Jean-Luc Mélenchon « cul et chemise » avec les déconnologues et l’inconnu du 13 octobre

Parlons d’abord de l’inconnu du 13 octobre.

Je viens de trouver dans mes statistiques de blog des recherches sur ces mots-clés particuliers : « inconnu du 13 octobre ».

Cela m’évoque plusieurs faits notables tous liés entre eux.

Commençons par le premier, une attaque dont j’avais été victime de la part d’un groupe de « déconnologues » au mois d’octobre 2008, dans les commentaires sur cet article du site Rue89 :

https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-rue89-culture/20081011.RUE6189/a-l-expo-denis-robert-petits-fours-et-mises-en-examen-a-gogo.html

Il ne reste aujourd’hui pour toute trace de la suite de commentaires en question que celui-ci du modérateur Yann Guégan :

  • avatar
    yann_gua_gan a posté le 04 novembre 2016 à 13h55

    Plusieurs commentaires hors sujet ont été retirés, conformément à la charte des commentaires. Pour les signalements, on essaie d’être le plus vigilants possible, mais il y a toujours un délai (et tous les commentaires signalés ne sont pas forcément retirés). Je viens de regarder dans le système, et à cette heure, tous les signalements ont été traités.

    Le mieux est de s’abstenir de relancer un fil quand il part clairement hors sujet. Il y a plein de forums pour s’amuser à côté de la Rue. : -)

La meneuse était la riveraine répondant au pseudonyme de « Hestia » qui simultanément me faisait aussi harceler sur le forum privé dénommé « le Coin de la Rue » par ses amis qui s’y trouvaient toujours, elle-même l’ayant quitté environ deux mois plus tôt. Elle avait commencé à m’y attaquer à la suite de son grand copain « Charles Mouloud » au mois d’août 2008, et continuait dans son sillage sur le site Rue89 sur un mode véritablement hystérique là où l’initiateur de ces attaques personnelles se montrait assez discret. Tous deux travailleurs sociaux, l’une à Lyon et l’autre à Rennes après avoir été éducateur spécialisé à Brest où il était très proche des militants de la LCR et du psychiatre pédophile Serge Rodallec, ils me harcelaient depuis le début comme auraient pu le faire des sbires de la criminelle Josette Brenterch de la LCR de Brest, avec des propos très spécifiques dont j’avais bien reconnu la source dès le tout premier, début août 2008 : il ne pouvait effectivement s’agir que d’un proche de cette criminelle, à moins que ce ne fut elle en personne.

L’un des « déconnologues » en action sur le site Rue89 lors de l’attaque de groupe dont j’avais été victime sur le sujet cité plus haut fêtait son anniversaire au même moment, le 13 octobre. Il s’agissait du riverain « Déluge », dit aussi « La Menuise », un ancien intermittent du spectacle reconverti dans la menuiserie et installé dans le Finistère.

Il s’est plu à me harceler sur le site Rue89 en compagnie de « lamorille » à compter de cet automne 2008.

Leur « Konducator » Pascal Edouard Cyprien Luraghi, qui alors boudait Rue89 depuis le mois de mai 2008, joindra ses harcèlements aux leurs dès son retour sur le site, fin novembre 2008.

Il y fait allusion dans son article du 26 mai 2018 où il se décrit comme le « petit nègre » d’un « grand Blanc », le « Menuisier » ayant construit un « Bureau », en fait un forum privé qu’il appelait sa « Cabane » et où avec ses amis, dont le « grand » « Charles Mouloud », il organisait divers harcèlements à l’encontre d’autres riverains du site Rue89.

Cyprien Luraghi finira par se fâcher avec un certain nombre de ses commanditaires des premiers temps, comme il les désigne lui-même aujourd’hui, ou plutôt eux avec lui à compter du printemps 2009, parce qu’il allait beaucoup trop loin dans tous ses déchaînements de violences contre les uns et les autres, et particulièrement les victimes de harcèlement moral dans le travail.

Le pseudonymé « Charles Mouloud », de son vrai nom Dominique Le Brun, était toujours avec lui en 2010, en atteste cet extrait de son blog Tique Toc du 24 juin 2010 :

 

2010-06-24 Tique Toc » Blog Archive » Le Réseau Trotskorodallec©

 

Noter qu’il révélait alors que son ami et grand complice « Charles Mouloud » était « cul et chemise avec le camarade-sénateur Jean-Luc Mélenchon », dont une photographie en string léopard avait été postée à 11h41.

Il me reprochait d’avoir émis des doutes sur sa santé mentale deux ans plus tôt, comme bien d’autres à l’époque, à la suite de ses propos publics du printemps 2008 sur la langue bretonne.

Hum… Aujourd’hui, certains le traitent carrément de dangereux malade mental…

Le 13 octobre fut de nouveau pour moi un jour remarquable en 2015, comme je l’avais expliqué dans ces articles de novembre 2015 :

http://petitcoucou.unblog.fr/2015/11/07/cyberattaques-luraghi-ne-fait-toujours-pas-dans-la-demi-mesure/

http://petitcoucou.unblog.fr/2015/11/07/attentats-de-paris-letau-se-resserre-autour-dun-donneur-dordres/

http://petitcoucou.unblog.fr/2015/11/14/le-terroriste-cyprien-luraghi-est-demasque/

J’avais alors subi une cyberattaque destinée à mettre l’accent sur la date du 13 novembre 2015, comme celle, beaucoup plus importante, des 6 et 7 novembre 2015, était annonciatrice de la tentative d’assassinat dont un de mes proches fut victime le 7 décembre 2015.

Par ailleurs, ce 13 octobre 2015, après la cyberattaque menée contre mon système informatique entre 1h30 et 1h35, j’avais posté les deux articles suivants relatifs à l’actualité du jour :

http://petitcoucou.unblog.fr/2015/10/13/un-message-dun-commanditaire-damedy-coulibaly-exhume-par-les-enqueteurs/

http://petitcoucou.unblog.fr/2015/10/13/des-mesaventures-de-linconnu-du-nord-pierre-de-saintignon-avec-wikipedia/

Voilà, il me semble avoir fait le tour de la question.

Les pédophiles brestois vont en Thaïlande, aussi

Ce fut notamment le cas, comme on l’a déjà vu en long, en large et en travers pour l’ancien psychiatre brestois Serge Rodallec, retrouvé en Thaïlande sous une fausse identité au mois de janvier 2010. Quelques années plus tôt, c’est un avocat brestois qui s’était fait prendre par la police thaïlandaise, ils y vont régulièrement.

C’est pourquoi ils ont fait de Pascal Edouard Cyprien Luraghi leur Dieu vivant.

Mes lecteurs assidus comme les siens savent tous avec quel acharnement, avec toute sa bande de « déconnologues », il aura « défendu » Serge Rodallec contre mes publications le concernant à compter de l’été 2008, d’abord sur le site Rue89, puis sur Le Post, et enfin sur la plateforme de blogs OverBlog du temps de l’activité de mon ancien blog « Un petit coucou ».

Je rappelle qu’il ne s’agissait au début que de la publication de liens renvoyant à des articles de Ouest France et du Télégramme dans deux ou trois de mes commentaires publics anonymes sur le site Rue89. Ceux-ci m’avaient valu d’être violemment prise à partie par toute la bande m’accusant d’avoir ainsi « diffamé » l’excellent psychiatre brestois.

Sur Le Post, après l’annonce du prochain retour en France du pédophile en fuite depuis 2005, j’avais copié les mêmes articles, et sitôt après perdu mon compte à la demande du résident thaïlandais Georges Cortez pour avoir soi-disant « diffamé » Serge Rodallec, ce qui m’avait amenée à ouvrir mon premier blog sur OverBlog pour pouvoir continuer à m’exprimer publiquement.

Or, comme il a eu l’occasion de le dire lui-même par la suite, lors de ses derniers procès pour viols et agressions sexuelles sur trois de ses jeunes patients, c’est bien lui, Serge Rodallec, qui se plaignait de ces articles de la presse locale, qu’il avait toujours qualifiés de « diffamatoires » à son encontre.

Aussi, j’étais bien attaquée par un certain nombre de ses amis depuis le début, en 2008.

A noter : en 2013 et 2014, Pascal Edouard Cyprien Luraghi a  – vainement – tenté de faire supprimer du blog Blogspot qui sera finalement supprimé pour apologie de la pédophilie en raison de ses propres écrits y étant supportés, les articles de mon ancien blog « Un petit coucou » chez OverBlog concernant Serge Rodallec qui s’y trouvaient également copiés. Quoique le pédophile ait déjà vu confirmer en sa présence, en première instance et en appel, toutes ses condamnations de 2007, Pascal Edouard Cyprien Luraghi le « défendait » toujours… Pour justifier ses demandes, il produisait ma condamnation du 11 juin 2013 à Brest (annulée en appel à Rennes le 2 décembre 2015) sur plaintes de Josette Brenterch pour des faits n’ayant strictement aucun rapport avec Serge Rodallec ni avec lui-même, Cyprien Luraghi, qui au demeurant n’était pas non plus concerné par les affaires de Serge Rodallec, et s’étonnera dans le cadre de sa procédure parisienne engagée en 2016 des réponses qu’il recevait en conséquence de Google et dont la dernière sera manifestement la cause de son pétage de plombs du vendredi 25 juillet 2014 en fin de journée :

http://petitcoucou.unblog.fr/2014/07/27/plus-de-10000-visites-au-compteur-du-petitcoucou-merci-fuzhou/

Ignorant à l’époque ce qui pouvait se passer entre Google et Cyprien Luraghi, j’avais toutefois bien cerné l’origine de sa crise :

http://petitcoucou.unblog.fr/2014/07/

Il faut ici encore rappeler que les frères Kouachi, auteurs de l’attentat de Charlie Hebdo du 7 janvier 2015, dont l’un fut pris en 2010 en possession de quantités d’images pédopornographiques inédites et particulièrement immondes, commerçaient avec des fabricants de fausses Nike de… Fuzhou… pour financer leurs activités terroristes :

http://petitcoucou.unblog.fr/2016/07/24/les-contrefacons-de-nike-viennent-de-fuzhou/

Quoi de neuf chez David Servenay ?

David Servenay est ce journaliste fort malhonnête qui à compter de l’année 2008 s’est attaqué très sournoisement aux victimes de harcèlement moral en entreprise, dont, bien entendu, de nombreux lanceurs d’alertes potentiels ou avérés, en les faisant passer pour folles avec l’aide de véritables malades mentaux cybercriminels et harceleurs tous regroupés autour du « Konducator » de Puy-l’Evêque. Manifestement à son instigation, ces derniers harcelaient en meute et sans relâche celles qui avaient fait l’erreur de se manifester anonymement dans les colonnes du site Rue89, où il sévissait.

Voilà toute son activité du jour sur Twitter :

 

David Servenay a retweeté

Après 5 ans de procédures Bolloré perd définitivement son procès en diffamation intenté à @Bastamag, @Rue89 et des sites ayant relayé l’article concerné, sur l’accaparement des terres

0 réponse 29 Retweets 24 j’aime

 

Tweet d’origine :

 

 

 

Au mois de janvier dernier, j’avais été assez choquée de retrouver son nom et celui de Pierre Haski parmi les signataires d’une pétition contre des « poursuites-bâillons » similaires à celles, multiples, dont je suis toujours victime de la part de leurs complices « déconnologues » depuis qu’en 2010, dans le prolongement de leurs harcèlements à mon encontre sur le site Rue89 en 2008 et 2009, ceux-ci se rendent coupables à mon égard d’innombrables exactions publiques ayant pour but de poursuivre son travail de discrédit et d’anéantissement des victimes de harcèlement moral dans le travail et « lanceurs d’alertes », bien évidemment au profit de patrons voyous.

Il s’agit de cette pétition publiée le 24 janvier 2018 par Bastamag :

https://www.bastamag.net/Face-aux-poursuites-baillons-de-Bollore-nous-ne-nous-tairons-pas

Pour autant, il serait faux de dire que j’en fus énormément surprise, tant la perversité de mes harceleurs m’est devenue familière depuis le temps que j’en suis victime.

Pas davantage de surprise pour moi, donc, lorsque tout à coup, le printemps arrivant, un certain nombre de magistrats se réveillèrent contre Sarkozy et Bolloré…

Le malade mental au clavier – son « arme » – n’était pas sûr de gagner son procès en appel.

Il a bien perdu.

 

Attentat à la voiture-bélier de Toronto, par Alek Minassian : j’ai une piste sérieuse !

Et… oui, c’est toujours la même : le malade mental au clavier – son « arme » – qui dès le mois d’août 2009 disait publiquement préférer écraser avec sa voiture tous ceux qui le dérangeaient, notamment les victimes de harcèlement moral en entreprise qu’il harcelait depuis un an sur les sites d’information Rue89 et Le Post et calomniait aussi sur son propre blog sans aucune modération, dont moi-même, plutôt que d’en attendre des « emmerdements » semblables à ceux dont il se plaignait encore dans sa toute dernière publication, du 16 avril 2018, m’a bien amené deux jours plus tard, soit le 18 avril 2018, entre 5h36 et 6h21, un lecteur inattendu de Toronto :

 

Zoom sur l’utilisateur

Attentat à la voiture-bélier de Toronto, par Alek Minassian : j'ai une piste sérieuse ! dans AC ! Brest

Visitor Analysis & System Spec

URL d’origine :
Host Name: Navigateur : Chrome 65.0
Adresse IP : 159.203.7.221 —   OS/Platform: Win10/Desktop
Emplacement : Toronto, Ontario, Canada Résolution : 2560×1440
Visites récurrentes : 0 Javascript : Enabled
Durée de la visite : 43 mins 44 secs FAI : Digital Ocean

Navigation Path

Date Heure Page web
https://www.google.fr/ (Keywords Unavailable)
18 Apr 05:36:54
18 Apr 05:37:03
18 Apr 05:37:43
18 Apr 05:38:06
18 Apr 05:38:22
18 Apr 05:39:37
18 Apr 05:39:41
18 Apr 05:39:45
18 Apr 05:40:01
18 Apr 05:40:17
18 Apr 05:40:31
18 Apr 05:41:27
18 Apr 05:41:59
18 Apr 05:42:12
18 Apr 05:46:26
18 Apr 05:47:21
18 Apr 05:47:47
18 Apr 05:48:10
18 Apr 05:50:45
18 Apr 05:54:15
18 Apr 05:56:01
18 Apr 05:56:03
18 Apr 05:56:10
18 Apr 05:56:22
18 Apr 05:57:19
18 Apr 05:57:29
18 Apr 06:18:30
18 Apr 06:18:47
18 Apr 06:19:02
18 Apr 06:19:20
18 Apr 06:20:38

 

J’avais également remarqué ces derniers jours dans les statistiques de ce blog, comme avant de précédentes attaques, notamment celle du 14 juillet 2016 à Nice, plusieurs autres arrivées de lecteurs inhabituels, en provenance, par exemple, de Tunisie, Turquie, Algérie, Maroc, Belgique, Pays-Bas, Suisse, Italie et Québec, m’indiquant que le malade mental au clavier – son « arme » -  avait bien remonté ses troupes après avoir encore perdu un procès contre moi, le 11 avril 2018.

Cela ne cessera jamais tant que la justice française n’aura pas dit clairement que cet individu et ses complices ne cessent de mentir et d’inventer n’importe quoi pour me calomnier et se présenter mensongèrement comme mes victimes, ce qu’ils ne sont pas et n’ont jamais été.

Ce sont mes proches et moi-même qui depuis le début en avons toujours été victimes.

Et bien évidemment, cela continue.

 

http://www.lefigaro.fr/international/2018/04/23/01003-20180423ARTFIG00319-canada-une-camionnette-renverse-une-dizaine-de-pietons-a-toronto.php

Toronto : une voiture-bélier renverse des piétons, dix morts

 

  • Par  Journaliste Figaro Le figaro.fr AFP agence
  • Mis à jour le 24/04/2018 à 09:50
  • Publié le 23/04/2018 à 21:13

 

Toronto : le conducteur de la camionnette arrêté
Une camionnette blanche a fauché des piétons sur plusieurs centaines de mètres ce lundi aux alentours de 18h30 (heure française) dans la ville canadienne. Quinze personnes ont également été blessées.
Unmute
Current Time 0:19
/
Duration Time 0:47
Quality Levels

 

VIDÉOS – Une camionnette blanche a fauché des piétons sur plusieurs centaines de mètres lundi à la mi-journée. Quinze personnes ont également été blessées. Selon les autorités, l’acte était délibéré mais sans doute pas de nature terroriste.

La scène de crime semble interminable. À Toronto, sur près de deux kilomètres jonchés de cadavres, de débris et même d’une paire de chaussures abandonnées, une camionnette blanche a semé lundi la mort en pleine journée (aux alentours de 13h30) et en pleine ville, faisant dix morts et quinze blessés. Les citadins étaient alors en pleine pause déjeuner, profitant du soleil printanier sur l’une des artères commerçantes les plus fréquentées du pays.

» LIRE AUSSI – Toronto: le bilan passe à 10 morts, la police évoque un acte «délibéré»

Le chauffeur, Alek Minassian, a été interpellé 26 minutes après le début du triste événement. Selon le chef de police de la ville, il a agi de manière «délibéré». L’homme n’est pas connu des services de police. Les autorités ont exclu la piste d’une attaque contre «la sécurité nationale» en laissant entendre qu’il s’agissait d’un acte isolé. Le niveau d’alerte du pays n’a pas été rehaussé.

 

Canada: une camionnette renverse une dizaine de piétons
Une camionnette a renversé une dizaine de piétons dans le centre de Toronto et au moins « huit à dix » personnes ont été blessées, a indiqué la police de la capitale économique canadienne.
Unmute
Current Time 1:17
/
Duration Time 1:17

 

Un jeune homme de 25 ans

Sur la vidéo de son arrestation, Alek Minassian, apparaît debout, au côté de la camionnette, faisant face avec agressivité à un policier armé, qui fait lui preuve d’un sang-froid exceptionnel. Le chauffeur semble alors pointer un objet vers le gardien de la paix, qui lui intime de se coucher. Il répond «kill me!», (tue-moi!), «shoot me in the head!» (tire-moi dans la tête!) ou encore «I’ve got a gun in my pocket» (j’ai un pistolet dans ma poche). Il mime plusieurs gestes menaçants, faisant semblant de sortir une arme cachée. Il finit par jeter l’objet qu’il a dans la main et se fait menotter. Il n’était en réalité pas armé.

Alek Minassian est âgé de 25 ans et originaire du nord de Toronto. Sa page Linkedin (maintenant désactivée) mentionnait qu’il est étudiant. Cette dernière indiquait qu’il a développé une application pour smartphone, en 2014, permettant de trouver des places de parking libre à Toronto. Ses anciens camarades de classe ne se souviennent pas de quelqu’un de politiquement ou religieusement engagé, plutôt comme quelqu’un ayant des problèmes dans ses relations sociales. Certains ne le croyaient pas capable de conduire, encore moins de commettre l’acte dont il est aujourd’hui accusé. Sur les réseaux sociaux, certains évoquent la piste d’un homme n’aimant pas les femmes à cause d’un célibat prolongé, mais cette piste, qui trouve son origine dans la capture d’écran d’un statut Facebook non authentifié, reste à confirmer.

 

Camionnette à Toronto : la première déclaration de Justin Trudeau
À Ottawa, le premier ministre canadien s’est exprimé quelques minutes après qu’une camionnette ait percuté une dizaine de personnes à Toronto.
Unmute
Current Time 0:12
/
Duration Time 0:17
Quality Levels

 

«À vive allure»

Les témoins qui ont vu le véhicule remonter la rue, sont particulièrement choqués. Il «écrasait tout, il a détruit un banc, (…) on peut voir exactement où il est passé à cause des traces de pneus», a décrit à la chaîne de télévision CP24 Jamie Eopni, un témoin. Le chauffeur «ne semblait pas réellement faire attention où il allait ou à ce qu’il faisait».

«J’ai vu une camionnette blanche monter sur le trottoir en écrasant des gens (…) projetés en l’air un par un, et (le chauffeur) rouler à vive allure», a ajouté un second témoin, Alex Shaker, à la chaîne de télévision CTV. La camionnette blanche de location ayant servi de véhicule bélier apparaît avec l’avant de la carrosserie défoncé, arrêtée sur un trottoir d’une grande artère de la ville entourée de véhicules de police. Des ambulances et des véhicules de police étaient déployés sur plusieurs centaines de mètres d’intervalles, et plusieurs personnes étaient évacuées sur des brancards, selon des images aériennes des télévisions canadiennes.

«J’ai entendu crier, hurler, je me suis retourné et j’ai vu cette camionnette descendre la rue», raconte Rocco Cignielli. «Le conducteur faisait des zigzags, sur le trottoir, sur la chaussée, il continuait à rouler.» Cet homme de 42 ans, qui travaille dans le service clients d’une enseigne commerciale, voit alors des blessés sur le sol: «On leur faisait des massages cardiaques, deux d’entre eux sont morts là, sous mes yeux.»

Le G7 de la Sécurité publique au même moment à Toronto

«Nos pensées sont avec tous ceux affectés», a déclaré le premier ministre Justin Trudeau devant la Chambre des Communes. «Mes pensées sont avec ceux qui ont été frappés par cet évènement et avec les secouristes», a déclaré le maire de la plus grande ville canadienne, John Tory. «Pour le moment, nous n’avons pas connaissance de ce qui s’est passé ou de ce qu’il y a derrière», a-t-il ajouté. Arrivé à Toronto ce lundi soir, le ministre français de l’Intérieur, Gérard Collomb, a indiqué accueillir «avec gravité les événements» survenus un peu plus tôt.

Cet accident intervient alors que Toronto accueille une réunion des ministres de la Sécurité publique du G7, après avoir été l’hôte ce week-end de la rencontre des ministres des Affaires étrangères des sept pays les plus industrialisés (Etats-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie et Canada).

Le figaro.fr
AFP agence

 

 

https://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/toronto-la-police-cherche-le-mobile-de-l-attaque-a-la-camionnette-qui-a-fait-10-morts_2002412.html

Toronto: la police cherche le mobile de l’attaque à la camionnette qui a fait 10 morts

 

Par AFP , publié le 24/04/2018 à 12:28 , mis à jour à 12:55

Des policiers près d'un corps caché par un drap, le 23 avril 2018 à Toronto, au Canada, après qu'un homme au volant d'une camionnette a fauché une dizaine de piétons
Des policiers près d’un corps caché par un drap, le 23 avril 2018 à Toronto, au Canada, après qu’un homme au volant d’une camionnette a fauché une dizaine de piétonsafp.com/Lars Hagberg

 

Toronto (Canada) – La police canadienne s’interrogeait mardi sur le mobile d’une attaque à la camionnette dont le conducteur a foncé de manière « délibérée » dans la foule lundi à Toronto, faisant 10 morts et 15 blessés.

 

Le conducteur de la camionnette de location a été rapidement arrêté et identifié comme Alek Minassian, âgé de 25 ans et originaire de Richmonds Hills en banlieue nord de Toronto, selon la police.

Il devait comparaître devant un tribunal mardi à 10H00 locales (14H00 GMT), selon les médias canadiens. Les autorités privilégient la thèse d’un acte isolé ne visant pas la « sécurité nationale » du Canada.

« Cet acte semble clairement délibéré« , a déclaré Mark Saunders, chef de la police de la plus grande ville canadienne qui accueillait au même moment les ministres des Affaires étrangères et de la Sécurité publique des pays du G7. La réunion se poursuivra comme prévu mardi, a assuré la chef de la diplomatie canadienne, Chrystia Freeland.

« J’ai été profondément attristé d’apprendre l’attentat tragique et insensé survenu à Toronto« , a déclaré le Premier ministre Justin Trudeau lundi soir dans un communiqué.

Le terme « attentat » employé en français par le Premier ministre ne suggère pas « une connexion terroriste de nature à menacer la sécurité nationale« , a précisé à l’AFP son cabinet.

« Les informations disponibles à ce stade indiquent que cet événement ne semble aucunement lié à la sécurité nationale« , a pour sa part déclaré le ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale.

C’est vers 13H26 locales (17H26 GMT) que la police a été avertie qu’une camionnette blanche de location renversait des piétons en fonçant sur les trottoirs de la rue Yonge, à une heure de forte affluence et sous un grand soleil printanier.

Le conducteur a été arrêté 26 minutes plus tard, après avoir ensanglanté la rue Yonge sur environ un kilomètre. Cette rue commerçante est « l’une des plus fréquentées du pays« , a relaté le chef de la police.

Deux Sud-Coréens figurent parmi les personnes tuées, a indiqué à l’AFP un responsable du ministère sud-coréen des Affaires étrangères.

L’interrogatoire en cours du chauffeur devait permettre de déterminer « le mobile exact » du conducteur de la camionnette blanche, a indiqué la police.

« Le conducteur faisait des zigzags, sur le trottoir, sur la chaussée, il continuait à rouler« , a décrit à l’AFP Rocco Cignielli.

La camionnette s’est finalement immobilisée, l’avant de la carrosserie endommagé. Son conducteur, un homme corpulent, apparaît sur des images diffusées sur les réseaux sociaux, debout, au côté de la camionnette, faisant face avec agressivité à un policier armé.

Le chauffeur, qui semble alors pointer un objet vers le gardien de la paix avant de s’en débarrasser et de se faire menotter, n’était pas armé, a indiqué M. Saunders.

- ‘L’enquête sera longue’ -

Les témoins ont raconté à l’AFP avoir vu les piétons être balayés les uns après les autres par le véhicule-bélier lancé à vive allure.

« J’ai d’abord pensé à une livraison, mais il allait très vite, sur le trottoir« , a décrit Nana Agyeman-Badu, un chauffeur de 56 ans. Il a alors vu une femme se faire projeter contre un abribus, dont « les vitres éclatent en morceaux et s’effondrent » sur la victime, inconsciente, avant de se porter à son secours.

Mais la camionnette a poursuivi sa course, « encore, encore et encore« . Elle a renversé une bouche à incendie, des distributeurs de journaux.

Des ambulances et des véhicules de police ont rapidement été déployés et le secteur a été bouclé par les forces de l’ordre.

Cette partie de la capitale économique canadienne « va être fermée pour plusieurs jours (car) l’enquête sera longue avec plusieurs témoins à entendre et beaucoup d’images de caméras de surveillance à regarder« , a averti Peter Yuen, chef adjoint de la police de Toronto.

« Ce tragique événement ne représente pas qui nous sommes (…) et mes pensées sont avec ceux qui ont été frappés« , a déclaré le maire de Toronto John Tory.

La Maison Blanche a adressé ses « pensées et prières aux familles des victimes » et offert au gouvernement canadien « toute l’aide nécessaire« . Le président français Emmanuel Macron, en visite d’État à Washington, a exprimé pour sa part sa « profonde solidarité au peuple canadien« .

Ces faits rappellent les modes opératoires d’attaques à la voiture-bélier dans plusieurs grandes villes, comme New York, Barcelone, Londres ou Nice, où des jihadistes présumés à bord de véhicules ont fauché mortellement des piétons.

Attentats du 13 novembre 2015 : le quatrième commando est créé en février et sollicité en septembre

Ce timing correspond parfaitement aux plans des commanditaires tels que je les ai déjà exposés : l’attentat contre Charlie Hebdo du 7 janvier 2015, un attentat contre la liberté d’expression défendue par OverBlog dans la procédure nous opposant à la criminelle Josette Brenterch, patronne de fait du NPA de Brest depuis plusieurs décennies, était censé mettre tout le monde en condition pour l’audience alors fixée à la Cour d’Appel de Rennes, début février 2015 : le « scandale » d’une liberté prétendument sans limites pour les cibles habituelles de mes harceleurs – mais pas pour eux quoiqu’ils s’autorisent une liberté encore plus grande – ayant conduit à cet attentat, il convenait de la restreindre comme l’exigeaient à mon endroit la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest et tous ses complices, qu’il s’agisse de ses sbires cybercriminels dits « déconnologues » ou des magistrats ultra CORROMPUS du TGI de Brest qui l’avaient entièrement suivie depuis ses plaintes avec constitution de partie civile toutes nulles ou irrecevables de 2011, jusqu’à la condamnation prononcée le 11 juin 2013, sans que je n’aie jamais bénéficié, ni d’une instruction à décharge, ni même d’une quelconque défense au fond, mon propre avocat ayant été convaincu de ne travailler que pour mes adversaires.

Le 6 janvier 2015, veille de l’attentat, mes harceleurs obtenaient je ne sais comment une suspension du Petit Coucou, et le lendemain, 8 janvier 2015, était supprimé pour « apologie de la pédophilie » un blog Blogspot qui les dérangeait depuis son apparition sur la toile en mai 2013 en ce qu’il supportait des copies d’articles de mon ancien blog « Un petit coucou » chez OverBlog tous consacrés à l’affaire de l’ancien psychiatre et pédophile brestois Serge Rodallec, ainsi que des copies d’écrits apologistes de la pédophilie du malade mental au clavier – son « arme ».

Après l’attentat, ce dernier et ses complices étaient aux anges et revendiquaient dans leurs commentaires sur Rue89 le droit de rire des victimes, de s’en moquer comme ils l’ont toujours fait pour toutes leurs victimes.

En date du 24 janvier 2015, ils publieront même sur leur blog un « poème fermier en prose et en rime, c’est selon… et allégorique étant donné les moments difficiles que traverse notre beau pays aujourd’hui… voire ironique… ou satirique ! mouaaaaarrrrffff » qui aujourd’hui vaudrait au malade mental au clavier – « son arme » – garde à vue puis condamnation en comparution immédiate pour apologie du terrorisme.

Mais avec un peu de bonne volonté, il est toujours possible d’interroger l’éditeur de ce poème dont l’auteur se félicitait d’en avoir eu pour sans argent avec les frères Kouachi…

Et là, donc, patatras, l’audience prévue à Rennes début février 2015 était reportée à l’initiative de la Cour… et le Petit Coucou était rouvert…

Les enquêteurs avaient aussi repéré l’étrange aller-retour en Thaïlande d’un des premiers complices identifiés pour ces attentats de janvier 2015, mais le résident thaïlandais répondant au pseudonyme de « Homere » et ses complices « déconnologues » n’en seront pour autant jamais inquiétés.

L’audience de la Cour d’Appel de Rennes qui sera ultérieurement fixée au 30 septembre 2015 l’était pour plaider, aucun nouveau report n’étant d’emblée plus prévu.

La date de l’arrêt qui fut rendu le 2 décembre 2015 était dès lors prévisible.

 

 

https://www.nouvelobs.com/societe/20180419.OBS5469/attentats-du-13-novembre-les-temoignages-effrayants-des-membres-du-quatrieme-commando.html

Attentats du 13-Novembre : les témoignages effrayants des membres du « quatrième commando »

 

Attentats du 13-Novembre : les témoignages effrayants des membres du "quatrième commando"
Les attentats du 13-Novembre auraient pu être davantage meurtriers. (MIGUEL MEDINA / AFP)

 

« La Libre Belgique » confirme que deux hommes arrêtés en Autriche en décembre 2015 auraient dû frapper Paris avec les trois autres commandos.

 

Par L’Obs

Publié le 19 avril 2018 à 18h18

 

Les attentats du 13-Novembre auraient-ils pu être encore plus meurtriers ? Les témoignages de deux migrants, interpellés pour possession de faux documents en Autriche, en décembre 2015, le laissent penser. Selon les retranscriptions de leurs auditions face aux enquêteurs autrichiens, que nos confrères de « la Libre Belgique » ont pu consulter, les deux hommes s’apprêtaient bel et bien à commettre un attentat suicide en France.

« Abou Ahmed me disait que je devrais me suicider en France. Il me racontait que la vie actuelle ne ressemble à rien. Il me disait qu’une vie paisible m’attend au paradis si je mets fin à ma vie », raconte ainsi l’un d’entre eux, Muhammad Usman, un Pakistanais âgé de 24 ans. 

« Je devais remplir une mission pour Allah »

Au cœur de ces révélations, un certain Abou Ahmed, potentiellement identifié comme le belge Oussama Atar, qui a missionné les deux hommes au départ de Raqqa, en Syrie.

«  Il m’a dit que ceux de Daech allaient m’envoyer en France et que je devrais faire tout ce qu’un homme exigerait de moi [là-bas]. […] Que je devais remplir une mission pour Allah. […] Les détails, je les aurais quand j’arriverais en France  », explique quant à lui le second interpellé, Adel Haddadi, un Algérien de 30 ans, tout en précisant qu’il n’avait pas reçu de consignes précises.La création de leur commando remonte à février 2015, lorsque Adel Haddadi gagne la Syrie en passant par la Turquie. Après un premier passage dans une petite ville, l’Algérien explique avoir gagné Raqqa, où, selon ses dires, il aurait travaillé dans un restaurant plusieurs mois durant.

« Un Syrien est venu me voir un jour dans la cuisine et m’a dit qu’Abou Ahmed voulait me parler. C’était environ dix jours avant que je quitte Raqqa », ville de laquelle il serait parti le 27 septembre 2015, poursuit-il.Cette conversation le mène dans un appartement où, après quelques heures d’attente, Abou Ahmed le rejoint, accompagné de Muhammad Usman et de Oukacha al-Iraki et Ali al-Iraki alias Ahmad Al Mohammad et Mohammad Al Mahmod, les deux kamikazes irakiens qui frapperont le Stade de France.

D’après le quotidien, les hommes sont restés plusieurs jours dans l’appartement et ont chacun reçu 2.000 dollars en billets de 100, juste avant leur départ vers la France.

Incarcérés sur l’île de Kos

Après avoir récupéré de faux passeports, le quatuor rejoint un passeur en Turquie qui les conduits par la mer à Leros en Grèce. Avant de partir, Abou Ahmed donne son numéro de téléphone aux quatre hommes… le même numéro qui sera retrouvé sur un bout de papier dans la poche d’un des kamikazes du Stade de France.

Une fois arrivés sur l’île grecque, Muhammad Usman et Adel Haddadi sont retenus et leurs portables et leur argent sont confisqués. A l’inverse des deux Irakiens dont les faux passeports ne sont pas détectés.

Après avoir été incarcérés pendant 25 jours, Adel Haddadi explique avoir appelé Abou Ahmed pour lui raconter la situation :

« Il a alors organisé l’envoi de 2.000 euros. »Quelques jours plus tard, l’argent arrive et les deux hommes reprennent leur route, mais avec du retard sur leurs compagnons. Le 13 novembre 2015, alors que leurs anciens compagnons de route sont à Paris, eux ne se trouvent qu’en Croatie. Adel Haddadi continue néanmoins, selon la retranscription de son audition, à informer Abou Ahmed à chaque passage de frontière, via la messagerie cryptée Telegram.

Leur dernier échange aurait eu lieu en décembre 2015, une fois les deux hommes arrivés en Autriche… où ils seront finalement arrêtés. Au lendemain des attentats du 13-Novembre, le groupe Etat islamique revendique les attaques du Stade de France, du Bataclan, du 10e, 11e et plus curieusement du 18e arrondissement… qui n’a pas été touché. Etait-ce la cible des deux derniers terroristes ?

 V.Z.

L'Obs

L’Obs

 

1...34567...27

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo