Bruno Crépin, ancien magistrat rennais, reconverti dans le conseil juridique auprès de potentiels pédophiles…

Bruno Crépin est un ancien conseiller de la Chambre de l’Instruction de Rennes, une juridiction dont certaines fantaisies ne sont pas passées inaperçues jeudi dernier :

http://petitcoucou.unblog.fr/2022/08/05/est-il-encore-possible-de-reveiller-la-justice-francaise/

Il semble avoir fait toute sa carrière de magistrat en Bretagne, d’abord à Saint-Malo, dans un tribunal que l’on dit aussi pourri que celui de Brest, également en raison de l’influence de la franc-maçonnerie dans cette ville, puis à Rennes où je l’ai vu à plusieurs reprises comme conseiller de la Chambre de l’Instruction de la Cour d’Appel de Rennes depuis le début de mes déboires avec la juge ultra CORROMPUE Céline Verdier du TJ de Brest, une femme ayant un profil de commerciale ou de perverse narcissique  – ce qui est la même chose, le commercial n’étant en réalité qu’un PN ayant fait de cette caractéristique son métier : tous les commerciaux sont en effet des PN à divers degrés, les techniques de vente sont toutes des techniques de manipulation, elles sont toutes basées sur le mensonge, la tromperie et l’irrespect et présupposent donc automatiquement des carences éducatives chez ceux qui les emploient; les meilleurs vendeurs sont d’ailleurs les plus frustres, les moins éduqués, les moins intelligents, ils sont très performants parce qu’ils ne doutent de rien et ne respectent rien ni personne, et tous les PN présentent de même des carences éducatives assez importantes et un tel profil est bien évidemment totalement antinomique de toute fonction de magistrat, si bien que la présence de Mme Céline Verdier dans la magistrature, alors qu’elle n’a même rien à faire dans la fonction publique, où la notion de respect ainsi que la probité des agents devraient toujours et partout être primordiales, prouve à quel point l’institution judiciaire française s’est délitée depuis qu’elle recrute à demi-bac + école de cul.

Mais revenons à la Chambre de l’Instruction de Rennes, dont la mission est théoriquement de contrôler le travail des juges d’instruction et des juges des libertés et de la détention exerçant dans le ressort de la Cour d’Appel de Rennes.

En date du 15 décembre 2017, alors qu’il venait tout juste de rendre avec deux de ses collègues sa dernière décision me concernant, Bruno Crépin a été admis à prendre sa retraite à sa demande à compter du 1er octobre 2018 (voir ci-dessous).

Je ne sais s’il était d’accord avec cette dernière décision par laquelle la formation de trois magistrats dont il faisait partie m’a donné entièrement raison contre le juge d’instruction dont j’avais contesté une ordonnance. Même chose concernant leur précédente décision, qui en fait le déjugeait, lui, pour sa confirmation avec deux autres magistrats du faux criminel d’octobre 2014 du juge Pierre Jourdin en faveur de mes harceleurs de la bande du pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi, un arrêt de l’automne 2015 que j’avais ensuite fait casser comme expliqué dans cet article :

http://petitcoucou.unblog.fr/2022/07/18/pierre-jourdin-un-magistrat-pour-qui-la-justice-est-trop-complexe/

Lors des deux audiences de la Chambre de l’Instruction correspondantes, où à chaque fois, comme la plupart du temps, j’étais venue plaider ma cause absolument seule, il était manifestement gêné, il faisait la gueule, ce qui n’avait jamais été le cas lorsque sa formation confirmait allègrement toutes les inventions les plus délirantes des juges d’instruction finistériens à mon encontre, une époque où il se montrait même plutôt de bonne humeur, jusqu’à rigoler ou ricaner de manière extrêmement légère à l’évocation des attentats islamistes commis sur le sol français à compter de mars 2012, et bien sûr, au mois de janvier 2015 – les attentats du 13 novembre 2015 approchaient alors à grands pas, j’en avais prévenu les magistrats bretons, qui donc en rigolaient pour certains ou me regardaient de travers pour d’autres, quoiqu’ils aient bien relevé qu’au printemps 2012 déjà je les avais prévenus avec plusieurs mois d’avance et une grande justesse de projets d’attentats de la cellule dite de Cannes-Torcy qui sera démantelée à l’automne suivant après un premier passage à l’acte.

En fait, Bruno Crépin a toujours été l’un des trois magistrats ayant examiné mes différents recours contre les décisions illégales et parfaitement délirantes des juges d’instruction du Finistère au cours de ces années 2010, mais lui plus que les autres, puisque, d’une part, c’est le seul à avoir toujours été présent, les autres conseillers ayant régulièrement changé, et d’autre part, il a presque toujours officié comme rapporteur de la formation, ce qui signifie que contrairement à ses collègues, il avait déjà pris connaissance de l’entier dossier qui leur était soumis au moment de l’audience, ayant dû travailler à la production de son rapport.

C’est donc a priori le magistrat de la Cour d’Appel de Rennes qui connaît le mieux tous ces dossiers jusqu’à son départ en retraite, les ayant tous vus, tandis que le représentant du Ministère public, tout comme les autres conseillers de la Chambre de l’Instruction, n’était pas toujours le même magistrat.

Il connaît bien aussi les précédents, lesquels ont naturellement été évoqués à plusieurs reprises lors de ces audiences portant en fait sur une continuation des harcèlements et agressions diverses dont j’ai toujours été victime depuis le début des années 1990, à la fois dans le travail et dans tous les autres domaines de mon existence, pour avoir à cette époque refusé de mettre mes compétences d’ingénieur d’études en informatique au service de complices mafieux de la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest, avec les dimensions nouvelles que constituent désormais une publicité extrêmement dangereuse qui s’instaure d’ailleurs, en juin 2010, en même temps que commence à s’organiser la préparation des attentats islamistes qui seront commis à compter de mars 2012, et les harcèlements multiformes de la bande de malades mentaux du cybercriminel et pédophile notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi à compter de l’année 2008 : piratages informatiques, cyberharcèlements, dénonciations calomnieuses multiples auprès de diverses autorités, harcèlements judiciaires à base de procédures abusives à répétition.

Une fois, ce magistrat s’est même amusé à compter tous mes recours contre des décisions de juges d’instruction depuis les années 1990. Il y a eu en fait autant de recours à la Chambre de l’Instruction que de décisions de juges d’instruction, ce qui est tout à fait normal à partir du moment où les juges d’instruction, tous CORROMPUS, ne cessent d’inventer absolument n’importe quoi en droit comme en faits pour tenter de justifier des refus d’informer tous illégaux (bien évidemment, je n’évoque ici que mes propres plaintes, toutes parfaitement justifiées, et pas les dénonciations calomnieuses de la criminelle Josette Brenterch à mon encontre, une procédure pour laquelle je m’étais entièrement remise à mon avocat jusqu’à la condamnation du 11 juin 2013, mais il m’a toujours trompée, il travaillait en réalité pour mes harceleurs, et principalement la cheftaine brestoise Josette Brenterch qui m’accusait mensongèrement de n’importe quoi, et spécialement de faits de même nature que ceux dont elle se rendait, elle, réellement coupable à mon égard; je rappelle encore à ce sujet que l’annulation de procédure qu’il avait demandée à l’audience du 9 avril 2013 et qui ne fut obtenue qu’en appel à Rennes le 2 décembre 2015 aurait pu et dû être demandée bien avant le procès, afin de m’éviter cette épreuve inutile et excessivement coûteuse à tous points de vue, puisqu’à toutes les étapes de cette procédure des irrégularités graves avaient été commises; les deux plaintes avec constitution de partie civile de Josette Brenterch étaient elles-mêmes toutes les deux nulles et auraient dû être rejetées d’emblée pour cette raison par le doyen des juges d’instruction de Brest, alors le juge Raymond André; puis la juge d’instruction désignée pour conduire l’information judiciaire, la juge Mathilde Boissy, ayant constaté que tous les faits présumés d’injures et de diffamations allégués par la plaignante étaient de toute façon prescrits, s’était auto-saisie des premiers faits de la poursuite, raison pour laquelle dans ses réquisitions d’octobre 2012, le procureur constatant la nullité de la poursuite avait requis un non-lieu sur cette partie des faits, qui me sera accordé par la juge d’instruction Muriel Corre, mais pas à OverBlog qu’elle mettra en examen pour ces faits avant de nous renvoyer en correctionnelle… enfin bref, n’importe quoi de bout en bout, et mon avocat ne m’informait de rien…).

Je n’ai pas beaucoup de chance. Dès le début, je me suis fait attaquer par des trafiquants d’armes également proxénètes. Or, ces gens-là ont toujours eu les moyens d’acheter tous ceux qui étaient disposés à se laisser corrompre : élus, fonctionnaires, magistrats, avocats, médecins, syndicalistes, journalistes, etc… et disposent aussi de milices très conséquentes.

En tous les cas, voilà donc un magistrat qui tout comme ceux du TJ de Brest avait encore accès à d’anciens dossiers et connaissait très bien tout mon parcours professionnel réel et toutes les difficultés, extrêmement graves, auxquelles je me suis trouvée confrontée à compter des années 1990.

Il a vu aussi tous les nouveaux dossiers : les preuves formelles des piratages informatiques dont j’étais victime, la totalité des textes publiés sur le blog Tique Toc du malade mental Pascal Edouard Cyprien Luraghi depuis l’ouverture de ce blog au mois de juin 2010 jusqu’à sa fermeture au public fin août 2010, de nombreux autres textes publiés sur le blog principal du même psychopathe, les différents blogs que ses complices et lui ont pu ouvrir en usurpant mon identité pour me faire tenir des propos publics délirants, différents autres textes calomnieux à mon égard qu’ils ont publiés encore ailleurs, toujours en commettant de multiples atteintes à l’intimité de ma vie privée, leurs très nombreuses menaces de mort et de viol, leurs appels récurrents au meurtre ou au viol à mon encontre, etc, etc… et aussi, bien sûr, leurs différentes menaces, notamment des menaces de mort, à l’égard de mes proches, mais également de toutes mes anciennes connaissances, tous les témoins de ma vraie vie étant activement recherchés par la bande de malades mentaux pour être éliminés et ainsi, ne plus jamais déranger le psychopathe en chef Pascal Edouard Cyprien Luraghi pour ses projets soi-disant « littéraires » me concernant (écrire et publier une version de ma biographie entièrement fausse et hautement calomnieuse pour de très nombreuses personnes m’ayant connue comme pour mes proches et moi-même).

Or, même si à plusieurs reprises, et pas seulement deux fois, j’ai pu obtenir ce que je voulais de le Chambre de l’Instruction, quoiqu’en règle générale elle se comporte comme une chambre d’enregistrement des décisions des juges au lieu de contrôler leur travail (tous les avocats s’en plaignent et certains jalousent même mon taux de réussites devant cette Chambre au point, pour l’un d’entre eux, d’avoir tenté de me voler tout mon travail personnel tout en me le faisant payer extrêmement cher par le biais d’une procédure en taxation d’honoraires, fort heureusement sans aucun succès, ni devant son Bâtonnier, ni en appel devant le Premier Président de la Cour d’Appel, qu’il n’a pas pu berner avec tous ses mensonges – bien évidemment, il s’agissait encore d’un complice du pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi… mais c’est quand même assez fou : des jaloux ou jalouses me volaient déjà mon travail à l’école tout en m’accusant mensongèrement de n’importe quoi pour me faire exclure ou mettre en quarantaine, cela a continué dans le domaine professionnel, puis dans le domaine associatif où les chefs brestois de la LCR ont bien repris à leur compte plusieurs de mes idées après m’avoir cassée à mort un peu partout, et encore sur la toile à compter de 2008, mon harceleur et calomniateur en chef le psychopathe Pascal Edouard Cyprien Luraghi lui-même s’étant lui aussi approprié de mes idées tout en pillant également l’intégralité de ma vie privée, qu’il viole au quotidien par divers moyens illégaux, et enfin cet avocat escroc qui tente de me voler doublement mon travail et de l’argent tout en m’accusant encore une fois mensongèrement de n’importe quoi, mais notamment, moi, de malhonnêteté… alors qu’il n’était pas mon avocat et ne m’a jamais représentée ni assistée dans aucune procédure devant la Chambre de l’Instruction, ce qui a été établi de manière indiscutable sans aucune difficulté, et même, qu’il s’était en fait violemment opposé au travail en question dans un écrit dont il n’a pu nier avoir été l’auteur… et en justifiant bien évidemment l’énormité des sommes réclamées en guise d’honoraires par l’excellence du travail réalisé, puisque la Chambre de l’Instruction m’avait au final donné raison sur toute la ligne; le principe est toujours le même : on vous pille tout en tentant également de vous conduire au fond du trou de manière à éviter toute contestation ultérieure de votre part, et cela se fait toujours avec l’appui d’une autorité « morale » en réalité totalement immorale, en l’occurrence les magistrats ultra CORROMPUS du TJ de Brest; mais cette fois-ci, il se dégage très nettement de sa procédure abusive de taxation d’honoraires que cet avocat qui comme tous mes autres harceleurs ne se gêne pas pour me faire passer mensongèrement pour une prostituée débile mentale et folle à lier, encense aussi mon travail dans un domaine de compétences qui est le sien et non le mien, puisqu’il a tenté de me le voler notamment pour cette raison, en soulignant son excellence; notons encore à ce propos que ceux qui ont réellement été mes avocats ont eux aussi tous reconnu, mais de manière honnête, que je n’étais pas nulle en droit, et par voie de conséquence, certainement pas la personne décrite par mes harceleurs), globalement, j’ai bien aussi à me plaindre d’avoir vu entériner par ses magistrats des choses absolument incroyables, notamment, à l’automne 2015, toutes les inventions délirantes des magistrats brestois pour blanchir totalement mes harceleurs de la bande du pédophile notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi.

Bien sûr, il m’est impossible de savoir quel était à chaque fois l’avis de Bruno Crépin, puisque ces décisions résultent toutes d’une délibération de trois magistrats. Sauf pour les deux dernières qui m’ont été entièrement favorables et qu’il me semble avoir davantage subies que voulues, il est toutefois permis de penser que son avis fut prépondérant, puisqu’il était toujours celui qui connaissait le mieux le dossier.

A priori, donc, pour Bruno Crépin, qui avec ses collègues de la Chambre de l’Instruction de Rennes, l’a quand même plusieurs fois confirmé dans les décisions de cette Chambre me concernant, rien de tout ce que le pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi a pu publier me concernant n’a jamais posé le moindre problème d’ordre légal : d’abord tout serait vrai, autant en ce qui concerne ma personnalité que ma biographie, je serais bien une prostituée débile mentale et folle à lier ayant eu pour amant le non moins fou à lier Joël Roma (je rappelle que c’est faux : la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest et ses complices m’inventent des tas de relations complètement débiles avec des tas de messieurs que je ne connais d’ailleurs pas forcément tous), je m’inventerais une vie d’ingénieur informaticien que je n’aurais jamais eue, et au lieu de travailler comme tout le monde, j’aurais en fait passé le plus clair de mon temps en HP. Bien évidemment, je serais aussi très très très très méchante et manipulerais tout le monde pour faire le mal, je mentirais tout le temps, etc, etc, etc… Il n’y a vraiment aucun problème dans tous les délires habituels du pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi et de ses complices me concernant. Il n’y a pas non plus de problème à révéler au public toutes ces « informations » et bien d’autres me concernant et concernant aussi mes proches, par exemple mes parents, et qui relèvent à l’évidence de l’intimité de nos vies privées respectives. Et il n’y a pas non plus le moindre problème concernant les moyens utilisés par cet individu qui au départ ne me connaît que comme un anonyme internaute pour avoir accès à toutes ces « informations » me concernant qu’il livre au public. Même chose pour les menaces de mort et de viol : tout est normal.

Pourtant, Bruno Crépin m’a vue venir me défendre seule à plusieurs reprises.

A plusieurs reprises, il a aussi validé de mes argumentations juridiques contre les décisions délirantes de juges d’instruction à mon encontre. Il sait très bien que je n’ai rien d’une folle ni d’une débile mentale. Quant à la prostituée… ce n’est pas plus crédible, surtout pour lui qui connaît bien, tout comme les magistrats brestois, tout mon parcours professionnel bien réel d’ingénieur d’études en informatique ayant notamment travaillé sur des projets classés Secret et Confidentiel Défense.

Au final, avec ses collègues de la Chambre de l’Instruction, il a plusieurs fois réaffirmé que j’étais en droit de demander et d’obtenir l’ouverture d’informations judiciaires. Pour autant, je n’en obtiens toujours pas, les juges d’instruction du Finistère continuent, tous, à n’obéir qu’au pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi.

Je suis en droit, mais on en reste là, l’essentiel étant que les viols multiformes dont je suis quotidiennement victime depuis des années puissent perdurer aussi longtemps que je reste en vie, avec toutes les campagnes de calomnies phénoménales dont je suis également toujours victime, et toutes les tentatives d’escroqueries au jugement et autres extorsions commises en bande organisée débutées en 2010.

Depuis le temps que ça dure, il va de soi que de nombreux témoins gênants de ma vraie vie ont bien été identifiés puis assassinés, à commencer par plusieurs ingénieurs de ma famille.

Mais c’est normal, tout est normal.

Les attentats islamistes ? Des gamineries… des plaisanteries qui toutes font rire aux éclats le pédophile, laissons-le faire, il a bien le droit de s’amuser, il est pédophile.

Depuis qu’il a pris sa retraite en octobre 2018, le nom de Bruno Crépin n’est apparu que dans l’article recopié ci-dessous, du 7 février 2020, jour où le pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi, né le 7 février 1958 à Strasbourg, a eu 62 ans.

Le lecteur y apprend que Bruno Crépin a participé à une journée de formation de diacres sur la question des abus sexuels dans l’Eglise.

Bien sûr, l’Eglise, ce n’est pas l’Education nationale ni le Nouveau Parti Anticapitaliste.

Mais il s’agit encore de pédophilie.

 

 

https://jorfsearch.steinertriples.fr/name/Bruno%20Crepin

Bruno Crepin

De: Bruno CREPIN
Objet:
à faire valoir leurs droits à la retraite
à compter du
1er octobre 2018
conseiller à la cour d’appel de Rennes
Groupe:
a_sa_demande
cour_appel= »Rennes »
magistrat= »Conseiller à la cour »
depart_retraite
admission

15 Décembre 2017

De: Crépin (Bruno, André, Henri)

conseiller à la cour d’appel de Rennes ; 36 ans de services
Objet:
pour prendre rang à la date de la remise réglementaire de l’insigne
Justice
Au grade de chevalier
ordre_merite
annees_service= »36 »
grade= »Chevalier« 
nomination

15 Mai 2014

De: Bruno Crepin

vice-président au tribunal de grande instance de Rennes
Objet:
Cour d’appel de Rennes
Conseillers
Groupe:
cour_appel= »Rennes« 
nomination

28 Juin 2006

De: Bruno Crepin

président du tribunal de grande instance de Saint-Malo (poste créé)
Objet:
Cour d’appel de Rennes
Tribunal de grande instance de Rennes
Vice-président du premier grade, premier groupe
Groupe:
cour_appel= »Rennes »
magistrat= »Vice-président »
tribunal
tribunal_grande_instance= »Rennes« 
nomination

25 Juillet 1996

De: Crepin (Bruno)

président (Saint-Malo)
Objet:
Tableau d’avancement 1996 (magistrature)
Inscrits : 674
inscription

02 Juillet 1996

De: Crepin (Bruno)

président (Saint-Malo)
Objet:
Tableau d’avancement 1995 (magistrature)
Inscrits: 654
inscription

01 Juillet 1995

De: Crepin (Bruno)

président (Saint-Malo)
Objet:
Tableau d’avancement (magistrature)
Inscrits: 589
inscription

01 Juillet 1994

De: Crepin (Bruno)

président (Saint-Malo)
Objet:
Tableau d’avancement du 1er juillet 1993 (magistrature)
Inscrits : 548
inscription

01 Juillet 1993

De: Crepin (Bruno)

président du tribunal de grande instance de Saint-Malo
Objet:
examinateurs spécialisés, adjoints au jury du premier concours d’accès à l’Ecole nationale de la magistrature
Groupe:
ecole
nomination

31 Août 1991

De: Crepin (Bruno)

président du tribunal de grande instance de Saint-Malo
Objet:
examinateurs spécialisés adjoints au jury du premier concours d’accès à l’Ecole nationale de la magistrature
Groupe:
ecole
nomination

23 Août 1990

 

 

https://saint-malo.maville.com/actu/actudet_-Les-francs-macons-discrets-mais-pas-secrets-_-846554_actu.Htm

logo Ouest-France Mercredi 04 mars 2009 00:00

Les francs-maçons, « discrets mais pas secrets »

photo le temple, dans les environs de saint-malo. les francs-maçons de différentes obédiences s'y retrouvent régulièrement. au mur, le triangle (symbole de perfection) encadré par la lune, le soleil, l'étoile de la connaissance. autant de symboles maçonniques. 1 Le Temple, dans les environs de Saint-Malo. Les francs-maçons de différentes obédiences s’y retrouvent régulièrement. Au mur, le triangle (symbole de perfection) encadré par la lune, le soleil, l’étoile de la connaissance. Autant de symboles maçonniques.

La franc-maçonnerie existe aussi à Saint-Malo. Elle regroupe environ 300 adhérents au sein de sept loges,dont celle du Grand Orient de France.

Entretien

Yves Picard.

Vénérable de la République malouine, loge du Grand Orient de France.

Pourquoi sortir de l’ombre ?

Car on raconte tout et n’importe quoi, le sujet alimente les fantasmes. En fait, les francs-maçons ne sont pas secrets mais discrets. La franc-maçonnerie n’est ni une secte, ni une religion mais un ordre initiatique.

Comment avez-vous connu la franc-maçonnerie ?

Je suis Vénérable (président) de la loge malouine depuis juin 2008. J’ai été initié en 2001. J’ai été approché deux fois avant d’accepter, mais j’ai préféré attendre la retraite. Bien des francs-maçons sont engagés dans la vie de la cité : élus, militants syndicaux, bénévoles dans des associations, etc.

Quand se tiennent vos réunions ?

Nous nous réunissons deux fois par mois au Temple, dans les environs de Saint-Malo. Pendant la Tenue (réunion), un frère fait un exposé sur un sujet qu’il a librement choisi. Nul ne peut l’interrompre durant sa lecture. Puis chacun apporte sa pierre, en intervenant à son tour, afin de parfaire l’ouvrage. Tous les thèmes peuvent être abordés, sauf ceux qui sont contraires à nos principes, comme le racisme, la xénophobie, la haine de l’autre.

Dans quel but ?

Pour rechercher la vérité, élever l’Homme et la Société. La franc-maçonnerie est un cheminement pour se remettre en question, s’améliorer, s’ouvrir aux autres, apprendre à être tolérant, fraternel, solidaire. Cette démarche débouche sur un projet humaniste. Un franc-maçon doit porter à l’extérieur l’oeuvre commencée au Temple.

Parlez-nous de vos rites ?

Ces rites sont l’héritage de notre Histoire. Un franc-maçon en reconnaît un autre à sa façon de serrer la main, d’observer le silence, d’éviter de couper la parole. Après la Tenue, place aux Agapes en salle humide. C’est une salle où l’on partage ensemble un repas fraternel. La rigueur des débats fait place à des conversations plus profanes.

Et pour entrer en franc-maçonnerie ?

Contrairement à une secte, il est difficile d’y entrer mais facile d’en sortir. Il faut se plier à une longue période d’observation, avec trois enquêtes. Ensuite, vous devrez « passer sous le bandeau », les yeux bandés de noir. Les frères votent alors avec des boules noires et blanches. Si vous êtes initié, vous restez apprenti une année entière, en observant le silence. Puis, vous devenez compagnon et maître maçon.

Quels sont les événements à venir ?

D’ici la fin de l’année, des conférences publiques aborderont des sujets tels que la bioéthique, l’accompagnement de la fin de vie ou la laïcité. Le temps fort, ce sera la grande exposition sur la franc-maçonnerie en Bretagne. Elle aura lieu en octobre, à Dinard, avec des pièces prêtées par le musée du Grand Orient (l’épée de La Fayette, le tablier de Voltaire) et des personnalités invitées.

Recueilli parOlivier BERREZAI.   Ouest-France  

 

https://rennes.catholique.fr/actualite/articles/346604-diacres-diocese-se-forment-abus-sexuels/

Les diacres du diocèse se forment au sujet des abus sexuels

 

Publié le 07 février 2020

Bruno Crépin, ancien magistrat rennais, reconverti dans le conseil juridique auprès de potentiels pédophiles... dans AC ! Brest 200118-Jounee-diacres-2

Deux fois par an, la fraternité diaconale diocésaine se retrouve pour un temps de formation, de prière, et une rencontre conviviale. Le 18 janvier 2020, nous étions 70 personnes (diacres et épouses de diacres) à nous retrouver pour réfléchir et nous former au sujet des abus sexuels dans l’Église.

 

Vincent Massart, diacre, délégué diocésain adjoint au diaconat

C’est un sujet difficile, sur lequel l’Église reste active et constamment attentive. L’actualité ne cesse de rapporter des histoires pénibles et scandaleuses qui nous font mal. Notre douleur concerne d’abord toutes les victimes concernées, mais elle est renforcée par notre appartenance à l’Église, entachée par ces affaires, et par le lien de l’ordination qui nous relie sacramentellement à l’ensemble des ministres de l’Église dont certains sont coupables. Les diacres sont souvent invités à se positionner en tant que représentants de l’Église, par exemple dans les groupes qu’ils peuvent accompagner, ou dans leur milieu professionnel.

Un temps de formation avait déjà été proposé en 2019 pour les prêtres du diocèse et il était donc nécessaire de prendre le temps d’une formation également pour les diacres. Dans ces situations délicates, il faut se donner quelques repères, en particulier sur la façon de réagir, et connaître le cadre légal. Sur ce sujet complexe, il est nécessaire d’envisager des regards différenciés : témoignages de victimes, et interventions de différents professionnels concernés : psychologue, magistrat, juge ecclésiastique.

Différents regards sur un sujet complexe

Cette journée était centrée par la célébration eucharistique comportant un temps pénitentiel plus marqué qu’à l’habitude pendant lequel la fraternité diaconale du diocèse a demandé pardon au Seigneur, au nom de l’Église. Pour cette célébration, présidée par Mgr d’Ornellas, les diacres ont repris les paroles du pape François. « Nous demandons pardon pour les abus, abus de pouvoir et de conscience, abus sexuels de la part des membres de l’Église. D’une façon spéciale, nous demandons pardon pour tous les abus commis dans divers types d’institutions dirigés par des religieux et des religieuses et d’autres membres de l’Église. Et nous demandons pardon pour les cas d’exploitation par des personnes qui, dans le cadre de leur travail ont eu affaire à de nombreux mineurs (…).  »

200118-Jounee-diacres-1 dans Attentats

Le diocèse de Rennes compte 49 diacres permanents, pour la plupart mariés

 

Mme Stéphanie Hubert, psychologue criminologue, spécialisée dans les affaires de protection de l’enfance, a longuement exposé les conséquences à long terme des actes subis pendant l’enfance. Une agression a d’autant plus de gravité qu’elle concerne une victime plus jeune, sur des durées plus longues. Cependant, une agression unique, même chez un adulte, peut entraîner des conséquences psychologiques sévères à long terme. Il est donc bien question de casser les représentations toutes faites, les idées préconçues. L’église est concernée, mais ces agressions sont malheureusement présentes aussi dans beaucoup d’autres domaines de la société où cela n’est pas encore suffisamment mis au jour. La plupart des actes d’agression sexuelle sur les mineurs se déroulerait dans les associations, en particulier sportives, les milieux de l’éducation, et les familles. À vrai dire, les statistiques restes difficiles sur ce sujet, car les chiffres venant de sources pénales ne représentent qu’une partie de la réalité, il y a beaucoup de paramètres contradictoires pour une statistique fiable.

Des questions… des réponses nuancées

Éclairé par un témoignage réel, et par l’expérience de l’intervenante, le propos de la psychologue a permis d’envisager la complexité de chaque situation. Comment se fait-il que les victimes ne s’expriment pas plus tôt ? Comment ces agressions sont véritablement destructrices pour la personnalité ?  Quel regard la victime porte-t-elle sur elle-même après de tels actes ? Comment la confiance des enfants vis-à-vis des adultes est abolie ? Comment la possibilité d’une parole sur l’agression est-elle exclue par la victime elle-même ? Comment une victime pourra-t-elle retrouver une relation sociale satisfaisante ? Autant de questions et des réponses toujours nuancées en évitant bien souvent la généralisation abusive.

Quant à la psychologie clinique de l’agresseur, il n’y a pas un seul type de structure psychologique, mais différents tableaux possibles, entraînant des agressions selon des modes différents. Enfin, la psychologue a donné quelques clés essentielles pour l’adulte amené à accueillir la parole d’une victime : recevoir ce témoignage immédiatement, dans un lieu rassurant, ne pas déléguer à une autre personne, ne pas faire répéter, mais noter chaque mot dans leur précision, ne pas banaliser mais ne pas faire un interrogatoire, ne pas garder le silence et ne pas rester seule avec cette information.

Deux éclairages plus légalistes

Pendant l’après-midi, deux éclairages plus légalistes ont été proposés : M. Bruno Crépin, magistrat, a exposé le cadre du droit français à ce sujet : il n’y a pas d’abus sexuels, dit-il, il n’y a que des agressions. Ce propos difficile a pu être éclairé par des exemples de situations permettant d’évoquer toute la difficulté pour les juges à comprendre les faits, parfois bien longtemps après leur déroulement, en questionnant des victimes dont la personnalité a été profondément touchée.

Hervé Queinnec, juge ecclésiastique, a pu exposer également les aspects du droit canonique. C’est une législation propre à l’Église, entraînant des peines internes à l’Église. À chaque fois, il faut considérer le for interne et le for externe c’est-à-dire les conséquences des actes pour la personne elle-même, spirituellement surtout, mais aussi pour l’Église dans son fonctionnement. Pour terminer sur le côté juridique de la question, M Crépin et P. Queinnec ont pris un temps au sujet du secret professionnel, c’est à dire en Église la question du secret de la confession, et du secret de l’accompagnement spirituel.

Conclusion par Mgr d’Ornellas

Monseigneur d’Ornellas a conclu la journée avec trois remarques :

  • Nous sommes tous pêcheurs, et il n’y a pas deux catégories de personnes, les uns et les autres, les bons et les mauvais, ceux qui font des actes mauvais, et ceux qui en subissent les conséquences. Ce clivage n’est pas évangélique. L’église est une : quand un membre souffre, c’est toute l’Église et toute l’humanité qui est en souffrance.
  • Le cléricalisme est un mal contre lequel il faut lutter, sachant qu’il n’est pas le fait seulement des prêtres, les laïcs aussi y participent. « Lutter contre l’abus des pouvoirs, c’est un travail de tous ».
  • Enfin et surtout, il faut aimer l’Église, c’est un profond travail de conversion, dans les fibres les plus intimes de notre être (humain, spirituel, sexuel). Rien n’est étranger au Christ. Même dans les scandales et dans les douleurs, il y a un appel à la sainteté, grâce à la parole libérée. Cette parole peut parfois arracher les lèvres et faire souffrir. Mais c’est une parole qui peut nous convertir.

 

Cyprien Luraghi pervers narcissique

 

 

 

On le reconnaît sans aucun mal dans le 7ème des différents types de pervers narcissiques décrits dans cette vidéo, c’est le pire de tous et il en est carrément une caricature tant son cas est extrême.

Je rappelle mes deux dernières publications le concernant, contenant de ses textes édifiants de septembre 2008 :

http://petitcoucou.unblog.fr/2022/08/02/ayman-al-zawahiri-chef-dal-qaida-tue-par-un-drone-americain/

http://petitcoucou.unblog.fr/2022/08/03/le-11-septembre-2008-cyprien-luraghi-annoncait-deja-son-futur-attentat-contre-charlie-hebdo/

Je disais hier qu’au mois de septembre 2008 il m’avait déjà consacré deux de ses articles de blog alors que pour ma part je ne l’avais pas encore remarqué, ni sur le site Rue89, ni ailleurs.

Mais en réalité, il en a bien publié au moins un autre sinon deux autres les 17 et 20 septembre 2008, dans lesquels il dit écraser ou aplatir les autres.

Le premier des deux est intitulé « Crapaud-Goudron », c’est un crapaud écrasé baignant dans le goudron qu’il compare aussi à une araignée. Or, il a toujours dit qu’il me voyait en araignée, sans aucun doute comme dans ses rêves, se redressant sur ses huit pattes comme un ressort après avoir été écrasée.

En effet, je m’étais réinscrite sur le site Rue89 en date du 15 septembre 2008 :

 

Le 15/09/2008 à 10:55, rue89@mail.rue89.com a écrit :

Logo Rue89

Cher(e) jexiste,
Merci de votre inscription au site Rue89 et de votre confiance dans notre démarche: marier l’expérience de journalistes professionnels avec la culture de l’Internet.
Pour en savoir plus sur le site, vous pouvez consulter les questions fréquemment posées et notre déclaration d’intention en texte et vidéo.
Nous vous encourageons à réagir aux articles, aux vidéos et à noter articles et commentaires. Vous rendrez ainsi service à l’ensemble des visiteurs en contribuant à mettre en avant les contenus jugés les plus intéressants.
Pour terminer l’inscription cliquez sur le lien suivant:
Je participe!
Une fois connecté(e) vous pourrez choisir un nouveau mot de passe.
Si le lien n’est pas cliquable vous pouvez vous connecter directement au site à l’aide des identifiants suivants:

  • ► Nom d’utilisateur: jexiste
  • ► Mot de passe:

L’équipe de Rue89

 

Je me faisais traiter de folle et ne savais encore rien de toutes les autres inventions de la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest à mon encontre après que nous nous soyons quittées très fâchées en fin d’année 2005, mais il est bien évident que je baignais effectivement dans le goudron de la calomnie, écrasée par cette autre perverse narcissique du 7ème type et tous ses complices militants de l’extrême-gauche, y compris des journalistes comme le menteur pathologique et sadique David Servenay.

 

Décès de Jean-Luc Polard à Brest

Encore un qui ne dira plus rien et ne trahira pas l’immonde salope Josette Brenterch du NPA de Brest s’il n’a pas pris ses précautions avant de partir.

C’est quand même un peu gênant, tous ces décès prématurés de complices de cette criminelle, non ?

On compte déjà au moins trois magistrats entre 2015 et 2019, tous les trois bien avant la retraite, ainsi que les deux principaux acteurs de l’affaire « Vivre à Brest », Alain Masson le 4 novembre 2020 à 66 ans quelques jours après avoir été admis à l’hôpital, et maintenant Jean-Luc Polard, 71 ans, des suites d’une longue maladie, le premier ayant, de mon point de vue, vraisemblablement été corrompu par le second, eu égard à ses pouvoirs occultes de grand maître maçon (Grand Orient de France) – sait-on seulement ce qu’il a fait de l’argent ? a-t-il tout gardé pour lui, ou en a-t-il redistribué une partie, par exemple à quelques fonctionnaires de l’ordre judiciaire, ou bien encore à d’autres décideurs ?

 

Pour mémoire :

http://petitcoucou.unblog.fr/2022/07/09/deces-de-lancien-magistrat-brestois-francois-dresen-en-aout-2015/

 

 

https://www.letelegramme.fr/finistere/brest/poursuivi-dans-l-affaire-vivre-a-brest-l-ancien-elu-ps-jean-luc-polard-est-decede-29-07-2022-13129878.php

Mis en examen dans l’affaire Vivre à Brest, l’ancien élu PS Jean-Luc Polard est décédé Réservé aux abonnés

 

Publié le 29 juillet 2022 à 15h17

Depuis quatre ans, Jean-Luc Polard avait quitté la vie politique suite à l’affaire Vivre à Brest.

Depuis quatre ans, Jean-Luc Polard avait quitté la vie politique suite à l’affaire Vivre à Brest. (Le Télégramme/Le Télégramme)

 

Ancienne figure du PS Brestois, mis en cause dans l‘affaire Vivre à Brest, Jean-Luc Polard est décédé ce vendredi 29 juillet 2022, à l’âge de 71 ans.

 

Quatre ans après son retrait de la vie politique brestoise, Jean-Luc Polard, 71 ans, est décédé, ce vendredi 29 juillet 2022, des suites d’une longue maladie. Ex-membre de la garde rapprochée du maire et président de la métropole François Cuillandre, le Landernéen, élu socialiste depuis 1989, aura occupé des postes clés au fil de deux décennies d’action publique : adjoint aux finances, à la cohésion sociale, vice-président de l’agglomération en charge des services à la population… De 1995 à 2001, le petit homme à la fine moustache aura aussi présidé la Sopab, devenue aujourd’hui Brest’aim.

Un itinéraire riche qui s‘est achevé brutalement en 2018, suite à l’affaire Vivre à Brest.

Renvoi devant un tribunal requis

Trésorier de l’association qui faisait office de caisse de redistribution pour les indemnités des élus PS, l’ancien cadre bancaire était poursuivi pour complicité d’abus de confiance. Il était soupçonné d’avoir autorisé des versements litigieux, notamment en faveur d’Alain Masson, ex-élu et président de l’association, décédé en 2020. En février 2022, le parquet de Brest avait requis son renvoi devant le tribunal correctionnel.

Réputé pour son humour, qu’il utilisait souvent pour déminer des situations périlleuses, Jean-Luc Polard avait posé ses valises à Bellevue, il y a près d’un demi-siècle. Un quartier qu’il ne quittera plus. Militant CFDT dès 1972, il avait adhéré en 1974 au Parti socialiste, dont il aura été le secrétaire du comité de ville de 1985 à 1989.

À lire sur le sujetAffaire du PS brestois : sous pression, Jean-Luc Polard démissionne

 

Regret et tristesse

Comme Alain Masson, c’est par un simple communiqué que Jean-Luc Polard avait fait connaître son retrait de la vie politique, en plein scandale. « J’ai consacré une grande partie de ma vie à défendre les intérêts de ce territoire, c’est avec regret et tristesse que je quitte mes fonctions », écrivait-il. À l’époque, il se disait n’avoir « aucunement perçu d’indemnités au-delà de celles qui (lui) étaient dues. Bien au contraire, dans notre objectif de mutualisation entre élus, je percevais bien moins que le montant des indemnités prévues par la loi ». Il expliquait « démissionner » pour » pouvoir (se) défendre librement » et « pour que l’équipe municipale puisse continuer à mener efficacement son travail ».

Malade, Jean-Luc Polard s’est éteint avant la tenue d’un éventuel procès.

 

https://www.letelegramme.fr/finistere/brest/deces-de-jean-luc-polard-francois-cuillandre-maire-de-brest-salue-un-travailleur-acharne-29-07-2022-13129942.php

Décès de Jean-Luc Polard : François Cuillandre, maire de Brest, salue un « travailleur acharné »

 

Publié le 29 juillet 2022 à 16h12

François Cuillandre, le maire de Brest, salue la mémoire de Jean-Luc Polard, « un homme de gauche aux fortes convictions ».

François Cuillandre, le maire de Brest, salue la mémoire de Jean-Luc Polard, « un homme de gauche aux fortes convictions ». (Photo Archives/Le Télégramme)

 

François Cuillandre réagit au décès de son ancien adjoint, Jean-Luc Polard, disparu ce vendredi 29 juillet 2022.

 

François Cuillandre, le maire de Brest et président de Brest Métropole réagit au décès de Jean-Luc Polard, qui fût l’un de ses plus proches alliés. « La nouvelle du décès prématuré de Jean-Luc Polard m’attriste profondément. Homme de gauche aux fortes convictions, connu de beaucoup pour ses engagements et son dévouement, durant de longues années, au service des autres, il a donné son énergie aux Brestoises et aux Brestois et aux habitants de la métropole, sans compter ses heures. Travailleur acharné, il a contribué à remettre sur les rails le dossier des Halles Saint-Louis. Il est aussi celui qui est à l’origine des assises du commerce. Investi pour le département, il a également présidé le conseil d’administration de Sotraval durant de nombreuses années. J’adresse à sa famille et à ses proches mes plus sincères condoléances ».

 

https://www.letelegramme.fr/finistere/brest/deces-de-jean-luc-polard-kevin-faure-retient-la-determination-et-l-engagement-29-07-2022-13129983.php

Décès de Jean-Luc Polard : Kévin Faure retient « la détermination et l’engagement »

 

Publié le 29 juillet 2022 à 16h53

Décès de Jean-Luc Polard : Kévin Faure retient « la détermination et l’engagement »

(Photo Archives Le Télégramme/Eugene Le Droff)

 

Kévin Faure, conseiller départemental du canton de Brest-1, réagit au décès de Jean-Luc Polard, ancien élu PS brestois, ce vendredi 29 juillet.

 

Kévin Faure, conseiller départemental du canton de Brest-1, réagit au décès de Jean-Luc Polard, ancien élu PS de la ville de Brest et de Brest métropole. « C’est avec tristesse que j’apprends la disparition de Jean-Luc Polard ce vendredi 29 juillet. Militant socialiste engagé dans la vie locale, Jean-Luc aura exercé plusieurs mandats locaux au service des Brestoises et des Brestois mais également en tant que conseiller général du canton de Bellevue. Il aura donc œuvré au service du plus grand nombre, à Brest, à Quimper, avec engagement et détermination et souvent avec humour. Une génération nous séparait mais j’ai souvenir de ses anecdotes et son soutien lors des élections départementales de 2015 avec Franck Respriget, Bernadette Abiven, Sylvie Jestin et les camarades socialistes engagés dans la campagne. Jean-Luc aimait ce temps des campagnes pour le débat d’idées qu’elles provoquaient et menait son action publique avec comme seule boussole : ses valeurs socialistes. Je salue aujourd’hui son action assurément tournée vers l’intérêt collectif dans ses mandats exercés, et j’adresse à sa famille et à ceux qui lui étaient proches mes sincères condoléances ».

 

https://www.letelegramme.fr/finistere/brest/brest-jean-luc-polard-un-homme-delicieux-selon-le-maire-de-gouesnou-29-07-2022-13130086.php

Brest : Jean-Luc Polard, « un homme délicieux » selon le maire de Gouesnou Réservé aux abonnés

 

Publié le 29 juillet 2022 à 18h28

« Il est regrettable que cette affaire (Vivre à Brest, NDLR) ait totalement éclipsé son action pour la Ville de Brest et la Métropole car il n’aurait pas démérité de suivre un destin national » réagit

« Il est regrettable que cette affaire (Vivre à Brest, NDLR) ait totalement éclipsé son action pour la Ville de Brest et la Métropole car il n’aurait pas démérité de suivre un destin national » réagit le maire de Gouesnou, Stéphane Roudaut, à l’annonce du décès de l’ex-élu PS brestois Jean-Luc Polard.

 

Stéphane Roudaut, maire de Gouesnou, rend hommage à Jean-Luc Polard, « adversaire politique » mais « homme délicieux », qui ne mérite pas d’être résumé à la seule affaire « Vivre à Brest », estime l’élu.

 

« C’est avec tristesse et une certaine amertume que j’ai appris ce vendredi la disparition de Jean-Luc Polard des suites d’une longue maladie. Brest et la Métropole perdent un personnage incontournable, une figure, et je n’ai pas de mots pour vous dire combien j’appréciais l’homme, son humour, et débattre avec lui », a réagit dans un communiqué Stéphane Roudaut, maire de Gouesnou. « Je sais qu’il traversait une période difficile après avoir tant donné pour son territoire. Et il est regrettable que cette affaire (Vivre à Brest, NDLR) ait totalement éclipsé son action pour la Ville de Brest et la Métropole car il n’aurait pas démérité de suivre un destin national », poursuit le 1er vice-président de Brest métropole.

« Je retiens donc de Jean-Luc Polard ces dix années à nous côtoyer, d’abord en adversaires. Nous avions de vraies divergences, une vision parfois opposée des choses. Lui était socialiste et moi chiraquien. Et il faut dire que je le trouvais parfois pétri de certitudes ! Mais les désaccords d’un jour n’ébranlaient en rien le respect et la confiance que nous nous portions. Et je me souviens de ces années – jeune élu – où il venait sans « paternalisme » ni aucune once d’arrogance apporter son expérience, sa connaissance fine du territoire et son conseil ».

« L’homme des dossiers »

« J’aimais déjeuner avec lui, j’aimais prendre un verre avec lui, j’aimais sa compagnie tout simplement, poursuit Stéphane Roudaut. Il connaissait une partie de mon histoire familiale en écho à ses confidences sur la sienne et sa jeunesse landernéenne.

Jean-Luc Polard était un homme délicieux, à l’humour décapant, mais c’était également « l’homme » des dossiers difficiles. Sans doute son image a pu en pâtir, et quelque part, je trouve cela injuste. Il était enfin un de mes prédécesseurs à Brest’aim, du temps où elle s’appelait SOPAB, et je crois pouvoir dire qu’il a été un bon président.

Assurément, je suis triste aujourd’hui et j’adresse toutes mes pensées les plus sincères à ses proches », termine le président de Brest’aim.

 

https://www.letelegramme.fr/finistere/brest/deces-de-jean-luc-polard-a-brest-un-elu-competent-et-engage-pour-les-elus-du-gica-30-07-2022-13130878.php

Décès de Jean-Luc Polard à Brest : « Un élu compétent et engagé » pour les élus du Gica

 

Publié le 30 juillet 2022 à 10h11

Ancien élu PS à la ville et à la métropole, Jean-Luc Polard est décédé le vendredi 29 juillet.

Ancien élu PS à la ville et à la métropole, Jean-Luc Polard est décédé le vendredi 29 juillet. (Photo d’archives Le Télégramme)

 

Les maires du groupe d’élus du Gica à Brest Métropole ont réagi, ce vendredi 29 juillet, au décès de l’ancien élu PS, Jean-Luc Polard.

 

Les six maires du groupe d’élus du Gica, de la métropole brestoise, ont réagi, vendredi 29 juillet dans la soirée, au décès de Jean-Luc Polard, ancien élu PS à Brest. ?« Jean-Luc Polard fut un élu impliqué fortement pour son territoire. Parfois un opposant politique farouche, toujours un élu compétent et engagé, et une personnalité pleine d’humour et de finesse. Jean-Luc était une personne qui aimait Brest et sa région, toujours humble et respectueux des élus et des agents. La fin de sa vie fut difficile et pas méritée. Repose en paix, Jean-Luc… ». Un message exprimé par Dominique Cap, maire de Plougastel-Daoulas et président de l’association des maires du Finistère ; Pierre Ogor, maire de Guilers ; Yves du Buit, maire de Plouzané ; Stéphane Roudaut, maire de Gouesnou ; Armel Gourvil, maire de Bohars ; et Fabrice Jacob, maire de Guipavas.

Le maire de Brest, François Cuillandre, avait salué, quelques heures auparavant, un « travailleur acharné ».

 

Pierre Jourdin, un magistrat pour qui la justice est trop complexe

 

 

 

Pierre Jourdin est un ancien magistrat du TGI de Brest, qu’il a quitté à l’été 2016 pour celui de Créteil où, a priori, il se trouve toujours en fonction aujourd’hui comme juge de l’application des peines.

On peut le voir dans la vidéo ci-dessus du 12 mars 2021. On en trouve aussi sur le net deux autres images remontant à septembre 2012 lors de son arrivée au tribunal de Quimper en provenance de celui de Brest où il exerçait déjà comme juge de l’application des peines depuis 2007, après avoir eu la même fonction à Nevers de 2004 à 2007.

Il était ensuite revenu à Brest pour la rentrée de septembre 2014, cette fois comme juge d’instruction, une fonction qu’il n’a « assurée » tant bien que mal (personnellement, je n’ai vu que le mal et ne sais même pas, en fait, s’il y a jamais eu de bien) que durant deux ans au cours de sa carrière.

Il prenait la suite de la juge ultra corrompue Céline Verdier qui elle avait été nommée à Quimper comme juge des enfants et reprendra sa place de juge d’instruction à Brest à la rentrée de septembre 2016.

On notera au passage que le juge brestois Meriadeg Merret, qui prenait ce même poste de juge des enfants à Quimper à la rentrée de septembre 2012 avant de revenir à Brest en 2014, parlait alors du très inquiétant « danger des enfants » auquel il s’apprêtait à être confronté comme magistrat pour la toute première fois tandis que simultanément, son collègue de Brest le juge Raymond André quittait l’instruction pour accéder lui aussi à cette fonction de juge des enfants pour la toute première fois dans sa beaucoup plus longue carrière. Rappelons qu’au mois de novembre 2011, des amies de la criminelle perverse Josette Brenterch du NPA de Brest, dont l’une qui à cette époque me harcelait en avait témoigné sur mon ancien blog « Un petit coucou » chez OverBlog, avaient mensongèrement désigné à la vindicte populaire comme « pédophile » un retraité qui de ce fait, pris en chasse dans son quartier par tout un groupe de parents d’élèves devenus hystériques à son encontre, avait fait une crise cardiaque dont il était décédé. Aussi, la peur des dénonciations pour pédophilie, qui par ici n’était pas vraiment retombée depuis Outreau – à moins que ce fiasco judiciaire ne fût particulièrement opportun pour justifier les politiques locales en la matière – était encore à son comble dans le Finistère, où ce que font toujours aujourd’hui les magistrats pour protéger les pédophiles du « danger des enfants » ou de leurs dénonciations, totalement hallucinant et particulièrement abject pour le justiciable lambda, est sans aucun doute à la hauteur de l’effroi extraordinaire qu’il semble toujours provoquer chez eux…

Mais le Finistère avait aussi reçu la visite de Frédéric Mitterrand au printemps 2011 après l’échec de Jean-Marc Donnadieu contre OverBlog au TGI de Béziers le 8 avril 2011, et il était bien nécessaire que sa future victoire en appel le 15 décembre 2011 à Montpellier fût puissamment soutenue par quelque évènement de nature à frapper très fort l’opinion publique en sa faveur, d’où le retentissement national qu’avait connue cette histoire de chasse à l’homme faussement accusé de pédophilie que sa complice la criminelle Josette Brenterch avait organisée avec quelques copines et l’assentiment des magistrats locaux, à proximité immédiate de la fac de droit de Brest.

Fermons la parenthèse et revenons à Pierre Jourdin.

Pas de cancer pour lui depuis sa période brestoise, pas non plus d’autre maladie mortelle, « foudroyante » ou non, au contraire de ses anciens collègues Mathilde Boissy, François Dresen et Raymond André.

Cependant, le moins que l’on puisse dire à son sujet est qu’il ne respire pas la joie de vivre, et cela semblait quand même nettement moins pire en 2012, avant son dernier passage à Brest.

Rendez-vous compte qu’à peine huit ans et demi séparent ces photos de 2012 des images TV de 2021. Or, il donne l’impression d’avoir vieilli beaucoup plus, et mal, comme un alcoolique.

Par ailleurs, lui aussi avait bien travaillé pour le pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi, dont je rappelle qu’il s’agit en outre d’un trafiquant de drogue, d’or, d’enfants, etc… pirate en tous genres, cybercriminel et harceleur, mythomane, calomniateur public et champion de la dénonciation calomnieuse, organisateur ou commanditaire d’assassinats et terroriste « islamigré ».

Oui, Pierre Jourdin aussi avait bien travaillé pour cet individu qu’il porte aux nues comme tous ses collègues de Brest et Quimper. Et même très rapidement après sa prise de fonction comme juge d’instruction à Brest, à l’automne 2014.

En effet, c’est lui qui au mois d’octobre 2014 avait prononcé un non-lieu général en faveur de tous mes harceleurs de la bande de cybercriminels du pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi, à l’issue de l’information judiciaire qui avait été confiée à sa collègue ultra corrompue Céline Verdier, laquelle, comme je l’ai déjà exposé, refusait en fait illégalement d’informer en m’opposant des déclarations du dénommé Pascal Luraghi auxquelles elle m’interdisait aussi illégalement tout accès, comme à mes avocats successifs.

L’ordonnance de non-lieu rendue par Pierre Jourdin était parfaitement conforme au faux en écriture publique déjà produit dans cette affaire par la vice-procureure Isabelle Johanny, et pour cause, elle n’en était qu’un copié-collé, fautes d’orthographe y compris, alors que j’avais déjà dénoncé ce document comme un faux dans un premier train d’observations toutes parfaitement justifiées, en annonçant une suite de ces observations avant la fin du délai que le Code de procédure pénale m’octroyait à cet effet.

C’est que le faux en question est quand même constitué de plusieurs pages de texte très dense écrit en petits caractères, et qu’il comporte au moins un sinon plusieurs mensonges grossiers ou inventions délirantes par ligne de texte. Quand on le reçoit, on en est littéralement atterré et on se demande comment traiter le problème, car il faut vraiment tout corriger morceau de phrase après morceau de phrase, en expliquant et justifiant chacune des corrections apportées, d’abord d’un point de vue purement factuel, ensuite en termes de droit. C’est absolument délirant, le travail nécessaire est colossal et je pense d’ailleurs que le but du jeu est de complètement submerger, noyer ou ensevelir la victime sous un incroyable amoncellement de mensonges où, en l’occurrence, même mes harceleurs mythomanes, super menteurs, affabulateurs et calomniateurs ne peuvent s’y retrouver – ils sont complètement dépassés par des magistrats qui eux aussi doivent s’adonner à de tels exercices au quotidien.

Il n’y a pas la moindre honnêteté chez un magistrat corrompu, il est précisément payé par des malfrats pour s’abstenir de faire son travail ou être l’auteur d’injustices flagrantes, ce qui passe toujours, au minimum, par la production de faux en écriture publique. C’est pourquoi, dans les dossiers qui me concernent, on en retrouve en pagaille, et toujours associés à quantité d’autres illégalités ou violations de la loi.

Pierre Jourdin est donc bien corrompu, c’est indéniable; reproduisant à l’identique le faux que je lui avais dénoncé comme tel nombreuses pièces justificatives à l’appui, il a lui-même produit un faux en écriture publique, criminel, en toute connaissance de cause. Tous les critères de l’infraction pénale sont bien remplis, en aucun cas il ne peut prétendre avoir commis une quelconque « erreur ».

Mais ce n’est pas tout.

Il n’a pas attendu la suite de mes observations pour rendre son ordonnance et n’a ainsi pas respecté mon droit à produire des observations durant un délai fixé d’une manière pourtant assez simple : un premier délai de trois mois auquel s’ajoutait un second délai d’un mois, soit un total de quatre mois. Il n’a pas su faire cette addition, c’est trop compliqué pour lui – j’en déduis qu’il a fait lui aussi le petit demi-bac pour demi-cerveaux très allégés.

Quant à moi, j’ai fait des études d’ingénieur et ai effectivement travaillé comme tel durant plusieurs années. Additionner 3 et 1, donc, je sais le faire. Mais très franchement, je ne l’ai pas appris en maths sup ni en maths spé, je savais déjà le faire en maternelle – j’ai toujours eu un cerveau complet.

Ce qui est trop drôle, c’est que j’ai obtenu sur ce motif-là la cassation de l’arrêt de la Cour d’Appel de Rennes ayant confirmé en 2015 son ordonnance de non-lieu d’octobre 2014 – car cette Cour d’Appel qui me donne assez souvent raison contre les magistrats du Finistère ne le fait quand même pas à tous les coups, les magistrats ayant toujours une très forte tendance à tous se couvrir mutuellement même quand leur rôle consiste théoriquement à contrôler le travail de ceux du niveau inférieur.

Pierre Jourdin fait donc partie de ces magistrats qui ont toujours été nuls en maths et se plaisent, tout comme la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest et tous ses complices de la bande du pédophile et cybercriminel Pascal Edouard Cyprien Luraghi, ce dernier en tête, à se « moquer » des matheux ou des ingénieurs en inventant absolument n’importe quoi pour les calomnier, et par voie de conséquence, leur nuire ou leur porter préjudice au maximum, leur but étant de les empêcher de travailler, de vivre, tout simplement, car ils les haïssent autant qu’ils ont toujours haï les maths.

Sauf que dans son cas, le truc est consacré par un arrêt de la Cour de Cassation de 2016.

La femme ingénieur qu’il s’était plu à faire passer mensongèrement pour une prostituée débile mentale et folle à lier de surcroît coupable de quantité de choses totalement délirantes lui a donné tout à la fois une leçon de maths (3+1=4) et une leçon de droit : si tu ne sais même pas compter sur tes doigts, t’as qu’à demander à ta greffière pour t’assurer que mon droit soit respecté.

Allez, je vais être indulgente avec ce pauvre M. Jourdin qui a quand même vu se terminer sa carrière de juge d’instruction qui avait commencé si fort à l’automne 2014 sur un échec des plus ridicules deux ans plus tard, face à un « cas lourd psychiatrique » (= une femme ingénieur qui contrairement à lui comprend le français et sait faire des additions).

Il faut quand même bien se rappeler le contexte de sa décision d’octobre 2014.

A Toulouse, les gendarmes enquêtant sur le meurtre ou l’assassinat de Patricia Bouchon à Bouloc le 14 février 2011 commençaient à s’intéresser au pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi, dont l’activité criminelle contre mes proches et moi-même était depuis le début jugée si précieuse par les magistrats ultra corrompus du TGI de Brest. Il était donc urgent de le blanchir complètement dans mon affaire tout en m’enfonçant au maximum : plus de mobile, plus de crime !

Avouez que cela peut bien brouiller les esprits et en faire perdre son latin ou son compteur même au plus éminent des juristes corrompus…

 

 

https://www.ouest-france.fr/bretagne/quimper-29000/trois-magistrats-font-leur-entree-au-tribunal-1252086

Trois magistrats font leur entrée au tribunal

 

Audience particulière, hier matin, au tribunal de grande instance de Quimper. Patrick Le Quinquis, le président, a présenté trois nouveaux magistrats.

De gauche à droite : Olivier Callec, juge, Meriadeg Merret, vice-président chargé des fonctions de juge des enfants et Pierre Jourdin, vice-président du tribunal d'instance de Quimper.
De gauche à droite : Olivier Callec, juge, Meriadeg Merret, vice-président chargé des fonctions de juge des enfants et Pierre Jourdin, vice-président du tribunal d’instance de Quimper. |

 
Ouest-France Maël FABRE. Publié le 17/09/2012 à 19h00

 

Lundi matin, devant un parterre d’officiels, de gendarmes et d’avocats, par décret du 21 août 2012 publié au journal officiel, trois nouvelles nominations viennent d’être confirmées pour cette rentrée judiciaire à Quimper.

Les arrivées

En poste au tribunal de grande instance de Brest depuis 2007 où il a été substitut du procureur, le juge Meriadeg Merret vient d’être nommé vice-président chargé des fonctions de juge des enfants à Quimper. Une juridiction qu’il a vivement souhaité intégrer. « C’est une fonction intéressante, une suite logique après Brest. C’est cependant plus difficile car nous sommes dans la gestion de l’humain et surtout nous sommes face au danger des enfants », explique-t-il.

Pierre Jourdin, juge de l’application des peines au tribunal de grande instance de Brest vient d’être nommé vice-président du tribunal d’instance de Quimper. « Il y a dans cette nouvelle fonction une grande convergence avec l’ancien poste », indique le nouveau juge. Pierre Jourdin a été de 2004 à 2007, juge de l’application des peines au tribunal de grande instance de Nevers.

Enfin, Olivier Callec est nommé juge. Il devient assesseur et présidera les audiences du tribunal correctionnel. Auparavant, Olivier Callec a été juge au tribunal de grande instance de Nevers de 2009 à 2012.

Les départs

Par ailleurs, Hélène Geiger, 36 ans, quitte le parquet. Elle rejoint le siège au tribunal de grande instance de Brest, où elle est nommée vice-présidente. Marie-Annick Rossignol, juge des enfants, rejoint le tribunal de grande instance de Lorient où elle assurera la vice-présidence. Un tribunal qu’elle connaît bien puisqu’elle a été substitut du procureur jusqu’en 2007.

Disparition d’un poste de juge d’instruction

Cette nouvelle rentrée a aussi été marquée par la disparition du dernier juge d’instruction en poste, depuis la création du pôle de l’instruction à Brest, en 2008. Cette disparition a été soulignée par Eric Tufféry, procureur de la république lors de son discours. La dernière juge d’instruction à Quimper, Sophie Sourzac, a été nommée au tribunal d’instance de Grenoble.

 

 

https://www.letelegramme.fr/local/finistere-sud/quimper/ville/quimper-trois-nouveaux-magistrats-a-pied-d-oeuvre-18-09-2012-1842051.php

Quimper. Trois nouveaux magistrats à pied d’oeuvre

 

Publié le 18 septembre 2012 à 00h00

De gauche à droite, Olivier Callec, Pierre Jourdin et Meriadeg Merret: la magistrature du siège est au complet sur la juridiction quimpéroise
De gauche à droite, Olivier Callec, Pierre Jourdin et Meriadeg Merret: la magistrature du siège est au complet sur la juridiction quimpéroise

 

Trois nouveaux juges ont été adoubés, hier, par leurs pairs, lors de la traditionnelle audience de rentrée au tribunal de Quimper. Le trio renforce la magistrature du siège. Le parquet devra faire sans renforts.

 

Audience intermédiaire, la rentrée de septembre ne revêt pas la solennité de celle qui se tient chaque début d’année. Le président Le Quinquis parlait hier de sa dimension «quasi-familiale». Elle permet néanmoins d’installer les nouveaux magistrats nommés dans la juridiction quimpéroise. En cette rentrée 2012, ils sont trois à rejoindre les bords de l’Odet.

«Grand écart sur le plan technique»

Deux d’entre eux seront en terre de connaissance. Meriadeg Merret est nommé vice-président du Tribunal de Grande Instance, chargé des enfants. La justice des mineurs, mais aussi les placements d’enfants en danger sont quelques-uns des aspects qu’il devra prendre à bras-le-corps. La perspective lui apparaît «intéressante». Il succède à Mme Rossignol, nommée vice-présidente du Tribunal de Grande Instance de Lorient. Meriadeg Merret avait fait ses armes au Havre, comme juge d’instance, en 2002 puis rejoint le tribunal d’Instance de Châteaulin en 2005. En 2008, il poussait jusqu’à Brest. Après quatre ans dans la cité du Ponant, il traverse le département. Pierre Jourdin était lui aussi Brestois, chargé de l’Application des Peines de 2007 à 2012. Il occupait précédemment des fonctions identiques, à Nevers, de 2004 à 2007. Il devient vice-président chargé du tribunal d’instance. «Sur le plan technique, ça ressemble à un grand écart, mais sur le plan humain, il y a beaucoup de convergences», commente-t-il.

Un juge d’instruction placé

Olivier Callec, enfin, est le seul à découvrir le Finistère, si l’on excepte les stages de voile suivis pendant son enfance. À Nevers, il était juge du siège depuis 2009 et aura des fonctions équivalentes à Quimper. Il sera juge civil et assurera des audiences correctionnelles, comme juge assesseur ou président. Il se dit «ravi». Ces arrivées permettent aux juges du siège de la juridiction quimpéroise d’être au complet puisque les 18 postes sont pourvus. Petit bémol cependant: le départ de Sophie Sourzac, juge d’instruction, nommée à Grenoble, est certes compensé, mais par M. Morvan, juge placé. Le cabinet d’instruction devant cesser son activité au 1er janvier 2014 au profit du pôle de l’instruction brestois, il est fort probable qu’il ne soit pas pourvu en attendant de s’éteindre à petits feux. Voilà qui ne mettra pas de baume au coeur du procureur Éric Tufféry, qui perd quant à lui un parquetier dans son équipe.

 

 

https://jorfsearch.steinertriples.fr/name/Pierre%20Jourdin

Pierre Jourdin

 

 

De: Pierre JOURDIN

vice-président chargé de l’instruction au tribunal de grande instance de Brest
Objet:
Cour d’appel de Paris
Vice-présidents chargés de l’application des peines
Groupe:
cour_appel= »Paris »
magistrat= »Vice-président« 
nomination

10 Août 2016

De: Pierre JOURDIN

vice-président chargé de l’instruction au tribunal de grande instance de Brest
Objet:
président de section à la commission centrale d’aide sociale
Groupe:
president
nomination

15 Février 2016

De: Pierre JOURDIN

vice-président chargé de l’instruction au tribunal de grande instance de Brest
Objet:
assesseur à la commission centrale d’aide sociale
Groupe:
magistrat= »Assesseur« 
cessation de fonction

15 Février 2016

De: Pierre JOURDIN

vice-président au tribunal de grande instance de Quimper, chargé du service du tribunal d’instance de Quimper
Objet:
Cour d’appel de Rennes
Tribunal de grande instance de Brest
Vice-président chargé de l’instruction
Groupe:
cour_appel= »Rennes »
magistrat= »Vice-président »
tribunal
tribunal_grande_instance= »Brest« 
nomination

26 Juin 2014

De: JOURDIN Pierre
Objet:
dans leurs fonctions d’assesseurs à la commission centrale d’aide sociale
personnes particulièrement qualifiées en matière d’aide ou d’action sociale
Groupe:
renouvellement

15 Février 2014

De: Pierre JOURDIN

juge de l’application des peines au tribunal de grande instance de Brest
Objet:
Cour d’appel de Rennes
Tribunal de grande instance de Quimper
Vice-président chargé du service du tribunal d’instance de Quimper
Groupe:
cour_appel= »Rennes »
magistrat= »Vice-président »
tribunal
tribunal_grande_instance= »Quimper »
tribunal_instance= »Quimper« 
nomination

23 Août 2012

De: Jourdin (Pierre)

juge de l’application des peines (Brest)
Objet:
Tableau d’avancement 2012 (magistrature)
Inscrits : 954
inscription

21 Août 2012

De: Jourdin (Pierre)

juge de l’application des peines (Brest)
Objet:
Tableau d’avancement 2011 (magistrature)
Inscrits : 1 010
inscription

03 Août 2011

De: Pierre Jourdin

juge de l’application des peines au tribunal de grande instance de Nevers
Objet:
Cour d’appel de Rennes
Tribunal de grande instance de Brest
Juge de l’application des peines
Groupe:
cour_appel= »Rennes »
magistrat= »Juge »
tribunal
tribunal_grande_instance= »Brest« 
nomination

19 Juillet 2007

De: Pierre Jourdin

auditeur de justice
Objet:
Cour d’appel de Bourges
Tribunal de grande instance de Nevers
Juge de l’application des peines
Groupe:
cour_appel= »Bourges »
magistrat= »Juge »
tribunal
tribunal_grande_instance= »Nevers« 
nomination

14 Août 2004

De: Jourdin (Pierre)
Objet:
auditeurs de justice
Examen de classement
Promotion 2002
admissibilite

10 Mars 2004

De: Jourdin (Pierre)
Objet:
auditeurs de justice
nomination

27 Avril 2002

De: Jourdin (Pierre)
Objet:
rapporteurs à la commission centrale d’aide sociale
Groupe:
nomination

20 Juin 2000

De: Jourdin (Pierre)
Objet:
à la Commission centrale d’aide sociale
Groupe:
nomination

13 Juillet 1999

 

Visite à Brest de Frédéric Mitterrand le 9 juin 2011

Dans cet article d’hier, je rappelais qu’au printemps 2011 Frédéric Mitterrand était venu à Brest où il n’avait pas mis les pieds depuis au moins trente ans :

http://petitcoucou.unblog.fr/2022/07/07/la-fille-dans-le-cercueil-ou-le-sadisme-du-scorpion/

Pour son arrivée le 9 juin 2011, annoncée seulement la veille, toutes mes plaintes contre le pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi avaient bien été classées sans suite, la dernière le 23 mai 2011, sans aucune enquête préalable, et l’avis de classement venait tout juste de m’être envoyé par courrier postal.

Il ne restait plus que la plainte ayant conduit à une audition de Jean-Marc Donnadieu à Béziers le 12 juillet 2011.

Dès le mois de juin 2010, après le début des « révélations » publiques me concernant par le cybercriminel et mythomane notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi sur ses deux blogs « Ici-Blog » et « Tique Toc », j’avais consulté un avocat pour lui demander de saisir la justice en urgence, mais il partait en vacances sitôt après et ne fera jamais rien durant l’été 2010 alors que les règlements de comptes sanglants avaient certainement déjà commencé. Je ferai donc également le tour des pénalistes brestois les plus connus, mais comme elle l’écrivait publiquement sur les blogs Luraghi, la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest, qui continuait à me faire écouter illégalement par ses amis techniciens de chez France Télécom, comme elle l’avait toujours fait depuis des lustres, « contrôlait » toutes mes démarches pour les faire échouer, soit par ses interventions directes auprès des avocats que je consultais, soit par l’intermédiaire de ses complices magistrats ultra corrompus du TGI de Brest, notamment le juge Raymond André.

Lorsqu’ils me recevaient, ces avocats dont je ne connaissais aucun auparavant, soit m’écoutaient un peu, me posaient quelques questions, puis ne donnaient pas suite sans même prendre la peine de m’informer de quoi que ce soit (mépris total pour la « sale pute » de femme ingénieur… dans la ville dite de « l’aristocratie ouvrière », nous sommes vraiment très mal perçues, surtout moi qui ai toujours refusé de plier à n’importe quoi), soit me disaient carrément qu’ils ne prenaient pas le dossier du fait que toutes les inventions calomnieuses que publiait le dénommé Pascal Edouard Cyprien Luraghi concernant mon passé ou ma vie privée n’étaient selon eux que la vérité (cas de Ronan Appéré, qui par ailleurs ne voyait aucun problème dans les viols de l’intimité de la vie privée et toutes les insultes incroyablement ordurières dont j’étais aussi victime, et se fera par la suite remarquer pour son féminisme exacerbé, n’est-ce pas, puisqu’il a lui-même été poursuivi et condamné en 2019 pour avoir copieusement insulté puis violenté une femme), alors que tout était bien archi faux, hautement calomnieux, de surcroît destiné à provoquer de très nombreux crimes, et même, à terme, la révolution communiste devant instaurer en France un régime de type soviétique. L’un de ces avocats m’avait même demandé de laisser le génial « écrivain » Pascal Edouard Cyprien Luraghi rédiger et publier tranquillement ma « biographie ». Je le dérangeais en le contredisant systématiquement sur tous les chapitres de sa version de cette « biographie », ce n’était pas bien, il fallait arrêter et surtout pas aller de plus déposer plainte. Je m’apercevrai par la suite que cet avocat était associé à un pédophile s’étant jadis fait prendre en flagrant délit en Thaïlande, où résidait l’un des chefs de la bande Luraghi, le dénommé Georges Cortez originaire de l’Hérault, hôtelier, qui sous le pseudonyme de « Homere » faisait régulièrement l’apologie du terrorisme et de la pédophile, tout comme le malade mental Pascal Edouard Cyprien Luraghi, et se revendiquait de plus bras armé du NPA en Thaïlande (il a aussi revendiqué publiquement les attentats islamistes de janvier 2015 à Paris).

Je n’obtiendrai ainsi jamais rien avant début novembre 2010. Un premier avocat aurait alors déposé une première plainte en mon nom. Problème : celle-ci n’a jamais été enregistrée par le Parquet de Brest et je n’en ai jamais vu aucune trace nulle part.

Cela permettra à la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest de se présenter comme la première plaignante dans cette affaire, le 26 novembre 2010. Elle prétendait alors avoir été avertie au cours de l’été 2010 par un membre de sa famille qu’elle était diffamée sur un blog dénommé « Un petit coucou » dont j’étais l’auteur anonyme, précisait qu’elle avait déjà eu connaissance de ce blog mais ne s’en était pas vraiment inquiétée, et qu’après avoir été informée au cours de l’été 2010 qu’elle y était diffamée, elle était allée le consulter et avait vu qu’elle y était nommée et accusée de nombreux méfaits. En réalité, elle participait très activement aux campagnes de calomnies publiques de son complice Pascal Edouard Cyprien Luraghi à mon encontre depuis juin 2010, en apparaissant même comme l’unique source de « renseignements » ou inventions calomnieuses concernant mon passé et ma vie privée, venait aussi, tout comme lui et plusieurs autres membres de sa bande de cybercriminels, me harceler directement sur ce blog, et pour finir, déposait donc plainte à raison des droits de réponse que j’avais commencé à publier pour rétablir quelque peu la vérité sur moi-même. La criminelle n’admettait pas d’être contredite quand elle me présentait mensongèrement, pour faire court, comme une prostituée débile mentale et folle à lier. Elle continuait à mentir éhontément et ne voyait pas non plus de problème à révéler au public mon identité (obtenue grâce à des piratages informatiques dès mon inscription sur le site Rue89 au mois de décembre 2007), ainsi que toutes mes coordonnées et celles de mes proches, avec de récurrents appels au meurtre à notre encontre.

Convoquée par la police pour m’expliquer sur sa dénonciation le 7 décembre 2010, je déposerai plainte en réplique à cette date, ce qui provoquera dès le lendemain une nouvelle salve d’attaques et menaces publiques délirantes à mon encontre de la part du malade mental Pascal Edouard Cyprien Luraghi, furieux de ce dépôt de plainte du 7 décembre 2010 dont il avait déjà connaissance. D’où, de ma part, une nouvelle plainte sur laquelle il sera entendu le 14 mars 2011.

Cette dernière plainte ayant été classée sans suite le 6 avril 2011 avec un motif totalement incompréhensible, j’en avais déposé une autre le 19 avril 2011 avec de nouveaux éléments ainsi que les témoignages d’autres victimes, mais désormais toutes mes plaintes étaient jetées sans la moindre considération dans un carton poubelle à mon nom marqué « plaignante d’habitude » – décision du substitut François Dresen, une petite merde issue de la fac de droit de Brest et qui savait donc depuis très longtemps, tout comme les autres magistrats brestois, que j’étais la « sale pute » de femme ingénieur qui dans les années 1990 avait toujours refusé de commettre des crimes et délits contre la Nation pour le compte de trafiquants d’armes extrêmement bien perçus dans la magistrature, surtout à Brest.

Le pédophile, trafiquant de drogue, cybercriminel et mythomane notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi communiquait directement avec lui et annonçait publiquement sur son blog les classements sans suite de mes plaintes à peine ceux-ci signés et parfois même avant que le magistrat ne les eût formalisés.

Il l’avait fait pour le classement sans suite du 6 avril 2011 en annonçant fièrement à tous ses camarades « déconnologues » que tout avait marché comme sur des roulettes et que désormais ils étaient tranquilles et pouvaient continuer à violer quotidiennement l’intimité de ma vie privée, me calomnier et me harceler autant qu’ils le voulaient sans plus aucun souci.

Son plan, alors qu’en début d’année 2011 il savait que ma plainte de décembre 2010 le visant personnellement était traitée, puisqu’il était en ligne directe avec le magistrat qui en était chargé, avait consisté à publier toute une série de nouveaux articles calomnieux m’étant consacrés et dans lesquels il affectait de « réagir » pour la toute première fois à mes propos publics le concernant et qui n’étaient en fait que des réponses à toutes ses publications calomnieuses, ordurières et extrêmement violentes à mon encontre depuis juin 2010. Il faisait comme si tous ces précédents n’avaient jamais existé.

Le gendarme qui l’avait interrogé le 14 mars 2011 avait bien vu toute cette série d’articles de blog de janvier et février 2011, mais s’était arrêté là. Il n’a jamais consulté aucune des pages de commentaires de son blog, où se trouvait pourtant l’essentiel de ses publications me concernant, celles du quotidien depuis le début. Il devait également consulter le blog Tique Toc, mais n’en a jamais rien fait, se contentant des déclarations du délinquant qui lui affirmait que tout y était correct. Ayant néanmoins constaté l’existence des nouveaux articles de janvier et février 2011, alors qu’il avait entre les mains une plainte de décembre 2010 portant sur de précédents textes, il s’était contenté de demander au délinquant s’il en était bien l’auteur et ne l’a jamais interrogé sur les contenus dont il s’agissait. Le délinquant n’étant nullement tenu de justifier le moindre de ses propos publics me concernant, il ne le fera jamais, se contentant seulement de reconnaître qu’ils n’étaient « pas très sympathiques » à mon égard, et tout le monde fera toujours comme s’il n’avait toujours dit que la vérité sur tout, aussi bien dans ses écrits publics que dans ses déclarations du 14 mars 2011, sans jamais s’interroger sur la provenance de toutes ses allégations très particulières concernant ma vie privée et celles de mes proches, alors qu’il n’était pas censé me connaître, et mes proches, qui eux n’avaient jamais participé à aucun débat public, encore moins que moi.

Et pour ma plainte du 19 avril 2011, comme au préalable j’en avais discuté par courriers électroniques avec les autres victimes qui acceptaient de me fournir leurs témoignages, qu’elles m’avaient aussi communiqués par mails, tandis que le cybercriminel continuait à me pirater avec ses complices, il était parfaitement au courant de ce nouveau dépôt et supprimera tous ses articles de janvier et février 2011 dès le lendemain après avoir vérifié auprès du commissariat de police de Brest que je l’avais bien effectué – c’est en fait une de ses complices qui s’en était chargée, et avait même appelé plusieurs fois le commissariat en se faisant passer pour moi, si bien qu’ensuite une policière avait appelé à mon domicile pour demander si j’allais bien, car ces appels répétés dont j’aurais été l’auteur à propos de ma propre plainte lui paraissaient assez délirants…

A partir de ce printemps 2011, donc, non seulement je deviens une « plaignante d’habitude », mais de plus ma santé mentale est dite « sujette à caution » du fait de ces appels téléphoniques répétés au Commissariat central de police de Brest concernant ma plainte du 19 avril 2011 et dont en réalité je n’ai jamais été l’auteur.

C’en est fini de mes plaintes, avec cette nouvelle faute grave du magistrat : s’il croit vraiment que je suis malade mentale ou en train de craquer, les faits dont je suis victime en sont aggravés et il est encore plus urgent d’y mettre un terme.

Précisons pour ceux qui n’auraient jamais déposé aucune plainte dans un commissariat de police que c’est quand même assez difficile quand on est victime d’une multitude de faits de la part d’un grand nombre de personnes agissant toutes en bande organisée. Les dépositions sont courtes, une page ou deux, il n’est pas possible de tout déclarer ni tout expliquer, et d’ailleurs les policiers restreignent généralement la plainte à un seul fait et un seul mis en cause, deux tout au plus. Ils ne prennent pas non plus tous les justificatifs que l’on voudrait fournir, juste quelques-uns, et parfois même aucun, comme ce fut le cas lors de mon audition pour la confirmation de ma plainte de décembre 2010 contre le dénommé Pascal Edouard Luraghi car, selon la policière, c’était inutile, le gendarme de Puy-l’Evêque allait de toute façon consulter tous les blogs que je citais à la recherche des écrits me concernant, ce qu’il n’a jamais fait.

En outre, le propre des faits de harcèlement est précisément leur répétition ou leur renouvellement perpétuel. Il y en a sans arrêt. Dans certains cas, c’est tous les jours qu’on pourrait déposer de nouvelles plaintes, et ce n’est sûrement pas une seule et première plainte qui peut suffire pour tout arrêter.

C’est donc dans ce cadre-là, bien connu de tous dès le début, que je me retrouve très rapidement catégorisée « plaignante d’habitude » par le magistrat François Dresen, dont en fait il est certain qu’il ne servait que les intérêts de mes harceleurs en relation directe avec eux.

Aussi, à compter du 20 mai 2011, le cybercriminel Pascal Edouard Cyprien Luraghi, déjà assuré de cette issue de ma dernière plainte contre lui, s’était mis à hacker comme un fou sous le pseudonyme de SaMo_Dz (il est en effet le pirate des préfectures de cette année-là et avait choisi pour sévir contre l’Etat la date du 24 juillet car c’était l’anniversaire des dix ans de son ancien « Site à Cyp », tout comme en 2016 il avait bien prévu de faire commettre par ses esclaves islamistes l’attentat du 26 juillet à cette même date, soit pour la messe du dimanche 24 juillet 2016, et cette année encore il risque de frapper à cette même date).

Puis, le 25 mai 2011, il avait publié un article de blog par lequel il indiquait à son public avoir décidé de fermer définitivement son atelier de dépannage informatique pour ne plus se consacrer qu’à l’écriture de son « bouquin » me concernant et précisait dans les commentaires sur cet article qu’il avait reçu à cet effet une somme d’argent assez conséquente pour le dispenser de travailler jusqu’à la fin de ses jours.

En voici une copie :

 

Visite à Brest de Frédéric Mitterrand le 9 juin 2011 dans AC ! Brest 2011%2005%2025%20-%20'Chez%20Cyprien%20Luraghi%20%E2%88%92%20En%20ligne%20et%20%C3%A0%20l'%C5%93il%20depuis%202001'%20-%20icyp.fr

 

 

Dans la foulée sera annoncée le 8 juin 2011 une visite surprise de Frédéric Mitterrand à Brest le lendemain.

J’en avais été tellement choquée que j’avais alors publié l’article ci-dessous sur mon ancien blog « Un petit coucou » chez OverBlog (cliquer sur l’image pour l’agrandir et lire le texte) :

 

2011-06-10 Frédéric Mitterrand en visite dans le Finistère - Un petit coucou

 

En effet, le dénommé Georges Cortez me menaçait depuis déjà longtemps des foudres de Frédéric Mitterrand qu’il disait très bien connaître.

De plus, à cette époque, ce dernier était Ministre de la Culture et les conservateurs du patrimoine étaient à l’évidence acquis à leur collègue Alain Pougetoux, « meilleur ami » de Cyprien Luraghi selon ce dernier, en tous les cas assez pour lui avoir acheté et offert la maison dont il est propriétaire à Puy-l’Evêque depuis 2003.

Ressortons donc la fiche Wikipédia de Frédéric Mitterrand (voir ci-dessous).

Il s’agit encore d’un pur produit de l’école de cul de Paris dont la critique n’est devenue possible que depuis janvier 2021.

Si en 2011, je n’avais pas dit grand-chose, maintenant je ne me gêne donc plus autant pour dire ce qui se passe et souligne encore que le protecteur de mes harceleurs n’est lui non plus vraiment pas du genre à se gêner :

 

Cavalier législatif au profil de LVMH

Alors que la construction de l’immeuble de la Fondation Louis-Vuitton est mise en difficulté, notamment en raison du fait que le bois de Boulogne n’est pas constructible62, Frédéric Mitterrand est soupçonné d’avoir fait usage d’un cavalier législatif pour faire valider par la loi sa construction63.

En janvier 2011 déjà, des riverains avaient aussi exprimé leur mécontentement face à ce projet, faisant annuler le permis du musée LVMH dont les travaux étaient en cours64. Afin que la construction de l’oeuvre soit réalisée malgré les interdictions, et dans le cadre de la deuxième lecture d’une proposition de loi sur le livre numérique, Frédéric Mitterrand propose un amendement sans réel rapport avec le livre numérique en faveur de la construction du musée de la fondation, faisant valoir un objectif culturel évident. Le député Nicolas Alfonsi (RDSE) accuse alors directement le Ministre de la Culture de faire pression dans une affaire judiciaire en cours avec un amendement sans rapport avec l’objet du texte65.

 

Une curiosité à ce tableau : l’intérêt dont il fit montre pour la prochaine inhumation dans l’enceinte du château de Brest de « l’inconnu de Vanikoro », lequel pourrait être l’Abbé Jean-André Mongez, dont je suis parente, et qui à l’égal de tous les autres membres de l’expédition La Pérouse est honoré par cette sépulture.

On rend hommage aux scientifiques du XVIIIème siècle et on assassine ceux d’aujourd’hui pour le bon plaisir d’un pédophile.

 

https://www.ouest-france.fr/bretagne/linconnu-de-vanikoro-inhume-au-chateau-de-brest-468057

« L’inconnu de Vanikoro » inhumé au château de Brest

 

Frédéric Mitterrand, le ministre de la Culture, prend connaissance du projet destiné à donner une dernière demeure à Brest à « l’inconnu de Vanikoro ».
Frédéric Mitterrand, le ministre de la Culture, prend connaissance du projet destiné à donner une dernière demeure à Brest à « l’inconnu de Vanikoro ». | OUEST-FRANCE

 

Ouest-France Modifié le 09/06/2011 à 17h12 Publié le 09/06/2011 à 00h00

Il était parti de Brest, il y revient. Deux siècles après le départ de l’expédition La Pérouse, « l’inconnu de Vanikoro » sera inhumé dans l’enceinte du château de Brest à la fin du mois. Une cérémonie doit avoir lieu le 29 juin prochain pour saluer ce retour symbolique. C’est ce que l’on a appris aujourd’hui à l’occasion d’une visite à Brest du ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand.

Le squelette a été retrouvé en 2003 à proximité de l’épave de la Boussole, l’un des deux navires de l’expédition commandée par Jean-François de La Pérouse et partie de Brest le 1er août 1785. Celle-ci a fait naufrage sur l’île de Vanikoro, dans le Pacifique, en 1788.

L’analyse des ossements a confirmé qu’il s’agit d’un Européen d’1,68 m, âgé d’une trentaine d’années. L’identité de cet homme n’a pas pu être déterminée avec certitude. Mais plusieurs indices portent à penser qu’il ne s’agissait pas d’un simple marin (les boucles de chaussures retrouvées à proximité, une corpulence plutôt gracile, etc.) mais plutôt d’un officier ou d’un savant de l’expédition.

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A9d%C3%A9ric_Mitterrand

  1. « Le parcours de créateur de Frédéric Mitterrand [archive] », NouvelObs.com, 9 octobre 2009

Bibliographie

      • Meurtre à l’Olympic (roman-photo) / texte de Gérard Guégan ; photographie de Maya Sachweh ; avec Frédéric Mitterrand (Georges Ridder), Arielle Dombasle (Marlène Rivaud), Pascal Greggory (Serge Zola), Pascale Richard (Muriel Sony), Raphaël Sorin (Joseph Huysmans), Anne Guégan (Paula Maup) et Alain Massiot (inspecteur de police). In Playboy France, mai 1983, no 114 (vol. 11, no 5), p. 61-67.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes

:

 

12345...92

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo