Crime organisé : pas plus de deux juges d’instruction pour le grand Ouest

C’est une information que Le Télégramme a publiée le 11 juillet dans l’article rapporté ci-dessous , consacré à l’enquête menée par des gendarmes bretons sur des vols de moteurs de bateaux.

C’est dramatique.

Que font donc tous les autres juges d’instruction de la région ?

Que sont-ils au juste ? Quelle est leur utilité ?

Ont-ils pour vocation de faire taire, condamner ou interner en hôpital psychiatrique toutes les victimes qui osent se plaindre ?

De mon expérience personnelle à Brest, c’est en effet ce que je pourrais conclure.

 

http://www.letelegramme.fr/france/mafias-un-nouveau-reseau-decapite-11-07-2014-10253343.php

Bretagne. Une mafia de l’Est décapitée

11 juillet 2014 à 09h24 / Hervé Chambonnière @hchambo / 7

 

Crime organisé : pas plus de deux juges d'instruction pour le grand Ouest dans Crime photo-jean-le-borgne_1975247
Photo Jean Le Borgne (archives)

Les moteurs de bateaux volés en Bretagne finissaient… sur la mer Noire. Derrière les centaines de vols et les raids lancés sur toute la façade Atlantique oeuvrait la mafia moldave. Les gendarmes bretons ont fait tomber le réseau français : son chef, ses deux lieutenants. Et ses gros bras, les « sportsmen ».
> Gang des Géorgiens, la folle enquête des gendarmes

Port de Saint-Jacut-de-la-Mer (22), 29 juillet 2012. Il est 2 h 45. Les suspects se sont envolés à pied, dès que la patrouille de gendarmerie a pointé le bout de son capot. Les militaires ont-ils surpris l’une des insaisissables équipes de voleurs de moteurs de bateaux qui écument les ports bretons depuis le début de l’année 2012 ? En six mois, des centaines de moteurs se sont envolées pour un préjudice qui dépasse le million d’euros. Les gendarmes sont sur les dents. Mais cette nuit-là, la chance leur sourit enfin. Au pied des deux voitures et du monospace abandonnés à la hâte, gisent huit moteurs de hors-bord tout juste démontés. Les véhicules vont livrer de précieux renseignements. Ils conduisent les enquêteurs en région parisienne, au coeur de la communauté moldave.

bretagne-une-mafia-de-l-est-decapitee_1975246_660x451p dans Folie

Pris dans les filets de la mafia moldave

Les surveillances permettent rapidement d’établir qu’un réseau très organisé est à l’oeuvre et qu’il mène des raids sur toute la façade Atlantique. En avril et juin 2013, premier coup de filet : 13 individus sont interpellés. Mais les limiers bretons et leurs collègues de l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI) veulent remonter la filière. La juridiction interrégionale spécialisée de Rennes (JIRS), qui pilote l’enquête, donne son feu vert. Cap sur la Moldavie. Dans ce petit pays de 3,5 millions d’habitants, le plus pauvre d’Europe, coincé entre l’Ukraine et la Roumanie, où le salaire mensuel moyen oscille entre 150 et 200 euros, la promesse de toucher 60 à 80 euros par jour sur des chantiers français attire de nombreux candidats. La mafia moldave avance les frais de visa (1.000 € environ) et assure le transport par la route. En France, la plupart des expatriés sont hébergés dans des caravanes sous-louées à des gens du voyage, dans le Val-de-Marne (94). Tous ou presque sont endettés, à la merci du réseau.

Athlètes de haut niveau

L’organisation est celle, très hiérarchisée, des vory-v-zakone (« les voleurs dans la loi »), la mafia des pays de l’ex-URSS. En France, les parrains moldaves ont placé un discret superviseur : Vlad (*), un homme âgé de 53 ans qui a la double nationalité – moldave et roumaine, la seconde permettant un accès sans formalités aux pays de l’Union européenne – et dont le casier judiciaire n’affiche que de petites affaires de vols en Italie et en Autriche. Deux lieutenants le secondent. Pour les indispensables gros bras, l’organisation a pris l’habitude de recruter d’anciens athlètes moldaves de haut niveau (lutte, sports de combat). Leur surnom : « les sportsmen ». Une dizaine, affichant la même double nationalité, est envoyée en France. Leur programme : protection, racket, règlement des litiges et recouvrement des dettes. La mécanique, elle, est parfaitement huilée. Le jeudi soir, plusieurs dizaines de « microbus » pouvant transporter six à neuf passagers (100 euros par trajet et par personne) arrivent sur Paris. Pendant plusieurs jours, en plein coeur de la capitale (Nation, Vincennes…), ces fourgonnettes récupèrent les colis, payés au poids, que les expatriés veulent expédier au pays : nourriture, argent, vêtements, etc.

2.600 km en deux jours

Les microbus servent bien évidemment aussi à transporter les butins de l’organisation. Les moteurs de bateaux, eux, ont généralement été volés le mercredi ou le jeudi. Ils ont aussitôt été acheminés vers les camps de gens du voyage du Val-de-Marne et d’autres locations, où ils ont été démontés. Le dimanche, en fin d’après-midi, les microbus les récupèrent (deux à trois par véhicule) et entament un périple de 2.600 km vers l’est. Deux jours plus tard, en Moldavie, les moteurs sont remontés, revendus entre 18 et 22 euros par cheval (environ 1.000 euros pour un moteur de 50 CV), et finissent sur les lacs et rivières des pays voisins, et sur la mer Noire toute proche. C’est précisément un dimanche, le 22 juin, qu’une trentaine d’enquêteurs assistés de plus de 70 hommes d’intervention (dont le GIGN) sont passés à l’action. Vlad, ses deux lieutenants, le chef des sportsmen et d’autres responsables du réseau sont tombés. Cinq mafieux et deux receleurs présumés ont été écroués, et trois autres mis en cause ont été placés sous contrôle judiciaire. Ils ont été mis en examen pour recel de vols en bande organisée, extorsion de fonds (pour certains) et association de malfaiteurs. Ils encourent jusqu’à quinze ans de réclusion criminelle.
* Prénom modifié.

En complément

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo