L’affaire de l’attentat de Karachi de mai 2002 conduit à un premier procès en octobre

C’est en fait l’affaire du possible financement occulte de la campagne d’Edouard Balladur en 1995 via un mécanisme de rétrocommissions qui sera examinée au mois d’octobre prochain.

Pour celle de l’attentat proprement dit, il faudra encore attendre…

Personnellement, je ne demande pas mieux que de parler, c’est-à-dire de témoigner de ce que je sais et d’expliquer aussi ce que j’ai pu comprendre de manière rétrospective après avoir recollé quelques morceaux de puzzle, le tout, bien évidemment, éléments de preuves à l’appui.

Je l’ai déjà dit à de multiples reprises.

Cependant, les magistrats brestois, ultra CORROMPUS, y sont violemment opposés…

 

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2019/03/02/97001-20190302FILWWW00118-affaire-karachi-proces-sur-le-volet-financier-en-octobre.php

Affaire Karachi : procès sur le volet financier en octobre

 

  • Par  Le Figaro.fr avec AFP
  • Mis à jour le 02/03/2019 à 19:12
  • Publié le 02/03/2019 à 18:39

Le procès de six protagonistes du volet financier de l’affaire Karachi, concernant des soupçons de commissions occultes en marge de la campagne présidentielle d’Édouard Balladur en 1995, se tiendra au tribunal correctionnel de Paris du 7 au 31 octobre, révèle l’AFP d’après des sources concordantes.

Lire aussi - Karachi : de l’attentat à l’affaire 

Ce procès pour «abus de bien sociaux» sera le premier à se tenir dans cette affaire hors norme, née après l’attentat de Karachi qui avait fait quinze morts, dont onze ouvriers français de la Direction des chantiers navals (DCN), le 8 mai 2002.

L’enquête terroriste privilégiait au départ la piste du groupe Al-Qaïda avant de s’en éloigner en 2009 et d’explorer celle de représailles menées après l’arrêt par la France du paiement de commissions en marge de contrats de ventes de sous-marins au Pakistan (contrat Agosta) et de frégates à l’Arabie saoudite (contrat Sawari II).

Dans ce premier volet, dit terroriste, de l’affaire Karachi, toujours entre les mains des juges d’instruction du tribunal de Paris, aucune mise en examen n’a été prononcée à ce jour.

Trois hommes politiques, trois hommes d’affaires

Mais cette affaire a aussi conduit à révéler un possible financement occulte de la campagne de M. Balladur en 1995, via ce mécanisme de rétrocommissions.

Pour examiner ce nouveau volet financier, une seconde enquête avait été ouverte en 2011, déclenchée par des plaintes de familles représentées par l’avocat Olivier Morice. En juin 2014, les juges Renaud van Ruymbeke et Roger Le Loire avaient ordonné le renvoi en correctionnelle des principaux protagonistes.

Cinq ans après et de nombreuses péripéties judiciaires plus tard, six prévenus sont finalement convoqués pour être jugés pour « abus de biens sociaux » et « recel ».

Trois sont issus du monde politique: Nicolas Bazire, ex-directeur de campagne d’Édouard Balladur et aujourd’hui un des dirigeants du groupe de luxe LVMH ; Renaud Donnedieu de Vabres, ex-conseiller du ministre de la Défense François Léotard ; Thierry Gaubert, alors membre du cabinet du ministre du Budget Nicolas Sarkozy.

Les trois derniers viennent du monde des affaires: Dominique Castellan, ancien patron de la branche internationale de la DCN (maintenant Naval Group) ; l’homme d’affaire franco-libanais Ziad Takieddine et l’intermédiaire espagnol d’origine libanaise Abdul Rahman Al Assir.

Dans cette enquête, les cas d’Édouard Balladur et de François Léotard, qui relèvent de la Cour de justice de la République (CJR), ont été disjoints. L’ancien premier ministre et son ministre de la Défense ont été mis en examen en mai et juillet 2017 pour « complicité d’abus de biens sociaux ». Nicolas Sarkozy, ex-ministre du Budget, a pour sa part été entendu comme témoin par la CJR.

Le Figaro.fr avec AFP

 

 

https://www.francetvinfo.fr/politique/affaire/affaire-karachi/proces-dans-l-affaire-karachi-une-premiere-victoire-pour-l-avocat-des-victimes_3216049.html#xtor=AL-79-[article]-[connexe]

Procès dans l’affaire Karachi : une « première victoire » pour l’avocat des victimes

 

« Des protagonistes pourraient dire des choses extrêmement compromettantes pour ceux qui étaient au pouvoir lorsque cet attentat a eu lieu », a expliqué maître Olivier Morice, avocat des familles des victimes de l’attentat de Karachi.

 

L\'avocat Olivier Morice, à la Cour européenne des droits de l\'homme, le 23 avril 2015 à Strasbourg.

L’avocat Olivier Morice, à la Cour européenne des droits de l’homme, le 23 avril 2015 à Strasbourg. (PATRICK HERTZOG / AFP)

 

« C’est une première victoire », s’est félicité dimanche 3 mars sur franceinfo Olivier Morice, avocat des familles des victimes de l’attentat de Karachi, alors que s’ouvrira en octobre un premier procès. Des protagonistes du financement de la campagne d’Édouard Balladur comparaîtront pour abus de bien sociaux. L’avocat souligne également la « pugnacité des familles » des victimes de l’attaque, qui avait fait 14 morts en 2002.

franceinfo : Êtes-vous satisfait de l’annonce de ce premier procès ?

Olivier Morice : C’est une première victoire. Je rappelle que lorsque nous avons déposé plainte en 2009 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, le procureur de la République de Paris s’était empressé d’expliquer que ce dossier n’aboutirait pas, qu’il n’y avait pas eu de rétrocommission. Et que de toute manière, s’il y avait quelque chose, les faits étaient prescrits.

Aujourd’hui, nous avons énormément avancé, grâce la pugnacité des familles. Ce procès va se dérouler à partir du mois d’octobre, il a fallu batailler dur et ferme pour éviter toutes les procédures qui ont été mises en place pour retarder ce procès et la tenue de cette audience. Les véritables responsabilités ne se tiendront pas exclusivement devant le tribunal correctionnel, puisqu’Édouard Balladur et François Léotard sont également mis en examen par la Cour de justice de la République et nous espérons qu’un jour le Premier ministre, qui va bientôt avoir 90 ans, puisse enfin répondre devant la justice des faits qui lui sont reprochés.

Ce procès d’octobre va-t-il servir à déterminer des responsabilités dans cet attentat ?

Ce que nous dénonçons, c’est le fait que des rétrocommissions sont susceptibles d’avoir permis le financement de la campagne d’Édouard Balladur. L’arrêt du versement de ces commissions, décidé par Jacques Chirac, aurait pu avoir des conséquences sur la décision prise par des commanditaires de faire des représailles et de toucher des salariés français, pour signaler à la France qu’elle n’avait pas tenu sa parole. Ce que nous dénonçons aussi à travers cette procédure, c’est le fait que l’État n’ait pas mis tout en œuvre pour que les commanditaires et les exécutants de cet attentat absolument odieux puissent être jugés devant la justice.

Vous attendez des juges qu’ils fassent ressortir certaines évidences ?

Oui, nous attendons aussi peut-être que certaines voix se délient. Par exemple monsieur Takieddine, qui fait partie des six personnes renvoyées devant le tribunal correctionnel, aurait beaucoup de choses à dire. Des protagonistes pourraient dire des choses extrêmement compromettantes pour ceux qui étaient au pouvoir lorsque cet attentat a eu lieu.

 

Enquête sur des soupçons de corruption lors de la vente de sous-marins au Brésil en 2008

Moralisation de la vie publique : Emmanuel Macron est-il prêt à scier la branche sur laquelle il est assis ? That is the question…

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20170521.OBS9672/vente-de-sous-marins-au-bresil-en-2008-une-enquete-pour-corruption-ouverte.html

Vente de sous-marins au Brésil en 2008 : une enquête pour corruption ouverte

 

Vente de sous-marins au Brésil en 2008 : une enquête pour corruption ouverte
Un sous-marin Scorpène indien, le 1er mai 2016 au large de Bombay. ((AFP))

 

La patronne du PNF, Eliane Houlette, s’est rendue récemment au Brésil, avec toute une délégation dont le chef des policiers de l’office anticorruption français (Oclciff).

 

L'Obs Publié le 21 mai 2017 à 11h08

 

La justice française enquête sur des soupçons de pots-de-vin autour d’une gigantesque commande de sous-marins passée à la France par le Brésil en 2008, pour plusieurs milliards d’euros, rapporte samedi « Le Parisien« .

Le parquet national financier (PNF) a ouvert en octobre une enquête préliminaire pour « corruption d’agents publics étrangers » autour de ce contrat signé le 23 décembre 2008, à l’occasion d’une visite de Nicolas Sarkozy, alors président de la République, à son homologue Lula, selon le site internet du journal. Une information confirmé ce dimanche par Franceinfo.

Soupçons de corruption

Une source proche du dossier a confirmé qu’une enquête était en cours sur des soupçons de corruption autour d’une commande de sous-marins par le Brésil, sans donner plus de précisions. Le PNF n’a pour sa part « ni confirmé, ni infirmé » les informations du Parisien.

Le Brésil avait, entre autres contrats, commandé quatre sous-marins d’attaque Scorpène. Ce programme, qui vise à protéger les côtes et les gisements de pétrole en eaux très profonde du Brésil, prévoit aussi d’importants transferts de technologie, la construction d’un chantier naval, d’une base militaire et d’un sous-marin à propulsion nucléaire.

Le Scorpène est un sous-marin d’attaque conventionnel, fabriqué par les chantiers français DCNS, en coopération avec l’industriel espagnol Navantia.

Le géant du BTP Odebrecht au coeur du scandale

Le constructeur naval DCNS a fait savoir qu’il n’avait « rien à voir avec l’affaire ‘lava jato’ », « lavage express », du nom d’une tentaculaire enquête anticorruption en cours au Brésil. L’entreprise « respecte partout dans le monde scrupuleusement les règles de droit », a indiqué un porte-parole.

Une source de la présidence française avait à l’époque évalué le contrat sur les sous-marins à 6,7 milliards d’euros dont 4,1 milliards pour la France, le reste allant à des entreprises brésiliennes. Selon « Le Parisien », le PNF s’interroge sur le versement éventuel de pots-de-vins, suivis de rétrocommissions, à cette occasion.

DCNS est partenaire au Brésil du géant du BTP Odebrecht, au coeur du méga-scandale de corruption qui agite le pays au travers du groupe pétrolier d’Etat, Petrobras. Odebrecht est accusé de verser systématiquement des pots-de-vin à des responsables politiques pour truquer des marchés publics. En avril dernier, le président de DCNS Brésil, Eric Berthelot, avait assuré à l’AFP que ces enquêtes ne « touchaient qu’Odebrecht elle-même. »

Enquête internationale ?

La patronne du PNF, Eliane Houlette, s’est rendue récemment au Brésil, avec toute une délégation dont faisait partie Thomas de Ricolfis, le chef des policiers de l’office anticorruption français (Oclciff). Dans un communiqué du 9 mai, son hôte brésilien, le procureur général de la République Rodrigo Jano, avait évoqué la possibilité de mener des enquêtes conjointes sur des « cas concrets » de corruption « intéressant les deux pays. »

Le Brésil est secoué par des scandales de corruption à répétition, visant l’actuel président Michel Temer, mais aussi ses prédécesseurs: l’icône de la gauche Luis Inacio Lula da Silva dit « Lula » (président de 2003 à 2010) et Dilma Rousseff (2010-2016).

L'Obs

L’Obs

Journaliste

 

http://www.parismatch.com/Actu/Societe/Affaire-Karachi-la-France-menacee-par-de-lourdes-penalites-1107818

Affaire Karachi : la France menacée par de lourdes pénalités

 

Paris Match| Publié le 01/11/2016 à 12h52

Au large de l'île de Groix, en juillet 2002, la frégate furtive "Al Riyad", premier bâtiment du programme Sawari II.
Au large de l’île de Groix, en juillet 2002, la frégate furtive « Al Riyad », premier bâtiment du programme Sawari II. VALERY HACHE / AFP

La Cour d’appel de Lyon examinera, ce 3 novembre, la validité du renvoi en correctionnelle de six des protagonistes du scandale Karachi. La défense de l’intermédiaire Ziad Takieddine évoque le risque d’importantes pénalités financières, semblables à celles des frégates de Taiwan, au détriment du Trésor public français.

Le versement de commissions occultes dans les ventes d’armes de l’affaire Karachi expose la France à des dédommagements pouvant atteindre plusieurs centaines de millions d’euros, pour cause de non respect des contrats signés. Cette alerte est lancé par Bérenger Tourné, l’avocat de l’homme d’affaires Ziad Takieddine, l’un des personnages clés du scandale, pour lequel il plaidera devant la Chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Lyon.

Celle-ci, à partir du 3 novembre prochain, doit examiner à huis clos la validité du renvoi devant le tribunal correctionnel de six protagonistes du dossier avec outre Takieddine, l’intermédiaire libanais Abdul Rahman el-Assir, les anciens membre de cabinets ministériels Nicolas Bazire, Renaud Donnedieu de Vabres et Thierry Gaubert, ainsi que Dominique Castellan, l’ex-patron de DCN-I, la filiale internationale de la Direction des constructions navales.

A lire :Qu’est-ce que l’affaire Karachi?

En juin 2014, les juges d’instruction Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire ont ordonné le renvoi devant un tribunal de ces six prévenus, accusés d’abus de biens sociaux ou de recel. En cause : une vaste affaire de détournements de fonds, où se mêlent grands contrats à l’exportation, corruption et financement politique, lors de la vente par la France, fin 1994, de sous-marins Agosta au Pakistan puis de frégates de type Sawari à l’Arabie Saoudite. Après trois années d’enquêtes et le décryptage de centaines de documents bancaires, en provenance de Suisse et des paradis fiscaux, les deux magistrats ont établi qu’en marge de ces contrats près de 327 millions d’euros de commissions occultes ont été versés par DCN et la Sofresa, deux entreprises contrôlée par l’Etat, au «réseau K» des intermédiaires Takieddine et el-Assir. Une partie de cet argent serait revenue en France sous forme de «retrocoms» pour financer notamment la campagne présidentielle d’Edouard Balladur. Dans un arrêt du 10 février 2016, la Cour de cassation a pourtant annulé cette ordonnance de renvoi, en raison de son caractère «complexe» et de problèmes de procédure. Elle a demandé que le dossier soit réexaminé par la Cour d’appel de Lyon qui devra entre autres trancher sur l’éventuelle prescription des abus de biens sociaux reprochés qui datent de plus de vingt ans.

Les contrats prohibent la corruption et le paiement de commissions

En préparant cette audience, Me Tourné a exhumé des «scellés» du dossier des pièces capitales : les contrats d’origine signés par le gouvernement français en 1994 avec le Pakistan et l’Arabie Saoudite pour la vente des sous-marins Agosta et des frégates Sawari. Il a alors constaté que ces documents d’Etat à Etat comportent des clauses prohibant formellement la corruption, l’intervention d’intermédiaires et le paiement de commissions, sous peine de recours en arbitrage et de sanctions financières conséquentes pour «rupture fautive du contrat». Intitulée «Corrupt Gifts/Commission» (Cadeaux corruptifs/Commission), la clause 47 du contrat Agosta est très explicite sur le sujet. Quant au contrat «Sawari 2» des frégates saoudiennes, il se réfère à l’«accord cadre intergouvernemental» signé le 8 juin 1989 par Jean-Pierre Chevènement, alors ministre de la Défense, et son homologue saoudien, le prince Sultan Bin Abdul Aziz. Il y est stipulé, à l’article 1 du titre IV : «Les relations entre les deux gouvernements seront directes et sans intermédiaires. Les contrats d’armements et de prestations de service y afférant le seront également.»

Un schéma d’escroquerie d’Etat

Pourtant, comme l’a montré l’instruction du juge Van Ruymbeke, DCN-I et Sofresa, les deux entreprises para-publiques chargées de ces commandes, ont multiplié le recours à des intermédiaires (dont Takieddine et el-Assir) et à des sociétés off-shore, avec le versement de dessous de table pudiquement camouflés dans les comptes sous le nom de FCE : Frais Commerciaux Exceptionnels. Le caractère illicite de ces FCE, même s’ils étaient validés par les douanes et les services fiscaux, étaient bien connu des entreprises concernées. Ainsi, à la Sofresa, l’une des responsables a déclaré aux juges: «Les contrats de commissions ne se traitaient pas en Arabie Saoudite. En effet, pour la partie saoudienne, il ne faut pas que l’on sache qu’il y a des commissions puisque c’est interdit. La discrétion impose une négociation avec des intermédiaires, en dehors de l’Arabie.» De même, Anne Le Lorier, alors conseillère économique d’Edouard Balladur, soulignait le risque, en cas de révélation des FCE à l’Arabie Saoudite, de voir la France être accusée de «faux contrat». «Le système a duré des années, dénonce Bérenger Tourné. Nous sommes dans un schéma d’escroquerie d’Etat à Etat où la France gonflait sciemment le prix des matériels livrés pour pouvoir corrompre, avec les propres deniers de ses clients, les dignitaires des pays acheteurs. Si le Pakistan ou l’Arabie Saoudite décident aujourd’hui de déclencher les clauses anti-corruption des contrats, la facture pourrait êtes salée pour le Trésor public».

A lire :Un conseiller de Trump… épinglé dans l’affaire Karachi

En effet, l’article 47, interdisant les «cadeaux corruptifs» du contrat Agosta est rédigé à peu près dans les mêmes termes que celui figurant dans le contrat «Bravo» signé entre Paris et Taipei en août 1991 pour le vente des fameuses «frégates de Taiwan». Après la mise au jour de commissions illicites dans ce marché -autre affaire d’Etat déjà instruite par le juge Van Ruymbeke-, le gouvernement taïwanais a réclamé des sanctions devant une Cour d’arbitrage. Et en 2011, après dix années de bataille judiciaire, la France a été condamnée à lui régler des pénalités record de 630 millions d’euros, dont 460 millions à la charge de l’Etat et 170 millions pour Thales (anciennement Thomson-CSF), le vendeur des frégates. «Il va sans dire que le parallèle entre les frégates de Taiwan et les contrats Agosta ou Sawari 2 est édifiant, renchérit Me Tourné, puisque le même schéma d’escroquerie d’Etat se retrouve dans ces deux contrats, au préjudice cette fois du Pakistan et de l’Arabie Saoudite».

 

http://www.lepoint.fr/justice/karachi-un-scandale-d-etat-bientot-devant-le-tribunal-03-11-2016-2080383_2386.php

Karachi : un scandale d’État bientôt devant le tribunal ?

 

La chambre d’instruction de la cour d’appel de Lyon se penche depuis jeudi sur le financement de la campagne présidentielle d’Édouard Balladur en 1995.

 

Par

Modifié le 03/11/2016 à 14:21 – Publié le 03/11/2016 à 13:00 | Le Point.fr
Ziad Takieddine a reconnu devant les juges avoir versé des fonds au camp Balladur.
Ziad Takieddine a reconnu devant les juges avoir versé des fonds au camp Balladur. © AFP/ JACQUES DEMARTHON

 

Rétrocommissions dans l’affaire Karachi en 1995, fonds libyens en 2007, Bygmalion en 2012… À droite, la liste des instructions ouvertes pour financement illégal de campagne électorale commence à être longue. Les enquêtes, toujours plus fastidieuses. Ce jeudi 3 novembre 2016, plus de 20 ans après les faits, la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Lyon se penche enfin sur l’affaire Karachi. Et doit confirmer ou non le renvoi devant le tribunal correctionnel de plusieurs « seconds couteaux » d’Édouard Balladur, soupçonnés d’avoir aidé l’ancien Premier ministre à réunir des fonds en vue de l’élection présidentielle de 1995. De son côté, Balladur, 87 ans, profite pour le moment des lenteurs de la Cour de justice de la République, seule compétente à juger des délits commis par les ministres dans l’exercice de leurs fonctions.

L’affaire est certainement un des plus gros scandales politico-financiers des dernières décennies. En 1994, alors qu’Édouard Balladur est chef de gouvernement et François Léotard ministre de la Défense, la Direction des constructions navales internationales (DCN-I) s’attelle à conclure un contrat très juteux avec le Pakistan portant sur la construction de trois sous-marins. L’entreprise Thomson, elle, appuyée par la Sofresa – un organisme mandaté par l’État français chargé de veiller à la bonne exécution des contrats commerciaux avec l’Arabie saoudite –, remporte un marché de plusieurs milliards de francs. La survenue d’un attentat à Karachi, au Pakistan, le 8 mai 2002, causant la mort de 11 salariés français de la DCN, poussera les juges d’instruction à s’intéresser de plus près à la manière dont ces contrats d’armement ont été conclus. Et, surtout, qui en a profité…

Magouille politique

Alors que le procès de plusieurs personnes avait été ordonné en 2014 par les juges d’instruction, la Cour de cassation a demandé, début 2016, à ce que le dossier soit réexaminé par la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Lyon, qui doit statuer sur d’éventuelles prescriptions. Fin octobre, l’avocat général Jean-Paul Gandolière, en vue de l’audience, a adressé aux différentes parties un épais réquisitoire cité par Mediapart et que Le Point.fr a pu consulter. Ce document, très précis, résume des années de magouille politique et de soupçons de financement véreux de campagne électorale.

Tout part d’une rencontre fortuite dans les années 80 entre un homme d’affaires sulfureux, Ziad Takieddine, ancien directeur général de la station Isola 2000, et François Léotard, futur ministre de la Défense du gouvernement Balladur. Les deux hommes se connaissent un peu et Takieddine va rapidement faire fructifier ses relations. En avril 1993, les voilà donc qui dînent ensemble à l’hôtel de Brienne. L’homme d’affaires tente de convaincre le ministre du rôle que pourrait jouer un certain Ali Ben Moussalem dans les relations commerciales de la France avec l’Arabie saoudite. L’idée suit son chemin et les deux intermédiaires sont introduits auprès du Premier ministre, Édouard Balladur, de son directeur de cabinet Nicolas Bazire, de Thierry Gaubert (membre du cabinet du ministre du Budget Nicolas Sarkozy) et surtout de Renaud Donnedieu de Vabres, conseiller spécial du ministre de la Défense.

Des intermédiaires « inutiles »

Petit à petit, le clan Balladur va réussir à imposer le « réseau K », en tant qu’intermédiaire, dans les contrats d’armement passés entre la DCN et le Pakistan, d’une part, Thomson et l’Arabie saoudite d’autre part. Les entreprises françaises n’ont pas voix au chapitre : « J’aurais été fou de ne pas prendre en considération ce conseil qui venait du cabinet du ministre », confie aux enquêteurs l’ancien PDG de la DCN. Entendus, de nombreux cadres du groupe auront le même discours, comme le vice-président international de la DCN-I : « [Takkieddine] m’a déclaré qu’il venait me voir pour le contrat Agosta Pakistan, que nous étions en train de le perdre, que les Allemands revenaient en force, que nous nous occupions mal du niveau politique. (…) Takieddine se proposait de remédier à cette lacune. Pour ce faire, il lui fallait un accord de consultant. (…) Nous étions proches de la victoire. Il était courant que des agents viennent au secours de la victoire peu avant la signature d’un contrat. Par contre, c’était la première fois que ceux-ci [venaient] sur recommandation du pouvoir politique français. »

Interrogé, Gérard-Philippe Menayas, directeur administratif et financier de la DCN-I, ira encore plus loin : « À l’époque où monsieur Takieddine est apparu, la signature du contrat était certaine dans cette affaire. » Ziad Takieddine a été « imposé par le pouvoir politique », à savoir le « ministre de la Défense ou son cabinet », ajoutera-t-il. Autant de témoignages qui permettent à l’avocat général, dans son réquisitoire, de qualifier le réseau « K » de « réseau inutile ». Le même procédé sera utilisé avec l’Arabie saoudite, alors même que, selon une note retrouvée par les enquêteurs, et signée de la main d’Alain Juppé, ex-ministre des Affaires étrangères, « le roi, comme le prince Sultan et le prince Saoud [avaient] confirmé qu’ils souhaitaient, dans ce domaine, des relations d’État à État sans intermédiaires ou agents qui touchent des commissions ».

Un réseau « parasite »

 

Pour obtenir des contrats, l’usage, pratiqué à l’époque par toutes les grandes entreprises mondiales était de copieusement arroser les dignitaires des régimes étrangers. Les commissions étaient si importantes – « exorbitantes », selon l’expression de l’avocat général – que, couplées à d’autres problèmes relatifs à l’exécution du marché, la perte totale du contrat pakistanais Agosta s’élèvera… à 1,3 milliard de francs. Lorsque Jacques Chirac arrive au pouvoir, il fait immédiatement cesser ces commissions, soupçonnant qu’une partie d’entre elles soient destinées à financer la carrière politique de son plus grand rival. Un contrôleur général des armées, chargé par le ministère de la Défense de faire le clair sur cette histoire en octobre 1997, ne dira pas autre chose aux enquêteurs qui l’interrogent : des rétrocommissions ont probablement été versées : « C’était la vraie finalité du contrat », affirmera-t-il.

De facto, les juges vont s’apercevoir que, non contents d’encaisser leurs commissions via des sociétés offshore, les membres du réseau « K » retiraient des espèces en Suisse avant de les faire entrer en France… Les banques ne sont pas regardantes. « Pourriez-vous me confirmer la signature de Ziad Takieddine ? Il n’avait pas son passeport sur lui. Merci », lit-on ainsi dans une note de la BCP entre les mains de la justice.

Des liasses de 500 francs dans du papier journal

À l’approche des élections françaises, les retraits se font beaucoup plus importants. Takieddine craint les douanes françaises et s’arrange pour apparaître le moins possible. Les fonds transitent par les comptes d’un cheikh au Koweït et sont retirés à la banque suisse par un homme de confiance, qui les empile par liasses de 500 francs dans du papier journal et des sacs en plastique. Questionné, Takieddine finira par reconnaître avoir remis des espèces au clan Balladur, qui continue, encore aujourd’hui, à nier ardemment. Les preuves sont pourtant accablantes.

En octobre 1995, le Conseil constitutionnel fait remarquer que des dépôts d’espèces de 13 millions de francs sur les comptes de campagne du candidat sont dépourvus du moindre justificatif et que certaines dépenses n’ont pas été comptabilisées. « M. Balladur a reçu plus de 13 millions de francs en espèces, ce qui représente 26 fois les sommes ainsi recueillies par M. Jospin et 30 fois celles reçues par M. Chirac », notent, espiègles, les sages. Des sommes qui correspondent à des ventes d’objets divers et le produit de quêtes pendant la campagne, répondra le clan Balladur. Certaines personnes suggérant que les fonds spéciaux de Matignon avaient été utilisés.

Dans un autre volet de l’affaire, les juges soupçonnent que l’arrêt du versement des commissions décidé par Jacques Chirac en arrivant au pouvoir soit à l’origine de l’attentat de Karachi de mai 2002. Les victimes de l’explosion, défendues par plusieurs avocats, dont les pugnaces Marie Dosé et Olivier Morice, font pression pour que les investigations se poursuivent. Leur constitution de partie civile est contestée par les avocats de la défense. La Cour de justice de la République (CJR), où sont poursuivis Édouard Balladur et François Léotard, vient de reconnaître que les faits n’étaient pas prescrits. « Nous voulons que tout cela accélère », conclut Me Morice.

 

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/12/16/97001-20161216FILWWW00287-attentat-de-karachi-le-parquet-de-paris-refuse-l-ouverture-d-une-nouvelle-enquete.php

Attentat de Karachi: le parquet de Paris refuse l’ouverture d’une nouvelle enquête

 

  • Mis à jour le 16/12/2016 à 19:04
  • Publié le 16/12/2016 à 18:48

Selon des informations de France Info, le parquet de Paris a refusé aux victimes de l’attentat de Karachi, au Pakistan, l’ouverture d’une enquête pour violation du secret défense. Cette attaque avait coûté la vie à 14 personnes, dont 11 employés français de la DCN en 2002.

Dans le détail, un des blessés de l’attentat, Gilles Sanson, demandait en effet la déclassification d’un audit de sécurité réalisé sur le site de Karachi par le GIGN (Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale) cinq mois après l’attaque. Ce document n’a jamais été déclassifié. Pourtant, l’armée pakistanaise, soupçonnée d’être impliquée dans l’attentat, y aurait eu accès, selon l’enquête. Des responsables de la DCN auraient ainsi envoyé des extraits de ce rapport à l’armée et au ministère de la Défense pakistanais.

Le procureur adjoint, Véronique Degermann, a expliqué dans un courrier, toujours selon France Info, qu’elle « n’envisage pas d’ouvrir une enquête préliminaire du chef de compromission, en l’absence de dénonciation de l’autorité qui aurait procédé à la classification de l’audit de sécurité visé [le ministère de la Défense]« . Le parquet de Paris précise que les faits  »supposés établis, apparaissent en toute hypothèse, prescrits ».

En 2008, des perquisitions menées au siège de la DCNS, dans le cadre d’une enquête sur des faits présumés de corruption, relancent l’affaire. Les enquêteurs mettent en effet la main sur des documents faisant état de commissions versées en marge de contrats de ventes d’armes. En l’espèce la vente, en 1994 au Pakistan, de sous-marins français Agosta pour un montant de 850 millions d’euros. Pour faciliter la transaction, le versement de commissions à des intermédiaires pakistanais aurait donc été prévu, comme il est alors d’usage et comme la loi ne l’interdit pas encore. Mais à son arrivée à l’Élysée en 1995, Jacques Chirac ordonne l’arrêt du versement de ces commissions.

Or l’une des notes versées au dossier de l’instruction indique que «l’attentat de Karachi a été réalisé grâce à des complicités au sein de l’armée (pakistanaise) et au sein des bureaux de soutien aux guérillas islamistes» des services secrets pakistanais. Selon le document, «les personnalités ayant instrumentalisé le groupe islamiste qui a mené à bien l’action poursuivaient un but financier : obtenir le versement de commissions non honorées». En clair, l’attentat aurait été commandité, en manière de représailles, par de hauts responsables pakistanais mécontents de ne pas recevoir l’argent promis.

À partir du moment où les enquêteurs envisagent l’existence d’un réseau de corruption autour du contrat Agosta, ils tentent d’en identifier les bénéficiaires. En France, les regards se tournent vers Édouard Balladur. Comme premier ministre, c’est lui qui a autorisé la vente des sous-marins. Comme candidat à la présidentielle de 1995, il aurait pu bénéficier de l’argent des rétrocommisisons pour financer une partie de sa campagne. C’est en tout cas la thèse d’Olivier Morice, avocat de plusieurs familles des victimes de l’attentat de Karachi. Cela expliquerait selon lui pourquoi Jacques Chirac a ordonné en 1995 l’arrêt du versement des commissions, ne voulant pas que celles-ci financent la campagne de son ex-rival.

LIRE AUSSI :
» De l’attentat de Karachi au «Karachigate»
» Dossier spécial : Karachi, de l’attentat à l’affaire

 

http://www.editions-stock.fr/le-contrat-9782234062399

Le contrat

 

Le contrat

Karachi, l’affaire que Sarkozy veut oublier

 

Enquêter sur l’affaire de Karachi, c’est un peu comme essayer d’ouvrir un coffre-fort enfoui dans les sous-sols de l’État. Rares sont ceux qui veulent faire le casse avec vous.
L’affaire de Karachi débute le 8 mai 2002. Ce jour-là, à six mille kilomètres de Paris, onze ingénieurs et techniciens français de la Direction des constructions navales (DCN) sont tués dans un attentat à la voiture piégée au Pakistan. Al-Qaida est immédiatement désigné comme responsable. Très vite, la raison d’État s’empare du dossier.
Comme dans une poupée russe, une deuxième affaire va s’emboîter dans la première. Les employés de la DCN morts à Karachi travaillaient à l’exécution d’un contrat d’armement signé en toute hâte le 21 septembre 1994 par le gouvernement d’Édouard Balladur. Un an avant l’élection présidentielle. Nom du contrat : Agosta. Montant de l’opération : 825 millions d’euros. Derrière Agosta se cache en réalité une incroyable affaire de corruption internationale où l’on voit défiler intermédiaires sulfureux, commissions occultes, paradis fiscaux et appétits politiques voraces.
Après plus de deux ans d’enquête, les auteurs livrent aujourd’hui de nombreux témoignages et documents inédits sur une affaire d’États dont ils ont pu établir que l’un des principaux acteurs est un certain Nicolas Sarkozy. Un ouvrage aux multiples révélations qui jette une lumière crue sur le business étatique des ventes d’armes et son corollaire, le financement occulte de la vie politique française. Le trou noir de la République.

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Classe_Scorp%C3%A8ne

Classe Scorpène

(Redirigé depuis Scorpène)
Classe Scorpène
Image illustrative de l'article Classe Scorpène
Le scorpène malaisien Tunku Abdul Rahman lors d’essais à la mer
Caractéristiques techniques
Type Sous-marin d’attaque conventionnel (SSK)
Longueur de 60 à 76 m
Déplacement de 1650 t à 1870 t (surface)
2000 t (plongée)
Vitesse plus de 20 nœuds (37 km/h)
Profondeur plus de 300 mètres
Caractéristiques militaires
Armement 6 tubes de 533 mm avec 18 torpilles.
Rayon d’action 6 500 milles marins (12 000 km) à 8 nœuds (15 km/h) en surface, 550 milles marins (1 000 km) à 4 nœuds (7 km/h) en plongée
Autres caractéristiques
Équipage 33
Histoire
Constructeurs
Commanditaire
Navires construits 4
Navires prévus 19
Navires annulés 4
Navires en activité 4
Précédent Classe Agosta Classe Marlin Suivant
modifier Consultez la documentation du modèle

La classe Scorpène est un type de sous-marin à propulsion classique de nouvelle génération développé et fabriqué en France par le groupe DCNS en coopération avec l’industriel espagnol Navantia à des fins de ventes à l’exportation, DCNS étant autorité de conception des Scorpène. Le Chili et la Malaisie ont déjà passé commande de deux de ces sous-marins chacun, l’Inde et le Brésil ont commandé respectivement 6 et 4 unités avec un transfert de technologie.

Sommaire

Description

La famille Scorpène est composée de 3 types de sous-marins :

  • le Scorpène Compact, adapté aux eaux littorales est particulièrement discret grâce à l’utilisation du système sous-marin anaérobie Mesma comme mode de propulsion principal ;
  • le Scorpène Basic, sous-marin multimission ;
  • le Scorpène 2000, sous-marin anaérobie, équipé du système de propulsion anaérobie Mesma comme mode de propulsion secondaire.

Ils bénéficient d’une coque en acier HLES 80, d’un système de combat français intégré et d’un système de conduite de plate-forme centralisé complètement automatisé qui permet de réduire l’équipage tout en maintenant un haut niveau de sécurité en plongée.

Historique

Les premiers Scorpène ont été construits pour la marine chilienne sur les chantiers de Cherbourg et de Carthagène, la première unité ayant été livrée en septembre 2005. Deux autres Scorpène ont été commandés par la Marine royale malaisienne en 2002 : le Tunku Abdul Rahman, lancé en octobre 2007 à Cherbourg, livré le 27 janvier 20091, et le Tun Razak, lancé à Carthagène en octobre 2008. À cette occasion, les industriels espagnols et français du secteur de la défense navale ont été appelés à participer activement au développement en Malaisie d’une industrie locale dans le domaine de la réparation et de l’entretien des sous-marins2.

En 2008, DCNS demande à son avocat Me Jean-Georges Betto 3 de traduire Navantia devant la Cour internationale d’arbitrage pour avoir pillé ses droits de propriété intellectuelle en vue de développer le programme de sous-marins domestiques espagnols de la classe S-80. En 2010, les parties mettent fin à leur litige en cessant leur coopération sur les sous-marins Scorpène qui seront désormais commercialisés et réalisés uniquement par DCNS4.

Caractéristiques

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !
Scorpene cg.svg

DCNS a étudié sur les Scorpène l’intégration d’accumulateurs lithium permettant de doubler l’autonomie en plongée5.

Exploitants

Enquête sur des soupçons de corruption lors de la vente de sous-marins au Brésil en 2008 dans AC ! Brest 220px-Scorpene_malaisien_2_vue_de_trois_quart_arriere_2

Le Tunku Abdul Rahman malais à Lorient durant ses essais

Brésil

Article détaillé : Marine brésilienne.

Le pays construit sous licence 4 Scorpène2000 dans le cadre du Plan stratégique de défense annoncé le 7 septembre 2008. Ils sont plus lourd de quelque 150 tonnes et plus long de 5 mètres que le modèle standard soit 71,62 m de long avec un déplacement de 1 870 t en surface6.

Le contrat est signé à Rio de Janeiro le 23 décembre 2008 pour un montant estimé à 6,7 milliards d’euros, dont 4,1 à DCNS7 et le solde à son partenaire local de génie civil Odebrecht pour la construction d’une base navale à Itaguaí devant abriter ces navires8. Les bâtiments sont assemblés sous transfert de technologie à l’Arsenal de Marinha do Rio de Janeiro par Itaguaí Construções Navais, une coentreprise entre Odebrecht (59 %) et DCNS (41 %)9. Par ailleurs, la France assistera le Brésil dans le développement d’un sous-marin nucléaire d’attaque10,11. En date d’octobre 2016, alors que près de 700 personnes sont impliqué dans la construction des deux premiers submersibles, il est prévu que les « SBR »-1 à 4 (Scorpène Brazil) dont les numéros de coque vont de S-40 à S-43 soit lancé en juillet 2018, septembre 2020, décembre 2021 et décembre 202212 après prés de trois de retard sur le programme initial suite à des restrictions budgétaires.

no  coque Nom Construction Lancement (estimation) Mise en service Base navale
S-40 Riachuelo (pt) juillet 2018
S-41 Humaitá septembre 2020
S-42 Tonelero décembre 2021
S-43 Angostura décembre 2022

Chili

Article détaillé : Marine chilienne.
no  coque Nom Construction Lancement Mise en service Base navale
SS-22 General Carrera (es) 24 novembre 2004 20 juillet 2006
SS-23 General O’Higgins (es) 1er novembre 2003 9 septembre 2005

Inde

Article détaillé : Marine indienne.

En octobre 2005, dans le cadre du programme P-75, un accord a été conclu à Paris sur la construction en Inde de six Scorpène dont 2 équipés d’une propulsion anaérobie AIP avec une option pour 3 à 6 autres au-delà de 201813, accompagnée de la vente de 36 missiles antinavires Exocet SM-39, pour un montant annoncé de 2,4 milliards d’euros. La construction des sous-marins d’attaque conventionnels doit se faire dans les docks de Mazagon (port de Bombay). La marine indienne doit être le maître d’ouvrage du projet qui prévoit un transfert partiel de technologie, la fourniture de certains équipements et une assistance technique, notamment du groupe Thales et de DCNS. Comme pour les frégates La Fayette vendues à Taïwan (affaire des frégates de Taiwan), une clause de transparence financière a été signée lors de la signature des contrats pour permettre « d’éviter toutes formes de corruption« . Le programme connaît un retard d’environ trois ans en raison des difficultés de remise à niveau du chantier indien et surtout par leur propension à ne pas respecter les procédures du transfert de technologie du groupe français DCNS. Le premier Scorpène indien, l’INS Kalvari, a été mis à l’eau le 29 octobre 2015 a Bombay pour commencer les essais à quai préalables aux premiers essais en mer prévus en 2016, le sixième Scorpène ne sera livré qu’au second semestre 2020 avec trois ans de retard sur le calendrier initial. En janvier 2016 le directeur des programmes de DCNS déclare que la marine indienne veut trois Scorpène de plus, identiques aux six premiers et dans les mêmes conditions commerciales14. Par ailleurs le Scorpène ou le Marlin de DCNS sont en concurrence avec les produits de TKMS et du Bureau d’étude Rubin pour un nouveau contrat de 6 nouveaux sous-marins, dont 4 seraient construits en Inde, dans le cadre du Projet P-75 I afin de faire face à la puissance navale montante de la Chine13,14.

no  coque Nom Construction Lancement Mise en service Base navale
S50 INS Kalvari (en) 1er avril 2009 28 octobre 2015 juin 2017
S51 INS Khanderi (en) 12 janvier 2017 Avant 2020
S52 INS Vela (en) Avant 2020
S53  ? Avant 2020
S54  ? Avant 2020
S55  ? Avant 2020

Malaisie

Article détaillé : Marine royale malaisienne.
no  coque Nom Construction Lancement Mise en service Base navale
KD Tunku Abdul Rahman (en) décembre 2003 octobre 200715 janvier 200915 Port Klang
KD Tun Abdul Razak (ms) octobre 200815 200915 Port Klang

Échecs de vente

Notes et références

  1. « DCNS livre un sous-marin du type Scorpène à la Malaisie » [archive], sur www.meretmarine.com, Mer et Marine, 28 janvier 2009 (consulté le 2 février 2009)
  2. (en) « Spain, France Invited To Help Develop Malaysia’s Submarine Maintenance Industry » [archive], sur bernama.com.my, Bernama, 8 octobre 2008 (consulté le 9 octobre 2008)
  3. Submarine dispute runs aground, Global arbitration Revview, 23 November 2010, http://globalarbitrationreview.com/news/article/28927/submarine-dispute-runs-aground/ [archive]
  4. Sous-marins : DCNS et Navantia reprennent leur liberté, Les Echos, 12 novembre 2010, http://www.lesechos.fr/12/11/2010/lesechos.fr/020927714393_sous-marins—dcns-et-navantia-reprennent-leur-liberte.htm [archive]
  5. (fr) « Sous-marins Scorpène et batteries Li-ion : doublement de l’autonomie en plongée » [archive], sur dcnsgroup.com, DCNS (consulté le 13 novembre 2008)
  6. « Brésil : Report de mise à l’eau du premier Scorpène » [archive], sur http://www.ttu.fr/ [archive], 9 novembre 2016 (consulté le 17 novembre 2016).
  7. (fr) Yann Le Guernigou et Sophie Louet, « France et Brésil signent pour 6 milliards d’euros de contrats » [archive], sur fr.reuters.com, Reuters, 23 décembre 2008 (consulté le 23 décembre 2008)
  8. (fr) Alain Ruello, « Paris va signer une importante vente d’armes avec Brasilia », Les Échos,‎ 23 décembre 2008 (lire en ligne [archive])
  9. (pt) Roberto Silva, « Brasil Construirá 6 FREMMs e 4 Scorpènes » [archive], sur defesabr.com, Defensa BR, 4 septembre 2008 (consulté en 6 septembre 2008 la première tôle a été découpée en juillet 2011 en présence de la présidente brésilienne et du ministre gérard longuet)
  10. (fr) Emmanuel Gaudez, « DCNS remporte un contrat majeur au Brésil » [archive], sur dcnsgroup.com, DCNS, 23 décembre 2008 (consulté le 23 décembre 2008)
  11. (pt) « Submarino Nuclear: Nota à imprensa » [archive], sur naval.com.br, Ministère de la Défense brésilien, 17 juillet 2009 (consulté le 20 juillet 2009)
  12. « Sous-marins brésiliens : calendrier de construction des 4 sous-marins classiques » [archive], sur http://www.corlobe.tk/ [archive], 7 octobre 2016 (consulté le 13 octobre 2016).
  13. a et b « Actualités-Inde », SUB-MARINE, no 9,‎ janvier-février-mars 2016, p. 19
  14. a et b « L’Inde veut trois sous-marins Scorpène supplémentaires de DCNS » [archive], sur La Tribune (consulté le 25 janvier 2016)
  15. a, b, c et d (en) « SSK Scorpene Class Attack Submarine, France » [archive], sur naval-technology.com
  16. (en) « Pakistan to buy German subs, ignore French » [archive], sur paktribune.com, Pak Tribune, 26 novembre 2008 (consulté le 26 novembre 2008)
  17. Henri Kenhmann, « Le CSIC confirme la vente des sous-marins au Pakistan » [archive], sur http://www.eastpendulum.com/ [archive], 15 octobre 2016 (consulté le 17 novembre 2016).

Voir aussi

Articles connexes

Classes de sous-marins similaires

Liens externes

 

Attentat de Karachi du 8 mai 2002 : les victimes dénoncent un enterrement judiciaire

 

 

Le Point et Le Parisien ont relayé cette dépêche de l’AFP les premiers, en début d’après-midi.

Ayant vainement espéré voir sérieusement progresser l’enquête sur l’attentat de Karachi du 8 mai 2002 durant les cinq années qui viennent de s’écouler, elles font aujourd’hui le constat amer que d’autres avaient déjà fait depuis longtemps : tous pourris…

Pour ma part, je le savais depuis le début, puisque j’étais dedans à l’origine des temps.

Mais je ne suis pas la seule et aimerais bien, par exemple, voir M. François Asselineau, qui fut notamment conseiller pour les affaires internationales du ministre de l’Industrie d’Edouard Balladur de 1993 à 1995, fournir au public des explications complètes sur les ventes d’armes de cette époque.

Il serait peut-être moins moqué s’il décidait de se mettre à table.

Et surtout, qu’il n’aille pas prétendre ignorer qui je suis ni pourquoi on assassine toute ma famille…

 

http://www.lepoint.fr/politique/karachi-15-ans-apres-l-attentat-les-victimes-denoncent-un-enterrement-judiciaire-07-05-2017-2125434_20.php

Karachi: 15 ans après l’attentat, les victimes dénoncent un « enterrement » judiciaire

AFP

Publié le 07/05/2017 à 13:31 | AFP

Karachi: 15 ans après l'attentat, les victimes dénoncent un "enterrement" judiciaire
Karachi: 15 ans après l’attentat, les victimes dénoncent un « enterrement » judiciaire © AFP / SAEED KHAN AFP

 

Qui est derrière l’attentat de Karachi et pourquoi ? Quinze ans après, les victimes de l’attaque contre des ouvriers français qui travaillaient à la construction de sous-marins vendus au Pakistan, point de départ d’un scandale politico-financier, redoutent de ne jamais connaître la vérité.

Le 8 mai 2002, une voiture piégée précipitée contre un bus transportant des salariés de la Direction des chantiers navals (DCN) explose devant l’hôtel Sheraton à Karachi, tuant quinze personnes dont 11 employés français et en blessant douze autres. Tous travaillaient à la construction d’un des trois sous-marins Agosta vendus en 1994 au Pakistan par la France, sous le gouvernement d’Edouard Balladur.

Lundi, dans son fief de Cherbourg, le Premier ministre Bernard Cazeneuve rendra hommage aux victimes de cette attaque, encore entourée de zones d’ombre. « On espérait de ce quinquennat un élan politique pour faire la lumière sur cette affaire », regrette Virginie Bled, l’une des veuves de l’attentat.

L’enquête qui privilégiait au départ la piste Al-Qaïda a conduit à révéler l’affaire de financement occulte présumé de la campagne présidentielle d’Edouard Balladur en 1995.

Le 8 mai 2002, photo de l'épave du bus visé par l'attentat, à Karachi © AAMIR QURESHI AFP
Le 8 mai 2002, photo de l’épave du bus visé par l’attentat, à Karachi © AAMIR QURESHI AFP

 

Le juge antiterroriste Marc Trévidic s’est orienté à partir de 2009 vers l’hypothèse d’une vengeance ourdie contre Paris après la décision de Jacques Chirac en 1996 d’arrêter le versement des commissions - légales à l’époque - à des responsables pakistanais. Ce mobile financier était apparu dans les notes rédigées quelques mois après l’attaque par un ancien de la DST, les « rapports » Nautilus, qui évoquaient des rétrocommissions pour financer la campagne de M. Balladur.

Cette thèse laisse entrevoir un début d’explication aux yeux des victimes mais leurs espoirs se sont heurtés à l’échec d’une commission rogatoire au Pakistan, au refus d’entendre des témoins et au secret défense sur certains documents. « Globalement, les familles sont confrontées à l’échec flagrant de l’autorité judiciaire dans la recherche de la vérité », estime Olivier Morice, avocat de parties civiles.

« Depuis le départ du juge Trévidic, il y a dix-huit mois, plus personne ne connaît le dossier au pôle antiterroriste et les moyens manquent. Des dossiers ont été priorisés pour en enterrer d’autres », déplore Gilles Sanson, blessé dans l’attentat.

La présidence du tribunal de grande instance de Paris souligne qu’ »un effort considérable a été fait pour renforcer le pôle antiterroriste, passé de 8 à 11 magistrats ». Mais les juges font face à l’afflux des dossiers d’attentats jihadistes.

Un volet financier terminé

Parallèlement à l’enquête terroriste, les magistrats Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire chargés du volet financier de l’affaire entre 2011 et 2014 ont acquis la conviction que la campagne d’Édouard Balladur a été en partie financée par des rétrocommissions - illégales - sur les contrats de sous-marins au Pakistan et de frégates à l’Arabie Saoudite.

Le 8 mai 2002, photo de l'épave de la voiture piégée précipitée contre un bus transportant des salariés de la Direction des chantiers navals (DCN) et qui avait explosé devant l'hôtel Sheraton à Karachi © SAEED KHAN AFP
Le 8 mai 2002, photo de l’épave de la voiture piégée précipitée contre un bus transportant des salariés de la Direction des chantiers navals (DCN) et qui avait explosé devant l’hôtel Sheraton à Karachi © SAEED KHAN AFP

 

Selon l’enquête, le réseau « K », coordonné par le Saoudien Ali Ben Moussalem, soupçonné de financement d’organisations terroristes, aurait été imposé en fin de processus pour enrichir ses membres et financer illégalement la campagne Balladur. Les juges se sont notamment interrogés sur une somme de 10,2 millions de francs en espèces versée sur son compte de campagne.

En 2014, les magistrats ont renvoyé devant le tribunal correctionnel six protagonistes dont Nicolas Bazire, ex-directeur de la campagne, Thierry Gaubert, alors membre du cabinet du ministre du Budget Nicolas Sarkozy, et l’intermédiaire Ziad Takieddine.

Ce renvoi, validé en appel en janvier après deux années de péripéties judiciaires, fait l’objet d’un pourvoi en cassation et une question prioritaire de constitutionnalité sera examinée en juin, retardant encore l’échéance d’un procès.

« On arrive à enterrer un dossier en multipliant les effets procéduraux sur la recevabilité des parties civiles et la prescription et en confiant le pan le plus important de l’affaire à la CJR, maintenue malgré les promesses du candidat François Hollande de la supprimer », déplore Marie Dosé, avocate de deux veuves et de cinq familles de blessés.

Les cas d’Edouard Balladur et de son ancien ministre de la Défense François Leotard, ont été disjoints au profit de la Cour de justice de la République (CJR) qui « procède activement à des actes d’investigation pour arriver à la fin de l’instruction prochaine », selon une source proche du dossier. « Est-ce que Edouard Balladur et François Léotard ont été entendus ? De cette procédure on ne sait rien », affirme l’avocate Marie Dosé.

07/05/2017 13:30:52 -          Paris (AFP) -          © 2017 AFP

 

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/karachi-15-ans-apres-l-attentat-les-victimes-denoncent-un-enterrement-judiciaire-07-05-2017-6924591.php

Karachi: 15 ans après l’attentat, les victimes dénoncent un « enterrement » judiciaire

 

>L’actu>International|07 mai 2017, 13h30|0
Attentat de Karachi du 8 mai 2002 : les victimes dénoncent un enterrement judiciaire dans Attentats 6924591_part-hkg-aph2002050892009-1-0-1_1000x625
Le 8 mai 2002, photo du site de l’attentat au cours duquel une voiture piégée précipitée contre un bus transportant des salariés de la Direction des chantiers navals (DCN) avait explosé devant l’hôtel Sheraton à Karachi (AFP/AAMIR QURESHI)

 

Qui est derrière l’attentat de Karachi et pourquoi ? Quinze ans après, les victimes de l’attaque contre des ouvriers français qui travaillaient à la construction de sous-marins vendus au Pakistan, point de départ d’un scandale politico-financier, redoutent de ne jamais connaître la vérité.

Le 8 mai 2002, une voiture piégée précipitée contre un bus transportant des salariés de la Direction des chantiers navals (DCN) explose devant l’hôtel Sheraton à Karachi, tuant quinze personnes dont 11 employés français et en blessant douze autres. Tous travaillaient à la construction d’un des trois sous-marins Agosta vendus en 1994 au Pakistan par la France, sous le gouvernement d’Edouard Balladur.

Lundi, dans son fief de Cherbourg, le Premier ministre Bernard Cazeneuve rendra hommage aux victimes de cette attaque, encore entourée de zones d’ombre. « On espérait de ce quinquennat un élan politique pour faire la lumière sur cette affaire », regrette Virginie Bled, l’une des veuves de l’attentat.

L’enquête qui privilégiait au départ la piste Al-Qaïda a conduit à révéler l’affaire de financement occulte présumé de la campagne présidentielle d’Edouard Balladur en 1995.

Le juge antiterroriste Marc Trévidic s’est orienté à partir de 2009 vers l’hypothèse d’une vengeance ourdie contre Paris après la décision de Jacques Chirac en 1996 d’arrêter le versement des commissions – légales à l’époque – à des responsables pakistanais. Ce mobile financier était apparu dans les notes rédigées quelques mois après l’attaque par un ancien de la DST, les « rapports » Nautilus, qui évoquaient des rétrocommissions pour financer la campagne de M. Balladur.

Cette thèse laisse entrevoir un début d’explication aux yeux des victimes mais leurs espoirs se sont heurtés à l’échec d’une commission rogatoire au Pakistan, au refus d’entendre des témoins et au secret défense sur certains documents. « Globalement, les familles sont confrontées à l’échec flagrant de l’autorité judiciaire dans la recherche de la vérité », estime Olivier Morice, avocat de parties civiles.

« Depuis le départ du juge Trévidic, il y a dix-huit mois, plus personne ne connaît le dossier au pôle antiterroriste et les moyens manquent. Des dossiers ont été priorisés pour en enterrer d’autres », déplore Gilles Sanson, blessé dans l’attentat.

La présidence du tribunal de grande instance de Paris souligne qu’ »un effort considérable a été fait pour renforcer le pôle antiterroriste, passé de 8 à 11 magistrats ». Mais les juges font face à l’afflux des dossiers d’attentats jihadistes.

- Un volet financier terminé -

Parallèlement à l’enquête terroriste, les magistrats Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire chargés du volet financier de l’affaire entre 2011 et 2014 ont acquis la conviction que la campagne d?Édouard Balladur a été en partie financée par des rétrocommissions – illégales – sur les contrats de sous-marins au Pakistan et de frégates à l’Arabie Saoudite.

Selon l’enquête, le réseau « K », coordonné par le Saoudien Ali Ben Moussalem, soupçonné de financement d’organisations terroristes, aurait été imposé en fin de processus pour enrichir ses membres et financer illégalement la campagne Balladur. Les juges se sont notamment interrogés sur une somme de 10,2 millions de francs en espèces versée sur son compte de campagne.

En 2014, les magistrats ont renvoyé devant le tribunal correctionnel six protagonistes dont Nicolas Bazire, ex-directeur de la campagne, Thierry Gaubert, alors membre du cabinet du ministre du Budget Nicolas Sarkozy, et l’intermédiaire Ziad Takieddine.

Ce renvoi, validé en appel en janvier après deux années de péripéties judiciaires, fait l’objet d’un pourvoi en cassation et une question prioritaire de constitutionnalité sera examinée en juin, retardant encore l’échéance d’un procès.

« On arrive à enterrer un dossier en multipliant les effets procéduraux sur la recevabilité des parties civiles et la prescription et en confiant le pan le plus important de l’affaire à la CJR, maintenue malgré les promesses du candidat François Hollande de la supprimer », déplore Marie Dosé, avocate de deux veuves et de cinq familles de blessés.

Les cas d’Edouard Balladur et de son ancien ministre de la Défense François Leotard, ont été disjoints au profit de la Cour de justice de la République (CJR) qui « procède activement à des actes d’investigation pour arriver à la fin de l’instruction prochaine », selon une source proche du dossier. « Est-ce que Edouard Balladur et François Léotard ont été entendus ? De cette procédure on ne sait rien », affirme l’avocate Marie Dosé.

AFP

 

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/elections/video-le-grand-debat-mouche-par-asselineau-macron-le-confond-avec-poutou_1895845.html

VIDÉO. Le Grand débat: mouché par Asselineau, Macron le confond avec Poutou

 

Par LEXPRESS.fr , publié le 04/04/2017 à 23:09 , mis à jour le 05/04/2017 à 09:22

 

Piqué par François Asselineau lors des questions sur la lutte contre le terrorisme, Emmanuel Macron s’est efforcé de lui répondre. Mal lui en a pris, en reprenant la parole, il a confondu son concurrent avec Philippe Poutou.

 

Si le débat à onze n’est pas des plus simples à suivre devant son téléviseur, il semble que le problème est le même en plateau. En début de seconde partie de l’émission, les candidats ont été amenés à dévoiler leurs programmes sur la question de la lutte contre le terrorisme.

DÉCRYPTAGES >> Qui a marqué des points, en a perdu, s’est planqué?

François Asselineau a choisi de s’en prendre à la politique extérieure de la France, et ses rapports entretenus notamment avec l’Arabie Saoudite ou le Qatar, accusés de participer au financement du terrorisme islamiste. Il en a ensuite profité pour demander directement à Emmanuel Macron ce qu’il en pensait. Le candidat En Marche! a souhaité jouer l’apaisement en acquiesçant et en prônant une réelle vigilance sur ces questions.

EN COULISSES >> Ce qu’il s’est passé hors du champ des caméras

« Vous, M. Macron vous êtes toujours d’accord avec tout le monde », a taclé François Asselineau. Problème, en voulant lui répondre, Emmanuel Macron s’est emmêlé les pinceaux en parvenant à confondre François Asselineau et Philippe Poutou, le candidat NPA.

PRÉSIDENTIELLE >> Recevez en temps réel les résultats de votre ville

 

http://www.lesinrocks.com/2017/04/24/actualite/les-resultats-sont-truques-la-soiree-electorale-avec-les-militants-dasselineau-11937169/

“Les résultats sont truqués !” La soirée électorale avec les militants d’Asselineau

 

24/04/2017 | 00h15
asselineau-4-tt-width-604-height-400-crop-0-bgcolor-000000-lazyload-0 dans Calomnie
Photo Juliette Redivo

 

Avec 0,8% pour François Asselineau et Emmanuel Macron en tête du premier tour des présidentielles devant Marine Le Pen, les militants du candidat UPR crient à la “magouille des résultats”. Dans cette “manipulation des médias”, des “algorithmes” ou même la “faute de Washington” dans ces résultats, beaucoup s’abstiendront pour le second tour. “Macron, on n’en veut pas !” Récit de cette soirée électorale, au QG de François Asselineau.

Vraiment, ils ne comprennent pas. Mais pas du tout. Emmanuel Macron, en tête du premier tour des présidentielles ? “C’est pas possible, il y a quelque chose derrière…”, soupçonne une militante, qui a revêtu son t-shirt “Asselineau 2017” pour cette soirée du premier tour. “Les résultats sont truqués, c’est sûr !” Renchérit sa voisine, elle aussi venue soutenir François Asselineau. Au Pavillon Wagram, où le candidat de l’Union populaire républicaine (UPR) a rassemblé ses militants et son équipe de campagne, la plupart en sont persuadés : “il y a une magouille dans les résultats, Macron ne peut pas être en tête.” Et chacun a sa petite idée du pourquoi du comment, en tentant de le prouver par A + B : pour certains, c’est “la faute du rabâchage des médias”, pour d’autres ce sont “les algorithmes”, ou encore de possibles “piratages informatiques” et même “la faute de Washington !” Mais surtout, surtout, plusieurs militants nous disent de bien noter ceci : “Non, nous ne sommes pas des complotistes ! Nous, on vient de la banlieue, d’Aubervilliers”, soulignent-ils, en nous agrippant le bras.

arr-2-tt-width-400-height-265-crop-1-bgcolor-000000-except_gif-1 dans Corruption

(Photo Juliette Redivo)

Cette “manipulation de l’esprit par les médias et les sondages”, les militants de François Asselineau en parlaient déjà en faisant la queue devant le Pavillon Wagram, salle louée spécialement pour l’occasion, près de l’Arc de Triomphe. “Les sondages sont tous pourris !”, débattaient-ils entre eux. Même son de cloche en entrant dans la salle carrée, en attendant les résultats du premier tour : “Ils disent n’importe quoi !”, déclarent-ils devant l’émission politique de France 2.

Une coupe de champagne à la main, les quelques centaines de personnes réunies papotent entre elles tranquillement, calmement, très calmement. Pas de sono, pas de musique, juste le son de leur voix. Le rendez-vous ressemble à une réunion dominicale quelconque. Seulement quelques dizaines portent des t-shirt pro-Asselineau, et une poignée ont apporté leur drapeau français. La salle est remplie, du moins autant que la petite salle le permet. Face aux sondages “truqués”, beaucoup espèrent voir le score d’Asselineau autour des 10%.

ase-tt-width-400-height-265-crop-1-bgcolor-000000-except_gif-1 dans Crime

Ambiance disco (Photo Juliette Redivo)

assse-2-tt-width-400-height-265-crop-1-bgcolor-000000-except_gif-1 dans Folie

Champagne à l’effigie de l’UPR (Photo Juliette Redivo)

asssee-tt-width-400-height-265-crop-1-bgcolor-000000-except_gif-1 dans LCR - NPA

La déception, à l’annonce des résultats (Photo Juliette Redivo)

“La situation est GRAVE !”

Alors quand leur candidat de cœur arrive enfin devant le pupitre, après un long moment d’attente (à 21 h 50 seulement, le temps “nécessaire” pour lui de mesurer la fiabilité des estimations, car confiance 0), les militants se lâchent un peu plus. Ils applaudissent à gorge d’éployées et crient des “Merci ! Merci ! Merci !” C’est comme s’ils voyaient leur libérateur en face d’eux. “C’était celui que j’attendais !, explique Yamina en levant les mains vers le ciel, tout en évoquant la première fois qu’elle a découvert le candidat. Enfin quelqu’un me représentait ! On n’est pas des populistes, monsieur Asselineau connaît ses dossiers. Je suis vraiment déçue du résultat. 0,8% ce n’est pas normal, on aurait dû faire beaucoup plus.” Pour elle, “l’Union européenne est une dictature qui nous dicte nos lois”, et les “médias sont aux mains des banques et de la finance”, comme le journaliste de CNews, Olivier Galzi, qui interviewait récemment le président de l’UPR et qui serait “un agent double de la CIA”. “La situation est grave, mettez-le en gras, elle est GRAVE !”, scande-t-elle dans la salle, devant ses amies qui acquiescent.

ae-7-tt-width-400-height-265-crop-1-bgcolor-000000-except_gif-1 dans Le Post

(Photo Juliette Redivo)

Pour François Asselineau aussi, “les Français sont tombés dans le panneau”. “C’est une grande tristesse de voir Macron en tête puisqu’il a bénéficié d’une couverture médiatique obscène”, indique-t-il au début de sa prise de parole. Les autres candidats, comme François Fillon ou Benoît Hamon, qui appellent à voter pour Macron feraient, selon lui, tomber la France dans “une situation qui sera calamiteuse”. Emmanuel Macron sera vainqueur de l’élection présidentielle, il en est sûr, “c’est ça qu’il va se passer !”, lance le président de l’UPR devant son pupitre. Il voit d’ici la défaite de Marine Le Pen, puisqu’il y a “une guerre de manipulation des informations et des médias en France !” explique-t-il, sous les “hourra ! hourra !” des militants. Sans surprise, il ne donnera “aucune consigne de vote, mais Macron c’est l’horreur et Le Pen stigmatise mais n’a jamais proposé une sortie de l’Union européenne”. Tout ça, pour ça. “Frexit, Frexit !” lancent les militants en applaudissant, sous les spots des projecteurs qui s’allument et s’éteignent comme dans une boite de nuit. Ils terminent par des ambassades et l’hymne nationale, la main sur le cœur.

as-tt-width-400-height-265-crop-1-bgcolor-000000-except_gif-1 dans Luraghi

(Photo Juliette Redivo)

L’abstention, pour ne pas voter Macron ?

Beaucoup s’abstiendront donc au second tour : “Macron était le pire scénario et Le Pen je n’en veux pas”, explique un militant en tenant une bouteille de champagne sous le bras, tandis que sa voisine Isabelle n’ira pas “voter Macron car c’est un pantin, ni Le Pen car on n’en veut pas”. Mais, pourtant, elle ne “s’abstiendra pas”… Vague. Mais une chose est sûre : “On ne va pas abandonner”, déclare Asselineau en ajoutant : “On va présenter des candidats dans toutes les circonscriptions pour les législatives”. Malik en est certain : “On va devenir LE parti d’opposition !” Avec 0,8% il y a encore du chemin à faire. A 23h38, en bouclant cet article, François Asselineau et ses proches de campagne en discute en grignotant un apéro.

le 24 avril 2017 à 00h15

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Asselineau

François Asselineau

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Asselineau.
François Asselineau
François Asselineau en 2014.
François Asselineau en 2014.
Fonctions
Président de l’Union populaire républicaine
En fonction depuis le 25 mars 2007
(10 ans 1 mois et 12 jours)
Conseiller de Paris
25 mars 200124 mars 2008
(6 ans 11 mois et 28 jours)
Élection 18 mars 2001
Biographie
Date de naissance 14 septembre 1957 (59 ans)
Lieu de naissance Paris (France)
Nationalité Française
Parti politique RPF (1999-2006)
RIF (2006-2007)
UPR (depuis 2007)
Diplômé de HEC Paris
ENA
Profession Inspecteur général des finances1
Site web francoisasselineau.fr [archive]

Signature de François Asselineau
modifier Consultez la documentation du modèle

François Asselineau, né le 14 septembre 1957 à Paris, est un homme politique français.

Diplômé d’HEC et de l’ENA, il entre à l’Inspection des finances en 1985. Il mène ensuite une carrière de haut fonctionnaire qui le conduit notamment à exercer dans différents cabinets ministériels sous les gouvernements de droite des années 1990. Il occupe notamment, entre 2004 et 2006, le poste de délégué général à l’intelligence économique au ministère de l’Économie et des Finances. En parallèle, il est cadre du RPF puis du RIF et siège au conseil de Paris de 2001 à 2008, élu sur la liste de Jean Tiberi.

Il fonde en 2007 l’Union populaire républicaine (UPR), qui propose la sortie de l’Union européenne, de la zone euro et de l’OTAN. Ce parti est décrit par de très nombreux observateurs comme souverainiste, antiaméricain et conspirationniste, bien que François Asselineau récuse ces qualificatifs. L’UPR se présente comme en dehors du clivage droite-gauche et ses listes sont classées par le ministère de l’Intérieur parmi les « divers » lors des élections européennes de 2014 et régionales de 2015. François Asselineau est quant à lui couramment situé à droite, voire à l’extrême droite.

Cherchant à se faire connaître sur internet par le cybermilitantisme, François Asselineau et ses militants mènent également une insistante démarche de lobbying auprès des grands médias et de Wikipédia, accusés par François Asselineau de le censurer, au point que cette action a pu être décrite comme un « harcèlement ».

Après avoir échoué à se présenter à l’élection présidentielle de 2012, il est candidat à celle de 2017, où il recueille 0,92 % des voix.

Sommaire

Famille

François Asselineau est le fils de Pierre Asselineau, ingénieur à Gaz de France, et de Lucienne Gadille2. Il a un frère aîné et une sœur cadette3. Marié à une universitaire4, il a deux enfants3.

Parcours professionnel

Études et qualifications

Diplômé d’HEC Paris en 1980 et de l’ENA (promotion Léonard-de-Vinci, 19855,6, dont il sort 2e7,8), il est passionné par l’Asie et l’Océanie, et parle couramment le japonais7.

Carrière de haut fonctionnaire

Il est inspecteur des finances dans les cadres de 1985 à 19896, chargé de mission à la direction générale du Crédit national9 de 1989 à 19916 et chef du bureau Asie-Océanie à la direction des relations extérieures économiques au ministère de l’Économie et des Finances de 1991 à 19936.

En 1989, il établit deux rapports officiels consacrés aux activités de l’Agence de développement rural et d’aménagement foncier (ADRAF), établissement public à caractère industriel et commercial créé en 1986 en Nouvelle-Calédonie, dont un « rapport de vérification » à la demande du Premier ministre Michel Rocard et à usage administratif interne10. D’après Le Monde, ce rapport de vérification « équivaut à un réquisitoire »11 et dresse un constat « extrêmement critique sur la politique foncière menée sur le territoire, de 1986 à 1988, à l’époque du gouvernement de M. Jacques Chirac, sous l’autorité morale du président du RPCR, M. Jacques Lafleur, député RPR », « confirmant les jugements portés alors par les indépendantistes ». Ce rapport est rendu public par une source anonyme qui chercherait ainsi à « saboter les accords de Matignon sur l’avenir de la Nouvelle-Calédonie »12.

Après avoir quitté l’Inspection générale des finances en détachement7, il travaille comme haut fonctionnaire au sein de plusieurs ministères français13. Il est tour à tour conseiller pour les affaires internationales de Gérard Longuet puis de José Rossi au ministère de l’Industrie de 1993 à 199514,9, directeur de cabinet de Françoise de Panafieu au ministère du Tourisme dans le premier gouvernement Juppé15,16, chargé de mission au cabinet d’Hervé de Charette au ministère des Affaires étrangères de 1996 à 19975,9.

Il réintègre l’Inspection générale des finances en 1997, après la dissolution de l’Assemblée nationale7, et devient inspecteur général des finances en 20012. Il est directeur de cabinet de Charles Pasqua au conseil général des Hauts-de-Seine de 200117 à 2004.

Le 19 octobre 2004, il est nommé délégué général à l’intelligence économique au ministère de l’Économie et des Finances par Nicolas Sarkozy18. Sa délégation est chargée de « fournir, au gouvernement comme aux entreprises, des analyses renouvelées afin de mieux faire face aux effets de la mondialisation », et d’anticiper les décisions étrangères « qui auraient pour effet de nuire aux intérêts économiques et industriels de la France »19. Pour le député UMP Bernard Carayon, « cette nomination illustre la prise de conscience des autorités que notre patrimoine économique et technologique devait être défendu »20. Selon Christian Harbulot, directeur de l’École de guerre économique,

« [sa désignation fait apparaître] l’embryon d’une vision stratégique sur l’approche géo-économique du monde et la prise en compte des stratégies d’accroissement de puissance des pays concurrents. Les directives fixées dans cette lettre ne furent jamais appliquées dans les faits. Le changement d’attribution ministérielle de Nicolas Sarkozy aboutit à la marginalisation de François Asselineau qui, dépité, quitta son poste sans avoir pu passer à l’action21. »

François Asselineau indique quant à lui que Nicolas Sarkozy l’a nommé à cette fonction pour l’écarter du conseil général des Hauts-de-Seine, dont il a alors pris la présidence, et que « son poste est supprimé pour analyses politiquement incorrectes » en 2006, à savoir pour avoir « annoncé dès juin 2004 l’inéluctabilité d’une crise financière mondiale et, à terme, l’explosion de l’euro »22.

D’après le journaliste d’investigation Yvan Stefanovitch, François Asselineau fait partie des inspecteurs généraux des finances « fantômes », « devenus absolument débordés à force de vouloir mener une carrière politique tambour battant » et « qui ne peuvent pas accomplir la moindre mission parce qu’on ne leur donne tout simplement rien à faire »7.

Il se fait remarquer lors de sa carrière par son érudition et sa capacité d’analyse23,24.

Parcours politique

Débuts

Pour Gaël Brustier, François Asselineau « incarne la queue de comète de la Haute-Fonction publique la plus liée au gaullisme, nostalgique des début d’un régime. Alors que la masse de ses collègues adhère au projet d’intégration européenne comme l’essentiel des élites politico-administratives française, François Asselineau milite vite contre celui-ci »25.

François Asselineau indique avoir « commencé par voter non au traité de Maastricht en 1992, sans le dire »25,26. L’Opinion indique qu’« après la dissolution de l’Assemblée nationale en 1997, il se rapproche de Charles Pasqua pour rejeter le traité d’Amsterdam »27. En 1999, il rejoint le Rassemblement pour la France et l’indépendance de l’Europe (RPF), le mouvement fondé par Charles Pasqua et Philippe de Villiers : il est membre du bureau national, directeur des études et porte-parole du parti7,15.

Lors des élections municipales de 2001 à Paris, il est tête de liste dans le 19e arrondissement, inscrit sur la liste de Jean Tiberi, et élu au conseil de Paris27. Il siège d’abord parmi les non-inscrits28, rejoint en 2004 le groupe de l’Union pour un mouvement populaire (UMP)15,28 puis en démissionne en 2006 pour rejoindre de nouveau les non-inscrits : il précise alors que si Françoise de Panafieu, présidente du groupe UMP, est « une amie », il quitte l’UMP « par opposition à sa ligne européenne et sa position d’alignement sur les États-Unis »29. En 2007, il intègre le nouveau groupe baptisé « Paris libre », qui se veut détaché de toute affiliation partisane30.

Anti-européen revendiqué, il sera également quelques mois membre du Rassemblement pour l’indépendance et la souveraineté de la France (RIF), dont il intègre le comité directeur en novembre 200613,15,31. Il indique avoir quitté le RPF et le RIF parce qu’« aucun d’eux ne voulait vraiment sortir de l’Europe »13.

Fondateur et président de l’UPR

Union populaire républicaine
Image illustrative de l'article François Asselineau
Logotype officiel.
Présentation
Président François Asselineau
Fondation 25 mars 2007
Siège 15 rue Érard 75012 Paris
Adhérents 27 033 annoncés32,n 1
(1 mai 2017)
Positionnement Divers33
Idéologie Souverainisme34,35,36,37,38,39
Euroscepticisme40
Conservatisme41
Couleurs Bleu-vert et blanc
Site web www.upr.fr [archive]

Le 25 mars 2007, François Asselineau fonde, à l’occasion du cinquantième anniversaire du traité de Rome, un nouveau parti politique, l’Union populaire républicaine (UPR), qu’il préside depuis lorsn 2,42,43. Cette fondation fait alors l’objet d’« un silence médiatique absolu »23.

Programme souverainiste

L’UPR prône la sortie de la France de l’UE via l’article 50 du traité sur l’Union européenne (TUE), ainsi que de la zone euro et de l’OTAN42,44. L’accent mis par l’UPR sur l’activation de l’article 50 du traité sur l’Union européenne le distingue des autres partis, au point qu’une recherche Google à son sujet donne le site de campagne de François Asselineau comme première occurrence lors de la campagne présidentielle de 201745.

L’UPR se donne pour objet de « rétablir l’indépendance de la France et la souveraineté du peuple français »46 et met en cause les transferts de compétence à la Commission européenne — en soulignant que celle-ci n’est pas élue —, à la Banque centrale européenne et à l’OTAN47,15,48,49. François Asselineau présente ainsi son parti comme un « mouvement de libération nationale »50 ; il affirme que le fonctionnement de l’Union européenne n’est pas démocratique47, évoquant une évolution du continent vers la « dictature »51 et comparant les élus français à des « marionnettes »15.

La charte fondatrice de l’UPR affirme : « Si elle n’est certes pas la cause unique de tous les problèmes de notre pays, la construction européenne n’en est pas moins leur cause principale »52. François Asselineau aborde la plupart des thèmes politiques par le prisme du traité sur l’Union européenne45 et établit un lien entre les traités européens et le chômage, la délocalisation des industries, le « démantèlement » des services publics53. François Asselineau explique sa focalisation sur l’Union européenne, l’euro et l’OTAN, par le fait que ces structures imposeraient des politiques de telle manière qu’il ne serait pas possible d’en changer53. Il justifie sa volonté de quitter la zone euro en insistant sur sa mauvaise situation économique et en affirmant que « depuis l’Antiquité, […] toutes les monnaies plurinationales finissent toujours par exploser » ; il énonce également que « le recouvrement de notre souveraineté nous permettra, maîtres de notre destin, d’utiliser les instruments monétaires et douaniers pour doper la compétitivité et relocaliser la production, tout en s’adaptant à la conjoncture »52.

D’après François Asselineau, l’UE et l’OTAN, « vues depuis Washington, […] sont la face politique et la face militaire d’une même médaille, celle de l’asservissement du continent européen à leur « glacis » afin d’encercler et de contenir la puissance continentale russe »52. François Asselineau affirme que la construction européenne est, dès son origine, un instrument de l’hégémonie américaine54. Cette domination, cachée selon lui55, reposerait sur le caractère ingérable d’une union de plusieurs États, que François Asselineau compare à une copropriété dont le syndic serait les États-Unis. Les Américains auraient donc mis au point et initié un système autobloquant, un stratagème qui était destiné à contrer l’influence soviétique en Europe de l’Ouest après la Seconde Guerre mondiale56. François Asselineau considère par ailleurs la construction européenne comme une « idée racialiste »27 et l’Union européenne comme « un apartheid planétaire du monde blanc », arguant que la France n’a aucun lien historique avec par exemple la Lettonie, alors qu’elle en a avec le Maghreb ou le Sénégal57.

François Asselineau est décrit par Le Monde et Europe 1 comme « europhobe »58,59, par les journalistes Dominique Albertini et David Doucet ainsi que Conspiracy Watch comme « ultrasouverainiste »60,61, et classé par Laurent de Boissieu parmi « les souverainistes les plus radicaux » en Europe avec le Parti pour la liberté de Geert Wilders aux Pays-Bas en raison de leur projet de « sortir de la construction européenne, et pas seulement de l’Union européenne »62. Pour Gaël Brustier, « il incarne le courant le plus radicalement hostile à l’Union européenne, né des débats du traité de Maastricht »25. François Asselineau récuse le terme d’eurosceptique, préférant celui d’« euro-athée », et précise qu’il a d’abord été pro-européen, votant pour la liste de Simone Veil lors des élections européennes de 197950. L’UPR récuse aussi le qualificatif de souverainiste, considérant que ses engagements sont distincts de ceux des autres partis classés comme tels63, et se présente comme « antieuropéen et anti-atlantiste »64. Au contraire, le politologue Pascal Perrineau inclut l’UPR au sein des « partis souverainistes », avec Debout la France et le Mouvement pour la France, et considère que ceux-ci se retrouvent « souvent » sur « des choix de type protectionniste et nationaliste », soit « des positions proches » de celles du Front national (FN) et « la plupart du temps très éloignées des choix des partis de la droite classique et du centre »65.

Soutien au Brexit

En juin 2016, il salue la décision des Britanniques de quitter l’Union européenne, qu’il compare au démantèlement de la frontière austro-hongroise en 1989, correspondant au « début de la fin du camp socialiste »66. Après l’élection de Donald Trump comme président des États-Unis, il souligne le soutien de ce dernier au Brexit et compare de nouveau les dirigeants européens à ceux du bloc de l’Est lors de la chute des régimes communistes67. Valeurs actuelles estime cependant que « l’élection de Donald Trump lui a joué un mauvais tour : les anti-atlantistes sont entrés à la Maison-Blanche, et les dirigeants européens, unanimes contre le nouveau président américain, ne peuvent plus être accusés de collusion avec Washington »23. Sur Twitter, les militants de l’UPR sont les principaux utilisateurs du hashtag #Frexit68.

Positionnement politique de François Asselineau
220px-Fran%C3%A7ois_Asselineau dans Perversité

François Asselineau lors d’une conférence en 2015.

Arrêt sur images présente François Asselineau comme un « énarque de droite, aux lisières de l’extrême droite »15. L’universitaire Cécile Vaissié estime qu’il reprend « la même grille d’analyse que le FN » et qu’il « est très marqué à droite, voire à l’extrême droite, mais il prétend dépasser le clivage gauche-droite et attire aussi des gens qui se définiraient comme à gauche »69. Le politologue Jean-Yves Camus juge quant à lui qu’Asselineau, homme « intelligent » et « bien sous tous rapports », peut viser à distraire les électeurs du Front national, en attirant « ceux qui sont séduits par le souverainisme et la droite dure »54. Cependant, « à la différence d’autres figures intellectuellement proches de l’extrême-droite, [l']anti-américanisme [de François Asselineau] est exclusif de toute trace d’islamophobie, de racisme, ou d’antisémitisme »15. D’après L’Opinion, il est « souvent étiqueté à droite, voire à l’ultra-droite », et se définit comme gaulliste27,70. Pour Thomas Legrand, son discours « est — complotisme mis à part — celui qui se rapproche le plus, dans une forme d’anachronisme, du gaullisme originel »71. TV5 Monde considère qu’il « est un véritable nostalgique de la France du général de Gaulle, et ne s’en cache pas »3. Par ailleurs, François Asselineau cite régulièrement le gaulliste Philippe Séguin72,73,74. Lors des élections présidentielles de 2017, Le Figaro estime que François Asselineau « s’invite sur le terrain très disputé du gaullisme social et du souverainisme. »75. Benoît Rayski le considère comme « un complotiste d’extrême droite »76. Mediapart situe l’UPR comme un « petit parti très à droite »77. Pour plusieurs médias, François Asselineau et l’UPR adoptent un positionnement proche de celui de Solidarité et progrès, la formation de Jacques Cheminade13,72,78, ce que l’UPR conteste fermement79,80. Lors de la campagne présidentielle de 2017, Jacques Cheminade considère François Asselineau comme l’un de ses principaux adversaires, estimant que son positionnement est proche du sien81.

Positionnement face à l’extrême droite et au Front national

François Asselineau affirme être le seul à proposer réellement la sortie de l’Union européenne et de la zone euro27,78. Il avance par ailleurs que Marine Le Pen copie certaines de ses idées42 et que le Front national, dont il assure être « l’un des opposants les plus résolus »15, « ne veut en aucun cas la sortie de l’Europe »57 car il ne prônerait pas l’activation de l’article 50 du traité sur l’Union européenne82 et présente des candidats étrangers, titulaires de la citoyenneté européenne, aux élections européennes83. François Asselineau accuse également le FN d’être « un agent du système car il a pestiféré l’idée d’une sortie de l’Union européenne en l’assimilant à un discours extrémiste, anti-arabe et anti-immigrés »84. D’après Gaël Brustier, l’UPR partage « l’idéologie du rassemblement national » définie par Philippe Burrin et exploite, à travers le Conseil national de la Résistance, « des références historiques qui le distinguent fortement du Front national. Ce dernier, positionné désormais sur le créneau « souverainiste », est obligé d’euphémiser le volet économique de son discours anti-UE qui inquiète parfois un électorat surtout mu par le discours identitaire, autoritaire et anti-immigration traditionnel du parti des Le Pen »25. François Asselineau estime toutefois qu’il conviendrait de « calmer [les] phénomènes migratoires »3.

Le 10 avril 2017, Marine Le Pen déclare que la France n’est pas responsable de la rafle du Vel d’Hiv. François Asselineau l’accuse alors de « diviser la population française avec des sujets odieux ». Il lui reproche aussi, par la même occasion, de « faire la chasse aux immigrés », et affirme lui ne jamais chercher de « bouc émissaire »85. Le 12 avril 2017, soit une dizaine de jours avant le premier tour de l’élection présidentielle, il affirme qu’il exclut de voter pour Marine Le Pen au second tour86.

Le militant d’extrême droite Serge Ayoub a accueilli en 2010 l’une de ses conférences dans son bar mais Asselineau affirme qu’il ignorait qui était son hôte15,42,54,87. Alain Soral, dans son ouvrage Comprendre l’Empire (2011), voit dans ses conférences un témoignage de « l’universalisme français défendu par le général de Gaulle jusqu’en 1969 »88. François Asselineau a néanmoins condamné le soutien d’Alain Soral au FN et refusé ses propositions d’alliance : ce dernier lui témoigne dès lors une vive hostilité15,89.

Autres positions

L’UPR entend « [rassembler] les Français au-dessus des clivages gauche-centre-droite, de manière provisoire », ce qui serait « rendu possible par le refus de prendre position sur les sujets sociétaux et secondaires »90. Il se revendique volontiers du Conseil national de la Résistance, dont il affirme s’être inspiré en 2012 pour élaborer son programme présidentiel qui prévoit une « grande vague de renationalisation » — notamment de l’énergie, de l’eau, des autoroutes, d’Orange, TF1 et TDF, et « tout établissement financier secouru par des fonds publics » — et des « services publics de qualité »56,57,27,91,92. D’après le journaliste Benjamin Masse-Stamberger, cette volonté de nationalisation découle chez François Asselineau d’une réflexion sur l’intérêt général par rapport aux intérêts privés; pour certains secteurs, comme l’énergie ou les télécommunications, l’État devrait décider, étant justement le plus à même de garantir l’intérêt général93. Par ailleurs, selon le journal La Croix, François Asselineau considère que le modèle social français est mis en danger par « une libéralisation à outrance du marché du travail », et il voudrait préserver l’« État social », et notamment le système de retraite par répartition et la sécurité sociale avec une prise en charge de la maladie à 100%94.

Parmi ses propositions figurent aussi la « lutte contre toutes les formes de terrorisme, à commencer par le terrorisme des séparatistes régionaux », le lancement d’une « grande politique publique de médecines douces et alternatives » et le « refus de la stigmatisation insidieuse des Français d’origine arabe ou de confession musulmane »13. Il ne se prononce pas sur « les grandes questions nationales comme le nucléaire, la dette publique ou le choix de la politique migratoire, [qui] devront être tranchées par des référendums »52.

La charte fondatrice de l’UPR « commande de n’attaquer personne en raison de ses convictions religieuses ou de ses origines », « refuse tout extrémisme et tout racisme », et « proclame son attachement à la Déclaration universelle des droits de l’homme »84.

François Asselineau dit soutenir l’Iran dans sa résistance à l’« euro-atlantisme »42 et s’oppose à l’intervention en Irak contre l’État islamique15.

Alliances politiques

En 2010, l’UPR fait part de son intention de dialoguer avec, voire de recruter des militants du Front de gauche, d’Égalité et Réconciliation, du Parti ouvrier indépendant, du Mouvement politique d’éducation populaire (M’PEP), de Solidarité et progrès ou de Debout la République95. Elle se rapproche ensuite de plusieurs formations dont le M’PEP et le Pôle de renaissance communiste en France (PRCF), jusqu’à l’échec d’un projet d’alliance en 201395. François Asselineau est depuis hostile aux alliances avec d’autres partis politiques82.

Adhérents et notoriété

L’UPR revendique 500 adhérents en janvier 201196, un millier en 201257,97, 3 000 en 201354, entre 5 50013 et 5 900 en 201415, 9 400 fin 201555, entre 10 80053, 12 000 en 201627 et 16 500 début 201798.

François Asselineau et son mouvement n’en restent pas moins considérés comme marginaux sur la scène politique française : en 2014, la blogueuse Caroline Merlin[réf. souhaitée] le qualifie sur Le Plus – L’Obs de « personnage pratiquement inexistant dans le paysage politique »42 et Roland Jaccard, dans Causeur, d’« illustre inconnu »99 ; en décembre 2015, Le Point présente l’UPR comme « une formation politique inconnue des électeurs »100 et France Bleu comme un « parti méconnu dirigé par un inconnu »101.

Marianne décrit les militants de l’UPR comme venant « de partout. Souvent issus de la classe moyenne, ils militent pour la première fois »13. D’après François Asselineau, la plupart des adhérents de l’UPR n’appartenaient à aucun autre parti avant de le rejoindre et viennent souvent de la gauche27. Le parti indique que les adhérents représentent sa seule source de financement13.

Gestion du parti

Europe 1 souligne en 2017 que François Asselineau « reste, quoi qu’il en soit, la clef de voûte [de son parti]. Celui par lequel tout passe et auquel il est très difficile de s’opposer. […] Au final, cette verticalité est en totale adéquation avec la vision politique de François Asselineau. Lui qui se présente en nouveau de Gaulle, au-dessus des partis, ni de droite, ni de gauche, présente [pour l’élection présidentielle de 2017] un programme entièrement centré sur sa personne et les prérogatives régaliennes d’un chef de l’État »102. Le Huffington Post indique quant à lui qu’« autrefois jugé comme pouvant se montrer autocratique, François Asselineau est désormais décrit par ses militants comme étant à l’écoute, proche des siens »103.

Universités

Durant ses universités d’automne qui se tiennent en septembre 2012, octobre 2013, 2015 et octobre 2016, l’UPR reçoit diverses personnalitésn 3.

Participations à des scrutins électoraux

Dans un premier temps, François Asselineau rejette la participation de l’UPR aux scrutins locaux, ce qui reviendrait selon lui à « participer à un système que nous rejetons en bloc »96.

Lors des élections municipales de 2008, François Asselineau tente sans succès de présenter une liste dans le 17e arrondissement de Paris104,105.

François Asselineau annonce sa candidature à l’élection présidentielle française de 2012 le 3 décembre 2011 lors du congrès national de l’UPR à Nogent-sur-Marne106,57, mais ne parvient pas à obtenir les parrainages nécessaires (il déclare en avoir obtenu 17 pour environ 1 700 à 1 800 maires contactés107,n 4).

En 2013, il se présente à la législative partielle de la troisième circonscription de Lot-et-Garonne, dont le siège de député a été déclaré vacant à la suite de la démission de Jérôme Cahuzac51. Lors de ce scrutin, qui est le premier auquel concourt l’UPR, les partisans de François Asselineau se montrent très présents sur le terrain et diffusent leurs tracts dans toute la circonscription54. Il obtient finalement 0,58 % des suffrages exprimés (189 voix, douzième position sur dix-sept candidats)15,108. Jérôme Schrepf, journaliste de La Dépêche du Midi, estime qu’« il était clairement là pour se faire connaître et était très déconnecté des problèmes locaux. Mais il était entouré de gens de bon niveau, comme un ancien pilote de l’armée de l’air »5. Il reçoit le soutien de Nicolas Dupont-Aignan qui vante les liens entre l’UPR et son parti Debout la République « sur la défense de notre souveraineté » ou « sur l’indépendance de la France »5.

Lors des élections européennes de 2014, François Asselineau recueille 0,58 % des voix (17 864 voix) dans la circonscription Île-de-France109, et son parti recueille 0,41 % des suffrages sur le plan national (76 907 voix)110. Marianne remarque que l’UPR « a dû consacrer une bonne partie de son budget de campagne pour les élections européennes (381 000 euros) à s’opposer au FN »13. Jean-Yves Le Gallou prend en exemple le score de l’UPR pour souligner les limites électorales du « souverainisme pur et dur » qui fait « de la sortie de l’euro l’alpha et l’oméga de la politique »111.

Dans le cadre des élections départementales de 2015, l’UPR présente des candidats dans 14 cantons. Le score maximum obtenu est de 3,22 %112.

L’UPR participe aux deux législatives partielles organisées en 2015. Le 1er février 2015, dans la quatrième circonscription du Doubs, Yannick Hervé obtient 147 voix (0,57 %, neuvième position sur treize candidats)113. Le 6 septembre 2015, dans la troisième circonscription de l’Aveyron, Loïc Massebiau obtient 444 voix (1,86 %, dernière position sur sept candidats)114.

Lors des élections régionales de 2015, l’UPR présente un peu moins de 2 000 candidats112,55,110, ce que Slate qualifie de « performance étonnante pour cette formation politique sans élu, ni financement public »115. François Asselineau est tête de liste en Île-de-France115. L’UPR propose « l’organisation de référendums sur les grands sujets régionaux, comme les Jeux olympiques en Île-de-France ou Notre-Dame-des-Landes dans les Pays-de-la-Loire », « l’institution de référendums d’initiative populaire au niveau régional », la rénovation des lycées et l’amélioration des transports en commun115. Sur le plan national, l’UPR recueille 0,87 % des suffrages exprimés (189 330 voix)116. En Île-de-France, la liste menée par François Asselineau recueille 0,94 % des suffrages exprimés (29 755 voix)117. L’UPR invite les électeurs à l’abstention lors du second tour de l’élection118,119.

Candidat à l’élection présidentielle de 2017

220px-Fran%C3%A7ois_Asselineau_2017_logo dans Politique

Logo de candidature.

Cherchant à se présenter lors de l’élection présidentielle de 20175,120, il obtient 587 parrainages121, ce qui est perçu comme une « surprise »26,122. Il est crédité de 0,5 à 1,5 % des voix dans les sondages123,124,125.

Il présente son programme lors d’une allocution de 3 h 20 à la Plaine Saint-Denis, le 14 mars 2017126. Le Monde souligne que « François Asselineau est le seul parmi les candidats défendant des idées souverainistes à vouloir enclencher une procédure de « Frexit » dès son élection127. »

Lors du débat télévisé réunissant la totalité des candidats, il se distingue en citant avec précision la Constitution française, les traités de l’Union européenne, et en critiquant les emprunts bancaires des candidats favoris128. Il précise que son parti n’a contracté aucun crédit et propose que les partis politiques ne puissent plus se financer auprès des banques, estimant que « ce sont les banques qui donnent après des instructions »129. Un sondage visant à déterminer quel candidat a été perçu comme le plus convaincant lui attribue 3 % des suffrages130. Les décodeurs du Monde mettent en cause un « festival d’intox des candidats sur l’Europe lors du grand débat », et en particulier certaines affirmations de François Asselineau. Ce dernier déclare notamment à cette occasion que les traités européens poussent à la privatisation des services publics : selon Les décodeurs, François Asselineau confond privatisation et libéralisation, cette dernière correspondant à la mise en concurrence des services publics avec des entreprises privées, à l’intérieur de secteurs d’activité précis (les services postaux, l’électricité et le gaz, le transport aérien…) auparavant tous monopolistiques. De plus, François Asselineau présente les recommandations de politique économique de la Commission européenne (GOPE) comme des directives que la France doit suivre impérativement, mais Les décodeurs affirment qu’il s’agit bien de recommandations, donc non contraignantes. François Asselineau affirme également que la contribution nette de la France au budget de l’Union européenne est de 9 milliards d’euros, alors que le calcul de cette contribution donne un résultat maximum de 6,1 milliards selon Les décodeurs131. Ce chiffre est confirmé par RTBF, qui estime que de toutes façons, le type de calcul proposé par Asselineau, purement comptable, a un intérêt limité. Ces contributions permettent en effet de faire progresser l’économie des pays les plus faibles, et ceux-ci sont alors susceptibles d’acheter du matériel aux pays les plus forts, ce qui, selon RTBF, complexifie l’équation simpliste d’Asselineau132.

Lors de cette élection, François Asselineau se targue de « relever le niveau du débat de cette présidentielle qui a sombré dans l’abysse »75. Il déclare : « Si je suis candidat c’est pour être élu, ce n’est pas pour faire de la figuration »133. Il assure qu’il va être « la grosse surprise » du premier tour134, une promesse qui ne fait pas preuve de réalisme selon son adversaire Jacques Cheminade135,136.

Le 23 avril, il recueille 332 588 voix, soit 0,92 %, et se classe en neuvième position sur onze137.

Évoquant le second tour entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, François Asselineau prédit une victoire de ce dernier, qu’il qualifie d’« horreur » et de « marionnette de l’oligarchie financière ». En outre, il décrit Marine Le Pen comme la « représentante d’un mouvement qui stigmatise les populations et n’a jamais vraiment proposé de sortir de l’UE ». Il ne donne « aucune consigne de vote » pour le second tour et estime que la situation qui découle du premier tour est « très grave » pour la France138,139,140.

Positionnement sur les affaires étrangères

Conspirationnisme antiaméricain

La plupart des médias qualifient François Asselineau et l’UPR de conspirationnistes141,142,143,144,145,146,147,148,149. Rudy Reichstadt, animateur du site Conspiracy Watch, résume les idées de François Asselineau comme « un souverainisme intégral mâtiné de théorie du complot antiaméricaine », et voit dans sa stratégie l’intention de mener « une sorte d’OPA sur le public séduit par les discours complotistes de sites comme le Réseau Voltaire ou Égalité et Réconciliation, d’Alain Soral »54. Il commente également à son sujet : « Je ne pense pas qu’il soit dingue, mais qu’il utilise le complotisme parce qu’il a compris que c’est ce qui marche sur internet5 ». Pour Le Huffington Post, la « rhétorique conspirationniste » de François Asselineau « en fait une personnalité politique à part »150

Pour Arrêt sur images, « c’est […] le complot américain, multiforme mais permanent au moins depuis la Libération, qui est la clé principale, voire unique, d’explication du monde » dans « les discours ou les écrits d’Asselineau »15. D’après Libération, « le site officiel du mouvement regorge[ant] de longues analyses se voulant factuelles, mais menant irrésistiblement vers une lecture conspirationniste de l’histoire, dont les ficelles remonteraient jusqu’aux services américains »151. Selon François Asselineau, le processus d’unification européenne aurait été lancé exclusivement sur instruction du gouvernement américain, dont Robert Schuman n’aurait été qu’un exécutant « prête-nom », et Jean Monnet — « très probablement agent de la CIA » — un « agent traitant »152,153. Il présente également la secte Boko Haram, l’État islamique ou les attentats de Boston comme autant de complots de la CIA154. Il affirme à l’occasion des élections régionales de 2015 que les nouvelles régions « ont été calquées sur les États américains », avec pour objectif de « disloquer la France »115,155.

Bien qu’Asselineau prétende ne s’être jamais exprimé sur les attentats du 11 septembre 2001, le site Conspiracy Watch relève dans une de ses vidéos de 2013 une intervention sur le sujet. À cette occasion, Asselineau présente la « théorie officielle » comme une « théorie du complot » — un argument utilisé par les conspirationnistes — et en donne, selon Conspiracy Watch, une « version caricaturale »156.

StreetPress souligne que certains invités des universités d’automne ou des meetings de l’UPR sont conspirationnistes, tels Alain Benajam du Réseau Voltaire ou Étienne Chouard, et relève « des centaines » de prises de position conspirationnistes de la part de militants et candidats de l’UPR sur les réseaux sociaux157.

François Asselineau soutient que le Front national a été « inventé » en 1983 par François Mitterrand et Jacques Attali, qui auraient « donné instruction aux médias » de le « faire mousser ». Il soutient aussi que le FN a été financé dans les années 1980 par une association très proche de la secte Moon, CAUSA International (en), derrière laquelle se trouveraient la CIA et la « famille Bush ». François Asselineau affirme aussi que Marine Le Pen plagie et pollue le discours de l’UPR, et qu’elle a bénéficié de la promotion de l’hebdomadaire Marianne, une tactique visant, selon lui, à rendre infaillible l’élection de Dominique Strauss-Kahn en 201242,15. Selon Robin D’Angelo « François Asselineau souffre d’une maladie : la comploïte aigüe » quand il affirme « que « les militaires américains », « le FBI » et « John Negroponte » contrôlent l’institut de sondage Harris Interactive pour faire gonfler les scores de Marine Le Pen afin de discréditer tous ceux qui s’opposent à la construction européenne »87.

Face aux accusations de conspirationnisme, François Asselineau dit être victime d’« une forme d’excommunication » et juge qu’il s’agit là d’« une façon de ne pas répondre aux questions de fond »5. Selon Le Monde, François Asselineau croit « à un grand complot des grands médias pour le faire passer pour un complotiste »155. Pour le sociologue libertaire Jean-Pierre Garnier, le seul tort de François Asselineau est de « [rappeler] certains faits connus mais qu’il convenait de taire, telle la part prise par les États-Unis dans la naissance de la CEE ou, plus récemment, dans l’essor du terrorisme djihadiste »158.

D’après Caroline Merlin, blogueuse à L’Obs, François Asselineau hait « toute influence anglo-saxonne ou américaine » en France42. En 2004, au moment où François Asselineau devient délégué général de l’Intelligence économique à Bercy, le journal Libération estime que sa défense d’un patriotisme économique va « de pair » avec un antiaméricanisme et une critique systématique d’ « institutions européennes « libérales » et que ces convictions ne sont « pas toujours très bien argumentées au regard des enjeux de la mondialisation »19. Pour Laure Daussy, d’Arrêt sur Images, le fait que François Asselineau puisse voir les États-Unis derrière l’État islamique ou bien derrière la construction européenne, ou qu’il puisse penser que Marine Le Pen est soutenue par le gouvernement américain, sont des preuves de l’antiaméricanisme de François Asselineau15.

Positions pro-russes

Selon le journaliste Nicolas Hénin, auteur d’un livre sur les réseaux pro-russes en France, François Asselineau est caricaturalement anti-américain, et « obséquieusement laudateur » du président russe Vladimir Poutine. De plus, Nicolas Hénin qualifie l’UPR de « bon candidat au titre de meilleure officine poutiniste de France »159. L’universitaire Cécile Vaissié, spécialiste de la Russie, écrit que François Asselineau « s’active pour le Kremlin ». Elle assure que le débat sur les relations franco-russes qui a lieu à l’université d’automne de l’UPR en 2015 est « biaisé et partisan, voire mensonger ». Elle mentionne la présence de Xavier Moreau à cet événement, et réfute son opinion concernant les télévisions russes, où, selon lui, la liberté des débats est « totale »69.

L’UPR prône un rapprochement avec la Russie160. François Asselineau est régulièrement interrogé par des médias russes tels que Russia Today, ProRussia TV et La Voix de la Russie15,69,161 et a visité la Crimée un an après son rattachement à la Russie159. En juin 2015, il est invité aux célébrations de la fête nationale russe à l’ambassade de Russie en France, en compagnie notamment de Jean-Pierre Chevènement et de Jacques Sapir162.

Militantisme et relations avec les médias

Relations avec les médias

220px-Plateau_t%C3%A9l%C3%A9_d%27On_n%27est_pas_Couch%C3%A9 dans Rue89

Alors peu invité dans les médias, François Asselineau est reçu en 2014 sur le plateau de l’émission On n’est pas couché, diffusée sur France 2.

Dès le mois de février 2012, François Asselineau et son parti, l’UPR, considèrent qu’ils sont « barrés des grands médias » et « interdits d’antenne » parce que « [leur] discours dérange »56,163. En 2014, le parti affirme être « le plus censuré de France164 ». À l’occasion des élections régionales de 2015, l’UPR utilise comme slogan : « Le parti qui monte malgré le silence des médias »5.

En avril 2014, l’UPR envoie une lettre au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) pour protester de son absence des médias15. Après les élections européennes de 2014, l’UPR proteste à nouveau contre le « silence » médiatique dont il fait l’objet, ses listes ayant recueilli plus de voix que celles du Nouveau Parti anticapitaliste (0,41 % contre 0,39 %)165, mais sans pour autant attirer plus l’attention des médias43,15.

Ce militantisme ne va pas sans contrecoups. 20 Minutes relève que « les soutiens de l’UPR n’hésitent pas à contacter les auteurs d’un article concernant leur candidat, s’il leur paraît incorrect » ; le porte-parole du parti affirme cependant que celui-ci « n’a jamais demandé d’écrire ou d’appeler des journalistes »166. Laurent de Boissieu, journaliste à La Croix, évoque ainsi dans son bloc-notes de mai 2014 le « harcèlement que tout journaliste a subi un jour ou l’autre de la part de certains des militants de l’UPR » pour que les médias fassent une place dans leurs colonnes à François Asselineau et à son parti5. Il commente à ce propos : « prononcez le nom de « François Asselineau » devant un journaliste, et vous le verrez rigoler44 ». Il estime cependant qu’en se disant victime d’une « injustice du traitement médiatique », « François Asselineau n’a pas complètement tort, et les chiffres qu’il avance parlent d’eux-mêmes. Certains confrères ont par exemple davantage parlé de listes anecdotiques présentes dans la seule région Île-de-France que de celles de l’UPR pourtant en lice partout » durant les élections européennes de 201444.

Laurent Ruquier, ayant reçu « pendant à peu près un an » de nombreux messages, sur Facebook ou Twitter notamment, lui demandant pourquoi il n’invitait pas François Asselineau167, finit par recevoir ce dernier dans l’émission On n’est pas couché, en septembre 2014 : sur Le Plus – L’Obs, on s’interroge à cette occasion sur la pertinence de donner la parole à « ce genre d’individu complotiste42 » et Roland Jaccard juge que l’invitation d’Asselineau avait principalement pour but de le jeter en pâture aux chroniqueurs de l’émission et de ringardiser les idées anti-européennes99.

Les échanges sur Twitter lors de la campagne du référendum sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’Union européenne montrent que les médias russes Sputnik et RT « s’affirment comme une source première d’information pour les militants du « FN » et de l’UPR de François Asselineau », leur ligne éditoriale étant « perçue comme une alternative aux médias traditionnels souvent décriés par ces mêmes militants »68. L’UPR est régulièrement invitée dans les médias internet dits « de réinformation », dont elle a compté plusieurs figures dans ses rangs telles que Jean Robin, Patrick Dhondt alias « Tepa » (fondateur du site Meta TV, proche de Dieudonné15,82), Raphaël Berland (fondateur du Cercle des volontaires) et Jonathan Moadab (de l’Agence Info Libre)55,168.

Cybermilitantisme

220px-Histoire_de_france

De mars 2007 à février 2017, François Asselineau aura donné environ 500 conférences169[réf. insuffisante], dont certaines portent en tout ou partie sur l’histoire de France.

Asselineau et ses équipes sont très investis dans le militantisme sur Internet54 : l’UPR affirme s’être développé « exclusivement en ligne »50 et mise en premier lieu sur le net pour se faire connaître170,27. Rudy Reichstadt qualifie l’UPR de « véritable phénomène sur Internet » et note qu’il est « difficile de passer à côté lorsqu’on s’intéresse à la mouvance complotiste54 ». D’après François Asselineau, le site de l’UPR s’est « hissé au tout premier rang des sites politiques français pendant les européennes » en 201415. Lors de la campagne pour ces élections, il est le 5e candidat français le plus influent sur Twitter en considérant les retweets171. Arrêt sur images souligne en 2014 que le compte Twitter de François Asselineau « n’est pas particulièrement suivi, par rapport à d’autres politiques : 8 200 followers », ce que l’intéressé explique par le fait d’avoir « rejoint Twitter tardivement » ; il ajoute que la page Facebook de l’UPR compte 30 000 fans, soit un « nombre élevé » selon lui15. Lors de la campagne du référendum sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’Union européenne, il « se distingue comme la personnalité politique la plus active [sur Twitter en France] avec 16 messages concernant le Brexit »68.

En 2012, l’UPR crée une fonction de « responsable national au cybermilitantisme », dont la mission est de développer et de coordonner le travail des équipes menant des « actions cybermilitantes » sur le Web172 ; elle est dotée en 2014 d’une centaine de personnes, d’après son responsable13. François Asselineau affirme ne pas avoir « d’armée de l’ombre »102 mais reconnaît que lui ou ses équipes ont eu l’occasion de donner des consignes aux militants en matière de cybermilitantisme70. Le colonel Régis Chamagne, ancien cadre de l’UPR, indique que « s’il se développe surtout de façon virale, le cybermilitantisme de l’UPR est parfois impulsé par le haut »102. 20 Minutes relève des consignes données par le parti en matière de cybermilitantisme sur son site internet et sur Facebook166.

François Asselineau diffuse également sur YouTube « des enregistrements de ses conférences-fleuves »5 qui « ont été visionnées près de deux millions de fois » en 201450. D’après Arrêt sur images, ses vidéos ont été « vues en moyenne entre 10 000 et 150 000 fois (un score pas extraordinaire au regard du succès que peuvent remporter certaines vidéos virales) »15. Fin 2016, la chaîne YouTube de l’UPR est la deuxième chaîne politique de France en nombre d’abonnés (près de 25 000), loin derrière celle de Jean-Luc Mélenchon (plus de 122 000). En revanche, en nombre de vues, la chaîne de l’UPR arrive derrière celle du Front national et derrière celle de Jean-Luc Mélenchon, mais devant celle de Marion Maréchal-Le Pen173. Durant la campagne présidentielle de 2017, une étude de l’association Data for Good estime que « l’algorithme de recommandation de YouTube, qui suggère les vidéos à regarder, présente un biais net en faveur de Mélenchon, Le Pen et Asselineau », ce dernier figurant dans 15,8 % des vidéos suggérées qui comportent le nom d’un candidat dans leur titre174. Pour Slate, François Asselineau est « le premier vrai candidat YouTubeur », sa chaîne totalisant en 2017 11,4 millions de vues, soit « bien plus que tous les autres candidats, à l’exception de Jean-Luc Mélenchon », en bonne partie grâce à ses « vidéos plus anciennes : si l’on observe ses contenus les plus populaires, notamment des conférences de plusieurs heures, on remarque que les titres et les miniatures de présentation sont souvent très accrocheurs, et le propos fait écho à une sphère de YouTube qui diffuse des thèses « complotistes », thématique extrêmement populaire et favorisée par les algorithmes »175. D’après Rudy Reichstadt, ses vidéos diffusées sur YouTube « sont véritablement la clé de son succès : elles ont fait sa notoriété et lui ont permis d’élargir sa base d’adhérents dans des proportions inespérées. Pour quelle raison ? Parce qu’Asselineau, que l’on adhère ou non à ce qu’il dit, raconte une histoire, réintroduit du sens, délaisse la politique technocratique pour parler de l’histoire de France, de la démocratie, de géopolitique, sur un mode toujours très dramatisant »176. Gaël Brustier considère que « les meetings-conférences de [François Asselineau], dans le contexte de décomposition idéologique qui caractérise notre époque, donnent une explication globale de la situation de la France, une vision du monde simple, voire simpliste des enjeux actuels, laissant parfois la place à une tentation « complotiste »25.

Par ailleurs, François Asselineau publie régulièrement des articles sur AgoraVox : StreetPress le classe parmi « les blogueurs les plus conspirationnistes » qui « ont phagocyté le site »177.

Autres formes de militantisme

En 2013, l’UPR lance une pétition contre le projet de loi relative à l’enseignement supérieur et à la recherche qui élargit les possibilités d’enseigner dans des langues étrangères dans le supérieur. Le parti revendique environ 10 000 signataires178,179.

Après les élections européennes de 2014180, l’UPR mène une importante campagne d’affichage à travers la France pour se faire connaître27,181,182,183. L’Obs présente l’UPR comme « le premier parti de France en matière d’affichage sauvage »140. La Croix indique que « cette campagne d’affichage hors norme serait le fruit de la mobilisation des militants au sein des délégations régionales. À leur image, les adhérents auraient spontanément saisi perches et seaux pour faire entendre leur voix ». François Asselineau affirme que cette campagne militante le distingue des autres partis, qui font appel à des sociétés privées pour diffuser leurs affiches180.

Lors de la campagne pour l’élection présidentielle de 2017, François Asselineau obtient « à la surprise générale » les 500 parrainages nécessaires pour valider sa candidature26, ce qu’il doit à un « réseau de militants surmotivés »184 qui est parti très tôt en campagne, allant de préférence vers les maires sans étiquette politique des petites communes185. François Asselineau déclare qu’il a rencontré lui-même 108 maires et que ses 200 démarcheurs en ont vus des milliers186. Plusieurs maires indiquent que des militants de l’UPR sont venus plusieurs fois à leur rencontre, ce qu’ils n’ont pas observé pour d’autres partis187,188. Selon Le Dauphiné, les militants de l’UPR sont « d’un prosélytisme à écœurer une armada de témoins de Jéhovah »189. La motivation des militants a joué en leur faveur et certains maires ont accordé leur parrainage même lorsqu’ils n’étaient pas favorables à une sortie de l’Union européenne, n’avaient pas l’intention de voter pour François Asselineau ou pensaient qu’il n’avait aucune chance d’être élu190,185.

Page Wikipédia

D’après Envoyé spécial et Florence Devouard, François Asselineau crée lui-même en 2007 l’article qui lui est consacré sur la version francophone de Wikipédia, ainsi qu’un autre consacré à l’UPR191,192,n 5. Selon Pierre-Carl Langlais, administrateur sur Wikipédia, celui-ci cherche, « peu ou prou, à contre-balancer l’omerta dont serait victime l’UPR dans les médias traditionnels »193. Ces deux articles sont supprimés à plusieurs reprises192,191,13,170, le débat communautaire concluant à un manque de références dans les médias traditionnels15.

François Asselineau proteste alors contre la « censure » exercée à son encontre sur la version francophone de Wikipédia — plusieurs versions en d’autres langues, notamment en anglais et en allemand, dont les règles sont plus laxistes192, lui consacrent un article sans être supprimées15,13,193. Daniel Ichbiah classe François Asselineau parmi les personnes qui harcèlent la fondation Wikimedia, « s’estimant à tort ou à raison desservies par Wikipédia » ; Florence Devouard précise : « comme il n’est pas arrivé à ses fins, il nous a assaillis de questions, en a parlé à la presse, et même dans l’émission Envoyé spécial. Des gens comme cela nous épuisent »192. Les débats autour du maintien de la page Wikipédia de François Asselineau sont présentés comme un « cas d’école » sur la version francophone de l’encyclopédie194,195,187.

Publication

Notes et références

Notes

  1. Le nombre d’adhérents revendiqués est affiché en temps réel sur le site.
  2. À ne pas confondre avec l’ancien parti politique du même nom (Union populaire républicaine), fondé en 1919 et dissous en 1946.
  3. Notamment en 2012 : Alain Benajam (Réseau Voltaire), Robert Ménard87, Jacques Nikonoff95, Slobodan Despot et le blogueur Étienne Chouard61 ; en 2013 : John Laughland (en) (Institute of Democracy and Cooperation), Annie Lacroix-Riz (Pôle de renaissance communiste en France) et Jean Bricmont69 ; en 2015 figurent Xavier Moreau, Pierre Lorrain (journaliste à Valeurs actuelles), Diana Johnstone et le conseiller politique de l’ambassade de Russie en France69 ; en 2016 Brian Denny (syndicaliste britannique), Vincent Brousseau (ancien économiste à la BCE), Anthony Coughlan, Pierre Lévy (ancien syndicaliste), Nathan Smith (« Directeur Exécutif » du Parti pour l’indépendance du Texas), et l’Amiral (E.R.) Michel Debray (ancien président de la Fondation Charles-de-Gaulle).
  4. L’Opinion et Laurent de Boissieu indiquent également 17 signatures ; voir Béatrice Houchard, « François Asselineau, le candidat extrêmement «divers» » [archive], sur L’Opinion.fr, 12 septembre 2016 (consulté le 15 septembre 2016) ; et Laurent de Boissieu, « Union Populaire Républicaine (UPR) » [archive], sur france-politique.fr (consulté le 3 novembre 2016). De son côté, Le Monde indique 18 signatures ; voir Quentin Vasseur, « Qui sont les candidats à la présidentielle ? » [archive], sur www.lemonde.fr, 28 avril 2016 (consulté le 28 avril 2016).
  5. La page d’informations du présent article signale quant à lui qu’il a été créé en 2006 par l’utilisateur Jean-Yves CREVEL, proche de François Asselineau au RIF et secrétaire général de l’UPR à sa fondation. Voir Laurent de Boissieu, « Rassemblement pour l’indépendance et la souveraineté de la France (RIF) » [archive], sur france-politique.fr (consulté le 27 août 2016).

Références

  1. Décret du 1er juin 2001 [archive] portant nomination (inspection générale des finances).
  2. a et b « Asselineau François Didier », dans Fabien Cardoni, Nathalie Carré de Malberg et Michel Margairaz (dir.), Dictionnaire historique des inspecteurs des finances, 1801-2009 : dictionnaire thématique et biographique, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, coll. « Histoire économique et financière de la France : animation de la recherche », 2012 (ISBN 978-2-11-097521-8, lire en ligne [archive]).
  3. a, b, c et d Pascal Hérard, « Portrait : François Asselineau, le candidat nostalgique » [archive], sur TV5 Monde.com, 7 avril 2017 (consulté le 13 avril 2017).
  4. Louise Beliaeff, « VIDEO – Qui est la femme de François Asselineau, « universitaire qui a eu son bac à 15 ans » ? » [archive], sur Gala.fr, 12 avril 2017 (consulté le 13 avril 2017).
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Mathieu Dehlinger, « Antiaméricanisme, théorie du complot et Space Mountain : qui est François Asselineau, le « pestiféré » des régionales ? » [archive], sur France Télévisions (consulté le 7 décembre 2015).
  6. a, b, c et d « Tourisme » [archive], sur www.lemonde.fr, Le Monde, 30 mai 1995 (consulté le 8 décembre 2015).
  7. a, b, c, d, e et f Yvan Stefanovitch, Rentiers d’État, Paris, Éditions Du Moment, 2015, 217 p. (ISBN 9782354174286, lire en ligne [archive]).
  8. « Le déjeuner d’Entreprendre avec Robert Lafont et de Michel Clerc au Sofitel Arc de Triomphe », Entreprendre, no 213,‎ juin 2007, p. 35 (lire en ligne [archive]).
  9. a, b et c « François Asselineau » [archive], sur www.lesechos.fr, Les Échos, 27 juillet 2000 (consulté le 9 décembre 2015).
  10. « Nouvelle Calédonie Deux rapports officiels consacrés aux activités de l’Agence de développement rural et d’aménagement foncier (ADRAF) » [archive], sur www.lemonde.fr, Le Monde, 22 septembre 1989 (consulté le 8 décembre 2015).
  11. « Le gouvernement confronté à une tentative de déstabilisation des accords de Matignon Deux rapports sur l’agence foncière de Nouvelle-Calédonie dénoncent les passe-droits accordés à des proches du RPCR » [archive], sur www.lemonde.fr, Le Monde, 22 septembre 1989 (consulté le 8 décembre 2015).
  12. « Un bilan accablant » [archive], sur www.lemonde.fr, Le Monde, 22 septembre 1989 (consulté le 8 décembre 2015).
  13. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Kevin Erkeletyan, « Qui est vraiment l’UPR ? », Marianne,‎ 24 juin 2014 (lire en ligne [archive]).
  14. Arrêté du 17 octobre 1994 [archive] portant nomination au cabinet du ministre.
  15. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y et z Laure Daussy, « Mais qui est François Asselineau, le souverainiste sans page Wikipédia ? » [archive], Arrêt sur Images, 24 septembre 2014 (consulté le 29 septembre 2014) (disponible sur l’Internet Archive).
  16. Arrêté du 1er juin 1995 [archive] portant nomination au cabinet du ministre.
  17. « Bernard Bled, ancien secrétaire général de la Ville de Paris, devient directeur général des services administratifs du conseil général des Hauts-de-Seine » [archive], lemonde.fr, 23 mai 2001.
  18. Thomas Bronnec, « Intelligence économique : les raisons du retard français », L’Expansion,‎ 22 novembre 2004 (lire en ligne [archive]).
  19. a et b Nicolas Cori, David Revault d’Allonnes, « L’état a la traque aux intrus économiques » [archive], sur www.liberation.fr, Libération, 24 novembre 2004 (consulté le 8 décembre 2015).
  20. Nicolas Arpagian, « Bercy accueille un monsieur intelligence économique » [archive], sur bfmbusiness.bfmtv.com, BFM Business, 29 octobre 2004 (consulté le 8 décembre 2015).
  21. Christian Harbulot, « L’avenir de l’intelligence économique après le départ d’Alain Juillet » [archive], sur www.usinenouvelle.com, L’Usine nouvelle, 7 mai 2009 (consulté le 8 décembre 2015).
  22. Dossier de presse de l’Union populaire républicaine [archive], p. 8-9.
  23. a, b et c Pierre Arnoux, « Asselineau, gaulliste imaginaire » [archive], sur Valeurs actuelles.com, 9 avril 2017 (consulté le 9 avril 2017).
  24. Jules Pecnard, « Présidentielle: comment l’inconnu François Asselineau a eu ses parrainages » [archive], sur lexpress.fr, 9 mars 2017 (consulté le 9 avril 2017).
  25. a, b, c, d et e Gaël Brustier, « La candidature d’Asselineau et de l’UPR n’a rien de fantaisiste » [archive], sur Slate, 14 mars 2017 (consulté le 14 mars 2017).
  26. a, b et c Étienne Girard, « Rencontre avec François Asselineau, le candidat surprise de l’UPR à la présidentielle » [archive], sur marianne.net, 9 mars 2017 (consulté le 14 mars 2017).
  27. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Béatrice Houchard, « François Asselineau, le candidat extrêmement «divers» » [archive], sur L’Opinion.fr, 12 septembre 2016 (consulté le 15 septembre 2016).
  28. a et b « Ça bouge à l’UMP », Le Parisien,‎ 31 décembre 2004 (lire en ligne [archive]).
  29. « Démission remarquée à l’UMP » [archive], sur www.leparisien.fr, Le Parisien, 3 octobre 2006 (consulté le 14 décembre 2015).
  30. « Bertrand Delanoë bientôt dans les arrondissements. […] Françoise de Panafieu travaille son projet Un nouveau groupe politique au Conseil de Paris » [archive], sur www.leparisien.fr, Le Parisien, 27 septembre 2007 (consulté le 14 décembre 2015).
  31. Laurent de Boissieu, « Rassemblement pour l’indépendance et la souveraineté de la France (RIF) » [archive], sur www.france-politique.fr (consulté le 25 décembre 2015).
  32. « Union Populaire Républicaine | UPR », archive.fo,‎ 1er mai 2017 (lire en ligne [archive]).
  33. « Union Populaire Républicaine – Info et actualité Union Populaire Républicaine – Europe 1 » [archive], sur www.europe1.fr (consulté le 23 avril 2017)
  34. CNEWS Matin, « Tout savoir sur François Asselineau, candidat UPR à la présidentielle », CNEWS Matin,‎ 3 avril 2017 (lire en ligne [archive])
  35. « Présidentielle 2017. François Asselineau, « le candidat du Frexit », en meeting à Toulouse », Côté Toulouse,‎ 1er avril 2017 (lire en ligne [archive])
  36. Service politique, « Qui sont les candidats pour la présidentielle 2017 ? », Le Monde.fr,‎ 18 mars 2017 (ISSN 1950-6244, lire en ligne [archive])
  37. « François Asselineau, un candidat favorable à la sortie de la France de l’UE », Le Monde.fr,‎ 10 mars 2017 (ISSN 1950-6244, lire en ligne [archive])
  38. « François Asselineau » [archive], sur Franceinfo (consulté le 23 avril 2017)
  39. « François Asselineau – biographie du candidat à l’élection présidentielle 2017 » [archive], sur Le Monde.fr (consulté le 7 mai 2017)
  40. (en) « PRÉSIDENTIELLE – François Asselineau: «Je serai une des surprises du premier tour» », La Voix du Nord,‎ 9 avril 2017 (lire en ligne [archive])
  41. (en) Laura Mowat and Siobhan McFadyen, « ‘Convinced European’ Macron forced to call for EU reform in brutal French election debate », Express.co.uk,‎ 5 avril 2017 (lire en ligne [archive])
  42. a, b, c, d, e, f, g, h et i Louise Pothier et C. M., « ONPC. En invitant François Asselineau, Laurent Ruquier cède à la pression des complotistes », Le Plus,‎ 23 septembre 2014 (lire en ligne [archive]).
  43. a et b Jean-Christophe Henriet, « Le fondateur de l’UPR à Nevers aux côtés de Charles-Henri Gallois (UPR 58) : « On doit sortir de l’Europe ! » », Le Journal du Centre,‎ 15 septembre 2014 (lire en ligne [archive]).
  44. a, b et c Laurent de Boissieu, « Réponse ouverte à François Asselineau » [archive], sur ipolitique.fr (consulté le 29 septembre 2014).
  45. a et b « Le grand débrief du grand débat ! » [archive], sur liberation.fr, 5 avril 2017 (consulté le 14 avril 2017).
  46. Laurent de Boissieu, « Union Populaire Républicaine (UPR) » [archive], sur france-politique.fr (consulté le 3 novembre 2016).
  47. a et b « L’union populaire républicaine en marche », Ouest-France.fr,‎ 29 novembre 2015 (lire en ligne [archive]).
  48. « Lozère: l’Union populaire républicaine en campagne » [archive], sur MidiLibre.fr (consulté le 15 novembre 2016).
  49. « L’UPR en route pour les régionales : non à l’Europe, oui au local… – La Voix du Nord » [archive], 25 mars 2016 (consulté le 18 octobre 2016).
  50. a, b, c et d « Qui est François Asselineau ? » [archive], Valeurs actuelles, 22 septembre 2014.
  51. a et b « Trois recalés de la présidentielle en repêchage à Villeneuve-sur-Lot » [archive], lefigaro.fr, 30 mai 2013.
  52. a, b, c et d François Asselineau. Interview par Florentin Piffard. Les monnaies plurinationales finissent toujours par exploser [archive]. Causeur. 24 mars 2012. (consulté le 2 octobre 2014).
  53. a, b et c Mariana Diaz, « L’UPR célèbre son 9e anniversaire à Nancy » [archive], sur http://www.webullition.info [archive], 1er avril 2016 (consulté le 30 juin 2016).
  54. a, b, c, d, e, f, g et h « Législative partielle : la galaxie des micro-partis » [archive], Sud Ouest, 11 juin 2013.
  55. a, b, c et d Maral Amiri, Aurélia Blanc, « UPR : le parti conspirationniste présente 1971 candidats aux régionales » [archive], sur StreetPress, 4 décembre 2015 (consulté le 5 décembre 2015).
  56. a, b et c Ève Moulinier, « François Asselineau, le candidat qui dit non à l’UE » [archive], Le Dauphiné libéré du 12 février 2012, page 4.
  57. a, b, c, d et e Isabelle Dupont, « Un « petit candidat » contre la grande Europe », Nord Éclair,‎ 29 février 2012 (lire en ligne [archive]).
  58. Quentin Vasseur, « Qui sont les candidats à la présidentielle ? » [archive], sur www.lemonde.fr, 28 avril 2016 (consulté le 28 avril 2016).
  59. Margaux Baralon, « Élection présidentielle : qui est candidat en 2017 ? » [archive], sur Europe 1.fr, 24 octobre 2016 (consulté le 24 octobre 2016).
  60. Dominique Albertini et David Doucet, La Fachosphère : Comment l’extrême droite remporte la bataille d’Internet, Flammarion, 2016, 318 p. (lire en ligne [archive]).
  61. a et b « Alain Soral sur Boulevard Voltaire ? Rien que de très logique » [archive], sur Conspiracy Watch, 31 mars 2013 (consulté le 7 décembre 2015).
  62. Laurent de Boissieu, « Les populistes divisés au-delà de l’euroscepticisme » [archive], sur La Croix.com, 17 mai 2014 (consulté le 28 avril 2016).
  63. « Qu’est-ce que l’UPR pense des partis politiques français qui critiquent l’Union européenne ? » [archive], sur upr.fr, 16 janvier 2011 (consulté le 3 juillet 2016).
  64. P.-J. P., « François Asselineau (UPR) en campagne dans le Gers » [archive], sur ladepeche.fr, 22 octobre 2016 (consulté le 24 octobre 2016).
  65. Pascal Perrineau, « Les droites en France à l’horizon de 2017. Fractures, diversités et unité », Le Débat, vol. 4, no 191,‎ 2016 (lire en ligne [archive]).
  66. « Brexit, « coup de pied au c** » : réactions à chaud de personnalités françaises obtenues par RT France » [archive], sur RT.com, 24 juin 2016 (consulté le 12 octobre 2016).
  67. Maxime Perrotin, « Tornade Trump sur l’Union européenne ? » [archive], sur Sputnik, 10 novembre 2016 (consulté le 16 novembre 2016).
  68. a, b et c J. Cauden, C. Trion, H. Trousset, M. Biéri, V. Haag, « #Brexit : le champ libre laissé au FN et aux eurosceptiques sur Twitter ? » [archive], sur La Netscouade.com, 22 juin 2016 (consulté le 26 octobre 2016).
  69. a, b, c, d et e Cécile Vaissié, Les Réseaux du Kremlin en France, Les Petits Matins, 2016 (ISBN 978-2-36383-212-2), p. 249-250.
  70. a et b Arnaud Focraud, « François Asselineau, le candidat né sur Internet » [archive], sur lejdd.fr, 9 mars 2017 (consulté le 9 mars 2017).
  71. Thomas Legrand, « François Asselineau candidat. Pourquoi pas ? » [archive], sur France Inter.fr, 15 mars 2017 (consulté le 16 mars 2017).
  72. a et b Nicolas Mollé, « À Nantes, le voyage au bout du Frexit du candidat Asselineau » [archive], sur lesinrocks.com, 20 avril 2017 (consulté le 21 avril 2017).
  73. Aude Henry, « François Asselineau à Lyon pour l’un des derniers meetings d’avant-présidentielle » [archive], sur france3-regions.francetvinfo.fr, 19 avril 2017 (consulté le 21 avril 2017).
  74. Arthur Delacquis, « Au meeting d’Asselineau, on chante le « Frexit » » [archive], sur lemonde.fr, 26 mars 2017 (consulté le 21 avril 2017).
  75. a et b Marc de Boni, « François Asselineau, candidat pourfendeur de l’Europe et de l’impérialisme américain », Le Figaro,‎ 10 mars 2017 (ISSN 0182-5852, lire en ligne [archive])
  76. Benoît Rayski, « Du nouveau sur les liens Mélenchon-Buisson. Au vu des résultats des départementales, l’élève a encore beaucoup à apprendre du maître », Atlantico,‎ 24 mars 2015 (lire en ligne [archive]).
  77. Lénaïg Bredoux, « A Lille, Arnaud Montebourg tente de retrouver l’enthousiasme de 2011 » [archive], sur Mediapart, 17 janvier 2017 (consulté le 25 février 2017).
  78. a et b Cécile Rouden, « Les « petits » candidats de la présidentielle : les inclassables » [archive], sur La Croix.com, 26 février 2017 (consulté le 27 février 2017).
  79. Jules Pecnard, « Présidentielle : comment l’inconnu François Asselineau pourrait se qualifier » [archive], sur L’Express.fr, 9 mars 2017 (consulté le 9 mars 2017).
  80. « Qu’est-ce que l’UPR pense de Jacques Cheminade ? » [archive], sur http://www.upr.fr [archive], 13 décembre 2011 (consulté le 31 décembre 2015).
  81. Rémi Clément, « Sieste, caviar, natation… comment les petits candidats se préparent au débat » [archive], sur challenges.fr, 4 avril 2017 (consulté le 14 avril 2017).
  82. a, b et c Gauthier Bouchet, « Asselineau, ou l’impasse d’un souverainisme « euro-centré » [archive], sur Boulevard Voltaire, 16 septembre 2015 (consulté le 7 septembre 2016).
  83. Béatrice Houchard, « Le FN a trouvé moins européen que lui » [archive], sur L’Opinion.fr, 18 mars 2014 (consulté le 20 septembre 2016).
  84. a et b Laurent de Boissieu, « La percée de Marine Le Pen divise les souverainistes », La Croix,‎ 8 avril 2011 (lire en ligne [archive]).
  85. BFMTV, « Asselineau tacle Le Pen qui « divise les Français comme son père » » [archive], sur BFMTV (consulté le 11 avril 2017)
  86. « Asselineau exclut de voter Marine Le Pen au second tour », Europe 1,‎ 12 avril 2017 (lire en ligne [archive])
  87. a, b et c Robin D’Angelo, « Sciences-po Aix ouvre son grand amphi au conspirationniste François Asselineau » [archive], sur StreetPress.com, 2013 (consulté le 30 septembre 2014).
  88. Alain Soral, Comprendre l’Empire, Blanche, 2011, p. 201.
  89. Union Populaire Républicaine, « Droit de réponse de l’UPR de François Asselineau » [archive], sur Rue89, 14 mai 2012 (consulté le 8 septembre 2016).
  90. « Régionales 2015 : l’Union populaire républicaine dévoile ses têtes de liste en Normandie », Paris Normandie,‎ 14 octobre 2015 (lire en ligne [archive]).
  91. Prisma Media, « François Asselineau : sortie de l’UE et nationalisation de TF1 au programme » [archive], sur Capital.fr (consulté le 6 mai 2017)
  92. « François Asselineau : Je suis contre la suppression des fonctionnaires », Boursorama,‎ 11 avril 2017 (lire en ligne [archive])
  93. Natacha Polony (à 18mn43s), « Focus : Le programme de François Asselineau – Polony.tv » [archive], sur Polony.tv (consulté le 6 mai 2017)
  94. « François Asselineau, un programme souverainiste et anti-libéral », La Croix,‎ 15 mars 2017 (ISSN 0242-6056, lire en ligne [archive])
  95. a, b et c Ornella Guyet, « Le M’Pep, retour sur une dérive » [archive], sur confusionnisme.info, 21 janvier 2015 (consulté le 7 septembre 2016).
  96. a et b (fr) [vidéo] Vœux de François Asselineau, président de l’UPR [archive] sur Dailymotion, janvier 2011.
  97. Guillaume Champeau, « Un candidat à l’élection présidentielle privé de page Wikipédia » [archive], sur Numerama, 5 mars 2012 (consulté le 7 juillet 2016).
  98. Valeria Emanuele, Valentine Letesse, « François Asselineau très près de la course à la présidentielle » [archive], sur https://www.franceinter.fr [archive], 8 mars 2017 (consulté le 8 mars 2017).
  99. a et b « On ne touche pas à l’Europe chez Ruquier… » [archive], Causeur, 22 septembre 2014.
  100. Nicolas Guégan, « Régionales 2015 : le pire et le meilleur des professions de foi », Le Point,‎ 3 décembre 2015 (lire en ligne [archive]).
  101. « Régionales 2015 : Thierry Fouquiau (UPR), invité de France Bleu Orléans » [archive], sur France Bleu, 1er décembre 2015.
  102. a, b et c Margaux Baralon, « Comment fonctionne la « machine » Asselineau ? » [archive], sur Europe 1.fr, 14 mars 2017 (consulté le 15 mars 2017).
  103. Romain Herreros, « L’UPR fête ses 10 ans, mais comment fonctionne ce parti? » [archive], sur huffingtonpost.fr, 25 mars 2017 (consulté le 9 avril 2017).
  104. « XVIIe : un divers droite jette l’éponge » [archive], sur Le Figaro.
  105. « Municipales : la droite se présente en ordre dispersé à Paris » [archive], sur www.lemonde.fr, Le Monde, 13 février 2008 (consulté le 8 décembre 2015).
  106. Menard en liberté, émission du 10 novembre 2011, présentée par Robert Ménard sur Sud Radio (Voir la vidéo en ligne [archive] sur Dailymotion – page consultée le 11 mars 2012).
  107. « Déclaration faite à l’issue de la collecte des 500 parrainages par François Asselineau » [archive], sur dailymotion.com, à partir de 5:00.
  108. Résultats du premier tour [archive], site de la préfecture du Lot-et-Garonne.
  109. « Résultats des élections européennes 2014 » [archive], sur www.interieur.gouv.fr, Ministère de l’Intérieur (consulté le 8 décembre 2015).
  110. a et b « L’UPR, le parti conspirationniste qui présente près de 2 000 candidats aux régionales » [archive] sur Libération, 6 décembre 2015.
  111. « Jean-Yves Le Gallou : S’éloigner du politiquement et de l’économiquement correct passe pour « peu crédible ». » [archive], sur Boulevard Voltaire, 10 avril 2015 (consulté le 18 juillet 2016).
  112. a et b Baptiste Bouthier, « Régionales : ces listes pas tout à fait comme les autres » [archive], sur www.liberation.fr, Libération, 23 novembre 2015 (consulté le 8 décembre 2015).
  113. Résultats des élections législatives des 1er et 8 février 2015 de la quatrième circonscription du Doubs [archive].
  114. « Les résultats par communes » [archive], sur Préfecture de l’Aveyron (consulté le 7 septembre 2015).
  115. a, b, c et d Étienne Girard, « Régionales : « Censuré par les médias », l’UPR fait parler ses candidats au compte-gouttes » [archive], sur www.slate.fr, Slate, 3 décembre 2015 (consulté le 8 décembre 2015).
  116. Laurent de Boissieu, « Élections régionales 2015 » [archive], sur http://www.france-politique.fr [archive] (consulté le 28 décembre 2015).
  117. « Résultat des élections régionales de 2015 en Île-de-France » [archive], sur elections.interieur.gouv.fr (consulté le 8 décembre 2015).
  118. « REGIONALES 2015 : L’Union Populaire Républicaine appelle ses électeurs à l’abstention au second tour » [archive], sur Hérault Tribune.
  119. « Régionales : au second tour, l’UPR d’Yvan Hirimiris appelle… à l’abstention » [archive], sur France Télévisions.
  120. « Présidentielle 2017 : qui sont les candidats officiels et officieux ? » [archive], sur www.lejdd.fr, 12 avril 2016 (consulté le 15 avril 2016).
  121. « Les parrainages validés par candidat – Conseil constitutionnel présidentielle 2017 » [archive], sur presidentielle2017.conseil-constitutionnel.fr (consulté le 19 mars 2017).
  122. Louis Boy, « Qui sont les supporters de François Asselineau, candidat surprise à l’élection présidentielle ? » [archive], sur francetvinfo.fr, 15 mars 2017 (consulté le 16 mars 2017).
  123. « Baromètre de l’élection présidentielle. Vague 3 » [archive], sur ifop.com, juin 2016 (consulté le 9 août 2016).
  124. Marie-Pierre Haddad, « Présidentielle 2017 : pourquoi François Asselineau va vous surprendre » [archive], sur rtl.fr, 4 avril 2017 (consulté le 10 avril 2017).
  125. Gérard Courtois, « Présidentielle : Le Pen, Macron, Mélenchon, Fillon au coude-à-coude dans les intentions de vote » [archive], sur lemonde.fr, 14 avril 2017 (consulté le 14 avril 2017).
  126. DIRECT. Présidentielle : suivez la présentation du programme de François Asselineau [archive], Louis San, Vincent Daniel, Carole Bélingard, France Télévisions, le 14 mars 2017.
  127. Service politique, « Asselineau, Le Pen, Dupont-Aignan, Mélenchon… quatre nuances de souverainisme » [archive], sur lemonde.fr, 14 mars 2017 (consulté le 14 mars 2017).
  128. « Présidentielle : ce qu’il faut retenir du « Grand Débat » à onze, candidat par candidat », Franceinfo,‎ 5 avril 2017 (lire en ligne [archive]).
  129. « François Asselineau révèle l’endettement des partis concurrents », RTL.fr,‎ 4 avril 2017 (lire en ligne [archive])
  130. « Débat inédit sur BFMTV : alors, quel candidat a été le plus convaincant ? », Planet,‎ 5 avril 2017 (lire en ligne [archive])
  131. Adrien Sénécat et Maxime Vaudano, « Présidentielle : le festival d’intox des candidats sur l’Europe lors du grand débat », Le Monde.fr,‎ 7 avril 2017 (ISSN 1950-6244, lire en ligne [archive])
  132. « Check Point: l’Union européenne nous coûte-t-elle si cher? », RTBF Info,‎ 24 avril 2017 (lire en ligne [archive])
  133. BFMTV, « Qui est François Asselineau? » [archive], sur BFMTV (consulté le 24 avril 2017)
  134. « Qui est François Asselineau, l’invité surprise de la présidentielle ? », lesechos.fr,‎ 21 avril 2017 (lire en ligne [archive])
  135. « Très faible score pour la première participation de François Asselineau » [archive], sur Le Huffington Post (consulté le 24 avril 2017)
  136. Le Point, magazine, « Présidentielle : Cheminade décide de voter blanc au second tour », Le Point,‎ 20 avril 2017 (lire en ligne [archive])
  137. « Election présidentielle 2017 : résultats globaux du premier tour » [archive], sur Ministère de l’Intérieur, 24 avril 2017 (consulté le 27 avril 2017)
  138. « Présidentielle. François Asselineau : « La situation est très grave » », Ouest-France.fr,‎ 23 avril 2017 (lire en ligne [archive])
  139. Juliette Redivo, « “Les résultats sont truqués !” La soirée électorale avec les militants d’Asselineau » [archive], sur lesinrocks.com, 24 avril 2017 (consulté le 24 avril 2017).
  140. a et b Gurvan Le Guellec, « Au QG de François Asselineau : « Nous détenons la vérité » » [archive], sur tempsreel.nouvelobs.com, 24 avril 2017 (consulté le 24 avril 2017).
  141. « François Asselineau, candidat à la présidentielle, enarque anti-UE et complotiste », Libération.fr,‎ 10 mars 2017 (lire en ligne [archive])
  142. « François Asselineau, le souverainiste invité surprise de l’élection présidentielle – France 24 », France 24,‎ 10 mars 2017 (lire en ligne [archive])
  143. « France: François Asselineau, candidat surprise à la présidentielle », RFI,‎ 10 mars 2017 (lire en ligne [archive])
  144. « Qui est François Asselineau, le candidat conspirationniste à l’élection présidentielle qui a eu ses 500 parrainages? », FranceSoir,‎ 10 mars 2017 (lire en ligne [archive])
  145. « Pourquoi François Asselineau veut renationaliser TF1 », RTL.fr,‎ 18 mars 2017 (lire en ligne [archive])
  146. « Qui est François Asselineau, l’inconnu de la présidentielle ? », Europe 1,‎ 10 mars 2017 (lire en ligne [archive])
  147. « Qui est François Asselineau, le candidat inattendu à la présidentielle? », Challenges,‎ 10 mars 2017 (lire en ligne [archive])
  148. Le Point, magazine, « Asselineau se pose en défenseur de l’indépendance nationale », Le Point,‎ 13 mars 2017 (lire en ligne [archive])
  149. « François Asselineau, le candidat anti-européen et anti-américain », start.lesechos.fr,‎ 6 avril 2017 (lire en ligne [archive])
  150. « Avec Asselineau, les conspirationnistes ont leur candidat à la présidentielle » [archive], sur Le Huffington Post (consulté le 15 avril 2017)
  151. Dominique Albertini, « Qui est François Asselineau, candidat inattendu à la présidentielle ? – Œil sur le front », Liberation,‎ 10 mars 2017 (lire en ligne [archive])
  152. UPR, Dossier de fond : la face cachée de Robert Schuman [archive], site officiel de l’UPR, février 2011.
  153. De Pétain à la CIA, la face cachée de Robert Schuman [archive], site officiel de l’UPR, version mise à jour du 12 octobre 2013.
  154. Alexandre Sulzer, « Quand les politiques se convertissent aux théories du complot » [archive], sur www.lexpress.fr, L’Express, 17 avril 2015 (consulté le 8 décembre 2015).
  155. a et b Guillemette Faure, « François Asselineau, une voix dans la campagne », Le Monde.fr,‎ 9 mars 2017 (ISSN 1950-6244, lire en ligne [archive])
  156. 11 septembre : François Asselineau a décidément un problème avec les faits [archive], Conspiracy Watch, 18 avril 2017
  157. Rodrigue Jamin, « L’UPR d’Asselineau n’est pas un parti conspi, vraiment ? » [archive], sur StreetPress.fr, 21 avril 2017 (consulté le 21 avril 2017).
  158. Jean-Pierre Garnier, « Le véritable insoumis » [archive], 18 mars 2017.
  159. a et b Nicolas Hénin, La France russe : enquête sur les réseaux de Poutine, Fayard, 2016, 324 p. (lire en ligne [archive]), p. 118-119.
  160. « Régionales: l’UPR en campagne, «le seul parti qui explique ce qui se passe» », La Voix du Nord,‎ 30 novembre 2015 (lire en ligne [archive]).
  161. « MH17 : des sites conspirationnistes prennent au premier degré un texte satirique » [archive], sur Conspiracy Watch, 1er août 2014 (consulté le 22 novembre 2016).
  162. Ornella Guyet, « L’UPR, Chevènement, le Comité Valmy, Sapir et Drweski se retrouvent à l’ambassade de Russie » [archive], sur confusionnisme.info, 14 juin 2015 (consulté le 8 septembre 2016).
  163. « L’UPR et François Asselineau sont barrés des grands médias ? C’est à nous tous de les faire connaître autour de nous! » [archive], sur upr.fr (consulté le 29 septembre 2014).
  164. « Européennes : la galère des petits candidats » [archive], sur www.francetvinfo.fr, 21 mai 2014.
  165. « Élections européennes de 2014 en France » [archive], sur france-politique.fr (consulté le 29 septembre 2014). Ces résultats sont issus de calculs et n’apparaissent pas dans les résultats officiels.
  166. a et b Thibaut Le Gal, « On a tenté de comprendre l’activisme des cybermilitants UPR de François Asselineau » [archive], sur 20minutes.fr, 25 mars 2017 (consulté le 11 avril 2017).
  167. François Asselineau de l’Union Populaire Républicaine – On n’est pas couché, 20 septembre 2014 [archive], à 2 min 10 s (consulté le 4 octobre 2014).
  168. Willy Le Devin et Dominique Albertini, « Après la quenelle, le temps des querelles » [archive], Libération, 5 décembre 2014.
  169. Dossier-de-presse-UPR-28-02-2017.pdf [archive]
  170. a et b Guillaume Champeau, « François Asselineau retrouve sa page Wikipédia, provisoirement » [archive], sur Numérama, 13 mars 2012 (consulté le 30 septembre 2014).
  171. Lobna Azaza, Sergey Kirgizov, Marinette Savonnet et Alexander Frame, « Évaluation de l’influence sur Twitter : application au projet « Twitter aux élections européennes 2014 », Étudier le Web politique. Regards croisés,‎ mai 2015 (lire en ligne [archive]).
  172. « Nomination d’un Délégué national chargé du cybermilitantisme » [archive], sur francoisasselineau.fr (consulté le 29 septembre 2014).
  173. Marine Jeannin, « Quand les politiques jouent les youtubeurs » [archive], sur Paris Match.com, 14 décembre 2016 (consulté le 18 décembre 2016).
  174. Perrine Signoret, « L’algorithme de YouTube met-il en avant certains candidats à la présidentielle ? » [archive], sur lemonde.fr, 14 avril 2017 (consulté le 19 avril 2017).
  175. Olivier Bonzom et Vincent Manilève, « Mélenchon est-il le meilleur des candidats sur YouTube? » [archive], sur Slate, 19 avril 2017 (consulté le 19 avril 2017).
  176. Cécile Jandau, « Qui est François Asselineau, le candidat controversé du « Frexit » ? » [archive], sur Sud Ouest.fr, 23 janvier 2017 (consulté le 23 janvier 2017).
  177. Robin D’Angelo, « AgoraVox : Vie et mort d’un site de journalisme-citoyen à la française » [archive], sur StreetPress, 3 juillet 2012 (consulté le 10 décembre 2015).
  178. Pascal Charrier, « La langue de Shakespeare bouscule celle de Molière à l’université » [archive], sur www.la-croix.fr, La Croix, 12 mai 2013 (consulté le 8 décembre 2015).
  179. Hervé Bourges, Pardon my French : la langue française, un enjeu du XXIe siècle, Karthala, coll. « Disputatio », 2014, 278 p. (ISBN 978-2-8111-1113-7, lire en ligne [archive]), p. 40.
  180. a et b Béatrice Bouniol, « La campagne « hallucinante » des colleurs d’affiche de François Asselineau » [archive], sur la-croix.com, 19 avril 2017 (consulté le 20 avril 2017).
  181. « Présidentielle 2017 : qui est François Asselineau, candidat de l’UPR ? » [archive], sur Yahoo.fr, 8 février 2017 (consulté le 16 février 2017).
  182. Olivier Philippe-Viela, « VIDÉO. On a rencontré les colleurs d’affiches de l’UPR (et ils sont passionnés) » [archive], sur 20 Minutes.fr, 16 janvier 2017 (consulté le 16 février 2017).
  183. « A 10 jours de l’échéance, cinq politiques ont déjà leurs 500 signatures pour la présidentielle » [archive], sur Les Inrockuptibles.com, 7 mars 2017 (consulté le 7 mars 2017).
  184. « Enarque, eurosceptique, complotiste : cinq choses à savoir sur François Asselineau, qui a obtenu ses 500 signatures », Franceinfo,‎ 10 mars 2017 (lire en ligne [archive])
  185. a et b « Présidentielle : mais qu’est-ce qui pousse les élus à parrainer François Asselineau ? », Franceinfo,‎ 10 mars 2017 (lire en ligne [archive])
  186. Diane Malosse, « Asselineau : « Quand je serai élu, personne ne m’aura vu venir ! » », Le Point,‎ 10 mars 2017 (lire en ligne [archive])
  187. a et b Baptiste Legrand, « Frexit, CIA, Wikipédia… 10 choses à savoir sur Asselineau, le candidat surprise à la présidentielle » [archive], sur tempsreel.nouvelobs.com, 10 mars 2017 (consulté le 13 mars 2017).
  188. « Avec Asselineau, les conspirationnistes ont leur candidat à la présidentielle » [archive], sur Le Huffington Post (consulté le 10 avril 2017)
  189. « Un ovni dans le triste ciel présidentiel », Le Dauphiné,‎ 11 mars 2017 (lire en ligne [archive])
  190. RMC, « Comment François Asselineau a réussi à obtenir ses 500 parrainages » [archive], sur RMC (consulté le 10 avril 2017)
  191. a et b « Faut-il croire en Wikipédia ? », Envoyé spécial du 8 novembre 2012, à partir de 15:00.
  192. a, b, c et d Daniel Ichbiah, Les nouvelles superpuissances, EDI8, 2013, 416 p. (lire en ligne [archive]).
  193. a et b Pierre-Carl Langlais, « Sur Wikipédia, la campagne présidentielle ravive de vieilles querelles » [archive], sur Rue89, 20 avril 2012 (consulté le 8 septembre 2016).
  194. Pierre-Carl Langlais, « Nabilla virée de Wikipédia : un effet de looping » [archive], sur Rue89, 29 avril 2013 (consulté le 8 septembre 2016).
  195. Laure Daussy, « Merci @si ! Asselineau de retour sur Wikipédia ! » [archive], sur Arrêt sur images, 30 septembre 2014 (consulté le 8 septembre 2016).

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes

Fusillade dans une boîte de nuit gay d’Orlando en Floride : au moins 50 morts et 53 blessés

Cela devient une habitude.

Simultanément à l’annonce de révélations des services secrets occidentaux sur les attentats du 11 septembre 2001 à New York et du 8 mai 2002 à Karachi survient une nouvelle tuerie.

Ce fut le cas le 13 novembre dernier, c’est encore le cas aujourd’hui.

Et puisqu’à chaque fois des implications saoudiennes apparaissent de manière évidente, même si certains nient qu’il en existe des preuves, je rappelle aussi que les aléas des négociations des contrats Agosta et Sawari II tout au long de l’année 1994 tiennent énormément à ma situation à cette époque, comme le savent bien Josette Brenterch et d’autres militants du NPA de Brest, lesquels ne manquent pas d’amis ou de complices en Floride.

 

http://www.rtbf.be/info/monde/amerique-du-nord/detail_pas-de-preuves-d-une-implication-saoudienne-dans-les-attentats-du-11-septembre?id=9323637

Pas de preuves d’une implication saoudienne dans les attentats du 11 septembre

 

Le patron de la CIA John Brennan à Washington D.C. en février 2016.
Le patron de la CIA John Brennan à Washington D.C. en février 2016. – © MOLLY RILEY – AFP

 

Le directeur de la CIA John Brennan a affirmé samedi qu’un rapport top secret sur le 11 sptembre qui pourrait être déclassifié ne devait pas être considéré comme une preuve de la complicité de l’Arabie saoudite dans ces attaques.

Une décision doit être annoncée prochainement sur une possible déclassification de ce document ultrasensible, qui dort depuis 15 ans dans un coffre-fort du Congrès des Etats-Unis.

Le rapport avait été rédigé en décembre 2002 par les commissions sur le Renseignement de la Chambre des représentants et du Sénat, mais le président de l’époque, George W. Bush, l’avait expurgé de 28 pages dont il avait ordonné la classification, officiellement pour protéger les méthodes et les sources du Renseignement américain.

15 des 19 auteurs étaient Saoudiens

L’ancien vice-président de la commission sénatoriale, l’ex-sénateur de Floride Bob Graham, a récemment réclamé que ces 28 mystérieuses pages soient rendues publiques. Il accuse des responsables saoudiens, en particulier des cadres à l’époque de l’ambassade d’Arabie saoudite à Washington et du consulat en Californie, d’avoir apporté une aide financière aux pirates de l’air des avions-suicide du 11 septembre 2001.

« Je crois que ces 28 pages vont être rendues publiques, je pense que c’est bien qu’elles le soient. Mais les gens ne devraient pas prendre cela comme une preuve de la complicité saoudienne dans les attaques« , a affirmé Brennan dans une interview à la chaîne à capitaux saoudiens Al Arabiya.

Il a souligné que le rapport avait été rédigé un an après les après les pires attentats jamais commis sur le sol américain (près de 3000 morts) – dont 15 des 19 auteurs étaient Saoudiens – et revendiqués par Al-Qaïda.

C’était « un rapport très préliminaire, qui tentait de rassembler des éléments d’information, sur qui était responsable » de ces attaques, a affirmé Brennan dans un extrait de l’interview diffusé par la chaîne basée à Dubaï.

 

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/la-vente-de-fregates-en-arabie-saoudite-un-contrat-en-or_952611.html

La vente de frégates en Arabie Saoudite, un contrat en or

 

Par pascal ceaux et jean-marie pontaut, publié le 17/01/2011 à 12:56

Nicolas Sarkozy (à gauche) accompagné par Edouard Balladur et François Léotard (à droite) lors de la campagne présidentielle de 1995.
Nicolas Sarkozy (à gauche) accompagné par Edouard Balladur et François Léotard (à droite) lors de la campagne présidentielle de 1995.

Reuters

Après Karachi, c’est à cette affaire de vente de frégates à l’Arabie saoudite que s’intéressent les juges. Avec une question clef: en marge de l’accord sulfureux négocié en 1994, des rétrocommissions ont-elles financé la campagne présidentielle d’Edouard Balladur?

 

Cap sur Riyad. Le contrat Sawari II de vente de trois frégates de la France à l’Arabie saoudite en novembre 1994 est désormais au coeur des soupçons de rétrocommissions ayant alimenté la campagne présidentielle d’Edouard Balladur, dont Nicolas Sarkozy était le porte-parole. Les juges Roger Le Loire et Renaud Van Ruymbeke, codésignés au terme d’une passe d’armes avec le parquet de Paris, sont désormais libres d’enquêter sur les dessous d’un sulfureux contrat. Ils s’apprêtent à réclamer au ministère des Finances les pièces relatives à cet accord commercial.

Les magistrats s’intéressent aux rétributions des intermédiaires. Ils pourraient également, pour retrouver la trace de ces versements, délivrer plusieurs commissions rogatoires internationales dans divers paradis fiscaux.

Une similitude troublante avec le contrat du Pakistan

L’enquête sur Sawari II semble prendre le pas sur le contrat des sous-marins Agosta avec le Pakistan et ses liens éventuels avec l’attentat du 8 mai 2002 à Karachi. 15 personnes, dont 11 employés français de la Direction des constructions navales (DCN), avaient été tuées dans l’explosion d’une voiture piégée. Or le contrat saoudien présente une similitude troublante avec celui du Pakistan: il fait apparaître les mêmes personnages parmi les intermédiaires, chevilles ouvrières des négociations.

Il retient l’attention des juges en raison du montant des sommes en jeu, quatre fois plus importantes. Pour toutes ces raisons, Sawari II suscite aussi l’intérêt des familles des victimes de l’attentat de Karachi. Convaincu du lien entre les deux affaires, leur avocat, Me Olivier Morice, a déposé le 23 décembre une plainte auprès des juges Le Loire et Van Ruymbeke. Me Thibault de Montbrial, défenseur des blessés dans l’explosion, devrait lui emboîter le pas.

Que sait-on aujourd’hui du contrat saoudien, de sa destinée hors norme et de ses contours romanesques? Négocié à l’arraché pendant la cohabitation (1993-1995) par les balladuriens, il a été en partie remis en question, quand Jacques Chirac, élu président, a décidé d’interrompre le paiement des sommes promises aux intermédiaires. Un cas unique dans l’histoire des contrats d’armement signés par la France.

L’année 1993 marque un tournant décisif. Les négociations entre Paris et Riyad remontent déjà à plusieurs mois, sans aboutir. Elles portent sur un ensemble d’équipements militaires, mais surtout sur la vente de trois frégates La Fayette, le dernier cri en la matière. Les réseaux traditionnels de discussions échouent à conclure favorablement. Les Saoudiens exigent en effet des délais de paiement étirés.

De nouveaux réseaux d’intermédiaires mis en place

Les élections législatives de 1993 se traduisent par une victoire nette de la droite. Elles conduisent Edouard Balladur à la tête du gouvernement et François Léotard au ministère de la Défense. Celui-ci modifie la stratégie adoptée jusque-là pour convaincre les Saoudiens d’acheter français. Il nomme Jacques Douffiagues, l’un de ses proches, à la tête de la Société française d’exportation de systèmes avancés (Sofresa). L’arrivant présente l’avantage d’avoir une surface politique, lui qui fut ministre et maire d’Orléans (Loiret). De nouveaux réseaux d’intermédiaires sont mis en place, en catastrophe. Apparaissent alors trois personnages clefs, Ziad Takieddine, Abdul Rhaman el-Assir et le cheikh Ali bin Mussalam.

Ce dernier va jouer un rôle déterminant. C’est un homme d’affaires doublé d’un courtisan à l’entregent efficace. Bien que d’origine yéménite et de confession chiite, il est un familier de la cour saoudienne et du roi Fahd, qui en a fait son conseiller privé. Bin Mussalam dispose d’un accès direct à la personne royale et au ministre de la Défense, le prince Sultan bin Abdulaziz. A Paris, lui appartient le luxueux hôtel Prince-de-Galles, près des Champs-Elysées, et, à Londres, le Sheraton de l’aéroport de Heathrow. Ses relations avec les Américains sont plus étroites encore. Dans les années 1980, il aurait financé pour le compte de la CIA, des groupes d’islamistes combattant l’occupation soviétique en Afghanistan.

Pour mener à bien la négociation Sawari II, Bin Mussalam collabore avec un Libanais, Ziad Takieddine. Ce quadragénaire, fils de diplomate, est versé dans les affaires. Ancien dirigeant au Moyen-Orient de l’agence de publicité américaine Young & Rubicam, il reprend au début des années 1980 la station de sports d’hiver Isola 2000. C’est à cette époque qu’il fait connaissance du Tout-Paris politique et de François Léotard.

En 1993, Takieddine entre donc en scène par le biais de contrats de consultant passés avec la Sofresa. Il met en place les réseaux financiers liés à Sawari II. A-t-il aussi été au coeur du système des rétrocommissions, comme il en est aujourd’hui soupçonné? Ou n’a-t-il rien à se reprocher, comme il l’assure avec force?

Charles Pasqua privé de voyage

En cette année 1993, François Léotard suit de près le dossier. Il s’y investit personnellement. Dès l’été, il effectue une visite officielle en Arabie saoudite. Les 18 novembre 1993 et 1er janvier 1994, Ali bin Mussalam est reçu par le Premier ministre Balladur, après avoir rencontré Nicolas Bazire, directeur du cabinet du chef du gouvernement, et François Léotard. Fort de ce dispositif, le ministre de la Défense croit l’affaire conclue. Un déplacement de Balladur est même programmé pour janvier 1994. Dans un entretien au quotidien économique La Tribune du 17 novembre 1993, Léotard déclare: « J’ai la certitude que nous obtiendrons notification du contrat Sawari II pour de nouvelles frégates, une signature lors de cette visite du Premier ministre n’est pas à exclure. »

Le ministère des Affaires étrangères ne partage pas cet enthousiasme. L’ambassadeur de France à Riyad, Jean Bressot, émet des doutes sur la fiabilité des intermédiaires. Ce gaulliste arabisant, ayant multiplié les postes dans la région, se fend d’un télégramme au Quai d’Orsay. Il y formule des réserves à l’encontre d’Ali bin Mussalam. Pour lui, l’homme n’est plus en cour. Chiite, il souffre d’un handicap majeur au royaume de l’islam sunnite.

Pourtant, c’est une délégation fournie qui débarque le 8 janvier 1994 dans la capitale saoudienne. Le ministre de l’Industrie, Gérard Longuet, le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, et François Léotard accompagnent le Premier ministre, Edouard Balladur. En dépit des efforts, rien n’est signé. Les Français repartent tête basse. L’humiliation a épargné Charles Pasqua: le ministre de l’Intérieur n’était pas du voyage. Mais il n’est pas écarté des discussions. A la même date, il rencontre son homologue saoudien dans le sud du Maroc, afin d’évoquer un autre contrat portant sur la sécurisation des frontières terrestres du royaume wahhabite. Invité à discuter sous une tente, Pasqua en profite pour vanter à ses interlocuteurs, chefs de tribu, la qualité des chèvres corses!

Une affaire conclue dans un décor des Mille et Une Nuits

L’échec du voyage à Riyad ne fait qu’accélérer les négociations en coulisse. Le contexte pousse à l’urgence. L’élection présidentielle de 1995 approche. D’où l’interrogation d’aujourd’hui: et si le contrat Sawari II avait fourni l’occasion de récupérer des fonds pour la campagne du candidat Balladur?

Léotard multiplie les rendez-vous avec Bin Mussalam. Il le rencontre à sept reprises jusqu’à la signature du contrat, au Maroc, le 19 novembre 1994. Dans un décor de palais des Mille et Une Nuits, l’affaire est conclue, à l’issue d’un protocole solennel. Sans que l’on sache les raisons du revirement saoudien. Les Balladuriens ont-ils convaincu les Saoudiens que leur champion allait entrer à l’Elysée?

« Le contrat Sawari II était une grande victoire pour l’économie française », affirme Renaud Donnedieu de Vabres, alors conseiller politique de Léotard. Interrogé par L’Express, il se dit aujourd’hui « ulcéré » d’être mis en cause, alors qu’il tenait un rôle purement politique dans les discussions. « Ce n’est pas moi qui ai signé les contrats, précise-t-il. Et tout se décidait au niveau interministériel. Mais, moi, j’ai l’honnêteté de dire que j’ai rencontré ces gens sans me cacher au ministère de la Défense. »

Il n’empêche que les conditions de ce happy end interpellent. Car le montant des commissions réclamé par les intermédiaires dépasse largement la norme. On évoque pas moins de 18 % du contrat, quand les taux habituels dépassent rarement 10 %. Autre particularité: les Français exercent une forte pression sur les Saoudiens, afin d’en obtenir un premier versement, sur lequel sera prélevée une partie de la rémunération des intermédiaires. Une troisième bizarrerie retient l’attention: après la signature de novembre 1994, des rencontres se poursuivent jusqu’à la veille de l’élection présidentielle.

A Riyad, on critique la gourmandise des intermédiaires

Le 7 mai 1995, les Français choisissent Jacques Chirac. Au ministère de la Défense, Léotard fait ses cartons. Passation de pouvoir oblige, il converse un moment avec son successeur, Charles Millon. Celui-ci s’étonne de sa fébrilité et remarque que « Léo » ne lui parle que du contrat saoudien. Quinze jours plus tard, le président Chirac charge son ministre d’enquêter sur les soupçons de rétrocommissions illégales qui auraient alimenté les caisses de Balladur.

Charles Millon se rend à Riyad en octobre 1995 pour s’entendre reprocher de la bouche de son homologue saoudien la gourmandise des intermédiaires du contrat. Le dignitaire aurait ajouté ironiquement que, si lui, dans un système féodal, avait à payer ses tribus, il ne comprenait pas ce que les gens en France faisaient de tout cet argent.

Au cabinet Millon, un jeune conseiller, Marwan Lahoud, est chargé des investigations et identifie une série d’anomalies. Très vite, sa conviction est faite, comme il l’a expliqué le 13 décembre au juge Van Ruymbeke. « Vers l’été 1996, j’ai compris le caractère inhabituel de ce réseau supplémentaire. Il vient de ce qu’il est rajouté à la dernière minute, qu’il n’est pas validé et que les profils de paiement ne sont pas conformes au profil de paiement du client. » En clair, les Saoudiens ne procèdent pas de cette manière dans les autres contrats.

En juillet 1996, après une visite officielle en Arabie saoudite, Jacques Chirac ordonne de cesser les paiements aux intermédiaires. Selon une lettre révélée par l’hebdomadaire Le Point, ceux-ci ont déjà encaissé près de 53 millions d’euros sur l’ensemble des contrats passés avec Riyad. Quelle a été la destination réelle de ces sommes d’argent? Ont-elles un rapport avec l’achat du siège du Parti républicain via le Fondo?

L’un des bénéficiaires n’est plus là pour en répondre aux juges. Ali bin Mussalam est décédé à Genève en juin 2004 des suites d’une maladie respiratoire. Le cheikh était alors en disgrâce à la cour de Riyad. Il était aussi visé par une enquête américaine sur une banque suisse de Lugano suspectée de financer le terrorisme islamiste. Mais les deux autres intermédiaires sont susceptibles de répondre aux juges, dont l’objectif est dorénavant d’identifier des bénéficiaires français d’éventuelles rétrocommissions. Ce qui constituerait une véritable affaire d’Etat.

 

http://www.francetvinfo.fr/monde/usa/floride-fusillade-en-cours-dans-une-discotheque-d-orlando_1496169.html

Au moins 50 morts dans une fusillade à Orlando, la pire tuerie de l’histoire des Etats-Unis

 

La police a ouvert une enquête pour « acte de terrorisme » et a évoqué les « sympathies » du suspect avec l’islamisme.

 

Des véhicules de police et de secours affluent près d'une discothèque d'Orlando (Floride), après une fusillade, le 12 juin 2016.
Des véhicules de police et de secours affluent près d’une discothèque d’Orlando (Floride), après une fusillade, le 12 juin 2016. (ORLANDO POLICE / TWITTER)

Fusillade dans une boîte de nuit gay d'Orlando en Floride : au moins 50 morts et 53 blessés dans Attentats francetv.infoFrancetv info

Mis à jour le 12/06/2016 | 17:13, publié le 12/06/2016 | 10:08

Une fusillade, survenue dans le Pulse Orlando, une discothèque gay de la ville d’Orlando (Floride), a fait 50 morts et au moins 53 blessés, selon un nouveau bilan donné par le maire de la ville, dimanche 12 juin. Un bilan initial avait fait état de 20 morts et une quarantaine de blessés. Le tireur fait lui aussi partie des victimes.

Selon le FBI, il pourrait avoir « un penchant » pour le terrorisme islamiste. La police fédérale a donc ouvert une enquête pour « acte de terrorisme » et a évoqué les « sympathies » du suspect avec l’islamisme.

>> Fusillade à Orlando : suivez la situation en direct

Un message exhortant les clients à « sortir et courir »

Le suspect a fait irruption dans cette discothèque fréquentée par la communauté homosexuelle d’Orlando dans la nuit de samedi à dimanche. « Vers 2 heures [8 heures en France], quelqu’un a commencé à tirer. Les gens se sont jetés sur le sol », raconte l’un des clients de la boîte, Ricardo Negron, interrogé par la chaîne Sky News (en anglais).

Aussitôt après, la discothèque a posté un message sur sa page Facebook (en anglais), dans lequel elle exhorte ses clients à « sortir et courir ».

Capture d'écran d'un message posté, le 12 juin 2016, sur la page du Pulse Orlando, une discothèque de Floride (Etats-Unis), et exhortant ses clients à fuir. 
Capture d’écran d’un message posté, le 12 juin 2016, sur la page du Pulse Orlando, une discothèque de Floride (Etats-Unis), et exhortant ses clients à fuir.  (FACEBOOK)

 

Sur les réseaux sociaux, de multiples témoins ont eux aussi rapporté la fusillade en postant des photos et des vidéos des secours arrivant sur place pour transporter les blessés.

« Cela a tourné à la prise d’otages », a déclaré ensuite le chef de la police John Mina. « Vers 5 heures [11 heures en France] ce matin, la décision a été prise de secourir les otages qui étaient à l’intérieur », a-t-il ajouté, sans que l’on sache si les victimes avaient été tuées par le tireur qui avait ouvert le feu vers 2 heures (6 heures, heure française) dans la discothèque ou lors d’échanges de tirs avec la police. Les enquêteurs cherchent désormais à comprendre le mobile de l’homme lourdement armé.

Une chanteuse tuée vendredi dans la même ville

C’est la deuxième fois en trois jours que la ville d’Orlando est le théâtre d’une fusillade. Vendredi soir, une jeune chanteuse américaine, Christina Grimmie, ancienne candidate de l’émission « The Voice », a été abattue alors qu’elle signait des autographes à l’issue d’un concert au Plaza Live. Le lieu est situé à moins de 5 km du Pulse Orlando.

Son agresseur, un jeune homme de 27 ans en possession de deux armes de poing, s’est donné la mort en se tirant une balle dans la tête sans que ses mobiles aient été éclaircis.

 

http://www.lefigaro.fr/international/2016/06/12/01003-20160612ARTFIG00037-fusillade-dans-une-boite-de-nuit-gay-en-floride.php

Une vingtaine de morts après une fusillade dans une boîte de nuit gay en Floride

    • Par lefigaro.fr
    • Mis à jour le 12/06/2016 à 14:41
    • Publié le 12/06/2016 à 11:25
XVM19f3f4bc-3083-11e6-a351-43abc81e716e dans Corruption
 

INFOGRAPHIE – Les autorités font état d’une quarantaine de blessés et évoquent un «acte de terrorisme domestique». Le tireur, qui a ouvert le feu dans une boîte de nuit gay, a été tué.

Une fusillade a éclaté dans la nuit de samedi à dimanche dans une boîte de nuit gay d’Orlando, en Floride, le Pulse Club. Des coups de feu ont été tirés à l’intérieur de l’établissement par un homme qui, ensuite, a retenu pendant près de 3 heures des personnes en otage. Selon la police locale, il y a une vingtaine de morts et au moins 42 personnes ont été transportées à l’hôpital.

Après des heures de confusion, les autorités ont expliqué dans une conférence de presse avoir été appelées vers 2h du matin. Selon le chef de la police d’Orlando, John Mina, vers 5h du matin, les autorités, contactées par des personnes qui s’étaient réfugiées dans plusieurs endroits de la salle, comme les toilettes, ont décidé de procéder à une «explosion contrôlée» d’une partie du bâtiment pour aller libérer les otages.

Le tireur est mort après un échange de tirs impliquant neuf membres des forces de sécurité, dont l’un est blessé. Le suspect avait un fusil et un pistolet, et portait un engin qui est actuellement contrôlé de près par les équipes de déminage. Le maire de la ville, Buddy Dyer, a salué l’effort «héroïque» des forces de police épaulées par le FBI. Selon lui, on peut parler «d’acte de terrorisme» domestique: «on ne sait pas encore s’il s’agissait d’un loup solitaire ou s’il a eu des complices». Il était en tout cas préparé et pas du coin. Le suspect pourrait avoir «un penchant» pour le terrorisme islamiste, a indiqué un porte-parole du FBI.

«Des tirs non-stop»

Pendant la prise d’otages, un témoin qui avait réussi à s’enfuir a dit avoir entendu «des tirs non-stop» pendant probablement moins d’une minute, mais que ça lui a paru beaucoup plus long. Sur CNN, Christopher Hanson a expliqué avoir d’abord cru qu’il s’agissait de la musique avant de comprendre que c’était des tirs. «Je n’ai vu aucun des tireurs. J’ai juste vu des corps tomber. J’étais au bar pour commander un verre, je suis tombé, j’ai rampé pour sortir. Les gens essayaient de sortir par-derrière. Quand je suis arrivé dans la rue, il y avait du monde, du sang partout».

La zone autour de la discothèque a été évacuée et des dizaines de véhicules de secours ont été mobilisées. Sur son compte Facebook, le night-club avait rapidement demandé à tous ses clients de s’enfuir en courant sans s’arrêter: «Everyone get out of pulse and keep running».

Cette fusillade intervient moins de 48 heures après le meurtre par balles d’une jeune chanteuse américaine dans cette ville du sud des États-Unis. Mais aucun lien n’existerait entre ces deux fusillades, selon la police. Les violences par armes à feu sont quasi quotidiennes aux États-Unis. Depuis le début de l’année, il y a déjà eu plus de 5800 morts par armes à feu dans le pays et plus de 23.000 incidents impliquant des armes à feu d’après le site Gunviolencearchive.org.

INFbfc763d4-3087-11e6-9d44-d2f6178ea025-805x572 dans Crime

 

 

http://www.20minutes.fr/monde/1863983-20160612-fusillade-floride-sait-tuerie-fait-moins-20-morts-boite-nuit

Fusillade en Floride: Que sait-on de la tuerie qui a fait au moins 20 morts dans une boîte de nuit?

 

FAITS DIVERS Le bilan pourrait bien s’alourdir au fil des heures…

Le SWAT de l'équipe du shérif d'Orlando est intervenu ce 12 juin 2016 sur la fusillade au Pulse.
Le SWAT de l’équipe du shérif d’Orlando est intervenu ce 12 juin 2016 sur la fusillade au Pulse. – Phelan M. Ebenhack/AP/SIPA

F.F.

    • Publié le 12.06.2016 à 15:49
    • Mis à jour le 12.06.2016 à 16:37

Les faits se sont produits à l’aube, ce dimanche matin. Après le meurtre de la chanteuse Christina Grimmie, ancienne candidate de l’émission The Voice, la Floride est à nouveau le théâtre d’un drame. Que s’est-il passé cette nuit à Orlando ? 20 Minutes fait le point sur la situation.

Que s’est-il passé exactement cette nuit ?

Vers 2h du matin, un homme lourdement armé est entré dans la boîte de nuit gay Pulse, où se trouvaient 320 personnes. « Quelqu’un a commencé à tirer. Les gens se sont jetés sur le sol », explique un témoin de la scène à Sky News. « Il y a eu une courte pause dans les tirs et certains d’entre nous ont pu se lever et sortir en courant par-derrière. » Ce témoin dit avoir entendu « des tirs continus » pendant probablement moins d’une minute, mais que cela lui a paru beaucoup plus long. Une autre personne également présente dans la discothèque a expliqué à CNN avoir d’abord cru qu’il s’agissait de la musique avant de comprendre que c’était des tirs. « Je n’ai vu aucun des tireurs. J’ai juste vu des corps tomber. J’étais au bar pour commander un verre, je suis tombé, j’ai rampé pour sortir. Les gens essayaient de sortir par derrière. Quand je suis arrivé dans la rue, il y avait du monde, du sang partout. » La situation a ensuite tourné à la prise d’otages.

>> A lire aussi : Suivez les événements à Orlando en direct par ici

Vers 5h, le SWAT (sorte de Raid ou GIGN américain) a investi les lieux. « Vers 5h (9h GMT) ce matin, la décision a été prise de secourir les otages qui étaient à l’intérieur », a indiqué le chef de la police John Mina. Le tireur a été abattu par le SWAT.

Quel est le bilan ?

Une cinquantaine de personnes ont été tuées, d’après les autorités, et 53 blessées. Le bilan n’est pas définitif et pourrait encore s’alourdir dans les prochaines heures. Des proches de personnes qui passaient la soirée au Pulse se sont rendus devant la discothèque pour tenter d’avoir des nouvelles.

Qui est le tireur ?

L’auteur de la tuerie a été identifié comme un Américain d’origine afghane d’une trentaine d’années nommé Omar Mateen, selon les chaînes de télévision CBS et NBC. Il était originaire de Port Saint Lucie, à mi-chemin entre Orlando et Miami. Le FBI a ouvert une enquête pour « acte de terrorisme ». Le suspect pourrait avoir « un penchant » pour l’islam radical. « Nous avons des suggestions [laissant penser] que cet individu pourrait avoir des sympathies pour cette idéologie particulière mais nous ne pouvons pas l’affirmer catégoriquement », a expliqué Ron Harper, agent spécial du FBI interrogé sur de possibles liens entre l’auteur présumé des coups de feu, abattu par la police, et le terrorisme islamiste.

 

http://www.lalibre.be/actu/international/fusillade-a-orlando-nouveau-bilan-de-50-morts-et-53-blesses-photos-et-video-575d16d035708dcfedad040b

Fusillade à Orlando: nouveau bilan de 50 morts et 53 blessés (PHOTOS et VIDEO)

AFP Publié le dimanche 12 juin 2016 à 10h01 – Mis à jour le dimanche 12 juin 2016 à 16h55

International 

La fusillade dans un night-club gay à Orlando (Floride, Etats-Unis) dimanche à l’aube a fait 50 morts et 53 blessés, a déclaré le maire de la ville, Buddy Dyer. L’auteur du massacre, mort dans un échange de tirs avec les policiers d’élite, a été identifié comme Omar Mateen, un citoyen américain d’origine afghane, né en 1986, selon les chaînes de télévision CBS et NBC.

Le gouverneur de la province a déclaré l’état d’urgence dans la ville d’Orlando, ce qui lui permet de faire appel à des ressources supplémentaires. De nombreux corps se trouvent encore à l’intérieur de la discothèque, a noté le chef de la police locale, John Mina. Dégager la scène de crime prendra encore « un certain temps ».

Selon lui, le meurtrier était muni d’un fusil d’assaut AR 15, d’une arme de poing et d’un nombre indéterminé de munitions.

La police locale a ouvert une enquête pour acte de terrorisme et la police fédérale avait fait état plus tôt des « sympathies » de l’auteur de l’une des pires fusillades de masse aux Etats-Unis pour la mouvance islamiste.

Les autorités américaines sont convaincues qu’ »il n’y a pas d’autre menace » après la fusillade, a déclaré un responsable de la police fédérale dimanche, Ron Hopper.

L’attaque a débuté vers 2h du matin (heure locale) lorsqu’un policier à l’extérieur du building a été confronté au tireur, qui a ouvert le feu. Le forcené s’est ensuite rendu à l’intérieur du club et a pris des otages. Une équipe d’élite (SWAT) a donné l’assaut environ trois heures après. L’homme a été tué dans un échange de tirs.

Selon les médias, l’auteur de la fusillade vivait à environ 200 kilomètres au sud-est d’Orlando, dans la ville de Port Saint Lucie.

Un précédent bilan faisait état d’une vingtaine de morts et de 42 blessés.

 

http://www.parismatch.com/Actu/International/A-Orlando-la-pire-fusillade-de-l-histoire-des-Etats-Unis-993808

A Orlando, la pire fusillade de l’histoire des Etats-Unis

 

Paris Match | Publié le 12/06/2016 à 17h18

Le bilan de la tuerie d'Orlando est de 50 morts et 53 blessés.
Le bilan de la tuerie d’Orlando est de 50 morts et 53 blessés. Joe Burbank/AP/SIPA

L’attaque commise contre une boîte de nuit gay d’Orlando a fait au moins 50 morts et 53 blessés.

La pire fusillade de l’histoire des Etats-Unis. Le maire d’Orlando Buddy Dyer a annoncé ce dimanche que 50 personnes avaient été tuées et 53 blessées dans l’attaque commise, dans la nuit de samedi à dimanche, contre une boîte de nuit gay de la ville floridienne. C’est un bilan bien supérieur à celui annoncé il y a quelques heures, qui faisait état de 20 morts et d’une quarantaine de blessés. Une enquête pour «acte de terrorisme» a été ouverte.

Buddy Dyer a rapidement demandé au gouverneur de l’Etat de déclarer l’état d’urgence, comme il l’a fait pour Orlando. Cela permet notamment de mobiliser des ressources supplémentaires. Le centre médical régional d’Orlando est confiné, et ne laisse passer que les patients dans un état urgent.

Un responsable de la police fédérale, Ron Hopper, a déclaré qu’«il n’y a pas d’autre menace».

A voir :Orlando, la ville plongée dans l’horreur

« Il semble qu’il ait été organisé et bien préparé »

Le tireur est décédé dans un échange de tirs avec la police. Selon la chaine CBS, il s’agit d’Omar Mateen, un Américain d’origine afghane âgé de 29 ans. Un imam, invité par les autorités à prendre la parole pendant une conférence de presse, a appelé au calme, demandant à la population et aux médias de ne pas tirer de conclusions hâtives sur les motifs derrière cette tuerie.

A lire :Fusillade dans une boîte d’Orlando

«Il semble qu’il ait été organisé et bien préparé», a dit du tueur John Mina, le chef de la police d’Orlando. Il était apparemment en possession d’un fusil d’assaut, d’un pistolet et d’«un autre appareil sur lui», a poursuivi le policier, sans donner de précision. Aucun engin explosif n’a été retrouvé près de la voiture du suspect.

« Maman, il y a des morts »

Le drame s’est produit cette nuit, aux alentours de deux heures du matin, au Pulse, une boîte de nuit gay d’Orlando. L’établissement était vraisemblablement au maximum de sa capacité lorsque le tireur est entré et a ouvert le feu. Les premiers témoignages évoquaient la présence d’un second assaillant, mais cela n’a pas été confirmé par les autorités.

Les témoignages des clients de la discothèque sont terribles. Helene Royster, dont le fils se trouvait au Pulse, a raconté à l’«Orlando Sentinel»: «Il pleurait et criait, il m’a dit: « Maman, il y a des morts ». Je ne savais pas quoi pensé. Donc j’ai sauté dans ma voiture, avec mon mari. Depuis, je réconforte des gens.» Son fils n’a pas été touché mais a été transféré vers un commissariat de la ville pour témoigner. Le jeune homme était avec deux de ses amis: un a reçu trois balles, l’autre est toujours porté disparu.

«Les gens se marchaient les uns sur les autres», a déclaré au journal local Jillian Amador. «Je me sens mal, je suis très nerveuse. J’ai peur, je ne veux pas sortir», a poursuivi la jeune femme, brièvement hospitalisée.

 

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2016/06/12/de-nombreux-blesses-apres-une-fusillade-dans-une-boite-de-nuit-gay-de-floride_4948688_3222.html

Une fusillade à Orlando a fait au moins 50 morts, la plus grave de l’histoire américaine

 

Le Monde.fr avec AFP, AP et Reuters | 12.06.2016 à 12h02 • Mis à jour le 12.06.2016 à 17h14

Un homme lourdement armé a ouvert le feu, dans la nuit de samedi 11 à dimanche 12 juin, dans une boîte de nuit gay d’Orlando, en Floride aux Etats-Unis. Au moins cinquante personnes ont été tuées et 53 blessées, selon le dernier bilan diffusé par le maire de la ville, Buddy Dyer, plaçant ce drame parmi les plus meutriers de l’histoire américain.

 

Lire les témoignages :   Tuerie à Orlando : « Au début, quand j’ai entendu les tirs, j’ai cru que c’était la musique »

  • Que s’est-il passé ?

Un officier de police, qui travaillait comme agent de sécurité dans la boîte de nuit Pulse, a échangé des coups de feu avec l’assaillant vers 2 heures locales, ont précisé des responsables de la police lors d’un point presse.

L’homme a ensuite pris des personnes en otages, avant que les troupes d’élite américaines du SWAT ne décident de pénétrer dans la boîte de nuit et n’abattent l’agresseur. « A 5 heures [locales] ce matin, la décision a été prise de porter secours aux otages qui se trouvaient à l’intérieur. Nos officiers ont échangé des coups de feu avec le suspect. Le suspect est mort », a raconté John Mina, chef de la police d’Orlando. Au moins un policier a été blessé dans la fusillade et les forces de l’ordre ont réussi à sauver au moins 30 personnes, a-t-il ajouté.

Pour l’instant, on ne sait pas si les victimes ont été tuées par le tireur ou lors d’échanges de tirs avec la police.

La police a indiqué avoir procédé à une « explosion maîtrisée » dans la discothèque plusieurs heures après la fusillade mais n’a pas expliqué les raisons de cette intervention.

  • Qui est le tireur ?

Selon les chaînes de télévision CBS et NBC, le tireur a été identifié comme Omar Mir Seddique Mateen, un citoyen américain d’origine afghane, né en 1986 de parents afghans. Selon elles, il vivait apparemment à Port St. Lucie, en Floride, à environ 200 kilomètres d’Orlando, et n’avait pas de casier judiciaire. Un responsable de la police fédérale, Ron Hopper, a refusé de confirmer l’identité du tireur.

Lors des échanges de tirs avec la police, le tireur était armé d’un fusil d’assaut de type AR-15, d’une arme de poing et d’un « dispositif suspect », dont la nature n’a pas été établie, ont indiqué les autorités.

  • Ouverture d’une enquête pour « acte de terrorisme »

La police fédérale américaine (FBI) n’a pas écarté la piste du terrorisme islamiste. L’homme « pourrait avoir des sympathies pour cette idéologie particulière, mais nous ne pouvons pas l’affirmer catégoriquement », a expliqué un de ses agents. Le FBI a ouvert une enquête pour « acte de terrorisme ».

Le président américain Barack Obama a demandé à être informé régulièrement de la suite des événements et a ordonné au gouvernement fédéral « de fournir toute l’aide nécessaire ».

L’état d’urgence a été déclaré dans la ville d’Orlando, et pourrait être étendu à l’Etat de Floride. Toutefois, les autorités américaines sont convaincues qu’« il n’y a pas d’autre menace ».

  • Le « Pulse », club emblématique de la cause gay

Le Pulse s’affiche comme l’une des boîtes de nuit emblématiques de la cause des personnes LGBTI (lesbiennes, gays, bisexuelles, trans-genres, intersexuées) en Floride et aux Etats-Unis. Sur son site Internet, le club se présente comme « un univers de divertissement et de fantasme, le club le plus chaud d’Orlando ». Le club est réputé aussi pour ses spectacles de drag-queens.

L’établissement a été fondé en 2004 des suites d’un drame familial : sa co-fondatrice et co-propriétaire, Barbara Poma, issue d’une famille italo-américaine, raconte avoir perdu son frère John en 1991, emporté par le sida. Il s’agit alors pour Mme Poma de rendre hommage à un être cher prématurément disparu tout en « réveillant les consciences » sur la cause des personnes LGBTI et la prévention du VIH.

Pulse fait partie d’un réseau communautaire dynamique en Floride, faisant notamment la promotion des prochains Gay Games qui doivent se tenir à Paris en août 2018, une manifestation sportive mondiale à laquelle la ville d’Orlando était candidate.

Aucune information n’a été donnée sur le nombre de clients présents à l’intérieur de l’établissement au moment de la fusillade.

  • Pas de lien avec le meurtre de Christina Grimme vendredi

C’est la deuxième fois en trois jours que la ville d’Orlando est le théâtre d’une fusillade. Vendredi soir, la chanteuse américaine Christina Grimmie, ancienne candidate de l’émission « The Voice », a été abattue alors qu’elle signait des autographes à l’issue d’un concert au Plaza Live, situé à moins de cinq kilomètres du Pulse. Mais selon la police, il n’existe aucun lien entre les deux affaires.

L’agresseur de la jeune chanteuse, un jeune homme de 27 ans en possession de deux armes de poing, s’est donné la mort en se tirant une balle dans la tête. Ses mobiles n’ont, pour le moment, pas été éclaircis.

Panama papers

Kikafé ? C’est Locky, ou quoi ?

Si c’est lui, finalement j’aime bien – mais je n’y crois pas du tout.

 

 

http://www.lemonde.fr/panama-papers/article/2016/04/05/balkany-cahuzac-guerini-les-affaires-francaises-passent-par-le-panama_4896207_4890278.html

Balkany, Cahuzac, Guérini : les « affaires » françaises passent par le Panama

 

LE MONDE | 05.04.2016 à 14h46 • Mis à jour le 05.04.2016 à 14h59 | Par Maxime Vaudano, Simon Piel et Anne Michel

 

Le siège de la firme de domiciliation offshore Mossack Fonseca à Panama.

C’est un bâtiment entièrement recouvert de vitres noires, desquelles aucune lumière ne s’échappe. Un cube opaque planté en plein cœur du centre financier de la capitale, Panama, d’où l’on pourrait presque apercevoir l’océan Pacifique, tout proche. C’est dans ce discret cabinet d’avocat, à près de 9 000 km de Paris, qu’ont été dissimulés pendant des années les secrets les mieux gardés des circuits financiers tortueux des « affaires » politico-judiciaires françaises.

 

Parcourir les 11 millions de fichiers internes de Mossack Fonseca obtenus par le Süddeutsche Zeitung et partagés avec le réseau du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), c’est dérouler les pages d’un livre embrassant les trente dernières années de l’histoire judiciaire française, où se côtoient les noms de Balkany, Cahuzac et de André Guelfi de l’affaire Elf, dit « Dédé la Sardine ». On y retrouve les traces de l’Angolagate, de l’affaire Technip et du premier cercle des fidèles de Marine Le Pen, soupçonné de financement frauduleux des campagnes du Front national.

123

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo