Intéressant : l’ancien dealer du Tout-Paris Gérard Fauré balance à tout va…

 

 

 

 

Il a déjà sorti trois bouquins, le troisième le 22 janvier de cette année 2020, et en promet au moins deux autres s’il n’est pas tué avant.

Il donne aussi avec plaisir des interviews, dont les deux ci-dessus.

A suivre…

 

 

https://www.lepoint.fr/societe/gerard-faure-confessions-du-prince-de-la-coke-01-02-2020-2360790_23.php#

Gérard Fauré, confessions du prince de la coke

 

VIDÉO. Hier trafiquant de drogue et braqueur de banques, Gérard Fauré a fait une douzaine de séjours en prison. Il se raconte aujourd’hui dans un livre. Rencontre.

 

Par

Modifié le 30/03/2020 à 23:30 – Publié le 01/02/2020 à 14:55 | Le Point.fr

 

« On m’a qualifié de prince de la coke. On aurait mieux fait de m’appeler le roi de la cocaïne. » En cette fin janvier, de passage à la rédaction du Point, Gérard Fauré fanfaronne. L’ancien trafiquant de drogue, ex-braqueur, (presque) rangé des voitures, est en verve. En pleine promotion du deuxième volume de ses mémoires*, il sort de l’enregistrement d’une émission de radio où il a donné des sueurs froides à son éditeur en évoquant le nom de quelques-uns de ses anciens clients. Dans quelques jours, il sera l’invité de plusieurs émissions télévisées à grande audience. Pour l’heure, le septuagénaire s’échauffe gentiment en revendiquant la place qu’il estime devoir lui revenir dans le paysage de la pègre des années 80.

 

Intéressant : l'ancien dealer du Tout-Paris Gérard Fauré balance à tout va... dans Corruption 20000406lpw-20008410-embed-libre-jpg_7013690

Son père était médecin du roi Mohamed V. Le jeune Gérard optera pour une carrière dans le grand banditisme. © DR

 

Né à Fès, au Maroc, en 1946, d’un père militaire, par ailleurs médecin personnel du roi Mohamed V, et d’une mère berbère, Gérard Fauré a passé plus de dix-huit ans de sa vie en prison (« 14 en France, deux en Hollande, un an en Espagne et une année de plus en Belgique », dénombre-t-il). En octobre 2018, à peine sorti de Fleury-Mérogis, il publiait un premier livre autobiographique où il revendiquait avoir été le « dealer du Tout-Paris ». Citant pêle-mêle, parmi ses clients, les noms de Jacques Chirac, Johnny Hallyday mais aussi de Françoise Sagan et Jean-Edern Hallier, dont il laisse aujourd’hui entendre que la mort dans un accident de vélo, en 1997, serait, en réalité, une élimination pure et simple. L’ouvrage avait trusté les premières places des palmarès de ventes pendant près d’un mois.

Du Maroc à la Costa Brava

Gérard Fauré n’a pas été seulement le fournisseur en coke de la jet-set. « C’est vrai que j’ai aussi été braqueur de banques », confesse-t-il. « Mais c’était pour le compte du Service action civique [le SAC], la milice privée de Charles Pasqua : très peu civique mais toujours prête à l’action », se dédouane-t-il. Demande-t-on des éléments de preuve de ce qu’il avance ? Gérard réplique aussitôt : « Je ne suis pas une gamate. » Un terme d’argot qui désigne à la fois un mauvais chanteur d’opéra et un menteur. « Personne n’a saisi les tribunaux pour le premier tome. C’est sans doute que ce que raconte Gérard est vrai », surenchérit son éditeur Yannick Dehée. En sera-t-il de même cette fois-ci ? « Je peux prouver tout ce que j’avance », affirme l’auteur.

L’homme n’a pas seulement de la gouaille. Il affiche et revendique une forme de baraka. Rien ne semble lui faire peur. Surtout pas la perspective de se retrouver poursuivi en diffamation. Il s’amuse que sa maison d’édition ait été approchée par des producteurs de cinéma. « C’est vrai que ma vie pourrait faire un bon film. Car j’ai commencé très tôt », explique Gérard Fauré dans un sourire. « À 5 ans, je faisais chanter les amis de mon père, menaçant de dévoiler leurs infidélités s’ils n’achetaient pas mon silence. À 8 ans, je déterrais, avec deux amis, les cadavres du cimetière de Essaouira où mes parents avaient déménagé. Je dépouillais les corps de leurs bijoux », poursuit-il. Deux ans plus tard, il commençait la contrebande et faisait commerce de devises étrangères dans les bureaux de changes d’Algésiras. Accro au cannabis dès ses 12 ans, il dit s’être mis à dealer au collège.

 

20000406lpw-20008398-embed-libre-jpg_7013691 dans Crime

À chacun de ses passages en France, ce proche de Gaëtan Zampa vient saluer sa mère à côté de Versailles. © DR

 

En 1964, son bac en poche, il quitte le Maroc pour s’installer en Espagne où il ouvre un magasin à Torremolinos, près de Marbella. Dans cette station touristique ont trouvé refuge, quelques années auparavant, plusieurs membres du « gang des Tractions Avant » (une bande de malfaiteurs français qui tire son nom des puissantes automobiles à bord desquelles ils sévissaient, NDLR). Quand on lui demande s’il les a rencontrés, Gérard Fauré élude. À l’époque, le jeune homme tient un bar avec son frère aîné, aujourd’hui décédé, qui deviendra consul de France à Cadix. « Georges n’a jamais rien fait d’illégal », tient-il à préciser. On ne peut pas dire la même chose de Gérard. Il en rigole.

Détentions à gogo

Son premier séjour en prison date de 1970. « À cause d’un quiproquo », assure-t-il. Associé dans un commerce d’habillement à un trafiquant d’armes hollandais d’origine indonésienne dont il jure alors ne rien savoir des activités illicites, il est arrêté pour trafic de cuirs de contrebande. « Deux hommes ont déposé des ballots de cuir dans ma boutique. Je leur ai demandé de les reprendre, mais ils ont filé et, deux minutes après, débarquait la Guardia Civil », se défend-il. Gérard Fauré est incarcéré à la prison de Marbella : « Une taule horrible de 12 places dont les lits étaient creusés à même la roche comme des tombeaux », se rappelle-t-il. Il y est si méchamment frappé par les gardiens qu’il atterrit à l’hôpital. Là, une infirmière qui connaît son père alerte sa famille. « Mon père avait des accointances avec le régime franquiste. Il a débarqué avec un député et m’a fait libérer. »

Rebelote deux ans plus tard. Cette fois, son père ne peut rien pour lui. « C’est un commando du SAC qui m’a libéré en débarquant aux portes de la prison », indique Gérard Fauré, qui décide à ce moment-là de s’installer à Amsterdam. « La Hollande a été mon université du crime », plaisante-t-il. Le jeune homme se met à faire de l’import-export de cocaïne et d’héroïne, sans état d’âme. « Bien sûr, j’aurais pu éviter de fournir tous ces gens qui ne pensaient qu’à nuire à leurs prochains, et qui pour être capables de le faire se bourraient le pif de ma cocaïne ! Mais pour être franc, d’une part, à l’époque je me foutais royalement de ce qui se passait dans ce pays, d’autre part, les fournir en coke ou en cannabis m’apportait une adrénaline exceptionnelle », écrit-il.

Il s’acoquine avec un gang de cambrioleurs. « En 1973, nous avons fait plus de 400 maisons », déclare-t-il sur un ton qui pourrait laisser penser qu’il n’en est pas peu fier. Dans son précédent livre, il expliquait aussi avoir été tueur à gages « à l’occasion », toujours pour le compte du Service action civique.

Sous crack

 

20000406lpw-20008400-embed-libre-jpg_7013692 dans Folie

À Amsterdam, où il emménage en 1973, il tombe dans le crack. © DR

 

Gérard Fauré explique être, dans ces années 70, « accro » au crack, un dérivé de cocaïne ultra-concentré qui se fume. « J’ai eu du mal à me défaire de cette saloperie », émet-il. Est-ce en raison des effets stupéfiants de ce « caillou » sur son cerveau que ses souvenirs se brouillent un peu ? Il peine à se rappeler le nombre d’allers-retours qu’il effectue alors entre les Pays-Bas, l’Allemagne, la Suisse et le Maroc. Chaque fois, il fait escale en France où sa mère a refait sa vie avec le fils d’un ancien diplomate français, en poste au Vatican. Il pense que cette étiquette place son beau-père au-dessus de tout soupçon. C’est dans leur maison de Versailles qu’il stocke une partie de sa dangereuse marchandise. Il n’en sera pas moins arrêté une nouvelle fois en 1979, en possession d’une tonne de coke, et passera deux ans à l’ombre. Dès sa sortie, il reprend sa place de « grossiste » sur le marché de la blanche. « Je fournissais alors un certain Gianni qui revendait tout ça dans les boîtes de nuit parisiennes. C’est lui qui passait pour le roi de la coke, mais le titre aurait dû me revenir à moi », émet-il, avec orgueil.Dealeur le jour, il flambe la nuit tombée son argent au casino. « Je menais la grande vie : je dormais dans des palaces, je conduisais de luxueuses voitures et je couchais avec des filles somptueuses. » Fauré se dit alors proche de Gaëtan Zampa, croise Francis le Belge, deux grandes figures du banditisme dans les années 80. « Tous mes amis de l’époque sont morts, de mort violente. Je n’en reviens toujours pas d’être en vie, car j’ai plusieurs fois été pris dans des fusillades », confie-t-il. Ce sont ces années-là qu’il raconte dans son livre. Il explique conduire des « go-fast », effectuant des passages de la frontière à très grande vitesse, à bord d’une Ford Mustang GT, le même modèle que conduit Steve McQueen dans Bullit, ou dans une Mercedes 350L, le coupé au volant duquel Richard Gere apparaît dans American Gigolo. Il écrit avoir réchappé plusieurs fois à des embuscades. Certains épisodes semblent abracadabrants (comme ce chapitre où il explique avoir perdu une barquette de coke dans un champ et avoir réalisé qu’une vache l’avait mangée, s’offrant un trip mémorable). Faut-il vraiment prendre au pied de la lettre toutes ces histoires ? « C’est vrai que certaines peuvent sembler invraisemblables », reconnaît-il, beau joueur. Impossible de recouper ses dires. La plupart des témoins ont disparu. Gérard Fauré parle d’autant plus librement qu’il sait ne pas pouvoir être contredit.

Séducteur invétéré

 

20000406lpw-20008406-embed-libre-jpg_7013693 dans Pédophilie

Gérard Fauré tombe, pour la première fois, pour trafic de drogue, en 1973. © DR

 

Un brin vantard, l’ancien trafiquant ne se fait pas prier pour étaler ses conquêtes féminines. Il laisse entendre qu’il aurait partagé la même maîtresse que Jacques Chirac (une journaliste politique en vue) et que c’est par jalousie que l’ancien président l’aurait conduit une nouvelle fois en prison. Son livre alterne d’ailleurs évocations érotiques et scènes d’action. Les deux se mêlant parfois. Comme lorsque l’auteur détaille un épisode étonnant où, pour passer la frontière entre la France et la Belgique, il aurait corrompu les douaniers grâce au service de prostituées. « Le sexe occupe, comme la drogue, une place importante dans ma vie », glisse l’ancien trafiquant. « Mais je ne suis visiblement pas le seul », ajoute-t-il, affirmant détenir les preuves qu’un hôtel, proche des Champs-Élysées, abritait un réseau pédophile qui aurait compté en son sein un ancien ministre de François Mitterrand.La pédophilie occupe, de fait, une place importante dans son ouvrage. L’ancien truand accuse ainsi, sans le citer, un membre de la famille royale britannique d’avoir sollicité des prostitués mineurs dans un hôtel de Tanger. « Le roi du Maroc avait fait installer des caméras cachées. Buckingham Palace a reçu quelques photos où on pouvait voir ce représentant de la Couronne en pleine action… Quarante-huit heures plus tard, la Grande-Bretagne livrait les officiers qui avaient trouvé refuge à Gibraltar après avoir tenté un coup d’État contre Hassan II, en 1972 », assène l’auteur. Une histoire qu’on jurerait sortie d’un épisode de SAS, d’un autre Gérard… de Villiers.

Naissance d’une vocation

 

20000406lpw-20008403-embed-libre-jpg_7013694 dans Perversité

Gérard Fauré, devenu « dealeur du Tout-Paris », sera à nouveau arrêté à l’été 1986. © DR

 

En juillet 1986, Gérard Fauré est de nouveau arrêté. « Le Tout-Paris perd son fournisseur de cocaïne », titre France-Soir. « Le pourvoyeur du showbiz est tombé », affiche Le Parisien. Désireux de prouver que ce titre n’est pas usurpé, Gérard Fauré prend bien soin d’égrener, dans son livre, quelques noms de vedettes. On y croise ainsi un Alain Delon particulièrement cynique, un Mick Jagger défoncé, mais aussi le producteur de Grease ou de Saturday Night Fever : Robert Stigwood, porté sur la coke. On y entrevoit Claude Brasseur et Bernard Giraudeau. Gérard Fauré règle ses comptes avec Thierry Ardisson, mais aussi Thierry Le Luron. Mais ceux qu’il abhorre le plus, ce sont les avocats qu’il a fait travailler à chacune de ses (nombreuses) interpellations. « Grâce à ces nuls, j’ai failli prendre presque dix ans pour quelques grammes de drogue. Tous ces bavards étaient plus doués pour me prendre mon fric que pour me sortir du trou », peste-t-il.Durant sa détention à Liancourt, dans l’Oise, le voyou reprend ses études. Il passe un CAP puis un BEP de comptabilité ; s’inscrit en DEUG d’anglais et fait même un stage d’horticulture. Surtout, il se met à écrire et prend goût à coucher sa vie sur le papier. « J’ai au moins quatre livres dans mes tiroirs », confie-t-il. Sorti en 1991, il retombe, quelques mois plus tard. C’est là que son chemin croise celui d’Éric Dupont-Moretti, qu’il égratigne tout particulièrement. « Tout ce qu’il a fait, c’est d’énerver le juge. J’en ai repris pour trois ans, là où je n’aurais pas dû prendre plus de 18 mois », tacle-t-il.

Entre 1997 et 2015, Gérard Fauré sera encore impliqué dans trois affaires, dont un double assassinat et une tentative de meurtre. Deux affaires pour lesquelles il s’explique dans son livre. « J’aurai aussi participé à la mise hors d’état de nuire d’un réseau djihadiste », avance-t-il, sans vouloir en dire plus. « Ce sera le sujet de l’un de ses prochains ouvrages », justifie son éditeur. Aujourd’hui libre et remarié à l’ex-femme d’un ancien grand flic, il vit dans une petite commune des Yvelines où ses deux voisins sont d’anciens directeurs de services centraux de police. « Ils se détestent mais moi je les aime bien », plaisante Gérard Fauré. Le septuagénaire rêve de cosigner, avec l’un d’entre eux, un ouvrage en forme de dialogue. Il en a déjà le titre : Le Loup et l’Agneau. « Devinez qui est l’un et qui est l’autre ? » interroge l’ancien trafiquant. Décidément intarissable.

 

20000406lpw-20012655-embed-libre-jpg_7013695 dans Politique

Après « Dealer du Tout-Paris », Gérard Fauré poursuit le récit explosif de sa vie et nous plonge dans l’intimité des élites parisiennes qui ont fait de la cocaïne une drogue mondaine et populaire (résumé de l’éditeur). © DR

 

*Prince de la coke, de Gérard Fauré, Nouveau Monde éditions, 224 pages, 17,90 €.
 

 

https://www.liberation.fr/france/2018/10/25/gerard-faure-une-clientele-haut-de-came_1687887

Profil

Gérard Fauré, une clientèle haut de came

 

Par Renaud Lecadre — 25 octobre 2018 à 21:06
 
Gérard Fauré, auteur de «Dealer du tout-Paris, le fournisseur des stars parle», à Paris, le 16 octobre. Photo Rémy Artiges pour Libération

L’ancien dealer et braqueur de banque, qui a croisé la route de Charles Pasqua ou de Johnny Hallyday publie son autobiographie. Son parcours hors norme laisse entrevoir les liens entre politique et voyoucratie.

  • Dealer de stars : de Pasqua à Hallyday en passant par Chirac, une clientèle haut de came

Barnum garanti. Aujourd’hui sort en librairie l’autobiographie d’un beau voyou. Gérard Fauré (1), fils d’un médecin militaire, fut un authentique trafiquant de cocaïne, doublé d’un braqueur de banques, et tueur à gages à l’occasion. A ce titre, l’intitulé du bouquin, Dealer du tout-Paris, le fournisseur des stars parle (1), pourrait prêter à confusion. Il n’était pas que cela. Mais comme le souligne son éditeur, Yannick Dehée, «c’est la première fois qu’un voyou parle sur les politiques». Et pas n’importe lesquels : Charles Pasqua et Jacques Chirac.

Un quart du manuscrit initial a été expurgé, des noms ont été initialisés ou anonymisés. Demeure le name-dropping dans le milieu du show-biz, visant des personnalités déjà connues pour leur addiction à la coke. Certains lecteurs s’en délecteront, mais il y a mieux – ou pire : l’interférence entre la politique et la voyoucratie, fournisseuse de services en tous genres. «On entre dans le dur», souligne un spécialiste du secteur.

A lire aussiGérard Fauré : «Pasqua ne pouvait quand même pas se mouiller pour un meurtrier»

Pasqua n’était guère cocaïnomane – «j’en suis sûr», atteste notre lascar – mais l’argent parallèle du secteur a pu l’intéresser… Fauré, précoce dealer au Maroc puis un peu partout ailleurs, raconte avoir été très vite pris en charge, dans les années 70, par l’Organisation de l’armée secrète. Initialement dédiée au maintien de l’Algérie française, l’OAS changera très vite de fusil d’épaule : «opérations homo» (assassinats ciblés) contre des indépendantistes basques ou corses, mais aussi braquages de banques. Le Service d’action civique (SAC) prendra ensuite le relais. Fauré, fort de ses compétences en la matière, met la main à l’ouvrage : «La recette Pasqua consistait à constituer des « mouvements patriotiques », en vérité violents, avec des voyous peu recommandables. Comment les rémunérer ? Tout simplement avec l’argent provenant de gros braquages de banques et de bijouteries, commis en toute impunité. Avec Pasqua, tout était possible, du moins pour les membres du SAC. Patriote, certainement prêt à mourir pour son pays, il gardait en revanche un œil attentif sur les caisses du parti. Moyennant la moitié de nos gains, il nous garantissait l’impunité sur des affaires juteuses et triées sur le volet, sachant exactement là ou il fallait frapper.»

L’auteur narre ainsi sa rencontre avec le politique, qu’il situe en 1978 : «Charles Pasqua donnait de sa voix tonitruante des ordres à tout le personnel, toutes les têtes brûlées de France et de l’Algérie française.» Et de lui lancer : «Alors, c’est toi le mec dont on me vante les mérites ? Bien. Tu vas reprendre du service dès aujourd’hui, avec tes amis, si tu veux bien. J’ai une mission de la plus haute importance, que tu ne peux pas te permettre de refuser, ni de rater. Compris ?»

Backgammon

A l’issue de l’entretien, Gérard Fauré croisera illico le parrain marseillais «Tony» Zampa, qui traînait là par hasard, lequel l’entreprend dans la foulée sur différentes affaires à venir : des investissements dans les casinos et la prostitution aux Pays-Bas. Cas peut-être unique dans les annales de la voyoucratie, il fera parallèlement équipe avec l’illustre Francis Vanverberghe, dit «Francis le Belge», «doté d’un savoir-vivre qui valait bien son savoir-tuer». Il en garde un souvenir mi-épaté mi-amusé : «Zampa ou « le Belge », qui pourtant étaient des gangsters d’envergure internationale, se seraient fait descendre comme des mouches s’ils avaient eu la mauvaise idée de mettre les pieds en Colombie ou au Venezuela, car ils étaient prétentieux.» Pour la petite histoire, il reconstitue leur brouille à propos de… Johnny Hallyday : «Tous les deux voulaient le prendre sous tutelle, pour capter sa fortune ou l’utiliser comme prête-nom. Ils ont fini par s’entre-tuer pour ce motif et quelques autres.» Fauré considérait Johnny comme sa «plus belle prise de guerre» dans le microcosme de la coke. Mais lui gardera un chien de sa chienne après que le chanteur l’a balancé sans vergogne aux Stups, contre sa propre immunité.

Notre voyou prétend n’avoir jamais balancé, lui, du moins jusqu’à ce livre. «Si vous le voulez bien, j’attends votre version des faits s’agissant des deux chèques de M. Chirac rédigés à votre ordre. Je vous invite à bien réfléchir avant de répondre» : sollicitation d’une juge d’instruction parisienne en 1986, hors procès-verbal. Tempête sous un crâne à l’issue de laquelle Gérard Fauré évoquera une dette de jeu au backgammon… Dans son bouquin, l’explication est tout autre – «J’avais dû travestir la vérité.» S’il ne peut attester que l’ex-président prenait de la coke, il évoque son penchant pour les femmes… Pour l’anecdote, les deux chèques en question feront l’objet d’une rapide opposition de leur signataire. «Chirac, dont j’avais admiré la prestance et même les idées politiques, s’est avéré mauvais payeur.»

Hommage

Ce livre-confession est une authentique plongée dans le commerce de la drogue. Notre trafiquant, dix-huit ans de prison au compteur, connaît son produit : «Aucune coke ne ressemble à une autre. Certaines, comme la colombienne, vous donnent envie de danser, de faire l’amour, mais rendent très agressif, parano et méfiant. La bolivienne rend morose, triste, et pousse parfois au suicide. La meilleure est la péruvienne, qui augmente votre tonus, votre joie de vivre et pousse à la méditation, au questionnement. La vénézuélienne a des effets uniquement sur la performance sexuelle. Les autres, brésilienne, chilienne ou surinamienne, ne sont que des pâles copies.» Son mode de transport aussi : dans le ventre d’une chèvre, elle-même logée dans l’estomac d’un boa que les douaniers, à l’aéroport d’arrivée, prendront soin de ne pas réveiller. Puis, une fois le coup du boa connu des gabelous, le ventre d’un nourrisson – une technique brésilienne consistant à empailler un bébé mort pour le maintenir en bon état, et ainsi faire croire qu’il dort au moment de passer la frontière…

Le livre s’achève sur cet hommage indirect à la police française : lors d’une perquisition à son domicile, 10 des 15 kilos de cocaïne disparaissent, tout comme 90 % des 300 000 euros logés dans un tiroir. «Je n’ai pas pensé un seul instant me plaindre de la brigade du quai des Orfèvres, dans la mesure où les vols qu’elle commettait chez moi ne pouvaient qu’alléger ma future condamnation.»

(1) Nouveau Monde, 224 pp., 17,90 €.

photo Rémy Artiges pour Libération

Renaud Lecadre

 

https://www.liberation.fr/france/2018/10/25/gerard-faure-pasqua-ne-pouvait-quand-meme-pas-se-mouiller-pour-un-meurtrier_1687888

Gérard Fauré : «Pasqua ne pouvait quand même pas se mouiller pour un meurtrier»

 

Par Renaud Lecadre — 25 octobre 2018 à 21:06

 

L’ex-trafiquant Gérard Fauré, qui a passé dix-huit ans derrière les barreaux, multiplie les anecdotes dignes d’un thriller.

 

  • Gérard Fauré : «Pasqua ne pouvait quand même pas se mouiller pour un meurtrier»

Figure du trafic de drogue, Gérard Fauré raconte ses activités à Paris dans les années 80, où il fournissait de la cocaïne à de nombreuses célébrités.

Vous êtes toujours en vie. C’est de la chance ?

Non, pas de la chance. Mon talent de diplomate, de beau parleur. La parole donnée, la correction avant tout. Un jour, un flic me mettait des coups de Bottin dans la gueule pour une histoire de meurtre. Puis m’a relâché faute de preuve en me disant : «Tu as été correct !» Une autre fois, j’avais deux équipes sur le dos, des Gitans et des Kabyles. Heureusement, les flics m’ont arrêté avant eux… Donc un peu de chance, quand même.

A lire aussiGérard Fauré, une clientèle haut de came

L’OAS vous a également bien protégé…

Ils m’ont sorti de prison en Espagne, mitraillettes à la main.

Charles Pasqua aussi ?

Il avait pas mal de comptes à régler. En échange, il nous donnait des plans d’un braquage, les clés de la banque… Mais ce n’était pas toujours garanti : un jour, on fait un coup, croyant comme des cons que tout était bordé, mais une tripotée de flics nous attendait à la sortie.

Apportait-il une garantie policière ?

Oui et non. Pasqua ne pouvait quand même pas se mouiller pour un meurtrier.

Johnny Hallyday était, selon vous, tenu par le milieu dans les années 80…

J’en suis sûr. «Francis le Belge» me l’a raconté : la bande à Tony Zampa rackettait Johnny. Belge comme lui, Francis va le voir : «Lâche-le !» L’autre : «Jamais !» C’est là que les deux clans sont entrés en guerre, à propos de Johnny Hallyday, même s’il y avait peut-être d’autres raisons.

Renaud Lecadre

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9rard_Faur%C3%A9

  1. Renaud Lecadre, « Gérard Fauré : Pasqua ne pouvait quand même pas se mouiller pour un meurtrier », Libération « L’ex-trafiquant Gérard Fauré, qui a passé dix-huit ans derrière les barreaux, multiplie les anecdotes dignes d’un thriller »,‎ 25 octobre 2018 (lire en ligne [archive])

Références radiophoniques

Références vidéographiques

Références bibliographiques

  1. Fauré et Perltereau 2018, p. 41, chap 5 « L’Espagne, ma deuxième patrie » : […] Un problème de taille que j’eus avec le général Oufkir. […] Ce dernier, après avoir eu vent d’une liaison que j’entretenais avec sa femme du côté de Marbella [lire en ligne [archive]]

Liens externes

:

 

Attentat de Romans-sur-Isère du 4 avril 2020 : premier bilan

L’affaire a déjà sa fiche dans Wikipédia (voir ci-dessous).

Le djihadiste présumé a commencé à parler en garde à vue, mais est encore atteint de trous de mémoire très opportuns dès que les questions des enquêteurs se font plus précises, notamment sur le déroulé des faits.

Une seconde garde à vue se poursuit, celle de son ami lui ayant rendu visite la veille, 3 avril 2020.

Je rappelle pour ma part observer bien des mouvements chez mes harceleurs précisément ce 3 avril 2020 :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/cyprien-luraghi-a-lance-un-appel-de-fonds-le-vendredi-3-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/06/messages-publics-de-jean-marc-donnadieu-en-ce-debut-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/06/michel-piccin-est-sorti-de-son-silence-le-3-avril-2020/

Par ailleurs, les enquêteurs ont retrouvé chez le tueur pas moins de six téléphones portables.

Se serait-il lui aussi livré à du trafic de drogue ?

L’usage de téléphones multiples est en effet dans les habitudes de ces trafiquants.

On observe également que le jour même de cette attaque qui a fait deux morts, dont un ingénieur informaticien de 55 ans de Châtillon-Saint-Jean travaillant à son compte depuis le 20 décembre 2015 et venu faire ses courses dans la boucherie Breyton de Romans-sur-Isère où il a été tué, Jean-Marc Donnadieu annonçait sur Facebook qu’à peine sorti du confinement, avec son ami Michel Piccin il irait tuer encore plein de gens, notamment des ingénieurs…

Naturellement, j’en fais partie. Or, je suis moi aussi ingénieur informaticien et suis particulièrement bien placée pour savoir à quel point il hait les ingénieurs informaticiens, lui qui se prétend bien meilleur que nous en informatique sans avoir jamais reçu aucune formation dans ce domaine et n’a bien évidemment jamais percé dans ce métier faute de compétences suffisantes.

On relève encore que l’ingénieur tué samedi à Romans-sur-Isère travaillait ou a travaillé dans le médical, un secteur très concerné par la crise sanitaire actuelle et encore touché par-dessus le marché par une telle recrudescence de cyberattaques (dont une contre l’AP-HP à la date très symbolique du 22 mars 2020) que les spécialistes de la sécurité informatique ont décidé de s’organiser pour faire payer les pirates profitant de la crise du Covid-19.

S’il en était besoin, je rappelle encore une fois que mes harceleurs sont quasiment tous des pirates informatiques.

C’est notamment le cas de Jean-Marc Donnadieu et de son complice le pédophile et mythomane notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi.

Pour finir, est rapporté ci-dessous un rappel des principaux attentats islamistes commis en France depuis mars 2012, montrant, comme je l’ai déjà fait remarquer à plusieurs reprises, une nette régression de ces attaques à compter de l’année 2017, après le premier échec de Pascal Edouard Cyprien Luraghi à me faire condamner à Paris alors que je me défendais seule, sans avocat, et faisais ainsi pour tous ses complices islamistes et autres la démonstration qu’il leur avait toujours menti en me prétendant folle à lier et nulle en droit.

Je rappelle encore que les attaques des premières années, de 2012 à 2015, étaient à l’évidence liées à la procédure de la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest à mon encontre, celles de 2016 au printemps 2018, à la procédure de son complice Pascal Edouard Cyprien Luraghi à mon encontre, et celles qui ont débuté depuis, aux différentes procédures engagées ou dirigées par Jean-Marc Donnadieu à la suite de ses réglements de comptes publics des premiers mois de l’année 2018 sur Facebook avec un ufologue de Strasbourg qu’il accuse depuis de nombreuses années de l’avoir « trahi » en me communiquant des informations à son sujet, cet ensemble de nouvelles procédures nous visant l’un et l’autre.

 

Egalement à lire ou relire :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/attaque-terroriste-a-romans-sur-isere-samedi-4-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/pourquoi-ce-nouvel-attentat-islamiste-du-4-avril-2020-a-romans-sur-isere/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/retour-du-deconnologue-et-ex-riverain-homere-sur-twitter/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/cyprien-luraghi-a-lance-un-appel-de-fonds-le-vendredi-3-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/06/messages-publics-de-jean-marc-donnadieu-en-ce-debut-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/06/michel-piccin-est-sorti-de-son-silence-le-3-avril-2020/

 

 

https://www.francebleu.fr/infos/societe/attaque-au-couteau-a-romans-la-deuxieme-victime-etait-de-chatillon-saint-jean-1586110129

Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : la deuxième victime était de Châtillon-Saint-Jean

 

Dimanche 5 avril 2020 à 20:08 -

Par , France Bleu Drôme Ardèche

 

Après l’attaque au couteau à Romans-sur-Isère (Drôme) samedi, la commune de Châtillon-Saint-Jean est elle aussi sous le choc. Thierry Nivon, l’une des victimes, habitait le village. Il a été mortellement poignardé par l’assaillant alors qu’il faisait ses courses dans une boucherie.

La police scientifique s'est rendue dans la boucherie où Thierry Nivon a été tué
La police scientifique s’est rendue dans la boucherie où Thierry Nivon a été tué © Radio France – Claire Leys

 

Ce samedi, Thierry Nivon s’est rendu à Romans-sur-Isère (Drôme) pour faire de simples courses. L’homme de 55 ans a été poignardé à la boucherie Breyton, tué par l’assaillant avec un couteau appartenant au commerce. Cet homme était informaticien, il habitait à Châtillon-Saint-Jean. Dans la petite commune, les habitants sont choqués.

 

Le maire Gérard Fuhrer a rendu visite à l’épouse du défunt. Il aurait aimé pouvoir organiser un hommage pour son administré, mais le confinement empêche tout rassemblement. « Habituellement lorsqu’il y a un décès dans la commune, nous nous réunissions. C’est important de se soutenir, de se voir. Avec le coronavirus et le confinement, les malheurs s’ajoutent les uns aux autres et ce deuil est d’autant plus difficile à supporter », avoue le maire.

Des gestes de soutien, à distance

Pour témoigner de leur soutien, certains habitants ont allumé une bougie sur le rebord de leur fenêtre, d’autres ont publié des messages sur les réseaux sociaux. « Il n’y a pas que la présence physique qui compte, assure Gérard Fuhrer, on peut aussi être présent par la pensée ».

- - Visactu
- © Visactu

 

 

http://copainsdavant.linternaute.com/p/thierry-nivon-4352837

Thierry NIVON

  • CHATILLON SAINT JEAN

Parcours

Parcours scolaire

Parcours entreprise

  • INFOLOGIC  - Informaticien (Informatique)

    -  ValenceIngenieur systeme Architecture informatique

    1990 – 2006

  • VEGA SYSTEMS  - Informaticien (Informatique)

    -  Valence 2006 – 2007

  • Oikialog  - Informaticien (Informatique)

    -  LyonEncadrement technique sur des projets de sécurité informatique : Carte à puce, identifications biométriques

    2007 – 2009

  • Décalog  - Ingenieur developpemet

    -  Guilherand granges 2009 – 2010

  • GROUPAGORA  - Architecte logiciel

    -  Nimes 2010 – 2010

  • Maya-technologies

    -  Grenoble 2010 – 2012

  • MEDIANE SYSTEME

    -  Le pecqDéveloppements sur systèmes embarqués pour le medical

    2012 – maintenant

A propos

Général

  • Prénom Nom :

    Thierry NIVON

  • Vit à :

    CHATILLON SAINT JEAN, France

  • Né le :

    18 août 1965 (54 ans)

Ma vie aujourd’hui

  • Profession :

    Ingenieur Informatique/telecoms

Mes goûts et passions

Aucune information disponible

Voyages

Voyages dans le mondeJ’y suis allé

Je rêve d’y aller
J’y suis allé(e) :

 

https://www.verif.com/societe/NIVON-THIERRY-817449382/

 

 

http://www.leparisien.fr/faits-divers/attaque-de-romans-sur-isere-les-trous-de-memoire-du-suspect-et-sa-peur-du-coronavirus-06-04-2020-8294874.php

Les confidences du tueur au couteau de Romans-sur-Isère

 

Abdallah Ahmed-Osman, l’auteur de l’attaque au couteau samedi, a expliqué qu’il s’était senti « en ligne avec la religion » après avoir commis son massacre.

 

 A Romans-sur-Isère (Drôme) l’attaque au couteau d’Abdallah Ahmed-Osman a fait deux morts et cinq blessés.
A Romans-sur-Isère (Drôme) l’attaque au couteau d’Abdallah Ahmed-Osman a fait deux morts et cinq blessés.  AFP/Jeff Pachoud

 

Par Jérémie Pham-Lê
Le 6 avril 2020 à 14h54, modifié le 6 avril 2020 à 20h33

Abdallah Ahmed-Osman est-il un djihadiste adepte de la dissimulation ? Ou un réfugié qui a trouvé dans la violence et la religion un exutoire à son mal-être ? Trois jours après avoir semé la mort et l’effroi dans le centre-ville de Romans-sur-Isère (Drôme) avec un couteau, faisant deux morts et cinq blessés, le Soudanais de 33 ans s’est longuement livré.

Selon des sources concordantes, Ahmed-Osman a reconnu être l’auteur de l’attaque en garde à vue, oscillant entre déclarations paranoïaques, trous de mémoire et sentiment de satisfaction. Le jeune Soudanais, arrivé en France en 2016, a expliqué qu’il se sentait « épié et menacé par tout le monde » lorsqu’il est passé à l’action à Romans samedi. Il résume son massacre à un « pétage de plombs ». « En attaquant les passants, il dit qu’il a voulu se défendre et se protéger, confie un proche de l’enquête. Mais en même temps, il déclare qu’il s’est senti en ligne avec la religion une fois qu’il avait terminé. » Raison pour laquelle il psalmodiait à genoux lors de son interpellation. A certaines questions précises sur le déroulé de l’attaque, le terroriste présumé a répondu : « Je ne me souviens plus ».

VIDÉO. Romans-sur-Isère : deux morts et cinq blessés dans une attaque au couteau

Devant les enquêteurs, Ahmed-Osman a aussi décrit un certain mal-être, qu’il impute notamment au confinement. Il aurait mal vécu d’avoir été mis au chômage alors qu’il venait d’obtenir un emploi à la section maroquinerie d’une entreprise d’outillage de découpe de la Drôme. Le jeune réfugié a également raconté être allé à l’hôpital de Romans « six jours » avant l’attaque car il pensait être contaminé par le Covid-19. Le personnel soignant l’aurait renvoyé chez lui avec des médicaments, sans le tester. Avec le recul, Ahmed-Osman pense que ses symptômes relevaient surtout « de l’angoisse ». Les policiers tentaient hier de retrouver trace de cette consultation et vérifier s’il a séjourné en établissements psychiatriques, notamment à Grenoble (Isère) où il a vécu entre 2016 et 2018. Selon nos informations, des anxiolytiques ont été découverts lors de la perquisition à son appartement de Romans.

« C’est un profil proche de celui de l’auteur de l’attaque de Villejuif [le 3 janvier 2020, NDLR] avec une certaine fragilité psychologique, souligne un connaisseur du dossier. Le discours djihadiste semble avoir eu une influence sur son passage à l’acte et la religion serait l’élément déclencheur. Pour autant, il n’assume pas son appartenance à une organisation terroriste. » En garde à vue, Abdallah Ahmed-Osman s’est en effet décrit comme un musulman à la pratique modérée, respectant la prière et se rendant épisodiquement à la mosquée de Romans. « Chez le suspect, il y a un cocktail de psychiatrie, de mal-être du réfugié, de ressentiment sur sa place dans notre société et de religion, observe une source policière. En l’espèce, le confinement a sûrement joué un rôle. »

A son domicile, les enquêteurs ont saisi un tapis de prière, un coran ainsi qu’un texte manuscrit dans lequel Ahmed-Osman convoque l’imagerie djihadiste. « Je vous implore pour que nous ayons le pardon. C’est ce qu’attend tout combattant […] Je ne veux plus vivre dans ce pays de mécréant », écrit le jeune Soudanais dans un mélange de français et d’arabe. Les témoins de l’attaque ont par ailleurs décrit un assaillant « le regard hagard », « très déterminé à tuer ». A l’une des victimes, Ahmed-Osman a demandé si elle était de confession musulmane.

Aucune lettre de revendication ou d’allégeance à une organisation terroriste n’a néanmoins été retrouvée à ce jour. Les nombreux témoins interrogés – commerçants, voisins, amis et employeur du suspect – ont dit n’avoir décelé aucun signe de radicalisation mais ont décrit un homme « anxieux et dépressif » ces jours-ci, « aigri » par le confinement. Les exploitations de ses supports informatiques, en vue de retrouver éventuellement de la documentation djihadiste ou des recherches préparatoires, sont toujours en cours. En garde à vue, Abdallah Ahmed-Osman a accepté de donner les codes de son smartphone. Cinq autres téléphones de modèles très anciens ont été saisis chez lui ainsi qu’une clé USB.

Ce lundi soir, Ahmed-Osman a été transféré dans les locaux de la sous-direction antiterroriste (SDAT), co-saisie de l’enquête avec la police judiciaire de Lyon et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). De même qu’un ami du suspect, Mustapha A.M. Ce Soudanais de 28 ans avait été interpellé samedi dans l’immeuble du suspect à qui il rendait visite, inquiet de son état fébrile. La veille, il lui avait confié son inquiétude à l’idée d’être malade du Covid-19 et son désarroi vis-à-vis des mesures de confinement. Les deux hommes, tous deux réfugiés, se sont rencontrés il y a quelques mois à l’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes (AFPA) de Romans-sur-Isère, où Ahmed-Osman suivait une formation en maroquinerie. Un troisième homme, colocataire de Mustapha A-M., a été remis en liberté ce lundi après-midi.

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Attaque_du_4_avril_2020_%C3%A0_Romans-sur-Is%C3%A8re

Attaque du 4 avril 2020 à Romans-sur-Isère

Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Attentat de Romans-sur-Isère du 4 avril 2020 : premier bilan dans AC ! Brest 45px-Circle-icons-caution.svg
L’admissibilité de cette page est actuellement débattue.Vous êtes invité à donner votre avis sur cette page de discussion, de manière argumentée en vous aidant notamment des critères d’admissibilité ou en présentant des sources extérieures et sérieuses.Merci de ne pas retirer cet avertissement tant que la discussion n’est pas close.
Conseils d’utilisation
45px-Ambox_currentevent.svg dans Attentats
Cet article concerne un événement récent ou en cours (4 avril 2020).Ces informations peuvent manquer de recul, ne pas prendre en compte des développements récents ou changer à mesure que l’événement progresse. Le titre lui-même peut être provisoire. N’hésitez pas à l’améliorer en veillant à citer vos sources.
La dernière modification de cette page a été faite le 7 avril 2020 à 07:31.
45px-Scale_icon_white-orange.svg dans Calomnie
Cet article est lié à une affaire judiciaire en cours.Le texte peut changer fréquemment, n’est peut-être pas à jour et peut manquer de recul.Le titre et la description de l’acte concerné reposent sur la qualification juridique retenue lors de la rédaction de l’article et peuvent évoluer en même temps que celle-ci.N’hésitez pas à participer de manière neutre et objective, en citant vos sources et en n’oubliant pas que, dans nombre de systèmes judiciaires, toute personne est présumée innocente tant que sa culpabilité n’a pas été légalement et définitivement établie.
La dernière modification de cette page a été faite le 7 avril 2020 à 07:31.
Attaque du 4 avril 2020 à Romans-sur-Isère

Localisation Romans-sur-Isère, Drôme, Drapeau de la France France
Cible Civils
Coordonnées 45° 02′ 47″ nord, 5° 03′ 06″ est
Date 4 avril 2020
10h45 (UTC+2)
Type Attaque au couteau
Armes Couteau
Morts 2
Blessés 5
Auteurs Abdallah Ahmed-Osman
Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)

Attaque du 4 avril 2020 à Romans-sur-Isère
modifier Consultez la documentation du modèle

L’attaque du 4 avril 2020 est un acte terroriste au couteau perpétré en France, le 4 avril 2020, dans le centre-ville de Romans-sur-Isère durant la période de confinement en raison de la pandémie de Covid-19.

Il est le fait d’un réfugié soudanais Abdallah Ahmed-Osman rapidement interpellé après ses actes en train de prier. Durant son passage à l’acte, il tue deux passants et en blesse cinq autres, leur demandant s’ils sont de confession musulmane1.

Faits

L’attaque a lieu durant la période de confinement en raison de la pandémie de Covid-19. Le 4 avril 2020, vers 10h45, un homme rentre dans un bureau de tabac de Romans-sur-Isère et poignarde un client. Puis, il se rend dans une boulangerie et continue ses attaques. Ensuite, il poignarde des passants dans le centre ville. Il poursuit son périple meurtrier durant plusieurs minutes entre les rues Gally, Guillaume pour arriver au boulevard Dormoy. Là, il est arrêté par les équipages de police appelés. Les policiers trouvent sur lui le couteau qui a servi à l’agression ainsi qu’une carte de séjour.

Enquête

Le jour même, le Parquet national antiterroriste se saisit de l’affaire2,3. Le colocataire du suspect, un soudanais est placé en garde a vue. Puis le lendemain dans la matinée un troisième soudanais un proche du suspect est lui aussi placé en garde à vue. L’un d’eux avait vu Ahmed-Osman la veille de l’attaque, ce dernier se plaignait du confinement et avait peur d’avoir le coronavirus4.

Le Ministre de l’Intérieur Christophe Castaner se déplace le jour même des faits à Romans-sur-Isère à la rencontre du maire de la ville Marie-Hélène Thoraval, du préfet de la Drôme Hugues Toumouh, du directeur départemental de la sécurité publique Noël Fayet et du procureur de Valence Alex Perrin pour un état des lieux. Le Ministre qualifie aussitôt ce fait de « parcours terroriste » et salue le courage des équipages de police ayant intercepté Abdallah Hamed-Osman5.

Suspect

Le suspect, Abdallah Ahmed-Osman, âgé de 33 ans, est né en 1987 au Soudan est soudanais. Il a obtenu le statut de réfugié le 29 juin 2017 et un titre de séjour de dix ans cette même année6 délivré par la préfecture de l’Isère4. Il est célibataire, sans enfant et de confession musulmane7. Interrogée après l’attaque, la maire de Romans-sur-Isère Marie-Hélène Thoraval indique qu’elle ne savait pas que l’assaillant était présent sur le territoire de sa commune8. Avant de s’installer en fin d’année 2019 à Romans-sur-Isère dans un logement côte Jacquemart loué par une association, il est arrivé dans le département de la Drôme en juin 2018 et a vécu à Moras-en-Valloire7 de septembre 2018 à janvier 2020 où il avait un contrat de professionnalisation via l’Afpa de Romans dans une entreprise de maroquinerie9 dénommée Veyret Techniques Découpe où Hamed-Osman est passé d’intérim à un contrat de de CDD et devait obtenir un CDI prochainement10.

Suspicion de motivation terroriste

Le suspect aurait crié « Allah Akbar » au moment de lancer son agression. Lors de son arrestation, selon des policiers, il se serait mis à genoux et aurait récité la profession de foi des musulmans : « il n’est de Dieu que Dieu et Muhammad est son prophète »11. L’enquête retient rapidement la qualification d’attentat terroriste à caractère religieux. Le parquet anti terroriste souligne notamment que la perquisition effectuée au domicile du suspect a révélée des notes manuscrites en arabe dans lesquelles il « se plaint de vivre dans un pays de mécréants »12. Les enquêteurs mettent également la main sur cinq portables4.

Victimes

Il y a deux morts et cinq blessés13, dont deux toujours en soins intensifs au lendemain de l’attaque14.

 
Nom Situation Age Infos Sources
Thierry Nivon Décédé 55 ans Ingénieur informatique, il est tué alors qu’il faisait ses courses à la boucherie. 15,16
Julien Vinson Décédé 44 ans Copropriétaire du café-théâtre « La Charette » à Romans, il est tué devant son fils de douze ans. 16
Serge Fournier Blessé 65 ans Buraliste à Romans. Blessé et en état très grave. 16,1
Ghislaine A. Blessée 49 ans Buraliste à Romans. 16,1
Abdellak M. Blessé 59 ans Blessé dans le dos. 16,1
Jean-François S. Blessé 63 ans Travaille dans la soudure et l’électricité. Victime d’une perforation du poumon. 16,1
Emmanuelle B. Blessée 38 ans Professeure de sport, blessée à la cuisse. 16,1

Notes et références

 [masquer]

v · m
Organisations et participants présumés
Attentats
2012
2013
2015
2016
2017
2018
2019
2020
Répercussions
Articles liés

 

 

https://www.ladepeche.fr/2020/04/04/les-principaux-attentats-islamistes-en-france-depuis-janvier-2015,8833120.php

Les principaux attentats islamistes en France depuis janvier 2015

  • Place de la République à Paris, le 15 novembre 2015.

    Place de la République à Paris, le 15 novembre 2015. Photo AFP
Publié le 04/04/2020 à 20:43

l’essentiel

 

L’attaque survenue à Romans-sur-Isère dans la Drôme ce samedi matin s’ajoute à la longue liste des attques terroriste survenues en France depuis cinq ans.

Rappel des attentats islamistes meurtriers commis depuis 2015 en France, après que le parquet national antiterroriste s’est saisi de l’enquête sur l’attaque au couteau ayant fait deux morts et quatre blessés à Romans-sur-Isère dimanche.

Depuis janvier 2015, ces attentats, attribués ou revendiqués par la mouvance islamiste, ont fait plus de 250 morts.

 

close
volume_off

A lire aussi : Attaque au couteau de Romans-sur-Isère : ce que l’on sait de la tuerie qui a fait deux morts

2020

- 3 janvier: Nathan C., un jeune homme de 22 ans converti à l’islam depuis 2017 et atteint de troubles psychiatriques, attaque des promeneurs aux cris « d’Allah Akbar » dans un parc de Villejuif (Val-de-Marne), tuant un homme et blessant deux femmes, avant d’être abattu par la police.

2019

- 3 octobre : un informaticien travaillant à la Direction du renseignement, Mickaël Harpon, poignarde à mort trois policiers et un agent administratif dans l’enceinte de la préfecture de police de Paris, avant d’être abattu. L’enquête, confiée à des juges antiterroristes, n’a pas encore déterminé, les motivations de cet agent soupçonné de radicalisation.

2018

- 11 décembre : Chérif Chekatt, un homme de 29 ans fiché « S » pour sa radicalisation islamiste, ouvre le feu sur des passants au coeur du marché de Noël de Strasbourg et en attaque d’autres à coups de couteau: cinq morts, onze blessés. L’assaillant est abattu après deux jours de traque. Peu après l’annonce de sa mort, il est adoubé « soldat de l’Etat islamique » par l’agence de propagande de l’EI.

- 23 mars : un Français d’origine marocaine de 25 ans, Radouane Lakdim, vole une voiture à Carcassonne en tuant le passager et blessant grièvement le conducteur. Il pénètre ensuite dans un supermarché de Trèbes, revendique être un « soldat » de l’EI et tue deux personnes. L’officier de gendarmerie Arnaud Beltrame, qui s’est offert comme otage à la place d’une femme, est mortellement blessé à la gorge. Le jihadiste est abattu.

2017

- 1er octobre : un Tunisien de 29 ans, Ahmed Hanachi, tue deux jeunes femmes sur le parvis de la gare Saint-Charles à Marseille en criant « Allah Akbar », avant d’être abattu. L’attentat est revendiqué par l’EI.

- 20 avril : à Paris, un policier, Xavier Jugelé, est tué par balle et deux autres sont blessés sur les Champs-Élysées par un repris de justice de 39 ans, Karim Cheurfi, qui est abattu. L’EI revendique l’attentat.

2016

- 26 juillet : Jacques Hamel, un prêtre de Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), est égorgé dans son église par deux jihadistes, Abdel Malik Petitjean et Adel Kermiche, qui sont abattus. L’assassinat est revendiqué par l’EI.

- 14 juillet : à Nice, un Tunisien de 31 ans, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, fonce dans la foule au volant d’un camion quelques instants après le feu d’artifice, tuant 86 personnes et en blessant plus de 400. Il est tué par la police. L’attaque est revendiquée par l’EI.

- 13 juin : un policier de Magnanville (Yvelines) et sa compagne sont assassinés chez eux par un jihadiste de 25 ans. Larossi Abballa, qui avait revendiqué son action au nom de l’EI, est abattu.

2015

- 13 novembre : la France est frappée par les pires attentats de son histoire. Neuf jihadistes font 130 morts et plus de 350 blessés à Paris, dans la salle de concert du Bataclan (90 morts), aux terrasses de bars et restaurants (39 morts) et près du Stade de France (un mort). L’EI revendique les attaques.

- 26 juin : Yassin Salhi tue et décapite son patron Hervé Cornara à Chassieu (Rhône), puis tente de faire exploser l’usine de Saint-Quentin-Fallavier (Isère) en précipitant son fourgon contre des bouteilles de gaz. Il est arrêté.

- 19 avril : Sid Ahmed Ghlam, un étudiant algérien fiché S et en possession d’armes de guerre, est arrêté à Paris alors qu’il projetait d’attaquer une église de Villejuif. Il est soupçonné d’avoir tué une femme après une rencontre imprévue qui aurait contrecarré ses plans.

- 7-9 janvier : les frères Chérif et Saïd Kouachi tuent 12 personnes, le 7, au siège de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo à Paris. Après deux jours de cavale, les deux islamistes radicaux, qui se réclament d’Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), sont abattus. Le 8, Amedy Coulibaly tue une policière à Montrouge (Hauts-de-Seine). Le lendemain, le délinquant radicalisé qui se revendique de l’EI tue quatre otages, tous juifs, dans un supermarché casher de l’est parisien. Il est abattu dans l’assaut.

La Rédaction

 

Nouvelle machine à clics de Cyprien Luraghi : gros mou dans le genou ce dimanche 8 mars 2020

 

A lire ou à relire :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/03/04/un-de-mes-lecteurs-de-satanistique-a-manifestement-pete-un-cable/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/03/05/corruption-de-magistrats-dans-le-finistere-mon-information-est-validee/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/03/06/geant-comment-le-roi-des-fous-me-traite-de-putaclic/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/03/06/cyprien-luraghi-sessouffle-deja-avec-sa-nouvelle-machine-a-clics/

 

Satanistique.blogspot.fr

Page View Activity

 

Date Heure Système Location / Language Host Name/Web Page/Referrer
8 Mar 20:24:27 IE 9.0
Win7
1024×768
Nouvelle machine à clics de Cyprien Luraghi : gros mou dans le genou ce dimanche 8 mars 2020 dans Calomnie us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
8 Mar 19:42:09 IE 9.0
Win7
1024×768
us dans Corruption Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
8 Mar 16:25:50 IE 9.0
Win7
1024×768
us dans Crime Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
8 Mar 15:40:01 IE 9.0
WinVista
1024×768
us dans Folie Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
8 Mar 14:59:16 IE 9.0
WinVista
1024×768
us dans Insolent - Insolite Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
8 Mar 14:15:37 IE 9.0
Win7
1024×768
us dans LCR - NPA Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 23:39:00 IE 9.0
Win7
1024×768
us dans Luraghi Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 20:51:47 IE 9.0
WinVista
1024×768
us dans Pédophilie Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 20:37:05 IE 9.0
WinVista
1024×768
us dans Perversité Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 19:11:23 IE 9.0
Win7
1024×768
us dans Politique Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 18:02:23 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 17:53:37 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 16:30:12 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 16:04:16 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 16:00:43 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 15:56:13 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 13:50:10 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 13:05:10 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 11:45:51 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 10:56:52 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 10:49:59 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 08:18:27 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 07:44:03 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 07:35:54 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 07:24:23 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 06:54:29 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 06:23:31 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 05:42:38 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 05:32:38 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 04:52:42 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 04:36:13 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 04:22:34 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 03:41:26 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 03:39:00 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 03:16:06 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 03:05:26 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 03:04:02 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 02:20:12 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 01:58:45 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 01:44:42 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 01:43:27 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 01:32:59 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 01:04:22 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 01:03:10 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 00:54:31 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 00:53:00 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 00:51:21 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
7 Mar 00:31:55 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 23:58:03 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 23:52:28 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 23:32:04 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 23:00:33 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 22:19:59 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 22:15:10 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 21:59:16 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 21:55:39 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 20:59:02 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 20:51:20 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 20:47:04 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 20:27:12 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 20:03:53 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 19:43:35 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 18:51:17 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 15:36:49 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 15:00:28 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 14:49:37 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 13:59:55 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 13:58:59 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 13:12:20 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 13:12:02 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 12:25:56 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 10:08:57 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 09:20:54 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 08:52:23 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 08:00:33 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 05:40:11 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 05:32:37 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 00:41:14 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 23:39:40 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 23:13:50 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 21:16:10 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 20:54:37 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 20:36:00 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 20:30:18 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 19:57:00 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 19:44:08 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 19:43:06 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 18:57:48 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 18:18:38 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 17:39:24 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 17:30:25 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 16:50:55 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 16:44:53 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 16:35:01 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 15:43:25 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 15:24:25 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 15:00:01 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 14:52:32 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 14:12:58 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 14:08:01 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 12:55:14 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 12:32:56 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 12:15:15 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 12:12:54 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 12:11:05 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 12:07:08 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 12:04:32 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 12:04:00 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 12:02:10 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 12:02:10 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 12:01:25 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 12:00:14 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:58:42 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:56:00 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:54:45 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:54:10 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:51:48 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:51:25 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:51:18 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:49:31 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:48:41 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:47:39 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:46:23 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:45:07 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:44:06 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:43:31 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:40:49 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:39:47 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:38:32 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:32:48 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:25:23 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:23:56 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:23:18 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:22:24 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:18:20 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:17:20 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:16:10 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:12:36 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:12:20 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:11:57 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:11:38 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:11:20 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:10:57 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:06:19 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:05:21 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:03:29 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:01:12 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:56:59 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:52:24 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:52:12 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:51:18 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:50:02 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:49:52 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:48:44 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:47:48 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:46:46 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:43:32 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:40:38 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:38:27 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:36:54 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:33:35 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:33:16 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:32:33 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:32:28 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:30:41 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:29:47 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:28:47 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:24:22 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:24:01 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:21:36 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:20:08 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:19:08 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:17:37 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:17:04 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:16:41 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:12:30 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:12:14 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:10:22 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:07:51 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:06:20 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:05:44 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:03:25 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:01:20 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:00:58 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:00:49 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 10:00:02 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 09:57:53 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 09:57:45 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 09:56:19 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 09:56:10 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 09:54:16 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 09:51:34 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 09:50:15 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 09:50:02 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 09:47:26 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 09:46:15 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 09:44:49 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 09:44:45 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 09:43:47 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 09:41:10 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
All

Page 1 of 2

Last 24 HoursAujourd’hui7 Mar6 Mar5 Mar (Last)

Affaire Gabriel Matzneff : l’enquête continue de progresser

Revenons donc à nos Lions super menteurs ou abuseurs dont les soucis sont bien visibles depuis la pleine lune du 9 février dernier, comme j’en avais déjà parlé ici :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/02/16/9-fevrier-2020-une-pleine-lune-sensationnelle-anti-menteurs/

Je ne dis rien sur le cas de Roman Polanski, né Raymond Thierry Liebling le 18 août 1933 à Paris, bien d’autres s’en chargent déjà, les féministes ne le lâcheront pas.

Pour l’instant, je m’intéresse davantage aux progrès de l’enquête sur Gabriel Matzneff, qui quoique certains en disent aujourd’hui, sont bien réels.

En particulier, il est d’ores et déjà acquis qu’il sera jugé pour apologie de la pédophilie, sauf suicide ou assimilé d’ici là.

Par ailleurs, les perquisitions et autres recherches de preuves se poursuivent et Christophe Girard a été auditionné pour la première fois cette semaine, mercredi.

Christian Giudicelli et Philippe Sollers avaient déjà été entendus par la police le 13 février dernier.

Les enquêteurs n’ont pas fini de s’y intéresser.

Notamment, ils pourront poursuivre leurs investigations dans le Sud-Est, où le premier aimait à se ressourcer avec son alter ego Claude Verdier, jusqu’au décès de ce dernier en 1997.

 

 

https://www.purepeople.com/article/affaire-matzneff-enquete-difficile-preuves-introuvables-et-prescription_a377927/1

Affaire Matzneff : Enquête difficile, preuves introuvables et prescription

 

Difficile investigation pour les policiers en charge de l’enquête ouverte à l’encontre de Gabriel Matzneff. Entre le délai de prescription et le manque de témoins, le bureau du procureur pourrait désespérer, mais les enquêteurs s’acharnent.

 

L’enquête dans l’affaire Matzneff piétine. Le 11 février 2020, le procureur de Paris a lancé un appel à témoins pour retrouver d’éventuelles « victimes oubliées », mais, à ce jour, aucun témoin ne s’est déclaré auprès de la police. « Comme dans l’affaire Epstein, nous n’avons que des faits très anciens ne pouvant plus faire l’objet de poursuites. La majorité concerne des femmes qui ont refait leur vie », détaille une source dans les colonnes du Parisien. Car le délai de prescription est bel et bien l’un des freins majeurs de cette enquête policière.

 

Chou blanc aussi côté perquisitions. Les policiers sont en quête de documents (photos et écrits) non publiés. Gabriel Matzneff a déjà évoqué des journaux intimes destinés à une publication posthume. Toujours selon l’écrivain déchu, une partie de ses écrits seraient conservés et cachés par Christian Giudicelli, 64 ans, qui fut son éditeur.

Côté témoin, Christophe Girard, actuel adjoint d’Anne Hidalgo en charge de la culture, a été entendu par l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP) à Nanterre. L’homme, ancien maire de 4e arrondissement, a dû justifier de ses liens avec Matzneff. Dans les années 80, Girard était l’assistant personnel d’Yves Saint Laurent. Il aurait réglé plusieurs chambres d’hôtel pour l’écrivain en vue de ses escapades avec Vanessa Springora, alors encore mineure. Matzneff était, en ce temps, largement soutenu financièrement par le couturier et dans le viseur de la brigade des mineurs. « Le collaborateur d’Yves Saint Laurent, ce charmant Christophe Girard que j’ai vu l’autre jour, m’a appelé ce matin pour m’annoncer que leur Fondation allait désormais prendre en charge ma note d’hôtel », a écrit Gabriel Matzneff dans son journal. Interviewé le 13 février 2020 par Le Parisien, Christophe Girard a avoué s’être occupé de sa chambre d’hôtel tout en affirmant n’avoir jamais su quoi que ce soit concernant de quelconques activités pédophiles. « À l’époque, je ne savais pas qu’il cherchait à échapper à la brigade des mineurs. »

L’enquête à l’encontre de Gabriel Matzneff a été ouverte par le parquet de Paris le 3 janvier 2020, 24 heures après la sortie du livre Le Consentement, ouvrage accusateur de Vanessa Springora, directrice des Éditions Julliard. Dans son livre, elle raconte comment elle a été séduite par Gabriel Matzneff alors qu’elle n’avait même pas 14 ans. L’éditrice a été entendue fin janvier par les enquêteurs, mais les faits la concernant sont prescrits. Elle est à ce jour la seule femme à avoir témoigné contre l’écrivain de 83 ans.

Le 05 Mars 2020 – 22h55

 

 

https://www.actualitte.com/article/monde-edition/affaire-matzneff-un-editeur-de-gallimard-inquiete-alors-qu-un-proces-s-ouvre/99225

Affaire Matzneff : un éditeur de Gallimard inquiété alors qu’un procès s’ouvre

 

Antoine Oury – 12.02.2020

Après le récit d’une des victimes, Vanessa Springora, dans le livre Le Consentement, ce que l’on désigne désormais comme l’affaire Matzneff prend une autre tournure avec des suites judiciaires. L’enquête menée par l’Office central pour la répression des violences aux personnes s’est intéressée à la place de l’éditeur de Matzneff chez Gallimard, Christian Giudicelli, tandis qu’un procès s’ouvre contre l’écrivain à Paris.

Affaire Gabriel Matzneff : l'enquête continue de progresser dans Corruption Capture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202020-01-03%20a%CC%80%2013_19_31(2)
Gabriel Matzneff

 

Cité à comparaître à la chambre correctionnelle du tribunal de Paris par l’association L’Ange Bleu en janvier dernier pour « provocation à commettre des atteintes sexuelles et des viols sur mineurs » ainsi que pour « apologie de crime », l’écrivain Gabriel Matzneff a fait l’objet d’une première audience ce mercredi matin.

L’association a évoqué plusieurs articles, parus dans l’Obs, le Parisien et l’Express, ainsi que le récit fait par la principale intéressée de sa relation avec Vanessa Springora dans le livre Le Consentement, publié par les éditions Grasset, rapporte l’AFP. L’association maintient ses accusations, estimant que Matzneff est coupable d’apologie « de crime de viol aggravé ».

Ce sont donc les écrits de Matzneff qui sont visés, raison pour laquelle l’audience s’est tenue devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris, spécialisée dans les affaires touchant à la liberté d’expression et à la presse. L’écrivain sera jugé le 28 septembre 2021.

L’association L’Ange bleu, qui lutte contre les actes pédophiles et accompagne les victimes, estime que « Gabriel Matzneff a toujours cherché à normaliser la pédophilie, racontant ses aventures avec des mineurs dans ses ouvrages et autres publications ».

Un exil et des soutiens disparus

Exilé en Italie depuis la parution du livre Vanessa Springora, l’écrivain français a accepté de se confier au New York Times, qui a diffusé l’article en français. Comme il l’a déjà fait depuis le début de l’affaire qui porte son nom, Matzneff affirme ne ressentir aucun regret vis-à-vis de ses actes ou de ses écrits, affirme l’auteur de l’article, qui a rencontré l’écrivain en Italie.

Sur BFMTV, fin janvier, ce dernier avait toutefois tenu d’autres propos, expliquant : « On faisait des choses interdites. C’était tout à fait regrettable. Un touriste, un étranger, ne doit pas se comporter comme ça. »

« Qui sont-ils pour juger leurs semblables ? », s’interroge Gabriel Matzneff auprès du journal américain. « Des associations pour la vertu, et eux comment ils couchent, qu’est-ce qu’ils font au lit et avec qui ils couchent, et leurs désirs secrets et refoulés ? »

Au cours de la conversation, l’écrivain évoque ceux qui l’ont soutenu, accueilli, et déplore « leur lâcheté », assurant qu’il est désormais « très, très seul ». Le journal américain évoque par exemple les rôles joués par Christophe Girard, adjoint à la mairie de Paris chargé de la culture, ou Emmanuel Pierrat, avocat très en vue dans le monde littéraire et président du PEN Club français, dans le devenir de Matzneff ou de son oeuvre. Autant de soutiens qui, depuis l’affaire, se font plus discrets.

Perquisition chez Gallimard

Un des soutiens de Gabriel Matzneff, Christian Giudicelli, son éditeur et « compagnon de voyage aux Philippines », romancier et membre du comité de lecture des éditions Gallimard, fait l’objet d’une enquête de l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP).

Participant aux voyages de Matzneff à l’étranger, Giudicelli évoque dans ses propres textes des expériences partagées avec l’écrivain dénoncé par Vanessa Springora, dans des oeuvres explorées dans un article de Mediapart.

Des personnalités de l’édition s’engagent contre
le sexisme et les violences sexuelles

Giudicelli évoque même, dès son premier roman Une leçon particulière (1968), des relations sexuelles avec des mineures : « À moi les filles. Dès quatorze ans elles m’intéressent et jusqu’à vingt-trois. Déflorer les vierges, j’adorerai ça. [...] Déchirer la jupe courte, ouvrir les cuisses. Mordre. Les yeux révulsés. Le cri. Satisfaire mon goût du saccage. Plus je détruirai, plus je serai fort. » La justice déterminera si ces phrases relèvent de la fiction ou si elles trahissent, comme chez Matzneff, une expérience vécue.

Dans l’article du New York Times, Christian Giudicelli est également cité par Matzneff, qui assure que ce dernier a dissimulé des lettres et des photographies de Vanessa Springora qui auraient pu mettre en difficulté son compagnon de voyage.

 

https://www.nouvelobs.com/justice/20200227.OBS25395/info-obs-affaire-matzneff-philippe-sollers-et-christian-giudicelli-entendus-par-la-police.html

INFO OBS. Affaire Matzneff : Philippe Sollers et Christian Giudicelli entendus par la police

 

L’écrivain et l’éditeur ont été auditionnés en tant que témoins mi-février. Par ailleurs, au terme de six perquisitions, dont une dans un coffre de banque, les enquêteurs ont récolté plus de 150 cartons d’archives.

 

Par Caroline Michel-Aguirre

Publié le 27 février 2020 à 22h42 Mis à jour le 28 février 2020 à 10h01

Temps de lecture 2 min

 

Le 13 février, à 10 heures, Philippe Sollers s’est présenté à l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP), à Nanterre. L’écrivain a été entendu par les policiers chargés de l’enquête préliminaire pour « viols sur mineurs de moins de 15 ans » ouverte à l’encontre de Gabriel Matzneff. Saisis le 3 janvier, à la suite de la publication du livre de Vanessa Springora « le Consentement » (toujours en tête des ventes), les enquêteurs recherchent de potentielles victimes pour qui les faits ne seraient pas prescrits (le délai de prescription pour les viols sur mineurs est de vingt ans à partir de la majorité des victimes pour les faits antérieurs à août 2018), ainsi que d’éventuels complices des relations que Gab

Pour lire les 75 % restants,
testez l’offre à 1€ sans engagement.

 

 

https://www.lepoint.fr/faits-divers/italie-l-hotel-ou-s-est-refugie-gabriel-matzneff-perquisitionne-27-02-2020-2364806_2627.php

Italie : l’hôtel où s’est réfugié Gabriel Matzneff perquisitionné

 

L’écrivain est soupçonné d’avoir emporté un journal intime retraçant la période 1989-2006 qui pourrait mettre au jour de nouvelles victimes.

 

Source AFP

Publié le 27/02/2020 à 14:27 | Le Point.fr

 

L’enquête se poursuit jusqu’en Italie. L’hôtel dans lequel s’est réfugié Gabriel Matzneff depuis la sortie du livre de Vanessa Springora, non loin de la frontière française, a été perquisitionné le 26 février dans l’enquête pour « viols sur mineur » de moins de 15 ans qui vise l’écrivain, a appris l’Agence France-Presse de source judiciaire. Gabriel Matzneff, 83 ans, réfugié à Bordighera, sur la côte ligure, depuis le début de l’affaire, est soupçonné d’avoir emporté des archives utiles à l’enquête, a précisé une source proche du dossier.

L’enquête a été ouverte le 3 janvier, au lendemain de la parution du roman autobiographique Le Consentement de Vanessa Springora. Elle y dénonce sa relation sous emprise avec l’écrivain alors qu’elle était mineure, dans les années 1980. La perquisition a été menée par la police italienne sous l’autorité du parquet de Gênes, en présence d’enquêteurs français de l’Office central de répression des violences aux personnes (OCRVP), dans le cadre d’une demande d’entraide européenne du parquet de Paris. Une perquisition avait déjà eu lieu à Paris à son domicile le 13 février.

close
volume_off

Lire aussi Gabriel Matzneff a été fiché par les services de renseignements

Les enquêteurs s’intéressent à différents écrits de Matzneff afin de rechercher de potentielles victimes : l’écrivain a raconté de manière quasi quotidienne ses activités dans ses journaux publiés qui concernent les années 1953 à 1988, puis 2007 à 2018. Dans ses Carnets noirs, parus en 2009, Gabriel Matzneff relevait que manque à l’appel son « journal intime de 1989 à 2006 [...], dix-huit années où je pétais le feu, ai vécu mille aventures, prenais beaucoup de notes ».

Ne pas oublier de victimes

Dans un ouvrage ultérieur, La Jeune Moabite, paru en 2017, il expliquait que ces pages étaient « présentement enfouies dans le coffre-fort d’Antoine Gallimard ». Les éditions Gallimard ont fait l’objet d’une perquisition le 12 février. Gabriel Matzneff racontait aussi que n’étaient pas parues « deux cents pages censurées » pourtant « prêtes à la publication » de certains journaux intimes concernant les années 1974 à 1986. Dans un entretien avec l’ex-site Biffures, en 2008, l’auteur expliquait cette « autocensure », car des passages risquaient d’être « jugés spécialement scandaleux ». L’écrivain a confié une large partie de ses archives, y compris des lettres qui lui étaient adressées ou des photos, à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine, en périphérie de Caen. Ces documents ont fait l’objet d’une « demande de transmission », selon la source judiciaire.

Lire aussi Vanessa Springora : un « Consentement » sous emprise

Gabriel Matzneff, qui revendiquait dans ses livres son attirance pour les « moins de 16 ans » et pour le tourisme sexuel avec de jeunes garçons en Asie, a pendant longtemps été toléré, voire encensé, dans le monde littéraire parisien. Selon une autre source proche du dossier, les enquêteurs s’intéressent aussi à Christian Giudicelli, son éditeur au sein de Gallimard et compagnon de voyage aux Philippines. Dans le cadre de cette enquête, un appel à témoins a été diffusé le 11 février. Le procureur de Paris Rémy Heitz a expliqué qu’il s’agissait d’éviter qu’il y ait « des victimes oubliées ». Gabriel Matzneff a affirmé, fin janvier, « regretter » ses pratiques pédophiles passées en Asie, tout en faisant valoir qu’« à l’époque [...] jamais personne ne parlait de crime ».

Lire aussi Quand la brigade des mineurs surveillait discrètement Matzneff

La rédaction vous conseille

Pourquoi Gabriel Matzneff a (jusqu’ici) échappé à la justice
Retrait des livres de Gabriel Matzneff : quels risques pour les éditeurs ?

 

 

https://www.lepoint.fr/justice/affaire-matzneff-christophe-girard-entendu-comme-temoin-par-les-enqueteurs-04-03-2020-2365768_2386.php

Affaire Matzneff : Christophe Girard entendu comme témoin par les enquêteurs

 

Les enquêteurs s’intéressent notamment au soutien financier dont a bénéficié l’écrivain. L’adjoint à la culture d’Anne Hidalgo nie toute proximité.

 

Source AFP

Publié le 04/03/2020 à 16:20 | Le Point.fr

 

L’enquête pour « viols sur mineurs » qui vise l’écrivain Gabriel Matzneff se poursuit. C’est Christophe Girard, adjoint à la culture d’Anne Hidalgo à la Mairie de Paris, qui était entendu ce mercredi en tant que témoin, selon les indications d’une source proche du dossier à l’Agence France-Presse. Christophe Girard s’est présenté vers 15 heures à l’Office central de répression des violences aux personnes (OCRVP) à Nanterre, a constaté un journaliste de l’Agence France-Presse. Les enquêteurs s’intéressent notamment au soutien financier dont l’écrivain a bénéficié dans les années 1980 de la part de la Maison Yves Saint Laurent, dont Christophe Girard a été secrétaire général entre 1986 et 1987.

L’éditrice Vanessa Springora a publié début janvier un roman autobiographique, Le Consentement,  dans lequel elle dénonce les ravages de sa relation sous emprise avec l’écrivain Gabriel Matzneff, pédophile revendiqué, dans les années 1980. C’est au lendemain de la publication de ce témoignage, le 3 janvier, qu’une enquête pour « viols sur mineurs » a été ouverte par le parquet de Paris. Les enquêteurs ont depuis procédé à plusieurs perquisitions, notamment chez Gallimard, l’un de ses éditeurs, au domicile parisien ainsi qu’à l’hôtel italien où réside actuellement celui qui revendiquait dans ses livres son attirance pour les « moins de 16 ans » et pour le tourisme sexuel avec de petits garçons en Asie.

Lire aussi Quand la brigade des mineurs surveillait discrètement Matzneff

Le soutien de la Maison Yves Saint Laurent

Dans un article intitulé « Un écrivain pédophile sur le banc des accusés. Et les élites françaises aussi », le New York Times a rappelé le 11 février comment Gabriel Girard avait, en 1987, apporté une aide financière à Gabriel Matzneff. L’auteur lui-même a écrit dans La Prunelle de mes yeux, son journal des années 1986-1987, que Christophe Girard, alors secrétaire général de la Maison Yves Saint Laurent, lui avait annoncé que la maison de couture financerait, « aussi longtemps qu’il le souhaite », les frais de l’hôtel dans lequel il vivait à l’abri des regards dans le quartier de Saint-Germain-des-Près. Gabriel Matzneff, longtemps toléré, voire encensé, dans le monde littéraire parisien, voyait régulièrement dans cet hôtel Vanessa Springora, alors âgée de 15 ans.

Lire aussi Gérald Bronner – Affaire Matzneff : le moment de la fureur morale

Interrogé récemment par l’Agence France-Presse, Christophe Girard avait nié toute proximité avec Gabriel Matzneff. « La personne avec laquelle je vis depuis vingt-cinq ans ne l’a jamais rencontré, avait-il dit. Un ami proche, c’est quelqu’un qui part en vacances avec vous, qui dîne chez vous, chez qui vous allez. Eh bien, ce n’est pas le cas ! »

La rédaction vous conseille

Affaire Matzneff – « C’était une autre époque » : un argument valable qui n’excuse rien
Sastre – Affaire Matzneff : les ravages de l’air du temps
Pourquoi Gabriel Matzneff a (jusqu’ici) échappé à la justice
Affaire Matzneff : un « appel à témoins » lancé pour retrouver d’éventuelles victimes
Patrick Besson – Moix, Matzneff, Griveaux, Handke et Polanski sont dans un bateau
Patrick Besson – Extraits de Matzneff

 

 

https://www.valeursactuelles.com/societe/affaire-matzneff-ladjoint-la-culture-dhidalgo-entendu-par-les-enqueteurs-115926

Affaire Matzneff : l’adjoint à la culture d’Hidalgo entendu par les enquêteurs

 

Par

/ Mercredi 4 mars 2020 à 17:05 39

 dans Crime

Christophe Girard. Photo © ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

Autrefois collaborateur d’Yves Saint-Laurent, Christophe Girard aurait protégé l’écrivain dans les années 1980.

Le 11 février dernier, Le New York Times retrouvait Gabriel Matzneff sur les bords de la Riviera italienne pour évoquer avec lui tous ceux qui l’ont lâché depuis le début de l’affaire et les révélations de l’écrivaine, Vanessa Springora. L’écrivain était revenu sur des années passées à ne rien cacher, notamment dans ses ouvrages. Et parmi les personnalités mises en cause, on trouvait notamment Christophe Girard, actuel adjoint à la culture d’Anne Hidalgo à la mairie de Paris. Ce mercredi 4 mars, ce dernier a été entendu en audition libre par l’Office central pour la répression aux personnes (OCRVP), dans le cadre de l’enquête visant Gabriel Matzneff, rapporte notamment franceinfo.

Dans les années 1980, Gabriel Matzneff qui vivait avec Vanessa Springora (alors mineure) cherchait un abri plus sûr. Il s’installe alors dans un hôtel, apprenait-on dans l’interview du New York Times ; Gabriel Matzneff y expliquait que les factures étaient alors réglées par le couturier Yves Saint-Laurent, un de ses proches, mais surtout par l’entremise d’un de ses collaborateurs : Christophe Girard. Pendant deux ans, Gabriel Matzneff pouvait donc vivre « caché ». « Nous nous occupons de tout, les repas, tout », avait glissé l’écrivain en rapportant les paroles de Christophe Girard. « Pour nous, c’est une goutte d’eau, ce n’est rien, nous vous aimons beaucoup », avait alors ajouté l’adjoint d’Anne Hidalgo.

Sur le même sujet

 

Une prime à vie, rare

Outre cette affaire de factures d’hôtel, Christophe Girard aurait aussi agi d’une autre manière, quelques années plus tard, en 2002 précisément, alors qu’il était devenu adjoint à la Culture du maire de Paris. Selon le New York Times, il aurait « fait pression » afin que Gabriel Matzneff obtienne une allocation annuelle à vie du Centre National du Livre. Une distinction très rare selon l’Opinion, qui expliquait cela le 3 janvier. Invité à réagir par le média américain, Christophe Girard avait refusé toute sollicitation.

Durant toutes ces années, l’écrivain a bénéficié du soutien de plusieurs personnalités de l’époque, à commencer par l’ancien président de la République, François Mitterrand, qui avait réalisé un article très élogieux à son égard après avoir découvert ses collections d’essais Le Défi. Mais Gabriel Matzneff eut également le soutien de Christian Giudicelli, Prix Renaudot en 1986, et avec qui il est parti de nombreuses fois en voyage. C’est ce dernier qui avait caché des photos compromettantes de l’écrivain avec Vanessa Springora et qui l’avait appuyé afin qu’il obtienne le Prix Renaudot (Essais) à son tour en 2013. Aujourd’hui, Gabriel Matzneff est reclus dans son hôtel de la Riviera italienne et explique être « trop malheureux ».

 

 
http://www.leparisien.fr/faits-divers/affaire-matzneff-christophe-girard-adjoint-a-la-mairie-de-paris-entendu-par-les-enqueteurs-04-03-2020-8272317.php

Affaire Matzneff : Christophe Girard entendu, l’enquête dans l’impasse

 

L’adjoint à la mairie de Paris a été auditionné ce mercredi. Il avait réglé des chambres d’hôtel pour l’écrivain. Mais les investigations se heurtent aux problèmes de prescription.

 

 Christophe Girard dit avoir soutenu l’écrivain Gabriel Matzneff, mais il dément avoir eu connaissance de sa relation avec Vanessa Springora.
Christophe Girard dit avoir soutenu l’écrivain Gabriel Matzneff, mais il dément avoir eu connaissance de sa relation avec Vanessa Springora. LP/Philippe Lavieille

 

Par Jean-Michel Décugis et Jérémie Pham-Lê

Le 4 mars 2020 à 15h19, modifié le 5 mars 2020 à 17h43

Maison d’édition fouillée, écrivains retraités entendus, manuscrits saisis… Depuis l’ouverture le 3 janvier de l’enquête pour « viols sur mineurs » visant Gabriel Matzneff, les policiers ont mené une dizaine d’auditions et de perquisitions, en France et jusqu’en Italie, où le sulfureux écrivain s’est réfugié depuis l’éclatement du scandale sur ses liaisons pédophiles présumées.

Un zèle qui soulève un certain paradoxe : la justice recherche, de façon hâtive mais tardive, des témoignages de victimes de faits non prescrits susceptibles de mettre en cause Gabriel Matzneff. Or, l’auteur n’a jamais caché de nombreuses relations sexuelles avec des adolescents dans ses écrits publiés depuis les années 1970.

Cette enquête laborieuse a emprunté ce mercredi 4 mars un détour inattendu… par la mairie de Paris en pleine campagne. Comme nous l’avons révélé, Christophe Girard, actuel adjoint d’Anne Hidalgo en charge de la culture, a été entendu sous le statut de témoin. Arrivé peu avant 15 heures dans les locaux de l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP) à Nanterre (Hauts-de-Seine), il en est ressorti dans la soirée.

Des nuits d’hôtels réservées

L’ancien maire socialiste du IVe arrondissement, âgé de 64 ans, a été entendu sur ses liens avec Gabriel Matzneff, dont il fut un ardent soutien. Et particulièrement sur un épisode remontant aux années 1980, révélé par le New York Times : alors qu’il était l’assistant personnel d’Yves Saint Laurent, Christophe Girard a été chargé de régler des séjours à l’hôtel pour le compte de Gabriel Matzneff à Paris. Or, l’écrivain profitait de cet hébergement temporaire pour rencontrer discrètement son amante Vanessa Springora, alors adolescente. L’auteur était, à cette période, dans le collimateur de la brigade des mineurs, mais n’a finalement jamais été traduit en justice.

Christophe Girard aurait apporté ce soutien financier à Gabriel Matzneff à la demande du compagnon d’Yves Saint Laurent, Pierre Bergé, qui a fourni ses fonds propres. Le couturier et l’homme d’affaires comptaient parmi les nombreux bienfaiteurs de Gabriel Matzneff dans le milieu artistique et intellectuel parisien.

Contacté, Christophe Girard était injoignable hier soir. Dans une interview au Parisien, il avait affirmé n’avoir jamais eu connaissance des activités pédophiles présumées de l’écrivain : « Oui, je me suis occupé de sa chambre d’hôtel. A l’époque, je ne savais pas qu’il cherchait à échapper à la brigade des mineurs. ». Ce séjour à l’hôtel, avait indiqué l’élu, devait permettre à Gabriel Matzneff, alors malade, de recouvrer sa santé. Il aurait duré huit mois.

Christophe Girard avait aussi minimisé sa proximité avec l’homme dont il a aidé à obtenir une aide financière du Centre national du livre : « Ce n’est pas un ami proche, c’est une relation amicale. […] On ne l’a pas soutenu parce qu’il était pédophile, mais parce que c’était un écrivain en difficulté. »

LIRE AUSSI > Cinq minutes pour comprendre l’affaire Matzneff

A ce jour, aucun témoin interrogé par les policiers n’a livré d’informations permettant d’identifier d’éventuelles victimes récentes de Gabriel Matzneff. L’appel à témoins lancé par le parquet de Paris, le 11 février, n’a pas été décisif.

« Comme dans l’ affaire Epstein, nous n’avons que des faits très anciens ne pouvant plus faire l’objet de poursuites. La majorité concerne des femmes qui ont refait leur vie », confie un proche des investigations.

Tel est le cas de l’écrivaine Vanessa Springora qui décrit dans son livre « le Consentement » une liaison sous emprise avec l’écrivain. C’est la publication de cet ouvrage qui a poussé la justice à ouvrir une enquête. « A son âge aujourd’hui, Matzneff n’est plus un sex-symbol. Mais cela ne signifie pas qu’il n’existe pas d’autres victimes, notamment à l’étranger », assure une autre source proche de l’enquête. L’écrivain est notamment soupçonné de s’être livré à du tourisme sexuel en Asie.

PODCAST. Affaire Matzneff : comment Vanessa Springora s’est reconstruite par l’écriture

Les policiers recherchent à tout prix des manuscrits non expurgés de Gabriel Matzneff, ainsi que ses fameux journaux intimes. L’écrivain avait lui-même évoqué l’existence de ces écrits inédits, qui couvriraient la période 1989-2016, et qu’il envisageait de publier après sa mort.

Ces documents pourraient contenir des informations sur des agissements pédophiles inconnus de l’écrivain. C’est pourquoi les enquêteurs ont récemment perquisitionné le domicile parisien de Gabriel Matzneff ainsi que sa chambre d’hôtel à Bordighera (Italie). D’après nos informations, les policiers italiens ont saisi son ordinateur et celui-ci est en cours d’analyse. Des perquisitions ont également été menées au siège de Gallimard ainsi que dans un entrepôt, hors région parisienne, où sont stockées des archives de la maison d’édition.

Philippe Sollers lui aussi interrogé

En février, deux amis intimes de Gabriel Matzneff ont par ailleurs été auditionnés, ainsi que l’a révélé « L’Obs ». D’abord, Christian Giudicelli, 64 ans. « Complice fidèle » de l’écrivain accusé de pédophilie, il fut aussi son éditeur. Son domicile a été perquisitionné. D’après Matzneff, Giudicelli aurait accepté de cacher des documents compromettants − photos et écrits − étayant ses relations avec des mineurs. Tous deux auraient également voyagé aux Philippines.

Philippe Sollers, écrivain auréolé de plusieurs distinctions littéraires, a aussi été interrogé. En audition, les deux hommes ont estimé que Gabriel Matzneff n’avait rien commis de répréhensible.
 

 

https://www.midilibre.fr/2011/08/01/quand-la-commune-inspirait-deux-artistes,364727.php

Quand la commune inspirait deux artistes

  • Christian Giudicelli peint par son ami Claude Verdier.

    Christian Giudicelli peint par son ami Claude Verdier. © D.R
Publié le 01/08/2011 à 00:00 / Modifié le 01/08/2011 à 00:00

 

Quelques articles récents concernant La Roque ont brièvement mentionné les noms de Christian Giudicelli et de Claude Verdier : deux artistes talentueux dont les œuvres ont valorisé la région, bien au-delà des frontières. Ils ont, maintes fois, puisé leur inspiration, l’un pour la peinture, l’autre pour la littérature, dans le charme des vieux villages locaux, les faisant ainsi apprécier par un très large public.

Claude Verdier (1932-1997) quittait régulièrement Paris pour se ressourcer dans sa maison familiale à Goudargues, où sa mère enseigna le piano à plusieurs générations de Goudarguais. Par ses créations picturales, Claude recherchait inlassablement à percer le mystère de la nature et des vieilles bâtisses. Le site de La Roque l’attirait tellement qu’il lui consacra un livre et une exposition dans la capitale en 1971. Par cinq fois, la galerie d’art Anne-Colin exposa ses tableaux. Petite anecdote : cette galerie, située rue Mazarine, recevait à chaque fois, un visiteur de marque, François Mitterrand qui appréciait particulièrement Goudargues. En 2011, le domaine de Bel-Air rend hommage à Claude ; l’étiquette apposée sur les bouteilles de la cuvée, médaille d’or 2010, est une pointe sèche de l’artiste représentant La Roque.

Ces années de création artistiques (théâtres, décors, expositions, conférences etc.), Claude les a partagées avec son compagnon Christian Giudicelli.

Ce dernier, Nîmois de naissance, est devenu un homme de Lettres récompensé par les prix les plus prestigieux (prix Valéry-Larbaud, prix Jean-Freustié, prix Renaudot en 1986 pour le livre Station balnéaire). Son dernier ouvrage Square de la couronne (2010) se passe à Nîmes. Ses émissions sur France Culture ont séduit un large public. Il est conseiller littéraire chez Gallimard.

Fidèle à la mémoire de Claude et de leurs souvenirs communs de La Roque, Christian a accepté avec joie de préfacer le tout nouveau livre de Mme Frach-Descazeaux intitulé Vivre à La Roque au XVIIIe siècle ». (Midi Libre du 23 juillet 2011).

« Je ressens ce village, tout en traits coupés, comme l’étape d’un ultime pèlerinage », écrivait leur ami commun Boris Schreiber, lui aussi prix Renaudot.

Correspondant : 06 60 09 59 49

Midi Libre

 

Neuf médecins, psychiatres, psychanalystes ou psychologues ont signé la pétition pro-pédophile de Gabriel Matzneff du 26 janvier 1977

On a bien du mal à retrouver cette précision dans les différents textes publics existant actuellement à propos de cette pétition.

Je ne l’ai vue dans aucun des très nombreuses articles qui l’ont à nouveau évoquée ces derniers temps.

Je l’avais remarquée dans la fiche Wikipédia de Gabriel Matzneff il y a quelques jours mais elle en a déjà disparu.

Il n’y a que dans la fiche qui suit, dans sa version du 31/12/2011 et dans celle d’aujoud’hui, que cette indication peut encore être retrouvée.

Elle est pourtant d’une importance cruciale pour comprendre le sort réservé aux victimes…

 

http://www.codes-et-lois.fr/feeds/wikipedia/_1b01b2c9288ddd5033a449287956425a

Pétitions françaises contre la majorité sexuelle

 

- Wikipedia, 31/12/2011

Lire l’article…

Entre 1977 et 1979, alors qu’une réforme du Code pénal était en cours de discussion au Parlement, des intellectuels français, dont des figures célèbres, ont signé des pétitions et des lettres ouvertes demandant soit l’abrogation des lois sur la majorité sexuelle soit la relaxe des individus arrêtés pour des relations sexuelles avec des enfants ayant quatorze ans ou moins (mineurs de quinze ans). Ces prises de positions faisaient suite à la détention provisoire de Bernard Dejager, Jean-Claude Gallien et Jean Burckardt qui avaient eu des rapports avec des garçons et des filles de 13 et 14 ans « consentants ». À l’époque, la justice avait qualifié les faits « d’attentat à la pudeur sans violence sur des mineurs de quinze ans » alors qu’aujourd’hui, les faits seraient qualifiés d’atteintes sexuelles, d’agressions sexuelles ou de viols.

 

Sommaire

1977 Pétition adressée au Parlement

En 1977, une pétition fut adressée au Parlement, appelant à l’abrogation de plusieurs articles de la loi sur la majorité sexuelle et la dépénalisation de toutes relations consenties entre adultes et mineurs de moins de quinze ans (la majorité sexuelle en France). Le document fut signé par les philosophes Michel Foucault, Jacques Derrida, Louis Althusser, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir et André Glucksmann, par le philosophe et sémioticien Roland Barthes, par le romancier/activiste en faveur des homosexuels Guy Hocquenghem, l’avocat et professeur de droit Jean Danet, l’écrivain et cinéaste Alain Robbe-Grillet (élu membre de l’Académie française en 2004), l’écrivain Philippe Sollers, la pédiatre et psychanalyste pour enfants Françoise Dolto, et également par des gens appartenant à divers courants politiques[1].

1977 Pétition au Parlement – Liste des signatures

1978 Conversation à la radio entre Foucault, Hocquenghem et Danet

Article détaillé : La loi de la pudeur.

Le 4 avril 1978, une conversation approfondie détaillant les raisons de leur position pro-abolition a été diffusée par la radio France Culture dans l’émission « Dialogues ». Les participants, Michel Foucault, Jean Danet et Guy Hocquenghem, ont tous signé la pétition de 1977, avec d’autres intellectuels[3]. Ils pensaient que le système pénal était en train de remplacer la punition d’actes criminels par la création d’une figure d’individu dangereux pour la société et prédisaient qu’une société de dangers adviendrait. Ils ont également défini l’idée de consentement légal comme une notion contractuelle et un « piège » puisque « personne ne signe un contrat avant de faire l’amour »[4]. La conversation a été publiée en français sous le titre « La loi de la pudeur » puis en anglais sous le titre « Sexual Morality and the Law » (« La morale sexuelle et la loi »), et fut réimprimée plus tard dans cette dernière langue sous le titre « The Danger of Child Sexuality » (« Le danger de la sexualité de l’enfant »).

Lettres ouvertes publiées dans des journaux français

Le Monde – 26 janvier 1977

Une lettre ouverte fut publiée dans Le Monde, la veille du procès de trois Français (Bernard Dejager, Jean-Claude Gallien et Jean Burckardt), tous accusés d’avoir eu des relations sexuelles avec des filles et des garçons de 13 et 14 ans. Deux d’entre eux ont été en détention temporaire depuis 1973 et la lettre évoque ce fait comme scandaleux. La lettre fut signée par 69 personnes, dont Jack Lang (qui fut en France ministre de la Culture, ministre de l’Éducation, porte parole du gouvernement, député européen et qui est actuellement député du Pas-de-Calais), Bernard Kouchner (qui fut ministre de la Santé en France et cofondateur de Médecins sans frontières et de Médecins du Monde), Michel Bon (qui dirigea le Carrefour, l’ANPE et France Télécom), et des intellectuels publics comme Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Gilles Deleuze, Roland Barthes, André Glucksmann et Guy Hocquenghem, ainsi que 9 spécialistes – 5 psychiatres, 1 médecin, 1 psychologue, 1 psychanalyste et 1 spécialiste des sciences humaines[5],[6],[7],[8]. Le document déclare qu’il y a une disproportion entre la qualification de leurs actes en tant que crime et la nature des actes reprochés, et également une contradiction puisqu’en France les adolescents seraient pleinement responsables de leurs actes à partir de l’âge de 13 ans. (Dans les faits, la responsabilité pénale en France n’est pas systématiquement reconnue pleine et entière entre 13 et 16 ans [9]). Le texte argumente aussi que si des filles de 13 ans ont le droit de se faire prescrire la pilule en France, elles doivent aussi pouvoir consentir[10],[6].

Le Monde – Liste complète des 69 signatures

Voici la liste complète des noms :

Libération – Mars 1979

Une lettre similaire, mais beaucoup plus sujette à polémique, fut publiée dans le journal Libération en 1979, en soutien à Gérard R., accusé de crime sexuel sur des enfants et attendant alors son procès depuis dix-huit mois. La lettre rapporte que Gérard R. vit avec des jeunes filles de 6 à 12 ans « dont l’air épanoui montre aux yeux de tous, y compris leurs parents, le bonheur qu’elles trouvent en lui ». L’affirmation qu’une fillette de 6 ans pouvait donner un consentement éclairé à des relations sexuelles avec un adulte et qu’elle en serait épanouie fut signée par 63 personnes, dont Pascal Bruckner, Georges Moustaki et Christiane Rochefort. Cette lettre fut reproduite ensuite dans le journal L’Express du 7 mars 2001[6]. À part Christiane Rochefort, il n’a pas été rapporté qu’un des signataires de la lettre de 1977 ait également signé celle de 1979.

Notes et références

  1. Foucault, Hocquenghem et Danet sont mentionnés plusieurs fois comme des signataires de pétition dans le texte de Michel Foucault «La loi de la pudeur» (voir la version en ligne en anglais). Le nom de Françoise Dolto et l’expression « des gens appartenant à divers courants politiques » sont mentionnés à la page 273 (voir également la version en ligne en anglais). Les noms des philosophes Jacques Derrida, Louis Althusser et André Glucksmann, viennent du site Web Dignaction.org (en français). Enfin, les noms des philosophes Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir et Roland Barthes, ainsi que ceux des écrivains Alain Robbe-Grillet et Philippe Sollers, viennent du site Web Denistouret.net (également en français).
  2. L’expression « des gens appartenant à divers courants politiques » est mentionnée à la page 273 du texte de Foucault, La loi de la pudeur, chapitre 16 de Politics, Philosophy, Culture – Interviews and Other Writings 1977 – 1984 (en anglais). Edité par Lawrence D. Krizman. New York/London : 1988, Routledge, ISBN 0-415-90082-4 (voir aussi la version en ligne en anglais)
  3. Foucault, Hocquenghem et Danet sont mentionnés plusieurs fois comme des signataires de pétition dans le texte de Michel Foucault «La loi de la pudeur» (voir la version en ligne en anglais). Le nom de Françoise Dolto et l’expression « des gens appartenant à divers courants politiques » sont mentionnés à la page 273 (voir également la version en ligne en anglais). Les noms des philosophes Jacques Derrida, Louis Althusser et André Glucksmann, viennent du site Web Dignaction.org (en français). Enfin, les noms des philosophes Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir et Roland Barthes, ainsi que ceux des écrivains Alain Robbe-Grillet et Philippe Sollers, viennent du site Web Denistouret.net (également en français).
  4. FOUCAULT, Michel. Politics, Philosophy, Culture – Interviews and Other Writings 1977 – 1984. Edité par Lawrence D. Krizman. New York/London : 1988, Routledge, ISBN 0-415-90082-4.Chapitre 16, La loi de la pudeur (en anglais “en:Sexual Morality and the Law », pages 271 – 285. Voir page 285 ou la version en ligne).
  5. 1977 pétition dans Le Monde – texte et signatures (en anglais)
  6. a, b et c 1977-1979 pétitions et signatures (en français)
  7. 1977 pétition dans Le Monde (en français) (liste quelques unes des signatures, voir N° 6)
  8. 1977 pétition dans Le Monde – liste des signatures (en italien)
  9. Les sanctions applicables aux mineurs
  10. 1977 pétition dans Le Monde – texte et signatures (en anglais)

Références

En français

  • Dignaction.org – Listes de la pétition de mai 1977 au Parlement ainsi que les deux lettres ouvertes publiées dans Le Monde et Libération.
  • Bibliothèque IPCE sur la lettre ouverte dans Le Monde (version française)
  • Denistouret.net (voir « Libé en écho d’un vertige commun », « pétitions ») – reproduit un article de Sorj Chalandon, publié dans Libération du 23 février 2001, pages 3 et 4. L’article mentionne les deux pétitions de 1977, et ajoute les noms de Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Roland Barthes, Alain Robbe-Grillet et Philippe Sollers en tant que signataires de la pétition de 1977, adressée au Parlement.
  • La censure des bien-pensants, page 96 (Paris : 2003, publié aux Éditions Albin Michel). Le livre fut écrit par le journaliste Robert Ménard, fondateur de Reporters sans frontières et Emmanuelle Duverger, une avocate internationaliste et membre de la Fédération internationale des droits de l’homme. Le livre mentionne les deux pétitions de 1977. Source : site Web «Denistouret.net » (page sur Ménard, N° 6).
  • « La loi de la pudeur« , publié dans le magazine Recherches N° 37, avril 1979, Fous d’enfance, p. 69-82.
  • FOUCAULT, Michel (1994). Dits et écrits 1976-1979. Tome III. Paris: Gallimard, p. 766-776 (Chapitre « La loi de la pudeur »)

En anglais

En italien

Voir aussi

  • Manifeste des 121 – une pétition française de 1960 contre la guerre d’Algérie
  • Manifeste des 343 – une pétition française de 1971 de soutien de la légalisation de l’avortement

Retrouvez l’article original ici…

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A9titions_en_France_concernant_la_majorit%C3%A9_sexuelle

Pétitions en France concernant la majorité sexuelle

Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les pétitions concernant la majorité sexuelle en France, liées à l’Affaire de Versailles, signées entre 1977 et 19791, alors qu’une réforme du Code pénal français était en cours de discussion au Parlement, par divers intellectuels, personnalités et médecins, ont été montrées du doigt au début des années 2000 lors de la polémique sur les écrits de jeunesse du député européen Daniel Cohn-Bendit. Les livres en français les évoquant ont tous été publiés au XXIe siècle.

L’une d’entre elles proposait d’accélérer les procédures pénales sanctionnant les relations sexuelles avec des mineurs, en recourant à des juges professionnels, et dénonçait la discrimination contre les homosexuels dont la majorité sexuelle n’avait été abaissée qu’ à 18 ans en 1974 contre 15 ans pour les hétérosexuels2. Les deux autres protestaient contre la durée de la détention préventive subie par des suspects dans deux affaires de pédocriminalité couvertes par le secret de l’instruction, dont la presse n’aura les détails que lors de l’audience publique au Tribunal. Cette cause est cependant « très minoritaire dans l’opinion publique », selon la thèse présentée en 2018 par le psychiatre Romain Pages3.

Ces pétitions ont commencé lors de l’Affaire de Versailles, avec trois suspects d’attentat à la pudeur, notion remplacée en 1994 dans la loi française par l’atteinte sexuelle sur mineur de 15 ans et l’agression sexuelle sur mineur de 15 ans. Oubliées pendant un quart de siècle, elle réapparaissent dans la presse et l’édition quand Daniel Cohn-Bendit répond aux journaux qui ont publié en janvier 2001 des extraits jugés pédophiles de son livre de 1975, en évoquant « le contexte des années 1970 » et des pages « dont nous devons avoir honte »4 dans Le Monde du 22 février 2001. Au Journal de 20 heures de TF1, il dénonce une « chasse à l’homme » pour des écrits n’ayant selon lui « suscité aucune réaction » en 19755. Libération publie le lendemain un mea culpa sur ces pétitions sous la plume de l’écrivain Sorj Chalandon6, en estimant que son concurrent Le Monde est aussi concerné, et L’Express des entretiens avec deux signataires, Philippe Sollers faisant part de ses regrets et Bernard Muldworf assurant être déjà anti-pédophile à l’époque7. Plusieurs des amis de Cohn-Bendit signent alors une pétition pour le défendre8 estimant que les écrits de son livre n’étaient, eux, « pas scandaleux » mais relevaient d’une nécessaire « explosion de la parole »8.

Le 16 janvier 2019, Vanessa Springora, invitée dans l’émission « La Grande Librairie » y a souligné, tout comme le sociologue Pierre Verdrager et le magistrat Jean-Pierre Rozencsveig, en réponse à une question de l’animateur François Busnel, que les motivations étaient très différentes d’un signataires à l’autre, la plupart voulant dénoncer la discrimination contre les homosexuels, sans savoir que Gabriel Matzneff avait participé à la rédaction du texte.

Contexte général

Le contexte international

Eté 1976: la pression venue du Québec

Au Québec, les milieux homosexuels militent en 1976 pour l’abaissement de l’âge de la majorité sexuelle9 pour les homosexuels9 car à l’approche de l’organisation des Jeux Olympiques de Montréal, les descentes policières se multiplient, en particulier l’arrestation de 89 personnes au Sauna Neptune, en mai 19769, suivie de la création du Comité homosexuel anti-répression (CHAR), en mai 19769, ce qui a aussi créé l’émotion dans les milieux homosexuels en France9 où la loi de 1974 maintient une discrimination de majorité sexuelle, abaissée à seulement 18 ans contre 15 ans pour les hétérosexuels).

Printemps 1977: l’impact de la campagne d’Anita Bryant

La chanteuse américaine de musique folk Anita Bryant a mené en 1977 une campagne à Miami avec pour slogan : « Tuer un homosexuel pour l’amour du Christ », pour abroger une ordonnance locale interdisant toute discrimination basée sur des critères de préférences sexuelles, en tenant des propos à l’origine d’une importante manifestation homosexuelle à Paris, le 25 juin 197710.

L’organisation politique d’Anita Bryant s’appelle Save Our Children (Sauvons Nos Enfants)11. En 1977, le comté de Dade en Floride avait promulgué une ordonnance interdisant toute discrimination sur des critères d’orientation sexuelle et le 7 juin 1977, cette ordonnance anti-discrimination est abrogée: la chanteuse poursuit alors sa croisade d’abord en Floride où elle obtient l’interdiction de l’adoption par des parents homosexuels, puis dans tout le pays contre d’autres ordonnances locales12,13.

En France : évolutions sociales et judiciaires

En France, la défense des suspects de pédophilie, même face à de supposés abus judiciaires, est alors « très minoritaire dans l’opinion publique », selon la thèse présentée en 2018 par le psychiatre Romain Pages3.

Le secret de l’instruction largement préservé jusqu’en 1979

Les pétitions de 1977 et 1979 évoquent deux affaires de mœurs à laquelle la presse n’a encore consacré aucun article, en raison du respect encore très fréquent jusque là du secret de l’instruction. Les détails importants ne seront connus qu’à l’audience, rendue exceptionnellement publique pour précisément faire face à des pétitions signées en aveugle. Dans la première cependant, l’auteur de la pétition, Gabriel Matzneff, qui a longtemps été journaliste, a déclaré dans une tribune libre avoir rencontré un des suspects, afin d’étayer sa version, qui restera la seule connue jusqu’à l’audience.

L’autre pétition, celle de 1979, est publiée en plein milieu d’une violente polémique sur une autre affaire de pédophilie en cours d’instruction où le secret a été violé par le journal d’extrême-droite Minute puis par France-Soir et sans donner la version de l’avocat du suspect en détention préventive.

Du combat révolutionnaire à la contestation des mœurs

Pour l’historien Jean-François Sirinelli, de vifs débats ultérieurs à l’affaire Gabrielle Russier sont relancés en 1977 « avec des intentions et des arrières-pensées multiples »14. Les protagonistes avaient en effet en tête certaines affaires polarisantes, comme celle du suicide en septembre 1969, de Gabrielle Russier14, une professeure qui, à la suite d’une liaison amoureuse avec un de ses élèves alors âgé de seize ans, sera condamnée à un an de prison avec sursis pour enlèvement et détournement de mineur et surtout de la chanson de Charles Aznavour Mourir d’aimer et du film éponyme avec Annie Girardot, comme lui inspiré de l’affaire Gabrielle Russier, qui fait 6 millions d’entrées.

En 1971, Politique Hebdo, magazine emblématique de « l’esprit d’après-68 », écarte un entretien du pédophile René Schérer en raison — selon le témoignage du rédacteur en chef adjoint de l’époque Hervé Hamon — de ses « positions pro-pédophiles »15 tandis que rédacteurs et lecteurs de Télérama et Télé 7 jours déplorent, « au nom de la liberté d’expression », la suppression d’une émission de Michel Polac sur l’inceste, qui cependant pour eux « avait de quoi choquer »16.

Pour Sirinelli, une autre évolution se produit entre 1977 et 1979: le combat révolutionnaire anti-capitaliste cède la place à des contestations plus élargies qui concernent notamment la sphère de la famille, de l’intimité14. Cette évolution ne concerne qu’une « poignée d’intellectuels » selon Virginie Girod, docteure en histoire3 menés par Guy Hocquenghem, ex-amant et élève de l’écrivain pédophile René Schérer et pilier depuis 1975 du quotidien Libération, dont le tirage en 1978 à 37 000 exemplaires par jour, en croissance mais trop faible pour rester viable17. Rouge, quotidien d’extrême-gauche rival18, estime qu’il faut être du côté des accusés, coupables de seulement « quelques photos » mais s’interroge cependant sur la « volonté des révolutionnaires, dont la plupart se tairont sans doute »18 puis découvre que les faits et les expertises judiciaires lors de l’audience publique, au cours de laquelle Le Monde prend clairement ses distances avec cette cause19. Le plus célèbre des livres de l’écrivain le plus connu de cette mouvance, Gabriel Matzneff, ne s’est vendu qu’à 20 000 exemplaires20.

L’expertise judiciaire prend en compte la parole des victimes

L’historienne Anne-Claude Ambroise-Rendu, dans une interview à Mediapart, note que si les textes judiciaires régis par la loi de 1832 ne posaient pas la question du consentement, les juges la posent souvent en pratique, quitte à juger que la victime a provoqué ce qui lui arrivait et, dans les années 1920, les psychiatres écrivent souvent que les jeunes filles sont consentantes, signe d’une « méfiance généralisée à l’égard de la parole des enfants » qui ne sera prise en compte que par l’évolution des « sciences du psychisme ». L’émergence sur la scène publique et politique des débats autour de la pédophilie, à la fin des années 1970, « a contraint les psychiatres et les psychanalystes à s’interroger de manière approfondie sur ce qui se passait en réalité. Cette période marque un tournant. Lorsque les experts sont amenés à s’exprimer dans les années 1960, ils peuvent parfaitement dire “cette petite fille est une débauchée, il faut prendre son témoignage avec méfiance”. Alors que les mêmes experts la croiront dix ans plus tard et assureront qu’elle n’a rien à se reprocher »21.

Anne-Claude Ambroise-Rendu, dans son Histoire de la pédophilie, remarque que la psychanalyse a mené dès Sigmund Freud à une nouvelle conception de l’enfance et incite, notamment grâce au succès des thèses de François Dolto au début des années 1970, les médecins et les experts judiciaires à prendre en compte la parole de l’enfant en tant que victime et à le préserver22.

Pétition dans le Monde du 26 janvier 1977

 Article détaillé : Affaire de Versailles.

Le Monde publie le 26 janvier 1977, veille du procès de l’Affaire de Versailles, le « communiqué » d’une pétition estimant que « trois ans, ça suffit » pour Bernard Dejager, Jean-Claude Gallien et Jean Burckhardt, en détention préventive depuis trois ans et deux mois car accusés d’attentat à la pudeur contre trois enfants de 13 et 14 ans23. Le secret de l’instruction fait qu’aucun journal n’a parlé de l’enquête. Trois jours après, Le Monde prend ses distances avec la pétition19 et dénonce la gravité des faits19.

Deux mois avant, le 8 novembre 1976, une « Tribune libre » de Gabriel Matzneff dénonce ces trois ans de détention préventive24, la « discrimination »24 contre les homosexuels par le Code pénal, le « silence » des intellectuels24 et même la « gêne, teintée de réprobation »24, qui font de lui « un homme isolé »24 malgré les attaques et la plainte d’un téléspectateur24, après son premier passage à la nouvelle émission de télévision littéraire de Bernard Pivot, Apostrophes, le 12 septembre 197524. Matzneff dit avoir rencontré un des trois hommes24 arrêtés à l’automne 1973. Le 22 novembre 1976, Le Monde signale « de nombreuses réactions de nos lecteurs pour la plupart critiques, voire hostiles et quelquefois indignées »25 à la « Tribune libre » de Gabriel Matzneff et en publie trois25.

Dans cette « simple affaire de “mœurs” (…) les enfants n’ont pas été victimes de la moindre violence », dénonce la pétition, qui juge « disproportionnées »23 les peines encourues (5 à 10 ans de prison), alors que « la loi reconnaît une capacité de discernement aux adolescents, qui peuvent être jugés et condamnés à partir de l’âge de 13 ans »23.

La pétition estime que la Cour d’assises doit les libérer, car trois ans de détention « ça suffit ! »23, mais ne réclame pas de changement de la loi23, même si elle souligne que des filles de 13 ans ont le droit de se faire prescrire la pilule en France23 depuis la Loi Veil de 1974. La pétition semble ainsi ignorer que cette Loi Veil ne l’autorise que pour les centres de planning familial et sur prescription médicale26.

Le lendemain de la pétition, le procès débute. Le Monde félicite la Cour d’assises de supprimer le huis clos19 même si les victimes sont mineures, pour que les signataires de la pétition comprennent pourquoi l’enquête a duré plus de trois ans19 et son évolution : les victimes affirmaient certes avoir donné leur consentement, mais il s’avère très fragile vu leur âge et l’influence des adultes, comme le révèle l’audience publique. Les témoins y révèlent aussi des faits plus graves que les simples caresses et baisers évoqués par la pétition19, signée par 69 personnes au cours des semaines précédentes. Si la durée de la détention provisoire était « inadmissible », « là s’arrête l’indignation » écrit le journaliste envoyé par Le Monde19, pour qui « ce procès n’est pas » celui « d’une société ultra-répressive »19 mais de « trois hommes qui ont repris en compte à leur profit, et pour leur plaisir, des pulsions sexuelles »19. Il « est naturel de ne pas aimer cette forme d’amour et d’intérêt », conclut le journal19.

Parmi les signataires, des futurs ministres, Jack Lang, Bernard Kouchner, des intellectuels comme Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Louis Aragon, André Glucksmann, Gilles Deleuze, Roland Barthes, Francis Ponge et Guy Hocquenghem, ainsi que quelques médecins23,1.

[masquer]

Liste complète des signataires23.

Auteur

L’auteur de cette pétition est resté inconnu pendant 36 ans. Le 7 septembre 2013, agacé par des journalistes qui en parlent sans l’avoir lu, Gabriel Matzneff revendique la responsabilité et la rédaction du texte dans une chronique de son site personnel intitulée « Couvrez cette pétition que je ne saurais voir »27,28.

Il y explique les circonstances dans lesquelles est née la pétition, résumé d’une chronique parue dans Le Monde le 8 novembre 1976 sous le titre « L’amour est-il un crime ? »29. La quête des signatures fut menée par Matzneff, avec l’aide de Guy Hocquenghem. Selon lui, la plupart des personnes contactées se montrèrent favorables. Parmi les refus, Marguerite Duras, Hélène Cixous, Xavière Gauthier, et Michel Foucault.

Toujours en 2013, Matzneff ne renie en rien les valeurs exprimées par cette pétition : « J’en suis très fier et, si je l’écrivais aujourd’hui, je n’en modifierais pas le moindre mot, car elle est encore plus actuelle, nécessaire aujourd’hui qu’en 1977. »

Lettre ouverte dans Le Monde du 23 mai 1977

 Article détaillé : Affaire de Versailles.

Le Monde est le seul journal à publier le 23 mai 1977, au lendemain du verdict dans l’Affaire de Versailles, des extraits d’une lettre ouverte écrite à la suite de la pétition du 26 janvier 1977, qui fait aussi référence exclusivement à l’Affaire de Versailles, pour que la pédocriminalité soit jugée plus rapidement, et donc par les magistrats professionnels d’un tribunal correctionnel plutôt que par cour d’assises2.

Des extraits sont publiés par le seul journal Le Monde30, qui cite les rappels des lois de 1810, 1836, 1863 et 1945 faits par la pétition30 et n’élude que la dizaine de lignes sur vingt consacrées à l’Affaire de Versailles, dont le verdict vient d’être rendu, cinq ans de prison avec sursis. Le Monde préfère s’en tenir à la conclusion des signataires qui « demandent que le dispositif pénal soit allégé, que de telles affaires, aujourd’hui passibles de la cour d’assises, soit jugées par un tribunal correctionnel », car « la détention préventive, en matière correctionnelle, ne peut excéder six mois »30.

Le texte souhaite aussi limiter à 5 ans de prison ferme la peine maximum encourue en cas d’attentat à la pudeur, le viol restant passible de Cour d’assises30,2.

L’appel explique que l’Affaire de Versailles, « jugée en audience publique, a posé le problème de savoir à quel âge des enfants ou des adolescents peuvent être considérés comme capables de donner librement leur consentement à une relation sexuelle. C’est là un problème de société. Il appartient à la commission de révision du code pénal d’y appporter la réponse de notre temps »30, pour des textes de loi « rajeunis et actuels »30.

La partie citée dans le court article du Monde évoque le droit du « détournement de mineur — dont le délit peut être constitué par le seul hébergement d’un mineur pour une nuit », prétend la pétition.

Le texte ne propose cependant à aucun moment de dépénaliser la pédophilie2. Ainsi, selon l’historien Jean Bérard, l’une des signataires, Françoise Dolto, estime que les relations sexuelles entre mineurs et adultes sont toujours source de traumatisme31,16.

Cependant, le texte observe avec une certaine désinvolture que « la qualification criminelle aboutit aujourd’hui à des conséquences aberrantes. En effet, le législateur se fait complice de l’acte incriminé puisque, d’autre part, il autorise la vente de contraceptifs aux filles de moins de quinze ans »30, alors que la Loi Veil ne l’autorise que sur prescription médicale et dans un dispensaire du Planning familial.

Ainsi ces pétitions « touchant à la norme et à la transgression dans des domaines aussi délicats que les rapports avec les enfants leur conféra parfois, par le ton utilisé, un caractère désinvolte (…) qui les placera ensuite en porte-à-faux » expliquera en 2007 l’historien Jean-François Sirinelli, pour qui les motivations des signataires sont très différentes de l’un à l’autre32.
Le texte parait dans les pages « Opinions » sous le titre « Lettre ouverte à la Commission de révision du code pénal pour la révision de certains textes régissant les rapports entre adultes et mineurs »2.

Moins de deux ans après, Le Monde reviendra sur cette affaire, pour souligner qu’entre-temps, à « en juger par l’émotion suscitée par l’Affaire Jacques Dugué »33, la révision des articles du code pénal portant sur les relations mineurs-adultes, demandée par ces personnalités, « n’est pas prête d’être acceptée par l’opinion »33.

Un mois après l’appel de mai 1977 sort le premier livre d’un des signataires, Pascal Bruckner, Le Nouveau désordre amoureux, plaidoyer pour la diversité des sexualités, dont l’un des chapitres sera jugé « plus que complaisant » envers l’apologie de la pédocriminalité professée trois ans auparavant par l’écrivain Tony Duvert34,35,36.

C’est seulement en 1982 que la loi placera la majorité sexuelle à 18 ans pour les homosexuels16.

Les signataires de la lettre ouverte du 23 mai 1977

Les signataires sont 80 personnalités et intellectuels30,37.

[masquer]

Liste complète des signataires23.

Le Monde reproduit les signatures d’intellectuels comme Louis Althusser, Jean-Paul Aron, Roland Barthes, André Baudry, Simone de Beauvoir, Jean-Claude Besret, Jean-Louis Bory, Bertrand Boulin, François Chatelet, Patrice Chéreau, Copi, Alain Cuny, Gilles Deleuze, Jacques Derrida, Françoise Dolto, Michel Foucault, Félix Guattari, Michel Leiris, Gabriel Matzneff, Bernard Muldworf, Christiane Rochefort, Alain Robbe-Grillet, Jean-Paul Sartre, le docteur Pierre Simon et Philippe Sollers30.

La lettre a également été signée par Dennis Altman (en), Claude Bardos, le pasteur G. Berner, Christian Bourgeois, Christine Buci-Glucksmann, Jean-Pierre Colin, Dominique Desanti, Jean-Toussaint Desanti, Bernard Dort, Françoise d’Eaubonne, Philippe Gavi, André Glucksmann, Renaud Goyon, Daniel Guérin, Pierre Hahn, Jean-Luc Hennig, Christian Hennion, Guy Hocquenghem, Roland Jaccard, Pierre Klossowski, Anne Laborit, Madeleine Laïk, Georges Lapassade, Dominique Lecourt, Jacques Lefort, Michel Lobrot, Jean-François Lyotard, Michel Mardore, Dionys Mascolo, Gérard Molina, Vincent Monteil, Nicole Nicolas, Marc Pierret, Jacques Rancière, Claude et Olivier Revault d’Allonnes, Jean Ristat, Gilles Sandier, René Schérer, Victoria Thérame, Hélène Védrine et les Drs Frits Bernard, Boegner, Cabrol, Challou, Maurice Eme, Pierrette Garreau, R. Gentis, Michel Meignant, Jean Nicolas, Séguier, Torrubia2.

Pétition dans Libération du 23 mars 1979

 Article détaillé : Affaire des films de la FNAC.

Le 23 mars 1979, dans un climat politique tendu, une pétition titrée « Flip Fnac » est publiée dans la page « Courrier des lecteurs » du journal Libération, alors en grande difficulté. La pétition dénonce la détention préventive de 18 mois, dont 9 à l’hôpital psychiatrique de Villejuif, imposée à Gérard Roussel. Presqu’aucun détail n’a filtré en raison du secret de l’instruction : il a été arrêté en septembre 1977 à la FNAC, où il venait retirer, sous un nom d’emprunt, un film super-8, qui mettait en scène une fillette de sept ans. Un employé du magasin, choqué par les images, a signalé le film à la police, qui lui a tendu une souricière38.

La prise de distance du Monde sur l’affaire Flip Fnac et l’audience

Les juges ont entre-temps « correctionnalisé » l’affaire39, pour arriver plus vite au procès et réduire le risque encouru de 10 ans à 5 ans de prison ferme, en transformant les accusations, d’« attentats à la pudeur commis sans violence contre des enfants de moins de quinze ans » à « violences et voies de fait commises contre des enfants de moins de quinze ans »39, bien que l’on « puisse contester que des violences contre des enfants soient plus répréhensibles qu’un attentat à la pudeur commis avec leur consentement », estime alors, début avril 1979, Le Monde39, qui cite par ailleurs une partie du texte de la pétition parue dans Libération40 :

« Donner de l’amour à un enfant et en recevoir de lui par une présence, de la tendresse, des caresses, est un délit, voire un crime. On sait aussi que deux mineurs, qui font l’amour ensemble, se détournent l’un l’autre aux termes de la loi. Le caractère anachronique de cette législation est renforcé par le fait qu’une jeune fille de moins de quinze ans peut se procurer une contraception, sans l’autorisation de quiconque »39.

Devant la 15e chambre correctionnelle du tribunal de Paris38, Gérard Roussel comparait le 30 mars 1979, finalement accusé d’avoir eu des rapports sexuels avec des fillettes de 6 à 12 ans. Le suspect ne conteste pas les faits et nie juste qu’il y ait eu « pénétration réelle ».

Le dessin pédophile des graphistes de Bazooka dans Libération

La pétition a été publiée seulement dans Libération. Le quotidien, pour la première fois17 en perte (11 % de son chiffre d’affaires 197817) est alors déclaré « non-viable » car il ne tire qu’à 37 000 exemplaires, loin des 50 000 nécessaires pour équilibrer son budget17. Face à trois rivaux, Le Matin de Paris, fondé le 1er mars 197741, The Paris Metro42 créé à l’été 1977 et Rouge, devenu quotidien du 15 mars 1976 au 3 février 1979, Libération commence à publier des annonces destinées à des mineurs de 12 à 18 ans38, car il a eu vent du projet de magazine, Le Gai Pied, lancé le 1er avril 197938 sur fond d’Affaire Jacques Dugué, autre pédocriminel, en détention préventive depuis juillet 1978, révélée par le journal d’extrême droite Minute en septembre 197838. Serge July, directeur de Libération, avait recruté à l’été 1977 Bazooka, groupe de graphistes inspirés par les Sex Pistols du Mouvement punk et la sortie de God Save the Queen (chanson). July lui offre « une totale liberté d’expression », pour « secouer » le journal43. Selon lui « l’agression » graphique pratiquée par Bazooka « est aujourd’hui une manière d’exister, d’entretenir un rapport avec un monde désespérant »44. Bazooka intervient au « marbre » (maquette) juste avant le départ au rotatives mais sa « dictature graphique »44 provoque les réticences de la rédaction et la collaboration cesse. Bazooka travaille alors pour une autre publication, créée par Libération, la revue Un Regard moderne45, arrêtée en novembre 1978, après seulement six numéros, la rédaction de Libération accusant Bazooka de « pirater le journal au montage »46 par la publication, dans dans la page d’annonce « Taules » de la revue encartée dans le numéro du 5-6 novembre 1978, consacrée aux détenus, d’un dessin pédopornographique38.

Le climat politique délétère autour de l’affaire Jacques Dugué

Bazooka l’accusant de censure, Libération multiplie les interviews de provocation (Jacques Mesrine, Hans-Joachim Klein) et s’empare de l’Affaire Jacques Dugué, qui rebondit en janvier 1979, malgré le secret de l’instruction : trois mois après Minute, France-Soir, qui a perdu 40 % de ses journalistes dans la clause de cession liée au rachat par Robert Hersant, titre à son tour sur « une écœurante affaire de mœurs » où un « soi-disant éducateur aurait livré à la prostitution internationale des régiments de gamins ». Minute surenchérit, affirmant que Dugué est adhérent communiste. Démenti de la mairie de Saint-Ouen et de L’Humanité, à qui Marc Croissant, employé d’une autre mairie communiste, à Ivry, écrit47 pour prendre la défense de Dugué. Libération propose alors à Jacques Dugué d’écrire de sa prison une « tribune libre ». Publiée le 21 janvier 1979, elle déclenche un scandale car Dugué fait l’apologie de la « sodomisation » d’enfants. En réaction, le directeur de L’Humanité, Roland Leroy, accuse Libération de défendre les pires causes, à commencer par des « proxénètes d’enfants ». Dans Libération du 1er mars, Jean-Luc Hennig, proche du militant homosexuel Guy Hocquenghem écrit : « on n’a pas eu Libération par la politique on l’aura par le cul »38. Quelques jours après, un éditorial de Serge July se vante d’avoir subi 9 inculpations en quelques mois38, mais pour la plupart sans lien avec la pédophilie.

Le Monde ne prend lui parti dans aucune des deux affaires. Il obtient le 27 février des informations des enquêteurs, évoquant les « 15 jours dans le coma » de Jacques Dugué33, qui vient de se pendre suite à « la quasi-certitude d’être lourdement condamné »33 mais aussi « les victimes (qui) seraient au nombre d’une trentaine »33 et ne « se livraient pas seulement à des jeux innocents », tandis que « l’un des parents » avait porté plainte33.

Exclu du PCF, licencié le 6 février48, Marc Croissant est la cible le 15 mars, d’un tract communiste jugé « intolérable » par Libération. Une semaine après, dans ce climat délétère, Libération publie la pétition « Flip Fnac », signée par 63 personnes, dont Pascal Bruckner, Georges Moustaki et Christiane Rochefort49. En 2001, L’Express y voit un exemple de dérive d’une partie de la génération 6849, même si la plupart des signataires sont plus âgés.

Pétition de soutien à Cohn-Bendit dans Libération du 1er mars 2001

En janvier 2001, la journaliste allemande Bettina Röhl50 qui n’avait que 14 ans50 lors du suicide de sa mère Ulrike Meinhof, cofondatrice de la Fraction armée rouge51, diffuse à plusieurs grands journaux anglais, italiens et allemands52 un article publié par Daniel Cohn-Bendit en 1976, peu après le suicide de sa mère, dans le magazine culturel de son père, qu’elle accuse de l’avoir abandonnée50. Cet article reprenait un chapitre du livre Le Grand Bazar, dans lequel Daniel Cohn-Bendit évoquait l’année précédente ses activités d’aide-éducateur à Francfort en théorisant l’éveil à la sexualité des enfants de 1 à 6 ans et témoignant de rapports physiques à connotation sexuelle que Daniel Cohn-Bendit a entretenus avec eux.

Daniel Cohn-Bendit évoque alors dans Le Monde du 22 février 2001 « le contexte des années 1970 » et des pages « dont nous devons avoir honte »4. L’écrivain Sorj Chalandon rédige le lendemain un mea culpa de Libération sur des pétitions oubliées datant des années 19706 et L’Express publie des entretiens avec deux de leurs anciens signataires, Philippe Sollers faisant part de ses regrets et Bernard Muldworf assurant être déjà anti-pédophile à l’époque7.

Au journal de 20 heures de TF1, Cohn-Bendit dénonce une « chasse à l’homme » pour des écrits n’ayant selon lui « suscité aucune réaction » en 19755. Libération pourfend le même jour une « haine de Mai 68 qui n’a jamais abdiqué »53 dans un numéro consacrant six articles à l’affaire dont ceux de trois « ex-soixante-huitards » (Romain Goupil, Serge July et Philippe Sollers) remontés contre un « procès stalinien » visant selon eux Cohn-Bendit, celui de Romain Goupil étant même titré « J’ai envie de dire : oui, je suis pédophile ! »54. Une semaine après plusieurs de ses amis signent une pétition titrée « Cohn-Bendit et mai 68 : quel procès ? »8. « Écrits ou propos scandaleux, ceux de Cohn-Bendit ? Non, ceux d’une nécessaire explosion de parole » dit le texte, en estimant que la révolution sexuelle a d’abord appris aux enfants, aux adolescentes, aux femmes à dire « non ».

Notes et références

  1. « Trois soixante-huitards dénoncent un “procès stalinien” », Libération,‎ 23 février 2001 (lire en ligne [archive]).

Annexes

Les livres en français évoquant les pétitions en France concernant la majorité sexuelle ont tous été publiées au XXIe siècle.

Bibliographie

Voir aussi

Lien externe

 

12345...8

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo