NEMROD34 n’a jamais été anonyme sur Internet

Il a toujours un peu de mal à l’admettre quand on parle de ses escroqueries au jugement contre OVERBLOG.

C’est pourtant une réalité très facile à prouver.

Jean-Marc Donnadieu de Béziers est sur Internet depuis l’année 1998.

Il a depuis lors toujours utilisé le pseudonyme NEMROD34 qui l’identifie parfaitement, puisqu’il a toujours fourni au public son identité et toutes ses coordonnées sur tous les sites où il s’exprimait sous ce pseudonyme.

Il en utilise également bien d’autres quand il veut être anonyme, par exemple pour me harceler.

Mais sous celui-là, il n’a vraiment jamais été anonyme.

Tous ceux qui le connaissent le savent.

Voyez maintenant comme il louvoie quand on parle de ses pourtant déjà multiples aveux publics à ce sujet lorsque la question de ses escroqueries au jugement contre OVERBLOG est débattue sur le site de Midi Libre, il retombe aussitôt dans son travers des années 2010 à 2013 sur mon ancien blog « Un petit coucou » chez OVERBLOG, lorsqu’il disait une chose et la reniait sitôt après, même quand je lui remettais ses propos sous le nez – c’est en fait une méthode, une vraie technique de harceleur aguerri, quasi professionnel :

 

https://www.midilibre.fr/2019/04/02/tribunal-de-beziers-la-divulgation-de-la-vie-privee-sur-le-net-coute-cher,8104686.php

 

Les commentaires (40)
NEMROD34 n'a jamais été anonyme sur Internet dans AC ! Brest
NEMROD34 Il y a 1 jour

Pour ce que ça intéresse voici l’arrêté de la cour d’appel de Montpellier où il est très clairement précisé les propos tenus par le corbeau en question (accusation de pédophilie, violences conjugales et autres): https://www.legalis.net/jurisprudences/cour-dappel-de-montpellier-3eme-ch-b-arret-du-22-mars-2017/

Et pour avoir une idée de la santé mentale du corbeau, quand je publis ceci sur mon facebook :
Balance : Vous avez la chanson « The Final Countdown » désormais dans la tête.

Ce qui n’est rien d’autre que l’horoscope du gorafi le lundi:

http://www.legorafi.fr/2019/04/01/horoscope-du-1er-avril-2019/

Cette malade mentale dont je subis les nuisances depuis maintenant plus de 9 ans pense que c’est des menaces de mort envers elle …

http://satanistique.blogspot.com/2019/04/nouvelles-menaces-de-mort-de-jean-marc.html

9 ans que je dois subir ça …

avatar dans Attentats
Anonyme162463 Il y a 1 jour

Il n’y a jamais eu aucune accusation de pédophilie. J’avais juste posé la question d’un lien avec le réseau pédophile qui m’attaquait déjà, il s’est avéré réel. Les difficultés conjugales et de la garde du fils, c’est Nemrod lui-même qui les a apportées sur mon blog. Je n’en savais rien et aucun de mes commentateurs non plus, nous ne le connaissions pas. Et l’élément principal pour la condamnation reste la révélation de l’identité, qui n’a jamais été mon fait, puisque Nemrod révélait lui-même son identité partout où il s’exprimait sous ce pseudonyme, et depuis au moins une dizaine d’années. Il n’a en fait jamais été anonyme sous ce pseudonyme-là.
Quant aux horoscopes balance qu’il publie de temps en temps depuis quelques mois, il s’agit bien toujours de menaces à peine voilée à mon encontre : il choisit ses lignes et ne publie toujours que pour la balance, qui est mon signe.
Et je n’ai aucune maladie mentale, j’ai juste le tort d’être ingénieur alors que je n’ai toujours été qu’une femme.
Un peu d’honnêteté, SVP, M. Nemrod…

 dans Calomnie
NEMROD34 Il y a 1 jour

« Il est constant et non contesté que Monsieur X. s’est adressé à diverses reprises à la société JFG Networks en vue d’obtenir la suppression des informations litigieuses avant de l’assigner devant le juge des référés.

Il est tout aussi justifié que ce n’est que le lendemain du prononcé de l’arrêt de la Cour d’appel de Montpellier que la société Overblog a supprimé les mentions faisant grief à Monsieur X.. La seule comparaison des dates permet donc de constater que les informations permettant d’identifier aisément l’appelant sont restées accessibles aux tiers pendant près de 18 mois.

La révélation à son insu de l’identité véritable de Monsieur X. sur un forum de discussion où sont utilisés des pseudonymes, associée dans les articles litigieux à des éléments vrais ou supposés de sa vie privée et à des allégations à caractère diffamatoire ou injurieux, est de nature à constituer, dès lors que les pages internet en question sont, grâce aux moteurs de recherches, aisément consultables par tous, une atteinte à l’intimité de sa vie privée. »

Voilà ce que dit la justice…

avatar dans Crime
Anonyme162463 Il y a 1 jour

Il faudrait encore rappeler que je n’ai jamais été citée dans aucune des procédures de Nemrod contre OVERBLOG et qu’il m’en a volontairement écartée pour n’être pas contredit sur les faits. OVERBLOG ne pouvait se défendre qu’en ce qui concerne ses obligations d’hébergeur, qui ont été toujours été respectées à la lettre, il ne pouvait pas se défendre sur le fond des contentieux m’opposant à Nemrod qui ne sont pas son problème, et c’est pour cette raison que le TGI de Béziers a toujours débouté Nemrod de toutes ses demandes. La cour d’appel de Montpellier s’est prononcée sur des « faits »(imaginaires) exposés par le seul Nemrod et jamais contredits au cours de la procédure du fait que je n’avais pas été citée. Est-ce que tout le monde comprend l’entourloupe ? C’est moi qu’il aurait dû assigner au tribunal, pas OVERBLOG, mais dans ce cas, ses accusations mensongères n’auraient pas fait long feu.

avatar dans Folie
Anonyme162463 Il y a 1 jour

NEMROD34 a berné la « justice » de Montpellier, pas celle de Béziers qui avait bien relevé les anomalies de sa procédure.

 dans LCR - NPA
NEMROD34 Il y a 1 jour

Béziers un juge, cour d’appel de Montpellier trois juges, deux fois …
Si c’est à votre hébergeur que je m’en suis pris c’est bien pour votre anonymat dont vous êtes si fière, et son silence total à mes signalement.
Vous avez fait tombé votre anonymat, il est même tombé via voie judiciaire, et maintenant je connait la procédure, vous aurez votre procès et serez condamné.
Vous êtes une harceleuse malade, et les vices de procédures dont vous avez profité jusque là face à d’autres de vos nombreuses victimes ne marcheront pas plus.
Prouvez tout ce dont vous m’accusez, il faudra le faire devant le tribunal, et c’est impossible vous le savez bien puisque ça n’existe pas…
Votre harcèlement et vos mensonges en revanche c’est très simple …

 dans Le Post
NEMROD34 Il y a 1 jour

« OVERBLOG ne pouvait se défendre qu’en ce qui concerne ses obligations d’hébergeur, qui ont été toujours été respectées à la lettre, il ne pouvait pas se défendre sur le fond des contentieux m’opposant à Nemrod qui ne sont pas son problème, »

C’est pour ça qu’il est précisé que votre hébergeur à enfreint ses propres Conditions Générales d’Utilisation, pour la petite histoire c’et moi même qui les ai épluché et relevé la chose …
Vous pouvez mentir autant que le vous le voulez la réalité reste là …

avatar dans Luraghi
Anonyme162463 Il y a 23 heures

C’est vous qui mentez, M. Nemrod. Vous aviez mon identité et mes coordonnées dès le début de vos harcèlements à mon encontre en 2010. C’est acté par votre audition du 12 juillet 2011 pour des faits antérieurs à janvier 2011, votre première assignation d’OVERBLOG ne remontant qu’à début mars 2011. Quant aux vices de procédures dont soi-disant j’aurais profité, ce ne sont que ceux voulus par vos complices pour leurs propres procédures. Ils ont fait du détournement de procédure, tout comme vous, d’ailleurs. Mon anonymat, c’est vous tous qui l’avez fait « tomber » comme dites en préalable à tous vos harcèlements à mon encontre, à l’aide de piratages informatiques formellement attestés par bien plus de pièces que nécessaire, et auxquels vous avez bien participé.

 dans NEMROD34
NEMROD34 Il y a 23 heures

D’ailleurs tout le monde peut constater le nombre de fois où je donne votre identité …

avatar dans Pédophilie
Anonyme162463 Il y a 22 heures

Vous répondez à côté de la question à plusieurs reprises. Les CGU d’OVERBLOG n’ont rien à voir avec les questions de fond que j’expose. Et vous avez bien publié mon identité et mes coordonnées à de nombreuses reprises sur différents site. Vous vous en êtes même justifié une fois en audition le 12 juillet 2011. L’auriez-vous donc oublié ? Soi-disant je vous aurais fait des misères à vous et vos complices pirates et harceleurs. Ce que vous avez raconté à la police était mensonger. Il reste que vous avez bien commis à mon encontre l’infraction d’atteinte à l’intimité de la vie privée résultant de la levée de mon anonymat, et pas qu’une fois, tandis que moi je ne l’ai jamais commise à votre encontre, puisque vous n’avez jamais été anonyme sous le pseudonyme de NEMROD34.

 dans Perversité
NEMROD34 Il y a 22 heures

« puisque vous n’avez jamais été anonyme sous le pseudonyme de NEMROD34″

D’accord.
Alors si là je donne votre nom et prénom, adresse, photo de votre chambre et tout et que vous accuses d’un milliers de choses horribles tout va bien parce que c’est sur internet et que donc voilà ?
Je le fais ? J’ouvres 6 blog minimum pour le faire et tout ira bien ?
Si je raconte votre vie et montre des photos de vous dans établissement hospitalier c’est bon ?
Parce que c’est sur internet, et rien ne prouve que ça ne vient pas de vous …

 dans Politique
NEMROD34 Il y a 21 heures

« Les CGU d’OVERBLOG n’ont rien à voir avec les questions de fond que j’expose.  »

Les CGU d’Over-Blog on comptées énormément, article 5.1 de leur CGU de l’époque, relisez ou faites lire par quelqu’un qui sait lire…
Il y a votre perception des choses, et il y a la réalité …
Moi la réalité je peux la prouver à le demande…

avatar dans Rue89
Anonyme162463 Il y a 21 heures

C’est quoi encore ce délire ? Des photos de moi dans un établissement hospitalier ? Où donc auriez-vous vu ça ?

avatar dans Statistiques de blog
Anonyme162463 Il y a 21 heures

Vous admettez n’avoir jamais été anonyme sur Internet sous le pseudonyme de NEMROD34.
Voilà au moins un point qui semble tout à fait clair.
Vous admettez aussi avoir commis plusieurs atteintes à l’intimité de la vie privée à mon encontre.
Bien, on avance un peu en sériant les questions.

 dans Ufoscepticisme
NEMROD34 Il y a 21 heures

Remarques :
Vous ne m’appelez plus par mon nom et prénom ? Pourquoi ?
Vous ne m’accusez pas de meurtres, terrorisme, viols, vols, escroqueries et j’en passe ? Pourquoi ?
Même pas une petite accusation de pédophilie ?

NEMROD34 Il y a 8 heures

« Vous admettez aussi avoir commis plusieurs atteintes à l’intimité de la vie privée à mon encontre. »

Montrez nous ça …

avatar
Anonyme162463 Il y a 6 heures

Rappelez-vous, vous en avez avoué une partie en audition au commissariat de Béziers le 12 juillet 2011; il y en a eu d’autres par la suite.

Bon, au moins, là, vous admettez n’avoir jamais été anonyme sous le pseudonyme de NEMROD34. Un point à souligner.

NEMROD34 Il y a 5 heures

L’article 29 du Code Pénal et de la loi du 29 juillet 1881 dispose que « Toute allégation ou imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé est une diffamation. La publication directe ou par voie de reproduction de cette allégation ou de cette imputation est punissable, même si elle est faite sous forme dubitative ou si elle vise une personne ou un corps non expressément nommés, mais dont l’identification est rendue possible par les termes, des discours, cris, menaces, écrits ou imprimés, placards ou affiches incriminés ».

« NEMROD34 Il y a 2 heures SIGNALER UN ABUS
« Vous admettez aussi avoir commis plusieurs atteintes à l’intimité de la vie privée à mon encontre. »

Montrez nous ça …

Anonyme162463 Il y a 39 minutes SIGNALER UN ABUS
Rappelez-vous, vous en avez avoué une partie en audition au commissariat de Béziers le 12 juillet 2011; il y en a eu d’autres par la suite.

Bon, au moins, là, vous admettez n’avoir jamais été anonyme sous le pseudonyme de NEMROD34. Un point à souligner. »

Pouvez vous démontrer ça de façon claire ?
Parce que vous continuez à m’accuser d’un tas de choses sans la moindre preuve, comme c’est relevé dans trois procès pour trois personnes différentes (vous avez bien plus de vicrimes on le sait tout les deux)…
Vous changez sans cesse de sujet pour ne pas répondre …
Les lecteurs auront un résumé de l’histoire ici, avec toutes les preuves, pas …

NEMROD34 Il y a 4 heures

« Quant aux horoscopes balance qu’il publie de temps en temps depuis quelques mois, il s’agit bien toujours de menaces à peine voilée à mon encontre : il choisit ses lignes et ne publie toujours que pour la balance, qui est mon signe. »

Et la seule personne au monde à être balance, du coup chaque horoscope fait dans le monde c’est des gens qui vous en veulent …
Soignez vous mademoiselle, c’est mieux pour tout le monde.

avatar
Anonyme162463 Il y a 4 heures

Vos délires et inventions calomnieuses à mon encontre ne seront pas publiés sur ce site dont les responsables doivent au moins connaître les lois qui leur interdisent de publier n’importe quoi.
J’ai retrouvé l’article que vous aviez fait publier sur ce site au mois de janvier 2012, il est ici :

https://www.midilibre.fr/2012/01/19/son-anonymat-n-etait-pas-respecte-sur-un-blog,445818.php

C’était le même journaliste qu’aujourd’hui et déjà à l’époque je m’étais tâtée pour une plainte en diffamation, vu qu’il rapportait dans son article de vos delires et inventions calomnieuses à mon encontre. Je lui précise au passage qu’il ne fait pas un travail sérieux. La moindre des choses, avant d’écrire et de publier, était de vérifier vos allégations. Or, il ne l’a jamais fait, ni à l’époque ni aujourd’hui. Je vois par exemple que vous prétendez au mois de janvier 2012 que je vous accuserais d’attentats terroristes, mais il n’y en a pas eu avant mars 2012. Il est évident que ceux-là se préparaient déjà au mois de janvier 2012, mais seuls les terroristes le savaient ce moment-là : vous peut-être, mais pas moi.
Cela dit, dans cet article que vous aviez fait publier à l’époque, vos nom et prénom sont bien cités avec votre pseudonyme de NEMROD34, comme dans un autre article que vous aviez fait publier à la même époque dans un média belge.
Niez-vous avoir toujours fourni vos nom, prénom et coordonnées sur tous les sites où vous vous êtes exprimés sous votre pseudonyme de NEMROD34 …

– Il y a 1 jour

Jean Pièrre A. C’était pas une bonne idée et pourquoi faire ?
J’ai du mal à comprendre ?

– Il y a 1 jour

https://www.midilibre.fr/2015/09/30/gratien-a-rejoint-le-paradis-des-gargotiers,1220355.php

Dye.DM14 Il y a 2 jours

Sacré nemrod ça ne m étonne pas de toi tu provoques laisses des photos de toi sur le trone sur le net crache sur les flics et à la première occasion tu vas déposer plainte bonne mentalité ….

avatar
Anonyme162463 Il y a 2 jours

En fait, comme il passe son temps à harceler, injurier et menacer sur la toile et hors internet, notamment avec des bandes de copains genre Ligue du LOL, il y a aussi pas mal de plaignants contre lui, dont moi. Pour l’instant, seul le Maire de Béziers l’a fait condamner, mais cela ne saurait tarder également pour la CAF dont il outrage le personnel féminin.

NEMROD34 Il y a 2 jours

Et j’ai été commandé quand et pourquoi par le maire de la ville et le reste ? Il faudrait vraiment penser à se soigner, ça serait mieux pour tout le monde…

NEMROD34 Il y a 2 jours

« Anonyme162463 Il y a 17 minutes SIGNALER UN ABUS
En fait, comme il passe son temps à harceler, injurier et menacer sur la toile et hors internet »

Mon dieu je menace et harcèle sur la toile et même en dehors !
Mon Dieu!
Vous comprenez qu’il va falloir prouver ça devant un tribunal ?
Et que comme ça n’existe pas vous perdrez ?
J’ai essayé de vous l’expliquer il y a neuf ans, neufs ans …

NEMROD34 Il y a 2 jours

Philippe rdv chez Gracien. Samedi?

avatar
Anonyme162463 Il y a 2 jours

Excusez-moi, mais vous me faites rire à jouer les outragés de la sorte, M. l’anticlérical et athée forcené…

NEMROD34 Il y a 1 jour

Dye.DM14 qui est un pseudonyme on peut se voir samedi chez gracien, ensuite on règles les comptes loin de tout le monde, tu marches ?

Dye.DM14 Il y a 1 jour

@NEMROD34

Ok mais j espère que tu n iras pas déposer plainte après , j hésite vu que déjà tu déposes plainte pour kedal …
Et il y en a eu tellement comme toi qui ont fait les kékés puis qui en suite sont allé pleurer à la police …
samedi quel heure ?

Dye.DM14 Il y a 1 jour

Et appelle moi monsieur Philippe .

Dye.DM14 Il y a 1 jour

Je les connais trop bien les procéduriers comme toi , déjà que tu déposes plainte pour kedale là tu vas demander une pension d invalidité …

Dye.DM14 Il y a 1 jour

Gracien n est plus laisse le tranquille .

NEMROD34 Il y a 1 jour

L’heure qui te va.

avatar
Anonyme162463 Il y a 3 jours

Bonjour,
Je suis l’auteur du blog visé par NEMROD34. Je tiens à préciser n’avoir jamais révélé au public son identité et ses coordonnées. Il le faisait déjà lui-même sur tous les sites où il s’exprimait sous son pseudonyme de NEMROD34, y compris le sien, et le fera aussi sur le mien. Il a toujours procédé ainsi depuis qu’il s’exprime sur le net sous ce pseudonyme et cela continue, il suffit d’aller voir sa page sur Facebook pour s’en convaincre (il l’a ouverte sous sa véritable identité, indique qu’il est NEMROD34 et y utilise le même avatar que dans ses commentaires ici-même). Quant aux autres révélations concernant sa vie privée, c’est pareil : il les avait faites lui-même dans ses commentaires sur mon blog. En fait, cet individu y était arrivé au mois d’avril 2010 non pas pour y échanger avec qui que ce soit mais uniquement pour me harceler, m’injurier, me menacer, tout en me calomniant ailleurs sur le net, sur divers sites où il a, lui, effectivement commis à mon encontre, entre autres (car il a fait bien plus, beaucoup plus), l’infraction d’atteinte à l’intimité de la vie privée en révélant au public mon identité, toutes mes coordonnées et diverses autres informations relevant de ma vie privée alors que j’étais pour ma part réellement anonyme sous le pseudonyme que j’utilisais et ne racontais pas ma vie sur le net. Il m’a ensuite toujours écartée de ses procédures contre OVERBLOG à seule fin de m’empêcher de le contredire et révéler aux juges la vérité concernant …

NEMROD34 Il y a 2 jours

Vos propos ont étés condamnés, deux fois et ils le seront encore soyez en sure.
Il vous faudra non seulement démontrer ce dont vous m’accusez mais aussi assumer ce vous écrivez sur moi qui vous laisse tranquille, moi je n’ais pas 6 blogs pour vous accuser de choses très graves (meurtres, terrorisme entre autres), je ne vous piste pas constamment sur internet et dans la vie réelle, et ça fait 9 ans que ça dure …

avatar
Anonyme162463 Il y a 2 jours

L’individu fait partie d’une bande d’extrême-gauchistes qui me pirate et m’écoute illégalement depuis onze ans pour pouvoir faire des « révélations » au public me concernant (il y a en fait énormément d’inventions calomnieuses qui se mélangent à des éléments vrais, notamment ceux de l’identité, obtenus par des moyens frauduleux). Tout cela est démontré depuis longtemps, les mobiles, objectifs et résultats sont aussi évidents quand on connaît mon passé (notamment, projets classés pour la défense nationale qui ont toujours dérangé trafiquants d’armes et islamistes). L’escroquerie contre OVERBLOG est aussi démontrée depuis longtemps. Je vous attends de pied ferme avec vos nouvelles dénonciations calomnieuses, M. Nemrod.

NEMROD34 Il y a 2 jours

La folie totale dans tout son éclat…
Pas de de soucis je vous l’ais dit il y a longtemps: vous en répondrez devant un tribunal …

Carpe Diem! Il y a 3 jours

Sauf erreur de ma part cette personne était un posteur sur ce forum qui y a échangé avec des contradicteurs – dont sur ce sujet?

NEMROD34 Il y a 3 jours

Je suis la personne en question qu’entendez vous par « était un posteur sur ce forum qui y a échangé avec des contradicteurs – dont sur ce sujet? » ?

 

Ligue du LOL et autres : Jean-Marc Manach défend l’indéfendable

Depuis les révélations et dénonciations ayant frappé ces derniers jours, à travers la Ligue du LOL, tant de ses amis journalistes, Jean-Marc Manach ne s’est pas contenté d’animer une émission sur le sujet pour Arrêt sur Images, il a aussi publié sur son blog personnel :

 

http://bugbrother.blog.lemonde.fr/2019/02/17/david-doucet-et-la-presomption-de-culpabilite/

David Doucet et la « présomption de culpabilité »

 

Cela fait des années que je répète qu’en cette ère de Big Data et de traçabilité, de montée en puissance de la société de surveillance, Le vrai danger, ce n’est pas Orwell, mais Kafka, à savoir le fait de se retrouver accusé de quelque chose que l’on ne comprend pas, et d’être placé en situation de devoir démontrer son innocence -alors que dans un état de droit, c’est à l’accusation d’apporter les preuves d’une culpabilité.

Je n’avais pour autant jamais encore été en situation d’estimer être à même de pouvoir démontrer l’innocence de quelqu’un ayant reconnu sa culpabilité. « Context is king » : lui, et sa victime, avaient oublié le contexte de ce qui s’était passé. Elle avait vraiment morflé. Mais ce n’était ce me semble pas particulièrement l’objectif visé par celui qui, depuis, a pourtant avoué.

Je n’avais jamais entendu parler de la « Ligue du LOL » avant que CheckNews n’en révèle l’existence. Je connais certes plusieurs de ses membres, mais n’avais jamais non plus entendu dire, comme on l’a découvert depuis, que certains d’entre eux avaient pu faire montre de « (cyber)harcèlement », et ne savais donc rien non plus de ce qu’avaient subi leurs victimes…

Lire la suite ICI.

 

 

C’est trop. Cela suffit. Ce qu’on veut maintenant, c’est la vérité, toute la vérité.

Moi oui, je me suis bien trouvée dans la situation de devoir me défendre contre des accusations hallucinantes à la suite des campagnes de calomnies publiques dont j’ai été et suis toujours victime de la part de la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest et de ses sbires les cybercriminels Pascal Edouard Cyprien Luraghi, Jean-Marc Donnadieu et autres « déconnologues », d’abord sur la toile, puis dans les tribunaux, à plusieurs reprises. Ces gens-là m’accusent notamment, y compris auprès de magistrats dont pourtant ils savent dès le départ qu’ils connaissent parfaitement bien tout mon parcours professionnel d’ingénieur d’études en informatique, de m’être inventé cette profession sous couvert d’anonymat lorsque je commentais anonymement des articles du site Rue89 consacrés au problème du harcèlement moral en entreprise – Cyprien Luraghi l’a fait dans la plainte qu’il a déposée contre moi en 2015, il a encore recommencé dans sa procédure parisienne, il ne veut pas en démordre, il prétend toujours bien mieux connaître que moi toute ma vie, dans tous ses aspects, professionnels et privés…

Où était donc Jean-Marc Manach durant toutes ces années ?

Est-il jamais intervenu pour me défendre ?

Non, et pourtant, étant en relation avec mes harceleurs, notamment le dénommé Pascal Edouard Cyprien Luraghi, avec qui il avait selon ce dernier « échangé 102 mails pendant un mois et demi et passé des heures au téléphone jusqu’à pas d’heure » avant son émission du 10 septembre 2013, il ne pouvait ignorer qu’ils violaient quotidiennement l’intimité de ma vie privée, et à compter du mois de septembre 2014, nous avions de plus eu quelques échanges de courriers électroniques ayant porté sur leurs inventions calomnieuses à mon encontre, comme j’ai commencé à en parler hier, dans cet article :

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/26/ligue-du-lol-et-autres-jean-marc-manach-darret-sur-images-aime-beaucoup-trop-les-cyberharceleurs/

Après que je l’aie contactée de moi-même sans savoir qu’un an plus tôt il avait déjà animé et diffusé une émission télévisée à propos de toutes les misères que censément je faisais à ses amis les cybercriminels Pascal Edouard Cyprien Luraghi, Jean-Marc Donnadieu, Josette Brenterch et autres « déconnologues » (des preuves ? quelles preuves ? quel besoin ? la parole du mythomane est d’or…), qui eux, bien évidemment, ne m’avaient jamais rien fait, n’est-ce pas (contexte ? quel contexte ?), tant qu’à m’avoir en ligne, il m’avait interrogée tout à la fois sur le fond de nos contentieux et des détails de procédure qu’il ne comprenait pas – mieux vaut tard que jamais, même si cela manque sacrément de spontanéité et de professionnalisme… il aurait bien dû le faire avant son émission du 10 septembre 2013…

Enfin bref, à la suite de ces échanges, il avait semble-t-il bien compris l’escroquerie au jugement recherchée par Jean-Marc Donnadieu à travers ses procédures contre OverBlog, mais s’est toujours gardé d’organiser toute nouvelle discussion publique à ce sujet…

En voici un extrait :

 

Le 18 septembre 2014 20:11, XXXXXXXXXXXXX a écrit :

Bonsoir,

J’attends des nouvelles du pote « thaïlandais » qui est en train de virer sans-dents, je n’ai toujours rien pour l’heure.

Si vous voulez approfondir l’affaire Nemrod, je vous conseille de vous faire communiquer toute la procédure, soit par le débile, soit par OverBlog.

Vous verrez qu’il y a quand même plus d’une anomalie.

Outre celles que je vous ai déjà dites :

- strictement aucun report d’abus de Jean-Marc Donnadieu pour les éléments dont il s’est plaint devant le juge – mais c’est normal quand on a bien compris à quoi il jouait et a toujours continué à jouer avec son pote LURAGHI qui est en fait le véritable initiateur des procédures DONNADIEU (il a envoyé ce débile au front à sa place parce qu’il pouvait bénéficier d’une aide juridictionnelle totale, de telle sorte que leurs amusements à tous à mon encontre ne leur coûtent pas un centime, et qu’il apparaissait de plus comme à peu près vierge dans l’histoire de leurs harcèlements à mon encontre au moment où je suis censée l’avoir « attaqué » comme une pauvre victime innocente choisie au hasard de mes égarements psychiques, dus aux très très lourdes pathologies psychiatriques qu’ils m’attribuent mensongèrement ou de façon délirante) et qui m’a toujours promis (LURAGHI) que je ne saurais jamais comment ni pourquoi j’aurais été condamnée ou aurais subi les pires saloperies, humiliations et spoliations une fois la chose faite, chose dont il voulait absolument me réserver la suprise, une surprise totale, sauf que la justice ne fonctionne pas comme ça, à moins que des magistrats n’aient été corrompus, ce qui semble bien être le cas dans nos affaires, au moins par chez moi, et peut-être aussi à Montpellier;

- un mail de DONNADIEU au service juridique d’OverBlog du 1er juin 2010 concernant le premier article que j’ai publié à son sujet, en réponse à ses précédentes dénonciations calomnieuses auprès du même service, celui qu’il attendait pour pouvoir se précipiter chez son avocat, ce qu’il a bien fait immédiatement; intitulé « De quoi se mêle Jean-Marc Donnadieu ? », cet article était conforme à mes précédents avertissements publics à l’attentation de la bande LURAGHI : après une première dénonciation calomnieuse auprès de mon hébergeur le 10 avril 2010, je les avais prévenus que je rendrais systématiquement publiques toutes leurs autres tentatives du même genre, ainsi que leurs menaces, intimidations et autres exactions (notamment, attaques informatiques récurrentes); donc, le 26 mai 2010, Mr Donnadieu s’était amusé à envoyer au service juridique d’OB une nouvelle dénonciation calomnieuse en vue d’obtenir la suppression de mon blog, puis il m’en avait envoyé une copie pour s’assurer que je l’avais bien reçue et que j’allais la publier, comme j’avais prévenu que je le ferais systématiquement, ce que j’ai fait, et il a sauté de joie au plafond et immédiatement appelé son avocat pour RV en urgence, qu’il a obtenu pour le vendredi 4 juin 2010; or, dans son mail du 1er juin 2010 au service juridique d’OverBlog concernant cet article que j’ai consacré à sa dénonciation calomnieuse du 26 mai 2010 auprès du même service, que dit-il ? demande-t-il une suppression de ce contenu, censé lui causer d’énooOOOormes préjudices ? Pas du tout ! bien au contraire, il demande à OverBlog de le garder en ligne, vu qu’il a décidé de porter plainte et d’obtenir ce qu’il faut de dommages et intérêts…

- OverBlog étant averti d’un dépôt de plainte décide de supprimer l’article, le 16 juin 2010, sans que personne ne le lui ait demandé, et à moi non plus; réactions de DONNADIEU et LURAGHI quand ils s’en aperçoivent : fous furieux, ils viennent tous les deux m’engueuler dans les commentaires sur mon blog, ils m’accusent d’avoir fait disparaître la « preuve » de ma très haute culpabilité à l’endroit de ce pauvre Nemrod, me traitent de tout, me disent que je suis stupide, que de toute façon l’hébergeur est obligé de la conserver au moins trois ans, que la justice va lui ordonner de la communiquer, etc… et ils exigent qu’elle soit remise en ligne…

- par la suite, DONNADIEU va toujours s’attacher à me faire publier ou accepter dans les commentaires sur mon blog un maximum d’éléments dont il estime qu’il pourra ensuite s’en plaindre devant le juge, en s’abstenant de toute nouvelle forme de plainte auprès d’OverBlog ou de moi-même, car il ne tient pas du tout à les voir disparaître de mon blog avant qu’ils n’aient pu produire l’effet escompté, à savoir les dommages et intérêts les plus conséquents possibles qu’il veut voir tomber dans sa poche avec la disparition de mon blog, qu’il demande aussi au juge; parmi ces éléments, il y a sa plainte du 15 juin 2010 qu’il m’avait demandé d’afficher sur mon blog, ce que je n’ai jamais fait qu’à partir de sa propre publication de cette plainte sur le site yfrog, de telle façon qu’il pouvait à tout instant la faire disparaître de mon blog en supprimant sa publication initiale sur Yfrog s’il avait changé d’avis; mais il ne l’a jamais fait…

Ces comportements de DONNADIEU sont-ils normaux ? Que trahissent-ils ?

Le 18/09/2014 16:49, XXXXXXX a écrit :

Ici, vous pouvez l’admirer sur son trône :

http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2010/04/18/2037710_posteur-a-la-une-nemrod34.html

Je n’ai rien à voir avec cet article, sinon qu’il avait commencé à se faire mousser auprès de posteurs influents proches de la bande LURAGHI après avoir débuté sa mission contre le Petit Coucou (premiers commentaires sur mon blog les 13 et 14 avril 2010).

Cordialement,

XXXXXX.

Le 18/09/2014 15:50, XXXXXXXXX a écrit :

Euh… si vous voulez des photos de la copine de Mr DONNADIEU (enfin, ex-copine, maintenant) et des décors sexy de leur chambre à coucher, je peux vous les envoyer, ils m’a tout mis dans ses commentaires sur mon blog, qu’en fait je n’ai jamais tous acceptés, autant pour préserver la vie privée de ce malade et de ses proches, que pour éviter de publier moi-même toutes ses injures et calomnies à l’encontre d’autres personnes, notamment mes commentateurs de blog.

J’ai eu droit aussi à quelques-uns de ses courriers à son avocat.

Et au jour le jour, son quotidien…

Je me suis demandé s’il ne finirait pas par m’envoyer aussi la sex tape, mais non, celle-là je ne l’ai jamais eue.

Enfin, voilà, quand il a déboulé sur mon blog, je ne savais absolument rien sur ce type que je n’avais jamais remarqué nulle part plus tôt. Maintenant je sais tout : son père décédé alors qu’il est encore bébé, sa mère qui vote Chirac parce qu’elle le trouve beau (aujourd’hui décédée elle aussi, d’un cancer fulgurant), son ex-femme, son fils, sa copine, etc… et bien sûr tous ses exploits, dont il adore se vanter…

Le 18/09/2014 14:21, XXXXXXXX a écrit :

Bonjour,

Vous ne répondez plus. Avez-vous compris ?

Aujourd’hui, le blog LURAGHI serait bloqué pour apologie du terrorisme, et tous les dégâts qu’il a provoqués depuis 2008 auraient été limités :

http://www.la-croix.com/Actualite/France/Le-projet-de-loi-antiterroriste-adopte-a-l-Assemblee-nationale-2014-09-18-1208069

Un commentaire de Nemrod sur son blog en 2011, avant le jugement en référé du TGI de Béziers, rendu le 8 avril 2011 :

109692

NEMROD34 répond à 109685

Le 1 avril 2011 à 11:06 | Permalien

En plus excellente nouvelle au courrier !
D’après l’avocat c’est gagné! 22 000€ pour le NEM !
un bon vikend quoi …
Je repars en thailande dès que c’est encaissé, on va se faire une bringue d’enfer !

Bon comme je vais être absent, je signale pour certaines mononeurone qu’on est le 1er avril … ;-)

Pfffff… Un de ses potes « thaïlandais » est justement en train de s’expliquer les yeux dans les yeux avec 6 ou 7 types ultra remontés contre lui… et ma justice locale qui ne fait rien alors qu’elle a tout dans les mains depuis le début…

Ci-joint les copies de sa première plainte, qu’il m’avait communiquées dès le mois de juin 2010 en exigeant que je l’affiche sur mon blog – il l’affichait aussi ailleurs, une vraie manie chez lui, il demande systématiquement des copies de PV pour les afficher.

Dans celui-là, il évoque une conversation sur Le Post qui n’a jamais eu lieu. J’avais été bannie de ce site fin février 2010 et n’y étais donc plus au printemps 2010. Les seuls échanges que nous ayons eus en 2010 n’ont toujours eu pour seul support que mon blog, où il venait m’injurier et me menacer.

Les avocats que j’ai consultés à compter de juin 2010 ne s’en sont jamais inquiétés. Pour eux tous, dans le pire des cas, je serais interrogée par la police, et tout s’arrêterait après que j’aie pu m’expliquer. Mais je n’ai jamais interrogée une seule fois en quatre ans au sujet des plaintes et procédures de DONNADIEU. Durant tout ce temps, j’ai vu avancer le rouleau compresseur sans pouvoir jamais rien faire pour l’arrêter. Mes propres plaintes, notamment pour dénonciations calomnieuses, vont toutes au panier sans la moindre considération… et tous les délires et mensonges de LURAGHI & Co continuent à faire foi… Pire : depuis décembre 2011, la décision qu’ils ont obtenue à Montpellier sur la base de faux et quantité de mensonges m’est systématiquement opposée partout, autant pour bloquer ou rejeter mes propres plaintes et procédures, que pour appuyer de nouvelles plaintes à mon encontre et produire de nouvelles condamnations toutes injustifiées (cas des plaintes de Mme BRENTERCH).

J’ai affaire à une bande de petits malfrats agissant à mon encontre pour des intérêts qui les dépassent, ceux de BRENTERCH et d’autres associés, relevant du crime organisé.

Cordialement,

XXXXXX.

Le 18/09/2014 00:14, XXXXXXXX a écrit :

Les calomnies ont la vie dure…

Avez-vous compris, cette fois ?

Si vous voulez, je peux vous montrer des pièces.

DONNADIEU a commencé à m’accuser de l’accuser de pédophilie début juin 2010. Il en a fait une publicité monstrueuse sur de très nombreux sites en expliquant à chaque fois que c’était hyper grave, surtout qu’il était divorcé, que son fils demandait qu’il en ait la garde exclusive, et que si son ex-femme voyait ça, oh la la, et patati et patata… Une chance pour lui que son ex-femme – qui n’a jamais eu besoin que quiconque aille lui donne l’identité de NEMROD34, un pseudo qu’il utilisait déjà alors qu’ils étaient ensemble – ne soit jamais tombée sur tous ses délires publics… parce que ces accusations de pédophilie n’ont jamais existé que dans sa tête…

La vérité, les deux compères LURAGHI et DONNADIEU l’ont dite aussi à de multiples reprises sur divers sites : ils se marraient, ils se sont toujours bien marrés à m’attaquer et m’accuser mensongèrement de n’importe quoi.

DONNADIEU abuse du cannabis. Ses commentaires sur mon blog ont toujours été bien plus délirants le week-end qu’en semaine.

Les perspectives de se faire du fric sur mon dos l’ont toujours rendu euphorique.

L’analyse de ses commentaires sur mon blog, en quantité comme en qualité, le montre toujours en train de jubiler quand il voit ses projets de tentative d’escroquerie au jugement commencer à se concrétiser, et non, comme il l’a toujours prétendu, répondre à mes prétendues « attaques » à son encontre. Sa plus grosse crise date du mois de janvier 2011, alors qu’il venait d’obtenir une aide juridictionnelle pour attaquer en justice, et que pour ma part, je ne parlais plus du tout de ses harcèlements à mon encontre depuis plusieurs mois.

Cordialement,

XXXXX.

Le 17/09/2014 22:43, XXXXXXXXXX a écrit :

Je vous ai donné l’explication dans mon précédent message : c’est la tentative d’escroquerie au jugement.

DONNADIEU est arrivé sur mon blog au printemps 2010 à peu près comme un mercenaire en mission commandée pour LURAGHI et ses potes « déconnologues » (demandez aux responsables de Rue89 ou à Yann Guégan qui ils sont et ce qu’ils font sur le net, ils connaissent bien), qui ne parvenaient pas à obtenir la suppression de mon blog chez OverBlog aussi facilement que mes comptes sur Rue89 et Le Post, où ils m’avait toujours harcelée précédemment, depuis l’été 2008.

Il a toujours été prévu qu’il se fasse rémunérer pour ce travail par l’octroi de dommages et intérêts conséquents, les plus conséquents possibles. Tout comme son collègue LURAGHI qui rêve de rencontrer gloire et richesse en publiant sa version de ma « biographie », il cherche à se faire un nom sur le dos de ses victimes, mais aussi beaucoup de fric, le plus possible. Cibles : moi, bien sûr, mais aussi, tous les internautes qui me soutenaient, tous attaqués aussi violemment que moi les uns après les autres, OverBlog car ses responsables n’obéissaient pas au psychopathe LURAGHI, et mes proches, le psychopathe LURAGHI leur reprochant de ne pas me faire interner, tout comme à mon médecin-traitant, d’ailleurs – ils attaquent tout mon entourage…

Ces gens me harcelaient depuis 2008, avec pour objectif affiché de me faire totalement exclure du net, pour ne plus y lire nulle part ce qu’ils appellent mes « délires » à propos du harcèlement moral en entreprise. Ils avaient commencé à m’attaquer en raison de commentaires sur ce sujet sur le site Rue89. D’après eux, ce problème n’en serait pas un, et ceux qui prétendent que si seraient tous « déments ».

Sur les sites Rue89 et Le Post, ils ont toujours usé de la même méthode pour obtenir les bannissements de tous ceux qui les dérangeaient pour des raisons x, y, z, c’est-à-dire : harcèlement en meute jusqu’à ce que la cible commence à réagir, et là, appel à la modération pour demander la suppression du compte au motif des « injures » à leur encontre, ou d’une prétendue « agressivité » à leur encontre, bien évidemment toujours légères au regard de ce qu’ils avaient fait eux-mêmes auparavant… Cela marche relativement bien avec des modérateurs qui ne vont pas forcément vérifier toutes les prétentions des délateurs, les dénonciations qu’ils reçoivent n’étant de plus jamais portées à la connaissance des intéressés qui ne peuvent donc pas contredire ou démentir quoi que ce soit.

Ils ont tenté de recommencer la même chose sur OverBlog, et ont eu la surprise de constater qu’en tant qu’éditeur du blog, j’étais destinataire de tous les reports d’abus adressés aux responsables du blog, et pouvais donc en prendre connaissance, constater que leurs demandes de suppression de mon blog étaient calomnieuses, et les dénoncer comme telles. C’est là qu’ils sont allés chercher DONNADIEU à la rescousse, un type déjà connu sur le net comme harceleur, quasiment un professionnel du harcèlement sur le net.

Les dénonciations calomnieuses auprès de l’hébergeur ne produisant pas le moindre effet, ils se sont lancés dans de nouvelles dénonciations calomnieuses, cette fois auprès des autorités judiciaires, en s’efforçant de recréer les conditions nécessaires pour qu’elles aboutissent selon leurs desideratas, c’est-à-dire l’absence de contradiction ou de démentis de la part de la première cible, moi. C’est pour cette raison que j’ai toujours été écartée des procédures de DONNADIEU contre OverBlog – dès que j’ai la possibilité d’intervenir directement dans ce dossier, je démonte tout.

Par ailleurs, comme je vous l’ai déjà dit, c’est bien moi qui suis accusée d’avoir accusé DONNADIEU, LURAGHI & Co de pédophilie, mais c’est faux, cela fait partie de toutes leurs dénonciations calomnieuses à mon encontre, je n’ai jamais accusé aucun d’entre eux de pédophilie.

Ce qui est vrai, par contre, c’est que j’ai eu l’occasion d’évoquer le cas d’un pédophile dans mes écrits publics (il s’agit d’un ancien psychiatre qui a été condamné à plusieurs reprises pour ces faits), et que toute la clique LURAGHI, DONNADIEU & Co m’en a toujours fait le reproche. Ils ont même obtenu mon bannissement du site Le Post au motif que j’aurais soi-disant « diffamé » ce monsieur en y relayant des articles de presse le concernant. A priori, ils me sont tombés dessus à bras raccourcis à ce sujet parce qu’au moins l’un d’entre eux devait être un ami de ce pédophile. Mais la question du harcèlement moral en entreprise n’est pas moins sensible.

Cordialement,

XXXXX.

Le 17/09/2014 21:18, manhack a écrit :
Bonsoir,
Le 17 septembre 2014 20:15, XXXXXX a écrit :

 il m’a toujours écartée de toutes ses procédures contre OverBlog pour éviter d’être trop contredit sur les faits et de voir se retourner contre lui toutes ses accusations mensongères et ses montages… Quant on lui fait remarquer que c’est moi qu’il aurait dû assigner, il rétorque qu’il n’avait pas mon identité, mais il n’a jamais assigné OverBlog avant le 2 mars 2011, et il affichait mon identité en différents endroits de la toile depuis juin 2010… Il a même dû s’expliquer à ce sujet au commissariat de Béziers à la suite d’une de mes plaintes, le 12 juillet 2011, et a alors reconnu être bien l’auteur de textes injurieux et calomnieux que je lui reprochais et pour lesquels j’avais porté plainte au mois de janvier 2011. Or, dans ces textes, il révélait mon identité et mon adresse… qu’il connaissait bien, donc.

je n’ai jamais vraiment compris pourquoi ils avaient attaqués l’hébergeur plutôt que la personne avec qui ils étaient en conflit : comment l’expliquez-vous ?

par ailleurs, et si c’est bien vous qui aviez qualifié Nemrod et/ou Cyprien de pédophile (entre autres choses)…: pourquoi ?

bien cordialement, 
jean marc manach

 

Si cela ne suffit pas à provoquer des réactions honnêtes, j’étalerai à la vue du public d’autres de nos échanges de mails.

Ligue du LOL et autres : Jean-Marc Manach d’Arrêt sur Images aime beaucoup trop les cyberharceleurs

Une semaine après les premières révélations sur la Ligue du LOL était exhumée la vidéo d’une émission de Jean-Marc Manach interviewant en mai 2013 un des membres de ce groupe de cyberharceleurs qui, ne dévoilant pas son identité, était alors présenté comme un « gentil troll ».

Il vient de refaire une émission sur le sujet avec ASI, sous le titre fort désagréable de : « On ne peut pas réduire la Ligue du Lol à du harcèlement » (voir ci-dessous).

Comme il est hors de question que je verse un centime à ce média, vu ce que ses journalistes (les mêmes) avaient aussi fait sur mon compte la même année, et mis en ligne le 10 septembre 2013, je n’ai personnellement pas accès à la totalité de l’article et de la vidéo correspondants, lesquels sont réservés aux abonnés d’ASI. Il ne m’est donc pas possible d’en commenter plus que le titre.

En revanche, je vais parler un peu pour la toute première fois de cette émission de septembre 2013 comportant un reportage-débat qui m’était consacré, sous un titre également très désagréable : « Faudra-t-il dénoncer les blagues de blondes sur Internet ?«  (voir ci-dessous).

La vidéo de cette émission est aujourd’hui intégralement réservée aux abonnés d’ASI.

Que ceux qui n’en sont pas se rassurent : ils ne perdent vraiment rien à la méconnaître, c’est juste une commande du cyberharceleur Pascal Edouard Cyprien Luraghi auprès de son ami Jean-Marc Manach, également ami de David Servenay, ancien journaliste de Rue89, lui-même très grand ami des cybercriminels de la bande dudit Pascal Edouard Cyprien Luraghi, lesquels ont toujours sévi sur le site Rue89 de 2008 jusqu’à janvier 2017, ces deux journalistes étant passés par OWNI, site connu pour avoir hébergé ou employé plusieurs des membres de la Ligue du LOL, dont l’activité de harcèlements sur Internet s’inspire à l’évidence de manière directe de celle de la bande du mythomane « en ligne et à l’oeil depuis 2001″.

Je n’avais donc pas été prévenue avant sa diffusion, Jean-Marc Manach n’ayant à aucun moment cherché à me joindre pour recueillir ma version des faits, son but étant de diffuser uniquement celle, entièrement mensongère et très fortement calomnieuse à mon égard, du mythomane précité.

Il avait toutefois invité à donner son point de vue sur l’incroyable jugement du TGI de Brest du 11 juin 2013 qui l’affectait comme moi le juriste de mon hébergeur de blog de 2010 à 2013, à savoir la plateforme de blogs et société OverBlog.

Cela lui vaudra la rancune tenace de son bon ami Cyprien Luraghi qui dès lors publiera sur divers sites des commentaires haineux à son encontre, que je finirai par remarquer, après d’autres beaucoup plus amènes, et à propos desquels je le contacterai à compter du 17 septembre 2014, d’abord sans me présenter.

Voilà la réponse qu’il avait bien voulu me faire à cette date :

Le 17/09/2014 à 13:02, manhack a écrit :

Cyprien a eu des soucis avec quelqu’un qui l’a diffamé, et il a réclamé à l’hébergeur de son site de censurer les propos en question; on en a longtemps discuté, et on n’est pas d’accord; je pense que c’est à la Justice de décider ce qui doit être censuré (ou pas), pas à un opérateur privé.

PS : comment avez-vous eu mon mail ?
bien cordialement, 
jean marc manach
Le 17 septembre 2014 11:40, XXXXXXXXXXXX a écrit :

Bonjour,Je tombe sur des commentaires de Cyprien LURAGHI sur l’article qui se trouve à cette adresse :http://merzeau.net/reflexions-sur-le-droit-a-loubli/Notamment, il a écrit :

Cyprien Luraghi

Je suis en train de vous écouter dans l’émission 12h42.

Vous n’avez pas la moindre idée de ce dont quoi vous causez et encore moins de la vraie vie des vrais gens en chair et en os.

Lisez ça :

http://icyp.fr/2011/12/24/nemrod34-gagne-en-appel-contre-overblog/

Lisez bien tout, et suivez TOUS les liens inclus.

Et demandez d’en savoir plus à M. Manach.

RépondreDonc, je suis son conseil et vous demande de bien vouloir m’en dire plus.Merci de me renseigner.Cordialement,

XXXXXXX.

 

S’ensuivra une conversation par échange de mails au cours de laquelle, après m’être présentée, je lui expliquerai quelle était la situation réelle. Il y mettra fin le 23 septembre 2014 au motif que je l’ennuyais avec mes reproches quant à sa proximité avec mes harceleurs, qu’il ne souhaitait déranger en aucun cas (je lui demandais de bien vouloir témoigner de toutes leurs calomnies à mon encontre), et son adhésion sans aucune réserve à leur version des faits mensongère qu’il se permettait de divulguer auprès d’inconnus, en l’occurrence moi avant que je ne me présente, sans avoir jamais pris la peine de me contacter pour savoir ce qu’il en était réellement.

Cerpendant, je ne savais encore rien de son émission du 10 septembre 2013, personne ne m’en ayant jamais avertie, ni avant, ni après sa diffusion.

Je l’ai recontacté le 27 novembre 2014 après avoir trouvé un autre commentaire de Cyprien Luraghi le concernant, et il m’avait alors répondu comme suit :

Le 28/11/2014 à 18:32, manhack a écrit :

Bonjour,

comme précédemment indiqué, il a tenté de me convaincre de sa version de l’histoire, mais comme je n’étais pas d’accord avec lui sur la responsabilité des hébergeurs, depuis, il ne semble plus vraiment m’apprécier…

 

bien cordialement, 
jean marc manach 
Le 27 novembre 2014 16:00, XXXXXXXXXX a écrit :

Bonjour,Je suis en train de parcourir les commentaires les plus récents du malade mental Pascal Edouard Cyprien Luraghi sur le site Rue89.Comme à son habitude, il peste contre les journalistes dont il n’a réussi à convaincre strictement aucun d’écrire ou publier quoi que ce soit à mon sujet – il me traite toujours de la même manière.Et là, je viens de trouver ceci qui vous concerne :

Numéric Numéric a publié un commentaire à l’article « Evidemment, on ne nous épargnera pas la petite conclusion technophobe… » – il y a 1 semaine 2 jours

Tiens, lis cet article gnangnan radotage gogol du fameux Manach, genre tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil : CLIC

Moi je dis : ils sont totalement à côté de la plaque, ces sectouilleux-là ! Putains de pieds tendres nolife qu’ils sont…

Hunter S. Thompson, reviens !

============================================

Vous aviez donc bien raison de me répondre il y a deux mois que vous n’étiez pas amis – mais à vrai dire, je ne l’ai jamais pensé.

Il reste qu’il a bien tenté de vous vendre sa merde me concernant, comme à bien d’autres, et que votre témoignage à ce sujet m’intéresse toujours.

Pourrez-vous un jour me le livrer ?

Merci de me répondre, ce serait sympa.

Cordialement,

XXXXXX.

 

Il me faudra attendre le 7 janvier 2015 pour être enfin informée :

Le 07/01/2015 à 14:49, manhack a écrit :

il s’agit je pense de cette émission, où intervenait le juriste d’overblog :

http://www.arretsurimages.net/emissions/2013-09-10/Faudra-t-il-denoncer-les-blagues-de-blondes-sur-Internet-id6100

bien cordialement, 
jean marc manach 
Le 7 janvier 2015 13:24, XXXXXXXXXX a écrit :

Bonjour,Depuis quelques jours, je fouille un peu dans les commentaires sur Rue89 et y ai notamment trouvé celui-ci de Cyprien Luraghi se plaignant d’une émission d’ASI où sa bande de « déconnologues » a été qualifiée de « harceleurs en bande organisée » pour ce qui est de ses comportements à mon encontre. Ce commentaire remonte à début février 2014. Je suis un peu chagrinée de l’apprendre de cette manière, mais bon, l’un des buts des harcèlements dont je suis victime est précisément d’isoler la cible, et ils m’ont bien isolée, personne ne m’informe de rien…Pourriez-vous m’indiquer de quelle émission il s’agit ?

Merci d’avance.Cordialement,XXXXXX.

 

Yxe Ygrec répond à Tabasco
islamigré

 

Rue89 est intimement mêlé à cette affaire : la personne condamnée − le corbeau de Brest − a écrit des milliers de commentaires ici entre 2008 et 2009 et c’est d’ici que tout est parti, pour moi en tout cas. Donc il est hors de question pour leur équipe de rédaction, de publier quoi que ce soit à ce sujet, évidemment. Idem pour d’autres journalistes, dont un qui a publié ici en free-lance autrefois et maintenant est une des figures de proue du data-journalisme français : avec lui j’ai échangé 102 mails pendant un mois et demi et passé des heures au téléphone jusqu’à pas d’heure : il sait précisément de quoi il en retourne, à savoir : d’un hébergeur ayant refusé de se conformer à la LCEN et à ses propres CGU pour des raisons que j’ignore, ainsi que mes compagnons de galère. Et : silence radio. Mieux : le juriste de cet hébergeur nous a accusés publiquement sur PCInpact et dans une émission d’ASI − 12h42 − présentée par ce même data-journaliste, d’avoir été des genre de « harceleurs en bande organisée », nous comparant à ces fumiers ayant poussé une minette au suicide sur Ask.com. Faut se cramponner quand on lit et qu’on voit ça, tu sais… J’ignore encore jusqu’où cette dégueulasserie ira : je fais confiance aux tripes puantes du tréfonds de l’esprit humain pour ça… Aucun journaliste n’aura le courage de parler de cette affaire : elle est bien trop sale pour leurs petits mimines bien proprettes.

 

Voilà. Edifiant, non ? Il voit bien que je ne suis pas au courant et ne me dit rien de son émission dont il faudra que je découvre moi-même des traces de l’existence avant d’être enfin informée…

Après cela, je lui ai toujours vainement demandé, et de rectifier ses propos publics me concernant, et d’informer ses lecteurs ou auditeurs des échecs judiciaires de mes harceleurs…

 

https://www.lexpress.fr/actualite/medias/quand-un-membre-de-la-ligue-du-lol-racontait-sa-vie-de-troll_2062436.html

« Ligue du lol »: quand l’un des trolls racontait sa vie

 

Par Audrey Kucinskas, publié le 15/02/2019 à 13:04 , mis à jour à 14:22

 

De dos, David Doucet raconte sa vie de troll, sur France 5.
De dos, David Doucet raconte sa vie de troll, sur France 5.Capture d’écran France 5

 

Une interview datant de 2013 montre le rédacteur en chef des Inrocks, David Doucet, détaillant ses fausses identités, et des canulars téléphoniques.

 

La vidéo circule beaucoup sur Twitter. On y voit un homme portant un bonnet, filmé de dos, répondant aux questions de Jean-Marc Manach, alors rédacteur en chef de l’émission de vulgarisation d’internet, le Vinvinteur, sur France 5. L’idée de ce numéro diffusé en 2013 est de parler avec un « gentil troll », qui expliquerait en quoi sa mission de trolling a presque un intérêt presque public.

L’interviewé, connu sur Twitter à l’époque sous le pseudonyme de @PascalMéric, raconte comment il a notamment créé un profil Twitter pour l’actrice Vanessa Demouy, la rendant, à dessin, particulièrement intellectuelle.

« C’est comme du théâtre en fait, dit-il, sans que sa voix ne soit altérée. Plus il y avait de gens qui la suivaient, plus je dérivais. J’avais envie de lui créer une personnalité très littéraire, cultivée, elle parlait d’Eschyle, d’épigraphie latine, sans que ça ne choque personne. [...] Le décalage était incroyable », s’étonne encore le troll, qui finit par changer de personnalité, délaissant Vanessa Demouy -qui refuse de récupérer les clés du compte Twitter- pour se transformer en Robert Hue. « J’essaie de ne pas profiter, je suis jamais dans la manipulation, » assure-t-il cependant.

LIRE AUSSI >> Les ravages de la Ligue du LOL

« Pascal Meric », qui déplore que les réseaux sociaux se soient professionnalisés au profit du « personal branding » [l'autopromotion] évoque aussi des canulars téléphoniques qu’il a lui-même réalisés. « J’ai fait des canulars mais avec des amis, où je pouvais interviewer des personnalités politiques comme Christian Vanneste (président du Rassemblement Pour la France) . [...] Dès que je suis bourré, je fais un canular téléphonique. »

« Oui Pascal Méric, c’était lui »

Depuis les révélations de l’existence de la Ligue du LOL, signées Checknews, cette vidéo de 38 minutes circule énormément sur Twitter. Car ils sont nombreux à voir derrière l’homme au bonnet, David Doucet, rédacteur en chef des Inrocks, actuellement mis à pied par sa rédaction en raison de son appartenance au groupe Facebook privé.

Lui est notamment reproché un canular téléphonique diffusé sur internet : il y fait croire à Florence Porcel, alors intermittente, qu’il est le rédacteur en chef Laurent Bon, et qu’il souhaite l’embaucher dans une émission. Florence Porcel a admis avoir pleuré pendant trois jours à la suite de la diffusion du piège.

Contacté par L’Express, David Doucet n’a pas encore répondu à nos sollicitations. Jean-Marc Manach auteur de l’interview, lui, confirme : « Oui, Pascal Méric était David Doucet, ils étaient probablement plusieurs à animer le compte, mais c’est David qui a accepté l’interview, se remémore-t-il. « Je n’avais aucune connaissance de la Ligue du LOL et je ne savais pas non plus que certains de ses membres pouvaient faire du harcèlement, comme on l’a découvert depuis la semaine passée… »

LIRE AUSSI >> Ligue du LOL, un harcèlement volontiers antisémite

Malgré tout, Jean-Marc Manach tient à remettre cette interview en contexte. « J’avais totalement oublié, pour tout dire, tout ce qui entourait cette interview. Florence Porcel jouait elle-même par ailleurs un troll, déguisée en fée Clochette. » Quand l’émission est diffusée sur France 5, en mai 2013 (après sa diffusion en ligne) Pascal Méric publie, dans la foulée, son canular téléphonique. Relayé par Jean-Marc Manach lui-même, comme il le confie à L’Express, tweet à l’appui.

« On s’était fait troller par le troll »

« Je me suis excusé auprès de Florence, car s’il n’y avait pas eu l’émission, elle ne se serait pas fait piéger. Comme je n’étais pas tout le temps là, je ne savais pas qu’elle avait pleuré pendant trois jours… Et par ailleurs, à l’époque, j’avais en effet trouvé ça vraiment drôle : on s’était fait troller par le troll qu’on avait invité… Aujourd’hui, David Doucet est accusé d’avoir ‘harcelé’ Florence, alors que c’était donc un canular, qu’elle a perçu comme faisant partie du harcèlement dont elle avait fait l’objet depuis 2010″, déplore le journaliste.

Sur Twitter, la vulgarisatrice scientifique a relayé le message d’excuses de David Doucet, qui a lui-même admis être à l’origine du piège. « Cette libération de la parole m’a fait prendre conscience que je comptais parmi les bourreaux. Durant cette période, j’ai en effet réalisé deux canulars téléphoniques dont celui raconté courageusement par Florence Porcel. [...] Je mesure aujourd’hui la dégueulasserie de ces actes et je n’ai pas d’excuses pour cela. »

Et auprès de France 3, Florence Porcel a détaillé les actes de malveillance dont elle a été victime. « C’étaient des messages malveillants, qui m’attaquaient moi, ma personnalité, mon travail, et surtout de manière répétée, ciblée, pendant des années. C’était clairement pour me nuire, pour me faire perdre confiance en moi, pour m’humilier. »

 

https://www.francetvinfo.fr/societe/harcelement/ligue-du-lol/video-quand-un-membre-de-la-ligue-du-lol-racontait-ses-canulars-a-la-television_3193393.html

VIDEO. Quand un membre de la « Ligue du LOL » racontait ses canulars à la télévision

 

Selon les informations de « L’Express », la personne interviewée est David Doucet, rédacteur en chef du service web des « Inrocks », mis à pied à titre conservatoire, après les révélations sur la « Ligue du LOL ».

 

Jean-Marc Manach, rédacteur en chef de l\'émission \"Le Vinvinteur\", sur France 5, lors d\'une émission en 2013 avec \"Pascal Méric\". 

Jean-Marc Manach, rédacteur en chef de l’émission « Le Vinvinteur », sur France 5, lors d’une émission en 2013 avec « Pascal Méric ».  (LE VINVINTEUR / YOUTUBE)

 

« C’est une personne dont j’ai trouvé une photo comme ça, et d’un coup j’ai essayé d’en faire une sorte de journaliste redresseur de torts, légèrement beauf sur les bords, très attaché aux vieilles règles d’Internet. Durant longtemps, les gens ont cru que c’était un vrai personnage. » Nous sommes en mai 2013 et Jean-Marc Manach, alors rédacteur en chef de l’émission, « Le Vinvinteur », diffusé sur France 5, reçoit un « troll » sur son plateau.

Dans cette vidéo exhumée par L’Express, on y voit l’interviewé raconter comment il a créé de toutes pièces des faux profils au nom de célébrités (l’actrice Vanessa Demouy, l’ancien patron du PCF Robert Hue et l’écrivaine Tristane Banon) mais aussi celui d’un certain Pascal Méric, devenu un personnage connu sur le réseau social.

Le « troll » explique qu’il a également une autre spécialité : « Dès que je suis bourré, je fais un canular téléphonique.«  Mais, assure-t-il, « j’essaye de ne pas profiter, je suis jamais dans la manipulation. »

« Oui, Pascal Méric était David Doucet »

Derrière cet homme au bonnet, les internautes sont nombreux à avoir reconnu David Doucet, devenu depuis rédacteur en chef du service web des Inrocks, et mis à pied à titre conservatoire pour avoir participé à la « Ligue du LOL », ce groupe d’internautes accusés d’avoir dénigré et harcelé des journalistes et des blogueurs au tournant des années 2010. Il a notamment reconnu avoir participé à un canular visant la journaliste Florence Porcel.

Interrogé par L’Express, Jean-Marc Manach confirme que David Doucet était bien son invité dans l’émission. « Oui, Pascal Méric était David Doucet, ils étaient probablement plusieurs à animer le compte, mais c’est David qui a accepté l’interview, se souvient-il. Je n’avais aucune connaissance de la ‘Ligue du LOL’ et je ne savais pas non plus que certains de ses membres pouvaient faire du harcèlement, comme on l’a découvert depuis la semaine passée… » 

Jean-Marc Manach avait, à l’époque, relayé le canular dont avait été l’objet Florence Porcel, jeune journaliste, également participante à l’émission « Le Vinvinteur » qui fait partie des victimes de la « Ligue du LOL ».

« Je me suis excusé auprès de Florence, car s’il n’y avait pas eu l’émission, elle ne se serait pas fait piéger. Comme je n’étais pas tout le temps là, je ne savais pas qu’elle avait pleuré pendant trois jours… Et par ailleurs, à l’époque, j’avais en effet trouvé ça vraiment drôle : on s’était fait ‘troller’ par le ‘troll’ qu’on avait invité… », poursuit Jean-Marc Manach. Contacté par L’Express, David Doucet n’a pas répondu aux sollicitations de l’hebdomadaire.

 

https://www.arretsurimages.net/emissions/arret-sur-images/on-ne-peut-pas-reduire-la-ligue-du-lol-a-du-harcelement

« On ne peut pas réduire la Ligue du Lol à du harcèlement »

 

22 février 2019

01 h 21
  • Avec
    Rafik Djoumi et Jean-Marc Manach et Florence Porcel
  • Presentation
    Daniel Schneidermann et Juliette Gramaglia
  • Préparation
    Adèle Bellot
  • Deco-Réalisation
    Sébastien Bourgine et Antoine Streiff

 

Réservé à nos abonné.e.s

 

Les agressions reprochées à la Ligue du LOL sont-elles les dérapages solitaires de certains esprits pervers, ou bien peut-on tenter de les relier à une « culture du LOL », elle-même partie prenante d’une plus vaste culture du web ? Plongée dans la très lointaine période du début des années 2010, avec Jean-Marc Manach, journaliste spécialisé sur les questions de surveillance et de vie privée sur internet, ancien rédacteur en chef de l’émission Le Vinvinteur (France 5, 2012-2013) ; Rafik Djoumi, ancien rédacteur en chef du magazine Bits (Arte Creative, 2013-2018) ; et Florence Porcel, vulgarisatrice scientifique, l’une des premières à témoigner du harcèlement subi de la part de la « Ligue du Lol ».

Twitter, « c’était la cour de récré »

On commence l’émission par le témoignage de Florence Porcel. En 2013, elle reçoit un coup de téléphone d’une personne se présentant comme Laurent Bon, producteur du Petit Journal, pour lui proposer du travail. Il s’agit en réalité de David Doucet, devenu entretemps rédacteur en chef du site des Inrocks aujourd’hui mis à pied et en procédure de licenciement. Plusieurs enquêtes (Mediapart, Rue89, Le Monde), ont détaillé depuis le management parfois brutal de Doucet, ainsi que de certains de ses collaborateurs ou supérieurs, envers des journalistes. Porcel revient aussi sur le harcèlement qu’elle a subi pendant des années. « J’avais peur pour mon intégrité physique » se souvient-elle, évoquant des « tw…

 

https://www.arretsurimages.net/emissions/faudra-t-il-denoncer-les-blagues-de-blondes-sur-internet

Arrêt sur images

Notre nouvelle émission avec PCINpact, animée par Jean-Marc Manach

10 septembre 2013

42 m 40

 

Réservé à nos abonné.e.s

 

Un tour de vis inattendu sur la liberté d’expression sur Internet ?

 

Un projet de loi sur l’égalité hommes femmes, qui devrait être débattu au Sénat en ce mois de septembre, devrait inclure de nouvelles obligations pour les plateformes de blogs et les hébergeurs Internet. Il devrait notamment élargir considérablement les propos susceptibles d’être dénoncés à la police, comme le signalait cette enquête de PCINpact. Ainsi, les discours « haineux » ou « sexistes » devraient être dénoncés.

Ces dispositions sont-elles légales ? Et à propos, sont-elles techniquement possibles ? C’est à ce sujet que nous consacrons notre nouvelle émission, 14 heures 42, en partenariat avec PCINpact. Elle sera diffusée tous les deux mardis à 14 heures 42 précises, et durera 42 minutes. Cette émission, qui se propose de répondre à la gr…

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo…

Cet article est réservé aux abonné.e.s

 

Suicide de Bruno Peuziat à La Poste de Trégunc le 11 mars 2012

La grosse panne informatique de La Poste durant une bonne partie de la journée d’hier, qui évoque chez moi le souvenir de bien des journées de chômage technique consécutives à des sabotages commis par des syndicalistes du temps où j’exerçais toujours mon métier d’ingénieur d’études en informatique, m’a amenée à soulever de nouveau le cas emblématique pour ses collègues postiers de Bruno Peuziat, un cadre de La Poste qui s’était suicidé sur son lieu de travail à Trégunc dans le Finistère le 11 mars 2012.

Le dénommé Jean-Marc Donnadieu, alias NEMROD34, qui fidèle à lui-même n’en loupe pas une, est venu commenter cet article sur Satanistique, ici :

http://satanistique.blogspot.fr/2018/04/grosse-panne-informatique-la-poste.html#comment-form

On notera au passage qu’il a quitté le Panama pour le New Jersey :

 

Zoom sur l’utilisateur

Suicide de Bruno Peuziat à La Poste de Trégunc le 11 mars 2012 dans AC ! Brest

Visitor Analysis & System Spec

URL d’origine :
Host Name: Navigateur : Chrome 65.0
Adresse IP : 185.56.163.74 —   OS/Platform: Win7/Desktop
Emplacement : Panama Résolution : 1920×1080
Visites récurrentes : 312 Javascript : Enabled
Durée de la visite : Multiple visits spread over more than one day FAI : Ab Facile Sarl

Navigation Path

Date Heure Page web
(Pas de lien référant)
5 Apr 05:11:05
(Pas de lien référant)
5 Apr 10:38:14
(Pas de lien référant)
5 Apr 11:10:24
(Pas de lien référant)
6 Apr 05:16:51
(Pas de lien référant)
6 Apr 17:22:44
(Pas de lien référant)
7 Apr 04:58:55
(Pas de lien référant)
7 Apr 09:57:45
(Pas de lien référant)
8 Apr 09:53:52
8 Apr 09:55:36
8 Apr 09:55:38
(Pas de lien référant)
9 Apr 09:34:31
9 Apr 09:39:51

 

Zoom sur l’utilisateur

 dans Calomnie

Visitor Analysis & System Spec

URL d’origine :
(Pas de lien référant)
Host Name: Navigateur : Chrome 65.0
Adresse IP : 54.37.98.6 —   OS/Platform: Win7/Desktop
Emplacement : Woodbridge, New Jersey, United States Résolution : 1920×1080
Visites récurrentes : 314 Javascript : Enabled
Durée de la visite : 2 hours 31 mins 37 secs FAI : Merck And Co.

Navigation Path

Date Heure Page web
(Pas de lien référant)
9 Apr 14:04:46
(Pas de lien référant)
9 Apr 14:04:53
(Pas de lien référant)
9 Apr 16:36:23

 

Zoom sur l’utilisateur

 dans Corruption

Visitor Analysis & System Spec

URL d’origine :
(Pas de lien référant)
Host Name: Navigateur : Chrome 65.0
Adresse IP : 54.37.98.66 —   OS/Platform: Win7/Desktop
Emplacement : Woodbridge, New Jersey, United States Résolution : 1920×1080
Visites récurrentes : 318 Javascript : Enabled
Durée de la visite : 8 hours 13 mins 28 secs FAI : Merck And Co.

Navigation Path

Date Heure Page web
(Pas de lien référant)
10 Apr 05:07:02
(Pas de lien référant)
10 Apr 10:45:20
10 Apr 10:46:50
10 Apr 10:48:56
10 Apr 10:50:04
10 Apr 10:50:25
10 Apr 10:50:39
10 Apr 10:50:49
(Pas de lien référant)
10 Apr 12:14:04
(Pas de lien référant)
10 Apr 13:20:30

 

Refermant cette parenthèse à propos de l’un de mes harceleurs les plus actifs de ces dix dernières années (viols continus et multiples de l’intimité de la vie privée, notamment par piratages informatiques et écoutes téléphoniques illégales, puis révélations publiques délictueuses, 2074 commentaires d’injures et de menaces en tous genres sur mon ancien blog « Un petit coucou » chez OverBlog entre avril 2010 et juin 2013, innombrables commentaires et articles tous injurieux, calomnieux et attentatoires à la vie privée sur d’autres sites, dénonciations calomnieuses en pagaille, tentatives d’escroqueries au jugement, etc…), je vous propose de découvrir à travers les articles de presse ci-dessous les suites données à l’affaire du suicide de Bruno Peuziat en 2012.

On commence par un article de 2001 relatif à son arrivée à La Poste de Concarneau comme directeur. Son suicide à Trégunc près de onze ans plus tard avait donné lieu à une multitude d’articles de presse en définitive très peu précis quant aux faits de harcèlement moral dont il se plaignait, lesquels avaient motivé son acte selon les écrits qu’il avait laissés à différentes personnes.

Il faut attendre des développements judiciaires de 2016 et 2017 pour apprendre que :

- Cet ancien directeur de l’établissement de Châteaulin connaissait en effet des « difficultés liées à son travail », suite à un « entretien orageux » avec son supérieur hiérarchique en 2008.

- Selon le jugement rendu, « il est par ailleurs établi, notamment par l’enquête de gendarmerie réalisée sur les circonstances du décès, que M. Peuziat éprouvait effectivement des difficultés dans l’exercice de ses fonctions de chef d’établissement depuis au moins 2008, qui ont été à l’origine de la dégradation de son état de santé et d’un arrêt de travail du 17 janvier au 30 août 2009. »

- Une réorientation en 2010 vers un poste d’adjoint à Concarneau, « après que sa hiérarchie lui ait reproché une faute professionnelle grave concernant la conclusion d’un contrat à durée déterminée, bien qu’elle ait fait l’objet de mesures d’accompagnement, a été mal ressentie par lintéressé qui l’a considérée comme une éviction injustifiée », poursuit le tribunal.

- Sa réaffectation comme adjoint au directeur de Concarneau, en 2010, avait été « de toute évidence mal vécue » par l’intéressé, qui y voyait une « rétrogradation ».« Il a développé par la suite un fort ressentiment contre sa hiérarchie, à qui il reprochait d’avoir ruiné sa carrière », a résumé le rapporteur public.

- Quelques jours avant sa mort, Bruno Peuziat apprenait qu’il était invité à se présenter à une convocation médicale concernant son arrêt maladie, et recevait un courrier « l’informant de l’examen de son dossier par le comité médical ». Ce qu’il a interprété comme « une nouvelle manifestation de volonté de son employeur de l’évincer de ses fonctions ».

Il était en arrêt maladie depuis le 9 décembre 2011 et devait reprendre son travail le 26 mars 2012. Auparavant, il avait obtenu une nouvelle affectation sur un poste de cadre en ressources humaines à l’établissement de Rosporden à compter du 1er janvier 2012 et paraissait en être satisfait. Il semblait aller mieux, mais n’aurait pas supporté cette convocation médicale, interprétée comme une volonté de son employeur de le « fliquer », selon un militant de Sud PTT n’évoquant que des réorganisations.

Cependant, je n’ai pu trouver aucun détail concernant la faute professionnelle grave relative à la conclusion d’un contrat à durée déterminée qu’il aurait commise en 2010 ou plus tôt, quoiqu’il s’agisse du motif du déclassement qu’il contestait.

Il ne m’est donc pas possible de cerner davantage ce cas particulier.

Je rappelle toutefois que pour la plupart, les syndicalistes ont toujours nié l’existence de faits de harcèlement moral en entreprise en se positionnant systématiquement comme défenseurs des salariés ou fonctionnaires mis en cause par les victimes, soit comme harceleurs, soit pour des faits de surveillances illicites ou autres exactions commises au profit des harceleurs. Estimant devoir protéger ces délinquants ou criminels contre les plaintes de leurs victimes, ce sont ces dernières que trop souvent les syndicalistes décident d’attaquer très violemment et massivement, jusqu’à leur faire « rendre gorge » ou les tuer.

Par ailleurs, les militants de Sud PTT ne s’intéressent au problème du harcèlement moral en entreprise, mais toujours de manière partiale et partisane, que depuis qu’il constitue pour eux un bon angle d’attaque des politiques suivies par leurs employeurs, France Télécom et La Poste.

 

http://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20010713&article=2996317&type=ar

Bruno Peuziat, nouveau directeur à La Poste

 

Publié le 13 juillet 2001
En prenant la direction des trois bureaux de poste concarnois, Bruno Peuziat...

En prenant la direction des trois bureaux de poste concarnois, Bruno Peuziat retrouve le coeur du métier, après avoir occupé différentes responsabilités dans l’entreprise.

 

La Poste de Concarneau a une nouvelle fois changé de directeur.

 

La Poste de Concarneau a une nouvelle fois changé de directeur. Jean-Luc Guennegues a laissé sa place à Bruno Peuziat, 32 ans, précédemment employé à Quimper. Le nouveau directeur des trois sites concarnois (la poste principale du centre ville et les deux bureaux de proximité du Rouz et de Beuzec) est entré à la Poste il y a 8 ans après une maîtrise en sciences éco et un DESS de gestion. Service de la comptabilité, commercial, gestion et achat de produits. Il a accumulé des expériences diverses dans le métier. Aujourd’hui, 60 employés travaillent sous sa responsabilité. Depuis son arrivée à Concarneau, il y a trois semaines, Bruno Peuziat a déjà plongé dans les dossiers privilégiés des trois bureaux de poste. L’Euro, avec des informations au grand public, comme la séance d’explication du début de semaine. Le deuxième gros objectif concerne la certification de qualité ISO 9002 visée dans seulement deux villes du département, Carhaix et Concarneau. Cette certification qualité concerne le service et les produits proposés à la clientèle. Dans ce contexte, afin d’avancer un peu plus sur le chemin de la certification, des réunions sont programmées avec des clients usagers de l’entreprise qui met un point d’honneur à poursuivre sa mission de service public.

 

http://www.liberation.fr/futurs/2012/03/13/troisieme-suicide-en-six-mois-a-la-poste_802562

Troisième suicide en six mois à la Poste

 

Par Catherine Maussion — 13 mars 2012 à 00:00

 

Social. Un cadre s’est pendu, dimanche, sur son lieu de travail. Les syndicats dénoncent la stratégie du groupe.

  • Troisième suicide en six mois à la Poste

Loi des séries ou signe d’une souffrance au travail, alors que la Poste accélère sa mutation ? Dimanche, en fin d’après midi, un cadre s’est pendu au centre de courrier de Trégunc, dans le Finistère. Responsable «ressources, gestion-sécurité-sûreté». Bruno Peuziat, 42 ans, avait deux enfants.

Son suicide survient douze jours après celui de Jérémy Buan, un cadre supérieur de 28 ans qui s’était jeté du 4e étage de la poste centrale de Rennes… Il y a six mois, une postière du centre financier de la rue de Bourseuil à Paris (XVe) s’était elle aussi défenestrée.

Mails. Les syndicats sont restés longtemps discrets sur cette problématique des suicides. Avec 240 000 salariés, la Poste en connaît, comme toutes les entreprises. Mais cette succession de drames, tous survenus sur le lieu de travail, les a fait réagir publiquement, en mettant en cause la Poste. Hier, la CGT demandait à l’entreprise de «stopper immédiatement toutes ses réorganisations et d’ouvrir de véritables négociations» dans un groupe engagé «dans une course au profit» et qui a enregistré «plus de 90 000 suppressions d’emplois depuis 2002». Même émotion chez Sud PTT. La réaction syndicale est d’autant plus vive qu’elle s’appuie sur des mails signés Bruno Peuziat, dont certains étaient adressés à Jean-Paul Bailly, le patron de la Poste. Dans un dernier mail, expédié aux organisations syndicales quelques heures avant son geste, le cadre finit par ces mots poignants : «Si vous pouvez essayer de faire que tout ceci débouche sur quelque chose de positif et de constructif pour l’entreprise.»

Selon Patrice Campio, militant Sud PTT dans le Finistère qui a eu des échanges avec Peuziat, «il est clair que le parcours imposé par la Poste à son cadre au fil des réorganisations et qui s’est achevé par un déclassement a pesé dans son geste». La semaine dernière, Bruno Peuziat, en arrêt maladie depuis le 9 décembre, avait reçu par lettre recommandée une convocation à une visite médicale prévue jeudi. Régis Blanchot, de Sud PTT, accuse : «Il a compris que c’était pour le fliquer.» Et d’ajouter : «Il n’a reçu pendant son arrêt aucun coup de fil ni aucune visite de sa hiérarchie.»

Autant de points factuels que démentait hier la direction, brandissant un mail de remerciement du cadre adressé à Bailly, à la suite de l’intervention positive de ce dernier et daté du 1er décembre, soit huit jours avant son arrêt de travail.

Expertise. Tous ces éléments devraient être clarifiés et mis en perspective lors d’une expertise que pourrait demander le Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), comme ce fut le cas lors du suicide au centre financier parisien. Coïncidence, le rapport sur ce drame remontant à septembre avait été rendu public le 29 février, jour du suicide de l’employé rennais. Et il pointait, selon les syndicats, la sous-estimation des risques sociaux dans les réorganisations du travail.

Hier matin, la direction de la Poste s’est dite «bouleversée par le drame» et a annoncé la mise sur pied d’une cellule psychologique. Le cycle d’écoute sur la santé au travail annoncé la semaine dernière par Jean-Paul Bailly doit entendre dès cette semaine les syndicats, avec à la clé «une première série de propositions». Mais le scepticisme était de mise chez Sud PTT : «On attend toujours des retombées concrètes de l’observatoire de la santé», une structure installée en mai 2008 et dont l’efficacité est aujourd’hui remise en cause par les partenaires sociaux.

Catherine Maussion

 

https://www.humanite.fr/social-eco/suicide-%C2%AB-il-avait-peut-etre-trop-d%E2%80%99humanite-%C2%BB%E2%80%A6-492122

Suicide « Il avait peut-être trop d’humanité »…

 

Fanny Doumayrou
Mardi, 13 Mars, 2012
L’Humanité

 

Pour la deuxième fois en deux semaines, un cadre de La Poste s’est donné la mort sur son lieu de travail. Selon les syndicats, il avait mis en cause, à plusieurs reprises, les méthodes de management imposées par 
la direction.

«La Poste file droit dans le mur, sans tirer le moindre enseignement de ce qui s’est passé à France Télécom », dénonce Alain Le Berre, secrétaire départemental de la Fapt-CGT du Finistère, après le nouveau drame qui a touché ce week-end les agents de La Poste. Après le suicide d’un jeune cadre à Rennes le 29 février dernier, Bruno Peuziat, cadre de quarante-deux ans, adhérent du syndicat CGC, a été retrouvé pendu, dimanche à Trégunc près de Concarneau (Finistère). Alors qu’il était en arrêt maladie depuis le 9 décembre, il est venu se suicider sur son lieu de travail. Dans l’après-midi, il avait envoyé aux syndicats un e-mail dans lequel il expliquait ses problèmes, qu’il concluait par le vœu que « tout ça débouche sur quelque chose de positif et de constructif pour l’entreprise et nos collègues ».

Situation stressante

Le postier avait commencé sa carrière comme contrôleur de gestion et avait été directeur d’établissement au sein de la direction opérationnelle territoriale du courrier (DOTC) Ouest-Bretagne, qui couvre le Finistère et le Morbihan. Mais fin 2011, il a été victime d’un grand jeu de chaises musicales imposé par cette direction, explique Yves Abiven, secrétaire départemental SUD PTT du Finistère : « L’an dernier, la DOTC a décidé de remodeler l’ensemble des postes de cadres supérieurs au 1er janvier 2012. Une centaine de cadres ont dû se repositionner au sein de la DOTC, en présentant des CV et en passant des entretiens managériaux. On avait déjà connu des petites vagues de mobilités tous les deux ou trois ans, mais un mouvement de cette ampleur, c’est du jamais-vu. » Le hic, c’est qu’il n’y a pas de place pour tout le monde. « Quand un cadre ne se recase pas, il se retrouve en “surnombre”, explique le syndicaliste. Il continue de travailler mais sans poste, donc il pallie le sous-effectif des agents d’exécution, cela peut aller jusqu’à distribuer du courrier. Et il est obligé de postuler à des postes qu’il ne souhaite pas, dans d’autres régions, à 150 kilomètres de son domicile. » Situation hautement stressante.

Pour un arrêt de travail

D’après le syndicaliste, Bruno Peuziat a eu du mal à se reclasser : « Fin 2011, il ne voyait toujours rien venir. Il a dû insister auprès de la direction pour obtenir finalement un poste de cadre en ressources humaines à l’établissement de Rosporden. » Il y était affecté depuis le 1er janvier dernier, mais comme son arrêt maladie avait été prolongé, il n’avait pas pris son poste. « Il devait reprendre le travail le 26 mars, rapporte Yves Abiven. Il semblait aller mieux ces derniers temps. Le déclencheur a pu être le fait qu’il a reçu la semaine dernière une lettre en recommandé pour un contrôle médical de son arrêt de travail par La Poste. »

Pour les syndicats, La Poste ne pouvait ignorer les difficultés de ce cadre. La CGC indique que fin novembre, il avait écrit à Jean-Paul Bailly, président du groupe, pour lui faire part de ses difficultés. En 2010, d’après SUD PTT, il avait déjà été arrêté pour un burn-out lié au travail, et avait dénoncé avec d’autres cadres de la DOTC Ouest-Bretagne les « objectifs inatteignables » qui leur étaient fixés. « Chaque année, la DOTC fixe 120 ou 150 postes à supprimer, chaque cadre doit accomplir sa quote-part, explique Yves Abiven. C’est pourquoi certains ne veulent plus de postes de directeurs d’établissement, car ils ne voient plus comment justifier auprès des personnels de nouvelles suppressions de postes, et voient les dégâts sur la santé des agents d’exécution. »

« Il est clair que ce collègue a été victime de la stratégie de l’entreprise, estime Alain Le Berre de la CGT. Il a contesté les méthodes. Il avait peut-être trop d’humanité. Aujourd’hui, les cadres qui n’adhèrent pas à la stratégie de la direction sont mis en difficulté, et ils sont peut-être plus en danger que le personnel d’exécution, qui a plus d’échanges et de moyens de mobilisation collectifs. »

Hier, La Poste s’est contentée d’indiquer qu’une cellule psychologique avait été mise en place pour les collègues, et que le président, Jean-Paul Bailly, entamerait aujourd’hui son « cycle d’écoute sur la santé au travail » annoncé la semaine dernière et destiné « à la décision et à l’action ».

90 000 postes supprimés en dix ans  

« Il faut changer de politique à La Poste », a réagi hier la Fapt-CGT après ce deuxième suicide de cadre en dix jours, qui s’ajoute à d’autres suicides d’agents depuis plusieurs mois. « La situation sanitaire des agents est étroitement liée à la stratégie de rentabilité de l’entreprise, qui a supprimé plus de 90 000 postes depuis l’arrivée de Jean-Paul Bailly à sa tête en 2002 », souligne Bernard Dupin, administrateur CGT du groupe 
La Poste, qui a l’impression que la direction 
« ne mesure pas la gravité de la situation ». 
Pour SUD PTT, la direction « est dans le déni » et « une seule mesure s’impose avant que de nouveaux drames se produisent : l’arrêt pur et simple des réorganisationset des pressions managériales ». De son côté, FO en appelle à un nouveau « système de gouvernance », en rappelant que « les réorganisations continuelles sont des causes de souffrance pour tous, encadrants et personnels d’exécution ». Le syndicat fait état d’une « explosion des structures des établissements courrier » ces derniers mois.

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/2013/08/02/suicide-d-un-cadre-de-la-poste-tregunc-l-enquete-est-re-ouverte-296967.html

Suicide d’un cadre de la Poste à Trégunc: l’enquête est ré-ouverte

 

Bruno Peuziat, cadre de la Poste à Trégunc / © France3

Bruno Peuziat, cadre de la Poste à Trégunc / © France3

L’enquête sur le suicide de Bruno Peuziat sur son lieu de travail  va être ré-ouverte. Sa femme a déposé une nouvelle plainte pour harcèlement moral.

Par Stéphane Grammont Publié le 02/08/2013 à 12:29

Une troisième plainte pour harcèlement moral a été déposée par la veuve de Bruno Peuziat, ce cadre de la poste de Trégunc qui s’est donné la mort en mars dernier sur son lieu de travail. Elle s’est constituée partie civile. Logiquement, un juge d’instruction devrait être nommé. Selon l’avocat de la famille, Mê Omez, l’affaire prendra du temps avant un éventuel procès.

Bruno Peuziat, cadre responsable de la plate-forme courrier, âgé alors de 42 ans, marié et père de deux enfants, était en arrêt de travail au moment des faits. Avant d’être nommé adjoint du directeur de Trégunc, il avait dirigé l’établissement de châteaulin où il avait été chargé de la  réorganisation de l’entreprise. Il avait mal supporté la pression, et finalement accepté sa mutation.

Il est retourné sur son lieu de travail pour accomplir son geste dramatique. Dans sa lettre d’adieu , ces mots : « Je voulais faire cela sur le site de la poste , car  les responsables sont les dirigeants« .

Une procédure similaire est engagée à Rennes  après la défenestration, en février 2012 d’un autre cadre de La Poste.

A lire aussi

 

http://www.letelegramme.fr/finistere/tregunc/suicide-a-tregunc-la-poste-retoquee-par-le-tribunal-de-rennes-09-05-2016-11061335.php

Suicide à Trégunc. La Poste retoquée par le tribunal de Rennes

 

Publié le 09 mai 2016 à 20h04 Modifié le 09 mai 2016 à 20h28
Le centre de distribution de La Poste de Trégunc où Bruno Peuziat à mis fin à ses jours. Photo archives Claude Prigent

Le centre de distribution de La Poste de Trégunc où Bruno Peuziat à mis fin à ses jours. Photo archives Claude Prigent

 

Le tribunal administratif de Rennes vient d’annuler la décision de La Poste, qui refusait de reconnaître le lien entre le suicide d’un de ses salariés, en mars 2012, à Trégunc, et son travail.

 

Ce jugement intervient alors que l’instruction pénale de ce dossier est sur le point de s’achever. Le juge administratif avait été saisi par la veuve de Bruno Peuziat, décédé le dimanche 11 mars 2012. Son époux était en arrêt de travail pour maladie lorsqu’il s’était rendu sur son lieu de travail et s’était suicidé par pendaison.

« Avis insuffisamment éclairé »

Anne Peuziat avait demandé à La Poste de prendre en charge ce décès comme un accident de service. La direction du courrier Ouest Bretagne avait refusé de reconnaître l’imputabilité au service de ce drame. Après un recours gracieux qui n’a pas changé la donne, Anne Peuziat a donc saisi le tribunal administratif, estimant que la décision de La Poste « avait été prise au terme d’un avis insuffisamment éclairé ».

Selon elle, la commission s’est « bornée à apprécier les éléments médicaux sans analyser les documents faisant état des difficultés rencontrées dans le cadre professionnel ».

« Difficultés rencontrées avec ses supérieurs »

Dans ses attendus, le juge considère que Bruno Peuziat, s’il était en congé maladie, « a fait le choix de commettre cet acte sur son lieu de travail et a laissé des écrits à l’attention de sa famille et des organisations syndicales indiquant sans ambiguité que sa décision faisait suite aux difficultés rencontrées avec ses supérieurs hiérarchiques dans le cadre de ses fonctions à La Poste ».

« Il est par ailleurs établi, notamment par l’enquête de gendarmerie, que M. Peuziat éprouvait effectivement des difficultés dans l’exercice de ses fonctions de chef d’établissement, depuis au moins 2008, qui ont été à l’origine de la dégradation de son état de santé et qu’il a, en outre, été réorienté en 2010 vers un poste d’adjoint à Concarneau après que sa hiérarchie lui eut reproché une faute professionnelle grave concernant la conclusion d’un contrat à durée déterminée ». Cette réorientation, bien qu’elle ait fait l’objet de mesures d’accompagnement, « a été mal ressentie par l’intéressé qui l’a considérée comme une éviction injustifiée ».

La Poste enjointe de prendre une nouvelle décision

Le tribunal note enfin que son suicide est intervenu quelques jours après la réception d’une convocation à une consultation médicale « que l’intéressé a interprété comme une nouvelle manifestation de volonté de son employeur de l’évincer de ses fonctions ».

En conséquence, le tribunal annule la décision de la directrice du courrier Ouest Bretagne et enjoint La Poste, dans un délai d’un mois, à « prendre une nouvelle décision portant reconnaissance de l’imputabilité au service du décès de M. Bruno Peuziat ». Pour Me Vincent Omez, avocat au pénal d’Anne Peuziat, « cette décision peut donner au juge d’instruction un éclairage plus net du rôle du travail dans l’intervention du décès ».

 

https://www.ouest-france.fr/bretagne/finistere/le-suicide-la-poste-etait-en-lien-avec-le-travail-4225144

Le suicide à La Poste était en lien avec le travail

 

Publié le 11/05/2016 à 05:46

Renée-Laure EUZEN.

Pour le tribunal administratif de Rennes, le suicide de Bruno Peuziat, en mars 2012, sur son lieu de travail, à Trégunc, est bien en lien avec son travail. Ce que réfutait La Poste.

Bruno Peuziat, cadre de La Poste, avait mis fin à ses jours sur son lieu de travail, à la plate-forme de Trégunc, le dimanche 11 mars 2012. Sa veuve a saisi le tribunal administratif. L’enjeu : faire reconnaître le décès de son mari comme lié ou non au service.

L’épouse de Bruno Peuziat avait, dans un premier temps, essuyé un refus de la directrice Ouest-Bretagne du courrier. Au tribunal, La Poste a poursuivi dans cette ligne, estimant notamment que le salarié était en arrêt maladie au moment du drame.

Le tribunal administratif a annulé la décision de la directrice du courrier Ouest-Bretagne et a enjoint La Poste à prendre une « nouvelle décision, portant reconnaissance de l’imputabilité au service du décès de M. Bruno Peuziat ».

Pour cela, il s’est appuyé sur le fait que Bruno Peuziat a fait « le choix symbolique de commettre cet acte sur son lieu de travail et a laissé des écrits à l’attention de sa famille et des organisations syndicales indiquant sans ambiguïté que sa décision faisait suite aux difficultés rencontrées avec ses supérieurs hiérarchiques dans le cadre de ses fonctions à La Poste. »

Selon le jugement rendu, « il est par ailleurs établi, notamment par l’enquête de gendarmerie réalisée sur les circonstances du décès, que M. Peuziat éprouvait effectivement des difficultés dans l’exercice de ses fonctions de chef d’établissement depuis au moins 2008, qui ont été à l’origine de la dégradation de son état de santé et d’un arrêt de travail du 17 janvier au 30 août 2009. »

Lien direct

Une réorientation en 2010 vers un poste d’adjoint à Concarneau, « après que sa hiérarchie lui ait reproché une faute professionnelle grave concernant la conclusion d’un contrat à durée déterminée, bien qu’elle ait fait l’objet de mesures d’accompagnement, a été mal ressentie par lintéressé qui l’a considérée comme une éviction injustifiée », poursuit le tribunal.

Quelques jours avant sa mort, Bruno Peuziat apprenait qu’il était invité à se présenter à une convocation médicale concernant son arrêt maladie, et recevait un courrier « l’informant de l’examen de son dossier par le comité médical ». Ce qu’il a interprété comme « une nouvelle manifestation de volonté de son employeur de l’évincer de ses fonctions ». Autant de circonstances pour lesquelles « le suicide de M. Peuziat doit être regardé comme présentant un lien direct avec le service ».

Pour le tribunal, la directrice du courrier Ouest-Bretagne a commis « une erreur d’appréciation en refusant de reconnaître l’imputabilité au service de M. Peuziat ».

La veuve de Bruno Peuziat a également porté l’affaire en justice sur le plan pénal. L’instruction touche à sa fin.

 

https://actu.fr/bretagne/tregunc_29293/tregunc-suicide-dun-cadre-poste-passe-detre-reconnu-comme-accident-travail_6250134.html

Trégunc : le suicide d’un cadre de la Poste en passe d’être reconnu comme accident de travail

 

Le tribunal administratif de Rennes avait assimilé le suicide de l’un de ses cadres de Trégunc à un « accident de service ». La cour d’appel s’est penchée sur l’affaire.

 

Publié le 21 Juin 17 à 17:00
25478-170621164002173-0-854x480 dans Crime

La cour administrative d’appel de Nantes. (©PressPaper)

 

Bruno Peuziat – âgé alors de 42 ans, et fonctionnaire au sein de la Poste depuis 1993 – était en effet venu se pendre sur son lieu de travail, dimanche 11 mars 2012, alors qu’il était en arrêt maladie.

Mercredi, lors de l’audience, le rapporteur public a préconisé à la cour administrative d’appel de Nantes de confirmer en tout point le jugement contesté. « Le débat n’est pas de savoir si la Poste a commis une faute, mais de savoir si le suicide de M. Peuziat a un lien ou non avec son travail », a recadré le magistrat, dont les avis sont souvent suivis par les juges.

En l’occurrence, le rapporteur public a fait observer que Bruno Peuziat avait choisi « un lieu symbolique » pour se donner la mort, et qu’il avait laissé des écrits à sa famille et aux syndicats de La Poste.

Rétrogradation

Cet ancien directeur de l’établissement de Châteaulin connaissait en effet des « difficultés liées à son travail », suite à un « entretien orageux » avec son supérieur hiérarchique en 2008. Sa réaffectation comme adjoint au directeur de Concarneau, en 2010, avait été « de toute évidence mal vécue » par l’intéressé, qui y voyait une « rétrogradation ».

« Il a développé par la suite un fort ressentiment contre sa hiérarchie, à qui il reprochait d’avoir ruiné sa carrière », a résumé le rapporteur public. Il a donc suggéré aux juges nantais de rejeter l’appel de La Poste, et de la condamner à verser 1 500 euros de frais de justice à Anne Peuziat, sa veuve, qui a éclaté en sanglots à l’issue de l’audience.

Les avocats respectifs des deux parties, pour leur part, n’ont pas fait d’autres commentaires que ceux déjà mentionnés dans leurs dossiers écrits. La décision de la cour administrative d’appel de Nantes sera connue d’ici deux à trois semaines.

G.F. (PressPepper)

 

http://www.sudptt.org/Drame-de-Tregunc-La-Poste-s-enfonce-dans-le-deni

Drame de Tregunc : La Poste s’enfonce dans le déni

 

20/10/2017

Le 11 mars 2012, Bruno Peuziat, un encadrant du courrier, directeur adjoint des ressources humaines de son établissement, harcelé depuis plusieurs années par sa hiérarchie, mettait fin à ses jours par pendaison sur le lieu même de son travail, le centre courrier de Trégunc dans le Finistère.

Il laissait derrière lui un imposant dossier constitué au fil des ans sur le harcèlement moral dont il était victime et qu’il a expédié aux organisations syndicales départementales, et notamment Sud-PTT 29, juste avant son geste fatal afin qu’elles l’utilisent pour que cela ne se reproduise plus. C’est l’un des drames à l’origine de la mise en place de la « commission Kaspar » qui devait se pencher sur « le bien-être au travail » à La Poste.

En 2012, le CHSCT de la Direction Courrier Ouest-Bretagne à laquelle Bruno Peuziat était rattaché, réuni en urgence dans les jours qui ont suivi avait diligenté une enquête qui lui avait permis de conclure à l’imputabilité de son geste au service et de se prononcer pour la reconnaissance en accident de service. Comme à son habitude dans ces situations dramatiques, La Poste avait opté pour le déni et nié toute responsabilité en refusant de reconnaître cet acte en accident de service par une décision du 27 mai 2013.

L’affaire a alors été portée par sa veuve, Anne Peuziat, devant le Tribunal Administratif de rennes, qui le 4 mai 2016, a rendu son jugement donnant droit à sa demande de considération en accident de service du décès de son mari. Elle a par ailleurs également engagé un procès au pénal afin de déterminer les responsabilités dans la disparition de son mari.

Une fois fois de plus La Poste fuyait ses responsabilités, en faisant appel de ce jugement, en vain puisque le 10 juillet 2017, la Cour Administrative d’Appel de Nantes venait confirmer le jugement du Tribunal Administratif de Rennes, qualifiant le geste fatal en accident de service.

La Poste, s’acharnant dans le déni vient de se pourvoir en cassation, faisant tout pour reculer l’échéance d’un procès au pénal susceptible d’établir les responsabilités de la hiérarchie.

SUD-PTT n’a de cesse de dénoncer la souffrance au travail à La Poste, le management agressif et inhumain avec les drames qu’il suscite, tout comme l’attitude irresponsable de déni qu’adopte La Poste en ces circonstances. Ce cas de Bruno Peuziat n’en est malheureusement qu’une illustration parmi tant d’autres, comme nous le dénoncions, il y a un an lors de la conférence de presse du 26 septembre 2016. Un an après cette conférence, la situation ne s’est pas améliorée et notre fédération n’est pas la seule à le constater à la lumière de la multiplication des procédures administratives et judiciaires contre un employeur public qui est coutumier de la casse sociale.

 

Comment l’escroc et cybercriminel Jean-Marc Donnadieu s’est encore fait p(r)endre !

Depuis quelques semaines, les statistiques de mon blog Satanistique étaient frappées du même phénomène déjà observé pour Petitcoucou puis Justinpetitcoucou à compter du vendredi 25 juillet 2014 en fin de journée, correspondant à l’activité de mon Chinois de Thaïlande devenu allemand au mois d’avril 2016, et qui n’est autre que le malade mental au clavier – son « arme »-, comme je l’avais bien compris assez rapidement. En effet, il m’en a depuis donné plusieurs confirmations qu’il ne doit même pas soupçonner tant il en a peu dans le ciboulot, hormis la merde que connaissent tous ceux qui ont eu affaire au personnage.

Ces derniers temps, ce sont donc les nombres de visites quotidiennes du blog Satanistique et de plusieurs de ses articles que je voyais artificiellement gonflés par des visites en provenance de Grande-Bretagne.

Or, le phénomène s’est brutalement arrêté en date du 27 mars 2018.

Voyez vous-mêmes :

 

mai 2010 – avril 2018

Graphique représentant les consultations des pages Blogger

Pages vues aujourd’hui
21
Pages vues hier
53
Pages vues le mois dernier
37 811
Historique global des pages vues
300 448
Membres

Gérer le suivi de vos propres consultations de pages

Plus »

Sources du trafic

Plus »

Participants

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog

 

Pages vues par pays

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog
Entrée Pages vues

France

127832

Russie

50330

Royaume-Uni

27065

États-Unis

19218

Ukraine

7985

Allemagne

7535

Turquie

4180

Canada

2774

Italie

2304

Irlande

1562

Pages vues par navigateur

Entrée Pages vues

Firefox

104630 (35%)

Chrome

95667 (32%)

Internet Explorer

73423 (24%)

Safari

18565 (6%)

SamsungBrowser

2178 (<1%)

Opera

1133 (<1%)

Mobile Safari

1057 (<1%)

GSA

1049 (<1%)

PhantomJS

393 (<1%)

BingPreview

379 (<1%)
Image illustrant les navigateurs les plus populaires

Pages vues par système d’exploitation

Entrée Pages vues

Windows

195585 (65%)

Macintosh

39275 (13%)

Linux

22233 (7%)

Unix

15108 (5%)

Android

12452 (4%)

iPhone

10488 (3%)

iPad

3439 (1%)

Other Unix

531 (<1%)

Unknown

426 (<1%)

BlackBerry

109 (<1%)
Image illustrant les plates-formes les plus populaires

 

4 mars 2018 – 2 avr. 2018

Graphique représentant les consultations des pages Blogger

Pages vues aujourd’hui
21
Pages vues hier
53
Pages vues le mois dernier
37 811
Historique global des pages vues
300 448
Membres

Gérer le suivi de vos propres consultations de pages

 

Pages vues par pays

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog
Entrée Pages vues

Royaume-Uni

15607

France

9545

Turquie

1595

Canada

1201

Russie

426

États-Unis

356

Ukraine

259

Espagne

124

Brésil

79

Irlande

60

Pages vues par navigateur

Entrée Pages vues

Firefox

17350 (45%)

Chrome

16971 (44%)

Internet Explorer

3164 (8%)

Safari

241 (<1%)

SamsungBrowser

40 (<1%)

GSA

23 (<1%)

CriOS

9 (<1%)

Mobile Safari

4 (<1%)

Focus

2 (<1%)

Opera

2 (<1%)
Image illustrant les navigateurs les plus populaires

Pages vues par système d’exploitation

Entrée Pages vues

Windows

16730 (44%)

Macintosh

10590 (28%)

Unix

5136 (13%)

Linux

4925 (13%)

Android

210 (<1%)

iPhone

178 (<1%)

iPad

34 (<1%)

Android 4.4.4

1 (<1%)

Android 6.0

1 (<1%)

BlackBerry

1 (<1%)
Image illustrant les plates-formes les plus populaires

 

26 mars 2018 12:00 – 2 avr. 2018 11:00

Graphique représentant les consultations des pages Blogger

Pages vues aujourd’hui
21
Pages vues hier
53
Pages vues le mois dernier
37 811
Historique global des pages vues
300 448
Membres

Gérer le suivi de vos propres consultations de pages

Plus »

Participants

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog

Pages vues par pays

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog
Entrée Pages vues

France

406

États-Unis

93

Espagne

41

Allemagne

30

Russie

26

Corée du Sud

20

Ukraine

18

Pologne

16

Canada

6

Algérie

6

Pages vues par navigateur

Entrée Pages vues

Firefox

314 (43%)

Chrome

248 (34%)

Internet Explorer

78 (10%)

Safari

69 (9%)

GSA

7 (<1%)

SamsungBrowser

6 (<1%)

CriOS

5 (<1%)

Mobile Safari

2 (<1%)
Image illustrant les navigateurs les plus populaires

Pages vues par système d’exploitation

Entrée Pages vues

Windows

544 (74%)

Android

65 (8%)

iPhone

56 (7%)

Linux

28 (3%)

Macintosh

22 (3%)

iPad

10 (1%)

Unix

3 (<1%)

BlackBerry

1 (<1%)
Image illustrant les plates-formes les plus populaires

 

Alors qu’habituellement personne ne s’intéresse à ce que je publie sur aucun de mes harceleurs, durant cette période de quelques semaines un article concernant Jean-Marc Donnadieu était ainsi arrivé jusqu’au tableau des dix articles les plus lus du blog, en faisant disparaître celui concernant un djihadiste dont le nombre de visites retombait irrémédiablement à 666 après de nouvelles lectures :

 

Articles

Entrée Pages vues
6750
2941
2720
2074
2028
1869
1792
1568
1537
1485

 

Il s’agit donc de cet article publié le 1er février 2018 :

http://satanistique.blogspot.fr/2018/02/jean-marc-donnadieu-au-nombre-des.html

Aussi, je me doutais bien que cette fois mon visiteur obsessionnel était ce malade, et me suis naturellement inquiétée pour lui après avoir constaté que les nombres de mes visites quotidiennes sur Satanistique étaient brutalement revenus à leur niveau habituel : ses pérégrinations internationales l’avaient-elles mené à un cachot quelconque ?

Je vais donc consulter sa page Facebook, et là, ô surprise bientôt mêlée d’une joie confuse, je le trouve en plein démêlé avec un de ses adversaires récurrents, l’ufologue Christian Comtesse, avec qui il est très occupé depuis le 27 mars 2018, raison pour laquelle son petit jeu sur Satanistique a brutalement cessé ce jour.

Voilà sa page Facebook où, en date du 29 mars 2018, il a rendu publics un certain nombre de documents de son cru :

https://www.facebook.com/jeanmarc.donnadieu

Et voici la page Facebook de son contradicteur, auquel il répond par ces publications :

https://www.facebook.com/groups/1557600904330873/about/

Cela commence donc par la mise en ligne de ce texte dont deux pages et demi le concernent, le 18 mars 2018 :

Méthode Ultra sceptique.pdf/

Jean-Marc Donnadieu y a répondu le 29 mars 2018 par la mise en ligne de ce texte renvoyant à d’autres publications qu’il a faites en date du 27 mars 2018 :

https://www.fichier-pdf.fr/2018/03/29/christian-comtesse-ses-methodes/

Bien entendu, deux de ses plus grandes victimes, la société OVERBLOG et moi-même, y sont encore injuriées et diffamées, mais ce n’est pas tout, car le règlement de comptes public entre les deux contradicteurs de très longue date porte aussi sur des faits présumés de piratages informatiques et d’atteintes à l’intimité de la vie privée du sieur Donnadieu qui m’intéressent au plus haut point, la plainte et la procédure subséquentes, remontant à l’année 2012, se situant dans une période où j’étais moi-même piratée par cet individu et plusieurs de ses complices harceleurs depuis au moins quatre ans.

Cela se poursuit par la mise en ligne le 31 mars 2018 d’un nouveau texte concernant Jean-Marc Donnadieu, celui-ci :

Témoin Golfech-1.pdf

En réponse à son auteur, c’est avec plaisir que je témoigne ici-même du fait que l’escroc et cybercriminel Jean-Marc Donnadieu est tout à fait capable d’avoir inventé tout seul le témoin fantôme en question, ce menteur et affabulateur notoire m’en ayant fait voir bien d’autres depuis 2010.

Attendant avec impatience le « plat principal » qu’il nous promet après son « apéro » du 29 mars 2018, je commente aussi d’ores et déjà sa plainte du 3 février 2012, dont j’ai pris connaissance tout comme la personne qu’elle vise nommément avec une certaine jovialité.

La voilà, telle que la publie Jean-Marc Donnadieu :

fichier pdf plainte-le-comtesse-2

Ce qu’en dit l’intéressé est à découvrir dans ce texte, en ses pages 5, 6 et 7 :

fichier pdf Méthode Ultra sceptique

Et revoilà les commentaires de Jean-Marc Donnadieu, où l’on découvre notamment qu’en date du 21 février 2012 il a dû répondre au Commissariat de Béziers à une plainte de Christian Comtesse contre lui :

fichier pdf christian-comtesse-ses-methodes

Ce monsieur qui me piratait avec ses complices « déconnologues » depuis plusieurs années laissait donc traîner ses codes un peu partout…

Je confirme l’avoir bien vu publier des codes de connexion à Internet, dont ceux de ses propres parents, en précisant que les autres avaient pour la plupart été obtenus par piratages informatiques, sur le blog principal de son complice cybercriminel et harceleur le malade mental au clavier – son « arme » – le 5 avril 2012, comme exposé dans celui de mes articles qui l’excitait tant depuis deux mois :

http://petitcoucou.unblog.fr/2018/02/01/jean-marc-donnadieu-au-nombre-des-francais-enleves-par-pyongyang/

Concernant ses identifiants de connexion à un « blog ultra privé », en l’occurrence le blog Tique Toc du même malade mental au clavier, entièrement dédié à un certain nombre de ses exactions contre mes proches et moi-même depuis sa création en juin 2010, je me souviens très bien de l’incident évoqué, car l’auteur et administrateur du blog en question en avait immédiatement parlé aux lecteurs de son blog principal en indiquant avoir bloqué l’intrus au moment même de sa connexion, si bien que celui-ci n’avait pas eu le temps d’accéder à leurs échanges ultra secrets à propos de tous leurs viols de l’intimité de ma vie privée et de leurs complots à mon encontre.

En revanche, des « ufosceptiques » de ses amis, comme la dénommée Francine Cordier qui accuse Christian Comtesse de n’avoir su résister à la tentation de se servir des identifiants et mots de passe que Jean-Marc Donnadieu aurait « malencontreusement » laissé apparaître « un court moment » sur un site qu’ils fréquentaient tous, ces amis ufosceptiques de Jean-Marc Donnadieu à qui, à n’en pas douter, s’adressait cette publication particulière, ont pu utiliser les mêmes codes sans se faire bloquer par son administrateur à l’entrée du blog.

De fait, j’ai eu de nombreuses occasions de me rendre compte qu’effectivement, tous ces amis du cybercriminel et harceleur Jean-Marc Donnadieu, tous affligés des mêmes tendances au cyberharcèlement, étaient bien tous au courant d’éléments de ma vie privée volés par piratages informatiques et différents autres moyens illégaux par cet individu et ses complices « déconnologues ».

Ce sont tous des pirates, des délinquants.

Et c’est bien de là que provient ce document que j’avais reçu par La Poste au mois de juin 2011, comportant des copies d’e-mails de mes harceleurs à propos de leurs piratages informatiques à mon encontre, Jean-Marc Donnadieu en faisant partie :

 

Pirates

Cliquer sur l’image pour l’agrandir et lire le texte.

 

Tout comme certains de ses complices dès l’été 2011, Jean-Marc Donnadieu confirme aujourd’hui l’authenticité de ces courriers électroniques en se plaignant d’avoir été lui-même « piraté ».

Et pour cause, s’il publiait de son propre chef toutes les informations nécessaires…

Même chose pour les prétendues « atteintes à l’intimité de la vie privée » à raison desquelles il a gagné deux fois contre OVERBLOG devant la Cour d’Appel de Montpellier après avoir toujours perdu en première instance à Béziers : l’escroc avait lui-même apporté sur mon blog tous les éléments de sa vie privée dont ensuite il est allé se plaindre qu’ils y figuraient… et comme rappelé par OVERBLOG pour sa défense, il révélait lui-même son identité sur tous les autres sites où il s’exprimait sous son pseudonyme de NEMROD34 depuis une bonne dizaine d’années, si bien que l’infraction d’atteinte à l’intimité de la vie privée qu’aurait pu consister une levée de son anonymat sur mon blog n’était nullement constituée, et il en était de même pour ses difficultés conjugales et familiales qu’il étalait aussi de lui-même sur de nombreux autres sites…

Puisqu’il insiste pour que je fasse connaître à mes lecteurs la dernière de ces décisions, du 22 mars 2017, la voici :

 

fichier pdf Arrêt CA Montpellier 22 Mars 2017

 

Il a donc obtenu une somme de 7 500 € en réparation du prétendu préjudice allégué pour un maintien en ligne durant 18 mois des informations censées constituer une atteinte à l’intimité de sa vie privée.

Dans ces conditions, nous allons lui rappeler qu’il a lui-même réellement commis cette infraction à mon encontre sans discontinuer à compter de juin 2010, ce qui fait actuellement une durée de près de huit ans.

Mon préjudice de ce seul fait peut donc s’évaluer à ce jour à une somme de près de 40 000 €.

Et comme il le sait, j’ai bien porté plainte contre lui.

 

1234

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo