés anglais et savoyards au nord de la France remettent rapidement en cause ce plan et François de Guise est contraint de rentrer précipitamment en France après la défaite française de Saint-Quentin. Cette dernière tentative manquée marque la fin des ambitions françaises en Italie, formalisée par le traité du Cateau-Cambrésis par lequel Henri II restitue l’ensemble des possessions françaises dans le pays, y compris la Corse.

Derniers affrontements entre Philippe II et Henri II

150px-Philip_II dans Perversité
Portrait de Philippe II d’Espagne
par Titien.

Philippe II se marie en 1554 avec Marie Tudor, alliance qui lui permet de bénéficier de la puissance maritime de l’Angleterre. Il dispose également aux Pays-Bas d’une armée de 60 000 hommes sous les ordres du duc Emmanuel-Philibert de Savoie. Les alliés profitent du départ de l’armée du duc de Guise pour l’Italie pour lancer l’offensive vers Paris, à travers l’Artois. L’armée française, commandée par le connétable Anne de Montmorency essuie une terrible défaite à Saint-Quentin le 10 août 1557, avec plus de 3 000 morts et plusieurs milliers de prisonniers dont le propre connétable, l’amiral de Coligny et le maréchal de Saint-Andréc.

Henri II confie au duc de Nevers François de Clèves la constitution d’une nouvelle armée et rappelle le duc de Guise d’Italie pour lui confier les opérations militaires dans le Nord du pays en tant que lieutenant général du royaume. Guise choisit de marcher sur Calais, qu’il enlève le 6 janvier 1558, puis retourne vers Thionville qu’il atteint le 22 juin et enlève en juillet.

L’armée commandée par le maréchal de Thermes est battue à Gravelines par les Espagnols. La route de Paris est ouverte. Henri II réunit alors une armée de 50 000 hommes et se porte à la rencontre de ses adversaires. Mais les Espagnols doivent licencier leur armée, faute d’argentd.

Les Anglais chassés du sol français et les Impériaux repoussés au-delà de la Moselle, l’équilibre est à peu près rétabli. Les deux royaumes n’ont pas vraiment les moyens de continuer la guerre, d’autant que Philippe II, veuf de Marie Tudor depuis le 17 novembre 1558, ne peut plus compter sur les ressources de l’Angleterre. Les deux pays conviennent donc d’un traité de paix signé le 3 avril 1559 au Cateau-Cambrésis. Henri II restitue à Philippe II toutes ses possessions dont le Piémont, la Savoie, et la Bresse, pourtant occupée depuis 30 ans, ainsi que la Corse, mais conserve les trois évêchés de Metz, Toul et Verdun ainsi que cinq places fortes en Piémont pour trois ans. La paix est sanctionnée par deux mariages :

  • Henri II donne sa fille Élisabeth en mariage à Philippe II ;
  • sa sœur Marguerite épouse le duc Emmanuel-Philibert de Savoie.

De son côté, la nouvelle reine d’Angleterre, Élisabeth Ire, doit assurer son trône après une succession délicate et n’est pas en mesure de disputer la ville de Calais au roi de France. Par le premier traité du Cateau-Cambrésis, signé les 12 mars et 2 avril 1559, elle permet aux Français de conserver la ville contre une indemnité de 500 000 écus.

Les affaires religieuses

Répression du protestantisme

Sous le règne d’Henri II, la réforme protestante continue de se développer. Sous l’influence de Diane de Poitiers, le roi, fervent catholique, décide de prendre de sévères mesures à l’égard de la nouvelle religion.

Dès le 8 octobre 1547, une chambre ardente est constituée au Parlement de Paris, chargée de connaître des procès d’hérésie, avec à sa tête l’inquisiteur Matthieu Ory. En trois ans, elle rend plus de 500 arrêts contre les protestants, et est à l’origine d’une violente répression à leur encontre entre 1547 et 1549.

Le 19 novembre 1549, l’édit de Paris rend une partie de leur pouvoir aux juges ecclésiastiques.

Le 27 juin 1551, l’édit de Châteaubriant remet aux juges séculiers les causes des « hérétiques » ayant provoqué des troubles et coordonne la répression. Seuls les catholiques sont autorisés à ouvrir des écoles.

Il est complété le 24 juillet 1557 de l’édit de Compiègne, qui accentue la répression, y compris contre les catholiques qui aident ou hébergent des protestants.

Crise gallicane (1551)

En 1551, dans le contexte de la guerre et de la gestion des affaires italiennes, un violent conflit oppose Henri II au pape Jules III. Le 27 juillet 1551, le pape lance l’anathème contre le roi. En réaction, Henri II rompt toutes ses relations avec la papauté et l’idée d’un schisme, quoique vite écartée, est évoquée. Henri II préfère prendre des mesures de rétorsions. Il interdit le transfert des bénéfices à Rome, il s’oppose à la participation des prélats français au concile de Trente et le 13 août, il déclare la guerre au pape. Inquiet de la rupture engagée, le pape cherche à se réconcilier dès le mois d’octobre.

Le roi bénéficie de l’appui du Parlement de Paris, toujours hostile à l’ingérence de Rome dans les affaires françaises. Ainsi, en 1557, celui-ci s’oppose au rétablissement de l’Inquisition dans le royaume.

L’attachement du roi à la religion catholique ne l’empêche pas de soutenir les princes réformés d’Allemagne et de maintenir l’alliance avec les Turcs qu’avait initiée François Ier, dans une dynamique propre au XVIe siècle d’affirmation des intérêts de l’État, même contre d’autres monarques catholiques.

Extension du protestantisme

Malgré tous les édits répressifs, le protestantisme connaît à la fin des années 1550 une croissance exponentielle qu’il n’avait encore jamais connue. Les adhésions se multiplient dans la noblesse. Deux princes du sang, Antoine de Navarre et son frère le prince de Condé, contribuent à diffuser les nouvelles idées en se faisant notamment accompagner dans leurs déplacements par des ministres. Les deux frères participent également aux célébrations du Pré-aux-Clercs organisées à Paris par les protestants en mai 1558 et auxquelles participent plusieurs centaines de personnes. Les premières églises réformées se mettent en place et en mai 1559, a lieu le premier synode national des églises, au Faubourg Saint-Honoré, qui publie la Confession de foi des églises françaises en 40 articles.

Un mouvement de sympathie naît au sein-même de la cour, dans l’entourage de la reine, de la sœur du roi, Marguerite et du roi lui-même avec les neveux d’Anne de MontmorencyFrançois d’Andelot, le cardinal de Châtillon et l’amiral Gaspard de Coligny. Comme eux, de nombreux gentilshommes hésitent par fidélité au roi à afficher leurs convictions.

Crispations croissantes (1558-1559)

En septembre 1557, une émeute éclate à Paris rue Saint-Jacques, où des réformés s’étaient rassemblés. En septembre 1557, Henri II est victime d’une tentative d’assassinat par un dénommé Caboche, vite maîtrisé par la garde du roi, et exécuté dans les heures ayant suivi son arrestation, sans procès ni interrogatoire. Cette promptitude à exécuter le régicide entraîne à l’époque la conviction qu’il s’agit d’un attentat commandité par le parti protestant, sans que la preuve ait pu en être apportée[réf. nécessaire].

Henri II répond aux tensions religieuses avec l’édit d’Écouen, le 2 juin 1559, qui stipule que tout protestant révolté ou en fuite sera tué, et nomme également des commissaires chargés de poursuivre les réformés. De nombreux parlementaires sont acquis aux idées de la Réforme et, à l’occasion de la mercuriale du 10 juin, le roi embastille ceux qui critiquent ouvertement sa politique de répression. La plupart se rétractent, à l’exception d’Anne du Bourg, qui est brûlé en place de Grève quelques mois après la mort du roi. .

Mort et succession

220px-Tournament_between_Henry_II_and_Lorges dans Politique
Le tournoi fatal. Gravure allemande du XVIe siècle.
220px-Death_of_Henri_II_of_France%2C_circa_1559_Wellcome_M0019802
L’agonie d’Henri II à l’hôtel des Tournelles.
150px-Panneau_Rue_Saint-Antoine

À l’occasion du double mariage d’Élisabeth de France avec Philippe II d’Espagne et de Marguerite de France, sœur du roi, avec le duc de Savoie, un tournoi est organisé le 30 juin 1559 rue Saint-Antoine, la plus large rue de Paris à l’époquee, car elle a déjà les dimensions qu’on lui connaît de nos jours.

Au cours d’une joute se déroulant devant l’hôtel de Sully (soit au niveau de l’actuel numéro 62), Henri II est grièvement blessé par Gabriel de Lorges, comte de Montgommery, capitaine de sa garde écossaise. La lance de ce dernier s’étant brisée lors du choc contre l’armure du roi, celui-ci reçoit une écharde au travers de son heaume qui lui transperce l’œil. Il est transporté à l’hôtel des Tournelles, résidence royale toute proche située à l’emplacement de l’actuelle place des Vosges. Malgré les soins des médecins (dont François Pidoux) et des chirurgiens royaux (dont Ambroise Paré), ainsi que d’André Vésale, chirurgien particulier de Philippe II d’Espagne appelé d’urgence de Bruxelles au chevet du blessé, le roi meurt dans d’atroces souffrances le 10 juillet.

Les entrailles et le cœur du monarque furent portés à l’église des Célestins, tandis que le corps était embaumé. Le 29 juillet, on exposa l’effigie du roi sur une estrade haute de quatre marches, surmontée d’un dais. Paré des ornements royaux (la couronne fermée, la tunique de satin violet semée de fleur de lys, le manteau fourré d’hermine), tandis que le sceptre et la main de justice étaient placés de part et d’autre, le mannequin témoignait de l’éclat permanent de la dignité royale. Pendant six jours, on servit les repas comme s’il s’agissait d’un être vivant. Le 5 août, l’effigie fut enlevée. Le cercueil abritant le corps périssable du monarque était désormais exposé seul, sur de simples tréteaux. Le 11 août, l’effigie et le corps furent portés solennellement à la cathédrale Notre-Dame, où l’on célébra deux jours des messes de requiem et enfin le 13 août, le cortège funèbre se rendit à Saint-Denis.

Article détaillé : Gabriel Ier de Montgommery.

Plusieurs astrologues auraient conseillé au roi d’éviter tout combat singulierf. Le quatrain I-35, par lequel Nostradamus aurait anticipé la mort de Henri II, est l’un de ses plus célèbres, mais ni Nostradamus ni ses contemporains n’ont relié le quatrain à l’événement6,7 :

« Le lion jeune le vieux surmontera
En champ bellique par singulier duelle,
Dans cage d’or les yeux lui crèvera,
Deux classes une puis mourir mort cruelle. »

Au cours de la Révolution française, son tombeau en la basilique Saint-Denis fut profané. Le vendredi 18 octobre 1793, son cercueil fut extrait du caveau des Valois et son corps jeté dans une fosse commune. Son gisant, le représentant aux côtés de Catherine de Médicis, réalisé par Germain Pilon en 1565 est encore visible dans la basilique.

Un monument funéraire appelé les Trois Grâcesg, contenant le cœur du roi, et conservé au musée du Louvre, est resté érigé jusqu’à la Révolution dans la chapelle d’Orléans de l’église du couvent des Célestins à Paris. À la Restauration, le vase de cuivre contenant la relique est remplacé par une copie en bois.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

François II, fils aîné d’Henri II, lui succède à l’âge de 15 ans.

Ronsard a célébré Henri II dans Les Hymnes de 1555. Le poète avait déjà écrit une Avant-entrée du Roi très chrestien à Paris pour l’entrée solennelle du 16 juin 1549.

Le mécène

Les arts

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?
Article détaillé : Pléiade (XVIe siècle).
Spectacle nautique donné lors de l’entrée royale d’Henri II à Rouen, le 1er octobre 1550.

Henri II s’inscrit également dans la continuité de son père dans son soutien au développement artistique et intellectuel, quoique de façon moins flamboyante. La nouveauté du règne est caractérisée surtout dans la mise en scène du pouvoir royal, par la multiplication des entrées royales et des festivités. La monarchie fait travailler ensemble poètes, architectes, sculpteurs et peintres pour magnifier le pouvoir royal à l’occasion de fêtes éphémères. Pour les entrées royales, des ouvrages sont publiés pour rappeler le souvenir des portes splendidement décorées, tels des arcs de triomphes, parfois accompagnés de poèmes et de musique jouée au passage du roi. Celui-ci fait également appel à des orfèvres réputés pour le faire revêtir de luxueuses armures de parade. Cette politique de mise en scène artistique sera habilement reprise à sa mort par son épouse Catherine de Médicis.

220px-Paris_75001_Cour_Carr%C3%A9e_Louvre_Aile_Lescot_01a_frontal
Aile Lescot au Louvre.

Henri II modifie les plans d’aménagement du palais du Louvre tels que conçus quelques années avant la mort de François Ier et confirme l’architecte Pierre Lescot à la tête des travaux. L’architecte de prédilection d’Henri II reste néanmoins Philibert Delorme, le premier à porter le titre d’architecte du roi, qui dirige nombre de projets de construction ou de réaménagements de châteaux (Saint-Maur, Anet, Meudon…), inventeur de l’ordre français. Toujours sur un plan architectural, le règne d’Henri II voit arriver l’ordre colossal en France, introduit par Jean Bullanth dans la reconstruction du château d’Écouen ou dans la construction du Petit Château à Chantilly et du Château Neuf à Saint-Germain.

Les sculptures de l’aile dite Lescot du Louvre sont l’œuvre de Jean Goujon, sculpteur du roi Henri II. L’autre sculpteur emblématique du XVIe siècle, Germain Pilon se fait une spécialité des sculptures funéraires, avec la réalisation des tombeaux et des gisants des rois de France.

La littérature française s’enrichit également de l’œuvre de grands écrivains, tels Michel de Montaigne et Étienne de La Boétie, et d’un nouveau mouvement poétique, la Pléiade, avec Pierre de Ronsard, Joachim du Bellay

Le Nouveau Monde

220px-Rio_1555_Fran%C3%A7a_Ant%C3%A1rtica
La baie de Guanabara en 1555.

En 1555, un demi-siècle après la découverte du Brésil par Cabral, Henri II charge le vice-amiral de Bretagne Nicolas Durand de Villegagnon de l’installation d’une colonie française dans la baie de Guanabara (au Brésil), reconnue cinq ans auparavant par le navigateur et cartographe Guillaume Le Testu. Des Havrais ont installé un comptoir quelques années plus tôt, proche de l’actuel Cabo Frio, afin de fournir l’industrie drapière de Rouen en Brésil (pau brasil en portugais), dont est tirée une teinture rouge.

Accompagné de 600 colons, Villegagnon fonde la France antarctique et fait construire une bourgade, Henryville, et le Fort Coligny pour en défendre l’accès. Villegagnon a lancé son expédition avec d’importantes difficultés de recrutement et doit faire face à des défections dues à sa rigueur morale, opposée aux relations charnelles entre colons et indiennes tupinambas. Il renvoie Le Testu en France pour solliciter des renforts. L’amiral Gaspard de Coligny accède à cette requête qui rejoint son objectif de créer une colonie protestante dans cette région du monde. Trois navires quittent Honfleur le 19 novembre 1556 avec à leur bord un groupe de réformés, dont le pasteur Jean de Léry.

Ce dernier évoque, dans son récit, les dissensions continuelles au sein de la colonie, notamment ses affrontements avec André Thevet, moine franciscain et aumônier de l’expédition initiale de Villegagnon. Les divisions religieuses de la communauté profitent aux Portugais qui, en 1560, prennent et détruisent le fort Coligny et signent la fin de la première aventure française en Amérique du Sudi. Les premiers échantillons de pétun (tabac ou herbe angoumoisine) auraient été ramenés en France par Thevet à l’occasion de ces voyages, bien que la diffusion de l’usage de cette plante soit imputée à Jean Nicot, qui en a ramené de Lisbonne et en a vanté les propriétés curatives à Catherine de Médicis.

Fiefs réunis à la Couronne

L’extension territoriale réalisée sous François Ier, la brièveté du règne d’Henri II et le succès relatif de ses campagnes militaires expliquent la faible évolution du territoire de la Couronne à la mort du roi. Il convient néanmoins de mentionner l’union de la Bretagne à la France, effective du fait du sacre d’Henri, déjà duc de Bretagne, bien qu’elle soit logiquement portée au crédit de François Ier.

Les territoires italiens et savoyards, ainsi que la Corse, sont perdus à la suite des défaites de Saint-Quentin et Gravelines. Les seuls succès en la matière sont donc l’annexion des Trois-Évêchés en 1555 et celle des comtés de Calais et d’Oye en 1558.

Ascendance

[afficher]

Ascendance d’Henri II de France

Descendance

Tableau de famille de Henri II et de son épouse.

Bien que longtemps considérée comme stérile, Catherine de Médicis donne à Henri II dix enfants, dont trois morts en bas âge :

Il a également des enfants illégitimes :

Si ce bandeau n'est plus pertinent, retirez-le. Cliquez ici pour en savoir plus sur les bandeaux.
45px-2017-fr.wp-orange-source.svg

Le contenu de cet article ou de cette section est peut-être sujet à caution et doit absolument être sourcé (juillet 2020).

Si vous connaissez le sujet dont traite l’article, merci de le reprendre à partir de sources pertinentes en utilisant notamment les notes de fin de page. Vous pouvez également laisser un mot d’explication en page de discussion (modifier l’article).

220px-Crescents_badge_of_the_king_Henry_II_of_France
La devise aux croissants.
220px-F0629_Paris_IV_eglise_Sts-Gervais-Protais_stalles_detail_rwk1
Le même symbole sur les stalles de l’église Saint-Gervais-Saint-Protais de Paris.

Emblématique

Comme de nombreux princes de la Renaissance, Henri II utilise une emblématique riche et variée. Sa principale devise personnelle lui vient de sa jeunesse. Il s’agit du croissant ou plus souvent du triple croissant entrelacé, associé à la phrase latine donec totum impleat orbem (jusqu’à ce qu’il emplisse le monde entier). Le croissant provient-il de la brisure des Valois-Angoulême, qui rompaient les armes de France d’un lambel d’argent chargé de trois croissants de gueules ? Comme souvent, ce corps de devise formait un jeu de mot avec la sentence : à l’origine, il soulignait le fait que le jeune prince n’était que le dauphin et ne jouissait donc pas de la plénitude de son pouvoir. Le croissant était certes un cercle évidé, inachevé, mais il fallait également le prendre à son sens littéral. La gloire des trois croissants avait ainsi vocation à s’accroître jusqu’à s’étendre au monde entier, orbem signifiant à la fois cercle et monde. Cette devise s’inscrivait dans la tradition impériale et providentialiste de la dynastie. Mais le croissant est aussi l’emblème de Diane chasseresse, bien entendu utilisé par Diane de Poitiers, y compris dans sa forme entrelacée…

220px-Monogram_HC_on_colonne_Medicis_%28close-up%29
Monogramme de Henri II et Catherine de Médicis sur la colonne Médicis.

Le monogramme forme un autre élément important de l’emblématique henricienne. Il est composé d’un H et de deux C. Les deux C sont entrelacés dos à dos avec le H. Le problème est que les branches des C ne dépassent pas les jambages du H, de sorte qu’on lit plus facilement D que C. Belle ambigüité qui semble voulue mais dont Catherine n’a pas été dupe. Après la mort d’Henri II, elle a fait redessiner le chiffre avec les extrémités des C qui dépassent nettement les jambages du H, de sorte que plus aucune confusion n’est possible.

Honoré de Balzac, dans Sur Catherine de Médicis (1841-1843) refuse de croire qu’on ait pu vouloir mettre l’initiale de Diane9 :

« C’est ici le lieu de détruire une de ces opinions populaires erronées que répètent quelques personnes, d’après Sauval d’ailleurs. On a prétendu que Henri II poussa l’oubli des convenances jusqu’à mettre le chiffre de sa maîtresse sur les monuments que Catherine lui conseilla de continuer ou de commencer avec tant de magnificence. Mais le double chiffre qui se voit au Louvre dément tous les jours ceux qui sont assez peu clairvoyants pour donner de la consistance à ces niaiseries qui déshonorent gratuitement nos rois et nos reines. L’H de Henri II et les deux C adossés de Catherine, paraissent aussi former deux D pour Diane. Cette coïncidence a dû plaire à Henri II, mais il n’en est pas moins vrai que le chiffre royal contenait officiellement la lettre du roi et celle de la reine. Et cela est si vrai, que ce chiffre existe encore sur la colonne de la Halle au Blé, bâtie par Catherine seule. On peut d’ailleurs voir ce même chiffre dans les caveaux de Saint-Denis sur le tombeau que Catherine se fit élever à elle-même de son vivant à côté de celui de Henri II, et où elle est représentée d’après nature par le sculpteur pour qui elle a posé. »

Croissants et monogrammes sont les éléments les plus souvent employés. On les trouve fréquemment sur les monnaies10. Les commandes royales en regorgent, que ce soient les reliures de la bibliothèque royale, les décors sculptés du Louvre de Pierre Lescot ou les bronzes du château de Fontainebleau.

La relation avec Diane forme un autre pôle important de la mythologie développée par Henri II et l’emblématique qui en découle. Prenant prétexte de sa passion pour la chasse, Henri II fait réaliser de nombreux décors en rapport avec la déesse antique de la chasse, Diane. Les arcs et les flèches, les cerfs et les chiens, caractéristiques de la divinité, sont très fréquents dans l’emblématique henricienne. On les retrouve ainsi dans les vitraux que le roi offrit à la Sainte-Chapelle de Vincennes ou au plafond de l’escalier Henri II du Louvre.

Henri II dans la culture

220px-DetailleTournoi
Édouard Detaille, La mort du roi Henri II au tournoi de l’hôtel des Tournelles, 1906.

Citation

« Reste à avoir bon cœur et ne s’étonner de rien », écrit après la bataille de Saint-Quentin remportée par le duc Emmanuel-Philibert de Savoie.

Cinéma et télévision

Littérature

Notes et références

Notes

  1. L’îlot sur lequel fut construit le fort Coligny porte encore aujourd’hui le nom d’Ilha de Villegagnon.

Références

  1. Gildas Salaün, « Le Douzain aux croissants d’Henri II, la marque de l’ambition », Monnaie magazine,‎ mai 2017, p. 38-41 (ISSN 1626-6145)

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Source partielle

  • Marcel Reinhard (sous la direction), Histoire de France, Larousse, 1954

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

 

 [masquer]

Voir ce modèle.
Henri II (roi de France)
Précédé par Suivi par
François de France
Coat of Arms of the Dauphin of France.svg
Dauphin de France
10 août 153631 mars 1547
François de France
François de Bretagne
Duc de Bretagne
1536-1547
Dernier titulaire
(Le duché est rattaché au domaine royal)
 [afficher]

v · m
 [afficher]

v · m

 

 

Du sarmatisme des rois de France et de Pologne

Le sarmatisme est le nom donné à l’idée protochroniste de la période baroque, dominant dans la Rzeczpospolita à partir de la fin du XVIe jusqu’à la deuxième moitié du XVIIIe siècle.

C’est un singularisme polonais dont il est évident qu’il n’apparaît qu’après l’élection comme roi de Pologne en 1573 d’Henri de Valois, futur roi de France sous le nom d’Henri III.

Est-ce bien lui qui l’aura introduit en Pologne ou lui aura au moins donné une vigueur nouvelle ?

On en retrouve bien des traces parmi ses prédécesseurs en France.

Elles sont très nettes dans la lignée des Valois à partir de Charles V qui se réclamait de son ayeul Jean de Luxembourg, dit l’Aveugle (10 août 1296 – tué à la bataille de Crécy le 26 août 1346), roi de Bohême en 1310 par son premier mariage, comte de Luxembourg en 1313, et roi titulaire de Pologne, qui est l’archétype de l’idéal chevaleresque en vogue au XIVe siècle.

Jeanne d’Arc la Sarmate en aurait été une petite-fille comme fille illégitime de son fils Louis Ier d’Orléans frère cadet de Charles VI devenu fou et de la reine Isabeau de Bavière, dont elle aurait été le dernier enfant, Philippe, née le 10 novembre 1407 et faussement annoncée morte dès la naissance afin de la cacher pour la protéger 13 jours avant l’assassinat de son père.

C’est de toute façon bien elle qui a fait sacrer Charles VII roi de France à Reims le 17 juillet 1429.

Les successeurs de ce dernier sont d’abord ses fils et petit-fils Louis XI et Charles VIII, puis les petits-fils et arrière-petit-fils de Louis Ier d’Orléans Louis XII et François Ier, auquel succèdent son fils Henri II puis ses petits-fils François II, Charles IX et Henri III.

Leurs règnes sont ceux des dames : Agnès Sorel (v. 1422-1450), favorite de Charles VII et première maîtresse officielle d’un roi de France, Anne de Bretagne, épouse successive de Charles VIII et Louis XII et mère de Claude mariée à François Ier, qui apporteront à la France la Bretagne et toute sa culture à forte tonalité sarmate, Diane de Poitiers la belle Amazone, Catherine de Médicis… et jusqu’à Madame de La Fayette qui au XVIIème siècle établira l’action de son célèbre roman La Princesse de Clèves publié anonymement en 1678 à la cour des Valois, « dans les dernières années du règne de Henri Second ».

Dans le même temps, l’indépendance et l’identité nationales s’affirment.

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sarmatisme

Sarmatisme

Si ce bandeau n'est plus pertinent, retirez-le. Cliquez ici pour en savoir plus sur les bandeaux.
Du sarmatisme des rois de France et de Pologne dans Insolent - Insolite 45px-2017-fr.wp-orange-source.svg

Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2013).

Si vous disposez d’ouvrages ou d’articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l’article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références »

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Comment ajouter mes sources ?

38px-Poland_map_flag.svg dans Politique

Cet article est une ébauche concernant la Pologne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

170px-Stanislaw_Antoni_Szczuka_%281652_1654-1710%29
Stanisław Antoni Szczuka dans un kontusz – traditionnel habit sarmate, portrait populaire, imaginaire de Stanisław Antoni Szczuki, vers 1735-1740, auteur anonyme1, palais de Wilanow, galerie
Corazzina (armure de mailles) de hussard dans le style sarmate
170px-Krak1581
Illustration représentant Krakus : Sarmatiae Europeae descriptio, Spira, 1581

Le sarmatisme est le nom donné à l’idée protochroniste de la période baroque, dominant dans la Rzeczpospolita à partir de la fin du XVIe jusqu’à la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Fondée sur la croyance que la petite noblesse polonaise (szlachta) descendait en droite ligne du peuple antique des Sarmates établi entre le Don et l’Oural, cette idée affirmait que la szlachta en avait hérité la vaillance, le courage et le goût de la liberté.

Cette culture est considérée comme un ensemble de règles familiales, sociales et nationales homogènes, mais étonnamment élastiques2.

Le sarmatisme a joué un rôle important dans la littérature baroque polonaise et a beaucoup influencé l’état d’esprit, les mœurs et l’idéologie de la noblesse polonaise. Il influença donc l’identité de la nation polonaise après l’Union de Lublin et eut une importance semblable aux mythes concernant les anciens Germains pour les Allemands, ou les Gaulois pour les Français.

Notes et références

  1. Rozkwit i upadek I Rzeczypospolitej, pod redakcją Richarda Butterwicka, Warszawa 2010, s. 27.

Articles connexes

  • icône décorative

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Noblesse_polonaise

Noblesse polonaise

(Redirigé depuis Szlachta)
220px-Herb_Rzeczypospolitej_Obojga_Narodow.svg

Le terme français noblesse polonaise (szlachta) englobe la haute noblesse et la grande noblesse titrée (aristocratie) ainsi que la moyenne et la petite noblesse de la République des Deux Nations (Pologne-Lituanie), appelée aussi « République nobiliaire » du fait de l’importance numérique et politique des nobles1. En effet, les armoiries et les privilèges d’état nobiliaire étaient le partage aussi bien des membres de la petite noblesse que de grands magnats2 de la haute noblesse.

En Pologne, la noblesse en tant qu’ordre social a été abolie par la constitution en 1921.

Histoire

La noblesse polonaise trouve son origine dans la chevalerie qui, au Moyen Âge, soutenait le roi, des princes ou de grands seigneurs. Elle est apparue aux alentours du Xe siècle à la suite de la création de l’État polonais sur le territoire des Polanes et des autres peuples slaves voisins et apparentés : Vislanes, Slézanes3. Elle est alors composée de l’ensemble des familles combattant pour leur prince. Ces familles d’épée constituent alors l’élite du pays, chacune bénéficiant de terres et de privilèges en rétribution du soutien qu’elles apportent au roi. Progressivement, ces familles prennent de l’importance et concentrent autour d’elles de nouvelles familles anoblies.

En 1791, à la veille de la disparition de l’État polonais souverain, la noblesse polonaise se décompose principalement en deux groupes : la « grande noblesse » constituée par moins de 300 familles possédant des domaines très étendus et occupant souvent les plus hautes charges de l’État dont les magnats, et la « petite noblesse », rassemblant plusieurs milliers de familles de petits propriétaires terriens dont certains pauvres.

République nobiliaire et monarchie élective

En comparaison avec certains pays européens, la noblesse polonaise est plus nombreuse. En 1791, à la veille de la disparition de l’État polonais souverain, elle représente environ 8 à 10 % la population4, contre 1 à 3 % en Allemagne, France ou Russie.

Si dans les autres pays, une grande partie de la noblesse est représentée par des familles anoblies par la robe, en Pologne, au contraire, presque toute la noblesse prétend être la noblesse d’épée, c’est-à-dire issue, depuis des temps immémoriaux, de l’ancienne chevalerie. Selon le sentiment général, la seule voie valable conduisant au blason est celle des mérites acquis sur le champ de bataille.

Par ailleurs, les droits dont jouit la noblesse polonaise sont radicalement différents des privilèges accordés à cet état social dans les autres pays. Outre des privilèges économiques et juridiques, typiques de toute l’Europe, les nobles polonais possèdent droits politiques et garanties civiles comme celles de l’immunité corporelle (Neminem captivabimus nisi iure victum, 1433), le droit de participer à la gouvernance du pays et contrôler les décisions politiques du roi (Nihil novi, 1505), la liberté de religion et l’élection du roi par la noblesse confédérée lors des élections libres (Confédération de Varsovie, 1573), le droit de se retirer d’une allégeance si le roi rompt les lois nationales ou les conditions du pacte conclu avec la nation (pacta conventa) (1573-1609), la justice autonome (1586) et la garantie légale de la liberté d’expression (1609)5.

La noblesse polonaise reconnait l’égalité de sexe dans le domaine de la propriété. Contrairement aux autres pays européens où la femme appartient à son mari ou à sa famille, la Polonaise noble possède des terres en son nom propre6.

À partir du XVIIe siècle, la noblesse polonaise se considère comme seule et unique nation. Cette cécité pour l’existence des autres corps sociaux, critiquée déjà au XVIe siècle par, entre autres Andrzej Frycz Modrzewski ou Jan Łaski, est encore dénoncée par les réformateurs à la fin du XVIIIe siècle, ainsi que les historiens jugeant cette caste à la lumière de l’effondrement et des partages par les monarchies absolues voisines de la République des Deux Nations.

La liberté dorée et ses limites

Depuis le XVIe siècle les nobles polonais entendent par liberté l’exercice par les citoyens de leur propre volonté et non de celle de leur souverain. Le roi n’est que primus inter pares et théoriquement tout noble peut prétendre à se faire élire roi par ses pairs.

La liberté de la parole et des réunions politiques de la noblesse est complète. La communauté des nobles, agissant comme nation politique dans l’État, doit, en collaboration avec le roi électif, donc faible, gouverner le pays par l’intermédiaire de la Diète composée des dignitaires du Royaume, tous nobles, et par l’intermédiaire des communautés régionales des nobles, les diétines7.

L’essor du parlementarisme va de pair avec la liberté religieuse qui à l’époque de la Reforme fait figure d’exception en Europe. Ainsi dès la fin du XVIe siècle, l’État polono-lituanien plurinational et pluriconfessionnel comprend des Polonais, des Lituaniens, des Allemands, des Juifs, des Ruthènes c’est-à-dire des futurs Biélorussiens et des Ukrainiens, et il accueille aussi bien des catholiques, des orthodoxes et des juifs que des Arméniens et des musulmans8.

La Contre-Réforme de la fin du XVIe siècle change cet état de grâce et déséquilibre ce grand ensemble. En effet, au cours du XVIIe siècle la religion catholique devient, à côté de la langue, un facteur primordial pour la distinction de l’identité nationale polonaise par rapport aux nations voisines pratiquant l’orthodoxie (à l’est), l’islam (à l’est et au sud) et le protestantisme (à l’ouest et au nord). Cela prend d’autant plus d’importance que le XVIIe siècle est un siècle des guerres aux frontières qui se succèdent sans répit : contre la Turquie, contre la Moscovie, contre la Suède. C’est également l’époque d’un affrontement avec le Brandebourg et la Prusse. Il s’agit donc des guerres contre les orthodoxes, les musulmans et les protestants et la Pologne devient une sorte de rempart du catholicisme. C’est à cette époque et notamment après l’invasion suédoise de 1655, vécue comme une véritable croisade contre les catholiques, que l’on commence à identifier la polonité avec le catholicisme8.

Au cours de ce siècle, la République perd un tiers de sa population, une grande partie de son territoire et son statut de puissance régionale. Les villes, les mines, les fonderies, les bâtiments ruraux, les semailles sont ravagés et les troupeaux décimés9.

Indissociable du droit constitutionnel polonais, le Liberum veto appliqué dans la Diète polonaise à partir de 1652, permet à un seul député opposant d’annuler les décisions de l’Assemblée. Conçu comme une garantie contre toute atteinte aux libertés individuelles, son usage avec le temps connait des dérives et à l’époque des invasions de ses puissants voisins Russes, Autrichiens, et Prussiens, devient un instrument de la paralysie des institutions polonaises10,11.

Le manque de reformes fige le système et se traduit à la fois par l’immobilité sociale et l’ascension vers la deuxième moitié du XVIIe siècle d’une oligarchie toute-puissante de magnats. Leur domination économique et politique croissante se fait au détriment de l’importance et le nombre de la noblesse moyenne12.

Au milieu du XVIIIe siècle, une poignée de familles : Radziwiłł, Potocki, Branicki, Zamoyski, Lubomirski, Czartoryski, et Sapieha accaparent la plupart des charges héréditaires et accumulent des fortunes terriennes plus importante que celle de la Couronne. Leurs états dans l’État peuplés de centaines de milliers de serfs et leur loyalisme suspect envers la République devient la cible de toutes intrigues étrangères. Leur participation à la confédération de Targowica en 1792 qui a mené directement à la chute du pays est jusqu’à aujourd’hui symbole et synonyme de la haute trahison13.

220px-Stanislaw_Antoni_Szczuka_%281652_1654-1710%29
Noble polonais du XVIIe à la mode sarmate

Sarmatisme comme mythe fondateur de la noblesse polonaise

La nation nobiliaire plurinationale et pluriconfessionnelle a besoin d’une idéologie qui réconcilie toutes les sensibilités. À partir du XVIe siècle apparait le mythe protochroniste d’une origine commune à tous les nobles, censés être issus des Sarmates, un peuple cavalier scythe de l’Antiquité, dont la noblesse polonaise aurait hérité la vaillance, le courage et le goût de la liberté. L’identité sarmate combine un sentiment de supériorité sur les roturiers avec un égalitarisme entre nobles. On loue d’autant plus cette égalité juridique qu’elle est de plus en plus menacée par la puissance des « magnats« .

L’historien Jan Długosz est le premier à en faire un récit ; les poètes Jan Kochanowski, Mikołaj Rej et beaucoup d’autres exaltent leurs ancêtres.

Transmission de la noblesse en Pologne

Noblesse héréditaire

La noblesse polonaise est héritée par tous les membres de la famille. Les statuts de Wiślica (1346-1347) du roi Kazimierz le Grand précisent que pour appartenir à la noblesse, il faut que les deux parents en soient issus. La constitution Nihil novi de 1505 restreint l’état de noblesse à ceux qui ont les deux parents nobles et vivent dans leurs domaines familiaux, ce qui veut dire que les nobles doivent être des propriétaires terriens.

Cependant, la naissance n’est pas le seul moyen légal pour obtenir la noblesse associée au droit aux armoiries.

Noblesse personnelle

La noblesse personnelle n’était pas héréditaire. Elle concerne principalement le clergé et par le privilège du roi Sigismund Auguste de 1535, elle est également octroyés aux professeurs de l’Université de Cracovie. Au XIXe siècle, elle concerne les polonais membre à titre personnel de la noblesse d’empire ou de la noblesse pontificale.

Adoption héraldique

Dans sa forme originelle, l’adoption héraldique consiste en adoption des armoiries du roi ou celles des familles d’épée comme cela a eu lieu à l’occasion de l’Union conclue à Horodło en 1413 entre le Royaume de Pologne et le Grand duché de Lituanie. Pour sceller la fédération politique des deux états, quarante-sept familles polonaises admettent alors dans leurs blasons des boyards lituaniens fraichement convertis au catholicisme14. Par exemple, celle qui deviendra une des plus puissantes maisons de la République des Deux Nations, la famille Radziwiłł, adopte alors en personne du boyard Kristinas Astikas les armoiries Trąby de l’archevêque de Gniezno Mikołaj Trąba.

La pratique de l’adoption héraldique s’arrête en XVIe siècle, interdite par la Diète polonaise en 1616. Désormais, seule l’assemblée nationale a le droit d’élever au rang de la noblesse, ce qui équivaut au droit de vote. L’anoblissement ainsi voté est inscrit dans les constitutions parlementaires et publié.

A partir de 1669, les nouveaux anoblis ne reçoivent qu’une noblesse incomplète (skartabellat). Le droit aux dignités et charges laïques et ecclésiastiques est acquis seulement en troisième génération. En 1775, les candidats à la noblesse ont l’obligation de posséder ou acheter une propriété foncière.

Indigénat

L’intégration des nobles étrangers à la noblesse polonaise, appelée Indygenat du latin indigenatio, équivaut à l’acquisition de la citoyenneté polonaise et donc au droit de vote. Initialement, la noblesse polonaise est octroyée aux étrangers par le monarque et ensuite approuvé par la Diète. C’est le roi Stefan Batory, d’origine hongroise, qui en fait l’usage pour la première fois en 1578 pour ses fils, le cardinal André Báthory et Boldizsár Báthory.

A partir 1641, l’intégration des nobles étrangers se fait uniquement par la voie d’une résolution de la Diète polonaise. L’étranger ainsi anobli doit ensuite prêter serment d’allégeance à la République des Deux Nations et au roi. Le droit aux dignités et charges laïques et ecclésiastiques est acquis seulement en troisième génération.

À partir de 1775, les étrangers anoblis doivent aussi acquérir des terres polonaises d’une valeur précise, appartenir à l’Église catholique romaine, et s’établir dans le pays15.

Il n’est pas étonnant qu’avec cette procédure, sous toute l’ancienne République, la Diète ait validé plus de 1500 titres de noblesse aux étrangers16.

Dans la Prusse royale, vassale de la Pologne, il existait un indigénat prussien séparé.

Les titres de noblesse en Pologne

220px-Couronnes_-_2
Hiérarchie des titres de noblesse polonais et couronnes de l’héraldique polonaise

Parmi les titres portés par des familles nobles polonaises, nous retrouvons essentiellement ceux de Prince, Comte et Baron. Une seule famille polonaise porte un titre de marquis : les Wielopolski.

Aucune famille polonaise ne possède de titre qui ne soit confirmé par un document. Les usurpations de titres sont très rares17.

Dans le Royaume de Pologne et la République des Deux Nations

Spécificité polonaise, les titres de noblesse sont combattus par la noblesse polonaise comme créant des distinctions inacceptables en son sein. Lorsque vers 1420 le roi Władysław Jagiełło, sur les instances de sa troisième épouse, s’apprête à faire comte son beau-fils Jan de Pilcza, le chancelier du royaume Wojciech Jastrzębiec refuse d’apposer le sceau de l’État sur une décision qu’il juge contraire aux libertés et coutumes du pays. Pour les mêmes raisons, la noblesse polonaise s’oppose longtemps à la création d’ordres de chevalerie.

L’exception est faite cependant pour le titre de prince, réservé uniquement aux fils du roi régnant. Pour reconnaître l’importance de la famille et de la tradition, ce titre est « hérité » de manière informelle. Les seuls titres polonais anciens sont donc ceux des familles princières lituano-ruthènes confirmées dans l’acte de l’Union de Lublin de 1569.

Pour la même raison, l’ordre de l’Aigle Blanc créé au XVIIIe siècle par le roi Auguste II issu la dynastie saxonne n’est pas approuvé par la Diète polonaise. Cette distinction est donc décernée surtout à des étrangers.

Un petit nombre de familles polonaises porte toutefois un titre obtenu dans des circonstances exceptionnelles. Au XVIIIe siècle deux familles, les Poniatowski en 1764 et les Poniński en 1773, se voient accorder le titre de prince par la Diète. Quelques familles portent un titre décerné par le Saint-Siège. Par exemple, le pape Leo XIII accorde aux Sobański le titre de comte.

Sous la domination étrangère après la disparition de l’État polonais en 1795

Après la disparition de l’État polonais souverain à la suite des partages de la Pologne entre le Royaume de Prusse (protestant), l’Empire russe (orthodoxe) et l’Empire autrichien (catholique), la noblesse polonaise perd ses privilèges politiques, mais sa propriété foncière continue de lui assurer une position dominante dans la société et de conserver son prestige social12.

Les puissances occupant la Pologne entreprennent de grands travaux de vérification des titres. Pour gagner la faveur des grandes familles de l’ancienne République des Deux Nations, les occupants suivent tous la même politique. Ils confirment les titres nobiliaires à des familles riches et aristocratiques, tandis que la petite noblesse est confrontée à davantage de difficultés.

La dévolution des titres nobiliaires confirmé par les souverains prussiens, autrichiens ou russes, suit désormais les règles propres du souverain qui les a accordés. Ainsi la plupart des titres dynastiques prussiens, autrichiens et russes sont transmis par les hommes à l’ensemble de leurs enfants. Les titres du Saint-Siège ou du premier Empire français (un petit nombre de familles ont obtenu un titre de baron) sont le plus souvent personnels ou transmissibles par ordre de primogéniture masculine.

Dans l’Empire russe

L’essentiel de nouveaux « titres polonais » obtenus par des familles au XIXe siècle est décerné par l’Empire russe. Quinze familles se voient reconnaître la qualité de prince au titre du Royaume de Pologne : les Czartoryski, Czetwertyński-Światopełk (en), Drucki-Lubecki, Giedroyc, Jabłonowski (en), Lubomirski, Mirski (en), Ogiński (en), Puzyna (en), Radziwiłł, Sanguszko, Sapieha, Woroniecki (pl), Zajączek18 et même Szujski.

La noblesse polonaise bénéficie d’un traitement assez favorable sous Paul Ier, qui rétablit les diètes provinciales, et son fils Alexandre Ier, qui confie des postes importants à des Polonais comme Adam Jerzy Czartoryski ou Seweryn Potocki (pl) et développe à leur intention les universités de Vilnius et Kharkiv. La petite noblesse, ne possédant ni terres ni serfs, est proportionnellement beaucoup plus nombreuse que son équivalent russe ; beaucoup de ses membres, ne pouvant prouver leur origine noble, sont soumis à l’imposition et à la conscription. Malgré ces radiations, la szlachta représente 64% de la noblesse de l’empire en 1816 et 55% en 185019.

De nombreuses déportations au fond de l’Empire russe qui suivent les défaites des soulèvements polonais contre l’Empire russe, notamment l’Insurrection de Novembre 1830 et l’Insurrection de Janvier 1863, réduisent les rangs de la noblesse polonaise.

Une nouvelle action de légitimation de la noblesse menée dans les années 1836-1861 aboutit à un Inventaire des blasons du Royaume de Pologne (Heroldia). Il en ressort que la part de la noblesse dans la population s’est réduit.

Dans l’Empire autrichien

Dans la partition autrichienne, on introduit des rangs de noblesse. La noblesse est divisée en seigneurs (magnats) et chevaliers. La première catégorie comprend les familles titrées : les princes (uniquement les descendants des dynasties régnantes), les comtes (familles ayant reçu ce titre encore à l’époque de la République polono-lituanienne) et les barons. Le deuxième groupe est divisé en deux sous-groupes : l’ancienne noblesse (Uradel), la noblesse récente (Briefadel) et Landadel.

Dans l’Empire allemand

Dans la partition prussienne, on adopte des critères similaires de celle de l’empire autrichien en ajoutant la condition de possession de biens fonciers.

XXe siècle

En Pologne reconstituée en 1918, la noblesse en tant qu’ordre social est abolie par la Constitution de 1921. L’article 96 de cette constitution déclare que l’État polonais renaissant ne reconnait aucun blason, titre ou privilège héréditaire. La Constitution polonaise d’avril 1935 abolit (article 81, paragraphe 2) les dispositions précédentes et les citoyens sont à nouveau autorisés à utiliser leurs titres dans leurs documents personnels.

Persécutions

Au XXe siècle, beaucoup de manoirs et d’archives ont brûlé lors des deux guerres mondiales. Les occupants allemands et russes ont attaqué en priorité les élites, dont les nobles polonais.

La noblesse polonaise est perçue comme une classe hostile qui devait être exterminée par les deux puissances totalitaires qui l’ont occupée en 1939 : l’Allemagne hitlérienne et l’URSS stalinienne. Les survivants ont caché leurs origines nobiliaires sous la République populaire de Pologne pour éviter le statut compromettant de « descendants d’ennemis du peuple » 2021,22.

Les suites de la Seconde Guerre mondiale ainsi que la période de Guerre froide ont accentué ce phénomène de dissémination jusqu’à la chute du rideau de fer.

Aujourd’hui

Au XXIe siècle, la noblesse polonaise subsiste toujours, bien qu’elle soit beaucoup moins nombreuse que par les siècles passés.

On trouve toujours des nobles polonais en Pologne, essentiellement composés de descendants de la grande noblesse de Pologne. Pour le reste, il y a une dissémination de la petite noblesse polonaise dans le monde entier. De nombreux nobles ont émigré à la suite de la Première Guerre mondiale mais surtout après les révolutions russes, lesquelles représentaient pour cette population un grand danger.

La Seconde Guerre mondiale ainsi que la période de Guerre froide ont accentué ce phénomène de dissémination ; jusqu’à la chute du mur de Berlin, de nombreux nobles polonais ont quitté le pays et émigré vers l’Ouest. Parmi certains clans ou groupes, on peut citer : les Bieniewski, les Debski, les Glinski, les Princes Starza de Szolayski, les Lukawski, les Meleniewski, les Rzewuski23, les Rynski devenus par alliance Rynski d’Argence ou encore les Nabut émigrés en France comme restés en Pologne24. On trouve donc de nos jours de nombreux nobles polonais dans les pays occidentaux tels que l’Allemagne, la Belgique, la Suisse mais surtout les États-Unis et la France ; ces derniers restent discrets sur leurs origines nobles qui ont été longtemps synonyme d’un danger au XXe siècle.

Caractéristiques des noms nobles polonais

220px-Gozdawa
Blason Gozdawa, œuvre de Tomek Steifer, (peinture en trompe-l’œil imitant marbre et pierre fine)

Les noms nobles en Pologne ne sont pas précédés d’une particule nobiliaire pour signaler l’appartenance à la noblesse. Néanmoins, des signes distinctifs permettaient d’identifier les nobles.

Tout d’abord la particule nobiliaire von, qui n’est pas polonaise mais germanique et que l’on retrouve devant quelques noms nobles polonais.

Ensuite, la terminaison du nom : généralement, les noms de familles nobles polonais se terminent par -ski / -cki, originellement assimilable à la particule nobiliaire « de » ou « von », et caractéristique des anciennes familles polonaises. Cependant, avec le temps, les noms de famille polonais se terminant par -ski commencent à se répandre également parmi les bourgeois et les paysans. Le suffixe -ski peut donc être considéré comme une preuve d’origine noble lorsqu’il s’agit d’un nom formé avant la seconde moitié du XVIIIe siècle. Les noms de famille formés à partir du XIXe siècle avec les suffixes -ski et -cki n’ont rien à voir avec la noblesse, sauf une tentative de rehausser le statut social de la personne en question. Les XVIIIe et XIXe siècles connaissent une véritable avalanche de noms de famille de ce type25.

Toponymie

Autrefois, les nobles seuls avaient des noms de famille. C’étaient le plus souvent des noms de domaine, pourvus d’un suffixe. Par exemple : d’Opalenica = Opaliński, de Branice = Branicki. Il est à noter qu’au Moyen Âge, le nom d’un domaine ne passe pas au nouvel acquéreur : l’ancien propriétaire garde son nom après la vente26.

Ainsi, les noms des nobles de l’ancienne République des Deux Nations portent un suffixe en -ski ou en -cki, qui se décline pour les femmes en -ska ou en -cka et dont l’usage était autrefois réservé à la noblesse.

Armoiries

Dans la République des Deux Nations, le nom de famille est toujours accompagné du nom du blason accordé à la famille (en polonais : herb) qui est la plupart du temps différent de celui de la famille. Par exemple, les Zamoyski portent le blason Jelita (en français : intestins) sur lequel figurent trois lances, en mémoire de leur ancêtre, le chevalier Florian Szary, anobli par le roi Władysław Łokietek pour ses faits d’armes après qu’il eut ses entrailles perforées par trois lances à la bataille de Płowce en 1331. Les Zamojski partagent cette légende avec d’autres familles de leur clan héraldique Jelita.

En effet, de nombreuses familles nobles polonaises portent et signent leur nom du même blason (armoiries). Cela vient de l’ancienne pratique de la chevalerie polonaise consistant à adopter le même blason par des familles non apparentées, mais servant sous une même bannière, mais également, de la pratique de l’anoblissement par adoption héraldique.

Si dans la République des Deux Nations, les armoiries (herb) figurent systématiquement aux côtés des noms de nobles sur des documents officiels, aujourd’hui cet usage est rare et généralement officieux et oral.

Prédicats nobiliaires

Quelques familles polonaises faisaient figurer sur des écrits des prédicats nobiliaires d’origine latine : nobilis, honestus, generosus, illustris ou celcissimus. La langue latine étant très populaire en Pologne, des expressions et des tournures d’origine latine émaillent les écrits des  » Sarmates  » polonais.

Traduction dans la langue et la tradition françaises

Si aujourd’hui de multiples combinaisons existent, elles reflètent les difficultés de traduction dans la tradition de la noblesse française. Par exemple, Jan Zamoyski appartenant au clan héraldique Jelita peut combiner son nom de la manière suivante (les versions sont classées selon les évolutions chronologiques des habitudes en la matière) : M. Jan Zamoyski des amoiries Jelita ou M. Jan Zamoyski du clan Jelita (formules les plus anciennes, utilisées dans le vieux royaume de Pologne), M. Jan Jelita Zamoyski ou M. Jan Jelita-Zamoyski (formules du XVe au XVIIe siècle reprenant le modèle des noms écrit en latin), M. Jan de Jelita-Zamoyski ou M. Jan Zamoyski de Jelita (formules utilisées par les descendants des émigrés polonais venus en France au début du XIXe siècle).

Selon la tradition polonaise, le fils naturel de Napoléon, s’appelle donc le comte Alexandre Walewski des armoiries Colonna (ces armoiries lui sont coférées par des lettres patentes et mélangent les blasons de ses parents légaux : de Maria Walewska née Łączyńska et de son époux Anastazy Walewski). En France, le comte est connu sous le nom de Alexandre Colonna Walewski.

Notes et références

  1. « Nom d’un Polonais ! Quelques clefs étymologiques… » [archive], sur Association des Polonais des Grandes écoles françaises, 28 mars 2011

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes

  • Norman Davies, Histoire de la Pologne, Fayard, 1986, p. 325
  • Norman Davies, Histoire de la Pologne, Fayard, p. 361
  • « VIIe – Xe siècle : naissance d’une nation » [archive], sur larousse.fr
  • Michel Figeac, Noblesse françaises et noblesse polonaise, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006, « Noblesse et rapports sociaux », p. 609-611
  • Anna Grześkowiak-Krwawicz (dir.), Noblesse française et noblesse polonaise, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006, « La liberté polonaise : privilège nobiliaire ou idée universelle ? », p. 299-311
  • Norman Davies, Histoire de la Pologne, Fayard, 1986, p. 363-364
  • Stanisław Salmonowicz (dir.), Noblesse française et noblesse polonaise, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006, « Le pouvoir absolu du noble polonais dans son manoir », p. 153-160
  • Maciej Serwański (dir.), Chocs et ruptures en histoire religieuse, Presses universitaires de Rennes, 1998, 85-94 p. (lire en ligne [archive]), « Catholicisme et identité nationale des Polonais au XIXe siècle »
  • Stanislaw Fiszer, Réalités et représentations de la richesse dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles, 2010, Bialec, « Splendeurs de la noblesse polonaise désargentée, d’après les mémorialistes du XVIIe siècle »
  • Jean-Philippe Feldman, « Le liberum veto. Essai sur le “purgatoire de la liberté” en Pologne (XVIe – XVIIIe siècle) », Dans Droits, vol. 49,‎ janvier 2009, p. 243-253
  • Norman Davies, Histoire de la Pologne, Fayard, 1986, p. 331
  • « Szlachta » [archive], sur encyklopedia.pwn.pl/
  • Norman Davies, Histoire de la Pologne, Fayard, 1986, p. 328-329
  • Danielle Skakalski, « Noblesse lituanienne et noblesse volynienne au XVe siècle », Cahiers du monde russe et soviétique, vol. 23, nos 3-4,‎ juillet-décembre 1982, p. 275-311
  • Tadeusz Łepkowski, Słownik historii Polski, hasło „Indygenat”, Warszawa, Wiedza Powszechna, 1969, p. 115
  • Janusz Tazbir, « La culture nobiliaire en Pologne aux XVIe et XVIIIe siècles », Acta Poloniae Historica, 40,‎ 1979
  • Marcin Libicki, « La noblesse polonaise: ses origines, ses différenciations et sa fin », Communauté Franco-Polonaise,‎ 28 octobre 2011
  • Prince Piotr Vladimirovich Dolgorouky, A Handbook of the principal Families in Russia, Londres, 1858, p.152 [1] [archive].
  • Andreas Kappeler, The Russian Empire: A Multi-ethnic History, Routledge, 2014, p. 82-83 [2] [archive]
  • La classification sociale marxiste-léniniste s’appliquait aussi bien en République populaire de Pologne qu’en URSS : Viktor Pavlovitch Mokhov, (ru) Советская номенклатура как политический институт, номенклатура в истории советского общества (« La nomenklatura soviétique comme institution politique : classification et histoire de la société soviétique »), Perm 2004.
  • Alexandre Zinoviev, Le Communisme comme réalité, Julliard, 1981, p. 58-60
  • C’est sur ce barème que se basait l’action de la police politique : le 1er novembre 1918, Martyn Latsis, définit, dans le journal La Terreur rouge du 1er novembre 1918, les tâches de cette police : « La Commission extraordinaire n’est ni une commission d’enquête, ni un tribunal. C’est un organe de combat dont l’action se situe sur le front intérieur de la guerre civile. Il ne juge pas l’ennemi : il le frappe. Nous ne faisons pas la guerre contre des personnes en particulier. Nous exterminons la bourgeoisie comme classe. Ne cherchez pas, dans l’enquête, des documents et des preuves sur ce que l’accusé a fait, en acte et en paroles, contre le pouvoir soviétique. La première question que vous devez lui poser, c’est à quelle classe il appartient, quelle est son origine, son éducation, son instruction et sa profession. Ce sont ces questions qui doivent décider de son sort. Voilà la signification et l’essence de la Terreur rouge ». Cité par Viktor Tchernov dans Tche-Ka, ed. E. Pierremont, p. 20 et par Sergueï Melgounov, La Terreur rouge en Russie, 1918-1924, éditions des Syrtes, 2004, ( (ISBN 2-84545-100-8)).
  • CP Multimedia / Interencheres.com, « Art russe et noblesse polonaise » [archive], sur Dailymotion (consulté le 2 avril 2021)
  • « HYERES [VAR] : Table des mariages » [archive], sur aieuxvarois.free.fr (consulté le 2 avril 2021)
  • « Etymologia nazwisk » [archive], sur genealogiapolska.pl

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_III_(roi_de_France)

Henri III (roi de France)

Page d’aide sur l’homonymie

Pour les articles homonymes, voir Henri III, Henri d’Anjou et Henri Ier.

Page d’aide sur l’homonymie

Ne doit pas être confondu avec Henri Valois.

Henri III
Illustration.
Portrait au crayon du roi Henri III avec sa toque chargée d’aigrette et cordons de diamants, dessin de Étienne Dumonstier, Paris, BnF, département des estampes, vers 15861.
Titre
Roi de France
30 mai 15742 août 1589
(15 ans, 2 mois et 3 jours)
Couronnement 13 février 1575,
en la cathédrale de Reims
Gouvernement Ministres d’Henri III de France
Prédécesseur Charles IX
Successeur Henri IV
Roi de Pologne et grand-duc de Lituanie
(Henri Ier)
11 mai 157312 mai 1575
(2 ans et 1 jour)
Couronnement 21 février 1574,
en la cathédrale du Wawel
Élection 11 mai 1573
Prédécesseur Sigismond II
Successeur Étienne Ier
Biographie
Dynastie Valois-Angoulême
Nom de naissance Alexandre Édouard de France
Date de naissance 19 septembre 1551
Lieu de naissance Château de Fontainebleau (France)
Date de décès 2 août 1589 (à 37 ans)
Lieu de décès Château de Saint-Cloud (France)
Nature du décès Assassinat
Sépulture Basilique de Saint-Denis
Père Henri II
Mère Catherine de Médicis
Conjoint Louise de Lorraine-Vaudémont
Héritier François de France
(1574-1584)
Henri de Bourbon
(1584-1585)
Charles de Bourbon
(1585-1588)
Henri de Bourbon
(1589)
Religion Catholicisme
Résidence Palais du Louvre
Château de Blois
Château de Saint-Cloud

Signature de Henri III

Henri III (roi de France)
Monarques de Pologne
Monarques de Lituanie
Monarques de France
modifier Consultez la documentation du modèle

Henri IIIn 1, né le 19 septembre 1551 à Fontainebleau et mort assassiné le 2 août 1589 à Saint-Cloud, est roi de Pologne sous le nom d’Henri Ier (Henryk en polonais) de 1573 à 1575 et roi de France de 1574 à 1589. Il est le dernier monarque de la dynastie des Valois.

Quatrième fils du roi Henri II et de la reine Catherine de Médicis, Henri n’est pas destiné à la couronne. Sous le règne de son frère Charles IX, il s’illustre comme chef de l’armée royale en remportant sur les protestants les batailles de Jarnac et de Moncontour. À l’âge de 21 ans, il se porte candidat pour le trône vacant de Pologne et se voit élu sous le nom d’Henryk Walezy, roi de Pologne et grand-duc de Lituanie. Son règne est bref, puisqu’à l’annonce de la mort de son frère, sans descendant mâle, il abandonne son royaume pour lui succéder sur le trône de France.

En devenant roi de France, Henri III hérite d’un royaume divisé où son autorité n’est que partiellement reconnue. Son règne est marqué par d’importants problèmes religieux, politiques et économiques. Quatre guerres de Religion se déroulent sous son règne. Henri III doit faire face à des partis politiques et religieux soutenus par des puissances étrangères qui finissent par venir à bout de son autorité : le parti des Malcontents, le parti des protestants et, enfin, la Ligue. Il meurt à Saint-Cloud après avoir été poignardé par le moine Jacques Clément.

Son emblème est constitué de trois couronnes, symbolisant les royaumes de France et de Pologne ainsi qu’une devise qui explique la troisième couronne : « Manet ultima cælo » (« La dernière se trouve au ciel »).

220px-Workshop_of_Fran%C3%A7ois_Clouet_Catherine_de%27_Medici_and_her_Children
Catherine de Médicis, avec ses enfants, le jeune roi Charles IX, Henri (futur Henri III), alors duc d’Orléans, François, futur duc d’Alençon et leur sœur Marguerite (futur reine Margot, épouse d’Henri IV), 1661, atelier de François Clouet.

Premières années

Jeunesse

240px-Henri_duc_d%27Anjou
Henri, duc d’Anjou.
Portrait au crayon par Jean Decourt, Paris, BnF, département des estampes, vers 1570.
Le jeune prince se fait remarquer par son élégancen 2 et l’entretien de son apparence.

Quatrième fils du roi Henri II et de la reine Catherine de Médicis, le nouveau-né est initialement baptisé le 5 décembre dans la chapelle haute Saint-Saturnin sous le prénom d’Alexandre Édouard (prénoms de ses deux parrains, le cardinal Alexandre Farnèse, allié des Français en Italie, et le jeune roi Édouard VI d’Angleterre)2, et titré duc d’Angoulême. En 1560, à l’avènement de son frère Charles IX, il devient duc d’Orléans. Il prend lors de sa confirmation à Toulouse, le 17 mars 1565, le prénom de son père : Henri3. Le 8 février 1566, il devient duc d’Anjou.

Jusqu’à la mort de son père, Henri grandit avec ses frères et sœurs aux châteaux de Blois et d’Amboise. Au sortir de la petite enfance, il est confié à deux précepteurs connus pour leur humanisme, Jacques Amyot et François de Carnavalet. C’est auprès d’eux qu’il apprend à aimer les lettres et les discussions intellectuelles4.

Il exerce très tôt son rôle de prince royal. À 9 ans, il siège à côté de son frère le roi Charles IX aux états généraux de 1560. Il l’accompagne ensuite dans son grand tour de France et en 1565, à l’âge de quatorze ans, il se voit chargé, à l’occasion de l’entrevue de Bayonne d’aller en Espagne chercher sa sœur la reine Élisabeth.

En grandissant, il devient l’enfant préféré de sa mère Catherine de Médicis qui désire qu’Henri devienne le plus ferme appui de la royauté. Le 12 novembre 1567, jour de la mort du connétable Anne de Montmorency, le jeune prince est nommé lieutenant général du Royaume, haute charge militaire qui fait de lui le chef des armées royales. À seize ans, le duc d’Anjou devient ainsi « une sorte d’alter ego du monarque », destinataire des doubles de toutes les dépêches. Bien qu’Henri commande officiellement l’armée, l’autorité effective reste toutefois assumée par Gaspard de Saulx-Tavannes, lieutenant général de Bourgogne et seigneur catholique rompu à l’art de la guerre5. Cette nomination contrarie les ambitions politiques du prince Louis de Condé, qui convoitait également cette charge. Leur mauvaise entente pousse Condé, également chef des protestants, à quitter la cour et à rouvrir les hostilités.

Henri s’investit alors personnellement durant les deuxième et troisième guerres de Religion. Adroitement conseillé par Gaspard de Saulx-Tavannes, il s’illustre en remportant la bataille de Jarnac, au cours de laquelle Condé est assassiné en 1569 par Joseph-François de Montesquiou, capitaine de ses gardes, puis celle de Moncontour. Henri laisse la dépouille princière être tournée en ridicule par le peuple et promenée pendant deux jours sur une ânesse, s’attirant ainsi la rancœur d’Henri Ier de Bourbon-Condé, le fils et successeur de Louis.

Les hauts faits militaires d’Henri durant la guerre ont développé sa réputation en Europe tout en attisant la jalousie du roi son frère, à peine plus âgé que lui. Sa grâce et sa popularité, ainsi que sa pratique de l’ingérence politique, irritent Charles IX, avec qui Henri s’entend de plus en plus mal.

Très tôt, le duc d’Anjou est confronté à la politique. Plus proche des Guise que des Montmorency, il prône au sein du conseil royal — où sa mère l’a introduit — une politique de rigueur contre les protestants. Son ambition de gouverner et ses aptitudes à le faire font de lui, aux yeux de ses contemporains, un successeur potentiel très attendu. Catherine de Médicis nourrit l’ambition de lui faire épouser une haute princesse, mais Henri n’a d’yeux que pour la belle Marie de Clèves. Tandis que la reine mère persiste à vouloir donner à son fils une couronne royale en Europe, les tractations avec Élisabeth Ire, reine d’Angleterre, échouent à cause des exigences religieuses du prince.

Durant les épisodes de la Saint-Barthélemy, Henri prend parti pour une action contre les chefs protestants : s’il n’est pas possible de prouver sa présence dans les rues au moment du massacre, il est en revanche certain que ses hommes participent activement au meurtre des militaires protestantsn 3,6,7.

En janvier 1573, le roi lui confie le commandement de l’armée pour s’emparer de la ville de La Rochelle, capitale du protestantisme français. Malgré les moyens utilisés, le siège s’avère un échec. Les pertes du côté catholique sont importantes et Henri lui-même est blessé. La trêve est sonnée quand Henri apprend de sa mère qu’il a été élu roi de Pologne.

Roi de Pologne et grand-duc de Lituanie

220px-Henri_III_-_portrait_grav%C3%A9
Henri III, Paris, BnF, département des estampes, XVIe siècle.

La reine Catherine envoie l’évêque de Valence, Jean de Monluc, accompagné de son secrétaire Jean Choisnin, conseiller du roi, en ambassade extraordinaire pour soutenir devant la Diète la candidature de son fils au trône polonais, lors de l’élection libre de 1573. Grâce à son talent de diplomate, l’évêque iréniste Monluc réussit à convaincre les 40 000 nobles électeurs (catholiques et calvinistes, malgré la nouvelle du massacre de la Saint-Barthélemy qui compromet les chances d’Henri)8. Le 11 mai 1573, Henri est élu roi de la Rzeczpospolita de Pologne-Lituanie sous le nom d’Henri de Valois (Henryk Walezy). Le 19 août 1573, une grande délégation polonaise composée de 10 ambassadeurs et 250 gentilshommes est expédiée en France pour aller le chercher. Le nouveau roi est obligé de signer la première Pacta Conventa et Les Articles du Roi Henry (Artykuły Henrykowskie), que tous les souverains polono-lituaniens de l’avenir auront à respecter. Selon ces documents Henri doit arrêter les persécutions contre les protestants en France et estimer la tolérance religieuse en Pologne conforme à la Confédération de Varsovie (Konfederacja Warszawska, 1573). Henri, aucunement pressé de quitter la France, fait traîner son départ mais doit s’exécuter devant les exigences du roi son frère, à qui il fait ses adieux en décembre 1573.

Parti de Fontainebleau, il arrive à Cracovie le 18 février 1574 après une traversée assez difficile des pays allemands. Il est accompagné par une troupe nombreuse de gentilshommes de qualité : Albert de Gondi, René de Villequier, Louis de Gonzague, Charles de Mayenne, François d’O9.

Le 21 février, le jeune prince de 23 ans est sacré roi dans la cathédrale Saint-Stanislas10, mais refuse d’épouser Anna Jagellon, sœur de Sigismond II Auguste, une femme quinquagénaire qu’il juge « laide »11.

Il apprend par une lettre le 14 juin 1574 la mort de son frère Charles, et songe alors à quitter la Pologne. Un roi de Pologne ne jouit pas d’autant de pouvoir qu’un roi de France et Henri regrette la cour de France réputée dans toute l’Europe pour ses fêtes. Sans la permission de la diète de Pologne, il s’échappe en catimini dans la nuit du 18 juin 1574 du palais royal du Wawel.

À des égards, la culture polonaise aurait eu une influence sur la France.[non neutre] À Wawel, les Français ont été initiés aux nouvelles installations septiques, dans lesquelles la litière (excréments) a été emportée à l’extérieur des murs du château. De retour en France, Henri aurait voulu ordonner la construction de telles installations au Louvre et dans d’autres palais.[source insuffisante] 12,13,14,15,16,17.

Après un interrègne de dix-huit mois, la diète élit un nouveau roi de Pologne en la personne d’Étienne Báthory, prince de Transylvanie (1575).

Retour en France

220px-Henri_III_re%C3%A7u_%C3%A0_la_villa_Contarini
Henri III reçu à la Villa Contarini.
Fresque marouflée sur toile de Giambattista Tiepolo, vers 1745, Paris, musée Jacquemart-André.

Henri arrive à Vienne en Autriche, le 23 juin où il rencontre l’empereur Maximilien II. La capitale autrichienne l’accueille avec faste et il y dépense près de 150 000 écus. Il atteint ensuite l’Italie et s’y arrête plus longuement.

220px-Louise_de_Lorraine
Louise de Lorraine, vers 1575.

La magnificence avec laquelle la république de Venise le reçoit à son tour émerveille le jeune souverain18. Il a peut-être là une brève liaison avec la courtisane Veronica Franco.

Il passe ensuite à Padoue, Ferrare et Mantoue. En août, il est à Monza où il rencontre Charles Borromée qui l’impressionne vivement. À Turin, il retrouve sa tante Marguerite de France, puis le duc de Savoie vient le chercher pour l’emmener à Chambéry. Il traverse donc les Alpes à bord d’une litière vitrée. Il rapporte certaines modes, notamment – selon la légende – celle de la fourchette19.

Il arrive à Chambéry le 2 septembre 1574 où il retrouve son frère François d’Alençon et son cousin Henri de Navarre. Le 6 septembre il est accueilli à Lyon par sa mère. Il souhaite l’annulation du mariage de Marie de Clèves afin de l’épouser, mais le 30 octobre, alors qu’il vient d’arriver à Avignon, il apprend la mort de celle-ci. Cette nouvelle l’anéantit et il refuse de s’alimenter pendant dix jours.

Le 13 février 1575, Henri troisième du nom, est sacré dans la cathédrale de Reims par le cardinal de Guise. Lors du sacre, la couronne de sacre manque à plusieurs reprises de tomber de la tête du nouveau souverain, et les célébrants oublient de faire jouer le Te Deum. Le 15 février, il épouse Louise de Vaudémont-Nomény, princesse de Lorraine. Il n’a pas d’enfant de ce mariage d’amour20.

Roi de France

Le début d’un règne marqué par la guerre

220px-Henri_1574_yy
Portrait équestre du roi Henri III.
Chantilly, musée Condé, XVIe siècle.
Lors de son avènement, le souverain apparaît sur un fond de ruines comme l’élu qui restaurera la France.

Dès son avènement, Henri III se voit confronté à la guerre menée par Henri de Montmorency, comte de Damville, dit roi du Languedoc. À la Cour, il doit faire face aux complots fomentés par son frère François d’Alençon, qui mène le parti « des Malcontents », et le roi de Navarre, le futur Henri IV, lesquels finissent par s’enfuir de la cour et prendre les armes. Tandis qu’Alençon s’allie avec le parti protestant, le roi de Navarre retourne à la religion calviniste. La campagne qui s’engage alors s’avère désastreuse pour le roi. Le prince de Condé a fait appel au fils du comte palatin du Rhin Jean Casimir, qui vient avec ses mercenaires menacer Paris. Malgré la victoire du duc de Guise à Dormans sur l’avant-garde, Henri III doit s’incliner. Le 6 mai 1576, il accorde l’édit de Beaulieu, autrement appelé la paix de Monsieur dont son frère François sort principal gagnant. Henri III lui accorde le titre de duc d’Anjou. Les protestants obtiennent quant à eux de très nombreux avantages, ce qui renforce la rancœur des catholiques et contribue à faire naître les premières ligues.

Humilié, Henri III ne cherche qu’à prendre sa revanche. Il doit tout d’abord réunir à la fin de l’année les états généraux à Blois dans le but de combler les déficits budgétaires causés par la guerre. Sous la pression des députés catholiques, Henri III décide de reprendre la guerre contre les protestants. Auparavant, il a pris soin de se réconcilier avec son frère qui, comblé de bienfaits, marche à ses côtés. Henri de Montmorency se rallie également à la cause royale. Ainsi débute la 6e guerre de Religion qui se déroule principalement en Languedoc. La ville de Montpellier, prise par les protestants, voit sa citadelle rasée par les troupes catholiques. Le 17 septembre 1577, la paix de Bergerac est signée entre les belligérants et l’édit de Poitiers restreint quelque peu les libertés accordées aux protestants dans l’édit précédent.

Une puissance encore fragile

Henri III laisse à sa mère Catherine de Médicis le soin de parfaire la paix. Elle effectue un séjour à Nérac où elle réconcilie le couple Navarre et signe le 28 février 1579, un édit accordant aux protestants trois places de sûreté en Guyenne et onze places en Languedoc, pour une durée de six mois. Elle entame ensuite un grand tour du royaume de France.

Les efforts de la reine-mère n’empêchent pas la guerre de se rallumer très brièvement. En 1580, la 7e guerre de Religion appelée « guerre des Amoureux », éclate en France. Elle sera de très courte durée et le frère du roi François, duc d’Alençon et d’Anjou, négocie la paix du Fleix le 26 novembre 1580. Les négociateurs prévoient une trêve de six ans.

Toujours sur les conseils de sa mère, Henri III soutient les ambitions du duc d’Alençon aux Pays-Bas, tout en le désavouant devant l’ambassadeur espagnol. Conscient des fragilités du pays, le roi ne veut pas se risquer à un conflit ouvert avec l’Espagne. Ses relations avec Philippe II d’Espagne sont alors au plus bas. En 1582, la France soutient Antoine, prétendant au trône du Portugal, alors que Philippe II occupe le pays. Commandée par Philippe Strozzi, la flotte française est lourdement mise en échec à la bataille des Açores, permettant l’annexion de l’Empire portugais par l’Espagne. Les Français sont exécutés sans pitié et Strozzi trouve la mort.

La même année, les Français échouent également aux Pays-Bas avec la retraite désastreuse de François d’Anjou. Après la furie française d’Anvers, le prince français doit se retirer faute de moyens, ce qui amène les Espagnols à reprendre le contrôle de la Flandre, qu’ils avaient perdu. Devant la montée en puissance de l’Espagne, Henri III resserre plus que jamais l’alliance avec la reine Élisabeth Ire d’Angleterre et reçoit l’ordre de la Jarretière.

Sa façon de gouverner

220px-Henri_III_pr%C3%A9sidant_la_premi%C3%A8re_c%C3%A9r%C3%A9monie_de_l%27ordre_du_Saint_Esprit
Henri III préside la première cérémonie de l’ordre du Saint-Esprit, enluminure de Guillaume Richardière, 1586.

Henri III est un chef d’État qui aime prendre connaissance des affaires du royaume et entend être au courant de tout. Dans son conseil, il s’entoure de juristes compétents, comme le comte de Cheverny ou Pomponne de Bellièvre.

À la cour, il aime promouvoir des hommes de noblesse moyenne, à qui il va donner de très hautes responsabilités, à l’image des ducs de Joyeuse et d’Épernon. Henri III veut s’appuyer sur ces hommes neufs, qui lui sont complètement dévoués, pour régner. De cette façon, Henri III marginalise les plus grandes familles nobles, qui pourraient constituer un obstacle au pouvoir royal. Sa cour voit donc apparaître des favoris qui connaissent, grâce au roi, une fortune fulgurante et qu’on va appeler vulgairement les mignons. Pour concrétiser ce projet il crée en 1578 l’ordre du Saint-Esprit, un ordre de chevalerie très prestigieux qui rassemble autour de la personne royale les gentilshommes les plus distingués de la haute société.

250px-Franc_d%27Henri_III_au_col_frais%C3%A9
Franc d’Henri III au col fraisé.

Le roi aime impressionner ses sujets et organise des fêtes somptueuses, comme celles données en l’honneur du duc de Joyeuse en 1581. À cette occasion, on joue à la cour le somptueux Ballet comique de la reine.

Le souverain offre également d’importantes sommes d’argent en récompense aux serviteurs les plus zélés. Toutes ces dépenses, fortement critiquées ne manquent pas d’approfondir la dette du Royaume mais, pour le roi, qui n’hésite pas à emprunter d’importantes sommes au Grand Prévôt Richelieu (père du cardinal de Richelieu) ou au financier Scipion Sardini, la restauration de la puissance royale demeure la priorité.

Par ailleurs, Henri III organise plusieurs réformes importantes, notamment des réformes monétaires devant régler les problèmes financiers du Royaume.

Le souverain rend également l’étiquette de la cour plus stricte, préfigurant ainsi celle de Versailles un siècle plus tard. Comme Louis XIV ultérieurement, Henri III cherche à mettre sa majesté en valeur. C’est ainsi qu’apparaissent les barrières qui empêchent les courtisans de s’approcher de la table et du lit royal21.

La Ligue

220px-Henri_III_au_pied_du_Christ_en_croix%2C_1580
Henri III agenouillé aux pieds du Christ en croix (vers 1580).
220px-Guise
Le duc Henri de Guise, peintre anonyme, musée Carnavalet (vers 1580-1585).

La paix relative accommodée pendant quelques années dans le Royaume se voit minée lorsque François, le frère du roi, meurt de tuberculose en 1584 sans enfant. Henri III lui-même ne parvient pas à en avoir. Enceinte au début de son mariage, la reine Louise n’a conçu que de faux espoirs. La dynastie des Valois est donc condamnée à s’éteindre. Selon la loi salique, l’héritage de la couronne reviendrait à la maison de Bourbon dont le chef, protestant, s’avère Henri, roi de Navarre. Pour les catholiques, l’accession au trône d’un huguenot demeure rédhibitoire ; même la réconciliation entre le roi de France et le roi de Navarre est inacceptable.

Le duc de Guise, craignant l’arrivée sur le trône d’Henri de Navarre, signe avec l’Espagne un traité secret. Contre 50 000 écus mensuels, le duc s’engage à empêcher Henri de devenir roi de France et à placer plutôt le cardinal de Bourbon, catholique, sur le trône.

Sous la pression de la Ligue et de son chef, le très populaire duc de Guise, Henri III se voit contraint de signer le traité de Nemours le 7 juillet 1585. Le roi s’y engage à « bouter les hérétiques hors du royaume » et à faire la guerre à Henri de Navarre, son propre héritier. La huitième et dernière guerre de Religion commence. On la nomme « guerre des Trois Henri », car Henri de Guise, Henri III de France, et Henri III de Navarre incarnent les trois belligérants.

En février 1587, Henri reçoit une lettre de Marie Stuart sur le point d’être exécutée par Élisabeth Ire, reine d’Angleterre. Quelque temps plus tard, la France rend hommage à son ancienne reine, Marie. En mars 1587, alors qu’il est en visite à Saint-Germain-en-Laye, Henri III manque de se faire enlever par la faction de la Ligue catholique et du roi d’Espagne. Cette conspiration bientôt découverte, échoue22,23.

Dernières années de règne

220px-Henri3France
Henri III par François Quesnel (vers 1588). Marqué par les malheurs de son temps, le roi adopte une vie austère et consacrée à la prière. En respectant la liturgie romaine, le roi et sa chapelle assistaient quotidiennement aux offices de la liturgie des Heures, à partir de cinq heures du matin, selon les bréviaire romain et missel romain24.

Le 20 octobre 1587, à la bataille de Coutras, les troupes catholiques du roi dirigées par le duc de Joyeuse se heurtent à celles d’Henri de Navarre, en route depuis La Rochelle pour rallier une armée de 35 000 huguenots qui doit marcher sur Paris. Pour l’armée catholique, la confrontation tourne à la catastrophe : 2 000 de ses soldats y périssent, alors qu’Henri de Navarre n’en perd que quarante. Le duc de Joyeuse est tué, ainsi que son frère Claude de Saint-Sauveur.

Les ambitions de la Ligue catholique et l’ampleur du mouvement qu’elle représente font ombrage au roi qui la prend en haine. Henri III tente par tous les moyens de freiner son expansion. Très vite, un fossé se creuse entre lui et les milieux catholiques urbains. Les catholiques lui reprochent son manque de vitalité et d’utilité dans la guerre contre les protestants. Henri III, en effet, se préoccupe davantage des ambitions de la Ligue que des protestants. L’image du roi, ridiculisé par les pamphlets de la Ligue et par les sermons des curés parisiens, se détériore considérablement dans les milieux populaires. Le 8 mai 1588, le duc de Guise, malgré l’interdiction qui lui en avait été faite, entre à Paris. Craignant une prise de pouvoir des ultra-catholiques, Henri III fait, le 12 mai, entrer les Suisses et les Gardes-Françaises dans la capitale, ce qui déclenche une insurrection25. C’est la journée des barricades. Le 13 mai 1588, le roi quitte Paris pour Chartres.

Le 1er août 1588, Catherine de Médicis et Henri de Guise se rendent à Chartres et demandent au roi de revenir à Paris. Il refuse. Dissimulant son intention de se débarrasser de la Ligue, il signe à Rouen l’édit d’union qui fait siennes les intentions de la Ligue. Dans le but d’obtenir des crédits pour poursuivre la guerre, il convoque les états généraux à Blois et congédie les membres de son conseil les plus fidèles, Bellièvre, Cheverny et Villeroy, même le duc d’Épernon, bête noire de la Ligue, est officiellement disgracié.

Croyant rétablir son autorité par un « coup de majesté », il fait assassinern 4 le duc de Guise le 23 décembre au matin et le lendemain, son frère le cardinal de Guise, jugé aussi dangereux que son frère, à coups de hallebarde. À Blois, il fait arrêter les ligueurs et les membres de la famille des Guise. Le 5 janvier 1589, il est au chevet de sa vieille mère qui meurt dans la nuit. L’assassinat du duc de Guise provoque le soulèvement immédiat de la France ligueuse. À Paris, la Sorbonne délie de son serment de fidélité le peuple de France, alors que les prêcheurs appellent au meurtre. Toutes les villes et les provinces suivent, à l’exception de Tours, Blois et Beaugency, proches du roi, et Bordeaux (tenue par Matignon), Angers (d’Aumont) et le Dauphiné (d’Ornano)26. Abandonnant Blois, le roi se réfugie à Tours le 6 mars 1589. Isolé, traqué par le duc de Mayenne près d’Amboise, Henri III se voit contraint de se réconcilier et de traiter avec le roi de Navarre le 3 avril 1589. Les deux hommes (Henri III et Henri de Navarre futur Henri IV) se rencontrent au Plessis-lèz-Tours le 30 avril 1589. Troupes royales et troupes protestantes s’unissent alors pour combattre la Ligue. Henri de Navarre s’étant porté sur Chinon, le chef de la Ligue Charles de Mayenne lance son offensive contre Tours le 8 mai 1589. Alors qu’il s’est rendu à l’abbaye de Marmoutier, sur la rive droite de la Loire, pour entendre la messe, Henri III manque d’être surpris par l’avant-garde ligueuse menée par le chevalier d’Aumale. Les assaillants donnent l’assaut contre le faubourg Saint-Symphorien, qui est sauvagement pillé. Dans les Îles de la Loire et sur le pont, l’engagement se montre d’une extrême violence. Bien que les royaux aient perdu deux fois plus d’hommes que les ligueurs, ils restent maîtres de la ville de Tours grâce aux renforts huguenots de François de Coligny (fils du fameux amiral Gaspard II de Coligny). Les royalistes se rallient peu à peu, et permettent aux rois de France et de Navarre de faire campagne pour aller assiéger Paris, plongé dans un délire fanatique27. Les deux rois ont réuni une armée de plus de 30 000 hommes qui s’apprête à assiéger la capitale. Le duc d’Épernon les rejoint avec un renfort de 15 000 hommes principalement composés de Suisses. Paris est alors défendue par 45 000 hommes de la milice bourgeoise, armée par le roi d’Espagne Philippe II.

Assassinat

Article détaillé : Assassinat d’Henri III.
250px-Jacques_Cl%C3%A9ment
Assassinat du roi Henri III par le moine Jacques Clément.
Détail d’une estampe gravée par Frans Hogenberg, Paris, BnF, département des estampes, XVIe siècle.

Installé à Saint-Cloud dans l’attente du siège de Paris, ce 1er août 1589, vers huit heures du matin, Henri III accueille sur sa chaise percée28,n 5 le procureur général accompagné d’un moine dominicain ligueur, Jacques Clément, qui se dit porteur de nouvelles en provenance du Louvre. Devant l’insistance du religieux à vouloir parler en privé avec le souverain, Roger de Bellegarde, premier gentilhomme de la Chambre, laisse le moine s’approcher du roi. Selon les versions des chroniqueurs de l’époque, le roi reste sur sa chaise percée ou se lève pour s’entretenir dans l’embrasure d’une fenêtre29,30. Jacques Clément en profite pour frapper le roi au bas ventre avec le couteau qu’il tient dissimulé sous son habit. Henri III s’exclame : « Ah, mon Dieu ! », puis arrache le couteau de son intestin perforé et frappe son assaillant au visage en s’écriant : « Méchant, tu m’as tué ! »31. Ce sont deux soldats du régiment de Comblanc qui introduisirent Jacques Clément dans le camp d’Henri III32.

Au bruit, les gardes du roi, les fameux Quarante-cinq, accourent, transpercent le moine de leurs épées et le jettent par la fenêtre. Dans un premier temps, les médecins minimisent la gravité de la blessure, remettent les intestins en place et recousent la plaie. Henri III parvient à dicter des lettres aux villes qui lui obéissent afin de couper court aux rumeurs. À sa femme restée à Chenonceau, il affirme même que dans quelques jours, il pourra monter de nouveau à cheval. Toutefois, à l’occasion d’une visite de son cousin Henri de Navarre, le roi de France aurait harangué ses serviteurs de respecter les règles de passation de pouvoir en reconnaissant le roi de Navarre comme son successeur légitime33.

Cependant, le soir venu, la péritonite progresse et ses souffrances augmentent. Après une douloureuse agonie, il meurt le 2 août 1589 vers 3 heures du matin. Henri de Navarre lui succède sous le nom d’Henri IV.

Henri III est le dernier souverain de la maison capétienne de Valois, laquelle a régné sur la France de 1328 à 1589.

Le mystère Henri III

« Ce Roy étoit un bon prince, s’il eût rencontré un meilleur siècle. »34 Ce sont les mots utilisés par le chroniqueur Pierre de L’Estoile à la mort du roi pour rappeler qu’en dépit de sa personnalité particulière et de l’explosion de haine qu’il a pu susciter, Henri III avait démontré aussi ses qualités. Aujourd’hui encore, sa personnalité fait l’objet de discussions, notamment à propos de sa sexualité.

Sa personnalité

250px-Un_bal_%C3%A0_la_cour_d%27Henri_III
Bal à la cour du roi Henri III en présence de la reine, de la reine mère, des ducs de Guise et de Mayenne.
Paris, musée du Louvre, vers 1580.
200px-Henri_III_Valois
Henri III met à la mode le port de la perle blanche en simple pendant d’oreille35.

Henri III s’affirme comme un homme de contrastes, présentant plusieurs facettes. Fier, il se distingue par des manières distinguées et solennelles mais, homme extravagant, il prise les divertissements et les plaisirs. Sa personnalité s’avère complexe : une apparente douceur cache un esprit nerveux et inflexible.

Homme élégant, il incarne la grâce et la majesté d’un roi. Il apprécie la mode et ses extravagances (boucles d’oreilles et fraise imposante). Homme d’une grande douceur, abhorrant la violence, il évite toute confrontation belliqueuse et délaisse les activités physiques bien qu’il soit une des plus fines lames du Royaume. Son dégoût de la chasse et des activités guerrières, privilèges des nobles, et son goût pour la propreté et l’hygiène, lui valent des critiques acerbes de la part de ses contemporains qui le considèrent comme un roi efféminé.

Formé dans un milieu humaniste, le roi encourage le monde des lettres en protégeant des écrivains (Desportes, Montaigne, du Perron). Il s’adonne lui-même à la philosophie et, malgré son opposition politique aux protestants, il fait venir l’imprimeur Estienne à Paris.

Henri III préfère travailler dans son cabinet avec ses ministres plutôt que faire la guerre, d’autant plus que sa santé s’avère fragile. Il souffre de divers maux : gale, coliques néphrétiques, ophtalmies, fistules à l’oreille et au nez36. Cela ne l’empêche aucunement de faire plusieurs campagnes militaires et de rester ferme quand il donne l’ordre de tirer sur le prince de Condé à Jarnac. Homme d’une vive intelligence, il fait généralement preuve de mansuétude vis-à-vis de ses adversaires et des villes rebelles qu’il reconquiert. De même, il recherche toujours les solutions diplomatiques, ce qui lui vaut parfois quelques revers.

Homme pieux, profondément croyant, sa piété se développe encore avec l’âge. Les malheurs qui l’accablent à la fin de son règne exacerbent sa foi catholique ; ainsi, il s’adonne de manière ostentatoire aux processions des pénitents. Séduit par la piété des confréries de pénitents lorsqu’il séjourna en Avignon ; à son retour de Pologne en 1574, il institue le 20 mars 1583 la Confrérie des Pénitents blancs de l’Annonciation Notre-Dame dont il est un membre actif37. De nature nerveuse, le roi s’avère un grand malade. Il croit que ses maux, l’absence d’héritier, de même que les afflictions de son royaume sont causés par ses péchés. Il passe donc son temps à se mortifier dans des monastères où, pendant quelques jours, il prend une retraite spirituelle.

Ses maîtresses

220px-Henri_III_et_Louise_de_Lorraine_-_tapisseries_des_Valois_-_d%C3%A9tail

Les contemporains d’Henri III nous ont décrit le roi comme un homme appréciant beaucoup les femmes. Si ses amantes sont assez peu connues, c’est qu’Henri III ne leur a jamais conféré le titre de maîtresse officielle.

Dans sa jeunesse, Henri III se fait remarquer par une fréquentation assidue des femmes, au point que sa réputation et sa santé en pâtissent38. En 1582, l’ambassadeur italien Lorenzo Priuli dit : « Le roi a aussi eu quelques maladies pour avoir fréquenté dans sa jeunesse trop familièrement les femmes39. » Michelet attribue la dégénérescence des trois derniers Valois à la syphilis de François Ier, Henri II ayant pu transmettre la bactérie tréponème pâle de cette maladie à son fils40.

Parmi ses maîtresses les plus célèbres figurent Louise de La Béraudière (de plus de vingt ans son aînée), Françoise Babou de la Bourdaisière (mère de Gabrielle d’Estrées) et Renée de Rieux, issues de la moyenne noblesse38. Il fréquente également lors de son périple italien qui le ramène de Pologne en juin 1574, Veronica Franco, une courtisane vénitienne fort renommée à l’époque. À la même date, il entretient aussi une relation platonique avec la princesse de Condé, Marie de Clèves, pour qui il éprouve une passion démesurée. Sa mort survenue brutalement en 1574 conduit le roi à prendre un deuil particulièrement ostensible qui étonne la cour.

Après son mariage avec Louise de Lorraine, les aventures d’Henri III paraissent plus discrètes. Par respect pour son épouse qu’il aime, il organise ses rendez-vous avec les dames galantes à l’écart du palais, dans des hôtels particuliers parisiens. Fait exceptionnel, Henri III a choisi Louise de Lorraine pour sa beauté et son esprit et non pas pour des raisons politiques, comme c’est le cas pour la plupart des mariages royaux. Louise de Lorraine tient une place très importante dans la vie sentimentale et spirituelle du roi. Un jour que Catherine de Médicis entre dans ses appartements sans se faire annoncer, elle la surprend en intimité sur les genoux de son mari41. Cette intimité quasi exceptionnelle du couple royal n’empêche toutefois pas le roi de poursuivre ses aventures furtives avec une multitude de jeunes filles belles et enjouées (mesdemoiselles d’Assy, de La Mirandole, de Pont, de Stavay, ou encore une des sœurs de Gabrielle d’Estrées42). Louise de Lorraine et Catherine de Médicis, toutes les deux fort pointilleuses sur la moralité à la cour, possèdent alors suffisamment d’influence sur le roi pour faire chasser ces maîtresses d’un jour.

Ses favoris

220px-Annejoyeuse
220px-Jean_Louis_de_Nogaret_de_La_Valette
"divers éléments"
Henri III poussant du pied le cadavre du duc de Guise, peinture romantique de Charles Durupt, musée des Beaux-Arts de Blois (1832).
À droite de la composition, l’artiste dépeint deux mignons portant des pourpoints de couleur jaune et rose. Leur attitude maniérée ainsi que le bilboquet arboré par l’un d’entre eux soulignent le caractère frivole de ces courtisans, conformément aux représentations héritées des propagandes huguenote et ligueuse.

Longtemps, l’image véhiculée d’Henri III a été indissociable de celle de ses favoris plus couramment appelés mignons43, terme pourtant déjà en vogue au XVe siècle44. Au XIXe siècle, c’est un thème à la mode et plusieurs peintres et auteurs romantiques s’y sont essayés. Henri III est alors décrit de manière caricaturale, représenté en compagnie d’éphèbes efféminés, aux costumes excentriques et aux passe-temps frivoles comme le jeu du bilboquet.

En raison des nombreux témoignages sur le côté entreprenant d’Henri III auprès des femmes, l’image longtemps répandue de l’homosexualité stricte du roi a été remise en cause par des historiensn 6. Une source importante qui évoque des aventures masculines s’avère une source partisane, celle du diplomate savoyard Lucinge. Cet ennemi de la France, et par conséquent peut-être non retenu par un devoir de réserve ou par la flatterie, écrit que le roi a été initié aux amours masculines par René de Villequiern 7. Les autres textes allusifs à l’homosexualité sont issus des pamphlets rédigés par des ligueurs radicaux, des calvinistes intransigeants ou encore par des membres du parti des Malcontents dans l’entourage du frère du roi François d’Alençon ayant perdu la faveur royale46 qui promeut alors des hommes nouveaux appartenant à la « noblesse seconde »47 du Royaume dans l’entourage du dernier Valois. Le raffinement des costumes, les nouvelles pratiques de cour, l’accès plus restreint au roi constituent autant d’éléments qui irritent la haute-noblesse traditionnelle et remettent en cause le mode de gouvernementalité prévalant jusqu’au milieu du XVIe siècle selon lequel le roi gouverne par conseil de sa noblesse. Les écrivains comme L’Estoile ou Brantôme, pourtant connus pour leurs informations scabreuses, n’accordent aucun crédit à ces rumeurs et mettent en exergue, quant à eux, la passion du roi pour les femmes. En revanche, D’Aubigné, calviniste forcené, et Ronsard, proche du duc d’Alençon, n’hésitent pas nombre de fois dans des vers à brocarder le roi sur le sujet :

« Le roi comme l’on dit, accole, baise et lèche
De ses poupins mignons le teint frais, nuit et jour ;
Eux pour avoir argent, lui prêtent tour à tour
Leurs fessiers rebondis et endurent la brèche. »48

L’ambiguïté de l’image d’Henri III trouve peut-être également son explication dans la propagande, particulièrement violente, suscitée contre lui par la Ligue. L’appel au soulèvement s’accompagne dans les derniers mois de son règne d’une violente vague de calomnies destinées à pervertir l’image du roi dans l’esprit des Français. Le changement de dynastie n’a pas vraiment permis d’établir le portrait le plus impartial de ce roi attaqué et l’image trouble d’Henri III a continué de se perpétuer. En dépit des efforts de sa veuve, la reine Louise et de sa demi-sœur, la duchesse d’Angoulême pour obtenir un soutien en faveur du défunt roi, ni Henri IV, trop soucieux de ménager les Guisen 8, ni l’Église n’ont examiné objectivement la vie privée de ce roi, ni cherché même à punir les coupables de son assassinat.

En l’état actuel des recherches, on ne peut trancher sur la nature exacte de la sexualité d’Henri III (hétérosexuel, homosexuel ou bisexuel). Les perceptions contradictoires quant à la sexualité d’Henri III se retrouvent dans les œuvres de fiction : si, dans le roman La Reine Margot d’Alexandre Dumas, le prince est décrit comme hétérosexuel, l’adaptation cinématographique du roman réalisée en 1954 par Jean Dréville le représente, sous les traits de Daniel Ceccaldi, comme un homosexuel efféminé, tandis que la version suivante, réalisée en 1994 par Patrice Chéreau et où il est interprété par Pascal Greggory, en fait un pervers décadent, avant tout homosexuel mais également attiré par les femmes (en l’occurrence par sa sœur Marguerite).

Titulature complète

Armoiries

  • 112px-Armes_milan_angouleme

    Armoiries comme fils de France (1551-1559).

  • 112px-Alexandre-Edouard_de_France%2C_duc_d%27Anjou

    Armoiries comme fils de France (1559-1573).

  • 112px-Henri_Ier_de_Pologne

    Armoiries comme roi de Pologne (1573-1574).

  • 112px-Armes_de_France_depuis_Charles_V.

    Armoiries comme roi de France (1574-1589).

Ascendance

[afficher]

Ascendance d’Henri III de France

Notes et références

Notes

  1. En 1596, la reine Louise et Diane de France s’opposèrent avec le parlement de Paris, à l’absolution du duc de Mayenne, ce qui provoqua la colère du roi. Le roi avait racheté le retour des Guise en leur accordant des sommes financières considérables49,50.

Références

  1. Jouanna, Boucher et Biloghi 1998, p. 848.

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources primaires imprimées

  • Lettres d’Henri III, roi de France, recueillies par Pierre Champion, publiées avec des compléments, une introduction et des notes pour la Société de l’Histoire de France (Legs Pierre Champion) par Michel François.
    • Tome I, 1557 – août 1574, Paris, Librairie C. Klincksieck, 1959, 386 p., [présentation en ligne [archive]].
    • Tome II, 1er septembre 1574 – 6 août 1576, Paris, Librairie C. Klincksieck, 1965, [présentation en ligne [archive]].
    • Tome III, 6 août 1576 – 10 mai 1578 et addenda, Paris, Librairie C. Klincksieck, 1972, 536 p.
    • Tome IV, 11 mai 1578 – 7 avril 1580, avec la collaboration de Bernard Barbiche et Henri Zuber, Paris, Librairie C. Klincksieck, 1984, 376 p.
    • Tome V, 8 avril 1580 – 31 décembre 1582, édition établie par Jacqueline Boucher, Paris, Honoré Champion, 2000, [présentation en ligne [archive]].
    • Tome VI, 4 janvier 1583 – 20 mars 1585, édition établie par Jacqueline Boucher, Genève, Droz, 2006, [présentation en ligne [archive]].
  • Pierre de L’Estoile, Registre-journal du règne d’Henri III, édition établie par Madeleine Lazard et Gilbert Schrenck, Genève, Droz, coll. « Textes littéraires français », 1992-2003, 6 volumes.
  • René de Lucinge, sieur des Allymes, Lettres sur la cour d’Henri III en 1586, texte établi et annoté par Alain Dufour, Genève, Droz / Paris, Minard, , coll. « Textes littéraires français », 1966, 340 p. [présentation en ligne [archive]].
  • Pierre du Marteau (1666) « Recueil de diverses pièces servant a l’histoire de Henry III., Roy de France et de Pologne [archive] », augmente en cette nouvelle édition. Cologne (numérisé par Google).
  • Jacqueline Vons (éd.), « Rapport d’autopsie du roi Henri III par le chirurgien Jacques Guillemeau », extrait de : Jacques Guillemeau, Les Œuvres De Chirurgie, Rouen, 1649, chez Jean Viret, François Vaultier, Clement Malassis et Jacques Besonge [De l’imprimerie de Pierre Maille], p. 857 [lire en ligne [archive]].

Bibliographie

Biographies

Études d’ensemble

Études portant sur des aspects particuliers du règne

  • Jacqueline Boucher, Société et mentalités autour de Henri III, Lille, Atelier Reproduction des thèses, Université de Lille III, 1981, 4 vol. [présentation en ligne [archive]].
    Réédition en un volume : Jacqueline Boucher, Société et mentalités autour de Henri III, Paris, Honoré Champion, coll. « Bibliothèque littéraire de la Renaissance / 3 » (no 67), 2007, 2e éd., 1273 p. (ISBN 978-2-7453-1440-6, présentation en ligne [archive]).
  • Jacqueline Boucher, La cour d’Henri III, Rennes, Ouest-France, coll. « Ouest-France université. De mémoire d’homme », 1986, 213 p. (ISBN 2-7373-0019-3, présentation en ligne [archive]).
  • (en) Keith Cameron, « Henri III: the Antichristian King », Journal of European Studies, vol. 4, no 2,‎ juin 1974, p. 152-163 (DOI 10.1177/004724417400400204).
  • Isabelle de Conihout (dir.), Jean-François Maillard (dir.) et Guy Poirier (dir.) (préf. Marc Fumaroli), Henri III mécène des arts, des sciences et des lettres, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne (PUPS), 2006, 342 p. (ISBN 2-84050-431-6, présentation en ligne [archive]).
  • (en) Katherine B. Crawford, « Love, Sodomy, and Scandal : Controlling the Sexual Reputation of Henry III », Journal of the History of Sexuality, Austin, University of Texas Press, vol. 12, no 4,‎ octobre 2003, p. 513-542 (JSTOR 3704668).
  • Sylvie Daubresse, « Henri III au parlement de Paris : contribution à l’histoire des lits de justice », Bibliothèque de l’École des chartes, Paris / Genève, Librairie Droz, t. 159, 2e livraison,‎ 2001, p. 579-607 (lire en ligne [archive]).
  • Pierre-Gilles Girault (dir.) et Mathieu Mercier (dir.), Fêtes & crimes à la Renaissance : la cour d’Henri III mécène des arts, des sciences et des lettres, Paris / Blois, Somogy éditions d’art / Château royal de Blois, 2010, 151 p. (ISBN 978-2-7572-0379-8, présentation en ligne [archive]).
  • Isabelle Haquet, L’énigme Henri III : ce que nous révèlent les images, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 2012, 390 p. (ISBN 978-2-84016-097-7, lire en ligne [archive]).
  • Claude La Charité, « Rumeurs et propagande autour du rôle du duc d’Anjou dans la Saint-Barthélemy », dans Luc Vaillancourt (dir.), « Des bruits courent » : rumeurs et propagande au temps des Valois, Paris, Hermann, coll. « Les collections de la république des Lettres. Symposiums », 2017, 264 p. (ISBN 978-2-7056-9408-1), p. 209-220.
  • Mélissa Lapointe, « Stratégies diplomatiques dans la correspondance du duc d’Anjou, futur Henri III, de la fuite de Pologne au couronnement en France (1574-1575) », dans Luc Vaillancourt (dir.), « Des bruits courent » : rumeurs et propagande au temps des Valois, Paris, Hermann, coll. « Les collections de la république des Lettres. Symposiums », 2017, 264 p. (ISBN 978-2-7056-9408-1), p. 221-233.
  • Christiane Lauvergnat-Gagnière, « Snobs et Lettrés à la Cour de Henri III », Bulletin de l’Association d’études sur l’humanisme, la réforme et la renaissance, t. II, no 15 « Les rapports entre les langues au XVIe siècle. Actes du colloque de Sommières, 14-17 septembre 1981 »,‎ 1982, p. 48-55 (lire en ligne [archive]).
  • Xavier Le Person, « « Les larmes du roi » : sur l’enregistrement de l’Édit de Nemours le 18 juillet 1585 », Histoire, économie et société, Paris, CDU Sedes, no 3 (17e année) « L’État comme fonctionnement socio-symbolique (1547-1635) »,‎ 1998, p. 353-376 (lire en ligne [archive]).
  • Xavier Le Person, « Practiques » et « practiqueurs » : la vie politique à la fin du règne d’Henri III, Genève, Librairie Droz, coll. « Travaux d’humanisme et Renaissance » (no 370), 2002, 658 p. (ISBN 2-600-00820-9, présentation en ligne [archive]).
  • Xavier Le Person, « « Practiques » et « practiqueurs » au temps d’Henri III », Histoire, économie et société, Paris, CDU Sedes, no 3,‎ 3e trimestre 2003, p. 349-365 (lire en ligne [archive]).
  • Xavier Le Person, « Les « practiques » du secret au temps de Henri III », Rives méditerranéennes, no 17,‎ 2004, p. 349-365 (lire en ligne [archive]).
  • Nicolas Le Roux, « Courtisans et favoris : l’entourage du prince et les mécanismes du pouvoir dans la France des guerres de religion », Histoire, économie et société, Paris, CDU Sedes, no 3 (17e année) « L’État comme fonctionnement socio-symbolique (1547-1635) »,‎ 1998, p. 377-387 (lire en ligne [archive]).
  • Nicolas Le Roux, La faveur du Roi : mignons et courtisans au temps des derniers Valois, Seyssel, Champ Vallon, coll. « Époques », 2001, 805 p. (ISBN 2-87673-311-0, présentation en ligne [archive]), [présentation en ligne [archive]].
    Réédition : Nicolas Le Roux, La faveur du Roi : mignons et courtisans au temps des derniers Valois, Seyssel, Champ Vallon, coll. « Les classiques de Champ Vallon », 2013, 2e éd. (1re éd. 2001), 805 p. (ISBN 978-2-87673-907-9, présentation en ligne [archive]).
  • Nicolas Le Roux, « La cour dans l’espace du palais : l’exemple de Henri III », dans Marie-France Auzépy et Joël Cornette (dir.), Palais et pouvoir, de Constantinople à Versailles, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, coll. « Temps & espaces », 2003, 370 p. (ISBN 2-84292-131-3, lire en ligne [archive]), p. 229-267.
  • Nicolas Le Roux, Un régicide au nom de Dieu : l’assassinat d’Henri III, 1er août 1589, Paris, Gallimard, coll. « Les journées qui ont fait la France », 2006, 451 p. (ISBN 2-07-073529-X, présentation en ligne [archive]).
  • Nicolas Le Roux, « Le glaive et la chair : le pouvoir et son incarnation au temps des derniers Valois », Chrétiens et sociétés, XVIe – XXIe siècles, no 2 hors-série « La vocation du Prince »,‎ 2013, p. 61-83 (DOI 10.4000/chretienssocietes.3453, lire en ligne [archive]).
  • Mary L. Levkoff, « L’art cérémonial de l’Ordre du Saint-Esprit sous Henri III », Bulletin de la Société de l’Histoire de l’art français, Paris, Société de l’Histoire de l’art français « Année 1987 »,‎ 1989, p. 7-23.
  • Teresa Malinowski, « Peurs, rumeurs et calomnies en politique : le cas de l’élection et du court règne d’Henri de Valois en Pologne », dans Monique Cottret et Caroline Galland (dir.), Peurs, rumeurs et calomnies, Saint-Denis, Kimé, coll. « Le sens de l’histoire », 2017, 450 p. (ISBN 978-2-84174-781-8, présentation en ligne [archive]), p. 61-78.
  • Guy Poirier, « Le retour de Pologne d’Henri III : images alexandrines du roi au Bucentaure », Renaissance and Reformation / Renaissance et Réforme, vol. 21, no 4,‎ automne 1997, p. 41-55 (JSTOR 43445152).
  • Guy Poirier, Henri III de France en mascarades imaginaires : mœurs, humeur et comportements d’un roi de la Renaissance, Québec, Presses de l’Université Laval, 2010, 217 p. (ISBN 978-2-7637-8924-8, présentation en ligne [archive]).
  • Guy Poirier, « Le témoignage dans les libelles et les pamphlets politiques contre Henri III », dans Luc Vaillancourt (dir.), « Des bruits courent » : rumeurs et propagande au temps des Valois, Paris, Hermann, coll. « Les collections de la république des Lettres. Symposiums », 2017, 264 p. (ISBN 978-2-7056-9408-1), p. 235-247.
  • Robert Sauzet (dir.), Henri III et son temps : actes du Colloque international du Centre de la Renaissance de Tours, octobre 1989, Paris, Librairie philosophique J. Vrin, coll. « De Pétrarque à Descartes » (no 56), 1992, 332 p. (ISBN 2-7116-1065-9).
  • (en) Michael Wolfe, « The strange afterlife of Henri III: dynastic distortions in early Bourbon France », Renaissance Studies, vol. 10, no 4,‎ décembre 1996, p. 474-489 (JSTOR 24412307).
  • Luc Vaillancourt, « La correspondance d’Henri III, ou comment « remettre et restablir toutes choses en bon estat et les y maintenir » », dans Luc Vaillancourt (dir.), « Des bruits courent » : rumeurs et propagande au temps des Valois, Paris, Hermann, coll. « Les collections de la république des Lettres. Symposiums », 2017, 264 p. (ISBN 978-2-7056-9408-1), p. 249-262.

Personnalités du règne d’Henri III (1574-1589)

220px-Henri_III_par_Nicholas_Hilliard
Henri III peint par Nicholas Hilliard, vers 1576, aquarelle sur parchemin monté sur carton, collection Djanogly.
La famille :

Les Grands :

Les proches :

Les conseillers et serviteurs de l’État :

Les hommes de loi :

Les financiers :

Les hommes des arts et des lettres :

Les ennemis :

Dans les arts

Théâtre

Opéra

Cinéma et télévision

Littérature

Henri III apparaît d’abord comme duc d’Anjou, puis comme roi de Pologne, et enfin comme roi de France dans la série de romans historiques d’Alexandre Dumas que forment La Reine Margot (1845), La Dame de Monsoreau (1846) et Les Quarante-cinq (1847).

Il apparaît également dans certains volumes de Fortune de France de Robert Merle dont Le Prince que voilà, ainsi que dans le roman Charly 9 de Jean Teulé et dans le roman La Saga des Bourbons : Henry, roi de Navarre, de Louis-Gilles Pairault (La Geste, 2018, 372 p., présentation en ligne [archive]).

Articles connexes

Liens externes

 [afficher]

v · m
 [afficher]

v · m
 [afficher]

v · m

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_V_le_Sage

Charles V le Sage

Wikipédia:Articles de qualité

Vous lisez un « article de qualité ».

Page d’aide sur l’homonymie

Pour les articles homonymes, voir Charles V.

Charles V
Illustration.
Gisant de Charles V à la basilique Saint-Denis.
Titre
Roi de France
8 avril 136416 septembre 1380
(16 ans, 5 mois et 8 jours)
Couronnement 19 mai 1364
en la cathédrale de Reims
Prédécesseur Jean II
Successeur Charles VI
Régent du royaume de France
17 octobre 135624 octobre 1360
(4 ans et 7 jours)
Monarque Jean II
3 janvier8 avril 1364
(3 mois et 5 jours)
Monarque Jean II
Duc de Touraine
6 septembre 13638 avril 1364
(7 mois et 2 jours)
Prédécesseur Philippe de France
Successeur Louis Ier d’Anjou
Duc de Normandie
7 décembre 13558 avril 1364
(8 ans, 4 mois et 1 jour)
Prédécesseur Jean II
Successeur Retour à la couronne (1364-1446)Charles de France
Dauphin de Viennois
16 juillet 13498 avril 1364
(14 ans, 8 mois et 23 jours)
Prédécesseur Humbert II de Viennois
Successeur Jean de France
Biographie
Dynastie Valois
Nom de naissance Charles de France
Date de naissance 21 janvier 1338
Lieu de naissance Château de Vincennes (France)
Date de décès 16 septembre 1380 (à 42 ans)
Lieu de décès Beauté-sur-Marne (France)
Sépulture Basilique de Saint-Denis
Père Jean II
Mère Bonne de Luxembourg
Fratrie Louis Ier d’Anjou
Jean Ier de Berry
Philippe II de Bourgogne
Jeanne de France
Marie de France
Isabelle de France
Conjoint Jeanne de Bourbon
Enfants Jeanne de France
Bonne de France
Jean de France
Charles VI Red crown.png
Marie de France
Louis Ier d’Orléans
Isabelle de France
Catherine de France
Héritier Jean
(1366)
Charles Red crown.png
(1368-1380)
Résidence Paris

Charles V le Sage
Rois de France
modifier Consultez la documentation du modèle

Charles V1, dit « le Sage », né le 21 janvier 1338 à Vincennes et mort le 16 septembre 1380 au château de Beauté, est un roi de France de 1364 à 1380. Son règne marque la fin de la première partie de la guerre de Cent Ans : il réussit à récupérer la quasi-totalité des terres perdues par ses prédécesseurs, restaure l’autorité du pouvoir royal et sort le Royaume d’une période difficile qui associe les défaites militaires lourdes de Crécy et Poitiers (1346 et 1356) à la grande peste noire des années 1347-1351.

Il est très instruit et il est connu pour avoir fondé la première librairie royale, ancêtre de la Bibliothèque nationale de France.

Il est, un temps, proche du mouvement réformateur de l’État. En 1357, il se retrouve à la tête d’une monarchie contrôlée, alors que son père Jean le Bon est prisonnier des Anglais. Bien que confronté aux ambitions de Charles de Navarre et aux manœuvres d’Étienne Marcel, il sauve la couronne des Valois alors que le pays sombre dans la guerre civile. Sacré en 13642, il restaure l’autorité royale en la fondant sur l’État de droit et en poursuivant la politique de monnaie forte instaurée par les conseillers de son père. Ce faisant, un parallèle s’établit entre son règne et celui de Saint Louis, référence du bon gouvernement pour l’époque.

Il formalise la décentralisation du pouvoir par la politique des apanages qu’il contrôle en les finançant grâce à l’instauration d’impôts durables. Ces nouvelles ressources lui permettent de doter la France d’une armée permanente qui, associée aux armées de ses frères, permet de se débarrasser des Grandes Compagnies qui ruinent le pays, puis de vaincre les Anglais. Cette victoire est aussi acquise par les succès diplomatiques qu’il obtient en retournant les vassaux gascons favorables à l’Angleterre et en isolant celle-ci du reste de l’Europe. Cette reconquête s’effectue en grande partie en encourageant le sentiment national naissant, transformant les Anglais en envahisseurs.

Son règne est enfin marqué par le grand schisme d’Occident, qu’il n’a pas pu ou voulu empêcher.

Sommaire

 

Biographie

Enfance

Petite enfance

Charles naît à Vincennes le 21 janvier 13383. Il est éduqué à la cour avec d’autres enfants de son âge dont il restera proche : Philippe d’Orléans son oncle, ses trois frères