Jean-Luc Mélenchon aurait « remis la gauche sur ses deux jambes »

C’est la dernière sortie du lieutenant Ruffin (voir ci-dessous).

Pour autant, que son chef gagne la prochaine présidentielle ne lui « paraît pas couru d’avance »

Il est vrai qu’en 2022 il aura quand même plus de 70 ans, et qu’il montre déjà des signes de faiblesse non négligeables…

François Ruffin ferait mieux de laisser ses avocats travailler sérieusement que de multiplier ces déclarations imbéciles.

Tout le programme de son leader tient en ces mots qu’un des sbires de Josette Brenterch chargé par elle de me harceler pour me détruire m’avait adressés il y a quelques années :

 

Toutes avancées soit disant positives pour l’homme fini par être récupéré par leurs chefs supérieurs en grades de mes deux et se concrétise par la mise en place de politiques à but capitaliste ! ! ! Matériels militaire, satellites espions, missiles, armes nucléaires en tous genre… Il est vrais que les ouvriers que tu n’aimes pas n’oseraient pas imaginer ce genre de technologie de pointe dont une certaine partie ne sert qu’à les tuer militairement d’une part, puis d’autre part empoisonnés en temps de paix par les labos producteurs de produits pesticides avec en objectif le système productiviste soit disant dans le but nourrir la planète ; et après tout ce cirque médiatiquo-intello de mes deux, il n’est pas rare de voir ces idiots d’ingé et consorts rouler en quatre quatre avec leurs sacoches bardé de travail pour la maison “ hum… quelle gourmandise ” ! Quelle bande de dégénérés qui non content de vivre une vie de con martyrisent leurs gosses pour faire des études comme eux, et finir sur la paille endetté jusqu’aux yeux, pathétique ! ! ! A fond les études au point d’en oublier de vivre leurs adolescence, et après à fond comme tu l’as sans doute toi aussi fait pour vivre ta vie “ intellectuelle ” et finir en milieux carcéral sous tranxène ! C’est donc si bon que cela le bagage ? ou est-ce le regard de l’autre qui justifie toute cette souffrance (reconnaissance sociale de “ l’élite ” boiteuse et boosté aux amphétamines lorsque certains d’entre eux soit disant réussissent à quel prix) ! Demain mes seigneurs vous serez cuit dans votre jus, et le capital pour lequel vous êtes pour une grande part toujours soumis puisque dans l’attente d’une partie du gâteau “ Dime ” prélevé sur le compte de l’ouvrier vous sautera à la gueule !

 

Assassiner les ingénieurs, causes de tous les maux de la planète, voilà le programme.

Et il cite Antigone que j’ai traduite autrefois… ce qui ne m’a jamais servi à rien face aux sauvages, sauf à me faire pourchasser partout des décennies durant avec un portrait totalement faux de « mythomane » pour l’avoir vaguement évoqué devant eux une fois, une seule fois, une fois malheureuse…

Tous les bouquins au feu et le prof au milieu, donc…

Et c’est un prof qui le veut…

Il faut bien dire que la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest se sent effectivement très proche de ses sbires, des psychopathes qui ont tous connu l’échec scolaire, elle qui a eu jadis tellement de difficultés à obtenir son CAPET pour enseigner dans le public et avait déjà vu ses ambitions initiales réduites par sa nullité en maths – c’est le problème commun de tous ses complices, quels qu’ils soient par ailleurs.

Ces arrivistes à petits QI se vengent de toutes leurs frustrations sur les matheux, les ingénieurs, qu’ils torturent et assassinent dans la joie et la bonne humeur en enrobant le tout de justifications d’ordre idéologique toutes plus fumeuses les unes que les autres.

Même des magistrats en sont là.

Ils seront bien tous amenés à rendre des comptes.

 

https://actu.orange.fr/politique/ruffin-defend-melenchon-qui-a-remis-la-gauche-sur-ses-deux-jambes-CNT000001gt9nz.html

Ruffin défend Mélenchon, qui « a remis la gauche sur ses deux jambes »

 

Ruffin défend Mélenchon, qui "a remis la gauche sur ses deux jambes"

 

AFP, publié le vendredi 14 juin 2019 à 10h31

 

Le député François Ruffin a défendu vendredi le chef de file de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon après « la raclée » des européennes qui a plongé le mouvement dans le désarroi, parce qu’il a « remis la gauche sur ses deux jambes égalitaire et écologiste ».

Le patron des députés insoumis peut-il gagner à la présidentielle de 2022? « Au vu des derniers résultats ça ne paraît pas couru d’avance, la cote n’est pas la meilleure, mais la vie politique est étrange » et imprévisible, a répondu l’électron libre de LFI sur Europe 1.

« Je ne fonctionne pas avec un leader incontesté, mais j’ai des discussions avec Jean-Luc Mélenchon. C’est quelqu’un qui a remis la gauche sur ses deux jambes, rouge égalitaire et verte écologiste, et c’est pas rien », a-t-il expliqué, alors que les Insoumis attendent d’un jour à l’autre une prise de parole de leur leader sur son rôle à venir.

LFI traverse une crise interne au lendemain des élections européennes et de son maigre score de 6,31%, loin des 19,58% de la présidentielle. Des voix se sont élevées pour critiquer le manque de démocratie interne du mouvement tandis que la députée Clémentine Autain a réclamé le changement d’une « ligne » selon elle trop clivante.

Au scrutin du 26 mai, « on s’est pris une raclée c’est évident », mais « ça n’a pas été une surprise car les gens se sont emparés du plus gros bâton pour battre Macron, le RN », a analysé François Ruffin.

« A côté il y avait une série de listes qui ne faisaient pas office de bâton, les gens se sont perdus là-dedans », a-t-il ajouté. « Pour être déçu il faudrait être surpris, je voyais la situation politique, aller expliquer aux gens de voter LFI plutôt que PCF ou les Verts, c’est vachement compliqué ».

M. Ruffin a averti le Premier ministre, qui a lancé mercredi l’acte 2 du quinquennat, et LREM dont la liste Renaissance, avec 22,42%, est arrivée deuxième derrière le RN à 23,34%: « Si on prend ça comme un référendum, ils l’ont perdu », mais « parce qu’on est en seconde position, tout ce qu’on va proposer par la suite est validé? »

 

https://www.lopinion.fr/edition/politique/face-a-edouard-philippe-jean-luc-melenchon-se-pose-en-sisyphe-l-189670

Face à Edouard Philippe, Jean-Luc Mélenchon se pose en Sisyphe de l’opposition

 

13 Juin 2019 à 06h00

Le chef de file de LFI a reconnu la défaite de son camp aux européennes mais a promis de continuer le combat contre le gouvernement

 

Jean-Luc Mélenchon à la tribune de l’Assemblée nationale.

Jean-Luc Mélenchon à la tribune de l’Assemblée nationale.
© Sipa Press

 

Le président du groupe insoumis à l’Assemblée nationale, a répondu mercredi au Premier ministre après son discours de politique générale, un peu plus de deux semaines après le recul de la gauche radicale aux élections européennes

Mercredi, c’est un Jean-Luc Mélenchon politiquement affaibli qui s’est présenté à la tribune de l’Assemblée nationale pour répondre, au nom du groupe de La France insoumise (LFI), au deuxième discours de politique générale prononcé par Edouard Philippe. Les deux hommes s’apprécient sur le plan personnel, cultivant une courtoisie réciproque et une déférence envers les usages républicains. Le député de Marseille a d’ailleurs immédiatement donné le ton. « Ce n’est pas votre personne qui est visée, vous êtes un adversaire respecté », a-t-il lancé au locataire de Matignon, visiblement séduit par la forme du discours.

Sur le fond, c’est tout autre chose. Jean-Luc Mélenchon a annoncé sans surprise que les députés de LFI ne voteraient pas la confiance au gouvernement. Mais l’essentiel était ailleurs. Son intervention était d’autant plus attendue qu’il s’agissait de sa première vraie prise de parole sur la politique nationale depuis la déroute de son mouvement aux élections européennes. La veille, en bon amateur de boxe, Edouard Philippe avait sèchement renvoyé dans les cordes le député de la Somme François Ruffin lors de la séance des questions au gouvernement, en rappelant l’échec de Jean-Luc Mélenchon et de sa stratégie visant à faire du scrutin un « référendum anti-Macron ».

« Savez-vous que vous avez, vous aussi, perdu l’élection ? Oui, c’était un référendum et vous l’avez perdu »

Ce dernier est, à son tour, revenu sur cet échange, tout en livrant de précieux renseignements sur son analyse des difficultés que traverse LFI. Car si le mouvement est passé de deux à six députés européens, la gauche radicale dans son ensemble a perdu dix sièges au Parlement européen. « La suite du combat s’annonce dans des conditions très dures », a reconnu Jean-Luc Mélenchon… Avant d’enjoindre la majorité à moins de fanfaronnades. « Savez-vous que vous avez, vous aussi, perdu l’élection ? Oui, c’était un référendum et vous l’avez perdu », a-t-il lancé au Premier ministre. « Ne m’objectez pas notre faiblesse actuelle ! », a-t-il encore mis en garde.

Le scrutin a entériné une réalité qui se profilait depuis l’automne dernier, à savoir le retour du Rassemblement national sur le devant de la scène politique, au détriment de LFI et de Jean-Luc Mélenchon qui s’est fait ravir son titre de premier opposant à Emmanuel Macron. Son mutisme a depuis contribué à nourrir les rumeurs, notamment sur un éventuel retrait de la présidence de son groupe. S’il n’a pas entièrement levé le voile sur ses intentions, l’ancien candidat à la présidentielle a toutefois refroidi les ardeurs de ceux qui le voyaient partir à la retraite anticipée.

« Nous ne céderons rien [...] Vous combattre, c’est faire notre devoir. En vain espérerait-on autre chose de nous et de moi en particulier », a prévenu Jean-Luc Mélenchon. Lucide sur le recul électoral de son mouvement, mais apparemment déterminé à poursuivre sa stratégie politique. « Fédérer les classes populaires et les classes moyennes » autour du programme de la présidentielle, « voilà où nous venons d’échouer… pour l’instant ! », a-t-il déclaré en guise de défi. Comme le Sisyphe de Camus qu’il a cité, le tribun voit dans le fait de pousser son rocher un sacerdoce plus qu’un fardeau.

 

http://facta.media/societe/m-le-premier-ministre-vous-combattre-cest-faire-notre-devoir/

«M. Le Premier ministre, vous combattre, c’est faire notre devoir»

 

Posté sur 21 heures depuis
19 minutes lues
Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon

 

Le mercredi 12 juin 2019, Jean-Luc Mélenchon répondait au discours de politique générale d’Édouard Philippe depuis la tribune de l’Assemblée nationale. Voici la retranscription de son intervention :

 

Monsieur le Premier ministre,

Je n’ai que 10 minutes et personne n’aura eu le temps de démêler le pesant catalogue que vous nous avez présenté tout à l’heure. Je vais donc à l’essentiel.

Vous venez à l’Assemblée nationale pour nous demander de vous appuyer pour commencer une nouvelle étape de votre politique après les élections européennes.

Les députés de « la France insoumise » s’y opposeront.

Ici, par nos votes.

Hors de ces murs, par les moyens pacifiques de l’action citoyenne. Comme nous le faisons avec l’appel à référendum contre votre privatisation d’Aéroports de Paris.

Notre désaccord n’est pas ponctuel, vous le savez bien. Il est global.

Il est global. Il implique deux visions du monde. Un peu comme cette cinquième République qui est la vôtre – et qui est la monarchie présidentielle, à nos yeux, partout – et cette sixième république dont nous nous réclamons et qui est la démocratie partout.

Monsieur le Premier ministre, ce n’est pas votre personne qui est visée. Vous êtes un adversaire respecté. C’est la pratique libérale autoritaire de votre gouvernement que nous rejetons. Celle de l’instrumentalisation de la justice et de la police contre les oppositions de toutes natures.

C’est la société d’extension des inégalités que vous développez, c’est le monde de l’irresponsabilité écologique que vous incarnez à nos yeux, parce que vous êtes absolument et aveuglement hostile à toute planification écologique. C’est normal, puisque vous êtes un inconditionnel de la concurrence « libre et non faussée ».

Compte tenu de notre résultat électoral, je suis parfaitement conscient de la difficulté de notre situation pour mener le combat. Le rapport de force est lourdement défavorable pour nous. Il l’est ici en France, face à vous et à l’extrême droite. Mais il l’est hélas aussi dans l’ensemble de l’Union européenne.

Certes, les députés insoumis sont désormais six à Strasbourg alors qu’ils n’étaient que deux. Mais notre groupe transnational a perdu dix sièges. Nous sommes rayés de la carte dans plusieurs pays.La suite du combat s’annonce donc pour nous dans des conditions très dures. Nous les assumerons.

Mais n’allez pas croire pour autant que tout vous soit permis de ce seul fait, Monsieur le Premier ministre.

Car je vois bien que vous n’êtes guère encouragé à la lucidité. En effet, j’ai noté que dans notre pays, pour une certaine presse, quand les opposants ne gagnent pas une élection ils devraient démissionner ; mais si c’est le pouvoir qui est dans ce cas, aucun des mêmes ne le suggère.

Monsieur le Premier ministre, savez-vous que vous avez, vous aussi, perdu l’élection ?

Je vois bien que non.

Hier, vous avez rappelé que je comptais sur l’élection européenne comme sur un référendum contre votre politique. Mais c’est bien vrai ! Et c’est bien ce qui s’est passé.

Oui, c’était un référendum ! Et vous l’avez perdu.

80% des bulletins de vote se sont portés sur des listes qui vous étaient ouvertement opposées. 90 % des inscrits vous ont refusé leur appui.

Ce n’est pas tout.

Vous aviez lancé un défi solennel à l’extrême droite et le Président de la République avait dit que si jamais il venait à perdre, il y aurait de lourdes conséquences. Et vous l’avez perdu.

Pourtant, vous voulez faire comme si de rien n’était.

Vous pensez gouverner contre tout le monde avec 20% des suffrages exprimés et 10% des inscrits ! Et cela pour continuer à tout détruire de l’État social et républicain lentement construit par les générations précédentes.

Dès lors, toute votre politique est un passage en force contre le pays.

Où est la République dans cette méthode ? Où est la démocratie ? Où est la souveraineté du peuple ?

Ne m’objectez pas notre propre faiblesse actuelle !

On est légitime à tout remettre en cause si c’est la loi de sa seule conscience et qu’on en assume les conséquences. C’est la leçon que nous a laissée Antigone de Sophocle.

Mais pour le reste, on ne peut gouverner tout le monde qu’à la condition d’avoir une majorité populaire pour le faire. Ce n’est pas une affaire individuelle et le statut de l’opposant et celui du gouvernant n’ont rien à voir.

Vous pouvez croire le contraire, pendant ce temps la France poursuit donc son ébullition. C’est ce que montrent, par exemple – je dis bien « par exemple » – ces 45 services d’urgences en grève dans les hôpitaux, ou ces centaines d’établissements scolaires en lutte contre la réforme Blanquer.

Dans sa profondeur, la vérité qui nous accable tous est la suivante : le pays ne se sent représenté politiquement par personne.

Pourtant, il existe un programme populaire partagé à cette heure et qui tient en deux lignes : vivre décemment dans un monde débarrassé de la compétition de chacun contre tous et du saccage de la nature.

Fédérer les classes populaires et les classes moyennes sur ce programme d’avenir en commun, voilà notre objectif face à vous. Voilà où nous venons d’échouer, pour l’instant.

Pour l’instant !

Car, quels que soient les résultats électoraux, un démocrate et un républicain, qui plus est un militant de la révolution citoyenne, doit choisir le lendemain : lutter contre le rouleau compresseur de ce monde de violences écologiques et sociales ou céder.

Nous ne céderons pas. Quoiqu’il arrive. Nous ne céderons pas.

Non pour nous, si mal récompensés de nos dévouements !

Non pour nous, mais pour les 9 millions de pauvres du pays, pour cet enfant sur 5 qui vit dans la pauvreté, pour les quatre millions de mal logés, pour les six cents morts annuels sur leurs postes de travail, les 2000 décès dans la rue, pour les 5 millions de personnes qui ont recours à l’aide alimentaire, pour les 30% des Français qui renoncent à des soins pour des raisons financières.

Notre patrie restera les humiliés et les opprimés.

Non pour nous, mais pour le changement radical dans la façon de produire, d’échanger, de consommer qui la condition de notre survie collective.

Bref, non pour une étiquette politique mais pour le monde que nous voulons faire naître, en dépit de vous et contre vous.

Il le faut – ne rien céder et vous combattre – car vous non plus vous ne cédez rien.

Et sous prétexte d’acte 2, on y voit comme un bégaiement de l’acte 1.

Et vous êtes le danger. Le Président vient de déclarer qu’il se soucierait désormais davantage de la part humaine des problèmes qu’il traite.

Quel cynisme ! Alors même que vous allez détruire le système de retraite par répartition et pousser l’âge de la retraite à taux plein à 64 ans ! Vous vous préoccupez de l’Humain ?

Cela au moment où vous vous apprêtez à réduire de nouveau les droits et les indemnisations des chômeurs, comme si les chômeurs étaient responsables du chômage.

Cela au moment où tous les tarifs de l’accès aux réseaux explosent !

Certes, une rude saison commence pour nous. Certes.

Mais l’histoire accélère ses développements sur le vieux continent et elle nous remplit d’espoir pour les opportunités qu’elle nous offre.

La désagrégation commencée avec le Brexit, les délires guerriers de l’OTAN, les brigandages de la mondialisation, le court délai avant le déclenchement de la crise climatique… Tout conduit à un moment agité de l’histoire de la civilisation humaine et notamment sur le vieux continent habitué aux grands tumultes.

C’est le moment où, paraît-il, vous proposeriez la chancelière Merkel comme présidente la Commission européenne !

Quelle est cette folie ?

Pourquoi n’avez-vous pas dit pendant les élections que voter pour vous c’était voter pour la droite allemande à la tête de l’Europe ?

Quel que soit votre discours aujourd’hui, demain la France sera mise en laisse de plus court encore si c’est Madame Merkel qui la tient depuis Bruxelles.

C’est-à-dire que nous serons davantage encore traités comme le sont les Allemands. Davantage de pauvreté, d’inégalités, de pesticides et d’alignement sur l’OTAN. Moins de solidarité dans nos nations et entre elles, moins de souveraineté du peuple.

J’achève.

Vous combattre c’est faire notre devoir.

En vain, espérerait-on autre chose de nous et de moi en particulier

Vous combattre, c’est assumer la responsabilité de l’engagement qui nous fonde dans le long fil de l’Histoire qui unit les morts aux vivants jusqu’à cet instant.

C’est maintenir ouverte la voie d’une alternative. Un autre futur doit rester possible. Quel autre choix aurait un sens pour une opposition comme la nôtre ?

J’en reste, Monsieur le Premier ministre, décidément à Camus.

Il demande « d’imaginer Sisyphe heureux. »

Vous vous doutez que c’est plus facile dans le haut de la côte que dans le bas. Mais il faut l’imaginer heureux. Mais on ne comprend pas comment Sisyphe y parvient si l’on ne se souvient que pour lui, selon les mots du philosophe, « la lutte pour les sommets suffit à remplir le cœur d’un homme » et il ne s’agit pas là de crapahutages politiciens.

La grandeur de la République et celle de la France sont au prix que je viens de dire. Il lui faut cette opposition puissante, opiniâtre, inlassable sans quoi elle n’est plus elle-même.

Et cette exigence vaut pour chacun d’entre nous. Pour chaque Français, c’est la condition de la grandeur de la patrie.

 

Jean-Luc Mélenchon, muet, toujours au coeur des débats pour LFI…

… mais cependant toujours pas « au coeur du problème » pour ceux qui en ont fait le coeur de leur monde…

Ici, Quatennens et Ruffin.

Le second :

 

Quant au problème de ligne politique pointé du doigt par la députée LFI Clémentine Autain, « c’est une tradition à gauche que quand on a des conflits de personnes, des désaccords de méthode, on les traduit en habits idéologiques », a-t-il estimé.

 

Traduction : c’est une tradition à gauche d’inventer n’importe quoi pour masquer des réalités inavouables.

Je confirme !

Avec Josette Brenterch et sa clique, je suis particulièrement servie à cet égard, et ce depuis plusieurs décennies dont la dernière quasiment tout en public…

Mais au train où vont les choses pour Mélenchon qui attend toujours de voir retomber de la poussière, on ne va pas tarder à lui en sortir de sous le tapis…

« Moi je suis populiste de gauche, je prends tout, je rassemble », déclare Ruffin.

C’est bien le problème.

Les criminels n’ont leur place qu’en taule.

 

https://actu.orange.fr/politique/lfi-pour-quatennens-melenchon-n-est-pas-au-coeur-du-probleme-CNT000001gpQdV.html

LFI: pour Quatennens, Mélenchon n’est pas « au coeur du problème »

 

LFI: pour Quatennens, Mélenchon n'est pas "au coeur du problème"
Le député La France insoumise (LFI) Adrien Quatennens lors d’un débat radio télévisé pour les élections européennes, le 10 avril 2019 à Boulogne-Billancourt
©LIONEL BONAVENTURE, AFP

 

 

AFP, publié le mercredi 12 juin 2019 à 11h37

 

Le député Adrien Quatennens a défendu mercredi Jean-Luc Mélenchon après l’échec de LFI aux européennes, niant qu’il puisse être « au coeur du problème » et jugeant qu’il doit « garder une place importante » au sein du mouvement.

Le résultat du scrutin marque pour LFI (6,31% des voix) « une chute (…), mais ce n’est pas la chute d’un homme. Jean-Luc Mélenchon est plutôt celui qui a porté à haut niveau notre courant politique » à la présidentielle (19,58%), a défendu M. Quatennens sur BFMTV et RMC.

« Pourquoi voudriez-vous faire de Jean-Luc Mélenchon le coeur du sujet de la situation ? Est-ce que vous avez demandé à M. Macron s’il va partir lui ? », a-t-il demandé, interrogé pour savoir si le leader de LFI devait en quitter la tête au vu du résultat des européennes.

« Jean-Luc Mélenchon, y compris si vous faisiez un référendum au sein des Insoumis, je crois le gagnerait largement. Mais l’organiser voudrait dire considérer que l’analyse que nous faisons de ce qui vient de se passer tiendrait au fait que Jean-Luc Mélenchon est au coeur du problème », alors qu’ »il est celui qui en 2017 a porté notre programme autour duquel 7 millions de personnes se sont regroupées aux portes du pouvoir », a-t-il argumenté.

« Quelle que soit sa place, il doit garder une place importante au sein de notre courant de pensée politique », a-t-il ajouté, disant ne pas savoir quand M. Mélenchon, qui a promis de s’exprimer après le 6 juin, le fera.

Pour le député insoumis François Ruffin, interrogé sur France Inter, « il est clair que LFI a pris un coup sur la tête et Jean-Luc aussi, mais rien n’est dit pour la suite ».

Quant au problème de ligne politique pointé du doigt par la députée LFI Clémentine Autain, « c’est une tradition à gauche que quand on a des conflits de personnes, des désaccords de méthode, on les traduit en habits idéologiques », a-t-il estimé. « Je ne suis pas sûr qu’il y a un clivage entre deux lignes à LFI. Moi je suis populiste de gauche, je prends tout, je rassemble », a-t-il fait valoir.

« La difficulté c’est comment être un mouvement qui investit dans la société sans s’ossifier en parti, et pourtant avoir des règles de fonctionnement », a ajouté M. Ruffin en référence à des critiques internes sur le manque de structures de délibération.

 

Les personnalités multiples de Jean-Luc Mélenchon…

Je vous en parlais il y a deux jours, son entourage confirme…

Apparemment, il en est le jouet…

Quant à Manuel Bompard, c’est un parfait soldat de Josette Brenterch du NPA de Brest, dont il recrache à la virgule près tous les discours creux et vides de sens pour justifier l’injustifiable : jusqu’en 2004, les « assemblées générales » de l’association AC ! Brest n’avaient toujours été qu’un pot où étaient conviés par annonce informelle lancée à la cantonade pour fêter avec quelques bonnes bouteilles la nomination par Josette Brenterch elle-même de tous les membres du bureau de l’association pour la nouvelle année, tous ceux des adhérents qui avaient envie de venir au local y boire autre chose que le café qu’on y proposait ordinairement… mais en février 2005, Josette Brenterch ayant décidé de passer le relais à Joël Roma qu’elle avait nommé président de l’association en 2004 et qui était toujours censé lui obéir au doigt et à l’oeil, deux autres adhérents, deux ingénieurs dont moi, devenus par participation au pot de 2004 membres du conseil d’administration de l’association, avaient organisé pour l’AG une vraie discussion sur les projets de l’association, dont j’avais ensuite rendu compte pour tout le monde, venant d’être élue secrétaire de l’association… petit compte rendu très imparfait (y manquait notamment tout le bilan comptable, la trésorière Josette Brenterch ayant toujours refusé de nous communiquer les informations qu’elle nous devait à ce sujet) qualifié début septembre 2005 de « plan quinquennal » par Josette Brenterch et ses amis de la LCR exigeant de Joël Roma qu’il convoque une assemblée générale extraordinaire destinée à tirer un trait sur tout ce que nous tentions avec moult difficultés toutes crées par Josette Brenterch de mettre en place depuis des mois… Passant sur toutes les violences que nous en avons subies, collectivement et chacun à titre individuel et personnel, dans sa vie privée (et ce, bien sûr, particulièrement moi qui étais la plus active et dont Josette Brenterch exigeait vainement l’exclusion de l’association ainsi que de tout tissu social depuis décembre 2004 en me présentant partout aux autres, bien évidemment toujours hors ma présence, comme une malade mentale, pour avoir osé évoquer le problème du harcèlement moral en entreprise lors d’une réunion publique d’octobre 2004), je rappelle que Joël Roma qui au fil des mois s’en était écarté de plus en plus précisément en raison de ces violences, avait refusé de lui obéir, à la suite de quoi, ne faisant même plus partie de l’association dont elle venait d’être virée pour d’excellents motifs, elle avait organisé son AGE avec quelques amis dont aucun membre actif de l’association pour y nommer parmi eux de nouveaux responsables qui sur ses ordres nous en avaient ensuite tous radiés pour le même motif de non reconnaissance de la légitimité de leur nomination par Josette Brenterch lors de cette AGE organisée carrément hors de l’association, ses adhérents réels n’y ayant pas été convoqués…

Ce monsieur (Manuel Bompard) étant lui-même ingénieur doit très bien savoir ce qu’il fait, au moins autant que Josette Brenterch du NPA de Brest qui après m’avoir fait virer de l’association AC ! Brest dans les circonstances et pour le motif que je viens de rappeler, en racontera partout, toujours dans mon dos jusqu’à l’été 2012 (c’est seulement là que j’ai pu prendre connaissance de ses plaintes de 2011), et donc, jusque devant les juges de 2011 à 2015, une tout autre histoire, sans aucun rapport avec la réalité…

A propos de juges, où en sont donc les informations judiciaires en cours ?

 

https://www.liberation.fr/checknews/2019/06/12/jean-luc-melenchon-est-il-vraiment-derriere-son-compte-facebook-personnel_1732832

Jean-Luc Mélenchon est-il vraiment derrière son «compte Facebook personnel» ?

 

Par Service Checknews 12 juin 2019 à 06:25
Jean-Luc Mélenchon à Toulouse, le 21 mai. Photo Eric Cabanis. AFP

 

En plus de sa page Facebook, suivie par plus d’un million de personnes, Jean-Luc Mélenchon possède également un compte nommé «Jean-Luc Melenchon (compte officiel personnel)». Son entourage indique qu’il n’est pas le seul à y avoir accès.

 

Question posée le 10/06/2019

Bonjour,

Sur Twitter, des internautes se sont interrogés sur l’authenticité du compte Facebook «Jean-Luc Melenchon (compte officiel personnel)» après un commentaire posté dans la nuit de vendredi à samedi par le compte sous une publication Facebook d’Antoine Léaument, chargé de la communication numérique de Mélenchon et de La France insoumise.

A l’origine, Antoine Léaument poste un statut, dans lequel il tacle les auteurs d’une «note interne» au mouvement politique, qui a fuité dans la presse. Cette note, qui dénonçait le manque de démocratie à la FI, vise en fait «à transformer la France insoumise en parti avec des motions de congrès, des votes sur les virgules et ce genre de délices que les gens qui ont du temps à perdre apprécient beaucoup», ironise Léaument.

Les personnalités multiples de Jean-Luc Mélenchon... dans AC ! Brest pixel

«N’importe quoi», lui répond Christiane Chombeau, rédactrice en chef de l’Heure du peuple (qui se présente comme «le journal de la France insoumise») : «Cher Antoine ce que tu écris m’attriste. […] Comment se faire entendre quand on a essayé individuellement par moult moyens auprès de personnes ayant des responsabilités ? […] Déformer les propos pour dire entre autres que les militants veulent la fin du mouvement et souhaitent un parti… non c’est faux. Et tu ne peux pas l’ignorer.»

Le compte Jean-Luc Mélenchon prend alors à partie Christiane Chombeau : «Celle qui dit n’importe quoi, c’est toi chère Christiane. Vous êtes en pleine crise nombriliste. Vous avez « lancé des alertes ». Et alors ? Alerte de quoi ? Dans quel but ? Pourquoi seraient-elles par nature pertinentes ? Votre activité est démoralisante et destructrice. Pourquoi restez-vous membre d’un mouvement que vous dénoncez de cette façon ? Pourquoi ne faites-vous pas votre propre parti ? On pourrait alors vérifier la valeur de vos thèses !»

1226661-jlm-facebook-commentaire dans Attentats

Votre question porte sur ce compte Facebook, qui se présente comme compte officiel personnel de Jean-Luc Mélenchon. Contrairement à sa page officielle Facebook, le compte n’est pas certifié, entretenant le doute sur l’authenticité de ce profil qui compte un peu plus de 4 000 «amis» et près de 28 000 abonnés.

Contactées par CheckNews en octobre 2017, les équipes de La France insoumise avaient confirmé qu’il s’agissait bien du compte privé de Jean-Luc Mélenchon. A l’époque, il était reproché au compte d’avoir partagé une vidéo au sujet des liens de Manuel Valls avec Israël, postée par un compte ouvertement antisémite. Mais les équipes de Jean-Luc Mélenchon assuraient que le leader de La France insoumise n’avait pas lui-même posté cette vidéo. Jointe par CheckNews, Raquel Garrido confirme aujourd’hui qu’il s’agit bien du «compte perso» de Jean-Luc Mélenchon, tout en avertissant «Je crois qu’il n’est pas seul à y avoir accès». Malgré nos nombreuses demandes de confirmation, nous n’avons pas reçu de réponses d’Antoine Léaument permettant de déterminer si Jean-Luc Mélenchon est à l’origine du commentaire adressé à Christiane Chombeau.

En plus de cette confirmation par ses proches, plusieurs indices montrent que le profil est authentique : la page officielle de Jean-Luc Mélenchon, certifiée par Facebook, relaie souvent des statuts postés par le compte privé ; il est l’administrateur de la page Marseille Insoumise, ville dont Jean-Luc Mélenchon est député ; et surtout, le profil compte dans ses amis Facebook la plupart des cadres de LFI comme Alexis Corbière, Manuel Bompard ou Ugo Bernalicis.

Cordialement

Service Checknews

 

http://www.regards.fr/la-midinale/article/manuel-bompard-federer-le-peuple-c-est-ramener-la-gauche-au-peuple

Manuel Bompard : « Fédérer le peuple, c’est ramener la gauche au peuple »

 

Manuel Bompard a été élu député européen de la France insoumise le 26 mai dernier. On fait le point avec lui sur les critiques qui émergent au sein de son mouvement quant à son avenir, sur la Fédération populaire, sur la gauche et sur le peuple. Il est l’invité de #LaMidinale.

 

 

VERBATIM

 

 Sur les critiques au sein de la France insoumise 
« C’est légitime qu’on puisse avoir un débat et des discussions notamment après des élections qui n’ont pas été à la hauteur de nos espérances. »
« La France insoumise est un mouvement qui est un jeune mouvement et qui a besoin d’améliorer et de progresser dans ses modalités de fonctionnement. »
« Il ne faut pas tout réinventer tout le temps, il faut fonctionner par améliorations successives. »
« Il y a eu des critiques qui ont été exprimées : je regrette quand elles se traduisent par un départ surtout quelqu’un comme Charlotte Girard que j’apprécie beaucoup. »
« Je ne vois pas d’autres meilleurs outils dans le paysage politique que la France insoumise aujourd’hui. »

 Sur la priorité de la France insoumise 
« La priorité, c’est de repartir de l’avant. »
« On a subi un revers électoral, personne ne peut le contester. »
« On a encore besoin d’une France insoumise. En tout cas, on a besoin d’une force politique qui contribue à construire un pôle face au duopole qui a émergé. »
« La France insoumise n’a jamais considéré qu’elle était toute seule la solution politique à tous nos problèmes. »
« La question qui se pose, c’est la question stratégique et elle est un peu caricaturée. »

 Sur la stratégie de la France insoumise 
« On oppose deux termes dans le débat stratégique qui ne sont pas à opposer. »
« Ce n’est pas vrai que, dans l’élection européenne, on aurait abandonné une ligne de populisme de gauche. Ce n’est pas vrai non plus de dire qu’on aurait tourné le dos à toute possibilité de travailler avec d’autres. »
« On doit d’abord s’adresser aux citoyennes et aux citoyens qui ne se retrouvent pas dans les organisations politiques et qui constituent le plus grand parti de France : les abstentionnistes. »
« [Notre stratégie] ne nous empêche pas de converger avec des organisations politiques. »
« La gauche s’est coupée du peuple et il faut reconstruire ce lien. Il faut fédérer le peuple mais fédérer le peuple, c’est aussi ramener la gauche au peuple. »
« Le populisme ne tourne pas le dos aux organisations politiques si elle sont d’accord pour se mettre au service des constructions politiques nouvelles. »
« Il faut tourner le dos avec la formule de l’union de la gauche, c’est-à-dire des accords entre organisations politiques au sommet. »

 Sur la Fédération populaire 
« L’idée de la Fédération populaire, c’est de partir d’abord des revendications populaires et ensuite de permettre aux organisations politiques qui le souhaitent de se mettre en appui et en soutien des ces dynamiques-là. »

 Sur les municipales 
« La première étape, c’est d’être ensemble dans les mobilisations. »
« L’élection municipale est une bonne élection pour mettre en place la Fédération populaire. »
« Il faut partir des forces vives qui existent et qui se battent dans la société. »

 Sur le rôle de Jean-Luc Mélenchon 
« La prise de parole de Jean-Luc Mélenchon est attendue. Il est l’une des figures importantes de la vie politique aujourd’hui et il est identifié comme une des figures principales de l’opposition à Emmanuel Macron. »
« Jean-Luc Mélenchon est un militant politique infatigable (…) et je ne crois pas qu’il abandonnera le combat politique. »
« Sa prise de parole sera importante pour nous donner sa lecture des élections européennes et pour nous communiquer de l’énergie pour avancer. »

 Sur la présidence de la délégation de la France insoumise au Parlement 
« Rien ne va de soi parce qu’on doit en discuter collectivement. »
« On recherche juste la manière avec laquelle nos six parlementaires européens seront les plus utiles et les plus efficaces dans le combat politique qu’ils veulent mener dans les cinq prochaines années. »

 

France Insoumise : Jean-Luc Mélenchon sur le départ après Charlotte Girard ?

Explications précises d’un côté, invectives, bruit et fureur de l’autre : il n’y a pas photo pour toute intelligence normalement élaborée… non corrompue…

Jean-Luc Mélenchon devrait donc quitter le mouvement, après quoi LFI ne pouvant y survivre disparaîtra, et les Arnaud Hell, Hubert Casel, Josette Brenterch et autres criminels de l’extrême-gauche venus y imposer leur dictature iront se trouver un autre parti à dégager…

 

https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/06/08/charlotte-girard-figure-de-la-france-insoumise-quitte-le-mouvement_5473698_823448.html

Charlotte Girard, figure de La France insoumise, quitte le mouvement

 

Dans un long texte, l’universitaire met en avant les dysfonctionnements internes au mouvement populiste de gauche.

Par Abel Mestre Publié hier à 17h40, mis à jour à 11h08

 

Charlotte Girard en campagne avec Jean-Luc Mélenchon en amont de l’élection présidentielle, à Dijon, en avril 2017.
Charlotte Girard en campagne avec Jean-Luc Mélenchon en amont de l’élection présidentielle, à Dijon, en avril 2017. PHILIPPE DESMAZES / AFP

 

C’est une réplique de plus du séisme qui secoue La France insoumise (LFI) depuis plusieurs jours. Charlotte Girard, ancienne responsable du programme, a décidé de quitter le mouvement mélenchoniste. Elle s’en est expliquée dans un long texte publié sur Facebook, samedi 8 juin. Une décision qui intervient trois jours après l’envoi d’une note interne incendiaire, critiquant le fonctionnement interne de LFI, dont Charlotte Girard était l’une des quarante et un signataires et que Le Monde a révélée.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Une note interne à La France insoumise dénonce « un fonctionnement dangereux pour l’avenir du mouvement »

 

La France insoumise risque d’avoir du mal à se remettre du départ de Mme Girard, tant elle était un élément central du mouvement. Non seulement cette universitaire avait des compétences extrêmement pointues et était respectée pour sa pensée et ses analyses politiques, mais elle était aussi appréciée des autres dirigeants de gauche. Son mari, feu François Delapierre, qui avait jeté les fondations de LFI avec Jean-Luc Mélenchon, est une personne à laquelle se réfèrent encore souvent les « insoumis ». C’est donc un pilier du dispositif qui vient de claquer la porte.

Dans son post publié sur Facebook, l’universitaire explique :

« Je n’ai jamais voulu déranger. J’ai été élevée comme ça. Quand les désaccords sont venus, j’aurais beaucoup donné pour pouvoir partir sur la pointe des pieds. On m’a dit alors que ça n’allait pas être possible. Se rendre à l’évidence : ni vous, ni les journalistes n’auraient laissé faire. (…) Comment faire alors pour dire ce qu’il y a à dire… et pour partir ? Surtout quand il n’y a pas de lieu permettant de s’adresser aux insoumis.es sans qu’une nuée de caméras et de micros fasse écran entre vous et moi. »

Celle qui a longtemps été une personnalité centrale de la « mélenchonie » et qui est extrêmement populaire au sein des militants insoumis continue : « La question de ma mise en retrait n’est plus posée. C’est un fait acquis. (…) [Les] doutes exprimés lors de la constitution de la liste et de la rédaction chaotique du programme n’ont pas trouvé de cadre où être travaillés et élaborés suffisamment pour qu’il en sorte une perspective claire et partagée ; en l’occurrence une véritable stratégie politique qui oriente à proprement parler la campagne et, au-delà, le mouvement lui-même. » Mme Girard reprend ici l’un des arguments avancés dans la note interne du 5 juin, mais aussi dans une lettre que Le Monde avait révélée en janvier et qui pointait déjà les nombreux dysfonctionnements internes de La France insoumise.

Et elle continue :

« Souvenons-nous de la présidentielle. Des interventions toujours fondées sur l’explication, jamais sur l’invective. Une anticipation précieuse qui avait permis que tout le monde s’approprie les contenus chemin faisant. Parler à l’intelligence. (…) La campagne [européenne] est passée. Les camarades sont restés avec leurs questions pendant tout ce temps, quoique certains, dont je suis, ont alerté, à plusieurs reprises, au sujet du fonctionnement – juste le fonctionnement – de La France insoumise. (…) Mais pour ma part, le chemin fléché par La France insoumise s’arrête. »

Si elle ne nomme jamais ni Jean-Luc Mélenchon (leader de fait de LFI) ni Manuel Bompard (leader statutaire), Charlotte Girard adresse des critiques précises, sur un ton clinique, loin du « bruit et de la fureur » de l’ancien candidat à l’élection présidentielle.

« Défiance »

Elle le reconnaît sans mal : sa « défiance porte sur l’outil », « la désorganisation ». Revenant sur la jonction qui ne s’est pas faite avec le mouvement des « gilets jaunes » alors que leurs revendications étaient proches, selon elle, du programme des « insoumis », Mme Girard déplore que le mouvement soit « trop tourné vers l’exercice institutionnel du pouvoir ». Elle vise en particulier « l’exploitation du seul contre-pouvoir parlementaire que nous avons encore. (…) La forme institutionnalisée de notre mouvement ajoutée à son expression électoraliste ont révélé deux handicaps ».

Elle précise : « Tant qu’on est d’accord tout va bien. Mais il n’y a pas de moyen de ne pas être d’accord. Or une dynamique politique – surtout révolutionnaire – dépend de la capacité des militants à s’approprier des raisonnements, c’est-à-dire potentiellement à les contester. Cette option est obstruée pour le moment, d’autant plus que dernièrement, on a eu parfois du mal à identifier avec quoi être d’accord ou pas. Le reproche d’inefficacité se confond finalement avec celui du manque de démocratie. »

Lire aussi Jean-Luc Mélenchon pourrait se mettre − un temps – en retrait de la vie politique

 

La crise à La France insoumise a débuté pendant la campagne européenne (de nombreux départs ont scandé les six derniers mois des « insoumis »), mais a pris une ampleur inédite après le score cinglant des élections européennes, où la liste emmenée par Manon Aubry a réuni 6,31 % des voix. Les dissensions de fond se sont matérialisées dans le débat stratégique opposant Alexis Corbière, partisan d’une ligne « populiste et humaniste », à Clémentine Autain, qui veut rompre avec le populisme. La France insoumise n’a pas l’air, pour l’heure, prête à se réconcilier avec elle-même.

Abel Mestre

 

https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/06/04/a-la-france-insoumise-une-crise-de-basse-intensite_5471139_823448.html

Jean-Luc Mélenchon pourrait se mettre − un temps – en retrait de la vie politique

 

« Je ne déprime pas, je ne pars pas à la retraite. Je suis au combat et j’y resterai jusqu’à mon dernier souffle », a expliqué le député des Bouches-du-Rhône, samedi sur son blog.

Par Abel Mestre Publié le 04 juin 2019 à 09h26 – Mis à jour le 04 juin 2019 à 10h09

 

Au Belushi's, QG de La France insoumise le soir des élections européennes, à Paris (10e), dimanche 26 mai.
Au Belushi’s, QG de La France insoumise le soir des élections européennes, à Paris (10e), dimanche 26 mai. IVAN GUILBERT / REA POUR « LE MONDE »

 

Le « mélenchonisme » sans Jean-Luc Mélenchon est-il possible ? Les cadres et les militants de La France insoumise (LFI) devront bientôt résoudre cette épineuse question. Dans une note de blog sibylline parue le 1er juin, le député des Bouches-du-Rhône laisse entendre qu’il pourrait se mettre − un temps – en retrait de la vie politique. « Après le 6 juin, je m’exprimerai plus largement, aussi clairement que j’en suis capable. Je dirai mon appréciation du moment politique. Je proposerai une suite pour notre chemin et je dirai ce qu’il en sera pour moi, écrit l’ancien sénateur socialiste. Quelques précisions pour éviter les fantasmes médiatiques traditionnels à mon sujet : je ne déprime pas, je ne pars pas à la retraite. Je suis au combat et j’y resterai jusqu’à mon dernier souffle, si je le peux. » Et de citer Albert Camus : « Il faut imaginer Sisyphe heureux ».

Repli stratégique

Dans la garde rapprochée du leader « insoumis », personne ne veut lui subtiliser la primeur de l’annonce, mais tous laissent entendre qu’il prendra du champ, « de la hauteur », pour s’extraire de la gestion quotidienne. « Mais il n’a pas encore tranché tout ce qu’il voulait faire », avertit une figure du mouvement.

Ce repli stratégique, s’il est confirmé, laissera un vide dans cette famille politique qui est structurée autour du chef charismatique. Et ajoutera un peu plus à la confusion qui règne au sein de La France insoumise, depuis les mauvais résultats des élections européennes, où la liste emmenée par Manon Aubry a rassemblé 6,31 % des voix, très loin de l’objectif annoncé de 11 % des suffrages.

Une défaite qui a ouvert une crise de basse intensité au sein de LFI et qui révèle les faiblesses de l’organisation « gazeuse » du mouvement. Il n’y a pas de lieu de débat où la ligne peut être tranchée, et le leader n’a pas de fonction statutaire : son sort ne dépend que de son bon vouloir. En période de tumultes, tout se règle donc en public, sur les réseaux sociaux et dans la presse, y compris les débats stratégiques.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Elections européennes 2019 : autopsie de la défaite « insoumise »

 

Depuis une semaine, justement, on voit que deux positions sont en train de se définir pour rebondir après la débâcle européenne. La première est celle défendue par Clémentine Autain ; la seconde est incarnée par Alexis Corbière.

« Big bang »

Mme Autain a, dès l’annonce des résultats, sévèrement critiqué le discours porté par LFI et Jean-Luc Mélenchon depuis deux ans. « Notre famille politique prospère quand elle s’appuie sur le ressort de l’espérance et non sur celui de la haine, expliquait-elle dans un entretien à L’Obs. Le mouvement a mis l’accent sur le clivage entre le “eux” et le “nous”, qui ne me paraît ni juste ni efficace. Cela revient à rejeter d’un bloc les élites, cela s’est traduit par un rejet global des médias et une prise de distance à l’égard du monde intellectuel. » En disant cela, la députée de Seine-Saint-Denis se met à distance de la stratégie populiste dont l’un des axiomes est de tracer une ligne entre un « eux » et un « nous ». Le retrait de M. Mélenchon et la panique générale à bord de LFI donnent une opportunité à la parlementaire pour pousser son avantage et proposer une voie alternative au populisme.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le populisme, nouvelle grammaire politique

 

Dans une tribune au Monde, Mme Autain et sa camarade communiste Elsa Faucillon (elles dirigent ensemble la revue Regards) appellent à un « big bang nécessaire pour construire une espérance capable de rassembler et de mobiliser ». « Le pire serait de continuer comme avant, de croire que quelques microaccords de sommet et de circonstances pourraient suffire à régénérer le camp de l’émancipation, que l’appel à une improbable “union de la gauche” à l’ancienne serait le sésame. (…) Il est temps de se parler et de s’écouter, de se respecter pour pouvoir avancer en combinant le combat pour les exigences sociales et écologiques », peut-on notamment y lire. Ce texte a été signé par plusieurs figures de la gauche et de l’écologie antilibérales, qui viennent du mouvement social, de Génération.s (dont Guillaume Balas, le bras droit de Benoît Hamon), du Parti communiste français (PCF) ou des proches de LFI. Il y a également des intellectuels, des artistes et des militants associatifs. Une réunion doit se tenir le 30 juin à Paris pour mettre tout cela en musique.

Lire la tribune : « Pour un big bang de la gauche »

 

« Il faut mettre ensemble des gens d’horizons différents, faire vivre le pluralisme, précise Mme Autain. Je ne parle surtout pas d’un cartel électoral. Il faut abattre les murs, fédérer des courants politiques organisés avec des citoyens, des artistes, des intellectuels, des acteurs du monde associatif et syndical. » Seule manière, selon elle, de renouer avec l’esprit de la campagne présidentielle de 2017, où Jean-Luc Mélenchon avait réuni plus de 19 % des voix.

Age d’or

2017 : la référence de tous les « insoumis », sorte d’âge d’or du mélenchonisme. Cet esprit de la présidentielle, Alexis Corbière veut également le retrouver mais en adoptant une stratégie différente de celle de Mme Autain. Le député défend une ligne « populiste et humaniste ». « Le débat doit s’engager chez nous, reconnaît-il. Mais il faut que cela soit propre, que ce ne soit pas un moment d’éclatement, mais de rassemblement autour d’une orientation stratégique. »

Selon lui, il faut abandonner la référence au mot « gauche », vide de sens depuis le quinquennat de François Hollande. Surtout, il estime que le clivage droite-gauche n’a plus de pertinence. « On doit redonner le pouvoir aux gens, défendre l’intervention directe des citoyens, continue M. Corbière, qui estime que les élections municipales sont l’occasion rêvée de mener ce combat. Il y a les garants de la Ve République et les partisans de la VIe, avec des contrôles citoyens très forts, la question de la démocratie est essentielle. Lors de la présidentielle, nous avions une singularité, celle d’un mouvement qui veut redonner le pouvoir au peuple. Il faut retrouver cela. C’est le seul moyen de convaincre les abstentionnistes. »

Cette option populiste est également défendue par Adrien Quatennens. Le député du Nord, de plus en plus présent au nom de son mouvement, a ainsi estimé que « La France insoumise n’a pas vocation à être un énième parti de gauche. Elle est née pour être l’outil du peuple et de sa révolution citoyenne. C’est avec cela que nous devons renouer. C’est à cela que nous allons travailler. » Tous ensemble ? Rien n’est moins sûr.

Abel Mestre

 

Le crash de Mélenchon et LFI ou comment Josette Brenterch du NPA de Brest abat tous ses amis…

… un feuilleton dont on ne se lasse pas…

 

https://actu.orange.fr/politique/apres-la-debacle-l-amorce-de-la-discorde-a-la-france-insoumise-CNT000001g4GXW/photos/le-chef-de-file-de-la-france-insoumise-jean-luc-melenchon-et-la-tete-de-liste-lfi-aux-europeennes-manon-aubry-apres-l-annonce-des-resultats-des-elections-europeennes-le-26-mai-2019-a-paris-b9c70feff36f2e48bc10b4d5127f8e52.html

Après la débâcle, l’amorce de la discorde à La France insoumise

 

Le chef de file de La France insoumise  Jean-Luc Mélenchon et la tête de liste LFI aux européennes Manon Aubry après l'annonce des résultats des élections européennes le 26 mai 2019 à Paris
Le chef de file de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon et la tête de liste LFI aux européennes Manon Aubry après l’annonce des résultats des élections européennes le 26 mai 2019 à Paris
1/2
© AFP, GEOFFROY VAN DER HASSELT

 

 

AFP, publié le mercredi 29 mai 2019 à 16h47

De premières voix discordantes s’élèvent en public, mais les principaux cadres de La France insoumise, éreintée dimanche par la division par trois de son score entre les élections présidentielle et européennes, resserrent pour l’instant les rangs autour de Jean-Luc Mélenchon.

Chez Les Républicains, autres grands perdants du scrutin de dimanche, le débat est parti sur les chapeaux de roue. Mais chez LFI, malgré un score tombé à 6,31% dimanche, loin des 19,58% de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle de 2017, rien n’a filtré de la réunion du groupe parlementaire du mardi matin, le principal lieu de discussion stratégique.

« Ca s’est bien passé, chacun a pu s’exprimer sur ce qu’il pensait de la campagne », se contente de dire à l’AFP le député Eric Coquerel, par ailleurs coordinateur du Parti de gauche, composante fondatrice de LFI.

La députée Clémentine Autain a pourtant ouvert le débat, dès dimanche soir puis les jours suivants: « Ce qui est en cause, c’est la ligne politique de LFI », a-t-elle attaqué dans les médias. Elle a aussi déploré « la récurrence de formulations » visant à « cliver », ainsi que « des murs » dressés « là où il aurait davantage fallu chercher à construire des passerelles ».

D’autres reproches ont surgi sur les réseaux sociaux, venant par exemple de Manon Le Bretton, responsable de l’Ecole de formation insoumise: « Épuisée par cette campagne. Pas tant par l’énergie déployée sur le terrain, que par les désaccords et alertes que j’ai exprimés en interne quant à la ligne adoptée, qui abandonnait le travail remarquable engagé en 2017″, a-t-elle tweeté. « Je pleure d’avoir eu raison, avec d’autres. »

Elle fait notamment allusion au manque de structures de décision collective sur la stratégie, qui s’est soldé par plusieurs départs. « Cet échec doit amener LFI à se régénérer » autour d’une « ligne co-construite avec les militants », résume auprès de l’AFP un candidat aux européennes.

- « Illisible » -

Selon un cadre insoumis, « ça tangue déjà » mais « rien ne se dessine clairement ». Il prévient: « Soit les dirigeants ont une réaction intelligente pour repenser le mouvement » de manière aussi démocratique que ses idéaux, « soit LFI se +cornérise+ encore plus ».

Pour l’instant, les lieutenants de M. Mélenchon sont plutôt montés au créneau pour relativiser la défaite. Le député Alexis Corbière a déploré que Clémentine Autain soit « allée à la radio avant qu’on ne se réunisse », taclant: « Ca ne sert à rien de chercher à tirer son aiguille personnelle ».

LFI n’a certes « pas su montrer à ceux qui souffrent du système que l’enjeu était tel qu’il fallait se déplacer et voter pour nous », mais « c’est une élection qui est très dure pour nous, où notre électorat populaire s’abstient considérablement », a déclaré Eric Coquerel.

« C’est du pipeau! C’était un scrutin national, un point de passage vers la présidentielle », cingle François Cocq, ancien orateur national LFI congédié d’un tweet par Jean-Luc Mélenchon en janvier, mais qui entend continuer à militer. Il critique la stratégie d’ouverture à gauche de LFI, qui a par exemple accueilli à l’automne une partie de l’aile gauche du PS: « On a préféré, en vue des élections locales à venir, retourner à la tambouille. Les municipales vont être une pagaille incroyable pour LFI qui sera illisible ».

« On n’est pas dans les guéguerres personnelles, tout le monde a le droit de s’exprimer », assure à l’AFP Muriel Ressiguier, une autre députée. Cependant, « on s’est dit qu’il ne fallait pas réagir à chaud, chacun va réfléchir ».

L’éventuel impact de la colère médiatisée de M. Mélenchon durant les perquisitions au siège de LFI en octobre? « D’habitude, ce qui se passe, c’est que tout le monde la ferme, ça ne discute pas », croit savoir un ancien du mouvement, pour qui « Mélenchon envoie bouler (toute personne critique), qu’il classe ensuite comme pas fiable ».

Même dans les troupes à la base, « l’analyse est assez pauvre », témoigne un militant nordiste qui amorce une prise de recul, critiquant des décisions « de plus en plus opportunistes » de M. Mélenchon et ses proches. Il soupire: « Les militants ont été enfermés et s’enferment eux-mêmes dans un honneur militant, donc ils obéissent ».

 

https://www.francetvinfo.fr/elections/europeennes/abandonner-le-populisme-sortir-de-la-dependance-a-melenchon-apres-les-europeennes-les-insoumis-s-interrogent-sur-leur-avenir_3464141.html

Abandonner le populisme, sortir de la dépendance à Mélenchon… Après les européennes, les « Insoumis » s’interrogent sur leur avenir

 

Avec 6,31% des voix, La France insoumise a échoué, dimanche, à s’imposer comme la troisième force politique du pays et son leader fait l’objet de nombreuses critiques en interne.

Jean-Luc Mélenchon et Manon Aubry lors d\'un discours adressé aux militants de La France insoumise, le 26 mai 2019 à Paris, au soir des élections européennes.

Jean-Luc Mélenchon et Manon Aubry lors d’un discours adressé aux militants de La France insoumise, le 26 mai 2019 à Paris, au soir des élections européennes. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Elle n’a attendu que quelques heures avant de tirer la première. Dans un entretien publié lundi 27 mai par L’Obs, Clémentine Autain accuse la « ligne politique » de La France insoumise (LFI) d’être à l’origine de la débâcle survenue la veille, lors des élections européennes : avec 6,31% des voix, la formation n’a pas réussi à émerger comme la troisième force politique du pays, se retrouvant même derrière Les Républicains, affaiblis comme jamais.

Trop de « formulations » visant à « cliver », « de murs » érigés « là où il aurait davantage fallu chercher à construire des passerelles »… La députée « insoumise » de Seine-Saint-Denis ne ménage pas ses critiques, y compris contre la direction du parti, accusant en creux Jean-Luc Mélenchon de faire preuve d’autoritarisme dans le fonctionnement du mouvement.

J’ai posé la question du pluralisme et de la démocratie interne il y a plus d’un an. Cela avait été très fraîchement accueilli à l’époque. On nous avait promis des changements à l’été, un meilleur fonctionnement de l’espace politique… Mais rien n’a été fait en ce sens.Clémentine Autainà « L’Obs »

Les reproches de Clémentine Autain sonnent d’autant plus fort dans le mouvement qu’à la différence des Républicains, qui ont mis directement en cause Laurent Wauquiez dès la publication des résultats, les « Insoumis » ont serré les rangs dimanche soir. La consigne est alors de « ne pas faire d’autocritique », selon les informations du Monde. Devant des militants réunis dans un bar parisien, Jean-Luc Mélenchon concède tout juste que son camp doit « assumer [ses] responsabilités ». « C’est l’heure des combats et des caractères », lâche-t-il encore d’une voix lasse.

Malgré l’unité de façade affichée au soir des élections, la débâcle des européennes suscite pourtant de profondes interrogations sur l’évolution du mouvement.

Populisme ou gauche radicale ?

Deux camps se font face et se reprochent mutuellement d’avoir précipité l’échec de la campagne de Manon Aubry. L’un prône un retour aux fondamentaux de la campagne présidentielle, avec un discours populiste débarrassé de toute référence à la gauche – « Je pense que ces forces politiques ont été sanctionnées, balayées », a notamment estimé Alexis Corbière sur BFMTV mardi soir. En se recentrant sur le dégagisme et la mise en place d’une VIe République moins présidentielle, ce camp espère séduire les abstentionnistes et les « gilets jaunes », qui rêvent de référendum d’initiative citoyenne et de démocratie directe.

Le camp d’en face, incarné par Clémentine Autain, plaide de son côté pour un positionnement de gauche radicale assumé, avec de possibles ouvertures. « Cela suppose évidemment d’avoir des partenaires et de faire vivre le pluralisme », précise la députée à L’Obs.  »C’est exactement ce qui a été fait avec Manon Aubry [ex-porte-parole de l'ONG Oxfam, désignée tête de liste aux européennes]« , réplique froidement l’ancienne porte-parole Raquel Garrido, toujours proche du mouvement, dans une vidéo diffusée sur le site de Regards. « Fondamentalement, la ligne Autain a été mise en œuvre [et] elle a pris 6% », tâcle-t-elle.

« Ce n’est jamais le bon moment pour discuter »

Au-delà du positionnement politique, les discussions portent de plus en plus sur l’organisation du mouvement et sur l’opacité de son fonctionnement, basé sur la garde rapprochée qui entoure Jean-Luc Mélenchon. « Que ce soit la ligne ou la stratégie… Ce n’est jamais le bon endroit ou le bon moment pour discuter », résume un ancien « Insoumis », interrogé par franceinfo. « Nous sommes mis devant le fait accompli. Quand Jean-Luc a annoncé sa proposition de fédération populaire [des échanges entre militants en dehors des appareils], tous les militants de LFI et la quasi-totalité des cadres l’ont appris dans Libération.« 

Ces critiques font écho aux départs contraints ou spontanés des derniers mois. Au mois de janvier, par exemple, Jean-Luc Mélenchon annonce sur Twitter le « bannissement » de son « orateur national », François Cocq. Dans un courrier adressé à la direction, révélé par Le Monde, plusieurs cadres dénoncent alors la « brutalité » de cette annonce publique et insistent sur la nécessaire  »diversité » des personnalités  »fidèles » au programme. L’affaire renforce encore l’image d’un dirigeant retranché derrière un état-major resserré. Un reproche balayé en avril par Jean-Luc Mélenchon, dans Libération.

LFI, c’est 4 000 comités qui fonctionnent en autonomie. Le temps long est géré par le siège du mouvement, avec des campagnes nationales décidées par les adhérents. Le groupe parlementaire gère le temps court des réactions à l’actualité.Jean-Luc Mélenchonà « Libération », en avril

Le fonctionnement était déjà « vertical » au moment de la présidentielle, assure un cadre à franceinfo, tout en précisant que l’équipe du dirigeant était alors davantage étoffée : cela « offrait davantage de possibilités pour un débat contradictoire ». Lors de ces européennes, ce cercle  »s’est réduit et le fonctionnement s’est opacifié », déplore-t-il.

Les perquisitions ont eu « un impact négatif »

Ces élections ont également constitué un test sérieux pour Jean-Luc Mélenchon, après l’épisode des perquisitions d’octobre menées au siège de LFI et chez certains de ses responsables. Les images de son coup de sang avaient tourné en boucle et 59% des Français interrogés alors par l’Ifop retenaient l’adjectif « inquiétant » pour qualifier le dirigeant, soit une hausse de 21 points par rapport au mois d’avril 2017. « Une véritable rupture d’opinion », analysait l’institut de sondage, évoquant un phénomène « très rarement observé (…) s’agissant d’une personnalité politique ».

« C’était sans doute l’objectif, mais ces perquisitions ont peut-être eu un impact négatif. Cela nous a affectés collectivement », reconnaît Sergio Coronado, ex-député écologiste passé sous la bannière LFI en 2017. Un autre candidat aux européennes interrogé par franceinfo ajoute que les militants ont « senti l’onde de choc qui a suivi l’épisode, augmentée en partie par les médias ». Ceux-ci ont parfois « été confrontés à des réactions récurrentes sur le terrain, sur les marchés. Ils ont constaté que cela avait fait du tort à Jean-Luc Mélenchon », figure presque exclusive du mouvement pour de nombreux Français.

L’émergence de nouvelles personnalités prend du temps et la jeune génération incarnée par Adrien Quatennens ou Mathilde Panot peine encore à se faire un nom auprès du grand public. Un ancien cadre de LFI juge avec sévérité cette situation, accusant Jean-Luc Mélenchon d’absorber toute la lumière médiatique.

Jean-Luc Mélenchon a systématiquement tenu à l’écart les profils susceptibles de lui faire de l’ombre. Citez-moi un quinquagénaire médiatique, hormis Alexis Corbière, d’une totale loyauté ?Un ancien cadre de LFIà franceinfo

Danielle Simonnet, de son côté, estime que le dirigeant a toujours « favorisé l’émergence de nouvelles figures » dans le groupe qu’il préside à l’Assemblée. « Adrien Quatennens s’est illustré dès le début de la loi Travail, tout comme Mathilde Panot sur les questions écologistes », rappelle la coordinatrice du Parti de gauche. Suffisant ? « A l’heure actuelle, le mouvement ne repose plus que sur un groupe de 17 élus parlementaires, fait remarquer un cadre. Cela ne leur laisse pas le temps de faire vivre le mouvement. »

« Jean-Luc Mélenchon est le moteur »

Ces thèmes devraient prochainement nourrir les réflexions internes. Afin de redonner du souffle au projet, Danielle Simonnet plaide pour la création d’un « espace de coordination » entre les différentes composantes du mouvement (espaces nationaux, groupes d’action locaux…) « toutes les semaines ou tous les quinze jours ». Celui-ci pourrait par exemple accueillir des représentants des députés et eurodéputés du mouvement. « Nous l’avons toujours souhaité et cela devient plus important aujourd’hui », fait valoir l’élue parisienne. En début d’année, cet espace de dialogue avait pourtant été promis « d’ici les européennes » par Manuel Bompard, proche de Jean-Luc Mélenchon à la tête de l’équipe opérationnelle.

Pour autant, hors de question de remettre en cause la position centrale du tribun. Mais son avenir au sein de LFI pour les prochaines échéances électorales est, selon Danielle Simonnet, « une fausse question ». L’élection présidentielle « me paraît très très loin », préfère temporiser Sergio Coronado. « Mais quand on a réuni 19% [au premier tour de la présidentielle de 2017], on a selon moi des options sérieuses pour être candidat », ajoute l’ancien écologiste, alors que certains imaginent déjà le député picard François Ruffin porter les couleurs de LFI en 2022.

Les proches de Jean-Luc Mélenchon, eux, sont rapidement montés au front. « Il est quand même le moteur de ce que nous faisons, a rappelé Alexis Corbière sur BFMTV. C’est lui qui a fait émerger ce mouvement nouveau à hauteur de près de 20% [en 2017], c’est lui qui rassemble énormément de gens dans nos meetings. » « Il n’y a pas de dépendance à Jean-Luc Mélenchon, précise le cadre anonyme contacté par franceinfo. Un mouvement populiste s’appuie justement sur la figure d’un tribun : c’est théorisé et assumé. »

 

12345...66

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo