Gabriel Matzneff ou Cyprien Luraghi : d’un pervers, l’autre…

Photographié chez lui en 1976 ou en 2009, le pédophile étalon Gabriel Matzneff prend toujours la pose devant son propre portrait (voir ci-dessous).

Revenons à l’autre, le Konducator de ses dames…

Quel est l’habitué du site d’information Rue89 qui n’aura été frappé dès les années 2008 et 2009 – c’est-à-dire à l’époque où je l’ai fréquenté moi aussi, uniquement sous les pseudonymes successifs d’ « existe » et « jexiste » ne laissant paraître ni mon identité ni même mon genre -, par le surgissement régulier dans les commentaires de ses riverains de photographies du malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi, qu’il postait lui-même après avoir pris la pose chez lui pour pouvoir ainsi nous imposer sa présence quotidienne dérangeante et menaçante avec encore plus de consistance ?

D’un pervers à l’autre, les comparaisons rimant avec raison s’imposent d’évidence.

Le second n’a jamais connu tous les succès du premier, il en est très frustré, aigri, et s’attaque quotidiennement depuis des lustres à toux ceux qui ne reconnaissent toujours pas son « génie littéraire ».

Car c’est bien ainsi qu’il se présente partout depuis sa plus tendre enfance, et sur le site Rue89 dès son arrivée en 2008 : mieux qu’écrivain, il se qualifie lui-même de « génie littéraire » et agresse là comme ailleurs tous ceux qui osent contester qu’il puisse en être, ou pire encore, le traitent par l’indifférence – c’était mon cas lorsqu’il a commencé à m’agresser, je ne l’avais encore jamais remarqué en dépit de tous ses efforts pour être LE riverain en vue de ce site d’information alors nouveau, affichant une vocation participative inédite, et donc exceptionnellement ouvert aux commentaires de ses lecteurs.

Or, ayant quitté l’école à 14 ans en situation d’échec scolaire, ce prétendu « écrivain » n’est même pas capable d’écrire dans un français tout simplement correct.

D’où, bien entendu, la suite ininterrompue de tous ses échecs depuis qu’il tente de faire éditer ses « romans », qui de plus ne présentent pas grand intérêt hors le cercle de ses fréquentations personnelles de psychopathe ayant toujours vécu en marge de la société – non pas d’amour et d’eau fraîche mais de trafics de drogues et d’alcools forts -, puisqu’il avoue lui-même être totalement incapable d’écrire autre chose que des « romans » qui d’après lui seraient « autobiographiques », mais où tous ceux qui se reconnaissent ou dont il prétend dans nombre de ses écrits publics qu’ils auraient servi de modèles à ses « personnages », lesquels n’en seraient selon ses dires que des copies conformes à tous points de vue, affirment quant à eux que ce grand pervers et mythomane notoire ne s’est en réalité toujours attaché qu’à les calomnier – et ont d’ailleurs pour plusieurs d’entre eux déposé de multiples plaintes à son encontre.

C’est que l’autoproclamé « écrivain en ligne et à l’oeil depuis 2001″ s’obstine à publier sur Internet ou mettre en ligne toutes ses saloperies… en toute impunité jusqu’à ce jour, alors qu’il viole éhontément l’intimité des vies privées de ses victimes, qu’en outre il travestit à seule fin de les calomnier.

Seule exception à tous ses échecs de pseudo « écrivain » ayant longtemps rêvé de droits d’auteur fabuleux : « Pour cigogne le glas », un épisode du Poulpe dont il a obtenu la publication des éditions Baleine au mois de mai 1999.

Il s’agit d’un roman policier qu’il a écrit dans la seconde partie des années 1990 avec l’assurance que celui-là serait effectivement publié, dans le but de dézinguer sa propre soeur à titre préventif alors qu’elle avait d’excellentes raisons de porter plainte contre lui pour d’autres faits pour le moins délictueux…

Mais cet unique succès ne tient qu’aux particularités de la collection Le Poulpe, son éditeur ayant décidé de publier tous les romans qu’il recevrait, quoi qu’il pût lui en coûter, notamment en temps de correction…

Voir ici :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Poulpe_(collection)

Opération néanmoins parfaitement réussie pour le pervers polymorphe et pro-pédophile à l’extrême Pascal Edouard Cyprien Luraghi : sa soeur ainsi durablement salie, et qu’il continuera des années durant à calomnier de multiples manières dans nombre de ses écrits publics sur différents sites et blogs sur Internet, perdait toute crédibilité pour l’attaquer en justice alors même que de surcroît il venait d’accéder à ses dépens au statut tant convoité et si protecteur d’ « écrivain »…

Selon ses propres termes pour décrire sa méthode : il « encule », puis « surencule »…

Ayant effectué son service national comme objecteur de conscience au ministère de la Culture durant deux ans, il connaissait depuis longtemps toutes les ficelles du métier, les portes auxquelles frapper, même sans savoir écrire, et naturellement tous les avantages qu’il allait retirer à faire partie d’un certain sérail, même sans aucun succès.

En effet, se présenter comme « artiste » ou « écrivain » « maudit » voyant tous ses manuscrits systématiquement rejetés par tous les éditeurs, c’est encore, paradoxalement, dans la société qui est la nôtre, un vrai titre de gloire et un excellent filon qu’il a toujours su exploiter aussi bien que sa nullité en tout à l’école : trop subversif, trop génial, trop supérieur en tout, il joue les incompris d’un système « nul à chier » (sic) qui ne valoriserait que les « bourgeois » qu’il déteste tant, fait mine de se rebeller et s’affiche « révolté social » tout en se faisant payer pour harceler à mort d’authentiques « lanceurs d’alerte ».

C’est l’essentiel de son activité sur le site Rue89 dès l’année 2008.

Il vient là avec sa troupe de cybercriminels dits « déconnologues » harceler des femmes qui ont déjà subi les violences d’autres harceleurs, afin de les faire taire à ce sujet alors qu’elles ne s’expriment sur le harcèlement moral en entreprise qu’en termes généraux, sans jamais citer de cas particuliers ni nommément ni avec suffisamment de précisions pour que leurs divers protagonistes, pas plus qu’elles-mêmes en tant que victimes, ne puissent à aucun moment être identifiés.

Les mêmes prennent aussi pour cibles toutes celles qui expriment des positions féministes, notamment contre le viol et la pédophilie.

Leur violence à l’égard de ces femmes, dont je suis, ne sera jamais égalée par leurs pâles imitateurs de la Ligue du LOL.

Harcèlement, viol, pédophilie titillent naturellement tous ces pervers à titre personnel depuis toujours.

En effet, il faut bien présenter le caractère déviant du pervers narcissique qu’ils ont tous en commun pour s’en rendre coupable.

C’est aussi celui du proxénète et de tout autre exploitant ou trafiquant d’êtres humains.

Comme s’étonner que le thème en apparence très généreux de la lutte en faveur des sans-papiers les ait d’abord tous réunis ? Les mafias la contrôlent ou l’organisent elles-mêmes.

Ils m’attaquent tous ensemble dès 2008 autant pour mes interventions sur la question du harcèlement moral en entreprise, un problème selon eux totalement inexistant, que pour le compte de l’ancien psychiatre pédophile de Brest Serge Rodallec, qu’ils m’accusent de « diffamer » sous le prétexte que je fais connaître sur le site Rue89 les articles de Ouest France et Le Télégramme ayant relaté ses premiers procès pour faits de pédophilie sur plusieurs de ses anciens patients handicapés mentaux, lesquels procès se sont tenus fin 2007 en son absence, car il a fui la France pour échapper à sa justice à l’automne 2005. Il se cache alors en Thaïlande sous une fausse identité, ce qui ne sera découvert qu’au mois de janvier 2010.

Dès 2008, l’intimité de ma vie privée est violée de multiples manières, celles de mes proches ou de mes relations de même : tous nos ordinateurs sont piratés par le malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi et toute sa bande de cybercriminels, toutes nos lignes téléphoniques sont également illégalement écoutées, même nos domiciles sont entièrement sonorisés.

Quotidiennement, nous sommes ainsi quasiment à tout instant massivement et profondément violés par ce prétendu « écrivain » et toute sa troupe de pervers qui nous harcèlent publiquement avec toutes les informations qu’ils recueillent sur nos comptes par tous ces moyens illégaux.

Le malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi dit publiquement qu’il nous « étudie in situ » (sic), lui qui n’a jamais pu suivre aucune scolarité normale en raison de toutes ses déficiences mentales, et soutient en avoir besoin pour produire de ses bouquins de merde.

Selon ses dires, son soi-disant « droit d’auteur » lui confère jusqu’au droit de se « documenter » (sic) sur ses « personnages » (ce que nous sommes pour lui) en nous violant en permanence comme il le fait, pour pouvoir ensuite publier ses versions entièrement revues et corrigées de nos « biographies », en insistant et s’étalant tout particulièrement sur les vies sexuelles qu’il nous prête, car il sait que c’est ce qu’il faut faire pour casser les ingénieurs et autres « bourgeois » (il l’a écrit dans un billet de blog de mai 2012 dont j’avais parlé ici le 5 janvier 2017 : http://petitcoucou.unblog.fr/2017/01/05/harcelement-sexuel-un-fleau-toujours-extremement-bruyant/).

Les magistrats du Finistère avalisent absolument tout.

Sa pédocriminalité, qu’ils connaissent aussi bien que tout le reste, en fait pour eux un Dieu vivant.

Les faits perdurent aujourd’hui depuis bientôt douze ans.

Nous sommes tous plus que jamais isolés, entravés dans toutes nos actions, ne pouvons absolument pas vivre dans de pareilles conditions et déplorons encore plusieurs assassinats parmi nos proches ou nos relations.

Pour les magistrats du Finistère, il n’y a toujours pas d’autre problème que les plaintes visant leur protégé, un « intellectuel » de haut niveau, puisque pédophile avéré, comme en témoignent nombre de ses écrits publics (notamment, il a bien écrit ne pouvoir résister à des filles qu’il qualifie de « bombasses » ou de « chaudasses du cul de 13 ans »).

Etant nous-mêmes ingénieurs ou cadres pour la plupart, dotés de sens des responsabilités excluant toute forme d’immaturité, toute tendance pédophile, nous sommes donc des moins que rien ne méritant pas de vivre…

 

https://www.la-croix.com/France/Affaire-Matzneff-proces-dune-epoque-2020-01-02-1201069372

Affaire Matzneff, le procès d’une époque

Analyse

Vanessa Springora publie Le Consentement, dans lequel elle relate sa relation sous emprise avec l’écrivain Gabriel Matzneff, alors qu’elle n’avait que 14 ans. Retour sur une époque révolue où la pédophilie était tolérée dans certains milieux au nom d’idéaux libertaires.

  • Marion Lecas,
  • le 02/01/2020 à 07:16
  • Modifié le 02/01/2020 à 08:43
Affaire Matzneff, le procès d’une époque

Gabriel Matzneff, le 3 mars 1976. Il sera l’auteur d’une pétition pro-pédophile dans le Monde en janvier 1977, paraphée par de grands intellectuels. Sophie Bassouls/Leemage

 

Janvier 1977. Trois hommes comparaissent pour avoir eu des relations sexuelles avec des enfants de 13 et 14 ans. « Trois ans pour des baisers et des caresses, ça suffit », s’insurge une pétition dans Le Monde. Son auteur est l’écrivain Gabriel Matzneff, dont les penchants pédophiles revendiqués dans les années 1970 sont aujourd’hui exhumés dans Le Consentement, de Vanessa Springora, avec qui il eut des relations sexuelles. Elle avait 14 ans, lui 50. Hier accueilli dans une relative indifférence, la parole de l’écrivain suscite aujourd’hui un vif émoi.

La guerre à l’ordre moral

Le 26 janvier 1977 pourtant, la pétition du Monde est paraphée par la fleur de l’intelligentsia française, de Gilles Deleuze à Roland Barthes, en passant par Jack Lang, Bernard Kouchner, Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir. « Certains intellectuels ont tenté de faire de la valorisation des relations sexuelles entre adultes et enfants un combat politique », explique le sociologue Pierre Verdrager (1). « Ce qui est combattu alors, c’est la protection de la jeunesse telle que le régime de Vichy et l’ordre moral post-Vichy l’avaient pensée », renchérit l’historienne Christine Bard (2). La principale revendication réside dans l’abrogation de la loi d’août 1942 sanctionnant les rapports entre hommes adultes et hommes de moins de 21 ans (contre 15 ans pour les hétérosexuels).

→ ENTRETIEN. « Les prêtres n’ont pas été imperméables aux discours sur la libération sexuelle »

« Il s’agit également de revendiquer pour les mineurs le droit au désir et à la sexualité et de protester contre le durcissement des pratiques policières et judiciaires en matière de contrôle sexuel », ajoute l’historienne Anne-Claude Ambroise-Rendu (3), qui évoque un lien évident avec « l’esprit de 68 », « le désir de tout interroger, tout réexaminer, tout remettre en question ». Un relativisme culturel instrumentalisé par les pro-pédophiles et amplifié par les journaux d’opinion : « Libération soutenait les positions des défenseurs de la pédophilie, une partie de la presse de la gauche était sensible à ce discours nouveau », rappelle Anne-Claude Ambroise-Rendu. Mais une revue comme Éléments d’Alain de Benoist, le penseur de la « nouvelle droite », soutient aussi ces positions.

Le mouvement pédophile isolé

Toutefois, la tolérance envers la pédophilie, criminalisée dès 1832, se restreint aux cercles intellectuels. « Le sens commun », précise Pierre Verdrager, se révèle plus hostile, tout comme les féministes : « La pédophilie était perçue comme une expression manifeste des droits que s’arrogeaient les hommes sur les plus fragiles », détaille Christine Bard. La « subversion » revendiquée par les pro-pédophile ne survit d’ailleurs pas aux années 1980. D’autant qu’en 1982, la majorité sexuelle pour les homosexuels est abaissée à 15 ans.

→ CHRONIQUE. L’affaire Gabriel Matzneff et le fossé des générations

Le mouvement pédophile devient inaudible, à l’inverse des victimes, dont la parole se libère peu à peu. En avril 1995, Mireille Dumas présente, en prime time, un numéro spécial de « Bas les masques », « l’enfance violée ». « Mai 68, c’est aussi la libération de la parole sur le sexe et donc sur les abus sexuels », rappelle Pierre Verdrager. Ou « la préhistoire de MeToo », compare Christine Bard.

Restent des tabous à faire tomber. « Quand on connaît les chiffres des violences faites aux enfants, comment expliquer que ce sujet ne nous scandalise ni ne nous mobilise pas plus ?, interroge le secrétaire d’État à la protection de l’enfance, Adrien Taquet, dans une tribune publiée sur le site de La Croix. Probablement parce que cela renvoie à ce que l’être humain a de plus abject en lui, et que nous ne voulons pas le voir – c’est encore plus vrai pour l’inceste, dernier tabou à faire sauter dans notre société. Probablement parce que cela sape un des fondements de notre société, la famille – 80 % des violences faites aux enfants ont lieu dans un cadre familial. »

Alors qu’il appelle à faire des violences faites aux enfants « le combat qui nous réunit pour cette décennie 2020 », l’ancienne défenseure des droits de l’enfant, Claire Brisset, déplore le rendez-vous manqué de la loi Schiappa de 2018 qui a refusé de fixer un âge minimum de consentement. « Avant 15 ans, on ne doit pas envisager qu’il y ait consentement mais automatiquement qualifier le rapport de viol, plaide-t-elle. Comment pourrait-on être consentant d’un acte dont on ignore tout, ou du moins dont on ignore les répercussions sur notre vie d’adulte ? »

(1) L’enfant interdit. Comment la pédophilie est devenue scandaleuse, Armand Colin, 2013.

(2) Une histoire de la sexualité, Presses Universitaires de France, 2018.

(3) Histoire de la pédophilie, XIXe-XXIsiècle, Fayard, 2014.

sur la-croix.com

 

https://www.francetvinfo.fr/culture/livres/affaire-gabriel-matzneff/il-ne-s-agit-pas-de-litterature-mais-d-un-delit-l-affaire-matzneff-suscite-le-malaise-des-editeurs_3766063.html

« Il ne s’agit pas de littérature mais d’un délit » : l’affaire Matzneff suscite le malaise des éditeurs

 

Franceinfo a interrogé deux professionnels de l’édition sur l’affaire Matzneff qui secoue le monde littéraire. Alors que l’auteur a publié le récit de ses relations avec des adolescents, de tels propos seraient-ils édités aujourd’hui ?

L\'écrivain Gabriel Matzneff à son domicile en 2009. 

L’écrivain Gabriel Matzneff à son domicile en 2009.  (MARC CHARUEL / MARC CHARUEL)

 

L’affaire Matzneff n’en finit pas de faire trembler le monde des lettres. Dans Le consentement (Grasset), Vanessa Springora raconte la relation entretenue avec l’écrivain Gabriel Matzneff alors qu’elle était âgé de 14 ans et lui de 50. Le livre ne sera publié que le 2 janvier mais a déjà suscité déjà de nombreuses réactions. La place importante qu’occupait Gabriel Matzneff dans le milieu littéraire, malgré ses pratiques pédophiles assumées et jamais condamnées par la justice, provoque aujourd’hui un malaise.

En témoigne cette séquence de l’émission Apostrophes qui fait polémique. Nous sommes en 1990 et Gabriel Matzneff présente son livre Mes amours décomposés (Gallimard), un volet de son journal où il raconte ses relations sexuelles avec de jeunes adolescents, parfois âgés de 11 ou 12 ans.

« Une complicité malvenue entre des hommes de pouvoir »

Seule la romancière canadienne Denise Bombardier s’attaque à l’écrivain. Les autres invités ne réagissent pas. « Je pense qu’il y avait à l’époque une domination patriarcale totale, nourrie par une complicité malvenue entre des hommes de pouvoir, analyse Caroline Laurent, directrice littéraire aux éditions Stock. C’est aussi lié à cet esprit français de marivaudage qui permettrait de tout faire passer avec un peu de piquant, cet écho lointain des salons du XVIIIe siècle, alors qu’on est face à une réalité terrifiante« , continue-t-elle. Il avait « ce côté transgressif, ce côté ‘on va faire hurler le bourgeois’« , explique Mickael Palvin, directeur marketing et communication chez Albin Michel. Pour Caroline Laurent, Gabriel Matzneff, en jouant publiquement de son attirance pour les enfants, « se rêvait peut-être en Humbert Humbert, le personnage de Nabokov. »

Il semble surtout qu’il a capitalisé sur de la pédocriminalité pour s’imposer dans le milieu littéraire.Caroline Laurent, directrice littéraire chez Stock

De tels récits pourraient-ils encore être publiés aujourd’hui ? Pour Mickael Palvin comme pour Caroline Laurent, la réponse est non. « S’il devait publier le même type d’ouvrages que ‘Mes amours décomposés’, cela serait très compliqué pour lui d’être édité. L’apologie qu’il y fait de sa relation avec des jeunes adolescents ne passerait pas« , estime le premier. Car pour eux, les temps ont changé. « Le mouvement Metoo a été un virage à tous les niveaux et pour tout le monde dans la société, la parole des femmes a fait changer les choses« , expose Caroline Laurent. « A l’époque, la vulnérabilité de Vanessa Springora n’était pas aussi choquante. Aujourd’hui, on voit qu’il y a une relation de pouvoir« , juge Mickael Palvin.

Pour Caroline Laurent, les récits que fait Gabriel Matzneff de ses relations avec des enfants ne relèvent pas de la littérature : « On est dans le registre du délit et non plus de la création littéraire« , estime l’éditrice. « Qu’il prétende avoir la liberté d’écrire ces histoires est une chose, mais qu’il les fasse subir à des mineurs en est une autre. Il y a eu agression, ce qui change la donne. Il faut distinguer liberté et aliénation. » Caroline Laurent fait la distinction entre la fiction et ce qui relève du réel : « Autant la littérature peut tout représenter et ne doit pas s’occuper de morale, autant le comportement des auteurs doit être considéré comme celui de n’importe quel citoyen. S’il y a crime ou délit, la justice doit prendre le relais« , considère-t-elle.

Un milieu littéraire toujours soumis à des logiques de domination

Selon elle, cette affaire survenue il y a plus de trente ans reste d’actualité dans un milieu littéraire « qui vit du paraître, du vernis et des paillettes« , toujours soumis à des logiques de domination. « Demeure aujourd’hui une sorte d’écrasement, le plus souvent imposé par des hommes qui ont des positions fortes dans le milieu, par exemple des auteurs puissants en raison de leurs nombreuses ventes et dont la maison d’édition a besoin pour faire tourner la trésorerie« , affirme Caroline Laurent.

On constate encore des phénomènes de domination et de parole empêchée des femmes. C’est quelque chose dont on ne parle pas.Caroline Laurent, directrice littéraire chez Stock

« L’affaire Matzneff fait éclater au grand jour des phénomènes qui ont eu lieu il y a plusieurs années, mais tout cela ne continue-t-il pas aujourd’hui ?« , conclut-elle.

 

Timothé, 20 mois, mort par la faute d’un médecin : huit ans pour obtenir un procès

L’affaire du chirurgien pédophile Joël Le Scouarnec fait beaucoup de bruit depuis cet été, et tellement depuis l’annonce lundi qu’après vérifications par les gendarmes chargés de l’enquête, les actes pédophiles rapportés dans ses carnets intimes par le médecin s’avèrent bien réels, que même le site pro-pédophile 20minutes.fr a dû se fendre d’un article à ce sujet :

https://www.20minutes.fr/justice/2653935-20191118-affaire-pedophilie-jonzac-250-victimes-potentielles-evoquees-parquet-rochelle

Pour mémoire :

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/08/23/le-site-20minutes-fr-en-symbiose-totale-avec-les-pedocriminels/

Après l’émoi suscité par cette affaire dans le Finistère où le pédophile a exercé et bien fait des victimes, à Quimperlé, notamment sous la direction d’Etienne Morel, ancien directeur de l’hôpital psychiatrique de Bohars et du Centre René Fortin se trouvant dans la même enceinte hospitalière du CHU de Brest, plusieurs médias se sont mis à révéler à leurs publics respectifs d’autres faits graves impliquant des médecins hospitaliers de ce département.

Il s’agit de ces deux affaires concernant l’hôpital de Morlaix, où apparaissent déjà de grosses embûches pour les victimes désireuses de se faire entendre ou de savoir ce qui leur est tombé dessus :

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/09/19/a-morlaix-un-medecin-hospitalier-accuse-de-viols-sur-personnes-vulnerables/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/11/07/cas-de-maltraitance-a-lhopital-psychiatrique-de-morlaix/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/11/16/maltraitance-a-lhopital-psychiatrique-de-morlaix-deni-total-de-ladministration/

Cet hôpital pourtant de très funeste réputation était pour la toute première fois publiquement mis en cause.

Et aujourd’hui, Le Télégramme publie l’article suivant, concernant le procès qui a finalement été organisé par le Tribunal de Grande Instance de Brest pour demain, jeudi 21 novembre 2019, à la suite du décès de Timothé par la faute d’un médecin au mois d’octobre 2011 (voir ci-dessous).

Il semblerait qu’un tabou soit en train de tomber à la suite de l’affaire du chirurgien Joël Le Scouarnec, qui apparaît d’ores et déjà comme l’une des plus importantes affaires de pédophilie française et n’en serait encore qu’à ses débuts selon l’avocate de plusieurs victimes (voir ci-dessous) : 250 victimes pour un seul homme, c’est déjà beaucoup, et cette fois-ci la justice ne passera pas outre; de plus, elle pourrait bien dans la foulée ou sous une pression médiatique nouvelle s’intéresser à d’autres cas de médecins fautifs qui jusque-là avaient toujours bénéficié d’une impunité totale.

Une expertise psychologique décrit précisément le chirurgien pédophile Joël Le Scouarnec comme un être à l’intelligence supérieure et à la personnalité « perverse », « habité par un sentiment d’impunité et de toute-puissance ». « Il ne reconnaît pas l’autre comme un sujet mais comme un objet sur lequel il cherche à avoir une emprise », assène l’expert.

Cette perversion narcissique est malheureusement assez fréquente chez les médecins, surtout en milieu hospitalier, et quasi systématique en psychiatrie.

Elle est très largement entretenue par leur notabilité et l’impunité totale qui en découle encore bien trop souvent.

Il était temps que cela cesse.

 

https://www.letelegramme.fr/finistere/landerneau/un-proces-huit-ans-apres-le-deces-de-timothe-20-11-2019-12436826.php

Un procès, huit ans après le décès de Timothé

 

Publié le 20 novembre 2019 à 07h00

Yohann et Dominique Roudaut se battent depuis huit ans pour la mémoire de Timothé.

Yohann et Dominique Roudaut se battent depuis huit ans pour la mémoire de Timothé.

 

L’abnégation de Yohann et Dominique Roudaut obtient une première récompense. Huit ans après le décès de leur fils Timothé (20 mois), le tribunal correctionnel de Brest jugera, ce jeudi, le médecin d’astreinte à Ty Yann, la nuit du drame, pour non-assistance à personne en péril.

 

« Timothé n’est pas mort de sa maladie (de Hirschprung, qui paralysait son système digestif, NDLR). Notre fils est décédé des suites d’une septicémie. Par la négligence d’un médecin. Pas par la faute de ses parents qui ont confié leur enfant à Ty Yann. C’est ce que nous espérons entendre jeudi au tribunal correctionnel ».

Cette audience, Yohann et Dominique Roudaut l’attendent depuis huit ans. Depuis le décès de Timothé, 20 mois, en octobre 2011. Huit années à ne pas écouter ceux qui leur conseillaient d’abandonner une procédure visant « à amener un médecin à répondre de sa responsabilité ».

Trois appels téléphoniques

Le couple landernéen n’a pas davantage baissé les bras lorsque, trois ans après le drame, la justice sanctionnait d’un non-lieu leur plainte pour homicide involontaire. Les parents l’ont requalifiée en « non-assistance à personne en péril ».

Cette fois-ci, la Justice a donné suite. Ce jeudi, le tribunal cherchera à savoir pourquoi le médecin pédiatre libérale d’astreinte, cette nuit-là, à la maison de repos pédiatrique Ty Yann (aujourd’hui fondation Ildys), n’a pas estimé indispensable de se déplacer au chevet de l’enfant suite à trois appels.

« Il lui fallait des antibiotiques »

« Le protocole était connu. Nous l’avions communiqué à l’équipe médicale de Ty Yann. Au-delà de 38,2 ° de température, il fallait lui administrer des antibiotiques. Il est monté jusqu’à 40,2 °. Le médecin d’astreinte n’est venu qu’à 9 h, le lendemain. Trop tard ». Timothé s’est éteint en soirée à l’hôpital Morvan.

La triste nouvelle a accablé le formidable réseau de soutien formé à Landerneau pour apporter du réconfort et des ressources financières au couple.

 

Dominique et Yohan avaient médicalement aménagé une pièce de leur maison et appris les techniques de soin pour garder Timothé à domicile et vivre comme n’importe quelle famille.

À lire sur le sujetTimothé. Le combat continue

 

En totale confiance

Cette attention de chaque instant se transformait en lueurs : « Le médecin spécialiste qui suivait Timothé nous avait même confié l’espoir de pouvoir enlever son cathéter un an et demi plus tard ». Le couple landernéen s’était légitimement autorisé à souffler, en confiant Timothé à l’institut Ty Yann pendant quinze jours : « Il y avait déjà séjourné pendant une nuit. Cela s’était très bien passé. Chaque jour, un membre de la famille ou un ami passait le voir. Sauf ce dimanche… Pourquoi ne pas avoir appelé le SAMU ? Ou nous avoir appelé, nous ? Un coup de fil et on déclenchait la prise en charge. Timothé serait encore en vie », restent persuadés ses parents.

Nous avons joint la prévenue et son avocate. Ni l’une ni l’autre n’a souhaité s’exprimer avant l’audience.

 

https://www.letelegramme.fr/ig/generales/regions/morbihan/maladie-genetique-timothe-attend-du-soutien-01-09-2010-1034755.php

Maladie génétique. Timothé attend du soutien

 

Publié le 01 septembre 2010
Depuis le 7 août, Timothé vit avec toute la famille. Ses parents ont été formés pour lui prodiguer ses soins. Photo Y. C.

Depuis le 7 août, Timothé vit avec toute la famille. Ses parents ont été formés pour lui prodiguer ses soins. Photo Y. C.

 

Âgé de six mois, Timothé est né à Landerneau(29) avec une paralysie de l’intestin. À la maison, ses parents, Yohann et Dominique, ont tout fait pour rendre possible une hospitalisation à domicile.

 

On l’appelle la maladie de Hirschsprung. Un mot barbare pour désigner un mal qui l’est tout autant. Une graphie impossible comme un signe annonciateur de la souffrance à venir. Branché 14h sur 24 h Pour faire court, on pourrait juste dire que l’intestin de Timothé ne fonctionne pas. Pourtant, si l’on voulait témoigner plus justement de la réalité vécue dans sa chair par ce bébé, il faudrait en dire plus. Dire les cinq mois d’hôpital sur les six d’une existence à peine entamée et pourtant déjà si tourmentée. Prononcer ces termes médicaux comme autant d’interventionschirurgicales subies par Timothé: colectomie (ablation du colon), iléostomie (pose d’un anus artificiel). Parler enfin de ce cathéter directement relié à la veine cave du coeur et qui alimente l’enfant. Un dispositif nécessaire (branché 14h sur 24 h), l’intestin amputé du bébé étant désormais trop court pour assimiler la nourriture ingérée. Timothé est donc atteint d’une maladie génétique rare, dans sa forme la plus grave, indécelable lors des examens prénatals. Elle a été découverte deux jours après sa naissance. Pessimiste, le corps médical prépare alors la famille au pire. Retour du miraculé Mais au bout de cinq mois, l’espoir renaît. Le retour à la maison est envisagé. Inespéré pour notre petit miraculé. Le 7août, c’est le grand jour. Laura, âgée de 10ans, et Melvyn, âgé de 4 ans et demi, accueillent leur petit frère à la maison. De leur côté, les parents se sont formés pour lui prodiguer les soins. La famille a déménagé et Dominique a lâché son boulot. Dans la nouvelle maison, une pièce a été transformée en salle de soins. Épée de Damoclès «Timothé n’est pas sorti d’affaire. Nous avons toujours une épée de Damoclès au-dessus de la tête. À chaque manipulation, on doit veiller à ce qu’il n’y ait pas de microbe et éviter tout risque de septicémie ou d’infection. On n’a pas le droit à l’erreur. Tout est stérile, les gestes sont rigoureux», explique Dominique. Les examens se poursuivent et déjà trois autres interventions chirurgicales sont programmées dans un proche futur. Mais si l’enfant souffre de troubles moteurs et de problèmes à l’oeil droit, c’est qu’il est aussi atteint de la monosomie partielle du chromosome 13. Une deuxième pathologie – peut-être liée à la première- qui laisse des questions en suspens. Dont la plus importante: quelle est l’espérance de vie de Timothé? Sept ans pour grandir Pour mobiliser des soutiens, Dominique et Yohann ont créé «L’association Timothé, 7 ans pour une vie». Sept ans, le temps qu’il faudra à l’intestin du bébé pour grandir suffisamment et assimiler normalement les aliments. Timothé pourra alors peut-être se passer du cathéter. En attendant, le couple, qui déplore l’absence de prise en charge globale de l’hospitalisation à domicile, raconte sa nouvelle vie sur son blog.Pratique Associationtimothe.over-blog.com

 

https://www.letelegramme.fr/local/finistere-nord/brest/landerneau/timothe-le-combat-continue-29-02-2012-1616560.php

Timothé. Le combat continue

 

Publié le 29 février 2012
Le logo de l'association «Timothé et compagnie».

Le logo de l’association «Timothé et compagnie».

 

La douleur reste immense mais les parents du petit Timothé, décédé en octobre, vont faire vivre sa mémoire. «Timothé et compagnie» soutiendra l’hospitalisation à domicile d’enfants souffrant d’un système digestif déficient.

 

Il aurait soufflé sa deuxième bougie le 23 février. Timothé souffrait de la maladie génétique rare de Hirschprung. À peine né, il a dû subir des ablations d’organes et autres interventions chirurgicales destinées à compenser la paralysie de son système digestif. Le suivi médical est éprouvant. Dominique et Yohann Roudaut, ses parents, ont appris les gestes techniques.

Élan de solidarité

Dans la chambre du nourrisson, une table médicale côtoie le lit. Timothé reste chez lui. Dominique cesse son activité professionnelle pour l’accompagner chaque jour de longues heures durant. L’histoire émeut à Landerneau. Une association se crée pour aider les parents à subvenir aux dépenses des soins (150 EUR hebdomadaire de reste à charge, sans parler des allers-retours réguliers entre le domicile landernéen et l’hôpital parisien). Au-delà de l’aspect financier, «Timothé, sept ans pour une vie» engendre un formidable élan de solidarité. Des restaurateurs du centre-ville organisent une tombola à son profit. Le peintre Christian Mazéas fait don d’une oeuvre en guise de premier lot. Toujours pour Timothé, Merzhin remplit le Family lors d’un après-midi festif. On peut encore citer la Corrida, l’an dernier, qui a reversé une partie de sa recette. En octobre dernier, aux obsèques de Timothé, les proches, les amis et une foule d’anonymes apportent fleurs et témoignages de sympathie à ses parents, son grand frère et sa grande soeur. «Timothé a touché beaucoup de gens pendant sa courte vie. C’est pour sa mémoire, déjà, que l’association continue d’exister». Ça lui tient à coeur: Dominique Roudaut reste présidente d’une association rebaptisée «Timothé et compagnie».

Enfant sous nutrition artificielle

Son but? «Venir en aide aux familles dont un enfant souffre de toute maladie impliquant un dysfonctionnement digestif et qui ont fait le choix d’une hospitalisation à domicile. Des enfants sous nutrition artificielle. Comme Timothé». À force de fréquenter les services hospitaliers spécialisés, la famille Roudaut a établi des contacts dans toute la France. L’association ciblera une famille par an: «Mieux vaut concentrer l’aide. Les besoins sont tellement importants pour un seul foyer». Un vide-greniers, le 8 avril, à Saint-Ernel, et un Tim Musique 2 (date à définir) permettront d’engranger des bénéfices. De poursuivre un combat, de continuer la solidarité, de ne pas oublier un petit bonhomme. Contacts associationtimothe@laposte. net associationtimothe.over-blog.com

 

 
http://www.leparisien.fr/faits-divers/l-effroyable-parcours-de-joel-le-scouarnec-chirurgien-pedophile-aux-plus-de-250-victimes-potentielles-18-11-2019-8196237.php

L’effroyable parcours de Joël Le Scouarnec, chirurgien pédophile aux plus de 250 victimes potentielles

 

Cet ancien chirurgien est soupçonné d’avoir abusé plus de 250 enfants au cours de sa carrière. Un parcours criminel que les enquêteurs retracent à l’aide de ses carnets intimes.

 

 Le médecin de 68 ans est incarcéré à la maison d’arrêt de Saintes.
Le médecin de 68 ans est incarcéré à la maison d’arrêt de Saintes. IP-3/Olivier Marty

 

Par Vincent Gautronneau et Jérémie Pham-Lê

Le 18 novembre 2019 à 21h45, modifié le 19 novembre 2019 à 12h45

Pendant des années, Joël Le Scouarnec s’est astreint au même rituel : consigner par écrit les sévices sexuels qu’il infligeait à ses jeunes patients dans une sorte de journal intime de la monstruosité. Avec un vocabulaire mi-médical mi-enfantin, l’honorable chirurgien de Jonzac (Charente-Maritime) y décrivait comment « il a tripoté le clitoris » de telle petite fille, « léché la chounette (sic) » de telle autre. Le titre de ces deux carnets numériques? « Vulvette » et « Quéquette ». Lorsqu’ils analysent l’ordinateur du sexagénaire, interpellé simplement pour exhibition sexuelle en mai 2017, les enquêteurs n’imaginent pas ouvrir la boîte de Pandore…

Deux ans et demi plus tard, le médecin de 68 ans est incarcéré à la maison d’arrêt de Saintes. Mis en examen, il sera jugé courant 2020 pour des viols et agressions sexuelles commises sur quatre fillettes. Des faits qu’il a avoués partiellement lors de sa première garde à vue. Mais l’exploitation de ses écrits abominables a lancé les gendarmes de la section de recherches de Poitiers sur une enquête d’une dimension inédite. Pas moins de 250 nouvelles victimes potentielles ont été identifiées sur la période 1991-2014. Ce qui ferait potentiellement de Joël Le Scouarnec le plus grand pédophile de l’histoire française.

L’effroyable parcours de Joël Le Scouarnec, chirurgien pédophile aux plus de 250 victimes potentielles

« 184 (victimes) ont souhaité déposer plainte, 181 étaient mineures au moment des faits », a annoncé ce lundi le procureur de La Rochelle, Laurent Zuchowicz. Le magistrat s’est dessaisi au profit du parquet de Lorient au regard du nombre de victimes dans le Morbihan (100) et le Finistère (23). Une partie vivait aussi en Indre-et-Loire à l’époque. Autant de départements où le médecin a exercé entre 1983 et 2008 avant de s’installer à Jonzac.

«La majorité des victimes sont tombées des nues»

« Cela fait froid dans le dos, confie un enquêteur. La majorité des victimes, trop jeunes, n’ont aucun souvenir et sont tombées des nues. D’autres se remémorent des scènes précises. Quelques-unes n’ont pas porté plainte pour tourner la page. »

Trois gendarmes de la SR de Poitiers, aidés de leurs collègues bretons et indrois, ont retrouvé les anciens patients de Le Scouarnec en comparant les noms et dates d’exactions inscrits sur les carnets macabres avec les listings d’admission des hôpitaux. « A.B., 8 ans, 1993 », annote par exemple le chirurgien avant de décrire une masturbation forcée. « Elle ne saura sans doute jamais qu’à l’âge de 12 ans, elle aura été dépucelée au doigt par un homme de 50 ans », écrit-il encore au sujet d’une autre fillette.

Le Scouarnec n’a pas encore été entendu sur ces 250 nouvelles victimes présumées. Lors de sa garde à vue, il avait brièvement admis qu’il était « possible » qu’il ait commis les violences évoquées dans ses journaux intimes, sans toutefois s’en rappeler. Contacté, son avocat Me Thibaut Kurzawa n’a pas souhaité s’exprimer à ce stade.

«Je me filmais nu avec les perruques de femmes»

Comment ce prédateur en blouse blanche est-il passé inaperçu près de trente ans ? D’autant qu’il avait été condamné en 2005 pour détention d’images pédopornographiques. Seule certitude : c’est sous couvert de pratiquer des opérations bénignes telles que l’appendicite que le chirurgien digestif avait accès à autant d’enfants. Et le pédophile présumé n’aurait sans doute jamais été démasqué s’il n’avait pas été dénoncé par la fille de sa voisine en avril 2017.

Ce jour-là, d’après la déposition de la jeune K., 9 ans, Le Scouarnec se masturbe dans son jardin à Jonzac. Puis exhibe son sexe et ses fesses à la fillette avant de lui baisser sa culotte. L’homme est alors placé en garde à vue. Entre-temps, la fillette révèle aux enquêteurs que le médecin lui a aussi introduit un doigt dans le vagin, ce que semble corroborer une expertise gynécologique. L’homme nie, mais admet en revanche des agressions sur trois autres enfants.

L’affaire prend un tournant inquiétant. Les gendarmes découvrent au domicile du sexagénaire de nombreux contenus pédopornographiques, des godemichés, des perruques et… 20 poupées. Dont l’une avec des chaînes aux poignets. « (Elles servaient) à remplacer une vraie petite fille lors d’un acte sexuel, la masturbation », raconte le médecin lors d’un interrogatoire devant la juge d’instruction. Et d’ajouter : « Je m’étais créé un monde où je cultivais ma solitude […]. Je me filmais nu avec les perruques de femmes. C’est le contexte de cette sexualité peu normale. »

Des poupées dans les bureaux de ses hôpitaux

En auditions, Joël Le Scouarnec livre des confidences sans tabou. Sur cette attirance pour les jeunes enfants qu’il situe entre 1985 et 1986 après une dégradation de ses relations avec son épouse -unique femme de sa vie. Avant l’ère d’Internet, le médecin satisfait ses fantasmes en dessinant des enfants nus. Ou en lisant des textes pédophiles dénichés dans des librairies parisiennes. Quand il ne s’adonne pas à des plaisirs solitaires avec ses poupées, dissimulées dans les bureaux de ses hôpitaux…

Sa rencontre avec sa nièce A.M. la même époque aurait déclenché ses pulsions pédophiles. « Ce qui m’a troublé, c’est qu’elle était très câline. Elle venait sur mes genoux, glisse-t-il au juge. J’ai reporté ma sexualité sur cette petite fille. ». Le médecin jure n’avoir jamais touché ses trois propres enfants avec qui il entretient des relations cordiales, y compris après son incarcération.

D’après le chirurgien, ses premiers attouchements visent des fillettes de son entourage dans les années 1980 : des nièces, des enfants d’amis ou gardés par son épouse… Mais aussi des patients. Reconnaissant uniquement « quatre faits » de ce type à la clinique de Loches (Indre-et-Loire) avant la découverte de ses carnets intimes, Le Scouarnec explique être passé à l’acte quand ses victimes « étaient alitées », faisant passer ses agressions pour « un examen médical ».

Avant de travailler à Jonzac (photo), le chirurgien a exercé à Loches, Vannes, Quimperlé et Lorient./ABACA/Moritz Thibaud
Avant de travailler à Jonzac (photo), le chirurgien a exercé à Loches, Vannes, Quimperlé et Lorient./ABACA/Moritz Thibaud  

« Mon attirance sexuelle se dirige plutôt vers les petites de 9-10 ans. C’est plus facile de séduire à cet âge-là. À partir de 12 ans, il y a le chamboulement de la puberté, où les choses sexuelles peuvent faire davantage plus violence. » L’enfant, poursuit-il, l’intimide beaucoup moins que l’adulte, « plus compliqué sur le plan relationnel ». Et selon son interprétation, tant qu’un enfant ne réagit pas, reste « inerte », il ne fait rien de mal… Mais quid des conséquences pour le développement futur ?

«Habité par un sentiment de toute-puissance»

Interrogé sur son manque d’empathie pour les victimes, le chirurgien se dépeint comme « quelqu’un de froid ». De fait, l’expertise psychologique diligentée pendant l’instruction est accablante. Le Scouarnec est décrit comme un être à l’intelligence supérieure et à la personnalité « perverse », « habité par un sentiment d’impunité et de toute-puissance ». « Il ne reconnaît pas l’autre comme un sujet mais comme un objet sur lequel il cherche à avoir une emprise, assène l’expert. Il prend un plaisir évident à détailler (son) parcours. La transgression est-elle même érotisée et il jubile à l’idée d’échapper à la psychiatrie. »

En prison à l’isolement, Joël Le Scouarnec, qui prévoyait d’exercer son métier jusqu’à 68 ans, jure avoir tourné la page de la pédophilie. « Quand je voyais un enfant dans la rue ou à la télévision, avant, la pensée qui me venait était directement : comment il était, il ou elle, quand il est nu. Depuis je ne les regarde plus de la même façon. Ils sont l’innocence. J’ai souillé cette innocence », glisse-t-il lors d’un interrogatoire.

Pour Me Francesca Satta, avocate de plusieurs victimes, le chirurgien digestif n’a pas livré tous ses secrets. « Nous ne sommes qu’au début d’un dossier déjà impressionnant par le volume de plaignants, observe la pénaliste. Et la liste n’est sans doute pas exhaustive, car je suis en contact avec des victimes qui n’apparaissent nulle part pour le moment. »

 

https://www.letelegramme.fr/morbihan/affaire-le-scouarnec-le-parquet-de-la-rochelle-se-dessaisit-au-profit-de-celui-de-lorient-18-11-2019-12435405.php

Ce qui fait de l’affaire Le Scouarnec un dossier judiciaire sans précédent

 

Publié le 18 novembre 2019 à 09h53 Modifié le 18 novembre 2019 à 19h32

Le Dr Le Scouarnec a travaillé dans les hôpitaux de Quimperlé (ci-dessus) et Lorient ainsi qu’à la clinique du Sacré-Coeur à Vannes.
Le Dr Le Scouarnec a travaillé dans les hôpitaux de Quimperlé (ci-dessus) et Lorient ainsi qu’à la clinique du Sacré-Coeur à Vannes. (Le Télégramme)

 

L’affaire Le Scouarnec, du nom d’un chirurgien suspecté de nombreux viols et agressions sexuelles sur de jeunes patients, a pris un nouveau tour. En, effet, le parquet de La Rochelle s’est dessaisi d’un pan entier de l’affaire au profit de celui de Lorient. On s’oriente donc vers deux procès. 123 plaintes ont été déposées en Bretagne.

 

C’est, Laurent Zuchowicz procureur de la République à La Rochelle qui, lundi, a annoncé ce dessaisissement dans un communiqué. « Dans le cadre du dossier d’information judiciaire, clôturé en mars 2019, et qui fera l’objet d’une audience courant 2020 devant la cour d’assises de la Charente-Maritime du 13 au 17 mars (quatre cas de viols et d’agressions sexuelles sur des enfants : une petite voisine, deux nièces et une patiente NDLR), un certain nombre d’éléments n’ont pu être exploités compte tenu des délais contraints de procédure, écrit le procureur. Une enquête préliminaire distincte a dès lors été confiée à la section de recherche de Poitiers, qui a contacté et auditionné des personnes qui apparaissent sur différents supports retrouvés au domicile de M. Le Scouarnec ».

Selon le procureur de la Rochelle, il ressort de ces investigations que 250 potentielles victimes de faits « non prescrits » ont été identifiées. Parmi lesquelles, 209 ont pu être auditionnées, plusieurs d’entre elles faisant état de souvenirs précis. « 184 ont souhaité déposer plainte précise Laurent Zuchowicz, 181 étaient mineures au moment des faits, parmi lesquelles 138 sont actuellement domiciliées sur le ressort de la cour d’appel de Rennes, dont 100 dans le Morbihan et 23 dans le Finistère ». Précisons que la cour d’appel de Rennes s’étend également à la Loire-Atlantique et que Joël Le Scouarnec est intervenu à plusieurs reprises à l’hôpital d’Ancenis (44) ces dernières années. Cet établissement pourrait donc être aussi concerné par les agissements de l’ancien chirurgien.

« Le délai d’enquête s’annonce long »

Compte tenu du résultat de ces investigations, le parquet de la Rochelle s’est dessaisi pour les raisons suivantes : les lieux de commission des faits, les investigations restant à conduire (recueil de dossiers médicaux, auditions de personnels hospitaliers), mais aussi la domiciliation des victimes.

 

En soirée, la procureure de Lorient Laureline Peyrefitte, expliquait dans un communiqué que les investigations « s’attacheront notamment à poursuivre l’identification et l’audition de l’ensemble des personnes victimes des faits portés à la connaissance des autorités judiciaires, et de vérifier leur réalité. Des auditions, notamment du personnel hospitalier et des différents employeurs, des réquisitions et expertises seront ainsi diligentées sous l’égide du parquet de Lorient, avant d’envisager l’ouverture d’une information judiciaire. Compte tenu du nombre de faits et de victimes potentielles recensées, le délai d’enquête s’annonce encore long et l’ouverture d’une information judiciaire n’est pas encore d’actualité ». Ce volet breton de l’affaire est donc au stade de l’enquête préliminaire.

Des moyens supplémentaires demandés

La procureure de Lorient explique, qu’au regard de la tâche qui incombe désormais au parquet de Lorient, elle a demandé des moyens supplémentaires

Les faits concernant la Bretagne devraient donc être jugés dans quelques mois devant la cour d’assises de Vannes. Y compris ceux qui auraient pu être commis à l’hôpital de Quimperlé, ville qui se trouve dans le Finistère.

« C’est une bonne nouvelle commentait hier une jeune Morbihannaise qui a porté plainte. On s’oriente vers un procès qui durera très longtemps. Moralement ça va être très difficile. J’ai l’intention d’assister aux audiences. Je compte sur le soutien de ma famille que je pourrai revoir, tous les soirs, en rentrant chez moi. ».

 

https://www.letelegramme.fr/dossiers/pedophilie-affaire-le-scouarnec/affaire-le-scouarnec-plus-de-250-victimes-potentielles-18-11-2019-12436223.php

Affaire Le Scouarnec. Plus de 250 victimes potentielles

 

Publié le 18 novembre 2019 à 18h05 Modifié le 18 novembre 2019 à 18h27

Le docteur Le Scouarnec a travaillé dans les hôpitaux de Quimperlé (ci-dessus), Lorient et Vannes.

Le docteur Le Scouarnec a travaillé dans les hôpitaux de Quimperlé (ci-dessus), Lorient et Vannes. (Archives Le Télégramme)

 

L’affaire Le Scouarnec, si les faits sont attestés, restera sans nul doute, une des plus importantes affaires de pédophilie en France. En effet, pas moins de 250 victimes ont été identifiées, la plupart en Bretagne.

 

Mai 2017, Joël Le Scouarnec, chirurgien né à Paris en 1950, est mis en examen et placé en détention provisoire à Saintes, dans le cadre d’une affaire de viol et d’agression sexuelle. Faits qui auraient été commis à Jonzac (Charente Maritime) sur sa voisine de 7 ans. Suite au témoignage de la fillette, une perquisition sera menée au domicile du médecin. Les gendarmes trouveront à son domicile plusieurs carnets sur lesquels le praticien, spécialisé dans la chirurgie digestive, aurait noté avec force détails des actes d’agressions sexuelles, d’attouchements et de viols, commis, depuis les années 90, dans le cadre de ses activités de chirurgien dans plusieurs établissements hospitaliers. À Loches, en Indre et Loire, à Jonzac, mais aussi dans les hôpitaux de Lorient et Quimperlé ainsi qu’à la clinique du Sacré-Coeur à Vannes.

 

Les enquêteurs retrouvent sur ces journaux intimes sordides les noms de quelque 200 enfants accompagnés de détails scabreux. Pour son avocat, Me Thibault Kurzawa du barreau de Saintes, il s’agirait de fantasmes. Outre ces carnets, les gendarmes découvrent le même jour nombre d’éléments troublants au domicile du chirurgien : des perruques, des poupées gonflables et des objets sexuels cachés sous le parquet.

Dans les mois qui suivent, munis des carnets du chirurgien, les gendarmes mènent l’enquête, contactant les anciennes victimes présumées de Joël Le Scouarnec. De la Charente Maritime, les investigations se poursuivent en Bretagne où la majorité des délits et crimes imputés à l’ancien chirurgien, semblent avoir été commis.

À lire sur le sujetDes témoignages accablants

 

En août dernier, Sabine (*), une jeune femme qui réside près de Vannes, raconte au Télégramme qu’elle a été convoquée par la gendarmerie, son nom étant inscrit sur un des carnets. « Dès que j’ai vu le visage du médecin sur une photo, j’ai su pourquoi j’étais là. J’avais 11 ans à l’époque, j’avais été hospitalisée pour une péritonite. J’y suis restée dix jours. À plusieurs reprises, j’ai été victime des agissements du docteur Le Scouarnec. Je les qualifie de viols ». Ces témoignages, qui font froid dans le dos, les enquêteurs en recueilleront des dizaines et des dizaines.

À lire sur le sujetDe graves dysfonctionnements

 

Le temps passant, on apprendra que Joël Le Scouarnec, père de trois enfants, avait été condamné à quatre mois de prison avec sursis pour détention d’images pédopornographiques par le TGI de Vannes le 17 novembre 2005.

Fin août, le Conseil de l’Ordre des médecins du Morbihan nous confiait qu’il n’avait jamais été informé de cette condamnation. Dans le Finistère – département également concerné, le chirurgien ayant officié à Quimperlé – en revanche, le Conseil avait eu vent de cette condamnation. Le 6 juin 2006, l’Ordre s’était rapproché du greffe du TGI de Vannes pour obtenir une copie du jugement. Cette copie ne lui était parvenue que le 9 novembre 2006, après plusieurs relances. Dans la foulée, le président de l’Ordre en avait informé la DDASS dont dépendaient les médecins hospitaliers. Organisme de tutelle, qui aurait pu suspendre le praticien, oud u moins l’écarter des patients mineurs et qui ne l’a pas fait.

Notre sélection d’articles pour comprendre le dossier Affaire Le Scouarnec

A lire aussi

Timothé, 20 mois, mort par la faute d'un médecin : huit ans pour obtenir un procès dans AC ! Brest

pedophilie-affaire-le-scouarnec,dossiers Affaire Le Scouarnec. Premier procès en mars prochain

14 novembre 2019 à 12h58

Le procès de la « démembreuse » de Toulouse se poursuit

Ce n’est pas de chance pour David Sénat, c’est le second de ses procès qui m’intéresse. Vraiment.

Je ne reviens pas sur le premier et ne commente ici que cette affaire atterrante de meurtre suivi de dépeçage de cadavre entre collègues de travail qui est actuellement examinée par la Cour d’Assises de Toulouse.

Elle m’intéresse au plus haut point en raison des profils de la victime et de sa meurtrière, typiques de la harcelée et de la harceleuse, car étant moi-même victime de faits de harcèlement accompagnés de nombreux faits criminels dont les auteurs, pour ceux qui sont toujours en vie, ne seront probablement jamais jugés, étant donné qu’il s’agit pour l’essentiel de magistrats CORROMPUS ayant recours à des crapules comme les deux psychopathes Pascal Edouard Cyprien Luraghi de Puy-l’Evêque et Jean-Marc Donnadieu de Béziers pour leurs basses oeuvres, elle me permet d’avoir un ersatz de procès par procuration.

Les journaux locaux en rendent compte en direct et livrent sur cette affaire de nombreux détails appelant mes commentaires :

https://www.midilibre.fr/2019/10/14/la-demembreuse-du-canal-du-midi-jugee-aux-assises-suivez-le-proces-en-direct,8479478.php

https://www.ladepeche.fr/2019/10/23/direct-suivez-le-troisieme-jour-du-proces-du-meurtre-du-canal-du-midi,8499272.php

Observons pour commencer que ces directs semblent réalisés par de vrais journalistes. Il ne s’agit ni de Jean-Pierre Amarger, de Midi Libre, ni d’Hélène Sergent, de 20minutes.fr, qui acceptent l’un et l’autre de publier comme des vérités vraies toutes les inventions délirantes des deux psychopathes précités, aux personnalités très proches de celle de la « démembreuse » de Toulouse, que ces deux soi-disant « journalistes » auraient certainement présentée comme une victime de la « déséquilibrée » Maryline Planche qui la harcelait sexuellement, cachait bien son jeu et l’a obligée à la tuer pour se défendre, c’est l’évidence même, puisque c’est Sophie Masala qui le dit, une femme que tout le monde s’accorde à dire parfaitement normale, et qui d’ailleurs a conjoint et enfants tandis que l’autre est restée célibataire et sans enfant. Pour preuve du « déséquilibre » absolu de Maryline Planche : elle n’a même pas de relations sexuelles. Au contraire, sa victime Sophie Marsala s’est prostituée, c’est donc une vraie femme parfaitement normale autant pour les deux psychopathes précités que pour tous leurs complices, certains psychiatres y compris, de ceux qui estiment nécessaire d’enfermer dans leurs hôpitaux psychiatriques pour les y traiter comme des malades mentaux extrêmement dangereux des femmes qui refusent de se prostituer – cela se voit à Brest, peut-être aussi dans l’Hérault où vivent ou d’où sont originaires plusieurs de mes harceleurs, par exemple le précité Jean-Marc Donnadieu, lequel a exercé comme brancardier à l’hôpital psychiatrique de Béziers durant sept ans.

Ce dernier est tout aussi « normal » que Sophie Masala dont la soeur rapporte qu’elles ont toutes deux été abusées sexuellement par leur grand-père dans leur enfance : lui regardait des films pornographiques avec sa tata, dit-il, et est devenu à l’âge adulte adepte de pratiques échangistes et BDSM semble-t-il assez violentes tandis que son complice Pascal Edouard Cyprien Luraghi a été élevé dans une famille ouvrière de Strasbourg où régnaient également selon ses dires violences en tous genres et abus sexuels, sa tata Rollande exerçant comme prostituée. Evidemment lui aussi fasciné par la pornographie, ce prétendu « écrivain en ligne et à l’oeil depuis 2001″ est connu sur la toile, outre comme mythomane, harceleur et calomniateur, pour avoir traduit de l’anglais le journal d’une adepte américaine de pratiques BDSM et se plaît à mettre lui-même en scène dans des romans pornographiques de ses victimes de cyberharcèlements, moi en particulier. Mais c’est bien moi qui l’y ai obligée, vous dit-on, puisqu’il le dit… Même sa soeur le décrit comme mythomane… Tout comme Sophie Masala, Pascal Edouard Cyprien Luraghi, Jean-Marc Donnadieu et tous leurs complices harceleurs ne cessent de mentir et d’inventer n’importe quoi… et comme par hasard, eux aussi en veulent beaucoup à l’argent de leurs victimes…

Leur personnalité commune est celle du pervers narcissique.

C’est celle de tous les harceleurs.

Et ces gens-là tuent lorsqu’ils se sentent démasqués.

L’acharnement haineux dont a été victime Maryline Planche est d’ailleurs exactement le même que celui dont a été victime Patricia Bouchon le 14 février 2011. Les assassins de cette dernière, à savoir Pascal Edouard Cyprien Luraghi et ses complices cybercriminels, qui manifestement craignaient qu’elle ne les dénonce ou les fasse poursuivre pour toutes leurs exactions à mon encontre, comprenant notamment des piratages informatiques et tentatives d’escroquerie au jugement, ont continué à exprimer publiquement tous ensemble leur haine viscérale à son égard en multipliant jeux de mots et plaisanteries sordides à propos de toutes les violences qu’ils lui avaient fait subir quasiment tous les jours durant trois bonnes semaines après les faits.

Non, Sophie Masala n’a pas reconnu sa mère en Maryline Planche, elle ne lui reproche pas la même fausseté, elle présente tout simplement le syndrome du pervers narcissique qui projette systématiquement sur sa victime ses propres défauts et fautes : c’est de sa fausseté personnelle qu’il s’agit… après que Maryline Planche l’ait bien démasquée…

Cette dernière était certes au courant du vol de tickets restaurants, mais ce n’est pas le plus grave : elle reprochait aussi à Sophie Masala d’être une fouteuse de merde, d’être malsaine, de se mêler de la vie privée de ses collègues de travail bien au-delà de ce qui est admissible, un comportement franchement anormal et inquiétant, pas sympathique du tout.

Tous mes harceleurs ont eu eux aussi ce travers, et jamais de manière gratuite : tous avaient un plan… tout comme Sophie Masala devait en avoir un…

C’est donc elle qui est fausse, et personne d’autre.

Probablement était-elle à la recherche de moyens de pression sur ses collègues, car elle devait viser la caisse comme elle l’avait déjà fait ailleurs…

Maryline Planche a une attitude maternelle avec ses collègues de travail, elle est bienveillante, ce qui en fait pour tous les pervers narcissiques une personne forcément très stupide et naïve qu’ils pensent pouvoir manipuler très facilement. De plus, elle est handicapée, entend mal et ne voit pas grand-chose. Pour Sophie Masala, c’est l’aubaine, elle est persuadée qu’avec elle elle parviendra à ses fins sans aucune difficulté. D’où son immense déconvenue quand elle s’est rendu compte de sa bévue, la proie a priori si facile n’en étant pas une. Elle dit s’être sentie rejetée. C’est le début de la haine et de toutes les inventions calomnieuses à l’encontre de celle qu’en réalité elle n’a pas bernée.

A la décharge de l’accusée : encore une fois, je ne suis pas d’accord avec tout ce qui se dit à son procès, il n’appartenait pas à son mari de compenser ou de rattraper tous les défauts ou manquements de son enfance et de son éducation, ni de juger si oui ou non des soins psychiatriques étaient nécessaires et susceptibles de prévenir ou d’empêcher de survenir ce qui s’est produit, ce n’est pas de son ressort, il a lui-même ses faiblesses et se trouve manifestement de tout temps dépassé par la situation; en revanche, c’était bien le rôle des premiers magistrats auxquels elle a été confrontée, à Montpellier. Or, ceux-ci l’ont condamnée sans même se soucier de la manière dont elle allait rembourser ses dettes et elle n’a rien trouvé de mieux que de se prostituer… Toutes les femmes qui ont participé ou participent toujours aux harcèlements dont j’étais ou suis toujours victime présentaient et présentent toujours cette même plaie béante : elles ont couché, se sont prostituées… et ne supportent absolument pas celles qui peuvent s’en dispenser… Ces magistrats inconséquents ont fait de Sophie Masala la bombe qui explose chez sa collègue Maryline Planche le 12 mai 2016. Au moins aussi choquant dans cette affaire : sa victime lors de cette première grosse alerte restée sans réponse appropriée n’est autre que la faculté de médecine de Montpellier, dont ni le doyen ni aucun des autres pontes ne s’est jamais inquiété de rien…

La Cour de Cassation vient tout juste de confirmer la condamnation du psychiatre en charge du schizophrène qui avait tué un étudiant à Grenoble après s’être échappé de l’hôpital psychiatrique le 12 novembre 2008 (voir ci-dessous).

Il était temps que la responsabilité de ces « médecins » si particuliers soit reconnue.

Il reste encore à responsabiliser leurs collègues magistrats.

 

 

https://actu.fr/faits-divers/demembreuse-toulouse-sophie-masala-une-femme-fragile-bascule-dans-lhorreur_28802113.html

« Démembreuse » de Toulouse : Sophie Masala, une femme fragile qui bascule dans l’horreur

 

La première journée du procès a été consacrée à l’étude de la personnalité de l’accusée, aînée d’une fratrie de 7 enfants, qui a grandi au sein d’un famille ouvrière.

 

Publié le 21 Oct 19 à 21:13
Le procès de la
Le tribunal de Toulouse, le 21 octobre 2019. (©AFP/ERIC CABANIS)

 

Jugée aux assises pour avoir tué, puis démembré sa collègue de travail à Toulouse en 2016, Sophie Masala a été décrite lundi 21 octobre 2019 par les experts comme une femme minée par les traumatismes durant l’enfance et dépourvue de limites.

Cette mère de famille de 55 ans est accusée de s’être introduite en mai 2016 dans l’appartement de Maryline Planche, 52 ans, de lui avoir fracassé le crâne à coups de bouteille.

Elle a ensuite coupé le corps en morceaux et les a jetés dans le Canal du Midi qui traverse Toulouse, sauf la tête qu’elle a enterrée dans un jardin public proche de son propre appartement, « car elle méritait une sépulture », dira-t-elle pendant l’instruction.

Lundi, la première journée du procès a été consacrée à l’étude de la personnalité de l’accusée, aînée d’une fratrie de 7 enfants, qui a grandi au sein d’un famille ouvrière à Valenciennes, dans le nord de la France.

Enfant, Sophie Masala est abusée par son grand-père, son père se suicide alors qu’elle a 10 ans, elle voit les amants de sa mère défiler dans l’appartement, doit s’occuper de ses six frères et sœurs et grandit dans un climat de violence conjugale. Elle est élevée dans la culture du mensonge.

De l’examen de personnalité, il ressort que Mme Masala dépense au point de s’endetter, escroque, aime les jeux d’argent. Condamnée pour détournement de fonds aux dépens de l’université de Montpellier, elle exerce la prostitution pendant plusieurs mois pour payer les dettes accumulées. Et son mari la soutient.

Lire aussi : « Démembreuse du canal » : Sophie Masala jugée pour avoir tué sa collègue de travail

« Conflit avec l’image maternelle »

Après avoir obtenu des diplômes sur le tard, elle intègre le bureau toulousain de l’Agefiph, organisme spécialisé dans l’insertion des handicapés, fin 2015, et entre rapidement en conflit avec Maryline Planche, décrite comme un employée-modèle.

Mme Masala a souffert pendant son enfance d’un manque d’affection de la part de sa mère, très absorbée par sa double vie.

Vêtue d’un tailleur noir, cheveux roux mi-longs, souvent tête baissée, Sophie Masala s’exprime peu. Elle se contente de répondre à certaines questions du président de la cour d’assises.

Vidéo. Le procès de la démembreuse du Canal du Midi débute ce lundi à Toulouse :

Pour l’experte-psychiatre, elle est « marquée par la pendaison de son père et les mauvaises relations avec sa maman ».

« Un désaccord sur l’archivage des documents, sur la position dans la structure, sur la discrétion sur sa vie privée, il y a toujours des jalousies dans un contexte professionnel, comment on en passe à cette haine si forte ? », interroge le président de la cour d’assises, David Senat.

« Elle trace des parallèles entre Maryline et sa propre mère (…) », selon l’experte.

On n’a pas d’élément pour dire qu’elle a un trouble psychique, on repère des éléments traumatiques majeurs dans l’enfance, un conflit avec l’image maternelle importante, donc une personnalité aux bases fragiles, elle n’a pas de limites. Elle présente un défaut de contrôle pulsionnel.

Lire aussi : Accusée d’avoir tué sa collègue, la « démembreuse du canal » jugée aux assises

« Fragilité psychique »

« Maryline, c’est une image d’autorité maternelle, tout l’énerve chez Maryline, souligne la psychiatre, elle ne la supporte pas comme elle ne supporte pas sa mère, car il y a des conflits qu’elle n’a pas réglés. Elle reproche à Maryline ce qu’elle reprochait à sa mère: une fausse image, une image falsifiée aux yeux des autres ».

L’expert-psychologue abonde. « Voir à 10 ans son père pendu, un suicide liée à l’inconduite de la mère, ça laisse des traces », met-il en avant. Il décrit pour sa part « une fragilité psychique », « une personnalité obsessionnelle » et relève « une absence de troubles mentaux ».

« On arrive petit à petit à l’idée fixe, à l’immense colère (…) l’image de la mère qu’on veut détruire », sentence Me Georges Catala, avocat de la famille de la victime.

Maryline Planche, célibataire sans enfants, était décrite à l’Agefiph comme consciencieuse, discrète, appréciée par sa hiérarchie, à l’attitude maternelle avec les autres employés.

« Elle reconnait les faits, mais pas l’intention d’homicide, elle est dans la culpabilité », plaide Me Pierre Dunac, avocat de Mme Masala, qui veut convaincre les jurés que le meurtre n’a pas été prémédité et mettre sa cliente à l’abri de la réclusion criminelle à perpétuité.

Si elle a pu découper le corps et le disperser aux quatre coins de Toulouse, c’est qu’elle a mis en oeuvre « des mécanismes de déni » de ce qu’elle était en train de faire, selon le psychologue.

Le verdict est attendu pour vendredi.

Lire aussi : Retour sur les lieux du crime pour la « démembreuse du canal du Midi »

Source : © 2019 AFP

 

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/etudiant-tue-par-un-schizophrene-a-grenoble-le-pourvoi-du-psychiatre-rejete-20191022

Étudiant tué par un schizophrène à Grenoble: le pourvoi du psychiatre rejeté

 

La Cour de cassation a confirmé mardi la condamnation du médecin en charge de ce patient dangereux, qui avait tué en 2008 un jeune homme après s’être échappé de son hôpital psychiatrique.

Publié hier à 19:51, mis à jour il y a 5 heures
L’hôpital de Saint-Egrève, d’où s’est échappé Jean-Pierre Guillaud.
L’hôpital de Saint-Egrève, d’où s’est échappé Jean-Pierre Guillaud. PHILIPPE MERLE/AFP

 

Le 12 novembre 2008, Jean-Pierre Guillaud, un patient schizophrène, s’échappait sans difficulté du centre hospitalier de Saint-Égrève (Isère), dans lequel il était enfermé. Après avoir gagné en bus le centre de Grenoble, à une dizaine de kilomètres, il avait acheté un couteau et poignardé le premier venu: Luc Meunier, un étudiant de 26 ans. Dans cette affaire, le psychiatre Lekhraj Gujadhur a été condamné en 2016 à dix-huit mois de prison avec sursis pour homicide involontaire. Jamais un praticien hospitalier n’avait jusqu’ici été condamné pour homicide involontaire par la justice.

Dans cette affaire, le médecin, aujourd’hui âgé de 73 ans, a fait appel. Mais les juges grenoblois ont confirmé en 2018 qu’il ne s’était pas assez préoccupé du suivi de son patient, auteur de multiples agressions par le passé et souffrant d’une «psychose délirante chronique». Considérant qu’il n’y avait pas de lien de causalité entre la faute retenue et le décès du jeune étudiant, le praticien avait formé un pourvoi en cassation. Celui-ci a été rejeté mardi par les juges de la chambre criminelle, peut-on lire sur cette décision, consultée par Le Figaro.

On pose ici les bases de la responsabilité pénale d’un médecin psychiatre. Ceux-ci doivent prendre en considération la dangerosité des patients et la sécurité du public

Hervé Gerbi, avocat de la famille meunier

Dans son arrêt, la Cour de cassation confirme la décision de la cour d’appel grenobloise. Cette dernière avait conclu en mai 2018 que Lekhraj Gujadhur n’avait «pas accompli les diligences normales compte tenu de la nature de ses missions ou de ses fonctions, ses compétences ainsi que du pouvoir et des moyens dont il disposait». Une faute «caractérisée», avaient estimé les juges, pointant du doigt la mise en place d’une autorisation de sortie «sans surveillance» pour un patient considéré comme dangereux.

«Un vrai poids qui tombe»

Cet arrêt signe la fin d’un marathon judiciaire de onze ans. «La famille Meunier était en pleurs quand je leur ai annoncé la nouvelle. C’est un vrai poids qui tombe pour eux. Ils vont pouvoir faire totalement leur deuil», salue leur avocat, Hervé Gerbi, joint par téléphone. Pour le conseil de la famille, cette décision va «incontestablement» faire jurisprudence. «On pose ici les bases de la responsabilité pénale d’un médecin psychiatre. Ceux-ci doivent prendre en considération la dangerosité des patients et la sécurité du public, y compris en différant parfois des autorisations de sortie et en maintenant des personnes en hospitalisation plus longtemps lorsque cela est nécessaire», indique-t-il.

Le meurtre de Luc Meunier avait provoqué en 2008 une véritable onde de choc politique. Nicolas Sarkozy, alors président de la République, avait réclamé une réforme de la psychiatrie comportant des dispositions sur les malades dangereux, s’attirant une bronca des praticiens. L’hôpital de Saint-Égrève, relaxé en première instance, avait par la suite bénéficié de crédits pour clôturer tous ses pavillons.

 

Le pédopsychiatre, meilleur allié du pédophile…

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Syndrome_d%27ali%C3%A9nation_parentale

Syndrome d’aliénation parentale

Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le syndrome d’aliénation parentale (abrégé en SAP) est une notion introduite par le psychiatre Richard A. Gardner au début des années 1980 1. Il fait référence à un trouble dans lequel un enfant, de manière continue, rabaisse et insulte un parent sans justification. Ce syndrome apparaîtrait en raison d’une combinaison de facteurs, comprenant l’endoctrinement par l’autre parent2, que ce soit de manière consciente ou de manière induite dans le cadre d’une perversion narcissique d’un des parents3, et le comportement de l’enfant de dénigrement du parent ciblé4. Gardner a introduit ce terme dans un article publié en 1985, décrivant un ensemble de symptômes qu’il dit avoir observé dans sa propre pratique en tant que thérapeute4.

Gardner a dépeint le SAP comme étant reconnu par le système judiciaire et comme ayant établi plusieurs jurisprudences, mais l’analyse juridique des affaires actuelles indique que cette déclaration est incorrecte5 : la recevabilité du SAP a été rejetée par une expertise et par la Cour d’appel d’Angleterre et du pays de Galles au Royaume-Uni, et le Ministère de la Justice du Canada a avancé des recommandations contre son usage. Le terme SAP a néanmoins été mentionné dans certains conflits devant les tribunaux de la famille aux États-Unis6,7, où il n’est pas toujours retenu en raison du manque de preuves scientifiques étayant son existence. En France une notice sur le site du Ministère de la Justice mettant en garde contre son utilisation a été publiée à la demande de Laurence Rossignol.

La théorie initiale de Gardner et les recherches qui y sont liées ont été critiquées par des juristes et des spécialistes de la santé mentale pour leur manque de fiabilité et de validité scientifique8,9,10,11,5. Par conséquent, le syndrome d’aliénation parentale n’est pas listé dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) de l’Association américaine de psychiatrie ni dans la Classification internationale des maladies de l’Organisation mondiale de la santé.

Outre ces critiques scientifiques, le syndrome du SAP a également fait l’objet de nombreuses critiques féministes, dont celle de Patrizia Romito, qui l’analyse comme relevant d’un phénomène de backlash visant à occulter la violence masculine.

En France, différentes associations de parents divorcés luttent pour la reconnaissance officielle du syndrome d’aliénation parentale. Il existe par ailleurs un concept apparenté dit d’aliénation parentale, à savoir l’éloignement d’un enfant d’un de ses parents du fait de la manipulation de l’autre parent. Une minorité de chercheurs ainsi que certaines associations militent également pour la promotion de l’aliénation parentale.

Définition du syndrome

Le syndrome d’aliénation parentale est une notion initialement introduite par le pédopsychiatre Richard A. Gardner s’appuyant sur ses expériences cliniques datant du début des années 19804. Dans un article publié en 1985, Gardner décrit ce qu’il nomme le syndrome d’aliénation parentale (SAP), défini comme un ensemble de troubles psychologiques qui seraient la conséquence chez l’enfant et l’adolescent d’une situation où un parent qualifié d’« aliénant » s’efforce par tous les moyens de l’éloigner de son autre parent (qualifié de « parent aliéné »). Selon Gardner, ce trouble naîtrait principalement dans le contexte d’un conflit sur la garde de l’enfant et résulterait d’une combinaison d’endoctrinements par le parent aliénant et des propres contributions de l’enfant à la diffamation du parent aliéné4. L’enfant, préoccupé par l’un de ses parents, le critique, le déprécie et le dénigre d’une manière excessive et sans motifs valables12. Selon Gardner, l’endoctrinement du parent aliénant serait soit délibéré et volontaire, soit inconscient et, dans ce cas, involontaire13. Cependant, le parent qui exerce un contrôle sur l’enfant saurait que la situation serait au détriment de celui-ci mais accepterait cette situation, avantageuse pour lui

Dans cette première définition, Gardner identifie huit symptômes qui caractérisent le syndrome d’aliénation parentale, à savoir :

  1. une campagne de dénigrement à l’encontre du parent ciblé ;
  2. des rationalisations/argumentations souvent faibles, absurdes, frivoles, changeantes, venant justifier ce dénigrement et cette haine ;
  3. l’absence d’ambivalence (du moins affichée) vis-à-vis du parent ciblé ;
  4. des affirmations fortes que cette décision de rejeter le parent appartient à lui (l’enfant) seul (le « phénomène du penseur indépendant ») ;
  5. un soutien intentionnel, indéfectible et absolu au parent « favori » dans le conflit ;
  6. l’absence de culpabilité (du moins affichée) vis-à-vis de la façon de traiter le parent aliéné ;
  7. l’usage de scénarios et de phrases empruntés au parent aliénant ;
  8. un dénigrement (et une rupture des liens) concernant non seulement le parent ciblé mais aussi l’ensemble de cette branche parentale et familiale14,15,16.

Le SAP a été, à l’origine, développé pour justifier la croissance des signalements de maltraitance d’enfant dans les années 198017,18. Gardner croyait à l’origine que les parents (habituellement les mères) lançaient de fausses accusations de maltraitance sur mineur et d’abus sexuel sur mineur contre l’autre parent (habituellement les pères) dans le but d’empêcher le développement de contacts entre l’enfant et le parent visé19,20. Alors que Gardner a initialement décrit la mère comme étant la personne aliénante dans 90 % des cas de SAP, il a déclaré plus tard que les deux parents étaient aussi enclins à aliéner17,15,21. Il a également déclaré par la suite que les accusations d’abus sexuels n’étaient pas présentes dans la grande majorité des cas de SAP qu’il avait rencontrés18. La surreprésentation des mères, au moment des observations faites par Gardner, ayant ensuite été critiquée comme constitutif d’un biais statistique lié au fait que les juges donnaient très majoritairement la garde aux mères. Le parent le plus capable de mettre en place un SAP, ou SEP, étant le parent qui s’est vu accordé la garde principale de l’enfant.

SAP et droit de garde

Les propositions de Gardner

La prise en charge du syndrome d’aliénation parentale (SAP), telle que recommandée par Gardner, repose sur deux angles d’approche conjoints : un angle judiciaire et un angle psychothérapeutique22. Gardner, et d’autres à sa suite, ont par ailleurs divisé le SAP en trois niveaux : léger, modéré et sévère. Le nombre et la sévérité des huit symptômes affichés croît en fonction de ces différents niveaux. Ce qui importe pour établir ce classement n’est pas l’intensité du lavage de cerveau à l’encontre du parent non gardien, mais le degré de réussite de l’endoctrinement subi par l’enfant22. Pour chaque niveau de sévérité de SAP, Gardner émet des recommandations différentes en termes de prise en charge psychothérapeutique et judiciaire, avec, notamment, des recommandations différentes en ce qui concerne le droit de garde22. Selon Gardner, les décisions judiciaires relatives au droit de garde et aux conditions d’exercice du droit de visite devraient découler de l’appréciation de la sévérité du syndrome d’aliénation parentale afin de préserver les droits du parent non-gardien (le plus souvent le père) et garantir un développement psychologique harmonieux des enfants.

Cas légers

Dans les cas légers, où l’endoctrinement du parent gardien (décrit comme parent aliénant par Gardner) contre l’autre parent n’entraînent pas de perturbation du droit de visites, Gardner recommande de ne pas recourir au tribunal concernant le droit de visite16,23. Dans ces cas légers, la relation aux deux parents est décrite comme étant «forte, saine24», pouvant cependant être «minimalement pathologique25» avec le parent non gardien. En résumé, les enfants ne sont aliénés que de manière «relativement superficielle », se montrant « critiques et mécontents par intermittence26 ».

D’après Gardner, si le parent aliénant se voit confirmé son statut de parent gardien lors du jugement de divorce, il est probable que le syndrome d’aliénation parentale se dissipe par lui-même sans qu’une intervention psychothérapeutique spécifique pour le syndrome d’aliénation parentale ne soit nécessaire22.

mais « Selon Gardner, il serait dommageable pour l’enfant qu’un parent s’exprime de manière neutre à propos de son ex-conjoint, au lieu d’adopter un ton affectueux5. Cependant, les parents divorcés ont le droit à la libre expression de leurs opinions – y compris défavorables – de leurs ex-conjoints5.

Cas modérés

Dans les cas modérés, l’enfant se comporte «parfois de manière antagoniste et provocante27», les moments de passage de l’enfant entre ses deux parents se passent de manière «modérément difficile27» ; l’enfant se montre davantage sensible à l’endoctrinement du parent préféré : l’enfant soutient par exemple sans distance ce dernier dans le conflit parental, critique son autre parent de manière absurde ou sans fondement, il étend son rejet du parent ciblé à la famille de ce dernier27». La relation au parent non gardien est cependant «forte, saine ou minimalement pathologique27», tandis que la relation au parent gardien est «forte, légèrement ou modérément pathologique28».

Selon Gardner, les cas de syndrome d’aliénation parentale de degré modéré sont les plus communs29. Il suppose par ailleurs que ces cas sont le fruit de tentatives d’endoctrinement poussées30.

Recommandations légales

De manière générale, Gardner recommande le maintien de la garde exclusive de l’enfant à la mère pour les cas modérés de SAP. Ce droit de garde est cependant soumis à des conditions drastiques : à savoir possiblement l’obligation de suivre un traitement par un thérapeute appointé par le tribunal et spécialisé en syndrome d’aliénation parentale ainsi que – dans la plupart des cas – l’obligation pour la mère de s’assurer que l’enfant se rende en visite auprès de son père sous peine de sanctions sévères31.Ainsi, si la mère ne répond pas à ces obligations, Gardner recommande des sanctions financières dans un premier temps – comme la réduction du montant de la pension alimentaire perçue – puis en cas de récidive, le travail d’intérêt général, l’assignation à résidence (y compris avec la pose d’un bracelet électronique), voire l’incarcération pure et simple pour de courtes périodes31,32,13.

Dans le cas où l’enfant présente un syndrome d’aliénation parentale de degré modéré mais le parent aliénant un syndrome de degré sévère, Gardner recommande que le droit de garde soit transféré par le juge à l’autre parent33. Il recommande également que dans ce cas, le droit de visite exercé par le parent aliénant soit « extrêmement restreint, sous supervision si nécessaire, pour prévenir l’endoctrinement 34 ».

Recommandations psychothérapeutiques

Comme mentionné plus haut, Gardner subordonne le droit de garde du parent aliénant à sa participation à une thérapie menée par un professionnel mandaté par le tribunal et spécialisé en traitement du syndrome d’aliénation parentale31. Il précise que c’est dans le bureau de ce thérapeute que le parent aliénant doit amener l’enfant pour le droit de visite et que le thérapeute devra annoncer tout manquement de présentation de l’enfant aux autorités. Pour Gardner, seuls des thérapeutes spécialisés dans le traitement du syndrome d’aliénation parentale sont à même d’intervenir dans ces situations5. Ces spécialistes ne doivent pas hésiter à menacer le parent non gardien de la perte du droit de garde ni s’abstenir d’exercer des pressions envers lui/elle afin qu’il adopte un comportement adéquat5. Le parent aliénant et l’enfant voient le même thérapeute et ce dernier ne doit pas dénoncer d’éventuelles violences qui apparaitraient dans ce cadre5. Contrairement aux pratiques usuelles en matière de thérapie familiale, le thérapeute ne voit pas toute la famille mais uniquement le parent aliénant et le ou les enfants diagnostiqués comme souffrant du syndrome d’aliénation parentale5. Enfin, Gardner recommande que les parents aliénants et leur enfant soient forcés de suivre un tel traitement thérapeutique, même s’ils n’en ressentent pas le besoin de ce traitement ou s’y refusent5.

Cas sévères

Selon Gardner, les cas de syndrome d’aliénation parentale de degré sévère seraient rares, il estime leur prévalence à 5% à 10% des cas35,36. À ce stade, l’enfant présente les 8 symptômes du SAP et ce à un degré élevé. Par conséquent, l’exercice du droit de visite par le parent non gardien devient pratiquement impossible ou impossible à exercer35. Malgré ces difficultés avérées, Gardner décrit la relation entre l’enfant et le parent aliéné comme « forte, saine ou minimalement pathologique28 ». La relation entre l’enfant et le parent aliénant serait elle « sévèrement pathologique, souvent basée sur un lien paranoïde37 ».

Dans les cas sévères, où les enfants présentent la plupart ou l’ensemble des huit symptômes, et refusent obstinément la visite chez le parent ciblé – y compris avec des menaces de fugue ou de suicide si la visite est forcée – Gardner recommande que l’enfant soit retiré de la maison du parent aliénant puis placé dans une maison de transition avant d’aller dans la maison du parent ciblé. Une thérapie pour l’enfant est également recommandée16,23. Le but de la thérapie est alors de « déprogrammer » l’enfant, comme on « déprogramme » les soldats ayant été faits prisonniers de guerre et ayant subi un tel « lavage de cerveau » qu’ils en viennent à proclamer la haine de leur patrie38.

En cas de syndrome d’aliénation parentale modérée à sévère, Gardner incite le parent non gardien à saisir les tribunaux afin que le transfert de l’enfant chez lui soit ordonné par le tribunal, qu’il soit défendu au parent aliénant de prendre contact avec l’enfant pendant plusieurs semaines et que des amendes soit infligées au parent aliénant5,39. Dans les cas jugés sévères de syndrome d’aliénation parentale, Gardner recommande également aux juges de ne pas prendre au sérieux les allégations d’abus sexuels qui surviendraient dans le cadre d’une procédure de divorce10.

Selon Gardner, il faut agir rapidement en cas de syndrome sévère d’aliénation parentale car sinon le lien avec l’autre parent – le parent aliéné – serait endommagé de manière irrémédiable, voire à vie10. Selon certaines études l’enfant se rapprocherait du parent aliéné lorsqu’il grandit et devient plus mature psychologiquement, exception faite des cas de maltraitance10. D’autres études montrent cependant le contraire comme le rappelle Hubert Van Gijseghem (psychologue, professeur à l’université de Montréal) qui explique que : « souvent, en guise de consolation, on dit au parent aliéné : « ne vous en faites pas, en grandissant vos enfants vont voir plus clair et ils vont vous revenir ». Ceci est un mythe. L’observation longitudinale démontre que si on n’intervient pas, les enfants, s’aliènent de plus en plus du parent et, même adultes, ne chercheront plus du tout de contact avec le parent aliéné. Celui-ci est comme mort. S’il ne l’est pas en réalité, il l’est sur le plan psychologique40 ».

Intérêt supérieur de l’enfant

Dans le cadre des procédures de divorce ou de séparation, les juges sont fréquemment amenés à prendre des décisions relatives à l’autorité parentale et au lieu de résidence des enfants. Les législations occidentales et européennes prévoient généralement que ces décisions doivent être prises en fonction de l’intérêt supérieur de l’enfant. Les juges sont ainsi censés évaluer les situations au cas par cas et non suivre des principes généraux. De ce fait, tant des professionnels de la santé, du droit des enfants et de la protection contre la maltraitance infantile se sont alarmés des conséquences problématiques, selon eux, des prises de position de Gardner en matière de droit de garde18,41,5. D’autres, au contraire, ont alerté sur les conséquences dramatiques pour les enfants des cas d’aliénation parentale42.

Le cas des maltraitances envers l’enfant et l’adolescent

Apologie de la pédophilie

Dans ses écrits, Gardner a fait l’apologie de la pédophilie. On peut ainsi lire dans True and false accusations of child sex que « la pédophilie a été considérée comme étant la norme par la vaste majorité des individus dans l’histoire du monde43» et qu’il s’agit là «d’une pratique largement répandue et acceptée parmi littéralement des milliards de personne43 Selon lui – et contrairement à toute la littérature scientifique disponible à ce sujet – les abus sexuels n’auraient pas forcément des conséquences traumatisantes pour les enfants concernés, les effets dépendraient des attitudes sociales vis-à-vis de la pédophilie18. Il s’est déclaré favorable à ce que la mise à jour d’un abus sexuel ne soit pas automatiquement dénoncée aux autorités et a milité pour que des fonds fédéraux soient attribués pour assister ceux qui sont accusés à tort d’abus sexuel18. La position de Gardner relative à la pédophilie s’inscrit dans sa théorie personnelle sur la sexualité, d’après laquelle la violence sexuelle masculine dans son ensemble serait  » bénéfique du point de vue reproductif » pour l’humanité dans une perspective de l’évolution5.

Dans les années 1980, Gardner estime que lorsqu’un syndrome d’aliénation parentale est diagnostiqué chez l’enfant, alors l’on peut être certain que l’enfant n’a pas subi d’abus sexuel44. À la fin des années 1990, il considère qu’il ne faut pas diagnostiquer de syndrome d’aliénation parentale en cas d’abus sexuel avéré45.

Abus sexuel ou affabulations ?

Lorsque Richard Gardner conceptualise le SAP, il est convaincu que les mères ont de plus en plus recours à des fausses accusations d’abus sexuel afin de s’octroyer la garde exclusive de leur(s) enfant(s)46,44. En particulier, il est persuadé que :

  • il y aurait une épidémie d’accusations d’abus sexuels faites par les mères séparées dans le cadre de conflits autour de la garde de l’enfant ;
  • la majorité des accusations d’abus sexuels émergeant dans le cadre de conflit sur la garde de l’enfant seraient infondées ;
  • la majorité des fausses accusations sont le fait de d’épouses vengeresses qui cherchent à refuser un droit de garde à leur ex-conjoint ;
  • les parents maltraitants ou négligents en matière d’éducation se comporteraient d’une manière stéréotypée et seraient faciles à repérer46.

Richard Gardner aurait été d’avis que les mères éprouvent davantage que les pères le besoin de se venger de leur ex-conjoint car les hommes auraient « davantage d’opportunités de trouver une nouvelle partenaire47 » ce qui pose la question de sa propre perception de certains aspects psychologique. Pour Gardner, les mères transmettraient leur colère de manière consciente ou inconsciente à leur enfant, et c’est ce processus qui est à la source des accusations d’abus sexuels44. Le but de ces mères serait davantage la vengeance qu’un souci authentique de protéger leur enfant44. Gardner en aurait vu la preuve dans le fait qu’elles sont prêtes à dénoncer pénalement des abus sexuels, une attitude qui d’après lui découlerait du fait qu’elles « ne comprennent généralement pas le traumatisme psychologique subi par l’enfant à la suite des interrogatoires répétés par des professionnels de la santé mentale et du droit. […] Elles en veulent tellement à leur mari et sont si déterminées à se venger de lui qu’elles font l’impasse sur les effets préjudiciables des interrogatoires sur leurs enfants48 ».

Sexual Abuse Legitimacy Scale (SALS)

En 1987, Gardner développe un outil de mesure censé discriminer entre les fausses accusations d’abus sexuels et les situations d’abus sexuels avérés5. Il intitule cette échelle Sexual Abuse Legitimacy Scale (SALS)49,ce qu’on peut traduire en français par « Échelle de légitimité des abus sexuels ». Cette échelle est basée sur les opinions et intuitions de Gardner50 ; elle n’a pas été validée par de la recherche empirique9. La SALS était censée déterminer si un enfant a été abusé ou non, plus particulièrement si l’enfant a été victime d’inceste de la part du père9. L’échelle comprend 84 facteurs, relatifs à l’enfant, au père et à la mère9. Certains facteurs relatifs à la mère font partie prenante de sa définition du syndrome d’aliénation parentale9. Cependant il apparaît toujours délicat de définir des critères systématiques pour mesurer la légitimité de propos tenus par des enfants.

Protocols for Sex-Abuse Evaluation

Mesures d’éloignement (protection de l’enfance)

Réception et critiques

La validité scientifique du SAP, et donc sa recevabilité dans le témoignage d’experts, fait l’objet d’un débat constant. Il concernait l’ampleur avec laquelle le SAP était accepté par les professionnels sur le terrain et dans quelle mesure la méthodologie scientifique était vérifiable, vérifiée, et possédait un taux d’erreur connu et évaluée par les pairs16.

Absence du DSM

Le SAP n’est pas inclus dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-IV)5,18,19,51. Gardner et d’autres personnes ont milité pour son inclusion dans la révision du DSM-V15,52. En 2001, Gardner a soulevé le fait que lorsque le DSM-IV a été publié il n’y avait pas suffisamment de recherches pour y inclure le SAP, mais depuis, il y a eu des articles suffisamment rigoureux pour pouvoir être pris en compte53. Dans une enquête des évaluateurs de garde publiée en 2007 aux États-Unis la moitié des réponses étaient défavorables à son inclusion, tandis qu’un tiers y étaient favorables14. Une formulation connexe, nommée trouble d’aliénation parentale, a été proposée, suggérant que l’intégration du SAP dans le DSM-V promouverait la recherche sur le sujet et le traitement approprié, ainsi que réduirait le mauvais usage de ce concept valide et fiable8. En décembre 2012, l’Association américaine de psychiatrie a annoncé que le SAP n’était pas inclus dans la révision du DSM-V54 faite cette année là.

Critiques de la communauté scientifique

La communauté scientifique a largement réfuté les travaux de Gardner et le syndrome d’aliénation parentale est majoritairement considéré comme de la pseudo-science par cette dernière. Les critiques formulées à l’encontre de cette théorie sont de plusieurs ordres : manque de rigueur scientifique, faiblesse conceptuelle. hypothèses de bases infirmées par des études rigoureuses, non falsifiabilité.Le SAP tel que formulé par Gardner a été critiqué pour son manque de fondement scientifique55,56,57, et en tant qu’hypothèse dont les adeptes n’auraient pas réussi à s’acquitter de la charge de la preuve pour justifier son acceptation5,55,57. Les premières publications sur le SAP ont été auto-publiées et n’ont pas été révisées par des pairs32. Bien que les articles suivants aient été publiés dans des revues évaluées par les pairs, la plupart étaient constitués de preuves anecdotiques sous forme d’études de cas58,59. En outre, dans le peu de recherches effectuées sur le SAP, sa validité et sa réfutabilité n’ont pas été suffisamment prouvées10,11. Le manque de recherches objectives, ainsi que de réplication, de falsifiabilité et de publication indépendante ont conduit à des critiques, qualifiant le SAP de pseudo-science ou de junk science (« science poubelle »)9,55,56 par ses détracteurs. Les défenseurs du SAP admettent que la validité et la fiabilité du SAP doivent être confirmées par des études contrôlées et systématiques à une plus grande échelle32,14,60, et que l’unique étude publiée en 2004 doit être complétée, ce qui suggère que les praticiens pourraient arriver à un consensus basé sur des rapports écrits61.

Le fondement de la théorie du SAP a été décrit comme incomplet, simpliste et erroné du fait qu’il ignore de multiples facteurs (y compris les comportements de l’enfant, des parents et des autres membres de la famille) qui peuvent contribuer à l’aliénation parentale, au dysfonctionnement de la famille et à la rupture de l’attachement entre un parent et un enfant32,17,62,58,63. Selon ses détracteurs le SAP exagèrerait les effets néfastes de l’aliénation parentale sur les enfants10,61. Cependant, selon ses défenseurs, il est très difficile de déterminer le nombre de fausses allégations d’abus sexuels sur enfant. Des inquiétudes ont été exprimées sur le fait que le SAP n’ait pas le soutien scientifique suffisant pour être qualifié de syndrome et que Gardner ait popularisé le SAP comme un syndrome en se basant sur une classification de comportements assez vague32,19.

Bien que le SAP ne soit pas accepté comme syndrome, l’aliénation parentale est une dynamique moins controversée présente dans la littérature juridique et de la santé mentale64,65. Depuis que Gardner a proposé le SAP, d’autres chercheurs dans le domaine ont suggéré de se concentrer moins sur le diagnostic du syndrome et plus sur la définition de ‘’l’enfant aliéné’’ ainsi que sur la dynamique des situations qui ont contribué à l’aliénation17,65.

Statut clinique

Le SAP a été critiqué pour rendre le travail clinique avec les enfants aliénés confus32. L’analyse de Gardner a été critiquée pour l’attribution inappropriée de toute responsabilité du comportement de l’enfant à un seul parent, alors que le comportement de l’enfant est souvent le résultat d’une dynamique plus complexe, dans laquelle les deux parents et l’enfant jouent un rôle39,63.

Gardner a désapprouvé la critique du SAP[Laquelle ?] en la qualifiant de simpliste et affirmant que, bien qu’il existait une grande variété de causes pour lesquelles un enfant peut devenir aliéné d’un parent, dans le cas du SAP le facteur étiologique primaire était le parent effectuant le lavage de cerveau et que dans le cas contraire le SAP n’avait pas lieu13.

Critiques féministes

En 2006 Patrizia Romito publie un livre sur les stratégies d’occultation de la violence masculine à partir d’études scientifiques et s’attache à démontrer que les « fausses dénonciations d’abus sexuels sur les enfants en cas de séparation » sont un mythe fabriqué, car d’une part peu les études montrent que très peu de plaintes sont fausses (2 à 8%) , et d’autre part le taux de dénonciation est peu élevé66. Elle démonte les arguments de Richard Gardner qu’elle qualifie d’escroquerie intellectuelle, et dénonce la tendance à la psychologisation de cas individuels qui empêche tout traitement politique de la violence conjugale et contribue au déni de la violence masculine, découlant selon elle des rapports sociaux entre les sexes. Pour Romito, ce déni de la violence masculine est à mettre sur le compte du Backlash (essai) tel que décrit par Susan Faludi en 199167, à savoir une tentative de démantèlement des acquis des droits des femmes68. Au Canada, le sociologue féministe Martin Dufresne a également critiqué le concept du SAP en s’appuyant sur de nombreuses études et publications scientifiques69. Il souligne que la plupart des ouvrages de Gardner ont été publiés à compte d’auteur et ne sont donc pas le résultat d’une démarche scientifique rigoureuse70. Ce fait est également attesté lors d’un procès aux États-Unis, le tribunal de l’Etat de New-York en 2000 refuse de se baser sur le témoignage de Gardner dans l’affaire Fortin, alléguant que 42 sur 43 livres de Gardner ont été publiés par sa prope maison d’édition70.

Le fait que le SAP vise principalement des mères dénonçant les abus sexuels au cours d’une procédure de séparation car ce sont elles qui en général ont la garde de des enfants, décrédibilisant leur discours a également été critiqué71,72, ainsi que l’utilisation de ses théories par une mouvance dite masculiniste73,74, notamment par des associations comme SOS Papa75et du collectif de la grue jaune en France76,77,78,79,80,81.

Lutte pour la reconnaissance du SAP

Associations

En France, l’ACALPA, association réunissant des psychologues et des juristes, lutte pour sa reconnaissance officielle et la défense des enfants concernés. De nombreux psychologues décrivent des cas de syndrome d’aliénation parentale comme Jacques Biolley3, qui préfère employer lui le terme de « syndrome d’éviction parentale » ou « syndrome d’exclusion parentale, ou encore Marie-France Hirigoyen qui aborde rapidement le sujet dans ses deux livres Le Harcèlement moral82 et Abus de faiblesse et autres manipulations83.

Selon Broca et Odinez, Gardner n’aurait pas été le premier à décrire l’aliénation parentale et ses effets psychologiques, le syndrome serait mentionné dans des procédures juridiques depuis le début du XIXe siècle, ainsi que dans les écrits des professionnels de la santé mentale depuis les années 194042. Selon ces auteurs, David L. Levy, qui n’avait jamais entendu parler de SAP, décrit tous les composants de ce phénomène dans son livre Maternal Oveprotection, publié en 194342.

Hubert Van Gijseghem

Sexisme et SAP

Le SAP a été critiqué pour son sexisme et utilisé par des groupes de pères pour marginaliser les craintes et les préoccupations légitimes concernant des abus. Des groupes de femmes se sont donc opposés à la légitimité du SAP et le considèrent comme un danger pour les enfants62. Après ses premières publications, Gardner a révisé sa théorie pour rendre les pères et les mères tout aussi susceptibles d’aliéner ou être manipulateurs et nié le caractère sexiste du SAP. Gardner a indiqué plus tard qu’il croyait que les hommes étaient tout aussi susceptibles d’être aliénants13. Des études sur les enfants et les adultes étiquetés comme souffrant du SAP ont suggéré que les mères étaient plus susceptibles que les pères d’être le parent aliénant14. Cependant, la surreprésentation des mères, au moment des observations faites par Gardner, a ensuite été critiquée comme constitutive d’un biais statistique lié au fait que les juges donnaient très majoritairement la garde aux mères. Le parent le plus capable de mettre en place un SAP, ou SEP, étant le parent qui s’est vu accordé la « garde principale » de l’enfant. L’aspect « sexiste » a dès lors perdu de sa substance.

La formulation originale de Gardner qualifie presque exclusivement les mères comme étant le parent aliénant. Elle a été approuvée par les groupes de défense des droits des pères, car elle leur a permis d’expliquer la réticence des enfants à rendre visite à leurs pères et de jeter le blâme sur leurs ex-épouses65,84. En revanche, les groupes de femmes ont critiqué le SAP car il permettait aux agresseurs de prétendre que les allégations de traitement abusif par la mère ou par l’enfant n’étaient qu’un reflet d’un lavage de cerveau65. La surreprésentation des mères, au moment des observations faites par Gardner, ayant ensuite été critiquée comme constitutif d’un biais statistique lié au fait que les juges donnaient très majoritairement la garde aux mères. Le parent le plus en capable de mettre en place un SAP, ou SEP, étant le parent qui s’est vu accordé la « garde principale » de l’enfant.

Recours au diagnostic de syndrome d’aliénation parentale dans les tribunaux

Amérique

Canada

À l’origine, les Affaires judiciaires canadiennes ont accepté des avis d’experts sur le SAP. Elles ont utilisé le terme « syndrome » et étaient d’accord avec la théorie de Gardner selon laquelle un seul des parents était entièrement responsable de l’apparition du SAP. Gardner a témoigné dans un cas (Fortin c Major, 1996), mais le tribunal n’a pas accepté son avis, concluant que l’enfant en question n’avait pas été aliéné. Une conclusion basée sur l’évaluation d’un expert désigné par le tribunal qui, contrairement à Gardner, avait rencontré les membres de la famille65. Des affaires plus récentes, bien qu’acceptant le concept d’aliénation, ont mentionné l’absence du SAP dans le DSM-IV, et ont généralement évité la terminologie « syndrome », soulignant que les changements de garde sont stressants pour l’enfant et ne devraient se produire que dans les cas les plus sévères65. En 2006 un rapport de recherche du Ministère de la Justice (Canada) décrit le SAP comme « empiriquement non vérifié » et a favorisé un cadre différent pour traiter des questions d’aliénation, bénéficiant de plus de soutien pour la recherche85. Les décisions quant à une éventuelle aliénation parentale sont considérées comme appartenant à la justice et déterminées par celle-ci sur la base des faits de l’affaire, plutôt que sur un diagnostic fait par un professionnel de la santé mentale.Il est reconnu que le rejet d’un parent est une question complexe, et qu’une distinction doit être faite entre l’aliénation pathologique et l’éloignement raisonnable65.

États-Unis

Le SAP a été cité dans le cadre du processus de détermination de la garde des enfants aux États-Unis6. Sur la base de l’évaluation du SAP, les tribunaux des États-Unis ont accordé la garde exclusive à certains pères5. Le SAP a été contesté en vertu du critère Frye qui a évalué sa reconnaissance par la communauté scientifique5,86. Gardner prétendait que le SAP était généralement admis par la communauté scientifique et a passé le test Frye dans deux états13. Or, une analyse des affaires judiciaires (2006) impliquant des cas de SAP cités par Gardner a conclu que ces décisions n’ont pas fait jurisprudence, que le SAP est perçu négativement dans la plupart des études juridiques et que les écrits de Gardner ne fondent pas l’existence du SAP. Des soixante-quatre cas précédents, seules deux décisions prises dans l’État de New York par deux tribunaux de juridiction criminelle ont effectivement créé des précédents. Les deux soutenaient que le SAP était irrecevable l’une d’entre elles a révélé que le SAP a échoué au test Frye. Étant donné que la communauté professionnelle n’avait pas fait consensus sur la question, cette décision a été confirmée dans une Cour d’appel. Gardner a listé cinquante affaires sur son site internet, où il déclarait qu’elles avaient mis en place des jurisprudences qui rendaient le SAP recevable. Cela dit, en réalité aucune ne l’a fait : quarante six n’ont pas discuté sa recevabilité et les quatre restant étaient problématiques :

  • Une affaire a établi que le SAP a passé le test Frye, mais l’appel n’a pas discuté le test et a rejeté l’appellation « Syndrome d’Aliénation Parentale ». Le verdict s’est concentré sur la « volonté et la capacité de chaque parent de faciliter et d’encourager une relation proche et continue entre les parents et l’enfant ».
  • Dans la seconde affaire, la cour d’appel n’a pas examiné le SAP.
  • La troisième affaire a spécifiquement choisi de ne pas discuter la recevabilité du SAP.
  • La quatrième affaire n’a pris aucune décision sur le SAP5.

Europe

Des exemples de décisions87 s’appuyant sur la reconnaissance du SAP apparaissent en France, Roumanie, Finlande, Espagne, Hongrie, Suisse, République tchèque, Bulgarie.

France

En France la ministre Laurence Rossignol demande l’inscription d’une fiche d’information sur le site du ministère de la justice afin d’interdire l’utilisation dans le cadre judiciaire du concept de SAP. Cette notice est mise à jour à la demande de Laurence Rossignol en 2018. Le Ministère de la Justice publie une réponse dans le JO suite à cette demande 88,89:

« une note d’information a été mise en ligne sur le site intranet de la direction des affaires civiles et du sceau du ministère de la justice pour informer les magistrats du caractère controversé et non reconnu du syndrome d’aliénation parentale, les inciter à regarder avec prudence ce moyen lorsqu’il est soulevé en défense et leur rappeler que d’autres outils sont à leur disposition en matière civile pour faire face aux situations parfois réelles d’un parent qui tenterait d’éloigner progressivement l’enfant de l’autre parent ».

Cette initiative est annoncée en 2017 dans la mesure 58 du 5ème plan de lutte contre toutes les violences faites aux femmes90 qui indique que :

«Dans les cas de violences conjugales ou de violences faites aux enfants, l’allégation du « syndrome d’aliénation parentale » soulève de réelles difficultés. Elle conduit à décrédibiliser la parole de la mère, exceptionnellement du père ou de l’enfant, et par conséquent à en nier le statut de victime en inversant les responsabilités.»

Royaume-Uni

Au Royaume-Uni, concernant l’évaluation du SAP, sa recevabilité a été rejetée à la fois dans une étude d’experts91 et par la Cour d’appel d’Angleterre et du pays de Galles6,7

Aliénation parentale

De très nombreux termes ont été employés pour décrire ces phénomènes, SAP, aliénation parentale, etc. Dans tous les cas ils décrivent le fait qu’un parent manipule son enfant de manière que l’enfant développe une vision négative de l’autre parent, voire que l’enfant se mette à refuser de voir l’autre parent. Le dénigrement systématique de l’autre parent résultant de la seule animosité à son égard est source de souffrance psychique chez l’enfant et l’adolescent92. L’aliénation parentale est une forme de maltraitance psychologique93. L’aliénation parentale est le terme le plus employé aujourd’hui 93,42. « Certes Clawar et Rivlin et bien d’autres utilisent différents termes pour nommer le même phénomène que Gardner appelle le SAP. Et de nos jours, la plupart des auteurs se réfèrent désormais à l’Aliénation Parentale et n’utilisent pas le terme de SAP, sauf quand ils discutent le sujet dans un contexte historique »42

Lors de séparations et de divorces, les enfants sont parfois victimes de véritables campagnes de manipulation visant à aliéner un enfant à son autre parent dans le but d’obtenir une autorité parentale exclusive et/ou de restreindre fortement l’exercice du droit de visite.

Bien que le SAP ne soit pas accepté comme syndrome, l’aliénation parentale est une dynamique moins controversée présente dans la littérature juridique et de la santé mentale64,65. Depuis que Gardner a proposé le SAP, d’autres chercheurs dans le domaine ont suggéré de se concentrer moins sur le diagnostic du syndrome et plus sur la définition de « l’enfant aliéné » ainsi que sur la dynamique des situations qui ont contribué à l’aliénation17,65.

Article détaillé : aliénation parentale.

Évolution du concept de syndrome d’aliénation parentale

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?

Références

  1. Dr Roland BROCA & Olga ODINETZ, Séparations conflictuelles et aliénation parentale – Enfants en danger, Chronique Sociale, février 2016, 384 p. (ISBN 978-2-36717-165-4), p13
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées :10
  3. a et b Biolley, Jacques,, Enfant libre ou enfant otage? : comment protéger l’enfant après la séparation de ses parents (ISBN 9782501092845 et 2501092848, OCLC 906011547, lire en ligne [archive])
  4. a b c et d (en) RA Gardner, « Parental Alienation Syndrome (PAS): Sixteen Years Later », Academy Forum, vol. 45, no 1,‎ 2001, p. 10–12 (lire en ligne [archive])
  5. a b c d e f g h i j k l m n o p q et r (en) JA Hoult, « The Evidentiary Admissibility of Parental Alienation Syndrome: Science, Law, and Policy », Children’s Legal Rights Journal, vol. 26, no 1,‎ 2006 (lire en ligne [archive])
  6. a b et c (en) Jane Fortin, Children’s Rights and the Developing Law, Cambridge University Press, 2003 (ISBN 9780521606486), 263 [archive]
  7. a et b (en) Andrew Bainham, Children: The Modern Law, Jordans, 2005 (ISBN 9780853089391), p. 161
  8. a et b (en) W Bernet, « Parental Alienation Disorder and DSM-V », The American Journal of Family Therapy, vol. 36, no 5,‎ 2008, p. 349–366 (DOI 10.1080/01926180802405513)
  9. a b c d e et f (en) KC Faller, « The parental alienation syndrome: What is it and what data support it? », Child Maltreatment, vol. 3, no 2,‎ 1998, p. 100–115 (DOI 10.1177/1077559598003002005, lire en ligne [archive] [PDF])
  10. a b c d e et f (en) CS Bruch, « Parental Alienation Syndrome and Parental Alienation: Getting It Wrong in Child Custody Cases », Family Law Quarterly, vol. 35, no 527,‎ 2001, p. 527–552 (lire en ligne [archive] [PDF])
  11. a et b (en) CL Wood, « The parental alienation syndrome: a dangerous aura of reliability », Loyola of Los Angeles Law Review, vol. 29,‎ 1994, p. 1367–1415 (lire en ligne [archive])
  12. (en) Marc J. Ackerman (Ph.D.), Clinician’s Guide to Child Custody Evaluations, John Wiley and Sons,, 2002 (ISBN 9780471150916, lire en ligne [archive]), p. 73–82
  13. a b c d et e (en) Richard Gardner, « Commentary on Kelly and Johnston’s The Alienated Child: A Reformulation of Parental Alienation Syndrome », Family Court Review, vol. 42, no 4,‎ 2004, p. 611–21 (DOI 10.1177/1531244504268711, lire en ligne [archive] [PDF])
  14. a b c et d (en) AJL Baker, « Knowledge and Attitudes About the Parental Alienation Syndrome: A Survey of Custody Evaluators », American Journal of Family Therapy, vol. 35, no 1,‎ 2007, p. 1–19 (DOI 10.1080/01926180600698368)
  15. a b et c (en) RA Gardner, « Denial of the Parental Alienation Syndrome Also Harms Women », American Journal of Family Therapy, vol. 30, no 3,‎ 2002, p. 191–202 (DOI 10.1080/019261802753577520)
  16. a b c et d (en) L.E. A. Walker, K. L. =Brantley et J. A. Rigsbee, « A Critical Analysis of Parental Alienation Syndrome and Its Admissibility in the Family Court », Journal of Child Custody, vol. 1, no 2,‎ 2004, p. 47–74 (DOI 10.1300/J190v01n02_03)
  17. a b c d et e (en) PG Jaffe, N. K. D. Lemon et S. E. Poisson, Child Custody & Domestic Violence, SAGE Publications, 2002 (ISBN 9780761918264), p. 52–54
  18. a b c d e et f (en) S. J. Dallam, « The Parental Alienation Syndrome: Is It Scientific? », dans E. St. Charles E et L. Crook (éds.), Expose: The failure of family courts to protect children from abuse in custody disputes, Our Children Our Children Charitable Foundation, 1999 (lire en ligne [archive])
  19. a b et c (en) P. J. Caplan, « What is it that’s being called Parental Alienation Syndrome », dans P. J. Caplan et L. Cosgrove (éds.), Bias in psychiatric diagnosis, Rowman & Littlefield, 2004 (ISBN 9780765700018), 62 [archive]
  20. (en) T Brown et A. Renata, Child Abuse and Family Law: Understanding the Issues Facing Human Service and Legal Professionals, Allen & Unwin, 2007 (ISBN 9781865087313), p. 11–12
  21. (en) A. J. L. Baker, Adult children of parental alienation syndrome: breaking the ties that bind, New York, W. W. Norton & Company, 2007 (ISBN 0-393-70519-6)
  22. a b c et d (en) Richard A. Gardner, « Recommendations for Dealing with Parents who Induce a Parental Alienation Syndrome in their Children », Journal of Divorce and Remarriage,‎ 1998, p.1-23 (DOI 10.1300/J087v28n03_01)
  23. a et b (en) Richard A. Gardner, « Introduction », dans Richard A. Gardner, Richard S. Sauber et Demosthenes Lorandos, The International Handbook of Parental Alienation Syndrome: Conceptual, Clinical And Legal Considerations, Charles C. Thomas, 2006 (ISBN 978-0398076474), p. 5–11
  24. strong, healthy, cf. (en) Richard A. Gardner, « Recommendations for Dealing with Parents who Induce a Parental Alienation Syndrome in their Children », Journal of Divorce and Remarriage,‎ 1998, p.4 (DOI 10.1300/J087v28n03_01)
  25. strong, healthy or minimally pathological, cf. (en) Richard A. Gardner, « Recommendations for Dealing with Parents who Induce a Parental Alienation Syndrome in their Children », Journal of Divorce and Remarriage,‎ 1998, p.4 (DOI 10.1300/J087v28n03_01)
  26. « In the mild type, the alienation is relatively superficial and the children basically cooperate with visitation, but are intermittently critical and disgruntled ». cf. (en) Richard A. Gardner, « Recommendations for Dealing with Parents who Induce a Parental Alienation Syndrome in their Children », Journal of Divorce and Remarriage,‎ 1998, p.2 (DOI 10.1300/J087v28n03_01)
  27. a b c et d (en) Richard A. Gardner, « Recommendations for Dealing with Parents who Induce a Parental Alienation Syndrome in their Children », Journal of Divorce and Remarriage,‎ 1998, p.4 (DOI 10.1300/J087v28n03_01)
  28. a et b strong, mildly to moderately pathological, cf. (en) Richard A. Gardner, « Recommendations for Dealing with Parents who Induce a Parental Alienation Syndrome in their Children », Journal of Divorce and Remarriage,‎ 1998, p.4 (DOI 10.1300/J087v28n03_01)
  29. (en) Richard A. Gardner, « Recommendations for Dealing with Parents who Induce a Parental Alienation Syndrome in their Children », Journal of Divorce and Remarriage,‎ 1998, p.8 (DOI 10.1300/J087v28n03_01)
  30. « It is in this category that the mother’s programming of the child is likely to be formidable and she may utilize a wide variety of exclusionary tactics. » cf(en) Richard A. Gardner, « Recommendations for Dealing with Parents who Induce a Parental Alienation Syndrome in their Children », Journal of Divorce and Remarriage,‎ 1998, p.8 (DOI 10.1300/J087v28n03_01).
  31. a b et c (en) Richard A. Gardner, « Recommendations for Dealing with Parents who Induce a Parental Alienation Syndrome in their Children », Journal of Divorce and Remarriage,‎ 1998, p.5 ainsi que p.9-11 (DOI 10.1300/J087v28n03_01).
  32. a b c d e et f (en) RA Warshak, « Current controversies regarding parental alienation syndrome », American Journal of Forensic Psychology, vol. 19, no 3,‎ 2001, p. 29–59 (lire en ligne [archive] [PDF])
  33. (en) Richard Gardner, « Commentary on Kelly and Johnston’s The Alienated Child: A Reformulation of Parental Alienation Syndrome », Family Court Review, vol. 42, no 4,‎ 2004, p.616 (DOI 10.1177/1531244504268711, lire en ligne [archive] [PDF])
  34. « extremely restricted visitation by the preferred parent, under supervision if necessary, to prevent indoctrination »{ cf. (en) Richard A. Gardner, « Recommendations for Dealing with Parents who Induce a Parental Alienation Syndrome in their Children », Journal of Divorce and Remarriage,‎ 1998, p.5 (DOI 10.1300/J087v28n03_01)
  35. a et b (en) Richard A. Gardner, « Recommendations for Dealing with Parents who Induce a Parental Alienation Syndrome in their Children », Journal of Divorce and Remarriage,‎ 1998, cf.p.4 et p.13-21 (DOI 10.1300/J087v28n03_01)
  36. Gardner ne présente aucune statistique pour étayer cette estimation. Il indique qu’elle découle de sa pratique, sans plus de précision.
  37. severely pathological, often paranoid bonding, cf. (en) Richard A. Gardner, « Recommendations for Dealing with Parents who Induce a Parental Alienation Syndrome in their Children », Journal of Divorce and Remarriage,‎ 1998, cf.p.4 (DOI 10.1300/J087v28n03_01)
  38. (en) Richard A. Gardner, « Family therapy of the moderate type of parental alienation syndrome », The American Journal of Family Therapy,‎ 1999, cf. p. 205-206
  39. a et b (en) JR Johnston et J. B. =Kelly, « Rejoinder to Gardner’s Commentary on Kelly and Johnston’s ‘The Alienated Child: A Reformulation of Parental Alienation Syndrome’ », Family Court Review, vol. 42, no 4,‎ 2004, p. 622–628 (DOI 10.1111/j.174-1617.2004.tb01328.x, lire en ligne [archive])
  40. « Le syndrome d’aliénation parentale (S.A.P.) » [archive], sur www.cairn.info, 2002
  41. (en) Janet R. Johnston et Joan B. Kelly, « REJOINDER TO GARDNER’S “COMMENTARY ON KELLY AND JOHNSTON’S ‘THE ALIENATED CHILD: A REFORMULATION OF PARENTAL ALIENATION SYNDROME’” », Family Court Review, vol. 42, no 4,‎ 15 mars 2005, p. 622–628 (ISSN 1531-2445 et 1744-1617, DOI 10.1111/j.174-1617.2004.tb01328.x, lire en ligne [archive], consulté le 13 septembre 2018)
  42. a b c d et e Dr Roland BROCA & Olga ODINETZ, Séparations conflictuelles et aliénation parentale – Enfants en danger, Chronique Sociale, février 2016, 384 p. (ISBN 978-2-36717-165-4), p13, préface de Dr. William BERNET
  43. a et b (en) Richard A. Gardner, True and false accusations of child sex abuse, Cresskill, N.J, Creative Therapeutics, 1992b, p. 593
  44. a b c et d MICHELE A. ADAMS, « Framing Contests in Child Custody Disputes: Parental Alienation Syndrome, Child Abuse, Gender, and Fathers’ Rights », Family Law Quarterly, vol. 40, no 2,‎ 2006, p. 315–338 (lire en ligne [archive], consulté le 16 septembre 2018)
  45. (en) Carol S. Bruch, « Parental Alienation Syndrome and Parental Alienation: Getting it wrong in child custody cases », Family Law Quarterly, vol. 35,‎ 2001 (lire en ligne [archive])
  46. a et b (en) S. J. Dallam, « The Parental Alienation Syndrome: Is It Scientific? », dans E. St. Charles E et L. Crook (éds.), Expose: The failure of family courts to protect children from abuse in custody disputes, Our Children Our Children Charitable Foundation, 1999 (lire en ligne [archive])
  47. (en) Richard A. Gardner, The parental alienation syndrome and the differentiation between fabricated and genuine child sex abuse, Cresskill, Creative Therapeutics, 1987, p.87
  48. (en) Richard A. Gardner, The parental alienation syndrome and the differentiation between fabricated and genuine child sex abuse, Cresskill, Creative Therapeutics, 1987, p. 129
  49. (en) Richard A. Gardner, Sexual Abuse Legitimacy Scale (SAL scale), Cresskill, N.J., Creative Therapeutics, 1987
  50. Pour un descriptif détaillé des opinions de Gardner relatif aux abus sexuelle, à la sexualité enfantine et adulte, à la psychologie féminine cf. Faller (1998) : The parental alienation syndrome : what is it and what data support it ?. L’article présente les idées qui sont à l’origine de l’échelle SALS ainsi que celles – légèrement différentes – qui sont à l’origine de l’ouvrage Protocols for Sex-Abuse Evaluation (1995).
  51. (en) L. Comeford, « Fatherhood Movements », dans J. O’Brien, Encyclopedia of Gender and Society, vol. 1, SAGE Publications, 2009 (ISBN 9781412909167), p. 285
  52. (en) Gary Rotstein, « Mental health professionals getting update on definitions », Pittsburgh Post-Gazette,‎ 15 février 2010 (lire en ligne [archive])
  53. (en) RA Gardner, PAS and the DSM-5: A Call for Action, Men’s News Daily, 6 octobre 2002 (lire en ligne[archive du 20 décembre 2003])
  54. « American Psychiatric Association Board of Trustees Approves DSM-5-Diagnostic manual passes major milestone before May 2013 publication » [archive], American Psychiatric Association, 1er décembre 2012
  55. a b et c (en) RE Emery, « Parental Alienation Syndrome: Proponents bear the burden of proof », Family Court Review, vol. 43, no 1,‎ 2005, p. 8–13 (lire en ligne [archive] [PDF])
  56. a et b (en) Richard Bond, « The Lingering Debate Over the Parental Alienation Syndrome Phenomenon », Journal of Child Custody, vol. 4, no 1,‎ 2008, p. 37–54
  57. a et b (en) David Martindale et Jonathan W. Gould, The Art and Science of Child Custody Evaluations, New York, The Guilford Press, 2007 (ISBN 1-59385-488-9)
  58. a et b (en) M. J. Ackerman, Clinician’s guide to child custody evaluations, New York, John Wiley & Sons, 2001 (ISBN 0-471-39260-X), p. 73–82
  59. (en) E. R. Ragland et H. Fields, « Parental Alienation Syndrome: What Professionals Need to Know Part 1 of 2 Update », American Prosecutors Research Institute Newsletter, vol. 16, no 6,‎ 2003 (lire en ligne [archive])
  60. (en) Richard A. Warshak, « Bringing sense to Parental Alienation: A Look at the Disputes and the Evidence », Family Law Quarterly, vol. 37, no 2,‎ 2003, p. 273–301
  61. a et b (en) L Drozd, « Rejection in cases of abuse or alienation in divorcing families », dans R. M. Galatzer-Levy, L. Kraus et J.Galatzer-Levy, The Scientific Basis of Child Custody Decisions, 2nd Edition, John Wiley & Sons, 2009 (ISBN 9780470038581), p. 403–416.
  62. a et b (en) S. N. Sparta et G. P. =Koocher, Forensic Mental Health Assessment of Children and Adolescents, Oxford University Press, 2006 (ISBN 9780195145847), p. 83, 219–221
  63. a et b (en) KH Waldron et D. E. Joanis, « Understanding and Collaboratively Treating Parental Alienation Syndrome », American Journal of Family Law, vol. 10,‎ 1996, p. 121–133 (lire en ligne [archive])
  64. a et b JN Bow, « Examining Parental Alienation in Child Custody Cases: A Survey of Mental Health and Legal Professionals », The American Journal of Family Therapy, vol. 37, no 2,‎ 2009, p. 127–145 (DOI 10.1080/01926180801960658)
  65. a b c d e f g h et i (en) Nicholas Bala, Barbara-Jo Fidler, Dan Goldberg et Claire Houston, « Alienated Children and Parental Separation: Legal Responses in Canada’s Family Courts », Queen’s Law Journal, vol. 33,‎ 2007, p. 79–138 (lire en ligne [archive])
  66. Lucienne Gillioz, « Patrizia Romito :Un silence de mortes. La violence masculine occultée », Nouvelles Questions Féministes, vol. 28, no 1,‎ 2009, p. 120 (ISSN 0248-4951 et 2297-3850, DOI 10.3917/nqf.281.0120, lire en ligne [archive], consulté le 1er mai 2019)
  67. Johanna Siméant, « S. Faludi, Backlash. La guerre froide contre les femmes », Politix. Revue des sciences sociales du politique, vol. 6, no 24,‎ 1993, p. 225–230 (DOI 10.3406/polix.1993.1602, lire en ligne [archive], consulté le 1er mai 2019)
  68. « Postface 2018 de Patrizia Romito à son ouvrage : Un silence de mortes » [archive], sur Entre les lignes entre les mots, 27 août 2018 (consulté le 1er mai 2019)
  69. « Sisyphe – Syndrome d’aliénation parentale ou SAP » [archive], sur sisyphe.org (consulté le 1er mai 2019)
  70. a et b « Sisyphe – Syndrome d’Aliénation Parentale : la fin du mythe » [archive], sur sisyphe.org (consulté le 1er mai 2019)
  71. Paula Joan Caplan, « Le «syndrome d’aliénation parentale» [Introduction et traduction de Léo Thiers-Vidal] », Revue des politiques sociales et familiales, vol. 89, no 1,‎ 2007, p. 59–63 (DOI 10.3406/caf.2007.2312, lire en ligne [archive], consulté le 2 mai 2019)
  72. Sylvie Cadolle, « Les féminismes, ou le débat du sexe et du genre », Journal français de psychiatrie, vol. 40, no 1,‎ 2011, p. 25 (ISSN 1260-5999 et 1776-2855, DOI 10.3917/jfp.040.0025, lire en ligne [archive], consulté le 2 mai 2019)
  73. Esprit L, « « SAP » : arme de guerre masculiniste » [archive], sur ESPRIT L, 22 novembre 2017 (consulté le 2 mai 2019)
  74. Aurélie Fillod-Chabaud, « « Au nom du père » : une sociologie comparative du militantisme paternel en France et au Québec », Institut universitaire européen (thèse),‎ 2014 (DOI 10.2870/589887, lire en ligne [archive], consulté le 2 mai 2019)
  75. Francis Dupuis-Déri, Mélissa Blais et Christine Bard, Antiféminismes et masculinismes d’hier et d’aujourd’hui, Presses Universitaires de France, 6 mars 2019 (ISBN 9782130816621, lire en ligne [archive])
  76. admin, « Collectif Stop-Masculinisme » [archive] (consulté le 2 mai 2019)
  77. Tanguy Grannis, « Ces hommes qui détestent les femmes », Revue du Crieur, vol. 12, no 1,‎ 2019, p. 4 (ISSN 2428-4068 et 2649-7565, DOI 10.3917/crieu.012.0004, lire en ligne [archive], consulté le 2 mai 2019)
  78. Anne-Lise Diet, « Garde alternée », Connexions, vol. 90, no 2,‎ 2008, p. 139 (ISSN 0337-3126 et 1776-2804, DOI 10.3917/cnx.090.0139, lire en ligne [archive], consulté le 2 mai 2019)
  79. Jean-Yves Hayez et Philippe Kinoo, « Aliénation parentale, un concept à haut risque », Études, 2009/2 (Tome 410), p. 187-198.,‎ 2009 (lire en ligne [archive])
  80. Patric Jean, « L’escalade des pères à Nantes cache une proposition de loi », Le Monde,‎ 18 février 2013 (lire en ligne [archive], consulté le 7 mai 2019)
  81. « SOS Papa: et si la guerre des sexes, c’était eux? » [archive], sur Le Huffington Post, 6 mars 2013 (consulté le 7 mai 2019)
  82. Hirigoyen, Marie-France, Le Harcèlement moral — la violence perverse au quotidien, Presses Pocket, impr. 1998 (ISBN 226609243X, 9782266092432 et 9782266222778, OCLC 708534301, lire en ligne [archive])
  83. Hirigoyen, Marie-France., Abus de faiblesse et autres manipulations, Librairie générale française, impr. 2013 (ISBN 9782253169383 et 2253169382, OCLC 863052358, lire en ligne [archive])
  84. (en) A. Ottaman et R. Lee, « Fathers’ rights movement », dans J. L. Edleson et C. M. Renzetti, Encyclopedia of Interpersonal Violence, SAGE Publications, 2008 (ISBN 978-1412918008), p. 252
  85. (en) PG Jaffe, C. V. =Crooks et N. Bala, Making Appropriate Parenting Arrangements in Family Violence Cases: Applying the Literature to Identify Promising Practices, Department of Justice, 2006 (lire en ligne [archive] [PDF])
  86. (en) John E. B. Myers, Myers on evidence in child, domestic, and elder abuse cases, Gaithersburg, Md, Aspen Publishers, 2005 (ISBN 0-7355-5668-7), p. 415
  87. Jean Pannier, « Syndrome d’aliénation parentale – Expertise psychologique – Autorité parentale conjointe – Droit de visite et d’hébergement – Père – Droit de visite et d’hébergement progressif – Modalités d’exercice », Gazette du Palais, 18 au 20 novembre 2007,‎ 2007 (lire en ligne [archive])
  88. « Syndrome d’aliénation parentale – Sénat » [archive], sur www.senat.fr (consulté le 1er mai 2019)
  89. 31 Janvier 2018, « Le Syndrome d’Aliénation Parentale bientôt proscrit des expertises judiciaires | Le Club de Mediapart » [archive], sur Association Coup de Pouce, 31 janvier 2018 (consulté le 1er mai 2019)
  90. « 5e-plan-de-lutte-contre-toutes-les-violences-faites-aux-femmes.pdf » [archive], sur Google Docs (consulté le 1er mai 2019)
  91. (en) C. Sturge et D. Glaser, « Contact and domestic violence – the experts’ court report », Family Law, vol. 615,‎ 2000
  92. (en) Jean-Yves Hayez et Philippe Kinoo, « L’aliénation parentale, un concept à haut risque », Études, vol. 140,‎ 2009, p. 187-198 (lire en ligne [archive])
  93. a et b (en) Douglas Darnall, Divorce Casualties: Protecting Your Children from Parental Alienation, Rowman & Littlefield, 1998 (ISBN 9780878332083, lire en ligne [archive])

Bibliographie

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

 

Ligue du LOL : le journaliste David Servenay a encore perdu une bonne occasion de se faire discret

Voilà en effet ce qu’il twitte aujourd’hui sans aucune vergogne, alors qu’il est à l’origine du phénomène avec ses amis « déconnologues » de la bande du cybercriminel Pascal Edouard Cyprien Luraghi, lequel a débuté en 2008 sur le site Rue89 :

avatar
David Servenay
@servenay
RT @yannguegan: Tu te dis qu’on a peut-être fait le tour des révélations sur la #liguedulol mais en fait non
La Ligue du LOL était aussi une machine à broyer des femmes
[Enquête Numerama] Il y a dix ans, être une femme ciblée par la Ligue du LOL revenait à mettr… plus
numerama.com
reply
retweet
favorite

Point n’est besoin d’aller rechercher de lointains ancêtres aux membres de la Ligue du LOL, ni de tomber dans la tartufferie d’un Paul Godefrood, tout a bien commencé sur le site Rue89 en 2008 avec les harcèlements quotidiens dont y étaient victimes des femmes – et uniquement des femmes, jamais des hommes – déjà victimes de harcèlement moral dans le travail qui, appâtées par des articles sur ce sujet – tout comme des hommes se disant également victimes de harcèlement moral dans le travail – venaient comme moi très naïvement parler ou témoigner anonymement de ce que ces termes pouvaient recouvrir.

Le journaliste de Rue89 David Servenay nous faisait passer pour des folles, c’est son pote le malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi qui le dit publiquement dès 2010 et au cours des années suivantes dans plusieurs de ses écrits publics me concernant, qu’il n’a pas tous rendus privés.

Au mois de février 2009, il avait bien fait publier sur ce site un article consacré au harcèlement moral en entreprise dont était victime une personne… handicapée… son but étant clairement de laisser entendre que le handicap, particulièrement lorsqu’il est mental, justifie le harcèlement moral en entreprise et ailleurs, lequel ne saurait être autre chose : on se « moque » à juste titre des « fous » ou des « folles », lesquels n’auraient leur place qu’en hôpital psychiatrique, et certainement pas dans les entreprises ni les espaces publics, comme l’ont toujours soutenu tous les « déconnologues » de la bande de Pascal Edouard Cyprien Luraghi et leurs divers complices, à commencer, en ce qui me concerne, par la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest qui alimentait déjà toute la bande en fausses informations à mon sujet. M’ayant toujours fait surveiller par divers moyens illégaux, comme des écoutes téléphoniques illégales et du piratage informatique, elle suivait attentivement toute mon activité anonyme sur Internet, particulièrement sur le site Rue89 où j’avais ouvert un compte, et contactait tous mes nouveaux contacts pour les « renseigner » à mon sujet…

A noter : les magistrats ultra CORROMPUS du Tribunal de Grande Instance de Brest n’ont par la suite jamais tari d’éloges sur la « déconnologie » pratiquée sur le site Rue89, telle que son inventeur le cybercriminel et psychopathe Pascal Edouard Cyprien Luraghi l’avait décrite et revendiquée lors de son interrogatoire du 14 mars 2011 à la Gendarmerie de Puy-l’Evêque, à la suite de mes premières plaintes à son encontre. Il en excluait alors ses prolongements ultra violents sur ses propres blogs comme dans les « vraies vies » de ses cibles, niant notamment m’avoir à maintes reprises menacée de mort, mais avait bien déclaré se « moquer » avec ses amis des « folles » qui se prétendaient victimes de harcèlement moral en entreprise dans leurs commentaires sur le site Rue89, lesquelles, en réalité, se contentaient ainsi de répondre aux appels explicites à témoigner et à débattre des journalistes du site.

Ce dernier a encore revendiqué comme « normales » ou parfaitement « justifiées » toutes ses soi-disant « moqueries » à mon encontre devant le juge des référés du Tribunal de Grande Instance de Paris lors de l’audience du 8 novembre 2016 qu’il avait lui-même demandée pour exiger notamment qu’il me soit fait interdiction définitive de toute expression publique concernant ma propre biographie, sur laquelle il estime avoir un droit d’exclusivité.

En ce qui concerne le pervers manipulateur David Servenay, rappelons qu’il a quitté Rue89 au mois de décembre 2010 pour rejoindre l’éphémère site OWNI par où ont transité à la même époque plusieurs membres de la Ligue du LOL.

 

https://www.numerama.com/politique/463806-la-ligue-du-lol-etait-aussi-une-machine-a-broyer-des-femmes.html

La Ligue du LOL était aussi une machine à broyer des femmes

 

 

[Enquête Numerama] Il y a dix ans, être une femme ciblée par la Ligue du LOL revenait à mettre le doigt dans un engrenage bien particulier. Influence, pouvoir, harcèlement et photos intimes volées : de nouveaux témoignages recueillis par Numerama montrent l’étendue d’un système où des femmes, volontaires ou non, étaient tour à tour convoitées, dénigrées, moquées, harcelées.

Depuis la publication d’un article de Libération les accusant de cyberharcèlement le 8 février 2019, plusieurs membres de la « Ligue du LOL » ont publié des explications ou des excuses en ligne. La Ligue du LOL était le nom d’un groupe Facebook, créé par le journaliste Vincent Glad, qui rassemblait une trentaine de journalistes, communicants, blogueurs, et qui a harcelé en ligne de nombreux internautes francophones.

En grand majorité, ceux-ci assurent aujourd’hui avoir ciblé aussi bien des femmes que des hommes, et n’avoir pas fait de différence entre eux. Numerama a montré dans une première enquête combien cette entreprise visait en effet large — d’autres articles ont également montré l’homophobie de certains actes.

La plupart des femmes ciblées par la Ligue du LOL ont quant à elle subi un harcèlement bien spécifique, sexiste, et parfois sexuel. Numerama révèle de nouveaux témoignages et preuves de la pression que subissaient certaines d’entre elles, piégées dans une atmosphère d’entre-soi minuscule, où Twitter ressemblait alors à « une chatroom géante ».

Des détails intimes révélés sur Twitter

Iris Gaudin, journaliste et blogueuse, a fait partie de ces femmes. Elle connaissait le créateur de la Ligue du LOL, Vincent Glad. Ils étaient dans la même école de journalisme, l’ESJ, à une promo d’écart, et ils avaient eu ensemble une relation intime.

Un jour, après un café pour discuter d’une émission télévisée sur Twitter qu’il voulait lancer, Vincent Glad invite Iris Gaudin à rejoindre le réseau social. Elle accepte. Pour l’occasion, il lui dédie un tweet de bienvenue un peu particulier, dans lequel il l’appelle la «  salope ». Ce terme est utilisé en référence à une interview menée par la journaliste quelques temps plus tôt, dans laquelle l’acteur Gérard Depardieu la traite ainsi.

Dans les jours qui suivent, Iris Gaudin commence à recevoir des tweets, écrits depuis des comptes anonymes. Ils lui envoient des messages à caractère sexuel : «  Ils décrivaient des parties intimes de mon corps, avec beaucoup de précision », se souvient-t-elle. La journaliste envoie un message à Vincent Glad, et lui demande si c’est lui qui est derrière ces comptes. « Il m’a répondu que non, que j’étais complètement folle et qu’il n’était pas du tout au courant », raconte-t-elle à Numerama.

Des membres de la ligue du LOL comme le journaliste Alexandre Hervaud s’en mêlent. Dans un tweet toujours en ligne, il invite des comptes anonymes, dont au moins un a été relié à des membres de la Ligue, à «  payer une bonne bière » à Iris Gaudin, en la mentionnant. Un lien partagé renvoie vers la photo d’un sexe féminin dans lequel est inséré une canette de bière. Interrogé à ce sujet par la victime de harcèlement, Vincent Glad lui aurait répondu qu’elle «  n’avait pas d’humour ».

Ligue du LOL : le journaliste David Servenay a encore perdu une bonne occasion de se faire discret dans AC ! Brest ligue-lol-capture-hervaud-gaudin

Un tweet dans lequel était mentionnée Iris Gaudin. // Source : Capture d’écran Numerama

 

Un compte parodique nommé « jesuisunesalope » est aussi créé. Il mentionne régulièrement Iris Gaudin en se moquant d’elle, il se fait passer pour elle, ou se moque tantôt de ses tweets. «  Ce compte servait à me ridiculiser », résume la journaliste et blogueuse.

capture-decran-2019-02-13-a-13-23-58-1024x685 dans Calomnie

Capture Numerama
capture-decran-2019-02-13-a-13-23-39-1024x465 dans Corruption

Capture Numerama

 

Un autre compte anonyme, @foutlamerde, a servi à harceler sexuellement Iris Gaudin. Elle y était qualifiée de «  poupée  », de « coquine », de «  putain de cougar en puissance  ». Vincent Glad a reconnu avoir été l’une des personnes derrière ce compte à 20 Minutes.

ligue-lol-foutlamerde-iris dans Crime

Les tweets datent de 2010 // Source : Capture d’écran Numerama

 

Ce harcèlement sexuel a duré deux ans, entre 2010 et 2011, durant lesquels on l’a aussi avertie sur le fait que des images intimes d’elle circulaient – elle n’en a jamais eu la preuve. Il s’est ensuite largement atténué, à peu près au moment où des membres ont trouvé un emploi dans des grandes entreprises. Contacté par Numerama, Vincent Glad, qui était « tagué » sur certaines publications insultantes, affirme qu’il ne savait pas que des comptes anonymes avaient harcelé sexuellement Iris Gaudin en dévoilant des détails de son anatomie.

ligue-lol-gaudin-photo dans Folie

Un autre compte anonyme qui ciblait Iris Gaudin. // Source : Capture d’écran Numerama

 

Avoir des relations avec un des membres de la Ligue du LOL revenait-il à s’exposer au risque de voir des photos ou détails intimes circuler ? C’est une question que se pose aujourd’hui Camille, la femme derrière le compte Twitter @yelling__.

« Si tu n’étais plus sexuée, tu n’existais plus »

« À l’époque de Twitter, il n’y avait pas de notions de regard, il n’y avait que nous. Tout était public, c’était comme une chatroom géante. Il n’y avait pas de limite. J’entends parler de photos volées et aujourd’hui je me demande ce qu’il s’est échangé sur moi », explique celle qui a eu une relation avec l’un des membres de la Ligue du LOL. Aujourd’hui, elle est encore marquée par tout ce qu’il s’est passé.

Elle souligne combien certains membres cessaient de parler à quelques femmes dès qu’ils apprenaient que celles-ci étaient en couple. «  Les filles ciblées, c’était des célibataires. À partir du moment où je me suis mise en couple, j’étais devenue une ‘darone’. Si tu n’étais plus sexuée, tu n’existais plus. »

« Il m’a fait croire qu’il avait le SIDA »

La blogueuse Capucine Piot a également été l’une des cibles privilégiées de la Ligue. Parmi les insultes et commentaires dégradants qui la visaient, on trouve de nombreuses références à ses organes sexuels ou à des pratiques sexuelles.

Des comptes anonymes, parmi lesquels @foutlamerde, l’ont également harcelée. L’un d’entre eux se vantait d’avoir en sa possession une photo de la poitrine de Capucine Piot.

capture-decran-2019-02-13-a-13-29-08-1024x395 dans LCR - NPA

Un compte anonyme // Source : Capture d’écran / Numerama

 

Ce même compte a harcelé sexuellement d’autres femmes.

ligue-lol-harcelement-sexuel-1024x411 dans Le Post

Tous ces tweets s’adressent à une même femme. // Source : Captures d’écran Numerama

 

Capucine Piot raconte par ailleurs sur Twitter avoir eu une relation avec l’un des membres de la ligue, Renaud Aledo alias ClaudeLoup. «  Il m’a fait croire qu’il avait le SIDA pour me faire peur et me laisser penser que je pourrais l’avoir, accuse Capucine Piot. Je me suis retrouvée tremblante, à faire les examens médicaux nécessaires. Pendant ce temps-là la traque en ligne continuait ».

Certaines femmes victimes du harcèlement de la Ligue du LOL ont eu, ou failli avoir des relations intimes avec un membre du groupe. Qu’elles y consentent ou qu’elles s’y refusent, le résultat était le même : le harcèlement, d’elles ou de proches.

Matthias Jambon nous racontait ainsi dans notre précédent article sur le sujet que son harcèlement avait commencé en 2011. Il s’était rendu au salon du livre avec une amie journaliste. Cette dernière avait été approchée par Renaud Aledo, mais avait refusé d’avoir une relation sexuelle avec lui. Renaud Aledo les avait vus au salon du livre et aurait pensé que Matthias Jambon avait séduit la journaliste. Le lendemain, Matthias Jambon était suivi par la quasi-totalité des membres de la Ligue du LOL sur Twitter. « On m’a dit c’est ton tour », se souvient-il au téléphone. Les premières insultes sont tombées 48 heures plus tard.

Des photos intimes volées et partagées publiquement

Au cours de notre enquête, nous avons retrouvé sur Twitter des traces de l’existence d’un compte, depuis supprimé, intitulé @TwitpicDeSeins, le «  compte où tu ne veux pas voir ta petite sœur », comme le décrivait Vincent Glad dans un tweet en 2010. Dans un message public, il dit avoir «  inventé » la notion de « photo de sein » et mentionne le compte en question, qui partageait de nombreuses photos de décolletés ou de seins nus. Interrogé par Numerama, il nie en être à l’origine. Le «  on » désignerait Twitter ou les internautes, mais pas lui, ou la Ligue du LOL…

capture-decran-2019-02-12-a-16-02-37-copie-1024x385 dans Luraghi

Capture Numerama

 

Numerama a constaté que de nombreux membres de la Ligue du LOL échangeaient des photos en mentionnant ce compte. C’était également le cas d’autres membres de Twitter à l’époque. David, un journaliste que nous avons interrogé et qui ne faisait pas partie de ce groupe, avait lui aussi publié plusieurs photos des décolletés de ses amies en soirées. Il insiste sur le fait que c’était avec leur accord : « Il y avait des filles qui envoyaient directement [des photos] » souligne-t-il. Deux femmes concernées nous ont confirmé cette version des faits.

Une autre femme qui avait consenti à ce qu’une photo de ses seins soit prise lors d’une soirée ne s’en souvenait tout simplement pas. Ce n’est qu’après avoir contacté l’homme qui avait pris la photo qu’elle nous a indiqué : « Ce n’était pas très malin mais ce n’était pas dans mon dos. »

À l’époque en 2009, de nombreuses femmes mettent en ligne volontairement des décolletés (souvent), ou plus (parfois). Elles sont nombreuses à expliquer, aujourd’hui, combien l’ambiance était différente et qu’elles ne se méfiaient pas. Nombreuses, aussi, à culpabiliser d’être entrée dans ce « jeu » sans comprendre qu’elles étaient, à un autre endroit, tournées en ridicule pendant des mois ou des années. « Quand Vincent Glad a parlé de mes seins à l’époque, le pire, c’est que j’ai dû être contente », nous explique Camille (@yelling), contactée au téléphone.

capture-decran-2019-02-13-a-12-00-18-1024x428 dans NEMROD34

 

Plusieurs images qui circulent ne sont pas restées que sur Twitter. On retrouve la mention de Capucine Piot à plusieurs reprises, par exemple, sur le réseau social mais aussi dans le Pearltree qu’archivait Vincent Glad à l’époque, et qu’il nous a confirmé utiliser pour « compil[er] les contenus qui [le] faisaient rire à l’époque sur Twitter ».

twipic-capu-export-flou-1024x462 dans Perversité

 

Un des montages archivé que nous avons retrouvé utilise une des photos dénudées de la jeune femme. Elle est superposée à des chats vidéo anonymes de groupe. Il est difficile de savoir si c’est une capture d’écran qui a été modifiée ou non. Nous avons flouté la photo dénudée.

capt-photo-1024x686 dans Politique

 

Cette photo avait été partagée notamment par le compte Twitter @foutlamerde.

foutlamerde-1024x372 dans Rue89

Capture Numerama (lien floutés)

 

Certaines photos se sont échangées sans le consentement des femmes concernées. L’une d’entre elles nous raconte qu’elle avait bien publié des photos dénudées sur son compte, mais qu’elle n’avait pas donné l’accord pour les partager. On les retrouve pourtant sur des tweets, dont des tweets de @foutlamerde.

La journaliste Melissa Bounoua (qui a notamment travaillé chez Slate et au podcast Studio 404, dont l’équipe a annoncé arrêter la diffusion) en a aussi fait les frais avec deux images. En 2009, d’abord, une photo d’elle en robe avec un décolleté plongeant a beaucoup circulé. Elle l’avait elle-même partagée une fois sur Twitter : « À l’époque, je n’avais aucune conscience de tout ça », nous explique-t-elle par écrit.

melissa-twit-1024x499

 

La deuxième est encore plus grave. En 2010, elle a pris en photo sa poitrine et l’a envoyée l’image à son petit-ami de l’époque en message privé sur Twitter. Le lendemain matin, l’URL de la photo avait été rendue publique par un compte anonyme, et tout le monde l’avait vue. Si elle l’a supprimée dans la foulée, la journaliste garde un souvenir amer, certaine que ce n’est pas son ami qui avait publié l’image.

Des flux RSS pour dénicher des photos Twitter privées

Comment l’image a-t-elle pu fuiter ? Aux débuts de Twitter, les photos mises en ligne étaient automatiquement transformées en URL en twitpic.com, la plateforme d’hébergement du réseau social. Or il était possible de s’abonner aux comptes TwitPic sous forme de flux RSS et donc « d’aspirer » automatiquement les photos publiées par les comptes. À ce jour, Melissa Bounoua est persuadée qu’il s’agit de la méthode qui a été employée pour récupérer cette photo privée, envoyée en message privé. «  Je n’en ai parlé personne à l’époque ne sachant pas, ne voulant pas investiguer plus. Je n’osais pas et j’étais gênée », nous explique-t-elle.

Aujourd’hui, cette faille de Twitter n’est plus exploitable. Il n’est pas possible de savoir combien d’images publiées dans des conversations privées ont ainsi été espionnées, et pendant combien de temps.

Des femmes inquiètes et des conséquences à vie

Iris Gaudin a dû fuir Twitter plusieurs fois (elle appelle cela des « tweetsuicides »), malgré le fait qu’elle jugeait le réseau social important pour faire parler de son travail. Elle a changé de pseudonyme, s’est absentée quelques mois avant de revenir. « J’ai même pensé à un moment qu’il s’agissait d’une sorte de bizutage ; alors j’ai fait des blagues à la con, pas méchantes mais idiotes. C’était avant que je me rende compte que je n’étais qu’une cible », se souvient Iris Gaudin, qui a mis des années à s’en remettre.

« Si ces mecs retweetaient une blague, un bon mot, un lien qu’on postait, on se sentait validées » abonde Camille (@yelling__). « Ils nous validaient ou nous invalidaient. Évidemment, le but c’était qu’ils nous valident et on plongeait tête baissée en disant surtout des conneries. Parce que je n’ai pas souvenir qu’ils retweetaient les choses intelligentes que l’on disait. Du coup on disait de la merde, sur nous-même et sur les autres. Quand j’y repense aujourd’hui, ça me tétanise. »

Une autre victime nous a confié avoir elle aussi tenté de «  copiner  » avec les personnes qui retwittaient des photos dénudées d’elle sans son consentement. Elle espérait ainsi qu’ils ne s’en prendraient pas davantage à elle.

Aujourd’hui, Iris Gaudin se souvient de « l’emprise » et la «  fascination » qu’elle éprouvait malgré elle pour certains membres de la Ligue du LOL. Elle se souvient aussi que «  leur but était de nous enlever toute dignité ». Et qu’ils faisaient ce «  travail » à une échelle « quasi-industrielle ».

Pour Mélanie Wanga, journaliste qui a subi des attaques sexistes et racistes sur Twitter mais aussi sur son blog personnel, ce groupe a contribué à certains membres de prendre de la place au sein d’un certain nombre de médias parisiens, tout en excluant de-facto celles et ceux qui n’étaient pas dans leur bande. «  Je me suis demandée pourquoi je m’infligeais ça », explique-t-elle dans le podcast Programme B. « Pourquoi je vais sur un réseau où je sais qu’il y a des mecs qui m’attendent en sniper au coin de la rue pour me tomber dessus et me balancer des trucs crypto-racistes en permanence. Et ce n’est pas anodin de se dire ça, en tant que jeune journaliste : ‘je vais quitter Twitter’, alors que c’est un outil indispensable. » Contactée par Numerama, une autre journaliste résume : « Soit tu étais avec eux, soit tu étais contre eux. »

Marie Turcan et Perrine Signoret

 

https://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/la-ligue-des-blaireaux-sauvages_2062093.html

La ligue des blaireaux sauvages

 

Par Eric Mettout, publié le 13/02/2019 à 18:55

 

Le fameux Lol, pour "Lough out Loud". Tout le monde n'est pas obligé d'être "mort de rire".

Le fameux Lol, pour « Lough out Loud ». Tout le monde n’est pas obligé d’être « mort de rire ».L’Express

Pourquoi leurs chefs n’ont-ils rien vu des dérapages des journalistes de la Ligue du Lol? Parce qu’ils étaient trop vieux.

 

C’est une histoire de happy few – ou plutôt de unhappy few. Elle est née et s’est développée à l’intérieur d’un tout petit milieu, pour resurgir aujourd’hui, dix ans plus tard. S’y croisent quelques dizaines de petits mâles alpha comme on en trouve à l’origine des pires bizutages et leurs quelques dizaines de victimes, des femmes le plus souvent, mais aussi des homos ou des noirs, chassés en meute et moqués pour leur physique, leurs activités mais surtout parce qu’elles ou ils sont femmes, homos ou noirs – et parce que c’est paraît-il marrant de chasser en meute plus faible que soi. C’est affligeant de bêtise mais pas très nouveau. Particularité : à l’époque des faits, ces petits mâles alpha sont très jeunes, plutôt parisiens, globalement de gauche, c’est important, et le plus souvent journalistes ou « communicants », comme on dit quand on veut définir ces métiers qui consistent essentiellement à faire fructifier son carnet d’adresses.

HOLOGRAPHIQUE >> Recevez chaque semaine la newsletter d’Eric Mettout sur les nouvelles technologies

Surtout, ils sont les rois des réseaux sociaux à un moment où les réseaux sociaux sont encore le privilège en France de quelques… happy few. Ils en tirent une gloire et une notoriété réelles, ils ont de l’influence, les rédactions ou les agences de com’ commencent à s’intéresser à eux, qui maîtrisent si bien ce drôle d’univers alléchant mais opaque qu’est encore internet pour la plupart des rédactions et des agences de com’. Ils impressionnent, par leur omniprésence, leur tchatche, leur connaissance des réseaux sociaux, leur humour aussi, parce qu’ils en ont, corrosif, destructeur, itératif. On les suit sur Twitter, où ils multiplient les « tweet-clashs », à la manière des « battles » de rap. Ils s’y écharpent à coups de mots d’esprit, de vivacité, de méchanceté, de mauvaise foi, dans des combats sauvages dont le vaincu ressort généralement lessivé mais revanchard, prêt à reprendre les armes à la première occasion.

Ça, c’est ce qu’on voit.

C’est ce que voit la majorité des utilisateurs de Twitter, loin d’être aussi nombreux qu’en 2019.

C’est ce que je vois moi, patron d’une rédaction numérique où défilent de jeunes journalistes des deux sexes qui m’initient plus aux subtilités de l’outil que je ne les y initie. C’est ce que voit la plupart de mes collègues, patrons d’autres rédactions numériques, avec qui nous nous réunissons régulièrement, sans que jamais il ne soit question d’autre chose que du talent, parce qu’ils en ont, de quelques-uns de ceux dont les noms ont été depuis frappés, très justement, d’infamie.

En y réfléchissant a posteriori, je me dis qu’il y a évidemment là de l’aveuglement – qui aurait pu imaginer que ces chérubins un peu arrogants mais sympathiques se transformaient en pervers narcissiques en enfilant leurs avatars ? Il y a une différence de génération, aussi : on n’invite pas son grand-père à sa surprise party quand on a 25 ans. Pas plus que les quadras qui, comme moi, étaient aux manettes, je n’ai été invité à la Ligue du Lol, le groupe Facebook où ils fomentaient leurs méfaits, moins encore à l’une de leurs opérations commando : trop vieux, pas assez… lol. Tout juste ai-je pu en mesurer la violence quand l’un de ses membres, responsable du site Web de Voici, m’a agoni d’injures en privé après un échange public un peu vif sur Twitter. L’affaire s’est arrêtée là : l’avantage d’avoir un peu de bouteille, c’est qu’on est moins sensible aux agressions des imbéciles et que les lâches le sentent vite. Ils abandonnent leur proie dès qu’elle fait mine de résister.

Passés par Owni

Celles et ceux qui, depuis quelques jours, racontent leur chemin de croix n’avaient pas cette chance. Ils avaient l’âge de leurs agresseurs, les admiraient parfois, en avaient peur souvent, ils étaient sans recours, fragilisés par leur isolement et leur précarité professionnelle. Ce qu’ils décrivent de leur calvaire est effrayant de brutalité et de vulgarité, on y retrouve tout ce qui caractérise ce cyber-harcèlement machiste, homophobe et raciste que l’on croyait réservé aux collégiens et aux lycéens, pas à de jeunes journalistes ostensiblement « progressistes », libertaires et modernes. Nombre d’entre eux sont passés par l’éphémère site Owni, le parangon de ce journalisme new-look, technologique, qui entendait enterrer les anciens – et où les anciens, fascinés par tant de modernité et de confiance en soi, venaient se fournir en recrues prometteuses. Il n’y avait pas de rédacteur en chef à Owni, pas de hiérarchie. Les jeunes journalistes avaient le pouvoir, sans contrôle, on leur disait qu’ils étaient les meilleurs et ils y ont cru. Ça n’explique pas tout, ça explique un peu.

Ça explique également que quelques-uns se soient retrouvés quelques années plus tard à des postes à responsabilité, où ils étaient encore confortablement installés quand a été révélé leur côté obscur : techniquement, ils étaient bons, et le remarquable travail fourni sur le Facebook des Gilets jaunes par l’un d’entre eux, Vincent Glad, en est la démonstration. De là à en tirer des leçons sur l’homogénéité masculine de notre métier, où les commandes sont tenues par des hommes blancs, il y a un pas, que nombre de groupes de défense du journalisme au féminin ont franchi très rapidement. Pas moi.

&amp;nbsp;

Document: dans cette interview de 2013, Renaud Revel interroge Vincent Glad et Eric Mettout sur le pouvoir de Twitter – et leurs réponses sont prémonitoires.

Que les choses soient claires : ce que ces femmes(et hommes) dénoncent est vrai, hélas! Alors qu’elles sont majoritaires dans les médias, il est tout à fait anormal que leurs officiers supérieurs soient essentiellement des mecs – pas partout : à L’Express, les deux patrons sont des patronnes.Mais si les lourdauds de la Ligue du Lol ont aussi bien réussi, ils le doivent avant tout à leur maîtrise du cyberespace, comme on disait alors, de ses mécanismes, de sa complexité et de ses armes. Ces mêmes armes, redoutables, empoisonnées, qu’ils ont utilisées pour harceler leurs bêtes noires. Ces mêmes armes qui se retournent finalement contre eux, avec les mêmes excès, quand des armées de bons esprits récupèrent les indignations légitimes de leurs victimes pour à leur tour, et avec le même sens du lynchage, chasser en meute. La boucle est bouclée.

A lire ailleurs

L’article de Libération, dont deux journalistes, membres de la Ligue du Lol ont été mis à pied, qui a tout déclenché.

Le témoignage de Léa Lejeune, l’une des victimes de la Ligue du Lol, qui l’ont conduite, dans un premier temps, à remettre en cause sa carrière, puis à s’engager pour que les femmes prennent toute leur place dans les médias.

La très complète enquête de Numerama sur les ravages de la Ligue du Lol.

 

https://www.lepoint.fr/societe/victor-hugo-avait-il-decouvert-l-ancetre-de-la-ligue-du-lol-12-02-2019-2292810_23.php

Victor Hugo avait-il découvert l’ancêtre de la Ligue du LOL ?

 

Dans un écrit de 1869, le grand homme raconte l’association malveillante qui préfigure le versant contemporain des réseaux sociaux, la Ligue du LOL.

 

Par

Modifié le 15/02/2019 à 07:43 – Publié le 12/02/2019 à 16:15 | Le Point.fr

 

On sait depuis ce week-end que le cercle des arracheurs de pattes de mouche, enfants sans conscience et sociopathes bons pour l’asile, s’est élargi d’une poignée de jeunes gens aux airs comme il faut : la Ligue du LOL. Des journalistes (Les Inrock, Télérama, Libération, Slate), des publicitaires, anonymes mais organisés derrière une communauté qui s’est employée entre 2009 et 2012, en toute impunité sur les réseaux sociaux, à humilier, terroriser quelques confrères journalistes ou militantes féministes. Une escalade dans l’abject, qui va du photomontage porno au faux entretien d’embauche, en passant par des menaces de mort. Les victimes de ce harcèlement brisent aujourd’hui le silence, les bourreaux soufflent au mieux quelques excuses molles (venir « de banlieue », « être jeune à l’époque » – 27 ans ! –, n’avoir participé qu’« un peu »). On pointe aussi les réseaux sociaux comme incubateur de la violence et de la perversité humaine.

Lire aussi La Ligue du LOL, ces harceleurs qui ne font plus rire

Vraiment ? C’est avoir oublié que Victor Hugo avait déjà mis le doigt sur le « Fun Club », une organisation malveillante « passe-temps des oisifs », qui préfigure la Ligue du LOL. Dans L’Homme qui rit, paru en 1869, notre monument national commence par évoquer un sport très couru à Londres au cours du siècle qui précédait le sien, sous un nom « intraduisible » : le « fun ». « Pénétrer dans une maison, y briser une glace de prix, y balafrer les portraits de famille, empoisonner le chien, mettre un chat dans la volière, cela s’appelle tailler une pièce de fun », écrit-il. « Donner une fausse mauvaise nouvelle qui fait prendre aux personnes le deuil à tort, c’est du fun », aussi. Comme de percer une toile de Holbein, puisque « le fun serait fier si c’était lui qui avait cassé les bras à la Vénus de Milo », poursuit le poète. Qui étaient les membres de ce club de déviants ? Tous de « la haute aristocratie », « d’aimables jeunes » comme c’est le cas des pubards et des journalistes mis en cause avec la Ligue. Pour « avoir du fun », ce qui est à la farce ce que le piment est au sel, reprend Hugo, en laissant au lecteur le soin de se faire son propre jugement sur la frontière qui sépare l’humour et l’ignoble. D’autant qu’un autre club dépassait encore de loin le Fun Club : le Mohock Club.

De tout temps, la jeunesse s’est amusée.

Le Mohock Club, au sommet de l’échelle du vice, n’avait qu’un programme : « faire le mal pour le mal ». Et qu’un but – « grandiose » : « nuire ». Pour le présider, un empereur, « le grand Mohock », arborait « un croissant sur le front ». Ses fidèles, les Mohock, pour entrer dans le cénacle, devaient prêter serment « d’être nuisibles ». Leurs actions consistaient à s’en prendre directement à des individus, pris au piège de la meute, et à leur infliger une extrême souffrance. Saignée à la pointe de leurs épées, ratonnade par les valets, yeux percés (mais payés !) font partie des menus plaisirs que s’octroyait cette jeunesse bien née en mal de distraction. « De tout temps, la jeunesse s’est amusée », conclut Hugo, comme pourrait le faire Mark Zuckerberg, le créateur de Facebook.

Londres au XVIIIe siècle ou Paris sur Twitter au XXIe, même perversité ? On trouve une esquisse de piste pour y remédier chez un commentateur d’Hugo dans un article paru en 1894. Lucien Victor-Meunier, homme de lettres oublié, s’attarde sur l’absence de « sens moral », l’insuffisante « notion du bien et du mal » de ceux qui « commettent ces actions infâmes », mais ouvre une piste : « Je rêve – qu’on me passe l’impropriété choquante du terme – une orthopédie pour les cerveaux ; je vois le médecin de l’avenir amendant les cerveaux malades comme celui d’aujourd’hui redresse les colonnes vertébrales, déformées par la scoliose ou la cyphose, les yeux tordus par le strabisme, les pieds-bots. Une science à créer : la chirurgie cérébrale ! » Une idée à étudier ?

Sur le même sujet

Le Fol – Ligue du LOL : bal tragique chez les bien-pensants !
La Ligue du LOL, ces harceleurs qui ne font plus rire

 

 

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2019/02/12/31003-20190212ARTFIG00207-ligue-du-lol-genealogie-d-un-entre-soi-qui-sombre-dans-la-tartufferie.php

Ligue du LOL: «Généalogie d’un entre-soi qui sombre dans la tartufferie»

 

  • Par  Paul Godefrood
  • Mis à jour le 13/02/2019 à 18:39
  • Publié le 12/02/2019 à 19:07

 

FIGAROVOX/ANALYSE – L’affaire de «la ligue du LOL», où plusieurs journalistes sont soupçonnés d’avoir harcelé certaines de leurs collègues sur les réseaux sociaux, disqualifie selon Paul Godefrood le discours moralisateur de certains médias.

 


Paul Godefrood est ancien élève de l’ESSEC. En septembre 2017, il a lancé La Nouvelle Garde, un site dont l’ambition est de participer à la refondation de la droite sur une base libérale conservatrice.


La ligue du LOL. On imagine un groupe d’adolescents incapables de communiquer autrement qu’en répétant les phrases cultes de films comme La cité de la peur, OSS 117 ou encore Dikkenek, et pour qui le summum de l’humour se résume à citer ses amis sur les pages fantasques dont foisonnent aujourd’hui les réseaux sociaux. Cela aurait même pu être attendrissant, tant ces mêmes réseaux sont devenus un égout à ciel ouvert où la délation sans preuve est encouragée et magnifiée et où des hordes anonymes mais déchaînées se coiffent du panache de la justice pour invectiver et harceler impunément.

Mais en guise d’adolescents, Alexandre Hervaud, Vincent Glad, Guillaume Ledit, David Doucet, Stephen des Aulnois, Christophe Carron, Guilhem Malissen, etc. Tous, au choix, journalistes chez Libé, Slate, Télérama ou encore aux Inrocks, collaborateurs pour des sites d’info-divertissement «cools» comme Konbini, Topito ou à la tête de magazines «trendy» comme Usbek & Rica ou Le Tag Parfait. Ce n’est plus la ligue du LOL, c’est la ligue de la fraîcheur.

Pas de tolérance pour les ennemis de la tolérance. Mais pour les autres, l’absolution est garantie.

Ou la ligue des Tartuffes, toujours prompts à s’indigner contre les discriminations dont sont victimes les minorités, les femmes en tête, et à condamner ceux qui en seraient à l’origine, à condition bien évidemment que ce soit un mâle blanc de plus de cinquante ans et si possible de droite. Pas de tolérance pour les ennemis de la tolérance. Mais pour les autres, l’absolution est garantie, à l’image de Daniel Morin, dont le billet insultant envers Charlotte d’Ornellas fut immédiatement pardonné par France Inter, ou encore de Mehdi Meklat, récemment réhabilité par ceux-là mêmes qui avaient couvert les messages homophobes, sexistes et francophobes dont était coupable son double maléfique. Et lorsque le pardon ne peut être garanti, du moins la discrétion est-elle de rigueur, jusqu’à ce que le peu de déontologie et d’intégrité qu’il leur reste en vienne à être compromis. Qui se souvient de l’empressement de ces journalistes et de leurs médias à évoquer les agissements de membres dirigeants de l’UNEF qui avaient transformé le syndicat progressiste en gigantesque terrain de chasse? Qui se souvient de la prompte condamnation de membres d’Oxfam qui avaient confondu aide aux territoires sinistrés et tourisme sexuel? Qui se souvient, enfin, du soutien apporté aux femmes du quartier Chapelle-Pajol qui appelaient les autorités à leur venir en aide? En réponse à ce dernier cri de détresse, Libération hébergea une tribune signée par la fine fleur de la pensée universitaire française appelant à s’opposer à la pénalisation du harcèlement de rue au motif que cela viserait les «hommes des classes populaires et racisées».

Mais passons sur cette tartufferie à laquelle nous a habitués le camp du Bien, dont ces journalistes sont les plus éminents représentants.

Passons également sur la défiance envers la presse que ces révélations ne manqueront pas d’attiser et sur les accusations de communion dans l’endogamie et dans une même vision hors-sol de la société qui achèveront de couper ces médias du pays réel dont ils prétendent rendre compte.

Passons sur tout cela pour nous intéresser davantage à ce que révèlent les messages d’excuse et les exercices de contrition auxquels les anciens membres de cette ligue se livrent depuis peu sur leur ancien terrain de chasse. Non pas pour espérer le pardon de leurs victimes mais pour tenter de sauver leur position.

Dans le message qu’il a publié, Vincent Glad, fondateur de cette ligue, écrit: «nous avions grandi dans l’idée que l’égalité était plus ou moins faite et que le seul combat féministe se résumait à la question des salaires. Une simple question de paramètres et en aucun cas un système. Cette parole féministe qui se libérait alors nous paraissait ridicule. Je ne comprenais pas au départ ces nouveaux mots qui apparaissaient alors: «patriarcat», «culture du viol», «mansplaining»… Cela me fait mal personnellement d’être associé à cette masculinité toxique, dont je ne voulais pas voir que j’en avais été un parfait représentant».

 

« Ligue du LOL  » : à qui la faute ?
Débat sur le plateau de Points de Vue sur ce que révèle vraiment le scandale de « la ligue du LOL ».
Unmute
Current Time 0:55
/
Duration Time 8:43
Quality Levels

« Ligue du LOL  » : à qui la faute ? – Regarder sur Figaro Live

Le problème réside dans l’entre-soi d’une caste privilégiée et idéologisée qui, du fait de sa position, influence le débat politique.

 

Un autre, Olivier Tesquet, est encore plus explicite: «Ces dernières années, avec le Gamergate ou le 18-25, je crois qu’on a tous pu prendre conscience de la masculinité toxique dans laquelle se vautre encore cette sous-culture. La ligue du LOL, c’était le ‘boys’ club’. Il valait mieux être dedans que dehors, c’est en tout cas ce que je me disais. [...] Qu’on le veuille ou non, c’était un lieu de pouvoir et une structure de domination. De ce point de vue, ce groupe Facebook n’est pas une exception, c’est une norme qu’il y a urgence à détruire. Ce sont les femmes et les racisés qui en ont fait les frais. Chaque homme devrait se saisir de ce moment pour y réfléchir».

Or, le problème n’est ni la «masculinité toxique», ni le «patriarcat», ni même le «système» ou la «structure de domination». Le problème réside dans l’entre-soi d’une caste privilégiée et idéologisée qui, du fait de sa position, influence le débat politique, détermine le cercle de raison et conditionne l’accès à la discussion démocratique à l’acceptation préalable de certains postulats. Et parmi ces postulats, la sexualisation et la racialisation des relations humaines. Ceux-là mêmes qui transpirent au travers de leurs communiqués.

La sexualisation et la racialisation des rapports humains ne sont que les aspects les plus visibles dans le débat public de la logique de «réidentification» qui a suivi la phase de «désidentification» dont parlait Finkielkraut. Alors que cette désidentification supposait la délégitimation et la déconstruction de toutes les normes et de toutes les communautés naturelles qui structuraient le développement des personnes et faisaient naître en elles un sentiment du semblable nécessaire à la continuité historique de leur communauté politique, ceci afin de laisser libre cours au déploiement des identités particulières et à l’expression libre des revendications identitaires des différentes minorités, la «réidentification» reconfigure cette nouvelle société, composée dès lors d’individus détachés de tout enracinement et libéré de toute conscience morale, en un «consortium de minorités» dont chacune est caractérisée et réduite au partage a priori d’un déterminant identitaire particulier entre tous ses membres – le sexe, l’origine ethnique, la confession religieuse – et dont toutes n’ont en commun que le sentiment d’être différent de la figure normative et fantasmée du «vieux mâle blanc» et la certitude d’être injustement discriminé du fait d’une différence objective.

Et alors que cette vision des rapports humains surdéterminés par la «race» ou le sexe n’était cantonné jusqu’à peu qu’aux marges de l’action politique et militante, et n’avait droit de cité que dans certains groupuscules extrémistes, les membres de cette sinistre ligue, mais également tous ceux qui ont été cooptés dans ces médias par d’autres moyens que la participation au harcèlement en ligne, ont implanté dans le débat public et légitimé, du fait de leur position culturellement hégémonique, cette vision multiculturaliste et essentialiste de l’organisation sociale.

Le voile aujourd’hui arraché sur leurs agissements passés ne les disqualifie pas seulement eux, il disqualifie également toute leur rhétorique…

Le voile aujourd’hui arraché sur leurs agissements passés ne les disqualifie pas seulement eux, il disqualifie également toute leur rhétorique qui, sous couvert de scientificité, d’objectivité journalistique et de neutralité axiologique, se révèle aujourd’hui ce qu’elle a en réalité toujours été, à savoir une opinion militante et un biais idéologique, qu’ils revendiquent jusque dans leur chute.

Cette leçon doit servir à tous ceux qui, par peur du harcèlement, de la raillerie ou de la disqualification, courbent l’échine, refusent d’évoquer les dérives de l’Islam, les dangers de l’immigration incontrôlée et la différence des sexes par peur d’être taxé d’islamophobie, de racisme ou de sexisme et se soumettent donc à cette vision de la société sous prétexte de souscrire au discours antidiscriminatoire.

Paul Godefrood

 

12

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo